Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



2 événements affichés, le premier en 1605 - le dernier en 1812



Prise de Moscou

Dimitri II Tsar de Russie

Grigori Otrepiev s'empare de Moscou en juin 1605 après avoir renversé les Godounov et prend le nom de Dimitri II.


Napoléon Ier à Moscou Napoléon Ier en retraite devant le Kremlin en flamme

Prise de Moscou

Évacuation de Moscou

Avant l'ordre d'évacuation, Moscou compte environ 270 000 habitants.

La plupart évacuent la ville et les habitants restants se chargent de brûler ou de dérober les derniers stocks de nourriture pour en priver les Français.

Le 14 septembre 1812, à 2 heures de l'après-midi, Napoléon Ier, avec sa garde et le 1er corps, fait son entrée dans l'ancienne capitale de la Moscovie.

La ville est déserte.

Fédor Vassili Rostopchine est gouverneur général de Moscou qu'il vide de toute provision.

Il lance des pamphlets contre Napoléon, fait évacuer les pompes à incendie et libère des prisonniers avec la mission de mettre le feu chacun à un quartier.

L'incendie de Moscou qui en résulte, qui fera dire à Sophie Feodorovna Rostopchine, sa fille :J'ai vu comme une aurore boréale sur la ville.

Le 15 septembre 1812, Napoléon Ier s'installe au Kremlin, le palais des tsars situé au milieu de la ville.

Il reste alors le tiers de la population dont la plupart sont des commerçants étrangers, des serviteurs ou des personnes incapables ou ne voulant pas fuir.

Ils se tiennent à l'écart des troupes, y compris la nombreuse communauté française présente.

Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier est nommé gouverneur, avec ordre d'empêcher le pillage par tous les moyens.

Des secours sont donnés aux blessés russes qui encombrent les hôpitaux, ainsi qu'aux Moscovites qui n'ont pas voulu suivre l'armée de Mikhaïl Illarionovitch Golenichtchev-Koutouzov.

Napoléon Ier pense que le tsar Alexandre Ier lui offrira sa capitulation sur le Mont Poklonnaïa.

Un armistice est accordé aux Russes et Napoléon Ier, fort de son triomphe, propose la paix à Alexandre Ier de Russie.

Il ne reçoit que des réponses évasives laissant vaguement espérer un arrangement, mais qui arrangent les deux parties.

Les Français ont ainsi le temps de reprendre des forces, les Russes attendent les grands froids qui obligeront les Français à évacuer la Russie.

Du 14 au 18 septembre 1812 du calendrier grégorien (2 au 6 septembre du calendrier julien), des feux commencent à Moscou, et ravagent la ville, essentiellement construite en bois, privant les Français d'abris.

À un signal donné, le feu éclate dans 1 000 endroits à la fois.

C'est en vain que les Français tentent d'éteindre l'incendie : le ravage des flammes ne s'arrête que dans la soirée du 20 septembre 1812, lorsque près de 7 000 maisons en bois et 4 000 maisons de pierres, les 9/10 de la ville, sont en cendres.

20 000 malades ou blessés sont victimes de ce désastre.

Occupant une ville en ruines, sans avoir reçu la capitulation russe, face à une manœuvre russe le poussant à quitter Moscou, Napoléon Ier entame sa longue retraite le 18 octobre 1812.

Adolphe Édouard Casimir Joseph Mortier a ordre d'abandonner le Kremlin le 23 octobre 1812, après l'avoir détruit, et de ne laisser en arrière ni blessés, ni malades.

la Grande Armée est alors constamment harcelée par l'ennemi.

Napoléon Ier estimera plus tard que son erreur a été de ne pas quitter Moscou 2 semaines plus tôt et de surprendre l'armée de Mikhaïl Illarionovitch Golenichtchev-Koutouzov qui campe à proximité, à Tarutino.

Même si cela n'aurait pas suffi à vaincre immédiatement la Russie, celle-ci aurait été ensuite incapable d'affronter les Français.

Ivan Katayev estime les pertes au 3/4 des bâtiments de la ville :

On estime à 2 000 le nombre de soldats russes blessés qui ont péri dans les incendies.

12.000 corps en tout ont été retrouvés.

Sont été complètement détruits

De nombreuses œuvres d'art, notamment l'original de Le dit de la campagne d'Igor, ont disparu à jamais.

L'orphelinat de Moscou près de Kitai-Gorod, converti en hôpital, est sauvé par la police locale.

La population de Moscou estimée en 1811 à 270 000 âmes, est d'environ 215 000 résidents après la guerre.

La population de Moscou passera à 349 000 en 1840.

Contrairement aux déclarations de Jean-Baptiste Antoine Marcellin de Marbot qui prétendait que l'incendie de Moscou était la principale cause de l'échec de la campagne de 1812, la destruction de Moscou n'était pas si totale, pour qu'il ne reste pas suffisamment de maisons, de palais, d'églises ou de casernes pour accueillir l'ensemble de l'armée.

De plus, de nombreuses unités étaient stationnées en dehors de la ville, dans des régions éloignées comme les banlieues Ostankino (cavalerie légère) ou Khimki (corps d'italien), d'autres ont été envoyées au sud pour faire barrage aux mouvements des Russes.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !