Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



10 événements affichés, le premier en 1377 - le dernier en 1427



Naissance de Pierre II de Giac

Pierre II de Giac naît en 1377, fils de Louis de Giac, échanson du roi, et de Jeanne de Peschin.



Pierre II de Giac Préposé à la garde d'Isabeau de Bavière

Mort de Louis de Bosredon

En 1417, Pierre II de Giac est capitaine. Il est préposé à la garde d'Isabeau de Bavière, avec Louis de Bosredon.

Pierre II de Giac est l'amant d'Isabeau de Bavière au château de Vincennes.

Après de nombreuses intrigues, Louis de Bosredon est arrêté en avril 1417 et noyé.

Pierre II de Giac se réfugie en Auvergne, où il rejoint sa femme Jeanne de Naillac.



Mariage de Pierre II de Giac avec Jeanne de Naillac

Pierre II de Giac épouse Jeanne de Naillac. Leurs enfants sont :



Tentative de réconciliation entre Jean sans Peur et le dauphin Charles

Prise de Poissy par les Anglais

Jean sans Peur, chef du parti bourguignon, et Charles VII de France, le dauphin, chef du parti armagnac, voudraient l'un et l'autre se défaire des Anglais qui se font de plus en plus envahissants.

Après de sanglantes querelles, ils semblent disposer à mettre fin à leur rivalité qui ruine la France et ne sert que les intérêts d'Henri V de Lancastre, Roi d'Angleterre,.

En 1419, Pierre II de Giac et Jeanne de Naillac, son épouse sont à la cour de Bourgogne. Jeanne de Naillac est la maîtresse de Jean sans Peur, Pierre II de Giac est conseiller.

Jean sans Peur et Charles VII de France se rencontrent une première fois le 8 juillet 1419 à Pouilly-le-Front.

Ils se rencontrent à nouveau le 11 juillet 1419.

Pierre II de Giac et Jeanne de Naillac sont présents aux entrevues de l'été avec le dauphin.

Le 19 juillet, un Te Deum célèbre à Paris la prochaine réconciliation.

Mais celle-ci est différée par une attaque des Anglais qui, progressant le long de la Seine, s'emparent de Poissy le 31 juillet 1419.

Les anglais menacent Paris en août 1419.

Jean sans Peur fait évacuer la famille royale sur Troyes, à l'Est.


Blason de Philippe III le Bon Assassinat de Jean sans Peur par Tanguy du Chastel- Bibliothèque de l'arsenal à Paris Jean sans Peur

Rencontre de Jean sans Peur et de Charles VII de France

Mort de Jean sans Peur Duc de Bourgogne

Philippe III le Bon Duc de Bourgogne

Philippe III le Bon Comte d'Artois, de Boulogne, de Bourgogne de Flandre, et de Tonnerre

Enfin, Jean sans Peur et Charles VII de France conviennent de sceller leur alliance sur le pont qui traverse l'Yonne à Montereau-Fault-Yonne, le 10 ou 19 septembre 1419.

Mais la volonté de réconciliation n'est que de façade.

Les compagnons du dauphin gardent rancune au Duc pour l'assassinat de Louis Ier d'Orléans, 12 ans auparavant.

Il semblerait que Charles VII de France lui-même ait projeté la mort du duc de Bourgogne avec ses proches conseillers, Tanguy du Chastel et Jean Louvet.

Guillaume II de Narbonne participe, dans la suite de Charles VII de France, à l'entrevue de Montereau.

Imprudent ou téméraire, Jean sans Peur se rend sans protection armée au rendez-vous.

Au milieu du pont, des charpentiers ont élevé un enclos avec une porte de chaque côté.

Il est convenu que les deux rivaux entrent dans l'enclos avec chacun une escorte de 10 personnes et que les portes soient fermées pendant toute la durée de l'entrevue.

L'atmosphère est tendue.

Jean sans Peur s'agenouille avec respect devant Charles VII de France, qui feint l'indifférence.

Se relevant, Jean sans Peur cherche un appui en posant la main sur le pommeau de son épée. "Mettez-vous la main à votre épée en présence de Monseigneur le Dauphin ?" questionne l'un des compagnons de celui-ci, messire Robert de Loire.

Tanneguy ou Tanguy du Chastel n'attendait que ce prétexte pour porter un coup de hache au visage du duc en criant "Tuez, tuez !".

Par la porte du côté de Charles VII de France, qui a été maintenue ouverte, des hommes en armes s'engouffrent dans l'enclos.

Jean sans Peur est lardé de coups cependant que Charles VII de France, conduit à l'écart, reste impassible.

Antoine de Vergy est blessé.

L'assassinat horrifie le pays et ravive la querelle des Armagnacs et des Bourguignons, au grand dam des Français loyalistes.

Pierre Cauchon perd son protecteur.

Philippe III le Bon, fils de Jean sans Peur, lui succède et devient Duc de Bourgogne, Comte d'Artois, de Boulogne, de Bourgogne, et de Flandre. Il devient également Comte de Tonnerre jusqu'en 1435.

Charles II de Lorraine modifie sa politique pour adopter une position de neutralité entre la France et la Bourgogne.

En effet, Philippe III le Bon, le nouveau duc de Bourgogne, unifie les Pays-Bas (qui correspond à l'actuel Benelux).

Ses possessions se composent en deux ensembles territoriaux, séparés par la Champagne et la Lorraine.

Suite à l'attentat de Montereau, les Bourguignons s'allient aux Anglais ce qui permet à ceux-ci d'envisager d'achever la conquête du royaume de France.

Pierre II de Giac qui fait partie de l'escorte de Jean sans Peur, est arrêté et est envoyé à Bourges. Charles VII de France qui s'y trouve s'assure sa fidélité.



Pierre II de Giac Maître des finances

Charles VII de France nomme Pierre II de Giac Maître des finances en 1424.

Le roi éprouve toujours une sorte de fascination pour ceux qu'il ressent comme supérieur.


Arthur III de Bretagne - aquarelle - Paris BnF - collection Gaignières

Arthur III de Bretagne Connétable de France

Pierre II de Giac Chef du conseil

Mort de Jeanne de Naillac

Mariage de Pierre II de Giac avec Catherine de L'Isle Bouchard

L'influence de Tanguy du Chastel diminue au profit d'Arthur III de Bretagne. qui est nommé à Chinon Connétable de France le 7 mars 1425 par Charles VII de France. On l'appelle alors le connétable de Richemond ou de Richemont.

En 1425, sur les conseils d'Arthur III de Bretagne, Pierre Frotier est limogé. Jean Louvet est exilé.

Charles VII de France nomme Pierre II de Giac chef de son conseil.

Catherine de L'Isle Bouchard est veuve d'Hugues de Chalon.

Pour pouvoir vivre avec Catherine de l'Isle-Bouchard, Pierre II de Giac enferme Jeanne de Naillac, sa femme qui est enceinte, dans l'une des salles au quatrième étage du donjon de Châteaugay.

Il l'aurait ensuite empoisonnée puis aurait jeté son corps sur le dos d'un cheval qu'il aurait précipité dans le vide du haut de la colline de Champgriaud, au saut du Saillant.

Pierre II de Giac épouse Catherine de L'Isle Bouchard, Dame de L'Isle Bouchard, de Rochefort sur Loire, de Doué, de Gençay et de Selles.

L'entente entre Arthur III de Bretagne et Charles VII est de courte durée. L'entourage de Charles VII s'efforce de desservir Arthur III de Bretagne auprès du roi.



États généraux de Mehun-sur-Yèvre et de Montluçon

En mai 1426, les états généraux de Mehun-sur-Yèvre et de Montluçon votent des subsides pour l'expédition d'Arthur III de Bretagne. Pierre II de Giac en détourne l'essentiel.



Mort de Pierre II de Giac Seigneur de Giac, Châteaugay et Clichy

Georges Ier de la Trémoïlle favori de Charles VII de France

En 1427, Jean de Lancastre, Duc de Bedford, veut prendre le duché d'Anjou. Yolande d'Aragon riposte par une série de rencontres et d'accord de mariage entre plusieurs familles nobles, ce qui sape les initiatives anglaises et bourguignonnes et soutient le couronne.

Pierre II de Giac, le favori du roi, exerce ses rapines sur le trésor de la couronne et encourage une guerre coûteuse et désastreuse au conseil du roi.

Arthur III de Bretagne et Yolande d'Aragon font arrêter Pierre II de Giac, alors qu'il est au lit avec Catherine de L'Isle Bouchard.

Charles II d'Albret prête son concours lors de cette arrestation.

Pierre II de Giac est mené à Bourges, en chemise de nuit et chaussé d'une seule botte. Puis on le conduit à Dun-le-Roi.

Lors d'un rapide procès, Pierre II de Giac avoue tout ce que l'on veut, notamment le meurtre de Jeanne de Naillac, sa première femme.

Pierre II de Giac meurt à Dun-le-Roi le 8 février 1427, cousu dans un sac et noyé dans la rivière. On le sort ensuite de l'eau, pour qu'il reçoive une sépulture décente.

Arthur III de Bretagne introduit Georges Ier de la Trémoïlle auprès de Charles VII de France. Georges Ier de la Trémoïlle en devient rapidement un des favoris, et obtient le poste de grand chambellan.



Mariage de Georges Ier de la Trémoïlle avec Catherine de l'Isle-Bouchard

Catherine de l'Isle-Bouchard est veuve de Pierre II de Giac.

Georges Ier de la Trémoïlle est veuf de Jeanne II d'Auvergne.

Georges Ier de la Trémoïlle épouse à Sully-sur-Loire le 2 juillet 1427 Catherine de l'Isle-Bouchard. Leurs enfants sont :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !