Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



2 événements affichés, le premier en -451 - le dernier en -448



Réforme de Périclès

Citoyenneté athéniennes

Le misthos

Jusqu'alors, pour être citoyen athénien, il faut être un homme né de père athénien, et avoir suivi l'éphébie de 18 à 20 ans, c'est-à-dire être capable de défendre la cité.

L'éphébie est en effet une formation militaire et civique qui permet à la cité d'assurer sa défense sans avoir d'armée permanente. Elle prémunit aussi la ville des risques de tyrannie.

En 451 avant Jésus-Christ, Périclès modifie la loi. La citoyenneté est restreinte à ceux dont le père est citoyen et la mère fille de citoyen athéniens.

Périclès fait inscrire comme citoyen son fils Périclès le Jeune, un nothos, malgré cette loi.

Les esclaves et les femmes considérés respectivement comme des biens et d'éternelles mineures, ainsi que les métèques (étrangers) sont exclus de la communauté politique, comme dans la plupart des cités grecques. Cependant, si un métèque non barbare (c'est-à-dire grec) accomplissait de hauts faits pour la cité, il peut recevoir à titre exceptionnel et en remerciement de ses actions la citoyenneté athénienne, moyennant finances. Une telle décision ne peu être prise qu'à la suite d'un vote de l'Ecclésia réunissant 6 000 citoyens. Ces naturalisations sont donc très rares et solennelles.

La citoyenneté confère un pouvoir politique, mais aussi une protection judiciaire (les citoyens ne pouvant ni être torturés sans poursuite ni être condamnés à la torture) et un avantage économique : seuls les citoyens peuvent avoir une propriété foncière. Ce privilège s'explique par l'histoire de la démocratie athénienne. Héritier d'un passé aristocratique, le régime considère l'agriculture comme le seul travail digne d'un citoyen, et valorise la vie de rentier.

Le citoyen Athénien a le droit de voter et d'être élu mais aussi il avait le devoir de faire la guerre, payer les impôts, les riches doivent financer les pièces de théâtre : liturgies et les pauvres doivent être aidés financièrement pour qu'ils puissent participer à la vie de la cité.

Il fut également à l'origine du Misthos, indemnité versée au citoyen pour le temps qu'il consacre à la vie politique (puisqu').

Périclès met en place une indemnité journalière de présence au sein de l'Héliée et de la Boulê, ainsi qu'aux spectacles des Panathénées : c'est le Misthos (salaire). Il est destiné à faire participer les citoyens les plus pauvres et les plus distants de la ville qui, en se rendant à l'Assemblée du Peuple, perdent les bénéfices d'une journée entière de travail.

Le montant du misthos passe de 2 à 3 oboles par jour sous Cléon, soit l'équivalent du faible salaire d'un ouvrier. Cette mesure renforce le caractère démocratique du régime athénien.



Origine d'Aspasie

Liaison de Périclès avec Aspasie

Naissance de Périclès le Jeune

Aspasía ou Aspasie naît à Milet en Asie mineure, fille d'Axiochos.

Aspasie s'installe à Athènes ou elle devient hétaïre, c'est-à-dire courtisane de haut rang, recherchée autant pour ses talents intellectuels que pour ses attraits physiques. Elle tient une maison close de haut vol, formant de jeunes courtisanes au métier et attirant chez elle, grâce à sa grande culture, hommes politiques et philosophes.

Son nom qui signifie la bienvenue, serait ainsi un nom professionnel.

Les auteurs comiques la surnomment Déjanire, Omphale ou Héra.

Elle enseigne l'art oratoire et politique à certaines femmes et quelques hommes faisaient partie de son auditoire tels que Sophocle ou encore Phidias.

Socrate et ses disciples fréquentent sa maison et ses admirateurs amènent même à leurs conversations leurs épouses légitimes, contrairement à la tradition athénienne selon lesquelles les femmes de la haute société ne doivent pas sortir de chez elles.

Périclès a une liaison avec Aspasie. Leur enfant est :

Selon certains auteurs, Aspasie est la concubine de Périclès. Selon Diodore le Périégète, elle est sa femme légitime.

Périclès le Jeune naît en 447 avant Jésus-Christ, fils de Périclès et d'Aspasie.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !