Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



21 événements affichés, le premier en 1193 - le dernier en 1270



Retour en France de Pierre Augustus II de Courtenay

Mariage de Pierre Augustus II de Courtenay avec Yolande de Hainaut

Fiancailles de Philippe Ier de Hainaut avec Mathilde de Courtenay

Pierre Augustus II de Courtenay revient en France en 1193. Il reste Comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre.

Pierre Augustus II de Courtenay fiance sa fille Mathilde de Courtenay avec son beau-frère Philippe Ier de Hainaut, Comte de Namur.

Pierre Augustus II de Courtenay est veuf d'Agnès Ire de Nevers.

Pierre Augustus II de Courtenay épouse à Soissons le 1er juillet 1193 Yolande de Hainaut dite de Flandres, fille de Baudouin V de Hainaut et de Marguerite d'Alsace. Leurs enfants sont :



Mariage de Guy de Montfort avec Helvise d'Ibelin

Helvise d'Ibelin est veuve de Renaud de Grenier, Comte de Sidon

Impressionné par la valeur de Simon IV de Montfort et de Guy de Montfort, Amaury Ier de Lusignan souhaite les attacher à son service. Il autorise le mariage de Guy de Montfort.

Guy de Montfort, fils de Simon III de Montfort-l'Amaury et d'Amicie de Beaumont-le-Roger, épouse en 1202 Helvise d'Ibelin. Leur enfant est :



Naissance de Philippe Ier de Montfort-Castres

Philippe Ier de Montfort-Castres naît en Terre Sainte probablement à Sidon vers 1206, fils de Guy de Montfort, Seigneur de la Ferté Alais, de Bréthencourt et de Castres, et d'Helvis d'Ibelin.

Philippe Ier de Montfort-Castres est le frère utérin de Balian de Grenier, Comte de Sidon.



Philippe Ier de Montfort-Castres en France

Guy de Montfort et Philippe Ier de Montfort-Castres, son fils, viennent en France vers 1211.

Guy de Montfort y retourne pour aider son frère aîné Simon IV de Montfort qui dirige la croisade des Albigeois.



Mariage de Philippe Ier de Montfort-Castres avec Éléonore de Courtenay

Philippe Ier de Montfort-Castres épouse vers 1220 Éléonore de Courtenay, fille de Pierre Augustus II de Courtenay et de Yolande de Hainaut. Leurs enfants sont :



Naissance de Philippe II de Montfort-Castres

Philippe II de Montfort-Castres naît vers 1225, fils de Philippe Ier de Montfort-Castres et d'Éléonore de Courtenay.



Invasion des États pontificaux

Sixième croisade

Henri VII Régent du royaume germanique

Frédéric II de Hohenstaufen tente une invasion des États pontificaux en 1228 mais elle échoue et il est contraint d'implorer l'absolution et la levée de l'excommunication.

Frédéric II de Hohenstaufen part en 1228 avec seulement 3 000 hommes alors que son excommunication n'est pas levée.

Henri VII de Hohenstaufen, son fils, assure la régence en Allemagne sous la tutelle d'Engelbert Ier de Berg, l'archevêque de Cologne. Des légats du Pape défendent aux chrétiens de lui obéir.

Henri IV de Limbourg précède Frédéric II de Hohenstaufen en Terre Sainte.

Mathieu II de Lorraine accompagne Frédéric II de Hohenstaufen durant la sixième croisade.

Philippe Ier de Montfort-Castres part en 1228 avec la sixième croisade, mais ne reste pas en Orient.

En juillet 1228, Frédéric II de Hohenstaufen arrive à Chypre.

Comme il est suzerain du royaume de Chypre, il écarte le régent Jean d'Ibelin et se déclare régent et tuteur du jeune roi Henri Ier de Lusignan.

Puis Frédéric II de Hohenstaufen rejoint la Palestine.

Son islamophilie et la brutalité avec laquelle il mène sa politique outremer lui vaut la révolte des barons d'Orient.

Frédéric II de Hohenstaufen entame des négociations avec le sultan d'Égypte Al-Kamel neveu de Saladin.

Al-Kamel qui l'appelle son ami, lui donne un droit de passage aux lieux saints pour les pèlerins, la neutralité de Jérusalem, ainsi qu'un droit d'accès aux lieux saints de Nazareth et de Bethléem.

Durant la croisade de Frédéric II Hohenstaufen, Bohémond IV d'Antioche réussit à éviter que la principauté d'Antioche ne tombe sous la suzeraineté germanique.

Il affirme qu'il ne tient ce fief que de l'empereur d'Orient (ce qui est juridiquement vrai depuis la soumission en droit puis en fait des princes d'Antioche aux Comnènes).

Cette déclaration est aussi appuyée par la forte communauté hellénique d'Antioche qui joue un rôle important dans le maintien de la ville hors de la domination du royaume arménien de Cilicie.



Siège du château de Varilhes

Mort de Guy de Montfort

Philippe Ier de Montfort-Castres Seigneur de la Ferté-Alais, de Bréthencourt et de Castres-en-Albigeois

Guy de Montfort, fils de Simon III de Montfort-l'Amaury et d'Amicie de Beaumont-le-Roger, reste combattre en Occitanie.

Guy de Montfort meurt le 31 janvier 1228 ou en 1229 durant le siège du château de Varilhes près de Pamiers.

Philippe Ier de Montfort-Castres rentre d'Orient pour prendre possession des domaines de son père.

Philippe Ier de Montfort-Castres devient Seigneur de la Ferté-Alais, de Bréthencourt et de Castres-en-Albigeois.



Mariage de Philippe Ier de Montfort-Castres avec Marie d'Antioche

Philippe Ier de Montfort-Castres est veuf d'Éléonore de Courtenay.

Philippe Ier de Montfort-Castres épouse en 1235 Marie d'Antioche, Dame de Toron, fille de Raymond-Roupen d'Antioche et d'Helvis de Lusignan. Leurs enfants sont :



Philippe II de Montfort-Castres Seigneur de la Ferté-Alais, de Bréthencourt et de Castres-en-Albigeois

Philippe Ier de Montfort-Castres Seigneur de Toron

En 1239, Philippe Ier de Montfort-Castres laisse ses domaines de Castres, la Ferté-Alais et Bréthencourt à son fils Philippe II de Montfort-Castres, tout juste majeur.

Philippe Ier de Montfort-Castres participe à l'expédition croisée en terre sainte dirigée par Thibaud IV de Champagne et Richard de Cornouailles.

Philippe Ier de Montfort-Castres devient Seigneur de Toron en 1239.



Bataille de Gaza

Amaury VI de Montfort est fait prisonnier lors du désastre de Gaza.

Amaury VI de Montfort est captif à Babylone.

Après la défaite de Gaza, en 1241, les barons rentrent en Europe.

Philippe Ier de Montfort-Castres s'installe quant à lui définitivement dans le royaume de Jérusalem,



Prise de Tyr

Une lutte oppose les barons du royaume de Jérusalem et les partisans de l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen.

Philippe Ier de Montfort-Castres prend avec son cousin Balian d'Ibelin la tête du parti des barons.

Philippe Ier de Montfort-Castres prend la ville de Tyr, tenue par les impériaux, en 1243.

Jean de Jaffa prend part au siège Tyr.


Enluminure de parchemin décrivant la bataille de la Forbie

Prise de Jérusalem

Bataille de la Forbie

Gautier IV de Brienne Prisonnier

Guillaume de Châteauneuf Prisonnier

Mort d'Armand de Périgord

Mort de Jean d'Antioche

Mort de Guillaume d'Antioche

En août 1244, les Kharezmiens ou Khorezmiens, commandés par Barbakan, s'emparent de Jérusalem.

Robert de Nantes, patriarche de Jérusalem, lance un appel aux chrétiens et aux sultans de Damas et d'Émèse pour les aider à vaincre cette nouvelle menace.

Malek Al-Mansur ou Mansor, l'émir de Homs, et An-Nasir Dawud, régnants sur la Transjordanie, s'allient aux Templiers, aux Hospitaliers, aux chevaliers Teutoniques, et aux forces restantes du royaume de Jérusalem pour affronter le sultanat Ayyoubide d'Égypte.

Les deux armées se rencontrent près de La Forbie, un petit village au nord-est de Gaza.

La bataille est également connue sous le nom de bataille de Harbiyah.

Malek Al-Mansur commande une cavalerie d'environ 2 000 hommes et un détachement des troupes de Damas.

En dépit de la présence de Philippe Ier de Montfort-Castres, le commandement en chef des forces chrétiennes est donné à Gautier IV de Brienne.

Ces forces comportent environ 1 000 cavaliers et 6 000 fantassins.

Les forces alliées transjordaniennes sont constituées d'environ 2 000 cavaliers bédouins sous les ordres de Sunqur az-Zahiri.

L'armée égyptienne du sultan As-Salîh Ayyûb, renforcée par des mercenaires Khorezmiens, est en nombre légèrement inférieur et est commandée par le jeune émir Baybars.

La disposition des forces alliées sur le champ de bataille est la suivante :

Malek Al-Mansur conseille à Gautier IV de Brienne d'attendre l'arrivée de renforts et de renforcer le camp et de rester sur la défensive, en attendant que les Khorezmiens, indisciplinés, se dispersent et laissent les Égyptiens avec un handicap considérable.

Gautier IV de Brienne est peu disposé à attendre les Égyptiens, surtout avec des forces supérieures.

Robert de Nantes ordonne l'attaque immédiate, soutenu en cela par les chefs croisés.

Cependant, Gauthier IV de Brienne refuse de partir au combat tant que le patriarche de Jérusalem n'aura pas levé l'excommunication qu'il a prononcé contre lui pour une histoire de tour à Jaffa que Gautier IV de Brienne aurait refusé de donner au patriarche.

Devant cette situation bloquée par l'intransigeance du patriarche, l'évêque de Rames donne à Gautier IV de Brienne l'absolution par ces termes : Ne vous troublez pas la conscience parce que le patriarche ne vous absout pas; car il a tort et vous avez raison; et je vous absous au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Allons-y !

Le matin du 17 octobre 1244 , les chevaliers chrétiens chargent à plusieurs reprises les Égyptiens.

Malgré ces tentatives pour briser leurs rangs, les Égyptiens tiennent leur position.

Au matin du 18 octobre 1244, Baybars envoya ses Khorezmiens contre les Damascènes.

Le centre des troupes alliées est brisé et les Khorezmiens s'attaquent au flanc gauche, formé par les cavaliers bédouins.

Seul 280 cavaliers et Malek Al-Mansur survivent au massacre.

Menacés par les Égyptiens au centre et par les Khorezmiens sur leur flanc, les chrétiens ont chargé en vain.

Plus de 5 000 d'entre eux périssent, et 800 sont faits prisonniers, dont Gautier IV de Brienne, et Guillaume de Châteauneuf, grand-maître des Hospitaliers.

Des troupes de chevaliers des ordres, seulement 33 Templiers, 27 Hospitaliers, et 3 chevaliers Teutoniques survécurent.

Philippe Ier de Montfort-Castres et Robert de Nantes réussissent à fuir à Ascalon.

Armand de Périgord, évêque de Lydda et Ramla, meurt lors de cette bataille.

Jean d'Antioche et Guillaume d'Antioche, fils de Bohémond d'Antioche, meurent lors de cette bataille.

La bataille de La Forbie marque l'effondrement de la puissance Chrétienne au Proche-Orient.



Philippe Ier de Montfort-Castres Connétable du royaume de Jérusalem.

Philippe Ier de Montfort-Castres devint connétable du royaume de Jérusalem en 1244 jusqu'à 1251.



Philippe Ier de Montfort-Castres Seigneur de Tyr

Philippe Ier de Montfort-Castres reçoit la seigneurie de Tyr en 1246.



Bataille de Damiette

Mort de Hugues X de Lusignan

Philippe Ier de Montfort-Castres rejoint à Damiette la septième croisade de Saint-Louis.

Saint-Louis débarque en 1251 à Damiette et s'empare de cette ville après avoir livré bataille.

Hugues X de Lusignan meurt le 5 juin 1251 devant Damiette.



Guerre de Saint-Sabas

En 1256, Philippe Ier de Montfort-Castres expulse les Vénitiens de Tyr, ce qui entraine la Guerre de Saint-Sabas.



Jean Ier de Montfort Seigneur de Toron

En 1257, Philippe Ier de Montfort-Castres cède Toron à Jean Ier de Montfort, son fils, devenu majeur.



Philippe Ier de Montfort-Castres

Philippe Ier de Montfort-Castres devient Vicaire général du royaume de Sicile de 1266 à 1267.



Mariage de Jean Ier de Montfort avec Marguerite de Lusignan

Marguerite de Lusignan est la sœur d'Hugues III de Chypre qui revendique alors le royaume de Jérusalem.

Désirant oublier les antagonismes entre chrétiens et voulant unifier les Francs, Hugues III de Chypre négocie un certain nombre d'alliances avec la noblesse du royaume pour soutenir sa prétention contre celle de Charles Ier d'Anjou.

Philippe Ier de Montfort-Castres devient le membre le plus éminent du conseil du roi et le remplace quand il doit se rendre à Chypre.

Jean Ier de Montfort, fils de Philippe Ier de Montfort-Castres épouse le 22 septembre 1268 Marguerite de Lusignan, sœur d'Hugues III de Chypre, fille d'Henri de Poitiers-Antioche et d'Isabelle de Lusignan.

À l'occasion de ce mariage, Hugues III de Chypre confirme aux Montfort la possession de Tyr, ne se réservant la possibilité de reprendre le fief que si Jean Ier de Montfort et Marguerite de Lusignan décédaient sans enfants.



Mort de Philippe Ier de Montfort-Castres Seigneur de Castres, de Sidon, de Tyr et de la Ferté-Alais

Jean Ier de Montfort Seigneur de Tyr

Philippe Ier de Montfort-Castres apparait comme l'un des barons capable de persuader les rois européens de lancer une croisade.

Le sultan mamelouk Baybars engage 2 Ismaéliens.

Philippe Ier de Montfort-Castres meurt à Tyr le 17 mars 1270 assassiné par les 2 Ismaéliens.

Jean Ier de Montfort devient seigneur de Tyr en 1270.

Il gouvernera Tyr jusqu'à sa mort.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !