Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



5 événements affichés, le premier en 1749 - le dernier en 1841



Naissance de Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg

Viktoria Hedwig Karoline von Anhalt-Bernburg-Schaumburg-Hoym ou Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg naît à Stevensweert le 9 janvier 1749, fille de Karl Ludwig Charles-Louis d'Anhalt-Bernburg-Schaumburg-Hoym (1723-1806), Prince, et de Benjamina Gertrude Keiser (1729-1787).


Famille de Favras

Mariage de Thomas de Mahy avec Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg

Thomas de Mahy épouse à Mannheim le 6 janvier 1776 Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg (1749-1841), Baronne de Bärenthal. Leurs enfants sont :

Charles-Louis d'Anhalt-Bernburg-Schaumburg-Hoym refuse de reconnaître son lien de parenté avec Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg, sa fille.

Thomas de Mahy de Favras se rend à Vienne pour tenter de faire rétablir les droits de sa femme, ainsi qu'à Varsovie.

Cette union est assez peu fortunée, Charles-Louis d'Anhalt-Bernburg-Schaumburg-Hoym ayant semble-t-il toujours fort mal payé la dot qu'il doit lui verser.



Complot de Thomas de Mahy

Thomas de Mahy élabore le projet de lever une garnison capable de protéger Louis XVI et sa famille en cas d'émeute.

Il fait appel à deux racoleurs nommés Tourcaty et Morel ainsi qu'à un officier des gardes françaises nommé Marquier, fervent royaliste à qui il remet un pamphlet intitulé Ouvrez donc les yeux dont il aura charge de transmettre à ses hommes dans le but de les recruter.

À la suite des dénonciations de ses racoleurs, Thomas de Mahy est placé sous surveillance et ses projets sont révélés.

Dans la nuit du 24 au 25 décembre 1789 Thomas de Mahy est mis en état d'arrestation ainsi que Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg, son épouse.

Des billets sont diffusés dans tout Paris l'accusant lui et Louis XVIII d'avoir ourdi un complot destiné à :

D'après Tulard, La Fayette aurait monté l'affaire pour mettre en cause Louis XVIII mais la provocation n'aboutit pas.

Il en résulte que Louis XVIII se rend à l'hôtel de ville le lendemain et y prononce un discours où il affirme que son lien avec Thomas de Mahy ne tient qu'à son souhait de contracter un emprunt afin de financer ses frais de maison.

La chose est invraisemblable au vu de sa fortune qui fait de lui un des plus riches particuliers de France.

Dans sa captivité, Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg aurait en réalité révélé à Jacques-Mathieu Augeard que Thomas de Mahy s'est coalisé avec plusieurs gentilshommes dont :

À cette fin, Louis XVIII aurait mandaté Thomas de Mahy pour négocier un emprunt de 2 millions avec le banquier Chomel.

Le tribunal du Châtelet est chargé d'instruire le procès de Thomas Mahy qui est l'occasion de violentes émeutes jusqu'aux abords de sa prison tant le sujet est devenu brûlant à Paris.

Thomas de Mahy, rassuré par le soutien de Louis XVIII, s'obstine à innocenter ce dernier et se déclare prêt à endosser la responsabilité du projet d'évasion du roi.

Durant son procès, Thomas de Mahy sait se défendre avec calme et présence d'esprit.

Mais lorsqu'il entend le réquisitoire de l'avocat général qui demande pour lui la sentence de mort, Thomas de Mahy comprend que Louis XVIII s'est joué de lui et, dès lors, il songe à dénoncer ses complices.

Thomas de Mahy informe un lieutenant civil par un écrit rédigé de sa main que non seulement le Louis XVIII est le principal incitateur du complot, mais que Marie-Antoinette d'Autriche elle- même s'y trouve mêlée.

Antoine Omer Talon sait être convaincant.

Il demande à Thomas Mahy de faire le sacrifice de sa vie en lui certifiant :

Selon une autre source, Antoine Omer Talon lui aurait donné sa parole qu'une lettre lui apporterait la grâce de Louis XVI à l'instant où il monterait les marches de l'échafaud.


Exécution du marquis de Favras

Thomas de Mahy use de tous les moyens pour faire reculer le moment de son exécution, dans l'attente du courrier promis. Mais il attendera en vain.

Thomas de Mahy meurt à Paris le 19 février 1790 en place de Grève exécuté par pendaison.

Une légende veut que, après avoir pratiqué une saignée sur Thomas de Mahy, il se soit réveillé pour un court instant, ouvrant les yeux et rendant un dernier soupir.

L'abbé Le Duc aurait aussitôt accouru au Palais du Luxembourg où réside alors Louis XVIII pour lui transmettre la nouvelle du décès de Thomas de Mahy.

Louis XVIII qui reçoit cela avec soulagement aurait dit alors en se frottant les mains

Allons, nous pouvons nous mettre à table et souper de bon appétit,

ce qu'il fit effectivement.

Thomas de Mahy est inhumé au cimetière Saint-Jean en Grève.

Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg, son épouse, apprend l'exécution de Thomas de Mahy le lendemain, de la bouche d'un marchand de journaux qui crie la nouvelle sous la fenêtre à barreaux de sa cellule.

Sortie de sa prison ce même jour, Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg se retrouve dans une situation précaire car elle ne dispose que de la rente de 1 000 livres de son père et est privée de ses meubles qui ont été saisis.

Louis XVI et Marie-Antoinette d'Autriche la protègent ainsi que ses enfants et lui accordent une rente de 4 000 livres.

Au vu des circonstances, elle doit quitter la France pour l'Autriche avec Caroline de Mahy de Cormeré de Favras, sa fille.



Mort de Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg

Victoria de Anhalt-Bernburg-Schaumburg meurt à Eger le 26 juin 1841.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !