Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



80 événements affichés, le premier en 963 - le dernier en 1152



Mariage de Hugues Capet avec Adélaïde d'Aquitaine

Hugues Capet épouse en 963 ou 968 Adélaïde d'Aquitaine et de Poitou, fille de Guillaume III Tête d'Étoupe et d'Adèle de Normandie. Leurs enfants sont :



Mariage de Conrad III le Pacifique avec Mathilde de France

Conrad III le Pacifique épouse en 964 Mathilde de France, fille de Louis IV d'Outremer et de Gerberge de Saxe, sœur de Lothaire.

Leurs enfants sont :

Mathilde de France lui donne en dot ses droits de suzeraineté sur le comté de Lyon.

Gerberge est surtout nièce d'Othon.

Les relations avec la famille Ottonienne se renforcent.



Naissance de Robert II le Pieux

Robert Capet ou Robert II le Pieux naît à Orléans en 971 ou le 27 mars 972, fils d'Hugues Capet et d'Adélaïde d'Aquitaine.

Hugues Capet lui fait donner une éducation brillante par les grands lettrés de l'époque.

Élève doué, le jeune prince profite des leçons et devient un homme très instruit, amateur de livres, de musique et de chant.

Fulbert de Chartres est son précepteur.



Sylvestre II écolâtre de l'école épiscopale

Adalbéron, Archevêque de Reims, confie en 972 à Sylvestre II la direction de son école épiscopale.

Il sera Écolâtre jusqu'en 980.

Parmi ses élèves prestigieux, figurent :


Trivium : Logique et Rhétorique

Sylvestre II remet à l'honneur la culture antique, avec des auteurs latins (Virgile, Cicéron et Boèce), Porphyre de Tyr, mais aussi Aristote qu'il est le premier à introduire en Occident.

(Platon était déjà connu en Occident).Aristote est déjà très connu dans la civilisation islamique, bien avant les traductions du XIIe siècle

Sylvestre II avait une conception très précise de la classification des disciplines.

Le trivium est composé de trois sciences.


Étude de la dialectique

Sylvestre II commence avec un travail de logique :


Étude des bases d'argumentations

Sylvestre II fait ensuite étudier à ses élèves "les Topiques" ou bases d'argumentations, traduits du grec en latin par Cicéron et commentés par le consul Manlius en 6 livres, auquel il ajoute les quatre livres des "Différences topiques", les deux des "Syllogismes catégoriques", trois sur les "Hypothétiques", un sur les "Définitions" et un autre sur les "Divisions".


Étude de la réthorique

Pour Gerbert, ce travail préliminaire est indispensable à l'étude de la réthorique proprement dite, à laquelle ses élèves peuvent s'exercer à l'aide du manuel de Victorinus.


Poésie

Le professeur Gerbert interprétait les poètes Virgile, Stace, Térence, Lucain, mais aussi les satiristes Juvénal, Perse, Horace (lui-même écrivit toutes sortes de poèmes : douze vers élégiaques, un épigramme sur Boèce, qu'il admirait tant, des épitaphes de quatre longs vers, qui ornent les tombeaux d'Othon II, de Lothaire, du duc Frédéric, et du scolastique Adalbert.


Quadrivium : Les Mathématiques

Sylvestre II remet à l'honneur lLe quadrivium qui a été oublié après les périodes d'invasions viking, hongroise et sarrasine.


L'arithmétique

L'arithmétique est alors la première branche des mathématiques.

Sylvestre II, surnommé parfois le "Pape des chiffres", introduit en Europe l'algèbre et les chiffres arabes et le zéro qu'il a découverts lors de ses études en Espagne.



Naissance de Eudes II de Blois

Odo ou Odon ou Eudes II de Blois dit le Champenois naît en 983 ou 989 ou 990, fils d'Eudes Ier de Blois et de Berthe de Bourgogne.

Eudes est élevé auprès du Roi Robert II le Pieux et ne s'en montrera guère reconnaissant une fois adulte.



Mariage de Guillaume Ier de Provence avec Adélaïde d'Anjou

Après son divorce, Adélaïde d'Anjou se réfugie à Arles.

Contre l'avis du pape, Guillaume Ier de Provence épouse en 983 ou en 984 Adélaïde d'Anjou, fille de Foulques II d'Anjou (910-958) et de Gerberge du Maine (vers 913-952). Leurs enfants sont :



Robert II le Pieux associé au trône

Hugues Capet, pour assurer la continuité dynastique, associe au trône son fils Robert II le Pieux.

Il le fait élire et sacrer quelques mois après sa propre élection, le 25 décembre 987.

Jusqu'à Philippe II, c'est la règle de la primogéniture qui s'impose, tout en conservant l'élection par les Grands.



Ansoud II de Paris Conseiller du Roi

Ansoud II de Paris est conseiller de Robert II le Pieux de 988 à 990.


Rozala d'Italie

Mariage de Robert II le Pieux avec Rozala d'Italie

Rozala d'Italie est veuve d'Arnould II de Flandre

Selon les souhaits d'Hugues Capet, son père, Robert II le Pieux épouse en 988 Rozala d'Italie.

Elle apporte en dot Montreuil-sur-Mer et le Ponthieu.

Rozala, change son prénom en devenant reine pour celui de Suzanne.

Le Ponthieu quitte l'orbite flamande pour la sphère d'influence des Capétiens


Donjon du château de Montfort-L'amaury

Construction des forteresses d'Épernon et de Montfort-l'Amaury

Mariage de Guillaume Ier de Montfort

Guillaume Ier de Montfort est le fils d'Amaury Ier de Hainaut et de Judith de Cambrai.

Robert II le Pieux charge Guillaume Ier de Montfort de bâtir 2 forteresses pour protéger le château de Saint-Léger, aux extrémités de la forêt d'Yvelines (aujourd'hui, forêt de Rambouillet), afin de défendre le domaine royal contre le Comte de Blois.

Le château de Saint-Léger-en-Yvelines est la résidence préférée de Robert II le Pieu.

Une forteresse est bâtie à Épernon qui se situe au confluent de 3 cours d'eau qui forment la Droue.

L'autre forteresse est bâtie plus au nord, sur une butte naturelle dont Guillaume Ier de Montfort fait défricher les alentours, afin de permettre l'installation de paysans.

Cette seconde forteresse prend le nom de Montfort.

Plusieurs de ses successeurs ayant le prénom d'Amaury, la nouvelle cité prendra par la suite le nom de Montfort-l'Amaury

Guillaume Ier de Montfort épouse X de Beauvais, Dame d'Épernon, fille d'Hugues de Beauvais, administrateur du pays d'Yvelines. Leur enfant est :



Répudiation de Rozala d'Italie par Robert II le Pieux

La piété reconnue de Robert II le Pieux ne l'empêche pas, au prétexte de sa vieillesse et de sa stérilité, de répudier Rozala d'Italie en 991 ou 992 tout en gardant sa dot.

Rozala d'Italie se retire en Flandre auprès de son fils Baudouin IV de Flandre.



Complot de Eudes Ier de Blois et d'Adalbéron de Laon contre Hugues Capet et Robert II

Eudes Ier de Blois est apparenté à Othon III du Saint-Empire par sa femme Berthe de Bourgogne.

Eudes Ier de Blois rêve sans doute, avec le soutien de ce dernier d'établir sa prééminence en Francie.

En 993, Eudes Ier de Blois est mêlé, en association avec Adalbéron de Laon, à un complot contre Hugues Capet et Robert II Le Pieux ayant pour objectif de leur substituer Othon III du Saint-Empire.



Siège de Bellac

Boson II de la Marche soutient le siège de Bellac capitale de la Basse-Marche contre Robert II le Pieux en 995.


Thibault II de Blois

Mort d'Eudes Ier de Blois Comte de Blois

Berthe protégée par Robert II Le Pieux

Thibault II de Blois Comte de Blois

Eudes Ier de Blois tombe malade et rentre à l'Abbaye de Marmoutier de Tours où il meurt le 12 mars 996.

Il y est inhumé.

Comme son père, Eudes Ier de Blois est pendant sa vie habile, dynamique et entreprenant, animé d'une ambition et d'une volonté de conquêtes farouches.

Eudes Ier de Blois se comporte de manière indépendante par rapport à son Seigneur Hugues Capet, Duc de France puis Roi de France mais en évitant tout conflit direct avec lui.

Il laisse veuve Berthe de Bourgogne et ses enfants dans une situation difficile avec sa principauté en péril.

Berthe retourne la situation, avec l'aide de Landri, Comte de Nevers, en se faisant protéger par Robert II Le Pieux.

Thibault II de Blois devient Comte de Blois en 996.

En pratique les premières années après 996 le Comté de Blois est administré par Robert II le Pieux et donc protégé contre les entreprises de Foulques III Nerra.



Mariage d'Hugues du Perche avec Béatrice de Mâcon

Hugues du Perche est fils cadet de Fulcois, Comte du Perche.

Béatrice de Mâcon est veuve de Geoffroy Ier Ferréol, Comte du Gâtinais

Hugues du Perche épouse entre 996 et 1003 Béatrice de Mâcon. Leurs enfants sont :

Étant issu d'une famille vassale des comtes de Blois, alors que les comtes du Gâtinais étaient fidèles aux rois de France capétiens, le mariage eut probablement lieu pendant une période de rapprochement entre les deux familles, soit durant l'union du Roi Robert II le Pieux et de Berthe de Bourgogne, veuve d'Eudes Ier de Blois, entre 996 et 1003.

Les maisons de Blois et d'Anjou étant des ennemies irréductibles du Xe siècle au XIIe siècle, les Plantagenêts, descendants des comtes d'Anjou, chercheront à masquer Hugues de Perche pour cacher une origine masculine dans une lignée de vassaux des comtes de Blois.

Des généalogistes médiévaux iront même jusqu'à inventer un Bouchard, Comte de Gâtinais, comme père de Geoffroy II Ferréol.



Mariage de Geoffroi Ier de Rennes avec Havoise de Normandie

Pour se libérer de la tutelle de Thibault de Chartres, Geoffroi de Rennes se rapproche de Robert II le Pieux, Roi de France, et de Richard II l'Irascible, Duc de Normandie, dont il épouse la soeur.

Geoffroi Ier de Rennes épouse vers 996 Havoise de Normandie. Leurs enfants sont :


Robert II Le Pieux

Mort de Hugues Capet

Robert II le Pieux Roi de France

Hugues Capet meurt à Chartres le 24 août ou le 24 octobre 996 de la variole.

Il est inhumé dans la basilique de Saint-Denis.

Le règne d'Hugues Capet marque une certaine prise de conscience par la royauté de sa personnalité distincte par rapport à l'Empire, mais le souverain reste très faible.

Une étude des actes issus de la chancellerie royale montre qu'aucun n'est destiné aux régions du sud du royaume, et de nombreux actes ne sont plus souscrits par le Roi et le chancelier seuls, mais le sont aussi par de grands personnages dont l'autorité vient conforter celle du souverain.

Robert II le Pieux devient Roi de France en 996.

Son goût pour les textes sacrés et la théologie, mais aussi la chasse aux hérésies qu'il est le premier à entreprendre, lui vaut son surnom de Robert II le Pieux.

Mais Adalbéron de Laon écrit un Poème au Roi Robert II le Pieux (le Carmen ad Rotbertum regem) où il s'oppose aux moines de Cluny et expose la tripartition de la société : ceux qui prient, ceux qui combattent (bellatores) et ceux qui travaillent (laboratores).

Cette tripartition de la société ne mourra vraiment qu'en 1789.

Renaud II de Vendôme perd son influence au Conseil Royal.



Mariage de Robert II le Pieux avec Berthe de Bourgogne

Berthe de Bourgogne est veuve d'Eudes Ier de Blois.

Robert II le Pieux épouse en octobre 996 Berthe de Bourgogne, sa cousine.

Ceci conduit à un renversement des alliances au détriment de Foulques III Nerra et en faveur d'Eudes II de Blois, fils de Berthe de Bourgogne.

Ce mariage pose certes un problème de consanguinité mais surtout un problème politique : Berthe de Bourgogne apporte en dot des droits sur le duché de Bourgogne et le comté de Bourgogne dont une grande partie du territoire appartient au Saint Empire.

Or le pape Grégoire V est le cousin de l'empereur Otton III.

Robert II le Pieux rentre ainsi en conflit avec le pape.

Le Roi est menacé d'excommunication et le royaume d'interdit.



Procès entre Bouchard II de Montmorency à l'abbé de Saint-Denis

Installé sur l'Île Saint-Denis, Bouchard II de Montmorency rançonne les embarcations qui passent à sa portée, à commencer par celles des moines de l'abbaye de Saint-Denis qui s'en plaignent à Robert II le Pieux.

Un procès royal a lieu, opposant Bouchard II de Montmorency à l'abbé Vivian de Saint-Denis.

En 997, afin de le punir et de l'éloigner, en échange de ses possessions sur l'île Saint-Denis, Robert II le Pieux offre à Bouchard II de Montmorency le château de Montmorency, en ruines, et le domaine de Montmorency.

De là commence la fortune de la maison de Montmorency.

La légende rapporte que son premier ancêtre, compagnon de Clovis, est le premier guerrier franc à se faire baptiser par saint Rémi.

En référence, la maison de Montmorency adopte la devise "Dieu aide au premier baron chrétien" et revendique le titre de "Premier baron chrétien" ou "premier baron d'Île-de-France".

Ce titre ne sera jamais reconnu par le pouvoir royal.



Prise de Tours par Eudes II de Blois

En 997, Eudes II de Blois avec l'aide Robert II le Pieux reprend Tours à Foulques III Nerra, alors que dans le même temps Foulques s'installe à Montbazon.

Eudes II de Blois enlèvent alors le château de Montbazon.

Les comtes de Blois le conserveront durant 40 longues années.

Maillé est initialement dans la mouvance Foulques III Nerra, puis passent sous la dépendance de Geoffroy de Chaumont et à ce titre fait partie des vassaux d'Eudes II de Blois.



Excommunication de Robert II le Pieux

Séparation de Robert II le Pieux et de Berthe de Bourgogne

En 998, lors du Concile de Rome Robert II le Pieux est frappé excommunication par le pape Grégoire V et doit finalement répudier Berthe de Bourgogne.

Leur mariage est rejeté par l'Église, pour lien de parenté au troisième degré entre les deux époux.

Les deux grands-mères, paternelle de Robert et maternelle de Berthe, sont sœurs et filles du Roi de Germanie Henri Ier.



Léotheric Archevêque de Sens

Liéry ou Léotheric devient devient 56e Archevêque de Sens en 999.

Il est nommé par appui de Robert II le Pieux



Fortification du château de Montlhéry

En 999, Thibaud File-Étoupe obtient de Robert II le Pieux l'autorisation de fortifier le château de Montlhéry.



Hugues Ier de Châlon Comte de Châlon et 47e évêque d'Auxerre

Sur proposition d'Henri Ier de Bourgogne, Hugues Ier de Châlon est nommé Comte de Châlon et 47e Évêque d'Auxerre en 999.

Hugues Ier de Châlon est consacré dans l'abbaye Saint-Germain le 5 mars 999, c'est-à-dire le second dimanche de carême.

Le 5 mai 999, Hugues Ier de Châlon donne à Odilon, l'abbé de Cluny, les bénéfices des monastères dont il jouissait lors d'une grande cérémonie à l'abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon en présence de Robert II le Pieux.

Parmi ces bénéfices sont :

À la demande d'Othon III du Saint-Empire, Hugues Ier de Châlon lui remet des reliques de son diocèse, entre autres :

Othon III du Saint-Empire lui offre en remerciement un ornement épiscopal :



Pénitence de sept ans pour Robert II Le Pieux

Robert II Le Pieux ayant été élève de Sylvestre II à Reims, il a de l'affection pour lui, aussi commue t'il l'excommunication de Robert II Le Pieux en une pénitence de 7 ans.

Il renforce ainsi l'assise des capétiens sur le trône et contribue à l'établissement d'une dynastie forte en France.


Blason des Ducs de Bourgogne

Mort de Henri Ier de Bourgogne

Otte-Guillaume de Bourgogne Duc de Bourgogne

Guerre de succession du duché de Bourgogne

Prise d'Auxerre

Henri Ier de Bourgogne meurt le 15 octobre 1002.

À la mort d'Henri Ier de Bourgogne, en 1002, Otte-Guillaume de Bourgogne, son fils adoptif, est nommé Duc par les nobles de Bourgogne.

Otte-Guillaume de Bourgogne passe à l'action, avec l'appui de Landry IV de Maers, son gendre, et de Brun, son beau-frère l'Évêque Comte de Langres.

Il obtient la soumission des villes d'Autun, d'Avallon, de Dijon et de Beaune.

Landry IV de Maers prend possession d'Auxerre, profitant de l'absence d'Hugues Ier de Châlon, qui est aussi l'Évêque souverain de cette cité, seul adversaire d'Otte-Guillaume de Bourgogne.

Par cet acte, Otte-Guillaume de Bourgogne peut reconstituer une partie de la Bourgogne d'origine, en rassemblant le duché et le comté de Bourgogne sous son autorité.

Robert II Le Pieux, fils d'Hugues Capet, neveu d'Henri Ier de Bourgogne, doit lutter contre les princes allemands désireux d'étendre leur suprématie (spécialement en Bourgogne), afin de maintenir l'unité du domaine capétien.

Il revendique lui aussi la succession.

Cette succession est importante car elle pose le problème de la suzeraineté française sur la Bourgogne franque.

Si l'union des deux Bourgognes se réalise le glissement vers l'empire germanique peut se produire, et le royaume de France est en danger.

Robert II Le Pieux réagit avec vigueur, soutenu par Hugues Ier de Châlon et par Richard II l'Irascible et 30 000 hommes

Ils se présentent devant Auxerre, mais la cité résiste, alors les troupes royales se tournent vers l'abbaye de Saint-Germain qui jouxte la cité.

Là encore les assiégeants n'arrivent pas à prendre le lieu.

Robert II Le Pieux et ses alliés se retirent sur Paris.



Mariage de Robert II Le Pieux avec Constance d'Arles

Robert II Le Pieux épouse en 1002 ou 1003 Constance d'Arles, fille de Guillaume Ier le Libérateur, Comte de Provence et de Toulouse, et d'Adélaïde d'Anjou.

Leurs enfants sont :

Par ce mariage, le nord et le sud de la France se trouvent réunis.

Robert II Le Pieux a un fils illégitime :

Guillaume Ier de Bellême, un familier de Robert II le Pieux l'accompagne à Arles lors de ce mariage.



Naissance d'Alix de France

Avoie ou Alix de France naît vers 1003, fille de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles.



Mort d'Archambaud de Sully

Hugues Ier de Châteaudun Archevêque de Tours

Archambaud de Sully meurt en 1003.

En 1003 Hugues Ier de Châteaudun est élu Archevêque de Tours, avec le soutien d'Eudes II de Blois et de Robert II Le Pieux, alors alliés.



Naissance d'Advise de France

Alaïs ou Alix ou Avoie ou Hedwig ou Hadvig ou Advisa ou Advise de France Capet naît en 1003 ou en 1004, fille de Robert II Le Pieux et de Constance d'Arles.



Renoncement d'Otte-Guillaume de Bourgogne au duché de Bourgogne

Maison des Capétiens direct

Robert II le Pieux Duc de Bourgogne

Mort de Guy Ier de Macon

Renaud Ier de Bourgogne-ComtéComte d'Amous, de Varais et de Portois

Othon II de Mâcon Comte de Mâcon.

Robert II le Pieux craint un glissement du duché de Bourgogne vers l'Empire.

Appuyé par les Normands de Richard II l'Irascible, Robert II le Pieux organise des expéditions en 1003 et 1005 qui lui permettent de garder la main sur ce territoire.

Otte-Guillaume de Bourgogne s'est joint au Roi, il a vraisemblablement fait sa soumission, et a renoncé au duché de Bourgogne et au Comté de Mâcon.

Deux raisons possibles :

En 1004, Robert II Le Pieux revient avec le Comte de Chalon sur Saône et le Duc de Normandie, et ils se dirigent vers Avallon détenu par des hommes de Landry IV de Maers.

Avallon est prise après 3 mois de résistance.

Otte-Guillaume de Bourgognese consacre à assurer son autorité sur les terres bourguignonnes à l'est de la Saône, au détriment de Rodolphe III le Fainéant.

Guy Ier de Mâcon meurt prématurément en 1004.

Otte-Guillaume de Bourgogne partage les terres de Guy Ier de Mâcon:

Otte-Guillaume de Bourgogne conserve ses droits sur les comtés de la Bourgogne Franque (Beaumont, Fouvent et Oscheret).

Les Comtes de Bourgogne conserveront pendant longtemps de nombreuses terres ou suzerainetés sur des comtés situés dans le duché de Bourgogne.

Durant 44 ans, Otte-Guillaume de Bourgogne est le maître souverain des comtés outre Saône avec ses fils, et il ruine le peu d'autorité du Roi Rodolphe sur ces territoires.



Robert II le Pieux maître d'une partie de la Bourgogne

Début 1005, Robert se retourne vers Auxerre, Landri se retrouvant seul capitule et livre des otages.



Résistance de Brun de Roucy

Seul, Brun de Roucy Évêque Comte de Langres, refuse de se soumettre à Robert II le Pieux, reste autonome et mène une guérilla sporadique.

Brun peut compter pour la défense de Dijon sur le Vicomte Gui le Riche.



Prise de Valenciennes par Baudouin IV de Flandre

Henri II le Saint entre en lutte vers 1006 avec Baudouin IV de Flandre, qui prend parti pour les comtes de Louvain et de Namur, lesquels refusent la suzeraineté du Duc de Basse Lotharingie Godefroid Ier d'Ardenne, imposé par Henri II le Saint.

En 1006, Baudouin IV de Flandre s'empare de la citadelle de Valenciennes, en terre d'Empire.

Une coalition se monte bientôt contre lui, réunissant Henri II le Saint, Robert II le Pieux et Richard II l'Irascible.

Baudouin IV de Flandre se maintient malgré le siège mis devant Valenciennes par la coalition qui est bientôt contrainte au départ par la venue de l'hiver.

Lambert Ier de Louvain soutient Baudouin IV de Flandre et s'oppose à Henri II le Saint, mais est probablement vaincu car il doit lui confier son fils en otage.

Vers cette époque, Arnould de Valenciennes renonce probablement au comté de Cambrai, qu'il céde à l'évêque pour obtenir son appui dans sa lutte.



Rencontre de Robert II le Pieux et Richard II l'Irascible

Consacrant leur alliance, Robert II le Pieux et Richard II l'Irascible se rencontrent en 1006 à Fécamp.



Naissance de Hugues de France

Hugues de France naît en 1007, fils de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles.



Fulbert de Chartres Évêque de Chartes

Robert II le Pieux fait nommer Fulbert de Chartres Évêque de Chartes en 1007.

Il est un Évêque consciencieux et intègre, soucieux de l'indépendance de l'Église, mais aussi de paix et de concorde dans le respect des personnes.

Il cherche à réconcilier le Comte Eudes II de Blois avec Robert II le Pieux.

Fulbert de Chartres utilise le droit féodal qui est très respecté dans le nord du royaume tandis que les territoires du sud le pratiquent moins et l'oublient.

A ce titre, le Duc Guillaume V d'Aquitaine le consulte par un lettre pour lui demander quelles sont les obligations qu'a le vassal envers son Seigneur, son vassal Hugues de Lusignan ne souhaitant pas lui obéir.

Fulbert de Chartes lui répond dans une célèbre lettre que la fidélité se résume en 6 mots: sain et sauf, sûr, honnête, utile, facile et possible.

Fulbert de Chartres fonde à Chartres une école cathédrale (École de Chartres) qui aura une grande notoriété.

On n'y apprend pas seulement la théologie, mais encore la géométrie, la médecine, la philosophie.

Nombreux et fidèles seront ses disciples.



Assassinat d'Hugues de Beauvais

Le Roi Robert II Le Pieux aime particulièrement un de ses barons, Hugues de Beauvais qu'il a élevé à la dignité de Comte palatin.

Il prend rarement une décision sans son conseil.

Hugues de Beauvais est partisan de Berthe de Bourgogne.

Constance d'Arles, prise d'une violente jalousie, envoie une lettre expliquant ses griefs à Foulques III Nerra, son oncle, qui comprend tout de suite ce qu'elle attend de lui.

En 1008, Robert II Le Pieux chasse avec Hugues de Beauvais, ce dernier est cerné par une douzaine de sbires à la solde du Comte d'Anjou.

Ils font une révérence au Roi puis, sous ses yeux, tranchent la tête d'Hugues de Beauvais.

Le Roi pas assez sûr de son entourage, n'ose pas se venger.

Et alerte Fulbert, Évêque de Chartres.

L'Évêque menace Foulques d'excommunication et l'oblige à se mettre à genoux devant le Roi.

Effrayé encore une fois d'être mis au ban de l'Église, il se reconnaît seul coupable.



Naissance d'Henri Ier de France

Henri Ier de France naît en 1008 ou 1009, fils de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles.



Synode d'évêques à Chelles

Le 17 mai 1008, Renaud II de Vendôme est présent au synode d'évêques que Robert II Le Pieux fait tenir à Chelles.


Abbaye Saint-Arnoult de Crépy-en-Valois

Fondation de l'Abbaye Saint-Arnoult de Crépy-en-Valois

Gautier II de Vexin qui transforme la collégiale de Crépy-en-Valois en abbaye bénédictine pour accueillir les reliques de Saint-Arnoult.

Cette mutation est consignée dans un acte de confirmation émanant du Roi Robert II le Pieux, datant de 1008.

L'abbatiale avait 70 mètres de long et 18 mètres de large.

Elle comportait deux tours de chevet comme à Morienval.

Les colonnettes et les chapiteaux de la crypte sont du XIe siècle et la salle capitulaire du XIIe.



Naissance d'Adèle de France

Adélaïde ou Adèle de France naît en 1009, fille de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles.



Naissance de Constance de France

Constance de France naît en 1010, fille de Robert II Le Pieux et de Constance d'Arles.



Naissance de Robert Ier le Vieux

Robert de France ou Robert Ier le Vieux naît en 1011, fils de Robert II Le Pieux et de Constance d'Arles.



Naissance de Eudes de France

Eudes de France naît en 1013, fils de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles.



Paix de Coudres

En 1014, Robert II le Pieux convoque à Coudres une assemblée de Grands pour que Richard II l'Irascible et Eudes II de Blois exposent leurs différents.

La paix est finalement conclue.

La frontière définitive est l'Avre :



Mariage de Galéran III de Meulan avec Oda de Conteville

Galéran III de Meulan Comte de Meulan

Galéran III de Meulan (990-1069) épouse avant 1015 ou vers 1017 Oda de Conteville, fille de Jean, Baron de Conteville. Leurs enfants sont :

Galéran III de Meulan s'intitule Comte de Meulan peu avant 1015.

Par une lettre de 1015, l'Évêque Fulbert de Chartres qualifie Galéran III de Meulan de Comte et l'incite à changer d'alliance et à se ranger aux côtés de Robert II Le Pieux.



Rattachement du Comté de Dreux à la Couronne de France

Robert II le Pieux rattache à la Couronne le comté de Dreux en 1015.



Conflit entre l'Archevêque de Sens et le Comte de Sens

Rattachement de la ville de Sens au royaume de France

Cession de Montereau à Eudes II de Blois

En 1015, suite à la plainte de Liétry ou Liéri, Archevêque de Sens, contre Rainard de Sens, Comte de Sens, surnommé le Roi des Juifs, une armée conduite par Robert II le Pieux et Foulques III Nerra qui ont l'appui du Pape Benoît VIII et de Cluny, marche sur Sens.

Rainard de Sens fait appel à Eudes II de Blois et lui offre le château de Montereau sur la Seine.

Robert II le Pieux s'empare de la cité en avril 1015 et la rattache au royaume.

La bataille n'a pas lieu et l'affaire se termine par une négociation où Rainard de Sens doit s'amender.

Eudes II de Blois y gagne Montereau et son pont de bois qui lui donne le passage qu'il cherche sur la Seine en direction de Provins et de ses possessions Champenoises.

Robert II le Pieux continue jusqu'à Dijon et tente de s'en emparer par la force.

Mais suite à l'intervention de l'abbé Odilon de Cluny, il ne donne pas l'assaut.



Eudes II de Blois Comte de Sancerre

Également en 1015, en accord avec Robert II le Pieux, Eudes II de Blois échange une partie du comté féodal de Beauvais contre la ville de Sancerre avec l'évêque Roger.

Il y gagne un Comté plus proche de son domaine et une position stratégique sur la Loire.



Dijon première cité du duché de Bourgogne

Lambert de Vignory, le successeur à l'évêché de Langres, abandonne ses droits féodaux sur la ville de Dijon et remet les clés à Robert II le Pieux qui entre en vainqueur dans la cité et en fait la capitale du duché bourguignon.

Le comté de Dijon n'existe plus.



Comté de Melun rattaché à la Couronne de France

Robert II le Pieux rattache à la Couronne le comté de Melun en 1016.



Hugues de France associé au trône de France

Le dimanche de Pentecôte 1017, sur insistance de Constance d'Arles, sa femme, Robert II le Pieux associe Hugues de France au trône sous le nom d'Hugues III.


Blason des Ducs de Bourgogne

Henri Ier de France Duc de Bourgogne

Vers 1017, Robert II le Pieux remet le duché de Bourgogne à son second fils, Henri Ier de France, tout en continuant à gouverner personnellement la province.



Réforme de l'ordre de Cluny

Robert II Le Pieux aide les moines de Cluny dans la réforme de leur ordre.

Robert II Le Pieux réprime sévèrement les hérésies naissantes.



Dédicace de l'église abbatiale de Lagny-sur-Marne

Don d'un clou de la croix du Christ

2 ans après son achèvement, l'église abbatiale de Lagny-sur-Marne est dédicacée en 1019 par Léothéric, archevêque de Sens, en présence de Robert II le Pieux et d'un grand nombre de princes et d'évêques.

L'église est dédiée à Saint Pierre, Saint Paul et aux Saints Innocents.

La seigneurie de Laigny (dénomination populaire de la bourgade) est rétablie.

Robert II le Pieux fait don à l'abbaye de Lagny-sur-Marne de la pointe d'un des clous de la croix du Christ et d'une épine de la Couronne du Sauveur.

Ces reliques proviennent du trésor de Charlemagne à Aix-la-Chapelle.

Lagny-sur-Marne s'appellera Lagny Le Clou.

Un dimanche de Passion, Robert II le Pieux vient à Lagny-sur-Marne en procession, pieds nus, accompagné d'Henri Ier de France, alors Duc de Bourgogne.

Le souvenir de cette procession sera renouvelé tous les ans jusqu'au jour où les Calvinistes brûleront ces reliques.

Le blason de la ville de Lagny-sur-Marne comporte toujours ce clou.



Pèlerinage de Robert II le Pieux à Souvigny

En 1019-1020, Robert II le Pieux s'arrête à Souvigny sur le tombeau de Mayeul de Cluny.



Condamnation au bûcher pour manichéisme

En 1022, Robert II le Pieux condamne 10 chanoines au bûcher à Orléans pour manichéisme.



Mariage de Manassès de Dammartin avec Constance de France

Manassès de Dammartin épouse avant 1023 Constance de France, fille de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles. Leurs enfants sont :

L'identification de l'épouse comme fille du Roi est une hypothèse de J. Depoin reposant sur l'onomastique uniquement (Recueil de chartes, Paris, 1912).



Construction des forteresses de Bourmont et de Vaucouleurs

Réunion entre Henri II le Saint et Robert II le Pieux

Eudes II de Blois s'attaque à Thierry Ier de Lorraine, Duc de Haute-Lotharingie, et au Comte Ferry de Toul.

Il bâtit des forteresses sur leur territoire :

Henri II le Saint se sent menacé et profitant d'une réunion avec le Roi Robert II le Pieux à Ivois, près de l'Abbaye de Mouzon, le 12 août 1023, tous deux décident de mettre Eudes II de Blois à la raison.

Celui-ci rend ce qu'il a pris et construit en Lorraine.



Mort de Gautier II de Vexin Comte de Vexin, de Mantes, d'Amiens et de Valois

Drogon de Vexin Comte de Vexin et Amiens

Raoul II de Valois Comte de Valois

Gautier II de Vexin meurt entre 1017 et 1024 probablement en 1023.

À cette époque, Robert II le Pieux et Eudes II de Blois se brouillent, ce qui a pu orienter le partage du patrimoine familial entre les deux fils de Gautier II de Vexin :

Le troisième frère, Foulque, est déjà Évêque d'Amiens.



Mort de Henri II le Saint Empereur germanique

Dynastie Salienne ou franconienne

Conrad II le Salique Roi de Germanie

Conrad II le Salique Roi des Romains

Henri II le Saint meurt le 13 juillet 1024 à Grona près de Gottingen en Allemagne, dernier roi de la dynastie des Saxons ou des Ottoniens.

Ezzon de Bonnegau, époux de Mathilde de Germanie, fille d'Othon II le Roux, revendique la couronne impériale, en vain.

Conrad II le Salique, Duc de Franconie, est élu, non sans tumulte, Roi de Germanie et Roi des Romains à Mayence en 1024.

Conrad II le Salique cède le Schleswig à Canut le Grand, Roi d'Angleterre et du Danemark.

Conrad II le Salique est vainqueur de Mieszko II, Roi de Pologne.

À l'avènement de Conrad II le Salique, les barons lombards dont Héribert, l'Archevêque de Milan, veulent s'émanciper des Allemands et offrent la couronne d'Italie :

Eudes II de Blois accepte la couronne mais les Lombards renoncent ensuite à leur idée pour ne pas se brouiller avec Robert II le Pieux qui oriente le choix sur le Duc d'Aquitaine qui échouera d'ailleurs.

Les rapports de la Hongrie avec l'Allemagne s'enveniment.

La situation pourrait s'expliquer par une très hypothétique tentative d'Étienne Ier de Hongrie pour proposer la candidature d'Émeric de Hongrie comme Duc de Bavière, Émeric de Hongrie étant plus proche parent du dernier empereur que ne l'est Conrad II le Salique.

L'influence que Conrad II le Salique exerce sur la Souabe ainsi que la rivalité qui oppose Conrad II le Salique à Ernest II de Souabe à propos de la succession de Rodolphe III le Fainéant empoisonne leurs relations.

Gisèle de Souabe est la nièce de Rodolphe III le Fainéant, par Gerberge des Deux-Bourgognes, sa mère.

Ernest II de Souabe, son fils, comme Conrad II le Salique, son mari, ont de légitimes prétentions sur le trône de Bourgogne, puisque vraisemblablement Rodolphe III le Fainéant va mourir sans enfant.

Gothelon Ier de Verdun s'oppose d'abord violemment avec d'autres Lotharingiens à Conrad II le Salique.



Recherche d'un Roi pour l'Italie

Lorsque les Italiens viennent en 1024-1025 en France pour y chercher un roi, ils choisissent Hugues de France, le fils de Robert II le Pieux.

Devant le refus de ce dernier, ils viennent demander à Guillaume V d'Aquitaine d'accepter cette couronne.

Celui-ci part en Italie pour discuter de la proposition, avant de refuser pour lui et pour son fils devant la complexité des intrigues italiennes.



Rencontre de Robert II le Pieux et Richard II l'Irascible

Robert II le Pieux et Richard II l'Irascible se rencontrent à nouveau en 1024 à Rouen.



Lutte d'Herbert Ier Éveille-Chien contre Foulques III Nerra et Robert II Le Pieux

Herbert Ier Éveille-Chien Prisonnier

L'affaiblissement du pouvoir royal permet à Herbert Ier Éveille-Chien un accroissement de son pouvoir personnel.

Il commence à faire battre sa propre monnaie.

Il confie des terres à ses fidèles, en les autorisant la construction de châteaux.

Le Maine ainsi défendu, Herbert Ier Éveille-Chien se tourne vers les comtes de Blois et de Rennes pour lutter contre Foulques III Nerra et Robert II Le Pieux.

Avesgaud de Bellême est un partisan de l'Anjou.

Herbert Ier Éveille-Chien, à la tête d'une poignée de chevaliers, prend et détruit le château de Duneau qu'Avesgaud de Bellême a fait construire sur les bords de l'Huisne.

L'évêque se réfugie alors dans son château de La Ferté-Bernard, où il est assiégé par Herbert Ier Éveille-Chien.

Avesgaud de Bellême fait appel à Fulbert, évêque de Chartres qui excommunie Herbert Ier Éveille-Chien.

Herbert Ier Éveille-Chien se venge en dévastant les terres des Bellême.

En 1025, au cours d'une entrevue à Saintes, Herbert Ier Éveille-Chien est capturé par Foulques III Nerra et doit renoncer à ses velléités d'indépendance.



Mort de Hugues III le Grand

Hugues fils aîné Robert II Le Pieux décède soudainement en 1026.



Mariage de Richard III de Normandie avec Adèle de France

Richard III de Normandie épouse à Plestin en Bretagne en janvier 1027 Adèle de France, fille de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles. Leur enfant est :



Charte de Robert II le Pieux en faveur de Saint-Germain-des-Prés

Foulques de Senlis signe en 1027 une charte de Robert II le Pieux en faveur de Saint-Germain-des-Prés.



Mort d'Hugues de France

Henri Ier de France associé au trône de France

Hugues de France meurt en 1027.

Il inhumé dans l'église de l'abbaye Saint-Corneille.

Constance d'Arles donne à l'abbaye de Compiègne un très important domaine à Verberie pour le repos de son fils Hugues de France.

Henri Ier de France, son frère, devient l'héritier de la couronne de France.

Le dimanche 15 mai 1027, Robert II le Pieux le fait alors couronner à Reims.

Èbles Ier de Roucy est l'Évêque consécrateur.



Rébellion féodale contre Robert II le Pieux

La reine Constance d'Arles accuse Henri Ier de France d'être "dissimulé, indolent, efféminé et totalement porté à négliger les intérêts de Robert II Le Pieux, son père".

Elle favorise les intérêts de Robert Ier le Vieux, 3e de ses fils âgé de presque 15 ans, afin qu'il hérite de la couronne. Elle multiplie les intrigues et implique la majeure partie des grands vassaux dans une rébellion féodale.

Le Roi tente de ramener le calme entre ses deux fils, mais ces derniers se liguent contre lui.

Henri Ier de France enlève la forteresse de Dreux, mais Robert II Le Pieux envahit la Bourgogne et s'empare d'Avallon et de Beaune.

Les fils révoltés se soumettent à Robert II Le Pieux, leur père, et ce dernier pardonne leurs actes.



Attaque de Robert le Magnifique contre Robert de Normandie

Excommunication de Robert le Magnifique

Après son avènement, Robert le Magnifique enlève des terres aux abbayes et aux grandes églises pour les distribuer à de jeunes nobles. C'est un moyen de les fidéliser et de les récompenser à moindre frais. Robert le Magnifique rompt ainsi avec l'attitude de ses prédécesseurs qui s'étaient montrés généreux avec l'Église.

En 1027, Robert le Magnifique, neveu de Robert de Normandie, s'attaque à son oncle sans qu'on en sache les raisons.

Ou est-ce parce que l'archevêque proteste contre les usurpations de terres d'Église que pratique le duc ? Est-ce parce que ce dernier complote contre lui ?

En tout cas, Robert de Normandie doit quitter Rouen et s'enfermer avec quelques chevaliers à Évreux.

Robert le Magnifique l'assiège entre 1027 et 1028. Après avoir mis en défense la cité, l'archevêque préfère négocier son départ.

Robert de Normandie quitte la Normandie et se rend en France auprès de Robert II le Pieux. Mais, de son nouveau refuge, il prononce l'excommunication du duc Robert le Magnifique et l'anathème sur la Normandie.

La sanction ecclésiastique semble faire plier Robert le Magnifique.

Robert le Magnifique rappela Robert de Normandie, se réconcilie avec lui et le rétablit dans ses charges comtales et archiépiscopales. Il devient même le premier conseiller du duché.

Robert de Normandie semble avoir convaincu son neveu qu'une bonne entente avec l'Église est indispensable.



Élection de l'Évêque de Meaux

En 1027 un conflit éclate entre le Roi Robert II le Pieux et Eudes II de Blois à propos de l'élection de l'Évêque de Meaux.

Le Roi rejette le candidat d'Eudes II de Blois et impose Bernier, son candidat.

Meaux reste un évêché Royal.



Mariage de Baudouin V de Flandre avec Adèle de France

Baudouin IV de Flandre fait épouser à son fils Adèle de France, fille de Robert II Le Pieux et de Constance d'Arles.

Baudouin V de Flandre épouse à Lille en 1028 Adèle de France. Leurs enfants sont :



Mort de Landry IV de Maers Comte de Nevers Seigneur de Monceau et de Maers

Mariage de Renaud Ier de Nevers avec Advise de France

Renaud Ier de Nevers Comte d'Auxerre

Comme l'indique le nécrologue de la Cathédrale d'Auxerre, Landry IV de Maers, Sénéchal de France, meurt le 11 mai 1028.

Renaud Ier de Nevers devient Comte de Nevers en 1028 ou en 1031.

Renaud Ier de Nevers épouse en 1028 Advise de France, fille de Robert II le Pieux et de Constance d'Arles. Leurs enfants sont :

Advise de France lui apporte en dot le comté d'Auxerre.



Nouvelle rébellion des fils de Robert II le Pieux

En 1030, Henri Ier de France et Robert Ier le Vieux, son frère, se dressent une nouvelle fois contre Robert II le Pieux, leur père.

Robert II le Pieux se réfugie en Bourgogne, où il trouve un soutien auprès :

Après avoir guerroyé quelques mois, Robert II le Pieux reprend la main et fait la paix avec ses deux fils.



Naissance d'Enguerrand Ier de Boves

Enguerrand Ier de Boves naît en 1030 ou vers 1042, fils de Dreux ou Drogon de Boves, Seigneur de Boves, et d'Adèle de Crépy.

Drogon de Boves s'illustre sous les règnes de Robert II le Pieux et d'Henri Ier de France.



Construction d'une crypte sous l'église Sainte-Croix d'Orléans

Sainte Croix d'Orléans élevée au rang de cathédrale d'Orléans

Au XIe siècle, l'église cathédrale Sainte Étienne devient trop exigüe pour rester le siège du Diocèse d'Orléans.

L'église Sainte Croix d'Orléans est alors élevée au rang de Cathédrale.

Les bâtiments du chapitre sont regroupés au sud et à l'est de la Cathédrale actuelle.

Au XIe siècle, le roi Robert II Le Pieux décide la construction d'une crypte sous l'église Sainte-Croix d'Orléans pour abriter les reliques de Saint-Aignan.

Cette crypte remaniée au XIVe siècle est l'une des plus grandes de France. On peut encore y admirer les chapiteaux sculptés du XIe siècle.


Henri Ier

Mort de Robert II Le Pieux

Henri Ier de France Roi de France

Révolte de Robert Ier le Vieux, de Constance d'Arles et d'Eudes II de Blois

Siège de Sens

Robert II le Pieux meurt à Melun le 20 juillet 1031.

Il est inhumé à Saint-Denis.

Marqué par ses péripéties matrimoniales, le règne de Robert II le Pieux l'est aussi par l'énergie qu'il déploie contre les grands féodaux pillards, toujours prêts à s'opposer au pouvoir royal.

Henri Ier de France devient Roi de France en 1031.

Guillaume Busac assiste au couronnement d'Henri Ier de France.

Henri Ier de France fait de Melun sa demeure principale.

Dès son accession au trône, Henri Ier est confronté à la révolte de son frère Robert Ier le Vieux qui est fortement soutenu par leur mère Constance d'Arles et par Eudes II de Blois et une ligue formée par les féodaux.

Ils s'emparent de Sens et occupent le domaine royal.

Henri Ier de France se réfugie auprès de Robert le Diable, Duc de Normandie.

Il a également comme appui :

Henri Ier de France reconquière le pouvoir.

Foulques III Nerra Comte d'Anjou assiège Sens.



Mort de Constance d'Arles

Le moine Raoul Glaber rapporte que le conflit ne prend fin qu'à la mort de la reine Constance. Les rebelles vaincus prêtent serment au Roi.

Constance d'Arles, veuve de Robert II le Pieux, meurt à Melun en 1032.



Répudiation d'Aliénor d'Aquitaine par Louis VII le Jeune

Concile de Beaugency

Conseiller du roi, Samson de Mauvoisin participe à la dissolution du mariage de Louis VII le Jeune et d'Aliénor d'Aquitaine.

Répudiée en fait pour inconduite, Aliénor d'Aquitaine est officiellement répudiée par Louis VII le Jeune le 18 mars 1152 pour ne lui avoir donné aucun fils.

Le mariage est annulé par le concile de Beaugency le 18 ou le 21 mars 1152 sous le prétexte que son mariage a été réalisé sans dispense de consanguinité alors qu'elle est cousine de son mari au 12e degré (pour la religion au 6e degré) car ils ont pour ancêtre commun Robert II le Pieux.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !