Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



38 événements affichés, le premier en 962 - le dernier en 1004



Mariage de Sancho II Garcés de Navarre avec Urraca de Castille

Sancho II Garcés de Navarre épouse en 962 Urraca de Castille, fille de Ferdinand, Comte de Castille. Leurs enfants sont :



Mort de Léon VIII Pape

Mort de Benoît V Pape

Jean XIII Pape

Émeute contre Jean XIII

Jean XIII Prisonnier

Léon VIII meurt le 1er mars 965. Les Romains demandèrent à Othon Ier le Grand de leur renvoyer Benoît V mais il refuse.

Benoît V meurt à Hambourg en Allemagne le 4 juillet 965. Il est enterré dans la cathédrale de Hambourg.

Sans doute en 988, Othon III du Saint-Empire fait transférer ses restes à Rome où l'on ignore d'ailleurs le lieu exact de sa sépulture.

Jean XIII est alors élu Pape avec l'accord de l'empereur Othon Ier le Grand le 1er octobre 965.

Dix semaines après son intronisation, en décembre 965, Jean XIII est renversé par une émeute menée par le préfet urbain Pierre Cesi et l'armée du comte Rotfred de Campanie, en réaction contre la faction impériale. Insulté (surnom : "la poule blanche"), traîné dans les rues, Jean XIII est d'abord emprisonné au château Saint-Ange puis dans une citadelle dans la montagne.



Mariage d'Othon II le Roux avec Théophano Skleros

Restitution de l'exarchat de Ravenne au Pape

Jean Ier Tzimiskès et Bardas Sklèros marient leur nièce.

Othon II Le Roux épouse le 14 avril 972 Théophano Skleros, fille de Konstantinos Skleros et de Sophie Phokaina. Leurs enfants sont :

Jean XIII célèbre le mariage dans la basilique Saint-Pierre.

En échange, Othon Ier le Grand restitue au pape Jean XIII l'exarchat de Ravenne.

Parallèlement, Jean XIII réorganise l'Italie méridionale, érigeant Bénévent et Capoue en métropoles ecclésiastiques.



Naissance de Othon III du Saint-Empire

Othon III du Saint-Empire naît en juin ou juillet 980, fils d'Othon II le Roux et de Théophano Skleros.



Mort de Othon II le Roux Empereur germanique

Othon III du Saint-Empire Roi de Germanie

Othon III du Saint-Empire Empereur romain germanique

Libération d'Henri II le Querelleur

Enlèvement d'Othon III du Saint-Empire par Henri le Querelleur

Théophano Skleros et Adélaïde de Bourgogne Régentes de Germanie et de L'empire

Othon II Le Roux meurt prématurément d'un accès de fièvre à Rome le 7 décembre 983. Il laisse Othon III du Saint-Empire, un très jeune fils, qui lui succède.

Othon III du Saint-Empire, fils d'Othon II le Roux devient Roi de Germanie et est sacré empereur à Aix-la-Chapelle en décembre 983.

Henri II le Querelleur obtient d'être libéré.

Henri II le Querelleur réussit à s'emparer du jeune Othon III du Saint-Empire, dont il compte exercer la tutelle, et des insignes royaux. Il revendique la royauté qu'il l'obtient des grands mais il n'est pas sacré.

Henri II le Querelleur s'allie un temps avec le roi Lothaire II de France.

Herbert IV de Vermandois le Jeune et Eudes Ier de Blois sont les alliés de Lothaire II de France et l'assiste dans les querelles entourant la succession de l'Empereur Othon II en 983.

Les évêques, croient eux aussi, dans un premier temps, que.

Mais l'archevêque de Mayence et les évêques avec à leur tête l'archichapelain Willigis, soutenu par d'autres grands, condamne cette usurpation mais pensent que le choix d'un chef capable d'agir tout de suite s'impose.

Ils reconnaissent que, si Othon III du Saint-Empire ne peut évidemment régner par lui-même, Théophano Skleros, sa mère et Adélaïde de Bourgogne, sa grand-mère, ont les qualités requises pour assurer la régence et gouverner à sa place.

Ces deux femmes d'une exceptionnelle personnalité lui donnent une parfaite éducation et une immense culture gréco-latine.



Libération d'Othon III du Saint-Empire

Henri II le Querelleur à nouveau Duc de Bavière

En 984, Adélaïde de Bourgogne, veuve de Othon Ier Le Grand, demande à son frère Conrad III le Pacifique, Roi de Bourgogne, d'intervenir dans la succession de Germanie.

Conrad III le Pacifique, accompagné de seigneurs italiens et lorrains, se dirige vers le bavarois.

Bernard Ier de Saxe assemble les opposants à la candidature d'Henri II le Querelleur à Asselburg.

Henri II le Querelleur, voyant que la rébellion est condamnée par la majorité, relâche Othon III du Saint-Empire et fait sa soumission à Pâques 984.

Le parti de l'impératrice Théophano Skleros, la mère de l'enfant, triomphe.

La paix faite et on calme Henri II le Querelleur en lui rendant le duché de Bavière.



Soutien de Mieszko Ier de Pologne à Othon III du Saint-Empire

En 984, Mieszko Ier de Pologne échange son soutien à Othon III du Saint-Empire contre une protection contre les Polanes qui menacent la Poméranie occidentale.



Conversion de Géza Arpad et d'Étienne Ier de Hongrie au catholicisme

Géza Arpad se tourne vers Othon II Le Roux.

Après un traité, Géza Arpad accepte la venue de missions chrétiennes, telles celles envoyées par Adalbert de Prague. Bruno, Évêque de Saint-Gall, fait parti de cette mission.

Adalbert de Prague, l'évêque de Prague, que les Przemislides, la famille rivale de la sienne, empêchent d'accomplir son ministère, découvre à Rome sa véritable vocation: l'action missionnaire.

L'empereur fait sa connaissance et d'interminables conversations nourrissent une amitié que la séparation ne devait pas altérer. La tonalité mystique qu'on trouve dans tous les projets d'Othon III du Saint-Empire provient de l'autorité morale d'Adalbert.

Géza Arpad et Étienne Ier de Hongrie, son fils âgé de 10 ans, se convertissent au catholicisme romain en 985. Vajik prend alors pour nom de baptême le nom d'Étienne (István en hongrois).

Étienne Ier de Hongrie est éduqué par Adalbert de Prague et ses disciples qui organisent l'Église hongroise.

Des églises et des monastères sont fondés en Hongrie telle l'abbaye bénédictine de Pannonhalma.

Géza Arpad fait convertir de gré ou de force un grand nombre de seigneurs et de guerriers et persécute les " chamans " et les païens récalcitrants. Géza Arpad aurait fait enterrer vivant le chef des Petchenègues Thonuzoba.

Géza Arpad doit affronter de nombreuses révoltes, mais renforce son pouvoir.



Ekkehard Ier de Misnie Margrave de Misnie

Rikdag de Misnie subit de graves revers dans le duché de Saxe contre les tribus salves Lutices.

En 985 le gouvernement du jeune Othon III du Saint-Empire désigne Ekkehard Ier de Misnie comme successeur de Rikdag de Misnie. Ekkehard Ier de Misnie devient Margrave de Misnie.

Ekkehard Ier de Misnie est élu duc de Thuringe par les magnats de la région, un événement qui sera interprété en Saxe comme la preuve du caractère électif de la fonction ducale nationale.

Ekkehard Ier de Misnie est en grande en faveur auprès d'Othon III du Saint-Empire, qui lui témoigne sa considération en transformant plusieurs de ses bénéfices (fiefs) en biens allodiaux (allods).

Lors du conflit entre Othon III du Saint-Empire avec son cousin et rival Henri II le Querelleur, la mission militaire d'Ekkehard Ier de Misnie comme détenteur de la marche de Misnie consiste en premier lieux à contenir l'expansion des états slaves voisins :

Boleslav II de Bohême doit se retirer en 985 devant les forces d'Othon III du Saint-Empire.

Ekkehard Ier de Misnie restaure Thiddag (Deodatus) évêque de Prague sur son siège après qu'il en ait été expulsé par Boleslav II de Bohême.



Reconquête de la Misnie

Mieszko Ier de Pologne rend un hommage de vassalité à Othon III du Saint-Empire et l'aide à reconquérir la Misnie de 986 à 987.



Régnier IV de Mons Comte de Mons

Lambert Ier de Louvain Comte de Louvain

Othon III du Saint-Empire doit finalement faire des concessions et donne

Ces deux comtés proviennent de l'ancien comté de Régnier III de Hainaut, leur père.



La Silésie et Cracovie arrachées à Boleslav II de Bohême

En 990, après plusieurs campagnes militaires, Mieszko Ier de Pologne, aidé par Othon III du Saint-Empire, arrache définitivement la Silésie et la région de Cracovie (Petite-Pologne) à l'influence Boleslav II de Bohême.



Soutien de Mieszko Ier de Pologne à Othon III du Saint-Empire

En 991, Mieszko Ier de Pologne soutient activement Othon III du Saint-Empire contre le Brandebourg.

Le Dagome Iudex, un document qui énumère les possessions de Mieszko Ier de Pologne, est rédigé en 991. Il est confié au pape Jean XV qui place les territoires de Mieszko Ier de Pologne sous la protection pontificale.



Mort de Théophano

Adélaïde Régente de Germanie et de L'empire

Théophano meurt en 991.

Adélaïde de Bourgogne, grand-mère de l'empereur Othon III du Saint-Empire, assure la tutelle et la régence jusqu'en 995.



Mort de Conrad III le Pacifique Roi de Bourgogne

Rodolphe III le Fainéant Roi de Bourgogne

Conrad III le Pacifique meurt le 19 octobre 993.

En 993, Rodolphe III le Fainéant succède à son père Conrad III le Pacifique comme Roi de Bourgogne.

Rodolphe III, le dernier Roi burgonde, surnommé le Fainéant, est présenté par les historiens, comme sans courage.

Rodolphe III reconnaît la suzeraineté de l'empereur d'Allemagne Othon III du Saint-Empire sur son royaume.

Lyon et le royaume d'Arles deviennent fief du Saint-Empire Germanique.

L'Archevêque Burchard II de Lyon sillonne le royaume pour garantir les pouvoirs de son royal demi-frère.



Complot de Eudes Ier de Blois et d'Adalbéron de Laon contre Hugues Capet et Robert II

Eudes Ier de Blois est apparenté à l'Empereur par sa femme Berthe de Bourgogne et il rêve sans doute, avec le soutien de ce dernier d'établir sa prééminence en Francie.

En 993, Eudes Ier de Blois est mêlé, en association avec l'Évêque Adalbéron de Laon, à un complot contre Hugues Capet et Robert II Le Pieux ayant pour objectif de leur substituer Othon III du Saint-Empire.



Conversion du Roi de Hongrie

Baptême de Waïc

Les Hongrois vaincus par Othon Ier le Grand vont se stabiliser en Pannonie, sur les bords du Danube, dans ce qui est aujourd'hui la Hongrie.

Adalbert, lors d'une de ses tournées missionnaires, confirme la conversion du Roi, dont le fils, Waïc, est baptisé à Cologne, en 994, en présence d'Othon III du Saint-Empire qui est le parrain de ce néophyte.

Il prend le nom d'Étienne de Hongrie.



Appel du pape Jean XV à Othon III du Saint-Empire

Othon III du Saint-Empire n'avait rien à craindre des princes allemands.

Il pouvait se laisser aller à un rêve : porter la couronne de l'Empire d'Occident.

Cette idée est entretenue par sa mère et, dans son entourage, par des clercs comme Bernward d'Hildesheim, León de Verceil, Gerbert d'Aurillac, futur Sylvestre II.

À la majorité d'Othon III du Saint-Empire, un appel du pape Jean XV que les Crescents, une des grandes familles de Rome, avaient contraint de fuir, atteignit Othon III du Saint-Empire au printemps de 995.



Prise du pouvoir par Othon III du Saint-Empire

En 995, Othon III du Saint-Empire est majeur et prend officiellement le pouvoir jusque là dans les mains d'Adélaïde de Bourgogne qui assurait la régence.

Othon III du Saint-Empire rêve de fonder un empire universel qui réunirait d'abord tous les peuples chrétiens d'Occident.



Guerre du Saint-Empire contre les Abodrites

Souhaitant conserver de bonnes relations avec le Saint-Empire, Boleslas Ier de Pologne soutient Othon III du Saint-Empire dans sa guerre contre les Abodrites en 995.



Mort du Pape Jean XV

Grégoire V Pape

Le pape Jean XV meurt en mars 996 alors qu'Othon III du Saint-Empire est en chemin pour l'Italie.

Il est inhumé dans l'ancienne basilique Saint-Pierre.

L'empereur germanique Othon III du Saint-Empire désigne en avril 996 Brunon de Carinthie, Duc de Franconie, son chapelain et son cousin, comme s'il s'agissait de nommer un Évêque ordinaire.

Brunon devient pape le 3 ou le 5 mai 996 sous le nom de Grégoire V.

Grégoire V est le premier pape d'origine germanique.


Couronnement d'Othon II par le pape Grégoire V image du XVe siècle Enluminure tirée de Évangéliaire d'Othon III effectué sur l'île de la Reichenau à la fin du Xe siècle

Othon III du Saint-Empire Empereur germanique

En 996, Othon III du Saint-Empire est couronné Roi des Romains.

Grégoire V fait d'Othon, à 16 ans, l'empereur des Romains selon la tradition familiale, en le couronnant le 21 mai 996.

Sur une nature aussi sensible que celle du jeune souverain la cérémonie du sacre devait nécessairement produire des effets durables et profonds.



Othon III du Saint-Empire en Italie

Othon III du Saint-Empire se détourne de son héritage allemand pour ne s'intéresser qu'à l'Italie, encore porteuse du prestige de la Rome antique.

Rome entre dans la vie d'Othon, il en devint amoureux.

La grandeur d'autrefois y est présente partout et les Romains " pleuraient sur la ville humiliée, puissante mère devenue pauvre fille ".

Deux préoccupations allaient dès lors retenir le nouvel empereur :

Othon III du Saint-Empire installe sa cour à Rome comme capitale du Saint Empire.

Le renouveau de l'Empire sous Othon III du Saint-Empire s'accompagne d'un renouveau des lettres et des arts.



Sylvestre II précepteur d'Othon III du Saint-Empire

Archevêque de Reims, Sylvestre II est venu chercher à Rome la confirmation de ses droits qui sont contestés sur place.

Le jeune Othon III du Saint-Empire (14 ans) est frappé par l'intelligence de Sylvestre II et lui demande en 997 de devenir son précepteur.



Sylvestre II Archevêque de Ravennes

Sylvestre II Cardinal

L'écolâtre de Magdebourg l'ayant défié en philosophie, Gerbert lui répond en janvier 998, à Ravenne, devant l'empereur Othon III du Saint-Empire.

Il triomphe dans ce défi et l'empereur et Grégoire V lui confie l'archevêché de Ravenne réglant en même temps le différend avec Arnould au sujet de l'archevêché de Reims.



Révolte mâtée par Othon III du Saint-Empire

Othon revient en Italie pour mâter brutalement la révolte contre Grégoire V en février 998.

Crescentius est promptement saisi et exécuté sans pitié.

Bien que la Donation de Constantin interdise à l'empereur de résider dans la ville où le successeur de Pierre habite, Othon se fait aménager une demeure sur le Palatin, l'antique séjour des Césars.

Les fonctions urbaines sont redistribuées et les plus importantes, la préfecture de la ville et le commandement de la milice, sont attribuées à des hommes de confiance.



Albert Ier de Namur Défenseur de l'abbaye de Brogne

Réconcilié avec l'empereur Othon III du Saint-Empire, Albert Ier de Namur se voit confié par ce dernier la défense de l'abbaye de Brogne en 998.



Mort de Jean XVI Antipape

Malgré le fait que Jean XVI bénéficie du pardon de Grégoire V et d'Othon III du Saint-Empire, il est arrêté, exhibé, aveuglé et mutilé par la population en mars 998.

Il finit misérablement sa vie sur la paille humide d'un cachot


Tombe de Grégoire V Pape Sylvestre II Pape Sylvestre II Pape

Mort de Grégoire V Pape

Sylvestre II Pape

Grégoire V meurt le 18 février 999.

Il a inhumé dans l'ancienne basilique Saint-Pierre.

Othon III du Saint-Empire veut restaurer l'empire de Charlemagne, voire l'empire romain de Constantin.

Il espère y arriver en plaçant sur le trône de Saint-Pierre son maître et ami, Sylvestre II (55 ans).

Il est élu pape et consacré le 2 avril 999.

Pour mettre en lumière le partenariat entre le pape et l'empereur, Gerbert choisit le nom de Sylvestre II en référence à Sylvestre Ier qui fut pape sous l'empereur Constantin Ier et qui reconnut le christianisme comme religion de l'Empire romain.



Naissance d'Otto Boleslawowic

Otto Boleslawowic naît en 1000, fils de Boleslas Ier de Pologne et d'Emnilda de Lusace.

Othon III du Saint-Empire est probablement son parrain.



Congrès de Gniezno

En 1000, avec l'autorisation de Sylvestre II, Boleslas Ier de Pologne ouvre un archidiocèse à Gniezno, relevant de Rome et non des archevêchés d'Allemagne, situés de l'autre côté de l'Oder.

En mars 1000, Othon III du Saint-Empire se rend en pèlerinage à Gniezno et rencontre Boleslas Ier de Pologne.

Otton III du Saint-Empire accepte la création de l'archevêché et proclame Boleslas Ier de Pologne Frater et Cooperator Imperii (Frère et collaborateur de l'Empire), geste qui démontre une relation qui n'est pas celle d'un vassal.

Radzim Gaudenty est nommé archevêque de Gniezno.

Reinbern est né dans la région Hassegau, dans le duché médiéval de Saxe.

Trois évêchés suffragants sont également créées et placés sous l'autorité de l'archevêque de Gniezno.

Reinbern fait démolir les sanctuaires païens.

Reinbern est chassé de Kolobrzeg par un soulèvement des tribus slaves et se réfugie à la cour de Boleslas Ier de Pologne.



Relation entre l'empereur Othon III du Saint-Empire et Sylvestre II

Devenu pape, Gerbert tente avec Othon III du Saint-Empire, conseillé par León de Verceil, d'instaurer un empire chrétien universel, par l'union du pouvoir séculier et du pouvoir ecclésial.

Un texte solennel, de janvier 1001, définit clairement les rapports entre le pape et l'empereur.

Othon III du Saint-Empire a toujours refusé de confirmer l'Ottonianum, privilège accordé par son grand-père au SaintSiège et rejette la Donation de Constantin, en vertu de laquelle il n'aurait jamais dû se fixer à Rome ni intervenir dans les États de l'Église.

Othon donne au Pape 8 comtés de la Pentapole, mais l'acte précise qu'il s'agit de biens appartenant à l'empereur.

Il s'agit d'une donation et non pas d'une restitution.

Othon III du Saint-Empire se proclame :

Avec le pape, sur le même plan que lui, Othon gouverne la chrétienté, présidant à ses côtés les synodes.

Aurea Roma une nouvelle bulle est adoptée.

Rome est la capitale du monde, la mère de toutes les églises, mais Othon en est le véritable maître.



Othon III du Saint-Empire missionnaire

Othon tient cette vocation de missionnaire et de réformateur d'Adalbert, cet ami si cher dont il cultive pieusement le souvenir.

Les aspirations religieuses sont renforcées par deux autres maîtres spirituels :

Le souverain, qui était convaincu que Rome était devenue la sentine du vice, était bien décidé à la purger.

Personne ne connaissant la date du jugement dernier, il faut agir vite pour empêcher la chrétienté de s'enliser dans la médiocrité.

La meilleure façon d'obtenir son redressement est de lui proposer l'entreprise de l'évangélisation !

Othon fait retraite dans un souterrain près de Saint-Clément, peut-être dans l'ancien sanctuaire de Mithra, à deux pas de la tombe de saint Cyrille, l'apôtre du monde slave envoyé dans ces contrées avec son frère Méthode par le basileus.

Othon accorde rapidement l'autonomie des structures ecclésiastiques aux nouvelles communautés chrétiennes et ne touche pas à l'indépendance des États dont les chefs reçoivent le baptême.

Ils sont incorporés à la famille des souverains chrétiens grâce aux liens que crée entre eux la compaternité : l'empereur devient volontiers le parrain du nouveau baptisé.


Empire en 1000 - Les marches en hachuré

Othon III du Saint-Empire chef spirituel d'un ensemble d'États

Le long de la côte dalmate, c'était sous l'impulsion de Venise que le christianisme progressait, Venise dont le doge avait fait d'Othon III du Saint-Empire le parrain de son fils et de sa fille.

Une grande famille de princes chrétiens s'est ainsi formée, ses terres s'étendant jusqu'à la Vistule d'un côté, jusqu'aux Carpates de l'autre.

Othon III du Saint-Empire est tout à la fois :

Dans les deux domaines, l'unité respecte la diversité.

Pour Othon III du Saint-Empire, l'an 1000 n'est pas placé sous le signe de la peur, mais sous celui de l'espérance.



Révolte des romains

Les romains se révoltent en janvier 1001.

L'empereur Othon III du Saint-Empire a beau les haranguer, rappelant qu'il avait quitté sa patrie pour eux et négligé ses Allemands.

L'éloquence de ce jeune homme les touche mais ne les apaise pas.

Othon quitte Rome.

D'abord, il envisage d'abdiquer, ne s'accordant que 3 ans pour réparer des erreurs dont la rébellion romaine a révélé la gravité, ensuite, il ira évangéliser les païens et gagner comme Adalbert la palme du martyre.

Puis il se ressaisit et dépêche l'Évêque de Milan à Constantinople pour chercher la princesse, sa fiancée.

Avant la fin de l'automne, il quitte Ravenne, où il s'est replié, mais il ne peut reprendre la Ville éternelle.



Mort d'Othon III du Saint-Empire

Rencontre de Werla

Mort d'Ekkehard Ier de Misnie

Invasion de la Lusace et de la Misnie

Henri II le Saint Roi de Germanie

Épuisé par moins de 22 ans d'une vie particulièrement intense, Othon III du Saint-Empire meurt à Paterno sur le mont Soracte près de Viterbe en Italie le 23 ou le 24 janvier 1002 d'un simple accès de malaria.

Son corps est ramené d'Italie à Aix-la-Chapelle par ses proches dont Othon II de Basse-Lotharingie.

Sa mort met un terme au projet d'un condominium de l'empereur et du pape sur la chrétienté.

Othon III du Saint-Empire ne laisse pas de descendance

Les princes allemands se réunissent à Frohse, inclus dans l'actuelle cité de Schönebeck, pour élire un nouveau roi.

Les deux plus proches parents, Henri II le Saint et Othon de Carinthie, prétendants naturels, rencontrent une forte opposition.

Ezzon de Bonnegau, époux de Mathilde de Germanie, fille d'Othon II le Roux, revendique la couronne impériale, en vain.

Ekkehard Ier de Misnie est le candidat saxon le plus en vue. Une partie de la noblesse lui est opposée. Parmi ses rivaux se trouvent :

En avril 1002, la noblesse saxonne accepte d'organiser une nouvelle réunion dans la résidence royale de Werla.

Ekkehard Ier de Misnie reçoit la mission d'organiser le banquet de clôture de cette assemblée avec Bernard Ier de Saxe et l'évêque Arnulf de Halberstadt.

Ekkehard Ier de Misnie est honoré du titre royal par l'évêque Bernward d'Hildesheim lorsqu'il parvient dans le diocèse d'Hildesheim.

Ekkehard Ier de Misnie meurt à Pöhlde le 30 avril 1002 assassiné par des opposants saxons.

Il est inhumé dans la chapelle du monastère de la montagne du château au sud de Kleinjena près de Naumburg.

À sa mort la région est partagée :

Henri II le Saint bénéficie de l'appui de ses cousines, les sœurs du défunt Othon III du Saint-Empire :

Henri II le Saint est élu à Mayence Roi de Germanie le 7 juin 1002.

Profitant de la lutte pour le pouvoir dans le Saint Empire, Boleslas Ier de Pologne envahit la Lusace et la Misnie.


Jean XVII Pape

Mort de Sylvestre II Pape

Jean XVII Pape

Le pape ne survécut qu'un peu plus d'un an à Othon III du Saint-Empire.

Leur symbiose avait été complète.

L'une des "deux moitiés de Dieu" ne pouvait pas vivre sans l'autre.

Sylvestre II, "la lumière de l'Église et l'espoir de son siècle", meurt à Rome le 12 mai 1003.

Il est enterré à Saint-Jean-de-Latran, où le pape Serge IV inscrira une épitaphe gravée contre un pilier de la basilique, évoquant son exceptionnel parcours à la fois intellectuel et religieux.

D'un point de vue politique, Sylvestre II aide à l'instauration d'états forts en Europe, obtenant en échange que ceux ci s'appuient sur l'Église.

Ceci contribue à renforcer le rôle de la Papauté dans l'Europe médiévale.

Siccone, né à Rome, est consacré 140e pape le 13 juin 1003 sous le nom de Jean XVII.



Renoncement d'Otte-Guillaume de Bourgogne au duché de Bourgogne

Maison des Capétiens direct

Robert II le Pieux Duc de Bourgogne

Mort de Guy Ier de Macon

Renaud Ier de Bourgogne-ComtéComte d'Amous, de Varais et de Portois

Othon II de Mâcon Comte de Mâcon.

Robert II le Pieux craint un glissement du duché de Bourgogne vers l'Empire.

Appuyé par les Normands de Richard II l'Irascible, Robert II le Pieux organise des expéditions en 1003 et 1005 qui lui permettent de garder la main sur ce territoire.

Otte-Guillaume de Bourgogne s'est joint au Roi, il a vraisemblablement fait sa soumission, et a renoncé au duché de Bourgogne et au Comté de Mâcon.

Deux raisons possibles :

En 1004, Robert II Le Pieux revient avec le Comte de Chalon sur Saône et le Duc de Normandie, et ils se dirigent vers Avallon détenu par des hommes de Landry IV de Maers.

Avallon est prise après 3 mois de résistance.

Otte-Guillaume de Bourgognese consacre à assurer son autorité sur les terres bourguignonnes à l'est de la Saône, au détriment de Rodolphe III le Fainéant.

Guy Ier de Mâcon meurt prématurément en 1004.

Otte-Guillaume de Bourgogne partage les terres de Guy Ier de Mâcon:

Otte-Guillaume de Bourgogne conserve ses droits sur les comtés de la Bourgogne Franque (Beaumont, Fouvent et Oscheret).

Les Comtes de Bourgogne conserveront pendant longtemps de nombreuses terres ou suzerainetés sur des comtés situés dans le duché de Bourgogne.

Durant 44 ans, Otte-Guillaume de Bourgogne est le maître souverain des comtés outre Saône avec ses fils, et il ruine le peu d'autorité du Roi Rodolphe sur ces territoires.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !