Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1453 - le dernier en 1536



Mariage de Philippe de Croÿ avec Walpurgis de Moers

Philippe de Croÿ épouse le 9 février 1453 Walpurgis de Moers. Leurs enfants sont :



Mariage de Jean d'Arenberg avec Anne de Virnenbourg

Jean d'Arenberg, Sire d'Arenberg et de Sedan, épouse Anne de Virnenbourg. Leurs enfants sont :



Naissance de Robert II de La Marck

Robert II de La Marck naît en 1468, fils de Robert Ier de La Marck et de Jeanne de Marley.



Mort de Guillaume de la Marck

Guerre civile au pays de Liège

Guillaume de la Marck est arrêté dans une embuscade et conduit à Maastricht où il est décapité le 18 juin 1485.

Sa mort ne suffit pas à apaiser les conflits puisque ses frères Évrard IV de La Marck et Robert II de La Marck poursuivent la guerre contre Jean de Hornes et Maximilien Ier de Habsbourg.

Pendant 7 ans, une guerre civile désole le pays de Liège.

Évrard IV de La Marck, frère de Guillaume de la Marck, s'empare 3 fois de Liège.


Robert II de La Marck

Mariage de Robert II de La Marck avec Catherine de Croÿ

Robert II de La Marck épouse en 1490 Catherine de Croÿ, fille de Philippe de Croÿ et de Walpurgis von Mörs. Leurs enfants sont :



Mariage de Robert II de La Marck avec Catherine de Croÿ

Robert II de La Marck épouse en 1490 ou 1491 Catherine de Croÿ, fille de Philippe de Chimay. Leurs enfants sont :



Naissance de Robert III de La Marck

Robert III de La Marck dit Fleuranges naît en 1491, fils de Robert II de La Marck et de Catherine de Croÿ.



Robert III de la Marck Envoyé en Flandres

Robert III de la Marck est ensuite envoyé en Flandres en 1512 pour prélever un corps de 10 000 hommes et revenir en Italie, à leur tête sous le commandement de Robert II de La Marck, son père.



Bataille de Novare

Perte des possessions italiennes

Les français, dirigés par Louis II de La Trémoïlle et Jacques de Trivulce, lancent une nouvelle offensive et reprennent la plupart des villes du duché, dont Milan en mai 1513.

Le 5 ou le 6 juin 1513, l'armée de 10 000 hommes de Louis II de La Trémoïlle tombe dans une embuscade et se fait sévèrement battre par les Suisses à Novare.

Jacques de Trivulce participe à ce combat.

Robert III de la Marck s'échappe de justesse avec plus de 40 blessures.

Robert III de la Marck est sauvé par Robert II de la Marck, son père, et envoyé à Verceil, et de là à Lyon.

Les forces françaises quitte l'Italie, sonnant le glas des ambitions italiennes de Louis XII qui doit alors songer à défendre le territoire français.



Prise de Crémone

Robert III de la Marck prend Crémone, avant d'être appelé auprès de Robert II de la Marck, son père, malade.


Bataille de Pavie - Tapisserie du XVIe siècle - Galleria Nazionale di Capodimonte à Naples

Bataille de Pavie

Mort de François de Lorraine

Mort de Guillaume Gouffier de Bonnivet

Mort de René de Savoie

Mort de Georges III d'Amboise

Mort de Louis II de La Trémoïlle

Mort de Jacques II de Chabannes

Mort de Just Ier de Tournon Seigneur de Tournon

François Ier de France Prisonnier

Anne de Montmorency Prisonnier

Fernando d'Avalos Généralissime

Le 23 février 1525, attaqué sous les murs de la Pavie, François Ier de France repousse les assaillants grâce à son artillerie.

Jacques II de Chabannes, proche conseiller du roi, ne parvient pas à empêcher ce dernier de sonner la charge des chevaliers, réduisant ainsi à néant le travail des artilleurs de Galiot de Genouillac.

La cavalerie française est battue par l'armée du marquis de Pescara, secondé par Charles III de Bourbon.

L'impétuosité de la cavalerie française et de son chef, "le Roi-Chevalier", est l'une des causes principales de la défaite le 24 février 1525.

Fernando de Avalos contribue puissamment à la victoire. Il est nommé généralissime.

François de Scépeaux fait ses premières armes lors de cette bataille.

Claude d'Annebault participe à cette bataille comme lieutenant de la compagnie de François de Saint-Pol.

Louis IV de Bueil, Robert III de la Marck, Claude d'Annebault sont fait prisonnier lors de cette bataille.

Gaspard de Saulx est auprès du roi en qualité de page à cette bataille.

Gaspard de Saulx y est fait prisonnier, mais relâché peu après car on n'en espère pas de rançon.

Charles Quint, irrité par la défection de Robert II de La Marck, son père, emprisonne Robert III de la Marck en Flandres où il reste quelques années.

Jean VIII de Créquy participe à cette bataille.

René de Montejean participe à cette bataille. Il est grièvement blessé et est fait prisonnier.

Le feu des arquebusiers espagnols provoque une hécatombe qui décime les nobles qui y participent. Sont tués :

Louis II de La Trémoïlle est surnommé le chevalier sans reproche, digne émule et compagnon d'armes de Bayard, le chevalier sans peur.

Jacques II de Chabannes, lancé à cheval, est mis à terre par des arquebusiers et doit combattre à terre dans une lourde armure, face à de légers lansquenets. Il est fait prisonnier par le capitaine italien Castaldi.

Buzarto, un officier espagnol, qui avait espéré faire lui-même prisonnier Jacques II de Chabannes, furieux de ce que l'Italien refuse de partager la rançon escomptée, appuie son arquebuse sur le front du maréchal et lui fait éclater la tête.

Just Ier de Tournon meurt lors de cette bataille.

Sont fait prisonnier :

Blaise de Lasseran est trop pauvre pour payer rançon, on doit le relâcher.

Charles IV d'Alençon combat à Pavie.

Après la capture du roi, Charles IV d'Alençon commande l'armée française.

Le respect du point d'honneur (ne point reculer) entraîne la captivité du Roi, qui déclare :

Tout est perdu, fors l'honneur

François Ier de France est d'abord emprisonné près de Crémone. Il est ensuite transféré à Naples, puis près de Valence et enfin à Madrid.

Il écrit à sa mère :

Madame, pour vous avertir comme se porte le ressort de mon infortune, de toutes choses, ne m'est demeuré que l'honneur et la vie sauve, et pour ce que mes nouvelles vous serons quelque peu de réconfort, j'ay prié qu'on me laissast vous escrire. Ceste grace m'a esté accordée, vous priant ne vouloir prendre l'extrémité de vos finz en usant de vostre accoutumée prudence ; car j'ay l'espérance à la fin que Dieu ne m'abandonnera point. Vous recommandant vos petits-enfants et les miens, vous suppliant faire donner sur passage pour aller et retourner en Espagne au porteur qui va devers l'Empereur pour scavoir comment il veut que je sois traicté. Et sur ce très humblement me recommande en vostre bonne grâce. Très humble et obéissant fils, Françoys.

Charles Quint a de fortes exigences : la Bourgogne, les Flandres et l'Artois. Il souhaite également pour Henri VIII Tudor l'ouest de la France et pour Charles III de Bourbon la Provence. François Ier de France juge ses demandes intolérables.

La Régente de Louise de Savoie organise la continuité du royaume et une contre-offensive diplomatique contre l'empereur Charles Quint, maîtrisant autant que possible les invasions. Heureusement les envahisseurs sont occupés par ailleurs.

Anne de Montmorency est libéré contre une rançon.

Fidèle de François Ier de France, Charles IV de Bourbon-Vendôme est nommé chef du Conseil lorsque celui-ci est prisonnier.

Claude de Lorraine-Guise est conseiller militaire de Louise de Savoie.

Pendant l'absence et la captivité de François Ier de France, Louise de Savoie ne gouverne que par les conseils d'Antoine Duprat.



Traité de Madrid

François Ier de France libéré

François III de Bretagne et Henri II de France Otages de Charles Quint

On confie à François de Tournon et à Jean de Selve les négociations en Espagne.

Gabriel de La Guiche négocie la délivrance de François Ier de France.

Le 14 janvier 1526, François Ier de France, n'ayant qu'une idée en tête, celle d'être libre, signe le traité de Madrid qui met fin à la première guerre de François Ier de France et de Charles Quint.

Anne de Montmorency est négociateur dans ce traité.

En échange de sa libération, François Ier de France :

La libération de Philibert de Châlon-Arlay est un des enjeux de ce traité.

Charles III de Bourbon retrouve ses biens.

François Ier de France est libéré le 21 janvier 1526.

Ces deux fils, François III de Bretagne et Henri II de France, sont échangés contre François Ier de France, et resteront les otages de Charles Quint de 1526 à 1530.

René de Cossé, gouverneur des enfants de France, et les accompagne en captivité en Espagne.

Charles II d'Orléans, dernier fils du Roi, peut rester en France.

La première rencontre entre Diane de Poitiers et Henri II de France, à eu lieu le 15 mars 1526 à Bayonne lors du départ pour l'Espagne.

Les princes de France connaissent en premier lieu des conditions de détention privilégiées dues à leur rang.

Robert II de La Marck, chassé de ses terres par Charles Quint est rétablit par François Ier de France.



Mort de Robert II de La Marck Duc de Bouillon, Seigneur de Sedan, du Saulcis, de Dun, de Jametz et de Florange

Robert II de La Marck meurt au château de Sedan en novembre 1536.

Il est inhumé à l'église Saint Laurent de Sedan.

Robert III de la Marck devient Duc de Bouillon.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !