Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



14 événements affichés, le premier en 1892 - le dernier en 1976



Mariage de Louis-Antoine-Melchior de Vogüé avec Louise Marie Charlotte d'Arenberg

Louis-Antoine-Melchior de Vogüé épouse à Paris 8e le 3 août 1892 Louise Marie Charlotte d'Arenberg. Leurs enfants sont :



Robert-Jean de Vogüé Engagé volontaire

Robert-Jean de Vogüé réalise des études scientifiques et s'oriente vers une carrière militaire.

Robert-Jean de Vogüé est engagé volontaire en 1916 et est libéré avec la Croix de guerre 1914-18 avant de poursuivre sa carrière dans l'artillerie.



Mariage de Robert-Jean de Vogüé avec Ghislaine d'Eudeville

Robert-Jean de Vogüé épouse à Paris 7e le 1er octobre 1924 Ghislaine d'Eudeville, fille d'Henri Joseph Marie Eudes d'Eudeville et de Marie Marthe Jenny Ghislaine Thomas van Bomberghen.


Robert-Jean de Vogüé

Robert-Jean de Vogüé Gérant de Moët & Chandon

Robert-Jean de Vogüé quitte l'armée pour se consacrer au développement de la Maison Moët & Chandon où ses beaux-frères d'Eudeville l'appellent en 1930 pour en reprendre la direction.

Innovateur du dialogue social au sein de son entreprise et dans la profession du Champagne, Robert-Jean de Vogüé convient avec les représentants des salariés, dès 1930, d'un contrat collectif, précurseur de ce qui deviendra ultérieurement une convention collective de branche, socle du statut social des salariés en France.



Création de la Commission spéciale de la Champagne délimitée

Robert-Jean de Vogüé est secrétaire de la Commission spéciale de la Champagne délimitée créée en 1935.



Création de la cuvée Dom Pérignon

Robert-Jean de Vogüé développe une promotion commerciale exceptionnelle et crée en 1936 la cuvée Dom Pérignon.

Soucieux d'un partage équilibré des efforts et des résultats entre l'ensemble des acteurs de la profession, Robert-Jean de Vogüé institutionnalise les relations contractuelles avec les Vignerons qui vendent leurs raisins aux Maisons de Champagne.



Robert-Jean de Vogüé Membre de la Commission administrative provisoire

Robert-Jean de Vogüé est nommé par René Bousquet en 1940 membre de la Commission administrative provisoire,

En septembre 1940, Robert-Jean de Vogüé fait partie du Bureau de contact composé de quelques représentants des négociants de champagne, qui est institué pour entrer en rapport avec la puissance occupante.

Président du Groupement interprofessionnel patronal d'Épernay (GIPER), Robert-Jean de Vogüé participe dès l'automne 1940 à la création d'une Maison du travail destinée conformément à la politique corporative de Vichy à regrouper les organisations patronales et ouvrières.

En novembre 1940, Robert-Jean de Vogüé siège au sein du Bureau national de répartition du vin de Champagne mis en place par le gouvernement de Vichy.



Création du Conseil départemental de la Marne

En 1941 Robert-Jean de Vogüé fait partie du Conseil départemental, créés par le gouvernement de Vichy pour se substituer au Conseil général de la Marne dissous.

En 1941, Robert-Jean de Vogüé obtient la création du CIVC (Comité Interprofessionnel du vin de Champagne) sur des bases qui perdurent encore de nos jours.

Robert-Jean de Vogüé en est désigné par le secrétaire d'État ministre de l'Agriculture comme délégué général, représentant du négoce.



Création d'un Centre interprofessionnel et social à Épernay

En 1942, Robert-Jean de Vogüé est l'initiateur avec Fernand Muls, président de l'Union locale des syndicats ouvriers, du Centre interprofessionnel et social d'Épernay (CIS), un des premiers à voir le jour dans la France de Vichy pour promouvoir la Charte du travail promulguée en octobre 1941.



Robert-Jean de Vogüé Résistant

Arrestation de Robert-Jean de Vogüé

En 1943, membre de Saule, sous-réseau d'Éleuthère dans la Marne, Robert-Jean de Vogüé anime le groupe CDLL d'Épernay, aux côtés de son secrétaire Henri Fignerol, de Frère Birin et de Maurice Germain.

Le 24 novembre 1943, Robert-Jean de Vogüé est arrêté par la Gestapo dans le bureau d'Otto Klaebisch, le führer du champagne, 3, boulevard Désaubeau à Reims.

Le 29 novembre 1943, Maurice Leflond, secrétaire du syndicat des cavistes lance un ordre de grève aux employés et ouvriers des sociétés vinicoles de Reims et d'Épernay pour protester contre cette arrestation.

Incarcéré à la prison de Châlons-sur-Marne, Robert-Jean de Vogüé se confie à son voisin de cellule Robert Tritant chef du groupe CDLR de Châlons, sans se rendre compte que des micros sont dissimulés dans sa cellule.



Procès de Robert-Jean de Vogüé

Le procès de Robert-Jean de Vogüé, que les Allemands ont voulu public, a lieu en février-mars 1944 à Reims dans la salle des criées de la Chambre des notaires, cours Langlet et non pas à Châlons-sur-Marne où siégeait habituellement le tribunal militaire allemand.

Selon maître Pelthier, avocat d'Henri de la Pérouse, intendant de Police de la région de Champagne accusé de complicité, l'attitude de Robert-Jean de Vogüé est combien imprudente et maladroite, et traduisait un curieux mélange : courage allant jusqu'à l'insolence, crânerie devant la mort, et d'autre part, naïveté, maladresse, ou...

peut-être besoin de se faire valoir.

Robert-Jean de Vogüé met dans le bain Henri de La Pérouse, et raconte tout :

après avoir été un fervent partisan du rapprochement franco-allemand, il a créé un groupe de résistance afin que les communistes ne soient pas les seuls à organiser la France après la libération ;

il charge son adjoint d'établir la liaison entre son groupe et le commandant Derrien de Châlons ;

il est en rapport avec le chef de la résistance de la région d'Épernay Pierre Servagnat ;

il prend contact avec Jean-Marie Docq de Libération-Nord à la Bourse du travail de Reims.

Dans l'heure qui suit, Docq est arrêté et est déporté à Neuengamme, d'où il ne rentrera pas.

Condamné à mort, Robert-Jean de Vogüé est gracié, bénéficiant de multiples interventions, dont celle de l'ambassadeur de Suède et celle du gouvernement de Vichy dont René Bousquet ne faisait plus partie.

Ce dernier peut néanmoins encore plaider sa cause auprès des autorités allemandes, de Laval ou auprès de Pétain lui-même.

Robert-Jean de Vogüé est interné en France puis déporté comme résistant le 27 juin 1944 dans les prisons de Karlsruhe, de Rheinbach, de Ziegenhain, et de Rheinberg,



Libération de Robert-Jean de Vogüé

Robert-Jean de Vogüé est libéré par les Britanniques de la prisons de Rheinberg le 3 mai 1945.

Robert-Jean de Vogüé reprend la présidence de Moët et Chandon dont il assurera une habile diversification par l'achat des parfums Dior et des implantations aux États-Unis (Napa - Californie) et en Argentine.



Cession des champagnes Ruinart

Sous le contrôle de Robert-Jean de Vogüé, Moët & Chandon fait l'acquisition de son concurrent Ruinart en 1962.



Mort de Robert-Jean de Vogüé

Robert-Jean de Vogüé meurt à Paris le 17 octobre 1976.

À Épernay, le nom de Robert-Jean de Vogüé, décédé en 1976, a été donné à une place de la ville où se dresse un buste honorant sa mémoire.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !