Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



49 événements affichés, le premier en 1345 - le dernier en 1786



Naissance de Nompar de Caumont

Nompar de Caumont naît vers 1345, fils de Guilhem Raymond Ier de Caumont (vers 1305-vers 1365) et d'Esclarmonde des Pins (née vers 1310).



Mariage de Nompar de Caumont avec Magne II de Castelnaud

Nompar de Caumont épouse en 1384 Magne II de Castelnaud. Leurs enfants sont :

Nompar de Caumont, puissant seigneur Agenais, est fidèle au roi d'Angleterre.



Naissance de Guilhem-Raymond II de Caumont

Guillaume ou Guilhem-Raymond II de Caumont naît vers 1385, fils de Nompar de Caumont, Seigneur de Samazan, et de Magne II de Castelnaud.



Mort de Nompar de Caumont Seigneur de Samazan

Nompar de Caumont meurt vers 1400.



Mariage de Pons de Beynac avec Magne II de Castelnaud

Magne II de Castelnaud est veuve de Nompar de Caumont.

Pons de Beynac épouse le mardi 1er octobre 1405 Magne II de Castelnaud.



Restitution à Brandélis de Caumont des biens confisqués à Jean Adam Nompar de Caumont

Le 25 mai 1447, Charles VII de France restitue à Brandélis de Caumont les biens confisqués à Jean Adam Nompar de Caumont, son frère.



Naissance de Jacques Nompar de Caumont

Jacques Nompar de Caumont naît en 1551 ou le 30 décembre 1558, fils de François de Caumont (1524-1572), Seigneur de Castelnaut, et de Philippa de Beaupoil (vers 1526-1558), Dame de La Force.



Mariage d'Armand de Gontaut-Biron avec Jeanne d'Ornezan

Armand de Gontaut-Biron épouse le 6 août 1559 Jeanne d'Ornezan, Dame d'Ornezan et de Saint-Blancard, fille de Bernard d'Ornezan, Lieutenant-général des galères du roi, et de Jeanne de Comminges. Leurs enfants sont :



Mort de Geoffroy de Caumont

Geoffroy de Caumont meurt en avril 1574 empoisonné par deux protestants, Rivière et Jean de Comarque, maître d'hôtel au château.

Ils ont proposé de livrer la ville aux catholiques, moyennant 1.000 écus.

Ils organisent ensuite une embuscade, permettant aux catholiques de s'emparer de la ville ainsi que d'autres possessions de la famille de Caumont.

Marguerite de Lustrac se réfugie à Gavaudun.

Geoffroy de Caumont a cumulé pendant 30 ans les dignités et bénéfices ecclésiastiques, tout en étant huguenot à couvert.

Selon le testament de Geoffroy de Caumont, Jacques Nompar de Caumont, Seigneur de la Force, son neveu, doit lui succéder.



Mariage de Jacques Nompar de Caumont avec Charlotte de Gontaut Biron

Jacques Nompar de Caumont épouse le 5 février 1577 Charlotte de Gontaut-Biron. Parmi leurs enfants citons :



Naissance d'Armand Nompar de Caumont

Armand Nompar de Caumont naît en 1580 ou en 1582.



Testament de Marguerite de Lustrac

Mort de Marguerite de Lustrac

Le 15 juin 1597, Marguerite de Lustrac teste en faveur de Jacques Nompar de Caumont, Seigneur de la Force … mais Anne de Caumont ne veut pas perdre son fief.

Marguerite de Lustrac meurt après 1597.



Accord pour Caumont

Henri IV de France s'entremet.

Par acte du 20 mai 1599, la place de Caumont est remise à François III d'Orléans et à Anne de Caumont alors que Jacques Nompar de Caumont reçoit Tonneins, Castelmoron et Castelnau en Périgord.

Il est également convenu que, dans le cas où Anne de Caumont décéderait sans enfants, Jacques Nompar de Caumont recevrait de plein droit le château et la seigneurie de Caumont.

François III d'Orléans et à Anne de Caumont prennent possession de Caumont. Ils en enlèvent le gouvernement à Geoffroy de Vivant et le remplacent par Hercule d'Argilemont.


François Ravaillac Louis XIII - par Pourbus en 1611

Mort d'Henri IV de France Roi de France

Louis XIII Roi de France

Louis XIII Roi de Navarre

Marie de Médicis Régente du Royaume de France

Nomination de Maximilien de Béthune au Conseil de régence

Le 14 mai 1610, François Ravaillac vole un couteau dans une auberge. Il se cache dans la rue de la Ferronnerie à Paris, dans l'actuel Quartier des Halles pour y guetter le passage du carrosse royal.

Henri IV de France décide de se rendre à l'Arsenal pour visiter Maximilien de Béthune qui est souffrant.

Jean-Louis de Nogaret, Jacques Nompar de Caumont, Jean III de Beaumanoir et Hercule de Rohan-Guémené accompagnent le roi dans son carrosse.

À 4 heures de l'après-midi, le convoi reste bloqué suite à un encombrement.

François Ravaillac profite de l'aubaine, se jette sur le roi et lui porte 2 coups de couteau : le premier glisse entre deux côtes, l'autre atteint la carotide droite.

Hercule de Rohan-Guémené est blessé.

François Ravaillac se réfugie ensuite dans un caveau dans la rue des Lombards toute proche (à l'actuel n 62) mais est rapidement retrouvé et maîtrisé. Il est ramené à l'Hôtel de Retz afin de lui éviter un lynchage, puis conduit à la Conciergerie.

Les armes d'Henri IV, sculptées sur le sol, indiquent aujourd'hui le lieu du régicide rue de la Ferronnerie.

Henri IV de France est inhumé à la basilique Saint-Denis le 26 juin 1610.

Louis XIII, âgé de 9 ans, est couronné roi de France et de Navarre à Reims le 17 octobre 1610.

Au sacre de Louis XIII, Jean III de Beaumanoir remplit les fonctions de grand maitre.

Jean Héroard, Seigneur de Vaugrineuse est premier médecin de Louis XIII.

Jean Héroard devient le premier médecin de Louis XIII. Il tiendra un journal où il consignera très précisément les détails de la santé et de la vie intime du roi.

Jean Héroard achète le château de Vaugrigneuse en Essonne dont il devient le seigneur.

Jean Héroard et François Achard, Seigneur du Pin sont chevalier de l'ordre du roi et gentilhomme ordinaire du Roi.

En sa qualité de colonel général de l'infanterie, Jean Louis de Nogaret prend le contrôle de la capitale et assure la transmission de la totalité du pouvoir à Marie de Médicis, au mépris des dispositions d'Henri IV de France qui instituaient un conseil de régence.

Le pouvoir est alors assuré par Marie de Médicis, qui gouverne le royaume comme régente au nom de Louis XIII, son fils beaucoup trop jeune pour régner.

Marie s'implique dans les affaires politiques de la France. Elle commence par garder les conseillers de son mari.

Mais Marie de Médicis fait de Concino Concini son favori.

François Ravaillac ayant commis son crime après le couronnement de Marie de Médicis, ouvre ainsi les portes du pouvoir à l'autorité légitime des catholiques proches de l'Espagne.

Connu pour être un homme prétentieux et arrogant, Concino Concini néglige de cultiver l'amitié du prince héritier Louis XIII.

Le cardinal François de Joyeuse perd son influence sous la régence de Marie de Médicis. Henri II de Rohan est écarté de la Cour par la régente.

Pendant les troubles de la régence, Catherine de Clèves conseillera à son fils Charles Ier de Lorraine de ne pas participer aux soulèvements nobiliaires. Les Guise sont donc un des soutiens les plus fermes du gouvernement de Marie de Médicis.

Maximilien de Béthune est nommé membre du Conseil de régence et prépare le budget de 1611.


Jacques Nompar de Caumont – source gallica.bnf.fr

Jacques Nompar de Caumont Maréchal de France

Jacques Nompar de Caumont, Duc de La Force, est fait Maréchal de France en 1621 ou 1622 par Louis XIII.



Prise de Caumont

Le 21 juin 1621, Jacques Nompar de Caumont part de Tonneins à la tête des réformés et marche sur Caumont qu'il prend. A peine maîtres de la ville, les Réformés mettent la ville au pillage et profanent l'église paroissiale.

Jacques Nompar de Caumont ne reste que 2 heures à Caumont et en laisse le commandement à Armand de Caumont, Marquis de la force, son fils aîné.

S'attendant a une contre attaque d'Henri de Mayenne qui convoite cette place forte, il la pourvoit en vivres et munitions ainsi que de 2000 hommes en armes.

Le dimanche 24 juin 1621, Henri de Mayenne arrive au Mas d'Agenais avec 3 000 hommes, va reconnaître Caumont et en fait le siège.

Le mercredi 27 juin 1621, vers les 4 heures du soir, le feu s'ouvre sur les retranchements. Une véritable grêle de plombs s'abat sur Caumont. Impassible, sur l'autre rive du fleuve, du côté de Tonneins, Jacques Nompar de Caumont assiste à la ruine des siens

Les réformés abandonnent le terrain tandis que Henri de Mayenne entre triomphant dans la ville.

Vers 10 heures du soir, le baron d'Eymet quitte la ville à la faveur de la nuit tombante... la retraite s'effectue silencieusement lorsqu'une troupe de réformés, déjà hors de la ville, s'aperçoit qu'elle n'a pas pris de munitions. Ils font demi-tour et rentrent s'en procurer. Ils entrent dans l'église qui servait de dépôt de poudres. Une explosion retentit et l'église saute. L'épaisse fumée favorise la retraite des huguenots. Ils sont 1 200 en fuite vers Casteljalou.

Henri de Mayenne est maître de la place.

Le lendemain, 29 juin 1621, tous les réformés restés dans Caumont abjurent leur foi dans l'église du Mas d'Agenais



Siège de Montauban

Blessure de Louis de Marillac

Mort d'Emmanuel Philibert des Prez

Siège de Montheurt

Rattachement du Béarn et de la Navarre au Royaume de France

Mort de Charles d'Albert Duc de Luynes

Louis-Charles d'Albert Duc de Luynes

Honoré d'Albert d'Ailly Gouverneur d'Amiens

Henri II de Rohan, chef protestant, défend Montauban.

Le 17 août 1621, Louis XIII et le connétable Charles d'Albert installent leur quartier général près de Moissac, dans le château de Piquecos d'où ils dirigent le siège de Montauban.

Honoré d'Albert d'Ailly sert aux sièges de Montauban.

Jean de Saint-Bonnet participe au siège de Montauban.

Louis de Marillac sert en qualité de maréchal de camp à ce siège où il est blessé.

Maximilien de Béthune intervient dans les luttes entre les protestants français et la royauté lors de ce siège.

Emmanuel Philibert des Prez meurt lors de ce siège.

La prise des villages alentour ayant été accomplie, le siège de la citadelle peut commencer.

Les protestants montalbanais mettent en place une défense acharnée de la ville, motivée par la foi religieuse. Ils disposent de vivres abondantes, et sont commandés par :

Espérant une reddition rapide, Louis XIII ordonne une nuit de septembre 1621 de faire tirer simultanément 400 coups de canon sur la ville. Mais cela ne vient pas à bout de la défense montalbanaise. Les arrières de l'armée royale sont de plus harcelés par Henri II de Rohan.

Henri de Schomberg dirige l'artillerie royale lors du siège de Montauban.

Louis XIII échoue en grande partie du fait de l'incompétence de Charles d'Albert et se voit contraint de lever le siège le 6 novembre 1621.

Le Béarn et la Navarre sont rattachés au Royaume.

Charles d'Albert meurt de la scarlatine durant le siège de Montheurt, alors qu'il est déjà tombé en disgrâce.

Honoré d'Albert d'Ailly, son frère, obtient le gouvernement des villes et citadelle d'Amiens.

Louis-Charles d'Albert, son fils, devient 2e Duc de Luynes.



Honoré d'Albert d'Ailly et Jacques Nompar de Caumont en Picardie

Honoré d'Albert d'Ailly commande avec Jacques Nompar de Caumont, Duc de La Force, l'armée de Picardie en 1625. Ils maintiennent la Picardie dans l'obéissance à Louis XIII.



Prise de la forteresse de La Mothe

Mort d'Antoine de Choiseul d'Ische

Jacques Nompar de Caumont enlève en 1627 la forteresse de La Mothe défendue par Antoine de Choiseul d'Ische.

Antoine de Choiseul d'Ische meurt lors de cette bataille.



Sécession du Languedoc du Royaume de France.

Claude de Hautefort Prisonnier

Mort de Claude de Hautefort

Le 22 juillet 1632, la province de Languedoc fait sécession du Royaume de France. Une partie de la petite noblesse suit Henri II de Montmorency dans la rébellion mais la ville de Toulouse reste fidèle au roi.

Carcassonne et Narbonne refusent d'accueillir l'armée des rebelles qui erre alors dans le Languedoc sans but précis.

En 1632, suite à une sombre affaire de Cour, Claude de Hautefort, Vicomte de Cheylane et Privas, gouverneur du Puy, commandant en Vivarais pour Gaston de France et Henri II de Montmorency, est battu et fait prisonnier par Jacques Nompar de Caumont.

Claude d'Hautefort de Lestrange, Vicomte de Lestrange, de Cheylane et de Privas, Baron de Boulogne, Gouverneur du Puy en 1621

Conduit au Pont-Saint-Esprit dans le Gard, Claude d'Hautefort est fouetté publiquement en août 1632.

Claude d'Hautefort meurt en septembre 1632 exécuté par Machault, intendant de Languedoc, malgré Jacques Nompar de Caumont, qui lui a fait grâce de la vie.

Les privadois assiste à cette humiliation en mémoire de laquelle un pont sur l'Ouvèze est construit.

Cet épisode scelle la réconciliation des privadois avec le pouvoir royal.



Naissance d'Antonin Nompar de Caumont

Antonin Nompar de Caumont naît à Lauzun dans le Lot-et-Garonne en 1633.



Siège de La Mothe

La place forte de La Mothe-en-Bassigny domine la rivière du Mouzon de 190 mètres. Elle est longue d'environ 700 mètres, et large de 250 mètres. Elle est puissamment fortifiée : 8 bastions reliés par une courtine haute de 20 mètres, précédée d'un large fossé taillé dans le roc et profond d'environ 2,50 m, lui-même défendu par une contrescarpe, imposant ouvrage extérieur en maçonnerie.

Mi-mars 1634, le siège commence par la destruction des villages alentours de Soulaucourt et d'Outremecourt puis la construction de fortins pour contrôler les accès.

Le 18 mai 1634, la forteresse de Bitche tombe. Les troupes de Jacques Nompar de Caumont et tous les canons lourds des environs plus les mortiers de Lyon et Roanne s'installent et se retranchent.

Le 5 juin 1634, les tirs d'artillerie et la préparation de la sape commencent. Le gouverneur de La Mothe, Antoine de Choiseul d'Ische, est tué par un éclat d'obus. Ses obsèques se font dans la plus grande discrétion. Il est remplacé par son lieutenant Sarazin de Germainvillers.

Le bastion St-Nicolas saute, ouvrant une brèche. La capitulation est signée le 26 juillet 1634. Richelieu attache un grand prix aux archives ducales qui y sont entreposées, dans le but de trouver des arguments sur les droits de Louis XIII sur la Lorraine. La garnison, qui a perdu la moitié de son effectif, sort avec armes et bagages.

La Mothe est l'une des 3 places fortes à être remise en état. Les autres sont démantelées par les habitants réquisitionnés.



Prise de Colmar

Prise d'Heidelberg

Urbain de Maillé-Brézé reçoit le commandement de l'armée d'Allemagne avec Jacques Nompar de Caumont en 1634,

Urbain de Maillé-Brézé prend Colmar puis Heidelberg aux Impériaux en décembre 1634.


Jacques Nompar de Caumont - par Daniel Dumonstier en 1633

Jacques Nompar de Caumont Duc de La Force et Pair

Le 5 octobre 1637, Jacques Nompar de Caumont accède à la dignité de Duc de La Force et Pair.



Siège de Saint-Omer

En 1638, Thomas-François de Savoie-Carignan bat Jacques Nompar de Caumont, et lui fait lever le siège de Saint-Omer.



Mariage de Jacques Nompar de Caumont avec Anne de Mornay

Jacques Nompar de Caumont est veuf de Charlotte de Gontaut Biron.

Jacques Nompar de Caumont épouse vers 1640 Anne de Mornay (1582-vers 1640), Dame de La Tabarière.



Mort d'Anne de Caumont

Anne de Caumont meurt le 11 ou le 17 juin 1642 après avoir institué héritier Henri II de Valois-Longueville, Duc de Longueville, son neveu.

Elle laisse plus de 50 000 écus de legs pieux

Lui succède alors Jacques Nompar de Caumont.



Mariage de Jacques Nompar de Caumont avec Isabelle Louise de Clermont

Jacques Nompar de Caumont est veuf d'Anne de Mornay.

Jacques Nompar de Caumont épouse vers 1647 Isabelle Louise de Clermont (1594-1648).



Mort de Jacques Nompar de Caumont Maréchal de France

Jacques Nompar de Caumont meurt à Bergerac le 10 mai 1652. Il est inhumé aux Milandes.



Armand Nompar de Caumont Maréchal de France

Armand Nompar de Caumont, Duc de La Force, est fait Maréchal de France en 1652 par Louis XIV.



Antonin Nompar de Caumont Cadet de Gascogne

Antonin Nompar de Caumont est envoyé par son père auprès d'Antoine III de Gramont, son cousin, qui le fait inscrire dans une des nombreuses académies militaires de Paris comme simple cadet de Gascogne.



Mariage de Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon avec Charlotte de Caumont La Force

Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon épouse en 1653 Charlotte de Caumont La Force, fille d'Armand Nompar de Caumont. Ils n'eurent pas d'enfants.



Liaison d'Antonin Nompar de Caumont avec Catherine Charlotte de Gramont

À la cour de France, les méchantes langues affirment que Catherine Charlotte de Gramont, épouse de Louis Ier de Monaco, entretient une liaison avec Antonin Nompar de Caumont, son cousin.

Une disgrâce relègue Louis Ier Grimaldi et Catherine Charlotte de Gramont dans la principauté monégasque où Louis serait appelé un jour à régner.

Antonin Nompar de Caumont déguisé en serviteur la suit.



Disgrâce passagère d'Antonin Nompar de Caumont

Antonin Nompar de Caumont Capitaine des gardes

En 1669, Louis XIV promet à Antonin Nompar de Caumont la charge de Grand maître de l'artillerie de France, mais il a la maladresse de se vanter de cette promesse. Louis XIV la révoque.

S'ensuit une scène épouvantable, où Antonin Nompar de Caumont brise son épée devant le roi qui jette lui-même sa canne par la fenêtre pour ne pas frapper un gentilhomme.

Cet épisode vaut à Antonin Nompar de Caumont de séjourner quelques jours à la Bastille.

De retour à la Cour, Antonin Nompar de Caumont retrouve la faveur du roi qui le nomme capitaine des gardes.



Aventure d'Anne-Marie-Louise d'Orléans avec Antonin Nompar de Caumont

En 1670, Anne-Marie-Louise d'Orléans a une aventure avec Antonin Nompar de Caumont, un gentilhomme, bellâtre et volage, de 6 ans son cadet. Elle le demande en mariage.

Louis XIV y consent mais, sans doute sur les représentations de la reine Marie-Thérèse d'Autriche et des princes du sang, se ravise après 3 jours.



Antonin Nompar de Caumont Prisonnier

Le 25 novembre 1671, Antonin Nompar de Caumont est arrêté sur ordre du roi par M. de Rochefort, capitaine des gardes du corps de service, accompagné par Louis de Forbin, major-général des compagnies de gardes du corps.

Les historiens ne sont pas certains des raisons de son arrestation :

Antonin Nompar de Caumont est alors conduit et emprisonné à Pignerol par d'Artagnan escorté de 100 mousquetaires.

Là, Antonin Nompar de Caumont retrouve Nicolas Fouquet, sous la garde de Bénigne Dauvergne de Saint-Mars.



Mort d'Armand Nompar de Caumont

Armand Nompar de Caumont meurt en 1672 ou 1675.



Mariage de Guy Aldonce II de Durfort avec Geneviève de Frémont d'Auneuil

Guy Aldonce II de Durfort fait un mariage de raison destiné à améliorer sa situation financière délicate.

Guy Aldonce II de Durfort épouse le 19 mars 1676 Geneviève de Frémont d'Auneuil.

Leurs enfants sont :



Libération d'Antonin Nompar de Caumont

Louis-Auguste de Bourbon Prince de Dombes et Comte d'Eu

Mariage d'Antonin Nompar de Caumont avec Anne-Marie-Louise d'Orléans

Cession de la baronnie de Thiers

En 1681, Anne-Marie-Louise d'Orléans est victime d'un chantage mené par Françoise d'Aubigné.

Anne-Marie-Louise d'Orléans obtient la libération d'Antonin Nompar de Caumont.

En échange, elle cède à Louis-Auguste de Bourbon, bâtard légitimé de Louis XIV, la principauté de Dombes et le Comté d'Eu.

Il est probable qu'Antonin Nompar de Caumont épouse alors secrètement Anne-Marie-Louise d'Orléans mais n'y trouve pas son bonheur.

Antonin Nompar de Caumont reçoit la baronnie de Thiers en cadeau d'Anne-Marie-Louise d'Orléans en 1681.



Séparation d'Antonin Nompar de Caumont et d'Anne-Marie-Louise d'Orléans

Antonin Nompar de Caumont se lasse bientôt d'Anne-Marie-Louise d'Orléans, à moins qu'elle ne s'en soit elle-même lassée.

Antonin Nompar de Caumont et Anne-Marie-Louise d'Orléans se séparèrent dès 1684.

Il reprend sa carrière de courtisan ambitieux et de séducteur invétéré.



Glorieuse Révolution en Angleterre

Naissance de Jacques François Édouard Stuart

Débarquement de Guillaume III d'Orange-Nassau et de Marie II d'Angleterre

Fuite de Jacques II Stuart

La Glorieuse Révolution d'Angleterre (en anglais Glorious Revolution ou Bloodless Revolution), aussi appelée Seconde Révolution anglaise dure de 1688 à 1689. Elle instaure une monarchie constitutionnelle et parlementaire à la place du gouvernement autocratique des Stuarts.

Jacques François Édouard Stuart, dit le chevalier de Saint-George, naît au palais Saint-Jacques à Londres le 20 juin 1688, fils de Jacques II Stuart et de Marie Béatrix Éléonore de Modène. Il est Prince de Galles. La naissance d'un héritier mâle repousse Marie II d'Angleterre dans la ligne de succession et achève d'aliéner à Jacques II Stuart la sympathie d'une partie de ses sujets qui craignent que le garçon reçoive une éducation catholique.

Mais le souvenir encore frais de la guerre civile, assorti d'un certain loyalisme, dissuadent tout mouvement violent.

Bien qu'il n'y eût aucune preuve, certains estiment que ce fils a été apporté comme substitut de l'enfant mort-né. Mais Marie Béatrix Éléonore de Modène, la mère, proclame publiquement la légitimité du garçon.

L'opposition protestante se tourne donc d'abord vers Anne Ire de Grande-Bretagne et Georges de Danemark. Mais le 30 juin 1688, les Sept Immortels (en anglais Immortal Seven), une conspiration puissante de grands seigneurs, invite secrètement Guillaume III d'Orange-Nassau, résidant aux Pays-Bas avec Marie II d'Angleterre, à se rendre en Angleterre accompagné d'une armée.

Au départ, Guillaume était un peu réticent, jaloux de la position de sa femme, craignant qu'elle ne devienne plus puissante que lui. Marie expliqua alors à son mari qu'elle n'aspirait à aucun pouvoir politique. Il rend ses intentions officielles et publiques en septembre 1688.

Ils débarquent avec une petite armée anglo-hollandaise le 5 novembre 1688, à Brixham (Torbay) dans le Devon.

Charles Talbot, chambellan de Jacques II Stuart, désapprouvant sa politique, quitte son service, et favorise l'entreprise de Guillaume III d'Orange-Nassau.

Élu du parti Whig, Robert Harley combat aux côtés de Guillaume III d'Orange-Nassau.

Sidney Godolphin est membre du Conseil des cinq nommés par Jacques II Stuart pour le représenter à Londres, quand il rejoint l'armée, après le débarquement de Guillaume III d'Orange-Nassau.

Avec Halifax et Nottingham, Sidney Godolphin est bientôt nommé commissaire pour négocier avec Guillaume III d'Orange-Nassau.

La confiance des Anglais envers Jacques II Stuart est si ténue qu'ils ne tentent rien pour le sauver.

Anne Ire de Grande-Bretagne et Georges de Danemark approuve le renversement de Jacques II Stuart.

Georges de Danemark est alors le chef nominal du Lord High Admiral's Regiment qui sera dissout l'année suivante. Le régiment de Hollande prendra sa place comme 3e régiment d'infanterie, avec le prince George comme colonel honoraire.

Pris de panique, Jacques II Stuart fuit sans combattre.

Jacques II Stuart est arrêté dans le Kent, le 11 décembre 1688

Une seconde tentative, le 23 décembre 1688, réussit. Jacques II Stuart trouve refuge, avec son épouse et leur fils, auprès de son cousin germain Louis XIV, comme nombre de ses partisans (les Jacobites).

Antonin Nompar de Caumont ramène à Saint-Germain-en-Laye la famille de Jacques II Stuart. Il est alors décoré de l'ordre de la Jarretière.

Marie II d'Angleterre est troublée par les circonstances de la déposition de son père, mais Guillaume III d'Orange-Nassau lui ordonne de paraître joyeuse à leur arrivée triomphante à Londres le 28 décembre 1688.

En conséquence, on lui reproche d'être indifférente à la situation de son père qui écrit une diatribe critiquant sa déloyauté. Elle en est profondément affectée.

John Churchill abandonne Jacques II Stuart. Le nouveau roi Guillaume III d'Orange-Nassau le maintient à l'écart.


Bataille de la baie de Bantry Bataille de la baie de Bantry

Bataille navale de la baie de Bantry

Débarquement en Irlande de Jacques II Stuart

Pour contrer la Ligue d'Augsbourg, Louis XIV envoie un corps expéditionnaire en Irlande pour aider Jacques II Stuart à reconquérir le trône et ainsi déplacer la guerre en Angleterre.

Antonin Nompar de Caumont commande cette expédition.

La flotte française, commandée par François-Louis Rousselet, part de Brest le 6 mai 1689 et amène en Irlande le corps expéditionnaire de 8 000 hommes.

La flotte anglaise de l'amiral Herbert navigue près des côtes irlandaises pour l'intercepter.

Le 11 mai 1689, la flotte française bat la flotte anglaise dans la baie de Bantry.

L'armée franco-jacobite peut ainsi débarquer et commencer l'expédition d'Irlande.

Capitaine du HMS Edgar, Cloudesley Shovell est présent lors de cette combat.

À l'issue de la bataille, Cloudesley Shovell et le capitaine John Ashby sont fait chevaliers par Guillaume III d'Orange-Nassau.


Antonin Nompar de Caumont Duc de Lauzun

Antonin Nompar de Caumont Duc de Lauzun

Déjà marquis de Puyguilhem et comte de Saint-Fargeau, Antonin Nompar de Caumont devient le premier duc de Lauzun en 1692.



Mariage d'Antonin Nompar de Caumont avec Geneviève-Marie de Durfort

Antonin Nompar de Caumont épouse en 1695 Geneviève Marie de Durfort, fille de Guy Aldonce II de Durfort et de Geneviève de Frémont d'Auneuil.


Françoise Charlotte Amable d'Aubigné vers 1694 avec sa tante Mme de Maintenon - par Louis Elle Ferdinand II (the elder) - 1688

Adrien Maurice de Noailles Gouverneur du Roussillon

Adrien Maurice de Noailles Gouverneur du Berry

Mariage d'Adrien Maurice de Noailles avec Françoise Charlotte Amable d'Aubigné

À la suite d'Anne Jules de Noailles, son père, Adrien Maurice de Noailles devient gouverneur du Roussillon le 6 mars 1698.

Parallèlement, Adrien Maurice de Noailles est gouverneur du Berry du 14 mars 1698 à 1715.

Louis XIV aurait souhaité marier Françoise Charlotte Amable d'Aubigné au prince de Marcillac, petit fils de Mr de la Rochefoucauld, mais Mme de Maintenon détestant la Rochefoucauld (ami de Mme de Montespan), propose Adrien Maurice de Noailles.

Adrien Maurice de Noailles épouse à Paris et à Versailles les 30 et 31 mars 1698 Françoise Charlotte Amable d'Aubigné. Leurs enfants sont :

Françoise Charlotte d'Aubigné est la nièce et l'héritière de Mme de Maintenon.

Louis Antoine de Noailles (1651-1729), Duc de Saint-Cloud est témoin.

Mme de Maintenon donne 600 000 livres de dot.

Louis XIV donne :

Anne Jules de Noailles donne 38 000 livres de rente au soleil, plus 30 000 livres de rente.

Le ménage ne sera pas très heureux.



Cession de la baronnie de Thiers

Le 4 septembre 1714, Antoine II Crozat achète la baronnie de Thiers à Antonin Nompar de Caumont.



Condamnation de Paul Poisson de Bourvallais

L'opulence de Paul Poisson de Bourvallais, ses palais dont son hôtel particulier place des victoires, ses 15 seigneuries, qui couvrent une partie de la Brie, ses 10 ou 12 charges le désignent à la vindicte publique.

Ses détracteurs le qualifient de premier Maltrôtier du Royaume.

Paul Poisson de Bourvallais est accusé de malversations.

En 1716, il est embastillé.

La Chambre de justice, dirigée par le Adrien Maurice de Noailles le sanctionne. Il est taxé de 4 400 000 livres.

Il doit défaire du Château de Champs-sur-Marne et est exproprié de l'hôtel de Bourvallais.

Il refuse de vendre Château de Champs-sur-Marne à Antonin Nompar de Caumont qui lui propose 1 500 000 livres.



Mort d'Antonin Nompar de Caumont

Antonin Nompar de Caumont meurt le 10 novembre 1723 sans descendance.



Cession du château de Vauréal

En 1786, Louis François Joseph de Bourbon-Conti cède le château de Vauréal à Adélaïde de Galard de Brassac de Béarn (1739-1829).

Adélaïde de Galard de Brassac de Béarn est veuve du marquis Bertrand Nompar de Caumont (1724-1773).

Elle est surintendante de la maison des enfants de Charles X de France.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !