Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



40 événements affichés, le premier en 1443 - le dernier en 1622


Marie de Montauban

Mariage de Louis Ier de Rohan-Guémené avec Marie de Montauban

Louis Ier de Rohan-Guémené est le fils de Charles Ier de Rohan-Guémené et de Catherine du Guesclin.

Marie de Montauban est la fille de Jean de Montauban (mort en 1466) et d'Anne de Keranrais (vers 1410-vers 1499)

Louis Ier de Rohan-Guémené épouse le 24 avril 1443 Marie de Montauban.

Leurs enfants sont :

Marie de Montauban apporte le fief de Keranrais dans la maison de Rohan Guémené.



Naissance de Pierre de Rohan-Guémené

Pierre de Rohan-Guémené naît au château de Mortiercrolles à Saint-Quentin-les-Anges en 1450 ou 1451, fils de Louis Ier de Rohan-Guémenée et de Marie de Montauban.

Il naît hors de Bretagne car sa famille est en disgrâce pour avoir trempé dans l'assassinat de Gilles de Bretagne.

Il est le cadet de la famille de Rohan-Guémenée, elle-même branche cadette des Rohan en Bretagne.

Il descend de deux des plus anciennes et des plus puissantes maisons du royaume :



Mariage d'Alain IX de Rohan avec Péronelle de Maillé

Alain IX de Rohan épouse en 1456 Péronelle de Maillé. Leurs enfants sont :



Mort de Louis Ier de Rohan-Guémenée Seigneur de Guémené et de Guincamp

Louis Ier de Rohan-Guémené meurt en 1457 empoisonné par Marie de Montauban, son épouse.

Louis Ier de Rohan-Guémenée laisse un testament dans lequel il refuse à sa femme la tutelle de leurs enfants.

Marie de Montauban échappe à la justice.

Pierre de Rohan-Guémené, leur fils, a alors pour tuteur Tanneguy du Chatel.



Mariage de Jacques d'Armagnac avec Louise d'Anjou

Louis XI fait épouser à Jacques d'Armagnac une de ses cousines.

Jacques d'Armagnac épouse à Poitiers le 12 juin 1462 Louise d'Anjou, fille de Charles IV d'Anjou et d'Isabelle de Luxembourg. Leurs enfants sont :



Séjour de Pierre de Rohan-Guémené à la Cour de France

En 1470, Pierre de Rohan-Guémené quitte la Bretagne. Tanneguy du Chatel le fait venir à la cour de France. Il va au-devant de lui jusqu'à Thouars, avec plus de 200 gentilshommes.

Louis XI se trouve sur son passage et lui fait bon accueil. Selon Duclos, cela achève de convaincre ce jeune ambitieux plein de courage.



Pierre de Rohan-Guémené Seigneur de Gié

En 1472, Louis XI donne à Pierre de Rohan-Guémené la seigneurie de Gié ou Gyé en Champagne. Pierre ajoute ce nom à celui des Rohan.

Après un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, Pierre de Rohan-Guémené est nommé conseiller et chambellan de Louis XI, ainsi que Capitaine de Blois.



Siège de Lectour

Pierre de Rohan-Guémené participe au siège de Lectour en 1473.



Ratification de la paix par François II de Bretagne

En 1474, Pierre de Rohan-Guémené est ambassadeur chargé de faire ratifier la paix par François II de Bretagne, Duc de Bretagne.



Siège et prise de Perpignan

Pierre de Rohan-Guémené participe au siège de Perpignan.

Perpignan se rend aux troupes de Louis XI le 10 mars 1475.

Louis XI fait construire de nouvelles fortifications autour du Palais des rois de Majorque.


Pierre de Rohan-Guémené Gravure de par F. Stuerhelt (XVIIe)

Pierre de Rohan-Guémené Maréchal de France

Pierre de Rohan-Guémené, dit le Maréchal de Gié, est fait Maréchal de France le 16 mai 1476 par Louis XI.



Mariage de Pierre de Rohan-Guémené avec Françoise de Penhoët

Pierre de Rohan-Guémené épouse en 1476 Françoise de Penhoët, Vicomtesse de Fronsac. Leurs enfants sont :

Pierre de Rohan-Guémené continue de donner à Louis XI tant de preuves de sa fidélité et de son dévouement, que ce prince soupçonneux lui accorde toute sa confiance.



Naissance de Charles de Rohan-Gié

Charles de Rohan-Gié naît en 1478, fils de Pierre de Rohan-Guémené et de Françoise de Penhoët.



Reprise des places en Flandres

Pierre de Rohan-Guémené commande en Flandre en 1479. Avec 800 hommes il reprend toutes les places dont Maximilien Ier de Habsbourg s'est emparé par surprise.



Pierre de Rohan-Guémené Gouverneur

Pierre de Rohan-Guémené est un des quatre seigneurs qui gouvernent l'État pendant la maladie du roi à Chinon en 1480.



Siège d'Aire

En 1482, Pierre de Rohan-Guémené assiège Aire avec une telle vigueur, que cette ville, dans laquelle il avait des intelligences, ne parut se rendre qu'à la force.



Pierre de Rohan-Guémené chargé de la défense de la frontière de Picardie

Après la mort de Louis XI, Pierre de Rohan-Guémené continue d'être chargé de la défense de la frontière de Picardie, et remporte différents avantages sur les Autrichiens, qui n'en obtiennent aucun sur les Français tant que Gié est à leur tête.



Majorité de Charles VIII de France

Sacre de Charles VIII de France

Anne de France garde une influence profonde sur le gouvernement après la majorité du Roi, proclamée en 1484.

Dès avril 1484, Louis II d'Orléans, futur Louis XII, part en Bretagne pour s'allier à François II de Bretagne.

Louis II d'Orléans envoie une demande d'annulation de son mariage au pape, afin de pouvoir épouser Anne de Bretagne.

Informés, Anne de France et Pierre II de Bourbon font venir Louis II d'Orléans au sacre du roi.

Louis II d'Orléans, de retour 4 jours avant le sacre, arme Charles VIII de France, chevalier.

Le 30 mai 1484, à Reims, Charles VIII de France est sacré Roi de France par Pierre de Laval, revenu en cour.

Pierre de Rohan-Guémené assiste à ce sacre.

Pierre de Laval a des démêlés avec le chapitre de Reims pour le droit des offrandes.



Campagne contre Maximilien Ier de Habsbourg et le Comte de Nassau

Pierre de Rohan-Guémené combat avec grand succès en 1487 Maximilien Ier de Habsbourg, Duc de Gueldre, et Adolphe III de Nassau, Comte de Nassau.

Charles VIII de France confie à Pierre de Rohan-Guémené la garde des frontières de Picardie.



Pierre de Rohan-Guémené Lieutenant général de Guyenne

En 1489, Pierre de Rohan-Guémené est nommé lieutenant général de Guyenne.


Château de la Motte-Glain

Pierre de Rohan-Guémené Lieutenant général de Bretagne

Reconstruction du château de la Motte-Glain

En 1491, Pierre de Rohan-Guémené est nommé lieutenant général de Bretagne.

En 1491, Pierre de Rohan-Guémené reconstruit le château de la Motte-Glain, sur les marches de Bretagne.


Première guerre d'Italie L'Italie en 1494

Première guerre d'Italie

Conquête de la Savoie, du marquisat de Saluces et du Montferrat

Bataille de Rapallo

Bataille de Valenza

Bataille de Tortona

Bataille d'Alessandria

Prise de Mordano

Prise de Fivizzano

La première guerre d'Italie dure de 1494 à 1497.

Pour justifier son entrée dans la péninsule italienne, Charles VIII de France prétexte le soutien à Ludovic le More, Duc de Milan, pour mener une nouvelle croisade contre l'Empire ottoman afin de délivrer Jérusalem.

Même les contemporains ne croient pas à ce prétexte.

Charles VIII de France est à la tête d'une armée composée :

François II, Louis II d'Orléans, futur Louis XII, Gilbert de Bourbon-Montpensier, Jacques II de Chabannes, Guillaume Ier de Montmorency, Anne de Montmorency, Louis Malet de Graville, Jean de Ganay et Pierre de Rohan-Guémené participent à cette expédition.

Louis II de La Trémoïlle accompagne Charles VIII de France en tant que chambellan.

Charles VIII de France part le 25 janvier 1494.

Charles VIII de France arrive à Lyon le 6 mars 1494.

Charles VIII de France franchit le col de Montgenèvre le 2 septembre 1494 et arrive dans le Piémont.

L'expédition est d'abord une longue série de victoires, car le Roi de France apparaît en libérateur des villes italiennes, souvent soumises à de véritables tyrannies.

Parallèlement, le 6 septembre 1494, les troupes franco-milanaises commandées par Louis d'Orléans, futur Louis XII, appuyées par la marine française, mettent en déroute à Rapallo, près de Gênes, Alphonse II de Naples et une armée de 5 000 Aragonais, fraîchement débarqués dans le port de Gênes.

Charles VIII de France doit traverser les états de Charles II de Savoie pour mener sa campagne d'Italie.

Les Français avancent rapidement et atteignent la ville d'Asti le 9 septembre 1494. Il conquiert facilement la Savoie et le marquisat de Saluces et du Montferrat.

Jacques II de Chabannes combat d'abord dans le duché d'Asti à Valenza, Tortona et Alessandria.

Le 21 septembre 1494, Louis II d'Orléans tombe malade, atteint de paludisme

En octobre 1494, Jacques II de Chabannes est dans le Milanais dont le duc Ludovic Sforza est allié du roi de France.

Charles VIII de France qui est malade de la petite vérole, ne peut pénétrer dans Gênes avant le 6 octobre 1494.

L'armée française continue alors en direction de Naples. Le 20 octobre 1494, les Français prennent Mordano, en Romagne, et y massacrent civils et soldats

Le 26 octobre 1494, le bourg de Fivizzano subit le même sort.



Prise de Florence

Déposition de Pierre II de Médicis à Florence

Révolution populaire à la Florence

Fondation de la République

Exil des Médicis

Charles VIII de France se dirigeant vers Naples doit traverser la Toscane après avoir laissé des troupes en Lombardie pour sécuriser ses lignes de communication.

Pierre II de Médicis tente de rester neutre, mais ceci apparaît comme inacceptable au roi de France qui envahit la Toscane.

Pierre II de Médicis essaie alors de résister, mais ne reçoit pas beaucoup de soutien de Florence.

Les Italiens sont terrorisés.

Pierre II de Médicis est comme sont père la cible des prêches de Jérôme Savonarole qui prédit qu'un nouveau Cyrus traverserait l'Italie en punition du luxe et la débauche. L'entrée fracassante de l'armée française de Charles VIII de France en Toscane en 1494 parut confirmer sa prophétie.

Les propres cousins de Pierre II de Médicis l'abandonnent pour rejoindre les rangs des Français.

Pierre II de Médicis cesse donc toute opposition tandis que l'armée de Charles VIII de France s'approche de Florence et il accorde, au Roi de France tout ce qu'il réclame, sans tenter de négocier de meilleures conditions.

La furie qu'engendrèrent à Florence ces concessions jugées humiliantes conduit les Médicis à s'enfuir, suite à quoi leur palais est pillé.

Sans aucune résistance, les Français entrent à Florence le 17 novembre 1494.

Jérôme Savonarole rencontre Charles VIII de France, fixe les conditions de la paix, qu'il adoucit, et évite le sac de la ville.

Les Florentins sont autorisés par le roi de France à choisir leur propre mode de gouvernement. Jérôme Savonarole devient alors dirigeant de la cité. Il institue une République chrétienne et religieuse qui survivra jusqu'en 1512.

Une de ses premières décisions est de rendre la sodomie, auparavant punie d'amende, passible de la peine de mort. Jérôme Savonarole modifie également le système d'imposition pour le rendre plus juste, abolit la torture, prend des lois contre l'usure, établit une cour d'appel, établit un système de secours aux pauvres.

Ces lois et ce gouvernement, auront une influence sur les intellectuels européens pour les siècles à venir.

Savonarole s'imposa comme le chef politique de la cité où il exerce une dictature théocratique proclamant Jésus-Christ "roi du peuple florentin". Savonarole prend en main la jeunesse : les jeunes adolescents, revêtus de robes blanches, parcourent les rues pour inciter les Florentins à l'aumône (de plus en plus forcée).

Les Médicis sont officiellement exilés, condamnés à errer entre les divers États italiens et européens. Pierre II de Médicis s'enfuit tout d'abord à Venise où il est accueilli grâce à l'intervention de Philippe de Commynes.

Léon X doit lui-même fuir, accoutré en franciscain et mène alors une vie de dilettante, conservant cependant des mœurs personnelles plus réservées que celles de ses collègues cardinaux.

Les Français quittent Florence le 28 novembre 1494.

Jean de Ganay, Pierre de Rohan-Guémené et Étienne de Vesc, sénéchal de Beaucaire retournent voir le pape Alexandre VI, le 26 décembre 1494.

Charles VIII de France arrive à Rome le 31 décembre 1494.

Il se fait remettre un prisonnier, le prince Djem, frère du sultan turc Bajazet.



Bataille de Fornoue

Après avoir quitté Naples, l'armée française fait plusieurs haltes prolongées, notamment à Sienne puis à Pise, ce qui donne le temps à l'armée ennemie de la devancer et de l'attendre au débouché des Apennins, à proximité de Parme.

Charles VIII de France fait traverser à grand-peine les Apennins à son artillerie qu'il ne peut se décider à abandonner.

Il arrive devant les coalisés menés par François II Gonzague à Fornoue près de Parme le 5 juillet 1495.

L'armée française comporte 9 000 hommes dont 2 500 Suisses et 1 000 cavaliers

L'armée des coalisés comporte 35 000 hommes dont 5 000 chevau-légers et 2 600 cavaliers.

Le 6 juillet 1495, Charles VIII de France envoie Philippe de Commines proposer en vain aux coalisés de laisser l'armée française poursuivre son chemin vers la France.

En vain, les Français, à court de vivres, sont obligés d'accepter le combat.

Jacques de Trivulce et Pierre de Rohan-Guémené, Maréchal de Gyé, commandent l'avant-garde, Louis II de La Trémoïlle le corps de bataille et le Vicomte de Narbonne l'arrière-garde.

Ils sont dans un vallon d'où ils ne peuvent déboucher qu'en prêtant le flanc à l'armée ennemie située sur une colline de l'autre côté d'un torrent guéable à cette période de l'année.

Voyant les Français en mouvement, l'ennemi passe le torrent et attaque simultanément l'avant et l'arrière-garde française.

La charge italienne menace par deux fois Charles VIII de France qui fait preuve de bravoure et est encerclé.

Le roi risque de se faire capturer ou blesser.

Il crie : À la rescousse Montoison.

Philibert de Clermont dit le brave Montoison, Chambellan du Roi, Lieutenant général des armées du Roi, gouverneur de Ferrare, sauve alors le Roi.

S'emparant du bagage de l'armée française, les coalisés se mettent à le piller plutôt que de combattre.

Les coalisés perdent la bataille et s'enfuit en déroute.

Le combat dure moins d'une heure.

Les troupes françaises montrent un courage et une fougue que les Italiens reconnaissent en lui donnant le nom de furia francese.

Jacques II de Chabannes s'illustre lors de cette bataille.

Les Français ont 1 000 morts et les coalisés 2 000.

Les Français n'osent pas poursuivre les coalisés jusqu'à Parme pour tenter de leur infliger une défaite plus nette.

C'est une victoire de la Ligue de Venise dans la mesure où le bagage et le trésor de guerre napolitain de l'armée française est repris par les troupes de François II Gonzague.

Menacés par la disette, les Français lèvent le camp en secret pendant la nuit et prennent une certaine avance sur les coalisés.

Après s'être regroupés et avoir pris conscience du départ des Français, les coalisés sont bloqués par le torrent dont le débit a brusquement augmenté.

L'armée française poursuit sa retraite pour arriver à Asti dans un état de délabrement certain.

François II Gonzague est remercié par une nomination au grade de capitaine général et ses appointements sont augmentés.

Pierre de Rohan-Guémené conclut une trêve avec les Vénitiens.

Charles VIII de France regagne la France où il arrive en octobre 1495.

Les Napolitains ne tardent pas à rappeler Ferdinand II de Naples, leur roi.

Au retour cette expédition, Louis Malet de Graville est remboursé par Charles VIII, d'une somme de 23 175 livres qu'il avait avancé de ses deniers.

Charles VIII de France revient en France, nourri de l'art italien, faisant ainsi entrer la Renaissance en France.

Il ramène de prodigieuses collections dérobées à Florence et à Rome, qui vont enrichir les collections françaises.

Il fait connaître en France, sous de nouveaux aspects, l'Antiquité et la Renaissance italienne.



Mort de Françoise de Penhoët

Françoise de Penhoët, épouse de Pierre de Rohan-Guémené, meurt en 1497.


Louis XII Louis XII Porc-épic - Symbole de Louis XI I- Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen

Mort de Charles VIII de France

Anne de Bretagne à nouveau Duchesse de Bretagne

Dynastie des Valois Orléans

Louis XII Roi de France

Georges d'Amboise Principal conseiller de Louis XII

Pierre de Rohan- Guémené Lieutenant-général en Bretagne et Chef du Conseil

Charles VIII de France projette une nouvelle expédition sur le royaume italien.

Alors qu'il est dans sa résidence favorite, le château d'Amboise, jouant à la paume, il heurte le linteau d'une porte assez basse.

Il tombe à la renverse et meurt presque aussitôt à l'âge de 28 ans le 8 avril 1498.

Ses enfants étant morts en bas âge, la branche des Valois s'éteint, laissant le trône vaquant.

Anne de Bretagne profite de ce deuil pour frapper sa monnaie, rétablir la chancellerie et réunir ses états généraux.

Elle reprend avec énergie les rênes de son duché.

La mort de Charles VIII de France, permet à Louis II d'Orléans, le rebelle à l'accession de Charles VIII de France, de monter sans opposition sur le trône de France le 8 avril 1498.

Il devient alors Louis XII.

Cette branche des Valois-Orléans ne donne qu'un Roi.

Il apparaît comme un Roi bienveillant soucieux de venir en aide aux déshérités et aux victimes de la soldatesque.

Il prend ainsi une série de mesures qui humanisent la justice et l'emprisonnement.

Il fait participer des conseillers à ses décisions et se montre très soucieux de sa notoriété.

Sous Louis XII, le pouvoir du Roi se renforce.

Guillaume Briçonnet participe avec son père au couronnement de Louis XII à Reims en 1498.

Louis XII prend pour Principal conseiller Georges d'Amboise qui, jusqu'à sa mort, restera à la tête des affaires.

Pierre de Rohan-Guémené est très aimé de Louis XII qui le fait lieutenant-général en Bretagne et Chef du Conseil.


Jacques de Trivulce

Conquête du Duché de Milan

Fuite de Ludovic le More en Autriche

Prise de Milan

Jacques de Trivulce Maréchal de France

Le 10 juillet 1499, Louis XII, avec une puissante armée, 23 000 hommes dont 5 000 Suisses, dotée d'une forte artillerie, arrive à Lyon.

Dans sa suite, il y a César Borgia et le cardinal Julien delle Rovere, futur pape Jules II, momentanément réconciliés

Georges d'Amboise, Jacques II de Chabannes, Artus Gouffier de Boissy, Pierre de Rohan-Guémené et Jean de Poitiers participe à cette campagne.

Philibert II de Savoie participe aux guerres d'Italie au côté de Louis XII.

La coalition anti-milanaise est franco-vénitienne et François II Gonzague se met au service de Louis XII.

Les Français commandés par le condottiere Jacques de Trivulce attaquent le duché de Milan en juillet 1499.

L'avant-garde de l'armée française, dirigée par le condottiere Jacques de Trivulce, pénètre dans le Milanais le 18 juillet 1499.

À Lyon, l'artillerie et le reste de la cavalerie partent pour l'Italie

En août 1499, l'armée française quitte sa base d'Asti et prend une à une les places fortes détenues par Ludovic le More, dont Gênes.

Pendant qu'elle fonce sur Pavie, les Vénitiens passent l'Adda et les villes lombardes se soulèvent

Calculateur et violent, César Borgia tente grâce à l'appui de son père de se constituer une principauté en Romagne.

En 1499, César Borgia prend Imola et Forlì, dirigée par Catherine Sforza en 1499.

Le 2 septembre 1499, Ludovic le More attaqué sur deux fronts, quitte Milan pour le Tyrol où l'accueille l'empereur Maximilien Ier de Habsbourg.

Le 14 septembre 1499, les français prennent possession de Milan qui a négocié sa reddition.

Louis XII, qui n'a pas participé à l'expédition, quitte la France pour faire son entrée solennelle à Milan

Louis XII nomme Jacques de Trivulce Gouverneur de Milan, mais celui-ci se rend très impopulaire.

Jacques de Trivulce, Marquis de Vigevano, est fait Maréchal de France en 1499 par Louis XII.

Louis XII fait François II Gonzague chevalier de l'Ordre de Saint-Michel.

Louis XII quitte la ville au bout d'un mois.



Reconstruction du château de Mortiercrolles

Pierre de Rohan-Guémené lance en 1500 la reconstruction du château de Mortiercrolles et établit dans son domaine le couvent franciscain de Notre-Dame des Anges.



Jean II de Nicolaï Grand chancelier de Naples

Entrée de Louis XII dans Gênes

L'accord entre Louis XII et Ferdinand II d'Aragon prend fin en début 1502.

Français et Espagnols n'attendant qu'un faux mouvement de l'autre pour se déclarer la guerre.

Louis XII nomme Jean II de Nicolaï Grand chancelier de Naples en 1502, et lui confie le gouvernement civil.

En juin 1502, Français et Espagnols ne s'entendent pas sur le partage du royaume de Naples.

Commence une guerre confuse menée par Louis d'Armagnac, Duc de Nemours, et le général Gonzalve de Cordoue

De juillet à septembre 1502, Louis XII fait un voyage en Italie, sans aller dans le Sud.

Charles II d'Amboise, Jacques de Trivulce et Pierre de Rohan-Guémené accompagnent Louis XII lors de son entrée solennelle dans Gênes le 26 août 1502.



Mariage de Pierre de Rohan-Guémené avec Marguerite d'Armagnac

Pierre de Rohan-Guémené est veuf de Françoise de Penhoët.

Pierre de Rohan-Guémené épouse en 1503 Marguerite d'Armagnac (morte en 1503), Comtesse de Guise, fille de Jacques d'Armagnac et de Louise d'Anjou.



Mort de Marguerite d'Armagnac

Pierre de Rohan-Guémené, beau-frère Louis d'Armagnac, revendique le comté de Guise en compétition avec René II de Lorraine, et Marguerite d'Armagnac.

Marguerite d'Armagnac, épouse de Pierre de Rohan-Guémené, meurt en 1503 peu après.



Mariage de Charles de Rohan-Gié avec Charlotte d'Armagnac

Afin de conserver Guise dans la famille, Pierre de Rohan-Guémené fait épouser Charlotte d'Armagnac, sœur de Marguerite d'Armagnac, à son fils aîné.

Charles de Rohan-Gié épouse le 24 février 1504 Charlotte d'Armagnac, Comtesse de Guise, fille de Jacques d'Armagnac et de Louise d'Anjou.



Procès de Pierre de Rohan-Guémené

Des jalousies, une brouille avec Georges d'Amboise qui veut la régence en cas de mort de Louis XII, des difficultés avec le Parlement de Paris conduisent en 1504 Pierre de Pontbriant à accuser Pierre de Rohan-Guémené auprès de Louis XII.

Un procès pour lèse-majesté est fait à Pierre de Rohan-Guémené devant le Parlement de Toulouse qui passe alors pour le plus sévère du royaume.

Brantôme laisse entendre qu'il aurait été condamné à mort si Anne de Bretagne l'avait voulu mais elle préfère lui conserver la vie, "afin qu'il vécut en douleurs et tristesses".

Par arrêt du 9 février 1504, Pierre de Rohan-Guémené est condamné à la privation de l'exercice de toutes fonctions et à la privation de ses biens pendant 5 années.

Il est enfermé au château de Dreux, où il a beaucoup à souffrir de la part du gouverneur.

On conserve à la bibliothèque de Paris les pièces de ce procès.



Libération de Pierre de Rohan-Guémené

Vers 1509, à l'expiration de sa peine, Pierre de Rohan-Guémené est mis en liberté, et a la permission de revenir à Paris.

Il est absous du crime de lèse-majesté, mais il n'en reste pas moins une tache sur son nom. Pierre de Rohan-Guémené ne veut plus reparaître à la Cour.



Mort de Pierre de Rohan-Guémené Maréchal de France

Pierre de Rohan-Guémené meurt à Paris le 22 avril 1513 ou 1514. Il est inhumé dans l'église qu'il a fait construire à Sainte-Croix du Verger à Seiches-sur-le-Loir en Anjou.



Mariage de Louis VI de Rohan-Guémené avec Éléonore de Rohan-Gié

Louis VI de Rohan-Guémené épouse le 22 juillet 1561 Éléonore de Rohan-Gié, Comtesse de Rochefort. Leurs enfants sont :



Naissance de Pierre de Rohan-Guémené

Pierre de Rohan-Guémené naît en 1567, fils de Louis VI de Rohan-Guémené et d'Éléonore de Rohan-Gié.



Mariage de Pierre de Rohan-Guémené avec Madeleine de Rieux

Pierre de Rohan-Guémené épouse Madeleine de Rieux. Leur enfant est :



Mariage de Pierre de Rohan-Guémené avec Antoinette de Guiguen

Pierre de Rohan-Guémené épouse Antoinette de Guiguen (morte en 1681), Vicomtesse de Guiguen.



Mort de Pierre de Rohan-Guémené

Pierre de Rohan-Guémené meurt en 1622.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !