Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



11 événements affichés, le premier en 1124 - le dernier en 1202



Mariage de Josselin II de Courtenay avec Béatrice de Saône

Béatrice de Saône est veuve de Guillaume de Saône.

Josselin II de Courtenay épouse Béatrice de Saône. Leurs enfants sont :



Mariage de Gautier de Saint-Omer avec Échive de Bures

Gautier de Saint-Omer, Prince de Galilée et Seigneur de Tibérias, épouse en 1130 Échive de Bures. Leurs enfants sont :



Mariage de Eustache II de Grenier avec Agnès de Bures

Eustache II de Grenier épouse Agnès de Bures, fille ou nièce de Guillaume de Bure, sœur de Guillaume II de Bures, Prince de Galilée. Leurs enfants sont :



Naissance de Renaud de Grenier

Réginald ou Renaud de Grenier naît en 1133, fils d'Eustache II de Grenier et d'Agnès de Bures.



Mariage de Renaud de Grenier avec Agnès de Courtenay

Renaud de Grenier épouse en 1170 Agnès de Courtenay.



Mariage de Balian II d'Ibelin le jeune avec Marie Comnène

Marie Comnène est veuve d'Amaury Ier d'Anjou.

Balian II d'Ibelin le jeune épouse en 1177 Marie Comnène. Leurs enfants sont :

Elle apporte la seigneurie de Naplouse, qu'elle avait obtenu à titre de douaire.


Bataille du Montgisard – par Charles-Philippe Larivière

Bataille de Montgisard

À Ascalon, Baudouin IV de Jérusalem décide de tenter le tout pour le tout, malgré son infériorité numérique.

Il demande à Eudes de Saint-Amand, maître de l'Ordre du Temple, retranché avec 80 Templiers à Gaza de venir le rejoindre.

Avec les quelques seigneurs qui sont avec lui :

il dispose d'une armée de 500 chevaliers et de 3 000 fantassins.

Il quitte Ascalon, suit une route en arc de cercle pour contourner l'armée de Saladin et le rejoint en un lieu nommé Montgisard ou Mons Gisardus (Tell el-Jezer), près de Ramla.

Il attaque l'armée ennemie par le nord alors que Saladin le croit toujours au sud-ouest.

Bénéficiant de l'effet de surprise et voulant à tout prix venger le massacre des prisonniers, l'armée franque charge celle de Saladin, amollie et alourdie par le butin.

Les 80 templiers conduits par Eudes de Saint-Amand, leur chef, chargent à l'avant-garde et bousculent les premières lignes du sultan Ayyoubide.

L'ange exterminateur semblait les suivre dans la mêlée.

L'armée de Saladin est en proie à une épidémie d'un virus non létal mais handicapant, qui ressemblerait à ce qu'on appelle aujourd'hui une gastro-entérite. Ce virus se révèle être un atout de plus pour les assaillants.

Taqi al-Din tente de contenir la charge ennemie mais plusieurs émirs, dont son propre fils, sont tués, et le reste finit par prendre la fuite.

C'est ensuite aux 1 000 Mamelouks de la garde personnelle de Saladin de tenter de contenir la charge franque, mais ils sont tous tués.

Les prisonniers survivants en profitent pour se libérer et attaquer leurs gardiens.

Saladin, échappant de peu à la mort, ordonne à tous de prendre la fuite et profite de la nuit qui tombe pour échapper aux chevaliers croisés.

Les années de captivité de Renaud de Châtillon ne l'ont pas du tout assagi. Il multiplie les provocations. Allié des Templiers, il exerce sur la cour de Jérusalem une influence grandissante.

Renaud de Châtillon est partisan d'une politique de conquête face aux musulmans, motivée beaucoup plus par ses espoirs de pillage que par des considérations stratégiques.

Contrairement aux chroniqueurs francs, qui semblent vouloir minimiser son rôle en cette occasion, mais conformément à tous les chroniqueurs musulmans, on pense maintenant que c'est Renaud de Châtillon qui commande l'armée des croisés lors de cette bataille.

Cette bataille d'Ascalon le 18 novembre 1177 est une large victoire des chrétiens. Elle a un énorme retentissement dans la chrétienté et contribué pour beaucoup au prestige de Baudouin IV de Jérusalem.

Saladin repart vers l'Égypte, tout en étant harcelé pendant sa retraite par les Bédouins.

Baudoin IV de Jérusalem suit Saladin jusque dans la péninsule du Sinaï mais est incapable de prendre l'avantage. Les Francs ne réussissent pas à tirer avantage de cette victoire.

Saladin ne réussit à rentrer qu'avec seulement le dixième de son armée.

Saladin arrive au Caire le 8 décembre 1177, à temps pour démentir la nouvelle de sa mort.



Bataille du gué de Jacob

Le 29 août 1179, Saladin assiège et démolie entièrement le Chastelet du Gué de Jacob qui est encore en chantier.

Renaud de Grenier arrive trop tard avec ses troupes à la bataille du gué de Jacob.

Selon Guillaume de Tyr, il aurait pu sauver de nombreux rescapés de la bataille s'il avait continué sa route, mais suivant l'avis des premiers fuyards qu'il croise, il retourne à Sidon, laissant de nombreux rescapés se faire tuer dans une série d'embuscades.


Frédéric Ier d'Autriche en croisade - Arbre généalogique des Babenberg -1489-1492

Prise de Sidon et de Beyrouth

Participation de Frédéric Ier d'Autriche à la croisade

En 1197, Henri Ier de Brabant conduit une expédition de l'empereur Henri VI le Sévère en Terre sainte.

Frédéric Ier d'Autriche participe à cette croisade.

Hartwig II d'Utlede rallie cette croisade.

Ne pouvant reprendre Jaffa, Amaury Ier de Lusignan convoque l'ost. Il repousse l'armée ayyoubide le 23 octobre 1197

Avec l'aide des croisés allemands, il reprend Sidon et à Beyrouth en octobre 1197.

Sidon est rendue son seigneur Renaud de Grenier et Beyrouth est donné à Jean d'Ibelin.

Les croisés allemand tente d'assiéger Toron, dans l'arrière pays, mais échoue, Malik al'Adil ayant envoyé une armée de secours.



Mort de Renaud de Grenier

Renaud de Grenier meurt en 1202.



Mariage de Guy de Montfort avec Helvise d'Ibelin

Helvise d'Ibelin est veuve de Renaud de Grenier, Comte de Sidon

Impressionné par la valeur de Simon IV de Montfort et de Guy de Montfort, Amaury Ier de Lusignan souhaite les attacher à son service. Il autorise le mariage de Guy de Montfort.

Guy de Montfort, fils de Simon III de Montfort-l'Amaury et d'Amicie de Beaumont-le-Roger, épouse en 1202 Helvise d'Ibelin. Leur enfant est :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !