Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



35 événements affichés, le premier en 505 - le dernier en 877



Mariage de Thierry Ier de Francie avec Suavegothe de Burgondie

Thierry Ier de Francie épouse vers 505 Suavegothe de Burgondie, fille Sigismond II de Burgondie, Roi de Burgondie. Leurs enfants sont :



Naissance de Théodebert Ier d'Austrasie

Thibert ou Théodebert Ier d'Austrasie naît en 504 ou vers 505, fils de Thierry Ier de Francie, Roi de Reims, et de Suavegothe de Burgondie.



Expédition danoise repoussée

Mort deCochiliac Roi des Normands

En 522, des pillards Danois transportés sur des vaisseaux effectuent leur premier débarquement en Gaule, près de l'embouchure de la Meuse. Thierry Ier de Francie envoie son fils Théodebert Ier d'Austrasie les arrêter et les refouler. Le jeune Théodebert fait preuve de courage et d'habileté en combattant l'armée danoise.

Théodebert tue de sa main le roi des Normands Cochiliac, et cette victoire lui fait donner le titre glorieux de Prince utile. Elle acquière à Théodebert l'attachement des guerriers du royaume.



Mariage de Waccho Ier de Lombardie avec Austricuse

Waccho Ier de Lombardie épouse Austriguse ou Austricuse, une princesse Gépide, dite aussi Ostrogotha ou Ostrogothe, peut-être en raison de ses origines ostrogothique. Leurs enfants sont :



Campagne contre les Wisigoths en Septimanie

Siège d'Arles

Fiançailles de Théodebert Ier d'Austrasie et de Wisigarde de Lombardie

Mariage de Théodebert Ier d'Austrasie avec Deuterie

En 533, Théodebert Ier d'Austrasie mène une campagne contre les Wisigoths en Septimanie.

Il prend Rodez, Lodève, une partie du Biterrois, puis avance vers le Rhône, prend Uzès et assiège Arles.

Les fiançailles de Théodebert Ier d'Austrasie et de Wisigarde de Lombardie ont lieu en 533.

Deutérie de Reims est veuve du gouverneur de Cabriera, près de Béziers.

Théodebert Ier d'Austrasie épouse en 533 ou 535 Deutérie de Reims, issue de l'aristocratie gallo-romaine d'Auvergne. Leur enfant est :



Mort de Thierry Ier de Francie

Théodebert Ier d'Austrasie Roi d'Austrasie

Thierry Ier de Francie, l'aîné des fils de Clovis Ier, s'éteint en 534. Il est inhumé à Metz.

Thierry Ier de Francie frappe les premières monnaies mérovingiennes afin de marquer son autonomie face à Byzance dont l'empereur garde théoriquement le privilège de la frappe monétaire. Néanmoins, il ne rompt pas totalement avec ce dernier puisque ses premières monnaies ne sont pas en or.

Childebert Ier et Clotaire Ier envisagent de s'emparer de son royaume de Reims en écartant voire en éliminant Théodebert Ier d'Austrasie, cet héritier gênant.

Théodebert Ier d'Austrasie doit interrompre rapidement le siège d'Arles pour faire prévaloir ses droits.

Grâce à l'attachement des guerriers du royaume depuis sa victoire de 522 sur les Danois, l'aristocratie locale défend son patrimoine.

Théodebert Ier d'Austrasie monte sur le trône de Reims, future Austrasie en 534.

Théodebert Ier d'Austrasie sera finalement adopté par Childebert Ier.

Le deux hommes partent alors en guerre contre Clotaire, qui se réfugie dans une forêt.

Tandis qu'il est assiégé, une tempête de grêle ravage le camp de ses ennemis, qui effrayés abandonnent le siège et concluent la paix.


Offensives franques

Annexion du royaume des Burgondes par les Francs

Abdication de Godomar III

Clotaire Ier Co-Roi de Burgondie

Childebert Ier Co-Roi de Burgondie

Gontran Ier Co-Roi de Burgondie

En 534, alors que le pouvoir ostrogoth, dernière protection de Godomar III, est de nouveau en guerre contre l'Empire romain d'Orient, qui souhaite reconquérir l'Europe Occidentale, Childebert Ier, Clotaire Ier, et Théodebert Ier d'Austrasie, s'allient contre leur voisin. Ils envahissent la Burgondie. Ils mettent le siège devant Arles.

On ne connaît pas le nom de la bataille décisive, mais cette nouvelle campagne des Francs amène, la destruction définitive et le partage du royaume burgonde entre les rois Francs.

Godomar III Roi des Burgondes est déposé en 534, mais reste libre jusqu'à sa mort.

Les Burgondes se soumettent à la domination des Francs et passent sous l'autorité de la monarchie mérovingienne.

Le Regnum Francium a atteint sa pleine expansion. Seul le littoral méditerranéen reste aux mains des Ostrogoths.



Naissance de Théodebald d'Austrasie

Thibaud ou Theodebald ou Théodebald d'Austrasie naît en 534 ou en 535, fils de Théodebert Ier d'Austrasie et de Deutérie de Reims.


La France vers 536

Mariage de Witiges avec Mathesuentha

Mort de Théodat d'Ostrogothie Roi des Ostrogoths

Witiges Roi des Ostrogoths

Cession de la Provence aux Francs

Witiges épouse en 536 Mathesuentha, la seule fille encore en vie d'Amalasonte.

Ce mariage est destiné à soutenir la revendication du trône de Witiges.

Witiges commandite l'assassinat de Théodat d'Ostrogothie après l'emprisonnement et la mort de sa belle-mère Amalasonte.

Théodat meurt en 536.

Witiges ou Vitigès ou Wittigeis un général est élu Roi des Ostrogoths en 536 au milieu de la guerre gothique.

Les Ostrogoths, en conflit en Italie contre les Byzantins de Justinien Ier, sont dans l'incapacité de défendre la Provence.

En 536, Witiges assure ses arrières en cédant la Provence aux Francs qui essayent depuis de nombreuses années d'accéder à la mer.

En vertu du traité passé avec Witiges, Théodebert Ier d'Austrasie envoie aux Ostrogoths une armée de 10 000 burgondes.

La Septimanie, toujours aux Wisigoths, échappe aux Mérovingiens.

Au cours de l'hiver de 536 à 537, Théodebert Ier d'Austrasie et son oncle Childebert Ier venu prendre possession de leur nouvelle acquisition, président à Arles des jeux à l'antique et y font frapper des monnaies à leurs effigies.


Offensives franques

Expédition contre les Alamans

En 537, Théodebert Ier d'Austrasie dirige une expédition victorieuse contre les Alamans, abandonnés par leurs alliés Ostrogoths.



Conquête de la Bavière et de la Souabe

En 538, Théodebert Ier d'Austrasie entreprend la conquête de la Bavière et de la Souabe.


Offensives franques

Théodebert Ier d'Austrasie en Italie du nord

Siège et Prise de Milan

Au printemps 539, Théodebert Ier d'Austrasie entre en Italie du Nord avec une armée de 100 000 hommes, après avoir rompu son accord de neutralité avec les Ostrogoths.

Appelé en même temps par Justinien Ier et par Witiges, qui se font la guerre, Théodebert Ier d'Austrasie écoute les propositions des deux partis, dans l'intention de les perdre l'un par l'autre, et d'agrandir son empire sur les débris de leurs États. Il trompe les deux puissances belligérantes par de fausses promesses.

En 539, allié avec l'empereur Justinien, Théodebert Ier d'Austrasie fond d'abord sur les Ostrogoths et ravage le nord de la péninsule Italienne jusqu'à l'Adriatique.

Puis Théodebert Ier d'Austrasie se retourne contre l'empereur Justinien Ier en aidant Witiges à assiéger Milan. Milan, la ville la plus importante de l'Italie après Rome, est reprise par les Ostrogoths et détruite. Les hommes sont massacrés et les femmes vendues comme esclaves en 539.



Répudiation de Deutérie de Reims par Théodebert Ier d'Austrasie

Mariage de Théodebert Ier d'Austrasie avec Wisigarde de Lombardie

Théodebert Ier d'Austrasie répudie Deutérie de Reims.

Théodebert Ier d'Austrasie épouse vers 540 Wisigarde de Lombardie, fille de Waccho Ier de Lombardie, Roi de Lombardie, et d'Austricuse. Leur enfant est :

Il est possible que Berthoara soit identique à la princesse franque dont Procope dit qu'elle est demandée en mariage par le Totila vers 547-550. Mais ce projet n'aboutira pas à une noces.

Grégoire de Tours parle ensuite d'un veuvage rapide et d'un troisième mariage, mais il ne donne pas le nom de cette épouse.



Bataille de Pavie

Projet de conquête de Byzance par Théodebert Ier d'Austrasie

Théodebert Ier d'Austrasie défait le général byzantin Bélisaire à Pavie, et y organise le massacre de la population. Par la suite, il poursuit sur sa lancée en ravageant Gênes. Après s'être emparé de la Vénétie, il a peut-être conquis brièvement une partie de la Pannonie en 540.

Selon une lettre qu'il écrit à l'empereur, Théodebert Ier d'Austrasie dévoile son rêve de poursuivre ses conquêtes jusqu'à Byzance. Il a déjà intéressé les Gépides, les Lombards et plusieurs autres peuples impatients du joug de Justinien.

Finalement, Théodebert Ier d'Austrasie est contraint de se retirer avec son armée décimée par une épidémie.

Mais Théodebert Ier d'Austrasie laisse un duc en Vénétie qu'il fera plus tard reconnaître par Totila.

À Bologne, Théodebert Ier d'Austrasie ose faire frapper monnaie une monnaie d'or à son effigie, prérogative exclusivement byzantine.



Mort de Théodebert Ier d'Austrasie

Théodebald d'Austrasie Roi d'Austrasie

Théodebert Ier d'Austrasie meurt en 548, tué à la chasse :

Théodebert Ier d'Austrasie, le plus accompli des descendants de Clovis, est aussi vaillant qu'habile et généreux. C'est, dit Mezeray, un homme horriblement gourmand, qui prenait de l'aloès pour digérer les viandes dont il se gorgeait.

Il ne consulte jamais que son intérêt dans les alliances qu'il contracte avec ses oncles Childebert Ier et Clotaire. Théodebert mène une politique totalement indépendante vis à vis de l'Empire romain d'Orient, au contraire de Clovis qui visait une légitimation de son pouvoir.

Théodebert Ier d'Austrasie est le premier à braver l'empereur en battant des monnaies d'or à sa propre effigie, privilège exclusif du Basiléus. Sur une de ses monnaies, il figure avec le titre d'Auguste

Auréolé d'un immense prestige lié à ses conquêtes et ses entreprises belliqueuses, Théodebert Ier d'Austrasie veille également à resserrer les liens de la monarchie et de l'Église en protégeant celle-ci de certains abus fiscaux notamment en Auvergne.

Toutefois son conseiller Parthénius, issu d'une famille gallo-romaine, vise à assurer des revenus réguliers à la royauté franque en rétablissant une lourde fiscalité inspirée de l'ancien empire romain.

Mais cette tentative se heurte à l'hostilité de la population.

En 547, devant la révolte des habitants de Trèves contre Parthénius, le projet est abandonné.

Théodebald d'Austrasie, son fils, hérite du royaume agrandi de Reims et d'Auvergne à l'âge de 13 ans.



Mariage de Chilpéric Ier de Francie avec Audovère

Chilpéric Ier de Francie épouse Audovère. Leurs enfants sont :



Victoire de Sigebert Ier sur Chilpéric Ier de Francie

En 574, Chilpéric Ier de Francie attaque Reims.

Pour le battre, Sigebert Ier demande l'aide des Francs d'au delà du Rhin, les Francs Ripuaires, ainsi que celle des peuples qu'il contrôle, Alamans, Saxons, Thuringiens.

Il peut ainsi vaincre l'armée de son neveu, Théodebert.



Mariage de Childebert II avec Faileube

Childebert II épouse Faileuba ou Faileube. Leurs enfants sont :



Naissance de Théodebert II

Thibert ou Théodebert II naît en 586, fils de Childebert II et de Faileube.



Naissance de Thierry II de Francie

Théodoric ou Thierri ou Thierry II de Francie, dit le Jeune, naît en 587, fils de Childebert II et de Faileube. Thierry II de Francie passe ses premières années à la cour de Théodebert II, son frère aîné, lui aussi mineur.

Sa grand-mère Brunehaut exerce la régence générale des deux royaumes et poursuivi assidûment la lutte sanglante contre Frédégonde d'Ardennes. Elle gouverne seule, en excluant du conseil les seigneurs qui l'avaient elle-même éloignée des affaires pendant la minorité de son fils.

Brunehaut fait exécuter de grands aristocrates comme les ducs Rauching, Ursion et Bertfred en 587.



Mariage de Gisulf II de Frioul

Gisulf II de Frioul épouse Romilde ou Ramhilde de Bavière, fille de Garibald Ier de Bavière et de Walrade de Lombardie. Leurs enfants sont :


La France en 596

Mort de Childebert II

Théodebert II Roi d'Austrasie

Thierry II Roi de Bourgogne et d'Orléans

Brunehaut à nouveau la Régente

Childebert II meurt en 595 ou le 28 mars 596 empoisonné avec Faileube.

Certains imputent le crime à Brunehaut afin qu'elle puisse régner seule sous le nom de ses petits-fils, mais il est plus probablement le fait de Frédégonde d'Ardennes.

Pratiquant une politique d'alliance avec les Byzantins contre les Lombards d'Italie, Childebert II mène les dernières expéditions austrasiennes dans cette région.

Childebert II est aussi connu pour avoir complété la loi salique par un décret.

Lors du partage en 596 :

Le royaume de Bourgogne s'agrandit de l'Alsace et du Sundgau qui sont détachés de l'Austrasie.

Du fait de sa minorité, la grand-mère de Théodebert II, Brunehaut, exerce à nouveau la régence.

Marseille fait partie des États de Thierry II de Francie son fils.

Frédégonde d'Ardennes s'empare de Paris, pénètre en Bourgogne, et taille en pièces une armée que Thierry II de Francie a envoyée contre elle.

Géry de Cambrai entretient des rapports étroits avec Clotaire II, qui succède à Childebert II comme souverain de Cambrai.



Reprise du pouvoir en Austrasie par Théodebert II

Lassé de la lourde tutelle de sa grand-mère, Théodebert II choisit d'écarter du pouvoir Brunehaut en 599.

Brunehaut est capturée, transportée hors d'Austrasie et abandonnée sans secours. On lui défend sous les peines les plus rigoureuses de reparaître dans le royaume.

Altière, incapable d'oublier une injure, Brunehaut se retire à Orléans, qui appartenait à Thierry II de Francie Roi de Bourgogne.

Elle exerce encore une fois la régence et s'appuie sur Protadius, un maire du Palais très compétent pour faire appliquer ses directives.



Arnould de Metz intendant des domaines royaux deThéodebert II

Arnould de Metz entre, pendant une douzaine d'années, au service du roi Théodebert II dont il est un temps intendant des domaines royaux.



Bataille de Dormelles

Clotaire II, privé de l'appui de Frédégonde d'Ardennes, est bientôt obligé d'abandonner ses conquêtes et même de céder aux rois de Bourgogne et d'Austrasie plusieurs villes de son royaume

Brunehaut, leur grand-mère, pousse Thierry II de Francie et Théodebert II contre Clotaire II, Roi de Neustrie. En 600, ils s'allient pour le vaincre lors de la bataille de Dormelles.

Cela permet à Brunehaut de s'emparer de la plus grande partie de la Neustrie exceptée Rouen, Amiens et Beauvais.

Mais lassé de cette longue vendetta, il semble que Théodebert II ait pu s'allier avec Clotaire II pour mettre un terme à la guerre civile.



Mariage de Théodebert II avec Appa Bilichildis de Frioul

Théodebert s'éprend en 608 d'une esclave Appa Bilichildis de Frioul qui servait alors Brunehaut, et finit par l'épouser. Leurs enfants sont :



Exil de Colomban

En 608, Colomban se présente à la cour de Thierry II de Francie qui a fixé la capitale de son royaume à Autun.

Brunehilde profite du conflit de Colomban avec l'Église franque pour lui ordonner de partir avec ses disciples irlandais et armoricains.

Ils partent de Luxeuil.

Colomban partit, ses successeurs Eustache (608-629) et Valbert s'entendent avec la royauté mérovingienne.

Colomban et ses disciples passent par Besançon, Autun, Auxerre, pour atteindre la Loire à Nevers.

Ils continuent en bateau vers Orléans, Tours puis Nantes où ils embarquent sur un navire en partance vers l'Irlande. Mais après un échouage, ils se retrouvent sur la côte Sud de Bretagne.

Colomban décide de rester sur le continent et d'aller voir le roi de Neustrie.

Lui et ses compagnons remontent vers le Nord en longeant l'Armorique où règne le jeune roi breton Judicaël.

Colomban le connaît par l'intermédiaire de son conseiller Saint-Malo qui a séjourné à Luxeuil.

Ils poursuivent leur route par Rouen, puis Soissons.

Colomban est très bien accueilli par Clotaire II qui lui accorde son amitié et l'invite à s'installer près de lui.

Colomban préfère poursuivre son périple vers les peuples germaniques.

Le groupe passe par Meaux, La Ferté-sous-Jouarre, puis Metz, capitale du roi Théodebert II d'Austrasie.

Le roi lui propose aussi de s'installer sur son domaine.



Mort de Appa Bilichildis de Frioul

Mariage de Théodebert II avec Teudechilde

Après deux années de vie commune, ThéodebertII fait assassiner Appa Bilichildis de Frioul.

Théodebert II épouse en 609 ou 610 Teudechilde ou Théodechildis.

Le pouvoir de Théodebert II apparaît comme bien assuré et son royaume en paix.

D'une mère inconnue, Théodebert II a une fille :



Guerre de Thierry II de Francie contre Théodebert II

Rencontre à Seltz

Prise de l'Alsace par Théodebert II

Se sentant suffisamment puissant, Thierry II de Francie vise à unifier le royaume de son père en annexant l'Austrasie.

Privée de tout pouvoir, incapable de poursuivre sa vendetta, Brunehaut entreprend de retrouver sa puissance en poussant Thierry II de Francie à combattre son propre frère Théodobert II. Brunehaut déclenche la guerre en reniant son petit-fils Théodobert II qu'elle considère comme étant un usurpateur. Par ce moyen, Brunehaut affaiblit habilement le pouvoir de Théodebert II d'autant que l'aristocratie austrasienne doute désormais de la légitimité de leur monarque.

Poussé par sa grand-mère, Thierry II de Francie déclare la guerre à son frère. La guerre fratricide qui s'ensuivit est d'abord favorable à Théodebert II en 610.

Théodebert II attire le cadet dans une conférence particulière à Seltz, près de Wissembourg, où des gens apostés le contraignent, le poignard sur la gorge, à signer la cession de l'Alsace.



Bataille de Toul

Bataille de Tolbiac

Thierry II de Francie Roi d'Austrasie

Théodebert II Prisonnier

Mort de Théodebert II Roi d'Austrasie

Thierry II de Francie n'est pas plutôt libre, qu'indigné de la trahison, il cherche à se venger et se jette sur les États de Théodebert II. Il achète la neutralité de son cousin Clotaire II le roi de Neustrie. Il pénètre en Austrasie et rencontre Théodebert II à Toul, qu'il vainc et contraint à fuir.

Voulant se venger, Théodebert II s'allie avec les Saxons et les Thuringiens. Il est à nouveau vaincu par son frère à Tolbiac en 612 dans une bataille sanglante et meurtrière.

Thierry II de Francie est roi d'Austrasie en 612.

Fait prisonnier, Théodebert II est conduit jusqu'à Chalon-sur-Saône, tonsuré et enfermé dans un monastère.

Ses fils Mérovée et Clotaire, sont massacrés à Cologne par un soldat de Thierry II de Francie. Sigebert est épargné.

Théodebert II meurt à 26 ans en captivité en 612. Il est probable qu'il est tué sur l'ordre de Brunehaut.



Mariage de Théodon V de Bavière avec Folchaide de Haspengau

Théodon V de Bavière épouse en 664 Folchaide de Haspengau, fille de Robert, Comte palatin de Salzbourg, et de Théoda Robert. Leurs enfants sont :



Naissance de Theudebert de Bavière

Théodebert ou Theudebert de Bavière ou de Neustrie ou de Thérouanne naît en 672, fils de Théodon V de Bavière, Duc de Bavière, et de Folchaide de Haspengau.



Mariage de Tassilon III de Bavière avec Liutberge de Lombardie

Tassilon III de Bavière épouse Liutberge de Lombardie, fille de Didier de Lombardie, Roi des Lombards, et d'Ansa. Leurs enfants sont :


Expansion de l'empire franc

Alliance de Tassilon III de Bavière avec les Avars

Tassilon III de Bavière condamné à mort puis gracié

Confiscation de la Bavière

Campagne contre les Avars

De retour dans sa capitale, à Ratisbonne, Tassilon III de Bavière reprend ses intrigues, probablement sous l'influence de son épouse, Liutberge de Lombardie, qui n'avait pas oublié le sort fait à sa famille.

Tassilon III de Bavière s'allie aux Avars (ou Huns : Voisins des Bavarois qui occupent l'ancienne Pannonie romaine, région de part et d'autre du Danube). Leur plan est d'attaquer les Francs en deux points différents, en même temps, mi 788.

Le parti de l'aristocratie qui est favorable à Charlemagne le fait prévenir. Charlemagne convoque Tassilon III de Bavière à une assemblée pour s'expliquer sur les accusations portées contre lui. Tassilon III de Bavière est forcé d'avouer tous les crimes qu'on voulait bien lui reconnaître et est condamné à mort en 788. Mais Charlemagne lui fait grâce de la vie, étant membre de sa famille.

Tassilon III de Bavière entre dans les ordres à l'abbaye Saint-Pierre de Jumièges.

Liutberge de Lombardie, Théodon et Théodebert, ses 2 fils, sont aussi enfermés dans des monastères.

Charlemagne mate les Bavarois rebelles et confisque la Bavière. Il supprime la fonction de duc et le remplace par la charge de plusieurs comtés attribués à des nobles francs.

Les Avars sont des pilleurs professionnels, païens "purs et durs" détestant les chrétiens.

Leur chef ou roi est le Khan, secondé par le jugur. Le Khan habite un camp militaire en forme de cercle, le Ring (qui signifie Anneau), où les Avars entreposent tous leurs butins.

Les Avars attaquent les Francs, mi 788, comme convenu avec le Bavarois Tassilon III de Bavière, Ils attaquent simultanément au sud et à l'ouest, en Carinthie et à Frioul.

Ils sont battus sur les 2 fronts, résistent encore, mais une grande partie meurt noyée dans le Danube.

Charlemagne confie une partie de son armée à un préfet (latin præfectus), Gérold de Bavière, son meilleur lieutenant, son beau-frère alaman. Elle attaque par la Carinthie et la Bavière. Les Avars tentent alors de négocier, en vain.

Les Francs, en soumettant les Avars, ont étendu leurs frontières de près de 400 km vers l'est. Ils arrivent aux frontières des Slaves.


Louis II le Bègue Louis II le Bègue - Grandes Chroniques de France - Bibliothèque Nationale Paris Louis II le Bègue

Mort de Charles II le Chauve

Louis II le Bègue ou le Fainéant Roi de Francie occidentale

Sacre de Louis II le Bègue

Théodebert Comte de Meaux

Carloman Ier Roi d'Italie

Charles II le Chauve doit rentrer.

Il meurt à Avrieux, près de Modane, dans la vallée de Maurienne, avant d'être revenu le 6 octobre 877.

Il est enterré au monastère de Nantus.

Hincmar est son exécuteur testamentaire.

Sous son règne, la brillante culture carolingienne connut son apogée notamment grâce à ses largesses.

Prince raffiné et cultivé, il fit de sa cour le plus grand centre culturel de l'époque notamment avec Jean Scot Erigène qui y vécut et enseigna de 845 à 867.

Un nombre très important d'écrits date de cette période.

Il ne faut donc pas trop s'empresser de juger ce règne comme le début de la décadence.

Bien au contraire, la puissance carolingienne dura jusqu'à sa mort.

Les 5 enfants de Charles II le Chauve et Richilde sont morts en bas âge.

Les insurgés sont amenés a priori à refuser la couronne à Louis II le Bègue, qu'une santé faible et l'embarras qu'il a de s'exprimer rendent peu redoutable aux factieux.

Comme Louis II le Bègue n'est pas son fils, et que Richilde, veuve de Charles II le Chauve, a le plus vif désir de voir le duc Boson V de Provence, son frère, s'élever jusqu'à la souveraineté, elle se range du coté des mécontents, dans l'espoir que les divisions qui s'annonce servent l'ambition de son frère.

Louis II le Bègue, apprenant à la fois la mort de son père et les dangers qui menace le trône, part d'Orreville, maison de plaisance entre Arras et Amiens, distribue les places et les trésors de son père en faveur de ceux qu'il rencontre, et prodigue l'argent et les grâces pour se faire des partisans.

Cette conduite devient le premier grief qu'allèguent contre lui les seigneurs, convaincus qu'il ne peut rien accorder sans leur consentement.

En effet, depuis l'usurpation de Pépin III le Bref la couronne était devenue élective, et le sacre était regardé comme une condition nécessaire du pouvoir royal.

Louis, non reconnu par les seigneurs, non sacré par les évêques, n'est rien.

Ainsi la France est deux mois dans l'incertitude.

L'impératrice Richilde, s'aperçoit que les mécontents ne la flattent que pour l'éloigner du roi.

Craignant d'avancer la ruine de Boson V de Provence en se pressant trop de l'élever, Richilde montre le testament par lequel Charles II le Chauve appelle son fils Louis à lui succéder.

Richilde lui remit l'épée de Charlemagne, la couronne, le sceptre, le manteau royal.

Ces signes du pouvoir ayant rapproché de lui les esprits divisés, Louis II le Bègue est sacré à Compiègne par Hincmar, Archevêque de Reims, le 8 décembre 877.

Hincmar garde toute son influence.

Théodebert, frère d'Anscharic Évêque de Paris, succède à Louis II le Bègue comme Comte de Meaux en 877.

Carloman Ier de Bavière hérite et devient Roi d'Italie en 877.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !