Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



16 événements affichés, le premier en 1808 - le dernier en 1940



Mariage de François Ier d'Autriche avec Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine-Este

François Ier d'Autriche épouse en 1808 Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine-Este dite Maria Ludovika (1787-1816).

Elle sera la première grand-marâtre de Napoléon II.


Marie-Louise d'Autriche par Gérard François Pascal Simon

Mariage de Napoléon Ier avec Marie-Louise d'Autriche

Napoléon Ier hésite entre la sœur de l'empereur de Russie et la fille de l'empereur d'Autriche.

Il accepte finalement l'offre de l'empereur d'Autriche.

Ce mariage a pour objectif de cimenter les relations entre la France et l'Autriche, qui ont connu 18 ans de guerre.

J'épouse un ventre ! dit Napoléon.

Il prend des leçons de maintien et apprend la valse.

De son côté, Marie-Louise d'Autriche accepte de se sacrifier pour le bonheur de l'État.

Épris de Marie-Louise d'Autriche, François IV de Modène doit renoncer à la jeune fille.

Un mariage est d'abord célébré par procuration, à Vienne, le 11 mars 1810, comme le veut la tradition.

Puis Marie-Louise vient en France.

Impatient, l'empereur ne se contient pas et va à la rencontre du carrosse à Compiègne, le 27 mars 1810.

Le soir même, sans attendre le mariage officiel, il initie sa jeune épouse à ses devoirs conjugaux.

Le lendemain, béat, il glisse à son aide de camp Savary : Mon cher, épousez une Allemande, ce sont les meilleures femmes du monde, douces, bonnes, naïves et fraîches comme des roses !

Napoléon épouse à Saint-Cloud le lundi 1 avril 1810 Marie-Louise d'Autriche.

Leur enfant est :

Le contrat de mariage est signé le 2 avril 1810 au Louvre à Paris.

Pendant 3 semaines, ils vivent une lune de miel, coupée du monde.

Marie-Louise d'Autriche devient Impératrice des Français.

Marie-Caroline d'Autriche s'indigne du mariage de sa petite-fille avec son ennemi juré.


Marie-Louise d'Autriche veillant sur le sommeil du roi de Rome - Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé la nourrice debout Napoléon-François-Charles-Joseph Bonaparte - Thomas Lawrence - 1818-1819 - Fogg Art Museum - Harvard University Art Museums

Naissance de Napoléon II

Napoléon II Roi de Rome

Napoléon-François-Charles-Joseph-Bonaparte ou Napoléon II naît au palais des Tuileries à Paris le 20 mars 1811, fils de Napoléon Ier et de l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche.

Des complications ont eu lieu lors de l'accouchement.

Napoléon dit alors de sauver en priorité la mère, contrairement à l'usage qui est de sauver l'enfant.

Ce qui équivaut à sauver l'alliance autrichienne avant d'avoir d'autres enfants.

L'enfant est rapidement confié à Mme de Montesquiou, surnommée maman Quiou, qui devient sa gouvernante.

Les vœux de Napoléon sont comblés : Marie-Louise d'Autriche le rend père d'un héritier qu'il a tant désiré, car c'est pour l'obtenir qu'il a divorcé d'avec Joséphine de Beauharnais.

Le clergé et tous les corps de l'État saluent le berceau du nouveau-né par des discours et des harangues dont la flatterie, quoique exagérée, n'a pourtant rien d'extraordinaire dans cette circonstance.

François Étienne Christophe Kellermann porte la queue du manteau du Roi de Rome lors de son baptême.

Le jeune prince reçoit, dès sa naissance, le titre de roi de Rome en vertu du sénatus-consulte du 17 février 1810.

Ce titre est destiné à rappeler au pape Pie VII que Rome n'est plus que le chef-lieu de l'un des 130 départements français.

En outre Napoléon capte ainsi l'héritage de l'Empire romain germanique : plus précisément les Électeurs avaient la possibilité de désigner un successeur du vivant de l'empereur, cet héritier recevant alors le titre de roi des Romains.

Napoléon Ier installe Napoléon II au Château de Meudon.


Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé

Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé nourrice de Napoléon II

Napoléon Ier charge Henri Gatien Bertrand de choisir une nourrice pour son futur enfant.

Pas moins de 1 200 femmes sollicitent cette fonction : femmes de marchands, d'avocats...

On sélectionne d'abord 200 personnes pour finir à 3.

Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé est choisie.

Le critère retenu a été sa santé, son physique et plus particulièrement sa forte poitrine afin qu'elle puisse allaiter concurremment :

Elle est décrite comme une grosse mère, fraîche, ronde, très saine, dont la figure, sous le bonnet parisien ruché qui l'encadre, prend un air de bonne humeur riante.

Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé est nourrice de mars 1811 à fin 1813 sous la surveillance de Mme de Montesquiou, gouvernante.

Elle a 3 berceuses à ses ordres.

Ses gages s'élèvent à 2 400 francs par an.



Cessation de la mission de Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé comme nourrice de Napoléon II

À fin 1813, Napoléon II cesse d'être allaité par Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé.

Considérée comme une bonne nourrice et appréciée, Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé reçoit en remerciements :


Adieu de Napoléon à la garde impériale - par Antoine Alphonse Montfort d'après Horace Vernet - huile sur toile de 98 x 130 cm - Musée national des Châteaux de Versailles et de Trianon

Prise de Paris

Abdication de Napoléon Ier

Napoléon II Empereur des Français

Traité de Fontainebleau

Napoléon II Prince de Parme

En 1814, Jean-Jacques Régis de Cambacérès est, sans le titre, le véritable régent de France, ce qui ne l'empêche pas de voter au Sénat la déposition de Napoléon Ier.

Se trouvant à Paris le 1er avril 1814, François Étienne Christophe Kellermann vote au sénat la déchéance de Napoléon Ier et la création d'un gouvernement provisoire.

François Étienne Christophe Kellermann est compris dans la première organisation de la Chambre des pairs.

Alors aide de camp du maréchal Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont, Charles-Marie Denys de Damrémont signe la capitulation de Paris en 1814.

Après la campagne de France et la prise de Paris, Marie-Louise d'Autriche et Napoléon II, son fils, résident à Rambouillet puis à Blois.

Napoléon réside à Fontainebleau.

Le 4 avril 1814, Napoléon rédige un acte d'abdication réservant les droits de son fils.

Napoléon II devient ainsi Empereur des Français du 4 avril au 6 avril 1814.

Le 6 avril 1814, Napoléon doit finalement renoncer à la couronne pour lui et sa descendance.

Par l'article 5 du traité de Fontainebleau du 11 avril 1814, Napoléon II devient Prince de Parme, étant le fils et l'héritier de Marie-Louise d'Autriche, la nouvelle duchesse souveraine de Parme, Plaisance et Guastalla.

François Ier d'Autriche rentre en possession de la plus grande partie de ses États.

Dans la nuit du 12 au 13 avril 1814, Napoléon Ier tente vainement de se suicider.

Le 20 avril 1814, Napoléon Ier fait ses adieux à ses troupes et part pour l'île d'Elbe. Il prononce un discours resté fameux à sa garde dans la cour dite depuis cour des Adieux.

Continuez à servir la France, son bonheur était mon unique pensée !...

Depuis vingt ans, vous vous êtes toujours conduits avec bravoure et fidélité !...

Henri Gatien Bertrand suit l'Empereur à l'île d'Elbe où il exercera les fonctions de ministre de l'Intérieur et de gouverneur des affaires civiles.

Marie-Louise d'Autriche est convaincue par son père de retourner à Vienne. Un convoi part le 23 avril 1814 et emmène Marie-Louise d'Autriche et Napoléon II à Vienne. Elle ne reverra plus jamais Napoléon.

Marie-Caroline d'Autriche critique vertement la mollesse de Marie-Louise d'Autriche, sa petite-fille.



Acte additionnel aux constitutions de l'empire

Champ de mai

L'acte additionnel aux constitutions de l'empire du 22 avril 1815 rend à Napoléon II le titre de prince impérial.

À l'imitation des anciens Champs de mai, Napoléon Ier réunit au Champ de Mars de Paris, les députations de tous les collèges électoraux et des corps de l'armée.

Cette assemblée, annoncée pour le 26 mai 1815, ne peut avoir lieu que le 1er juin 1815.

Napoléon Ier y proclame l'Acte additionnel aux constitutions de l'Empire.

Jean-Jacques Régis de Cambacérès reprend du service pendant les Cent-Jours.


Congrès de Vienne - par Jean-Baptiste Isabey - Talleyrand deuxième homme assis en partant de la droite

Congrès de Vienne

Marie-Louise d'Autriche Duchesse de Parme, Plaisance et Guastalla

Frédéric-François Ier de Mecklembourg-Schwerin Grand-duc de Mecklembourg-Schwerin

L'acte du Congrès de Vienne est signé le 9 juin 1815.

Victor-Emmanuel Ier de Savoie reçoit le territoire de la défunte république de Gênes

L'article 99 remet en cause les droits sur Parme de Napoléon II. Marie-Louise d'Autriche devient à titre viager duchesse de Parme, de Plaisance et de Guastalla, où elle règne jusqu'à sa mort.

Mais suite à la désastreuse Campagne de Russie et à la politique française de plus en plus répréssionnaire, Maximilien Ier Joseph de Bavière se range finalement du coté de la coalition antinapoléonienne.

Lors du Congrès de Vienne, Maximilien Ier Joseph de Bavière se voit reconnaître les annexions territoriales de 1801, son titre royal et retrouve le Palatinat rhénan.

Pour se venger de sa fidélité à Napoléon Ier, les Alliés enlèvent à Frédéric-Auguste III de Saxe le duché de Varsovie ainsi qu'une grande partie de ses États héréditaires qui sont attribuée à la Prusse.

Le partage de la Pologne de 1795 est confirmé.

Le congrès de Vienne attribue au tsar Alexandre Ier de Russie le duché de Varsovie.

La partie administrée par la Russie est agrandie.

Un royaume du Congrès est créé dont le tsar de Russie est le roi.

On parle même de donner le royaume entier à la Prusse, Frédéric-Auguste III de Saxe recevant en compensation la Rhénanie récemment libérée du joug Français. Il conserve son trône à grand peine.

Les négociateurs de Frédéric-Guillaume III de Prusse obtiennent de vastes territoires notamment en Rhénanie sauf l'annexion de toute la Saxe qu'il espérait.

La Prusse est désormais un état bipolaire séparé par les pays Hessois.

Ayant retrouvé son trône et sa pleine liberté d'action, Frédéric-Guillaume III de Prusse abandonne rapidement les promesses faites à son peuple de doter la Prusse d'une constitution.

Le Congrès de Vienne conserve la principauté de Sigmaringen indépendante et la laisse à Aloys Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen, son propriétaire légitime.

Après le congrès de Vienne, Frédéric-François Ier de Mecklembourg-Schwerin devient Grand-duc de Mecklembourg-Schwerin en 1815.

Le Congrès de Vienne élève Charles II de Mecklembourg-Strelitz au titre de Grand-duc de Mecklembourg-Strelitz.

Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld reçoit du Congrès de Vienne un petit territoire.

Frédéric Ier de Saxe-Hildburghausen rejoint la Confédération germanique.

Le Mecklembourg-Strelitz rejoint la Confédération germanique en 1815.


Napoléon II

Seconde abdication de Napoléon Ier

Napoléon II Empereur des Français

Louis XVIII Roi de France

À la fin des Cent-Jours, l'abdication faite au palais de l'Élysée le 22 juin 1815 indique :

Ma vie politique est terminée, et je proclame mon fils, sous le titre de Napoléon II, empereur des Français.

Cette proclamation est approuvée par les deux chambres du Parlement : la chambre des représentants et la chambre des pairs.

Lazare Carnot fait partie du gouvernement provisoire.

Une commission de gouvernement se met en place et désigne Napoléon II qui se trouve alors à Vienne, dans tous ses documents, comme l'empereur, avant de se dissoudre le 7 juillet 1815.

Napoléon II aura été de droit empereur des Français, en son absence et probablement sans qu'il en soit conscient, l'espace de 15 jours.



Mariage de François Ier d'Autriche avec Caroline-Auguste de Bavière

François Ier d'Autriche épouse en 1816 Caroline-Auguste de Bavière, fille de Maximilien Ier Joseph de Bavière et d'Augusta Wilhelmine de Hesse-Darmstadt.

Caroline-Auguste de Bavière est la seconde grand-marâtre de Napoléon II.



Marie-Louise d'Autriche Duchesse de Parme à titre viager

Le traité du 10 juin 1817 retire définitivement à Napoléon II à la fois son titre de prince et ses droits sur Parme. Le duché de Parme est désormais dévolu aux Bourbon-Parme, qui succéderont à la duchesse.

Marie-Louise d'Autriche laisse son fils à Vienne pour s'en aller régner à Parme à titre viager.

On lui fait valoir que son fils est un bâtard au motif que le mariage de Joséphine avec Napoléon Ier n'a pas été annulé par le pape en personne.



Napoléon II Duc de Reichstadt

Par 4 patentes impériales du 22 juillet 1818, François Ier d'Autriche fixe le titre, les armes, le rang et les revenus de. Napoléon II son petit-fils. Il devient Duc de Reichstadt. Les revenus des domaines associés sont importants.

Le duché de Reichstadt n'est pas un duché souverain. Napoléon II ne s'y rendra jamais.

Reichstadt est une localité située en Bohême (aujourd'hui Zákupy en République tchèque).



Projet de trône pour Napoléon II

En 1830, on crie Vive Napoléon II dans les rues de Paris et l'on songe à lui pour un trône en Belgique ou en Pologne.



Mort de Napoléon II

Napoléon II meurt au palais de Schönbrunn à Vienne le 22 juillet 1832 de la tuberculose. Il est inhumé à Vienne dans la crypte des Capucins auprès des archiducs d'Autriche.

Durant le séjour de Napoléon II à Vienne son entourage n'utilisera comme prénom usuel que François ou Franz.

Il est le petit-fils favori, François Ier d'Autriche qui l'élève.

Il est chéri par toute sa famille Habsbourg qui a beaucoup de mal à comprendre l'attitude de Marie-Louise d'Autriche, retenue trop souvent dans son duché de Parme.

François Ier d'Autriche donne l'ordre qu'on ne lui parle pas de Napoléon Ier, son père. Mais si le sujet doit être abordé, il ne doit en aucun cas en être dit du mal, toute la Famille d'Autriche ayant conservé leur admiration à l'ennemi vaincu.

Napoléon II est intimement lié à Sophie Dorothée Wilhelmine Friederike de Bavière, sa tante, épouse de l'archiduc François-Charles, déjà mère de l'archiduc François-Joseph, futur empereur d'Autriche-Hongrie.

Elle assiste Napoléon II dans les derniers mois de sa vie. Les deux jeunes gens connurent durant une année un bonheur romantique, probablement le seul qui fut donné à Napoléon II.

Certains auteurs jugent plausible l'attribution de la paternité éventuelle de l'archiduc Maximilien, futur empereur du Mexique, à Napoléon II.

Le surnom de l'Aiglon lui sera attribué de manière posthume par Victor Hugo dans des poèmes écrits en 1852 et sera popularisé par Edmond Rostand.

La mort de Napoléon II fait de Napoléon III l'héritier de la couronne impériale.

Après avoir rencontré son oncle Joseph Bonaparte, Napoléon III organise ses réseaux en France, et prépare sa prise de pouvoir.



Mort de Jean Louis Auchard

Jean Louis Auchard, frère de lait de Napoléon II, meurt en 1871.

Il repose au cimetière de Lagny-sur-Marne dans la tombe où seront transférés les restes de Marie-Victoire-Joséphine Molliex-Gozé, sa mère.


Tombe de Napoléon II dans la crypte des Invalides

Transfert des cendres de Napoléon II aux Invalides

Éviction de Pierre Laval

Les cendres sont transférées le 15 décembre 1940 aux Invalides sur ordre d'Adolf Hitler.

Il repose dans une tombe proche de celle de son père et portant l'inscription Napoléon II Roi de Rome.

Adolf Hitler cherche à promouvoir la Collaboration.

La date est choisie pour avoir lieu 100 ans, jour pour jour, après le transfert des cendres de Napoléon Ier aux Invalides.

La cérémonie manque son effet; elle coïncida avec l'éviction de Pierre Laval.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !