Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



44 événements affichés, le premier en -745 - le dernier en 1791



Enlèvement des Sabines

Titus Tatius Roi Sabin de Rome

Rome, lieu de refuge pour les esclaves en fuite et les hommes libres souhaitant changer d'existence, manque singulièrement de femmes.

Comme les tentatives de mariage dans les villes avoisinantes trouvent toutes de méprisantes fins de non-recevoir, Romulus décide de voler des femmes.

En 745 avant Jésus-Christ, Romulus instaure la fête de Consualia en l'honneur de Neptune et y convie les Sabins et les peuples de plusieurs villes alentour :

Tandis que l'attention des hommes est détournée, les femmes sont enlevées par surprise.

Furieux, les peuples outragés forment une coalition dirigée par Titus Tatius, roi de Cures ou Quirium, et déclarent la guerre.

Titus Tatius est déjà vieux quand le rapt des sabines lui fait prendre les armes contre Romulus.

Romulus commence par écraser les soldats de Caenina, tue leur chef Acron et prend leur ville d'assaut.

Attaqué par surprise par les Antemnates, Romulus les écrase également et prend leur ville. Mais à la demande d'Hersilia, sa femme, Romulus les épargne, accorde son pardon et le droit de cité à Antemnae.

Titus Tatius et les Sabins parviennent à s'introduire dans la ville. Tarpeïa ou Tarpéia, la fille du chef de la citadelle du Capitole, amoureuse de Titus Tatius, ouvre les portes de cette citadelle aux troupes sabines.

D'abord bousculé, Romulus, après une invocation à Jupiter, parvient à relancer ses troupes à l'assaut. Le combat est très indécis. À tel point que ce sont les épouses sabines des Romains qui s'interposent entre les deux camps.

À la fin de la bataille, Tarpéia demande la récompense qui lui a été promise pour sa trahison : ce que les Sabins portent au bras gauche (leurs bijoux en or). Les Sabins s'exécutent immédiatement mais ils lui donnent aussi leurs boucliers qu'ils portent du bras gauche et dont le poids écrase.

La roche Tarpéienne, du nom de Tarpéia, est une crête rocheuse située à l'extrémité sud-ouest du Capitole. Jusqu'à la fin de la République, elle sera le lieu d'exécution capitale, c'est de là que seront précipités les criminels.

La bataille prend fin. Romains et Sabins fusionnent.

Le gouvernement est concentré à Rome qui double sa taille et les Romains prennent le nom de Quirites (de Cures) en l'honneur des Sabins.

Romulus répartit alors la population romaine en 30 curies et donne à celles-ci le nom de femmes sabines.

On forme 3 centuries de chevaliers :

Cette interprétation de l'origine ethnique des 3 tribus romaines est aujourd'hui totalement rejetée entre autres en raison de l'étymologie strictement étrusque des 3 dénominations.

Titus Tatius règne conjointement avec Romulus en parfait accord pendant plusieurs années.

Suétone rapporte sans trop y croire une tradition disant qu'il aurait fait venir la famille sabine des Claudii pour qu'elle s'installe à Rome.

Pour que les Sabins installés à Rome puissent exercer les cultes propres à leur peuple, Titus Tatius aurait créé un collège de prêtres, les prêtres Titiens.



Mariage de Numa Pompilius avec Tatia

Numa Pompilius mène une vie de discipline stricte et bannit toute forme de luxe de sa maison.

Numa Pompilius épouse Tatia, fille unique de Titus Tatius.


Étrurie au VIIIe au VIe siècle avant Jésus-Christ

Mort de Titus Tatius

Titus Tatius meurt à Lavinium en 740 avant Jésus-Christ assassiné, par des habitants de Laurente auxquels il refuse justice pour un vol de bétail.

Tite-Live rapporte qu'après la mort accidentelle de Titus Tatius, Romulus regrette moins qu'il n'aurait dû ce malheur.

Son corps est ramené à Rome pour ses funérailles.

A la tête des Celeres, une troupe de 300 soldats tout dévoués à sa personne, Romulus passe le reste de sa vie à guerroyer contre ses proches voisins étrusques :

Contre cession de territoires, Romulus finit par accorder à Véies une trêve de 100 ans.


Vestiges actuels du temple de Vesta

Mort de Romulus

Numa Pompilius Roi Sabin de Rome

Romulus meurt en 716 avant Jésus-Christ.

D'après Tite-Live, Romulus, comptant plus de partisans dans le peuple que parmi les patriciens, aurait été massacré par les patriciens.

Selon la légende, Romulus ne meurt pas mais disparait un jour simplement dans une violente tempête et est emmené au ciel alors qu'il inspecte ses troupes près du marais de la Chèvre.

La disparition de Romulus est suivie d'un interrègne de plus d'un an.

Les Romains qui se dotent d'un roi loyal aux deux tribus habitant maintenant Rome.

Numa Pompilius, âgé de près de 40 ans, gendre du roi Titus Tatius, un Sabin est réputé pour ses vertus. On lui offre de devenir Roi de Rome.

Numa Pompilius refuse tout d'abord l'offre mais son père et Marcius Ier le convainquent d'accepter. Il devient Roi Sabin de Rome.

Romulus lui laisse un état suffisamment fort et impressionnant militairement pour vivre en paix pendant ce règne d'une quarantaine d'années.

Numa Pompilius serait le fondateur du temple de Vesta situé à l'extrémité orientale du Forum à Rome.

Ce temple abrite :

Numa Pompilius charge ses propres filles de surveiller le feu sacré. Peu à peu, elles acquièrent le statut de prêtresses et l'ordre des Vestales devient le seul sacerdoce féminin de Rome.

Numa Pompilius fait également construire à proximité ;

Selon la tradition, Numa Pompilius promulgua une réforme du calendrier dans le but d'ajuster les années solaires et lunaires.

Numa Pompilius établit la constitution originelle des prêtres, appelés pontifes.

On attribue aussi à ce roi :

La légende veut que Numa Pompilius ait eu pour conseiller politique la nymphe Égérie et que, souhaitant lui démontrer sa faveur, Jupiter fit tomber sur le mont Palatin un bouclier portant des inscriptions prophétiques pour Rome.

Selon d'autres écrivains classiques, le bouclier serait apparu dans la Regia et proviendrait du dieu Mars.

Reconnaissant l'importance de ce bouclier divin, le roi Numa Pompilius en fait produire 11 répliques. Ces objets deviennent les ancilia, les boucliers sacrés qui font l'objet d'une procession annuelle par les prêtres Saliens.



Lucius Junius Brutus à Delphes

La légende raconte qu'un jour, un serpent sort inexplicablement de l'un des piliers du palais. Titus et Arruns, deux des fils de Tarquin le Superbe, se rendent à Delphes, afin de consulter l'oracle sur ce prodige.

Ayant des soupçons sur la politique de Tarquin le Superbe à l'égard des aristocrates, dont beaucoup ont été assassinés sur son ordre, Lucius Junius Brutus fait semblant d'être idiot (sens de son nom en latin). Il est ainsi autorisé à aller en Grèce, afin de divertir ses cousins.

Après avoir posé la question officielle à l'oracle, les fils du roi veulent savoir lequel, parmi eux, deviendra roi de Rome après la mort de leur père.

Il leur est répondu que le premier qui embrassera sa mère serait le souverain suprême de Rome.

Les princes tirent au sort le droit d'embrasser leur mère à leur retour, et jurent de tenir secrète la réponse à leur plus jeune frère, Sextus Tarquin.

Lucius Junius Brutus interprétant le mot mère dans le sens de la terre, la mère nourricière, trébuche à dessein, et embrasse le sol.


Les licteurs apportant à Lucius Junius Brutus le corps de ses fils - Jacques Louis David - 1789

Conspiration contre la république romaine

Des ambassadeurs de Tarquin le Superbe, sous quelques obscures prétextes de restitution de fortune, restent à Rome et corrompent certaines familles de sénateurs dans le but :

Un esclave témoin qui a peur de la réaction des deux consuls, informe Publius Valerius Publicola de cette conspiration.

Publius Valerius Publicola confond les conjurés, dont Titus et Tiberius, 2 fils de Lucius Junius Brutus. Des lettres adressées aux Tarquins prouvent leur culpabilité.

Tarquin Collatin, laisse les autres conjurés libres de préparer leur défense, et s'oppose vivement :

Son attitude dresse le peuple contre lui.

Les traîtres sont arrêtés et emprisonnés. Lors du jugement de ses deux fils, Lucius Junius Brutus fait preuve de cette force d'âme et de cette gravité que les Romains aiment à considérer comme leur apanage.

Lucius Junius Brutus prononce lui-même la sentence condamnant ses fils.

Les licteurs attachent les jeunes hommes à des poteaux, les flagellent, puis les décapitent.

Toutes les têtes sont tournées vers Lucius Junius Brutus qui assiste à leur exécution, malgré toute son angoisse, ne fléchit point.

Lucius Junius Brutus récompense l'esclave informateur en lui octroyant la citoyenneté, et de l'argent.


Publius Horatius Coclès - par Hendrik Goltzius

Exil de Tarquin le Superbe

Siège de Rome

Prise du Janicule

Destruction du pont Sublicius

Tarquin le Superbe s'est réfugie auprès du roi Lars ou Lar (lar = chef militaire) Porsenna ou Porsinna ou Porsena, qui règne sur une autre ville étrusque, Clusium (maintenant Chiusi) et demande l'aide militaire de ses compatriotes afin de reconquérir le pouvoir.

Convaincus par les supplications de Tarquin le Superbe et l'intérêt stratégique bien compris des Étrusques, Porsenna envoie à Rome des ambassadeurs pour les sommer de recevoir leur roi.

En 508 avant Jésus-Christ, Porsenna décide de marcher sur Rome.

Porsenna assiège Rome à la tête d'une immense armée.

La réputation et la puissance de Porsenna causent l'effroi de la Ville qui réussit cependant à surmonter ses querelles internes.

Lors du premier assaut, Porsenna s'empare du Janicule, colline qui surplombe Rome, sur la rive droite du Tibre.

Publius Valerius Publicola installe une colonie avec 700 hommes face au roi étrusque, mais ce dernier avance si vivement qu'il défait cette colonie et les pousse à la fuite.

Publius Valerius Publicola doit les secourir et engage la bataille aux portes de Rome sur les bords du Tibre, en sous-nombre.

Les deux consuls sont blessés, et les Romains regagnent la ville.

Mais 3 hommes, Publius Horatius Coclès (Horatius Le Borgne), Spurius Larcius Flavius et Titus Herminius Aquilinus, restent en arrière pour défendre le seul accès à Rome : le Pont Sublicius qui a été construit en bois pour être détruit en cas d'attaque.

D'après Denys d'Halicarnasse, Publius Horatius Coclès est le neveu du consul Marcus Horatius Pulvillus.

Ils barricadent le passage pendant que, derrière eux, on s'affaire à détruire le sur le Tibre.

Ils soutiennent un premier assaut, puis Publius Horatius Coclès renvoie ses compagnons d'armes et résiste jusqu'à ce que le pont s'effondre dans le fleuve.

Publius Horatius Coclès s'écrie alors :

Père Tibre, je te supplie respectueusement de recevoir ces armes et ce soldat dans un flot bienveillant.

Alors il plonge tout armé dans le Tibre et, malgré la grêle de traits qui s'abat sur lui, il rejoint les siens à la nage, sain et sauf sur l'autre rive.

L'État récompense un tel acte de bravoure

Les particuliers lui manifestent leur reconnaissance et s'associent aux honneurs officiels : malgré la disette, chacun se prive un peu et tire de ses provisions de quoi lui apporter quelque chose.

D'après Denys d'Halicarnasse, une des blessures reçue lors de la défense du pont Sublicius le rend boîteux, et c'est la raison pour laquelle, malgré sa très grande bravoure, il n'a jamais occupé une quelconque charge militaire, et encore moins le consulat.

Après l'échec de l'assaut contre Rome, Porsenna pille les environs.



Siège de Rome

Publius Valerius Publicola Consul

Publius Valerius Publicola devient de nouveau Consul en 507 avant Jésus-Christ.

Pour mettre fin au pillage de Porsenna, Publius Valerius Publicola prépare une embuscade. Il ordonne au peuple de Rome de pousser les troupeaux hors de la ville, attirant ainsi les troupes étrusques.

Publius Valerius Publicola vainc une partie des troupes adverses, avec l'aide de Titus Lucretius Tricipitinus et Titus Herminius Aquilinus, mettant ainsi fin aux pillages incessants des étrusques.

Après cet échec, Porsenna établit le siège de Rome.



Spurius Larcius Flavius Consul

Titus Herminius Aquilinus Consul

Spurius Larcius Flavius et Titus Herminius Aquilinus sont élus Consuls à Rome en 506 avant Jésus-Christ.



Bataille du lac Régille

Mort de Titus Herminius Aquilinus

Selon Tite-Live, pendant le consulat de Titus Aebutius Helva et Caius Veturius Geminus Cicurinus, Préneste, ville latine, rejoint la République romaine, ce qui précipite la guerre contre les Latins.

Tarquin le Superbe, en exil, appelle Octavius Mamilius, son gendre, dirigeant de Tusculum, à prendre les armes contre Rome.

Un dictateur est nommé à Rome : Aulus Postumius Albus qui s'adjoint l'un des consuls comme maître de cavalerie, Titus Aebutius Helva.

La bataille à lieu au lac Régille (en latin Regillum) (aujourd'hui vallée de Prataporci) dans le Latium.

Pour l'année de la bataille, Tite-Live parle de 499 avant Jésus-Christ tandis que Denys d'Halicarnasse donne 496 avant Jésus-Christ. Dans un cas, le maître de cavalerie nommé est l'un des consuls, dans l'autre c'est le dictateur.

Selon Tite-Live, la bataille commence par une charge de Tarquin le Superbe sur Aulus Postumius Albus.

Sur l'autre flanc, Titus Aebutius Helva, le maître de cavalerie, s'élance contre Octavius Mamilius. Ils sont tous deux sont blessés. Titus Aebutius Helva doit quitter le champ de bataille.

Les Latins faiblissent, un des fils de Tarquin le Superbe avance avec le corps des exilés romains, qui rééquilibre le combat.

Le consulaire Marcus Valerius Volusus s'élance pour combattre le jeune Tarquin, mais emporté par sa fougue, tombe au milieu des ennemis.

Aulus Postumius Albus, voyant ses troupes faiblir, ordonne aux troupes d'élite non engagées de traiter en ennemi tout fuyard.

Les Romains reprennent courage. Les troupes d'élite s'engagent à leur tour dans la bataille, et encercle le corps des exilés romains.

Octavius Mamilius, répond en envoyant ses dernières manipules de réserve qu'il commande lui-même pour redonner courage à ses hommes.

Le consulaire Titus Herminius Aquilinus attaque directement le commandement ennemi et le renverse, avant d'être lui-même frappé, et d'expirer au camp.

La cavalerie romaine, composée de la jeunesse de l'élite romaine, est envoyée pied à terre remplacer le premier rang, et l'infanterie lui prête main forte.

L'armée latine ploie et est bientôt poursuivie par les cavaliers romains remontés sur leurs montures.

Le camp ennemi est pris.

Blessé, Tarquin le Superbe est vaincu et perd son dernier fils lors de ce combat.

Aulus Postumius Albus et Titus Aebutius Helva rentrent triomphant à Rome, et le dictateur reçoit le cognomen Regillensis.

Après cette défaite, Tarquin le Superbe abandonne ses prétentions au trône et se retire à Cumes où il est accueilli par Aristodème le Malaque.



Naissance de Titus Quinctius Flamininus

Titus Quinctius Flamininus naît en 228 avant Jésus-Christ.



En Sardaigne

En 215 avant Jésus-Christ, la Sardaigne qui s'est à nouveau soulève, est soumise par Rome.

Titus Manlius Torquatus débarqué avec une armée, détruit la force punique qui a secouru Hanspicora.



Massacre sacrilège à Henna

Dans l'intérieur, Himilcon remporte des succès, car les cités se rallient à lui, le ravitaillent, et chassent les garnisons romaines.

Les Romains décident de faire un exemple. Lucius Pinarius, qui commande à Henna ou Enna, au centre de l'île, apprend qu'un complot est fomenté par les habitants pour livrer la garnison aux Carthaginois.

Il convoque la population au théâtre, et la massacre entièrement. Marcellus n'a pas ordonné ce crime, mais il se garde bien de le blâmer.

Or Henna était une cité sainte, consacrée à Déméter (ou Cérès) et à sa fille Perséphone (ou Proserpine). De nombreuses cités siciliennes, apprenant ce qui s'est passé à Henna, se mettent du côté de Carthage.

Tout ce que peut faire Marcellus pendant l'hiver 213-212 avant Jésus-Christ est d'observer plutôt que d'assiéger Syracuse.

Un de ses lieutenants, Titus Quinctius Crispinus commande le poste de l'Olympéion et la flotte qui croise devant le Grand Port, pendant que le proconsul en personne s'installe au nord de l'Hexapyle.



Mort de Marcus Marcellus

En 209 avant Jésus-Christ, Marcus Marcellus veut en finir et il ne pense qu'à libérer l'Italie.

Avec son collègue Titus Quinctius Crispinus, il part reconnaître le terrain. Il se trouve assailli par une troupe d'Africains et combattant avec courage mais est tué.



Titus Quinctius Flamininus Propréteur à Tarente

Titus Quinctius Flamininus sert comme tribun militaire dans la deuxième guerre punique, et en 205 avant Jésus-Christ est nommé propréteur à Tarente.



Titus Quinctius Flamininus Édile à Rome

Titus Quinctius Flamininus est édile à Rome en 203 avant Jésus-Christ,



Titus Quinctius Flamininus Questeur

Titus Quinctius Flamininus est questeur en 199 avant Jésus-Christ.



Titus Quinctius Flamininus Consul

Titus Quinctius Flamininus devient consul en 198 avant Jésus-Christ, bien que seulement âgé de 30 ans, soit 3 ans avant l'âge légal pour être élu à cette fonction.

Titus Quinctius Flamininus est alors choisi pour succéder à Publius Sulpicius Galba comme général en chef des armées romaines dans la Seconde guerre macédonienne.

Titus Quinctius Flamininus chasse Philippe V de Macédoine de Grèce, puis, alors que son consulat arrive à son terme, entreprend de négocier la paix.



Bataille de Cynoscéphales

Titus Quinctius Flamininus est alors prorogé dans son commandement, ce qui lui permet de poursuivre la deuxième guerre de Macédoine jusqu'à sa conclusion victorieuse à Cynoscéphales en Thessalie en 197 avant Jésus-Christ.

Forcé de se rendre, Philippe V de Macédoine doit rendre tous les territoires qu'il avait conquis sur les cités grecques et payer à Rome une amende de 1000 talents.

Titus Quinctius Flamininus ne donne toutefois pas satisfaction aux ennemis de la Macédoine, comme les Étoliens qui souhaitent voir ce royaume démembré.



Nabis gardien d'Argos

En 197 avant Jésus-Christ Nabis devient l'allié de Philippe V de Macédoine, qui lui confie la garde d'Argos.

Puis Nabis se déclare pour les Romains dans l'espoir de demeurer maître de cette ville.

Mais la deuxième guerre de Macédoine finie, Titus Quinctius Flamininus décide d'obliger Nabis à libérer Argos.



Titus Quinctius Flamininus aux Jeux isthmiques à Corinthe

Pillage de Sparte

En 196 avant Jésus-Christ, Titus Quinctius Flamininus se rend aux Jeux isthmiques à Corinthe où il proclame la liberté des cités grecques.

Hellénophone accompli, Titus Quinctius Flamininus est un admirateur de la culture grecque, et les Grecs l'accueillent en libérateur. Des monnaies sont frappées à son effigie, et il est l'objet d'un culte dans certaines cités.



Guerre lacédémonienne

La guerre lacédémonienne oppose en 195 avant Jésus-Christ Sparte à une coalition formée par Rome, la ligue achéenne, Pergame, Rhodes et la Macédoine.

Pour convaincre les Grecs de participer à la lutte contre Nabis, Titus Quinctius Flamininus fait valoir le danger pour les démocraties grecques de la présence d'une tyrannie.

Avec ses alliés grecs et la Macédoine, Titus Quinctius Flamininus entreprend le siège d'Argos, s'empare de la base navale spartiate de Gythion et encercle puis assiège la ville de Sparte elle-même.

Finalement, des négociations aboutissent à la paix aux conditions imposées par Rome.

Argos ainsi que les cités côtières placées sous la domination de Sparte s'affranchissent de cette domination.

Sparte doit payer une indemnité de guerre à Rome au cours des 8 années suivantes.

Argos rejoint la ligue achéenne tandis que les cités laconiennes sont placées sous la protection des Achéens.

Titus Quinctius Flamininus pille Sparte.

Titus Quinctius Flamininus accepte que Nabis reste sur le trône de la ville.

Titus Quinctius Flamininus retourne triompher à Rome avec 1 200 esclaves romains et italiens qui avaient été capturés pendant la deuxième guerre punique et vendus en Grèce.

Sparte est forcée de devenir membre de la ligue achéenne, un de ses ennemis pendant le conflit.



Titus Quinctius Flamininus négociateur

Mort de Nabis

Eumène II de Pergame en appelle à Rome dans sa dispute contre le roi séleucide Antiochos III Mégas.

Le sénat envoie Titus Quinctius Flamininus négocier avec Antiochos III Mégas en 192 avant Jésus-Christ et le prévenir de ne pas interférer avec la liberté des Grecs. Ces négociations sont un échec.

Dès 192 avant Jésus-Christ, la guerre s'enclenche.

Les Étoliens dresser les cités grecques contre Rome et appellent le roi Antiochos III Mégas.

Nabis entre en guerre avec la ligue achéenne.

Philopœmen vainc de nouveau Nabis.

Nabis demande du secours aux Étoliens.

Nabis meurt 192 avant Jésus-Christ, assassiné par Aleximène, le chef des 1 000 hommes que les Étoliens lui ont envoyés. Le but de ce meurtre est de se concilier l'amitié des Spartiates et les amener à combattre Rome.

Les espérances étoliennes sont déçues. Les spartiates mettent à mort les Étoliens qui avaient commencé à piller la cité puis ils décident de s'allier à Rome.

Nabis aurait été un monstre de cruauté mais, si l'on considère que nos rares sources le concernant appartiennent toutes aux partis adverses, probablement pas plus que ses contemporains.



Titus Quinctius Flamininus en mission diplomatique auprès de Prusias Ier de Bithynie

En 183 avant Jésus-Christ, Titus Quinctius Flamininus est envoyé en mission diplomatique auprès du roi Prusias Ier de Bithynie auprès de qui s'est réfugié Hannibal Barca.



Mort de Titus Quinctius Flamininus

Titus Quinctius Flamininus meurt probablement vers 174 avant Jésus-Christ.



Naissance de Vespasien

Titus Flavius Sabinus Vespasianus dit Vespasien naît en 9 à Réate en Sabine.



Naissance de Titus

Titus Flavius Vespasianus, dit Titus, naît en 39.



Règne de Claude

Le nouveau souverain a des problèmes de santé; il est épileptique, bourré de tics et bègue.

Mais il est un brillant intellectuel, cultivé, fin lettré spécialiste de la grammaire latine et passionné de l'histoire de la civilisation étrusque. Il fut un grand empereur et un bon administrateur

Claude, de caractère faible, est porté sur la boisson et très peureux ! Il resta dominé par ses femmes et ses affranchis qui détiennent la réalité du pouvoir.

Il ouvrit l'administration aux non romains (Gaulois, Grecs,...).

Claude se montra plus humain que ses prédécesseurs, en particulier envers les esclaves et les affranchis; c'est ainsi que, selon sa volonté, tout esclave abandonné par son maître acquiert la liberté.

Pour preuve de ses mérites, Titus et Trajan ont restitué son nom et sa mémoire.



Naissance de Domitien

Deuxième fils de Vespasien, Titus Flavius Domitianus dit Domitien naît en 51.



Guerre juive, destruction de Jérusalem

La guerre juive lui donna plus de difficultés.

Interrompue durant l'année 69, elle reprit au printemps 70.

C'est Titus avec 4 légions, des auxiliaires et des contingents royaux alliés qui assiège Jérusalem, il prend la ville, la pille, la brûle et la détruit.

Les Chrétiens se réfugient dans le royaume de Pétra, "regroupés autour des parents du Christ".

Le dernier foyer de rébellion tombera en mai 73

(prise de la forteresse de Massada).

Plus d'un million de juifs auraient péri dans cette guerre.



Hérédité du principat

Vespasien profitant de la lassitude des esprits et des progrès de l'idée dynastique dans les armées et les masses, en province surtout, il proclama d'emblée l'hérédité du principat en faveur de ses fils Titus et Domitien.

Titus est le principal collaborateur de Vespasien. Domitien dont Vespasien se méfie est pourtant promis au trône car Titus n'a pas de fils.

Le Sénat prisait en Vespasien l'esprit conservateur mais méprisait en lui le parvenu, et par dessus tout, ne pouvait accepter l'hérédité du principat.

Malgré sa déférence et des preuves de bonne volonté, Vespasien gouvernait en maître absolu.

Une opposition se forma, conduite par des sénateurs stoïciens mais Vespasien la musela. Il réussit à modifier profondément la composition de l'assemblée et de l'ordre sénatorial.

Vespasien expulsa les indésirables que les troubles avaient introduits au Sénat (des fils d'affranchis) et fit une grande fournée de sénateurs qui furent choisis parmi les chevaliers, officiers et notables des cités de l'Italie et des provinces occidentales.


Arc de Titus

Titus Empereur romain

Premier fils de Vespasien dont il est le co-régent, Titus arrive au pouvoir en 79 à l'âge de 39 ans, il est bon général.

Titus est plus avenant que Vespasien et désireux d'être aimé, mais il gouverna comme lui, avec le même despotisme paternaliste, et se garda bien de donner à Domitien, qui le détestait, quelque place que ce soit dans l'État.

Il se montrait plus réformateur : il donna aux soldats le droit de tester.

Sa dévotion pour Isis et Apis l'aurait peut être incité à une politique tournée vers l'Orient qui du reste lui témoigna le plus d'attachement.

Son règne fut marqué par de nombreuses catastrophes, qui lui permirent de témoigner, à tous, cette attentive bienveillance qui a fait sa légende.



Destruction de Pompéi

L'éruption du Vésuve détruisit Pompéi, Herculanum et Stabies en août 79.


Rennes

Condate devient Condate Riedonum, capitale de la civitas riedonum (cité du peuple gaulois des Riedones).

Le plus ancien Rennais connu est Titus Flavius Postuminus, il est connu au par des stèles qui furent retrouvées à Rennes en 1968, quai Duguay-Trouin. Comme ses prénoms l'indiquent, il serait né sous la dynastie des Flaviens et sous le règne de Titus, c'est-à-dire entre 79 et 81. L'une des stèles nous dit, en latin, qu'il exerça toutes les charges publiques dans sa patrie, la Civitas Riedonum. Il fut deux fois duumvir et flamine à vie du dieu Mars Mullo.

À l'époque romaine, la position stratégique de la ville contribue en faire une ville d'importance. Vers l'ouest la principale voie romaine conduit de Condate à Vorgium (l'actuelle Carhaix) chez les Osismii.



Construction de l'amphithéâtre Flavien - Le Colisée

Le plus vaste monument de l'Antiquité romaine arrivé jusqu'à nous prit son nom actuel au Moyen Age.

Il fut construit par Vespasien, à l'emplacement d'un lac artificiel qui s'insérait dans l'immense domaine de la Domus Aurea, et constitua le premier théâtre fixe de la ville.

En 80, Titus inaugura l'amphithéâtre Flavien que son père avait commencé avec des fêtes et des jeux splendides qui durèrent selon les récits plus de 100 jours

Domitien puis Alexandre Sévère y modifièrent certains aspects architecturaux.

Les 48,5 mètres de la façade se composent de trois niveaux d'arcs encadrés par des colonnes encastrées et sont recouverts de travertin.

A l'intérieur, l'arène elliptique était séparée des gradins par une cavea et une balustrade.

En haut, les femmes prenaient place tandis qu'en bas les hommes puissants avaient leur place réservée.

On voit aujourd'hui les galeries et labyrinthes qui constituaient les souterrains de l'arène; la machine fascine dans son organisation où ascenseurs, décors et effets scénographiques s'accumulaient pour le plaisir des romains.

On pouvait en placer plus de 50.000 dans cet espace souvent couvert par une grande toile…

Mais au Moyen Age la structure devint une forteresse et très vite une mine pour les chantiers en cours durant la Renaissance.

Grâce à Benoît XIV, le démantèlement de l'Amphithéâtre Flavien prit fin et l'édifice fut consacré à la Passion de Jésus.



Trésor en difficulté

Titus dépense beaucoup pour :

Sa prodigalité était excessive et Titus laisse à sa mort le Trésor en difficulté.



Mort de Titus

Titus mourut prématurément d'un mal inconnu, le 13 septembre 81, âgé de 42 ans, pleuré de tous sauf de son frère Domitien impatient de régner.



Domitien Empereur romain

Il parvient au pouvoir en 81à l'âge de 30 ans.

Domitien avait participé au pouvoir lors de la crise de 69, mais fut tenu à l'écart ensuite tant sous Vespasien et que sous Titus.

Sa capacité était indiscutable, mais il était orgueilleux, violent, jalousement autoritaire et ces défauts augmentèrent avec l'exercice du pouvoir absolu.

Salué Empereur sans difficultés par les prétoriens à la mort de Titus, il fut investi très vite de tous les pouvoirs par le Sénat.

Il s'appuyait sur l'armée dont il augmenta les soldes d'un quart.

Pour l'essentiel son gouvernement ne différait guère de celui de Vespasien, avec une rigueur accrue, et la remise en vigueur de châtiments anciens.

Domitien était bon administrateur. L'ordre équestre vit grandir son importance.

Les gouverneurs et les procurateurs furent surveillés et les abus réprimés.

Il soutenu la viticulture en crise et s'acquit ainsi une popularité auprès des propriétaires italiens.

Dans les provinces, l'annexion fut préférée à la politique augustéenne des États clients.

Populaire en Italie, dans les armées, auprès des prétoriens, Domitien rencontra à Rome une opposition sans merci. Domitien commit l'erreur de s'aliéner les sénateurs.

On lui reprocha :

L'opposition bientôt dangereuse pour sa vie rendit Domitien impitoyable : exécutions, exiles, persécutions.



Naissance d'Antonin

Titus Aurelius Fulvius Boionius Arrius Antoninus ou Titus Aurelius Pius, Antonin le Pieux, naît le 15 septembre 86 à Lanuvium, dans le Latium. Ses parents sont originaires de Gaule. Il grandit en Italie et il y fit ses études.



Commode Empereur

A la mort de Marc-Aurele, son fils Commode, âgé de 19 ans, est avec lui dans la région du Danube. Il lui succède sans difficultés et devient empereur le 17 mars 180.

Il fut le deuxième empereur à recevoir le pouvoir de son père biologique. Avant lui, il y eut Titus, fils de Vespasien et frère aîné de Domitien. Commode est le dernier souverain de la dynastie des Antonins.

Il fut nommé 7 fois Consul, 18 fois investi de la puissance tribunitienne, et 8 fois salué imperator (général).



Titus, usurpateur en Afrique

Mort de Titus

En 235, le sénateur Titus (que l'historien grec Hérodien appelle Quartinus) dispute le trône à Maximin le Thrace en prenant la tête d'une révolte des archers arabes. Titus est tué dans sa tente par l'un de ses amis ou par ses propres soldats qui avaient rallié la cause de Maximin.



Mort de William Shakespeare

Pendant les dernières semaines de la vie de William Shakespeare, Thomas Quiney, un aubergiste le prétendant de sa fille Judith, est convoqué par le tribunal paroissial pour fornication.

Une femme du nom de Margaret Wheeler a accouché et prétend que l'enfant est de l'aubergiste. Quiney est déshonoré, et William Shakespeare corrige son testament pour assurer que les intérêts de Judith soit sécurisés à son nom.

William Shakespeare meurt le 23 avril 1616, âgé de 52 ans. Marié à Anne Hathaway jusqu'à sa mort, ses deux filles lui survivent. Susanna épousa le Dr John Hall, et même si les deux filles de William Shakespeare eurent elles-mêmes des enfants, aucun d'eux n'eut de descendants.

Il reçoit le droit d'être enterré dans le choeur de l'église de la Trinité à Stratford-upon-Avon mais après qu'il soit devenu sociétaire de l'église en payant la dîme de la paroisse (£440, une somme importante).

Un buste commandé par sa famille le représente, écrivant, sur le mur adjacent à sa tombe. Chaque année, à la date présumée de son anniversaire, on place une nouvelle plume d'oie dans la main droite du poète.

À l'époque de William Shakespeare, il était courant de faire de la place dans les tombeaux paroissiaux en les déplaçant dans un autre cimetière. Par crainte que sa dépouille ne soit enlevée du tombeau, on pense qu'il a composé cette épitaphe pour sa pierre tombale :

Mon ami, pour l'amour du Sauveur, abstiens-toi

De creuser la poussière déposée sur moi.

Béni soit l'homme qui épargnera ces pierres

Mais maudit soit celui violant mon ossuaire.

La légende populaire veut que des œuvres inédites reposent dans la tombe de William Shakespeare, mais personne n'a jamais vérifié, par peur sans doute de la malédiction évoquée dans l'épitaphe.


Œuvres de William Shakespeare

Le volume des créations de William Shakespeare ne doit pas nous apparaître comme exceptionnel, d'après les standards de l'époque Avant tout connu pour ses œuvres dramaturgiques, William Shakespeare est un artiste polyvalent : sonnets, farces, comédies, pièces historiques et tragédies... Entre 1580 et 1613, William Shakespeare écrit :


Tragédies de Shakespeare


Comédies de Shakespeare


Pièces historiques de Shakespeare


Les Romances tardives de Shakespeare


Autres œuvres littéraires



Exclusion Bill

Complot papiste

Thomas Osborne prisonnier

La crise de l'Exclusion Bill toucha l'Angleterre de 1678 à 1681.

C'est un projet de loi dont l'objet est d'exclure de la succession au trône d'Angleterre et d'Irlande Jacques II Stuart, en raison de sa foi catholique.

Edward Coleman, secrétaire de Jacques II Stuart, est accusé par Titus Oates au cours du Complot papiste de 1678 d'encourager la subversion dans le royaume.

Les Protestants anglais les plus influents sont effrayés par l'exemple français d'un roi catholique placé à la tête d'une monarchie absolue.

Un mouvement s'organise pour éviter l'arrivée au trône de Jacques II Stuart, Charles II Stuart n'ayant pas d'héritier légitime.

L'inquiétude est encore renforcée suite à la disgrâce de Thomas Osborne, qui sert de bouc émissaire dans une affaire de corruption avec la France impliquant le gouvernement de Charles II Stuart.

Thomas Osborne est enfermé dans la tour de Londres.



Mariage de Guy-Claude-Roland de Montmorency-Laval avec Marie-Élisabeth de Rouvroy

Guy-Claude-Roland de Montmorency-Laval épouse le 29 juin 1722 Marie-Élisabeth de Rouvroy de Saint-Simon (10 mars 1698-4 janvier 1762), Dame de Parigné, fille de d'Eustache-Titus de Rouvroy et de Claire-Eugénie de Hauterive. Leurs enfants sont :

Marie-Élisabeth de Rouvroy est cousine de Louis de Rouvroy, le célèbre mémorialiste.



Couronnement de Léopold II d'Autriche comme Roi de Bohême

Léopold II d'Autriche est Couronné Roi de Bohême à Prague le 6 septembre 1791.

Mozart compose pour l'occasion son opéra La Clémence de Titus.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !