Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



63 événements affichés, le premier en 1353 - le dernier en 1448



Mariage de Louis Ier de Hongrie avec Élisabeth de Bosnie

Louis Ier de Hongrie est veuf de Marguerite de Luxembourg.

Louis Ier de Hongrie épouse à Cracovie le 20 juin 1353 Élisabeth de Bosnie (1340-1387), fille d'Étienne II Kotromanic, Ban de Bosnie, et d'Élisabeth de Cujave.

Leurs enfants sont :

Louis Ier de Hongrie étend sa domination jusqu'à l'Adriatique : laDalmatie, une partie de la Bosnie et de la Bulgarie.



Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Élisabeth de Poméranie

Charles Ier de Luxembourg épouse le 21 mai 1363 Élisabeth de Poméranie, fille de Boguslaw V de Poméranie et d'Élisabeth de Pologne.

Leurs enfants sont :



Naissance de Sigismond Ier de Luxembourg

Sigismond Ier de Luxembourg naît à Nuremberg en Bavière le 14 février 1368, fils de Charles Ier de Luxembourg et d'Élisabeth de Poméranie.



Sigismond Ier de Luxembourg Margrave de Brandebourg

Sigismond Ier de Luxembourg devient Margrave de Brandebourg en 1378.



Mariage de Sigismond Ier de Luxembourg avec Marie Ire de Hongrie

Sigismond Ier de Luxembourg épouse le 15 novembre 1385 Marie Ire de Hongrie, fille de Louis Ier de Hongrie et d'Élisabeth de Bosnie. Elle lui apporte en dot la couronne de Hongrie.



Sigismond Ier de Luxembourg Roi de Hongrie

Sigismond Ier de Luxembourg Roi de Croatie

Suite à son mariage avec Marie Ire de Hongrie et à l'assassinat de Charles III de Durazzo, Sigismond Ier de Luxembourg devient Roi de Hongrie et de Croatie le 31 mars 1387.



Jobst de Moravie Margrave de Brandebourg

Jobst de Moravie Duc engagé du Luxembourg

Sigismond Ier de Luxembourg transmet le titre de Margrave de Brandebourg en 1388 à son cousin Jobst de Moravie.

Jobst de Moravie obtient, moyennant finance, le duché de Luxembourg de son cousin l'empereur germanique Venceslas Ier du Saint-Empire en 1388.



Première croisade contre les Turcs Ottomans

Participation de Jean de Vienne à la croisade menée contre les Turcs

Sigismond Ier de Luxembourg mène une première croisade contre les Turcs Ottomans en 1392.

Le roi Charles VI le Fou n'a pas les préoccupations maritimes de son père Charles V le Sage. C'est pourquoi, l'œuvre de Jean de Vienne se délite. Sans doute déçu, il part pour la croisade menée contre les Turcs par Sigismond.



Conquête de la Dalmatie et expédition en Moldavie

Sigismond Ier de Luxembourg conquiert la Dalmatie et mène une expédition en Moldavie en 1394.



Mort de Marie Ire de Hongrie

Marie Ire de Hongrie, épouse de Sigismond Ier de Luxembourg, meurt à Buda le 17 mai 1395, sans laisser d'enfant. Sigismond Ier de Luxembourg conserve le royaume de Hongrie.



Croisade contre les Turcs ottomans

Sigismond Ier de Luxembourg dirige une croisade contre les Turcs ottomans en Valachie en 1395. Jean Sans Peur participe à cette croisade et se bat vaillamment.


Massacre des chrétiens après Nicopolis

Croisade contre les Turcs ottomans

Bataille de Nicopolis

Jean Sans Peur prisonnier

Mort de Jean de Vienne Amiral de France

Mort d'Henri de Bar

Mort de Philippe de Bar

Édouard III de Bar héritier du duché de Bar

Philibert de Naillac Grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

Quand le sultan Bajazet ou Bayezid Ier l'attaque, Manuel II Paléologue fait appel aux Croisés Occidentaux.

Sigismond Ier de Luxembourg dirige une croisade contre les Turcs ottomans en 1396.

Charles II de Lorraine participe à l'expédition avec Jean de Nevers, fils de Philippe II le Hardi

Jacques II de Bourbon-La Marche fait ses premières armes dans cette croisade.

Guy VI de La Trémoïlle participe à la croisade de Jean sans Peur.

Philibert de Naillac, avec de nombreux hauts seigneurs français et une troupe de quelques dizaines d'Hospitaliers, rejoint l'armée des croisés.

Elle est renforcée par de forts contingents de différentes nations chrétiennes : Angleterre, Allemagne, Italie, Pologne, Espagne, Bohême.

Au total entre 90 et 100 000 hommes se portent à la rencontre de l'armée ottomane, forte elle aussi d'environ 100 000 hommes, commandée par le sultan Bajazet.

Les deux armées se combattent le 25 septembre 1396 aux environs de Nicopolis (aujourd'hui Nikopol, en Bulgarie), sur les rives du Danube.

Dans un premier temps, les armes paraissent favorables aux chrétiens, qui mettent hors de combat près de 30.000 Turcs, mais ils finissent par se heurter, dans le plus grand désordre (l'indiscipline des chevaliers français n'y est pas étrangère) au corps d'armée commandé par Bajazet en personne, qui s'assure bientôt le dessus.

L'armée de Sigismond Ier de Luxembourg, de son côté, est prise à partie par les troupes chrétiennes du corps serbe du despote Étienne Lazarévitch, beau-frère et allié de Bajazet.

La défaite chrétienne est transformée en déroute par la désertion des éléments valaques et transylvaniens, qui n'ont pas pris part au combat.

Bajazet Ier, ivre de vengeance en raison des pertes subies par son armée dans les débuts de la bataille, ne fait pas de quartier aux vaincus. Seuls seront épargnés les hauts seigneurs dont les Ottomans pourront tirer une forte rançon.

Jean Sans Peur et Guy VI de La Trémoïlle sont fait prisonniers.

Jean aurait gagné son surnom de "sans Peur" à Nicopolis.

Jean de Vienne meurt lors de cette bataille.

Henri de Bar et Philippe de Bar meurent en 1396 à Nicopolis.

Édouard III de Bar devient l'héritier du duché de Bar.

Avant que la déroute ne soit consommée, le proche entourage de Sigismond Ier de Luxembourg, parmi lesquels Philibert de Naillac et quelques Hospitaliers, convainquent le roi de fuir. Ils parviendront à gagner les rivages de la mer Noire, puis Constantinople.

C'est là que Philibert de Naillac apprend son élection comme 34ème grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem par le chapitre général, qui s'est réuni, en son absence.

Philibert de Naillac est encouragé par le chapitre général à se tenir éloigné de toute influence politique romaine ou avignonaise,.



Diète impériale à Timisoara

Sigismond Ier de Luxembourg convoque une Diète impériale à Timisoara en 1397.



Sabor sanglant de Krizevci

Après son retour inopiné de croisade, en 1397 lors du "Sabor sanglant de Krizevci", Sigismond Ier de Luxembourg fait massacrer, plusieurs seigneurs croates qui lui sont hostiles afin de se venger de leur trahison.



Sigismond Ier de Luxembourg otage

Sigismond Ier de Luxembourg est retenu en otage au château de Siklós en 1401.



Révolte des nobles hongrois

Sigismond Ier de Luxembourg Prisonnier

En 1402 les nobles hongrois, las des violences de Sigismond Ier de Luxembourg, se révoltent, l'emprisonnent et donnent le trône de Hongrie à Ladislas Ier de Durazzo.



Expédition en Bosnie de Sigismond Ier de Luxembourg

Sigismond Ier de Luxembourg mène une expédition en Bosnie en 1408.



Mariage de Sigismond Ier de Luxembourg avec Barbara de Celye

Sigismond Ier de Luxembourg est veuf de Marie Ire de Hongrie.

Sigismond Ier de Luxembourg épouse en 1408 Barbara de Celye, une noble Slovène, fille d'Herman II de Cilly. Leur enfant est :



Fondation de l'Ordre du Dragon

L'Ordre du Dragon (allemand: der Drachenorden; latin: Societas Draconistrarum) est un ordre de chevalerie créé par Sigismond Ier de Luxembourg et Barbara de Cilley, son épouse.

La charte de l'Ordre, datée du 12 décembre 1408, dédie l'ordre à la défense de la Croix face à ses ennemis, et particulièrement face aux Ottomans.

Outre Sigismond Ier de Luxembourg, 21 ou 24 membres fondateurs sont intronisés dont :

Comme symbole, l'ordre choisit un insigne composé d'un dragon avec la queue enroulée autour du cou. Sur le dos du dragon, de la base du cou jusqu'à la queue, est posée la croix de saint Georges sur un drap d'argent.

Le dragon représente la Bête de l'Apocalypse, et la croix rouge la victoire du Christ sur les forces du mal.

Les membres devaient toujours porter le symbole (souvent sous forme d'un médaillon) et étaient souvent enterrés avec.



Naissance de Élisabeth de Luxembourg

Élisabeth de Luxembourg naît en 1409, fille de Sigismond Ier de Luxembourg et de Barbara de Celye.


Louis III du Palatinat

Mort de Robert Ier du Saint-Empire

Sigismond Ier de Luxembourg Roi des Romains

Jobst de Moravie Antiroi germanique

Frédéric de Brunswick Antiroi germanique

Louis III du Palatinat Électeur palatin de Bavière

Robert Ier du Saint-Empire meurt à Oppenheim sur le Rhin le 18 mai 1410.

En 1410, pour l'élection comme Roi des Romains, sont en compétition :

Le 20 septembre 1410, Sigismond Ier de Luxembourg, troisième et dernier de la dynastie des Luxembourg, est élu empereur, le troisième et dernier de la dynastie des Luxembourg.

Frédéric Ier de Brandebourg participe à l'élection de Sigismond Ier de Luxembourg.

Venceslas Ier du Saint-Empire se résigne à reconnaître Sigismond comme seul empereur incontesté.

Jobst de Moravie est élu Antiroi germanique dans une élection parallèle en 1410.

Frédéric de Brunswick est Antiroi germanique en 1410.

Louis III du Palatinat devient Électeur palatin de Bavière en 1410.



Mort de Jobst de Moravie

Sigismond Ier de Luxembourg Margrave de Brandebourg

Jobst de Moravie et Sigismond Ier de Luxembourg sont sur le point de s'affronter, quand Jobst de Moravie meurt le 18 janvier 1411.

Sigismond Ier de Luxembourg reprend le titre de Margrave de Brandebourg.



Élisabeth de Goerlitz Duchesse de Luxembourg

Ne pouvant payer sa dot, Sigismond Ier de Luxembourg, son oncle, l'empereur, donne à Élisabeth de Goerlitz en gage le duché de Luxembourg en 1411. Elle en prend possession avec Antoine de Bourgogne, son mari. Le duché de Luxembourg entre ainsi dans l'espace bourguignon.



Conflit entre Ernest Ier d'Autriche et Sigismond Ier de Luxembourg

En 1412, Ernest Ier d'Autriche entre en conflit avec Sigismond Ier de Luxembourg.



Pèlerinage de Nicolas III d'Este en Terre Sainte

Le 6 avril 1413, Nicolas III d'Este part pour la Terre Sainte, via Pola et Zara.

Après un bref pèlerinage, Nicolas III d'Este rentre à Ferrare (via Chypre) le 6 juillet 1413, pour participer à une nouvelle alliance contre le Pape Grégoire XII, avant de tromper ses alliés en rejoignant le camp pontifical, soutenu par l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg.



Concile de Constance

Frédéric IV d'Autriche au ban de l'Empire

Concile de Constance

L'Église a 3 papes au lieu d'un.

Pour faire mettre fin au Grand Schisme d'Occident, Sigismond Ier de Luxembourg convoque en 1414 le Concile de Constance qui durera jusqu'en 1418.

Entre 1414 et 1418, Jean Allarmet de Brogny préside le concile de Constance qui doit statuer sur cette anomalie.

Lors de ce concile un cardinal, corrigeant le latin de Sigismond Ier de Luxembourg, se voit répondre :

Je suis le Roi des Romains et supérieur aux lois de la grammaire

Ego sum rex Romanus et super grammaticum.

Au concile de Constance, Frédéric IV d'Autriche soutient l'antipape Jean XXIII et est en conséquence mis au ban de l'Empire par l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg.

Les Suisses s'emparent de l'Argovie, mais Frédéric IV d'Autriche parvient à conserver le Tyrol.



Frédéric de Hohenzollern Margrave de Brandebourg

Sigismond Ier de Luxembourg transmet à nouveau le titre de Margrave de Brandebourg en 1415 à Frédéric de Hohenzollern, Burgrave de Nuremberg, marquant ainsi le début de l'ascension des Hohenzollern.


Frédéric Ier de Brandebourg recevant le Brandebourg

Suite du Concile de Constance

Démission du Pape Grégoire XII

Frédéric Ier de Brandebourg Électeur de Brandebourg

Mort de Jan Hus

Guerres hussites

Soulèvement du royaume de Bohême

Au concile de Constance, le 30 avril 1415, Sigismond Ier de Luxembourg élève Frédéric Ier de Brandebourg aux titres de margrave et de prince-électeur de Brandebourg.

Le 4 juillet 1415, le concile de Constance accepte la démission du pape Grégoire XII.

En 1415, la Pologne et l'Ordre teutonique font appel au Concile de Constance pour trancher leur différent.

Pierre Cauchon fait partie de l'ambassade que Jean sans Peur envoie au concile de Constance en 1415.

Avec ses collègues bourguignons, Pierre Cauchon y appuie l'élection de Martin V pour mettre fin au schisme.

Jean de La Rochetaillée instruit le procès du réformateur Jean Hus pour hérésie.

Jan Hus est condamne et est brûlé vif sur un bûcher le 6 juillet 1415 en dépit d'un sauf-conduit accordé par Sigismond Ier de Luxembourg.

Les Tchèques se révoltent et commencent les guerres hussites qui vont durer près de 15 ans.



Capitulations de Narbonne

Le 13 décembre 1415, Guillaume II de Narbonne reçoit Sigismond Ier de Luxembourg et les ambassadeurs de Castille, de Navarre, d'Aragon, des comtes de Foix et d'Armagnac qui signent les capitulations de Narbonne (soustraction d'obédience au pape Benoît XIII).



Création du duché de Savoie

Amédée VIII de Savoie Duc de Savoie

Sigismond Ier de Luxembourg, en visite à Chambéry, érige le comté de Savoie en duché le 19 février 1416. Amédée VIII de Savoie devient Duc de Savoie.



Mort de Guillaume II de Bavière

Abdication de Jean III de Bavière comme Évêque de Liège

Jean III de Bavière Duc de Bavière-Straubing

Jean III de Bavière Comte de Hainaut, de Hollande, de Zélande et de Frise

Guillaume II de Bavière meurt à Bouchain (Nord) le 30 mai 1417 laissant une héritière en butte aux intrigues et aux ambitions. Il est inhumé en l'Église des Mineurs à Valenciennes.

Jean III de Bavière conçoit alors le projet de s'emparer de l'héritage de Jacqueline de Bavière, sa nièce.

Jean III de Bavière abdique de l'évêché de Liège.

Jean III de Bavière devient duc de Bavière-Straubing en 1417.

Jean III de Bavière parvient à se faire reconnaître comme comte de Hainaut, de Hollande, de Zélande et de Frise par l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg.


Adolphe IV de La Marck

Adolphe IV de La Marck Duc de Clèves

Le comté de Clèves est érigé en duché par l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg en 1417.

Adolphe IV de La Marck est le 1er duc de Clèves.

Le comté de la Marck devient alors une dépendance du duché de Clèves



Ernest Ier d'Autriche protecteur du Tyrol

En 1417, Ernest Ier d'Autriche essaie d'abord d'occuper les terres de Frédéric IV d'Autriche, son frère, avant de se réconcilier avec lui.

Ernest Ier d'Autriche se met alors à protéger le Tyrol des forces de Sigismond Ier de Luxembourg, et, par son attitude menaçante, l'amène à renoncer à la plupart de ses revendications.



Mariage de Jean III de Bavière avec Élisabeth de Goerlitz

Élisabeth de Goerlitz est veuve d'Antoine de Bourgogne.

Jean III de Bavière épouse en 1417 ou 1418 Élisabeth de Goerlitz, engagiste du duché de Luxembourg.

Élisabeth de Görlitz est la nièce de Sigismond Ier de Luxembourg.


Martin V Martin V

Fin du Grand Schisme d'Occident

Traité de Canterbury

Concile de Constance

Martin V Pape

Henri V de Lancastre partage avec Sigismond Ier de Luxembourg la responsabilité d'avoir mis fin au Grand Schisme en obtenant l'élection du Pape Martin V.

Le Traité de Canterbury ouvre la voie pour la fin du Schisme de l'Église.

Par son décret Frequens du 9 octobre 1417, le concile de Constance se déclare institution permanente de l'Église, devant se réunir périodiquement et chargé du contrôle de la papauté.

Jean Allarmet de Brogny fait campagne pour Martin V.

Jean de La Rochetaillée est un des 6 prélats français électeurs qui choisissent Martin V comme pape.

Oddone Colonna est élu 204e pape lors du concile de Constance le 11 novembre 1417 sous le nom de Martin V, en hommage à Martin de Tours, dont la fête était célébrée le jour de son élection.

Pierre de Foix a un rôle important, pendant et après le Concile de Constance auprès de Benoît XIII, réfugié à Peniscola, et auprès de ses partisans en particulier aragonais.

Pierre de Foix contribue à l'élection.

Consacré le 21 novembre 1417 par le président du Concile, le cardinal Jean Allarmet de Brogny, il met fin au grand schisme d'Occident, sans toutefois parvenir à contenir un schisme minoritaire de l'Église d'Avignon.



Mort de Théodore II de Montferrat

Jean-Jacques Paléologue Marquis de Montferrat

Conquête de Spigno Monferrato

Théodore II de Montferrat meurt en 1418.

Jean-Jacques Paléologue devient Marquis de Montferrat et prend les rênes du gouvernement.

Jean-Jacques Paléologue rend l'hommage à Sigismond Ier de Luxembourg pour son fief du marquisat de Montferrat.

Jean-Jacques Paléologue d'illustre par de brillantes expéditions guerrières vers les Apennins au détriment de Gènes et du Milanais.

Jean-Jacques Paléologue réussit à reconquérir Spigno Monferrato et il reçoit des tribus de plusieurs seigneurs de la région.



Mort de Venceslas Ier du Saint-Empire Roi de Bohême

Sigismond Ier de Luxembourg Roi de Bohême

Sigismond Ier de Luxembourg Duc de Luxembourg

Croisades contre les Hussites

La fin du règne de Venceslas Ier du Saint-Empire est assombrie par le conflit religieux qui couve alors et qui éclatera après sa mort lors des guerres hussites.

Venceslas l'Ivrogne meurt à Prague le 30 juillet ou le 16 août 1419.

Sigismond Ier de Luxembourg, demi-frère de Venceslas, devient Roi de Bohême et Duc de Luxembourg en 1419, en héritage de Venceslas.

Sigismond Ier de Luxembourg entreprend de mater la rébellion à partir de 1419. Les croisades contre les Hussites vont durer jusqu'en 1436.



Alliance des Bourguignons et des Anglais

Traité de Troyes

Charles VII de France déshérité

Henri V de Lancastre Héritier de la couronne de France

Charles VII de France, dauphin et régent en raison de la folie de son père, poursuit le combat contre les Anglais à la tête des Armagnacs.

Philippe III le Bon, animé par le désir de venger Jean sans Peur, son père, n'hésite plus à s'allier avec Henri V de Lancastre contre le Dauphin Charles VII de France.

L'empereur d'Allemagne, Sigismond Ier de Luxembourg, arbitre aussi en faveur de l'Anglais dans la rivalité dynastique qui partage la France.

Isabeau de Bavière et Charles VI le Fou négocient durant 6 mois avec les Anglais.

Philippe de Morvilliers est le principal artisan de la conclusion du traité de Troyes.

Pierre Cauchon participe aux pourparlers.

Le traité est signé le 21 mai 1420 dans la cathédrale de Troyes. Philippe III le Bon représente les intérêts de la France.

La légitimité à succéder du soi-disant dauphin est niée, en raison de ses crimes énormes.

Charles VII de France est déchu de tous ses titres.

Les rumeurs concernant une illégitimité liée à une infidélité de la reine Isabeau sont colportées par les Bourguignons, mais une telle affirmation ne peut être inscrite sans heurter le roi de France.

Les signataires du traité conviennent qu'Henri V de Lancastre épousera Catherine de Valois, la fille de Charles VI le Fou et d'Isabeau de Bavière.

Il sera à ce titre le seul héritier de la couronne et exercera immédiatement la régence.

Charles VI le Fou lègue donc sa couronne à son gendre puis éventuellement à un petit-fils à naître.

Ce traité ajoute à l'impopularité d'Isabeau de Bavière déjà due à ses goûts du luxe. Ce traité n'aura jamais cours que dans les régions occupées par le roi d'Angleterre et le duc de Bourgogne.

Charles VII de France, réfugié à Bourges, conserve de fait le gouvernement du Sud de la France.

Jean V le Sage mène une politique ménageant les deux partis anglais et français.

Jean V le Sage signe le traité de Troyes mais il autorise Arthur III de Bretagne, son frère, à combattre sous la bannière française.

Aussi, Arthur III de Bretagne combat-il les Anglais dès son plus jeune âge.



Mariage d'Albert II de Habsbourg avec Élisabeth de Luxembourg

Albert II de Habsbourg épouse le 28 octobre 1421 Élisabeth de Luxembourg (1409-1442), fille de Sigismond Ier de Luxembourg et de Barbara de Celye. Leurs enfants sont :



Pierre de Coimbra Duc de Trévise

Pierre de Coimbra est connu pour ses nombreux voyages à l'étranger, qui lui valent le surnom d'Infant des Sept parties du Monde.

Pierre Duc de Coimbra est apprécié par le pape Martin V et aide l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg à lutter contre les Turcs.

À l'occasion de ces pérégrinations, Pierre de Coimbra reçoit de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg le duché de Trévise pour services rendus en 1422.


Frédéric Ier de Saxe

Frédéric Ier de Saxe Duc de Saxe-Wittemberg, Électeur de Saxe et Comte palatin de Saxe

L'empereur Sigismond Ier de Luxembourg attribue le duché de Saxe-Wittemberg et la dignité électorale à Frédéric Ier de Saxe en 1423.



Sentence d'Ofen

Le différend sur le duché de Schleswig entre Éric Ier de Poméranie et les comtes de Holstein est soumis à l'arbitrage de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg.

Lors de la sentence d'Ofen en 1424, Sigismond Ier de Luxembourg confirme que le duché de Schleswig est un fief danois non héréditaire sur lesquels les comtes de Holstein n'ont aucun droit.



Discussion entre Sigismond Ier de Luxembourg et Jean VIII Paléologue

Sigismond Ier de Luxembourg rencontre en Hongrie l'Empereur byzantin Jean VIII Paléologue en 1424.



Retraite de Frédéric Ier de Brandebourg

Frédéric Ier de Brandebourg ne partageant pas avec Sigismond Ier de Luxembourg l'idée d'une répression contre les Hussites, les relations entre les deux hommes deviennent plus froides.

Frédéric Ier de Brandebourg se retire dans son château à Cadolzburg en 1425.



Révolte de Brescia

Siège de Brescia

La guerre se déplace en Lombardie et, en mars 1426, Carmagnola fomente la révolte de Brescia qu'il a lui-même conquis pour les Visconti 5 ans auparavant.

Après un long siège et la destruction de la flotte ducale qui apportait des vivres à la ville assiégée, Venise conquiert Brescia et le rivage oriental du lac de Garde.

Philippe Marie Visconti demande inutilement de l'aide à l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg.

En 1426, Philippe Marie Visconti est contraint d'accepter la paix aux conditions proposées par le pape Martin V : la cession de Brescia et la restitution à Carmagnola de tous ses avoirs restés à Milan.



Bataille de Maclodio

Paix de Ferrare

La paix est mal acceptée et par la population milanaise et par l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg. Les réprimandes de ce dernier donnent à Philippe Marie Visconti un prétexte pour recommencer les hostilités qui amènent cependant à la défaite de Maclodio le 12 octobre 1427.

Cette défaite est suivie d'une nouvelle paix conclue à Ferrare avec la médiation de Nicolas III d'Este qui comporte pour le duché de Milan la perte définitive de Bergame et de Brescia.



Tentative de Vytautas de Lituanie pour devenir Roi

En 1429, avec le soutien de l'Empereur Sigismond Ier de Luxembourg, Vytautas de Lituanie tente de recevoir le titre de roi, mais les délégués qui transportent la couronne sont arrêtés par des magnats polonais.



Paix avec les Turcs

Sigismond Ier de Luxembourg signe une paix de 3 ans avec les Turcs en 1429.



Diète impériale à Straubing

Sigismond Ier de Luxembourg convoque une Diète impériale à Straubing en 1430.



Mort de Charles II de Lorraine

Isabelle Ire de Lorraine Duchesse de Lorraine

René Ier d'Anjou Duc consort de Lorraine

Bataille de Bulgnéville

Mort d'Arnault Guilhem de Barbazan

René Ier d'Anjou Prisonnier

Charles II de Lorraine meurt à Nancy le 21 janvier 1431.

Charles II de Lorraine aurait dû être numéroté Charles Ier de Lorraine, mais, au siècle suivant, les historiographes lorrains, voulant établir la légitimité des ducs de Lorraine et de Guise et les rattacher directement aux carolingiens, inclurent dans la liste des ducs le carolingien Charles (mort en 991), Duc de Basse-Lotharingie.

Isabelle Ier de Lorraine devient Duchesse de Lorraine en 1431. René Ier d'Anjou, son mari, devient Duc consort de Lorraine.

Le duché de Lorraine lui est contesté par Antoine de Vaudémont, neveu de Charles II, soutenu par le parti bourguignon.

La bataille de Bulgnéville oppose :

Antoine de Vergy prend part à cette bataille.

Antoine de Vaudémont dispose de 4 000 cavaliers et 5 000 fantassins commandés par Antoine de Toulongeon, Maréchal du Duc de Bourgogne.

René Ier d'Anjou a l'appui de Charles VII de France qui lui envoie les troupes du chevalier Arnault Guilhem de Barbazan, un vieux militaire blanchi sous le harnois : 4 500 cavaliers et 6 000 fantassins, malheureusement sans homogénéité et sans expérience.

René Ier d'Anjou veut prendre possession du comté de Vaudémont et se précipite au-devant des Bourguignons, qui cherchent à l'éviter.

Entre le 30 juin et le 2 juillet 1431, l'affrontement a lieu à un kilomètre à l'ouest de Bulgnéville, près de Neufchâteau entre le village de Vaudoncourt et le ruisseau de l'Anger.

Les Bourguignons s'installent sur une légère éminence où les troupes de René Ier d'Anjou les attaquent, sûres de l'emporter grâce à leur supériorité numérique.

Mais elles sont stoppées net par les archers picards de Toulongeon et la mêlée tourne à la plus grande confusion.

En une heure à peine, l'affaire est achevée. C'est la débandade dans les rangs de l'armée de René Ier d'Anjou.

Arnault Guilhem de Barbazan est tué. Plus tard, il sera enterré à Saint-Denis, la nécropole des rois, sur ordre de Charles VII de France. Robert de Beaudricourt prend la fuite.

René Ier d'Anjou lui-même tombe entre les mains de Toulongeon. Philippe III le Bon l'accueille dans ses prisons de Dijon.

Antoine de Vaudémont se croit vainqueur, mais il ne peut prendre la tête du duché de Lorraine suite à l'opposition de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg.



Extension de l'Ordre du Dragon

En 1431, Sigismond Ier de Luxembourg décide d'étendre l'Ordre du Dragon, et invite de nombreux vassaux et nobles politiquement et militairement influents à en faire partie.

Parmi eux, il y a Vlad Dracul, le père de Vlad l'Empaleur, qui servt en tant que commandant de frontière, chargé de la garde des passages de la Transylvanie vers la Valachie.

Le surnom de Dracul (" diable " en roumain) vient du latin "draco" qui veut dire "dragon" et se réfère à son investiture dans l'Ordre du Dragon.

L'ajout de nouveaux membres est la cause de la création de nombreuses classes à l'intérieur de l'Ordre.

Chaque classe comporte une petite variation du symbole de l'Ordre, bien que le motif du dragon reste dominant.

L'Ordre restera en place jusqu'à la mort de Sigismond Ier de Luxembourg en 1437, à la suite de laquelle il perdra rapidement son influence et son prestige.



Sigismond Ier de Luxembourg Roi des Lombards

Sigismond Ier de Luxembourg devient Roi des Lombards le 25 novembre 1431.


Sigismond Ier de Luxembourgr par Pisanello - 1433 Sigismond Ier de Luxembourg par Albrecht Dürer

Sigismond Ier de Luxembourg Empereur germanique

Sigismond Ier de Luxembourg est couronné Empereur romain germanique le 31 mai 1433 à Rome.



Diète impériale à Bâle

Sigismond Ier de Luxembourg convoque une Diète impériale à Bâle en 1433 qui durera jusqu'en 1437.


Jean-François Gonzague

Jean-François Gonzague 1er Marquis de Mantoue

Mariage de Louis III de Gonzague avec Barbara de Brandebourg

En 1433, pour la somme de 12 000 florins, Jean-François Gonzague obtient de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg le titre de Marquis.

Dans le même temps, l'empereur s'engage à marier sa nièce au fils aîné de Jean-François.

Louis III de Gonzague, âgé de 19 ans, épouse en 1433 Barbara de Brandebourg, âgée de 10 ans, fille de Jean IV de Brandebourg-Kulmbach? dit l'Alchimiste. Leurs enfants sont :



Projet de réforme de l'Empire

Sigismond Ier de Luxembourg a le projet de réformer de l'Empire en 1434.



Traité d'Arras

Opposition de Jean II d'Alençon à Charles VII de France

En 1435, à Arras s'ouvrent des discussions sur la fin de la Guerre de Cent Ans et le rétablissement de la paix entre la France et l'Angleterre.

Le chancelier Nicolas Rolin est l'âme et le cerveau de ces négociations.

Pierre, Seigneur de Boufflers est ambassadeur de Philippe III le Bon à Arras.

La conférence d'Arras est la première conférence européenne.

La délégation française est menée par :

Jean Chevrot accompagne Philippe III le Bon à Nevers, puis à Paris, aux préliminaires de paix.

La délégation bourguignonne est menée par Philippe III le Bon en personne, accompagné d'Isabelle de Portugal son épouse.

Sont présents :

Le congrès s'ouvre le 5 août 1435.

Les Anglais refusent l'annulation du traité de Troyes et quittent la négociation.

Pris dans l'étau franco-allemand, Philippe III le Bon, Duc de Bourgogne, se réconcilie avec Charles VII de France.

La traité d'Arras est signée le 20 ou le 21 septembre 1435 et met officiellement fin à la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est présent à la signature de ce traité.

Charles VII de France obtient la reconnaissance de son titre de roi de France.

Philippe III le Bon se voit contraint, de soutenir les Français face aux Anglais. Il reste Vassal du roi de France mais est exempté, à titre personnel, de tout hommage au Roi de France, obligation qui incombe à tout vassal.

La puissance européenne de Philippe est explicitement reconnue

Il est Grand-duc d'Occident. Le traité donne une indépendance de fait au duché de Bourgogne

Charles VII de France confirme les territoires conquis par Philippe III le Bon avec l'aide des Anglais et lui cède :

pour compenser l'assassinat de Jean sans Peur à Montereau.

Charles VII de France fait amende honorable pour ce meurtre et jure de punir les coupables.

Les villes de la Somme sont :

ainsi que les châtellenies de Roye-en-Vermandois, Péronne et Montdidier.

Le titre de Comte d'Étampes est reconnu à nouveau à Jean de Bourgogne.

La réconciliation de Charles VII de France et de Philippe III le Bon facilite la reprise des villes où l'adhésion au parti bourguignon ne soutenait plus la résistance militaire de garnisons anglaises souvent insuffisantes.

Le traité d'Arras jette Jean II d'Alençon dans l'opposition à Charles VII de France.

Jean II d'Alençon attendait de la victoire le dédommagement aux dépens des Bourguignons des pertes subies pendant la guerre, de sa rançon à la confiscation de son duché par Philippe III le Bon, et il s'estime joué.

Jean II d'Alençon entre alors dans tous les complots contre un gouvernement royal qui lui paraît faire la part très petite aux princes.

Jean II de Luxembourg-Ligny refuse de signer le traité d'Arras.

Au lendemain du traité d'Arras, Louis II de Chalon-Arlay renonce à la vie politique pour se consacrer à l'administration de ses vastes domaines.



Entrée de Sigismond Ier de Luxembourg dans Prague

Albert III de Brandebourg participe à la guerre contre les Hussites.

Sigismond Ier de Luxembourg fait son entrée dans Prague en 1436 marquant la fin des Croisades contre les Hussites



Diète impériale à Cheb

Acceptation de Sigismond Ier de Luxembourg par les tchèques

Ça n'est qu'en 1437 que Sigismond est accepté par la plupart des factions tchèques. Sigismond Ier de Luxembourg convoque une Diète impériale à Cheb en 1437 pour discuter de la réforme de l'Empire.



Mort de Sigismond Ier de Luxembourg Empereur germanique

Albert II de Habsbourg Roi de Bohême

Albert II de Habsbourg Roi de Hongrie

Sigismond Ier de Luxembourg meurt à Znaim le 9 décembre 1437 sans héritier male.

Le 24 décembre 1437, Albert II de Habsbourg devient Roi de Bohême sous le nom d'Albert V.

Le 18 décembre 1437, Albert II de Habsbourg est élu Roi de Hongrie par les nobles à Pozsony sous le nom d'Albert Ier.


Antipape Félix V Louis Ier de Savoie

Tentative de déposition Eugène IV

Décrets du concile de Bâle

Félix V Antipape

Abdication d'Amédée VIII de Savoie

Louis Ier de Savoie Duc de Savoie, Comte d'Aoste et de Maurienne

En 1439, Louis Aleman obtient le soutien de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg et de Philippe Marie Visconti.

Le concile de Bâle prétend déposer Eugène IV le 25 février 1439.

Louis Aleman, Archevêque d'Arles et Cardinal, joue souvent un rôle décisif au sein du concile mais les maîtres des universités y font le gros des assemblées.

Le 16 mai 1439, Louis Aleman préside la 33e session du concile de Bâle, soutenu par les archevêques de Tours et de Lyon, et par le docteur parisien Thomas de Courcelles. Ils font publier 3 décrets déjà minutés dans les congrégations précédentes. C'est l'évêque de Marseille, Louis de Glandève qui les prononce :

Le 30 octobre 1439, s'appuyant de manière erronée sur le décret Haec sancta du concile de Constance, le concile de Bâle prétend déposer Eugène IV.

Quelques évêques et 300 ecclésiastiques élise le 5 novembre 1439 comme antipape Amédée VIII de Savoie, alors âgé de 56 ans, sous le nom de Félix V.

Il n'est même pas cardinal, et n'est reconnu que par la Lituanie et la Pologne.

Amédée VIII de Savoie est le dernier antipape officiellement reconnu comme tel par l'Église catholique.

Il prend comme secrétaire Enea Silvio Piccolomini, qui deviendra le futur pape Pie II, et qui prend rapidement ses distances avec Bâle.

Amédée VIII de Savoie abdique du duché de Savoie.

Louis Ier de Savoie devient deuxième Duc de Savoie, Prince de Piémont, Comte d'Aoste et de Maurienne en 1439.

Louis Ier de Savoie subit les intrigues de l'entourage chypriote de son épouse mais aussi les ambitions de ses voisins français et milanais.

Louis Ier de Savoie doit ainsi renoncer au Valentinois et ne peut s'emparer du duché de Milan à la mort du dernier Visconti.

Eugène IV réagit en excommuniant Amédée VIII de Savoie et Louis Aleman qu'il en prive de toutes ses charges ecclésiastiques.



Traité entre René Ier d'Anjou et Antoine de Vaudémont

René Ier d'Anjou mène de longues tractations avec Antoine de Vaudémont.

Sigismond Ier de Luxembourg soutient René et refuse de voir Antoine, allié de Philippe III de Bourgogne dont il redoute les ambitions, accéder au duché de Lorraine.

Après un second séjour en prison, le montant de la rançon de René Ier d'Anjou est établi à 400 000 écus.

René Ier d'Anjou sauve en définitive son héritage et demeure maître de la situation.

Par traité du 27 mars 1441, Antoine de Vaudémont renonce au duché, en échange de l'indépendance de son comté, et Ferry II de Vaudémont, fils d'Antoine de Vaudémont, est fiancé à Yolande d'Anjou , fille de René, Yolande.



Prise de Prague

Durant la minorité de Ladislas Ier de Habsbourg, la Bohême se divise en deux camps :

Georges de Podebrady, après plusieurs essais infructueux d'entente entre les deux camps, a recours aux armes, mobilise une armée hussite qu'il base dans le Nord-Est du pays où son fief est situé.

En tant que chef des hussites, Georges de Podebrady met en déroute les armées impériales menées par Albert II de Habsbourg, beau-fils de Sigismond Ier de Luxembourg.

En 1448, Georges de Podebrady marche sur Prague dans laquelle il entre quasiment sans rencontrer de résistance.

La guerre civile continue cependant.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !