Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



1296 événements affichés, le premier en 855 - le dernier en 2015



Naissance de Bouchard Ier de Souabe

Burkhard ou Burchard ou Bouchard Ier de Souabe naît entre 855 et 860, fils d'Albert II de Thurgovie, Comte de Thurgovie, et de Liutgarde de Saxe.



Mariage de Herbert II de Vermandois avec Hildebrande de France

Herbert II de Vermandois épouse en 906 Hildebrande de France, fille de Robert Ier de France et d'Aélis d'Alsace. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert Ier de Vermandois

Albert Ier de Vermandois, dit le Pieux, naît en 916 ou entre 931 et 934, fils d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France



Mariage de Gislebert II de Hainaut avec Gerberge de Saxe

Gislebert II de Hainaut Duc de Lotharingie

Gislebert II de Hainaut épouse en 928 Gerberge de Saxe, fille d'Henri Ier l'Oiseleur et de Mathilde de Rhingelheim. Leurs enfants sont :

Henri Ier l'Oiseleur fait Gislebert II de Hainaut Duc de Lotharingie en 928.


Herbert II de Vermandois pendu sur ordre de Louis IV d'Outremer

Mort d'Herbert II de Vermandois Comte de Vermandois

Herbert II de Vermandois meurt à Saint-Quentin le 23 février 943.

Selon Raoul Glaber et Dom Le long, il aurait été pendu sur ordre de Louis IV d'Outremer.

Hugues le Grand, beau-frère d'Herbert II de Vermandois, prend en tutelle ses enfants trop jeunes pour lui succéder :



Partage des biens d'Herbert II de Vermandois

Herbert III de Vermandois le Vieux Comte d'Omois

Albert Ier Comte de Vermandois et de Beaune

Robert Ier de Vermandois Comte de Meaux

En 946, afin de mettre fin à la puissance vermandoise, Hugues le Grand partage les biens d'Herbert II de Vermandois, 3 ans après sa mort, entre les différents fils d'Herbert II, qui sont aussi les neveux d'Hugues :



Soutien d'Albert Ier de Vermandois à son frère Hugues

Albert Ier de Vermandois soutient son frère Hugues de Vermandois pour que celui-ci conserve l'évêché de Reims, mais abandonne la lutte en 949 quand ce dernier est définitivement débouté de ses prétentions.

Albert Ier de Vermandois se soumet alors au roi Louis IV d'Outremer et devient un de ses partisans.



Mariage d'Albert Ier de Vermandois avec Gerberge de Lorraine

Albert Ier de Vermandois épouse peu avant 950 Gerberge de Lorraine, fille de Gislebert II de Hainaut et de Gerberge de Saxe. Leurs enfants sont :



Naissance de Geila de Vermandois

Geila de Vermandois naît en 954, fille d'Albert Ier de Vermandois et de Gerberge de Lorraine.



Naissance d'Othon Ier de Chiny

Otthon ou Othon Ier de Chiny ou de Vermandois naît en 950 ou 955, fils d'Albert Ier de Vermandois et de Gerberge de Lorraine.



Mariage d'Eberhard d'Equisheim avec Berte de Metz

Eberhard d'Equisheim épouse Berte de Metz, fille de Richard Ier, Comte de Metz dit le Puissant. Leur enfant est :



Naissance d'Albert Ier de Bouzonville

Adalbert ou Albert Ier de Bouzonville naît vers 955 fils de Eberhard d'Equisheim et de Berte de Metz.



Naissance de Herbert III de Vermandois le Jeune

Herbert III de Vermandois le Jeune naît vers 954 ou 955, fils d'Albert Ier de Vermandois et de Gerberge de Lorraine.



Mariage de Robert Ier de Namur avec Ermengarde de Lorraine

Robert Ier de Namur épouse en 957 Oda Ermengarde ou Ermengarde de Lorraine ou de Hainaut. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert Ier de Namur

Albert Ier de Namur naît en 959, fils de Robert Ier de Namur et d'Ermengarde de Lorraine.



Mariage de Conrad Ier de Genève avec Gilde

Conrad Ier de Genève épouse en 960 Gilde. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert de Genève

Albert de Genève naît en 960, fils de Conrad Ier de Genève et de Gilde.



Naissance de Guy Ier de Vermandois

Guy Ier de Vermandois naît en 962, fils d'Albert Ier de Vermandois et de Gerberge de Lorraine.



Mariage d'Yves de Beaumont-sur-Oise avec Geila de Vermandois

Yves de Beaumont-sur-Oise épouse vers 970 Geila de Vermandois, fille d'Albert Ier de Vermandois et de Gerberge de Lorraine. Leur enfant est :



Mariage de Charles Ier le Gros avec Bonne d'Ardennes

Charles Ier le Gros épouse vers 971 Adélaïde ou Bonne d'Ardennes, fille de Godefroy Ier de Verdun et de Mathilde de Saxe.

Leurs enfants sont :



Mort d'Amaury de Valenciennes

Mort de Richer de Mons

Renaud de Mons Comte de Hainaut et de Mons

Garnier de Valenciennes Comte de Valenciennes

Bataille à Péronne

Mort de Renaud de Mons Comte de Hainaut et de Mons

Mort de Garnier de Valenciennes Comte de Valenciennes

Régnier IV de Mons Comte effectif de Hainaut

Arnould de Valenciennes Investi de la marche de Valenciennes

Amaury de Valenciennes meurt en 973.

Richer de Mons meurt en 973.

Othon Ier Le Grand donne :

En 973, Albert Ier de Namur se joint à Lambert Ier de Louvain et Régnier IV de Mons, les fils de Régnier III de Hainaut, qui cherchent à reconquérir leur héritage.

Ils attaquent Renaud de Mons et Garnier de Valenciennes à Péronne.

Renaud de Mons meurt en 973.

Garnier de Valenciennes meurt en 973.

Régnier IV de Mons commence à occuper le Hainaut et redevient comte effectif de Hainaut.

Othon II le Roux fait alors appel à Arnould de Valenciennes, qu'il investit de la marche de Valenciennes, tandis que Godefroy Ier de Verdun reçoit le reste du Hainaut.

Arnould de Valenciennes est également Comte de Cambrai.



Mort de Conrad II de Genève Comte de Genève

Albert de Genève Comte de Genève

Conrad II de Genève meurt en 974.

Albert de Genève, fils de Conrad Ier de Genève et frère Conrad II de Genève, devient 5e Comte de Genève en 974.

Il est aussi Comte de Vienne et de Maurienne



Mariage de Herbert III de Vermandois le Jeune avec Ermengarde de Bar

Herbert III de Vermandois le Jeune épouse en 977 Hermengarde ou Ermengearde ou Ermengarde de Bar, fille de Renaud ou Renard de Bar-sur-Seine.

Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II de Vermandois

Albert II de Vermandois naît en 978, fils d'Herbert III de Vermandois le Jeune et d'Ermengarde de Bar.



Mariage d'Arnould de Valenciennes avec Liutgarde

On suppose qu'Arnould de Valenciennes est le fils d'Arnould de Cambrai et d'une certaine Bertha, qui appartiendrait à la famille des comtes de Looz.

Arnould de Valenciennes avait plusieurs frères :

Arnould de Valenciennes épouse Liutgarde, peut-être une sœur d'Albert Ier de Namur.

Leur enfant est :



Naissance de Cunon de Rheinfelden

Kuno ou Cunon de Rheinfelden naît vers 980, fils d'Albert de Rheinfelden (né en 950) et d'Agnès de Lebarten (née en 955).



Guérech de Bretagne Évêque de Nantes

Mort d'Hoël Ier de Bretagne Duc de Bretagne

Guérech de Bretagne Duc de Bretagne et Comte de Poher, de Nantes et de Dol

Mort de Gaultier Ier de Nantes

Gaultier Ier, Évêque de Nantes, meurt en 981.

Hoël Ier de Bretagne fait élire son frère Guérech de Bretagne fils d'Alain Barbetorte, qui a reçu une formation ecclésiastique, à l'évêché de Nantes et ce dernier part pour Tours obtenir sa consécration de l'archevêque de cette ville.

Hoël de Bretagne meurt en 981, assassiné par un certain Galuron sur l'ordre de Conan Ier le Tors.

Sitôt prévenu, Guérech de Bretagne quitte sa future charge d'évêque, avant sa consécration, et se fait élire Comte de Nantes.

Guérech de Bretagne devient Duc de Bretagne et Comte de Poher, de Nantes et de Dol.

Il poursuit le combat initié par son frère contre le comte de Rennes Conan Ier le Tors.

Hugues ou Hugo administre de facto l'église de Nantes sur le plan spirituel à partir 981.

Selon Albert le Grand, Hugo est un personnage de vie sage et austère



Albert Ier de Namur Comte de Namur

Albert Ier de Namur apparaît dans les actes comme Comte de Namur en 981.



Mariage d'Otton de Looz avec Luitgarde de Namur

Création du comté de Looz

Otton de Looz épouse Luitgarde de Namur, fille d'Albert Ier de Namur, Comte de Namur, et d'Ermengarde de Lothier. Leurs enfants sont :

Otton est probablement le premier comte de Looz. C'est probablement à partir des terres que sa famille posséde en Hesbaye qu'est créé le comté de Looz.

Son existence fut longtemps méconnue et la liste des comtes de Looz commençait par son fils Gislebert. C'est l'analyse des Gesta Abbatem Trudonensis qui mis en évidence son existence.



Mariage d'Albert Ier de Bouzonville avec Judith d'Oehningen

Adalbert II de Metz ou Albert Ier de Bouzonville (vers 960-1033) épouse en 985 Judith d'Oehningen ou von Öhningen (vers 965-1022), fille de Konrad Ier Konradiner, Comte d'Oehningen, et de Richilde de Saxe. Leur enfant est :



Naissance de Gérard II de Bouzonville

Gérard II de Bouzonville naît en 985, fils Albert Ier de Bouzonville et de Judith d'Oehningen.


Hugues Ier Capet Hugues Ier Capet Adalbéron couronnant Hugues Capet. France sous Hugues Ier Capet

Accusation de trahison contre Adalbéron

Mort de Louis V le Fainéant Roi des Francs

Hugues Capet Roi de France

Sacre d'Hugues Capet

Louis V le Fainéant assiège Reims en mars 987.

Louis V le Fainéant convoque un plaid, une assemblée de Francs, à Compiègne pour le 18 mai 987 pour juger pour trahison Aldalbéron de Reims, l'archevêque de Reims.

Après seulement 15 mois sur le trône, la veille de la réunion, Louis V le Fainéant meurt sur les terres d'Hugues Capet dans la forêt de Cuise près de Compiègne le 18 ou le 21 ou le 22 mai 987 d'une chute de cheval durant une chasse.

Il est inhumé dans l'abbaye Sainte-Corneille de Compiègne.

Louis V le Fainéant, dernier roi Carolingien, n'a pas de descendance male.

Son plus proche parent est Charles Ier le Gros, Duc de Basse-Lotharingie, son oncle qui n'a pas été associé au règne de son frère Lothaire II de France.

L'assemblée des Grands se réunit en juin 987 à Senlis pour discuter de la succession au trône de France.

Allié au comté de Nantes contre celui de Rennes, Geoffroy Ier Grisegonelle, par crainte des entreprises du Comte de Blois, est porté à l'alliance avec Hugues Capet.

Il est un des artisans de son avènement.

Eudes Ier de Blois soutient en coulisse Charles Ier le Gros et agit en liaison étroite avec son cousin Herbert IV de Vermandois le Jeune.

La situation se retourne en faveur d'Adalbéron de Reims.

L'archevêque de Reims prononce un discours rapporté par Richer en défaveur du Carolingien.

Il plaide en faveur de la candidature d'Hugues Capet, Duc des Francs, issu du lignage des Robertides.

Conseiller d'Adalbéron de Reims, Sylvestre II, soutient également la candidature d'Hugues Capet.

Les Grands élisent Hugues Capet le 1 juillet 987.

Albert Ier de Vermandois s'oppose à l'élection d'Hugues Capet, mais doit se soumettre.

Par solidarité carolingienne, Arnould II de Flandre soutient Charles Ier le Gros et Othon II de Basse-Lotharingie, son fils, face à Hugues Capet, et ne reconnaît pas le roi élu.

Le 3 juillet 987, dans la vieille cathédrale de Noyon, Hugues Capet devient Roi des Francs sous le nom d'Hugues Ier.

Il est sacré par Adalbéron de Reims, selon un rituel germanique inauguré par Pépin III le Bref en 751.

L'avènement d'Hugues Capet marque la vraie naissance de la France.

Au moment de son sacre, Hugues Ier est un homme mûr de 47 ans, issu de la famille des Robertiens qui domine la Francie (région entre Meuse et Loire) depuis un siècle.

Il est :

Le surnom de Capet vient du mot cappa , " chape ", et désigne le porteur d'un petit manteau.

Hugues et son père étant abbés laïques de nombreuses abbayes, peut-être le surnom fait-il allusion à ses nombreuses chapes d'abbés, dont celle, prestigieuse entre toutes, de Saint-Martin-de-Tours.

Au XIIe siècle, la chape étant devenue un chaperon ou chapeau, Hugues Capet fut considéré comme "l'homme au chapeau" et la légende, appuyée sur cette fausse étymologie, naquit, selon laquelle il n'avait pas pu ou voulu recevoir la couronne.

Le surnom fait sa première apparition vers 1030 dans la chronique d'Adémar de Chabanne, il s'applique alors au père d'Hugues Capet, le Duc Hugues Ier.

Il ne qualifie Hugues Capet qu'au début du XIIe siècle et le terme " capétien " apparaît pour la première fois chez le chroniqueur anglais Raoul de Diceto (Mort en 1202).

Les révolutionnaires le donnèrent par dérision à Louis XVI détrôné (le " citoyen Capet ") et à sa famille.



Mort de Albert Ier de Vermandois

Herbert III de Vermandois le Jeune Comte de Vermandois et de Beaune

Albert Ier de Vermandois meurt à Saint-Quentin le 8 septembre 987.

Il est inhumé à Saint-Quentin.

Herbert III de Vermandois le Jeune devient Comte de Vermandois et de Beaune.



Mariage d'Othon II de Basse-Lotharingie

Othon II de Basse-Lotharingie a une épouse inconnue. Leur enfant est :



Mariage d'Albert Ier de Namur avec Ermengarde de Lothier

Albert Ier de Namur épouse vers 988 Ermengarde de Lothier, fille d'Othon II de Basse-Lotharingie, Duc de Basse-Lotharingie. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de Namur avec Adélaïde de Basse-Lorraine

Albert Ier de Namur épouse en 990 Adélaïde de Basse-Lorraine, fille de Charles Ier le Gros et de Bonne d'Ardennes. Leur enfant est :



Mariage d'Albert de Genève avec Eldegarde

Albert de Genève épouse en 990 Eldegarde.

Leur enfant est :



Naissance de Gérold Ier de Genève

Gérald ou Géraud ou Gérold Ier de Genève naît en 990, fils d'Albert de Genève et d'Eldegarde.



Mort de Herbert III de Vermandois le Jeune

Albert II de Vermandois Comte de Vermandois

Etienne Ier de Vermandois Comte de Meaux et de Troyes

Herbert III de Vermandois le Jeune meurt entre 993 et 1002.

Il est inhumé dans l'église abbatiale de Lagny-sur-Marne.

Les armes d'Herbert III de Vermandois le Jeune deviennent celles de l'abbaye de Lagny-sur-Marne.

Albert II de Vermandois devient Comte de Vermandois.

Étienne Ier de Vermandois devient Comte de Meaux et de Troyes en 993.

Étienne Ier de Vermandois continue la restauration de l'abbaye de Lagny-sur-Marne entreprise par Herbert III de Vermandois le Jeune, son père.



Mariage de Gothelon Ier de Verdun avec Barbe de Lebarten

Gothelon Ier de Verdun épouse en 995 Barbe de Lebarten (sans que cela soit assuré). Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II de Namur

Albert II de Namur naît vers 997, fils d'Albert Ier de Namur, Comte de Namur, et d'Ermengarde de Lothier.



Albert Ier de Namur Défenseur de l'abbaye de Brogne

Réconcilié avec l'empereur Othon III du Saint-Empire, Albert Ier de Namur se voit confié par ce dernier la défense de l'abbaye de Brogne en 998.



Naissance d'Emma de Namur

Emma de Namur naît en 1000, fille d'Albert Ier de Namur et d'Adélaïde de Basse-Lorraine.



Mort d'Albert de Genève

Albert de Genève meurt en 1001.



Mariage de Gérard II de Bouzonville avec Gisèle de Franconie

Gérard IV de Metz ou Gérard II de Bouzonville (vers 993-1045), Comte de Metz, épouse en 1008 Gisèle de Franconie, fille de Gérard d'Alsace, Comte de Metz, et d'Éva de Luxembourg. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II d'Alsace

Adalbert ou Albert II d'Alsace naît en 1008, fils de Gérard II de Bouzonville, Comte de Metz, et de Gisèle de Franconie.



Mariage de Bernard-Roger Ier de Foix avec Garsinde de Bigorre

Bernard-Roger Ier de Foix épouse entre 1002 et en 1010 Gersende ou Garsende ou Garsinde de Bigorre (morte entre 1032 et 1034), fille de Garcia Arnaud de Bigorre et de Richarde d'Astarac. Leurs enfants sont :

Certaines généalogies placent dans cette liste d'enfants une Clémence, mariée à Albert II d'Alsace, duc de Lorraine.

Mais aucun document contemporain ne mentionne cette Clémence, qui a été imaginée par Szabolcs de Vajay en 1960, dans une hypothèse plus large de l'origine lorraine d'Étiennette de Bourgogne.

Cette hypothèse est abandonnée depuis 1987, et l'existence de Clémence de Foix, simple béquille généalogique selon les propres termes de Szabolcs de Vajay, est à rejeter.



Abdication d'Albert II de Vermandois

Eudes Ier de Vermandois Comte de Vermandois

Le 15 juillet 1010, Albert II de Vermandois renonce au comté de Vermandois en faveur d'Eudes Ier de Vermandois, son frère, qui devient Comte de Vermandois.



Mort d'Albert Ier de Namur

Albert Ier de Namur meurt en 1011 ou vers 1012.



Mort d'Albert II de Vermandois

Albert II de Vermandois meurt vers 1016.



Mariage de Gilbert de Looz avec Emma de Namu

Gislebert ou Gilbert de Looz épouse en 1020 Emma de Namur, fille d'Albert Ier de Namur et d'Adélaïde de Basse-Lorraine.



Mariage de Conrad Ier de Vintimille avec Adelisia

Conrad Ier de Vintimille est le fils de Gui ou Guido de Vintimille et d'Éléonore de Savoie.

Conrad Ier de Vintimille épouse Adelisia ou Adélaïde. Leurs enfants sont :



Mariage de Bernard II de Saxe avec Elika de Schweinfurt

Bernard II de Saxe épouse en 1020 Eilika de Schweinfurt, fille d'Henri Ier de Schweinfurt et de Gerberge Konradiner de Gleiberg. Leurs enfants sont :



Mariage de Friedrich Ier de Goseck avec Agnès de Weimar

Friedrich Ier de Goseck épouse Agnès de Weimar (née en 983), fille de Guillaume II de Weimar. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert II de Namur avec Régelinde de Lorraine

Albert II de Namur épouse en 1025 Régelinde de Lorraine, fille de Gothelon Ier de Verdun et de Barbe de Lebarten. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert III de Namur

Albert III de Namur naît vers 1027, fils d'Albert II de Namur, Comte de Namur, et de Régelinde de Lorraine.



Mariage d'Albert II d'Alsace avec Clémence de Foix

Albert II d'Alsace épouse en 1035 Clémence de Foix, fille de Bernard-Roger Ier de Foix et de Garsinde de Bigorre.

Leurs enfants sont :



Naissance de Étiennette de Longwy-Metz

Stéphanie ou Étiennette de Longwy-Metz naît entre 1035 et 1045 à Longwy, fille d'Albert II d'Alsace, Seigneur de Longwy-Metz, et de Clémence de Foix.

Cette filiation est une hypothèse.



Mort d'Albert Ier de Bouzonville Comte de Metz et Bouzonville

Adalbert Ier de Bouzonville meurt le 5 octobre 1038.

Il est inhumé le 11 octobre.



Naissance de Clémence de Bouzonville

Clémence de Bouzonville naît à Longwy en 1045, fille d'Albert II d'Alsace et de Clémence de Foix, Comtesse de Bigorre.



Rébellion de Godefroy II d'Ardennes contre Henri III le Noir

Perte de Valenciennes par Baudouin V de Flandre

Prise de Verdun

Albert II d'Alsace Duc de Haute-Lotharingie

Frédéric II de Luxembourg Duc de Basse-Lotharingie

Prise du château d'Ename et de Gand par Baudouin V de Flandre

Quand son fils meurt en prison, Godefroy II d'Ardennes recommence la guerre.

En 1046, Baudouin V de Flandre prend parti pour Godefroy II d'Ardennes dans la lutte qui l'oppose à Henri III le Noir.

Herman de Hainaut s'allie à eux.

Richilde d'Egisheim, son épouse, qui aurait préféré une alliance avec l'empereur, tente de le faire emprisonner par Wason ou Wazon, Évêque de Liège, mais ce dernier refuse.

Suite à sa rébellion, Baudouin V de Flandre perd le margraviat de Valenciennes.

Thierri, évêque de Verdun, ayant obtenu entre-temps le comté de Verdun, Godefroy II d'Ardennes l'attaque par surprise, met l'évêque en fuite, saccage Verdun et brûle la cathédrale.

Henri III le Noir retire alors ses domaines à Godefroy II d'Ardennes, et donne Zutphen à Gottschalk de Twente, qui épousera Adélaïde, une sœur de Conrad II de Bonnegau.

En 1046, Henri III le Noir attribue :

Allié à Thierry IV de Hollande, Baudouin V de Flandre s'empare du château d'Ename et reprend Gand grâce au noble Lambert.

Grâce à l'aide de son frère Adalbéron III, Évêque de Metz, Frédéric II de Luxembourg réussit à s'imposer dans son nouveau duché et doit lutter contre Godefroy II d'Ardennes qui n'a pas renoncé.



Prise de Nimègue par Baudouin V de Flandre

Bataille de Thuin

Mort d'Albert II d'Alsace Duc de Haute-Lotharingie

Gérard Ier d'Alsace Duc de Lorraine

Avec Godefroy II d'Ardennes, Baudouin V de Flandre se saisit de Nimègue.

Godefroy II d'Ardennes tombe sur Adalbert II d'Alsace, le force à livrer bataille à Thuin dans le Hainaut le 11 novembre 1048, le défait et le tue.

Henri III le Noir investit alors Gérard Ier d'Alsace, neveu d'Adalbert II d'Alsace, du duché de Haute Lotharingie lors de la Diète de Worms en 1048.

Gérard Ier d'Alsace est avoué des abbayes de Moyenmoutier, de Saint-Mihiel et de Remiremont



Mariage de Guillaume Ier Tête-Hardie avec Étiennette de Longwy-Metz

Guillaume Ier Tête-Hardie épouse en 1053 Étiennette de Longwy-Metz, fille d'Albert II d'Alsace avec Clémence de Foix. Leurs enfants sont :



Mariage de Gérard Ier d'Alsace avec Hedwige de Namur

Gérard Ier d'Alsace épouse avant 1055 Hedwige de Namur ou de Flandre, fille d'Albert II de Namur et de Régelinde de Lorraine. Leurs enfants sont :

Ce mariage le rapproche de la noblesse Lorraine.



Naissance d'Adalbert Ier de Nordgau

Albert ou Adalbert Ier de Nordgau dit d'Equishem naît en 1065, fils d'Henri Ier de Dagsbourg et de X de Moha.



Mariage d'Albert III de Namur avec Ida de Saxe

Ida de Saxe est veuve de Frédéric II de Luxembourg, Duc de Basse-Lotharingie.

Albert III de Namur épouse en 1065 Ida de Saxe, fille de Bernard II de Saxe et d'Eilika de Schweinfurt. Leurs enfants sont :



Naissance d'Adélaïde de Namur

Alix ou Adélaïde de Namur naît en 1065 ou 1068, fille d'Albert III de Namur et d'Ida de Saxe.



Naissance de Godefroy Ier de Namur

Godefroi ou Godefroy Ier de Namur naît en 1066 ou en 1067, fils d'Albert III de Namur, Comte de Namur, et d'Ida de Saxe.



Mort d'Albert II de Namur

Albert III de Namur Comte de Namur.

Albert II de Namur meurt en 1069.

Albert III de Namur devient Comte de Namur.



Naissance d'Henri de Namur

Henri de Namur naît vers 1070, fils d'Albert III de Namur et d'Ida de Saxe.



Exil de Robert Ier de Flandre

Prise de Lille

Bataille de Cassel

Mort de Guillaume de Crépon

Mort de Drogon de Boves Seigneur de Boves Vicomte de Corbie

Mort Arnould III de Flandre

Robert Ier de Flandre Prisonnier puis libéré

Pillage de Saint-Omer

Invasion du Hainaut

Bataille de Broqueroie

Depuis la mort de Baudouin VI de Flandre, sa veuve Richilde d'Egisheim suscite le mécontentement des Flamands.

Robert Ier de Flandre se réfugie avec Gertrude de Saxe et ses enfants auprès de Bernard de Saxe.

C'est là que Robert Ier de Flandre reçoit l'appel à l'aide de la noblesse des villes de Flandre révoltée contre Richilde d'Egisheim.

De 1071 à 1072, Albert III de Namur et Henri II de Louvain aident Richilde d'Egisheim.

Bernard de Saxe fournit des troupes à Robert Ier de Flandre qui paraît en Flandre.

Gand, puis Ypres et les villes flamandes le reconnaissent.

Robert Ier de Flandre défait Richilde d'Egisheim et Arnoul III de Flandre, son fils, et prend Lille.

Richilde d'Egisheim appelle à son secours Philippe Ier de France, qui accourt, en plein hiver, et prend position au pied du Mont-Cassel où Robert Ier de Flandre s'est retranché.

Guillaume de Crépon mène une petite force (environ 10 hommes) pour aider Arnould III de Flandre.

Alors qu'ils vont rejoindre l'armée française, Robert Ier de Flandre les surprend dans une embuscade à Cassel entre Dunkerque et Hazebrouck.

Guillaume de Crépon meurt 20 ou 21 février 1071 au combat.

Drogon de Boves meurt le 22 février 1071 lors de cette bataille.

Guillaume le Conquérant perd l'un de ses meilleurs barons mais aussi, selon l'historien François Neveux, son seul ami ou pour le moins son plus fidèle et loyal collaborateur.

Il est inhumé dans son abbaye de Cormeilles.

Guillaume de Breteuil succède à Guillaume de Crépon, son père, en Normandie,

Roger de Breteuil succède à Guillaume de Crépon en Angleterre.

Le 22 février 1071, Robert Ier de Flandre et les piquiers flamands mettent en déroute les Français près de Bavinche ou Bavinckhove ou Bavinchove, près du mont Cassel.

Guy Ier de Campdavaine assiste à cette bataille.

Arnould III de Flandre est tué durant la bataille.

Il est inhumé par son oncle qui lui édifie un mausolée à St-Bertin.

La mort précoce de ce Comte est à l'origine de la légende de Gerbodon, homme lige d'Arnould, qui l'aurait tué et, pris de remords, aurait demandé au pape de lui couper les mains; celui-ci aurait ordonné à son cuisinier d'exécuter la besogne, sauf si elles ne tremblaient pas, ce qui se serait produit.

Pardonné, Gerbodon aurait terminé sa vie à Cluny, en odeur de sainteté.

En poursuivant les fuyards, Robert Ier de Flandre est capturé par le Comte de Boulogne, enfermé à Saint-Omer, mais il est délivré par les propres habitants de la cité.

Saint-Omer est alors ravagée et pillée par Philippe Ier de France, qui s'enfuit cependant, craignant l'arrivée de Bernard de Saxe.

Pour sa première action militaire, Philippe Ier de France est vaincu par un vassal révolté.

Les troupes royales n'ont guère montré de qualités militaires, il ne reste qu'à sauver par habile négociation la dynastie, l'honneur et le prestige.

Richilde d'Egisheim entre-temps reconnaît la suzeraineté de l'Évêque de Liège sur le Hainaut.

Robert Ier de Flandre envahie le Hainaut.

Richilde est définitivement vaincue à la bataille de Broqueroie près de Mons.



Mariage de Conrad Ier de Luxembourg avec Clémence d'Aquitaine

Conrad Ier de Luxembourg épouse vers 1074 ou 1075

Leurs enfants sont :



Mort de Godefroy III d'Ardennes Duc de Basse-Lotharingie

Godefroy de Bouillon Marquis d'Anvers

Conrad de Germanie Duc de Basse-Lotharingie

Conrad de Germanie Marquis de Turin

Albert III de Namur Régent du duché de Basse-Lotharingie

Albert III de Namur Vice duc de Basse-Lotharingie

Thierry Comte de Hainaut

Dans la querelle des Investitures :

En 1076, Godefroy III d'Ardennes soutient l'évêque d'Utrecht attaqué par Thierry V de Hollande, Comte de Hollande, son vassal, et par Robert Ier de Flandre, Comte de Flandre

Godefroy III d'Ardennes meurt à Flardingue le 20 ou le 27 février 1076 ssassiné par des envoyés de Robert Ier de Flandre alors qu'il s'apprêtait à livrer combat au bord de l'Escaut.

Sans postérité et malgré l'opposition de Mathilde de Toscane, Godefroy III d'Ardennes désigne pour lui succéder Godefroy de Bouillon, son neveu, qui hérite de ses terres.

Henri IV de Franconie lui concède l'office de Marquis d'Anvers mais préfère nommer en apanage son fils Conrad de Germanie Duc de Basse-Lotharingie et Marquis de Turin.

Soutenu par Mathilde de Toscane, Albert III de Namur revendique le duché de Bouillon, estimant avoir des droits par sa mère, et combat contre Godefroy de Bouillon pour faire valoir ses prétentions.

Comme le jeune prince n'avait que 2 ans, la régence du duché est confiée à Albert III de Namur, qui est nommé Vice Duc.

Le beau-fils de Robert Ier de Flandre, Thierry est rétabli en Hollande.



Mariage d'Èbles II de Montdidier avec Sibylle de Hauteville

Èbles II de Montdidier épouse vers 1081 Sibylle de Hauteville, fille de Robert Guiscard de Hauteville et de Sikelgaite de Salerne. Leurs enfants sont :



Mariage d'Otton II de Chiny avec Adélaïde de Namur

Otton II de Chiny épouse en 1083 Adélaïs ou Adélaïde de Namur, fille d'Albert III, Comte de Namur et Ida de Saxe. Leurs enfants sont :



Bataille de Dalhem

Mort d'Herman II de Lotharingie

Pendant une bataille près de Dalhem, Albert III de Namur tue le comte palatin Herman II de Lotharingie le 20 septembre 1085, ce qui le fait tomber en disgrâce chez l'empereur.



Paix entre Albert III de Namur et Godefroy de Bouillon

Finalement, avec la Trêve de Dieu en 1086, l'évêque de Liège réussit à faire conclure la paix entre Albert III de Namur et Godefroy de Bouillon au profit de ce dernier.


Siège de Nicée

Siège de Nicée

Mort de Guillaume III de Forez Comte de Lyon et de Forez

En mai 1097, Tancrède de Hauteville, Godefroy de Bouillon, Robert II de Flandre, Hugues Ier de Vermandois, Étienne-Henri de Blois, Thomas de Marle mènent le siège de Nicée.

Les chroniques mentionnent la présence de Gaston IV de Béarn pour la première fois à Nicée.

Albert d'Aix nomme Guillaume III de Forez parmi ceux qui prennent part à ce siège.

Roger de Choiseul participe à ce siège.

Hugues II d'Amboise participe à ce siège,

Guillaume III de Forez meurt à Nicée en juin 1097.

Le 29juin 1097, la ville se rend à l'armée d'Alexis Ier Comnène après des négociations secrètes avec les Turcs Seldjoukides.

Les drapeaux sont immédiatement hissés sur les remparts et les croisés sont très déçus de ne pas pouvoir piller la ville.

Cela provoque une défiance de Tancrède de Hauteville à l'égard des Byzantins.



Siège de Ma'arra al-Numan

Les Croisés sont inefficaces dans l'évaluation et la protection de leurs lignes d'approvisionnement, ce qui conduit à une généralisation de la faim et au manque d'équipement approprié.

Durant 3 semaines, la ville de Maara ou Marra ou Maarat ou Ma'arr al-Numan, voisine d'Antioche, dans ce qui est à présent la Syrie, est assiégé durant 3 semaines.

Le 11 décembre 1098, la forteresse de Maara est prise par les croisés de Raymond VI de Toulouse, comte de Toulouse, et Bohémond Ier de Hauteville, après un siège de

Hugues II d'Amboise participe à cette prise.

Gaston IV de Béarn ne prend pas part à ce massacre.

Guilhem V de Montpellier s'illustre lors de la prise de Maara.

Les notables obtiennent de Bohémond Ier de Hauteville la vie sauve pour tous les habitants s'ils se rendent.

À l'aube environ 15 000 habitants sont tous égorgés ou passés par le fil de l'épée, malgré la promesse du nouveau Maître d'Antioche.

Raoul de Caen, le chroniqueur franc, affirme :

Ultérieurement les témoins expliqueront ces actes par la famine, due à l'hiver et au manque de ravitaillement.

Amin Maalouf, se référant à Albert d'Aix, dit ceci :

Les nôtres ne répugnent pas à manger non seulement les Turcs et les Sarrasins tués, mais aussi les chiens.

Une lettre des chefs adressée au pape depuis la Palestine confirme qu'une terrible famine a mis l'armée dans la cruelle nécessité de se nourrir des cadavres de sarrasins et de chiens...



Conflit pour la possession du Comté de Brugeron

Albert III de Namur Comte de Brugeron

Le premier conflit de Godefroy Ier de Louvain l'oppose à Otbert, Évêque de Liège.

Ils revendiquent tous deux le comté de Brugeron ou Brunengeruz.

Henri IV de Franconie l'attribue en 1099 à l'évêque, qui le confie à Albert III de Namur.



Naissance d'Albert Ier de Chigny

Albert Ier de Chigny naît en 1100, fils d'Otton II de Chiny et d'Adélaïde de Namur.



Naissance d'Albert Ier de Brandebourg

Albert Ier de Brandebourg dit l'Ours naît vers 1100, fils d'Othon le Riche et d'Eilika de Saxe.

Il est issu des Ballenstädt par son père et des Billung par sa mère.



Mort de Godefroy de Bouillon

Baudouin de Boulogne Roi de Jérusalem

Baudouin de Bourcq Comte d'Édesse

Godefroy de Bouillon meurt le 18 juillet 1100 en revenant d'une expédition contre le sultan de Damas.

On soupçonne un empoisonnement par une pomme de cèdre que lui a offert l'émir de Césarée.

Albert d'Aix, chroniqueur allemand, reconstitue vers 1100-1110 l'histoire et les hauts faits du duc. Guillaume de Tyr contribue au XIIIe siècle à la légende de Godefroy de Bouillon dans son ouvrage intitulée l'Histoire d'Eraclès.

Le seigneur de Bouillon devint le chevalier au cygne que l'on retrouve dans Lohengrin.

Le Tasse l'a choisi pour le héros de son poème.

Sa statue équestre orne la place Royale de Bruxelles.

Baudouin de Boulogne, frère cadet de Godefroy de Bouillon, songe à étendre son comté d'Édesse vers le Dyarbekir, lorsque lui vient la nouvelle de la mort de son frère Godefroy de Bouillon.

Baudouin de Boulogne, accompagné d'Hugues de Saint-Omer, part recueillir la succession de Jérusalem et est couronné deuxième roi de Jérusalem le 25 décembre 1100 à Bethléem sous le nom de Baudouin Ier de Jérusalem.

Baudouin de Boulogne confie le Comté d'Édesse à son cousin Baudouin de Bourcq qui continue la politique de son prédécesseur.

Baudouin de Bourcq noue des alliances avec les seigneurs arméniens de Marash et de Malatya (ou Mélitène), et étend sa suzeraineté jusqu'à ces contrées.

Ce sont des mariages respectifs d'Oda de Verdun et de Régelinde de Lorraine que viennent les prétentions des comtes de Louvain et des comtes de Namur à succéder à Godefroy de Bouillon.



Albert Antipape

Thierry est capturé en janvier 1101.

Cardinal-évêque de Santa Rufina, Albertus ou Adalbertus ou Albert de Silva Candida est élu en février 1101 en succession de l'antipape Thierry.

Après son élection, des troubles éclatent. Trahi par son protecteur, il est traîné devant son rival, Pascal II, qui le fait enfermer en mars au monastère de Saint-Laurent d'Aversa, en Lombardie. Il y demeure jusqu'à la fin de ses jours.



Restitution du village d'Andenne-sur-Meuse

Gérard Ier de Looz Comte de Looz

Gérard Ier de Looz est mentionné dans une charte de 1101 d'Henri IV de Franconie concernant la restitution du village d'Andenne-sur-Meuse faite par Albert III de Namur à l'abbaye d'Andenne-sur-Meuse.

Plusieurs explications peuvent être proposées :



Mort d'Albert III de Namur Comte de Namur

Albert III de Namur meurt le 22 ou le 29 juin 1102. Albert de Namur devient, Comte de Namur.


Thibault IV de Blois - Comte de Champagne - de Blois - de Chartres - de Meaux -de Châteaudun - de Troyes

Deuxième bataille de Rama

Mort de Étienne-Henri de Blois

Thibault IV de Blois Comte de Blois, de Chartres, de Meaux, de Châteaudun et de Sancerre

Thibault IV de Blois Seigneur d'Amboise

En mai 1102, une armée égyptienne de près de 20 000 hommes, commandée par Charaf, le fils du vizir al-Afdal, arrive en Palestine et parvient à surprendre les troupes de Baudouin de Boulogne à Rama, près du port de Jaffa.

Le roi de Jérusalem n'échappe à la capture qu'en se cachant parmi les roseaux.

La plupart des chevaliers sont tués ou capturés.

Albert d'Aix rapporte qu'Étienne-Henri de Blois aurait été capturé puis décapité. Étienne-Henri meurt le 19 mai ou le 13 juillet 1102 à Rama en Héraclée.

Charaf peut reprendre Jérusalem, mais par son indécision laisse des renforts Francs arriver par mer.

Hugues de Saint-Omer se porte secours de Baudouin de Boulogne retiré à Joppé.

Charaf doit retourner en Égypte.

Guillaume de Blois est déshérité probablement pour des problèmes mentaux

Thibault IV de Blois hérite en 1102 des domaines de son père Étienne-Henri de Blois.

Il devient ainsi Comte de Meaux sous le nom de Thibault II, Comte de Blois et Seigneur de Sancerre.

Adèle de Normandie assure la direction du Comté pendant la minorité de ses enfants.

Elle s'entoure de conseillers comme Yves de Chartres, Évêque de Chartres.

Elle constitue une Chancellerie et fait régner la paix dans ses états.

Sous le règne de Thibault IV de Blois les mentions des foires de Champagne se multiplient.

À l'origine, il y a la volonté délibérée du comte de provoquer sur son territoire la rencontre entre Flamands et Italiens.



Mariage d'Hermann Ier de Winzenbourg

Hermann Ier de Winzenbourg épouse une Comtesse de Everstein. Leurs enfants sont :



Mariage de Rénier Ier de Montferrat avec Gisèle de Bourgogne-Comté

Gisèle de Bourgogne-Comté est veuve d'Humbert II de Savoie.

Rénier Ier de Montferrat épouse en 1105 Gisèle de Bourgogne-Comté, fille de Guillaume Ier Tête-Hardie et d'Étiennette de Longwy-Metz. Leurs enfants sont :



Mariage d'Hugues II du Puiset avec Mabel de Roucy

Hugues II du Puiset, fils d'Hugues Ier Blavons et d'Alice de Montlhéry, épouse Mabel de Roucy, fille d'Èbles II de Montdidier, Comte de Roucy, et de Sybille de Hauteville. Leur enfant est :



Mariage de Renaud Ier de Montbéliard avec Gisèle de Vaudémont

Renaud Ier de Montbéliard épouse vers 1112 Gisèle de Vaudémont, fille de Gérard Ier de Vaudémont et d'Hedwige de Dagsbourg. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert de Namur avec Mabille de Roucy

Mabille de Roucy est veuve d'Hugues II du Puiset.

Albert de Namur, fils d'Albert III de Namur et d'Ida de Saxe, épouse vers 1118 Mabille de Roucy, fille d'Ebles II de Montdidier, Comte de Roucy.

Albert de Namur administre le comté de Jaffa pendant la minorité de son beau-fils Hugues II de Jaffa.



Mariage d'Aimery V de Thouars avec Agnès Maude de Poitiers

Aimery V de Thouars épouse Agnès Maude de Poitiers. Leurs enfants sont :



Mort d'Albert de Namur

Albert de Namur meurt en 1122.



Mariage d'Albert Ier de Brandebourg avec Sophie de Winzenburg

Albert Ier de Brandebourg épouse vers 1124 Sophie de Winzenburg (1100-1160). Leurs enfants sont :



Albert Ier de Brandebourg investi d'un petit fief en Basse-Lusace

En 1125, Albert Ier de Brandebourg est investi par Lothaire II de Supplinbourg d'un petit fief en Basse-Lusace.



Mariage de Ladislas II de Pologne avec Agnès de Babenberg

Ladislas II de Pologne épouse en 1125 Agnès de Babenberg, la fille de Léopold III de Babenberg et d'Agnès de Franconie. Leurs enfants sont :

Ce mariage permet un rapprochement avec les opposants à l'empereur Lothaire II.


Sobeslav Ier de Bohême à Chlumec le 18 février 1126 - par Adolf Liebscher

Bataille de Chlumec

Mort d'Othon II de Moravie Duc d'Olomouc et de Brno

Venceslas Heinrich Duc d'Olomouc

Mort d'Hartung de Holstein

Au moment du dégel, le 18 février 1126, Lothaire II de Supplinbourg et Othon II de Moravie et leur armée traversent la frontière avec la Bohême près du défilé de Naklérov.

Ils rencontrent les troupes de Sobeslav Ier de Bohême près de la forteresse frontalière de Chlumec, en allemand Kulm ou Kuln, ou dans les environs du Lotaruv vrch, le Mont de Lothaire, près Jílové.

Chlumec se situe près de Chabarovice dans les contreforts sud des monts Métallifères.

La localisation exacte du lieu de la bataille est inconnue.

L'avant-garde d'environ 200 chevaliers lourdement armés commandés par Othon II de Moravie est immédiatement attaquée par les forces bohémiennes dans une vallée voisine.

Le corps d'arme principal, avec Lothaire II de Supplinbourg à sa tête, se trouve pris au piège sans possibilité de battre en retraite dans le passage montagneux.

Sobeslav Ier de Bohême remporte une victoire décisive sur les troupes impériales.

Othon II de Moravie meurt pendant ce combat.

Othon III de Moravie, fils d'Othon II de Moravie, passe sa jeunesse en exil dans la principauté de Kiev.

Venceslas Henri d'Olomouc devient Duc d'Olomouc en 1126.

Hartung de Holstein, fils d'Adolphe Ier de Holstein, meurt lors de cette bataille.

Lothaire II de Supplinbourg avec plusieurs de ses hommes liges dont Albert Ier de Brandebourg et Louis Ier de Thuringe sont capturés.

Sobeslav Ier de Bohême ne relâche ses captifs qu'à la condition de son investiture.

L'inféodation de Sobeslav Ier de Bohême par Lothaire II de Supplinbourg met fin à l'état de guerre.

La paix est négociée par Henri de Groitzsch.

Bien que le vainqueur rende formellement l'hommage féodal au vaincu, la position de Sobeslav Ier de Bohême se trouve fortement renforcée.

Afin de commémorer sa victoire, Sobeslav Ier de Bohême fait édifier rotonde sur le sommet du Ríp et la fait consacrer par Jindrich Zdík, l'évêque d'Olomouc.

Elle constitue l'un des plus anciens monuments nationaux Tchèque.



Naissance d'Othon Ier de Brandebourg

Othon Ier de Brandebourg naît entre 1126 et 1128, fils d'Albert Ier Brandebourg et de Sophie de Winzenburg.



Albert Ier de Chiny Comte de Chiny

Albert Ier de Chiny succède à Otton II de Chiny, son père, avant 1131 et devient Comte de Chiny.

Il passera la plus grande partie de son temps à Chiny, ne prenant pas part aux différents conflits qui agitent la région.



Mariage de Guillaume V de Montferrat avec Judith de Babenberg

Guillaume V de Montferrat épouse quelques temps avant le 28 mars 1133 Judith de Babenberg ou d'Autriche (vers 1115-1168),, fille de Léopold III de Babenberg, Margrave d'Autriche, et d'Agnès de Germanie. Leurs enfants sont :

Judith de Babenberg a probablement 15 ans à ce moment.



Albert Ier de Brandebourg Margrave de la marche du Nord

Conrad de Wettin Margrave de la marche de Lusace-Minnie

Albert Ier de Brandebourg Margrave de Brandebourg.

En récompense de sa participation à l'expédition en Italie, Lothaire II de Supplinbourg confie à Albert Ier de Brandebourg la Nordmark ou marche du Nord en 1134.

C'est le territoire compris entre l'Ohra et l'Aland et la région de Salwedel, plus tard appelée Altmark à l'ouest de l'Elbe.

À partir de là, Albert Ier de Brandebourg étend ses conquêtes

En 1134, Lothaire II de Supplinbourg nomme Conrad de Wettin pour la marche de Lusace-Minnie.



Prise de Havelberg

Albert Ier de Brandebourg s'empare d'Havelberg dès 1136.



Prise de Havelberg et de la Prignitz

Albert Ier de Brandebourg reçoit de Lothaire II de Supplinbourg la petite région de Salwedel plus tard appelée Altmark à l'ouest de l'Elbe à partir de laquelle il étend ses conquêtes



Prise de Prignitz

Albert Ier de Brandebourg s'empare de Prignitz en 1137.



Conquête de la Toscane

Henri X de Bavière Duc de Saxe

Henri X de Bavière Margrave de Toscane

Mort de Lothaire II de Supplinbourg Empereur germanique

Au printemps 1137, Lothaire II de Supplinbourg envoie Henri X de Bavière, son gendre, avec 3 000 chevaliers faire la conquête de la Toscane.

Henri X de Bavière réinstalle à Capoue Robert Drengot, un prince italo-normand adversaire de Roger II de Hauteville, et replace Bénévent sous la domination du pape

Pendant ce temps, Lothaire II de Supplinbourg suit avec le gros de l'armée les cotes de l'Adriatique, pour reprendre sur Roger II de Hauteville l'Italie méridionale.

Partout victorieux, Lothaire II de Supplinbourg arrive en mai 1137 devant Bari.

Albéron de Montreuil accompagne Lothaire II de Supplinbourg dans sa campagne d'Italie et défend les intérêts d'Innocent II.

Albéron de Montreuil est nommé légat du pape dans les archevêchés de Trèves, Mayence, Cologne, Saltzbourg, Brème et Magdebourg en 1137.

Lothaire II de Supplinbourg est rejoint par Innocent II et par Henri X de Bavière.

Les 2 armées marchent vers le sud.

Sur la rivière Tronto, le comte italo-normand Guillaume de Loritello rend hommage à Lothaire II de Supplinbourg et lui ouvre les portes de Termoli.

Cet hommage est imité par le comte Hugues II de Molise.

Peu de temps avant son décès, les dernières décisions testamentaires de Lothaire II de Supplinbourg donne à Henri X de Bavière, son gendre :

Lothaire II de Supplinbourg meurt le 4 décembre 1137 à Breitenwang au Tyrol.

La succession de Lothaire II de Supplinbourg dans le duché de Saxe est disputée entre :

Pribislav de Wagrie met à profit ce conflit pour se rebeller contre l'autorité du Saint-Empire.

Pribislav de Wagrie détruit le nouveau château de Segeberg.

Adolphe II de Holstein-Wagria embrasse le parti d'Henri X de Bavière et refuse de reconnaître Albert Ier de Brandebourg comme duc de Saxe.

Adolphe II de Holstein-Wagria est privé de son duché de Holstein par Conrad III de Hohenstaufen.



Léopold IV de Babenberg Duc de Bavière

Mort d'Henri X de Bavière

Lors du conflit entre Welfs et Hohenstaufen, Conrad III de Hohenstaufen dépouille Henri X de Bavière de tous ses biens et lui enlève le duché de Bavière.

Conrad III de Hohenstaufen donne ce duché à Léopold IV de Babenberg, son demi-frère, qui devient Duc de Bavière en 1139 sous le nom de Léopold Ier de Bavière.

Il réussit à s'y imposer, soutenu par son frère Othon de Babenberg, Évêque de Freising.

Henri X de Bavière se prépare à reconquérir la Bavière.

Henri X de Bavière meurt dans l'abbaye Quedlinbourg le 20 octobre 1139.

Il est inhumé dans l'église collégiale de Königslutter où sont ensevelis les membres de sa belle-famille.

Welf VI Welf, son frère, prend en main la défense des intérêts d'Henri III Welf le Lion et de la famille tout entière.

Henri III Welf le Lion est encore enfant.

La Saxe est donnée à Albert Ier de Brandebourg.



Mariage d'Albert Ier de Chiny avec Agnès de Bar

Albert Ier de Chiny, fils d'Otton II de Chiny et d'Adélaïs de Namur, épouse en 1140 Agnès de Bar, fille de Renaud Ier de Bar et de Gisèle de Vaudémont. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de Chigny avec Agnès de Bar

Albert Ier de Chigny épouse en 1140 Agnès de Bar, fille de Renaud Ier de Montbéliard et de Gisèle de Vaudémont. Leurs enfants sont :



Naissance de Bernard III de Saxe

Bernard III de Saxe naît en 1140, fils d'Albert Ier de Brandebourg et de Sophie de Winzenburg.



Naissance de Louis III de Chigny

Louis III de Chigny naît en 1141, fils d'Albert Ier de Chigny et d'Agnès de Bar.



Mariage d' Hugues VIII de Nordgau avec Luitgarde de Sulzbach

Luitgarde de Sulzbach est veuve de Godefroy II de Louvain.

Hugues VIII de Nordgau épouse en 1143 Luitgarde de Sulzbach. Leurs enfants sont :



Mariage d'Othon Ier de Wettin avec Edwige de Brandebourg

Othon Ier de Wettin épouse en 1147 Edwige de Brandebourg. Leurs enfants sont :



Mariage de Bedrich Premyslide avec Élisabeth Arpad

Élisabeth Arpad est la fille de Géza II Arpad (1129-1162), Roi de Hongrie, et d'Euphrosine Rurikide de Kiev (vers 1130-entre 1175 et 1186).

Bedrich Premyslide (1142-1189) épouse en 1147 Élisabeth Arpad. Leurs enfants sont :



Croisade contre les Wendes

Albert Ier de Brandebourg participe à la croisade contre les Wendes dans l'armée de de Conrad III de Hohenstaufen en 1148.

Wendes ou Wenden ou Vénèdes sont des termes celtiques signifiant blonds.

Les Germains pensent que les serbes sont des celtes. Ils sont en grande majorité blonds. Aussi appellent-ils ainsi les Serbes blancs ou Sorabes de Lusace.

Par la suite wenden désignera en allemand toutes les tribus slaves.



Mariage de Girard II de la Tour-du-Pin

Girard II de la Tour-du-Pin épouse en 1150 Marie. Leurs enfants sont :



Naissance d'Adalbert II de Nordgau

Albert ou Adalbert II de Nordgau ou de Dagsburg ou Albert III de Moha ou de Dabo-Moha naît en 1150 ou 1160, fils d'Hugues VIII de Nordgau, Comte de Dagsbourg, et de Luitgarde de Sulzbach.


Wichmann de Seeburg-Querfurt

Wichmann de Seeburg-Querfurt Évêque de Zeitz-Naumbourg

Wichmann de Seeburg-Querfurt devient Archevêque de Magdebourg en 1152.

Wichmann de Seeburg-Querfurt développe le commerce entre bourgs et agrandit les domaines de son diocèse.

Wichmann de Seeburg-Querfurt et Albert Ier de Brandebourg germanise la Marche de Brandebourg

Wichmann de Seeburg-Querfurt attribue de vastes domaines à l'abbaye cistercienne de Zinna en Saxe.



Mariage de Manassès d'Hierges avec Alix de Chiny

Manassès d'Hierges épouse Alix de Chiny, fille d'Albert Ier de Chiny, Comte de Chiny et d'Agnès de Bar. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert Ier de la Tour-du-Pin

Albert Ier de la Tour-du-Pin naît vers 1125 ou vers 1140 ou en 1155, fils :


Mariage de Godefroid III de Louvain avec Marguerite de Limbourg - Miniature par Jan van Boendale - Bibliothèque royale de Belgique

Mariage de Godefroid III de Louvain avec Marguerite de Limbourg

Godefroid III de Louvain épouse Marguerite de Limbourg en 1155 Marguerite de Limbourg (1135-1172), fille d'Henri II de Limbourg et de Mathilde de Saffenberg. Leurs enfants sont :

Godefroid III de Louvain met fin à la rivalité entre les 2 lignées à propos de la Basse-Lotharingie.



Paix au Brabant

Mariage de Godefroy III de Louvain avec Marguerite de Limbourg

Avec l'avènement de Frédéric Ier Barberousse, la paix est rétablie au Brabant entre Henri II de Limbourg et Godefroid III de Louvain.

Mettant fin à la rivalité entre les deux lignées à propos de la Basse-Lotharingie, Godefroy III de Louvain épouse en janvier 1155 Marguerite de Limbourg, fille de Henri II de Limbourg et de Mathilde de Saffenberg.

Leurs enfants sont :



Expédition de Frédéric Ier Barberousse contre la Pologne

Mort de Werner III von Veltheim

Albert Ier de Brandebourg Margrave de Brandebourg

Albert Ier de Brandebourg prend part à l'expédition de Frédéric Ier Barberousse en 1157 contre la Pologne.

Albert Ier de Brandebourg voit sa forteresse de Brandebourg occupée ;

Les Wendes envisagent, de là, de faire main basse sur le reste de la Marche.

Albert Ier de Brandebourg convainc Frédéric Ier Barberousse du risque que constitue Jaxa de Köpenik, qui pourrait attaquer l'armée impériale sur ses arrières, depuis l'Ouest.

Albert Ier de Brandebourg prend congé du gros de l'armée et assiège sur 3 côtés à la fois la forteresse de Brandebourg avec l'archevêque Wichmann de Seeburg-Querfurt.

En août 1157, après un dur combat au cours duquel Werner III von Veltheim, neveu d'Albert Ier de Brandebourg, trouve la mort.

Albert Ier de Brandebourg s'empare du château de Brandebourg.

Après cette victoire, Albert Ier de Brandebourg occupe les plateaux de Barnim et Teltow, et enfin s'empare du fort de Copnik.

Frédéric Ier Barberousse octroie à Albert Ier de Brandebourg en 1157 le titre de margrave de Brandebourg.



Mariage de Frédéric Ier de Bohême avec Élisabeth Arpad

Frédéric Ier de Bohême épouse Élisabeth Arpad de Hongrie, fille de Géza II Arpad et Euphrosine Rurikide de Kiev. Leurs enfants sont :



Mariage d'Hermann III de Bade avec Marie de Bohême

Hermann III de Bade est veuf de Berthe de Haute-Lorraine.

Marie de Bohême est veuve de Léopold IV de Babenberg.

Hermann III de Bade épouse en 1159 Marie de Bohême, fille de Sobeslav Ier de Bohême et d'Adelaïde Arpad. leur enfant est :



Mort d'Albert Ier de Chiny

Albert Ier de Chiny meurt un 22 septembre avant 1162.



Mort d'Albert Ier de Chigny Comte de Chigny

Albert Ier de Chigny meurt le 29 septembre 1162.



Nouvelle campagne contre les Abodrites

Prise de Werle

En 1163, Pribislav Ier de Mecklembourg et Vratislav de Mecklembourg deviennent menaçants.

Henri III Welf le Lion organise une nouvelle campagne contre les Abodrites

Elle est brève et s'achève par le siège et la prise de Werle capitale des Circipanien où réside Vratislav de Mecklembourg et sa famille.

Vratislav de Mecklembourg et son épouse sont envoyés comme prisonniers en Saxe.

Pribislav Ier de Mecklembourg demande et obtient une trêve.

Henri III Welf le Lion nomme alors des gouverneures :

En juillet 1163, Pribislav Ier de Mecklembourg reprend le combat aidé par ses voisins orientaux les princes de Poméranie.

Une citadelle saxonne est assiégée les colons flamands implantés sur ses terres massacrés.

Henri III Welf le Lion s'allie alors à Valdemar Ier de Danemark et à Albert Ier de Brandebourg.

Valdemar Ier du Danemark s'empare de Rügen et les slaves se soumettent.

Le Mecklembourg est incorporé au duché de Saxe.

Boguslaw de Stettin et Casimir de Demmin se soumettent à Henri III Welf le Lion.



Mariage de Robert IV d'Auvergne avec Mathilde de Bourgogne

Robert IV d'Auvergne épouse en 1165 Mathilde de Bourgogne (après 1145-1201), Dame de Limais ou de Liernais, fille d'Eudes II de Bourgogne et de Marie de Champagne. Leurs enfants sont :



Restitution du territoire des Adobrites à Pribislav Ier de Mecklembourg

Dès 1166, Henri III Welf le Lion rend le territoire des Adobrites à Pribislav Ier de Mecklembourg dont il veut se faire un allié contre les ambitions d'Albert Ier de Brandebourg.



Naissance d'Adalbéron de Louvain

Albert de Liège ou Adalbert ou Adalbéron de Louvain ou de Lowen ou de Brabant ou van Brabant naît en 1166, fils de Godefroid III de Louvain et de Marguerite de Limbourg.


Berthold IV de Méranie et Agnès de Rochlitz

Mariage de Berthold IV de Méranie avec Agnès de Rochlitz

Berthold IV de Méranie épouse en 1170 Agnès de Rochlitz de Basse-Lusace, fille de Dedo V de Saxe, Margrave de Basse-Lusace.

Leurs enfants sont :


Albert Ier de Brandebourg Monument allée de la Victoire à Berlin - aujourd'hui disparu - œuvre de Walter Schott Othon Ier de Brandebourg - dans la Siegesallee de Berlin

Monument dédié à Albert Ier de Brandebourg allée de la Victoire à Berlin - aujourd'hui disparu - œuvre de Walter Schott

Mort d'Albert Ier de Brandebourg

Othon Ier de Brandebourg Margrave de Brandebourg

Albert Ier de Brandebourg meurt le 18 novembre 1170.

Othon Ier de Brandebourg devient Margrave de Brandebourg en 1170.



Mariage de Bernard III de Saxe avec Judith Piast

Bernard III de Saxe épouse entre 1173 et 1177 Judith Piast, fille de Mieszko III le Vieux et d'Élisabeth Arpad.

Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de la Tour-du-Pin avec Alix de Savoie

Albert Ier de la Tour-du-Pin épouse Alix de Savoie (née vers 1155), fille d'Humbert III de Savoie et de Gertrude de Flandre. Leurs enfants sont :



Naissance de Berlion V de la Tour-du-Pin

Berlion V de La Tour-du-Pin naît en 1175, fils de Albert Ier de La Tour-du-Pin (vers 1125-1202) et de Alix de Savoie (née en 1155).



Naissance d'Albert Ier de Saxe

Albert Ier de Saxe naît en 1175, fils de Bernard III de Saxe et de Judith Piast.



Mariage d'Othon Ier de Brandebourg avec Ada de Hollande

Othon Ier de Brandebourg est veuf de Judith Piast

Othon Ier de Brandebourg épouse en 1176 Ada de Hollande, fille de Florent III de Hollande et d'Ada d'Écosse. Leur enfant est :



Naissance d'Albert II de Brandebourg

Albert II de Brandebourg naît vers 1176, fils d'Othon Ier de Brandebourg et d'Ada de Hollande.



Naissance de Simon de Limbourg

Simon de Limbourg naît ou 1177 ou 1178, fils d'Henri III de Limbourg et de Sophie de Sarrebruck.

Simon de Limbourg est cousin d'Albert de Louvain.



Mariage de Conrad II de Lusace avec Élisabeth de Grande-Pologne

Élisabeth de Grande-Pologne est veuve de Sobeslav II de Bohême

Conrad II de Lusace épouse Élisabeth de Grande-Pologne (vers 1152 ou1154-2 avril 1209), fille de Mieszko III le Vieux et d'Élisabeth Arpad. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II de La Tour-du-Pin

Anselme ou Albert II de La Tour-du-Pin naît en 1176 ou en 1180, fils d'Albert Ier de la Tour-du-Pin et d'Alix de Savoie.



Albert II d'Hierges Évêque de Verdun

Albert II d'Hierges devient Évêque de Verdun en 1187.



Mariage de Rodolphe II de Habsbourg avec Agnès de Hohenstaufen

Rodolphe II de Habsbourg épouse en 1187 Agnès de Hohenstaufen, Dame de Stauffen et Blankenberg-am-Rhein, fille de Godefroi de Hohenstaufen. Leur enfant est :



Naissance d'Albert IV de Habsbourg

Albert IV de Habsbourg dit le Sage naît en 1188, fils de Rodolphe II de Habsbourg et d'Agnès de Hohenstaufen.



Albert Ier de la Tour-du-Pin Croisé

Albert Ier de la Tour-du-Pin se croise de 1190 à 1192.


Adalbéron de Louvain et son saint patron - Pierre Paul Rubens - 1640 - Philadelphia Museum of Art

Mort de Raoul de Zähringen

Adalbéron de Louvain Évêque de Liège

Au retour de Terre Sainte, Raoul de Zähringen meurt à Herdern près de Fribourg en Suisse le 5 août 1191.

Il est inhumé dans le monastère de Sankt Peter.

Adalbéron de Louvain récupère sa charge de chanoine de la cathédrale de Liège.

Adalbéron de Louvain reçoit le sous-diaconat en 1191.

Adalbéron de Louvain n'a pas atteint l'âge canonique de 30 ans.

Cependant tous les autres archidiacres, membres du clergé, habitants de la ville et princes du pays, consentent à son élection;

Albert de Louvain est élu Évêque de Liège à la majorité écrasante de son chapitre cathédrale, le 8 septembre 1191

Baudouin V de Hainaut s'oppose à l'élection d'Albert de Louvain et, avec une poignée de chanoines, élit Albert de Rethel.



Lothaire de Hochstaden Prince-évêque de Liège

Adalbéron de Louvain à Rome

Adalbéron de Louvain Diacre cardinal

Mort d'Adalbéron de Louvain

Excommunication de Lothaire de Hochstaden

Le 13 janvier 1192, à la Diète de Worms, Henri VI le Sévère saisit un comité composé de 10 évêques et de 3 abbés.

Ce comité décide que, le siège étant clairement en litige, il revient à Henri VI le Sévère de nommer un évêque.

Henri VI le Sévère nomme Prince-évêque de Liège Lothar ou Lothaire de Hochstaden ou von Hochstaden, prévôt de Bonn, un membre de sa famille.

Albert de Rethel refuse avec indignation un règlement financier offert par Henri VI le Sévère;

La majorité des électeurs de Liège acceptent la décision impériale à cause de la menace de Henri VI le Sévère.

Adalbéron de Louvain se rend à Rome où il arrive le 5 avril 1192.

Le pape Célestin III l'accueille, entend son cas et le présente à la curie romaine;

Certains cardinaux recommandent la prudence, mais la majorité appuie la demande d'Adalbéron de Louvain.

Célestin III accepte la décision et, dans le palais du Latran, confirme l'élection d'Adalbéron de Louvain après la Pentecôte 1192.

Adalbéron de Louvain est ordonné Diacre cardinal par le pape Celestine III à Rome le 30 mai 1192.

Adalbéron de Louvain quitte Rome.

Le 31 juillet 1192, Adalbéron de Louvain se trouve dans l'abbaye de Lobbes, dans le Brabant.

Adalbéron de Louvain se rend au monastère de Nivelles.

Adalbéron de Louvain se rend dans l'une des forteresses de Henri III de Limbourg, son oncle,.

En août ou début septembre, Henri III de Limbourg accompagne Adalbéron de Louvain à Reims.

Celestine III écrit à :

Adalbéron de Louvain est ordonné prêtre le samedi 19 septembre 1192 à Reims par le cardinal Guillaume-aux-Blanches-Mains, archevêque de Reims.

Le 20 septembre 1192, Adalbéron de Louvain reçoit la consécration épiscopale du même archevêque.

Par crainte d'Henri VI le Sévère, Adolf Ier von Altena, Évêque de Cologne ne veut pas le faire.

Adalbéron de Louvain célèbre son premier mas le 21 septembre dans la cathédrale de Reims.

Adalbéron de Louvain reste à Reims les 2 mois suivants;

Henri VI le Sévère envoie des émissaires à Reims.

En octobre 1192, 3 chevaliers allemands arrivent à Reims.

Ils font connaissance avec Adalbéron de Louvain et gagnent sa confiance.

Ils persuadent Adalbéron de Louvain de faire une promenade à cheval avec eux hors des murs de la ville.

Le 24 ou le 26 novembre 1192, alors qu'il se rend à l'abbaye de Saint-Rémi, les 3 chevaliers attaquent Adalbéron de Louvain avec leurs épées, le frappent à la tête, lui brisant le crâne.

Adalbéron de Louvain est inhumé en la cathédrale de Reims.

Adalbéron de Louvain sera fait saint de l'Église catholique.

Lothaire de Hochstaden est excommunié et l'empereur Henri VI le Sévère doit faire pénitence.



Mariage de Hugues Ier de Coligny avec Béatrice d'Albon

Hugues Ier de Coligny (1170-1205), Seigneur de Coligny, un petit seigneur de Bresse, épouse en 1193 Béatrice d'Albon, Dauphine du Viennois. Leurs enfants sont :



Naissance d'Alice de la Tour-du-Pin

Alix ou Alasie ou Alice de la Tour-du-Pin naît vers 1195, fille d'Albert II de la Tour-du-Pin et de Marie d'Auvergne.



Naissance de Gertrude de Nordgau

Gertrude de Nordgau ou de Moha naît en 1195 ou 1205 ou 1206 fille d'Albert ou Adalbert II de Nordgau, Comte de Dagsbourg, et Gertrude de Bade.



Mariage d'Albert II de La Tour-du-Pin avec Marie d'Auvergne

Albert II de la Tour-du-Pin épouse en 1198 Marie d'Auvergne (1180-1215 ou 1229), fille de Robert IV d'Auvergne et de Mahaut de Bourgogne. Leurs enfants sont :


Théodora Comnène

Mariage de Léopold VI d'Autriche avec Théodora Comnène

Léopold VI d'Autriche épouse en 1203 Théodora Comnène, une princesse byzantine. Leurs enfants sont :


Albert II de Brandebourg dans la Siegesallee de Berlin

Mort d'Othon II de Brandebourg

Albert II de Brandebourg Margrave de Brandebourg

Othon II de Brandebourg meurt sans descendance.

Albert II de Brandebourg, son demi-frère, devient Margrave de Brandebourg en 1205.



Mariage d'Albert II de Brandebourg avec Mathilde Wettin

Albert II de Brandebourg épouse en 1205 Mathilde Wettin. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert III de La Tour-du-Pin

Albert III de La Tour-du-Pin naît en 1205, fils d'Albert II de la Tour-du-Pin et de Marie d'Auvergne.


Othon IV de Brunswick et le pape Innocent III, manuscrit du XVe siècle

Othon IV de Brunswick Empereur germanique

Gervais de Tilbury Maréchal de la cour impériale pour le royaume d'Arles

Othon IV de Brunswick est alors reconnu et couronné empereur germanique par le pape Innocent III à Rome le 4 ou le 15 octobre 1209.

Il est accompagné d'Albert II de Magdebourg, archevêque.

Ferry II de Lorraine se rallie à Othon IV de Brunswick.

Suzerain de la Provence, Othon IV de Brunswick nomme en novembre 1209 l'anglais Gervais de Tilbury maréchal de la cour impériale pour le royaume d'Arles avec obligation de résider à Arles, alors siège de nombreuses ambitions.


Albert Ier de Saxe - Gravure sur bois vers 1550

Mort de Bernard III de Saxe

Albert Ier de Saxe Duc de Saxe et Comte d'Anhalt

Bernard III de Saxe meurt le 9 février 1212.

Albert Ier de Saxe devient Duc de Saxe et Comte d'Anhalt en 1212.



Naissance de Jean Ier de Brandebourg

Jean Ier de Brandebourg naît vers 1213, fils d'Albert II de Brandebourg et de Mathilde Wettin.



Mort d'Albert Ier de la Tour-du-Pin

Albert Ier de la Tour-du-Pin meurt vers 1213 ou en 1217.

Albert Ier de la Tour-du-Pin est connu par ses donations à la Chartreuse de Portes et par divers traités.

La baronnie de la Tour-du-Pin comprenait plus de 80 villages et bourgs.



Naissance d'Othon III de Brandebourg

Othon III de Brandebourg dit le Pieux (der Fromme) naît vers 1215, fils d'Albert II de Brandebourg et de Mathilde Wettin.



Mariage d'Henri Ier d'Anhalt avec Irmgarde de Thuringe

Henri Ier d'Anhalt épouse vers 1215 Irmgarde de Thuringe (1197-1244), fille d'Hermann Ier de Thuringe. Leurs enfants sont :



Mariage de Thiébaud Ier de Lorraine avec Gertrude de Nordgau

Thiébaud Ier de Lorraine épouse en 1215 ou le 1er janvier 1216 Gertrude de Nordgau (morte en 1225), fille d'Albert II, Comte de Dasbourg et de Metz, et de Gertrude de Bade.



Mariage d'Albert IV de Habsbourg avec Heilwig de Kybourg

Albert IV de Habsbourg épouse en 1217 Heilwig de Kybourg, fille de Ulrich III, Seigneur de Kybourg, et d'Anna de Zähringen.Leurs enfants sont :



Mort d'Albert II de la Tour-du-Pin Baron de la Tour-du-Pin

Albert II de la Tour-du-Pin meurt en 1218 ou 1219 ou vers 1226.



Naissance de Rodolphe Ier de Habsbourg

Rodolphe Ier de Habsbourg naît à Limbourg ou Limburg sur le Lahn à Liège le 1er mai 1218, fils d'Albert IV de Habsbourg et d'Heilwig de Kybourg.


Princes-électeurs de Henri VII de Hohenstaufen - Identifiés à leur blasons, de gauche à droite : l'archevêque de Cologne - l'archevêque de Mayence - l'archevêque de Trèves - le Comte palatin du Rhin - le duc de Saxe - le margrave de Brandebourg - le roi de Bohême

Henri VII de Hohenstaufen Roi des Romains

Henri de Hohenstaufen, fils de Frédéric II de Hohenstaufen, devient Roi des Romains sous le nom d'Henri VII en 1220.

Les princes électeurs sont :



Mariage d'Albert III de La Tour-du-Pin avec Béatrix de Coligny

Albert III de La Tour-du-Pin épouse le 4 mai 1220 ou en 1224 ou en 1225 Béatrix de Coligny, Dame de Coligny et de Malleval et de Rochechaume, fille d'Hugues Ier de Coligny (1170-1205), Seigneur de Coligny-le-Neuf, et de Béatrix. Leurs enfants sont :


Jean Ier de Brandebourg et Othon III de Brandebourg au centre - Siméon de Cölln à gauche et Marsile de Berlin à droite - Allée des victoires à Berlin - par Max Baumbach - 1900

Mort d'Albert II de Brandebourg

Jean Ier de Brandebourg et Othon III de Brandebourg Co-margrave de la Marche de Brandebourg

Albert II de Brandebourg meurt le 25 février 1220.

Jean Ier de Brandebourg et Othon III de Brandebourg règnent de façon collégiale comme margrave sur la Marche de Brandebourg en 1220.

Le règne des deux margraves de la Maison d'Ascanie est marqué par la colonisation germanique des marches de l'Est, qui rattachea au Saint Empire :

Ils parvinrent à asseoir durablement le poids politique et le rayonnement du Brandebourg dans le Saint Empire.

Ils fondent plusieurs bourgs, se consacrant particulièrement au développement des villes jumelles de Cölln et de Berlin sur la Spree.

Ils firent de la forteresse d'Ascanie, édifiée sur la colline voisine de Spandau, leur résidence favorite.

Ils décidèrent d'un commun accord de partager la Marche de Brandebourg entre leurs deux lignées, la lignée johannique et la lignée othonienne.



Mariage de Guillaume II de Genève avec Alice de la Tour-du-Pin

Guillaume II de Genève épouse en 1220 Alice de la Tour-du-Pin, fille d'Albert II de la Tour-du-Pin et de Marie d'Auvergne. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de Saxe avec Agnès de Babenberg

Albert Ier de Saxe épouse en 1222 Agnès de Babenberg, fille de Léopold VI d'Autriche et Théodora Comnène. Leur enfant est :



Traité signé par Valdemar II de Danemark

Un traité est signé le 4 juillet 1224 par Valdemar II de Danemark captif au château de Danneberg au Mecklembourg pour recouvrer sa liberté.

Albert II de Weimar-Orlamünde, son neveu, qui assume la régence au Danemark, rejette les conditions d ce traité.



Bataille de Mölln

Albert II de Weimar-Orlamünde Prisonnier

Adolphe IV de Holstein Comte de Schauenburg

Libération de Valdemar II de Danemark

Adolphe IV de Holstein remporte en 1225 la Bataille de Mölln contre Albert II de Weimar-Orlamünde, régent du Danemark, qui est capturé.

Adolphe IV de Holstein devient Comte de Schauenburg en 1225.

Bien que Frédéric II de Hohenstaufen réprouve publiquement la félonie dont a été victime Valdemar II de Danemark, il ne fait rien pour libérer le roi danois.

Jacob de Møn finit par réunir l'énorme rançon de 45 000 marks d'argent nécessaire à la délivrance de Valdemar II de Danemark et de Valdemar III de Danemark le Jeune.

Un traité est signé le 17 novembre 1225 entre Valdemar II de Danemark et Henri de Schwerin.

Valdemar II de Danemark doit céder la Nordalbingie en 1225.

L'empire danois au sud de l'Ejder est en grande partie perdu.

Libéré, Valdemar II de Danemark proteste de la félonie de son vassal et des mauvais traitements.



Naissance de Béatrice de la Tour-du-Pin

Béatrix ou Béatrice de la Tour-du-Pin naît entre 1226 et 1232, fille d'Albert III de La Tour-du-Pin et de Béatrix de Coligny.



Mariage d'Albert Ier de Saxe avec Agnès de Thuringe

Albert Ier de Saxe est veuf d'Agnès de Babenberg.

Albert Ier de Saxe épouse en 1227 Agnès de Thuringe, fille d'Herman Ier de Thuringe et de Sophie de Bavière. Leur enfant est :



Mariage d'Othon Ier de Brunswick-Lunebourg avec Mathilde de Brandebourg

Othon Ier de Brunswick-Lunebourg épouse en 1228 Mathilde de Brandebourg, fille du Margrave Albert II de Brandebourg. Leurs enfants sont :



Naissance de Marie de la Tour-du-Pin

Marie de la Tour-du-Pin dite de Coligny naît vers 1230, fille d'Albert III de La Tour-du-Pin et de Béatrix de Coligny.



Mariage d'Aynard Ier de Sassenage avec Alix de Bressieu

Aimar ou Aynard Ier de Sassenage est le fils de Guigues III de Sassenage (mort vers 1257), Baron de Sassenage, et de Beatrix Bérenger.

Aynard Ier de Sassenage épouse Alix de Bressieu. Leurs enfants sont:



Mariage d'Albert III de la Tour-du-Pin avec Marguerite de Chalon

Albert III de la Tour-du-Pin épouse Marguerite de Chalon, fille de Jean Ier de Chalon (vers 1190-1267), Comte d'Auxonne, et de Mahaut de Bourgogne (1190-1242)



Naissance d'Albert Ier de Sassenage

Albert Ier de Sassenage naît en 1232 ou vers 1240, fils d'Aynard Ier de Sassenage et d'Alix de Bressieu.



Mariage de Nicolas Ier de Mecklembourg-Werle avec Jutta d'Anhalt

Nicolas Ier de Mecklembourg-Werle épouse avant le 10 mars 1233 Jutta d'Anhalt (morte en 1277), fille d'Henri Ier d'Anhalt. Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric II de Hohenstaufen avec Isabelle d'Angleterre

Autres enfants illégitimes de Frédéric II de Hohenstaufen

Henri Ier de Brabant escorter et ramène d'Angleterre Isabelle d'Angleterre, fiancée à Frédéric II de Hohenstaufen.

Frédéric II de Hohenstaufen épouse à Worms en Rhénanie-Palatinat le 15 juillet 1235 Elizabeth ou Isabelle d'Angleterre (1214-1241), fille de Jean-Sans-Terre et d'Isabelle dite Taillefer. Leurs enfants sont :



Naissance d'Humbert Ier du Viennois

Humbert de la Tour-du-Pin ou Humbert Ier du Viennois naît en 1235, fils d'Albert III de la Tour-du-Pin et de Béatrice de Coligny.



Naissance d'Albert Ier de Brunswick

Albert Ier de Brunswick, dit le Grand (der Große), naît en 1236, fils d'Othon Ier de Brunswick-Lunebourg et de Mathilde de Brandebourg.



Mariage d'Éric IV de Danemark avec Jutte de Saxe

Éric IV de Danemark épouse le 9 octobre 1239 Jutte de Saxe, fille d'Albert Ier de Saxe et d'Agnès de Babenberg. Leurs enfants sont :



Mort d'Albert IV de Habsbourg Comte de Habsbourg, Landgrave de Haute-Alsace

Albert IV de Habsbourg meurt en 1239.



Naissance d'Albert II de Misnie

Albert II de Misnie dit le Dégénéré ou le Dénaturé ou en allemand der Entartete ou der Unartige naît en 1240, fils d'Henri III de Misnie et de Constance d'Autriche.



Mariage d'Henri II de Brabant avec Sophie de Thuringe

Henri II de Brabant est veuf de Marie de Hohenstaufen.

Henri II de Brabant épouse vers 1240 Sophie de Thuringe, fille de Louis IV de Thuringe, Landgrave de Thuringe, et d'Élisabeth de Hongrie. Leurs enfants sont :



Mariage de Rodolphe Ier de Genève avec Marie de la Tour-du-Pin

Rodolphe Ier de Genève épouse après le 8 juin 1241 Marie de la Tour-du-Pin, fille d'Albert III de La Tour-du-Pin et de Béatrice de Coligny. Leurs enfants sont :



Mariage d'Othon III de Brandebourg avec Béatrix de Bohême

Othon III de Brandebourg épouse en 1243 Béatrix de Bohême, fille de Wenceslas le Borgne.

Leurs enfants sont :

Othon III de Brandebourg obtient en dot le rattachement de la région de Bautzen-Haute-Lusace au Brandebourg.



Mariage de Rodolphe Ier de Habsbourg avec Gertrude de Hohenberg

Rodolphe Ier de Habsbourg épouse en 1245 Gertrude de Hohenberg, fille de Bouchard III de Hohenberg et de Mechtilde de Tübingen. Leurs enfants sont :



Mort d'Agnès de Thuringe

Mariage d'Albert Ier de Saxe avec Hélène de Brunswick-Lunebourg

Agnès de Thuringe meurt en 1247.

Albert Ier de Saxe épouse en 1247 ou 1248 Hélène de Brunswick-Lunebourg (vers 1231-1273), fille d'Otto Ier de Brunswick-Lunebourg, Duc de Brunswick-Lunebourg.

Leurs enfants sont :



Naissance d'Hélèna de Saxe

Hélène ou Hélèna de Saxe naît en 1247, fille d'Albert Ier de Saxe et d'Hélène de Brunswick-Lunebourg.



Mariage de Berlion VI de la Tour-du-Pin avec Marguerite de Châteauneuf

Berlion VI de la Tour-du-Pin, Seigneur de Vinay, épouse en 1248 Marguerite de Châteauneuf de l'Albenc (vers 1225-1292). Leurs enfants sont :


Marguerite Sambiria - Miniature de 1282 –Tallinn - Estonie

Mariage de Christophe Ier de Danemark avec Marguerite Sambiria

Margrethe ou Marguerite Sambiria ou en danois Sambirsdatter surnommée Sprænghest (cheval éclatant) est la fille de Sambor II de Tczew ou de Pomérélie et de Mathilde de Mecklembourg.

Christophe Ier de Danemark épouse en 1248 Marguerite Sambiria. Leurs enfants sont :



Mariage de Conrad II de Glogów avec Sophie de Wettin

Conrad II de Glogów épouse Sophie de Wettin. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de Sassenage avec Marguerite de Beauvoir

Albert Ier de Sassenage épouse Marguerite de Beauvoir (morte en 1279). Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric II de Nuremberg avec Élisabeth de Habsbourg

Frédéric II de Nuremberg épouse Élisabeth de Habsbourg, fille d'Albert IV de Habsbourg. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II de Saxe

Albert II de Saxe naît vers 1250, fils d'Albert Ier de Saxe et d'Hélène de Brunswick-Lunebourg.



Mariage d'Henri III le Blanc avec Judith de Mazovie

Judith de Mazovie est veuve de Mieszko II l'Obèse.

Henri III le Blanc épouse le 2 juin 1252 Judith de Mazovie, de Conrad Ier de Mazovie. Leurs enfants sont :



Mort d'Othon Ier de Brunswick-Lunebourg

Albert Ier de Brunswick et Jean Ier de Brunswick-Lunebourg Co-Duc de Brunswick et de Lunebourg

Othon Ier de Brunswick-Lunebourg meurt le 9 juin 1252.

Albert Ier de Brunswick et Jean Ier de Brunswick-Lunebourg, ses deux fils ainés, lui succèdent, d'abord comme Co-Duc de Brunswick et de Lunebourg.



Mariage d'Albert Ier de Brunswick avec Élisabeth de Brabant

Albert Ier de Brunswick épouse en 1254 Élisabeth de Brabant, fille d'Henri II de Brabant et de Sophie de Thuringe


Albert II de Misnie et Marguerite de Hohenstaufen

Mariage d'Albert II de Misnie avec Marguerite de Hohenstaufen

Albert II de Misnie épouse en juin 1255 ou en 1256 Marguerite de Hohenstaufen, fille de Frédéric II de Hohenstaufen et d'Isabelle d'Angleterre. Leurs enfants sont :

Marguerite de Hohenstaufen reçoit comme dot Pleissnerland : les villes d'Altenburg, Zwickau, Chemnitz et Leisnig.

Le couple s'installe à Eckartsberga puis à Wartbourg.



Albert III de la Tour-du-Pin Grand sénéchal du royaume d'Arles et de Vienne

Albert III de la Tour-du-Pin devient Grand sénéchal du royaume d'Arles et de Vienne en 1257.



Mariage de Bernhard Ier d'Anhalt-Bernburg avec Sophia de Schleswig

Bernhard Ier d'Anhalt-Bernburg épouse à Hambourg le 3 février ou le 2 mars 1258 Sophia de Schleswig. Leurs enfants sont :



Mort de Meinhard III de Goritz

Meinhard IV de Goritz Comte de Tyrol

Meinhard III de Goritz meurt en 1258.

Meinhard IV de Goritz devient Comte de Tyrol en 1258 en indivision avec Albert II de Goritz (mort en 1304), son frère, qui perpétuera la lignée de Goritz.



Mort d'Albert III de la Tour-du-Pin Baron de La Tour-du-Pin et de Coligny

Humbert Ier du Viennois Baron de la Tour-du-Pin

Albert III de la Tour-du-Pin meurt entre avril 1259 et 1269.

Albert III de la Tour-du-Pin est connu pour ses donations aux chartreuses de Seillon, de Portes et de Montmerle, ainsi qu'à l'église d'Ambronay.

Humbert Ier du Viennois devient un Baron de la Tour-du-Pin.



Mariage de Conrad Ier de Brandebourg avec Constance de Grande Pologne

Boleslas le Pieux essaie de poursuivre la politique de Przemysl Ier de Grande Pologne, son frère, pour arriver à des relations de bon voisinage avec le Brandebourg.

Boleslas le Pieux marie la fille de son frère.

Conrad Ier de Brandebourg épouse en 1260 Constance de Grande Pologne, fille de Przemysl Ier de Grande Pologne et d'Élisabeth de Wroclaw. Leurs enfants sont :

Boleslas le Pieux donne la place-forte de Santok en dot, en échange d'un accord de paix.


Albert II de Saxe

Mort d'Albert Ier de Saxe

Albert II de Saxe Duc de Saxe

Albert II de Saxe Duc de Saxe-Wittenberg

Albert II de Saxe Prince-électeur de Saxe

Albert Ier de Saxe meurt le 7 octobre 1260 ou le 8 novembre 1261.

Albert II de Saxe devient Duc de Saxe en 1260.

Il devient également :



Mariage d'Henri Ier de Mecklembourg-Werle-Güstrow avec Rikissa Birgersdotter

Rikissa Birgersdotter est veuve d'Hakon de Norvège le Jeune, roi associé de Norvège.

Henri Ier de Mecklembourg-Werle-Güstrow épouse en 1262 épouse Rikissa Birgersdotter (morte le 13 décembre 1288), fille de Birger Magnusson de Bjälbo, régent de Suède Birger. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de Brunswick avec Alessine de Montferrat

Albert Ier de Brunswick épouse en 1263 Alessine de Montferrat, fille de Boniface II de Montferrat et de Marguerite de Savoie. Leurs enfants sont :



Albert II de Misnie Landgrave de Thuringe

Albert II de Misnie Comte palatin de Saxe

Albert II de Misnie devient Landgrave de Thuringe en 1265.

Albert II de Misnie devient Comte palatin de Saxe en 1265.



Mariage d'Henri III le Blanc avec Helena de Saxe

Mort d'Henri III le Blanc

Peu de temps avant sa mort, Henri III le Blanc épouse en 1266 Helena de Saxe, fille d'Albert Ier de Saxe.

La politique très impopulaire d'Henri III le Blanc provoque la révolte des nobles.

Henri III le Blanc meurt le 3 décembre 1266 empoisonné.

Il est inhumé dans l'église des Clarisses de Wroclaw qu'il a fondée.

Henri III le Blanc a gouverné d'une main de fer, bâillonnant l'aristocratie et s'opposant fermement aux demandes de privilèges de l'Église.

Il a favorisé la venue de colons allemands en Basse-Silésie pour développer l'économie de son duché.

Il a donné des droits urbains à de nombreuses localités.

Il a été un duc bâtisseur, faisant construire plusieurs châteaux et édifices religieux.

De nombreux artistes étaient invités à sa cour où l'allemand était la langue en usage.

Henri IV le Juste, son fils, n'est encore qu'un enfant.

Ladislas de Salzburg devient régent du duché de Wroclaw.

Ladislas de Salzburg prend sous sa protection Henri IV le Juste, son neveu.

Devant en permanence se partager entre Salzbourg et Wroclaw, Ladislas de Salzburg ne peut s'occuper convenablement de son éducation.



Naissance d'Henri Ier de Brunswick

Henri Ier de Brunswick naît en 1267, fils d'Albert Ier de Brunswick et d'Alessine de Montferrat.


Albert Ier de Brunswick - lithographie de 1840

Albert Ier de Brunswick Duc de Brunswick

Jean Ier de Brunswick-Lunebourg Prince de Lunebourg

En 1267, les deux frères décident de se partager le duché de Brunswick :



Naissance d'Albert II de Brunswick-Göttingen

Albrecht ou Albert II de Brunswick-Göttingen dit le Gros ou der Fette naît vers 1268, fils d'Albert Ier de Brunswick et d'Alessine de Montferrat.



Albert Ier de Brunswick Prince de Brunswick

En 1269, Albert Ier de Brunswick reçoit Wolfenbüttel, Calenberg, Brunswick même, le Harz et Göttingen.

Il devient le premier prince de Brunswick, tout en conservant le titre de duc de Brunswick-Lunebourg.



Naissance de Guillaume Ier de Brunswick

Guillaume Ier de Brunswick naît en 1270, fils d'Albert Ier de Brunswick et d'Alessine de Montferrat.



Mariage d'Albert II de Misnie avec Cunégonde d'Eisenberg

Albert II de Misnie est veuf de Marguerite de Hohenstaufen.

Albert II de Misnie épouse sa maitresse Cunégonde d'Eisenberg. Leurs enfants sont :

Deux enfants étaient déjà nés de son concubinage notoire avec Cunégonde d'Eisenberg.



Mariage de Guilhaume des Eperviers avec Frédolette de Montjus

Guilhaume des Eperviers épouse vers 1273 Frédolette de Montjus (née vers 1250-vers 1326). Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert II de Saxe avec Agnès de Habsbourg

Albert II de Saxe épouse le 24 octobre 1273 Agnès de Habsbourg, fille de Rodolphe Ier de Habsbourg et de Gertrude de Hohenberg. Leurs enfants sont :



Rodolphe Ier de Habsbourg Roi des Romains

Ottokar II de Bohême pose sa candidature au titre de Roi des Romains mais en est écarté.

Ferry III de Lorraine est un partisan d'Alphonse X le Sage, mais il y a peu de combats.

Grégoire X favorise Rodolphe Ier de Habsbourg au détriment d'Alphonse X le Sage.

Frédéric III de Hohenzollern participe à l'élection de l'empereur Rodolphe Ier de Habsbourg, qui lui accordera par la suite le titre de prince pour son burgraviat de Nuremberg.

Rodolphe Ier de Habsbourg est élu Roi des Romains en 1273 et est sacré à Aix la Chapelle comme Empereur du Saint Empire. Il refuse l'invitation du pape, il n'ira jamais à Rome pour se faire couronner de ses mains.

Comme Rodolphe Ier de Habsbourg craint le refus des 7 princes électeurs concernant la succession de son fils au trône impérial, il imagine d'obtenir leurs voix en mariant 4 de ses six filles aux quatre princes électeurs laïcs.

Rodolphe Ier de Habsbourg succède à Richard de Cornouailles et met fin à la période du Grand Interrègne.



Mariage d'Albert Ier de Habsbourg avec Élisabeth de Carinthie

Albert Ier de Habsbourg épouse en 1274 Élisabeth de Carinthie (vers 1262-1313), fille de Meinhard IV de Goritz, Comte de Tyrol, et d'Élisabeth de Bavière (1227-1293). Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert Ier de Balazuc

Albert Ier de Balazuc naît à Ruoms en Ardèche vers 1275, fils de Guilhaume des Eperviers et de Fredolette de Montjus.



Mariage de Frédéric III de Hohenzollern avec Hélèna de Saxe

Frédéric III de Hohenzollern est veuf d'Élisabeth de Méranie.

Frédéric III de Hohenzollern épouse en 1275 Hélèna de Saxe, fille du Duc Albert Ier de Saxe. Leurs enfants sont :



Mariage de François Ier de Sassenage avec Agnès de Joinville

François Ier de Sassenage épouse vers 1275 Agnès de Joinville (morte en 1322). Leurs enfants sont :



Mort de Jean Ier de Brunswick-Lunebourg

Othon II de Brunswick-Lunebourg Duc de Brunswick-Lunebourg et Prince de Lunebourg

Jean Ier de Brunswick-Lunebourg meurt le 13 décembre 1277.

Othon II de Brunswick-Lunebourg, son fils, devient Duc de Brunswick-Lunebourg et Prince de Lunebourg en 1277.

Encore mineur, le gouvernement est donc confié à Albert Ier de Brunswick son oncle.



Mort d'Albert Ier de Brunswick

Henri Ier de Brunswick, Albert II de Brunswick-Göttingen et Guillaume Ier de Brunswick Co-ducs de Brunswick-Lunebourg

Albert Ier de Brunswick meurt le 15 août 1279.

Henri Ier de Brunswick, Albert II de Brunswick-Göttingen et Guillaume Ier de Brunswick, ses fils, lui succèdent tout d'abord comme Co-ducs de Brunswick-Lunebourg.

Étant mineurs, ils sont placés sous la garde de Conrad de Brunswick, leur oncle, prince-évêque de Verden.

Othon II de Brunswick-Lunebourg est toujours mineur.

Conrad de Brunswick prend la suite d'Albert Ier de Brunswick pour le gouvernement du duché de Brunswick-Lunebourg et de la principauté de Lunebourg.



Naissance d'Albert II de Sassenage

Albert II de Sassenage naît vers 1280, fils de François Ier de Sassenage et d'Agnès de Joinville.



Naissance d'Albert II de Sassenage

Albert II de Sassenage naît vers 1280, fils de François Ier de Sassenage et d'Agnès de Joinville.



Naissance d'Anne de Habsbourg

Anne de Habsbourg naît en 1280, fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Naissance d'Agnès de Habsbourg

Agnès de Habsbourg naît en 1281, fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Naissance de Rodolphe III de Habsbourg

Rodolphe III de Habsbourg der Gute naît vers 1282, fils d'Albert Ier de Habsbourg (1248 ou vers 1255-1308) et de Élisabeth de Carinthie (vers 1262-1313).



Naissance de Rodolphe III de Habsbourg

Rodolphe III de Habsbourg, dit le Bon ou le Débonnaire ou en tchèque : Rudolf I. Habsburský naît en 1282, fils d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Albert Ier de Habsbourg et Rodolphe II d'Autriche co Duc d'Autriche et de Styrie

Albert Ier de Habsbourg et Rodolphe II d'Autriche deviennent conjointement Duc d'Autriche et de Styrie en 1282.



Mort d'Albert Ier de Sassenage Baron de Sassenage

Albert Ier de Sassenage meurt vers 1283.



Traité de Rheinfelden

Albert Ier de Habsbourg Duc d'Autriche et de Styrie

Rodolphe II d'Autriche, fils de l'empereur Rodolphe Ier de Habsbourg, renonce à ses droits sur l'Autriche et la Styrie au profit de son aîné Albert Ier de Habsbourg le 1er juin 1283.

Albert Ier de Habsbourg promet des compensations à Rodolphe II d'Autriche.

Albert Ier de Habsbourg devient seul Duc d'Autriche et de Styrie seul en 1283.



Naissance de Rodolphe Ier de Saxe

Rodolphe Ier de Saxe naît vers 1284, fils d'Albert II de Saxe et de d'Agnès de Habsbourg.



Mariage d'Albert II de Brunswick-Göttingen avec Risca de Werde-Güstrow

Albert II de Brunswick-Göttingen épouse en l'église Saint Blaise de Brunswixck le 10 janvier 1284 Rixa ou Risca de Werde-Güstrow (vers1268-entre1312 et 1317), fille d'Henri Ier de Werle. Leurs enfants sont :



Naissance d'Élisabeth de Habsbourg

Élisabeth de Habsbourg ou d'Autriche naît vers 1285, fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Naissance de Frédéric III le Bel

Frédéric III le Bel (en allemand Friedrich der Schöne) naît à Vienne en Autriche en 1286 ou 1289, fils d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.

Frédéric III le Bel et son cousin Louis IV de Wittelsbach sont élevés ensemble, et leurs relations sont bonnes.



Mariage d'Albert II de Misnie avec Élisabeth d'Orlamünde

Albert II de Misnie est veuf de Cunégonde d'Eisenberg

Albert II de Misnie épousa en 1290 Élisabeth d'Orlamünde de la maison d'Ascanie.



Naissance d'Othon de Brunswick-Göttingen

Otton ou Othon de Brunswick-Göttingen naît le 24 juin 1290 ou en 1292, fils d'Albert II de Brunswick-Göttingen et de Risca de Werde-Güstrow.



Naissance de Léopold Ier d'Autriche

Léopold Ier d'Autriche dit Der Glorwürdige (digne de gloire) ou Das Schwert Habsburg (l'épée des Habsbourg), naît à Vienne le 4 août 1290, fils d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Partage du Brunswick

À leur majorité, en 1291, Henri Ier de Brunswick, Albert II de Brunswick-Göttingen et Guillaume Ier de Brunswick procèdent au partage de leurs terres.

Les frères se disputent la possession de la ville de Brunswick.

Guillaume Ier de Brunswick devient prince de Wolfenbüttel, recevant les villes de Wolfenbüttel, Schöningen, Harzbourg, Seesen et Königslutter.

Albert II de Brunswick-Göttingen obtient les villes et châteaux de Göttingen, Minden, Northeim, Calenberg et Hanovre, et devient Prince de Göttingen.

Il fixe sa résidence à Göttingen.



Albert II de Brunswick-Göttingen

Albert II de Brunswick-Göttingen devient .

prince de Göttingen de 1291 à sa mort



Mort d'Albert de Goritz

Albert de Goritz, fils de Meinhard IV de Goritz, meurt en 1292.



Mort de Guillaume Ier de Brunswick

Guillaume Ier de Brunswick meurt en 1292.

Henri Ier de Brunswick et Albert II de Brunswick-Göttingen, ses frères, se disputent son héritage : la région de Brunswick même et de Wolfenbüttel.

Albert II de Brunswick-Göttingen en obtient la majeure partie et devient Prince de Wolfenbüttel.



Albert II de Brunswick-Göttingen

Albert II de Brunswick-Göttingen devient .

prince de Wolfenbüttel de 1292 à sa mort.



Mariage d'Henri II de Mecklembourg avec Béatrice de Stargard

Henri II de Mecklembourg épouse en 1292 Béatrice de Stargard, fille d'Albert III de Stargard. Leur enfant est :

Béatrice de Stargard apporte en dot la principauté de Stargard.


Adolphe Ier de Nassau

Adolphe Ier de Nassau Roi des Romains

Les mariages des 4 filles de Rodolphe Ier de Habsbourg aux quatre princes électeurs laïcs sont vains car les princes électeurs accordent leur vote au plus offrant.

À l'instigation de l'archevêque de Cologne Siegfried II, Adolphe Ier de Nassau est élu roi des Romains, contre Albert Ier de Habsbourg, le 5 mai 1292.

Adolphe Ier de Nassau est couronné à Aix-la-Chapelle le 24 juin 1292.

Petit seigneur rhénan, Adolphe Ier de Nassau ne dispose pas d'une assise économique suffisante et le fardeau financier de ses concessions électorales limite sa marge de manœuvre politique.



Mariage de Przemysl II de Grande Pologne avec Marguerite de Brandebourg

Przemysl II de Grande Pologne épouse en 1293 Marguerite de Brandebourg, fille d'Albert II de Brandebourg.



Mariage d'Hermann Ier de Brandebourg avec Anne de Habsbourg

Hermann Ier de Brandebourg épouse en septembre 1295 Anne de Habsbourg, fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie. Leurs enfants sont :



Naissance de Catherine de Habsbourg

Catherine de Habsbourg naît en 1295, fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.


Mort de Przemysl II de Grande Pologne - par Jan Matejko

Mort de Przemysl II de Grande Pologne

Ladislas Ier de Pologne Duc de Grande-Pologne et de Poméranie

Przemysl II de Grande Pologne veut réunifier tous les territoires polonais.

Il est un obstacle à l'expansion territoriale vers l'est des margraves de Brandebourg.

Przemysl II de Grande Pologne est enlevé et meurt à Rogozno le 8 février 1296 assassiné par des sbires à la solde des margraves de Brandebourg.

Il est inhumé dans la cathédrale de Poznan.

Élizabeth Ryksa devient la protégée de Marguerite du Brandebourg, l'épouse de Przemysl II de Grande Pologne.

Élizabeth Ryksa est éduquée à la cour d'Albert III de Brandebourg et Élizabeth Ryksa est destinée à devenir la femme d'Othon V de Brandebourg, fils d'Albert III de Brandebourg.

Après l'assassinat de Przemysl II de Grande Pologne, Boleslas II de Mazovie soutient Ladislas Ier de Pologne dans sa guerre contre Henri III de Glogów pour la succession en Grande Pologne.

Ladislas Ier de Pologne devient Duc de Grande-Pologne et de Poméranie en 1296.



Mariage d'André III Arpad avec Agnès de Habsbourg

André III Arpad est veuf de Fenenna Piast.

André III Arpad épouse le 13 février 1296 Agnès de Habsbourg fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Édouard Ier d'Angleterre en France

Conférence à Grammont

Édouard Ier d'Angleterre n'apprécie évidemment pas l'intervention française en Flandre et décide de venir en Flandre.

Édouard Ier d'Angleterre arrive à Courtrai le 22 novembre 1296 et convoque ses alliés à venir le rejoindre pour tenir une conférence.

Celle-ci a lieu à Grammont le 25 décembre 1296.

Y assistent autour de Guy III de Dampierre-sur-Aube et d'Édouard Ier d'Angleterre :



Privilèges de Schwytz et d'Uri

Adolphe Ier de Nassau reconnaît pour la première fois en 1297 les privilèges de Schwytz (statuts de 1240) et d'Uri pour contrer Albert Ier.



Naissance d'Albert II d'Autriche

Albert II d'Autriche dit der Weise ou le Sage naît le 12 décembre 1298, fils d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.


Albert Ier de Habsbourg

Albert Ier de Habsbourg Roi des Romains

Bataille de Goelheim

Mort d'Adolphe Ier de Nassau

Rodolphe III de Habsbourg Duc d'Autriche et de Styrie

N'ayant pas tenu les promesses qu'il leur avait faites, les princes électeurs déposent Adolphe Ier de Nassau le 23 juin 1298.

Rodolphe de Bavière soutient Adolphe Ier de Nassau, son beau-père contre Albert Ier de Habsbourg, son oncle maternel.

Albert Ier de Habsbourg bat Adolphe Ier de Nassau à Goelheim ou Gelheim, près de Worms le mardi 1er juillet ou le 2 juillet 1298.

Albert Ier de Habsbourg tue Adolphe Ier de Nassau.

En 1298, Thiébaud II de Lorraine fait partie des combattants contre Adolphe de Nassau.

Albert Ier de Habsbourg, Duc de Habsbourg, est à son tour élu roi des Romains le 27 juillet 1298.

Rodolphe de Bavière rejoint alors le parti des Habsbourg.

La forte politique dynastique d'Albert Ier de Habsbourg provoque une résurgence des conflits dynastiques chez les Wittelsbach.

Boniface VIII a de vifs démêlés avec l'empereur d'Allemagne et incite les princes d'Allemagne à se révolter contre Albert Ier de Habsbourg.

Rodolphe III de Habsbourg devient Duc d'Autriche et de Styrie avec Albert Ier de Habsbourg, son père.


Rodolphe Ier de Saxe

Mort d'Albert II de Saxe

Rodolphe Ier de Saxe Duc de Saxe

Albert II de Saxe meurt le 25 août 1298.

Rodolphe Ier de Saxe devient Duc de Saxe en 1298.



Naissance d'Henri de Habsbourg

Henri de Habsbourg naît en 1299, fils d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.


Venceslas II de Bohême - par Jan Matejko

Attaque de Venceslas II de Bohême contre la Mazovie

Venceslas II de Bohême Roi de Pologne

En 1300, la détérioration des relations entre la Bohême et la Mazovie pousse Venceslas II de Bohême à attaquer la Mazovie. Boleslas II de Mazovie résiste et ne change pas sa ligne politique.

En 1300, Venceslas II de Bohême chasse Ladislas Ier de Pologne et s'empare de la Grande-Pologne ainsi que de la Poméranie de Gdansk.

Ladislas Ier de Pologne part en exil.

Hedwige de Kalisz et ses enfants se cachent à Radziejów.

Ayant réunifié une grande partie des territoires polonais à l'exception de la Mazovie, Venceslas II de Bohême est couronné Roi de Pologne, sous le nom de Venceslas Ier de Pologne, à Gniezno le 25 juillet 1300, par l'archevêque Jakub Swinka.

Venceslas II de Bohême renforce aussi son influence en Silésie en devenant le protecteur des jeunes ducs de Legnica et de Wroclaw.

Cette montée en puissance de Venceslas II de Bohême est mal acceptée par les Hongrois, par le pape Boniface VIII et par Albert Ier de Habsbourg.

Boleslas II de Mazovie ne reconnaît pas Venceslas II de Bohême comme roi de Pologne.



Naissance d'Othon d'Autriche

Othon d'Autriche naît le 23 juillet 1301, fils d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie.



Mariage d'Albert II de Sassenage avec Marguerite Alleman de Valbonnais

Albert II de Sassenage épouse en 1303 Marguerite Alleman de Valbonnais, fille de Guigues II Alleman (mort en 1320), Seigneur de Valbonnais, et de Sibylle de Clérieu (morte en 1292). Leurs enfants sont :



Mariage de Rodolphe Ier de Saxe avec Jutte de Brandenbourg

Rodolphe Ier de Saxe épouse vers 1303 Jutte de Brandenbourg. Leurs enfants sont :



Albert Ier de Habsbourg Roi des Romains

Albert Ier de Habsbourg est reconnue en 1303 roi des Romains par le pape Boniface VIII. Il n'eut pas le temps d'être sacré empereur.

Jean II de Brabant s'impose dans la région qui deviendra par la suite la Belgique et combat l'empereur Albert Ier de Habsbourg qui cherche à raffermir son autorité dans la région, mais doit se soumettre.



Suzeraineté d'Éric VI de Danemark sur tous les pays situés au nord de l'Elde

En 1304, Albert Ier de Habsbourg abandonne à Éric VI de Danemark tous les pays situés au nord de l'Elde.



Naissance de Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel

Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel Welf dit le Pieux ou der Fromme naît en 1304, fils d'Albert II de Brunswick-Göttingen, Prince de Göttingen et de Wolfenbüttel et de Risca de Werde-Güstrow.



Mariage de Ferry IV de Lorraine avec Élisabeth de Habsbourg

Ferry IV de Lorraine épouse en 1304 Élisabeth de Habsbourg, fille d'Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie. Leurs enfants sont :



Naissance d'Ernest Ier de Brunswick-Göttingen

Ernest Ier de Brunswick-Göttingen ou von Braunschweig-Göttingen naît vers 1305, fils d'Albert II de Brunswick-Göttingen et de Risca de Werde-Güstrow.



Naissance d'Ernest de Brunswick-Göttingen

Ernest de Brunswick-Göttingen naît vers 1305, fils d'Albert II de Brunswick-Göttingen et de Risca de Werde-Güstrow.



Mort de Venceslas III de Bohême

Mariage d'Henri de Görtz avec Anne de Bohême

Henri de Görtz Roi de Bohême

En route vers la Pologne pour revendiquer la couronne, à la tête d'une armée, Venceslas III de Bohême est assassiné à Olomouc le 4 août 1306.

Il est inhumé en l'abbaye des Cisterciens de Zbraslav, près de Prague.

Avec sa disparition s'éteint la dynastie des Premyslides.

Élizabeth Ryksa devient de nouveau un parti intéressant pour qui veut monter sur le trône de Bohême et de Pologne.

Suite à la disparition de la dynastie tchèque, Albert Ier de Habsbourg proclame que le royaume de Bohême n'est qu'un fief du Saint-Empire.

Albert Ier de Habsbourg, soutient la candidature au trône de Bohême de Rodolphe III de Habsbourg.

Albert Ier de Habsbourg tente de prendre le contrôle de la Bohême et l'envahit.

Henri de Görtz épouse en 1306 Anne de Bohême, fille de Venceslas II de Bohême et de Judith de Habsbourg. Leur enfant est :

Henri de Görtz est le plus proche héritier de Venceslas III de Bohême.

Henri de Görtz est élu Roi de Bohême par la noblesse fin août 1306

Henri de Görtz doit s'effacer en face à son neveu Rodolphe III de Habsbourg.



Mariage d'Albert Ier de Balazuc avec Pétronille de Joanas

Albert Ier de Balazuc épouse le lundi 16 août 1306 Pétronille de Joanas (née au Béage en Ardèche vers 1290), fille de Pons de Joanas. Leurs enfants sont :


Rodolphe III de Habsbourg

Rodolphe III de Habsbourg Roi de Bohême

Albert Ier du Saint Empire confère à Znojmo le 18 janvier 1307 la Bohême à titre de fief à son fils.

Rodolphe III de Habsbourg devient Roi de Bohême sous le nom de Rodolphe Ier de Bohême.



Mort de Rodolphe III de Habsbourg

Henri de Görtz Roi de Bohême

Rodolphe III de Habsbourg meurt le 3 juillet 1307 brutalement.

Albert Ier de Habsbourg, son père, reste seul Duc d'Autriche et de Styrie.

Henri de Görtz est élu de nouveau Roi de Bohême (Jindrich Korutanský) en 1307.

Élizabeth Ryksa, veuve Rodolphe III de Habsbourg, de achète la région de Hradec Kralove.

Une longue lutte commence entre Henri de Görtz et Frédéric III le Bel, frère de Rodolphe III de Habsbourg.

Frédéric III le Bel perd la guerre et Élizabeth Ryksa doit fuir.


Léopold Ier d'Autriche

Mort de Albert Ier de Habsbourg

Léopold Ier d'Autriche Duc d'Autriche et de Styrie

Henri VII de Luxembourg Roi des Romains

Rodolphe III de Habsbourg contrairement au pacte conclu en 1283, n'a pas reçu les compensations promises par Albert Ier de Habsbourg.

Albert Ier de Habsbourg meurt à Königsfelden le 1er mai 1308, assassiné lors d'une dispute familiale par son neveu Jean de Habsbourg, fils posthume de Rodolphe II d'Autriche.

Albert Ier de Habsbourg lutte contre les soulèvements en Suisse, (légende de Guillaume Tell) et les maisons de Bohême et de Thuringe.

Charles Ier de Valois se porte candidat, encouragé par son frère Philippe IV le Bel, qui ne souhaite pas prendre lui-même le risque d'un échec et pense probablement qu'un homme de paille sur le trône impérial serait une bonne chose pour la France.

Mais Henri VII de Luxembourg est élu Roi des Romains en 1308. Thiébaut de Bar est un de ses principaux conseillers.

Frédéric III le Bel devient le maître de l'Autriche dont il partage l'administration avec ses frères cadets.

Léopold Ier d'Autriche devient Duc d'Autriche et de Styrie en 1308 sous le nom de Léopold VII.



Naissance d'Albert II de Balazuc

Albert II de Balazuc naît vers 1309, fils d'Albert Ier de Balazuc et de Pétronille de Joanas.


Ingeborg Hakonsdatter de Norvège - Cathédrale de Linköping - vers 1360

Mariage d'Erik Magnusson de Suède avec Ingeborg Hakonsdatter de Norvège

Mariage de Valdemar Magnusson de Suède avec Ingeborg Eriksdatter de Norvège

Un double mariage a lieu à Oslo.

Dans la guerre civile suédoise Hakon V de Norvège change à nouveau d'alliance.

Erik Magnusson de Suède épouse le 29 septembre 1312 Ingeborg Hakonsdatter de Norvège, fille d'Hakon V de Norvège et d'Euphémie de Rügen. Leur enfant est :

Le couple transmet à Magnus, leur fils, les droits aux royaumes de Norvège et de Suède.

Valdemar Magnusson de Suède, frère d'Erik Magnusson de Suède, épouse le 29 septembre 1312 Ingeborg Eriksdatter de Norvège, fille d'Éric II de Norvège et d'Isabelle Bruce, seconde dans l'ordre de succession.

Dans les années suivantes Erik Magnusson de Suède et Valdemar Magnusson de Suède cherchent à élargir leur part du royaume de Suède et Valdemar Magnusson de Suède obtient les châteaux de Turku et de Häme



Mariage de Charles de Calabre avec Catherine de Habsbourg

Charles de Calabre épouse en 1313 ou en 1316 Catherine de Habsbourg (1295-1323), fille d'Albrecht ou Albert Ier de Habsbourg et d'Élisabeth de Carinthie. Leur enfant est :



Mort d'Albert II de Misnie

Albert II de Misnie meurt à Erfurt le mardi 20 novembre 1314.



Mariage de Jean II de Saxe-Lauenburg avec Élisabeth de Holstein

Jean II de Saxe-Lauenburg est le fils de Jean Ier d'Anhalt (1247-1286) et d'Ingeburg de Smaland de Bjalbo (1245-1302).

Jean II de Saxe-Lauenburg épouse en 1315 Élisabeth de Holstein.

Leur enfant est :



Mariage d'Henri II de Mecklembourg avec Anne de Saxe-Wittenberg

Henri II de Mecklembourg est veuf de Béatrice de Stargard.

Henri II de Mecklembourg épouse le 6 juillet 1315 ou en 1317 Anne de Saxe-Wittenberg, fille d'Albert II de Saxe et d'Agnès de Habsbourg.

Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II de Mecklembourg

Albrecht II von Mecklenburg ou Albert II de Mecklembourg ou dit Le Grand naît en 1318, fils d'Henri II de Mecklembourg et d'Anne de Saxe-Wittenberg.



Mort d'Albert II de Brunswick-Göttingen

Othon de Brunswick-Göttingen Duc de Brunswick-Lunebourg et Prince de Göttingen et de Wolfenbüttel

Albert II de Brunswick-Göttingen meurt le 22 septembre 1318.

Othon de Brunswick-Göttingen devient Duc de Brunswick-Lunebourg et Prince de Göttingen et de Wolfenbüttel.

Othon de Brunswick-Göttingen est nommé protecteur de Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel et Ernest de Brunswick-Göttingen, ses deux frères mineurs.

Othon de Brunswick-Göttingen continuera à régner même après la majorité de ses deux cadets.


Marguerite II de Hainaut

Mariage de Louis IV de Wittelsbach avec Marguerite II de Hainaut

Louis IV de Wittelsbach épouse en Allemagne le 25 février 1324 Marguerite II de Hainaut, fille de Guillaume Ier de Hainaut et de Jeanne de Valois. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert II d'Autriche avec Johanna de Pfirt

Albert II d'Autriche épouse en 1324 Johanna de Pfirt ou Jeanne de Ferretes, fille du Comte Ulrich III de Pfirt. Leurs enfants sont :



Bataille de Varey

Mort de Pierre de Vesc

Guigues VIII du Viennois assiste Hugues de Genève, Seigneur d'Authon, son vassal contre Édouard de Savoie qui lui fait la guerre. Édouard de Savoie les battit deux fois.

Guigues VIII du Viennois et Hugues de Genève remportent sur lui une victoire considérable, le 7 ou le 9 août ou le 9 septembre 1325, dans la plaine de Saint Jean le Vieux, devant le château de Varei ou Varay ou Varey, près de Pont d'Ain, dont Édouard de Savoie faisait le siège.

Albert II de Sassenage concourt à la victoire de Varey.

Albert II de Sassenage est armé chevalier par Guigues VIII du Viennois sur le champ de bataille.

Les chroniques du temps nous disent que l'ost de Savoye fut bellement desconfit.

Pierre de Vesc escalade le premier les murs du château de Varay.

Mais Pierre de Vesc est tué.

En hommage, Guigues VIII du Viennois autorise l'ajout d'un château aux armes de Vesc.

Amédée III de Genève participe à la bataille de Varey, soutenant Guigues VIII du Viennois bien qu'il soit le neveu d'Édouard de Savoie.

Guigues VIII du Viennois fait de nombreux prisonniers dont :

Il ne les relâchera que longtemps après et moyennant de fortes rançons.



Mariage de Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel avec Sophie de Havelland

Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel épouse en 1327 Sophie de Havelland (morte en 1356), fille du Margrave Henri Ier de Brandebourg. Leurs enfants sont :



Émeute à Mantoue

Mort de Rinaldo Bonacolsi et de François Bonacolsi

Louis Ier Gonzague Capitaine général du peuple de Mantoue

Rinaldo Bonacossi a pour beau-frère Louis Ier Gonzague, qui tient alors le premier rang parmi la noblesse de Mantoue.

Les Gonzague sont fortement implantés dans les places importantes des rouages du pouvoir : juges, administrateurs, ambassadeurs...

Filippino ou Philippino, Guy et Feltrino, les 3 fils de Louis Ier Gonzague, et François, fils de Rinaldo Bonacossi, sont liés, non par l'amitié, mais par l'habitude des mêmes débauches.

François, quelque peu jaloux de Philippino Gonzague, lui déclare, dans un accès de colère, qu'il se vengera de lui en violant sa femme sous ses propres yeux.

Philippino Gonzague appelle ses frères au secours, rassemble les mécontents et obtient l'assistance de Cosme de la Scala, qui ne pardonne pas à Rinaldo Bonacossi d'occuper le premier rang dans le parti gibelin.

Le 14 août 1328, Philippino Gonzague introduit dans la ville ses vassaux qu'il a armés, et les soldats de Cosme de la Scala.

Rinaldo Bonacossi, alarmé par les cris dans les rues, accourt à cheval pour calmer la sédition.

Il est renversé par le comte Albert Saviola qui le tue d'un coup d'épée aux portes mêmes de son palais.

Ses fils naturels Giovanni et Francesco, enfermés à Castellaro près de Trente, mourront de faim dans leur cellule comme Rinaldo Bonacolsi avait fait mourir de faim François Pic de la Mirandole.

Plusieurs partisans des Rinaldo Bonacossi sont massacrés.

Les autres s'étant enfui, leurs biens sont confisqués.

Rinaldo Bonacossi aura été le dernier membre de la puissante famille des Bonacossi à diriger la ville de Mantoue.

Louis Ier Gonzague, âgé de 60 ans, est proclamé le surlendemain, le 16 août 1328, par le peuple, sauveur et seigneur de Mantoue et prend le titre de capitaine général du peuple (capitano generale del popolo)

Louis Ier Gonzague devient le premier capitaine du peuple (capitano del Popolo) de la ville de Mantoue.

Dans les décennies suivantes, les Gonzague vont faire en sorte d'enrichir la ville.

La région de Mantoue devient une sorte de grenier à blé du nord de l'Italie.

Bien sûr, les Gonzague vont également s'enrichir en augmentant leurs possessions (terres, demeures ou moulins par exemple) et ils iront jusqu'à détenir le dixième de la ville et de ses richesses.

Pour pallier toute surprise, les Gonzague vont tisser un véritable réseau relationnel avec bon nombre d'habitants, ce qui leur permettra d'instaurer une seigneurie héréditaire.



Albert II de Mecklembourg Prince de Mecklembourg

Albert II de Mecklembourg devient Prince de Mecklembourg en 1329.


Albert II d'Autriche

Mort de Frédéric III le Bel

Albert II d'Autriche et Othon d'Autriche Co-Duc d'Autriche et de Styrie

Frédéric III le Bel meurt le 13 janvier 1330 au château de Gutenstein dans le Wienerwald, et est inhumé à Mauerbach dans un monastère qu'il a fondé.

Lorsque celui-ci fut fermé en 1783, on conduisit sa dépouille à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne.

Albert II d'Autriche et Othon d'Autriche règnent conjointement sur le patrimoine des Habsbourg et deviennent Co-Duc d'Autriche et de Styrie en 1330.



Mort d'Albert Ier de Balazuc Seigneur de Balazuc

Albert Ier de Balazuc meurt vers 1332.



Mort d'Henri de Görtz

Albert II d'Autriche et Othon d'Autriche Co-Duc de Carinthie

Henri de Görtz meurt en 1335.

Albert II d'Autriche et Othon d'Autriche reçoivent le duché de Carinthie de Louis IV de Wittelsbach, l'empereur.



Mariage d'Henri II Bérenger avec Hugonette de La-Tour-du-Pin

Hugonette de La-Tour-du-Pin est la fille de Hugues de La-Tour-du Pin (mort en 1334), Seigneur de Vinay, et d'Aymare de Tournon (née vers 1290).

Henri II Bérenger épouse le 12 avril 1336 Hugonette de La-Tour-du-Pin, Dame de Vinay.

Leurs enfants sont :

Le contrat est signé à Romans.



Mariage d'Albert II de Mecklembourg avec Euphémie de Suède

Albert II de Mecklembourg épouse le 10 avril 1336 Euphémie de Suède, fille d'Erik Magnusson de Suède, Duc de Sudermanie. Parmi leurs 5 enfants citons :

Ce mariage lui permet d'acquérir des domaines en Suède et de lui procurer une certaine influence dans ce royaume.

Erik Magnusson de Suède est le fils de Magnus III de Suède.


Guillaume de Boldenseleremet son livre au cardinal

Remise du Liber de quibusdam ultramarinis partibus et praecipue de Terra sancta

Guillaume de Boldensele est reçu à Avignon au cours du printemps 1336 pour remettre à Hélie de Talleyrand-Périgord le récit de ses périples.

Hélie de Talleyrand-Périgord reçoit le Liber de quibusdam ultramarinis partibus et praecipue de Terra sancta des mains de Guillaume de Boldensele, ouvrage qu'il lui a commandité et qui retrace les visites de ce moine dans le Moyen-Orient.

Il semble qu'une véritable amitié lie les 2 hommes.

Ils ont en commun une grande et noble lignée ainsi qu'une érudition importante.

Le moine est un lecteur assidu d'Aristote, d'Albert le Grand et de Thomas d'Aquin.

Hélie de Talleyrand-Périgord qualifie Guillaume de Boldensele de trésor dans le champ du troupeau du Seigneur.



Naissance d'Albert Ier de Bavière

Albert Ier de Bavière ou de Wittelsbach naît à Munich le 25 juillet 1336, fils de Louis IV de Wittelsbach et de Marguerite II de Hainaut.



Naissance d'Henri III de Mecklembourg

Heinrich III der Hänger von Mecklenburg ou Henri III de Mecklembourg naît en 1337, fils d'Albert II de Mecklembourg et d'Euphémie de Suède.


Albert II de Sassenage - portrait se trouvant au château de Sassenage

Albert II de Sassenage Capitaine des armées de PhilippeVI de Valois en Poitou et en Saintonge

Albert II de Sassenage est capitaine des armées de Philippe VI de Valois en Poitou et en Saintonge en 1338.



Albert II de Sassenage Capitaine des armées de Philippe VI de Valois en Poitou et en Saintonge

Albert II de Sassenage est souverain capitaine des armées de Philippe VI de Valois en Poitou et en Saintonge en 1338.



Mort d'Albert II de Sassenage Baron de Sassenage

Henri II Bérenger Baron de Sassenage

Albert II de Sassenage est Conseiller du Dauphin Guigues VIII du Viennois

Albert II de Sassenage meurt vers 1339 sans postérité.

Avec Albert II de Sassenage s'éteint la branche des premiers barons de Sassenage issus du sang d'Hector de Sassenage.

Après bien des contestations, Henri II Bérenger, son neveu, Seigneur suzerain de Pont-en-Royans, devient Baron de Sassenage.

Suivant la disposition testamentaire de François de Sassenage du 15 avril 1328, Henri II Bérenger quitte le nom et les armes de Bérenger pour prendre celles de Sassenage.



Naissance de Rodolphe IV d'Autriche

Rodolphe IV d'Autriche, dit le Fondateur ou le Magnanime, naît le 1er novembre 1339, fils d'Albert II d'Autriche et de Johanna de Pfirt.



Naissance d'Albert Ier de Mecklembourg

Albrekt av Mecklenburg ou Albert Ier de Mecklembourg naît en 1340, fils d'Albert II de Mecklembourg et d'Euphémie de Suède.



Mariage de Louis V de Bavière avec Marguerite de Carinthie

Afin d'acquérir le Tyrol pour la famille Wittelsbach, Louis V de Bavière épouse en 1342 Margarete de Carinthie, fille d'Henri de Görtz et d'Anne de Bohême. Leurs enfants sont :

Margarete Maultasch n'a alors pas encore divorcé de Jean-Henri de Moravie, son précédent époux.

Guillaume d'Ockham et Marsile de Padoue défendent le premier Mariage civil du Moyen-âge.

Toutefois le Pape excommunie le couple et le scandale est connu à travers l'Europe entière.

Le Tyrol est également puni par un interdit.



Naissance de Magnus Ier de Mecklembourg

Magnus Ier de Mecklembourg (en allemand Magnus Ier von Mecklenburg) naît en 1345, fils d'Albert II de Mecklembourg et d'Euphémie de Suède.



Mariage d'Albert II de Balazuc avec Pelette de Montréal

Albert II de Balazuc épouse par contrat de mariage du 9 août ou mardi 17 août 1345 Paulette ou Pelette de Montréal (à Ruoms en Ardèche vers 1320-après 1395), Héritière de sa maison et des terres de Montréal, Croze, Uzer et Montbrison. Leur enfant est :



Naissance de Pierre III de Balazuc

Pierre III de Balazuc naît à Ruoms en Ardèche vers 1346, fils d'Albert II de Balazuc et de Pelette de Montréal.



Mariage d'Othon de Saxe-Wittenberg avec Élisabeth de Brunswick-Lunebourg

Othon de Saxe-Wittenberg est le fils de Rodolphe Ier de Saxe-Wittenberg (mort le dimanche 21 mars 1356) et de Judith de Brandebourg (morte le dimanche 9 mai 1328).

Othon de Saxe-Wittenberg épouse vers 1346 Élisabeth de Brunswick-Lunebourg, fille de Guillaume II de Brunswick-Lunebourg et d'Edwige de Ravensberg. Leur enfant est :



Naissance d'Albert V d'Este

Alberto ou Albert V d'Este naît le 27 février 1347, fils d'Obizzo II d'Este.


Louis V de Bavière - par Ernst Herter -1899 - Siegesallee, Berlin

Mort de Louis IV de Wittelsbach Empereur germanique

Louis V de Bavière, Louis VI le Romain, Otto V le bavarois, Étienne II de Bavière, Guillaume Ier de Bavière-Straubing et Albert Ier de Bavière Co-Duc de Bavière

Louis V de Bavière, Louis VI le Romain, Otto V le bavarois, Étienne II de Bavière, Guillaume Ier de Bavière-Straubing et Albert Ier de Bavière Co-Comte de Hollande et de Hainault

Louis IV de Wittelsbach meurt en Allemagne le 11 octobre 1347 d'un incident cardiaque lors d'une partie de chasse.

Cette disparition subite évite à Charles Ier de Luxembourg d'entrer en guerre avec l'empereur encore très puissant.

Louis V de Bavière, Louis VI le Romain, Otto V le bavarois, Étienne II de Bavière, Guillaume Ier de Bavière-Straubing et Albert Ier de Bavière, ses fils lui succède en commun comme Duc de Bavière et Comte de Hollande et de Hainault.

Marguerite II de Hainaut, veuve de Louis IV de Wittelsbach, décide alors de s'occuper de ses comtés de Hainaut, de Hollande et de Zélande.


Albert II de Mecklembourg

Albert II de Mecklembourg Duc de Mecklembourg-Schwerin

Albert II de Mecklembourg devient Duc de Mecklembourg-Schwerin en 1348 sous le nom d'Albert Ier de Mecklembourg-Schwerin.



Division des possessions des Wittelsbach

En 1349, la Bavière et les possessions des Wittelsbach aux pays-Bas sont divisées :



Naissance d'Albert III d'Autriche

Albrecht ou Albert III d'Autriche dit à la Tresse (mit dem Copfe) naît le 9 septembre 1349, fils d'Albert II d'Autriche et de Johanna de Pfirt.



Naissance de Léopold III de Habsbourg

Léopold III de Habsbourg, dit le Bon, naît à Vienne le 1er novembre 1351, fils d'Albert II d'Autriche et de Johanna de Pfirt.



Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Anne de Schweidnitz

Veuf pour la seconde fois, Charles Ier de Luxembourg âgé de 37 ans, n'a qu'une héritière, Catherine, laquelle vit à Vienne à la cour de son fiancé Rodolphe de Habsbourg.

Un remariage est donc impératif.

Charles Ier de Luxembourg épouse le 27 mai 1353 Anne de Schweidnitz (1339-11 juillet 1362), fille de Henri II, Duc de Schweidnitz.

Leurs enfants sont :



Mariage de Magnus II de Brunswick-Lunebourg avec Catherine d'Anhalt

Magnus II de Brunswick-Lunebourg épouse avant le 6 octobre 1356 Catherine d'Anhalt (vers 1332-1390), fille de Valdemar ou Bernard III d'Anhalt-Bernbourg. Leurs enfants sont :



Mort de Jean II de de Nuremberg

Jean II de Nuremberg meurt en 1357.

Frédéric V de Nuremberg, son fils, et Albert de Nuremberg, son frère, lui succèdent comme margrave de Nuremberg.

Albert de Nuremberg est co-burgrave de Nuremberg de 1357 à 1361.



Démence de Guillaume Ier de Bavière-Straubing

Guerre civile en Hollande

Guillaume Ier de Bavière-Straubing sombre dans la démence et doit être interné, d'abord à La Haye puis au château d'Ath en 1358.

Bloemsten, le gouverneur de Kennemaar, un Cabeliaux est remplacé par Brederode, un chef hameçon.

La lutte éclate immédiatement et déchire la Hollande pendant 6 semaines, puis Albert Ier de Bavière négocie la paix et pardonne les insurgés.


Marguerite de Silésie-Liegnitz

Mariage d'Albert Ier de Bavière avec Marguerite de Silésie-Liegnitz

Albert Ier de Bavière épouse à Passau Marguerite de Silésie-Liegnitz ou de Silésie-Brieg, fille de Louis de Silésie-Liegnitz et d'Agnès de Glogau. Leurs enfants sont :



Naissance de Jeanne de Bavière

Jeanne de Bavière naît en 1358, fille d'Albert Ier de Bavière et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.


Rodolphe IV d'Autriche

Mort d'Albert II d'Autriche

Rodolphe IV d'Autriche Duc d'Autriche, de Styrie et de Carinthie

Albert II d'Autriche meurt le 16 août 1358.

Rodolphe IV d'Autriche devient Duc d'Autriche, de Styrie et de Carinthie en 1358.



Mariage d'Albert Ier de Mecklembourg avec Richardis de Schwerin

Albert Ier de Mecklembourg épouse en 1359 Richardis de Schwerin (morte en 1377), fille d'Othon Ier de Schwerin.

Leurs enfants sont :



Annulation de l'excommunication de Louis V de Bavière et de Margarete Maultasch

Louis V de Bavière a de bonnes relations avec les Habsbourg et arbitre les conflits entre Albert II d'Autriche, Duc d'Autriche, et la Suisse.

Avec le support d'Albert II d'Autriche, l'excommunication de Louis V de Bavière et de Margarete Maultasch est annulée en 1359.


Albert Ier de Bavière

Internement de Guillaume Ier de Bavière-Straubing au Quesnoy

Albert Ier de Bavièr Régent de Hollande et de Hainaut

En 1359, Guillaume Ier de Bavière-Straubing est interné au château du Quesnoy où une aile donnant sur un jardin clôturé lui est réservée.

Les états de Hollande choisissent Albert Ier de Bavière, son frère, comme régent, écartant Mathilde de Lancastre.

Les états de Hainaut les imitent peu après.



Mariage de Meinhard III de Bavière avec Margarete de Habsbourg

Meinhard III de Bavière épouse en 1359 Margarete de Habsbourg (1346-1366), fille d'Albert II d'Autriche.



Hommage d'Armand IX de Polignac à Albert Lordet, évêque de Mende

Armand IX de Polignac, fils de Jean Ier de Polignac et de Marguerite de Roquefeuil, rend hommage à Albert Lordet, évêque de Mende jusqu'en 1361.



Mort d'Aldobrandino III d'Este

Nicolas II d'Este Seigneur de Ferrare, Modène et Parme

Albert V d'Este associé au gouvernement

Aldobrandino III d'Este meurt en 1361.

Nicolas II d'Este hérite d'Aldobrandino III d'Este et devient Seigneur de Ferrare, Modène et Parme.

Nicolas II d'Este s'allie avec Padoue, Vérone et Mantoue contre Barnabé Visconti.

Albert V d'Este est associé au gouvernement par Nicolas II d'Este, son frère, en 1361.



Mariage d'Henri III de Mecklembourg avec Ingeburge du Danemark

Henri III de Mecklembourg épouse en 1361 Ingeburge du Danemark, fille de Valdemar IV de Danemark et d'Hedwige de Schleswig. Leurs enfants sont :

Ingeburge du Danemark est la sœur de Marguerite Ire de Danemark.



Naissance de Catherine de Bavière

Catherine de Bavière naît en 1361, fille d'Albert Ier de Bavière et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.



Lutte entre Édouard de Gueldre et Albert Ier de Bavière

Édouard de Gueldre attaque Albert Ier de Bavière qui prend le dessus et ravage une partie du duché de Gueldre.

Peu après, ils concluent la paix et Albert Ier de Bavière fiance Catherine de Bavière, sa fille, à Guillaume Ier de Gueldre, neveu et héritier d'Édouard de Gueldre.



Naissance de Marguerite de Bavière

Marguerite de Bavière naît en 1363 fille d'Albert Ier de Bavière, Comte de Bavière, de Hainaut, de Hollande et de Zélande, et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.


Albert Ier de Mecklembourg

Déposition du trône de Suède de Magnus IV de Suède

Déposition du trône de Suède de d'Hakon VI de Norvège

Albert Ier de Mecklembourg Roi de Suède

Albert Ier de Mecklembourg Duc de Finlande

Le mariage d'Hakon VI de Norvège avec Marguerite Ire de Danemark, fille de Valdemar IV de Danemark, provoque la déposition de Magnus IV de Suède et d'Hakon VI de Norvège.

Haakon VI de Norvège continuera de régner en Norvège jusqu'à sa mort, en conservant toutefois les provinces suédoises de Wästergötland, Dal et Värmland.

Albert Ier de Mecklembourg, neveu de de Magnus IV de Suède, fils d'Euphémie de Suède, est élu roi de Suède et Duc de Finlande, le 30 novembre 1363.

Il connaît un règne désastreux, pendant lequel le pouvoir royal s'affaiblit face à la montée en puissance de l'aristocratie dirigée par le magnat Bo Jonsson Grip.



Couronnement d'Albert Ier de Mecklembourg Roi de Suède

Albert Ier de Mecklembourg est couronné Roi de Suède le 18 février 1364 sous le nom d'Albert Ier de Suède.



Naissance de Guillaume II de Bavière

Guillaume II de Bavière naît le 5 avril 1365, fils de d'Albert Ier de Bavière et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.


Albert III d'Autriche

Mort de Rodolphe IV d'Autriche

Albert III d'Autriche et Léopold III de Habsbourg Co-Duc d'Autriche

Léopold III de Habsbourg Duc de Styrie et de Carinthie

Rodolphe IV d'Autriche meurt le 27 juillet 1365.

Rodolphe IV d'Autriche commandite la fabrication du Privilegium Maius, un ensemble de faux attribuant des pouvoirs accrus aux dirigeants de l'Autriche, leur octroyant notamment le titre d'archiducs (Erzherzog).

Le Privilegium Maius seront finalement ratifiés par Frédéric III de Habsbourg à la fin du XVe siècle.

Rodolphe IV d'Autriche est également le fondateur de l'université de Vienne.

Léopold III de Habsbourg est tout d'abord administrateur du Tyrol.

Albert III d'Autriche et Léopold III de Habsbourg héritent conjointement du patrimoine des Habsbourg et deviennent Co-Duc d'Autriche en 1365.

Léopold III de Habsbourg devient Duc de Styrie et de Carinthie en 1365.



Mariage d'Henri II de Holstein avec Ingeborg de Mecklembourg

Henri II de Holstein épouse en 1366 Ingeborg de Mecklembourg, fille d'Albert II de Mecklembourg-Schwerin. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert III d'Autriche avec Élisabeth de Luxembourg

Albert III d'Autriche épouse en 1366 Élisabeth de Luxembourg, fille de Charles Ier de Luxembourg et d'Anne de Schweidnitz.



Bataille de Dinklar

Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel Prisonnier

En 1367, Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel s'allie à :

pour une campagne militaire contre l'évêque Gérard de Hildesheim.

Ils sont vaincus à Dinklar le 3 septembre 1367.

Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel est fait prisonnier et doit racheter sa liberté.



Prise de Helsingborg

En 1368, la hanse, au côté d'Albert Ier de Mecklembourg, tente à nouveau de prendre Helsingborg à Valdemar IV de Danemark.

Après un an, l'attaque se solde par une victoire de la Hanse.

Cela force le Danemark à laisser Helsingborg, Malmö, Falsterbo et Skanör à la Hanse.


Magnus II de Brunswick-Lunebourg

Mort de Guillaume II de Brunswick-Lunebourg

Mort de Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel

Magnus II de Brunswick-Lunebourg Duc de Brunswick-Wolfenbüttel et de Lunebourg

Ni Guillaume II de Brunswick-Lunebourg, ni Othon III de Brunswick-Lunebourg, son frère, n'ont eu de fils.

Guillaume II de Brunswick-Lunebourg a précédemment décidé de nommer héritier Albert de Saxe-Wittenberg d'Ascanie, fils d'Élisabeth de Brunswick-Lunebourg, sa fille.

Guillaume II de Brunswick-Lunebourg change d'avis et nomme héritier Magnus II de Brunswick-Lunebourg, frère de son gendre.

Guillaume II de Brunswick-Lunebourg meurt en 1369.

Magnus Ier de Brunswick-Wolfenbüttel meurt durant l'été 1369.

Magnus II de Brunswick-Lunebourg devient à la fois Prince de Brunswick-Wolfenbüttel et de Lunebourg.

Toutefois, Charles Ier de Luxembourg considère que le Lunebourg revient à l'empire avec l'extinction de sa lignée

Charles Ier de Luxembourg attribue le le Lunebourg aux princes ascaniens Albert et Venceslas de Saxe-Wittemberg.

Magnus II de Brunswick-Lunebourg refuse de s'effacer.

Les conditions de la guerre de succession du Lunebourg son réunies.



Mariage d'Adolphe III de La Marck avec Marguerite de Juliers

Adolphe III de La Marck épouse en 1369 Margareta von Jülich ou Marguerite de Juliers(vers 1350-vers 1425) , fille de Gérard VI de Juliers et de Marguerite de Ravensberg. Parmi leurs 14 enfants citons :



Mariage de Venceslas Ier du Saint-Empire avec Jeanne de Bavière

Venceslas Ier du Saint-Empire épouse en 1370 Jeanne de Bavière (1356-1386), fille d'Albert Ier de Bavière, Duc de Bavière.



Propositions fatalistes d'Albert d'Alberstadt

Constitution de Grégoire XI en 1372 contre des propositions fatalistes d'Albert d'Alberstadt ou d'Halberstadt en Allemagne.



Mariage d'Aymar II de Sassenage avec Humilie Aynard

Aymar II de Sassenage épouse le 18 février 1373 Humilie Aynard, Dame de Gières. Leurs enfants sont :



Naissance de Jean III de Bavière-Straubing

Jean III de Bavière-Straubing ou de Wittelsbach dit sans Pitié naît en 1373 ou en 1375, fils d' Albert Ier de Bavière, Comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande, et de Marguerite de Silésie-Liegnitz, Comtesse de Hollande.



Naissance de Jean III de Bavière-Straubing

Jean III de Bavière-Straubing ou de Wittelsbach naît en 1373, fils d'Albert Ier de Bavière, Comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande, et de Marguerite de Silésie-Liegnitz, Comtesse de Hollande.



Naissance de Jeanne de Bavière

Jeanne de Bavière naît en 1373, fille d'Albert Ier de Bavière et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.



Bataille de Leveste

Mort de Magnus II de Brunswick-Lunebourg

Traité de Hanovre

Succession du Lunebourg

Frédéric Ier de Brunswick-Lunebourg Duc de Brunswick-Lunebourg et Prince de Wolfenbüttel

La guerre de succession de Lunebourg prend fin lorsque Magnus II de Brunswick-Lunebourg meurt le 25 juillet 1373 lors de la bataille de Leveste.

Albert de Saxe-Wittenberg d'Ascanie s'empare du pouvoir au Lunebourg, mais il doit compter avec Frédéric Ier de Brunswick-Lunebourg, Bernard Ier de Brunswick-Lunebourg et Henri Ier de Brunswick-Lunebourg, les fils de Magnus II de Brunswick-Lunebourg.

Le conflit avec la maison de Saxe-Wittenberg prend fin en 1373 avec le traité de Hanovre, selon lequel le duché doit être gouverné en alternance par la maison de Brunswick et la maison de Saxe-Wittenberg :

Dans les faits, le Lunebourg ne reviendra jamais entre les mains des Ascaniens, et restera aux descendants de Bernard Ier de Brunswick-Lunebourg jusqu'à sa disparition.

Frédéric Ier de Brunswick-Lunebourg, fils aîné de Magnus II de Brunswick-Lunebourg, lui succède et devient Duc de Brunswick-Lunebourg et prince de Wolfenbüttel.

Pendant la durée de sa minorité, Frédéric Ier de Brunswick-Lunebourg est placé sous la protection d'Othon de Brunswick-Göttingen.



Naissance d'Albert III de Saxe-Wittenberg

Albrecht ou Albert III de Saxe-Wittenberg, dit le Pauvre, naît à Wittenberg entre 1375 et 1380, fils de Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg et de Cécile de Carrare.



Mariage d'Albert III d'Autriche avec Béatrice de Nuremberg

Albert III d'Autriche est veuf d'Élisabeth de Luxembourg.

Albert III d'Autriche épouse en 1375 Béatrice de Nuremberg, fille de Frédéric, Burgrave de Nuremberg. Leur enfant est :



Mariage de Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg avec Cécile de Carrare

Venceslas Ier de Saxe-Wittenberg épouse le 23 janvier 1376 Giliola da Carrara ou Cécile de Carrare, fille de François de Carrare. Leurs enfants sont :



Mariage de Pierre III de Balazuc avec Roselle de Brion

Pierre III de Balazuc épouse vers 1376 Roselle de Brion (née vers 1360). Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert IV d'Autriche

Albert IV d'Autriche, dit le Patient, naît le 19 septembre 1377, fils d'Albert III d'Autriche et de Béatrice de Nuremberg.



Naissance d'Albert III de Sassenage

Albert III de Sassenage naît en 1378, fils d'Aymard II de Sassenage et d'Humilie Aynard.



Mort d'Albert II de Mecklembourg

Henri III de Mecklembourg Co-duc de Mecklembourg-Schwerin

Albert II de Mecklembourg meurt le 18 février 1379.

Il est inhumé en la cathédrale de Doberan.

Henri III de Mecklembourg devient co-duc de Mecklembourg-Schwerin en 1379.



Traité de Neuberg

Albert III d'Autriche et Léopold III de Habsbourg signent le traité de Neuberg, le 9 septembre 1379, par lequel ils se partagent le patrimoine des Habsbourg.

Albert III d'Autriche conserve l'Archiduché d'Autriche.

Léopold III de Habsbourg est maître de l'Autriche intérieure qui inclut les duchés de Styrie, de Carniolie,de Carinthie, la marche windique et le comté de Gorizia et de l'ensemble des propriétés de la famille dans le Frioul au Tyrol.

La division entre les branches albertine et léopoldine de la famille durera jusqu'en 1490.



Mariage de Guillaume VII de Juliers avec Catherine de Bavière

Guillaume VII de Juliers, Duc de Juliers et de Gueldre, épouse en 1379 Catherine de Bavière, fille d'Albert Ier de Bavière et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.



Gérard VI de Holstein Comte de Holstein

Gérard VI de Holstein, Albert II de Holstein et Henri III de Holstein héritent en indivision du comté de Holstein-Rendsbourg.

Gérard VI de Holstein devient Comte de Holstein en 1381.


Magnus Ier de Mecklembourg

Mort d'Albert IV de Mecklembourg

Magnus Ier de Mecklembourg Duc de Mecklembourg

Albert IV de Mecklembourg meurt en 1383.

Magnus Ier de Mecklembourg succède à Albert IV de Mecklembourg, son frère, et devient Duc de Mecklembourg.



Mort d'Henri III de Mecklembourg

Magnus Ier de Mecklembourg Co-duc de Mecklembourg-Schwerin

Albert IV de Mecklembourg Co-duc de Mecklembourg-Schwerin

Henri III de Mecklembourg meurt à Schwerin le 24 avril 1383 tué accidentellement lors d'un tournoi.

Henri III de Mecklembourg est inhumé en la cathédrale de Doberan.

Magnus Ier de Mecklembourg, son frère cadet, et Albert IV de Mecklembourg, son neveu, règnent conjointement et deviennent Co-ducs de Mecklembourg-Schwerin.



Naissance de Nicolas III d'Este

Niccolò ou Nicolas III d'Este naît à Ferrare le 9 novembre 1383, fils naturel d'Albert V d'Este et d'Isotta ou Isolde Albaresani..



Mort de Magnus Ier de Mecklembourg

Jean IV de Mecklembourg co-duc de Mecklembourg-Schwerin

Magnus Ier de Mecklembourg meurt le 1er septembre 1384.

Règnent alors conjointement :



Mort d'Albert de Saxe-Wittenberg

Albert de Saxe-Wittenberg meurt le jeudi 28 juillet 1385.



Oluf de Norvège Roi de Suède

Oluf de Norvège devient Roi de Suède en 1385, en compétition avec Albert Ier de Mecklembourg.



Mort de Bo Jonsson Grip

Bo Jonsson Grip meurt en 1386.

Albert Ier de Mecklembourg, Roi de Suède, cherche à réagir, mais les nobles font appel à Marguerite Ire de Danemark.



Bataille de Sempach

Mort de Léopold III de Habsbourg

Guillaume Ier d'Autriche Duc d'Autriche

Léopold III de Habsbourg meurt le 8 juillet 1386 pendant la bataille de Sempach.

Guillaume Ier d'Autriche devient Duc d'Autriche intérieure.

Ernest Ier d'Autriche passe sous la tutelle d'Albert III d'Autriche.



Mort de Nicolas II d'Este

Albert V d'Este Seigneur de Ferrare et de Modène

Nicolas II d'Este meurt le 26 mars 1388.

Pendant son règne, Ferrare commence à acquérir une réputation en tant que ville d'art.

Albert V d'Este devient seul Seigneur de Ferrare et de Modène.



Bataille d'Asle

Albert Ier de Mecklembourg Prisonnier

Albert Ier de Mecklembourg débarque du Mecklembourg à Kalmar avec un millier de cavaliers allemands.

Le 24 février 1389, Albert Ier de Mecklembourg est vaincu par les forces de Marguerite Ire de Danemark, menée par Henrik Parow, à la bataille d'Asle ou Åsle, à 7 km à l'est de la ville de Falköping en Västergötland, au sud-ouest de la Suède.

Albert Ier de Mecklembourg est capturé et détenu au Danemark.

La Suède est conquise.

c'est l'origine de l'Union de Kalmar.



Mort de Guillaume Ier de Bavière-Straubing

Albert Ier de Bavière Duc de Bavière-Straubing, Comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande

Guillaume Ier de Bavière-Straubing meurt au Quesnoy le 15 mars 1389, en présence de son confesseur, Jacques de Guise.

Albert Ier de Bavière prend les titres de ducs de Bavière-Straubing, de Comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande.



Mariage d'Albert IV de Habsbourg avec Jeanne de Bavière

Albert IV d'Autriche épouse en 1390 Jeanne de Bavière, fille d'Albert Ier de Bavière et de Marguerite de Silésie-Liegnitz.

Leurs enfants sont :



Fondation de l'Université de Ferrare

Albert V d'Este fonde l'Université de Ferrare en 1391.



Mariage d'Albert V d'Este avec Jeanne de Roberti

Albert V d'Este épouse en 1391 Jeanne de Roberti.



Mariage de Geoffroy de Montmorin avec Blanche Aycelin

Geoffroy de Montmorin épouse en 1393 Blanche Aycelin (vers 1370-après 1404), Dame de Lopzat, de La Garde et de Bort, fille d'Albert Aycelin (né vers 1310), Seigneur de Laps, et de Bérengère de Montlaur (morte en 1376), Dame de Prades.



Mariage d'Albert III de Sassenage avec Marguerite de Châteauneuf

Marguerite de Châteauneuf est la fille de .Bernard de Châteauneuf et de Sybille de Clermont.

Albert III de Sassenage (mort entre 1416 et 1421) , seigneur de Vinay épouse en 1373 ou en 1393 Marguerite de Châteauneuf (morte en 1395). Leurs enfants sont :

Les témoins sont :



Mort de Jeanne de Roberti

Mariage d'Albert V d'Este avec Isolde Albaresani

Jeanne de Roberti meurt en 1393.

Albert V d'Este épouse Iseut ou Isotta ou Isolde Albaresani, sa maîtresse.

Leur enfant est :



Mort d'Albert V d'Este

Nicolas III d'Este Marquis de Ferrare

Albert V d'Este meurt le 30 juillet 1393.

Nicolas III d'Este est présenté au peuple le 1er août 1393, jour des funérailles de son père.

Nicolas III d'Este devient Marquis de Ferrare.

À 10 ans à peine, Nicolas III d'Este hérite aussi de Modène, d'Adria, de Comacchio et de Rovigo.

Par volonté expresse de son défunt père, le tout jeune marquis est entouré d'un conseil de régence de 10 membres, dont 6 élus tous les 2 mois par la population.

Malgré la bienveillance diplomatique et la protection militaire de Bologne et de Venise, ses 10 premières années au pouvoir sont fortement contestées par d'autres prétendants.

Nicolas III d'Este doit ainsi faire face aux prétentions d'Azzo d'Este,, fils de Francesco d'Este, qui complote, depuis Florence, pour lui enlever Ferrare.

Son complot ayant été éventé, il soulève les châtelains du Frignano, et Ferrare doit demander l'aide de Lucques pour calmer la situation.

Nicolas III d'Este est aussi Condottière.



Mariage d'Albert Ier de Bavière avec Marguerite de Clèves

Albert Ier de Bavière est veuf de Marguerite de Silésie-Liegnitz

Albert Ier de Bavière épouse à Heusden le 2 avril 1394 Marguerite de Clèves, fils d'Adolphe III de La Marck et de Marguerite de Juliers.



Liaison d'Albert Ier de Bavière avec Adélaïde de Poelgheest

Mort d'Adélaïde de Poelgheest

Albert Ier de Bavière a une liaison avec Adélaïde de Poelgheest.

Adélaïde de Poelgheest est assassinée par les Hameçons, soutenus par Guillaume II de Bavière, fils et héritier d'Albert Ier de Bavière.

Guillaume II de Bavière doit s'enfuir à la cour de France.



Mort d'Albert II de Balazuc Seigneur de Balazuc

Albert II de Balazuc meurt vers 1395.



Convention de Lindholm

Abdication du trône de Suède d'Albert Ier de Mecklembourg

Stockholm est alors une ville presque entièrement germanique et résiste encore.

La mer du Nord et la mer Baltique fourmillent de corsaires, les Frères des victuailles, chargés de ravitailler Stockholm.

En 1395, par la Convention de Lindholm (Lindholmstraktaten), Albert Ier de Mecklembourg, en captivité au château de Lindholm en Scanie, est contraint d'abdiquer définitivement du trône de Suède.

Albert Ier de Mecklembourg est libéré sur la promesse de payer 60 000 marks en 3 ans et la Hanse garde Stockholm en gage dans le même temps.

Albert Ier de Mecklembourg se retire alors dans son duché de Mecklembourg-Schwerin.

L'île de Gotland et sa capital Visby sont accordés à Albert Ier de Mecklembourg, où il reste avec les Frères des victuailles.

On peut voir encore aujourd'hui, à Vivesholm, les ruines d'une forteresse qu'Albert Ier de Mecklembourg a fait construires.

Marguerite Ire de Danemark est désormais la souveraine toute-puissante des 3 royaumes scandinaves,



Mariage d'Ernest Ier de Bavière-Munich avec Élisabeth Visconti

Ernest Ier de Bavière-Munich épouse le 26 janvier 1395 Élisabeth Visconti (morte en 1432), fille de Barnabé Visconti et de Reine della Scala.

Leurs enfants sont :


Albert IV d'Autriche

Mort d'Albert III d'Autriche

Albert IV d'Autriche Duc d'Autriche

Albert III d'Autriche meurt le 29 août 1395.

Albert IV d'Autriche devient Duc d'Autriche en 1395.



Mariage d'Albert Ier de Mecklembourg avec Agnès de Brunswick

Albert Ier de Mecklembourg est veuf de Richardis de Schwerin.

Albert Ier de Mecklembourg épouse en 1396 Agnès de Brunswick, fille de Magnus II de Brunswick.

Leur enfant est :



Mort de Nicolas de Holstein

Convention de Bornhöved

Nicolas de Holstein meurt en 1397.

Gérard VI de Holstein, Albert II de Holstein et Henri III de Holstein héritent de l'ensemble du Holstein.

Le 24 juin 1397, lors de la convention de Bornhöved, un nouveau partage est décidé.

Gérard VI de Holstein refuse de rendre l'hommage pour le Duché de Schleswig à Éric Ier de Poméranie, successeur désigné de Marguerite Ire de Danemark.



Naissance d'Albert II de Habsbourg

Albert V de Bohême ou Albert II de Habsbourg dit l'Illustre naît à Vienne le 16 août 1397, fils d'Albert IV de Habsbourg et de Jeanne de Bavière.



Restitution de Stockholm à Marguerite Ire de Danemark

Albert Ier de Mecklembourg n'arrivant pas à payer cette rançon dans les temps, la Hanse rend Stockholm à Marguerite Ire de Danemark en septembre 1398 en échange de privilèges commerciaux.



Naissance d'Albert III de Bavière-Munich

Albert III de Bavière-Munich naît à Munich le 27 mars 1401, fils d'Ernest Ier de Bavière-Munich et d'Élisabeth Visconti.



Mariage de Frédéric Ier de Brandebourg avec Élisabeth de Bavière-Landshut

Frédéric Ier de Brandebourg épouse en 1401 Élisabeth de Bavière-Landshut (1383-1442), fille de Frédéric de Bavière-Landshut. Leurs enfants sont :



Expédition victorieuse en Frise

En 1402, Guillaume II de Bavière mène une expédition en Frise pour venger la mort de Guillaume II de Hainaut, son grand-oncle.

Il reconquiert cette région.

Il est alors pardonné par Albert Ier de Bavière, son père.



Mort d'Albert II de Holstein

Albert II de Holstein meurt le 5 août 1403 d'une chute de cheval lors d'une expédition contre les Dithmarses.



Mort de Gérard VI de Holstein

Pour venger la mort d'Albert II de Holstein, son frère, Gérard VI de Holstein lève une imposante armée et décide de mettre fin à l'indépendance des Dithmarses.

Gérard VI de Holstein meurt le 3 août 1404 tué dès le premier engagement.

Son armée sans chef est mise en déroute et 300 nobles du Holstein sont tués.

Gérard VI de Holstein laisse comme successeur :

Henri IV de Holstein devient comte de Holstein-Rendsbourg.

Élisabeth de Brunswick est la régente.

Henri III de Holstein s'empresse de quitter son évêché d'Osnabrück pour conclure une trêve avec les Dithmarses et accourt pour disputer la régence et revendiquer une partie du comté.

Marguerite Ire de Danemark intervient et un compromis est signé entre les parties :


Albert II de Habsbourg

Mort d'Albert IV d'Autriche

Albert II de Habsbourg Duc d'Autriche

Albert IV d'Autriche meurt le 14 septembre 1404.

Albert II de Habsbourg devient Duc d'Autriche en 1404 sous le nom d'Albert V d'Autriche.


Guillaume II de Bavière - XVIe siècle

Mort d'Albert Ier de Bavière

Guillaume II de Bavière Duc de Bavière-Straubing

Guillaume II de Bavière Comte de Hainaut

Guillaume II de Bavière Comte de Hollande et de Zélande

Albert Ier de Bavière meurt à La Haye le 13 décembre 1404.

Guillaume II de Bavière succède à son père.

Guillaume II de Bavière devient :



Mariage de Sigismond Ier de Luxembourg avec Barbara de Celye

Sigismond Ier de Luxembourg est veuf de Marie Ire de Hongrie.

Sigismond Ier de Luxembourg épouse en 1408 Barbara de Celye, une noble Slovène, fille d'Herman II de Cilly. Leur enfant est :



Mort d'Albert Ier de Mecklembourg

Albert Ier de Mecklembourg meurt le 31 mars 1412.



Mariage d'Ernest Ier d'Autriche avec Cymburge de Masovie

Ernest Ier d'Autriche est veuf de Marguerite de Poméranie.

Ernest Ier d'Autriche épouse à Bruck an der Mur en 1412 Cymburge de Masovie, une princesse polonaise. Leurs enfants sont :



Mariage d'Henri XVI de Bavière avec Marguerite d'Autriche

Henri XVI de Bavière épouse à Landshut en Basse-Bavière le vendredi 25 novembre ou décembre 1412 Marguerite d'Autriche de Habsbourg (1395-1447), fille d'Albert IV d'Autriche dit le Pieux de Habsbourg (1377-1404), Duc d'Autriche et de Jeanne-Sophie de Bavière Wittelsbach (entre 1373 et 1377-1410). Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert III de Brandebourg

Albert III de Brandebourg, dit L'Achille ou L'Ulysse (en allemand Albrecht III Achilles von Brandenburg) naît à Tangermünde le 9 novembre 1414, fils de Frédéric Ier de Brandebourg et d'Élisabeth de Bavière-Landshut.

Albert III de Brandebourg appartient à la première branche de la Maison de Hohenzollern.



Mort d'Albert III de Sassenage Seigneur de La Tour-Vinay, d'Armieux et de Vatilieu

Albert III de Sassenage meurt entre 1417 et 1421.



Mariage de Louis III du Palatinat avec Mathilde de Savoie-Achaïe

Louis III du Palatinat épouse le 30 novembre 1417 Mathilde de Savoie-Achaïe. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert VI d'Autriche

Albrecht ou Albert VI d'Autriche, dit le Prodigue, naît à Vienne le 12 ou le 18 décembre 1418, fils d'Ernest Ier d'Autriche et de Cymburge de Masovie.



Fondation de l'université de Rostock

Le 13 février 1419, l'université de Rostock est fondée par :

C'est la première université créée dans toute l'Allemagne du Nord et dans toute la région de la mer Baltique.



Mort de Rodolphe III de Saxe-Wittenberg

Albert III de Saxe-Wittenberg Prince-électeur et Duc de Saxe

Rodolphe III de Saxe-Wittenberg est envoyé en Bohême par l'Empereur pour y rétablir le calme.

Rodolphe III de Saxe-Wittenberg meurt en chemin le 11 juin 1419 empoisonné.

Sa tombe se trouve dans le couvent franciscain de Wittenberg.

Albert III de Saxe-Wittenberg, son frère, devient prince-électeur et Duc de Saxe.



Mariage d'Albert III de Saxe-Wittenberg avec Eufemia d'Öls

Albert III de Saxe-Wittenberg épouse le 14 janvier 1420 Euphémie ou Offka ou Eufemia d'Öls.



Mariage d'Albert II de Habsbourg avec Élisabeth de Luxembourg

Albert II de Habsbourg épouse le 28 octobre 1421 Élisabeth de Luxembourg (1409-1442), fille de Sigismond Ier de Luxembourg et de Barbara de Celye. Leurs enfants sont :



Mort d'Albert III de Saxe-Wittenberg

Albert III de Saxe-Wittenberg chasse sur la lande de Lochau.

Il passe la nuit dans une ferme avec Eufemia d'Öls, son épouse.

Survient un incendie accidentel.

Ils sont secourus par une fenêtre, seulement vêtus d'une chemise de nuit.

Plusieurs de leurs serviteurs meurent dans les flammes.

Albert III de Saxe-Wittenberg, très choqué par cet incident, meurent quelques jours plus tard à Wittenberg le 12 novembre 1422.

Il est inhumé dans la chapelle franciscaine de Wittenberg.

Albert III de Saxe-Wittenberg est le dernier représentant de la maison d'Ascanie.

Eufemia d'Öls; sa veuve, reçoit le château à Liebenwerda comme douaire.


Henri II de Sassenage - château de Sassenage Bataille de Verneuil

Prise du château Ivry-la-Bataille

Siège du château d'Ivry par les Anglais

Bataille de Verneuil

Mort d'Henri II de Sassenage

Mort de Jean Stuart

Mort de Robert Stuart

Mort d'Archibald Douglas

Mort de James Douglas

Mort de Guillaume II de Narbonne Vicomte de Narbonne

Mort d'Hugues de Chalon

Mort de Guy Malet

Mort de Jean Rouhault

Jeanne II de Chalon Comtesse de Tonnerre

Jean II d'Alençon Prisonnier

Libération d'Antoine de Chabannes

Guillaume III de Narbonne Vicomte de Narbonne

Mort de Jean VIII d'Harcourt Comte d'Aumale

Mort de William Seton

Jean de Dunois Capitaine du Mont Saint-Michel

Un partisan du Dauphin prend par surprise le château Ivry-la-Bataille ce qui entraîne en réaction un siège anglais.

Les assiégés proposent de se rendre le 15 août 1424 si aucun secours ne leur parvient.

L'armée du Dauphin réunie à Châteaudun, se met en route pour les secourir.

Les éclaireurs ayant démontré la trop forte position anglaise, les Français décident de se détourner d'Ivry-la-Bataille.

Il leur parait alors opportun de prendre la ville proche de Verneuil-sur-Avre dans l'Eure.

Déguisant les archers écossais en archers anglais, ils occupent la ville.

Jean de Lancastre furieux marche sur Verneuil-sur-Avre.

Après avoir parlementé, les Franco-Écossais acceptent de livrer bataille le 17 août 1424 plutôt que de subir un siège.

11 000 Français et quelque 7 000 Écossais affrontent 14 000 Anglais.

Jean Poton de Xaintrailles combat à la bataille de Verneuil-sur-Avre.

Thomas Montaigu participe à la bataille de Verneuil-sur-Avre.

Jean V de Bueil sert lors de sa première bataille aux côtés de Jean II d'Alençon et sous Guillaume II de Narbonne.

Malgré sa jeunesse, Jean V de Bueil gagne le surnom de Fléau des Anglais.

Après de longues heures d'attente et d'observation, les archers anglais décident de provoquer les Français.

Cependant, ces derniers chargent avant que les archers aient pu se fixer sur leurs nouvelles positions, faisant voler en éclats l'aile droite anglaise.

Au même moment, sur la droite franco-écossaise, les archers écossais s'avancent et engagent un formidable duel d'archerie, 12 000 archers s'affrontant pendant près de 3/4 d'heure.

Et plus à droite, les mercenaires espagnols et lombards, contournant ce combat d'archers, s'attaquent aux bagages anglais et s'éloigne avec son butin.

Plutôt que de protéger ses valets, l'escorte des bagages anglais contre-attaque victorieusement l'aile gauche française.

Les Français battent en retraite tandis que les Anglais encerclent les Écossais et les massacrent.

John Stuart participe à la bataille de Verneuil-sur-Avre.

Sont tués :

Henri II de Sassenage institue Albert III de Sassenage, son frère cadet, et François III de Sassenage comme héritiers de la baronnie de Sassenage.

Jeanne II de Chalon devient Comtesse de Tonnerre.

Jean II d'Alençon et Antoine de Chabannes sont pris par les Anglais.

Le château Ivry-la-Bataille est finalement repris par les Anglais qui détruisent les parties supérieures.

Libéré, Antoine de Chabannes devient le page d'Étienne de Vignolles, puis de Charles Ier de Bourbon.

Guillaume II de Narbonne est le dernier vicomte de Narbonne de la maison de Lara. Guillaume II de Narbonne lègue sa vicomté à son demi-frère utérin Pierre de Linières, qui prend le nom de Guillaume III de Narbonne.

Après la mort de Guillaume II de Narbonne, Jean V de Bueil entre au service du mercenaire Étienne de Vignolles.

Jean VIII d'Harcourt meurt lors de cette bataille.

Il est inhumé à la Saussaie.

N'ayant pas d'héritier légitime, sa charge de capitaine du Mont Saint-Michel passe à Jean de Dunois, son cousin, époux de Marie d'Harcourt, fille de Jacques d'Harcourt et de Marguerite de Melun.



Mariage de Frédéric II de Saxe avec Marguerite de Habsbourg

Frédéric II de Saxe épouse le 3 juin 1431 Marguerite de Habsbourg. Leurs enfants sont :



Mariage d'Henri IV de Mecklembourg avec Dorothée de Brandebourg

Henri IV de Mecklembourg épouse en 1432 Dorothée de Brandebourg (mort en 1491). Leurs enfants sont :



Naissance d'Anne de Habsbourg

Anne de Habsbourg naît en 1432, fille d'Albert II de Habsbourg et d'Élisabeth de Luxembourg.



Mariage de Georges Ier d'Anhalt-Zerbst avec Eufemia d'Öls

Eufemia d'Öls est veuve d'Albert III de Saxe-Wittenberg.

Georges Ier d'Anhalt-Zerbst épouse en 1432 Eufemia d'Öls.



Mort d'Agnès Bernauer

En octobre 1435, Ernest Ier de Bavière-Munich fait condamner pour sorcellerie et noyer Agnès Bernauer, une roturière, maîtresse d'Albert III de Bavière-Munich, son fils.

Albert III de Bavière-Munich s'enfuit à la cour d'Ingolstadt, auprès de son cousin Louis VII de Bavière, mais finit par se réconcilier avec son père.



Entrée de Sigismond Ier de Luxembourg dans Prague

Albert III de Brandebourg participe à la guerre contre les Hussites.

Sigismond Ier de Luxembourg fait son entrée dans Prague en 1436 marquant la fin des Croisades contre les Hussites



Mariage d'Albert III de Bavière-Munich avec Anne de Brunswick-Grubenhagen

Albert III de Bavière-Munich épouse à Munich le 22 janvier 1437 Anne de Brunswick-Grubenhagen, fille d'Éric de Brunswick-Grubenhagen (1370-1427) et d'Élisabeth de Brunswick-Gottingen (1386-1444). Leurs enfants sont :



Mort de Sigismond Ier de Luxembourg Empereur germanique

Albert II de Habsbourg Roi de Bohême

Albert II de Habsbourg Roi de Hongrie

Sigismond Ier de Luxembourg meurt à Znaim le 9 décembre 1437 sans héritier male.

Le 24 décembre 1437, Albert II de Habsbourg devient Roi de Bohême sous le nom d'Albert V.

Le 18 décembre 1437, Albert II de Habsbourg est élu Roi de Hongrie par les nobles à Pozsony sous le nom d'Albert Ier.



Couronnement d'Albert II de Habsbourg

Albert II de Habsbourg est couronné le 1er janvier 1438.



Naissance d'Élisabeth de Habsbourg

Élisabeth de Habsbourg naît en 1438, fille d'Albert II de Habsbourg et d'Élisabeth de Luxembourg.



Naissance d'Albert VI de Mecklembourg-Güstrow

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow Co-duc de Mecklembourg-Schwerin

Albrecht VI von Mecklenburg-Güstrow ou Albert VI de Mecklembourg-Güstrow naît en 1438, fils fille d'Henri IV de Mecklembourg et de Dorothée de Brandebourg.

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow devient Co-duc de Mecklembourg-Schwerin en 1438.



Mort d'Ernest Ier de Bavière-Munich

Albert III de Bavière-Munich Duc de Bavière-Munich

Ernest Ier de Bavière-Munich meurt à Munich le 2 juillet 1438.

Albert III de Bavière-Munich, son fils, lui succède comme Duc de Bavière-Munich.



Albert II de Habsbourg Roi des Romains

De 1328 à 1438, le trône impérial a été alternativement occupé par les dynasties de Wittelsbach et de Luxembourg.

En héritage de son beau-père, Albert II de Habsbourg doit s'absenter de Hongrie pour être élu roi des Romains sous le nom d'Albert II le 18 mars 1438 ce qui provoque un mécontentement parmi la noblesse hongroise.

Il doit donner des gages à cette dernière lors de la Diète de Buda.

Albert III de Brandebourg apporte son soutien à Albert II de Habsbourg contre la Pologne.



Naissance de Sigismond de Bavière

Sigismond de Bavière naît en 1439, fils d'Albert III de Bavière-Munich et d'Anne de Brunswick-Grubenhagen.



Mort d'Albert II de Habsbourg

Au printemps 1439 le sultan Mourad II attaque les possessions de Georges Brankovic, despote serbe, qui est devenu un vassal de la Hongrie.

Albert II de Habsbourg et l'armée Hongroise se porte à sa rencontre.

Albert II de Habsbourg meurt à Neszmély le 27 octobre 1439 de l'épidémie de dysenterie qui fait rage dans les rangs de son armée.

Albert II de Habsbourg n'a pas d'hériter en âge de régner.


Jean IV de Brandebourg-Kulmbach

Mort de Frédéric Ier de Brandebourg

Albert III de Brandebourg Burgrave de Brandebourg-Ansbach

Frédéric Ier de Brandebourg meurt à Cadolzburg près de Nuremberg le 20 septembre 1440.

Jean IV de Brandebourg-Kulmbach devient Margrave de Brandebourg-Kulmbach en 1440.

Le margrave réside au château de Plassenburg.

Albert III de Brandebourg reçoit en héritage la principauté de Brandebourg-Ansbach dont il devient Burgrave.

Malgré son peu de ressources, Albert III de Brandebourg prend une place importante parmi les princes allemands, il résiste aux villes désireuses d'obtenir leur indépendance.



Albert III de Brandebourg Margrave de Brandebourg-Ansbach

Albert III de Brandebourg devient Margrave de Brandebourg-Ansbach sous le nom d'Albert Ier de Brandebourg-Ansbach, en 1440.


Ladislas Ier de Habsbourg

Naissance de Ladislas Ier de Habsbourg

Ladislas Ier de Habsbourg Archiduc d'Autriche

Ladislas Ier de Habsbourg Roi de Bohême et de Hongrie

Ladislas III Jagellon Roi de Hongrie

Ladislaus ou Ladislav Pohrobek ou Ladislas Ier de Habsbourg, dit le Posthume, naît a Komárom (aujourd'hui Komárno en Slovaquie) le 22 février 1440, fils d'Albert II de Habsbourg et d'Élisabeth de Luxembourg.

Il naît 4 mois après la mort de son père.

Dès sa naissance, Ladislas Ier de Habsbourg devient :

Ladislas Ier de Habsbourg est couronné roi de Hongrie le 15 mai 1440 sous le nom de László ou Ladislas VII de Hongrie.

En échange de son aide dans l'organisation d'une croisade, le pape Eugène IV, soutien la candidature de Ladislas III Jagellon.

Ladislas Ier de Habsbourg est toutefois écarté du trône de Hongrie par l'élection du roi de Pologne Ladislas III Jagellon couronné roi de Hongrie le 17 juillet 1440.

Les deux pays se trouvent unis dans la lutte contre l'Empire ottoman.



Mort d'Adolphe de Bavière-Munich

Albert III de Bavière Duc de Bavière-Munich

Adolphe de Bavière-Munich meurt le 24 octobre 1441.

Albert III de Bavière devient seul duc de Bavière-Munich.



Naissance de Marguerite de Bavière

Marguerite de Bavière naît le 1er janvier 1442, fille d'Albert III de Bavière-Munich et d'Anne de Brunswick-Grubenhagen.



Ligue contre Nuremberg

Jadis, les ancêtres d'Albert III de Brandebourg avaient exercé sur Nuremberg le pouvoir de Burgrave.

En 1443, Albert III de Brandebourg forme une ligue dirigée principalement contre cette ville.



Naissance d'Albert III de Saxe

Albert III de Saxe, dit l'Intrépide, naît à Grimma le 31 juillet 1443, fils de Frédéric II de Saxe et de Marguerite de Habsbourg.



Naissance d' Élisabeth de Bavière-Munich

Élisabeth de Bavière-Munich naît le 2 février 1443, fille d'Albert III de Bavière-Munich et d'Anne de Brunswick-Grubenhagen.



Mariage de Jean II d'Anjou avec Marie de Bourbon

Jean II d'Anjou épouse en 1444 Marie de Bourbon (1428-1448), fils de Charles Ier de Bourbon, et d'Agnès de Bourgogne. Leurs enfants sont :

De maîtresses diverses, Jean II d'Anjou a également :



Mariage d'Albert III de Brandebourg avec Marguerite de Bade

Albert III de Brandebourg épouse en 1446 Marguerite de Bade, fille de Jacques Ier de Bade et de Catherine de Lorraine. Leurs enfants sont :


Albert VI d'Autriche

Albert VI d'Autriche Archiduc d'Autriche

Albert VI d'Autriche devient Archiduc d'Autriche en 1446.



Naissance d'Albert IV de Bavière

Albert IV de Bavière dit le Sage naît à Munich le 15 décembre 1447, fils d'Albert III de Bavière-Munich et d'Anne de Brunswick-Grubenhagen.

Son père le destine à la carrière ecclésiastique.



Lutte d'Albert III de Brandebourg contre Nuremberg

Cette lutte d'Albert III de Brandebourg contre Nuremberg démarre réellement en 1448.



Prise de Prague

Durant la minorité de Ladislas Ier de Habsbourg, la Bohême se divise en deux camps :

Georges de Podebrady, après plusieurs essais infructueux d'entente entre les deux camps, a recours aux armes, mobilise une armée hussite qu'il base dans le Nord-Est du pays où son fief est situé.

En tant que chef des hussites, Georges de Podebrady met en déroute les armées impériales menées par Albert II de Habsbourg, beau-fils de Sigismond Ier de Luxembourg.

En 1448, Georges de Podebrady marche sur Prague dans laquelle il entre quasiment sans rencontrer de résistance.

La guerre civile continue cependant.


Frédéric Ier du Palatinat - comte palatin du Rhin - portrait d'Albrecht Altdorfer

Mort de Louis IV du Palatinat

Frédéric Ier du Palatinat Électeur palatin

Louis IV du Palatinat meurt le 13 août 1449.

Frédéric Ier du Palatinat, son frère, devient Électeur palatin.

Frédéric Ier du Palatinat est tuteur de son neveu Philippe Ier du Palatinat.

Il l'adoptera par la suite.

En conflit avec Frédéric Ier du Palatinat, l'empereur Frédéric III de Habsbourg ne parvient pas à chasser le comte palatin, grand stratège et allié de Louis IX de Bavière.

Frédéric Ier du Palatinat l'emporte également contre ses autres adversaires, comme les fidèles du parti impérial Albert III de Brandebourg et Dieter von Isenburg, l'archevêque de Mayence, et accroît son territoire.



Bataille de Pilenreuther Weiher

Traité de Barnberg

Après sa défaite à la bataille de Pilenreuther Weiher, Albert III de Brandebourg doit signer le traité de Barnberg le 22 juin 1450.

Il doit rendre les territoires conquis et reconnaître l'indépendance de Nuremberg et des villes avoisinantes.



Mort d'Amédée VIII de Savoie

Amédée VIII de Savoie se retire dans le prieuré créé par lui à Ripaille.

Amédée VIII de Savoie meurt au château de Ripaille près de Thonon-les-Bains le 7 janvier 1451.

Son corps est inhumé d'abord dans l'abbaye de Hautecombe.

Ses ossements, retrouvés après la profanation de son sépulcre pendant les guerres de religion, sont transféré par Emmanuel-Philibert de Savoie en la cathédrale de Turin et de là au XIX siècle en la chapelle du Saint-Suaire à l'initiative de Charles-Albert de Savoie.


Frédéric III de Habsbourg Aeneas Piccolomini présente Éléonore de Portugal à Frédéric III de Habsbourg par Pinturicchio - détail -1454-1513

Mariage de Frédéric III de Habsbourg avec Éléonore de Portugal

Frédéric III de Habsbourg Empereur germanique

Frédéric III de Habsbourg épouse le 16 mars 1452 Éléonore de Portugal; fille d'Édouard Ier de Portugal et d'Éléonore d'Aragon. Leurs enfants sont :

Frédéric III de Habsbourg est élu Empereur romain germanique est couronné à Rome le 19 mars 1452.

Albert III de Brandebourg soutient Frédéric III de Habsbourg lors de sa lutte contre les princes désireux d'apporter des réformes au Saint-Empire romain germanique

En échange de sa fidélité, Albert III de Brandebourg reçoit de l'empereur un grand nombre de faveurs y compris des droits juridiques qui éveillent l'irritation des princes voisins.



Mariage d'Albert VI d'Autriche avec Mathilde du Palatinat

Albert VI d'Autriche épouse en 1452 Mathilde du Palatinat, fille de Louis III du Palatinat et de Mathilde de Savoie.



Mariage de Casimir IV Jagellon avec Élisabeth de Habsbourg

Casimir IV Jagellon épouse à Cracovie le 10 février 1454 Élisabeth de Habsbourg. Leurs enfants sont :

Alors qu'il a été imaginé pour des motifs purement politiques, prendre la Bohême et la Hongrie, ce mariage est particulièrement heureux. Élisabeth est appelée la mère des rois, 4 de ses fils le seront en effet.



Naissance de Jean Ier Cicéron de Brandebourg

Johann Ier Cicero von Brandenburg ou Jean Ier Cicéron de Brandebourg ou de Hohenzollern naît à Ansbach le 2 août 1455, fils d'Albert III de Brandebourg et de Marguerite de Bade.



Abdication de Jean IV de Brandebourg-Kulmbach

Albert III de Brandebourg Margrave de Brandebourg-Kulmbach

Jean IV de Brandebourg-Kulmbach abdique en faveur d'Albert III de Brandebourg, son frère, pour se consacrer à sa passion, l'alchimie.

Albert III de Brandebourg devient Margrave de Brandebourg-Kulmbach sous le nom d'Albert Ier de Brandebourg-Kulmbach, en 1456.



Mariage de Jean Ier de Brandebourg avec Marguerite de Saxe

Albert III de Brandebourg arrange le mariage de son fils aîné.

Jean Ier Cicéron de Brandebourg épouse en 1457 Marguerite de Saxe, fille de Frédéric III de Thuringe, landgrave de Thuringe.

Marguerite de Saxe, petite-fille de Sigismond Ier, est par sa mère, héritière des droits de succession sur la Hongrie et la Bohême.

Cette tentative d'acquisition de ces deux trônes pour la Maison de Hohenzollern échoue.

Une tentative de restauration du titre de duc de Franconie par Albert III de Brandebourg échoue également.


Albert III de Brandebourg et Anne de Saxe

Mariage d'Albert III de Brandebourg avec Anne de Saxe

Albert III de Brandebourg est veuf de Marguerite de Bade

Albert III de Brandebourg épouse le 12 novembre 1458 Anne de Saxe (1437-1512), fille de Frédéric II de Saxe, Électeur de Thuringe, et de Marguerite de Habsbourg. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert III de Saxe avec Sidonie de Bohême

Albert III de Saxe épouse en 1459 Sidonie de Bohême (1449-1510). Leurs enfants sont :

Sidonie de Bohême appartient à la dynastie de Podiebrad.



Naissance de Jean Ier Albert Jagellon

Jean Ier Albert Jagellon ou en polonais Jan I Olbracht naît à Cracovie le 27 décembre 1459, fils de Casimir IV Jagellon et d'Élisabeth de Habsbourg.



Guerre d'Albert III de Brandebourg contre Frédéric Ier du Palatinat et Louis IX de Bavière

Les dissensions existantes entre les princes concernant la Réforme aboutissent à une guerre qui débute en 1460.

Albert III de Brandebourg est confronté à une ligue conduite par Frédéric Ier du Palatinat et Louis IX de Bavière, Duc de Bavière-Landshut.



Naissance de Frédéric II de Brandebourg-Ansbach

Frédéric II de Brandebourg-Ansbach naît à Ansbach le 8 mai 1460, fils de d'Albert III de Brandebourg et d'Anne de Saxe.



Mariage d'Ernest Ier de Saxe avec Élisabeth de Bavière-Munich

Ernest Ier de Saxe épouse le 19 novembre 1460 Élisabeth de Bavière-Munich, fille d'Albert III de Bavière-Munich et d'Anne de Brunswick-Grubenhagen. Leurs enfants sont :



Mort d'Albert III de Bavière-Munich

Jean IV de Bavière Duc de Bavière-Munich

Albert III de Bavière-Munich meurt à Munich le 29 février 1460.

Jean IV de Bavière devient Duc de Bavière-Munich.



Bataille de Giengen

Excommunication d'Albert III de Brandebourg

Albert III de Brandebourg essaie de prolonger son influence en Franconie.

Le 19 juillet 1462, lors de la bataille de Giengen, Louis IX de Bavière bat Albert III de Brandebourg.

Albert III de Brandebourg s'allie avec Georges de Podebrady, Roi de Bohême, son ancien ennemi.

Cela amène le pape Paul II à excommunier Albert III de Brandebourg.



Mariage de Frédéric Ier Gonzague avec Marguerite de Bavière

Frédéric Ier Gonzague épouse le 19 mai 1463 Marguerite de Bavière, fille d'Albert III de Bavière-Munich, et d'Anna de Brunswick-Grubenhaben ou Anne de Brunswick-Grubenhagen. Leurs enfants sont :


Albert IV de Baviére

Mort de Jean IV de Bavière-Munich

Albert IV de Bavière Duc de Bavière-Munich

Jean IV de Bavière-Munich meurt en 1463.

Albert IV de Bavière, son frère, rentre de Pavie, où il étudie, et dispute à son frère cadet Sigismond de Bavière le partage du duché.

Les deux frères benjamins, Christophe Ier de Bavière et Wolfgang de Bavière revendiquent eux aussi une part du pouvoir.

Albert IV de Bavière prend le pouvoir mais doit combattre Christophe le Fort qui recrute ses partisans dans la région de Straubing et dans la chevalerie de la Forêt de Bavière.



Mort d'Albert VI d'Autriche

Albert VI d'Autriche meurt à Vienne le 2 décembre 1463.



Naissance de Barbara de Brandebourg

Barbara de Brandebourg naît en 1464, fille d'Albert III de Brandebourg et d'Anne de Saxe.



Autre citation de Jean VI de Mecklembourg

En 1464, Albert VI de Mecklembourg-Schwerin, et Jean VI de Mecklembourg s'occupent de l'apanage de plusieurs amts (subdivisions territoriales).

Jean VI de Mecklembourg ne prendra plus part active dans le gouvernement.



Mort de Frédéric II de Saxe

Frédéric II de Saxe meurt à Leipzig le 7 septembre 1464.

Ernest Ier de Saxe et Albert III de Saxe, ses deux fils, deviennent Co-électeur de Saxe, Comte palatin de Saxe, Co-margrave de Misnie.


Sigismond de Bavière - par Jan Polack

Retraite de Sigismond de Bavière

Sigismond de Bavière se retire dans son château en 1467 et de ce moment, Albert IV de Bavière peut régner seul sur le duché de Bavière-Munich.



Naissance de Sigismond de Brandebourg-Bayreuth

Sigismond de Brandebourg-Bayreuth naît en 1468, fils d'Albert III de Brandebourg et d'Anne de Saxe.



Mariage d'Albert VI de Mecklembourg-Güstrow avec Catherine de Lindau

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow épouse en 1468 Catherine de Lindau (morte en 1485), fille d'Albert de Lindau.

Cette union restera sans descendance.



Naissance de Catherine de Saxe

Catherine de Saxe naît en 1468, fille d'Albert III de Saxe et de Sidonie de Bohême.



Mort de Jean IV de Brandebourg-Kulmbach

Albert III de Brandebourg Margrave de Bayreuth

Jean IV de Brandebourg-Kulmbach meurt en 1470.

Albert III de Brandebourg, son frère, hérite de Bayreuth et devient margrave de Bayreuth.



Albert VI de Mecklembourg-Güstrow Co-duc de Mecklembourg

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow devient Co-duc de Mecklembourg en 1471.


Albert III de Brandebourg

Mort de Frédéric II de Brandebourg

Albert III de Brandebourg Électeur de Brandebourg

Frédéric II de Brandebourg meurt le 10 février 1471.

Albert III de Brandebourg hérite de l'électorat de Brandebourg et devient Burgrave de Nuremberg.



Naissance de Georges de Saxe

Georges de Saxe, dit le Barbu de Wettin, naît à Meissen en Saxe le 27 août 1471, fils d'Albert III de Saxe (1443-1500) et de Sidonie de Bohême (1449-1510).

Georges de Saxe appartient à la branche albertine de la dynastie de Wettin.



Traité de Prenzlau

Par le traité de Prenzlau en 1472, Albert III de Brandebourg apporte à la Maison de Hohenzollern la Poméranie.



Jean Ier Cicéron de Brandebourg Régent de Brandebourg

Albert III de Brandebourg préfère demeurer dans les possessions de la famille situées plus au Sud.

Albert III de Brandebourg nomme Jean Ier Cicéron de Brandebourg, son fils, Régent de Brandebourg en 1473.

Jean Ier Cicéron de Brandebourg est ainsi le premier Hohenzollern à résider vraiment dans le Brandebourg.



Transmission du margravat de Brandebourg

En février 1473, Albert III de Brandebourg décrète que le margravat de Brandebourg doit revenir dans sa totalité au fils le plus âgé, alors que les plus jeunes recevront les possessions franconiennes de la Maison de Hohenzollern.



Naissance d'Henri V de Saxe

Henri V de Saxe, dit Le Pieux, naît à Dresde le 16 mars 1473, fils d'Albert III de Saxe et de Sidonie de Bohême.



Naissance de Frédéric de Saxe

Frédéric de Saxe naît en 1474, fils d'Albert III de Saxe et de Sidonie de Bohême.



Mort de Jean VI de Mecklembourg

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow Duc de Mecklembourg-Güstrow

Vers la fin de sa vie, Henri IV de Mecklembourg transmet les affaires du gouvernement du duché de Mecklembourg à ses fils :

La dernière mention de Jean VI de Mecklembourg apparaît sur un document du 20 mai 1474.

Jean VI de Mecklembourg effectue un voyage en Franconie pour se rendre chez Albert III Achille de Brandebourg, son oncle.

Jean VI de Mecklembourg contracte la peste à Kulmbach.

Jean VI de Mecklembourg meurt en 1474.

Il est probablement enterré dans la cour du monastère Saint-Klaren, dans le Vogtland.

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow devient Duc de Mecklembourg-Güstrow en 1474.



Mariage de Jean Ier Cicéron de Brandebourg avec Marguerite de Saxe

Jean Ier Cicéron de Brandebourg épouse le 21 août 1476 Marguerite de Saxe, fille de Frédéric III de Thuringe. Leurs enfants sont :



Mariage de Vladislas II Jagellon avec Barbara de Brandebourg

Vladislas II Jagellon épouse en 1476 Barbara de Brandebourg, fille d'Albert III de Brandebourg et d'Anne de Saxe.



Mariage de Magnus II de Mecklembourg avec Sophie de Poméranie-Wolgast

Magnus II de Mecklembourg épouse à Anklam les 24 et 31 mai 1478 Sophie de Poméranie-Wolgast (morte le 26 avril 1504), fille d'Éric II de Poméranie. Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric II de Brandebourg-Ansbach avec Sophie Jagellon

Frédéric II de Brandebourg-Ansbach épouse à Francfort-sur-l'Oder le 14 février 1479 Sophie Jagellon. Leurs enfants sont :


Balthazar de Mecklembourg (à gauche) avec Éric II de Mecklembourg son neveu - statue à la Doberaner Münster

Balthazar de Mecklembourg Corégent du duché de Mecklembourg

À la suite de la médiation de Dorothée de Brandebourg, sa mère, un accord est conclu avec ses frères ainés afin de partager conjointement le duché le 13 janvier 1480.

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow reçoit une grande partie de l'ancienne principauté de Mecklembourg-Werle.

Balthazar de Mecklembourg et Magnus II de Mecklembourg administrent conjointement le reste du duché de Mecklembourg.



Mariage de Guillaume VIII de Juliers avec Sibylle de Brandebourg

Guillaume VIII de Juliers est veuf d'Élisabeth de Nassau-Saarbrücken.

Guillaume VIII de Juliers épouse le 8 juillet 1481 Sibylle de Brandebourg, fille d'Albert III Achille de Brandebourg, Électeur de Brandebourg, et d'Anne de Saxe,. Leur enfant est :



Mort de Guillaume III de Saxe

Guillaume III de Saxe meurt à Weimar le 17 septembre 1482.

La Thuringe retourne alors à l'électorat de Saxe.

Ernest Ier de Saxe et Albert III de Saxe deviennent Co-landgrave de Thuringe de 1482 à 1485.



Mort d'Albert VI de Mecklembourg-Güstrow

Magnus II de Mecklembourg Duc de Mecklembourg-Schwerin

Albert VI de Mecklembourg-Güstrow meurt le 16 février 1483.

Le duché de Mecklembourg est réunifié.

Magnus II de Mecklembourg devient seul Duc de Mecklembourg-Schwerin en 1483.



Mariage de Sigismond d'Autriche avec Catherine de Saxe

Sigismond d'Autriche est veuf d'Éléonore Stuart.

Sigismond d'Autriche épouse en 1484 Catherine de Saxe, fille d'Albert III de Saxe et de Sidonie de Bohême.


Albert III de Saxe

Partage de la Saxe

En 1485, un partage des territoires est effectué entre Ernest Ier de Saxe et Albert III de Saxe.

Ernest Ier de Saxe devient Électeur de Saxe et Comte palatin de Saxe, Landgrave de Thuringe.

Albert III de Saxe devient margrave de Misnie.



Adjonction des fiefs d'Abensberg au duché de Bavière-Munich

En 1485 Albert IV de Bavière adjoint au duché de Bavière-Munich les fiefs des seigneurs d'Abensberg dont la lignée est éteinte ;



Maximilien Ier de Habsbourg Roi de Germanie

Maximilien Ier de Habsbourg Roi des Romains

Maximilien Ier de Habsbourg Archiduc d'Autriche

Maximilien Ier de Habsbourg est élu roi de Germanie en 1486 à l'unanimité par les princes allemands. Il devient Archiduc d'Autriche et est élu Roi des Romains.

Albert III de Brandebourg participe à cette élection.


Jean Ier Cicéron de Brandebourg Frédéric II de Brandebourg-Ansbach

Mort d'Albert III de Brandebourg

Jean Ier Cicéron de Brandebourg Prince-électeur de Brandebourg

Frédéric II de Brandebourg-Ansbach Margrave d'Ansbach

Albert III de Brandebourg meurt à Francfort-sur-le-Main le 11 mars 1486. Il est inhumé en la cathédrale de Heilsbronn, Il laisse une grosse fortune à ses héritiers.

Jean Ier Cicéron de Brandebourg, son fils, devient officiellement 4e Prince-électeur de Brandebourg en 1486.

Lors de son accession au trône en 1486, Jean Ier Cicéron confirme les privilèges des villes-sœurs de Berlin et Cölln.

Il en fait son lieu de résidence. C'est de là que Berlin tire son statut de capitale.

Frédéric II de Brandebourg-Ansbach; demi-frère de Jean Ier Cicéron de Brandebourg, devient margrave d'Ansbach.



Annexion de Ratisbonne au duché de Bavière-Munich

En 1486 Albert IV de Bavière annexe la ville d'Empire de Ratisbonne au duché de Bavière-Munich.


Cunégonde d'Autriche en veuve - par Beham

Mariage d'Albert IV de Bavière avec Cunégonde d'Autriche

Albert IV de Bavière épouse à Innsbruck le 3 janvier 1487 Cunégonde d'Autriche, fille de Frédéric III de Habsbourg et d'Éléonore de Portugal. Leurs enfants sont :



Achat des droits pour 10 ans sur le Tyrol

En 1487, associé à Albert IV de Bavière, son cousin, George le Riche rachète à Sigismond d'Autriche les droits pour 10 ans sur le Tyrol extérieur pour 50 000 florins.



Bataille de Kopersztyn

Jean Ier Albert Jagellon se distingue par sa brillante victoire sur les Tatars à Kopersztyn en 1487.



Naissance de Sidonie de Bavière

Sidonie de Bavière naît en 1488, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.


Albert III de Saxe Gouverneur Lieutenant Général Des Pays-Bas - Gallerie du Cardinal.de Richelieu -à Paris chez Duflos - 1787

Albert III de Saxe Stathouder des Pays-Bas et Duc de Saxe

Albert III de Saxe devient Stathouder des Pays-Bas de 1488 à 1493 et Duc de Saxe.



Naissance de Sibille de Bavière

Sibille de Bavière naît en 1489, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.



Rattachement de la Souabe Habsbourgeoise au duché de Bavière-Munich

Formation de la Ligue de Souabe

Paix entre George le Riche et Frédéric III de Habsbourg

Albert IV de Bavière hérite de Simon le Riche, son cousin, toute la Souabe Habsbourgeoise, la Haute-Autriche, de sorte que sa puissance devient énorme.

Frédéric III de Habsbourg, furieux des menées expansionnistes de la maison des Wittelsbach, forme la Ligue de Souabe, une coalition des seigneurs de Souabe et des États de Straubing, ainsi que la bourgeoisie des villes d'Empire indépendantes.

Frédéric III de Habsbourg met Albert IV de Bavière et la ville de Ratisbonne au ban de l'Empire.

Le 10 juillet 1489, George le Riche conclut une paix séparée avec les chevaliers de la ligue de Souabe, laissant Albert IV de Bavière seul face à ses ennemis.

Aux termes des conditions de paix, George le Riche doit, non seulement verser 36 000 florins à Frédéric III de Habsbourg, mais aussi restituer sans compensation la marche de Burgau.

Frédéric II de Brandebourg-Ansbach cherche à faire annuler la mise au ban de l'empire d'Albert IV de Bavière.



Naissance d'Albert de Brandebourg

Albert de Brandebourg, en allemand Albrecht von Brandenburg-Ansbach, naît à Ansbach le 17 mai 1490, fils de Frédéric II de Brandebourg-Ansbach et de Sophie Jagellon.

Albert de Brandebourg-Ansbach est un membre de la lignée de Brandebourg-Ansbach de la Maison de Hohenzollern.


Vladislas II Jagellon ou Vladislas IV de Bohême ou Vladislas II de Hongrie

Mort de Matthias Ier de Hongrie

Jean Ier Albert Jagellon Roi de Hongrie

Vladislas II Jagellon Roi de Hongrie

Mariage de Vladislas II Jagellon avec Béatrice de Naples

Matthias Ier de Hongrie souffre depuis longtemps de la goutte.

Dans ses derniers jours, Matthias Ier de Hongrie essaie d'assurer par testament la transmission de sa couronne à János Corvin Hunyadi, son fils illégitime.

Matthias Ier de Hongrie meurt à Vienne le 6 avril 1490 soudainement juste avant Pâques, sans héritier légitime.

5 candidats se disputent la couronne, parmi lesquels Maximilien de Habsbourg et Vladislas II Jagellon.

L'empire de Matthias Ier de Hongrie est partagé entre la couronne d'Autriche et l'Empire ottoman.

Avec le soutien de la noblesse hongroise et afin de conserver son trône, Béatrice de Naples, veuve de Matthias Ier de Hongrie, aide Vladislas II Jagellon à accéder au trône de Hongrie en échange d'une promesse de mariage.

Le versement prévu par la paix d'Olomouc n'a pas lieu.

La diète de Rákos élit Jean Ier Albert Jagellon Roi de Hongrie mais il est défait par Vladislas II Jagellon, son frère.

Vladislas II Jagellon devient Roi de Hongrie de sous le nom de Vladislas II de Hongrie et est couronné à Albe Royale à Székesfehérvár le 21 septembre 1490.

Devant l'évêque Tamás Bakócz, Vladislas II Jagellon épouse à Esztergom le 4 octobre 1490 Béatrice de Naples.

Son règne sera stable, bien que ses frontières soient sous la pression constante de l'Empire ottoman.

Surnommé " Dobrze ", " béni-oui-oui ", Vladislas II Jagellon est indifférent aux affaires de l'État, qu'il laisse s'appauvrir au profit des barons et des prélats qui l'ont mis sur le trône.

Les impôts et les revenus régaliens tombent au quart de ce que percevait Matthias Ier de Hongrie.

L'armée noire, qui s'est d'abord mise au service de Vladislas II Jagellon, se livre à des exactions faute d'être payée et sera dissoute par le capitaine Pál Kinizsi.

Les barons féodaux retrouvent leur ancien statut.



Jean Ier Albert Jagellon Duc de Glogów

Jean Ier Albert Jagellon devient Duc de Glogów de 1491 à 1498.



Naissance de Sabine de Bavière

Sabine de Bavière ou von Wittelsbach naît en 1492, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.


Jean Ier Albert Jagellon

Mort de Casimir IV Jagellon

Alexandre Ier Jagellon Grand-duc de Lituanie

Jean Ier Albert Jagellon Roi de Pologne

Alliance de Maximilien Ier de Habsbourg avec Ivan III de Moscou contre la Pologne

Casimir IV Jagellon meurt à Grodno le 7 juin 1492.

Il est inhumé dans la crypte du château de Wawel.

En 1492, l'union polono-lituanienne est temporairement rompue :

Jean Ier Albert Jagellon, un autre fils de Casimir IV Jagellon, devient Roi de Pologne

Vladislas II Jagellon, le frère ainé, conserve la Bohême et la Hongrie.

Le manque de revenus dû à la scission de la Lituanie met Jean Ier Albert Jagellon à la merci des sejmiks, les diètes locales.

La petite noblesse, la szlachta, fait dépendre ses subsides du respect de ses volontés par le Roi.

En 1492, Maximilien Ier de Habsbourg conclut une alliance contre la Pologne avec Ivan III de Moscou, prince de Vladimir et de Moscou.

Ivan III de Moscou attaque la Lituanie, prenant prétexte de persécutions de prêtres orthodoxes.

Jean Ier Albert Jagellon trouve dans Vladislas II Jagellon, son frère, un contrepoids utile aux machinations de l'empereur.



Paix d'Augsbourg

Albert IV de Bavière se décide finalement à restituer tous ses héritages.

La paix est signée à Augsbourg en 1492.



Mariage d'Hercule Ier d'Este

Hercule Ier d'Este épouse X.

Leurs enfants sont :



Naissance de Guillaume IV de Bavière

Guillaume IV de Bavière, dit le Constant, naît à Munich le 13 novembre 1493, fils d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.



Conférence de Lewocza

Jean Ier Albert Jagellon souhaite se poser en champion du christianisme contre les Ottomans.

Étienne III le Grand lui demande son aide.

Jean Ier Albert Jagellon, suzerain de Moldavie, est bien placé pour lancer une attaque contre l'Empire ottoman.

Lors de la conférence de Lewocza ou Levoca, en 1494, Vladislas II Jagellon, Jean Ier Albert Jagellon et Alexandre Ier Jagellon se rencontrent.

Jean Ier Albert y expose le plan d'attaque qu'il a conçu contre les Ottomans avec Vladislas II Jagellon et, Jean Ier Cicéron de Brandebourg, en coopération avec Étienne III le Grand, hospodar de Moldavie.

L'objectif est de récupérer Chilia et Cetatea Alba.



Naissance de Louis X de Bavière-Landshut

Louis X de Bavière-Landshut naît en 1495, fils d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.



Diète de Piotrkow

En 1496, lors la diète de Piotrkow, la noblesse polonaise obtient de Jean Ier Albert Jagellon la confirmation de tous ses privilèges, notamment fiscaux.

Le droit des paysans de quitter leurs villages est limité.

La prépondérance politique et sociale de la noblesse dans l'État est confirmée, seule la noblesse ayant désormais accès aux hautes charges ecclésiastiques.


Forteresse de Suceava

Croisade contre les Turcs

En 1496, Jean Ier Albert Jagellon rassemble difficilement les 80 000 hommes dont il a besoin pour sa croisade contre les Turcs.

Toutefois, l'expédition moldave de Jean Ier Albert Jagellon contre les Turcs se solde par un échec avant même l'affrontement avec l'ennemi.

Étienne III le Grand, pour des raisons qui sont demeurées obscures, envahit en effet la Podolie polonaise.

Étienne III le Grand reçoit des informations de Hongrie indiquant que Jean Ier Albert Jagellon voudrait placer, sur le trône moldave.

Il semblerait que des rumeurs venues de Hongrie aient prêté à Jean Ier Albert Jagellon la volonté de déposer Étienne III le Grand pour le remplacer par Sigismond Ier de Pologne, son propre frère.


Forêt de Cosmin

Siège de Suceava

Bataille de la forêt de Cosmin

Bataille de Sipinti

En 1497, Jean Ier Albert Jagellon met de côté les plans pour l'invasion ottomane.

Jean Ier Albert Jagellon réussit à rassembler 80.000 hommes et se prépare à une expédition lorsque Étienne III le Grand envahit Ruthenia et le pille.

Pour restaurer sa suzeraineté sur la Moldavie et briser l'allégeance de celle-ci à la Hongrie et à l'Empire ottoman, Jean Ier Albert Jagellon entre en Moldavie à Hotin, décidant de ne pas prendre la forteresse.

Il se rend directement à Suceava et l'assiège du 24 ou 26 septembre 1497 au 16 octobre 1497, sommant Étienne III le Grand de ne prêter allégeance qu'à la Pologne.

Étienne III le Grand utilise la tactique de la terre brûlée.

Mais Jean Ier Albert Jagellon ne réussi pas à sécuriser ses lignes de communication avec la Pologne.

Son approvisionnement s'avère impossible et les Polonais sont été obligés de vivre d'une terre déjà épuisée.

Étienne III le Grand négocie avec lui et le rassure.

Face à la famine, la maladie, le mauvais temps et la perspective de l'hiver prochain, Jean Ier Albert Jagellon est obligé de lever le siège.

Étienne III le Grand obtient le retrait des troupes polono-lituaniennes vers Lwow.

Apparemment, Étienne III le Grand leur accorde un passage sûr à la condition qu'ils retournent en Pologne par le chemin pris à l'aller.

Étienne III le Grand ne permet pas qu'une autre partie de son pays soit dévastée par les troupes polonaises dans leur retraite.

Jean Ier Albert Jagellon ne lui fait pas confiance, quitte Suceava le 19 octobre 1497 et marche vers la Siret.

Étienne III le Grand réagit et surprend Jean Ier Albert Jagellon avec son armée dans la forêt de Cosmin où il lui inflige une cuisante défaite le 26 octobre 1497.

La Forêt de Cosmin est située près de Tchernivtsi en Ukraine, à environ 50 km au nord de de Suceava, dans les collines entre :

Jean Ier Albert Jagellon est incapable de déployer ses forces, rendant la cavalerie lourde polonaise complètement inutile.

La bataille dure 3 jours.

Le 29 octobre 1497, un contingent moldave intercepte une force de secours polonaise assemblée à la hâte et l'anéantit totalement à Lentesti.

Le 30 octobre 1497, au moment où Jean Ier Albert Jagellon traverse le Prut à Cernau?i, le reste de son armée est taillé en pièces à Sipinti.



Traité entre la Pologne et la Moldavie

Jean Ier Albert Jagellon doit signer un traité de paix avec Étienne III le Grand entre la Pologne et la Moldavie le 12 juillet 1499.

Pour la Moldavie c'est la fin de la vassalité et de l'alliance polonaise pour la Moldavie.


Georges de Saxe - par Lucas Cranach l'Ancien

Mort d'Albert III de Saxe

Georges de Saxe Duc de Saxe et de Sagan

Albert III de Saxe meurt à Emden en 1500.

Georges de Saxe devient 19ème Duc de Saxe, 18ème Duc de Sagan.


Alexandre Ier Jagellon

Mort de Jean Ier Albert Jagellon

Alexandre Ier Jagellon Roi de Pologne

Jean Ier Albert Jagellon meurt le 17 juin 1501 sans enfants.

Alexandre Ier Jagellon, son frère, alors Grand-duc de Lituanie, est élu roi de Pologne.



Naissance de Susanne II de Bavière

Susanne II de Bavière naît en 1502, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.



Wolfgang Kolberger Prisonnier

Albert IV de Bavière finit par apprendre l'existence du testament secret de George le Riche.

George le Riche se met à dos, non seulement ses cousins Wittelsbach mais toute la noblesse d'empire et Maximilien Ier de Habsbourg lui-même.

Il y voit une trahison de son chancelier Wolfgang Kolberger, qu'il fait jeter dans un cachot en 1502.

Désormais seul face aux charges du pouvoir, George le Riche se lance comme ses adversaires dans des préparatifs de guerre.



Mariage de Frédéric Ier de Danemark avec Anne de Brandebourg

Frédéric Ier de Danemark épouse le 10 avril 1502 Anne de Brandebourg (1487-1514) fille Jean Ier Cicéron de Brandebourg et de Marguerite de Saxe. Leurs enfants sont :



Guerre de succession de Landshut

Mort de Robert du Palatinat

Mort d'Élisabeth de Bavière-Landshut

Réunification de la Bavière

Albert IV de Bavière Duc de Bavière

Élisabeth de Bavière, fille de George le Riche, et Robert de Palatinat, son gendre, s'appuient sur ses dernières volontés pour poursuivre le combat, ce qui déclenche la guerre de succession de Landshut de 1504 à 1505 :

En l'espace de 2 ans, plusieurs bourgs autour de Landshut sont incendiés.

Philippe Ier du Palatinat participe à la Guerre de succession de Landshut en attaquant le Landshut en 1504.

La guerre de succession s'achève dans le sang.

Robert du Palatinat et Élisabeth de Bavière-Landshut meurent en 1504 ou 1505, assassinés.

Un jugement impérial consacre la réunification de la Bavière-Landshut et la Bavière munichoise, la Haute et Basse Bavière, pour la première fois depuis 2 siècles et 1/2.

Albert IV de Bavière est Duc de Bavière.

En peu d'années, Landshut, naguère capitale et plaque tournante du commerce du sel, l'or blanc qui avait fait la fortune des ducs, perd de son importance.



Promulgation de droit d'aînesse pour la Bavière

Pour garantir l'unité future du duché, Albert IV de Bavière promulgue en 1506 le droit d'aînesse, au terme duquel le duché de Bavière devra désormais échoir au premier descendant mâle de la lignée.



Mariage de Claude Ier de L'Aubespine avec Marguerite Le Berruyer

Claude Ier de L'Aubespine épouse le 27 février 1507 Marguerite Le Berruyer, Dame de La Corbillière, fille de Pierre Le Berruyer et de Claudine Hilaire.

Leurs enfants sont :

L'acte de mariage est de Gauthier notaire à Bonneval en Eure-et-Loir.


Guillaume IV de Bavière

Mort d'Albert IV de Bavière

Guillaume IV de Bavière Duc de Bavière

Albert IV de Bavière meurt à Munich le 18 mars 1508.

Il est inhumé à la cathédrale Notre-Dame de Munich.

Guillaume IV de Bavière devient Duc de Bavière.


Albert de Brandebourg grand maître de l'ordre Teutonique

Albert de Brandebourg Grand Maître de l'Ordre teutonique

Dans l'espoir d'interrompre le déclin de l'ordre Teutonique, Albert de Brandebourg est choisi comme Grand Maître de l'Ordre teutonique en.



Mariage de Louis V du Palatinat avec Sibille de Bavière

Louis V du Palatinat épouse à Heidelberg le 23 février 1511 Sibille de Bavière, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.



Mariage d'Antonio de Gondi avec Marie Catherine de Pierrevive

Antonio de Gondi s'établi à Lyon au début du XVIème siècle.

Antonio de Gondi épouse à Lyon le 20 janvier 1516 Marie Catherine de Pierrevive (1496-1574). Leurs enfants sont :



Mariage de Casimir de Brandebourg-Kulmbach avec Suzanne II de Bavière

Casimir de Brandebourg-Kulmbach épouse le 25 août 1518 Suzanne II de Bavière, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.

Leurs enfants sont :


Anne Jagellon

Mariage de Ferdinand Ier de Habsbourg avec Anne Jagellon

Ferdinand Ier de Habsbourg épouse à Linz en Autriche le 25 mai 1521 Anne Jagellon, fille et héritière de Vladislas II Jagellon, Roi de Bohême et de Hongrie, et d'Anne de Foix. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II Alcibiade de Brandebourg-Culmbach

Albert II Alcibiade de Brandebourg-Culmbach naît en 1522, fils de Casimir de Brandebourg-Kulmbach et de Suzanne II de Bavière.


Jacqueline Marie de Bade - par Refinger

Mariage de Guillaume IV de Bavière avec Jacqueline Marie de Bade

Guillaume IV de Bavière épouse à Munich le 5 octobre 1522 Jacqueline Marie de Bade, fille du margrave Philippe Ier de Bade et de la princesse Élisabeth de Palatinat. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert de Gondi

Albert de Gondi naît à Florence le 4 novembre 1522, fils d'Antonio de Gondi et de Marie Catherine de Pierrevive.


Albert de Brandebourg

Albert de Brandebourg Duc de Prusse

En 1525, Albert de Brandebourg se fait reconnaître Duc de Prusse.

Le château Königsberg devint sa résidence.



Mariage d'Albert de Brandebourg avec Dorothée de Danemark

Albert de Brandebourg épouse en juillet 1526 Dorothée de Danemark (1504-1547), fille du Roi Frédéric Ier de Danemark. Parmi leurs 6 enfants citons :

Les autres ne dépasseront pas l'âge de 2 ans.



Mariage d'Albert de Grandrye avec Madeleine de L'Aubespine

Albert de Grandrye (né vers 1505) épouse à Moulins-Engilbert dans la Nièvre ou à Orléans le 25 mai 1527 Madeleine de L'Aubespine. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert V de Bavière

Albert V de Bavière, dit le Magnifique ou le Magnanime, naît à Munich le 29 février 1528, fils de Guillaume IV de Bavière et de Jacqueline Marie de Bade.



Mariage d'Othon-Henri du Palatinat avec Susanne II de Bavière

Suzanne II de Bavière est veuve de Casimir de Brandebourg-Kulmbach.

Othon-Henri du Palatinat épouse en 1529 Susanne II de Bavière, sa cousine, fille d'Albert IV de Bavière et de Cunégonde d'Autriche.



Mariage de Guillaume de Nassau-Dillenbourg avec Juliana de Stolberg-Wenigerode

Guillaume de Nassau-Dillenbourg est veuf de Walburge d'Egmont.

Guillaume de Nassau-Dillenbourg épouse en 1531 Juliana de Stolberg-Wenigerode, fille du Comte Bodon III von Stolberg.

Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric III du Palatinat avec Marie de Brandebourg-Kulmbach

Frédéric III du Palatinat épouse à Kreuznach en Allemagne le 21 octobre 1537 Marie de Brandebourg-Kulmbach (1519-1567), fille de Casimir de Brandebourg-Kulmbach et de Suzanne II de Bavière. Leurs enfants sont :



Mort d'Albert de Grandrye

Mariage de Nicolas Le Hardy avec Madeleine de L'Aubespine Madeleine de L'Aubespine

Albert de Grandrye meurt en 1538.

Nicolas Le Hardy, Seigneur de La Trousse (mort en 1601) épouse Madeleine de L'Aubespine.



Mariage de François Ier de Saxe-Lauenbourg avec Sibylle de Saxe

François Ier de Saxe-Lauenbourg épouse le 8 février 1540 Sibylle de Saxe (2 mai 1515-18 juillet 1592), fille d'Henri IV de Saxe. Leurs enfants sont :



Mariage de Philippe Ier de Hesse avec Marguerite von der Saale

Philippe Ier de Hesse est toujours marié à Christine de Saxe.

Avec l'accord de Martin Luther, Philippe Ier de Hesse épouse morganatiquement le 4 mars 1540 Marguerite von der Saale (1522-1566) Leurs enfants sont :

Marguerite von der Saale est titrée Comtesse de Dietz.

Philippe Ier de Hesse est donc ouvertement bigame.



Mariage de Maurice de Saxe avec Agnès de Hesse

Maurice de Saxe épouse en 1541 Agnès de Hesse, fille de Philippe Ier de Hesse et de Christine de Saxe. Leurs enfants sont :


Albert V de Bavière et Anne d'Autriche jouent aux échecs - par Hans Mielich

Mariage d'Albert V de Bavière avec Anne d'Autriche

Albert V de Bavière épouse en 1546 Anne d'Autriche, fille de Ferdinand Ier de Habsbourg et d'Anne Jagellon. Leur enfant est :


Marie d'Autriche de Habsbourg et sa fille Marie Éléonore de Clèves - par Hans Besser

Mariage de Guillaume de Clèves avec Marie d'Autriche de Habsbourg

Guillaume de Clèves épouse à Ratisbonne le jeudi 18 juillet 1546 Marie d'Autriche de Habsbourg (1531-1581), fille de Ferdinand Ier d'Autriche ou de Habsbourg (1503-1564), Archiduc d'Autriche, et d'Anne de Bohême-Hongrie Jagellon (1503-1547). Leurs enfants sont :



Albert de Gondi à la cour

À l'avènement d'Henri II de France à la couronne, Albert de Gondi parait à la cour en 1547.


Sabine d'Ansbach

Mariage de Jean II Georges de Brandebourg avec Sabine de Brandebourg

Jean II Georges de Brandebourg est veuf de Sophie de Liegnitz

Jean II Georges de Brandebourg épouse en 1548 Sabine de Brandebourg, fille de Georges Ier de Brandebourg-Ansbach et d'Hedwige de Münsterberg-Œls. Leurs enfants sont :



Mariage de Maximilien II de Habsbourg avec Marie d'Espagne

Maximilien II de Habsbourg épouse en 1548 Marie d'Espagne, sa cousine, fille de Charles Quint et d'Isabelle de Portugal. Leurs enfants sont :



Naissance de Guillaume V de Bavière

Guillaume V de Bavière dit le Pieux naît à Landshut le 29 septembre 1548, fils d'Albert V de Bavière et d'Anne d'Autriche.



Mariage d'Albert de Brandebourg avec Anne-Marie de Brunswick-Lunebourg

Albert de Brandebourg est veuf de Dorothée de Danemark.

Albert de Brandebourg épouse en février 1550 Anne-Marie de Brunswick-Lunebourg, fille d'Éric Ier de Brunswick-Lunebourg. Leurs enfants sont :


Albert V de Bavière - par Hans Mielich

Mort de Guillaume IV de Bavière

Albert V de Bavière Duc de Bavière

Guillaume IV de Bavière meurt à Munich le 7 mars 1550. Il est inhumé à la cathédrale Notre-Dame de Munich.

Albert V de Bavière, son fils, lui succède et devient Duc de Bavière.



Albert de Gondi Commandant d'une compagnie de chevau-légers

Albert de Gondi commande une compagnie de chevau-légers vers 1550.



Mariage de Charles II de Bade-Durlach avec Cunégonde de Brandebourg-Culmbach

Charles II de Bade-Durlach épouse dans le quartier de Neustadt an der Aisch le 10 mars 1551 Cunégonde de Brandebourg-Culmbach (1523 ou 1524 à Ansbach-27 février 1558 à Pforzheim), fille de Casimir de Brandebourg-Culmbach (1481-1527). Leurs enfants sont :

Charles II de Bade-Durlach appartient à l'église catholique.

Cunégonde de Brandebourg-Culmbach a été élevée dans la foi luthérienne

Sous l'influence de sa femme, Charles II de Bade-Durlach commence à se tourner vers la Réforme protestante.



François III d'Orléans-Longueville Seigneur d'Époisses

Naissance de Marie-Anne de Bavière

Marie-Anne de Bavière naît en 1551, fille d'Albert V de Bavière et d'Anne d'Autriche.



Dixième guerre d'Italie

Charles Quint Vicaire de l'empire

Traité de Chambord

La dixième guerre d'Italie se déroule de 1552 à 1556

Les risques d'invasion de la France ne peuvent venir que du Nord-est.

Charles Quint se fait nommé vicaire de l'empire par les princes allemands.

Par le traité de Chambord du 15 janvier 1552, Henri II de France allie la France aux princes protestants d'Allemagne face à Charles Quint.

Guillaume IV de Hesse-Cassel, Maurice de Saxe et Albert de Mecklembourg signe ce traité.

Par ce traité, les princes allemands cédent le vicariat des évêchés de Toul, Verdun et Metz (les Trois-Évêchés) à Henri II de France .

En échange, Henri II de France leur promet une aide économique et militaire contre Charles Quint.

François de Clèves concourt à la défense de Metz contre les troupes de Charles Quint puis à celle de Toul.



Naissance d'Albert Frédéric de Prusse

Albert Frédéric de Prusse (en allemand, Albrecht Friedrich von Preußen), naît à Koenigsberg le 7 mai 1553, fils de Albert de Brandebourg et d'Anne-Marie de Brunswick-Lunebourg ou de Brunswick-Calenberg-Göttingen.

Albert Frédéric de Prusse appartient à la cinquième branche issue de la première branche de la Maison de Hohenzollern.

Albert Frédéric reçoit une bonne éducation.



Mise au ban d'Albert II Alcibiade de Brandebourg-Culmbach

Une mise au ban est prononcée contre Albert II Alcibiade de Brandebourg-Culmbach en 1554.

Cunégonde de Brandebourg-Culmbach l'héberge dans sa résidence à Pforzheim.


Henri II de France remet sa propre écharpe de l'Ordre de Saint-Michel à Gaspard de Saulx - Peinture de Nicolas Guy Brenet - Musée de Versailles

Marche sur Bruxelles

Prise de Dinant

Bataille de Renty

En juin 1554, Anne de Montmorency reprend le projet avorté d'une marche sur Bruxelles, il dispose de 40 000 fantassins et de 1 200 cavaliers.

Gaspard II de Coligny prend Dinant, mais le connétable, vieilli et irrésolu se replie devant l'armée impérial vers Cambrai, Calais, Boulogne et enfin Renty, petit village doté d'un solide château aux mains des troupes impériales.

De part et d'autre, les effectifs sont importants : plus de 30 000 hommes.

Coté Français, les meilleurs chefs de guerre sont présents :

Albert de Gondi et François-Armand XVI de Polignac servent lors de cette bataille.

Charles de Bourbon-Montpensier et François Gouffier le Jeune participe à cette bataille.

Guillaume V de Hautemer participe à cette bataille.

Claude II de La Châtre prend part à cette bataille dans la cornette d'Henri Ier de Montmorency.

À midi le 13 août 1554, l'artillerie Française commence à tirer contre le château de Renty.

L'avant-garde impériale, au nombre de 12 000 hommes, attaque.

Le connétable Anne de Montmorency fait mettre ses troupes en bataille, au pied de la colline dominant Renty.

Les gens de pied, rangés en 3 bataillons carrés, sont encadrés par les gens d'armes.

En avant de cette infanterie, du coté des positions de François Ier de Lorraine-Guise, se trouvaient les chevau-légers de Claude II de Lorraine.

Un furieux combat s'engage, où meurent de nombreux gentilshommes français.

La cavalerie des seigneurs de Guise, de Gaspard de Saulx, de François II de Clèves et de Claude II de Lorraine repousse les soldats impériaux dans la ville de Bois-Guillaume, sans pouvoir eux-mêmes y pénétrer.

Il faut à tout prix les en déloger, car qui tient Bois-Guillaume emportera la victoire.

Devant le péril, l'Amiral Gaspard II de Coligny met pied à terre, et, prenant avec lui un bon millier de soldats parmi les meilleurs, entre dans le bois, pique au poing.

Là, ils se battent avec acharnement, infligeant de lourdes pertes à leurs ennemis, les passants par le fil de leurs épées. Ils s'emparent des pistolets de l'Empereur, sorte de gros canons sur 4 roues.

Gens d'armes et chevau-légers poursuivirent la victoire, et le connétable Anne de Montmorency peut placer son artillerie dans le bois.

Malgré cette victoire incontestable, faute de munitions, le siège du château est levé le 15 août 1554 et l'armée se retire à Compiègne.

Après l'action, Henri II de France ôte de son col le collier de l'ordre du Saint Esprit, et le met à celui de Gaspard de Saulx, en l'embrassant, et accompagnant cette grâce des plus grands éloges sur ses services qu'il lui a rendus dans cette journée.

Pendant ce temps, Maurice de Saxe se dirige vers Innsbruck où réside Charles Quint.

L'empereur s'enfuit de peur d'être fait prisonnier des français.



Albert de Gondi Gentilhomme de la chambre et Maître de la garde-robe

Henri II de France fait Albert de Gondi Gentilhomme de la chambre et Maître de la garde-robe de Charles IX de France.



Fondation du collège d'Ingolstadt

Albert V de Bavière fonde le collège d'Ingolstadt en 1556.



Mort d'Albert II Alcibiade de Brandebourg-Culmbach

Albert II Alcibiade de Brandebourg-Culmbach meurt à Pforzheim en 1557.



Siège Saint-Quentin

Anne de Montmorency, Jacques II de Goyon, Jacques d'Albon et Louis III de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Construction du Palais de l'Escurial

Mort de François III de La Tour d'Auvergne

Mort de Jean de Bourbon Duc d'Estouteville

Mort de René II de Laval Seigneur du Bois-Dauphin, Vicomte de Bresteau, Seigneur de Précigné et de Saint Mars

En 1557, après la rupture de la trêve de Vaucelles passée avec Charles Quint, Philippe II d'Espagne fait ligue avec les Anglais et accompagne son cousin Emmanuel-Philibert de Savoie, sur le sol français avec 40 à 60 000 hommes.

Les espagnols assiègent la ville de Saint-Quentin.

Lamoral d'Egmont sert dans l'armée espagnole.

Peter Ernest Ier von Mansfeld-Vorderort prend part à cette bataille.

Philippe II d'Espagne se montre plus dévot que brave et passe en prière le temps de la bataille.

Les 8 000 habitants résistent 17 jours et 17 nuits.

Gaspard II de Coligny parvient dans la ville dans la nuit du 2 au 3 août 1557, avec 500 hommes armés et avec l'aide :

Chargé de conduire des secours à Gaspard II de Coligny, François Ier de Coligny-d'Andelot se trouve enfermé dans la place, contribue à en prolonger le siège.

Il ne se rendra que lorsqu'accablé par le nombre des ennemis qui pénétraient dans la ville par les brèches faites aux remparts, toute résistance aurait été inutile.

Honorat II de Savoie est blessé lors de ce siège.

Lors de cette bataille, François Gouffier le Jeune voit son cheval tué sous lui

François Gouffier le Jeune est fait prisonnier mais réussit à s'échapper.

Le 10 août 1557, le jour de la Saint Laurent, la ville est emportée d'assaut par les Espagnols de Emmanuel-Philibert de Savoie.

Gaspard II de Coligny doit se rendre.

La ville s'abîme dans le sang et dans les flammes. Il y a plus de 9 000 morts.

Ferdinand Ier Gonzague fait une chute de cheval lors de la bataille de Saint-Quentin.

Albert de Gondi, François de Montmorency et Louis Ier de Bourbon-Condé participent à ce combat.

Jean VI d'Aumont est blessé et fait prisonnier.

Guillaume V de Hautemer participe à cette bataille.

Louis III de Bourbon-Vendôme combat à Saint-Quentin en 1557 où son cheval est tué sous lui.

Philippe II de Montmorency-Nivelle commande l'aile droite de l'infanterie avec le comte de Mansfeld lors de l'assaut final contre Anne de Montmorency.

François Ier de Coligny-d'Andelot, Anne de Montmorency, Jacques II de Goyon, Louis III de Bourbon-Vendôme, Léonor d'Orléans-Longueville et Jacques d'Albon sont fait prisonnier.

Louis de Gonzague est fait prisonnier et ne sera libéré que contre une forte rançon.

René II de Laval meurt lors de cette bataille.

François III de La Tour d'Auvergne et Jean de Bourbon meurent tué lors de cette bataille.

Henri Ier de La Tour d'Auvergne est orphelin à l'âge de 2 ans.

Henri II de France qui est son parrain fait nommer un curateur pour s'occuper de ses biens.

L'armée espagnole de Philippe II d'Espagne s'empare de Hamm, du Câtelet, …, déferle jusqu'à Noyon mais elle ne remporte pas de victoire décisive et ne peut pas marcher sur Paris faute de ravitaillement.

Philippe II d'Espagne fait ériger le magnifique palais de l'Escurial en l'honneur de la victoire de Saint-Quentin.

François de Clèves se retrouve à la bataille de St Quentin et combat avec vaillance, rallie les débris de l'armée française et ne néglige rien pour faire perdre à l'ennemi le fruit de sa victoire.

Ses qualités guerrières et de cœur le rendent cher à ses troupes.

Charles Ier de Cossé bat partout les ennemis lorsqu'il apprend la défaite des Français à Saint-Quentin.

Il reçoit l'ordre de faire partir 5 000 Suisses, 4 compagnies de gendarmerie, autant de cavalerie légère, et de se tenir en Piémont sur la défensive.

Henri II de France a perdu ses meilleurs capitaines et la route de Paris est ouverte à l'invasion.


Paul de La Barthe - Maréchal de Thermes - d'après François Clouet - 1554

Siège de Thionville

Mort de Pierre Strozzi Seigneur d'Épernay

Bataille de Gravelines

Mort de Léonor Babou

Paul de La Barthe Maréchal de France

Après la prise de Calais, François Ier de Lorraine-Guise peut contre-attaquer les espagnols.

Étant au siège de Thionville, alors qu'il va reconnaître un emplacement de batterie, Pierre Strozzi meurt le 21 juin 1558 frappé d'un coup d'arquebuse.

Pierre Strozzi est inhumé à Épernay.

Paul de La Barthe, Seigneur de Thermes, est fait Maréchal de France en juin 1558 par Henri II de France.

Il est nommé à la place de Pierre Strozzi.

L'armée française commandée par le Paul de La Barthe est composée de 12 000 fantassins, de 2 000 cavaliers et d'une nombreuse artillerie.

L'armée espagnole est commandée par Lamoral d'Egmont.

François de Scépeaux s'empare de Pont-à-Mousson et de Thionville en 1558.

François Ier de Lorraine-Guise prend Thionville et Arlon en juillet 1558.

Paul de La Barthe prend la ville de Dunkerque mais perd la bataille de Gravelines le 13 ou 14 juillet 1558.

Albert de Gondi participe à cette bataille.

François Gouffier le Jeune participe à cette bataille.

Guillaume V de Hautemer participe à cette bataille.

Seul 1.500 français en réchappent.

La route de Paris est ouverte.

Henri II de France réunit alors une armée de 50 000 hommes et se porte à la rencontre de ses adversaires.

Stupéfaction, les Espagnols doivent licencier leur armée, faute d'argent.

Léonor Babou est au siège de Thionville.

Léonor Babou meurt en 1558.



Mariage de Jean VI de Nassau-Dillenbourg avec Élisabeth de Leuchtenberg

Jean VI de Nassau-Dillenbourg épouse le 16 juin 1559 Élisabeth de Leuchtenberg, fille de Georges III de Leuchtenberg. Leurs enfants sont :



Fondation des collèges d'Augsbourg et de Munich

Albert V de Bavière fonde les collèges d'Augsbourg et de Munich en 1559.



Albert de Gondi Capitaine d'une compagnie de gendarmes

En 1559, Albert de Gondi est nommé Capitaine d'une compagnie de gendarmes,


Isabelle Claire Eugénie d'Espagne (à gauche) et Catherine-Michelle d'Espagne - par Sofonisba Anguissola - 1570

Mariage de Philippe II d'Espagne avec Élisabeth de France

Philippe II d'Espagne est veuf de Marie Ire Tudor.

Don Carlos d'Espagne doit épouser Élisabeth de France mais son père, conscient de la personnalité perturbée de son fils, le supplante dans ce mariage.

En vertu d'une des clauses du traité de Cateau-Cambrésis, Philippe II d'Espagne épouse en 1559 Élisabeth de France, fille d'Henri II de France et de Catherine de Médicis. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert VII de Habsbourg

Albert VII de Habsbourg naît le 15 novembre 1559, fils de Maximilien II de Habsbourg et de Marie d'Espagne.


Claude Catherine de Clermont-Tonnerre

Mariage d'Albert de Gondi avec Claude Catherine de Clermont-Tonnerre

Albert de Gondi épouse le 4 septembre 1565 Claude Catherine de Clermont-Tonnerre, Baronne de Retz et de Dampierre, fille de Claude de Clermont-Tonnerre et de Jeanne de Vivonne. Leurs enfants sont :


Surprise de Meaux - Enluminure du manuscrit Carmen de tristibus Galliae - 1577 - Bibliothèque municipale de Lyon - ms 0156 - fo 13 Michelade de Nîmes

Deuxième guerre de religion

La surprise de Meaux

Michelade de Nîmes

Bataille de Saint-Denis

Mort d'Anne de Montmorency

Mort de François Artaud de Montauban d'Agoult Gouverneur du Lyonnais, Forez et Beaujolais

Mort de Claude de Batarnay Baron d'Anthon

François de Montmorency Duc de Montmorency

Henri III de France Lieutenant général

Sentant monter les périls, Louis Ier de Bourbon-Condé décide de monter une action préventive malgré les réserves de Gaspard II de Coligny.

Prenant prétexte que le roi de France est menacé par les Italiens qui envisagent de le capturer, Louis Ier de Bourbon-Condé, François Ier de Coligny-d'Andelot et Renée de Rieux font investir, le 28 septembre 1567 le château de Monceaux en Brie ou Montceaux-les-Meaux, près de Meaux pour s'emparer de la personne de Charles IX de France.

Celui-ci et Catherine de Médicis, sa mère, ne parviennent à échapper aux protestants que d'extrême justesse et peuvent s'enfuir à Meaux puis gagner Paris.

Jacques de Savoie-Nemours commande les Suisses qui ramènent Charles IX de France à Paris.

Cette opération extravagante que l'histoire a retenue sous le nom de Surprise de Meaux ou Poursuite de Meaux est de nouveau le prétexte au déclenchement de nouvelles violences.

On range toute l'infanterie française en 6 régiments dont 3 sous les ordres de Timoléon de Cossé, colonel général de là les monts.

Dans le Midi, les protestants s'emparent de plusieurs villes, notamment Nîmes, où une vingtaine de catholiques sont tués le 30 septembre 1567, lors de la Saint-Michel, d'où le nom de "Michelade" donné à ce massacre.

L'armée de Louis Ier de Bourbon-Condé avec Gaspard II de Coligny assiège la capitale.

Le connétable Anne de Montmorency tente une sortie à Saint-Denis, le 10 novembre 1567, combat au cours duquel il est mortellement blessé d'un coup de fusil dans le dos.

Participent à cette bataille :

Odet de Coligny combat pour les protestants lors de cette bataille.

René de Rochechouart participe à cette bataille.

Antoine de Clermont d'Amboise signale sa valeur dans le parti protestant dans cette bataille.

François Artaud de Montauban d'Agoult meurt tué les armes à la main lors de cette la bataille dans la cavalerie du prince de Condé.

Artus de Cossé-Brissac se distingue dans l'armée catholique lors de cette bataille, à la tête d'un corps de cavalerie.

Timoléon de Cossé sert à la tête de ses 3 régiments lors de cette bataille.

Participent à cette bataille dans l'armée catholique :

Guillaume V de Hautemer obtient une compagnie d'ordonnance et devient chevalier de l'ordre de Saint-Michel.

Claude de Batarnay meurt lors de cette bataille.

Jacqueline de Montbel, son épouse, se réfugie chez Beatriz de Silva, sa mère, au château de Saint-André de Briord.

Anne de Montmorency meurt le 12 novembre 1567.

Henri III de France, alors duc d'Anjou, lui succède à la tête de l'armée royale dont il est nommé lieutenant général.

François de Montmorency devient Duc de Montmorency.

Les protestants se replient alors et se portent vers Chartres.

François de Montmorency participe à ce combat coté catholique et François III de la Noue coté protestant.

Jacques de Savoie-Nemours est chargé de s'opposer à l'entrée des troupes que Wolfgang de Bavière, duc de Deux-Ponts, envoie aux protestants.

Jacques de Savoie-Nemours échoue dans cette expédition par la faute du duc d'Aumale, son rival, et se retire dans son duché de Genève, où il se livre à la culture des lettres et des arts.



Mariage de Guillaume V de Bavière avec Renée de Lorraine

Guillaume V de Bavière épouse à Munich le 22 février 1568 Renée de Lorraine, fille de François Ier de Lorraine et de Christine de Danemark. Leurs enfants sont :


Albert Frédéric de Prusse Albert Frédéric de Prusse - huile

Mort d'Albert de Brandebourg

Albert Frédéric de Prusse Duc de Prusse

Quasiment privé de pouvoir, Albert de Brandebourg meurt à Tapiau le 20 mars 1568 de la peste.

Albert Frédéric de Prusse, son fils encore mineur, devient second Duc de Prusse en 1568.

Jean II Georges de Brandebourg participe au conseil de régence du duché de Prusse.



Mariage de Pomponne Ier de Bellièvre avec Marie Prunier

Pomponne Ier de Bellièvre épouse à Lyon le 1er février 1569 Marie Prunier (vers 1547-1606). Parmi leurs 14 ou 15 enfants citons :


Henri Ier de Bourbon-Condé

Henri III de France Lieutenant général du royaume

Bataille de Jarnac

Mort de Louis Ier de Bourbon-Condé

Henri Ier de Bourbon-Condé Prince de Condé

Henri Ier de Bourbon-Condé Duc d'Enghien

Lorsqu'Henri III de France part en 1568 prendre le commandement des armées royales, il confie à Marguerite de Valois, sa sœur, la défense de ses intérêts auprès de Catherine de Médicis, leur mère.

François Ier de Coligny-d'Andelot passe la Loire, pénètre dans la Saintonge, s'empare de plusieurs villes.

Henri III de France est lieutenant général du royaume avec mission de vaincre les huguenots.

Il est secondé par Gaspard de Saulx.

Claude II de La Châtre rejoint l'armée d'Henri III de France et participe à la bataille de Jarnac

Timoléon de Cossé sert à la tête de ses 3 régiments à la bataille de Jarnac.

François III de la Noue commande l'arrière garde huguenote lors de cette bataille.

Jacques II de Goyon s'illustre lors de cette bataille.

René de Rochechouart participe à cette bataille.

Louis III de Bourbon-Vendôme et Albert de Gondi participe à cette bataille.

Philippe Hurault assiste à à cette bataille.

Antoine de La Rochefoucauld assiste à à cette bataille après la quelle il se retire à Cognac.

François II de Saint-Nectaire sert à cette bataille.

Charles II de Quélennec est fait prisonnier.

Charles II de Quélennec parvient à s'échapper alors qu'il est prisonnier sur parole.

Le 27 février 1569, les éclaireurs royaux, aux ordres d'Henri Ier de Guise, parviennent à Jarnac et occupent la ville et le château sans avoir à combattre.

De son côté, l'avant-garde huguenote parvient au bourg voisin de Cognac.

S'étant découverts, les huguenots occupent Jarnac le 3 mars 1569.

Les royaux se replient sur la rive gauche de la Charente.

Le 12 mars 1569, Louis Ier de Bourbon-Condé vient à Jarnac pour protéger ses arrières dans le déplacement prévu de ses troupes vers Saint-Jean-d'Angély et le nord de la Saintonge.

Dans la nuit du 12 au 13 mars 1569, Henri III de France fait restaurer et doubler le pont de Châteauneuf sur la Charente et passe sur la rive droite.

Surpris, Gaspard II de Coligny peine, pendant 3 heures, à rassembler ses forces éparpillées.

Le 13 mars 1569, les royaux prennent le village de Bassac.

Gaspard II de Coligny le fait reprendre par François Ier de Coligny-d'Andelot qui doit vite replier devant les reîtres du Rhingrave et un millier d'arquebusiers sur le village de Triac.

Gaspard II de Coligny fait alors donner la cavalerie de Louis Ier de Bourbon-Condé.

L'ordre est annulé mais ne parvient pas au destinataire.

Ayant eu une jambe brisée par un coup de pied du cheval de son beau-frère La Rochefoucauld, Louis Ier de Bourbon-Condé n'envisage pas un instant de quitter le combat.

Après une première charge victorieuse, ses 300 cavaliers inférieurs en nombre aux 800 lances d'Henri III de France, sont pris à revers par les reîtres allemands payés par le trésor royal.

Son cheval est tué et sa jambe brisée l'empêche d'enfourcher une autre monture.

Gabriel Ier de Montgommery tente sans succès de dégager Louis Ier de Bourbon-Condé.

A terre, isolé, Louis Ier de Bourbon-Condé se résout enfin à rendre ses gantelets à deux gentilshommes catholiques qu'il connaît et qui essaient de le sauver.

Mais survient Roland de Montesquieu, l'un des capitaines des manteaux rouges d'Henri III de France qui sachant la haine de son maître et voyant le Prince à terre, s'approche au galop en criant "Tue, tue mordious" et lui tire, par derrière, un coup de pistolet dans la tête.

Théodore Agrippa d'Aubigné est témoin de la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé dont le cadavre est promené sur un âne et est la risée de toute l'armée catholique, puis exposé pendant 2 jours sur une table de marbre rouge au château de Jarnac.

Une partie de cette table est visible de nos jours à la mairie de Jarnac.

Son cadavre est finalement rendu à Léonor d'Orléans-Longueville, son beau-frère, frère de Françoise-Éléonore d'Orléans-Longueville, qui le fait inhumer à Vendôme dans la sépulture de ses ancêtres.

L'infanterie et l'artillerie huguenotes, qui n'ont pas participé au combat se replient sur Cognac.

La bataille n'a d'autre conséquence significative que la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé et le rôle accru de Gaspard II de Coligny.

S'ils n'ont pas remporté à Jarnac une bataille décisive, les catholiques n'en sont pas moins fort satisfaits.

Leur armée reconstituée vient de faire ses preuves sur le terrain : depuis le siège d'Orléans, jamais elle ne s'est aussi bien comportée.

En outre, la victoire vaut à Henri III de France d'être salué, en France et dans toutes les Cours européennes, comme un héros et un génie militaire.

Henri Ier de Bourbon-Condé, fils de Louis Ier de Bourbon-Condé, âgé de 17 ans et son cousin Henri de Navarre, le futur Henri IV de France âgé de 16 ans, sont présents à la bataille de Jarnac où ils font leurs premières armes sous la direction de Louis Ier de Bourbon-Condé.

À la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé, les lettres patentes érigeant Enghien en duché-pairie ne sont pas encore enregistrées.

Le titre de duc de Bourbon s'éteint avec lui.

Le titre de Duc d'Enghien aurait donc dû s'éteindre, mais son fils Henri Ier de Bourbon-Condé continue de le porter conjointement avec le titre de prince de Condé.

Après la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé, Jeanne III d'Albret assure la communication avec les princes étrangers alliés, dont elle tente de conserver le soutien.

Charles IX fait chanter un Te Deum à la cathédrale de Metz où il se trouve alors.

Pie V fait placer dans une chapelle de Saint-Pierre de Rome 26 des drapeaux pris aux huguenots à Jarnac.

Philippe II d'Espagne ordonne des fêtes pour célébrer cette grande victoire.



Naissance de Charles de Gondi

Charles de Gondi naît en 1569, fils d'Albert de Gondi et de Claude Catherine de Clermont-Tonnerre.


Bataille de Moncontour Bataille de Moncontour - Les protestants sont représentés, en tant qu'hérétiques, comme des singes du diable - Enluminure du manuscrit Carmen de tristibus Galliae, 1577 - Bibliothèque municipale de Lyon - ms. 0156, f 21 Jean-Philippe de Salm - comte deRhingrave

Bataille de Moncontour

François III de la Noue Prisonnier

Mort de Jean-Philippe de Salm

Mort de Tanneguy du Bouchet Seigneur de Saint-Cyr, 7e seigneur de Puygreffier, Baron de Poiroux

La Bataille de Moncontour a lieu durant la troisième guerre de religion.

Gaspard II de Coligny, venant du sud, met le siège devant Poitiers.

Après 7 semaines, près de prendre la ville, Gaspard II de Coligny doit lever le siège devant l'avancée de l'armée royale, qu'il rencontre au nord-ouest de Poitiers, près de la commune de Moncontour de dans la Vienne.

L'armée royale française comporte notamment les Provençaux du comte de Tende et les reîtres du rhingrave et du margrave de Bade.

L'armée huguenote comporte 12 000 fantassins et 7 000 cavaliers

L'armée royale comporte 18 000 fantassins et 9 000 cavaliers.

Gaspard II de Coligny court à l'assaut de la ville de Châtellerault attaquée par Henri III de France qui se replie sur Chinon.

Gaspard II de Coligny décide alors de s'emparer de tous les passages sur le Thouet et sur la Dive...

Le 30 septembre 1569 vers 2 heures du matin, Gaspard II de Coligny et son armée arrivent dans la plaine de Saint-Clair, près de Marnes.

Il envoie aussitôt de Mouy en éclaireur avec 300 chevaux et 200 arquebusiers.

Ils tombent alors nez à nez avec l'armée catholique commandée par Gaspard de Saulx.

Le lundi 3 octobre 1569, la bataille a lieu entre Moncontour, Douron, les portes d'Airvault, et la Grimaudière.

À cette époque, la vallée de la Dive est une zone marécageuse particulièrement dangereuse :

La préparation de la bataille est marquée par la trahison de mercenaires au service des protestants, ce qui affaiblie l'armée protestante.

Armand Ier de Gontaut-Biron, quoiqu'il soit secrètement porté vers les Huguenots, combat à Moncontour.

Charles-Louis de Téligny combat bravement sous Gaspard II de Coligny.

Guillaume Ier d'Orange-Nassau, Louis de Nassau-Dillenbourg et Henry de Nassau-Dillenbourg prennent part à cette bataille dans l'armée de Gaspard II de Coligny.

Jean VI d'Aumont participe à cette bataille.

Honorat II de Savoie participe à cette bataille.

Charles du Puy-Montbrun participe à cette bataille.

Jean Héroard participe à cette bataille.

Philippe Hurault assiste à cette bataille.

Artus de Cossé-Brissac est commandant en second de l'armée catholique.

Guillaume V de Hautemer combat dans l'armée catholique

Albert de Gondi, Henri Ier de Guise et Jacques II de Goyon s'illustre lors de cette bataille.

Jean II Babou de La Bourdaisière se distingue lors de cette bataille par son courage et son habileté et permet la victoire par une adroite manœuvre de son artillerie.

L'assaut est de brève durée, à peine une heure, mais particulièrement sanglant.

Les catholiques massacrent leurs prisonniers, bien qu'Henri III de France sauve quelques gentilshommes français.

Pierre Motier de La Fayette meurt lors de cette bataille.

Sébastien de Luxembourg-Martigues participe à cette victoire catholique où il enfonce 2 fois l'avant-garde protestante.

La nouvelle de la victoire est portée à Charles IX de France et à Catherine de Médicis, qui sont alors à Tours, par leur favori, Albert de Gondi.

Jean-Philippe de Salm meurt le 3 octobre 1569 tué lors de cette bataille.

Tanneguy du Bouchet meurt lors de cette bataille.

Gaspard II de Coligny, blessé, se replie sur Parthenay, puis sur Niort ou il rassemble les débris de son armée.

Gaspard II de Coligny est grièvement blessé au visage par une arme à feu et en conservera des séquelles.

Voyant qu'il ne peut pas tenir plus longtemps dans le Poitou, il décide de rejoindre la Guyenne en attendant les secours venus d'Angleterre.

Gaspard II de Coligny avec ses troupes, échappe à Monluc et Montmorency-Damville, et rejoint l'armée des vicomtes en Languedoc.

François III de la Noue est fait prisonnier.

Estimé par les catholiques, François III de la Noue est libéré en échange d'un prisonnier catholique.

Après la défaite protestante, Charles du Puy-Montbrun retourne avec François V de Bonne en Dauphiné.

Charles du Puy-Montbrun et François V de Bonne battent de Gordes au passage du Rhône.

Contrairement aux prévisions, le parti huguenot tient bon, et même après la défaite de Moncontour, Jeanne III d'Albret refuse de se rendre.



Albert de Gondi Capitaine de 50 hommes d'armes, Chevalier de l'ordre du roi et conseiller d'État

En octobre 1569, Albert de Gondi est nommé capitaine de 50 hommes d'armes et créé chevalier de l'ordre du roi.

Il obtient une place de conseiller d'État.



Mariage de Joachim III Frédéric de Brandebourg avec Catherine de Brandebourg-Küstrin

Joachim III Frédéric de Brandebourg épouse en 1570 Catherine de Brandebourg-Küstrin, fille de Jean Ier de Brandebourg-Küstrin.

Parmi leurs 11 enfants citons :



Albert VII de Habsbourg à Madrid

En 1570, Albert VII de Habsbourg est envoyé à l'âge de 11 ans à la cour de Madrid où son oncle le roi Philippe II d'Espagne veille sur son éducation.

Le souverain dirige Albert VII de Habsbourg vers une carrière ecclésiastique.


Henri III de France - Portrait au crayon par Jean Decourt, Paris, BnF, département des estampes, vers 1570 - Le jeune prince se fait remarquer par son élégance et l'entretien de son apparence - Ce portrait au crayon a longtemps été identifié comme étant celui de son frère cadet François d'Alençon, en raison de l'inscription erronée le duc d'Alençon ajouté en haut du dessin

Paix de Saint-Germain-en-Laye

Armand Ier de Gontaut-Biron et Henri de Mesmes, Seigneur de Malassise, sont chargé de conclure la Paix avec les Huguenots.

Charles-Louis de Téligny négocie pour les protestants.

La Paix de Saint-Germain-en-Laye est signée le 5 ou le 8 août 1570 au château royal de Saint-Germain-en-Laye entre le roi Charles IX de France et l'amiral Gaspard II de Coligny.

La Paix de Saint-Germain-en-Laye est dite "boiteuse et malassise" par allusion à la claudication d'Armand Ier de Gontaut-Biron et au nom de la seigneurie (Malassise) de Mesmes

Elle met fin à la troisième guerre de religion.

Elle octroie aux protestants 4 places fortes de sûreté La Rochelle, Cognac, Montauban et La Charité-sur-Loire.

Les dispositions de l'édit de Saint-Maur sont annulées : les protestants recouvrent la liberté de culte dans les lieux où il avait été autorisé.

Les protestants sont admis aux fonctions publiques.

La paix est précaire car les catholiques les plus intransigeants ne l'acceptent pas.

Le retour des protestants à la cour de France les choque, mais la reine mère Catherine de Médicis et son fils le roi Charles IX de France sont décidés à ne pas laisser la guerre reprendre.

Conscients des difficultés financières du royaume, ils défendent la paix et laissent Gaspard II de Coligny, le chef des protestants, revenir dans le conseil royal.

Le pape Pie V et Philippe II d'Espagne, condamnent vigoureusement la politique de Catherine de Médicis.

François de Montmorency a la tâche très difficile de faire respecter à Paris la Paix de Saint-Germain-en-Laye.

Négociatrice intraitable, Jeanne III d'Albret proteste contre la mauvaise application de cette Paix.

Catherine de Médicis projette de marier sa fille Marguerite de Valois au prince protestant Henri de Navarre, futur Henri IV de France.

Jeanne III d'Albret entreprend de longues négociations à Paris pour régler cette union.

Elle doit accepter une condition : Marguerite ne se convertira pas à la religion protestante.

Le mariage princier est prévu le 18 août 1572.

Catherine de Médicis se rapproche de l'Angleterre et de l'Empire.

Elle négocie avec Élisabeth Ire Tudor pour qu'elle épouse son fils Henri III de France.

Elle songe à réformer l'Église catholique.

Elle s'appuie :

Le retour à la paix permet à François III de la Noue de concilier l'obéissance au roi et le respect de la foi réformée.



Mariage de Charles IX de France avec Élisabeth d'Autriche

Albert de Gondi, ambassadeur à la cour de Vienne, épouse le 22 octobre 1570 Élisabeth d'Autriche, au nom de Charles IX de France.

Maximilien II de Habsbourg choisit Marguerite de La Marck comme gouvernante et dame pour accompagner en France Élisabeth d'Autriche.

Charles IX de France épouse en novembre 1570 Élisabeth d'Autriche, fille de Maximilien II de Habsbourg. Leur enfant est :

Pierre Brûlart, présent à ce mariage, fait la lecture du contrat et en signe la ratification.



Visite de Charles IX de France au château de Durtal

Mort de François de Scépeaux

Albert de Gondi Lieutenant général au pays messin et Gouverneur de Metz

En novembre 1571, François de Scépeaux, Gouverneur de Bretagne, reçoit Charles IX de France au château de Durtal.

François de Scépeaux meurt au château de Durtal le 30 novembre 1571, empoisonné par "quelques méchants jaloux du bon visage et de l'amitié que lui portait le roi".

Albert de Gondi devient Gouverneur et Lieutenant général au pays messin, et gouverneur de la ville de Metz, par provisions données à Duretal, le 30 novembre 1571.



Mariage de Charles II d'Autriche avec Marie-Anne de Bavière

Charles II d'Autriche épouse le 26 août 1571 Marie-Anne de Bavière, fille d'Albert V de Bavière et d'Anne d'Autriche. Leurs enfants sont :



Albert de Gondi Capitaine de la première compagnie des gentilshommes de la maison du roi

Succédant à Claude Gouffier, Albert de Gondi est fait capitaine de la première compagnie des gentilshommes de la maison du roi, par provisions de décembre 1571.



Naissance de Louise de Gondi

Louise de Gondi naît en 1572, fille d'Albert de Gondi et de Claude Catherine de Clermont-Tonnerre.



Mariage de Georges Ier de Hesse-Darmstadt avec Madeleine de Lippe

Georges Ier de Hesse-Darmstadt épouse le 17 août 1572 Madeleine de Lippe (1552-1587), fille de Bernard VIII de Lippe et de Catherine de Waldeck-Eisenberg. Leurs enfants sont :



Albert de Gondi en Angleterre

Albert de Gondi est chargé, en fin 1572, d'une mission auprès d'Élisabeth Ire Tudor.

Il réussit à empêcher l'arrivée des secours que les protestants attendent d'Angleterre.



Mariage d'Albert Frédéric de Prusse avec Marie-Éléonore de Clèves

Albert Frédéric de Prusse épouse à Königsberg le 14 octobre 1573 Marie-Éléonore de Clèves (morte en 1608), fille de Guillaume de Clèves et de Marie de Habsbourg. Leurs enfants sont :



Siège de Ménerbes

Albert de Gondi Marquis de Belle-Isle

Au commencement de 1573, revenu de Londres, Albert de Gondi participe au siège de Ménerbes, dans le Comtat Venaissin

Puis Albert de Gondi commande une escadre et force le Comte de Montgomery à abandonner Belle-Isle.

Charles IX de France érige Belle-Isle en marquisat et la donne à Albert de Gondi en 1573.


François d'Alençon - 1572

Suite du siège de La Rochelle

Mort de Claude II de Lorraine

Charles Ier d'Aumale Duc d'Aumale

Charles II de Mayenne Gouverneur de Bourgogne et Grand chambellan du roi

Érection du marquisat de Mayenne en duché-pairie

Henri III de France Roi de Pologne

Henri Ier de La Tour d'Auvergne participe au siège de La Rochelle en 1573.

Albert de Gondi participe à ce siège où il est blessé.

Jean-Louis de Nogaret participe à ce siège et y rencontre Henri III de France.

Jean de Saulx suit Henri III de France à ce siège.

Catherine de Parthenay y fait jouer sa tragédie Holopherne afin de galvaniser, semble-t-il, le moral des femmes, dont certaines participent aux combats.

François d'Alençon marque son opposition à Henri III de France et se lie d'amitié avec Henri de Navarre, le futur Henri IV de France.

Charles IX de France envoie François III de la Noue, un noble protestant rallié aux Valois, afin de parlementer avec les insurgés.

Les rochelais, ulcérés par la tragédie qui vient de se jouer, refusent toute négociation.

N'oubliant pas ses convictions huguenotes, François III de la Noue devient avec l'accord du roi le chef des Rochelais et organise la défense de la ville.

Le souverain espère ainsi favoriser une solution.

Le 2 février 1573, Henri III de France, duc d'Anjou, l'incite à se rendre dans des conditions favorables, tout en exigeant une reddition sous 3 jours.

Faisant face au refus de ses coreligionnaires extrémistes, qui pour certains l'accusent de traîtrise, François III de la Noue quitte la ville pour attendre l'issue du siège de La Rochelle au camp royal, sans prendre part aux combats.

Le 11 février 1573, Henri III de France prend le commandement de l'armée royale qui compte bientôt 28 000 hommes.

Claude II de Lorraine qui accompagne le duc d'Anjou au siège de La Rochelle, y meurt le 3 mars 1573.

Charles Ier d'Aumale, son fils, devient Duc d'Aumale.

De retour dans son pays, Charles II de Mayenne remplace Claude II de Lorraine comme Gouverneur de Bourgogne et Grand chambellan du roi.

Charles IX de France érige le marquisat de Mayenne en duché-pairie.

Louis de Gonzague s'illustre lors de ce siège en tentant de bloquer l'entrée côté mer.

Henri III de France apprend alors qu'il vient d'être élu Roi de Pologne le 10 mai 1573.

Sa candidature a été soutenue auprès de la Diète par Jean de Lasseran et, en sous main, par les Turcs.

Jean de Lasseran promet aux nobles polonais s'ils élisent Henri III de Francecomme Roi :

Malheureusement pour elle, après avoir été élu, Henri retirera sa promesse.

Henri III de France met un terme à ses opérations militaires contre les réformés.

François III de la Noue signe finalement la paix le 24 juin 1573.

Le siège est levé le 6 juillet 1573.

Gilles de Souvré s'attache à Henri III de France duc d'Anjou qu'il accompagna en Pologne en 1573.



Albert de Gondi Maréchal de France

Albert de Gondi Gouverneur de Provence

Le 6 juillet 1573, au château de Boulogne, Charles IX de France fait Albert de Gondi :

Albert de Gondi se démet alors du gouvernement du pays de Metz.

Commandant en chef l'armée de Provence, Albert de Gondi soumet au roi les villes et châteaux qu'y tiennent les factieux, et remet sous l'obéissance du pape la ville de Ménerbes.

En 1573, Albert Gondi devient propriétaire du château de Versailles.

Ce domaine vient s'ajouter aux nombreuses propriétés que les Gondi ont déjà acquises en Île-de-France, à proximité de la Capitale: les seigneuries de Bailly, de Marly-le-Chastel et des Essarts, où il a fait construire le château de Villepreux et de Noisy-le-Roi.



Départ d'Henri III de France pour la Pologne

Henri III de France part de Fontainebleau début octobre 1573.

Albert de Gondi, Jean de Saulx, Pomponne Ier de Bellièvre et Louis de Gonzague accompagnent Henri III de France en Pologne.

Pomponne Ier de Bellièvre est le chef du conseil.

Colonel sous Charles IX, Roger de Saint-Lary accompagne également Henri III de France en Pologne.

Il devient le principal favori du roi et provoque le mécontentement des autres courtisans.

Louis de Gonzague se fâche avec Roger de Saint-Lary.

Après le départ d'Henri III de France, François d'Alençon espère succéder comme roi de France à Charles IX de France dont la santé se détériore de jour en jour.



Albert de Gondi enregistré comme Maréchal de France

Albert de Gondi est enregistré à la connétablie comme Maréchal de France le 2 août 1574.



Albert de Gondi enregistré comme Gouverneur de Provence

La nomination d'Albert de Gondi comme gouverneur de Provence est enregistrée au parlement de Provence, le 22 août 1574.


Henri III Roi de France Henri III Roi de France

Mort de Charles IX de France

Henri III de France Roi de France

Le sang versé lors de la Saint-Barthélemy obsède le Roi jusqu'à sa mort.

Charles IX de France a toujours eu une santé médiocre.

Après un complot fomenté contre Charles IX de France et Catherine de Médicis, sa mère, au début mai 1574, Charles IX de France se réfugie au château de Vincennes, où il s'alite.

La fièvre ne le quitte plus, sa respiration se fait difficile.

Charles IX de France meurt le 30 mai 1574.

Élisabeth d'Autriche, son épouse, veut retourner dans sa patrie. Elle prie Marguerite de La Marck de lui faire de nouveau compagnie dans ce voyage.

Dès le lendemain, Ambroise Paré procède à une autopsie et confirme que le roi est mort d'une pleurésie faisant suite à une pneumonie tuberculeuse.

Henri III de France succède à son frère, Charles IX de France.

Henri III de France quitte en secret la Pologne le 18 juin 1574 pour regagner la France par l'Autriche, Venise et la Savoie.

Albert de Gondi l'accompagne.

Charles du Puy-Montbrun refuse le passage à Henri III de France au pont de Beauvoisin quand celui-ci revient de Pologne lui répondant que "Les armes et le jeu rendent les hommes égaux" et que "lorsqu'on a le bras armé et le cul sur la selle, tout le monde est compagnon."

Jean de Saulx reste en Pologne après Henri III de France, son maître.



Albert de Gondi Gentilhomme de la chambre et maître de la garde-robe

Albert de Gondi continue d'exercer ces charges de Gentilhomme de la chambre et maître de la garde-robe sous Henri III de France.

Albert de Gondi représente le connétable au sacre de ce prince, qui l'admit à son conseil secret.



Démission d'Albert de Gondi comme Capitaine de la compagnie des gentilshommes de la maison du roi

Albert de Gondi se démet de sa compagnie des 100 gentilshommes, en janvier 1575.



Mariage de Philippe-Louis Ier de Hanau-Münzenberg avec Madeleine de Waldeck-Wildungen

Philippe-Louis Ier de Hanau-Münzenberg épouse le 2 ou le 6 février 1576 Madeleine de Waldeck-Wildungen. Leurs enfants sont :



Naissance d'Anne de Prusse

Anne de Prusse naît le 3 juillet 1576, fille d'Albert Frédéric de Prusse et de Marie-Éléonore de Clèves.



Naissance de Jean-Casimir de Nassau-Saarbruck-Weilbourg

Jean-Casimir de Nassau-Saarbruck-Weilbourg naît en 1577, fils d'Albert de Nassau-Weilbourg (1537-1593) et d'Anne de Nassau-Dillenbourg (morte en 1616).


Élisabeth d'Anhalt-Zerbst

Mariage de Jean II Georges de Brandebourg avec Élisabeth d'Anhalt-Zerbst

Jean II Georges de Brandebourg est veuf de Sabine de Brandebourg.

Jean II Georges de Brandebourg épouse en 1577 Élisabeth d'Anhalt-Zerbst (25 septembre 1563-5 octobre 1607), fille de Joachim-Ernest d'Anhalt. Leurs enfants sont :


Plan terrier de l'Hôtel d'Aunay en 1577

Jérôme de Gondi Seigneur de Saint-Cloud

Construction du Château de Saint-Cloud

En 1577, Jérôme de Gondi vient de négocier plusieurs affaires délicates. Il a la confiance de Louise de Lorraine-Vaudémont et celle d'Henri III de France.

Sans doute vers 1577, Catherine de Médicis offre à Jérôme de Gondi, son fidèle écuyer, l'hôtel d'Aulnay et ses dépendances, soit 13 arpents de terre perchés sur le coteau de Saint Cloud, en regard de la Seine.

Ce petit domaine vient s'ajouter aux nombreuses propriétés que les Gondi ont déjà rassemblées en Ile de France, à proximité de la capitale :

Autour de cette maison, Jérôme de Gondi fait bâtir un château de plan en L bordant une terrasse.

La principale façade regarde le sud et l'aile s'achève par un pavillon d'où l'on embrasse une vue sur la Seine.



Albert VII de Habsbourg Cardinal

Albert VII de Habsbourg Vice-Roi du Portugal

En 1577, Albert VII de Habsbourg est nommé cardinal, dignité ecclésiastique qui, à l'époque, n'oblige pas à entrer dans les Ordres.

Albert ne sera jamais prêtre ni évêque. Philippe II d'Espagne envisage de faire d'Albert le primat d'Espagne en le nommant à l'archevêché de Tolède

Mais la longévité du titulaire amène le roi à tempérer ses ambitions pour son neveu.

Philippe II d'Espagne nomme Albert VII de Habsbourg vice-Roi et grand inquisiteur du Portugal et de son empire.



Albert de Gondi Gouverneur et Lieutenant générale au pays Nantais

Albert de Gondi est nommé gouvernement de la ville et du château de Nantes, et de la lieutenance générale au pays Nantais, le 12 février 1578.

Le 1er juin 1578, Albert de Gondi se démet du gouvernement de Provence,



Naissance de Charles d'Albert

Charles d'Albert naît à Pont-Saint-Esprit le 5 août 1578, fils d'Honoré d'Albert.

Honoré d'Albert est au service d'Henri IV de France.

Charles d'Albert est d'abord page d'Henri IV de France, son parrain.


Henri III de France présidant la première cérémonie de l'ordre du Saint Esprit le 31 décembre 1578 - réception de Louis de Gonzague - par Guillaume Richardière - Miniature sur vélin - Ms. 408 - Bibliothèque et archives du château de Chantilly

Création de l'ordre du Saint-Esprit

Artus de Cossé-Brissac Chevalier du Saint-Esprit

Antoine III d'Estrées Chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit et de l'ordre de Saint-Michel

Albert de Gondi Chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit et de l'ordre de Saint-Michel

François Gouffier le Jeune Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit

Philippe de Lenoncourt Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit

Jacques Amyot Commandeur de l'ordre du Saint-Esprit

Le 31 décembre 1578, Henri III de France crée l'ordre du Saint-Esprit.

Charles Ier de Bourbon est le premier commandeur de l'ordre.

Louis de Gonzague fait partie des premiers nobles de France nommés.

Artus de Cossé-Brissac et nommé Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et de l'Ordre de Saint-Michel.

Pour remercier François Gouffier le Jeune de ses services, Henri III de France le fait Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et de l'Ordre de Saint-Michel dans la première promotion le 31 décembre 1578.

Antoine III d'Estrées devient Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit et Chevalier de l'ordre de Saint-Michel le 31 décembre 1578.

Albert de Gondi devient Chevalier des ordres du roi le 31 décembre 1578.

Henri III de France fait Philippe de Lenoncourt Chancelier ou Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit à la première promotion du 31 décembre 1578,

Henri III de France fait Jacques Amyot commandeur de l'ordre du Saint-Esprit le 31 décembre 1578.



Charles de Gondi Général des galères de France

Albert de Gondi obtient, le 24 juin 1579, la charge de général des galères de France, pour Charles de Gondi, son fils aîné, avec une commission du même jour pour exercer cette charge pendant la minorité de son fils qui n'a alors que 10 ans !.


Guillaume V de Bavière

Mort d'Albert V de Bavière

Guillaume V de Bavière Duc de Bavière

Albert V de Bavière meurt à Munich le 24 octobre 1579. Il est inhumé à la cathédrale Notre-Dame de Munich.

Albert V de Bavière encourage les arts et augmente les collections d'art à Munich, faisant de la ville un centre baroque de la contre-réforme. Il fait venir à sa cour le plus célèbre des musiciens de l'époque, Roland de Lassus, mais aussi des peintres et graveurs.

Son goût du luxe lui fait contracter des dettes énormes se montant à ½ millions de florins.

Dans le domaine religieux, Albert V de Bavière s'oppose à Luther, et avec la maison de Wittelsbach en général, il est un des rares princes allemands à rester résolument du côté du catholicisme.

Sensible cependant aux sérieux besoins de réformes de l'Église, il fait appel aux jésuites.

Albert V de Bavière est le tuteur et s'occupe de l'éducation de Philippe II de Bade-Bade ainsi que de sa sœur Jacobée de Bade.

Guillaume V de Bavière devient Duc de Bavière en 1579.



Naissance d'Albert de Bellièvre

Albert de Bellièvre naît vers 1580, fils de Pomponne Ier de Bellièvre et de Marie Prunier.



Albert de Gondi en mission au marquisat de Saluces

La discorde divise le gouverneur général du marquisat de Saluces et les gouverneurs particuliers des places de ce gouvernement.

Albert de Gondi reçoit plein pouvoir à Fontainebleau le 27 septembre 1580.

Il est envoyé avec mission de pacifier, accommoder, et même réduire par force les gouverneurs particuliers dans tout le pays. Il peut les destituer, en mettre d'autres, faire de nouvelles levées, assembler une armée, enfin faire et exécuter tout ce qui conviendra le mieux pour le service du roi.

Albert de Gondi parvient à réunir ces gouverneurs, et, après avoir rendu le calme à cette province, il revient à la cour.



Naissance de Philippe-Emmanuel de Gondi

Philippe-Emmanuel de Gondi naît en 1580, fils d'Albert de Gondi et de Claude Catherine de Clermont-Tonnerre.

Philippe Emmanuel de Gondyest baptisé église Saint Germain de l'Auxerrois à Paris le 25 mai 1580.



Naissance d'Honoré d'Albert d'Ailly

Honoré d'Albert d'Ailly dit Cadenet naît à Mornas en 1581, fils d'Honoré d'Albert et d'Anne Rodulf (morte en 1587).


Albert de Gondi

Albert de Gondi Duc de Retz

Henri III de France érige en faveur d'Albert de Gondi, pour lui et ses descendants, le Comté de Retz en Duché-pairie, par lettres données à Paris, en novembre 1581.



Mariage de Johann VII de Nassau-Siegen avec Madeleine de Waldeck-Wildungen

Johann VII de Nassau-Siegen épouse à Dillenbourg le 9 décembre 1581 Magdalena ou Madeleine de Waldeck-Wildungen (1558-1599), fille de Philippe IV de Waldeck et de Jutta d'Isenburg. Leurs enfants sont :

Madeleine de Waldeck-Wildungen devient calviniste, la confession de son second mari.

Elle emménage avec lui à Dillenburg, où ils ont emmené les 2 enfants de son premier mariage.



Naissance de Léon d'Albert de Luynes

Léon d'Albert de Luynes naît à Mornas dans le Vaucluse en 1582, fils d'Honoré d'Albert (mort en 1592), Seigneur de Luynes, et d'Anne Rodulf (morte en 1587).



Réception d'Albert de Gondi au Parlement de Paris

Albert de Gondi est reçu comme Duc de Retz et comme conseiller d'honneur, au parlement de Paris, le 20 mars 1582.

Ce jour, il prête serment pour la charge de maréchal de France.

Albert de Gondi est enregistré comme Duc de Retz au parlement de Rennes, le 20 avril 1582.


François II de Saxe-Lauenbourg avec sa famille dans la Marienkirche von Büchen

Mariage de Francois II de Saxe-Lauenbourg avec Marie de Brunswick-Lunebourg

Francois II de Saxe-Lauenbourg est veuf de Marguerite de Poméranie-Wolgast

Francois II de Saxe-Lauenbourg épouse à Wolfenbüttel le 10 novembre 1582 Marie de Brunswick-Lunebourg (1566-1626), fille du Duc Jules de Brunswick-Wolfenbüttel. Leurs enfants sont :



Albert Vice-roi du Portugal

En 1583, Philippe II d'Espagne rentre en Espagne laissant comme vice-roi son neveu Albert, Archiduc d'Autriche.



Naissance d'Éléonore de Prusse

Éléonore de Prusse naît en 1583, fille d'Albert Frédéric de Prusse et de Marie-Éléonore de Clèves.



Naissance d'Éléonore de Prusse

Éléonore de Prusse naît en 1583, fils d'Albert Frédéric de Prusse et de Marie-Éléonore de Clèves.



Naissance d'Albert VI de Leuchtenberg

Albert VI de Leuchtenberg naît en 1584, fils de Guillaume V de Bavière et de Renée de Lorraine.



Naissance de Jean-François II de Gondi

Jean-François II de Gondi naît en 1584, fils d'Albert de Gondi et de Claude Catherine de Clermont-Tonnerre.

Jean-François II de Gondi fait ses études au collège de Tournon.



Mariage de Jean VI de Nassau-Dillenbourg avec Jeannette de Sayn-Wittgenstein

Jean VI de Nassau-Dillenbourg est veuf de Cunégonde-Jacobée de Wittelsbach.

Jean VI de Nassau-Dillenbourg épouse le 4 juin 1586 Johannetta ou Jeannette de Sayn-Wittgenstein, fille de Louis de Sayn-Wittgenstein. Leurs enfants sont :



Liaisons d'Antoine Perrenot de Granvelle

Antoine Perrenot de Granvelle laisse des enfants naturels :



Naissance de Madeleine-Sibylle de Prusse

Madeleine-Sibylle de Prusse naît le 9 janvier 1587, fille d'Albert Frédéric de Prusse et de Marie-Éléonore de Clèves.



Mariage d'Albert de Mariglier avec Françoise de Vesle

Françoise de Vesle est veuve d'Emery Le Prestre

Albert de Mariglier épouse en 1591 Françoise de Vesle.



Mariage de Frédéric-Guillaume Ier de Saxe-Weimar avec Anne Marie du Palatinat-Neuburg

Frédéric-Guillaume Ier de Saxe-Weimar est veuf de Sophie de Wurtemberg.

Frédéric-Guillaume Ier de Saxe-Weimar épouse le 9 septembre 1591 Anne Marie du Palatinat-Neuburg, fille de Philippe-Louis de Wittelsbach et d'Anne de Clèves. Leurs enfants sont :



Mort d'Honoré d'Albert Seigneur de Luynes

Honoré d'Albert meurt le 6 février 1592.


Dorothée-Marie d'Anhalt

Mariage de Jean II de Saxe-Weimar avec Dorothée-Marie d'Anhalt

Jean II de Saxe-Weimar épouse le 7 janvier 1593 Dorothée-Marie d'Anhalt -Zerbst (2 juillet 1574-18 juillet 1617), fille de Joachim-Ernest d'Anhalt-Zerbst. Leurs enfants sont :



Mariage de Maurice de Hesse-Cassel avec Agnès de Solms-Laubach

Maurice de Hesse-Cassel épouse le 23 septembre 1593 Agnès de Solms-Laubach (1578-1602), fille de Jean-Georges de Solms-Laubach et de Marguerite de Schönburg-Glauchau. Leurs enfants sont :


Nicolas de Harlay de Sancy

Mort de François d'O Seigneur d'O et de Maillebois

Nicolas de Harlay de Sancy Membre du Conseil des finances de Henri IV de France

François d'O meurt le 24 octobre 1594.

Il est inhumé en l'église Notre Dame des Blancs Manteaux à Paris.

Henri IV de France décide de remplacer l'office de surintendant des finances par un conseil des finances composé de :

Nicolas de Harlay de Sancy est héritier de la baronnie de Maule, Montainville et de multiples seigneuries franciliennes.



Mariage de Jean III Sigismond de Brandebourg avec Anne de Prusse

Jean III Sigismond de Brandebourg épouse en 1594 Anne de Prusse, fille d'Albert Frédéric de Prusse et de Marie-Éléonore de Clèves, héritière du duché de Clèves. Leurs enfants sont :

Le duché de Clèves est ainsi rattaché à la principauté de Brandebourg-Prusse


Charles II de Cossé Philippe Crespin du Bec

Charles II de Cossé Gouverneur de Paris

Sacre d'Henri IV de France

Philippe Crespin du Bec Archevêque de Reims

Entrée triomphale Henri IV de France dans Paris

Charles II de Cossé Maréchal de France

En janvier 1594, Charles II de Mayenne établit Charles II de Cossé, Gouverneur de Paris.

Henri IV de France se fait sacrer dans la cathédrale de Chartres le 27 février 1594.

Charles de Bourbon-Soissons assiste à se couronnement.

Albert de Gondi y représente le Comte de Toulouse.

Anne de Lévis-Ventadour y assiste et a l'insigne honneur de représenter l'un des 6 anciens pairs de France, le Comte de Champagne, qui porte la bannière royale et avec les 5 autres, soutient la couronne sur la tête du roi.

Jacques II de Goyon finit par se ranger au côté d'Henri IV de France, au sacre duquel il remplit les fonctions de connétable.

Philippe Crespin du Bec s'attache à Henri IV de France.

Philippe Crespin du Bec est présent à son sacre.

En prélat, Philippe Crespin du Bec lui rappelle les obligations d'un monarque catholique, alors Fils aîné de l'Église.

Reconnaissant, Henri IV de France nomme Philippe Crespin du Bec Archevêque de Reims

Charles II de Cossé conspire pour faire entrer Henri IV de France dans Paris.

D'où la chanson :

Tu es sauvé, Paris ; ton gouverneur Brissac a gardé ton navire et du bris et du sac.

Catherine-Marie de Lorraine doit accepter sa défaite.

Malgré les supplications de Louise de Lorraine-Vaudémont, veuve d'Henri III de France, sa cousine, Henri IV de France n'exerce pas de représailles à son encontre.



Mariage d'Hercule de Rohan-Guémené avec Madeleine de Lenoncourt

Madeleine de Lenoncourt est veuve de Louis VII de Rohan-Guémené.

Hercule de Rohan-Guémené épouse le 24 octobre 1594 Madeleine de Lenoncourt, fille d'Henri III de Lenoncourt et de Françoise de Laval . Leurs enfants sont :



Mariage d'Herman de Berg-s'Heerenberg avec Marie Mencie de Witthem

Herman de Berg-Heerenberg (1558-1611) épouse le 1er février 1595 Marie Mencie de Witthem. Leur enfant est :


Pedro Enriquez de Acevedo

Mort d'Ernest de Habsbourg

Matthias Ier de Habsbourg Gouverneur de Hongrie

Pedro Enriquez de Acevedo Gouverneur des Pays-Bas

Albert VII de Habsbourg Gouverneur des Pays-Bas

Ernest de Habsbourg meurt à Bruxelles le 20 février ou le 21 mars 1595.

Matthias Ier de Habsbourg, son frère, reprend le titre de gouverneur de Hongrie.

Les Pays-Bas sont alors en pleine révolte, soutenus par la France et l'Angleterre.

Pedro Enriquez de Acevedo devient éphémère gouverneur des Pays-Bas espagnols.

Sa sévérité excessive persuade Philippe II d'Espagne de le remplacer par Albert VII de Habsbourg.

Philippe III de Croÿ préfère se retirer à Venise.



Assemblée de notables à Rouen

Le 16 octobre 1596, Albert de Gondi se trouve à Rouen, à la suite d'Henri IV de France, lors de l'ouverture de l'assemblée des notables que ce monarque avait réunis dans cette ville.

Henri de Noailles, au service d'Henri IV de France, participe à cette assemblée.


Urbain de Laval

Siège d'Amiens

Mort de Flessan

Mort de Jean de Mercastel

Urbain de Laval Maréchal de France

Mort d'Hernandes Teillo Porto Carrero

Charles de Gontaut-Biron est chargé de reprendre Amiens.

Avec 4 000 fantassins et 700 cavaliers, il investit Amiens du côté de l'Artois, afin de couper les voies de communications avec Doullens et interceptant tous les convois en direction de la ville.

Il fait resserrer la ville de très près.

Guillaume V de Hautemer se signale lors de ce siège.

Malgré sa supériorité numérique, la garnison n'ose pas effectuer de sorties.

Hernandes Teillo Porto Carrero n'a pas imaginé voir l'ennemi aussi vite.

Il n'a pas suffisamment de provisions pour tenir un siège.

Il fait alors sortir toutes les bouches inutiles et brûler tous les faubourgs.

Les troupes Françaises, s'attendant à un siège long, organisent un camp ou l'on trouve de tout, comme dans une ville dont 2 hôpitaux.

On appelle alors le siège d'Amiens, le siège de velours.

Début avril 1597, Henri IV de France, suivi de sa cour, fait attaquer la place avec l'artillerie.

Le 22 mai 1597, Hernandes Teillo Porto Carrero fait une sortie furieuse avec 500 cavaliers, sur le quartier général de Charles de Gontaut-Biron, s'emparant d'un fort que les Français ont construit pour défendre le QG.

Après 2 heures de combats, les Espagnols en sont chassés et poursuivis par les troupes Françaises.

Les Espagnols sont sauvés par l'arrivée de 400 fantassins qui leur permettent de fermer les portes de la ville.

Charles Alexandre de Croÿ a sert dans une colonne de secours lors de ce siège.

En juin 1597, les Espagnols attaquent à nouveau, prenant les tranchées à 3 endroits.

Ils sont rapidement refoulés par les Français jusque sur la contrescarpe.

Le 18 juillet 1597, les Espagnols attaque à nouveau avec 2 groupes de 300 hommes chacun.

Le premier groupe attaque les tranchées tenues par le régiment de Picardie et le second celles tenue par le régiment de Flessan.

Les Espagnols, progressant rapidement, tuent les maitres de camps Flessan et Jean de Mercastel, sieur de Fouquerolles, nettoient les tranchées et attaquent les batteries afin d'enclouer les canons.

Les troupes de Charles de Gontaut-Biron et de Charles Ier de Lorraine-Guise, Prince de Joinville, tentent de repousser les Espagnols.

Les combats sont terribles et les espagnols progressant toujours, Henri IV de France fait donner ses troupes, qui les enfoncent et les poursuivent jusqu'à l'entrée de la ville.

Par état donné au camp d'Amiens, Urbain de Laval, Marquis de Sablé, est fait Maréchal de France le 25 juillet 1597 par Henri IV de France.

Le 4 septembre 1597, les Français lancent un assaut qui est repoussé après un long combat.

Lors de cette attaque, Hernandes Teillo Porto Carrero, est tué d'un coup d'arquebuse.

Don Jérôme Carasse marquis de Montanagro prend sa succession.

Il décide de se retrancher dans la ville afin d'attendre l'armée de secours d'Albert VII de Habsbourg, forte de 25 000 hommes, sous les ordres de Peter Ernst Ier von Mansfeld-Vorderort.

Elle arrive sur Amiens vers le 20 septembre 1597.

Charles II de Mayenne convainc Charles de Gontaut-Biron d'attendre derrière les retranchements, l'armée de secours.

L'armée de secours espagnole vient alors assiéger l'armée assiégeante.

Ils attaquent mais sont mis en fuite par l'artillerie Française.

Les forces Françaises renforcent leurs retranchements si bien que le lendemain l'armée de secours n'ose attaquer et Albert VII de Habsbourg prend le parti de se retirer.

Henri IV de France somme alors Don Jérôme Carasse de se rendre.

Celui-ci capitule le 25 septembre 1597.

Lors des 6 mois de siège les pertes Française ne s'élèvent qu'à 600 hommes.

Maximilien de Béthune joue un rôle essentiel à la tête de l'artillerie.

Tout jeune, Henri II de Rohan participe à ce siège.

Hercule de Rohan-Guémené participe à ce siège.

Le Père Joseph sert lors de ce siège.

Henri Ier de Savoie-Nemours se signale lors de ce siège.

Louis de Marillac fait ses premières armes.

Louis de Marillac reçoit après la prise d'Amiens une compagnie de 100 chevaux légers.

Henri IV de France le fait gentilhomme ordinaire de sa chambre et sous-lieutenant de la compagnie de gens d'armes de Gaston de France, du Duc d'Anjou.



Mariage d'Henri de Luxembourg avec Madeleine de Montmorency

Henri de Luxembourg (1583-1616), Duc de Piney, épouse le 19 juin 1597 Madeleine de Montmorency (1582-en décembre 1615). Leurs enfants sont :


Philippe-Emmanuel de Gondi, par Claude Duflos

Philippe-Emmanuel de Gondi Général des galères de France

Le 25 avril 1598, on accorde à Philippe-Emmanuel de Gondi la survivance de la charge de général des galères de France.

Il succède à Albert de Gondi, son père.



Traité de Vervins

Accablé par de nombreux revers, les armées de la Ligue et d'Espagne s'épuisent progressivement.

La France et l'Espagne sont à bout de force.

Nicolas Brûlart de Sillery et Pomponne Ier de Bellièvre négocient le traité de Vervins qui est signé le 2 mai 1598 à Vervins dans l'Aisne entre Henri IV de France et Philippe II d'Espagne, mettant fin à la guerre avec l'Espagne.

Il confirme les clauses du traité franco-espagnol de Cateau-Cambrésis du 3 avril 1559 entre Philippe II d'Espagne et Henri II de France, en y ajoutant diverses clauses nouvelles fixant les limites entre l'Espagne et la France.

Clément VIII contribue beaucoup à cette paix.

Philippe II d'Espagne restitue à la France la plupart des places conquises en France et abandonne la Belgique.

Henri IV de France se refuse toutefois à entériner l'annexion de la Navarre espagnole, réalisée en 1512 par Ferdinand II d'Aragon, arrière-grand-père de Philippe II d'Espagne.

Ce traité marque la fin de la prépondérance espagnole.

Malgré près de 40 ans de guerre civile en France, elle n'a pu s'imposer :

Philippe II d'Espagne décide d'octroyer leur indépendance aux Pays-Bas avec à leur tête Albert VII de Habsbourg lequel doit épouser Isabelle Claire Eugénie d'Espagne, sa fille.

Une clause du traité stipule que si le couple s'éteint sans descendance, les Pays-Bas redeviendront possession espagnole.

Or, il semble qu'Albert VII de Habsbourg soit dans l'impossibilité physique d'engendrer.

Cette indépendance n'est qu'un tour de passe-passe politique permettant aux Pays-Bas de retrouver la paix avant de retourner dans le giron Espagnol.


Albert VII de Habsbourg Isabelle Claire Eugénie d'Espagne - vers 1586 - par Alonso Sánchez Coello

Mariage d'Albert VII de Habsbourg avec Isabelle Claire Eugénie d'Espagne

Albert VII de Habsbourg Souverain des Pays-Bas

Mariage d'Isabelle Claire Eugénie d'Espagne avec

Isabelle Claire Eugénie d'Espagne épouse .

Leurs enfants sont :

Leur enfant est :

Charles Alexandre de Croÿ accompagne Albert VII de Habsbourg lors de son voyage en Espagne en tant que gentilhomme de la cour.

Albert VII de Habsbourg épouse le 6 mai 1598 ou le 18 avril 1599 sa cousine Isabelle Claire Eugénie d'Espagne, sa cousine, fille de Philippe II d'Espagne et Élisabeth de France. Leurs enfants sont :

Il est notoire que Albert VII de Habsbourg est dans l'incapacité physique d'engendrer.

À l'occasion de ce mariage, Isabelle Claire Eugénie d'Espagne reçoit de Philippe II d'Espagne à titre personnel en dot les Flandres et les comtés de Bourgogne et de Charolais.

Les Flandres comprennent administrativement les provinces méridionales des Pays-Bas ayant échappé à la scission des Provinces-Unies.

Cette dot ne lui sera définitivement acquises que si elle a un héritier mâle de Albert VII de Habsbourg.

Par une cérémonie formelle, Isabelle Claire Eugénie d'Espagne délègue le gouvernement à Albert VII de Habsbourg, son époux.

Le jeune couple archiducal tente d'abord de consolider par la force l'autorité habsbourgeoise sur les Pays-Bas, déchiré par une guerre civile.



Cession des Pays-Bas aux archiducs Albert et Isabelle

Philippe II d'Espagne fait cession des Pays-Bas aux archiducs Albert et Isabelle.



Albert de Bellièvre Archevêque de Lyon

Albert de Bellièvre est élevé par Pomponne Ier de Bellièvre son père dans la fidélité à Henri IV de France, qui sollicite pour lui un archevêché prestigieux.

Henri IV de France, soucieux de placer sur le siège lyonnais un fidèle après les années de guerre civile accède à la requête de Pomponne Ier de Bellièvre, son chancelier.

D'abord abbé de Jouy, Albert de Bellièvre est nommé Archevêque de Lyon et Primat des Gaules en 1599.



Naissance d'Albert de Saxe-Eisenach

Albert de Saxe-Eisenach naît à Altenbourg le 27 juillet 1599, fils de Jean II de Saxe-Weimar et de Dorothée-Marie d'Anhalt-Zerbst.



Diego Mexia Felipez de Guzman au service d'Albert VII de Habsbourg

À partir de 1600, Diego Mexia Felipez de Guzman entre au service d'Albert VII de Habsbourg dans les Pays-Bas espagnols.



Bataille de Nieuport

Lassé des pillages incessants des corsaires dunkerquois, Maurice d'Orange-Nassau décide de détruire une fois pour toutes ce nid de pirates que représente Dunkerque.

Le 21 juin 1600 Maurice d'Orange-Nassau rassemble une armée forte de 12 régiments d'infanterie et de 25 escadrons de cavalerie : 10 000 fantassins et 1 400 cavaliers et 14 canons.

Le 22 juin 1600cette armée traverse l'estuaire de l'Escaut dans une multitude de petits navires et arrive à Ostende, sa base pendant les opérations.

Maurice d'Orange-Nassau laisse là la moitié d'un régiment et 4 escadrons pour renforcer la garnison et le 30 juin 1600 part pour Nieuport.

Il arrive devant la place, le 1er juillet 1600.

Il envoie 2/3 de sa force sur l'autre rive de l'Yser pour se protéger de l'ouest.

Alors qu'elle marche le long de la côte, l'armée hollandaise rencontre l'armée espagnole d'Albert VII de Habsbourg, forte de 7 700 fantassins, 1 200 cavaliers et 9 canons.

Maurice d'Orange-Nassau remporte la bataille de Nieuport ou Nieuwpoort le 2 juillet 1600.

Mais Maurice d'Orange-Nassau fait demi-tour.

Pour ce coup-ci, Dunkerque est épargnée.

Charles Ier d'Aumale se met au service d'Albert VII de Habsbourg.

Il est doté de charges honorifiques et combat dans l'armée espagnole.

Charles Ier d'Aumale est blessé à lors de cette bataille.



Naissance d'Anne Grimoard de Beauvoir du Roure

Anne Grimoard de Beauvoir du Roure naît vers 1601, fille de Claude Grimoard du Roure, Seigneur de Bonneval, et de Marie d'Albert de Luynes (vers 1579-1686).


Anne de Hesse-Darmstad

Mariage d'Albert Othon Ier de Solms-Laubach avec Anne de Hesse-Darmstad

Albert Othon Ier de Solms-Laubach épouse le 28 octobre 1601 Ana of ou Anne de Hesse-Darmstad. Leurs enfants sont :



Succession Pierre de Melun

Les enfants de Pierre de Melun :

revendiquent les biens de leur père dans les Pays-Bas espagnols,.

En 1602, Henri IV de France intervient en leur faveur auprès d'Albert VII de Habsbourg et d'Isabelle Claire Eugénie d'Espagne.

Les parties font un accord qui est approuvé par les souverains le 16 août en 1602.



Mort d'Albert de Gondi Maréchal de France

Albert de Gondi meurt à Paris le 21 avril 1602.



Érection du comté de Ligne en principauté

Lamoral Ier de Ligne est membre du conseil d'état d'Albert VII de Habsbourg et d'Isabelle Claire Eugénie d'Espagne.

Ces derniers qualifient Lamoral Ier de Ligne et Anne-Marie de Melun de cousin et cousine.

Lamoral Ier de Ligne obtient de leur altesse sérénisime. l'érection du comté de Ligne en principauté, le 2 août 1602.



Mariage de Joachim III Frédéric de Brandebourg avec Éléonore de Prusse

Joachim III Frédéric de Brandebourg est veuf de Catherine de Brandebourg-Küstrin.

Joachim III Frédéric de Brandebourg épouse en 1603 Éléonore de Prusse, fille d'Albert Frédéric de Prusse et de Marie-Éléonore de Clèves. Leur enfant est :


Siège d'Ostende par les Espagnols

Siège d'Ostende

Ambrogio Spinola marche sur la Flandre avec les hommes qu'il a enrôlés à ses propres frais.

Pendant les premiers mois le gouvernement espagnol tente de préparer une invasion de l'Angleterre.

À fin de 1603, Ambrogio Spinola est de retour en Italie pour rassembler plus d'hommes.

Ambrogio Spinola engage le siège d'Ostende le 29 septembre 1603.

Les Gueux sont contraints de rendre la ville complètement ruinée.

La paix établie, Albert VII de Habsbourg et Isabelle Claire Eugénie d'Espagne, profondément catholique :

Ils installent leur cour à Bruxelles et s'entourent d'artistes comme Rubens ou Jan Brueghel.



Claude de Bellièvre Archevêque de Lyon

Claude de Bellièvre obtient un doctorat en droit.

Il est un érudit versé dans la littérature hébraïque.

Perdant rapidement ses facultés mentales, Albert de Bellièvre se démet en 1604 en faveur de Claude de Bellièvre, son frère :

Claude de Bellièvre est un prélat aisé, disposant de plus de 30.000 livres de revenus par an.

Claude de Bellièvre s'installe dans le palais épiscopal, qu'il réaménage à grand frais.

Claude de Bellièvre vit en ermite au sein de son palais, montrant une profonde piété.

Claude de Bellièvre est un bon gestionnaire de son diocèse, qu'il visite pour le connaître.

Claude de Bellièvre procède à des travaux au sein de la primatiale Saint-Jean.



Mariage de Christian Ier de Brandebourg-Bayreuth avec Marie de Prusse

Christian Ier de Brandebourg-Bayreuth épouse château de Plassenburg à Kulmbach le 29 avril 1604 Marie de Prusse (1579-1649), fille d'Albert Frédéric de Prusse. Leurs enfants sont :



Prise d'Ostende

Ambrogio Spinola se rend en Espagne pour trouver les fonds nécessaires à la poursuite de la guerre. Ambrogio Spinola insiste pour avoir le haut commandement en Flandre.

En avril 1604, Ambrogio Spinola est de retour à Bruxelles. Il se fait une réputation par le nombre de places qu'il assiège, malgré les efforts de Maurice d'Orange-Nassau pour les sauver.

Ostende, en ruines, tombe entre aux mains d'Ambrogio Spinola le 22 septembre 1604.

L'archiduc Albert et l'infante Claire Eugénie, fille de Philippe II d'Espagne, qui gouvernent la Flandre pour le compte de la monarchie espagnole et ont mis leurs espoirs dans la prise d'Ostende, sont enchantés de son succès.



Traité de Londres

Le traité de Londres du 29 août 1604 entre l'Espagne catholique et les Pays-Bas protestants doivent beaucoup à l'engagement actif d'Albert VII de Habsbourg et d'Isabelle Claire Eugénie d'Espagne.



Charles Alexandre de Croÿ Nommé au conseil de guerre d'Albert VII de Habsbourg

Le 27 mai 1605, Charles Alexandre de Croÿ fut nommé au conseil de guerre d'Albert VII de Habsbourg.



Mariage de Sigismond III Vasa avec Constance d'Autriche

Sigismond III Vasa est veuf d'Anne d'Autriche.

Sigismond III Vasa épouse en 1605 Constance d'Autriche, fille de Charles II d'Autriche et de Marie-Anne de Bavière. Leurs enfants sont :



Mariage d'Henri II de Lorraine avec Marguerite de Gonzague

Henri II de Lorraine est veuf de Catherine de Bourbon.

Henri II de Lorraine épouse à Mantoue le 24 avril 1606 Marguerite de Gonzague, fille de Vincent Ier de Mantoue et d'Éléonore de Médicis. Leurs enfants sont :

Marguerite de Mantoue est la nièce de Marie de Médicis.

Charles Alexandre de Croÿ représente Albert VII de Habsbourg à ce mariage.



Mariage de Jean-Georges Ier de Saxe avec Madeleine-Sybille de Prusse

Jean-Georges Ier de Saxe est veuf de Sybille de Wurtemberg.

Jean-Georges Ier de Saxe épouse en 1607 Madeleine-Sybille de Prusse, fille d'Albert Frédéric de Prusse. Leurs enfants sont :



Mort de Jean-Guillaume de Clèves

Guerre de Succession de Juliers

Anne de Prusse Duchesse de Clèves

La santé mentale de Jean-Guillaume de Clèves se détériore.

Il est qualifié de fou et pratiquement totalement écarté du gouvernement de ses vastes et puissants États.

Jean-Guillaume de Clèves meurt le 25 mars 1609, n'ayant pas eu d'enfants de ses deux épouses.

Il est le dernier duc de Clèves, Berg, Juliers, comte de la Marck, de Ravenberg, Seigneur de Ravenstein.

Jean-Guillaume de Clèves a 3 sœurs :

Les trois familles vont se déchirer pour hériter de l'ensemble de ces puissants territoires.

Ainsi démarre en 1609 la guerre de Succession de Juliers ou Guerre de Juliers-Clèves.

Philippe-Louis de Wittelsbach et Anne de Clèves deviennent et duchesse de Duc de Clèves, Berg, Juliers, Comte de la Marck, de Ravenberg, Seigneur de Ravenstein.

Wolfgang-Guillaume de Wittelsbach, fils de Philippe-Louis de Wittelsbach, et Jean III Sigismond de Brandebourg, fils d'Albert Frédéric de Prusse, revendiquent tous 2 le duché.

Henri IV de France et les représentants des Provinces-Unies sont inquiets de la possibilité que Rodolphe II de Habsbourg confisque le trône du duché de Juliers-Clèves-Berg.

Rodolphe II de Habsbourg envisage effectivement d'ajouter des territoires aux possessions existantes des Habsbourg aux Pays-Bas.

Les troupes du Saint-Empire romain germanique occupent la forteresse de Juliers.

Finalement, Rodolphe II de Habsbourg retire sa revendication au trône et soutient quelque temps la Maison de Wettin (Duc de Saxe) et leur revendication de Juliers-Clèves-Berg.

La revendication faite par la Maison de Wettin est finalement retirée.

La Guerre de Succession de Juliers-Clèves de guerre a été reconnu historiquement comme un évènement précurseur de la guerre de Trente Ans.

En 1609, Anne de Prusse, fille aînée de Marie-Éléonore de Clèves, hérite du duché de Clèves.



Tentative de joindre la Principauté de Montbéliard à la Franche-Comté

Albert VII de Habsbourg réclame la Principauté de Montbéliard au nom de l'Espagne, pour la joindre à la Franche-Comté.

Jean-Frédéric de Wurtemberg, craignant le pire, en appelle à Henri IV de France.

Il est vrai que ce dernier avait une dette envers son père qui l'avait bien aidé pécuniairement en son temps.

Le litige interminable est au bout du compte transporté en terrain neutre, à Grenoble, devant son Parlement, qui est composé pour moitié et de protestants et de catholiques.

Il confirme en 1612 que le comté de Montbéliard et les Quatre Terres :

sont bien indépendantes de la Franche-Comté, donc de l'Espagne.



Transfert par erreur des restes d'Odelric de Reims

En 1612, Albert VII de Habsbourg demande à avoir le corps d'Adalbéron de Louvain à Bruxelles.

Louis XIII de France et Louis III de Guise, archevêque de Reims, autorisent le transport des reliques d'Adalbéron de Louvain à Bruxelles.

Elles sont exhumées le 20 octobre 1612.

Elles sont transférées à Bruxelles le 22 novembre 1612.

Par erreur, ce sont les restes d'Odelric de Reims qui sont transportés à Bruxelles.

L'erreur des chanoines du chapitre de la cathédrale de Reims peut s'expliquer par plusieurs modifications qui ont eu lieu dans le bâtiment de la cathédrale.

Les reliques sont solennellement reçues le 11 décembre 1612 et déposés dans l'église des Carmélites.



Mariage d'Albert VI de Leuchtenberg avec

Albert VI de Leuchtenberg épouse en 1612 Mathilde de Leuchtenberg (1588-1634).

Leur enfant est :



Mariage de Pierre III Séguier avec Marguerite de la Guesle

Pierre III Séguier, fils de Pierre II Séguier (mort en 1602) et de Marie du Tillet (morte en 1621) épouse en août 1612 Marguerite de la Guesle, fille de Jacques de la Guesle et de Marie de Rouville. Leur enfant est :



Charles d'Albert Conseiller d'État, Gentilhomme ordinaire de la chambre, Gouverneur d'Amboise et Capitaine du château des Tuileries

Honoré d'Albert d'Ailly Lieutenant au gouvernement d'Amboise

Charles d'Albert devient favori de Louis XIII grâce à leur passion commune pour la chasse.

Le roi le fait alors conseiller d'État, Gentilhomme ordinaire de la chambre, Gouverneur de la ville et du château d'Amboise en Touraine et Capitaine du château des Tuileries.

Honoré d'Albert d'Ailly vient à la cour sous le nom de Cadenet.

Charles d'Albert son frère, lui ménage les bonnes grâces de Louis XIII qui, en 1615, fait Honoré d'Albert d'Ailly, lieutenant au gouvernement d'Amboise, dont Charles d'Albert est gouverneur.



Charles d'Albert Grand fauconnier de France

Le 30 octobre 1616, Charles d'Albert acquit la charge importante de grand fauconnier de France.


Louis-Frédéric de Wurtemberg Jules-Frédéric de Wurtemberg-Weiltingen Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt

Traité des cinq frères

Louis-Frédéric de Wurtemberg Comte de Montbéliard

Mariage de Louis-Frédéric de Wurtemberg avec Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt

Au cours de 1617 :

concluent entre frères une convention connue sous le nom de Traité des cinq frères.

Le comté de Montbéliard et toutes ses dépendances sont cédés à Louis-Frédéric de Wurtemberg.

Le 28 mai 1617, Jules-Frédéric de Wurtemberg-Weiltingen reçoit les seigneuries de Weiltingen et Brenz an der Brenz et une part de Heidenheim, plus une allocation annuelle de 15 000florins.

Jules-Frédéric de Wurtemberg-Weiltingen continue de régner sur le Wurtemberg jusqu'à sa mort.

C'est ainsi que naquirent les 2 branches parallèles :

Frédéric-Achille de Wurtemberg-Neuenstadt reçoit le château de Neuenstadt.

Magnus de Wurtemberg-Neuenbourg reçoit le château de Neuenbürg.

En 1617, Louis-Frédéric de Wurtemberg confirme les Franchises de la ville de Montbéliard aux bourgeois

Louis-Frédéric de Wurtemberg épouse à Stuttgart le 13 juillet 1617 Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt, fille de Louis Ier de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :

Le couple se rend pour la première fois à Montbéliard en octobre 1617.

Ils reçoivent un excellent accueil de la population.



Léon d'Albert de Luynes capitaine d une Compagnie au Régiment des Gardes

Léon d'Albert de Luynes est Lieutenant-Capitaine des Chevau-Légers du roi.

Léon d'Albert de Luynes est nommé capitaine d'une Compagnie au Régiment des Gardes en 1617.


Louis XIII par Philippe de Champaigne

Mort de Concino Concini

Prise du pouvoir par Louis XIII

Exil de Marie de Médicis à Blois

Marie de Médicis et Louis XIII s'entendent mal.

Louis XIII se sent humilié par la conduite de sa mère.

Louis XIII ne peut arrêter Concino Concini, maréchal d'Ancre,, protégé de Marie de Médicis, qui dispose d'une armée personnelle de plus de 7 000 hommes (sans compter ses partisans).

Afin d'accéder au pouvoir, Louis XIII opère un coup de force.

Nicolas de L'Hospital devient capitaine des gardes du corps de Louis XIII.

Aidé de Charles d'Albert, son maître de fauconnerie, et de quelques fidèles, Louis XIII fait assassiner Concino Concini à coups de pistolet par Nicolas de L'Hospital, le 24 avril 1617 dans la cour du Louvre.

Concino Concini est discrètement enterré en l'église Saint-Germain-l'Auxerrois.

Louis XIII remercie chaleureusement les meurtriers : Grand merci à vous, à cette heure, je suis roi !

On sait par plusieurs mémorialistes que Charles d'Albert avait déconseillé au roi d'exécuter Concino Concini et a même proposé la médiation de l'évêque de Carcassonne.

Louis XIII décide de rappeler au Conseil les conseillers d'Henri IV de France, surnommés les barbons en raison de leur grand âge.

On pout s'attendre à la reprise de la politique d'affrontement avec l'Espagne.

Pourtant, la tendance est à l'époque à un rapprochement entre puissances catholiques.

Paul Phélypeaux de Pontchartrain conserve ses fonctions de secrétaire d'État.

Louis XIII remplace Concino Concini par son propre favori, Charles d'Albert qui cependant ne joue pas un rôle prépondérant au sein du conseil du roi.

Très rapidement Charles d'Albert accumule les titres et les fortunes.

Son avancement crée des mécontentements, d'autant qu'il est un très mauvais homme d'État.

Louis XIII exile Marie de Médicis à Blois.

Catherine de Clèves partage l'exil de celle-ci.

Richelieu se trouvant alors du mauvais côté doit suivre la reine mère à Blois puis Richelieu est confiné dans son évêché.

Henriette-Marie de France est séparée de Marie de Médicis, sa mère entre 1617 et 1620.

Partisan d'une monarchie très modérée qui aurait laissé une large place aux Grands, Charles Ier de Lorraine fait preuve d'une fidélité moindre après la prise du pouvoir par Louis XIII.


Madeleine de Blanchefort de Créquy

Mariage de Nicolas V de Neufville de Villeroy avec Madeleine de Blanchefort de Créquy

François V de Bonne choisit Nicolas V de Neufville de Villeroy pour Madeleine de Blanchefort de Créquy, sa petite fille, à cause du gouvernement du Lyonnais dont le jeune homme à la survivance, et qui se trouve proche du Dauphiné.

Nicolas V de Neufville de Villeroy épouse le 11 juillet 1617 Madeleine de Blanchefort de Créquy (1609-1675). Leurs enfants sont :

Le contrat est signé devant Me Charbonneau à Grenoble.


Marie Aimée de Rohan

Mariage de Charles d'Albert avec Marie Aimée de Rohan

Charles d'Albert, Marquis d'Albert, épouse le 11 septembre 1617 Marie Aimée de Rohan, fille d'Hercule de Rohan-Guémené et de Madeleine de Lenoncourt. Leur enfant est :

Charles d'Albert initie son épouse à la politique de l'époque qui se compose surtout d'intrigue et d'audace. Il engage Marie Aimée de Rohan à gagner les bonnes grâces de la reine et du roi.



Mort de Léonora Dori

Léonora Dori est jugée pour sorcellerie (juiverie).

Léonora Dori meurt exécutée le 8 juillet 1617 décapitée puis brûlée en place de Grève à Paris.

Les biens du couple Concini, notamment le château de Lésigny et l'hôtel parisien de la rue de Tournon, sont confisqués et donnés à Charles d'Albert.

Charles d'Albert continue les embellissements du château de Lésigny, notamment pour les jardins et les pièces d'eau.

Il décore une chambre en l'honneur du roi.

On note plusieurs visites de Louis XIII.



Honoré d'Albert d'Ailly Mestre de camp du régiment de Normandie

Arrigo Concini, Comte de la Penna, fils du Concino Concini et de Léonora Dori, est banni.

En 1617, Honoré d'Albert d'Ailly est alors nommé mestre de camp du régiment de Normandie.



Actions de Charles d'Albert pour rapprocher Louis XIII d'Anne d'Autriche

Conscient du problème diplomatique et dynastique que cause l'indifférence de Louis XIII à l'égard d'Anne d'Autriche, Charles d'Albert, tente par tous les moyens d'y remédier.

Il fait chasser la cour espagnole d'Anne d'Autriche et fait remplacer les dames d'atours espagnoles par des françaises dont Louise-Marguerite de Lorraine, et Marie Aimée de Rohan.

Le duc organise des rendez-vous intimes entre Anne d'Autriche et Louis XIII.

Sous l'influence de Marie Aimée de Rohan, la reine commence à s'habiller et à se comporter comme une française. On lui fait porter des décolletés.



Mort d'Albert Frédéric de Prusse

Albert Frédéric de Prusse meurt le 27 juin 1618 atteint d'une aliénation mentale, et sans héritier masculin lui non plus.


Jean III Sigismond de Brandebourg Jean III Sigismond de Brandebourg

Mort d'Albert Frédéric de Prusse

Jean III Sigismond de Brandebourg Duc de Prusse et Margrave de Brandebourg

Albert Frédéric de Prusse meurt à Fischhausen le 27 juin 1618 ou le 28 août 1618, atteint d'une aliénation mentale profonde, sans héritier masculin.

La cinquième branche issue de la première branche de la Maison de Hohenzollern s'éteint avec lui.

Jean III Sigismond de Brandebourg, son gendre, devient Duc de Prusse en 1618.

La Marche de Brandebourg et le Duché de Prusse ne forment plus qu'un seul fief que l'on nomme le Brandebourg-Prusse.



Mort d'Éléonore de Bourbon-Condé

Éléonore de Bourbon-Condé est veuve de Philippe-Guillaume d'Orange-Nassau.

Éléonore de Bourbon-Condé est fiancée avec Honoré d'Albert d'Ailly.

Éléonore de Bourbon-Condé meurt au château de Muret en Picardie le 20 janvier 1619 alors qu'elle se rend à ce mariage.


Christine-Marie de France Marguerite-Yolande de Savoie - Charles-Emmanuel II de Savoie - Louise-Christine de Savoie et Christine de France - en 1640

Mariage de Victor-Amédée Ier de Savoie avec Christine-Marie de France

Charles d'Albert conseille à Louis XIII ce mariage.

Le contrat de mariage est signé le 11 janvier 1619.

Victor-Amédée Ier de Savoie épouse à Paris le 10 février 1619 Christine-Marie de France. Leurs enfants sont :

Victor-Amédée Ier de Savoie devient ainsi le beau-frère de Louis XIII de France, de Philippe IV d'Espagne et de Charles Ier Stuart.


Traité d'Angoulême - par Peter Paul Rubens (1577–1640) - peint entre 1621 et 1625 - Musée du Louvre

Première guerre de Marie de Médicis contre Louis XIII

Traité d'Angoulême

Le 22 février 1619, Marie de Médicis, s'échappe du château de Blois et lève une armée, déclenchant une guerre civile contre Louis XIII, son fils.

Charles Ier de Lorraine cautionne l'évasion de Marie de Médicis.

La fidélité de Jean-Louis de Nogaret à la régente semble indéfectible.

Jean-Louis de Nogaret prend les armes pour la soutenir jusqu'à ce qu'elle soit réintroduite à la cour.

Charles d'Albert conseille au roi le rappel de Richelieu pour inciter la reine-mère à négocier.

Marie de Médicis se réfugie à Angoulême auprès de Jean-Louis de Nogaret

En mars-avril 1619, Richelieu, François de la Rochefoucauld, Philippe de Béthune et Pierre de Bérulle, participent aux négociations entre Marie de Médicis et Louis XIII, son fils.

Le 12 mai 1619, Paul Phélypeaux de Pontchartrain conclut la Paix avec Marie de Médicis.

Le Traité d'Angoulême est signé le 30 juillet 1619.

Il réconcilie officiellement le fils et la mère.

Louis XIII cède à Marie de Médicis les villes d'Angers et de Chinon, mais lui interdit de revenir au conseil.

Il ne s'agit pas d'une reculade de Louis XIII dont l'armée est à quelques lieues d'Angoulême, mais d'une volonté de réconciliation.


Charles d'Albert - par Moncornet

Charles d'Albert Connétable de France

Charles d'Albert Duc de Luynes

Charles d'Albert Premier gentilhomme de la Chambre

Charles d'Albert Pair de France

François V de Bonne qui aurait du devenir Connétable de France refuse d'abjurer sa foi protestante.

Charles d'Albert est alors nommé Connétable de France. Il devient le 1er Duc de Luynes, Premier gentilhomme de la Chambre, et Pair de France en 1619.

Le Duché-Pairie de Luynes est érigé à partir du Comté de Maillé et de ses dépendances, lui même constitué à partir de la Baronnie de Maillé et de la Seigneurie de Rochecorbon.


Anne d'Autriche - portrait des années 1620

Rapprochement de Louis XIII et d'Anne d'Autriche

Au printemps 1619, Charles d'Albert finit par forcer le roi à coucher avec la reine.

À partir de ce moment, les relations entre Anne et Louis XIII ne cesseront de s'améliorer. L'amour que porte le roi pour Anne d'Autriche s'intensifie au point qu'il est au bord du désespoir lorsque Anne tombe gravement malade.



Libération d'Henri II de Bourbon-Condé et de Charlotte-Marguerite de Montmorency

En novembre 1619, Henri II de Bourbon-Condé et de Charlotte-Marguerite de Montmorency, précédemment emprisonné par Marie de Médicis, sont libérés.

Cela irrite Marie de Médicis et l'incite à tenir sa cour à Angers plutôt que de revenir à Paris.

Dans le même temps, Charles d'Albert mécontente les Protestants en ne s'opposant pas au retour des Jésuites à Paris.


Honoré d'Albert d'Ailly

Honoré d'Albert d'Ailly Lieutenant général au gouvernement de Picardie

Honoré d'Albert d'Ailly Chevalier des ordres du roi

Honoré d'Albert d'Ailly Maréchal de France

Honoré d'Albert d'Ailly, Duc de Chaulnes, est fait Maréchal de France le 6 décembre 1619 par Louis XIII.



Léon d'Albert de Luynes Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et d e l'Ordre de Saint-Michel

Léon d'Albert de Luynes est nommé lieutenant de la Compagnie des Chevaux Légers de la Garde ordinaire du Roi en 1619.

Léon d'Albert de Luynes devient Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et de l'Ordre de Saint-Michel le 31 décembre 1619.



Léon d'Albert de Luynes Gouvernement de Blaye

Léon d'Albert de Luynes est nommé Gouvernement de Blaye en 1620.



Bataille de Clerac

Léon d'Albert de Luynes se distingue à l'attaque de Clerac en 1620.



Mariage de Charles II de Blanchefort-Créquy avec Anne Grimoard de Beauvoir du Roure

Charles Alexandre de Créquy épouse le 31 mai 1620 Anne Grimoard de Beauvoir du Roure (vers 1601-1686), fille de Claude Grimoard de Beauvoir du Roure, Seigneur de Bonneval, et de Marie d'Albert de Luynes (morte en 1686). Leurs enfants sont :



Mariage de Léon d'Albert de Luynes avec Marguerite Charlotte de Luxembourg

Léon d'Albert de Luynes épouse le 6 juillet 1620 Marguerite Charlotte de Luxembourg. Leurs enfants sont :



Léon d'Albert Duc de Piney-Luxembourg

Henri de Luxembourg étant sans héritier mâle, Louis XIII continue le titre en faveur de Léon d'Albert Luynes et de Marguerite Charlotte de Luxembourg, troisième duchesse de Piney-Luxembourg.

Léon d'Albert, gendre d'Henri de Luxembourg, devient duc jure uxoris et 4e Duc de Piney-Luxembourg le 10 juillet 1620.


Réconciliation de Marie de Médicis et Louis XIII - par Rubens - au palais du Luxembourg

Deuxième guerre entre Marie de Médicis et Louis XIII

Prise de Rouen

Siège du château de Caen

Bataille des Ponts-de-Cé

Traité d'Angers

Construction du Palais du Luxembourg

Une faction de grands seigneurs opposés au retour en grâce d'Henri II de Bourbon-Condé se forme autour de Marie de Médicis.

De la Normandie au Languedoc, ils arment leurs places fortes au nom de la reine mère :

Le 4 juillet 1620, Louis XIII prend le parti de la guerre.

Entre le 7 juillet et le 7 août 1620, Louis XIII mène lui-même l'armée royale.

Louis XIII reprend Rouen le 10 juillet 1620.

Henri II de Valois-Longueville, Gouverneur de Normandie, prend le parti de Marie de Médicis.

Le capitaine Prudent, fidèle au gouverneur qui lui a confié le commandant du château, braque les canons sur la ville qui demande au roi d'intervenir.

Du 14 ou 17 juillet 1620, Louis XIII, assisté par César Ier de Choiseul du Plessis-Praslin, assiège le château qui finit par se rendre.

Jacques Rouxel suit sa véritable vocation, le métier des armes. Jacques Rouxel fait ses premières armes au siège de Caen.

Certains proposent alors de faire raser le château, mais le roi préfère garder la forteresse malgré son faible intérêt militaire. C'est le dernier fait d'armes important dans lequel le château joue un rôle direct.

Henri de Gondi participe à la bataille des Ponts-de-Cé du côté de Marie de Médicis le 7 août 1620. Il fait défection, entraînant avec lui ses 1 500 hommes ; l'armée amputée d'un tiers de ses hommes ne peut résister à l'assaut des troupes de Louis XIII qui écrasent l'armée de Marie de Médicis.

Charles d'Albert ne participe à aucun de ces affrontements.

Charles d'Albert favorise à nouveau la réconciliation entre la mère et le fils.

Par crainte de voir sa mère poursuivre des complots, tant qu'elle reste en exil, Louis XIII accepte son retour à la cour de France, et se réconcilie avec elle.

Richelieu qui fait conclure le traité d'Angers acquiert une réputation de fin négociateur.

Marie de Médicis revient alors à Paris, où elle s'attache à la Construction de son Palais du Luxembourg.



Mariage de Gustave II Adolphe de Suède avec Marie Éléonore de Brandebourg

Gustave II Adolphe de Suède épouse en 1620 Marie Éléonore de Brandebourg (1600-1655), fille de Jean III Sigismond de Brandebourg et d'Anne, fille de Albert-Frédéric, duc de Prussie. Leur enfant est :



Mariage d'Honoré d'Albert d'Ailly avec Claire Charlotte Eugénie d'Ailly

Honoré d'Albert épouse la riche héritière de la maison d'Ailly, à la condition que lui et sa postérité prendront le nom, les armes et le cri de la maison d'Ailly.

Honoré d'Albert d'Ailly épouse le 13 ou le 14 janvier 1620 Claire Charlotte Eugénie d'Ailly (vers 1600-1681), Comtesse de Chaulnes. Leurs enfants sont :



Naissance d'Henri Louis d'Albert d'Ailly

Henri Louis d'Albert d'Ailly naît en 1620, fils d'Honoré d'Albert d'Ailly et de Claire Charlotte Eugénie d'Ailly.



Naissance d'Albert II de Brandebourg-Ansbach

Albert II de Brandebourg-Ansbach naît à Ansbach le 18 septembre 1620, fils de Joachim-Ernest de Brandebourg-Ansbach et de Sophie de Solms-Laubach.



Naissance de Louis-Charles d'Albert

Louis-Charles d'Albert naît au Louvre le 25 décembre 1620, fils de Charles d'Albert et de Marie Aimée de Rohan. Louis XIII est son parrain.



Mort d'Albert de Bellièvre

Albert de Bellièvre meurt en 1621, sous tutelle.


Albert VII de Habsbourg- par Rubens vers 1615 Isabelle Claire Eugénie d'Espagne habillée en clarisse

Mort d'Albert VII de Habsbourg

Isabelle Claire Eugénie d'Espagne Religieuse

Albert VII de Habsbourg meurt à Bruxelles, le 13 juillet 1621.

La mort d'Albert met fin à une période d'essor et de calme.

Faute d'héritier, la souveraineté sur les Pays-Bas revient à l'Espagne.

Isabelle Claire Eugénie d'Espagne est désignée comme gouvernante générale.

Isabelle Claire Eugénie d'Espagne n'est plus qu'une simple gouvernante révocable, au nom de Philippe IV d'Espagne, son neveu, conformément aux dispositions de l'acte de cession.

Isabelle Claire Eugénie d'Espagne prend l'habit religieux de clarisse.

En réalité, dépressive et accaparée par des pratiques dévotes et mystiques, Isabelle Claire Eugénie d'Espagne délaisse le pouvoir :

Diego Mexia Felipez de Guzman rentre en Espagne où Gaspar de Guzmán, son cousin, est devenu Valido.

Sous son patronage, Diego Mexia Felipez de Guzman devient vite très influent.



Honoré d'Albert d'Ailly Duc de Chaulnes et Pair de France

Honoré d'Albert d'Ailly devient Duc de Chaulnes et Pair de France en 1621. On le nomme alors maréchal duc de Chaulnes.



Soulèvements en Saintonge, en Guyenne et en Languedoc

Mort de Louis III de Lorraine

Prise de Saint-Jean-d'Angély

Prise de Saumur

Henri Ier de La Tour d'Auvergne intrigue contre Maximilien de Béthune puis s'allie aux princes révoltés contre la régente mais refuse le poste de généralissime des calvinistes lors de l'assemblée de La Rochelle de 1621.

Dans les provinces de Saintonge, de Guyenne et de Languedoc, les protestants se soulèvent avec pour chef Henri II de Rohan.

En 1621, Benjamin de Rohan-Soubise prend le commandement des huguenots des provinces du Poitou, de la Bretagne, et d'Anjou, sous la direction de l'assemblée de La Rochelle.

Il combat à l'ouest et le long de la côte tandis que Henri II de Rohan, son frère aîné, commande sur terre et dans le sud de la France.

Louis XIII se décide brusquement à marcher en personne contre Benjamin de Rohan-Soubise retranché dans Saint-Jean-d'Angely.

Louis III de Lorraine est libéré de la Bastille à condition de prendre part avec Louis XIII à l'expédition dans le Poitou contre les Protestants.

Les chroniqueurs raconte qu'un héraut d'armes se présenta aux portes de la ville, et sans se découvrir, dit à Soubise :

A toi Benjamin de Rohan ; le roi ton souverain seigneur et le mien, te commande de lui ouvrir les portes de sa ville de Saint-Jean-d'Angeli, pour y entrer avec son armée.

A faute de quoi je te déclare criminel de lèse-majesté au premier chef, roturier toi et ta postérité, tous tes biens confisqués : que les maisons seront rasées de toi et de tous ceux qui t'assisteront.

Je ne ne puis répondre que comme soldat, répliqua Soubise, qui éfait resté couvert.

Tu ne dois répondre ni comme soldat ni comme capitaine, reprit le héraut, avant que tu sois dans ton devoir : sache que quand je te parle au nom du roi, ton seigneur et le mien, tu dois avoir le chapeau à la main.

Hautefontaine, vieil officier, excusa la faute de son chef, en disant :

M. de Soubise n'ayant jamais reçu une pareille sommation, il est excusable de n'en pas connaître les formalités. Si on lui avoit dit qu'il faut mettre un genou en terre, il les auroit mis tous les deux.

Soubise donna, pour réponse, ces mots écrits de sa main. Je suis trés-humble serviteur du roi : mais l'exécution de ses commandements n'est pas en mon pouvoir.

Louis III de Lorraine se distingue au siège de Saint-Jean-d'Angély.

Louis III de Lorraine meurt à Saintes en Charente-Maritime le 21 juin 1621 en combattant.

Après un mois de résistance, Saint-Jean-d'Angély est prise le 24 juin 1621.

Benjamin de Rohan-Soubise se rend aux troupes commandées par Louis XIII.

Défilant devant le Roi, à la tête de sa garnison, il s'approche de Sa Majesté, met les deux genoux en terre, et lui fait serment d'une inviolable fidélité. Louis XIII répond :

Je serai bien aise que vous me donniez dorénavant plus de sujet d'être satisfait de vous que par le passé. Levez-vous et servez-moi mieux à l'avenir.

Charles II de Cossé tombe malade au siège de Saint-Jean-d'Angély.

On le transporte au château de Brissac en juin 1621.

Bernard de Nogaret de Foix combat aux sièges de Saint-Jean-d'Angély et de Royan.

Honoré d'Albert d'Ailly sert aux sièges de Saint-Jean-d'Angély.

François de Montmorency-Bouteville sert avec éclat aux sièges de Saint-Jean-d'Angély, de Montauban, de Royan et de Montpellier

Henri de Lorraine-Harcourt combat les Protestants et prend part au siège de Saint-Jean-d'Angély.

Charles II de Lorraine-Guise est blessé à Saint-Jean-d'Angély.

Bien que protestant, Jean de Saint-Bonnet est fidèle au roi Louis XIII dans sa lutte contre le parti huguenot. Ses qualités de stratège, son courage et sa loyauté le feront distinguer par ses pairs et par le roi.

Jean de Saint-Bonnet participe à la prise de Saumur au printemps 1621.



Siège de Montauban

Blessure de Louis de Marillac

Mort d'Emmanuel Philibert des Prez

Siège de Montheurt

Rattachement du Béarn et de la Navarre au Royaume de France

Mort de Charles d'Albert Duc de Luynes

Louis-Charles d'Albert Duc de Luynes

Honoré d'Albert d'Ailly Gouverneur d'Amiens

Henri II de Rohan, chef protestant, défend Montauban.

Le 17 août 1621, Louis XIII et le connétable Charles d'Albert installent leur quartier général près de Moissac, dans le château de Piquecos d'où ils dirigent le siège de Montauban.

Louis d'Arpajon lève pour ce siège un régiment d'infanterie.

Honoré d'Albert d'Ailly sert aux sièges de Montauban.

Jean de Saint-Bonnet participe au siège de Montauban.

Louis de Marillac sert en qualité de maréchal de camp à ce siège où il est blessé.

Maximilien de Béthune intervient dans les luttes entre les protestants français et la royauté lors de ce siège.

Emmanuel Philibert des Prez meurt lors de ce siège.

La prise des villages alentour ayant été accomplie, le siège de la citadelle peut commencer.

Les protestants montalbanais mettent en place une défense acharnée de la ville, motivée par la foi religieuse.

Ils disposent de vivres abondantes, et sont commandés par :

Espérant une reddition rapide, Louis XIII ordonne une nuit de septembre 1621 de faire tirer simultanément 400 coups de canon sur la ville.

Mais cela ne vient pas à bout de la défense montalbanaise.

Les arrières de l'armée royale sont de plus harcelés par Henri II de Rohan.

Henri de Schomberg dirige l'artillerie royale lors du siège de Montauban.

Louis XIII échoue en grande partie du fait de l'incompétence de Charles d'Albert et se voit contraint de lever le siège le 6 novembre 1621.

Le Béarn et la Navarre sont rattachés au Royaume.

Charles d'Albert meurt de la scarlatine durant le siège de Montheurt, alors qu'il est déjà tombé en disgrâce.

Honoré d'Albert d'Ailly, son frère, obtient le gouvernement des villes et citadelle d'Amiens.

Louis-Charles d'Albert, son fils, devient 2e Duc de Luynes.



Naissance de Maximilien-Henri de Bavière

Maximilian Heinrich von Bayern ou Maximilien-Henri de Bavière naît à Munich le 8 décembre 1621, fils d'Albert VI de Leuchtenberg et de Mathilde de Leuchtenberg.


Marie Aimée de Rohan - Duchesse de Chevreuse en Diane chasseresse - Portrait attribué à Claude Deruet

Mariage de Claude de Lorraine avec Marie Aimée de Rohan

Marie Aimée de Rohan Duchesse de Chevreuse

Marie Aimée de Rohan est veuve de Charles d'Albert.

Claude de Lorraine, Duc de Chevreuse, épouse le 19 ou le 21 avril 1622 Marie Aimée de Rohan, fille d'Hercule de Rohan-Guémené et de Madeleine de Lenoncourt. Leurs enfants sont :

Marie Aimée de Rohan devient par ce mariage Duchesse de Chevreuse.

Sans grand relief, Claude de Lorraine saura garder ses distances vis-à-vis des complots menés par sa femme.



Mariage de Philippe de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg avec Sophie de Saxe-Lauenbourg

Philippe de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (1584-1663) épouse à Amt Neuhaus près de Boizenburg le 23 mai 1624 Sophie de Saxe-Lauenbourg. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles d'Albert d'Ailly

Charles d'Albert d'Ailly naît en 1625, fils d'Honoré d'Albert d'Ailly et de Claire Charlotte Eugénie d'Ailly.



Honoré d'Albert d'Ailly et Jacques Nompar de Caumont en Picardie

Honoré d'Albert d'Ailly commande avec Jacques Nompar de Caumont, Duc de La Force, l'armée de Picardie en 1625. Ils maintiennent la Picardie dans l'obéissance à Louis XIII.



Mariage de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau avec Amélie de Solms-Braunfels

La vie de jeune adulte de Frédéric-Henri d'Orange-Nassau est marquée principalement par son éducation rigoureuse ponctuée d'amours homosexuels à l'intérieur de l'armée néerlandaise et ce jusqu'à la quarantaine.

Maurice d'Orange-Nassau n'étant devenu père que par son union extra maritale, pour assurer la pérennité de la maison d'Orange-Nassau, contraint Frédéric-Henri à se marier.

Frédéric-Henri d'Orange-Nassau épouse en 1625 Amalia von Solms-Braunfels ou Amélie de Solms-Braunfels (1602-1675), fille du Comte Jean Albert Ier von Solms-Braunfels. Leurs enfants sont :


Forçage du Pas-de-Suze

Forçage du Pas de Suse

Le pas de Suse, situé à 500 mètres d'altitude, est un défilé des Alpes situé sur la frontière entre la France et le duché de Savoie.

Louis XIII veut conduire en personne le secours de Casal.

Louis XIII décide de passer les Alpes en plein hiver.

Le récit de cet événement est notamment raconté par Louis de Rouvroy, Duc de Saint-Simon, dans ses Mémoires.

Richelieu prépare la campagne en renforçant les corps permanents et en levant 6 nouveaux régiments dans le Dauphiné, la Provence et le Lyonnais.

Trois armées doivent envahir à la fois le Piémont et combiner leurs opérations dans la vallée du Pô :

23 000 hommes d'infanterie et 3 000 chevaux sont rassemblés autour de Briançon.

L'infanterie comprend :

À la cavalerie d'élite de la Maison du Roi s'ajoutent 12 compagnies de chevau-légers et les carabins d'Arnauld de Corbeville.

Mais ni artillerie, ni munitions, ni mulets de transport.

L'armée n'a pas 15 jours de vivres, bien qu'avant de partir de Paris, on eût donné 200 000 livres d'avance aux intendants des vivres pour entretenir en permanence, outre la ration journalière, un mois de vivres en magasin.

Rien n'est prêt non plus pour le ravitaillement de Casal.

Le 18 février 1629, Louis XIII arrive à Grenoble avec Richelieu et les grands seigneurs de son entourage :

Louis XIII désigne comme lieutenants-généraux :

comme maréchaux de camp :

Léon d'Albert de Luynes est présent à cette journée.

Richelieu précède Louis XIII à Embrun, pour arrêter le plan d'opérations et l'ordre de marche.

L'avant-garde, conduite par Charles Ier de Blanchefort de Créquy et François de Bassompierre, a mission de s'emparer des passages du Piémont.

Elle comprend :

L'armée suit sous le commandement de Charles de Schomberg.

Abraham de Fabert d'Esternay participe à ces combats.

Le 28 février 1629, l'avant-garde passe les Alpes à Montgenèvre et Cezanne ou Césane (en italien Cesana Torinese) et cantonne à Oulx, sur la Doria Riparia.

Le 29 février 1629, l'avant-garde trouve au fort d'Exilles, 13 vieux canons éventés, pour battre les retranchements de M. de Savoie.

Le 1er mars 1629, l'avant-garde couche à Chaumont ou Chiomionte, un bourg ouvert, à un quart de lieue de la frontière de Piémont.

On ne peut franchir cette frontière, de ce côté, que par le Pas de Suse, défilé de 600 toises qui n'a pas plus de 18 pas de largeur en certains endroits et qui est obstrué par des roches qu'aucune machine ne pourrait déplacer ; 2 hommes ont grand-peine à y passer de front.

À l'entrée, le bourg et le gros rocher de Gelasse surmonté d'un fort, qui n'est accessible que par une rampe étroite et bordée de précipices.

Des 2 côtés du défilé, se dressent des montagnes imposantes :

Le passage est fermé, du côté de Chaumont, par un grand retranchement en forme de demi-lune et, en arrière, par des barricades, flanquées, à mi-pente, par des redoutes, distantes l'une de l'autre de 200 pas.

Le défilé débouche au faubourg de Suse, dominé par un couvent de Cordeliers.

3 000 Piémontais ou Milanais gardent les ouvrages.

Charles-Emmanuel Ier de Savoie, Victor-Amédée Ier de Savoie, son fils, le lieutenant général comte de Verrua et le marquis de Ville, commandant la cavalerie, se préparent à soutenir l'attaque, bien étonnés que le Louis XIII la dirigeât en pareille saison.

Le 5 mars 1629, à 11 heures du soir, Louis XIII quitte Oulx avec la Noblesse et 2 compagnies de ses Gardes, pour faire 4 lieues, à pied, dans la neige.

En arrivant à Chaumont, 3 heures avant le jour, Louis XIII trouve Richelieu dressant l'ordre de combat avec les maréchaux.

Les Gardes françaises et suisses, ainsi que Navarre attaqueraient de front les barricades et les redoutes.

Le régiment de Sault, dont les officiers étaient du pays pour la plupart, devait partir à 3 heures du matin et suivre à droite, au-dessous du crêt de Montmoron, avec de bons guides, un sentier extravagant qui conduisait derrière les retranchements.

L'avance ainsi gagnée permettrait d'assaillir l'ennemi de tous côtés en même temps.

500 hommes d'Estissac, moitié piques, moitié mousquets, longeraient les hauteurs de gauche, sous le crêt de Montabon.

Dans le défilé, les enfants perdus se jetteraient sur les barricades par le milieu et par les flancs :

Ces 3 pelotons seraient suivis par 3 troupes de 100 hommes, fournies par les mêmes régiments.

Comme soutien, 300 gentilshommes volontaires, de qualité pour la plupart, et 500 soldats de Navarre.

Henri II de Valois-Longueville les commande.

L'artillerie vient ensuite : une coulevrine et 2 moyennes, tirées au crochet et poussées par 50 pionniers.

En arrière, un gros de 800 Gardes françaises et de 500 Suisses, sous le commandeur de Valençay.

4 000 hommes restent rangés en bataille devant Chaumont.

Ils sont destinés :

Avant de donner le signal de l'attaque, Louis XIII veut adresser à Charles-Emmanuel Ier de Savoie une dernière sommation.

Il envoie Guitaut-Comminges, capitaine aux Gardes-françaises, avec les maréchaux des logis, le lieutenant de Pontis et un trompette, demander passage, pour préparer à Suse le quartier du Roi.

A 100 pas de la barricade, le groupe s'arrête et le trompette sonne.

Un officier piémontais et 12 soldats sortent du retranchement, puis le comte de Verrua, escorté de 200 mousquetaires.

Après qu'il nous a salués fort civilement, raconte Pontis, Guitaut-Comminges lui dit :

Monsieur, le Roi mon maître m'a commandé d'aller aujourd'hui à Suse pour lui préparer son logis, parce qu'il veut, demain, y aller loger.

Le comte de Verrua lui répond avec beaucoup de civilité :

Monsieur, Son Altesse tiendrait à grand honneur de loger Sa Majesté.

Mais, puisqu'elle vient si bien accompagnée, vous, trouverez bon, s'il vous plait, que j'en avertisse auparavant Son Altesse.

Guitaut-Comminges répondit :

Nous primes alors congé et allâmes retrouver Sa Majesté.

Louis XIII attend son émissaire, à 100 pas des enfants perdus, devant le gros des Gardes-françaises.

Il trouve que le comte de Verrua a répondu en homme d'esprit et en capitaine.

Louis XIII s'approche du maréchal et lui dit, en colère :

Savez-vous bien que nous n'avons que 600 livres de plomb dans le parc de l'artillerie ?

Il est bien temps de penser à cela ! Faut-il, pour un masque qui n'est pas prêt, ne pas danser le ballet ? Laissez-nous faire, Sire, et tout ira bien !

Le signal est donné à 8 heures.

Laissons François de Bassompierre raconter le combat qu'il prétend avoir dirigé.

Nous mîmes pied à terre, Créqui et moi, pour mener les enfants perdus.

Schomberg, que la goutte empêchait de marcher, nous suivait à cheval, afin de voir la fête.

Une balle dans les reins le mit bientôt hors de combat.

En dépassant le bourg de Gelasse, évacué par l'ennemi, nous fûmes canonnés par le fort et salués de quantité de mousquetades, venant des montagnes et de la première barricade.

Nos ailes ayant gagné les éminences latérales, tirèrent au derrière de ce retranchement, pendant que nous y donnions, tête baissée, et le faisions abandonner.

Nous poursuivîmes si vivement les Savoyards, qu'ils ne purent garder les deux autres barricades, où nous entrâmes pêle-mêle avec eux.

Valençay escalada la montagne de gauche à la tête des Suisses et en chassa les gens du Valais.

Dans le défilé, le marquis de Ville eut l'épaule fracassée et se fit transporter à Suse.

Nous poussâmes si vivement notre pointe avec les Gardes-françaises que, sans la résistance que firent près d'une chapelle, le capitaine Cerbelloni et quelques soldats espagnols, le Duc et son fils auraient été pris, tant Treville, lieutenant des Mousquetaires du Roi, les serrait de près.

Un estafier fut tué à son étrier.

Mais le Duc échappa à Treville, qui dut se contenter de blesser Cerbelloni et de le faire prisonnier.

Nous marchâmes, sans nous arrêter, jusqu'au faîte du passage, d'où nous vîmes Suse.

La citadelle nous tira force canonnades.

Mais nous étions si animés au combat et si joyeux de la victoire, que nous ne nous en occupions pas.

Quelques enfants perdus entrèrent dans la ville avec les fuyards et y furent faits prisonniers.

Créqui et La Valette logèrent les Gardes dans les maisons qui bordent la descente à main gauche, tandis qu'avec l'aide de Toiras et de Tavannes, j'établissais Navarre dans les maisons de droite.

Valençay, quoique blessé au genou, descendit, avec les Suisses du colonel Salis, de l'autre côté de Suse, pour empêcher que rien n'en sortit.

Les montagnards du comte de Sault avaient trouvé le sentier extravagant mal gardé par le régiment piémontais de Marc-Antoine Belon.

Ce qu'il y eut de plus remarquable, raconte Pontis, fut que les ennemis, nous attendant de pied ferme à ce détroit qu'il nous eut été impossible de forcer, furent bien surpris de voir le comte de Sault, qui avait fait nettoyer la neige avec des pelles et grimpé sur ces hautes montagnes, fondre tout d'un coup sur eux et les investir par derrière.

Ils lâchèrent pied aussitôt et quittèrent toutes leurs fortifications ; de sorte qu'ils ne donnèrent pas le loisir à nos troupes de leur faire sentir la pesanteur du bras du roi de France, à qui ils avaient osé refuser le passage.

Il y eut néanmoins beaucoup des nôtres tués ensuite par le canon de Suse, qui fouettait et nettoyait d'une étrange sorte tout le chemin.

Créqui et François de Bassompierre établissent leur logis dans le faubourg de Suse, au couvent des Cordeliers, où le Roi leur envoie ses félicitations.

Il convient d'ajouter à ces éloges, les critiques de Richelieu, qui marche bravement sous les canonnades, à côté de Louis XIII, en avant du soutien.

L'attaque dure fort peu à cause de la furie française et parce que les ennemis, se voyant pris de tous côtés, lâchent pied après leur première décharge.

Tous firent bien en cette occasion.

Cependant tout l'ordre désirable ne peut être gardé :

Les maréchaux Créqui, Bassompierre, Schomberg et les maréchaux de camp, sont tous ensemble, mêlés aux volontaires, contre la raison qui veut qu'ils soient séparés pour donner les ordres en divers endroits.

Nous perdons fort peu de gens ; 5 ou 6 officiers sont blessés ; il n'y a pas plus de 30 morts.

Suse, mauvaise place, ne peut se défendre :

Sa Majesté l'a fort recommandé, pour ne décrier ses armes en Italie, où l'on estime les Français aussi braves que peu réglés.

Le château de Suse se rend le lendemain mais il n'en est pas de même de sa citadelle ni du fort de Gelasse.



Mort de Léon d'Albert de Luynes

Henri Léon d'Albert-Luxembourg Duc de Piney-Luxembourg

Léon d'Albert de Luynes meurt à Paris le 25 novembre 1630.

Son corps est porté et inhumé aux Célestins d'Avignon.

Ses entrailles sont portées aux Célestins de Paris dans la Chapelle de Luxembourg.

Son cœur est placé à Ligny-en-Barrois.

Henri Léon d'Albert-Luxembourg, son fils, devient quatrième Duc de Piney-Luxembourg.



Mariage de Charles-Henri II de Clermont-Tonnerre avec Marguerite Charlotte de Luxembourg

Marguerite Charlotte de Luxembourg est veuve de Léon d'Albert de Luynes.

Charles-Henri II de Clermont-Tonnerre épouse en juin 1631 Marguerite Charlotte de Luxembourg.

Leur enfant est :



Mariage d'Albert de Saxe-Eisenach avec Dorothée de Saxe-Altenbourg

Albert de Saxe-Eisenach épouse le 24 juin 1633 Dorothée de Saxe-Altenbourg (26 juin 1601-10 avril 1675 ou en 1695), fille de Frédéric-Guillaume Ier de Saxe Weimar, son oncle.



Mort d'Isabelle Claire Eugénie d'Espagne

Isabelle Claire Eugénie d'Espagne meurt à Bruxelles le 1er décembre 1633.

Le corps d'Isabelle Claire Eugénie d'Espagne est inhumé au côté de celui d'Albert VII de Habsbourg, son époux, dans la chapelle Sainte-Gudule de la cathédrale de Bruxelles.

Sa mort met fin pour les Pays-Bas à une période d'essor, puis de calme.


Bataille de Nördlingen par Jacques Courtois Albert de Brandebourg-Ansbach - par Benjamin Block en 1643

Prise de Ratisbonne

Première Bataille de Nördlingen

Gustaf Karlsson Horn Prisonnier

Mort de Frédéric de Brandebourg-Ansbach

Albert II de Brandebourg-Ansbach Margrave de Brandebourg-Ansbach

Sophie de Solms-Laubach Régente

Les Suédois ne peuvent tirer bénéfice de la victoire protestante à Lützen à cause de la mort de leur roi Gustave II Adolphe.

Ferdinand de Hongrie et Ferdinand d'Autriche, son cousin, font alors marche pour joindre leurs 2 armées.

Les forces suédoises commandées par Bernard de Saxe-Weimar et Gustaf Karlsson Horn tentent désespérément d'empêcher cette jonction mais sont incapables de rattraper Ferdinand de Hongrie.

Ferdinand III de Habsbourg, et Ferdinand d'Autriche, assisté de Matthias Gallas et d'Ottavio Piccolomini, reprend l'avantage et occupent la ville de Ratisbonne le 26 juillet 1634, menaçant d'avancer plus loin en Saxe.

Ferdinand d'Autriche passe le Danube en août 1634.

Les 2 armées font leur jonction dès septembre 1634, établissant leur campement en Souabe au sud de Nördlingen.

Cette ville est alors défendue par une petite garnison suédoise.

Peu de temps après, Bernard de Saxe-Weimar et Gustaf Karlsson Horn arrivent également et font leurs préparatifs en vue de la rencontre décisive.

Ferdinand de Hongrie et Ferdinand d'Autriche se préparent aussi à la bataille, négligeant les conseils de leurs généraux plus expérimentés, tel le général impérial Matthias Gallas.

Dans l'autre camp, les préparatifs se font aussi mais les 2 chefs sont en désaccord.

En outre, ils sous-estiment la supériorité numérique des forces catholiques et, malgré des rapports réalistes qui leur sont fournis, estiment à 7 000, et non à 21 000 comme c'était le cas, le nombre de fantassins qui devaient combattre leurs propres forces, soit 16 000 hommes.

La première Bataille de Nördlingen a lieu le 5 et 6 septembre 1634.

Armand-Frédéric de Schomberg se fait connaître sous les ordres de Bernard de Saxe-Weimar lors de cette bataille.

Les protestants réalisent qu'ils doivent faire un effort pour reprendre la ville et planifient alors une attaque de nuit.

L'attaque des protestants se trouve en difficulté lorsque leur avance est bloquée par leur artillerie et les chariots de ravitaillement qui se trouvent devant l'infanterie.

Cela donne un délai aux troupes impériales pour se préparer.

Ensuite l'infanterie suédoise attaque sans l'appui de son artillerie, et parvient néanmoins à enfoncer une aile.

Le commandant des impériaux ordonne une attaque coordonnée sur la ligne saxonne.

Les Suédois sont mis en déroute.

La rivalité de Gustaf Karlsson Horn et de Bernard de Saxe-Weimar qui lui dispute le commandement de l'armée suédoise est une des causes de leur défaite commune.

Bernard de Saxe-Weimar perd la bataille.

Gustaf Karlsson Horn est fait prisonnier et les alliés des protestants perdent entre 12 000 et 14 000 soldats.

L'armée suédoise est anéantie et les débris qui en restent s'enfuient vers Heilbronn ne rappellent plus rien de l'armée glorieuse et jusque-là victorieuse, dont ils ont fait partie.

Les troupes du Wurtemberg sont touchées par cette défaite.

Le Wurtemberg est pillé et incendié.

Eberhard VII de Wurtemberg part en exil à Strasbourg.

L'ensemble de la famille ducale, y compris Jules-Frédéric de Wurtemberg-Weiltingen, s'enfuit à Strasbourg,

Bien que la France ne soit pas engagée directement, des unités françaises servent du côté des protestants : Charles de Sainte-Maure, futur gouverneur de Louis le Grand Dauphin, Duc de Montausier, fait partie des rescapés.

Maximilien Ier de Bavière renoue avec le succès lors de cette bataille qui constitue le premier revers suédois dans la guerre de Trente Ans.

Cette importante victoire des forces impériales et espagnoles décide la France à intervenir ouvertement dans le conflit.

Frédéric de Brandebourg-Ansbach meurt le 6 septembre 1634 tué lors de cette bataille.

Albert II de Brandebourg-Ansbach lui succède et devient Margrave de Brandebourg-Ansbach.

Comme Albert II de Brandebourg-Ansbach est encore mineur, Sophie de Solms-Laubach, sa mère assure la régence jusqu'en 1639.

Le récit de cette bataille donne lieu à un véritable morceau de bravoure dans le dernier des romans picaresques espagnols, intitulé La vida y hechos de Estebanillo González (1646).

Le narrateur de ce roman autobiographique, qui devient précisément bouffon du cardinal-infant entre 1639 et 1641, y dépeint en effet la bataille depuis un point de vue complètement anti-héroïque, qui annonce les pages de Stendhal sur la bataille de Waterloo dans La Chartreuse de Parme.



Honoré d'Albert d'Ailly Gouverneur de Picardie

Campagne en Artois

Prise de Grévillers

Honoré d'Albert d'Ailly est fait gouverneur de Picardie en 1635.

Honoré d'Albert d'Ailly, avec l'armée de Picardie, entre en Artois, où il prend et fait raser différents châteaux, force le bourg de Grévillers près de Bapaume, qui abonde en vivres, et fait brûler ce qu'il ne peut emporter, pour en priver l'ennemi.

L'armée espagnole, forte de 14 000 hommes, s'étant avancée, Honoré d'Albert d'Ailly, trop faible pour la combattre, distribue ses troupes dans les places frontières, d'où elles harcèlent les ennemis.

Mais Honoré d'Albert d'Ailly est renforcé par 1 500 chevaux du ban et de l'arrière-ban du Boulonnais.

Honoré d'Albert d'Ailly marche à l'ennemi qui se retire.



Campagne en Artois

À la formation des régiments de cavalerie, en 1636, Honoré d'Albert d'Ailly en a un de son nom.

Par représailles des ravages que les Espagnols ont faits en Picardie pendant la dernière campagne, Honoré d'Albert d'Ailly, malgré la rigueur de la saison, rassemble, en janvier 1636, 1 200 hommes de ses garnisons, pénètre dans l'Artois, y brûle plusieurs bourgs et villages, et défait 400 Irlandais qui servent les troupes ennemies.



Mariage d'Ernest Ier de Saxe-Gotha avec Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg

Ernest Ier de Saxe-Gotha épouse en 1636 Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg (morte en 1680). Leurs enfants sont :

Ernest Ier de Saxe-Gotha devient Duc de Saxe-Altenbourg par ce mariage.



Urbain de Maillé-Brézé et Honoré d'Albert d'Ailly Commandant de l'armée de Picardie

Le 4 juillet 1636, Richelieu confie à Urbain de Maillé-Brézé le commandement de l'armée de Picardie avec Honoré d'Albert d'Ailly.



Mariage d'Eberhard VII de Wurtemberg avec Anne-Catherine de Salm-Kyrbourg

Eberhard VII de Wurtemberg épouse le 26 février 1637 Anna Katharina ou Anne-Catherine de Salm-Kyrbourg ou Kyrburg (1614-1655 ou 1657), fille de Johann Kasimir von Salm-Kyrburg, un général suédois. Leurs enfants sont :



Naissance de François-Louis Rousselet

François-Louis Rousselet naît en 1637, d'ascendance roturière.

François Rousselet, son père, compte un bisaïeul et un trisaïeul marchands à Lyon, Seigneurs de La Pardieu, devenus échevins de la ville.

Du côté maternel, il descend de la famille Compans, des marchands drapiers parisiens.

François Rousselet étant le neveu d'Albert de Gondi.

Jean-François Paul de Gondi, son petit-fils, sera le protecteur de François-Louis Rousselet au début de sa carrière.



Louis-Charles d'Albert Pair de France

Louis-Charles d'Albert de Luynes est reçu au Parlement en qualité de pair de France le 24 novembre 1639.


Ernest Ier de Saxe-Gotha Albert de Saxe-Eisenach

Division du duché de Saxe-Weimar

Ernest Ier de Saxe-Gotha Duc de Saxe-Gotha

Le 13 février 1640, la Saxe-Weimar connaît une division :

La Saxe-Gotha est constituée en faveur d'Ernest Ier de Saxe-Gotha qui devient Duc de Saxe-Gotha en 1640.

Frédéric-Guillaume II de Saxe-Altenbourg obtient les bailliages :

et l'abbaye de Sonnefeld.


Siège d'Arras - Arrivée du convoi et la reddition - Estampe

Siège d'Arras

Louis II de Vendôme blessé

En 1640, Honoré d'Albert d'Ailly et Gaspard III de Coligny font le siège d'Arras.

Antoine d'Aumont de Rochebaron sert lors de ce siège.

Louis-Charles d'Albert, Mestre de camp, se distingue à la tête de son régiment attaqué par les Espagnols devant Arras le 2 août 1640.

Josias de Rantzau a une main estropiée, et perd une jambe lors de ce siège.

Arras se rend le 9 ou 10 août 1640.

Honoré d'Albert d'Ailly ne servira plus après cette campagne.

Louis II de Vendôme a d'abord une carrière militaire et sert comme volontaire de 1630 à 1640.

Louis II de Vendôme est blessé lors de ce siège.



Mariage de Louis-Charles d'Albert avec Louise Marie Séguier

C'est le fils de Louis-Charles d'Albert de Luynes (1620-1699), 2e duc de Luynes, et de sa première épouse, Louise-Marie Séguier (1624-1651), marquise d'O, Louis-Charles d'Albert épouse le dimanche 23 septembre 1641 Louise Marie Séguier (1624-13 septembre 1651), Marquise d'O. Parmi leurs 9 enfants citons :


Henriette-Louise de Wurtemberg

Mariage d'Albert II de Brandebourg-Ansbach avec Henriette-Louise de Wurtemberg

Albert II de Brandebourg-Ansbach épouse à Stuttgart le 31 août 1642 Henriette-Louise de Wurtemberg (1623-1650), fille de Louis-Frédéric de Wurtemberg. Leurs enfants sont :



Louis-Charles d'Albert Grand fauconnier

Le 6 janvier 1643 Louis-Charles d'Albert est pourvu de la charge de grand fauconnier.


Sophie-Amélie de Brunswick-Lunebourg

Mariage de Frédéric III de Danemark avec Sophie-Amélie de Brunswick-Lunebourg

Frédéric III de Danemark épouse à Glückstadt le 1er ou le 18 octobre 1643 Sophie-Amélie de Brunswick-Lunebourg, fille de Georges de Brunswick-Calenberg et d'Anne-Éléonore de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :

Sophie-Amélie de Brunswick-Lunebourg est une femme énergique et passionnée, au caractère ambitieux.

Cette union affectera non seulement le destin de Frédéric III de Danemark, mais également le destin du Danemark.



Mariage de Louis de Cossé-Brissac avec Marguerite-Françoise de Gondi

Louis de Cossé-Brissac épouse le 3 mai 1644 Marguerite-Françoise de Gondi, Comtesse de Chemillé. Leurs enfants sont :



Mariage de Claude de Rouvroy avec Diane-Henriette de Budos

Les fiançailles de Claude de Rouvroy et de Diane-Henriette de Budos sont célébrées au Palais Royal le 7 septembre 1644 en présence de Louis XIV.

Claude de Rouvroy épouse à Saint-Maximin dans l'Oise le 26 septembre 1644 Diane-Henriette de Budos, Marquise de Portes, fille d'Antoine Hercule de Budos et de Louise de Crussol. Leurs enfants sont :



Mort d'Albert de Saxe-Eisenach

Albert de Saxe-Eisenach meurt à Eisenach le 20 décembre 1644 sans héritier.

Guillaume Ier de Saxe-Weimar, Ernest Ier de Saxe-Gotha, ses frères, se partagent ses terres.



Naissance d'Henri-Albert de Cossé-Brissac

Henri-Albert de Cossé-Brissac naît au château de Brissac à Brissac-Quincé dans le Maine-et-Loire le 16 mars 1645, fils de Louis de Cossé-Brissac et de Marguerite-Françoise de Gondi.



Honoré d'Albert d'Ailly Gouverneur d'Auvergne

Honoré d'Albert d'Ailly se démet du gouvernement de Picardie en 1645.

On lui donne celui d'Auvergne, qu'il gardera jusqu'à sa mort.


Françoise de Neufville - par Beaubrun en 1653

Mariage d'Henri Louis d'Albert d'Ailly avec Françoise de Neufville

Henri Louis d'Albert d'Ailly, Duc de Chaulnes, épouse au palais royal à Paris le 2 mai 1646 Françoise de Neufville. Leurs enfants sont :



Naissance de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly naît en 1645 ou le 7 octobre 1646, fils de Louis-Charles d'Albert de Luynes (1620-1699), 2e duc de Luynes, et de Louise-Marie Séguier (1624-1651), Marquise d'O.



Naissance d'Albert V de Saxe-Cobourg

Albert V de Saxe-Cobourg naît en 1648, fils d'Ernest Ier de Saxe-Gotha et d'Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg.



Mariage de Jean-Baptiste Colbert avec Marie Charron de Ménars

Jean-Baptiste Colbert épouse le 13 décembre 1648 ou 1649 Marie Charron de Menars, fille d'un membre du conseil royal, cousine par alliance d'Alexandre Bontemps. Leurs enfants sont :

Sa dot est de 100 000 livres.



Mort d'Honoré d'Albert d'Ailly Maréchal de France

Honoré d'Albert d'Ailly meurt à Paris le 30 octobre 1649.

La cadenette est le nom donné à plusieurs coiffures, notamment une coiffure militaire qui consistait en deux tresses ou mèche de cheveux partant du milieu du crâne et se retroussant de chaque côté de la tête sous le chapeau. D'abord appelée moustache, il s'agit d'une mèche de cheveux que l'élégant porte plus longs du côté gauche, retombant sur l'épaule.

Elle prend le nom de cadenette quand, au début du XVIIe siècle, Honoré d'Albert d'Ailly imagine de l'attacher avec un nœud de ruban orné d'un bijou.



Mariage d'Albert II de Brandebourg-Ansbach avec Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen

Albert II de Brandebourg-Ansbach est veuf d'Henriette-Louise de Wurtemberg.

Albert II de Brandebourg-Ansbach épouse à Oettingen le 15 octobre 1651 Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen, fille du Comte Joachim-Ernest d'Oettingen-Oettingen. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles II de Rohan-Guémené avec Jeanne Armande de Schomberg

Charles II de Rohan-Guémené (1633-1699) épouse en la paroisse Saint-Paul à Paris le 12 janvier 1653 Jeanne Armande de Schomberg (morte en 1706). Leurs enfants sont :

Les témoins  sont :



Mort d'Henri Louis d'Albert d'Ailly

Henri Louis d'Albert d'Ailly meurt en 1653.



Mort d'Henri Louis d'Albert d'Ailly

Charles d'Albert d'Ailly Duc de Chaulnes

Henri Louis d'Albert d'Ailly meurt en 1653.

Charles d'Albert d'Ailly, son frère, devient Duc de Chaulnes.



Mort de Jean-François II de Gondi Archevêque de Paris

Jean-François Paul de Gondi Archevêque de Paris

Exil de Jean-François Paul de Gondi

Jean-François II de Gondi meurt à Paris à quatre heures du matin le 21 mars 1654 malade de la pierre.

À cinq heures, Jean-François Paul de Gondi, son neveu et coadjuteur, emprisonné au château de Vincennes, prend possession par procuration de l'archevêché.

Jean-François II de Gondi est inhumé le 2 avril 1654 dans la chapelle de Gondi (aujourd'hui chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs), au pourtour du chœur de Notre-Dame de Paris.

Philippe-Emmanuel de Gondi devient propriétaire du château de Saint-Cloud.

Philippe Emmanuel de Gondi devient seigneur de Noisy-en-Cruye.

Une semaine plus tard, Jean-François Paul de Gondi signe une renonciation suffisamment vague pour être dénoncée aussitôt après.

Placé en résidence surveillée au château de Nantes, Jean-François Paul de Gondi s'en échappe grâce à une corde dissimulée sous sa simarre.

Charles II de la Porte, Gouverneur de Nantes, laisse s'échapper Jean-François Paul de Gondi.

Jean-François Paul de Gondi vient se réfugier à Belle-Île-en-Mer qu'il a hérité de son grand-oncle, Albert de Gondi.

Furieux, Jules Mazarin déclare vacant l'archevêché de Paris.

Jean-François Paul de Gondi gagne l'Espagne, puis Rome.

Jean-François Paul de Gondi nomme des vicaires qui parviennent à administrer le diocèse de Paris pour lui.



Naissance de Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach

Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach naît à Ansbach le 8 octobre 1654, fils d'Albert II de Brandebourg-Ansbach et de Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen.


Christian II Ernest de Brandebourg-Bayreuth

Mort de Christian Ier de Brandebourg-Bayreuth

Christian II Ernest de Brandebourg-Bayreuth Margrave de Brandebourg-Bayreuth

Georges-Albert de Brandebourg-Bayreuth Régent du Margraviat de Brandebourg-Bayreuth

Christian Ier de Brandebourg-Bayreuth meurt à Bayreuth le 30 mai 1655.

Christian II Ernest de Brandebourg-Bayreuth, son petit-fils, devient margrave de Brandebourg-Bayreuth en 1655.

Comme il est encore mineur, son oncle Georges-Albert de Brandebourg-Bayreuth assure la régence jusqu'en 1664.

Christian II Ernest de Brandebourg-Bayreuth est un prince tolérant qui encourage et développe l'administration, l'économie et l'armée.



Charles d'Albert d'Ailly Lieutenant général des armées

Charles d'Albert d'Ailly devient Lieutenant général des armées en 1655.



Mariage d'Eberhard VII de Wurtemberg avec Marie-Dorothée-Sophie d'Oettingen-Oettingen

Eberhard VII de Wurtemberg est veuf d'Anne-Catherine de Salm-Kyrbourg.

Eberhard VII de Wurtemberg épouse en 1656 Marie-Dorothée-Sophie d'Oettingen-Oettingen (1636-1698). Leurs enfants sont :



Trois discours sur la condition des grands

Les Trois discours sur la condition des grands sont un ensemble de discours éducatifs tenus par Blaise Pascal à Charles-Honoré d'Albert d'Aillyau, probablement vers 1660.



Mort de Louis de Cossé-Brissac

Henri-Albert de Cossé-Brissac Duc de Brissac

Louis de Cossé-Brissac meurt en son hôtel à Paris le 26 février 1661.

Henri-Albert de Cossé-Brissac devient 4e Duc de Brissac.



Naissance de Christian-Henri de Brandebourg-Culmbach

Christian-Henri de Brandebourg-Culmbach ou de Brandebourg-Bayreuth (en allemand Christian Heinrich von Brandenburg-Bayreuth-Kulmbach) naît à Ansbach le 29 juillet 1661, fils de Georges Albert de Brandebourg-Kulmbach et d'Élisabeth de Schleswig-Holstein-Glücksburg.



Mariage de Louis-Charles d'Albert avec Anne de Rohan-Montbazon

Louis-Charles d'Albert est veuf de Louise Marie Séguier.

Louis-Charles d'Albert est le parrain d'Anne de Rohan-Montbazon.

Louis-Charles d'Albert épouse le 4 septembre 1661 Anne de Rohan-Montbazon. Leurs enfants sont :



Louis-Charles d'Albert Chevalier des ordres du Roi

Louis-Charles d'Albert est reçu chevalier des ordres du roi le 31 décembre 1661.



Charles d'Albert d'Ailly Chevalier des ordres du Roi

Charles d'Albert d'Ailly est nommé chevalier des ordres du Roi en 1661.



Madeleine Charlotte de Clermont-Tonnerre Duchesse de Piney-Luxembourg

En 1661, Henri Léon d'Albert-Luxembourg, handicapé mental sous tutelle de sa famille, renonce à ses titres pour se faire diacre.

Marguerite Charlotte de Luxembourg, sa mère, transmet le titre à Madeleine Charlotte de Clermont-Tonnerre, sa fille, qui devient cinquième Duchesse de Piney-Luxembourg

Louis XIV autorise le transfert à la condition que le duché soit considéré pour les questions de préséance, comme créé en 1661.



Liaison de Louis II de Bourbon-Condé avec Élisabeth-Angélique de Montmorency-Boutteville

Mariage de François-Henri de Montmorency-Bouteville avec Madeleine Charlotte de Clermont-Tonnerre

François-Henri de Montmorency-Bouteville Duc de Piney-Luxembourg et Pair de France

Louis II de Bourbon-Condé a une liaison avec Élisabeth-Angélique de Montmorency-Boutteville, Duchesse de Châtillon, sœur de François-Henri de Montmorency-Bouteville.

Elle est connue à la cour pour sa beauté.

Louis II de Bourbon-Condé arrange, en 1661, le mariage de son cousin avec le plus beau parti de France.

François-Henri de Montmorency épouse le 17 mars 1661 Madeleine Charlotte de Clermont-Tonnerre, héritière du duché de Piney-Luxembourg, connu sous le nom de duché de Luxembourg, Princesse de Tingry, Comtesse de Ligny, Baronne de Dangu. Leurs enfants sont :

Le mariage fait de François-Henri de Montmorency-Bouteville le dux jure uxoris ou Duc de Piney-Luxembourg et un pair de France.



Baptême de Marie-Anne d'Albert

Marie-Anne d'Albert est la fille de Louis-Charles d'Albert et d'Anne de Rohan-Montbazon.

Marie-Anne d'Albert est baptisée le 7 mars 1663.


Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon-par Beaubrun en 1663

Mariage d'Henri-Albert de Cossé-Brissac avec Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon

Henri-Albert de Cossé-Brissac épouse à Paris le 17 avril 1663 Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon, Marquise de Portes.



Naissance d'Éléonore-Julienne de Brandebourg-Ansbach

Éléonore-Juliane ou Éléonore-Julienne de Brandebourg-Ansbach ou von Hohenzollern naît le 23 octobre 1663, fille d'Albert II de Brandebourg-Ansbach (1620-1667) et de Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen.



Charles d'Albert d'Ailly Lieutenant de la compagnie des chevau-légers de la garde du roi

Charles d'Albert d'Ailly est Lieutenant de la compagnie des chevau-légers de la garde du roi en 1664.



Mariage d'Albert II de Brandebourg-Ansbach avec Christine de Bade-Durlach

Albert II de Brandebourg-Ansbach est veuf Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen.

Albert II de Brandebourg-Ansbach épouse à Durlach le 6 août 1665 Christine de Bade-Durlach (1645-1705), fille de Frédéric VI de Bade-Durlach.



Charles-Honoré d'Albert d'Ailly Commandant du régiment d'Auvergne

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly entame une carrière militaire.

En 1666,Charles-Honoré d'Albert d'Ailly devient Commandant du régiment d'Auvergne.



Mort d'Albert VI de Leuchtenberg

Albert VI de Leuchtenberg meurt en 1666.



Séparation d'Henri-Albert de Cossé-Brissac et de Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon

La séparation de corps d'Henri-Albert de Cossé-Brissac et de Gabrielle-Louise de Rouvroy intervient le 4 août 1666.



Mariage de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly avec Jeanne Marie Thérèse Colbert

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly épouse le 3 février 1667 Jeanne Marie Thérèse Colbert, fille de Jean-Baptiste Colbert et de Marie Charron de Menars. Leurs enfants sont :


Clément IX

Mort d'Alexandre VII

Clément IX Pape

Charles d'Albert d'Ailly Ambassadeur à Rome

Alexandre VII meurt le 22 mai 1667.

Alexandre VII entérine la condamnation du jansénisme prononcée par Innocent X et met les Provinciales de Pascal à l'Index.

Alexandre VII cherche à contenir l'expansion du protestantisme en Italie et en Angleterre.

Alexandre VII crée le vicariat apostolique de la Nouvelle-France.

Alexandre VII termine les travaux de la place Saint-Pierre avec la colonnade du Bernin.

Jean-François Paul de Gondi prend part au conclave qui dure de 18 jours.

Rinaldo d'Este participe à ce conclave.

Giulio Rospigliosi est élu pape à l'unanimité le 20 ou le 26 juin 1667 sous le nom de Clément IX (en latin Clemens IX, en italien Clemente IX).

Rien de remarquable ne se produisit sous son court pontificat si ce n'est l'apaisement temporaire de la querelle entre le Saint-Siège et les prélats de l'Église de France qui avaient refusé de participer à la condamnation des écrits de Jansénius.

Charles d'Albert d'Ailly est ambassadeur à Rome pour l'élection du pape Clément IX.


Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach à cinq ans - par Benjamin Block (1659)

Mort d'Albert II de Brandebourg-Ansbach

Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach Margrave de Brandebourg-Ansbach

Albert II de Brandebourg-Ansbach meurt à Ansbach le 22 octobre 1667.

Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach devient Margrave de Brandebourg-Ansbach en 1667.

Un gouvernement est désigné pour assuré la régence en son nom.


Sophie-Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg

Mariage de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg avec Sophie-Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg (1620-1688), Électeur de Brandebourg, épouse le 14 juin 1668 Sophie-Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg. Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg avec Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg est veuf de Louise-Henriette d'Orange-Nassau.

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg épouse en 1668 Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (1636-1689), fille de Philippe de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg. Leurs enfants sont :



Naissance d'Honoré-Charles d'Albert

Honoré-Charles d'Albert naît le 6 décembre 1669, fils de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne Marie Thérèse Colbert.


Charles d'Albert d'Ailly par Robert Nanteuil - 1676

Charles d'Albert d'Ailly Gouverneur de Bretagne

Charles d'Albert d'Ailly est nommé Gouverneur de Bretagne en 1670.



Jean Racine dédie à Charles-Honoré d'Albert d'Ailly sa pièce Britannicus

En 1670, le dramaturge Jean Racine dédie à Charles-Honoré d'Albert d'Ailly sa pièce Britannicus.


Clément X

Clément X Pape

Charles d'Albert d'Ailly Ambassadeur à Rome

Jean-François Paul de Gondi prend part au conclave.

Rinaldo d'Este participe à ce conclave.

Emilio Altieri est élu Pape le 29 avril 1670 sous le nom de Clément X, en latin Clemens X, en italien Clemente X.

Il est intronisé le 11 mai 1670.

Charles d'Albert d'Ailly retourne à Rome pour l'élection du pape Clément X.


Anne de Rohan-Montbazon Portrait par Pierre Mignard - vers 1670

Naissance de Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes

Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes naît en 1670, fille de Louis-Charles d'Albert et d'Anne de Rohan-Montbazon.



Naissance de Frédéric IV de Holstein-Gottorp

Friedrich IV von Holstein-Gottorf ou Frédéric IV de Holstein-Gottorp naît au château de Gottorf le 18 octobre 1671, fils de Christian Albert de Holstein-Gottorp et de Frédérique-Amélie de Danemark.



Majorité de Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach

Mariage de Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach avec Jeanne de Bade-Durlach

Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach atteint sa majorité en 1672 et commence à gouverner seul ses États.

Jean-Frédéric de Brandebourg-Ansbach épouse à Durlach le 5 février 1672 Jeanne de Bade-Durlach, fille de Frédéric VI de Bade-Durlach. Leurs enfants sont :



Promesse de Charles XI de Suède

Alliance de Frédéric Guillaume Ier avec les Provinces-Unies

Charles XI de Suède commence à gouverner seul en 1672.

En avril 1672, la Suède et la France concluent une alliance.

La France promettant 400 000 riksdalers de subsides en temps de paix, somme qui serait portée à 600 000 en temps de guerre, pour que la Suède maintienne une armée de 16 000 hommes dans ses territoires allemands.

Charles XI de Suède s'engage à intervenir en Allemagne, si les princes allemands aident les Provinces-Unies.

La Suède entretient de bonnes relations avec le duc Christian Albert de Holstein-Gottorp, dont le duché se trouve au sud du Danemark.

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg s'allie avec les Provinces-Unies.



Naissance de Christian-Auguste de Holstein-Gottorp

Christian August von Schleswig-Holstein-Gottorf ou Christian-Auguste de Holstein-Gottorp naît à Gottorp le 11 janvier 1673, fils de Christian-Albert de Holstein-Gottorp et de Frédérique-Amélie de Danemark.



Naissance de Charles-Hercule d'Albert de Luynes

Charles-Hercule d'Albert de Luynes dit le Chevalier de Luynes naît le 8 mars 1674, fils de Louis Charles d'Albert, Deuxième duc de Luynes, et d'Anne de Rohan-Montbazon.


Exécution de Louis de Rohan-Guémené

Complot de Louis de Rohan-Guémené et Gilles du Hamel de Latréaumont

Mort de Gilles du Hamel de Latréaumont

Louis de Rohan-Guémené Prisonnier

Mort de Louis de Rohan-Guémené

Mort de Franciscus van den Enden

Franciscus van den Enden, philosophe, ouvre à Paris une école de latin, située à Picpus dans les faubourgs de Paris.

Il reçoit les visites du janséniste Antoine Arnauld et de Gottfried Wilhelm von Leibniz.

Franciscus van den Enden abrite des réunions destinées à préparer un soulèvement prôné par Gilles du Hamel de Latréaumont.

La direction de ce soulèvement est confiée à Louis de Rohan-Guémené qui est criblé de dettes.

Ils veulent livrer la ville de Quillebœuf aux Néerlandais et créer une république normande indépendante.

Ils veulent renverser Louis XIV, voire l'assassiner, en enlevant le dauphin qui aurait été gardé comme otage.

Les conjurés sollicitent l'appui du Comte de Monterrey, gouverneur espagnol à Bruxelles, par l'intermédiaire de Franciscus van den Enden.

Franciscus van den Enden héberge Jean Charles du Cauzé de Nazelle, un jeune mousquetaire du Roi.

Jean Charles du Cauzé de Nazelle s'étonne des visites de Louis de Rohan-Guémené dans cette pension de famille.

Jean Charles du Cauzé de Nazelle prévient François Michel Le Tellier le 31 aout 1674.

Franciscus van den Enden est compromis, puisqu'il rédige la constitution du gouvernement républicain qui aurait succédé au roi et qu'il entretient les liens avec les Néerlandais.

Louis de Rohan-Guémené est arrêté le 11 septembre 1674 à la sortie de la messe du Roi au château de Versailles par les services de Gabriel Nicolas de la Reynie en la personne d'Henri-Albert de Cossé-Brissac, major des gardes,

Le 17 septembre 1674, en revenant d'une mission auprès du Comte de Monterrey, Franciscus Van den Enden apprend l'arrestation de Louis de Rohan-Guémené.

Gilles du Hamel de Latréaumont est tué par Henri-Albert de Cossé-Brissac, son camarade de régiment, en ripostant lors de son arrestation à l'hôtel des Uniques, à Rouen.

Louis de Rohan-Guémené, incarcéré à la Bastille, est condamné pour crime de lèse-majesté.

Contrairement à ses comparses, Louis de Rohan-Guémené n'est pas soumis à la question,

Louis de Rohan-Guémené meurt rue Saint-Antoine devant l'entrée de la Bastille à Paris près de son hôtel particulier : l'Hôtel de Rohan-Guémené le 27 novembre 1674 décapité.

Le chevalier des Préaux, neveu de la Truaumont, et la Marquise de Villars : les autres conjurés, tous nobles, sont décapités.

Van den Enden tente de fuir mais les autorités françaises le rattrapent et le conduisent à la Bastille.

Le vieux philosophe est interrogé et torturé à plusieurs reprises.

Dans ses interrogatoires, il expose non sans fierté ses idées sur la république démocratique dont il prônait l'instauration.

Franciscus van den Enden, roturier, meurt le 27 novembre 1674 pendu dans la cour de la Bastille.

Les biens de Louis de Rohan-Guémené sont confisqués.



Charles d'Albert d'Ailly Ministre plénipotentiaire de Louis XIV

Charles d'Albert d'Ailly est envoyé comme ministre plénipotentiaire de Louis XIV à Cologne en 1675.



Révolte du Papier timbré et des Bonnets rouges

Charles d'Albert d'Ailly, commandant en chef en Bretagne, ne peut endiguer la révolte du Papier timbré et des Bonnets rouges en 1675.

Charles d'Albert d'Ailly demande l'intervention des armées du roi et la punition des factieux.

La violence des armées lui aliène ses derniers alliés nobles bretons et lui vaut le surnom de "gros cochon" qui lui était donné publiquement par le petit peuple.



Naissance de Louis-Auguste d'Albert d'Ailly

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly naît à Saint-Germain-en-Laye le 22 décembre 1676, fils de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne Marie Thérèse Colbert.



Mort de Louis Timoléon de Cossé-Brissac Comte de Chateaugiron

Louis Arthus Timoléon de Cossé-Brissac Grand panetier de France

Louis Timoléon de Cossé-Brissac meurt au château de Dormelles en Seine-et-Marne le 22 janvier 1677.

Louis Arthus Timoléon de Cossé-Brissac, son fils unique, rentre dans les biens et titres de la famille.

Louis Arthus Timoléon de Cossé-Brissac devient Grand panetier de France en 1677.

Marguerite-Marie- de Cossé-Brissac renoncé à la succession de Henri-Albert de Cossé Brissac, son frère.

Louis Arthus Timoléon de Cossé-Brissac prend donc des "lettres d'héritier" sous bénéfice d'inventaire.

Après avoir négocié avec les créanciers de son cousin, Louis Arthus Timoléon de Cossé-Brissac leur offre 580.820 livres pour la valeur du domaine de Brissac.

Ils refusent et demandent une vente aux enchères.



Mariage de Charles III de Rohan-Guémené avec Marie-Anne d'Albert de Luynes

Charles III de Rohan-Guémené épouse le 1er février 1678 Marie-Anne d'Albert de Luynes.



Naissance de Marie-Françoise d'Albert

Marie-Françoise d'Albert naît à Saint-Germain-en-Laye le 17 avril 1678, fille de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne Marie Thérèse Colbert.



Naissance de Louis Nicolas d'Albert

Louis Nicolas d'Albert naît vers 1679, fils de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne Marie Thérèse Colbert.



Mort de Marie-Anne d'Albert de Luynes

Marie-Anne d'Albert de Luynes meurt en l'hôtel de Chevreuse rue Saint Dominique à Paris le 21 août 1679.

Elle est inhumée le 22 août 1679 :



Mariage de Charles III de Rohan-Guémené avec Charlotte Élisabeth de Cochefilet

Charles III de Rohan-Guémené est veuf de Marie-Anne d'Albert de Luynes.

Charles III de Rohan-Guémené épouse en 1679 Charlotte Élisabeth de Cochefilet. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles XI de Suède avec Ulrique-Éléonore de Danemark

Charles XI de Suède épouse le 6 mai 1680 Ulrique-Éléonore de Danemark, fille de Frédéric III de Danemark et de Sophie-Amélie de Brunswick-Lunebourg. Leurs enfants sont :

On prête à Charles XI de Suède cette répartie cinglante : à son épouse qui lui reprochait sa politique autoritaire, il aurait répondu : Madame, nous vous avons épousé pour nous donner des enfants, non des avis…



Naissance de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern ou Brunswick-Wolfenbüttel naît le dimanche 19 ou le 29 mai 1680, fils de Ferdinand-Albert Ier de Brunswick-Wolfenbüttel-Bevern et de Christine de Hesse-Eschwege.


Éléonore-Julienne de Brandebourg-Ansbach

Mariage de Frédéric-Charles de Wurtemberg-Winnental avec Éléonore-Julienne de Brandebourg-Ansbach

Frédéric-Charles de Wurtemberg-Winnental épouse le 31 octobre 1682 Éléonore-Julienne de Brandebourg-Ansbach, fille d'Albert II de Brandebourg-Ansbach.

Leurs enfants sont :



Mort de Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon Marquise de Portes

Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon meurt à Paris le 28 ou le 29 février 1684 de la petite vérole.

Son tombeau se trouve dans le chœur de l'église Saint-Eustache à Paris, au bas des degrés du maître-autel.

Une tombe plate de marbre blanc avec l'épitaphe suivante dans un cartouche ovale, surmonté de deux écussons timbrés de la couronne et enveloppés du manteau ducal, avec deux anges pour supports, et décoré à la base de rinceaux de feuillages :

ICY REPOSE

LE CORPS DE TRES HAUTE ET TRES PUISSANTE DAME

MADAME GABRIELLE LOUISE DE SAINT SYMON,

DUCHESSE DE BRISSAC, ESPOUSE DE TRES HAUT ET

TRES PUISSANT SEIGNEUR MONSEIGNEUR HENRY

ALBERT DE COSSÉ, DUC DE BRISSAC, PAIR DE

FRANCE; LAQUELLE DECEDA LE DERNIER JOUR DE

FEVRIER MIL SIX CENT QUATRE VINGT QUATRE,

DANS LA TRENTE SEPTIESME ANNÉE DE SON AGE

PRIEZ DIEU POUR SON AME.

Par son testament, Gabrielle-Louise de Rouvroy de Saint-Simon fait Louis III de Rouvroy de Saint-Simon, son légataire universel.



Mariage d'Henri-Albert de Cossé-Brissac avec Élisabeth de Verthamon

Henri-Albert de Cossé-Brissac épouse le 20 août 1684 Élisabeth de Verthamon (1658-1721).



Mariage de Louis-Charles d'Albert avec Marguerite d'Aligre

Louis-Charles d'Albert est veuf d'Anne de Rohan-Montbazon.

Louis-Charles d'Albert épouse le 23 juillet 1685 Marguerite d'Aligre (1641-Paris le 26 septembre 1722).



Mariage de Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg avec Marie-Anne d'Albert

Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg épouse en 1686 Marie-Anne d'Albert (1671-1694).



Mariage de Christian-Henri de Brandebourg-Culmbach avec Sophie-Christiane de Wolfstein

Christian-Henri de Brandebourg-Culmbach épouse en 1687 Sophie-Christiane de Wolfstein (1667-1737), fille du Comte Albert von Wolfstein. Leurs enfants sont :

Sur l'invitation du gouvernement de Brandebourg-Ansbach, Christian-Henri de Brandebourg-Culmbach réside avec sa famille au château de Schönberg.


Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern Duc de Brunswick-Lunebourg

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient Duc de Brunswick-Lunebourg en 1687.



Charles-Hercule d'Albert de Luynes Garde-marine de Toulon

Charles-Hercule d'Albert de Luynes intègre la compagnie de garde-marine de Toulon en 1688, au début de la guerre de la Ligue d'Augsbourg.



Charles-Hercule d'Albert de Luynes Enseigne de vaisseau

Charles-Hercule d'Albert de Luynes est promu Enseigne de vaisseau en 1689.


Alexandre VIII

Alexandre VIII Pape

Charles d'Albert d'Ailly Ambassadeur à Rome

Presque octogénaire, Pierre Ottoboni est élu pape le 6 octobre 1689 sous le nom d'Alexandre VIII, en latin Alexander VIII en italien Alessandro VIII.

Louis XIV contribue à le faire élire.

Il est intronisé le 16 octobre 1689.

Charles d'Albert d'Ailly se rend la troisième fois, comme ambassadeur à Rome pour l'élection d'Alexandre VIII.

Guillaume-Egon de Fürstenberg participe à ce conclave.



Charles-Hercule d'Albert de Luynes Lieutenant de vaisseau

Charles-Hercule d'Albert de Luynes est promu lieutenant de vaisseau en 1690.



Mariage de Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel avec Christine-Louise d'Oettingen-Oettingen

Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel Comte de Blankenburg

Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel épouse en 1690 Christine-Louise d'Oettingen-Oettingen (1671-1747), fille du Comte Albert-Ernest Ier d'Oettingen-Oettingen. Leurs enfants sont :

En 1690, Antoine-Ulrich de Brunswick-Wolfenbüttel, son père, donne à Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel le comté de Blankenburg.


Charles-Honoré d'Albert d'Ailly de Luynes - Duc de Chevreuse - peint pour 150 livres par Hyacinthe Rigaud - 1707

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly Duc de Luynes

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly devient 3e duc de Luynes en 1690.



Liaison de Victor-Amédée II de Savoie avec Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes

Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes est l'épouse de Joseph Scaglia (mort en 1704), Comte de Verua.

Victor-Amédée II de Savoie a une liaison de plus d'une dizaine d'années avec Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes. Leurs enfants sont :



Mariage de Rabe Christoph von Oeynhausen avec Sophie Juliane von der Schulenburg

Rabe Christoph von Oeynhausen épouse le 8 mai 1691 Sophie Juliane von der Schulenburg 1668-1755. Leurs enfants sont :



Charles-Hercule d'Albert de Luynes Capitaine de vaisseau

Charles-Hercule d'Albert de Luynes est promu capitaine de vaisseau en 1692.

Ces promotions rapides sont facilitées par son appartenance aux familles de Luynes et de Rohan et par leur influence à la Cour de France.



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Lieutenant général en Picardie

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly prend le titre de vidame d'Amiens.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly devient Lieutenant général en Picardie le 16 mai 1692.


Coupe du brûlot anglais lancé sur Saint-Malo

Raid sur Saint-Malo

Le 26 novembre 1693, une flotte anglo-hollandaise de 30 à 40 voiles apparaît au large du cap Fréhel.

Après avoir bombardé le fort La Latte et l'archipel des Ébihens, elle vient mouiller devant Saint-Malo.

Cette flotte comprend :

Cette flotte est commandée par :

Le 27 novembre 1693, les Anglais paraissent à la pointe du jour et s'emparent du fort de la Conchée, encore inachevé.

Ils font prisonniers 30 ou 40 maçons qui travaillent alors sur l'édifice et brûlent une remise dans laquelle ces derniers rangent leurs outils.

Des bombes sont tirées par les Français depuis le fort Royal et la ville, empêchant la flotte de s'approcher comme elle avait pu le faire la veille.

Un des boulets coupe le mât d'une galiote alors qu'un autre fracasse la proue d'une seconde.

Les tirs anglais reprennent à 21 h (seules 22 bombes sont tirées).

Les tirs anglais reprennent à nouveau à 5 h le 28 novembre 1693.

Les dégâts causés par ces bombardements sont minimes… sur les 50 à 60 bombes tirées au petit matin, seule une vingtaine atteint la ville.

Une maison est touchée, sans prendre feu, quelques toitures sont endommagées et des vitres brisées.

Le 28 novembre 1693 au matin, le navire corsaire malouin Le Maupertuis, paraît à la pointe du cap Fréhel avec une prise hollandaise L'Isabelle, de 300 tonneaux et 21 canons.

L'escadre anglaise tente, en arborant le pavillon blanc, couleur du pavillon français, d'arraisonner le malouin qui parvient à s'échapper en abandonnant malgré tout sa prise, qui est moins bonne marcheuse.

Le 28 novembre 1693, Charles d'Albert d'Ailly, gouverneur de Bretagne, et M. l'Intendant arrivent à Saint-Malo accompagnés de plusieurs membres de la noblesse afin d'organiser la défense de la ville.

Deux chefs d'escadre, Alain Emmanuel de Coëtlogon et le marquis d'Infreville, qui se trouvent à proximité de Saint-Malo se rendent également sur place accompagnés d'une vingtaine d'officiers, la plupart capitaines de vaisseau.

Un grand nombre de canonniers et d'officiers d'artillerie sont également appelés en renfort par Charles d'Albert d'Ailly.

Le 28 novembre 1693, les Anglais débarquent sur l'île de Cézembre sur laquelle il ne reste, dans le monastère, qu'un père et deux frères récollets, les autres s'étant réfugiés à Saint-Servan.

Le soir, Charles Henri de Sainte-Maure est envoyé en reconnaissance à bord d'une chaloupe et s'approche très près de la flotte ennemie.

Pendant la nuit du 28 novembre 1693, plusieurs chaloupes anglaises viennent reconnaître les rochers entourant la ville.

Le 29 novembre 1693, vers 6 h, commence un bombardement inoffensif pour la cité.

Les Anglais bombardent le Fort Royal.

À la nuit tombée, ils lancent la machine infernale, laquelle doit aller se cramponner au mur de la ville, près du château, et renverser, incendier par son explosion toute la cité.

L'objectif défini par Guillaume III d'Orange-Nassau est la Tour Bidouane qui sert alors de poudrière à Saint-Malo.

Ce navire arrive sans obstacle jusqu'à cinquante pas de la muraille, sans que personne ne le voit ni n'essaye de l'arrêter.

Mais tandis qu'il longe la ligne des roches qui va du Fort Royal au Fort de la Reine, un violent coup de vent d'ouest s'abat sur le navire et le précipite sur un écueil, nommé par la suite les roches aux Anglais ou le Rocher de Gros Malo à l'ouest de la ville fortifiée, et s'ouvre par le fond.

Pressé par la circonstance, l'ingénieur y met le feu.

L'effet est loin d'être complet, parce que les poudres ont commencé à se mouiller, et que, le brûlot est incliné vers le large, les carcasses ne tombent pas sur la ville.

Le feu mis avec précipitation produit une explosion épouvantable, les maisons en sont secouées à 2 lieues à la ronde, tout le ciel pendant quelques minutes flambe comme une monstrueuse fournaise.

Une pluie de projectiles tombe sur la ville.

Les dégâts matériels sont importants, toutes les vitres de la ville volent en éclats et les ardoises de 300 maisons sont arrachées, mais pas un mur n'est renversé, et pas un homme tué.

Seul le cabestan, pesant 2 milliers, est lancé dans la place, et écrase une maison.

Les seules victimes sur terre sont un chat et deux chiens.

Une rue est appelée Rue du Chat qui Danse dans la vieille ville de Saint-Malo en référence à cet épisode et à l'unique chat qui aurait reçu une braise sur la queue après l'explosion du brûlot.

Les Anglais ont 5 ou 6 morts à déplorer : les hommes chargés de conduire la machine infernale, qui n'ont pu s'enfuir à temps et dont la chaloupe a sombré sous les montagnes d'eau soulevées par l'explosion.

Malgré l'échec du plan initial, des dommages considérables sont infligés et les forces commandées par John Benbow s'emparent du fort de La Conchée, emportant l'artillerie et les prisonniers à Guernesey.

John Benbow, insatisfait du résultat de la campagne, fait passer le capitaine Henry Tourville en cour martiale, l'accusant de couardise pour n'avoir pas amené ses navires plus près de Saint-Malo.

Ce dernier n'est cependant pas condamné, et il s'avère que ses mortiers étaient défectueux.



Mariage de Louis Henri de Bourbon avec Angélique Cunégonde de Montmorency-Luxembourg

Louis Henri de Bourbon épouse à Paris en 1694 Angélique Cunégonde de Montmorency-Luxembourg, fille de François-Henri de Montmorency-Bouteville et de Madeleine de Clermont-Tonnerre-Luxembourg. Leurs enfants sont :



Mariage d'Honoré-Charles d'Albert avec Marie Anne Jeanne de Courcillon

Honoré-Charles d'Albert épouse le 18 février 1694 Marie Anne Jeanne de Courcillon (1671-1718), fille du mémorialiste Philippe de Courcillon, Marquis de Dangeau. Leurs enfants sont :


Frédéric IV de Holstein-Gottorp

Frédéric IV de Holstein-Gottorp Duc de Schleswig-Holstein-Gottorp

Frédéric IV de Holstein-Gottorp succède à Christian Albert de Holstein-Gottorp, son père et devient Duc de Schleswig-Holstein-Gottorp le 6 janvier 1695.

Christian Auguste reçoit la petite principauté d'Eutin.

Plus intéressé par les affaires militaires que la gestion de son duché, Frédéric IV de Holstein-Gottorp laisse le gouvernement de ses États :



Mariage de René François Dupleix avec Anne Louise de Massac

René François Dupleix épouse à Landrecies le 25 mars 1695 Anne Louise de Massac, fille de Claude-Ange de Massac (1653-1693) et d'Anne Colin (morte en 1735). Leurs enfants sont :



Mariage d'Auguste-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel avec Sophie-Amélie de Holstein-Gottorp

Auguste-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel est veuf de Christine-Sophie de Brunswick-Wolfenbüttel.

Auguste-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel épouse en 1695 Sophie-Amélie de Holstein-Gottorp (1670-1710), fille de Christian-Albert de Holstein-Gottorp.



Naissance de Charles Philippe d'Albert

Charles Philippe d'Albert naît en 1695, fils d'Honoré-Charles d'Albert et de Marie Anne Jeanne de Courcillon.



Louis-Alexandre de Bourbon Gouverneur de Bretagne

Charles d'Albert d'Ailly Gouverneur de Guyenne

Charles d'Albert d'Ailly et Louis-Alexandre de Bourbon échangent le gouvernement de Guyenne contre celui de Bretagne en mars 1695.



Mariage de Maximilien II Emmanuel de Bavière avec Thérèse-Cunégonde Sobieska

Maximilien II Emmanuel de Bavière est veuf de Marie-Antoinette d'Espagne.

Maximilien II Emmanuel de Bavière épouse en 1695 Thérèse-Cunégonde Sobieska, fille de Jean III Sobieski et de Marie Casimire Louise de la Grange d'Arquien. Leurs enfants sont :

Maximilien II Emmanuel de Bavière et Jean III Sobieski sont anciens compagnons d'armes.



Honoré-Charles d'Albert Brigadier des armées du roi

En janvier 1696, Honoré-Charles d'Albert devient Brigadier des armées du roi.



Mariage de Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg avec Marie Gilonne Gillier

Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg est veuf de Marie-Anne d'Albert.

Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg épouse en 1696 Marie Gilonne Gillier, Marquise de Clérembault ou Clérambault (morte en 1709). Leur enfant et :



Mort d'Henri Léon d'Albert-Luxembourg

Henri Léon d'Albert-Luxembourg meurt en 1697.



Naissance de Charles VII Albert de Bavière

Charles VII Albert de Bavière naît à Bruxelles le 6 août 1697, fils de Maximilien II Emmanuel de Bavière et de Thérèse-Cunégonde Sobieska.



Naissance de Philippe Alexandre de Bournonville

Philippe Alexandre de Bournonville naît le 10 décembre 1697, fils d'Alexandre de Bournonville (1662-1705) et de Charlotte Victoire d'Albert de Luynes (1667-1701).



Mariage de Charles-Eugène de Lévis avec Marie-Françoise d'Albert

Avec le consentement du Roi, Charles-Eugène de Lévis épouse en l'église Notre-Dame de Versailles le 27 janvier 1698 Marie-Françoise d'Albert, fille de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly et de Jeanne Marie Thérèse Colbert. Parmi leurs enfants citons :

Lors de la célébration des noces, on s'aperçoit que Charles-Eugène de Lévis n'a jamais reçu le moindre sacrement : on le baptise le matin, il fait sa communion à midi et se marie le soir à minuit.

Marie-Françoise d'Albert est dame du palais de Marie-Adélaïde de Savoie de 1698 à 1712 et son amie.

C'était selon Louis III de Rouvroy de Saint-Simon : Charles-Eugène de Lévis est un jeune homme bien fait, tout militaire et fort débauché qui n'a jamais eu la plus petite teinte d'éducation mais qui, avec cela, a de l'esprit, de la valeur, de l'honneur et beaucoup d'envie de bien faire.



Naissance de Marie-Françoise de Lévis

Marie-Françoise de Lévis ou de Lévis-Charlus naît en 1698, fille de Charles-Eugène de Lévis et de Marie-Françoise d'Albert.



Mort de Charles d'Albert d'Ailly

Charles d'Albert d'Ailly meurt le 4 septembre 1698.



Mort d'Henri-Albert de Cossé-Brissac

Henri-Albert de Cossé-Brissac meurt au château de Brissac le 29 décembre 1698.



Mort d'Albert V de Saxe-Cobourg

Albert V de Saxe-Cobourg meurt en 1699.

Jean-Ernest de Saxe-Saalfeld, son frère, obtient Cobourg en 1699.



Mort de Louis-Charles d'Albert

Louis-Charles d'Albert meurt à Paris le 20 octobre 1699. Il est inhumé dans l'église de l'hôpital de Luynes qu'il a fondé.

Louis-Charles d'Albert vit longtemps en intimité avec les Solitaires de Port-Royal, participe à la traduction du Nouveau Testament et écrivit plusieurs ouvrages de morale et de piété.

Louis-Charles d'Albert est le premier traducteur en français de l'œuvre en latin de Descartes.



Mariage de Joseph Ier de Habsbourg avec Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg

Joseph Ier de Habsbourg a pour favori Charles Théodore Othon de Salm.

Charles Théodore Othon de Salm convint Éléonore de Neubourg de choisir comme épouse de Joseph Ier de Habsbourg la princesse Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg (1673-1742) qui est sa nièce.

Joseph Ier de Habsbourg épouse en 1699 Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg fille de Jean-Frédéric de Hanovre, Duc de Brunswick-Lunebourg-Kalenberg, et de Bénédicte de Palatinat. Leurs enfants sont :



Évasion vers la France de Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes

Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes s'évade de manière rocambolesque vers la France à la fin 1700.



Bataille de Carpi

Eugène-François de Savoie-Carignan Blessé

Mort de Louis Nicolas d'Albert

Mort du Marquis de Cambout

La bataille de Carpi ou combats de Carpi est la première bataille de la guerre de Succession d'Espagne.

Au début de l'été 1701, Léopold Ier de Habsbourg décide d'envoyer en Italie une armée sous les ordres d'Eugène-François de Savoie-Carignan, pour déborder les possessions espagnoles dans la péninsule.

Celle-ci se rassemble au Tyrol alors qu'une armée d'opposition composée de Français, Espagnols et Piémontais, placée sous le commandement de Nicolas de Catinat se rassemble lentement entre le Chiesa et l'Adige.

Alors que des difficultés d'approvisionnement entravent l'armée autrichienne, Nicolas de Catinat reçoit l'ordre de bloquer la route de l'armée autrichienne.

Il ne doit pas aller à sa rencontre en traversant la Sérénissime République de Venise restée neutre.

Il renonce ainsi à occuper des positions plus favorables comme le défilé de Rivoli.

Il doit se contenter d'intimider les Autrichiens en les empêchant de traverser l'Adige, avec interdiction de déclencher le premier les hostilités.

Invitant les autorités vénitiennes à ne pas s'opposer au passage de ses troupes en échange de la bonne conduite de celles-ci, Eugène-François de Savoie-Carignan commence sa marche le 27 mai 1701, par des chemins qu'aucune armée n'a utilisés depuis Charles Quint.

Son objectif est de traverser l'Adige sans combattre et en évitant de ravager les territoires du Duc de Nantua pour inciter ce prince à changer de camp.

Sûr de la neutralité vénitienne, Nicolas de Catinat pensant que l'intention des Autrichiens est d'envahir les possessions espagnoles au sud du Pô a concentré ses troupes aux abords de Rivoli qu'occupe une partie de l'infanterie, le reste est dispersé sur le long de l'Adige, de part et d'autre de Vérone.

Pendant 5 semaines, Eugène-François de Savoie-Carignan trompe son adversaire, et avance ses troupes vers le Pô, faisant mine de vouloir traverser vers Ferrare où il a entrepris de faire construire des ponts.

Ce mouvement engage Nicolas de Catinat à s'étaler encore davantage et à faire passer un corps d'infanterie de l'autre côté du Pô à Seraglio.

Finalement, Eugène-François de Savoie-Carignan, trouve un point de passage peu défendu plus haut sur l'Adige.

Trompant même sa propre armée, Eugène-François de Savoie-Carignan change de direction, et traverse la rivière la nuit du 8 au 9 juillet 1701 à proximité de Carpi en Émilie-Romagne dans le nord de l'Italie.

L'infanterie maîtrise facilement le corps de dragons commandé par Saint-Fremont qui défend la ville, et attaque aussitôt avec quelques canons le village de Castagno où un corps d'infanterie est isolé.

Au bruit du canon, le comte de Tessé, éloigné seulement de 3 kilomètres, accourt avec la cavalerie.

Un orage très violent, qui transforme la plaine en marécage, oblige la cavalerie autrichienne à faire un large détour de 5 lieues.

Cela laisse un répit aux Français qui se regroupent.

Malgré leur petit nombre, ils chargent plusieurs fois les Autrichiens.

Eugène-François de Savoie-Carignan est blessé, mais ses troupes grossissent à chaque instant.

Louis Nicolas d'Albert et 7 officiers de son régiment de Dragons meurent le 9 juillet 1701.

Le marquis de Cambout est blessé à mort.

Perdant au total 300 hommes et 50 officiers, accablés sous le nombre, les Français se replient, abandonnant Rivoli et les rives de l'Adige et se réfugient derrière l'Adda.

Les Autrichiens sont maîtres de tous les pays entre Adige et Adda.

Ils pénètrent dans le Bressan.

Nicolas de Catinat recule jusque derrière l'Oglio.

Bien que beaucoup d'officiers aient approuvé cette retraite qui leur parait sage et que le manque de munition rend nécessaire, les courtisans font regarder Nicolas de Catinat comme l'opprobre de la nation.

François de Neufville, favori du Roi, persuade Louis XIV qu'il réparera l'honneur national, et obtient le commandement de l'armée d'Italie.

Le régiment d'infanterie dont Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est colonel, est réformé.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly obtient le régiment de dragons de Louis Nicolas d'Albert, son frère.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly devient aide de camp de Louis le Petit Dauphin, Duc de Bourgogne



Honoré-Charles d'Albert Lieutenant de la compagnie des 200 chevaux légers de la Garde ordinaire du roi

En janvier 1702, Honoré-Charles d'Albert devient Lieutenant de la compagnie des 200 chevaux légers de la Garde ordinaire du roi.



Naissance de Paul d'Albert de Luynes

Paul d'Albert de Luynes naît à Versailles le 5 janvier 1703, fils de d'Honoré-Charles d'Albert et de Marie Anne Jeanne de Courcillon.



Mariage de Louis-Auguste d'Albert d'Ailly avec Marie-Anne Romaine de Beaumanoir-Lavardin

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly épouse à l'église Notre Dame de Versailles le 22 janvier 1704 Marie-Anne Romaine de Beaumanoir-Lavardin, fille de Henri-Charles de Beaumanoir et d'Anne-Louise-Marie de Noailles. Leurs enfants sont :



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Brigadier de cavalerie

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly devient Brigadier de cavalerie le 10 février 1704.



Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient 3e Duc de Brunswick-Bevern en 1704.



Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern Adjudant-major de l'empereur

En 1704, Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient adjudant-major de l'empereur.



Mort d'Honoré-Charles d'Albert

Honoré-Charles d'Albert meurt en 1704.



Mort d'Honoré-Charles d'Albert Duc de Montfort, Comte de Tours

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Lieutenant de la compagnie des 200 chevau-légers de la garde ordinaire du Roi

Honoré-Charles d'Albert est sous le commandement de François de Neufville

Le 13 septembre 1704, Honoré-Charles d'Albert revient d'escorter un convoi d'argent qu'il a fait entrer dans Landau.

Il rencontre l'ennemi près de Belliken et l'attaque.

Honoré-Charles d'Albert reçoit un coup de pistolet dans les reins.

Il est porté au quartier général de Langkandal.

Honoré-Charles d'Albert y meurt deux heures plus tard.

Le 2 novembre 1704, Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est pourvu, de la charge de lieutenant de la compagnie des 200 chevaux-légers de la garde ordinaire du Roi, vacante par la mort de Honoré-Charles d'Albert, son frère.



Mariage de Jean Gilles de Rougé du Plessis-Bellière avec Florimonde de Lantivy de Crosco

Jean Gilles de Rougé du Plessis-Bellière épouse le 2 février 1705 Florimonde de Lantivy de Crosco (mort en 15 mai 1748), Dame héritière du Coscro, Baronne héritière de Rostrenen, Dame des Isles, des Aulnaix, Caradreux, Ménorval. Leurs enfants sont :



Bataille de Ramillies

En 1706, la France tente de réduire la Hollande et de retirer ainsi aux Anglais un appui sur le continent.

L'armée des coalisés anglo-autrichiens pénètre dans les Pays-Bas espagnols pour en chasser les Français.

Jean Guillaume Friso de Nassau-Dietz est capitaine général et amiral des Provinces-Unies.

Il sert sous le commandement de John Churchill et est un officier compétent.

Le prestige acquis pendant cette guerre est peut-être à l'origine de son élection comme stathouder dans les 5 provinces qu'il ne gouvernait pas encore.

Le 23 mai 1706, jour de la Pentecôte, les 2 armées, fortes chacune d'environ 60 000 hommes, se font face près de Ramillies (en Brabant wallon).

L'armée des coalisés anglo-autrichiens, commandés par John Churchill, occupe les hauteurs.

Les troupes franco-espagnoles de Louis XIV sont dirigées par François de Neufville.

Antoine V de Gramont participe à cette bataille.

Paul Édouard Colbert commande le régiment Royal-Dragons lors de cette bataille.

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin fait une erreur de manœuvre lors de cette bataille.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly se distingue lors de cette la bataille.

Louis III de Mailly-Nesle, n'étant encore que Mousquetaire, est blessé au bras.

Profitant d'un repli du terrain, John Churchill déplace une partie de ses troupes pour les amener sur le flanc gauche français.

Il déclenche alors une attaque vigoureuse sur le flanc droit de son adversaire.

François de Neufville tombe dans le piège : il dégarnit son flanc gauche pour renforcer les troupes engagées contre les alliés.

C'est alors que John Churchill envoie le gros de ses troupes sur la partie du front dégarnie par son adversaire, qu'il enfonce aussitôt.

La bataille tourne rapidement à son avantage.

L'armée franco-espagnole, complètement désorganisée se replie en désordre, abandonnant près de 6 000 prisonniers.

Suite à cette défaite, Maximilien II Emmanuel de Bavière, Gouverneur des Pays-Bas espagnols est contraint d'abandonner définitivement Bruxelles et de se réfugier à Mons, puis en France.

François de Neufville doit abandonner les places des Flandres et se replier sur Lille.

Ce dernier désastre met un terme à sa carrière militaire.



Naissance de Jeanne Albert de Castro

Jeanne Albert de Castro naît à Pondichéry en 1706, fille de Jacques-Théodore Albert et d'Élisabeth- Rosa ou Rose de Castro.

Elle a été baptisée le 2 juin 1706.

Jacques-Théodore Albert est chirurgien de compagnie à Pondichéry.

Rose de Castro est une créole de filiation partiellement italienne, partiellement portugaise et indienne de Madras.



Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern Général

En 1707, Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient Général.



Naissance de Charles-François d'Albert d'Ailly

Charles-François d'Albert d'Ailly naît le 6 septembre 1707, fils de Louis-Auguste d'Albert d'Ailly (1676-1744), Duc de Chaulnes, et de Marie Anne Romaine de Beaumanoir (1688-1745).



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Maréchal de camp

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly reçoit le titre de Maréchal de camp le 19 juin 1708.



Campagne de Flandres

Prise de Bruges

Prise Gand

Prise de Lessines

Bataille d'Audenarde

En 1708, Louis XIV tente de renouveler l'invasion des Flandres avec cette fois une armée beaucoup plus importante.

Les 100 000 hommes de l'armée française soit 130 bataillons d'infanterie et 216 escadrons de cavalerie sont massés près de Mons.

L'Angleterre ne peut opposer d'emblée que 90 000 Anglo-hollandais soit 112 bataillons d'infanterie et 197 escadrons de cavalerie.

Ils stationnent sur la défensive au sud de Bruxelles.

Les armées alliées d'Eugène-François de Savoie-Carignan sont à Coblence, groupées sur le Rhin.

Ces deux armées sont donc disjointes.

En juin 1708, John Churchill est le généralissime des forces coalisées.

Il doit faire sa jonction avec Eugène-François de Savoie-Carignan, commandant les forces du Saint-Empire, avant d'affronter l'ennemi.

Les forces françaises sont dirigées:

Soutenu par Louis XIV, Jacques François Édouard Stuart participe à la campagne de Flandres de 1708 à 1709 aux côtés des petits-fils du Roi.

Louis-Joseph de Vendôme préconise d'attaquer la place d'Huy, avec l'idée de forcer John Churchill à intervenir avec des forces inférieures, tandis que les ordres de Louis XIV sont d'attaquer dans les Flandres.

L'armée française fait marche vers l'est jusqu'à Braine-l'Alleud, quelques 25 km au sud de Bruxelles, menaçant la citadelle voisine de Louvain. Pour couvrir ces deux places, John Churchill dispose ses forces quelques kilomètres au sud de Louvain.

Mais l'armée française demeure dans ses retranchements pendant un mois.

Le 5 juillet 1708, l'armée française fait marche vers l'ouest. John Churchill envoie 300 hommes qui s'oppose aux Français qui s'emparant des places de Bruges et de Gand.

Pendant ce temps, Eugène-François de Savoie-Carignan progresse vers les Flandres, atteint Audenarde et opère sa jonction avec John Churchill.

Les troupes françaises tiennent à présent toute la vallée de l'Escaut, depuis Valenciennes jusqu'à la Mer du Nord.

Seule la citadelle d'Audenarde reste aux mains des coalisés.

Que cette place vienne à tomber, et les communications seraient coupées avec l'Angleterre.

John Churchill devine la tactique des Français pour s'emparer de la place d'Audenarde, à savoir progresser par la rive orientale de l'Escaut pour attaquer de flanc l'armée britannique, tout en maintenant l'essentiel des troupes en couverture sur le front principal.

L'armée française fait en effet mouvement à partir du 8 juillet 1708 vers Lessines.

Charles Armand de Gontaut-Biron, Lieutenant-général, commande l'avant-garde française.

Il a l'ordre de Louis-Joseph de Vendôme d'attaquer sans retard.

Simultanément, John Churchill amène ses troupes à marches forcées vers Lessines, dont il s'empare le 10 juillet 1708.

La bataille d'Audenarde ou Oudenarde a lieu aux abords de la ville flamande du même nom, en Belgique, le 11 juillet 1708.

Avec le seul escadron des Gendarmes Écossais, Louis III de Mailly-Nesle bat 2 escadrons ennemis.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly se distingue lors de cette bataille.

Gaspard de Clermont-Tonnerre participe à cette bataille.

Paul Édouard Colbert participe à cette bataille,

Louis d'Arpajon charge 5 fois l'ennemi et reçoit 2 blessures lors de cette bataille.

John Churchill ordonne à nouveau une marche forcée, pour poster 11 000 hommes sur l'autre berge de l'Escaut, à l'endroit où les Français franchissent la rivière. Il confie cette manœuvre à William Cadogan, général de cavalerie irlandais, son aide de camp.

William Cadogan parvient facilement à contenir l'ennemi sur l'autre rive, pendant que John Churchill fait franchir l'Escaut par le reste de son armée, près de 100 000 hommes.

William Cadogan ordonne à un escadron de dragons commandé par le général danois Jørgen Rantzau, d'encercler les éclaireurs de l'avant-garde française en reconnaissance sur la rive droite de l'Escaut, et de ne laisser personne s'enfuir. Ce coup de main échoue, et quelques fuyards peuvent prévenir Charles Armand de Gontaut-Biron que des troupes ennemies se massent sur la rive droite.

Charles Armand de Gontaut-Biron part se rendre compte par lui-même et se trouve décontenancé devant l'importance du dispositif anglais, à un endroit totalement inattendu. Par ailleurs, ses éclaireurs l'ont mis en garde contre l'état boueux du sol sur la berge opposée, qui limitera la mobilité de la cavalerie.

Il hésite sur le parti à prendre. Il estime qu'il ne peut exécuter l'ordre d'attaque avec seulement 7 bataillons de mercenaires suisses dont celui commis à la garde des pontons, et 20 escadrons contre 20 bataillons.

Sur ces entrefaites, Eugène-François de Savoie-Carignan franchit l'Escaut avec 20 escadrons de Prussiens et occupe quelques points clef sans rencontrer d'opposition.

Finalement, les troupes de Charles Armand de Gontaut-Biron commencent à manœuvrer lorsqu'elles sont arrêtées par la première brigade d'infanterie anglaise, menée par John Campbell, 2e Duc d'Argyll, un jeune officier.

William Cadogan, sur un signal de John Churchill, attaque avec sa cavalerie les 7 bataillons de Charles Armand de Gontaut-Biron.

L'assaut anglais est mené pour l'essentiel par les escadrons de Rantzau qui compte dans ses rangs George II de Grande-Bretagne, le futur Roi d'Angleterre.

L'infanterie suisse est promptement rejetée à la rivière, et les escadrons français sont détruits, lorsque l'arrivée du corps de cavalerie française contraint les Anglais à se replier.

Louis le Petit Dauphin commet à ce moment une erreur décisive en lançant une contre-attaque immédiate, contre l'avis de Louis-Joseph de Vendôme.

L'aile droite française engage donc les lignes des coalisés sur Eyne, pendant que l'aile gauche reste passivement en faction sur Huy, laissant le temps aux Anglais de se regrouper sur cette aile.

Les 28 escadrons de cavalerie couvrent ainsi le flanc droit de l'infanterie de William Cadogan, qui supporte le choc décisif vers 16 heures.

Louis le Petit Dauphin donne le signal de l'attaque des escadrons prussiens.

Malgré un combat acharné, les assaillants sont débandés.

À ce moment, Louis-Joseph de Vendôme décide de lancer une attaque au corps-à-corps avec 12 régiments d'infanterie.

Il n'y a alors plus aucune liaison entre les deux généraux :

Louis-Joseph de Vendôme demande à Louis le Petit Dauphin la permission d'engager la deuxième aile, ce qui lui est refusé, mais le courrier ne parvient pas à transmettre cette réponse. La situation empire tandis que Louis-Joseph de Vendôme attend toujours la réponse de l'état-major.

Louis-Joseph de Vendôme déploie ses troupes, menaçant d'envelopper le flanc gauche des Anglais. À l'approche des régiments du Duc d'Argyll, les lignes anglaises se déploient, mais ne parviennent pas à desserrer l'étau des Français.

John Churchill déplace à ce moment son quartier général sur le flanc gauche menacé, laissant à Eugène-François de Savoie-Carignan le commandement du flanc droit, toujours attaqué par le corps d'armée principal des Français.

Tandis que son collègue subit une pression croissante, John Churchill imagine une manœuvre décisive, consistant à renforcer l'aile gauche avec 18 bataillons d'auxiliaires hessiens et hanovriens, pour envoyer les 20 bataillons du général prussien Carl von Lottum en renfort vers les troupes du Eugène-François de Savoie-Carignan.

Puis John Churchill prépare une double manœuvre d'enveloppement. Il a sous ses ordres toute l'armée des Provinces-Unies, commandée par le Field Marshal Hendrik Overkirk, un officier aguerri.

Toutefois, ces troupes ne peuvent franchir l'Escaut sur de simples pontons en moins d'une heure.

Pour dégager les ponts de pierre d'Audenarde, John Churchill dépêche la cavalerie d'Eugène-François de Savoie-Carignan, qui lance son assaut sur l'État-major Français.

Cette attaque est repoussée par les escadrons de la Maison du Roi, et John Churchill, ne disposant plus que de ses 18 bataillons d'auxiliaires hessiens et hanovriens, doit se limiter à contenir les assauts de la cavalerie française.

Vers 20h 30, les troupes d'Hendrik Overkirk atteignent finalement leur objectif et commencent à encercler le flanc droit des Français, en conjonction avec une attaque simultanée de John Churchill et d'Eugène-François de Savoie-Carignan.

Cette fois, l'assaut réussit complètement, débandant l'aile droite ennemie et faisant de nombreux prisonniers.

L'obscurité empêche le vainqueur de poursuivre les Français, et d'anéantir le reste de leur armée.

Les Français perdent dans cette bataille 15 000 hommes dont environ 8 000 prisonniers, et 25 canons, les coalisés perdant moins de 3 000 hommes.

Près de la moitié des troupes françaises ne participe pas au combat.

Un grand nombre de fantassins et de cavaliers se tiennent en réserve sur une hauteur surplombant au nord la Norken. La cavalerie ne charge pas, principalement parce que l'idée générale prévaut que le terrain, trop boueux, est impraticable.

L'aile droite anglaise aurait probablement pu être anéantie si l'aile gauche française était intervenue.

Il semble qu'une attaque conjuguée de toutes les forces françaises :

aurait décidé d'une victoire française.

Les troupes françaises se replient sur Gand, l'état-major en proie aux déchirements internes que l'on devine. Seuls les pontons maintenus intacts par les corps de sapeurs sauvent l'armée du Roi-Soleil du désastre.



Famine en France

Bataille de Malplaquet

Claude Louis Hector de Villars Pair de France

L'hiver 1709 est l'un des plus rigoureux de ce début de siècle.

S'ajoute une crise économique entraînant une famine très meurtrière.

Les caisses de l'État sont pratiquement vides et la population est soumise au lourd fardeau de l'occupation ennemie.

En 1709, Louis Antoine de Noailles vend son argenterie pour soulager le peuple, accablé par la famine.

Jean-Baptiste Colbert de Torcy est l'un des inspirateurs de l'appel au sursaut national lancé par Louis XIV en 1709.

Le commandement de l'armée du Nord est rendu à Claude Louis Hector de Villars.

Celui-ci ne perd pas de temps et œuvre à sa réorganisation.

Les alliés cherchent à exploiter l'avantage obtenu l'année précédente grâce à Audenarde et à Lille.

Les Français tentent timidement de soutenir Mons assiégé après la chute prématurée de Tournai fin juillet 1709.

Les forces alliées, la plupart autrichiennes et hollandaises, sont commandées par John Churchill, Duc de Marlborough, et Eugène-François de Savoie-Carignan.

Frédéric-Guillaume Ier de Prusse combat sous les ordres d'Eugène-François de Savoie-Carignan et participe directement à cette bataille.

Jacques François Édouard Stuart participe à cette bataille.

Les Français sont commandés par Claude Louis Hector de Villars.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly se distingue lors de cette bataille.

Gaspard de Clermont-Tonnerre participe à cette bataille.

Louis III de Mailly-Nesle participe à cette bataille.

Paul Édouard Colbert participe à cette bataille.

Joachim Adolphe de Seiglière de Soyécourt participe à cette Bataille.

Le 11 septembre 1709, à Malplaquet au sud de Mons en Belgique, Eugène-François de Savoie-Carignan amorce une offensive sur l'aile gauche française.

Il y a massé 83 bataillons et n'en laisse que 30 face à l'aile droite française qui, elle, en compte 70.

L'idée directrice de ce plan est de forcer Claude Louis Hector de Villars à engager ses réserves et ainsi à affaiblir son centre.

Il fait au contraire glisser sa première ligne.

Les cavaleries de la maison du Roi sous Guillaume François Gibert de Lhène et celles du Prince de Hesse-Cassel s'affrontent au centre.

Claude Louis Hector de Villars et Antoine V de Gramont sont blessés lors de cette bataille.

Lorsque la situation est stabilisée, Louis François de Boufflers qui remplace Claude Louis Hector de Villars, préfère ordonner le repli.

Dans cette bataille, la plus sanglante de la guerre de Succession d'Espagne, les alliés sont victorieux mais perdent 20 à 25 000 hommes et renoncent à envahir la France.

Les Français ne perdent qu'environ 12 000 hommes, et se replient en bon ordre sur Bavay et Valenciennes.

Encore une défaite comme ça, sire, et nous avons gagné la guerre.

Les Français croient John Churchill mort qui n'est que blessé.

C'est l'origine de la chanson populaire "Marlbrough s'en va-t-en guerre".

Ce bilan mitigé leur donne aux Français un léger avantage qui leur permet de poursuivre la guerre.

Claude Louis Hector de Villars est fait pair de France en 1709.



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Duc de Chaulnes

Le 17 octobre 1710, Louis XIV rétablit en faveur de Louis-Auguste d'Albert d'Ailly le duché-pairie de Chaulnes, et lui accorde plusieurs grades.



Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern Maréchal de camp

En 1711, Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient Maréchal de camp.



Tables de Chaulnes

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly est conseiller de Louis XIV, à titre privé et sans faire partie du conseil royal. Il tente de préparer la succession du roi.

Aidé de François de Salignac de La Mothe-Fénelon et de Paul de Beauvilliers, Charles-Honoré d'Albert d'Ailly élabore un projet de monarchie où les aristocrates joueraient un rôle accru face au roi.

Le projet est proposé en novembre 1711 sous le nom des Tables de Chaulnes, mais il avorte.



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Pair de France

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est reçu au Parlement en qualité de pair de France le 1er décembre 1711.



La faction de Bourgogne

Mort de Louis le Petit Dauphin Duc de Bourgogne

Mort de Marie-Adélaïde de Savoie

Mort de Louis de France

Louis XV Dauphin de France

Sous l'influence du parti dévot, Louis le Petit Dauphin est entouré d'un cercle de personnes, connu comme la faction de Bourgogne, constitué :

Ces aristocrates de rang élevé sont des réformateurs qui souhaitent un retour à une monarchie moins absolue.

Des conseils et des organismes intermédiaires de pouvoirs entre le roi et le peuple constitués d'aristocrates (et non plus de bourgeois comme ceux qu'avaient nommés Louis XIV) assisteraient le roi dans l'exercice du pouvoir gouvernemental.

Il y a là cet idéal utopique d'une monarchie contrôlée par l'aristocratie (dans laquelle on voit la représentante du peuple) et décentralisée (de larges pouvoirs seraient accordés aux provinces).

Marie-Adélaïde de Savoie meurt le 12 février 1712 de la même épidémie.

Louis le Petit Dauphin meurt au château de Marly le 18 février 1712 d'une épidémie.

On crut à tort qu'il a été empoisonné.

La mort de Louis le Petit Dauphin ruine les espoirs de sa faction.

La plupart de ceux qui en font partie mourront bientôt à leur tour de mort naturelle.

En mars 1712, leurs deux enfants, Louis de France, le Dauphin, et le futur Louis XV, contractent une forme de rougeole.

Les médecins s'acharnent sur Louis de France, le frère aîné l'héritier du trône, qui meurt le 8 mars 1712 âgé de 5 ans.

Louis XV, Duc d'Anjou, est sauvé par Charlotte-Éléonore Magdeleine de la Mothe-Houdancourt qui l'arrache aux médecins et refuse énergiquement qu'on le saigne.

À 2 ans, Louis XV devient le nouveau dauphin.



Mort de Charles-Honoré d'Albert d'Ailly

Charles Philippe d'Albert Duc de Luynes

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly meurt le 5 novembre 1712.

Charles Philippe d'Albert, son petit-fils, devient 4e Duc de Luynes.



Mariage de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern avec Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern épouse à Brunswick en Basse-Saxe le samedi 15 octobre 1712 Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg, fille de Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel. Leurs enfants sont :



Naissance d'Antoine-Ulrich de Brunswick-Bevern

Antoine-Ulrich de Brunswick-Bevern naît en 1714, fils de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et de Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg.



Mariage de Victor-Amédée de Savoie-Carignan avec Françoise de Savoie-Suse

Victor-Amédée de Savoie-Carignan épouse en 1714 Françoise de Savoie-Suse, fille de Victor-Amédée II de Savoie et de Jeanne d'Albert de Luynes. Leur enfant est :



Charles VII Albert de Bavière en Italie

Charles VII Albert de Bavière vit en captivité en Autriche.

Charles VII Albert de Bavière ne rejoint sa famille qu'en 1715.

Charles VII Albert de Bavière visite l'Italie du 3 décembre 1715 au 24 août 1716.



Naissance d'Élisabeth Christine de Brunswick-Bevern

Élisabeth Christine de Brunswick-Bevern naît à Wolfenbüttel le 8 novembre 1715, fille de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et d'Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg

Elle appartient à la branche de Bevern des Brunswick Wolfenbüttel.



Charles-Hercule d'Albert de Luynes Commandant des gardes du pavillon amiral à Toulon

Charles-Hercule d'Albert de Luynes commande les gardes du pavillon amiral à Toulon en 1716.



Bataille de Petrovaradin

Mort de Silâhdâr Ali

Prise de Timisoara

Les origines albanaises du Pape Clément XI jouent un rôle dans les hostilités contre les Turcs. Il est le promoteur de la Ligue européenne contre les turcs.

En 1716, pendant la troisième guerre austro-turque, le grand vizir Silâhdâr Ali rassemble à Belgrade une armée forte de plus de 100 000 hommes, dont 40 000 janissaires, 20 000 spahis et 10 000 tatars, ainsi que de la cavalerie kuruc (hongrois hostiles aux Habsbourg).

Cette armée traverse la Save à Zemun à fin juillet 1716, et se déplace sur la rive droite du Danube en direction de Sremski Karlovci.

Le commandant des forces autrichiennes, Eugène-François de Savoie-Carignan, décide d'attaquer les turcs à Peterwaradin ou Peterwardein ou Petrovaradin en Serbie. Petrovaradin fait maintenant partie de l'agglomération de Novi Sad.

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et Claude Florimond de Mercy participent à cette bataille.

Eugène-François de Savoie-Carignan organise la construction d'un campement fortifié à l'intérieur de la forteresse, et met en ordre de marche une armée impériale d'environ 80 000 hommes qui est stationnée à Futog.

La forteresse de Petrovaradin compte une garnison de 8 000 hommes, principalement des serbes, alors que l'armée autrichienne est quant à elle constituée environ pour moitié de régiments hongrois et croates.

Le 2 août 1716, a lieu la première escarmouche entre l'avant-garde autrichienne et des cavaliers ottomans.

Le 3 août 1716, Silâhdâr Ali atteint pratiquement Petrovaradin et envoie immédiatement 30 000 janissaires à l'assaut des positions impériales.

Les janissaires creusent des tunnels de sapes et commencent à bombarder la forteresse.

Le gros de l'armée autrichienne traverse le Danube sur deux pontons dans la nuit du 4 au 5 août 1716 et établit son campement.

Le 5 août 1716, à sept heures du matin, Eugène-François de Savoie-Carignan fait débuter l'offensive autrichienne.

Alors que le flanc droit, sous les ordres du prince Charles-Alexandre de Wurtemberg, prend d'assaut une batterie d'artillerie ottomane, le centre de l'armée impériale se déploie avec difficulté devant les petites portes de la forteresse.

Les janissaires mènent une contre-attaque immédiate et forcent les autrichiens à se replier dans la forteresse.

Eugène-François de Savoie-Carignan enraye cette contre-attaque en engageant ses renforts et envoie sa cavalerie sur les flancs ottomans dans une manœuvre d'encerclement.

Silâhdâr Ali ne parvient pas à briser cet encerclement avec ses spahis et il ne peut non plus regrouper ses troupes.

Les tatars se retirent avant même d'avoir engagé le combat.

Les ottomans étant en déroute, Eugène-François de Savoie-Carignan mène personnellement ses troupes contre le campement de Silâhdâr Ali.

Avec l'appui de la canonnade de 6 frégates de la flotte du Danube, les autrichiens remportent la bataille vers 14 heures.

Silâhdâr Ali meurt dans ce combat. Il est inhumé à la forteresse de Belgrade dans la tombe connue sous le nom Damad Ali Pašino Turbe.

Seulement 50 000 ottomans parviennent à regagner Belgrade.

Après la bataille, Eugène-François de Savoie-Carignan se tourne contre Timisoara et s'en empare malgré une résistance acharnée et les tentatives désespérées des ottomans pour secourir la ville.

Après la guerre, une église sera bâtie sur la colline dominant le champ de bataille.

Elle est consacrée à Notre Dame de Tekije, également connue sous le nom de Marie des neiges.

Elle est utilisée à la fois par les confessions catholique et orthodoxe.


Dorothée-Wilhelmine de Saxe-Zeitz - Nationalmuseum

Mariage de Guillaume VIII de Hesse-Cassel avec Dorothée-Wilhelmine de Saxe-Zeitz

Guillaume VIII de Hesse-Cassel (1682-1760) épouse à Zeitz le 27 septembre 1717 Dorothée-Wilhelmine de Saxe-Zeitz, fille de Maurice-Guillaume de Saxe-Zeitz et de Marie-Amélie de Brandebourg. Leurs enfants sont :

Caroline de Grande-Bretagne signalé à Élisabeth-Charlotte du Palatinat, que Dorothée-Wilhelmine de Saxe-Zeitz est laide et a une drôle de tête.



Naissance de Marie-Charles-Louis d'Albert

Marie-Charles-Louis d'Albert naît en 1717, fils de Charles Philippe d'Albert.



Bataille de Belgrade

Sous le règne de Charles VI de Habsbourg, Eugène-François de Savoie-Carignan remporte une grande victoire à Belgrade sur les Turcs à en 1717.

Maximilian Ulysses Browne est présent lord de ce siège

Charles de Bourbon-Condé se distingue lors de cette bataille.

Louis Auguste II de Bourbon sert dans l'armée d'Eugène-François de Savoie-Carignan.

Nommé peu après gouverneur du Banat de Temesvar, Claude Florimond de Mercy commande une charge décisive de cavalerie lors de ce siège.

Charles VII Albert de Bavière se joint aux armées autrichiennes dans ces campagnes menées contre les Turcs et sert dans les corps auxiliaires bavarois.



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Lieutenant-général des armées du Roi

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est créé Lieutenant-général des armées du Roi le 8 mars 1718.



Cession de l'hôtel de Béthune-Sully

Jeanne-Baptiste d'Albert acquiert l'hôtel de Béthune-Sully, 11 rue du Cherche-Midi, en 1719 de Martin de Ratabon, Évêque de Viviers.



Mariage de Frédéric-Auguste II de Saxe avec Marie-Josèphe d'Autriche

Frédéric-Auguste II de Saxe épouse en 1719 Marie-Josèphe d'Autriche, fille de Joseph Ier de Habsbourg et de Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg. Leurs enfants sont :



Mariage de Jacques Vincent avec Jeanne Albert de Castro

Jacques Vincent le 5 juin 1719 épouse Jeanne Albert de Castro. Leurs enfants sont :

Jacques Vincent est un des conseillers supérieurs de la compagnie.


Frédéric-Charles de Stolberg-Gedern

Mariage de Frédéric-Charles de Stolberg-Gedern avec Louise-Henriette de Nassau-Sarrebruck

Frédéric-Charles de Stolberg-Gedern est un prince Souverain protestant du Saint Empire Romain Germanique.

Frédéric-Charles de Stolberg-Gedern épouse le 22 septembre 1719 Louise-Henriette de Nassau-Sarrebruck (1705-1766). Leurs enfants sont :



Charles-Hercule d'Albert de Luynes Directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine

Charles-Hercule d'Albert de Luynes est nommé premier directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine en 1720.



Cession de l'hôtel de Béthune-Sully

Alexis Madeleine Rosalie de Châtillon acquiert l'hôtel de Béthune-Sully, 11 rue du Cherche-Midi, en janvier 1720 de Jeanne-Baptiste d'Albert.



Naissance de Ferdinand de Brunswick-Lunebourg

Ferdinand de Brunswick-Lunebourg ou de Brunswick-Bevern naît à Brunswick le 12 janvier 1721, fils de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et d'Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg.



Mariage de Louis de Rougé du Plessis-Bellière avec Marie Thérèse d'Albert d'Ailly

Louis de Rougé du Plessis-Bellière épouse en la chapelle de l'Hotel de Luynes le 21 janvier 1722 Marie Thérèse d'Albert d'Ailly (1709-1765).



Naissance de Louise-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel

Luise Amalie ou Louise-Amélie de Brunswick-Wolfenbüttel (von Braunschweig-Wolfenbüttel) d'Este naît à Beverne en Basse-Saxe le jeudi 29 janvier 1722, fille de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et d'Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg d'Este.



Louis Charles de la Blandinière Directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine

Charles-Hercule d'Albert de Luynes Chef d'escadre des armées navales pour la province de Saintonge

Le 18 mai 1722, Louis Charles de la Blandinière, alors capitaine de vaisseau, succède à Charles-Hercule d'Albert de Luyneset devient Directeur du Dépôt des cartes et plans de la Marine

Le 19 mai 1722, Charles-Hercule d'Albert de Luynes est promu au grade de chef d'escadre des armées navales pour la province de Saintonge.



Mariage de Charles VII Albert de Bavière avec Marie-Amélie d'Autriche

En signe de réconciliation avec les Habsbourg, Maximilien II Emmanuel de Bavière marie son fils avec la fille de l'empereur.

Charles VII Albert de Bavière épouse le 5 octobre 1722 Marie-Amélie d'Autriche (1701-1756), fille de Joseph Ier de Habsbourg et de Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg. Leurs enfants sont :



Charles-François d'Albert d'Ailly 1er duc de Picquigny

Charles-François d'Albert d'Ailly devient 1er duc de Picquigny et Pair de France en 1724.



Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Chevalier des Ordres du roi

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly nommé Chevalier des Ordres du roi le 2 février 1724.



Naissance de Sophie-Antoinette de Brunswick-Bevern

Sophie-Antoinette de Brunswick-Bevern naît en 1724, fille de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et d'Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg.



Naissance de Marie Antoinette de Bavière

Maria Antonia Walpurgis Symphorosa ou Marie Antoinette de Bavière naît à Munich le 18 juillet 1724, fille de Charles VII Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche.

L'opéra joua un rôle important dans sa vie : la cour de Munich célébre sa naissance avec une représentation de l'opéra Amadis de Grecia de Pietro Torri.

Durant sa jeunesse, elle reçoit une éducation soignée, en particulier dans la peinture, l'écriture de poésie et la musique.

Vivant à Munich, Marie Antoinette de Bavière étudie la musique avec les compositeurs Giovanni Battista Ferrandini et Giovanni Porta.


Marie Leszczynska

Rupture des fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne-Victoire de Bourbon

Retraite de Marie Anne de Bourbon

Mariage de Louis XV de France avec Marie Leszczynska

Le roi devenant adulte est apte à procréer. Se pose alors la question de l'héritier du trône.

Marie-Anne-Victoire de Bourbon n'a que 6 ans et Louis IV Henri de Bourbon-Condé redoute de perdre le pouvoir au cas où le jeune roi, de santé fragile, viendrait à disparaître.

En 1725, on prend la décision de rompre les fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne-Victoire de Bourbon et de la renvoyer dans son pays.

Marie Anne de Bourbon se retire alors dans ses châteaux où elle mène une vie de plus en plus recluse.

On chercher une nouvelle fiancée. Fleuriau de Morville, l'un des secrétaires d'État, dresse une liste des partis possibles. Cent noms de Princesses européennes sont présentés et l'on n'en retint que 8.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé ne peut imposer une de ses sœurs. Aussi refuse-t-il toutes les princesses alliées à la branche rivale des Orléans en dépit des intérêts du Royaume, notamment les filles du Duc et de la Duchesse de Lorraine.

On prête un rôle à Jeanne Agnès Berthelot de Pléneuf dans ces manœuvres.

Le 31 mars 1725, faute de mieux et à la grande déception de la cour et de la nation toute entière, Marie Leszczynska, fille du roi détrôné de Pologne est choisie par Luis XV et André Hercule de Fleury.

Elle vit alors chichement en Alsace d'une pension que lui verse la France. Elle est de 7 ans plus âgée que le roi.

Le 2 avril 1725, Louis IV Henri de Bourbon-Condé demande à Stanislas Ier Leszczynski sa fille en mariage au nom de Louis XV.

Stanislas Ier Leszczynski et Marie Leszczynska arrivent à Strasbourg le 4 juillet 1725.

Néanmoins, le 15 août 1725, Louis Ier d'Orléans épouse Marie Leszczynska par procuration dans la cathédrale de Strasbourg, devant le cardinal de Rohan, grand aumônier de France.

Louis XV fait réparer et remeubler le château de Chambord en août 1725.

Le 4 septembre 1725, Marie Leszczynska rencontre Louis XV.

Louis XV de France épouse à la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau le 5 septembre 1725 Marie Leszczynska. Leurs enfants sont :

Seule l'aînée des sœurs se mariera, les autres resteront à la cour, auprès de leurs mères et frères.

Le mariage est consommé le soir même, et le roi fera durer la lune de miel à Fontainebleau jusqu'en décembre. Marie tombe aussitôt amoureuse du roi, qui lui-même en est très épris.

On donne à la nouvelle reine, André Hercule de Fleury comme grand aumônier, et des serviteurs qui ont veillé sur Louis XV enfant, afin de lui permettre de mieux connaître son mari.

Elle se fait instruire dans les questions de cérémonial et d'étiquette et assume ses devoirs de représentation lors des fréquentes absences de Louis XV, à la chasse ou ailleurs.

Grande amatrice de musique et de peinture, elle peint elle-même des aquarelles, c'est elle la véritable mécène de la culture à la cour.

Jeanne Agnès Berthelot de Pléneuf noue une amitié de 2 années qui en fait, pendant un temps, la femme la plus puissante de la cour.

Charles VII Albert de Bavière est à Versailles pour ce mariage.

Marie-Madeleine Bocquet devient première femme de chambre de Marie Leszczynska, tandis que M. Mercier reçoit la charge de contrôleur de la Maison de la Reine.

Stanislas Ier Leszczynski et Marie Leszczynska arrivent à Chambord le 20 septembre 1725.

Louis XV de France et Marie Leszczynska quitteFontainebleau pour Versailles le 28 novembre 1725.



Mort de Maximilien II Emmanuel de Bavière

Charles VII Albert de Bavière Électeur de Bavière

Maximilien II Emmanuel de Bavière meurt à Munich le 26 février 1726, d'une attaque d'apoplexie.

Il est inhumé dans la Theatinerkirche à Munich.

Son cœur est enchâssé dans un reliquaire d'argent et déposé dans la Gnadenkapelle d'Altötting.

Charles VII Albert de Bavière est électeur de Bavière à partir de 1726.



Naissance de Maximilien III Joseph de Bavière

Maximilien III Joseph de Bavière naît à Munich le 28 mars 1727, fils de Charles VII Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche.

Le château de Fürstenried est offert à Marie-Amélie d'Autriche.



Charles-François d'Albert d'Ailly Lieutenant de la compagnie des chevau-légers de la garde ordinaire du Roi

Le 8 janvier 1729, Charles-François d'Albert d'Ailly devient lieutenant de la compagnie des chevau-légers de la garde ordinaire du Roi, en survivance de Louis-Auguste d'Albert d'Ailly, son père,.



Mariage de Charles-François d'Albert d'Ailly avec Marie Sophie de Courcillon de Dangeau

Charles-François d'Albert d'Ailly épouse à Paris le 20 janvier 1729 Marie Sophie de Courcillon de Dangeau (1713-1756), fille de Philippe Egon de Courcillon (mort en 1719), Marquis de Dangeau et de Françoise de Pompadour, Duchesse de La Valette.. Leur enfant est :



Paul d'Albert de Luynes Évêque de Bayeux

Paul d'Albert de Luynes se destine au métier des armes mais, gravement insulté par un officier, il refuse de se battre en duel et a la révélation de sa vocation.

Paul d'Albert de Luynes devient Évêque de Bayeux de 1729 à 1753.



Naissance de Julienne-Marie de Brunswick-Bevern

Juliane ou Julienne-Marie de Brunswick-Bevern ou de Brunswick-Wolfenbutel naît en 1729, fille de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et d'Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg.



Naissance de François-Xavier de Saxe

Franz Xaver Ludwig August Albrecht Benno ou François-Xavier Louis Auguste Albert Bennon François-Xavier de Saxe naît à Dresde le 25 août 1730, fils de Frédéric-Auguste II de Saxe et de Marie-Josèphe d'Autriche.



Mariage de François Jean-Baptiste de Carbonnières avec Louise Françoise Armande de Reilhac

François Jean-Baptiste de Carbonnières épouse au Mas Nadaud à Pageas en Haute-Vienne le 14 novembre 1730 Louise Françoise Armande de Reilhac (morte en 1786), Dame de Boussac, fille d'Albert de Reilhac, Comte de Saint-Pol ou Saint-Paul, et d'Antoinette Charlotte de Coustin du Masnadaud. Leurs enfants sont :



Protection de l'académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen par Paul d'Albert de Luynes

Paul d'Albert de Luynes protège l'académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen.

La résidence caennaise de Paul d'Albert de Luynes abrite les séances de cette académie de 1731 à 1753.



Mort de Charles-François d'Albert d'Ailly Duc de Picquigny

Charles-François d'Albert d'Ailly meurt à Saint-Sulpice à Paris VIe le 14 juilllet 1731.


Marie Sophie de Courcillon de Dangeau - portrait en 1741 par Jean Marc Nattier

Mariage d'Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise avec Marie Sophie de Courcillon de Dangeau

Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise est veuf de Anne-Geneviève de Lévis-Ventadour.

Marie Sophie de Courcillon de Dangeau est veuve de Charles François d'Albert d'Ailly.

Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise épouse le 2 septembre 1732 Marie Sophie de Courcillon de Dangeau (1713-1756).

En 1732, Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise est capitaine des gendarmes de la garde.



Charles-Hercule d'Albert de Luynes En mer Baltique

En 1733, Charles-Hercule d'Albert de Luynes commande Le Conquérant dans l'escadre envoyée en mer Baltique, sous les ordres du comte de La Luzerne, lieutenant général des armées navales au début de la guerre de Succession de Pologne.



Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern Maréchal général de camp

En 1733 Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient Maréchal général de camp.


Elisabeth-Christine de Brunswick-Bevern par Antoine Pesne

Mariage de Frédéric II de Prusse avec Élisabeth Christine de Brunswick-Bevern

Frédéric II de Prusse épouse au château de Salzdahlum aujourd'hui en Basse-Saxe le 12 juin 1733 Élisabeth Christine de Brunswick-Bevern, fille de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern et d'Antoinette-Amélie de Brunswick-Blankenberg d'Este.

On remarque la présence à ce mariage de François III Étienne de Lorraine.

Après la cérémonie, on donne :

Élisabeth-Christine de Brunswick-Bevern est la nièce de l'empereur Charles VI de Habsbourg.

Le ménage princier s'installe séparément :



Mort de Charles-Hercule d'Albert de Luynes

Charles-Hercule d'Albert de Luynes meurt à Paris le 31 janvier 1734.



Naissance de Marie-Anne de Bavière

Marie-Anne de Bavière naît en 1734, fille de Charles VII Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche.


Vue générale du Siège de Philippsburg avec la mort de Jacques Ier Fitz-James - Estampe anonyme Plan français du siège de Philippsburg

Siège de Philippsburg

Mort de Jacques Ier Fitz-James

Pendant la guerre de Succession de Pologne, Jacques Ier Fitz-James remonte la vallée du Rhin à la tête d'une armée forte de 100 000 hommes pour reprendre la place de Philippsburg aux forces autrichiennes.

Au cours de l'hiver, Eugène-François de Savoie-Carignan commence à regrouper une armée impériale près d'Heilbronn pour contre-attaquer.

Mais au printemps 1734, les troupes rassemblées sont toujours très inférieures en nombre, l'armée de Jacques Ier Fitz-James est-elle forte de 70 000 hommes.

Au printemps, les préparatifs de mise en défense de Philippsburg sont presque terminés, mais la garnison manque de munitions.

Elle est formée d'éléments disparates :

Elle ne compte que peu d'artilleurs et d'ingénieurs.

Vers la fin de mai 1734, les Français commencent à encercler la place de Philippsburg.

Louis François II de Bourbon-Conti, Pierre-François de Rougé, Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre et Victor Riqueti de Mirabeau participent à ce siège.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est lieutenant-général des armées du Roi durant ce siège.

Louis Joseph de Montcalm-Gozon participe à ce siège.

Charles Léonard de Baylenx se trouve à ce siège.

Robert François Damiens sert un militaire qu'il suit en Allemagne à ce siège.

Jacques Ier Fitz-James déploie 46 bataillons, dont 14 en position sur chaque berge du Rhin, pour couper la forteresse des routes voisines.

Parmi les forces rassemblées sur la rive droite :

Le 26 mai 1734, un corps de sapeurs de 12 000 hommes commence à creuser le fossé extérieur.

Quelque 60 000 hommes sont détachés dès le 1er juin 1734 pour investir la forteresse.

Les préparatifs de siège progressent sans encombre lorsque le 12 juin 1734, Jacques Ier Fitz-James, qui inspecte la tranchée à un poste avancé, est tué d'un coup de canon.

La direction des opérations passe aux généraux Claude François Bidal, homme rompu à la poliorcétique : l'art de mener un siège, et à Adrien Maurice de Noailles.

Le 19 juin 1734, Eugène-François de Savoie-Carignan accompagné par le prince-héritier Frédéric II de Prusse, sur ordre de l'empereur, met en branle l'armée de secours, dont l'effectif atteint à présent 70 000 hommes.

Le 27 juin 1734, cette armée atteint Bruchsal.

Claude François Bidal ordonne la construction de pontons supplémentaires pour permettre à sa cavalerie de se tourner promptement vers l'armée de secours en franchissant le Rhin.

Il affecte en outre une partie des assiégeants à l'appui de la cavalerie.

Les positions des Français se détériorent avec les pluies drues qui s'abattent le 5 juillet 1734, rendant les tranchées et mines impraticables.

Mais malgré l'adversité s'abattant sur son ennemi, Eugène-François de Savoie-Carignan ne parvient pas à saisir l'occasion.

Après quelques combats sans lendemain, Eugène-François de Savoie-Carignan entreprend un repli momentané.

Le 17 juillet 1734, les Français ouvrent une brèche et investissent la place jusqu'aux remparts de la citadelle.

Godefroi-Ernest von Wuttgenau, désespérant de rétablir la jonction avec Eugène-François de Savoie-Carignan, offre sa capitulation à Claude François Bidal au matin du 18 juillet 1734.

La garnison autrichienne peut se replier à Mayence avec les honneurs de la guerre.

Godefroi-Ernest von Wuttgenau sera promu Feldmarschalleutnant pour sa défense inspirée de Philippsburg.



Mort de Marie-Françoise d'Albert

Marie-Françoise d'Albert meurt le 3 novembre 1734.



Mort de Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern Duc de Brunswick-Wolfenbüttel

Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel meurt à Brunswick le 1er mars 1735.

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern, son cousin et gendre, hérite de ses biens et de ses titres.

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern devient 17e Duc de Brunswick-Wolfenbüttel.

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern démissionne de l'armée.



Mort de Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern

Ferdinand-Albert II de Brunswick-Bevern meurt à Wolfenbüttel en Basse-Saxe le 2 ou 3 septembre 1735.



Mariage de François III Étienne de Lorraine avec Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg

François III Étienne de Lorraine épouse le 12 février 1736 Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, fille de Charles VI de Habsbourg et d'Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel.

Leurs enfants sont :

Marie-Thérèse est une épouse très amoureuse.

On l'a dite parfois envahissante !

Ils sont les fondateurs de la Maison de Habsbourg-Lorraine.

Les époux vont ensuite prendre possession de la Toscane où ils ne restent que 3 mois.

Marie-Thérèse décide qu'elle sera la marraine de la fille aînée de chacun de ses enfants, qui tous devront donner à leur fille aînée le prénom de leur grand-mère.



Mort de Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes

Jeanne Baptiste d'Albert de Luynes meurt en 1736.



Naissance d'Albert-Casimir de Saxe-Teschen

Albert-Casimir de Saxe-Teschen naît à Moritzburg le 11 juillet 1738, fils de Frédéric-Auguste II de Saxe et de Marie-Josèphe d'Autriche



Exil de Claude-Louis-Robert de Saint-Germain

Claude-Louis-Robert de Saint-Germain doit quitter la France, selon des rumeurs, à la suite d'un duel.

Claude-Louis-Robert de Saint-Germain s'engage successivement dans :

Claude-Louis-Robert de Saint-Germain fait preuve de tant de bravoure sur le champ de bataille qu'il est promu jusqu'au grade de maréchal de camp.


Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg ou Marie-Thérèse au masque - l'impératrice aime aussi les fêtes et les bals Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg

Mort de Charles VI de Habsbourg

Guerre de Succession d'Autriche

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg Archiduchesse d'Autriche

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg Reine de Hongrie

Invasion de la Silésie par la Prusse

Prise des forteresses de Glogów Brzeg et Neisse

Charles VI de Habsbourg meurt à Vienne le 20 octobre 1740.

Charles VI de Habsbourg est mélomane et musicien passionné au point d'accompagner lui même au clavecin le castrat Farinelli.

Charles VI de Habsbourg a laissé des Commentaires sur sa propre vie, qui ont été publiés à Bruxelles en 1862.

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg succède à son père Charles VI d'Autriche.

Par la Pragmatique Sanction, Charles VI de Habsbourg lègue à sa fille Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg les États héréditaires de la Maison des Habsbourg :

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg devient Reine de Hongrie sous le nom de Marie-Thérèse Ire de Hongrie.

Malgré la Pragmatique Sanction, Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg a du mal à faire reconnaître ses droits au trône.

D'autres princes aspirent à la remplacer sur le trône, tel :

La guerre de Succession d'Autriche durera de 1740 à 1748.

La guerre de l'oreille de Jenkins ce confond alors à cette guerre de Succession d'Autriche.

Âgée de seulement 23 ans, et en tant que femme, elle est considérée comme un chef fragile. Elle est trahie de tous côtés et par ceux-là même qui s'étaient engagés à la soutenir.

Elle est attaquée par ses voisins et parents, et doit mener sans soutien ni argent la guerre de Succession d'Autriche contre la Prusse, la Bavière, la Saxe, la France de Louis XV, le Piémont-Sardaigne et l'Espagne.

La Russie reconnait la Pragmatique Sanction et reste une alliée fidèle des Habsbourg.

Charles-Emmanuel III de Savoie prétend au Milanais. Les promesses d'une augmentation de territoire de Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg le détachent de la France et de l'Espagne.



Couronnement de Charles VII Albert de Bavière

Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle ambassadeur de Louis XV

Le 11 décembre 1740, Louis XV envoie Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle assister comme son ambassadeur au couronnement de Charles VII Albert de Bavière à Francfort.



Mariage de Guy André Pierre de Montmorency-Laval avec Jacqueline Marie Hortense de Bullion

Le contrat de mariage est du 28 décembre 1740.

Guy André Pierre de Montmorency-Laval épouse le 29 décembre 1740 Jacqueline Marie Hortense de Bullion (1720-1795), Dame d'Esclimont. Leurs enfants sont :


Louis-Auguste d'Albert d'Ailly

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Maréchal de France

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly, Duc de Chaulnes, est fait Maréchal de France le 11 février 1741 par Louis XV.



Entrée de la France dans la Guerre de Succession d'Autriche

Traité d'alliance Franco-prussien

La France a accepté à mi-mot la Pragmatique Sanction, pour autant qu'elle ne lésât pas les intérêts des tiers. En l'espèce, elle lèse ceux de Charles VII Albert de Bavière.

Dans l'opinion, un fort courant se dessine pour affaiblir l'ennemi traditionnel, les Habsbourg. Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle se fait le champion de cette position. André Hercule de Fleury, devenu vieux, n'a plus la force de s'y opposer.

Louis XV succombe à la pression du parti antiautrichien de la cour.

Le 5 juin 1741, Frédéric II de Prusse signe un traité d'alliance avec Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle.

Par ce traité, Louis XV :

En contrepartie, Frédéric II de Prusse ne consent que des promesses.

Les autres alliés de la Prusse, hormis la France, sont l'Espagne et la Bavière.

La cause autrichienne est elle soutenue par la Grande-Bretagne et les Provinces-Unies, traditionnels opposants à l'hégémonie de la France. D'autres alliés les ont joints plus ou moins constamment : le royaume de Piémont-Sardaigne, et la Saxe.

Étienne-François de Choiseul s'engage dans l'armée dans le régiment de Navarre, avec lequel il participe à la campagne de Bohême en 1741.

Victor Riqueti de Mirabeau fait la campagne de Bavière en 1741 et 1742.

Louis Auguste II de Bourbon prend part à la Guerre de Succession d'Autriche.

Louis-François Ier de Bourbon-Conti sollicite un commandement mais, faute d'avoir obtenu satisfaction, il part sans autorisation rejoindre l'armée de Jean-Baptiste François Desmarets.

Louis XV, apprenant son insubordination, le fait mettre aux arrêts mais, grâce à l'intercession de Louise Élisabeth de Bourbon-Condé, sa mère, Louis-François Ier de Bourbon-Conti est libéré et peut faire la campagne de Bohême comme simple volontaire sans grade.



Mariage de Joseph-François Dupleix avec Jeanne Albert de Castro

Jeanne Albert de Castro est veuve de Jacques Vincent, un des amis de Joseph François Dupleix.

Joseph-François Dupleix épouse le 17 avril 1741 ou le 24 décembre 1741 Jeanne Albert de Castro. Leur enfant est :

Cette belle métisse intelligente, au fort caractère, est connue par les Indiens comme Jân ou Joanna Begum et se montre d'une grande utilité pour Joseph-François Dupleix, son époux, dans les négociations avec les princes locaux.


Charles VII Albert de Bavière

Charles VII Albert de Bavière Duc d'Autriche

Charles VII Albert de Bavière Roi de Bohême

Charles VII Albert de Bavière Empereur du Saint Empire romain germanique

Charles VII Albert de Bavière refuse de reconnaître Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg pour héritière des États d'Autriche auxquels il prétend avoir droit.

Il est soutenu par la France.

Le 24 janvier 1742, Charles VII Albert de Bavière est élu par la Diète de Francfort à la tête du Saint Empire romain germanique.

Les troupes de Louis XV appuient son couronnement comme Duc d'Autriche à Linz, Roi de Bohême à Prague, et enfin empereur du Saint Empire romain germanique à Francfort en 1742.

Charles VII Albert de Bavière adhère à la Ligue de Francfort.

Charles Théodore de Bavière prend parti pour Charles VII Albert de Bavière dans la guerre de Succession d'Autriche.

Mais la fortune ne tarde pas à l'abandonner : il perd en peu de temps toutes ses conquêtes, et est même chassé de ses États héréditaires.



Paul d'Albert de Luynes Membre de l'Académie française

Paul d'Albert de Luynes est élu membre de l'Académie française en 1743 en remplacement de André Hercule de Fleury



Projet de mariage de Louis-Philippe Ier d'Orléans et d'une fille de Charles VII Albert de Bavière

Louis Ier d'Orléans songe alors à une fille de Charles VII Albert de Bavière, Électeur de Bavière.

Officiellement, Louis XV et André Hercule de Fleury font mine de soutenir sa démarche. Charles VII Albert de Bavière fait traîner l'affaire qui ne sera pas conclue.



Traité de Worms

En fin 1743, l'Angleterre, l'Autriche et le Piémont signe le traité de Worms, un traité particulièrement dangereux pour la France.

Il prévoit de chasser les Français d'Alsace, de Lorraine et des Trois Évêchés. L'Autriche retrouverait la Silésie, et Charles VII Albert de Bavière perdrait la couronne impériale.

Enfin, le Piémont récupérerait des territoires en Italie pris aux espagnols.



Le front France-Autriche

Traité de Francfort

Le 15 mars 1744, Louis XV déclare officiellement la guerre à l'Angleterre et à l'Autriche.

Les Français, mis au courant du traité de Worms, décident alors de répliquer.

En avril 1744, la France, la Prusse, la Suède et la Bavière signent le traité de Francfort.

Charles VII Albert de Bavière est confirmé dans sa dignité impériale, et récupére ses États.

Frédéric II de Prusse conserve la Silésie.

Louis Antoine de Gontaut est nommé Chevalier des ordres du roi en 1744.



Charles VII Albert de Bavière à Munich

En 1744, Frédéric II de Prusse ayant fait dans la Bohême une diversion qui occupe l'armée impériale, Charles VII Albert de Bavière en profite pour recouvrer ses États et rentre enfin dans Munich.



Mort de Louis Auguste d'Albert d'Ailly

Louis Auguste d'Albert d'Ailly meurt en 1744.



Mort de Louis-Auguste d'Albert d'Ailly Duc de Chaulnes

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly meurt à Morlaix le 7 ou le 9 novembre 1744.



Bataille de Soor

Mort d'Albert de Brunswick-Bevern

Frédéric II de Prusse est vainqueur à la bataille de Soor.

Carl Heinrich von Wedel est blessé lors de la bataille de Soor en 1745.

Albert de Brunswick-Bevern est tué lors de cette bataille.


Maximilien III Joseph de Bavière Maximilien III Joseph de Bavière en Prince héritier

Mort de Charles VII Albert de Bavière

Maximilien III Joseph de Bavière Prince-Électeur de Bavière

Charles VII Albert de Bavière meurt à Munich le 20 janvier 1745.

Son fils et successeur Maximilien III Joseph de Bavière, prudent, ne prétend pas à la charge impériale ni aux possessions autrichiennes.

La succession impériale se déroule enfin conformément aux dispositions de Charles VI de Habsbourg, en faveur de Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg.

Maximilien III Joseph de Bavière devient Prince-Électeur de Bavière. Il hérite d'un pays sur le point d'être envahi par les armées autrichiennes lors de la guerre de Succession d'Autriche.



Naissance de Louis Joseph Charles Amable d'Albert

Louis Joseph Charles Amable d'Albert naît en 1748, fils de Marie-Charles-Louis d'Albert.


Julienne-Marie de Brunswick-Bevern

Mariage de Frédéric V de Danemark avec Julienne-Marie de Brunswick-Bevern

Frédéric V de Danemark est veuf de Louise de Grande-Bretagne.

Frédéric V de Danemark épouse en 1752 Julienne-Marie de Brunswick-Bevern, fille de Ferdinand Albert II de Brunswick-Wolfenbüttel et d'Antoinette Amélie de Brunswick-Luneburg. Parmi leurs 5 enfants citons :



Paul d'Albert de Luynes Archevêque de Sens

Paul d'Albert de Luynes devient Archevêque de Sens en 1753.


Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey - par Élisabeth Vigée Le Brun Françoise Parfaite Thaïs de Mailly - par Elisabeth Vigée Lebrun

Mariage d'Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey avec Françoise Parfaite Thaïs de Mailly-Nesle

Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey épouse le 29 octobre 1753 Françoise Parfaite Thaïs de Mailly. Leurs enfants sont :

Françoise Parfaite Thaïs de Mailly est présentée à la cour 3 jours après son mariage.

Le lendemain, Françoise Parfaite Thaïs de Mailly entre en possession de la charge de Dame pour accompagner Marie-Adélaïde de France de 1753 à 1773.

Louis XV lui accorde une pension de 2 000 livres.

Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey et Françoise Parfaite Thaïs de Mailly ont peu d'affinités.



Paul d'Albert de Luynes Abbé commendataire de l'abbaye de Corbie

Paul d'Albert de Luynes Membre honoraire de l'Académie des sciences

Paul d'Albert de Luynes est abbé commendataire de l'abbaye de Corbie au diocèse d'Amiens de 1755.

Grand amateur d'astronomie et de physique, Paul d'Albert de Luynes devient membre honoraire de l'Académie des sciences en 1755.



Mort de Marie-Anne de Schwarzenberg

Mariage de Louis-Georges de Bade-Bade avec Marie-Anne de Bavière

Marie-Anne de Schwarzenberg meurt en 1755.

Louis-Georges de Bade-Bade est veuf de Marie-Anne de Schwarzenberg.

Louis-Georges de Bade-Bade épouse par procuration à Munich le 10 juillet 1755 puis en personne à Ettlingen le 20 juillet 1755 Marie-Anne de Bavière, fille de Charles VII Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche.



Mort de Jeanne Albert de Castro

Jeanne Albert de Castro meurt en 1756.


Paul d'Albert de Luynes

Paul d'Albert de Luynes Cardinal

Paul d'Albert de Luynes reçoit le chapeau de cardinal lors du consistoire du 5 avril 1756.



Mort de Marie-Amélie d'Autriche

Marie-Amélie d'Autriche, veuve de Charles VII Albert de Bavière, meurt en 1756.



Mort de Charles Philippe d'Albert

Marie-Charles-Louis d'Albert Duc de Luynes

Charles Philippe d'Albert meurt en 1758. Marie-Charles-Louis d'Albert devient 5e Duc de Luynes.



Mariage de Joseph-François Dupleix avec Claude Thérèse de Chastenay de Lanty

Joseph-François Dupleix est veuf de Jeanne Albert de Castro.

Joseph-François Dupleix épouse le 10 novembre 1758 Claude Thérèse de Chastenay de Lanty.



Paul d'Albert de Luynes Commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit

Paul d'Albert de Luynes est commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit depuis le 1er janvier 1759.


Marie Fortunée d'Este-Modène Marie Fortunée d'Este-Modène - par Hortense Haudebourt Lesco (vers 1835)

Mariage de Louis-François II Joseph de Bourbon-Conti avec Marie Fortunée d'Este-Modène

Rappelé en France par Louis-François Ier de Bourbon-Conti, son père, Louis-François II Joseph de Bourbon-Conti (1734-1814) épouse par procuration le 7 février 1759 et en personne à Nangis en Seine-et-Marne le 27 février 1759 Marie Fortunée d'Este-Modène (11731 ou 1734-1803), fille de François III de Modène et de Charlotte-Aglaé d'Orléans.

Leurs témoins sont  :

Le mariage est célébré par Monseigneur Paul d'Albert de Luynes.

À cette occasion, Louis-François II Joseph de Bourbon-Conti reçoit de Louis XV un don de 150 000 livres.

Ce mariage est une catastrophe.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti refuse de cohabiter avec son épouse, femme pourtant sage, douce et vertueuse mais trop intelligente, discrète et austère pour une cour aussi superficielle que la cour de France.

Claude-Louis-François de Régnier est témoin à ce mariage.



Visite générale de Paul d'Albert de Luynes dans son archidiocèse

Paul d'Albert de Luynes s'occupe activement de son archidiocèse, multipliant les visites paroissiales, comme en 1761 où il effectue une visite générale au cours de laquelle il nomme l'abbé Blaise Bégon à la cure de Quarré-les-Tombes.



Albert-Casimir de Saxe-Teschen Gouverneur de Hongrie

De 1765 à 1780, Albert-Casimir de Saxe-Teschen est nommé à Bratislava, Gouverneur de Hongrie,


Josépha de Bavière

Mariage de Joseph II d'Autriche avec Josépha de Bavière

Joseph II d'Autriche est veuf de Marie-Isabelle de Bourbon-Parme et ne souhaite pas se remarier.

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, mère du jeune veuf, veut que son fils donne naissance à un héritier pour le trône impérial.

Joseph II d'Autriche fait des propositions de mariage à Marie-Louise de Bourbon-Parme, sœur de Marie-Isabelle. Il pense retrouver en elle les qualités de la défunte.

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, sans illusion, prend sur elle d'écrire à la cour d'Espagne.

La proposition est refusée car elle est déjà fiancée à Charles IV d'Espagne et ne s'intéresse pas à Joseph.

Joseph II d'Autriche épouse au palais de Schönbrunn le 23 janvier 1765 Josépha de Bavière, fille de Charles VII Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche.

Josépha de Bavière est plus âgée que lui de 2 ans.

Joseph ne trouve pas Josépha séduisante, la décrivant dans une lettre comme une personne courtaude, grosse et petite avec de vilaines dents. Il admet cependant que du point de vue du caractère, Josépha est une femme irréprochable, qui l'aime, et qu'il l'admire pour ses qualités mais souffre d'être incapable de l'aimer.

Joseph refuse de coucher dans leur chambre commune, et fait même séparer en 2 le balcon qui joint leurs appartements au palais de Schönbrunn, afin de ne jamais devoir rencontrer sa femme. Le mariage ne sera probablement jamais consommé.



Mariage de Léopold II d'Autriche avec Marie-Louise de Bourbon

Léopold II d'Autriche épouse à Innsbruck le 5 août 1765 Marie-Louise de Bourbon (1745-1792), fille de Charles III d'Espagne et de Marie-Amélie de Saxe. Leurs enfants sont :

Léopold II d'Autriche devient Grand-Duc de Toscane en 1765.


Allégorie de la mort du Dauphin Louis-Ferdinand de France - par Louis Jean François Lagrenée – 1765 - huile sur toile de 129 x 97 cm - Musée national du château de Fontainebleau

Mort de Louis-Ferdinand de France Dauphin de France

Louis-Ferdinand de France confie à Jean-Aymard II de Nicolaï ses instructions secrètes qui ne devront être soumises à Louis XVI, son fils, que le jour ou ce dernier montera sur le trône.

Aimar-Chrétien-François-Michel de Nicolaï est si proche de Louis-Ferdinand de France et de Marie-Josèphe de Saxe que la cour pense qu'il serait nommé Premier ministre à l'avènement du prince.

Dans son testament, Louis-Ferdinand de France recommande à Louis XVI, la famille de Nicolaï qui a été de tout temps fidèle et dévouée à la nôtre.

Paul d'Albert de Luynes est ami de Louis-Ferdinand de France.

Il l'assiste dans ses derniers moments.

Louis-Ferdinand de France, Dauphin de France, meurt au château de Fontainebleau le 20 décembre 1765, de la tuberculose.

Il est inhumé dans la cathédrale Saint-Étienne à Sens.

Sa vie morale irréprochable édifie, Louis XV, son père.

Le bruit court qu'Étienne-François de Choiseul l'a fait empoisonner.

Louis XVI devient alors l'héritier au trône de France et devient le Dauphin.



Mariage d'Albert-Casimir de Saxe-Teschen avec Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine

Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine est amoureuse d'Albert-Casimir de Saxe-Teschen.

Cette union est d'abord rejetée par Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, sa mère, comme peu prestigieuse. François III Étienne de Lorraine, son père, veut la marier à Charles-Maurice de Savoie, Comte de Chablais, fils de sa sœur défunte.

La mort inopinée de François III Étienne de Lorraine plonge Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg dans une dépression profonde.

Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine profite de cette faiblesse momentanée pour arracher à sa mère l'autorisation de se marier par amour plutôt que par raison d'État.

Les mariages des enfants impériaux sont habituellement dictés par la diplomatie.

Aussi Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine sera-t-elle mal aimée de ses frères et sœurs.

Albert-Casimir de Saxe-Teschen épouse en 1766 Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine. Leur enfant est :

Albert-Casimir de Saxe-Teschen dont la famille ne règne plus sur la Pologne depuis la mort de son père, est un piètre parti pour une archiduchesse d'Autriche.


Albert-Casimir de Saxe-Teschen

Albert-Casimir de Saxe-Teschen Duc de Teschen

Albert-Casimir de Saxe-Teschen reçoit, du domaine de son défunt beau-père, le duché de Teschen en Silésie Autrichienne.

Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg le titre Duc de Teschen.



Naissance et mort de Marie-Thérèse de Saxe-Teschen

Marie-Thérèse de Saxe-Teschen naît le 17 mai 1767, fille d' Albert-Casimir de Saxe-Teschen et de Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine mais elle meurt le lendemain.



Publication d'un mémoire sur les propriétés du mercure dans les baromètres

Paul d'Albert de Luynes publie un mémoire sur les propriétés du mercure dans les baromètres en 1768, mémoire qui n'est pas sans rappeler les plans d'expériences utilisés de nos jours.



Naissance d'Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken naît à Sarrebruck le 9 mars 1768, fils de Louis de Nassau-Saarbrücken et de Wilhelmine de Schwarzburg-Rudolstadt (1751-1780).

Le mariage de ses parents est malheureux, de sorte que Wilhelmine de Schwarzburg-Rudolstadt se retire au château de Halberg, où elle élève son fils.


Ferdinand Ier des Deux-Siciles et Marie-Caroline d'Autriche avec leurs enfants – par Angelica Kauffmann - 1783

Mariage de Ferdinand Ier des Deux-Siciles avec Marie-Caroline d'Autriche

Ferdinand Ier des Deux-Siciles épouse le 12 mai 1768 Marie-Caroline d'Autriche. Leurs enfants sont :

Mariée pour des raisons purement politiques et diplomatiques, Marie-Caroline d'Autriche ne sera pas heureuse auprès de son époux. Possédant une forte personnalité, elle le dominera.

C'est elle qui gouvernera en réalité.

Le destin tragique de Marie-Antoinette d'Autriche, sa sœur cadette, en fait une adversaire acharnée de la Révolution.

Poursuivant la politique de sa mère, l'impératrice Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, elle cherche à renforcer les liens tissés par cette dernière entre les Maison de Habsbourg-Lorraine et de Bourbon.

Pour ce faire, elle marie fort avantageusement ses enfants, accaparant les trônes d'Europe.



Instruction pastorale contre la doctrine des incrédules

Paul d'Albert de Luynes compose une Instruction pastorale contre la doctrine des incrédules.

Cette instruction pastorale porte condamnation du Système de la Nature du baron d'Holbach en 1770.



Naissance de Charles-Louis de Teschen

Adoption de Charles-Louis de Teschen

Karl ou Charles-Louis de-Teschen ou d'Autriche naît à Florence le 5 septembre 1771, fils de Léopold II d'Autriche et de Marie-Louise de Bourbon

Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine ne peut plus avoir d'autres enfants.

Grâce à une généreuse décision de Léopold II d'Autriche, son père, Charles-Louis de Teschen est adopté et élevé à Vienne et à Bruxelles par Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine, sa tante, et Albert-Casimir de Saxe-Teschen, son époux, tous deux sans enfant et gouverneurs des Pays-Bas.



Mort de Marie-Charles-Louis d'Albert

Louis Joseph Charles Amable d'Albert Duc de Luynes

Marie-Charles-Louis d'Albert meurt en 1771.

Louis Joseph Charles Amable d'Albert devient 6e Duc de Luynes.



Mariage de Louis de Brancas avec Catharina van Neukirchen genaamd Nijvenheim

Louis de Brancas est veuf de Diane-Adélaïde de Mailly-Nesle.

Louis de Brancas épouse le 30 janvier 1772 Catharina van Neukirchen genaamd Nijvenheim (née en 1748). Leur enfant est :



Naissance de Pauline Hortense d'Albert de Luynes

Pauline Hortense d'Albert de Luynes naît en 1774, fille de Louis Joseph Charles Amable d'Albert de Luynes (1748-1807), Duc de Luynes, et de Guyonne Joséphine Élisabeth de Montmorency-Laval.



Mariage de Jean-François Marmontel avec Marie Adélaïde Lerein de Montigny

Jean-François Marmontel épouse en l'église Saint-Roch à Paris le 11 octobre 1777 Marie Adélaïde Lerein de Montigny (née en 1759) nièce de Morellet. Leurs enfants sont :

Les témoins sont :


Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine - Gouvernante des Pays-Bas – par Johann Zoffany - 1776

Mort de Charles-Alexandre de Lorraine

Albert-Casimir de Saxe-Teschen et Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine Gouverneurs des Pays-Bas autrichiens

Charles-Alexandre de Lorraine meurt en 1780.

Albert-Casimir de Saxe-Teschen et Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine sont nommés, à Bruxelles, conjointement gouverneurs des Pays-Bas autrichiens en 1780.



Albert-Casimir de Saxe-Teschen Confirmé comme Gouverneurs des Pays-Bas autrichiens

En 1781, Albert-Casimir de Saxe-Teschen est confirmé dans ses fonctions de Gouverneurs des Pays-Bas autrichiens par Joseph II d'Autriche

Albert-Casimir de Saxe-Teschen ne craint pas de lui faire connaître le mécontentement de la population belge confrontée aux réformes radicales et brutales de la politique impériale.



Voyage de Joseph II d'Autriche aux Pays-Bas autrichiens

Du 31 mai au 27 juillet 1781, Joseph II d'Autriche effectue un voyage dans les Pays-Bas autrichiens.

Albert-Casimir de Saxe-Teschen et Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine, nouveaux gouverneurs, font leur Joyeuse entrée, à Bruxelles le 17 juillet 1781.

Pour chaque état, ou province, l'ensemble des privilèges accordés par les souverains est à chaque fois consigné dans une charte appelée Joyeuse Entrée et renouvelé à chaque changement de souverain.

La Joyeuse Entrée du Brabant est un recueil de 59 articles d'anciens privilèges.



Édit de tolérance publié par Joseph II d'Autriche

Adepte du fébronianisme, Joseph II d'Autriche impose ses volontés personnelles dans les affaires intérieures de l'Église.

Le 12 novembre 1781, Albert-Casimir de Saxe-Teschen et Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine signent une ordonnance conforme à l'édit de tolérance publié par Joseph II d'Autriche, qui reconnaît la liberté de culte et permet aux protestants et aux juifs d'accéder aux fonctions publiques.



Études d'Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken étudie la physique, d'abord à Strasbourg et de 1782 à 1785 à Göttingen.


Château de Laeken

Construction du château de Laeken

À Bruxelles, Albert-Casimir de Saxe-Teschen et Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine charmés par la beauté du site, font l'acquisition du domaine de Schoonenberg afin de leur servir d'habitation de plaisance.

Ils bâtissent de 1782 à 1784 le château de Laeken, d'après les plans de l'architecte Charles de Wailly sous la supervision de Louis Montoyer.

C'est l'actuelle résidence de la famille royale de Belgique.



Naissance de Charles-Marie d'Albert de Luynes

Charles-Marie d'Albert de Luynes naît en 1783, fils de Louis Joseph Charles Amable d'Albert.



Mariage d'Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken avec Marie Françoise Maximilienne de Saint-Mauris-Montbarrey

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken épouse le 6 octobre 1785 Marie Françoise Maximilienne de Saint-Mauris-Montbarrey, fille de d'Alexandre Marie Éléonor de Saint-Mauris-Montbarrey et de Françoise Parfaite Thaïs de Mailly-Nesle.


Erik Magnus de Staël-Holstein - vers 1782

Mariage d'Erik Magnus de Staël-Holstein avec Anne-Louise Germaine Necker

Erik Magnus de Staël-Holstein épouse en 1786 Anne-Louise Germaine Necker. Leurs enfants sont :

Erik Magnus de Staël-Holstein est ambassadeur de Gustave III de Suède auprès de la cour de France à Versailles.



Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken à Berlin

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken effectue son Grand Tour.

En 1786, Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken est à Berlin



Mariage de Claude de Beauharnais avec Claudine Françoise Adrienne Gabrielle de Lézay-Marnézia

Claude de Beauharnais épouse le 17 juin 1786 Claudine Françoise Adrienne Gabrielle de Lézay-Marnézia. Leurs enfants sont :



Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken en Italie

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken est en Italie au printemps de 1787.



Mort de Paul d'Albert de Luynes

Paul d'Albert de Luynes meurt à Paris le 21 janvier 1788.



Mariage de Mathieu Jean Félicité de Montmorency-Laval avec Pauline Hortense d'Albert de Luynes

Mathieu Jean Félicité de Montmorency-Laval épouse le mardi 12 août 1788 Pauline Hortense d'Albert de Luynes. Leur enfant est :



Liaison de Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara avec Anne-Louise Germaine Necker

Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara revient toutefois à Paris.

Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara a une liaison avec Anne-Louise Germaine Necker. Leurs enfants sont :


Marie-Thérèse Caroline Joséphine de Bourbon-Naples - portrait par Élisabeth Vigée-Le Brun - 1790

Mariage de François Ier d'Autriche avec Marie-Thérèse Caroline Joséphine de Bourbon-Naples

Mariage de Ferdinand III de Toscane avec Louise-Marie de Bourbon-Siciles

François Ier d'Autriche est veuf d'Élisabeth-Wilhelmine de Wurtemberg.

François Ier d'Autriche épouse le 15 août 1790 Marie-Thérèse Caroline Joséphine de Bourbon-Naples (1772-1807), sa double cousine, fille de Ferdinand Ier des Deux-Siciles et de Marie-Caroline d'Autriche. Leurs enfants sont :

Bien qu'ayant un caractère très différent de celui de François Ier d'Autriche, Marie-Thérèse Caroline Joséphine de Bourbon-Naples forme avec l'empereur un couple uni ne serait-ce que sur le plan de la sensualité.

Marie-Thérèse Caroline Joséphine de Bourbon-Naples se montre une mère froide et distante, n'accordant à ses enfants ni affection, ni soutien.

Marie-Louise d'Autriche, sa fille, est une sœur pleine d'attention avec ses frère et sœurs.

Marie-Thérèse Caroline Joséphine de Bourbon-Naples s'intéresse à la politique et aura une certaine influence sur François Ier d'Autriche qu'elle incite à la guerre contre la France révolutionnaire et impériale.

Ferdinand III de Toscane épouse à Naples le 15 août 1790 Louise-Marie de Bourbon-Siciles, fille de Ferdinand Ier des Deux-Siciles et de Marie-Caroline d'Autriche. Leurs enfants sont :



Répression de la Révolution brabançonne

Fidèle à sa dynastie, Albert-Casimir de Saxe-Teschen n'hésite pas à réprimer la révolution brabançonne.

L'armée autrichienne passe à la contre-attaque à l'automne 1790.

Les statistes se trouvent seuls face à elle ayant démobilisé tout autre allié.

La Hollande et la Prusse ne bougent pas.

Le 27 novembre 1790, la province de Namur capitule.

Rapidement, le pouvoir retombe aux mains de Léopold II d'Autriche.

De nombreux animateurs de la révolution brabançonne fuient vers la France



Mariage de Guillaume Ier des Pays-Bas avec Frederika Louise Wilhelmine de Prusse

Guillaume Ier des Pays-Bas épouse en 1791 Frederika Louise Wilhelmine de Prusse (1774-1837), fille de Frédéric-Guillaume II de Prusse et de Frédérique de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :


Bas-relief de la bataille de Jemappes sur l'arc de Triomphe de l'Étoile - par Carlo Marochetti Bataille de Jemappes

Bataille de Jemmapes

La bataille de Jemappes ou Jemmapes a eu lieu à Jemappes près de Mons en Belgique entre l'Autriche et la France le 6 novembre 1792.

Elle se déroula le long de la vallée de la Haine depuis Elouges, Boussu, Hornu, Quaregnon, Jemappes, Cuesmes et Ciply.

L'armée révolutionnaire française, constituée de 40 000 volontaires et commandée par Charles François du Perrier du Mouriez.

L'armée révolutionnaire française remporte la victoire, notamment grâce à son avantage numérique.

L'armée autrichienne aux Pays-Bas autrichiens sous les ordres d'Albert-Casimir de Saxe-Teschen et des généraux belges François-Sébastien de Croix et Johann Pierre de Beaulieu doit évacuer le pays.

Jean Henri Becays Ferrand commande l'aile gauche de l'armée française.

Jean Henri Becays Ferrand emporte à la baïonnette avec intrépidité les villages de Carignan (commune actuelle de Quaregnon) et de Jemappes.

Louis Auguste Jouvenel de Harville des Ursins se distingue particulièrement lors de cette bataille.

L'unité d'Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier, dans le corps de réserve de Louis Auguste Jouvenel de Harville des Ursins, se trouve à cette bataille.

Marchant à la tête du seul régiment de Flandre et du 1er bataillon des volontaires de Paris, Auguste Marie Henri Picot de Dampierre attaque les 6 bataillons étrangers qui débordent le corps du général Pierre Riel de Beurnonville.

Auguste Marie Henri Picot de Dampierre parvient à les renverser et à enlever les deux redoutes qu'ils gardaient, puis tourne les canons contre les Autrichiens et rend ainsi à Pierre Riel de Beurnonville assez de liberté pour pouvoir passer à l'offensive.

Du côté français, participent à cette bataille :

Louis-Philippe Ier de France se distingue dans le commandement de son aile droite.

Il s'enorgueillira jusqu'à la fin de sa vie d'avoir été l'un des artisans de cette victoire.

Mais le spectacle du sang versé et de la tuerie devait aussi lui inspirer une profonde aversion pour la guerre.

François-Richer Drouet, à la tête de sa division d'infanterie, est mortellement blessé.

Jean-Baptiste Jourdan et Maurice Étienne Gérard participent à cette bataille.

Joseph Souham participe à cette bataille sous le grade de lieutenant-colonel.

Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald est fait colonel de l'ancien régiment de Picardie lors de cette bataille.

Jacques Gilles Henri Goguet a un cheval tué sous lui lors de cette bataille.

Joseph de Miaczynski combat à la gauche de l'aile droite française.

François-Sébastien de Croix fait une savante retraite après cette bataille.

Cette bataille fait 2 000 morts coté français et 4 000 coté autrichiens


Frédéric-Guillaume III de Prusse et Louise de Mecklembourg-Strelitz - 1799

Mariage de Frédéric-Guillaume III de Prusse avec Louise de Mecklembourg-Strelitz

Frédéric-Guillaume III de Prusse épouse en 1793 Louise de Mecklembourg-Strelitz, fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz et de Friederike de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :



Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken Colonel dans la cavalerie prussienne

Le 14 mai 1793 Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken fuit quand les troupes françaises attaque le château de Neunkirchen.

Le château de Neunkirchen est incendié en octobre de 1793.

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken entre au service de l'armée prussienne.

Le 14 novembre 1793, Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken est promu au grade de colonel dans la cavalerie prussienne.



Mariage de Albert Joseph Noël avec Jeanne Ursule Bonnemant

Albert Joseph Noël épouse Jeanne Ursule Bonnemant. Leurs enfants sont :



Mort de Louis de Nassau-Saarbrücken

Louis de Nassau-Saarbrücken meurt en 1794.

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken hérite du titre de Prince de Nassau-Saarbrücken.

Il ne peut pas gouverner sa principauté occupée par les troupes françaises.


Traité de La Jaunaye

Traité de La Jaunaye

Traité de Saint-Florent-le-Vieil

Les vendéens sont à bout de munitions.

Des contacts sont pris par l'intermédiaire de Mme de Gasnier-Chambon, une créole de Saint-Domingue et de Mlle de Charette, sœur du chef insurgé.

Les contacts aboutissent à une conférence qui a lieu à Saint-Sébastien, une commune insurgée tout près de Nantes.

Les négociations débutent le 12 février 1795, avec la participation de Jean Baptiste Camille de Canclaux qui y rencontre François-Athanase Charette de La Contrie.

Il existe à Saint-Sébastien deux manoirs très proches l'un de l'autre :

Il semble que :

Le traité de La Jaunaye est signé le 17 février 1795 :

Il accorde de nombreuses satisfactions aux insurgés,

Quelques jours plus tard, François-Athanase Charette de La Contrie défile à Nantes aux côtés du général Jean Baptiste Camille de Canclaux et du représentant en mission Albert Ruelle.

Jean-Nicolas Stofflet, arrivé à Nantes le 18 février 1795, refuse d'abord le traité.

Jean-Nicolas Stofflet ne signe la paix que le 2 mai 1795 à Saint-Florent-le-Vieil.

Le traité de La Jaunaye ne met pas totalement fin à la première guerre de Vendée, puisque plusieurs des signataires reprendront les armes dans les mois qui suivent.



Mort d'Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken

Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken meurt près de Cadolzburg le 27 avril 1797 d'une chute de cheval.


Marie-Christine Albertine de Saxe

Mariage de Charles-Emmanuel de Savoie-Carignan avec Marie-Christine Albertine de Saxe

Charles-Emmanuel de Savoie-Carignan épouse en 1797 Marie-Christine Albertine de Saxe, fille de Charles-Christian de Saxe, Duc de Courlande, et de Françoise ou Francesca Krasinska. Leurs enfants sont :



Mort de Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine

Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine meurt le 24 juin 1798 du typhus.

Albert-Casimir de Saxe-Teschen se consacre alors à sa collection d'art.

À côté de son palais, Albert-Casimir de Saxe-Teschen fait élever par Canova un mémorial en l'honneur de Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine , son épouse.



Naissance de Charles-Albert de Savoie-Carignan

Charles-Albert de Savoie-Carignan en italien Carlo-Alberto di Savoia-Carignano ou Carlo Alberto Emanuele Vittorio Maria Clemente Saverio Giulio e Saverio en niçois Càrlou-Aubert naît dans le palais Carignan à Turin le 2 octobre 1798, fils de Charles-Emmanuel de Savoie-Carignan et de Marie-Christine Albertine de Saxe.



Déportation en France de Charles-Emmanuel de Savoie-Carignan

En 1800, Charles-Emmanuel de Savoie-Carignan est néanmoins déporté en France par Napoléon Ier alors maître du nord de l'Italie.

Charles-Albert de Savoie-Carignan est mis en pension à Genève, chez Vaucher, un disciple de Jean-Jacques Rousseau, puis au Lycée de Bourges et enfin à Paris, où il est touché par les idées révolutionnaires.

Charles-Albert de Savoie-Carignan y puise des idées libérales et se passionne pour l'indépendance de l'Italie.



Naissance d'Honoré Théodoric d'Albert

Honoré Théodoric d'Albert naît en 1803, fils de Charles-Marie d'Albert.



Mort de Louis Joseph Charles Amable d'Albert

Charles-Marie d'Albert Duc de Luynes

Louis Joseph Charles Amable d'Albert meurt en 1807.

Charles-Marie d'Albert devient 7e Duc de Luynes



Naissance de Frédéric Henri Albert de Prusse

Frédéric Henri Albert de Prusse naît à Königsberg le 4 octobre 1809, fils de Frédéric-Guillaume III de Prusse et de Louise de Mecklembourg-Strelitz.


Thérèse de Saxe-Hildburghausen

Mariage de Louis Ier de Bavière avec Thérèse de Saxe-Hildburghausen

Il acquiert très jeune un goût pour les arts, et effectue de nombreux voyages en Italie.

Louis Ier de Bavière prend part aux guerres napoléoniennes d'abord dans les troupes de Napoléon Ier.

Maximilien Ier Joseph de Bavière, son père, ne désire pas mésallier Louis Ier de Bavière avec une "napoléonide".

Louis Ier de Bavière épouse en 1810 Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Leurs enfants sont :

Les festivités à l'occasion de ces noces sont à l'origine de la première Oktoberfest.



Mariage d'Albert de Rocca avec Anne-Louise Germaine Necker

Anne-Louise Germaine Necker est veuve d'Erik Magnus de Staël-Holstein.

Albert de Rocca épouse en 1811Anne-Louise Germaine Necker. Leur enfant est :

Albert de Rocca est de 22 ans son cadet.



Charles-Albert de Savoie-Carignan Sous-lieutenant des dragons

Nommé sous-lieutenant des dragons par Napoléon Ier en 1814, Charles-Albert de Savoie-Carignan se retire dans les domaines de sa famille après le Congrès de Vienne qui le reconnaît comme prince héréditaire de Sardaigne en l'absence de descendants légitimes de la branche aînée de la maison de Savoie.


Famille de Charles-Louis de Teschen

Mariage de Charles-Louis de Teschen avec Henriette Alexandrine de Nassau-Weilburg

Charles-Louis de Teschen épouse en 1815 Henriette Alexandrine de Nassau-Weilburg (1797-1829), fille de Frédéric-Guillaume de Nassau-Weilburg et de Louise de Sayn-Hachenburg-Kirchberg. Leurs enfants sont :


Achille Léonce Victor Charles de Broglie Albertine Ida Gustavine de Staël-Holstein

Mariage d'Achille Léonce Victor Charles de Broglie avec Albertine Ida Gustavine de Staël-Holstein

Achille Léonce Victor Charles de Broglie (1785-1870) épouse à Livourne le 15 ou le 20 février 1816 Albertine Ida Gustavine de Staël-Holstein. Leurs enfants sont :


Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg

Mariage d'Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld avec Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg

Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld épouse le 3 ou le 31 juillet 1817 Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg. Leurs enfants sont :

Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg mène rapidement une existence malheureuse, ponctuée par des infidélités mutuelles.



Mariage d'Ernst Anton Carl Ludwig Ier de Saxe-Coburg et Gotha avec Luise von Sachsen-Gotha-Altenburg

Ernst Anton Carl Ludwig Ier de Saxe-Coburg et Gotha épouse le 21 juillet 1817 Luise de Saxe-Gotha-Altenburg (1800-1831), Princesse de Saxe-Altenburg. Leurs enfant sont :


Marie-Thérèse Albertine de Toscane Marie-Thérèse Albertine de Toscane

Mariage de Charles-Albert de Savoie-Carignan avec Marie-Thérèse Albertine de Toscane

Malgré ses positions anti-autrichiennes, Charles-Albert de Savoie-Carignan épouse à Florence le 3 ou le 30 septembre 1817 Marie-Thérèse Albertine de Toscane, fille de Ferdinand III de Toscane et de Louise-Marie de Bourbon-Siciles. Leurs enfants sont :

Ce mariage, suivant les coutumes de l'époque, est arrangé par la famille et notamment par Marie-Thérèse d'Autriche-Este.

Les Savoie souhaitent ainsi renforcer la dynastie tout en tempérant le caractère de Charles-Albert de Savoie-Carignan.



Naissance d'Albert d'Autriche

Albert d'Autriche naît en 1817, fils de Charles-Louis de Teschen et d'Henriette Alexandrine de Nassau-Weilburg.


Édouard-Auguste de Kent duc de Kent et de Strathearn

Mariage d'Édouard-Auguste de Kent avec Marie-Louise-Victoria de Saxe Cobourg-Saalfeld

Marie-Louise-Victoria de Saxe Cobourg-Saalfeld est veuve de Charles de Linange.

Édouard-Auguste de Kent épouse le 29 mai 1818 Marie-Louise-Victoria de Saxe Cobourg-Saalfeld. Leur enfant est :



Frédéric Henri Albert de Prusse Sous-lieutenant de l'armée du royaume de Prusse

En 1819, Frédéric Henri Albert de Prusse est sous-lieutenant de l'armée du royaume de Prusse.



Naissance d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha

Franz August Karl Albert Emanuel von Sachsen Coburg und Gotha ou François Auguste Charles Albert Emmanuel de Saxe-Cobourg et Gotha ou Albert de Saxe-Cobourg-Gotha naît au château de Rosenau près de Cobourg le 26 août 1819, fils d'Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld et de Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg.



Naissance de Victor-Emmanuel II de Savoie

Victor-Emmanuel II de Savoie, en italien Vittorio Emanuele II di Savoia, naît à Turin le 14 mars 1820, fils de Charles-Albert de Savoie-Carignan et de Marie-Thérèse Albertine de Toscane.



Insurrection au royaume de Sardaigne

Abdication de Victor-Emmanuel Ier de Savoie

Charles-Félix de Savoie Roi de Sardaigne

Charles-Félix de Savoie Roi de Chypre et de Jérusalem

Charles-Félix de Savoie Duc de Savoie

Victor-Emmanuel Ier de Savoie est menacé par une insurrection révolutionnaire en 1821. Charles-Albert de Savoie-Carignan commande l'artillerie du roi.

Victor-Emmanuel Ier de Savoie préfère abdiquer plutôt que d'accorder une constitution.

Charles-Albert de Savoie-Carignan devient régent le 13 mars 1821 en lieu et place du nouveau roi, Charles-Félix, alors à Modène. Il proclame aussitôt une constitution, inspirée de celle des Cortès d'Espagne de 1812, et institue une junte provisoire.

Mais, dès le 21 mars 1821 Charles-Albert de Savoie-Carignan est forcé de se retirer devant l'intervention autrichienne. Exilé en Toscane, Charles-Albert de Savoie-Carignan reste longtemps en disgrâce.

Charles-Félix de Savoie, frère de Victor-Emmanuel Ier de Savoie, devient Roi de Sardaigne, Roi de Chypre et de Jérusalem.

Charles-Félix de Savoie :



Mort d'Albert-Casimir de Saxe-Teschen

Charles-Louis de Teschen Duc de Teschen

Albert-Casimir de Saxe-Teschen meurt à Vienne le 10 février 1822.

Il est inhumé dans la crypte impériale.

Albert-Casimir de Saxe-Teschen et Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine repose dans les tombes 111 et 112.

Charles-Louis de Teschen, son neveu et fils adoptif, hérite du duché de Teschen.

Albert-Casimir de Saxe-Teschen lui lègue sa collection d'art.


Alexandrine de Prusse

Mariage de Paul-Frédéric de Mecklembourg-Schwerin avec Alexandrine de Prusse

Paul-Frédéric de Mecklembourg-Schwerin épouse à Berlin le 25 mai 1822 Alexandrine de Prusse. Leurs enfants sont :



Naissance de Ferdinand de Savoie

Ferdinand Marie Albert Amédée Philibert Vincent ou Ferdinand de Savoie naît à Florence le 15 novembre 1822, fils de Charles-Albert de Savoie-Carignan et de Marie-Thérèse Albertine de Toscane.



Mariage de Jean Ier de Saxe avec Amélie Augusta de Bavière

Jean Ier de Saxe épouse à Dresde le 21 novembre 1822 Amélie Augusta de Bavière (à Munich le 13 novembre 1801-à Dresde le 8 novembre 1877), fille de Maximilien Ier de Bavière et de Caroline de Bade. Leurs enfants sont :

Six enfants d'entre eux meurent dans la fleur de l'âge :



Expédition d'Espagne

Prise de Pampelune

En 1823, une expédition est organisée pour réduire la rébellion des libéraux espagnols

Charles-Albert de Savoie-Carignan y participe pour faire oublier ses actions libérales.

Achille Baraguey d'Hilliers prend part à cette campagne d'Espagne de 1823 à 1825.

Charles Louis Constant d'Agoult et Léonce-Louis-Melchior de Vogüé participent à cette campagne.

Gaston François Félix Christophe Victor de Lévis prend part à cette expédition, comme chef de bataillon.

Jacques Jean Alexandre Bernard Law commande le 2e corps de réserve de l'armée des Pyrénées.

Alexandre Gaulthier de Rigny a un commandement dans l'armée d'Espagne et s'y distingue par son courage et par son humanité.

Guillaume Dode de la Brunerie commande le génie dans l'expédition d'Espagne .

Guillaume Dode de la Brunerie emporte le palais du Trocadéro.

Guillaume Dode de la Brunerie assiège Cadix.

Victor-Guy Duperré commande l'escadre chargée du blocus de Cadix.

Jacques Jean Alexandre Bernard Law assiège et prend Pampelune le 17 septembre 1823.

Jacques Jean Alexandre Bernard Law est nommé chevalier du Saint-Esprit et de l'ordre espagnol de la Toison d'Or.

À son retour de France, Jacques Jean Alexandre Bernard Law est nommé grand veneur.


Abbaye de Hautecombe

Restauration de l'abbaye d'Hautecombe

Charles-Félix de Savoie visite ses terres de Savoie le 29 juillet 1824.

Après les dégradations commises lors de la révolution française, il rachète l'abbaye d'Hautecombe et les terres qui en dépendent le 28 août 1824.

Il le fait reconstruire l'église par Ernest Melano, un architecte piémontais, telle qu'elle était dans le passé.

Le style adopté, gothique troubadour, surprend par son exubérance, mais est toutefois très représentatif de cette époque, à l'instar du pont Charles-Albert supendu au-dessus des Usses, entre Cruseilles et Allonzier-la-Caille, en Haute-Savoie.

Chose étonnante, l'achat et la restauration sont financés par les deniers personnels du Roi qui veut faire de cette église une sorte de grand mausolée à la mémoire de ses ancêtres.



Mariage de Georges de Saxe-Altenbourg avec Marie de Mecklembourg

Georges de Saxe-Altenbourg épouse le 7 octobre 1825 Marie de Mecklembourg (morte en 1862), fille de Frédéric de Mecklembourg. Leurs enfants sont :


Anselm Salomon de Rothschild avec sa famille - par Charlotte Nathan Rothschild, son épouse - 1838 - On peut voir une partie de la collection de Anselm Salomon von Rothschild derrière elle

Mariage d'Anselm Salomon de Rothschild avec Charlotte Nathan Rothschild

Anselm Salomon de Rothschild épouse le 11 septembre 1826 Charlotte Nathan Rothschild, fille de Nathan Mayer Rothschild, son oncle, de la branche de Londres, et de Hannah Cohen. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert Frédéric de Saxe

Albert Frédéric de Saxe naît à Dresde le 23 avril 1828 fils de Jean Ier de Saxe et d'Amélie Augusta de Bavière.



Charles-Albert de Savoie-Carignan Vice-roi de Sardaigne.

Charles-Albert de Savoie-Carignan est nommé Vice-roi de Sardaigne en 1829.



Mariage d'Alméric Alexandre Berthier de Lasalle avec Jeanne de Vanssay

Alméric Alexandre Berthier de Lasalle épouse à Mulsanne dans la Sarthe le 30 novembre 1829 Jeanne de Vanssay (1806-1891). Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric Henri Albert de Prusse avec Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

Frédéric Henri Albert de Prusse épouse le 14 septembre 1830 Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau, sa cousine, fille de Guillaume Ier des Pays-Bas et de Wilhelmine de Prusse (1774-1837). Leurs enfants sont :

Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau tient de sa mère le château de Kamenz.

Elle le fait restaurer par Karl Friedrich Schinkel.

Ses enfants naissent dans ce château.


Gustave de Suède

Mariage de Gustave de Suède avec Louise de Bade

Dans un souci de rapprochement avec les Hochberg, Stéphanie de Beauharnais marie sa fille Louise de Bade à son cousin Gustave de Suède.

Gustave de Suède épouse en 1831 Louise, fille de Charles II Frédéric de Bade et de Stéphanie de Beauharnais. Leurs enfants sont :

Le mariage ne sera pas heureux.



Naissance de Frédérique-Charlotte de Prusse

Frédérique-Charlotte de Prusse naît en 1831, fille de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau.


Charles-Albert de Savoie-Carignan Charles-Albert de Savoie-Carignan

Mort de Charles-Félix de Savoie

Charles-Albert de Savoie-Carignan Roi de Sardaigne

Soulèvements de Chambéry, de Turin, de Gênes et d'Alexandrie

Charles-Félix de Savoie meurt pieusement au palais royal de Turin le 27 avril 1831, sans enfant.

Il est inhumé en l'abbaye royale d'Hautecombe en Savoie, 334 années après le dernier Comte de Savoie.

La lignée des Savoie s'éteint par les mâles.

Charles-Albert de Savoie-Carignan, son cousin, lui succède et devient Roi de Sardaigne.

Le nouveau roi commence son règne en montrant qu'il ne veut pas changer quoi que ce soit dans l'ordre établi.

Giuseppe Mazzini, bien que révolutionnaire républicain, lui envoie une lettre publiée à Marseille l'incitant à devenir roi d'Italie et à se mettre à la tête du mouvement national italien. Charles-Albert de Savoie-Carignan refuse de l'entendre

Charles-Albert de Savoie-Carignan s'engage dans une sévère répression contre les soulèvements de Chambéry, de Turin, de Gênes et d'Alexandrie (une quinzaine d'exécutions).

Le 18 août 1831, Charles-Albert de Savoie-Carignan instaure un Conseil d'État, héritage du Conseil d'État napoléonien, qu'il préside et composé :

Cet organe est uniquement consultatif, des tribunaux spéciaux règlent les controverses avec l'autorité.



Mariage de Meyer Joseph Cahen avec Clara Bischoffsheim

Meyer Joseph Cahen d'Anvers épouse Clara Bischoffsheim (1810-1876). Leurs enfants sont :

La chronique mondaine, souvent antisémite, surnomme ironiquement :



Rencontre d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne

En 1835, Victoria de Grande-Bretagne princesse Victoria rencontre Albert de Saxe-Cobourg-Goth, son cousin germain.

Guillaume IV de Grande-Bretagne désapprouve l'union mais ses objections ne réussissent pas à dissuader les jeunes gens.



Alliance de la Sardaigne avec l'Autriche

Charles-Albert de Savoie-Carignan devient un ardent défenseur de l'absolutisme s'opposant à la révolution de Juillet par une alliance conclue avec l'Autriche qui est ratifiée en 1836.

En cas de guerre avec la France, Charles-Albert de Savoie-Carignan serait le commandant suprême des armées austro-sardes.



Création d'Albertville

En Savoie en 1836, Charles-Albert de Savoie-Carignan fait réunir les bourgs de Conflans et de l'Hôpital en une seule cité, qui prend le nom d'Albertville en son honneur.


Famille royale des Deux-Siciles vers 1857

Mariage de Ferdinand II des Deux-Siciles avec Marie-Thérèse de Habsbourg-Lorraine-Teschen

Ferdinand II des Deux-Siciles est veuf de Marie Christine de Savoie.

Ferdinand II des Deux-Siciles épouse à Naples le 27 janvier 1837 Marie-Thérèse de Habsbourg-Lorraine-Teschen (1816-1867), fille de Charles Louis de Habsbourg-Lorraine, Archiduc d'Autriche, et d'Henriette de Nassau-Weilburg. Leurs enfants sont :

François II des Deux-Siciles reçoit de Ferdinand II des Deux-Siciles, son père, et de Marie-Thérèse de Habsbourg-Lorraine-Teschen, sa belle-mère, une éducation fortement religieuse, dispensée par des pères jésuites.



Naissance d'Albert de Prusse

Albert de Prusse naît en 1837, fils de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau.


Hélène de Mecklembourg-Schwerin et son fils Philippe - par Franz Xaver Winterhalter – 1839 - Château de Versailles

Mariage de Ferdinand-Philippe d'Orléans avec Hélène de Mecklembourg-Schwerin

Louis-Philippe Ier de France entreprend des travaux de restauration au château de Fontainebleau dirigés par Alaux, Picot, et Abel de Pujol.

Il fait refaire la décoration intérieure et l'ameublement.

Ferdinand-Philippe d'Orléans épouse à Fontainebleau le 30 mai 1837 Hélène de Mecklembourg-Schwerin. Leurs enfants sont :



Mort de Marie Françoise Maximilienne de Saint-Mauris-Montbarrey

Marie Françoise Maximilienne de Saint-Mauris-Montbarrey réclame en vain pendant des années le douaire important que lui accorde son contrat de mariage avec Henry Louis Charles Albert de Nassau-Saarbrücken.

Marie Françoise Maximilienne de Saint-Mauris-Montbarrey meurt à Maisons-Alfort le 2 février 1838.

Elle est la dernière de sa famille et du nom de Saint-Mauris-Montbarrey.

Son héritier est Joseph de Besiade, Duc d'Avaray, son cousin germain.



Mariage de Gabriel Félix Elzéar de Vogüé avec Blanche de Vogüé

Gabriel Félix Elzéar de Vogüé épouse en 1838 Blanche de Vogüé, sa cousine. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Philippe Albert d'Orléans

Louis Philippe Albert d'Orléans Comte de Paris

Louis Philippe Albert d'Orléans naît au palais des Tuileries à Paris le 24 août 1838, fils de Ferdinand-Philippe d'Orléans et d'Hélène de Mecklembourg-Schwerin.

À sa naissance, il reçoit le titre de Comte de Paris.



Mort de Charles-Marie d'Albert de Luynes

Honoré Théodoric d'Albert de Luynes Duc de Luynes

Charles-Marie d'Albert de Luynes meurt en 1839.

Honoré Théodoric d'Albert de Luynes devient 8e Duc de Luynes


Mariage de la Reine Victoria et du prince Albert - d'après un dessin de Sir Georges Hayter

Mariage d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha avec Victoria de Grande-Bretagne

Le 6 février 1840, Victoria de Grande-Bretagne accorde à Albert de Saxe-Cobourg-Gotha le titre d'altesse royale.

Albert de Saxe-Cobourg-Gotha épouse dans la chapelle royale du palais Saint-James le 10 février 1840 Victoria de Grande-Bretagne. Leurs enfants sont :

Beaucoup d'historiens ont suggéré qu'Albert n'est alors pas amoureux de Victoria et qu'il est entré en relation avec elle :

Quelles que soient ces raisons, leur mariage se révèle extrêmement heureux.



Tentative d'assassinat de Victoria de Grande-Bretagne

Pendant la première grossesse de Victoria de Grande-Bretagne, Edward Oxford, 18 ans, tente de l'assassiner tandis qu'elle se rend dans une voiture à Londres avec Albert de Saxe-Cobourg-Gotha.

Il tire deux fois, mais les 2 balles manquent leur cible. Il est jugé pour haute trahison, mais acquitté après avoir été reconnu fou.

Nombreux sont ceux qui se sont interrogés sur son geste ; Oxford peut simplement avoir cherché la notoriété.

Des soupçons de conspiration suscitent dans le pays une vague de patriotisme et de loyauté. L'attentat n'a aucun effet sur la santé de la reine ni sur sa grossesse.



Naissance de Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni

Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni naît au Palais de Buckingham à Londres le 21 novembre 1840, fille d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne.


Alexandre II de Russie avec son épouse Maria Alexandrovna et Alexandre III de Russie leur fils Maximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt Maximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt

Mariage d'Alexandre II de Russie avec Maximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt

Alexandre II de Russie voyant Maximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt pour la première fois tombe amoureux.

Alexandre II de Russie épouse à Saint-Pétersbourg le 16 ou le 28 avril 1841 Maximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :

Marie de Hesse-Darmstadt se convertit à l'orthodoxie et est rebaptisée Maria Alexandrovna.

La passion d'Alexandre II de Russie s'émoussera avec le temps



Baptême de Louis Philippe Albert d'Orléans

Louis Philippe Albert d'Orléans est baptisé en la cathédrale Notre-Dame de Paris le 2 mai 1841.

Son parrain est Louis-Philippe Ier de France.

Sa marraine est Louise-Marie-Amélie de Bourbon-Siciles.



Naissance d'Édouard VII de Grande-Bretagne

Albert Edward ou Édouard VII de Grande-Bretagne, surnommé Bertie tout au long de sa vie, naît au palais de Buckingham le 9 novembre 1841, fils d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne.

Sa mère le titre Prince de Galles et Comte de Chester le 8 décembre 1841.

En tant que fils aîné d'un souverain britannique, il est automatiquement Duc de Cornouailles et de Rothesay, Comte de Carrick, Baron Renfrew, Lord des Îles et Prince et Grand sénéchal d'Écosse.

En tant que fils d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, il est Prince de Saxe-Coburg-Gotha et Duc de Saxe.



Baptême d'Édouard VII de Grande-Bretagne

Édouard VII de Grande-Bretagne est baptisé Albert Édouard à la chapelle Saint-Georges à Windsor le 25 janvier 1842.


Nathaniel de Rothschild Charlotte James de Rothschild

Mariage de Nathaniel de Rothschild avec Charlotte James de Rothschild

Nathaniel de Rothschild épouse Paris IIe, le 16 août 1842 ou 1843 Charlotte James de Rothschild, sa cousine, fille de Jacob James Jacques Mayer de Rothschild et de Betty Salomon de Rothschild. Leurs enfants sont :



Louis Philippe Albert d'Orléans Prince royal

Louis-Philippe Ier de France titra Louis Philippe Albert d'Orléans prince royal en 1842.



Mariage d'Édouard Charles Guillaume Christian de Saxe-Altenbourg avec Louise-Caroline de Reuss-Greiz

Édouard Charles Guillaume Christian de Saxe-Altenbourg est veuf d'Amalie Antonia Carolina Adriana de Hohenzollern-Sigmaringen.

Édouard Charles Guillaume Christian de Saxe-Altenbourg épouse à Greiz, le 8 mars 1842 Louise-Caroline de Reuss-Greiz ou von Reuss zu Greiz, fille du Prince Henri XIX de Reuss-Greiz. Leurs enfants sont :



Naissance d'Alexandrine de Prusse

Alexandrine de Prusse naît en 1842, fille de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau.


Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine

Mariage de Victor-Emmanuel II de Savoie avec Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine

L'alliance entre la Sardaigne et l'Autriche est consolidée.

Victor-Emmanuel II de Savoie épouse à Stupinigi (Turin) le 12 avril 1842 Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine, sa cousine. Leurs enfants sont :



Premier voyage par le train de Victoria de Grande-Bretagne

Le 13 juin 1842, Victoria de Grande-Bretagne fait son premier voyage par le train, voyageant de la station de Slough (près du Château de Windsor) au Bishop's Bridge, près de Paddington (à Londres), dans une voiture royale spéciale fournie par la Great Western Railway.

Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, son mari, et Isambard Brunel, l'ingénieur de la Great Western Railway, l'accompagnent.



Nouvelles tentatives d'assassinat de Victoria de Grande-Bretagne

Albert de Saxe-Cobourg-Gotha estime que les nouvelles tentatives ont été encouragées par l'acquittement d'Edward Oxford en 1840.

Le 29 mai 1842 à St. James' Park, John Francis (cherchant fort probablement à gagner une certaine notoriété) tire au pistolet sur la reine (alors en voiture), mais il est immédiatement saisi par William Trounce.

Il est condamné pour haute trahison, mais sa condamnation à mort est commuée en détention à vie.

Le 3 juillet 1842, un autre jeune homme, John William Bean, tire sur la reine.

Bien que son fusil n'ait été chargé que de papier et de tabac, son crime reste passible de la peine de mort.

Estimant une telle peine trop dure, Albert de Saxe-Cobourg-Gotha encourage le Parlement à voter une loi, selon laquelle :

est passible d'un emprisonnement de 7 ans et de flagellation.

John William Bean est ainsi condamné à 18 mois de prison.

Cependant ni lui, ni aucun justiciable ne seront jamais fouettés pour un délit similaire.


Ferdinand-Philippe d'Orléans - par Dominique Ingres - 1842

Mort de Ferdinand-Philippe d'Orléans

Ferdinand-Philippe d'Orléans reçoit le commandement en chef de l'armée d'opération sur la Marne.

Ferdinand-Philippe d'Orléans conduit Hélène de Mecklembourg-Schwerin, son épouse, à Plombières. À son retour, Ferdinand-Philippe d'Orléans se dispose à partir pour Saint-Omer, où il doit passer en revue une partie de son armée.

Ferdinand-Philippe d'Orléans se rend le 13 juillet 1842 à Neuilly-sur-Seine pour faire ses adieux à sa famille.

Les chevaux de sa calèche s'étant emportés, le prince veut s'élancer de la voiture et se brise la tête sur le pavé.

Ferdinand-Philippe d'Orléans meurt quelques heures plus tard.

Alfred de Musset évoque cet accident dans son poème Le Treize Juillet.

Les Chambres dissoutes la veille sont convoquées de nouveau.

Elles votent à une immense majorité la loi qui leur est proposée. Elle fait de Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans le régent en cas d'accession au trône de Louis Philippe Albert d'Orléans, le fils de Ferdinand-Philippe d'Orléans.

Mais les réserves de Louis Charles Philippe Raphaël d'Orléans, qui ne cache pas ses sympathies légitimistes, et son peu d'attrait pour les fonctions publiques, rendent le Prince impopulaire auprès de l'opinion française.


Wilhelmine Marie Sophie Louise d'Orange-Nassau

Mariage de Charles-Alexandre de Saxe-Weimar-Eisenach avec Wilhelmine Marie Sophie Louise d'Orange-Nassau

Charles-Alexandre de Saxe-Weimar-Eisenach épouse le 8 octobre 1842 Wilhelmine Marie Sophie Louise d'Orange-Nassau (1824-1897), sa cousine utérine, fille de Guillaume II des Pays-Bas et d'Anna Pavlovna de Russie. Leurs enfants sont :



Naissance d'Alice Maud Mary de Saxe-Cobourg-Gotha

Alice Maud Mary de Saxe-Cobourg-Gotha naît le 25 avril 1843, fille d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne.



Naissance d'Alfred Ernest Albert de Saxe-Coburg-Gotha

Alfred Ernest Albert de Saxe-Coburg-Gotha naît le 6 août 1844, fils d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne.



Mariage d'Albert d'Autriche avec Hildegarde de Wittelsbach

Albert d'Autriche épouse en 1844 Hildegarde de Wittelsbach, fille de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Leur enfant est :


Tombe de Joseph Bonaparte - aux Invalides

Mort de Joseph Bonaparte

Joseph Bonaparte meurt à Florence le 28 juillet 1844.

Son corps se trouve aujourd'hui aux Invalides aux côtés de son frère, Napoléon Ier.

Homme simple dans ses manières, cultivé, honnête, soucieux du bien public, Joseph Bonaparte l'est également de sa dignité royale.

Bien que non dénué de qualités, il souffre de la comparaison avec Napoléon Ier.

Il aime et cultive les lettres.

Il laisse des Mémoires et une Correspondance, qui seront publiés par Albert du Casse de 1852 à 1854 (Paris, 10 volumes in-8), et qui apportent de nombreuses informations sur l'histoire du Premier Empire.


Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau à l'âge de 30 ans - une femme bafouée (Koelman,1840) Johannes van Rossum

Liaison de Joachim van Rossum avec Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

Très pieuse et charitable, Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau n'use pas moins à la cour de Berlin d'une très grande liberté de parole et d'action.

Cela lui aliène rapidement :

Après avoir donné le jour à 5 enfants, lasse des infidélités de Frédéric Henri Albert de Prusse et de ses manières curiales, défiant les convenances, Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau s'éprend de Johannes van Rossum (né vers 1809), son cocher, et s'enfuit avec lui en mars 1845. Leur enfant est :

Ils voyagent autour de la Méditerranée et se marie peu de temps après en Italie,

Frédéric-Guillaume IV de Prusse refuse à Frédéric Henri Albert de Prusse et à Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau l'autorisation de divorcer.



Naissance d'Amédée Ier d'Espagne

Amédée de Savoie ou Amédée Ier d'Espagne ou en espagnol Amadeo I de España naît à Turin le 30 mai 1845, fils de Victor-Emmanuel II de Savoie et de Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine.

Il est titré à sa naissance duc d'Aoste par Charles-Albert de Savoie-Carignan.



Naissance d'Albert Cahen d'Anvers

Albert Cahen d'Anvers naît à Anvers le 8 janvier 1846, fils de Meyer Joseph Cahen et de Clara Bischoffsheim.



Baisse des droits de douanes au royaume sarde

En 1846, Charles-Albert de Savoie-Carignan baisse fortement les droits de douanes.



Mariage de Charles III Grimaldi avec Antoinette de Mérode-Westerloo

Mariage d'Emanuele Dal Pozzo avec Louise Caroline Ghislaine de Merode

Charles III Grimaldi épouse le 28 septembre 1846 Antoinette de Mérode-Westerloo, fille de Werner de Mérode-Westerloo. Leur enfant est :

Emanuele ou Charles-Emmanuel Dal Pozzo (1789-1864), de La Cisterne, épouse à Loverval en Belgique le 26 septembre 1846 Louise Caroline Ghislaine de Merode(1819-1868). Leur enfant est :



Naissance de Charles Honoré Emmanuel d'Albert

Charles Honoré Emmanuel d'Albert naît en 1846, fils d'Honoré Théodoric d'Albert.



Réforme judiciaire au royaume sarde

En octobre 1847, Charles-Albert de Savoie-Carignan décide la publicité des débats judiciaires et la création d'une cour de cassation.

Désormais l'état-civil est de la responsabilité des communes. Les conseils municipaux sont élus et des assemblées provinciales sont formées de notables choisis qui administrent les provinces sous l'autorité des intendants royaux.


Journées de Milan

Les 5 journées de Milan

Première guerre d'indépendance de l'Italie

En 1848, Milan est la capitale du royaume de Lombardie-Vénétie, qui fait partie de l'Empire autrichien

Dans Milan, le mécontentement règne depuis quelque temps.

Le 1er janvier 1848, les habitants lancent une campagne antiautrichienne en boycottant le tabac et les jeux de hasard qui sont alors des monopoles autrichiens et assurent à l'Empire plus de 5 000 000 de lires de revenu par an.

En représailles, Rainier d'Autriche, Vice-roi de Lombardie-Vénétie, ordonne aux soldats de patrouiller dans les rues avec des cigares et d'interpeller les passants pour les inciter à fumer.

Le 3 janvier 1848, ces provocations culminent en une sanglante bataille de rue : quelques soldats sont insultés et blessés par des jets de pierre, provoquant l'envoi de divisions, armées d'épées et de baïonnettes, qui chargent la foule, tuant 6 et blessant 80 Milanais.

Joseph Radetzky, alors commandant en chef de l'armée autrichienne en Lombardie-Vénitie, horrifié par la réaction disproportionnée de son armée, met à pied la garnison de Milan pendant 5 jours.

Les troubles s'arrêtent pendant 2 mois.

Mais la révolte à Palerme, suivie par la promulgation du Statuto Albertino à Turin et l'octroi de constitutions dans le grand-duché de Toscane et à Rome avivent les espérances démocratiques des Milanais.

Ainsi, lorsque la nouvelle des émeutes de Vienne et de la chute Clément-Wenceslas de Metternich parviennent à Milan le 17 mars 1848, les habitants décident de profiter de l'occasion pour organiser le lendemain une grande manifestation pacifique devant le palais du gouverneur, afin d'exiger des concessions visant à donner plus d'autonomie à Milan et à transférer la responsabilité de l'ordre public à la municipalité.

Joseph Radetzky tient la ville d'une main de fer et n'a pas l'intention de céder.

La manifestation pacifique se transforme en assaut de la population contre la garnison autrichienne.

Surpris, Joseph Radetzky se réfugie dans le château Sforzesco avec 8 000 hommes.

Cependant, il n'est pas assiégé et est encore en possession de presque tous les bâtiments publics.

Mais la ville entière est devenue une zone de combat.

Les habitants érigent des barricades, tirent par les fenêtres et les toits, envoient des messages à la population des campagnes pour l'exhorter à prendre part à la lutte.

La rareté des armes à feu conduit les Milanais à utiliser les canons exposés dans les musées.

Les routes sont couvertes de fer et de verre afin d'empêcher l'action de la cavalerie.

Le 20 mars 1848, Joseph Radetzky ordonne à ses hommes de se retrancher à l'intérieur du château, ce qui permet aux Milanais d'accrocher symboliquement le drapeau tricolore sur la flèche de la cathédrale.

Un conseil de guerre est créé sur l'initiative :

Ce conseil de guerre prend le commandement des opérations.

Dans la nuit du 21 au 22 mars 1848, un gouvernement provisoire est mis en place dirigé par Gabrio Casati.

La résistance et organisée avec intelligence et minutie, mettant à contribution les employés du cadastre et les ingénieurs afin de savoir la meilleure façon de se déplacer en ville.

Les martinitt (orphelins) sont héroïques en tant que messagers reliant les différents points de la ville avec le conseil de guerre.

La situation semble bloquée et Joseph Radetzky envoie une offre de trêve qui divise le conseil de guerre entre les modérés et les démocrates.

Gabrio Casati et les nobles sont partisans d'accepter l'offre et de demander l'aide de Charles-Albert de Savoie-Carignan qui attend près de Novarre une demande signée par le gouvernement provisoire pour entrer avec ses troupes en Lombardie-Vénétie.

Pour eux, l'intervention des troupes de Savoie est nécessaire pour vaincre l'armée autrichienne dans une véritable campagne militaire et pour prévenir une éventuelle dégénérescence révolutionnaire.

Pour les démocrates, dont Carlo Cattaneo, Pompeo Litta et Giulio Terzaghi, la révolution triompherait d'elle-même, sans aide extérieure, et une alliance avec Charles-Albert de Savoie-Carignan ne serait possible qu'à partir d'une position d'égalité.

Dans un premier temps, ce sont ces derniers qui gagnent et la trêve est refusée.

Le 22 mars 1848 au matin, les rues sont sous le contrôle des insurgés, tandis que les Autrichiens sont réfugiés au château Sforzesco.

Voyant la situation sans issue, Joseph Radetzky ordonne la retraite en bon ordre de ses troupes et se réfugie vers le quadrilatère formé par les forteresses de Peschiera, Mantoue, Legnago et Vérone, laissant le reste du territoire de Lombardie-Vénétie libre.

Au même moment, pour des raisons politiques, le conseil de guerre de Milan dépêche un messager à Turin pour demander officiellement l'entrée des troupes de Charles-Albert de Savoie-Carignan en Lombardie



Première guerre d'indépendance italienne

Siège de Venise

Armistice Salasco

Le 23 mars 1848, Charles-Albert de Savoie-Carignan déclare la guerre à l'Autriche.

La première guerre d'indépendance de l'Italie commence.

Elle implique:

Ses armées auraient dû être rejointes par une importante force expéditionnaire de Royaume des Deux-Siciles (environ 16 000 hommes).

Ces renforts partent effectivement de Naples, mais, arrivée au Pô et alors qu'elle s'apprête à entrer dans la Vénétie, ils reçoivent l'ordre de Ferdinand II des Deux-Siciles de revenir à Naples.

Le général Guglielmo Pepe, en vieux patriote, refuse l'ordre de Ferdinand II des Deux-Siciles et avec l'artillerie et le génie, il rejoint Venise, où il reçoit le commandement suprême des troupes et participe au long siège de la ville.

Guglielmo Pepe ne peut soutenir Giovanni Durando, commandant en chef de l'expédition des États pontificaux car, le 29 avril 1848, Pie IX, au cours d'une allocution au consistoire condamne la guerre.

La soudaine volte-face de Ferdinand II des Deux-Siciles décide du sort de la guerre, car l'armée pontificale de Giovanni Durando n'est pas en mesure, seule, d'empêcher la jonction du corps d'armée autrichien de Nugent, avec le gros des troupes de Joseph Radetzky à Vérone.

Giovanni Durando est attaqué à 2 reprises à Vicence.

La première fois il repousse Nugent lors des 5 journées de Vicence,

La seconde fois, il ne peut rien contre l'armée autrichienne entière composée d'environ 40 000 hommes, commandée par d'Aspre lors de la bataille du 10 juin 1848.

En conséquence, les villes de la Vénétie qui avaient été libérée, tombent.

Seule la ville-forteresse de Venise résiste et Giovanni Durando se retire du conflit.

Une éventuelle réduction de la Lombardie-Vénétie aurait inévitablement conduit à un élargissement du Royaume de Sardaigne de Charles-Albert de Savoie-Carignan lequel se démène déjà, avec le consentement de la population, pour l'annexion du petit duché de Parme aux mains, aussi, de Bourbons.

Le 12 mai 1848, le plébiscite pour l'union de la Lombardie au Royaume de Sardaigne est annoncé.

Ce plébiscite se conclut triomphalement le 8 juin 1848.

Même en Sicile, le gouvernement révolutionnaire relance l'ancien royaume et envoie une délégation à Turin pour offrir la couronne à un prince de Savoie bien que Charles-Albert de Savoie-Carignan n'ait pas donné le moindre signe d'approbation.

Elle prend fin le 9 août 1848, au détriment du Royaume de Sardaigne avec la signature de l'armistice Salasco.

Cette insurrection constitue, pour les Italiens, un des actes les plus glorieux du Risorgimento.



Meyer Joseph Cahen Comte

Meyer Joseph Cahen reçoit le titre de comte de Charles-Albert de Savoie-Carignan, qu'il soutient financièrement en 1848.


Charles-Albert de Savoie-Carignan lors de la signature de la constitution du Royaume sarde

Mise en place d'une Constitution au Royaume sarde

Revenant aux idées de sa jeunesse, Charles-Albert de Savoie-Carignan abolit la monarchie absolue.

Charles-Albert de Savoie-Carignan accorde à ses sujets le 4 mars 1848, le Statut albertin, constitution du Royaume sarde, marquée par les idées libérales et démocratiques.

Elle instaure un partage du pouvoir entre le roi et deux assemblées :

Ce système est copié sur la constitution française de 1830.

Cette constitution restera formellement en vigueur jusqu'à la Constitution italienne de 1948.

Charles-Albert de Savoie-Carignan adopte le drapeau tricolore (celui de la République cisalpine) et nomme Cesare Balbo comme premier ministre.

Les Escartons de Briançon font perdurer tant bien que mal leurs coutumes sous le pouvoir italien après 1848, mais ils ont perdu l'indépendance qui les caractérisait.



Guerre du royaume sarde et de l'Autriche

Bataille de Pastrengo

Bataille de Goito

Bataille de Rivoli

Bataille de Sommacampagna

Bataille de San-Donato et de Custozza

Évacuation de Milan

Armistice de Salasco

Charles-Albert de Savoie-Carignan embrasse ouvertement la cause de l'indépendance et de l'unité de l'Italie et appuie de ses armes les peuples insurgés de Lombardie, de Vénétie, des duchés de Parme et de Modène.

Victor-Emmanuel II de Savoie se distingue par sa bravoure pendant la guerre contre l'Autriche de 1848 à 1849.

Charles-Albert de Savoie-Carignan bat les Autrichiens à Pastrengo le 30 avril 1848.

Charles-Albert de Savoie-Carignan bat les Autrichiens à Goito le 30 mai 1848.

Charles-Albert de Savoie-Carignan bat les Autrichiens à Rivoli le 10 juin 1848.

Charles-Albert de Savoie-Carignan bat les Autrichiens à Sommacampagna le 24 juillet 1848.

Charles-Albert de Savoie-Carignan enlève Pizzighettone et Peschiera.

Mal secondé par les troupes lombardes, Charles-Albert de Savoie-Carignan est à son tour battu à San-Donato et Custozza par le maréchal Radetzky le 4 août 1848.

Charles-Albert de Savoie-Carignan se voit forcé d'évacuer précipitamment Milan, où il manque d'être fait prisonnier.

Charles-Albert de Savoie-Carignan doit solliciter un armistice à Salasco en Piémont le 9 août 1848.



Naissance d'Albert Ier Grimaldi

Albert Honoré Charles ou Albert Ier Grimaldi, surnommé le Prince savant ou le Prince navigateur naît à Paris le 13 novembre 1848, fils de Charles III Grimaldi et d'Antoinette de Mérode-Westerloo.


Victor-Emmanuel II de Savoie – 1849- conservé au palais Madama à Turin Victor-Emmanuel II de Savoie

Élections en Sardaigne

Bataille de Novare

Abdication de Charles-Albert de Savoie-Carignan

Armistice de Vignale

Victor-Emmanuel II de Savoie Roi de Sardaigne

Victor-Emmanuel II de Savoie Prince de Piémont, Duc de Savoie

Camillo Benso Premier Ministre

Charles-Albert de Savoie-Carignan cède aux exigences des démocrates, vainqueurs des élections de janvier 1849.

Charles-Albert de Savoie-Carignan recommence imprudemment la guerre à l'expiration de l'armistice le 14 mars 1849.

Charles-Albert de Savoie-Carignan perd, malgré des prodiges de valeur, la bataille de Novare le 21 mars 1849.

Charles-Albert de Savoie-Carignan abdique en faveur de son fils Victor-Emmanuel II de Savoie, le 23 mars 1849.

Victor-Emmanuel II de Savoie devient Roi de Sardaigne, Prince de Piémont, Duc de Savoie le 23 mars 1849 à Novare.

Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine devient Reine de Sardaigne.

Victor-Emmanuel II de Savoie signe le 24 mars 1849 l'armistice de Vignale.

Contraint de traiter avec l'Autriche, il se fait le champion de l'unification de l'Italie, et nomme Camillo Benso, comte de Cavour Premier Ministre.

Le bellicisme outré, le machiavélisme systématique de Camillo Benso, ses initiatives hardies, le déconcertent parfois, mais il le soutient loyalement.

Victor-Emmanuel II de Savoie fait de Turin sa capitale.



Divorce de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

L'infidèle Frédéric Henri Albert de Prusse, après en avoir reçu l'autorisation, demande le divorce.

Frédéric Henri Albert de Prusse et Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau divorcent en 1849.

Suivant les mœurs du temps, c'est à Marianne qu'est attribué l'échec du mariage.

Les enfants du couple : Frédérique-Charlotte de Prusse, Albert de Prusse et Alexandrine de Prusse sont confiés à leur père.

Sophie des Pays-Bas, sa nièce, pourtant connue pour son intelligence et son ouverture d'esprit la prétend moralement indigne.

Élisabeth Louise de Bavière, leur tante, qui, n'ayant pas d'enfant, se charge de leur éducation.

Les contacts de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau avec ses enfants seront réduits mais ceux-ci resteront attachés à leur mère.



Mort de Charles-Albert de Savoie-Carignan

Charles-Albert de Savoie-Carignan s'expatrie et meurt à Porto au Portugal le 28 juillet 1849 à la suite d'une longue maladie.

De ce prince profondément religieux, on a pu dire : Il s'est battu en héros, il vécut en moine et est mort en martyr.


Auguste Reuss de Schleiz-Köstritz

Mariage de Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin avec Auguste Reuss de Schleiz-Köstritz

Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin épouse le 20 octobre ou le 3 novembre 1849 Auguste Reuß de Schleiz-Köstritz, fille d'Henri LXIII Reuß zu Schleiz-Köstritz (1786-1841). Leurs enfants sont :



Mariage de Georges II de Saxe-Meiningen avec Frédérique-Charlotte de Prusse

Georges II de Saxe-Meiningen épouse en 1850 Frédérique-Charlotte de Prusse, fille de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau. Leurs enfants sont :

Frédérique-Charlotte de Prusse est musicienne accomplie.

C'est un véritable mariage d'inclination.

Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau offre à Frédérique-Charlotte de Prusse une villa sur les bords du lac de Côme vite renommée Villa Carlotta.



Naissance d'Arthur William Patrick Albert de Saxe-Coburg-Gotha

Arthur William Patrick Albert de Saxe-Coburg-Gotha naît le 1er mai 1850, fils d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne.



Mort de Louis-Philippe Ier de France

Installation d'Henri Eugène Philippe Louis d'Orléans à Orléans House

Louis Philippe Albert d'Orléans Duc d'Orléans

Louis-Philippe Ier de France meurt à Claremont House à Esher dans le Surrey le 26 août 1850.

Il est inhumé en la chapelle royale Saint-Louis de Dreux.

En 1850, Louis Philippe Albert d'Orléans succède à Louis-Philippe Ier de France comme aîné de la branche d'Orléans, avec tous les titres légaux de cette branche :

Henri Eugène Philippe Louis d'Orléans s'installe à Orléans House, près de Twickenham, grand château de style disparate plus confortable que fastueux, où son père a vécu pendant l'émigration.

Ses frères occupent aussi des appartements dans l'immense demeure.


Claire-Henriette-Clémence Gérard

Mariage d'Émile-Justin Menier avec Claire-Henriette-Clémence Gérard

Émile-Justin Menier épouse à la mairie de Paris Xe et religieusement à Villiers-sur-Marne le vendredi 7 juin ou le 8 juillet 1850 Claire-Henriette-Clémence Gérard, fille de Charles Gérard. Leurs enfants sont :

Émile-Justin Menier entre ainsi dans la famille de l'entreprise Aubert et Gérard spécialisée dans le caoutchouc.


L'Église Saint-Augustin siège de l'Union d'Erfurt

Union d'Erfurt

Reculade d'Olmütz

Frédéric-Guillaume IV de Prusse essaie d'établir un rassemblement des États allemands excluant l'Autriche.

Un premier parlement se réunit dans l'Église Saint-Paul de Francfort-sur-le-Main à partir du 20 mars 1850 et commence la rédaction d'une constitution qui part de la volonté de Joseph von Radowitz de réaliser une union de l'Allemagne par le haut.

La plupart des membres de la fraction casino ayant participé au parlement de Gotha tels que :

viennent siéger dans l'Église Saint-Augustin d'Erfurt dans un nouveau parlement afin de terminer le travail de rédaction entamé à Francfort-sur-le-Main.

Ils suivent toujours les idées de Radowitz.

L'objectif est d'obtenir :

L'Union d'Erfurt (Erfurter Unionsparlament en allemand) est constituée :

Seuls les conservateurs, parmi lesquels Otto von Bismarck et Ernst Ludwig von Gerlach font entendre leur différence.

La mise en place de cette constitution échoue parce que les États faisant partie de l'alliance des trois roi (Dreikönigsbündnis), c'est-à-dire :

ne sont pas prêts à reconnaître l'hégémonie prussienne.

Le commissaire responsable de cette alliance est Albert von Carlowitz.

Les pressions venues d'Autriche ont un rôle déterminant dans la frilosité des trois États.

Un différent entre la Prusse et l'électeur Frédéric-Guillaume Ier de Hesse-Cassel menace alors de dégénérer en guerre entre États allemands. Cela permet à l'Autriche de convoquer une conférence inter-allemande à Olmütz en territoire autrichien, Présidée par le chancelier autrichien Felix zu Schwarzenberg,.

Le 29 novembre 1850, l'Autriche oblige la Prusse lors de la conférence d'Olmütz à renoncer à ses prétentions et à dissoudre l'Union d'Erfurt.



Naissance d'Albert-Gabriel-Félix de Vogüé

Albert-Gabriel-Félix de Vogüé naît à Montpellier le 20 mars 1851, fils de Gabriel Félix Elzéar de Vogüé et de Blanche de Vogüé.



Frédéric Henri Albert de Prusse Général de cavalerie

Frédéric Henri Albert de Prusse est nommé Général de cavalerie en 1852.


Château d'Albrechtsberg

Mariage de Frédéric Henri Albert de Prusse avec Rosalie von Rauch

Frédéric Henri Albert de Prusse épouse morganatiquement en 1853 Rosalie von Rauch, ancienne dame d'honneur de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau. Leurs enfants sont :

Frédéric Henri Albert de Prusse est à son tour exclu de la Cour et vit dans son château d'Albrechtsberg à Dresde.



Mariage d'Albert Frédéric de Saxe avec Caroline de Vasa

Albert Frédéric de Saxe de Saxe, bravant sa famille, fait un mariage d'inclination.

Albert Frédéric de Saxe épouse en 1853 Caroline de Vasa, fille de Gustave de Suède et de Louise de Bade.

Cette union demeurera sans postérité.



Naissance de Léopold Georges Duncan Albert de Saxe-Cobourg-Gotha

Léopold Georges Duncan Albert de Saxe-Cobourg-Gotha naît au Palais de Buckingham à Londres le 7 avril 1853, fils d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne.


Marie-Henriette d'Autriche et Léopold II de Belgique

Mariage de Léopold II de Belgique avec Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine

Léopold II de Belgique épouse à Bruxelles le 22 août 1853 Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine. Leurs enfants sont :


Marie-Anne d'Anhalt-Dessau

Mariage de Frédéric-Charles de Prusse avec Marie-Anne d'Anhalt-Dessau

Friedrich Karl ou Frédéric-Charles de Prusse (1828-1885) épouse à Dessau en Allemagne le 29 novembre 1854 Marie-Anne d'Anhalt-Dessau (1837-1906), fille de Léopold IV d'Anhalt-Dessau. Leurs enfants sont :



L'affaire Neuchâteloise

Lors de l'affaire de Neuchâtel avec la Prusse en 1856, Guillaume Henri Dufour essaie d'obtenir la conciliation de Napoléon III en tant que diplomate,

Le 19 décembre 1856, le Conseil fédéral, trouvant les garanties de Napoléon III insuffisantes, nomme un conseil de guerre :

Le 30 décembre 1856, l'Assemblée fédérale nomme Guillaume Henri Dufour à nouveau à la tête de l'Armée suisse.


Alphonse de Rothschild

Mariage d'Alphonse de Rothschild avec Leonora de Rothschild

Alphonse de Rothschild épouse en 1857 Leonora de Rothschild, sa cousine, fille de Lionel Nathan Rothschild et de Charlotte de Rothschild, de la branche de Londres. Leurs enfants sont :



Albert de Saxe-Cobourg-Gotha Prince consort

Albert de Saxe-Cobourg-Gotha n'obtient officiellement le titre de prince consort qu'en 1857.



Naissance de Jean-Albert de Mecklembourg

Ernst Konstantin Friedrich Heinrich Johann Albrecht ou Jean-Albert de Mecklembourg naît à Schwerin le 8 décembre 1857, fils de Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin et d'Auguste Reuss de Schleiz-Köstritz.


Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni

Mariage de Frédéric III de Prusse avec Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni

Frédéric III de Prusse épouse à Londres le 25 janvier 1858 Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni, fille de d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne. Leurs enfants sont :


Maximilian Anton Lamoral von Thurn und Taxis

Mariage de Maximilian Anton Lamoral von Thurn und Taxis avec Helene von Wittelsbach

Maximilian Anton Lamoral von Thurn und Taxis épouse à Possenhofen le 24 août 1858 Hélène Caroline Thérèse de Wittelsbach (1834-1890). Leurs enfants sont :



Mort de Pauline Hortense d'Albert de Luynes

Pauline Hortense d'Albert de Luynes meurt en 1858.



Naissance d'Albert Menier

Albert Henri Auguste Marie ou Albert Menier naît à Paris le 4 février 1858, fils d'Émile-Justin Menier et de Claire-Henriette-Clémence Gérard.



Mariage de Pierre V de Portugal avec Stéphanie de Hohenzollern-Sigmaringen

Pierre V de Portugal est proche cousin de Victoria de Grande-Bretagne et d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, le prince-consort.

Sur les conseils de ceux-ci, Pierre V de Portugal épouse en 1858 Stéphanie de Hohenzollern-Sigmaring, fille de Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen et de Joséphine de Bade.


Gustave Samuel James de Rothschild

Mariage de Gustave Samuel James de Rothschild avec Cécile Anspach

Gustave Samuel James de Rothschild épouse à Paris IIe le 8 février 1859 Cécile Anspach (1840-1912). Leurs enfants sont :



Mariage de Georges Ier de Saxe avec Marie-Anne du Portugal

Georges Ier de Saxe épouse le 11 mai 1859 Marie-Anne du Portugal. Leurs enfants sont :



Conquête de la Romagne, de Modène, Parme et la Toscane

Expédition de Giuseppe Garibaldi dans le royaume des Deux-Siciles

En 1860, profitant des troubles intérieurs des états voisins, Victor-Emmanuel II de Savoie agrandit ses possessions de la Romagne, de Modène, Parme et la Toscane dont il chasse les souverains légitimes.

Ferdinand IV de Toscane est déchu de son trône de Grand-duc de Toscane et s'exile à Vienne.

Ferdinand IV de Toscane et Albert Ier de Saxe, son beau-frère, est un des rares amis intimes de l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche. Ils aiment, entre autres choses, chasser ensemble.

Leurs relations s'espaceront quand les enfants de Ferdinand IV de Toscane feront entrer le scandale au sein de leur vie conjugale.

Victor-Emmanuel II de Savoie soutient discrètement l'expédition de Giuseppe Garibaldi dans le royaume des Deux-Siciles.

Adolphe Charles de Rothschild est considéré comme moins doué que Mayer Karl von Rothschild, son frère aîné, qui dirige la branche de Vienne.

Écarté de la banque de Francfort, Adolphe Charles de Rothschild prend la direction de la maison Rothschild de Naples.

Lors de l'invasion de Naples par les troupes de Giuseppe Garibaldi en 1860, Adolphe Charles de Rothschild décide de s'enfuir pour Gaète, au nord de la ville, avec François II des Deux-Siciles, mais ne peut obtenir de sa famille de consentir les prêts que sollicitait le monarque déchu.



Mort d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha

Albert de Saxe-Cobourg-Gotha rend visite à Édouard VII de Grande-Bretagne, son fils, au Trinity College à Cambridge.

Il le réprimande à propos d'une liaison avec une actrice pornographique devenue le sujet de commérage dans la presse.

Deux semaines après, Albert de Saxe-Cobourg-Gotha meurt au château de Windsor le 14 décembre 1861 d'une fièvre typhoïde.

Victoria de Grande-Bretagne est inconsolable. Elle se retire de la vie publique. Elle portera le deuil le reste de sa vie.

Elle considère Édouard VII de Grande-Bretagne, son fils, comme frivole, indiscret et irresponsable et le blâme pour la mort de son père.

Peu après la mort du prince consort, elle arrange le mariage d'Édouard VII de Grande-Bretagne, son fils, avec Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg.


Alice Maud Mary de Saxe-Cobourg-Gotha et Louis IV de Hesse-Darmstadt (mai 1863)

Mariage de Louis IV de Hesse-Darmstadt avec Alice Maud Mary de Saxe-Cobourg-Gotha

Louis IV de Hesse-Darmstadt épouse au château d'Osborne situé sur l'île de Wight le 1er juillet 1862 Alice Maud Mary de Saxe-Cobourg-Gotha (25 avril 1843-14 décembre 1878), fille d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha et de Victoria de Grande-Bretagne. Leurs enfants sont :

Le jour du mariage, Victoria de Grande-Bretagne confère à Louis IV de Hesse-Darmstadt par lettres patentes le titre d'Altesse Royale. Ce titre n'est cependant valable qu'au Royaume-Uni.

Dans la Confédération germanique, Louis IV de Hesse-Darmstadt porte le titre d'Altesse Grand-Ducale.

Cette union relève du désir politique du prince-consort de promouvoir le libéralisme en Allemagne au moyen de ses relations familiales.

Alice Maud Mary de Saxe-Cobourg-Gotha transmet à ses enfants le gène de l'hémophilie qui coûtera la vie à Frédéric de Hesse-Darmstadt, son fils.



Naissance d'Albert Guillaume Henri de Prusse

Albert Guillaume Henri de Prusse naît à Berlin le 14 août 1862, fils de Frédéric III de Prusse et de Victoria Adélaide Mary Louise du Royaume-Uni.


Charles-Louis d'Autriche

Mariage de Charles-Louis d'Autriche avec Marie de l'Annonciation des Deux-Siciles

Charles-Louis d'Autriche est veuf de Marguerite de Saxe.

Charles-Louis d'Autriche épouse en 1862 Marie-Annonciade ou Marie de l'Annonciation des Deux-Siciles (1843-1871) fille de Ferdinand II des Deux-Siciles ou de Bourbon et de Marie-Thérèse. Leurs enfants sont :



Naissance de Claude Eugène François Paul Diey

Claude Eugène François Paul Diey naît à Paris le 4 mars 1863, fils de Louis Albert Edouard Diey (1817-1867) et de Louise Emilie Legras (née en 1829).


Édouard VII de Grande-Bretagne avec Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg - peu après leur mariage

Mariage d'Édouard VII de Grande-Bretagne avec Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg

Édouard VII de Grande-Bretagne épouse à la chapelle Saint-Georges à Windsor le 10 mars 1863 Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, fille de Christian IX de Danemark. Leurs enfants sont :

Édouard et sa femme choisissent l'hôtel de Marlborough comme résidence londonienne et Sandringham House dans le Norfolk comme maison de campagne, où ils organisent de nombreuses réceptions.

Édouard VII de Grande-Bretagne traite son mariage avec légèreté, continuant à avoir des maîtresses, dont l'actrice Lillie Langtry, et Jennie Jerome, la mère de Winston Leonard Spencer-Churchill.

Leur mariage a rencontré la désapprobation de certains cercles parce que la plupart des relations de Victoria étaient allemandes, et le Danemark était en désaccord avec la Prusse à propos des territoires du Schleswig et du Holstein.

Victoria de Grande-Bretagne elle-même est partagée sur le sujet.

Après le mariage du couple, elle a exprimé son anxiété sur leur manière de vivre et a tenté de leur imposer ses vues sur de nombreux sujets, jusqu'aux noms de leurs enfants.

Le Schleswig et le Holstein ayant été annexés par la Prusse au détriment du Danemark, il s'ensuivra une inimitié d'Alexandra, princesse de Galles, envers la Prusse.

Elle parviendra à convaincre de cette inimitié Édouard VII de Grande-Bretagne, puis Victoria de Grande-Bretagne, contribuant ainsi à détacher le Royaume-Uni de l'Allemagne.


Évacuation du Danevirke par les forces danoises les 5 et 6 février 1864

Guerre des duchés

Évacuation du Danevirke

La politique de solidarité de Charles XV de Suède entre les 3 royaumes du nord, son étroite amitié avec Frédéric VIII de Danemark, l'auraient mené, dit-on, à promettre à demi-mot d'aider le Danemark.

Néanmoins, vu l'impréparation de l'armée suédoise et les difficultés liées à la situation, Charles XV de Suède est forcé d'observer une stricte neutralité.

En 1864, avant la guerre des Duchés, Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin se voit offrir le commandement d'un corps d'armée prussien par Guillaume Ier de Prusse, offre qu'il décline.

D'une part Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin craint une attaque de la côte mecklembourgeoise par le Danemark, et d'autre part, il est l'ami de Christian IX de Danemark.

Par solidarité familiale et patriotique envers Guillaume Ier de Prusse, Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin accepte cependant d'accueillir le quartier général prussien.

De la signature de la Constitution de novembre résulte une guerre brève entre le Danemark et une alliance Prusse-Autriche, du 1er février au 30 octobre 1864.

Frédéric VIII de Danemark, prince héritier, participe à cette guerre.

Albert Frédéric de Saxe participe à cette guerre.

Le Danevirke est utilisée militairement pour la dernière fois pendant la guerre des Duchés.

44 000 soldats de l'armée danoise se rassemblent au Danevirke.

L'imposant ouvrage militaire se compose désormais de 27 redoutes, équipées de 175 canons.

Attaqué de front par les forces autrichiennes et à revers par les Prussiens, qui traversent le Schlei le 6 février 1864, le commandant en chef danois Christian Julius De Meza décide alors de faire évacuer le Danevirke afin d'éviter l'encerclement.

L'artillerie présente à Flensbourg soutient ce retrait.

L'abandon du Danevirke, ouvrage défensif symbolique pour les Danois, cause un choc dans l'opinion publique, ce qui entraîne la démission de Christian Julius De Meza de ses fonctions.

Depuis ce conflit, le Danevirke se trouve sur le territoire allemand et a été délaissé.

À la fin des hostilités, Frédéric VIII de Danemark partage avec Christian IX de Danemark, son père, les affaires du gouvernement danois.


Clotilde de Saxe-Cobourg-Kohary

Mariage de Joseph Charles Louis de Habsbourg-Lorraine avec Clotilde de Saxe-Cobourg-Kohary

Joseph Charles Louis de Habsbourg-Lorraine épouse à Cobourg le 12 mai 1864 Clotilde de Saxe-Cobourg-Kohary (1846-1927), fille d'Auguste Louis Victor de Saxe-Cobourg-Kohary et de Clémentine d'Orléans. Leurs enfants sont :


Louis Philippe Albert d'Orléans - par Charles François Jalabert - en 1865 Marie-Isabelle d'Orléans avec sa fille Louise d'Orléans Marie-Isabelle d'Orléans - par Charles François Jalabert en 1865

Mariage de Louis Philippe Albert d'Orléans avec Marie-Isabelle d'Orléans

Louis Philippe Albert d'Orléans et Marie-Isabelle d'Orléans vivent de 1864 à 1871 en Angleterre.

Louis Philippe Albert d'Orléans épouse à Kingston on Thames le 30 mai 1864 Marie-Isabelle d'Orléans, sa cousine germaine, infante d'Espagne. Leurs enfants sont :



Mort d'Antoinette de Mérode-Westerloo

Albert Ier Grimaldi étudie au collège Stanislas de Paris

Antoinette de Mérode-Westerloo meurt en 1864.

De 1864 à 1865, Albert Ier Grimaldi suit les cours du Petit Séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin dirigé par Monseigneur Félix Dupanloup.

Albert Ier Grimaldi effectue ensuite son service militaire dans la marine de guerre espagnole.



Naissance d'Albert Victor de Grande-Bretagne

Albert Victor de Grande-Bretagne naît en 1864, fils d'Édouard VII de Grande-Bretagne et d'Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg.



Naissance de George V de Grande-Bretagne

George Frederick Ernest Albert ou George V de Grande-Bretagne naît à la Marlborough House à Londres le 3 juin 1865, fils d'Édouard VII de Grande-Bretagne et d'Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg.



Frédéric Henri Albert de Prusse Inspecteur du troisième corps d'armée

Frédéric Henri Albert de Prusse est nommé inspecteur du troisième corps d'armée en 1865.



Naissance de Marie Amélie Louise Hélène d'Orléans

Maria Amélia ou Marie Amélie Louise Hélène d'Orléans naît à Twickenham le 28 septembre 1865, fille de Louis Philippe Albert d'Orléans et de Marie-Isabelle d'Orléans.



Naissance d'Albert de Wurtemberg

Albrecht ou Albert de Wurtemberg ou von Württemberg naît à Vienne le 23 décembre 1865, fils de Philippe de Wurtemberg et de Marie-Thérèse de Habsbourg-Teschen.

Albert de Wurtemberg appartient à la cinquième branche, dite lignée ducal, de la Maison de Wurtemberg.


Bataille de Custoza

Bataille de Custoza

Pendant la troisième guerre d'Indépendance italienne, une bataille est livrée le 24 juin 1866 à Custoza ou Custozza, frazione ou hameau de Sommacampagna, dans la province de Vérone, en Vénétie.

Les troupes italiennes commandées par les généraux Alfonso La Marmora et Enrico Cialdini sont sévèrement battues par l'armée autrichienne de l'archiduc Albert de Habsbourg.

Amédée Ier d'Espagne démontré ses qualités lors de cette bataille du coté italien.


Charles-Théodore en Bavière

Guerre austro-prussienne

Soutient de Jean Ier de Saxe à l'Autriche contre la Prusse

Bataille de Hühnerwasser

Bataille de Königgrätz

Bataille de Helmstedt

Annexion du duché de Nassau par la Prusse

Réunion de la Vénétie à l'Italie

Jean Ier de Saxe soutient l'Autriche contre la Prusse en 1866

Adolphe de Nassau apporte son soutien à l'Autriche lors de la guerre Austro-prussienne de 1866.

Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin s'engage activement du côté prussien.

La Bavière est alliée de l'Empire autrichien.

Frédéric-Guillaume Ier de Hesse-Cassel prend le parti de l'empereur l'Autriche.

Louis III de Hesse-Darmstadt soutient l'Autriche contre la Prusse et est vaincu.

Louis III de Hesse-Darmstadt ne doit qu'à Maximilienne Wilhelmine Marie de Hesse-Darmstadt, sa sœur, épouse d'Alexandre II de Russie, de conserver ses États.

Louis III de Hesse-Darmstadt est néanmoins contraint de s'allier à la Prusse et de faire entrer ses États dans la Confédération d'Allemagne du Nord.

Louis IV de Hesse-Darmstadt est allié à l'Autriche et commande la cavalerie hessoise.

Louis III de Bavière reçoit le grade de lieutenant et est blessé à la bataille de Helmstedt, où il est atteint d'une balle dans la cuisse.

Louis III de Bavière est décoré de la croix de Chevalier de 1re Classe dans l'Ordre Militaire bavarois du Mérite.

Albert Frédéric de Saxe, fils de Jean Ier de Saxe, combat lors des batailles de Hühnerwasser et de Königgrätz.

Charles-Théodore en Bavière sert contre la Prusse.

Au cours de cette Guerre, Élisabeth de Habsbourg-Hongrie visite régulièrement les hôpitaux militaires et vient en aide aux soldats blessés.

Le château de Fürstenried est utilisé comme hôpital militaire.

Anselm Salomon de Rothschild rejette cette guerre et refuse de soutenir financièrement un des côtés.


Bataille de Sadowa - huile sur toile de Georg Bleibtreu -1869 Carte de la bataille de Sadowa

Bataille de Münchengrätz

Bataille de Sadowa

Le plan de bataille de Helmuth Karl Bernhard von Moltke, général en chef, se fonde sur le principe simple, quoique difficile à mettre en œuvre :

Marcher séparément, frapper ensemble - Getrennt marschieren, vereint schlagen.

3 armées sont mises en marche par le haut-commandement prussien à la fin de juin 1866 :

Par un large mouvement d'encerclement, elles doivent anéantir l'armée autrichienne du maréchal Ludwig von Benedek.

Si ce plan fonctionne, c'est sans doute également grâce à l'absence de cohésion au sein de la coalition dirigée par l'Autriche.

Ludwig von Benedek dispose lui aussi de 3 armées, mais dont 2 ne lui obéissent que très théoriquement et assuraient la défense de Francfort et de Munich.

Ludwig von Benedek est donc isolé sur l'aile droite du front puisqu'il se trouve en Bohème.

Entre le 26 juin 1866 et le 3 juillet 1866, quelques accrochages ont lieu dans les régions montagneuses autour de Prague : Trautenau, Nachid et Skalitz, combats le plus souvent remportés par les armées prussiennes.

Le 28 juin 1866, la bataille de Münchengrätz oppose :

Cette victoire prussienne sanglante apporte la maîtrise de toute la vallée de l'Iser à la Prusse.

Les Autrichiens et leurs alliés saxons doivent faire retraite et se replier à marches forcées depuis Dresde sur Jicín.

Le 2 juillet 1866 au soir Frédéric-Charles de Prusse décide de passer à l'offensive.

Mais, à la suite d'une coupure des lignes télégraphiques, 2 cavaliers chevauchent toute la nuit et Frédéric III de Prusse n'apprend cette décision que vers 4 h du matin.

Les armées ennemies se rencontrent le 3 juillet 1866 au petit jour.

La bataille de Sadowa ou bataille de Königgrätz a lieu sur un plateau entre l'Elbe et la Bistritz, non loin de la ville tchèque de Hradec Králové (en allemand Königgrätz).

Au départ, l'armée autrichienne n'a que la 1re armée prussienne et l'armée de l'Elbe face à elle : les unités de Frédéric III de Prusse sont encore en chemin.

La pression sur les troupes prussiennes en sous-nombre se fait, au fil des heures, de plus en plus forte.

La 7e division d'Infanterie prussienne du général-major Eduard von Fransecky, et en particulier le 2e régiment d'Infanterie magdebourgeois, attaque dans les bois de Swiep.

Ils se retrouvent face à deux corps d'armée autrichiens. Un carnage effroyable s'ensuivit.

Guillaume Ier de Prusse ordonne à la 1re armée (au centre) de marcher et de soutenir Fransecky.

Le village de Sadowa est pris mais les combats font toujours rage dans les bois.

L'artillerie autrichienne arrête les Prussiens vers 11 h du matin, la 1re armée prussienne qui s'est placée au départ à l'ouest de la rivière Bystrice ne pouvant que difficilement faire traverser son artillerie.

Sans en référer à l'état-major autrichien, le comte Festetics et ses troupes essaient alors de reprendre le bois.

Déjà, les généraux autrichiens se bercent de l'illusion d'une victoire facile, ce qui les conduit à ne pas finir le travail en ordonnant une charge de cavalerie au moment où la bataille peut être décidée en leur faveur.

Du côté prussien, les premiers signes de mauvaise humeur apparaissent contre le plan de Helmuth Karl Bernhard von Moltke. Guillaume Ier de Prusse lui-même et Otto von Bismarck, craignent une défaite.

À midi, Ludwig von Benedek ordonne l'utilisation des troupes de réserve, qui ne parviennent cependant pas à reconquérir la colline.

A environ 14 h 30 surgit à l'horizon, en haut d'une colline, le 1er régiment de Gardes, avant-garde des Corps de Gardes appartenant à la 2e Armée.

Frédéric III de Prusse est là, avec près de 100 000 hommes. Il attaque le flanc droit autrichien et prend aussitôt l'armée autrichienne en tenailles dans le bois de Swiep. Les divisions de l'Armée de l'Elbe n 14, 15 et 16 attaquent sur le flanc gauche.

Le 1er régiment de Gardes, surnommé par les contemporains 1er Régiment de la Chrétienté, prend Chlum, à l'est de Sadowa, derrière le centre autrichien.

Dans le même temps, l'armée de l'Elbe, prenait Probluz, enfonce le flanc gauche autrichien.

En peu de temps, les Autrichiens perdent près de 10 000 hommes.

Face à la menace d'un encerclement de l'ensemble de l'armée autrichienne, Ludwig von Benedek abandonne la partie et ordonne le retrait des troupes qui sont poursuivies par la cavalerie prussienne



Mariage de Philippe de Saxe-Cobourg avec Marie Louise de Hohenzollern-Sigmaringen

Philippe de Saxe-Cobourg épouse en 1865 ou en 1867 Marie Louise de Hohenzollern-Sigmaringen. Leurs enfants sont :



Mort d'Honoré Théodoric d'Albert

Charles Honoré Emmanuel d'Albert devient 9e Duc de Luynes

Honoré Théodoric d'Albert meurt en 1867. Charles Honoré Emmanuel d'Albert devient 9e Duc de Luynes.



Mariage de Léon Alfassa avec Clarisse de Camondo

Léon Alfassa (1849-1920) est le fils de Nissim Alfassa (né vers 1815) et de Rachel Halfon (née vers 1825).

Léon Alfassa, Banquier, épouse à Constantinople le lundi 9 septembre 1867 Clarisse de Camondo. Leurs enfants sont :


Sophie-Charlotte de Wittelsbach

Mariage de Ferdinand Philippe Marie d'Orléans avec Sophie Charlotte Augustine de Wittelsbach

Ferdinand Philippe Marie d'Orléans est en exil.

Ferdinand Philippe Marie d'Orléans épouse à Possenhofen le 28 septembre 1868 Sophie Charlotte Augustine de Wittelsbach, fille de Maximilien Joseph de Wittelsbach et de Marie Louise de Bavière. Leurs enfants sont :

Le couple désargenté s'installe en Angleterre, dans la demeure du Duc de Nemours.



Naissance d'Honoré Charles d'Albert

Honoré Charles d'Albert naît en 1868, fils de Charles Honoré Emmanuel d'Albert.



Mariage d'Albert Ier Grimaldi avec Marie-Victorine Hamilton

Par l'entremise d'Eugénie de Montijo, Albert Ier Grimaldi épouse au château de Marchais le 21 septembre 1869 Mary Victoria ou Marie-Victorine Hamilton, fille de William, Duc d'Hamilton et de Brandon. Leur enfant est :

Marie-Victorine Hamilton est la petite-fille de Stéphanie de Beauharnais, grande duchesse de Bade et cousine de Napoléon III.



Naissance de Maud de Galles

Maud de Galles ou of Wales naît à Marlborough House, résidence londonienne de ses parents, le 26 novembre 1869, fille d'Édouard VII de Grande-Bretagne et d'Alexandra de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg.

Elle est baptisée le 24 décembre 1869 dans son palais de naissance par John Jackson, évêque de Londres.

Elle reçoit entre autres comme parrains et marraines :


Louise de Morpurgo

Mariage de Louis Raphaël Cahen d'Anvers avec Louise de Morpurgo

Louis Raphaël Cahen d'Anvers épouse vers 1870 Louise de Morpurgo. Leurs enfants sont :

Louise de Morpurgo est issue d'une riche et prestigieuse famille séfarade qui a fait de Trieste la capitale des assurances dans l'Europe centrale.

Il réside d'abord 66 avenue Montaigne.



Naissance de Louis II Grimaldi

Louis Honoré Charles Antoine ou Louis II Grimaldi naît à Baden-Baden le 12 juillet 1870, fils d'Albert Ier Grimaldi et de Marie-Victorine Hamilton.



Albert Ier Grimaldi dans la marine de guerre française

Albert Ier Grimaldi s'engage dans la marine de guerre française durant la guerre franco-prussienne de 1870 pour laquelle il est décoré de la Légion d'honneur.


Bataille de Saint-Privat -par Alphonse de Neuville en 1881 Plan de la bataille de Saint-Privat

Bataille de Saint-Privat ou de Gravelotte

La bataille de Saint-Privat (appellation française) ou bataille de Gravelotte (appellation allemande) se déroule, à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Metz.

Le chef d'état-major prussien Helmuth Karl Bernhard von Moltke lance dans la bataille :

Albert Frédéric de Saxe se distingue lors de cette bataille.

Les troupes françaises, sous les ordres de François Achille Bazaine, sont adossées aux forts de Saint-Quentin et de Plappeville, et s'étalent de Rozérieulles à Saint-Privat.

La bataille débute le 18 août 1870 à 8 heures lorsque Helmuth Karl Bernhard von Moltke ordonne l'avancée de ses troupes en direction des positions françaises.

Vers 12 h 00, Gustav von Manstein ouvre la bataille devant le village d'Amanvillers avec l'artillerie de la 25e division d'infanterie allemande.

Le camp français s'est organisé durant la nuit en creusant des tranchées et des fosses afin de placer son artillerie et ses mitrailleuses et de masquer ses positions.

Connaissant l'avancée des troupes prussiennes, les Français lancent une contre-attaque massive.

La bataille paraît tout d'abord tourner à l'avantage des Français, ceux-ci possédant de meilleurs fusils, les Chassepot.

Cependant, l'artillerie prussienne est mieux équipée grâce à ses canons issus des usines Krupp.

À 14 h 30, Karl-Friedrich von Steinmetz, désobéissant aux ordres de Helmuth Karl Bernhard von Moltke lance une attaque sur l'aile gauche avec la Ire Armée.

Par deux fois, il est repoussé par les tirs français, organisés et puissants.

Suit alors une importante contre-attaque française qui disperse les deux corps en présence : les VIIe et VIIIe Corps.

Mais Helmuth Karl Bernhard von Moltke réussit à éviter une percée française grâce à ses dernières troupes de réserves.

Vers 16 h 50, la IIe Armée allemande lance une attaque à Saint-Privat, village occupé par les hommes de François Certain de Canrobert.

Les troupes prussiennes sont vivement repoussées, mais les positions françaises sont anéanties par l'artillerie ennemie.

François Certain de Canrobert demande désespérément et à plusieurs reprises des renforts à François Achille Bazaine, mais ne les obtient pas.

Ce dernier ne juge en effet pas Saint-Privat comme une bataille importante et refuse d'engager ses troupes de réserves, pourtant nombreuses.

À 20 h 00, le XIIe corps allemand déborde sur l'aile droite.

Le 6e corps français est contraint de se replier suivi par le 4e corps, sous la protection de la Garde impériale arrivée en renfort et commandée par Charles-Denis Bourbaki.

Celui-ci considère alors ce repli comme la défaite de son camp et refuse de lancer une contre-attaque.

Vers 22 h 00, les combats cessent pour la nuit après des corps-à-corps sanglants à Saint-Privat.

Les hommes se sont même battus dans le petit cimetière du village qui entourait l'église en flammes.

Le lendemain matin, l'armée du Rhin préfère se replier dans Metz plutôt que de reprendre le combat.

Sa défaite lui coupe définitivement la route vers l'ouest. Elle est enfermée dans Metz, réputée imprenable.

Le long siège de Metz commence.

Une grande partie des forces françaises n'a pas été engagée dans la bataille.

Une grave erreur de la part de François Achille Bazaine qui prévoyait depuis plusieurs jours le repli sur Metz, considérant Saint-Privat comme une bataille mineure.

Les Allemands se sont retrouvés en supériorité numérique.

Et grâce à une habileté tactique et malgré une résistance héroïque de certains corps français, ils sont parvenus à remporter la victoire.

Pendant toute la durée de la bataille, l'abbé Jean-Nicolas Bauzin, curé de saint Privat, a secouru les blessés des deux camps.

Les sœurs de la Miséricorde secourent les blessés de la bataille.

Le nombre de soldats tombés sur le champ de bataille donné naissance à l'expression ça tombe comme à Gravelotte ou il pleut comme à Gravelotte utilisée lorsqu'il pleut ou qu'il grêle énormément.


Entrevue à Donchery le 2 septembre 1870 entre Napoléon III et Otto von Bismarck après la bataille de Sedan - peinture de 1878 d'après Wilhelm Camphausen.

Bataille de Sedan

Napoléon III Prisonnier

Sous la pression d'Eugénie de Montijo, Napoléon III renonce à se replier sur Paris et marche vers Metz au secours de François Achille Bazaine encerclé.

Le XIIIe corps d'armée commandé par Joseph Vinoy n'atteint que Mézières lorsqu'a lieu la bataille de Sedan.

Joseph Vinoy inflige cependant des pertes importantes au VIe corps d'armée prussien de Wilhelm von Tümpling. Ses troupes sont elles-mêmes alors encerclées à Sedan.

Albert Frédéric de Saxe se distingue contre l'armée de la Meuse au siège de Sedan.

Le 2 septembre 1870, n'ayant pu trouver la mort au milieu de ses hommes, Napoléon III dépose les armes au terme de la bataille de Sedan.

Napoléon III capitule avec :

Patrice de Mac-Mahon est blessé dès le début des combats est fait prisonnier lors de la capitulation de Sedan.

Napoléon III tente de négocier avec Otto von Bismarck prés du village de Donchery.

Pendant la discussion, il nie ses responsabilités personnelles en invoquant une guerre à laquelle il aurait été poussé par l'opinion publique. Otto von Bismarck, peu dupe, réplique : l'opinion publique poussée par le ministère !

Napoléon III assiste avec Guillaume Ier de Prusse à l'acte de reddition de l'armée française au château de Bellevue situé près de Frénois au sud de Sedan.

Le 3 septembre 1870, Napoléon III, désormais prisonnier, se rend en Belgique à Bouillon, ensuite il prend le train pour être interné au château de Wilhelmshöhe à Kassel en Allemagne.



Mort de Charles Honoré Emmanuel d'Albert

Honoré Charles d'Albert Duc de Luynes

Charles Honoré Emmanuel d'Albert meurt en 1870.

Honoré Charles d'Albert devient 10e Duc de Luynes.



Séjours d'Albert Ier Grimaldi

Albert Ier Grimaldi fait plusieurs séjours dans le Carladès dont il est comte titulaire héréditaire.

Il adhère à la Société de la Haute-Auvergne.

Il fait faire des recherches dans les archives de la principauté qu'il fait inventorier et classer.

Il fait publier les Documents relatifs à la vicomté de Carlat.



Naissance de Christian X de Danemark

Christian Carl Frederik Albert Alexander Vilhelm ou Christian X de Danemark naît au palais de Charlottenlund près de Copenhague le 26 septembre 1870, fils de Frédéric VIII de Danemark et de Lovisa ou Louise de Suède.

Christian X de Danemark appartient à la cinquième branche (lignée Oldenburg-Glücksbourg) issue de la quatrième branche (lignée Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck), elle-même issue de la première branche de la Maison de Schleswig-Holstein-Sonderbourg.

Toutes ces branches sont issues de la première branche de la Maison d'Oldenbourg.



Élections législatives en France

Louis Léon César Faidherbe Élu député du département de la Somme

François Ferdinand d'Orléans Député de la Manche et de la Haute-Marne

Henri Eugène Philippe Louis d'Orléans Député de l'Oise

Otto von Bismarck accepte, le 8 février 1871, l'organisation d'élections législatives au suffrage universel en France, sous strict contrôle prussien, afin de disposer d'une assemblée entérinant le traité de Francfort.

Les élections législatives organisées dans la précipitation envoient une forte proportion de monarchistes (400 députés), candidats des listes pour la paix, à l'Assemblée nationale.

Cette assemblée majoritairement royaliste est divisée entre légitimistes et orléanistes.

La plus grande partie des élus représentant Paris sont eux des républicains des listes pour la guerre, souvent extrémistes.

Jules François Camille Ferry se fait élire représentant des Vosges à l'Assemblée nationale,

Pour permettre la restauration monarchique souhaitée par cette assemblée, un accord intervient entre les 2 partis :

Louis Philippe Albert d'Orléans est reconnu par les orléanistes et une grande majorité des légitimistes comme héritier d'Henri d'Artois, sans enfant

Selon la loi salique, il est le cousin le plus proche d'Henri d'Artois.

Jean de Bourbon, Comte de Montizon, est exclu de la succession au trône, notamment en raison :

Louis Léon César Faidherbe est élu député du département de la Somme le 8 février 1871

Louis-Jules Trochu est élu député en février 1871.

Marie François Sadi Carnot est élu député de la Côte-d'Or en 1871, et occupe des postes de haut fonctionnaire, notamment au Conseil supérieur des Ponts et Chaussées.

Marie François Sadi Carnot est nommé préfet de la Seine-Inférieure en 1871.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé est réélu à l'assemblée nationale.

Quatre députés socialistes révolutionnaires sont élus à Paris sur 43 au total.

Louis-Jules Trochu est Président du gouvernement de la Défense nationale jusqu'au 17 février 1871.

Sans succès, Émile Victor Duval est candidat socialiste révolutionnaire aux élections à l'Assemblée nationale.

Le 8 février 1871, François Ferdinand d'Orléans devient député de la Manche et de la Haute-Marne.

François Ferdinand d'Orléans est Réintégré dans son grade.

Henri Eugène Philippe Louis d'Orléans est élu député de l'Oise.



Retour en France de Louis Philippe Albert d'Orléans et de Marie-Isabelle d'Orléans

En 1871, suite de l'abrogation du décret du 26 mai 1848, Louis Philippe Albert d'Orléans et Marie-Isabelle d'Orléans rentrent en France et résident alternativement à l'hôtel Galliera, futur hôtel Matignon, dont le rez-de-chaussée est mis à leur disposition par leur amie la duchesse de Galliera, et dans leur domaine du château d'Eu.



Mort de Frédéric Henri Albert de Prusse

Frédéric Henri Albert de Prusse meurt à Berlin le 14 octobre 1872.

Il est inhumé dans le mausolée du parc de Charlottenbourg.



Mariage d'Albert de Prusse avec Marie de Saxe-Altenbourg

Albert de Prusse épouse le 19 avril 1873 Marie de Saxe-Altenbourg (1854-1898), fille d'Ernest Ier de Saxe-Altenbourg. Leurs enfants sont :

Pour l'occasion Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau offre à Albert de Prusse, son fils, le Château de Kamenz.


Le maréchal Patrice de Mac-Mahon - Président de la République et monarchiste

Chute de Marie Louis Joseph Adolphe Thiers

Patrice de Mac-Mahon Président de la République

Après la chute de Marie Louis Joseph Adolphe Thiers, porté par sa popularité, Patrice de Mac-Mahon devient le 3e Président de la République le 24 mai 1873.

Patrice de Mac-Mahon est le premier Président à résider à l'Elysée.

Patrice de Mac-Mahon limoge le président du Conseil Jules Dufaure.

Il le remplace par le duc Albert de Broglie, un monarchiste, projetant ainsi une restauration de la monarchie.

Ils prennent une série de mesures d'ordre moral.



Gustave Guyot de Villeneuve Préfet de Seine-et-Marne

En 1873, Gustave Guyot de Villeneuve est nommé préfet de Seine-et-Marne par le Duc Albert de Broglie.


Henri d'Artois

Vers une troisième Restauration

Réitération du Manifeste du drapeau blanc

Avènement de la République

En 1873, les droites monarchistes appellent de leurs vœux une société de l'ordre.

L'accès au trône d'Henri d'Artois semble inéluctable.

Ses partisans font même réaliser une série de carrosses, visibles aujourd'hui au Château de Chambord, pour son entrée à Paris

Des monnaies à son effigie sont frappées.

Il est prévu que Patrice de Mac-Mahon mène Henri d'Artois à l'Assemblée nationale pour l'y faire reconnaître roi par acclamation.

Frédéric Alfred Pierre de Falloux s'oppose aux idées conservatrices d'Henri d'Artois et s'efforce, en vain, et contre l'avis de l'héritier des Bourbons, de négocier la fusion entre les légitimistes et les orléanistes.

Henri d'Artois réitéré par lettre le 23 octobre 1873 son refus d'abandonner le drapeau blanc, ruinant les espoirs d'une restauration monarchique rapide.

Le 27 octobre 1873, Henri d'Artois écrit de Salzbourg à Pierre-Charles Chesnelong dans une lettre publiée par l'Union que son ambition est : d'assurer avec énergie le règne de la loi, et surtout de ne pas craindre d'employer la force au service de l'ordre et de la justice.

Ce souci d'ordre n'empêchera pas le prince de s'intéresser aussi de très près aux questions sociales.

Charles Maurras écrira plus tard: Henri d'Artois a été prêtre et pape de la royauté plutôt que roi.

Peut-être Henri d'Artois a-t-il simplement compris qu'une monarchie relevée par quelques voix seulement de majorité, donc menacée à chaque élection, et sans que soit tranchée la question de la succession au trône, serait trop fragile, au point de s'effondrer à la moindre occasion.

Certains avancent que c'est en réalité Marie Thérèse de Modène, épouse d'Henri d'Artois, femme timide et au physique ingrat, qui pousse son mari à refuser la couronne car elle ne veut absolument pas devenir reine de France.

Mr le marquis de la Franquerie, dans son ouvrage "Le caractère sacré et divin de la France", avance que Henri d'Artois aurait appris et cru que Louis XVII, son cousin, aurait été subtilisé en prison et, sous le nom de Naundorff, aurait eu des descendants. Cette thèse est infirmée par le témoignage du comte de Chambord lui-même qui, dans son Journal traite Naundorff, comme les autres "faux dauphins", avec un immense mépris.

Les orléanistes, partisans de la Monarchie de juillet constitutionnelle, et certains légitimistes dépités décident alors d'attendre la mort d'Henri d'Artois pour présenter Louis Philippe Albert d'Orléans, un candidat plus diplomate.

Pour ce faire, le 9 novembre 1873, l'Assemblée décide de porter le mandat présidentiel à 7 ans.

La République est envisagée comme un mode de gouvernement temporaire.