Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



9 événements affichés, le premier en 1414 - le dernier en 1469



Mariage de Cosme de Médicis l'Ancien avec Contessina de Bardi

Cosme de Médicis l'Ancien épouse vers 1414 Contessina de Bardi. Leurs enfants sont :



Naissance de Pierre Ier de Médicis

Piero ou Pierre Ier de Médicis dit le Goutteux ou il Gottoso ou l'Ancien naît à Florence en 1416, fils de Cosme de Médicis l'Ancien et de Contessina de Bardi.

Son surnom provient de l'arthrite déformante dont il souffrait.



Mariage de Pierre Ier de Médicis avec Lucrezia Tornabuoni

Pierre Ier de Médicis épouse le 3 juin 1444 Lucrezia Tornabuoni.

Parmi leurs 7 enfants citons les 4 qui atteignent l'âge adulte :



Liaison de Pierre Ier de Médicis

Pierre Ier de Médicis a une liaison. Leur enfant est :



Naissance de Lucrezia de Médicis

Lucrezia de Médicis dite Nannina naît en 1448, fille de Pierre Ier de Médicis et de Lucrezia Tornabuoni.



Naissance de Laurent de Médicis

Lorenzo di Piero de' Medici ou Laurent de Médicis, dit le Magnifique, naît le 1er janvier 1449, fils de Pierre Ier de Médicis dit le Goutteux ou l'Ancien et de Lucrezia Tornabuoni., dans l'une des plus grandes familles florentines, propriétaire de la banque Medici ainsi que de ses filiales à travers toute l'Europe.

Sa mère Lucrezia Tornabuoni est poétesse, côtoyant Luigi Pulci ou Ange Politien.

Son surnom de "Magnifique" qui lui est donné par ses contemporains, ne lui vient pas d'une beauté qu'il ne possédait d'ailleurs pas, mais d'une mauvaise traduction du terme latin "munificent" qui renvoie à sa prodigalité, son extrême générosité financière.

Son grand-père voit très tôt en lui un potentiel immense et s'attache a lui donner une éducation de prince recouvrant tous les domaines de la connaissance à travers l'enseignement de grands érudits : latin, grec, sciences naturelles, mathématiques, poésie, art, littérature, philosophie.

Il n'oublie cependant pas de l'initier aux contacts humains, à la gestion de la banque, ainsi qu'à la vie politique, en l'emmenant tous les jours à ses cotés.



Pierre Ier de Médicis Gonfalonier de justice

Pierre Ier de Médicis, dans l'ombre de Cosme de Médicis l'Ancien, son père, occupe en 1461 la fonction de gonfalonier de justice.


Laurent de Médicis adolescent par Benozzo Gozzoli - Cappella dei Magi

Mort de Cosme de Médicis l'Ancien

Prise officieuse de la direction des affaires familiales par Laurent de Médicis

Banque Médicis à Bruges

Cosme de Médicis l'Ancien meurt à Florence le 1er août 1464.

À cause de l'état fragile de santé de Pierre Ier de Médicis, fils de Cosme, Laurent de Médicis, son petit-fils, seulement âgé de 15 ans, prend officieusement la tête des affaires familiales dès la mort de son grand-père.

En 1464, le Florentin Tomaso Portinari devient le chef du comptoir brugeois de la banque Médicis.

Cosme de Médicis l'Ancien demande par testament que Donatello reste entretenu par les Médicis. Donatello se voit donc attribuer une petite propriété, qu'il rend un an plus tard, sa gestion le distrayant trop de son art.

Pierre Ier de Médicis, fils de Cosme de Médicis l'Ancien, lui assure alors une rente viagère.


Laurent de Médicis - par Macchieti Laurent le Magnifique, par Vasari - galerie des Offices, Florence

Mort de Pierre Ier de Médicis

Laurent de Médicis Prince de Florence

Pierre Ier de Médicis meurt à Florence le 2 décembre 1469.

Pierre Ier de Médicis joue un rôle central dans les affaires florentines à travers le mécénat et le développement de sa collection personnelle, cependant sa composition valétudinaire ne lui permet pas de faire rayonner la famille au même niveau que son père ou que son fils le firent.

Laurent de Médicis prend officiellement la direction des affaires familiales à la mort de son père en 1469 à l'âge de 20 ans. Laurent de Médicis est couronné prince de Florence, "principe dello stato" (Prince de l'État). Son gouvernement coïncide avec l'apogée économique et culturel de la république.

Florence ne domine qu'une petite partie de la péninsule italienne et compte tout juste 35.000 habitants, mais fait à cette époque la pluie et le beau temps en Europe où les grands États sont déchirés par des luttes féodales. Le florin a cours dans toute l'Europe. Les patriciens de Florence se dévouent au commerce et à l'industrie. Signe de leur intérêt exclusif pour les choses d'ici-bas, Florence est l'une des rares métropoles à ne pas avoir d'Université de théologie.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !