Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



18 événements affichés, le premier en -375 - le dernier en -315



Naissance d'Olympias d'Épire

Olympias d'Épire naît vers 375 avant Jésus-Christ, fille de Néoptolème, Roi d'Épire de la tribu des Molosses, membre de la dynastie des Éacides.

Dès l'enfance, elle est instruite au temple de Dodone.



Mariage de Philippe II de Macédoine avec Olympias d'Épire

Lors de son initiation aux mystères des Grands Dieux, Philippe II de Macédoine rencontre Olympias d'Épire prêtresse de Zeus sur l'île de Samothrace.

Philippe II de Macédoine épouse en 359 avant Jésus-Christ Olympias d'Épire, princesse molosse d'Épire. Leurs enfants sont :

Mais ce mariage devient vite conflictuel entre les infidélités répétées de Philippe II de Macédoine et le caractère ambitieux, autoritaire, acariâtre et sans pitié d'Olympias d'Épire.



Naissance d'Alexandre le grand

Alexandre le grand naît à Pella, capitale de la Macédoine antique, en juillet 356 avant Jésus-Christ, fils de Philippe II de Macédoine, et d'Olympias d'Épire.

Aristote est son précepteur et lui donne une solide formation en rhétorique et en littérature. Il stimule sa curiosité en sciences, en médecine et en philosophie.

Alexandre voue un véritable culte aux héros de l'Iliade, prétendant descendre par sa mère d'Achille et rêve de lui ressembler.



Naissance de Cléopâtre de Macédoine

Cléopâtre de Macédoine naît en 355 avant Jésus-Christ, fille de Philippe II de Macédoine et d'Olympias d'Épire.



Mariage de Philippe II de Macédoine avec Cléopâtre

Philippe II de Macédoine épouse en 337 avant Jésus-Christ Cléopâtre, nièce du chancelier Attale. Leur enfant est :

Olympias d'Épire se retire en Épire chez Néoptolème, son père.


Royaume de Macédoine à la mort de Philippe II

Mort de Philippe II de Macédoine

Alexandre III le Grand Roi de Macédoine

Destruction de Thèbes

Parménion remporte quelques succès en Asie Mineure en 336 avant Jésus-Christ.

Mais Philippe II de Macédoine meurt en août 336 avant Jésus-Christ, assassiné au cours d'un banquet par Pausanias, l'un de ses officiers.

Il paraît vraisemblable qu'Olympias d'Épire trempe dans cet assassinat.

Alors que les cités grecques avaient tenu Philippe II de Macédoine pour quantité négligeable, elles le craignent désormais.

Sous son règne, le royaume de la Macédoine a un développement politique et économique très intense. La Macédoine se transforme en royaume puissant qui impose son hégémonie à la Péninsule Balkanique.

Philippe II de Macédoine introduit la monnaie unique et organise la structure unique de l'État.

Démosthène compose sa première Philippique.

Alexandre le Grand monte sur le trône sous le nom d'Alexandre III de Macédoine. Il élimine tous les conspirateurs qui s'opposent à son avènement.

Alexandre le Grand est défini comme étant :

Antipater est, avec Parménion, le général le plus expérimenté.

Antipater, proche d'Alexandre le Grand et d'Olympias d'Épire, aide le jeune Alexandre le Grand à accéder au trône.

Philippe III Arrhidée ne fait pas figure de prétendant sérieux face à Alexandre le Grand qui lui épargne la vie.

Philippe III Arrhidée est frappé d'une incapacité mentale qui l'écarte très tôt de la succession royale. Pour certaines sources, c'est un poison donné par Olympias d'Épire qui serait responsable de cet état. Il est peut-être simplement épileptique.



Campagne contre les rebelles thraces

Mort de Cléopâtre

Alexandre le Grand marche sur la Thessalie, où des partisans de l'indépendance ont pris le pouvoir, et rétablit la souveraineté macédonienne.

En 335 avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand, Roi de Macédoine, atteint le Danube.

Les Celtes des Balkans envoient une ambassade à Alexandre le Grand.

Lors d'une entrevue avec les Gaulois, désappointé par leur réponse, il leur propose une alliance.

En 335 avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand mène campagne contre les rebelles thraces sur les bords du Danube.

Pendant qu'Alexandre III le Grand est dans le nord de son royaume afin d'assurer sa frontière septentrionale, Olympias d'Épire fait assassiner Cléopâtre, seconde femme de Philippe II de Macédoine, et son fils.

Perdiccas participe aux premières campagnes d'Alexandre le Grand.



Guerre contre la Perse

Antipater Régent de Macédoine

Héphaestion commandant de l'escadron de la garde royale.

Rédaction de la biographie épique d'Alexandre le Grand

Au printemps 334 avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand part en guerre contre la Perse.

Olympias d'Épire, sa mère ne le reverra plus.

Antipater conseille vainement à Alexandre le Grand de ne pas commencer l'expédition asiatique avant qu'il n'ait un héritier.

Antipater devient Régent de Macédoine et Stratège d'Europe à charge pour lui de préserver la ligue de Corinthe tout en réprimant d'éventuels mouvements de rébellion en Grèce.

Antipater mène une politique avisée et montre son attachement à une monarchie traditionnelle et patriarcale dans laquelle la noblesse peut s'exprimer librement au sein du Conseil royal. Antipater apparaît de fait comme le souverain aux yeux des Macédoniens.

Antipater utilise la ligue de Corinthe afin de maintenir les Grecs dans la dépendance tout en s'appuyant sur des régimes oligarchiques ou tyranniques soutenus par des garnisons macédoniennes.

Alexandre le Grand traverse l'Hellespont (les Dardanelles) depuis Sestos et débarque à Abydos en Phrygie hellespontique.

Son armée forte de 32 000 fantassins et 5 000 cavaliers, macédoniens et grecs, a comme généraux :

Philippe III Arrhidée accompagne Alexandre le Grand.

Il le seconde dans certaines circonstances montrant qu'il n'en est pas moins considéré comme un membre à part entière de la famille royale.

Callisthène, le neveu d'Aristote, est chargé de rédiger la biographie épique d'Alexandre le Grand c'est-à-dire le Récit de ses campagne. Elle s'achèvera vers 330 avant Jésus-Christ.



Exile d'Olympias d'Épire en Épire

Olympias d'Épire envoie à son fils plusieurs lettres dénonçant la déloyauté d'Antipater. Les relations entre Antipater et Olympias d'Épire se détériorent gravement.

En 331 avant Jésus-Christ, Olympias d'Épire est contrainte de s'exiler en Épire dont elle exerce la régence.

Olympias d'Épire gouverne au nom d'un de ses petit-fils, né de sa fille Cléopâtre de Macédoine et de son frère Alexandre le Molosse, Roi d'Épire.



Alexandre le Grand honoré comme Dieu Invaincu

Convocation d'Antipater à Babylone

Au fil de la conquête de l'Asie, Antipater manifeste de plus en plus sa réticence envers la politique orientalisante d'Alexandre le Grand, le préjugé envers les Barbares d'Asie étant encore tenace en Grèce comme en Macédoine.

En 324 avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand annonce aux Grecs qu'ils doivent désormais l'honorer d'un culte public en tant que Dieu Invaincu (Théos Anikètos).

En outre, Antipater ne conçoit pas qu'un roi puisse recevoir des honneurs divins et n'admet pas la nouvelle politique impériale d'Alexandre le Grand en Grèce. Antipater considère que le roi s'immisce dans les affaires intérieures des cités en leur ordonnant le retour des bannis et d'un rétablissement dans leurs biens. Antipater est chargé de faire appliquer ces édits royaux tandis que son hostilité à l'égard de cette politique remonte jusqu'à Alexandre le Grand par le biais d'Olympias d'Épire.

Encouragé par Olympias d'Épire, à la fin du printemps 324 avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand appelle Antipater à Babylone pour lui demander des comptes. Mais Antipater refuse et envoie son fils Cassandre de Macédoine, accompagné de Iolas, plaider sa cause.

Alexandre le Grand charge le fidèle Cratère de retourner en Macédoine avec un contingent de vétérans avec secrètement pour mission de destituer Antipater, par la force si nécessaire.

Mais la mort d'Alexandre le Grand empêchera ce plan de se réaliser.



Projet de mariage de Léonnatos avec Cléopâtre de Macédoine

Olympias d'Épire cherche à marier sa fille Cléopâtre de Macédoine, devenue veuve, à Léonnatos.



Mariage de Perdiccas avec Cléopâtre

Olympias d'Épire veut porter tort à Antipater et cherche à se débarrasser de Philippe III Arrhidée.

Pour cela, elle recherche l'alliance de Perdiccas. Olympias d'Épire lui propose d'épouser Cléopâtre de Macédoine, sa fille, la sœur d'Alexandre le Grand, veuve d'Alexandre d'Épire, et de ramener en Macédoine la dépouille d'Alexandre.

Perdiccas finit donc par renoncer à Nikaia et épouse au début de 321 avant Jésus-Christ Cléopâtre. Elle fait de lui l'oncle du jeune Alexandre IV.



Mort de Cynane

Mariage de Philippe III Arrhidée avec Eurydice

Perdiccas ordonne à son frère Alcetas de tuer Cynane, une fille de Philippe II de Macédoine.

L'armée macédonienne, scandalisée par cet assassinat se mutine et oblige Perdiccas à accepter le mariage de la fille de Cynane, Eurydice.

Philippe III Arrhidée épouse en 321 avant Jésus-Christ Eurydice âgée seulement de 15 ans.

C'est probablement la même assemblée en armes qui renomme Adea du nom de la mère de Philippe II, Eurydice.

Eurydice semble en avoir appelé à l'assemblée des Macédoniens pour être considérée comme la porte-parole de son mari, et donc la représentante du roi, en lieu et place des Diadoques. Eurydice joue dès lors, malgré sa jeunesse, un rôle important dans la guerre civile qui secoue la Macédoine.

Philippe III Arrhidée dédie en son nom et celui Alexandre IV un petit monument hexastyle près de l'entrée du sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace.

Ce mariage provoque la colère d'Olympias d'Épire et de Cléopâtre de Macédoine qui y voient une menace.



Mort d'Antipater

Polyperchon Régent de Macédoine

Eumène de Cardia Commandement de l'armée royale macédonienne

Eumène de Cardia satrape de Cappadoce

Antipater prend soin d'établir un testament dans lequel il nomme à sa succession selon la tradition Polyperchon, l'aîné des généraux macédoniens, le stratège le plus expérimenté.

Ce choix conduit à l'éviction volontaire et réfléchie de Cassandre de Macédoine, fils d'Antipater.

Antipater meurt à l'été 319 avant Jésus-Christ.

Polyperchon devient régent de Macédoine et épimélète des rois, à charge pour lui de maintenir la Macédoine hors du giron d'Antigone le Borgne et de Ptolémée Ier Sôter.

Cassandre de Macédoine est confirmé dans ses fonctions de chiliarque équestre.

Cassandre de Macédoine, Ptolémée Ier Sôter et Antigone le Borgne refusent de reconnaître l'autorité de Polyperchon.

Des factions s'organisent autour de chacun des protagonistes :

Cassandre de Macédoine revendique l'héritage de son père et s'impose en Macédoine.

Antigone le Borgne s'institue comme le maître de toute l'Asie mineure.

Ptolémée Ier Sôter s'empare de la Syrie-Phénicie face à Laomédon, qui a pourtant été choisi pour cette tâche par le pouvoir central.

Eumène de Cardia, toujours enfermé dans Nora, reçoit de Polyperchon le titre de stratège autokrator d'Asie au nom des rois et le commandement de l'armée royale, à charge pour lui de vaincre Antigone le Borgne. Il récupère la satrapie de Cappadoce.

Polyperchon ordonne aux trésoriers de Kyinda en Cilicie, où demeure une grande partie du trésor de guerre d'Alexandre le Grand, de donner les moyens financiers nécessaires à Eumène pour lever une armée.

Parvenant à quitter Nora, Eumène de Cardia lève une armée et forme une coalition avec les satrapes des provinces orientales.

Pour obtenir la fidélité des troupes, essentiellement constituées de Macédoniens, Eumène de Cardia, d'origine grecque, doit rappeler sans cesse son attachement à Alexandre et aux Argéades. Le bataillon des 3 000 Argyraspides, vétérans des campagnes asiatiques, se range à l'ambition de lutter pour le maintien de l'empire.

Eumène de Cardia n'hésite pas à refuser toute gratification personnelle.

Olympias d'Épire s'allie à Polyperchon, lequel à besoin de son autorité pour vaincre Cassandre de Macédoine.



Élection de Démétrios de Phalère comme Archonte décennal

Cassandre de Macédoine Régent de Macédoine

Bataille d'Euia

Mort de Philippe III Arrhidée

Mort d'Eurydice

Mort de Nicanor

En 317 avant Jésus-Christ, Cassandre de Macédoine bénéficie de l'élection de Démétrios de Phalère comme Archonte décennal. Celui-ci choisit d'instaurer une oligarchie modérée à Athènes et accepte de s'allier à Cassandre de Macédoine.

S'il n'a pas le contrôle à proprement parler d'Athènes, Cassandre de Macédoine n'en a pas moins gagné l'alliance que convoite Polyperchon pour cette cité.

En 317 avant Jésus-Christ, Eurydice profite de l'absence de Polyperchon à la lutte avec Cassandre de Macédoine pour s'entendre avec le parti de ce dernier, et prendre le pouvoir en Macédoine.

Bénéficiant d'une grande popularité, Cassandre de Macédoine rentre en Macédoine et obtient facilement les faveurs d'Eurydice, la reine de Macédoine, en attendant la majorité du jeune Alexandre IV.

Cassandre de Macédoine se fait rapidement proclamer Régent, alors que Polyperchon est déchu de ce titre.

Cassandre de Macédoine marche donc contre Polyperchon.

Eurydice, au nom de Philippe III Arrhidée, ordonne à Polyperchon et Antigone le Borgne de remettre leurs armées à Cassandre de Macédoine.

Polyperchon appelle à l'aide Olympias d'Épire qui, alors en Épire avec Alexandre IV de Macédoine, mobilise une armée et marche sur la Macédoine.

Profitant de l'absence de Cassandre de Macédoine en Macédoine, Olympias d'Épire rencontre les forces de Philippe III Arrhidée et d'Eurydice à Euia, sur la frontière entre la Macédoine et la Thessalie.

Sans qu'il n'y ait de réels combats, le prestige de la vieille Reine-mère l'emporte. Les soldats de Philippe III le désertent, et il est fait prisonnier. Eurydice est bientôt elle aussi arrêtée alors qu'elle fuit vers Amphipolis.

En septembre 317 avant Jésus-Christ, Olympias d'Épire, au nom d'Alexandre IV de Macédoine, fait exécuter Philippe III Arrhidée et contraint Eurydice, sa femme, au suicide.

Olympias d'Épire fait également exécuter 100 de leurs partisans, dont Nicanor, le frère de Cassandre de Macédoine.

Cassandre de Macédoine apprend la nouvelle alors qu'il combat à Tégée.

Ses officiers poursuivent les combats contre Polyperchon.

Cassandre de Macédoine fait assiéger Pydna, où Olympias d'Épire, Alexandre IV et Roxane se sont réfugiés.



Prise de Pydna

Mort d'Olympias d'Épire

Roxane Prisonnière

Mariage de Cassandre de Macédoine avec Thessalonique

Cassandre de Macédoine craint l'influence encore forte d'Olympias d'Épire, notamment face aux soldats macédoniens.

Pydna est prise. Contraint de se rendre contre la promesse d'une vie sauve, Olympias d'Épire est livrée par Cassandre de Macédoine aux parents de ses victimes.

Olympias d'Épire meurt en 316 avant Jésus-Christ, exécutée après un simulacre de jugement.

Cassandre de Macédoine s'empare d'Alexandre IV et de sa mère, Roxane qu'il fait enfermer à Amphipolis.

Cassandre de Macédoine épouse Thessaloniké ou Thessalonique. Leurs enfants sont :

Cassandre de Macédoine entre par ce mariage dans la dynastie d'Alexandre le Grand.



Bataille en Gabiène

Mort d'Eumène de Cardia

Alliance entre Séleucos Ier Nicator, Ptolémée Ier Sôter, Lysimaque et Cassandre de Macédoine contre Antigone le Borgne

Au début 316 avant Jésus-Christ, Antigone le Borgne parvient par une attaque surprise à contraindre Eumène de Cardia à livrer une nouvelle bataille en Gabiène, une sous-région de la Susiane.

Malgré une vive résistance des Argyraspides, Eumène de Cardia est vaincu à cause de la trahison de Peucestas qui rompt le combat avec ses cavaliers.

Le camp des Argyraspides est pris avec femmes et enfants.

Eumène de Cardia est livré à Antigone le Borgne et est exécuté conformément à la décision prise lors du conseil de Triparadisos.

Antigone le Borgne réclame de nouveau l'autorité sur la plus grande partie de l'Asie.

Antigone le Borgne parvient à écarter les divers satrapes pour les remplacer par ses propres hommes. Il écarte notamment Peucestas, un de ses fidèles, qui pourtant était à l'origine de sa victoire récente sur Eumène de Cardia, mais qui bénéficie d'une trop grande popularité.

Antigone le Borgne met la main sur un trésor considérable à Kyinda, en Cicilie, s'imposant ainsi comme le plus riche et le plus puissant des diadoques.

Antigone le Borgne saisit les trésors de Suse et entre dans Babylone, dont Séleucos Ier Nicator est le satrape. Séleucos Ier Nicator fuit en Égypte.

La puissance grandissante d'Antigone le Borgne commence à inquiéter ses alliés. Une coalition s'engage contre lui regroupant Séleucos Ier Nicator, Cassandre de Macédoine, Ptolémée Ier Sôter. Ils réclament un nouveau partage des satrapies :

Antigone le Borgne s'allie à Polyperchon et à son fils Alexandros, qui se sont repliés sur des terres du Péloponnèse ainsi qu‘à Eacides, Roi d'Épire, un cousin d'Olympias d'Épire, hostile à Cassandre de Macédoine.

Enfin, Antigone le Borgne s'allie avec les partisans de la démocratie en Grèce, puisque Cassandre de Macédoine s'appuie sur la faction oligarchique d'Athènes pour gouverner.



Siège de Tyr

Proclamation de Tyr

Antigone le Borgne Régent auto proclamé de Macédoine

Combats en Grèce

Mort d'Alexandros

En 315 avant Jésus-Christ, Lysimaque se joint la coalition contre Antigone le Borgne.

En 315 avant Jésus-Christ, les coalisés adressent à Antigone le Borgne un ultimatum lui enjoignant :

Antigone le Borgne envahit alors la Syrie, qui dépend de Ptolémée Ier Sôter, et assiège Tyr pendant plus d'un an.

Antigone le Borgne établit la proclamation de Tyr en 315 avant Jésus-Christ.

Afin d'affaiblir la position de Cassandre de Macédoine en Grèce et de Lysimaque en Thrace et dans l'Hellespont, Antigone le Borgne y annonce sa volonté de rendre leur autonomie aux cités grecques.

Antigone le Borgne dénonce les méthodes de Cassandre de Macédoine qui s'appuie sur les oligarques, alors que ce type de pouvoir est de moins en moins répandu dans les cités grecques. Antigone espère ainsi voir les cités grecques se rebeller contre Cassandre de Macédoine.

Il y accuse Cassandre de Macédoine :

Antigone profite de cette proclamation pour s'auto proclamer régent.

Cassandre de Macédoine n'est pourtant pas militairement le plus dangereux de ses adversaires, mais il est le maître de Macédoine et peut donc bénéficier d'un recrutement militaire important.

Ptolémée Ier Sôter, qui pourtant est un allié de Cassandre de Macédoine, suit les pas d'Antigone et lance à son tour une proclamation en faveur de l'autonomie des cités.

Cette prise de position peut sembler étonnante, mais Ptolémée Ier Sôter se méfie également de Cassandre de Macédoine qui dans le cas où la coalition contre Antigone arriverait à son terme, gagnerait en puissance et deviendrait à son tour un adversaire redoutable.

Les combats commencent en Grèce en 315 avant Jésus-Christ.

Antigone le Borgne, qui a le soutien de Polyperchon ainsi que des Etoliens, engage le combat contre Cassandre de Macédoine.

Cassandre de Macédoine engage le combat contre Polyperchon et son fils, Alexandros, dans le Péloponnèse.

Alexandros est rapidement massacré par les démocrates de Sicyone. Polyperchon, affaibli, choisit de se rallier à la cause de Cassandre de Macédoine.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !