Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



21 événements affichés, le premier en 1387 - le dernier en 1659



Prétendant à la principauté d'Achaïe ou Morée

De 1387 à 1391, Amédée de Savoie-Achaïe fait diverses démarches diplomatiques et des préparatifs militaires en vue de récupérer la principauté d'Achaïe dont il est un prétendant, au titre de descendant de Philippe de Savoie.

Malgré certains succès diplomatiques, ces projets n'aboutissent pas.


Amédée VIII de Savoie

Mariage d'Amédée VIII de Savoie avec Marie de Bourgogne

Prise du pouvoir Amédée VIII de Savoie

Amédée VIII de Savoie épouse le 30 octobre 1393 ou en en mai 1401 Marie de Bourgogne, fille de Philippe II le Hardi et de Marguerite de Mâle. Leurs enfants sont :

En 1393, Amédée VIII de Savoie est déclaré majeur et est armé chevalier.

Bonne de Bourbon est dessaisie de la régence.

Amédée VIII reçoit le pouvoir effectif mais il reste longtemps sous influence de Bonne de Bourbon, sa grand-mère, et fidèle à l'alliance française.



Naissance de Philippe de Savoie

Philippe de Savoie naît en 1417, fils d'Amédée VIII de Savoie et de Marie de Bourgogne.



Retraite d'Amédée VIII de Savoie

Louis Ier de Savoie Lieutenant générale du duché de Savoie

Création de l'ordre de Saint-Maurice

Philippe de Savoie Comte apanagiste de Genève

Après son veuvage, Amédée VIII de Savoie abandonne ses fonctions ducales pour se tourner vers la religion.

Amédée VIII de Savoie se retire au château de Ripaille où il fonde l'ordre des chevaliers, l'ordre de Saint-Maurice.

En 1434, Amédée VIII de Savoie laisse la régence du duché de Savoie à son fils Louis Ier de Savoie, Prince de Piémont.

Afin qu'il se forme, Amédée VIII de Savoie lui confie la lieutenance générale du duché de Savoie sous le titre de Prince de Piémont.

Louis Ier de Savoie est moins doué pour les affaires qu'Amédée de Piémont, son frère aîné.

Malgré sa retraite Amédée VIII de Savoie va encadrer son fils dans la direction du duché en lui adressant régulièrement des consignes.

La régence qu'exerce Louis Ier de Savoie est à l'origine d'une nouvelle tradition au sein de la Maison de Savoie : celle d'octroyer systématiquement ce titre de Prince de Piémont au prince héritier.

Philippe de Savoie devient Comte apanagiste de Genève.



Mort de Philippe de Savoie

Louis Ier de Savoie Comte de Genève

Philippe de Savoie meurt en 1444.

Louis Ier de Savoie devient Comte de Genève.



Mariage de Philippe II de Savoie avec Claudine de Brosse

Philippe II de Savoie est veuf de Marguerite de Bourbon.

Philippe II de Savoie épouse à Moulins le 11 novembre 1485 Claudine de Brosse (1450-1513), fille de Jean Ier de Brosse, Comte de Penthièvre, et de Nicole de Châtillon. Leurs enfants sont :



Naissance de Philippe de Savoie-Nemours

Philippe de Savoie-Nemours naît au château de Bourg-en-Bresse en 1490, fils de Philippe II de Savoie et de Claudine de Brosse.



Philippe de Savoie-Nemours Évêque de Genève

Vers 1495, Philippe de Savoie-Nemours est d'abord destiné à une vie ecclésiastique.

Dès l'âge de 5 ans, Philippe de Savoie-Nemours est élu Évêque de Genève.



Philippe de Savoie-Nemours Abbé de Saint-Juste à Suze et de Saint-Pierre de Rivalta

Philippe de Savoie-Nemours est pourvu des abbayes de Saint-Juste à Suze et de Saint-Pierre de Rivalta en 1498 ou en 1502.


Charles III de Savoie par Jean Clouet

Mort de Philibert II de Savoie Duc de Savoie

Charles III de Savoie Duc de Savoie

Charles III de Savoie Prince de Piémont

Charles III de Savoie Comte de Genève

Philibert II de Savoie meurt à Pont-d'Ain le 10 septembre 1504 après une partie de chasse.

Charles III de Savoie, son demi-frère, devient Duc de Savoie, Prince de Piémont et Comte de Genève.

Il doit commencer son règne par s'imposer :

René se heurte à l'opposition de l'empereur pour succéder au duc de Savoie.

Sans Armée et sans grands moyens, Charles III de Savoie ne réussit pas à avoir une politique extérieure.

Il change régulièrement d'alliance, entre François Ier de France, son neveu et Charles Quint, son beau-frère.

Marguerite d'Autriche décide de rester à Bourg-en-Bresse.



Bulle d'excommunication contre Venise

Bataille d'Agnadel

Bartolomeo d'Alviano Prisonnier

Prise de Brescia, Bergame, Crémone et Peschiera

Siège de Padoue

Jacques II de Chabannes est envoyé au secours de Maximilien Ier de Habsbourg.

Le 15 avril 1509, l'armée française quitte Milan.

Jules II fulmine une bulle d'excommunication contre Venise, le 27 avril 1509.

Les Vénitiens refusent de céder à l'ultimatum papal et la guerre éclate.

Commandées par Louis XII en personne, l'armée française franchit la frontière lombarde le 9 mai 1509.

Philippe de Savoie-Nemours, Antoine II de Lorraine, Charles III de Bourbon, Charles IV d'Alençon, Jacques de Trivulce, Charles II d'Amboise, Louis II de La Trémoïlle et son fils Charles de La Trémoïlle participent à cette Campagne.

Venise lève une armée de mercenaires commandée par Bartolomeo d'Alviano et Niccolò di Pitigliano, les cousins Orsini. Cette armée composée de 30 000 fantassins et 2 000 cavaliers, stationne devant Bergame. Ils reçoivent l'ordre d'éviter toute confrontation directe et de s'en tenir à des démonstrations et des escarmouches pour harceler l'ennemi.

Le 9 mai 1509, Louis XII, à la tête de 30 000 hommes dont 6 000 Suisses et 2000 cavaliers, fait traverser l'Adda à son armée, à hauteur de Cassano d'Adda. Charles II d'Amboise commande l'avant-garde.

Bartolomeo d'Alviano est partisan d'enfreindre les consignes des doges et d'attaquer de front l'envahisseur.

Mais finalement, Bartolomeo d'Alviano et Niccolò di Pitigliano qui campent sous les remparts de Treviglio, se décident à décrocher sur le Pô afin de tenir des positions plus solides.

Le 14 mai 1509, alors qu'il fait marche vers le sud, Bartolomeo d'Alviano se heurte à un détachement français commandé par Charles II d'Amboise, qui stationne ses troupes autour du village d'Agnadel.

Bartolomeo d'Alviano range son armée, environ 8 000 hommes, en ordre de bataille, sur un coteau surplombant un vignoble.

Les vénitiens engagent l'action qui est reçu par l'avant-garde Française.

Charles II d'Amboise répond par une charge de cavalerie, puis fait monter les piquiers suisses à l'assaut. Ses troupes sont ralenties dans l'ascension de la colline par le franchissement d'un fossé de drainage et par la pluie. Les positions vénitiennes soutiennent le premier choc.

Niccolò di Pitigliano est déjà plusieurs kilomètres au sud. Il reçoit un message de Bartolomeo d'Alviano l'appelant à la rescousse. Il fait répondre qu'il vaut mieux interrompre la bataille, et poursuit sa marche vers le sud.

Le gros de l'armée française arrive à Agnadel et encercle Bartolomeo d'Alviano.

Les bataillons Français et Vénitiens se combattent dans une terrible mêlée, sans pouvoir presque se reconnaitre, et dans un tel tumulte que les ordres sont à peine entendus par les soldats.

Louis XII fait disposer son artillerie dans les broussailles, hors de la vue des ennemis. Il les fait tirer, éclaircissant les rangs Vénitiens.

Il fait alors donner la gendarmerie Française, qui est alors la plus redoutable d'Europe, mettant en fuite les forces ennemies.

Bartolomeo d'Alviano est renversé de son cheval et reçoit un coup de lance qui lui fait perdre l'œil. Il est fait prisonnier.

Les Français, notamment le chevalier Bayard, s'illustrent aux côtés de leurs alliés.

La cavalerie vénitienne s'enfuit, puis en l'espace de 3 heures, l'armée vénitienne est détruite et compte 4 000 morts.

L'issue de la bataille est connue de Niccolò di Pitigliano dans la soirée. Au matin, la moitié de ses troupes ont déserté.

Une Chapelle des Morts ainsi qu'une stèle commémorative rappellent encore aujourd'hui la bataille d'Agnadel.

Confronté à l'avance inexorable de l'armée française, Niccolò di Pitigliano précipite se retraite sur Trévise et Venise, laissant Louis XII prendre possession de toute la Lombardie.

Louis XII s'empare immédiatement des villes lombardes qui lui reviennent : Brescia, Bergame, Crémone et Peschiera.

Charles IV d'Alençon participe aux prises de Bergame, de Caravaggio, de Borromeo et de Crémone.

La victoire française met la République de Venise à la merci d'une invasion, voire d'une disparition.

Machiavel a pu dire de cette bataille qu'en un jour les Vénitiens ont perdu ce qu'ils avaient mis 800 ans à arracher.

Maximilien Ier de Habsbourg fait de même avec les siennes et Jules II occupe la Romagne.

Les troupes vénitiennes se ressaisissent.

Le 15 juillet 1509, les Vénitiens qui s'étaient fortifiés dans Trévise, assiège Padoue sous les ordres d'Andréa Gritti.

En septembre 1509, ils reprennent Padoue.

Maximilien Ier de Habsbourg vient mettre le siège devant Padoue le 15 septembre 1509, mais doit le lever 17 jours plus tard.



Charles de Seyssel évêque de Genève

Philippe de Savoie-Nemours renonce à son évêché qu'il confie à Charles de Seyssel en novembre 1509, pour se consacrer entièrement à la politique intérieure et extérieure menée par Charles III de Savoie, son frère.



Renoncement de Philippe de Savoie-Nemours à sa carrière religieuse

Philippe de Savoie-Nemours renonce à sa carrière religieuse en 1510.



Philippe de Savoie-Nemours Comte de Genève et de Faucigny

En 1514, Philippe de Savoie-Nemours reçoit en apanage le Genevois et le Faucigny.



Mariage de Philippe de Savoie-Nemours avec Charlotte d'Orléans-Longueville

Philippe de Savoie-Nemours Duc de Nemours

Philippe de Savoie-Nemours épouse en septembre 1528 Charlotte d'Orléans-Longueville, fille de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg. Leurs enfants sont :

François Ier donne le duché de Nemours à Philippe de Savoie-Nemours.



Naissance de Jacques de Savoie-Nemours

Jacques de Savoie-Nemours naît à Vauluisant ou Vauluissant le 12 octobre 1531, fils de Philippe de Savoie-Nemours et de Charlotte d'Orléans-Longueville.

Il est le petit-fils de Philippe II de Savoie au même titre que le roi François Ier de France son cousin germain.



Naissance de Jeanne de Savoie-Nemours

Jeanne de Savoie-Nemours naît en 1532, fille de Philippe de Savoie-Nemours et de Charlotte d'Orléans-Longueville.



Mort de Philippe de Savoie-Nemours

Jacques de Savoie-Nemours Comte de Genève

Jacques de Savoie-Nemours Duc de Nemours

Philippe de Savoie-Nemours meurt à Marseille le 25 octobre 1533.

Jacques de Savoie-Nemours devient Comte de Genève et Duc de Nemours.



Mariage de Nicolas de Lorraine avec Jeanne de Savoie-Nemours

Nicolas de Lorraine est veuf de Marguerite d'Egmont.

Nicolas de Lorraine épouse à Fontainebleau le 24 février 1555 Jeanne de Savoie-Nemours, fille de Philippe de Savoie-Nemours, Duc de Nemours, et de Charlotte d'Orléans-Longueville. Leurs enfants sont :

Jeanne de Savoie-Nemours, est pour Louise de Lorraine-Vaudémont une belle-mère pleine d'attention, qui lui fait donner une solide instruction classique et l'introduit à la cour de Nancy à l'âge de 10 ans.



Mariage d'Eugène-Maurice de Savoie-Carignan avec Olympe Mancini

Certains s'imaginent que Louis XIV espère épouser Olympe Mancini, mais c'est compter sans Anne d'Autriche. Mazarin décide alors de marier Olympe Mancini au comte de Soissons.

Louis XIV ne s'en offusque pas.

Eugène-Maurice de Savoie-Carignan épouse à Paris le 20 ou le 21 février 1657 Olympe Mancini, fille de Michel-Laurent Mancini et de Hiéronime Mazarin. Leurs enfants sont :

Le comte de Soissons est dépité de voir Louis XIV se détourner d'Olympe.



Mort d'Henri II de Savoie-Nemours

Retour à la couronne du duché de Nemours

Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours Duchesse de Genève et d'Aumale

Henri II de Savoie-Nemours meurt à Paris le 14 janvier 1659.

Le duché de Nemours, un fief concédé à son ancêtre Philippe de Savoie-Nemours, retourne à la Couronne.

Les duchés de Genève et d'Aumale passent à Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours, sa nièce.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !