Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



28 événements affichés, le premier en 1533 - le dernier en 1609


Catherine de Médicis

Mariage de Henri II de France avec Catherine de Médicis

François Ier de France veut s'allier avec Clément VII, lui-même Médicis, restaurant ainsi la paix entre la France et la papauté, faisant ainsi front commun contre Charles Quint.

Louis de Brézé et Diane de Poitiers appuient le choix de l'arrière petite-fille de Laurent le Magnifique, considérée comme une fille de marchands par les opposants à l'union.

Le contrat de mariage est signé à Marseille le 27 octobre 1533.

Henri II de France épouse à Marseille le 28 octobre 1533 Catherine de Médicis, sans grand enthousiasme. Leurs enfants sont :

Ils ne se voient que quelques jours avant les noces.

Catherine de Médicis est une femme intelligente et cultivée. Proche de François Ier de France, elle est vite appréciée par les français.

Henri II de France, malgré ses liaisons, reste attentionné vis à vis de sa femme.

Diane de Poitiers pousse Henri II à multiplier les visites nocturnes à sa femme lorsque les rumeurs de répudiation s'élèvent devant la stérilité prolongée du couple.

Durant les onze premières années de leur union, Catherine de Médicis ne donne aucun enfant à Henri II. Leurs enfants garderont de l'héritage syphilitique de François Ier de France et de Laurent le Magnifique une fragilité congénitale qui sera fatale à la survie de la dynastie.

Sur les 10 enfants seulement 3 survivront à l'âge adulte. Trois seront Roi de France : François II de France, Charles IX de France, Henri III de France.

Clément VII donne une messe fastueuse suivi d'un banquet et d'un bal masqué.

Françoise de Brézé, fille de Diane de Poitiers, est aux commandes de la maison de Catherine de Médicis.

Jacqueline de Rohan-Gyé est dame d'honneur de Catherine de Médicis.



Mariage de Nicolas de Lorraine avec Marguerite d'Egmont

Nicolas de Lorraine épouse à Bruxelles le 1er mai 1549 Marguerite d'Egmont. Leurs enfants sont :



Naissance de Louise de Lorraine-Vaudémont

Louise de Lorraine-Vaudémont naît au château de Nomeny le 30 avril 1553, fille de Nicolas de Lorraine et de Marguerite d'Egmont.



Mariage de Nicolas de Lorraine avec Jeanne de Savoie-Nemours

Nicolas de Lorraine est veuf de Marguerite d'Egmont.

Nicolas de Lorraine épouse à Fontainebleau le 24 février 1555 Jeanne de Savoie-Nemours, fille de Philippe de Savoie-Nemours, Duc de Nemours, et de Charlotte d'Orléans-Longueville. Leurs enfants sont :

Jeanne de Savoie-Nemours, est pour Louise de Lorraine-Vaudémont une belle-mère pleine d'attention, qui lui fait donner une solide instruction classique et l'introduit à la cour de Nancy à l'âge de 10 ans.



Mariage de Nicolas de Lorraine avec Catherine de Lorraine

Nicolas de Lorraine est veuf de Jeanne de Savoie-Nemours.

Nicolas de Lorraine épouse le 15 mai 1569 Catherine de Lorraine, fille de Claude II de Lorraine, Duc d'Aumale, et de Louise de Brézé. Leurs enfants sont :

Catherine de Lorraine est une cousine de la branche française des Lorraine-Guise.

Nicolas de Lorraine devient Duc de Mercœur en 1569.

Catherine de Lorraine est d'une méchanceté avérée envers Louise de Lorraine-Vaudémont et ses demi-frères et demi-sœurs issus du second lit de son père.



Rencontre d'Henri III de France et de Louise de Lorraine-Vaudémont

À 20 ans, grande, blonde au teint blanc, aux yeux brun clair très doux, voilés par une légère myopie, la silhouette fine et racée, Louise de Lorraine-Vaudémont est belle, d'une beauté délicate et émouvante.

À l'automne 1573, Henri III de France, frère de Claude de France, est de passage à Nancy, en route pour Cracovie, la capitale de son nouveau royaume.

À la cour de Charles III de Lorraine et de Claude de France, son épouse, Henri III remarque Louise de Lorraine-Vaudémont.

Il est alors tout à sa passion pour Marie de Clèves, épouse d'Henri Ier de Bourbon-Condé.



Françoise de La Baume Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont

Françoise de La Baume est dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont de 1575 à 1580.



Catherine de Silly Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont

Catherine de Silly devient Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont de 1575 à 1590.


Louise de Lorraine-Vaudémont en 1575

Sacre de Henri III de France

Mariage d'Henri III de France avec Louise de Lorraine-Vaudémont

Entrée à Paris d'Henri III de France et de Louise de Lorraine-Vaudémont

Peu de temps après son retour de Pologne, Henri III de France doit se marier pour assurer sa descendance. Il veut couper court aux entreprises matrimoniales de sa mère Catherine de Médicis, qui souhaite le marier à une princesse étrangère.

Il se souvient de la douce et modeste Louise de Lorraine-Vaudémont, rencontrée en passant par la Lorraine, qui ressemblait physiquement à Marie de Clèves, la chère disparue. En janvier 1575, Henri III de France envoie en Lorraine :

porter sa demande en mariage.

Louise, qui s'était rendue à un pèlerinage à Saint-Nicolas-de-Port, est absente lorsque les émissaires du roi se présentent devant son père. Celui-ci n'attendit pas de l'avoir consultée pour donner son consentement. Lorsqu'à son retour, on fait part à Louise de la volonté du roi de l'épouser, elle croit d'abord que l'on se moque d'elle.

Ce mariage surprend également l'entourage du roi, étonne la cour et le pays tout entier car le parti est modeste pour un roi de France.

Henri III de France, hésitant à l'idée d'aliéner sa liberté, redoute une femme dominatrice. Il choisit donc Louise, dont il est sûr qu'elle sera une épouse tendre et réservée.

Ce choix déçoit Catherine de Médicis et l'inquiète car leurs relations sont difficiles au début. Mais la reine-mère finit par apprécier sa douceur et son humilité.

Henri III de France est sacré Roi à Reims le 13 février 1575.

Pendant les 15 ans de son règne, Henri III, fils préféré de Catherine de Médicis, doué de l'intelligence la plus vive, a au plus haut point le sens de l'État, mais s'est trouvé confronté aux pires difficultés, multipliant les efforts pour rétablir la paix.

Le roi tient pour donner plus de solennité à son mariage à le jumeler avec son sacre. Il décide que les noces auraient lieu 2 jours plus tard.

Henri III de France épouse dans la cathédrale de Reims le 15 février 1575 Louise de Lorraine-Vaudémont, fille de Nicolas de Lorraine et de Marguerite d'Egmont. Ils n'auront pas d'enfant.

À la fin du mois, ils entrent ensemble dans la capitale qu'Henri III de France a quitté 1 an 1/2 plus tôt pour s'en aller occuper le trône de Pologne. Louise est désormais Reine de France.

Philippe-Emmanuel de Lorraine sort de l'ombre à l'occasion du mariage de sa sœur aînée.



Fausse couche de Louise de Lorraine-Vaudémont

Louise de Lorraine, enceinte au début de son mariage, fait une fausse couche en mai 1575.



Soulèvement de Montpellier

Réunion des États généraux à Blois

Ralliement de Henri Ier de Montmorency à Henri III de France

Siège de Montpellier

En 1576, Henri Ier de Montmorency rejoint le parti d'Henri III de France contre la promesse d'obtenir le marquisat de Saluces en Italie.

Montpellier se soulève alors contre cette trahison. Henri Ier de Montmorency l'assiège de 1576 à 1577, l'enlève, mais finit par accepter de négocier.

Les états généraux sont réunis à Blois de novembre 1576 à mars 1577. Louise de Lorraine-Vaudémont figure en bonne place à la séance d'ouverture.

Henri III de France charge Jean de Morvilliers de composer le discours d'ouverture.

Pourtant réclamés par les malcontents et les protestants, les états généraux tournent à l'avantage des catholiques intransigeants et contribuent en partie au renforcement du pouvoir royal.

Cela explique que, de nouveau, les protestants prennent les armes.

Cette fois, cependant, ils ne peuvent compter :

Henri III de France, qui voulut un temps la guerre, cherche à annuler les dispositions de l'édit de Beaulieu.



Louise de Lorraine-Vaudémont très proche d'Henri III de France

Henri III de France aime les femmes depuis sa jeunesse, mais il n'aura jamais de maitresse en titre et s'efforce de cacher à sa femme ses écarts.

Henri III de France est très sincèrement attaché à Louise de Lorraine-Vaudémont, sa femme, et ne la négligera jamais. Cet amour est réciproque.

Louise de Lorraine-Vaudémont est toujours auprès d'Henri III de France. Elle est plus étroitement liée à la vie de son époux qu'aucune autre reine. Elle parait à ses côtés dans nombre de cérémonies, fêtes et festins officiels. Sans se mêler directement de politique, Louise de Lorraine-Vaudémont participe parfois au Conseil du roi, comme c'est le cas le 2 décembre 1576. Louise de Lorraine-Vaudémont est présente dans sa chambre lorsqu'il reçoit des ambassadeurs.



Charlotte Le Sueur d'Esquetot Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont

Mort de Charlotte Le Sueur d'Esquetot Dame d'Estelan

Charlotte Le Sueur d'Esquetot devient Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont en 1577.

Charlotte Le Sueur d'Esquetot meurt en 1577.


Plan terrier de l'Hôtel d'Aunay en 1577

Jérôme de Gondi Seigneur de Saint-Cloud

Construction du Château de Saint-Cloud

En 1577, Jérôme de Gondi vient de négocier plusieurs affaires délicates. Il a la confiance de Louise de Lorraine-Vaudémont et celle d'Henri III de France.

Sans doute vers 1577, Catherine de Médicis offre à Jérôme de Gondi, son fidèle écuyer, l'hôtel d'Aulnay et ses dépendances, soit 13 arpents de terre perchés sur le coteau de Saint Cloud, en regard de la Seine.

Ce petit domaine vient s'ajouter aux nombreuses propriétés que les Gondi ont déjà rassemblées en Ile de France, à proximité de la capitale :

Autour de cette maison, Jérôme de Gondi fait bâtir un château de plan en L bordant une terrasse.

La principale façade regarde le sud et l'aile s'achève par un pavillon d'où l'on embrasse une vue sur la Seine.



Pose la première pierre du Pont-Neuf

Le 31 mai 1578 le roi Henri III de France pose la première pierre du Pont-Neuf en présence de Catherine de Médicis et de Louise de Lorraine-Vaudémont.



Pèlerinages d'Henri III de France et de Louise de Lorraine-Vaudémont

Louise de Lorraine-Vaudémont fait ensuite de nombreuses fausses couches. De 1579 à 1586, Henri III de France et Louise de Lorraine-Vaudémont multiplient les pèlerinages, en particulier à Chartres, et les cures thermales dans l'espoir d'avoir un héritier.

Le couple royal ne renonce que très tardivement à l'idée d'avoir des enfants.



Françoise de Laval Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont

Françoise de Laval devient Dame d'honneur de Louise de Lorraine de 1580 à 1587


Suzanne de La Porte

Suzanne de La Porte Dame d'honneur de Louise de Lorraine

Suzanne de La Porte devient Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont en 1580.



Mariage d'Anne de Joyeuse avec Marguerite de Vaudémont-Lorraine

En août 1581, la vicomté de Joyeuse est érigée en duché-pairie avec préséance sur tous les autres ducs et pairs, exceptés les Princes du sang.

Anne de Joyeuse épouse en l'église Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris le 23 septembre 1581 Marguerite de Vaudémont-Lorraine, fille de Nicolas de Lorraine et de Jeanne de Savoie-Nemours.

Marguerite de Vaudémont-Lorraine est demi-sœur de Louise de Lorraine-Vaudémont, la reine de France.

Les deux époux reçoivent à leur mariage plus de 300 000 écus du roi.

Le roi offre à Anne de Joyeuse également la terre et seigneurie de Limours.



Antoinette de Pons Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont

Antoinette de Pons devient Dame d'honneur de Louise de Lorraine-Vaudémont en 1584.


Louise de Lorraine-Vaudémont en 1580

Rumeurs de dissolution du mariage d'Henri III de France et de Louise de Lorraine-Vaudémont

L'amour de Louise de Lorraine-Vaudémont pour Henri III de France résiste aux rumeurs de dissolution de leur mariage, comme en mai 1584.


Charles III de Lorraine - Charles II de Mayenne - gravure de Dominicus Custos (1600-1602)

Assassinat du Duc de Guise

Mort d'Henri Ier de Guise

Mort de Louis II de Lorraine

Charles II de Mayenne Chef de la Ligue

Charles Ier de Lorraine Duc de Guise et Prince de Joinville

Le 23 décembre 1588, Henri III de France fait assassiner Henri Ier de Guise par des membres des "Quarante-cinq", sa garde personnelle au château de Blois dans la propre chambre d'Henri III de France.

On retrouve sur Henri Ier de Guise ce billet portant son écriture : "Pour entretenir la guerre en France, il faut 700 000 livres tous les mois".

Son corps est brûlé dans une des salles du château et ses cendres jetées dans la Loire.

Présent à Blois lors des évènements, Jean Héroard rédige le Récit de la mort des duc et cardinal de Guise.

Charles Ier de Lorraine, son fils, est arrêté avec le reste de la famille, mais s'évade de sa prison de Tours et se rend à Paris.

Charles Ier de Lorraine-Guise est arrêté.

L'assassinat du duc de Guise multiplie la haine et le fanatisme de Catherine-Marie de Lorraine à l'encontre du roi.

Le lendemain, le 24 décembre 1588, le Cardinal Louis II de Lorraine, frère d'Henri Ier de Guise, meurt au château de Blois assassiné sur ordre d'Henri III de France.

Son corps est aussi brûlé et ses cendres jetées dans la Loire.

Charles II de Mayenne devient chef de la Ligue.

Henri III de France tente de justifier ces actes en prétextant des dangers que les Guise auraient représentés pour la couronne.

Charles Ier de Lorraine devient 4e Duc de Guise et Prince de Joinville en 1588.

Prévenu par Louise de Lorraine-Vaudémont, la reine, sa sœur, Philippe-Emmanuel de Lorraine s'échappe et se réfugie en Bretagne.

L'assassinat de Henri Ier de Guise met fin à la tentative de rapprochement de Charles Ier d'Aumale et Henri III de France.

Henri III de France fait arrêter Charles Ier de Bourbon à Blois. Il est emprisonné un premier temps à Tours. Il finira sa vie enfermé au château de Fontenay-le-Comte.


Chambre de Louise de Lorraine-Vaudémont à Chenonceau

Retraite de Louise de Lorraine-Vaudémont

Louise de Lorraine-Vaudémont, désespérée, prend un deuil qu'elle ne quittera pas, le deuil en blanc des reines d'où son surnom de Reine Blanche.

Louise de Lorraine-Vaudémont est titrée duchesse de Berry. Elle s'emploie dès lors à réhabiliter la mémoire d'Henri III de France, son mari, excommunié par le pape.

Dès le 6 septembre 1589, un mois à peine après la mort du roi, elle demande justice à Henri IV de France.

Le 1er octobre 1589, elle entreprend des démarches à Rome afin de réhabiliter Henri III de France.

Louise de Lorraine-Vaudémont habitera pendant 11 ans le château de Chenonceau, qu'elle a reçu en héritage de sa belle-mère Catherine de Médicis. Elle installe sa chambre au deuxième étage, dont elle fait peindre les murs de noir avec les attributs ordinairement réservés au deuil : croix, pelles et pioches de l'inhumation, cornes d'abondance déversant des larmes. Ce décor noir et argent était reproduit sur les tentures du lit et des fenêtres.

Très pieuse elle installe auprès d'elle un couvent de sœurs cloitrées dans les combles du château, un système de porte à pont levis séparant la partie couvent de la partie château.



Cérémonie à Mantes

Le 20 janvier 1594, au cours d'une cérémonie à Mantes, Louise de Lorraine-Vaudémont vient solennellement demander justice à Henri IV de France. Elle souhaite obtenir la levée de l'excommunication d'Henri III de France, son mari.


Charles II de Cossé

Charles II de Cossé Gouverneur de Paris

Sacre d'Henri IV de France

Entrée triomphale Henri IV de France dans Paris

Charles II de Cossé Maréchal de France

En janvier 1594, Charles II de Mayenne établit Charles II de Cossé, Gouverneur de Paris.

Henri IV de France se fait sacrer à Chartres le 27 février 1594.

Charles de Bourbon-Soissons assiste à se couronnement.

Albert de Gondi y représente le Comte de Toulouse.

Anne de Lévis-Ventadour y assiste et a l'insigne honneur de représenter l'un des 6 anciens pairs de France, le Comte de Champagne, qui porte la bannière royale et avec les 5 autres, soutient la couronne sur la tête du roi.

Jacques II de Goyon finit par se ranger au côté d'Henri IV de France, au sacre duquel il remplit les fonctions de connétable.

Charles II de Cossé conspire pour faire entrer Henri IV de France dans Paris.

D'où la chanson Tu es sauvé, Paris ; ton gouverneur Brissac a gardé ton navire et du bris et du sac.

Henri IV de France y entre triomphalement le 22 mars 1594.

Durablement installé dans sa capitale, Henri IV de France peut songer à finir la reconquête de son royaume.

Saint-Luc, qui a épousé la sœur de Charles II de Cossé, ménage sa réconciliation avec le roi.

Saint-Luc refuse le bâton de maréchal de France, qu'il demande pour Charles II de Cossé.

Le 30 mars 1594, Charles II de Cossé reçoit un brevet confirmant sa nomination de maréchal de France assorti d'un million de livres.

Catherine-Marie de Lorraine doit accepter sa défaite lors de l'entrée d'Henri IV de France à Paris.

Malgré les supplications de Louise de Lorraine-Vaudémont, la veuve d'Henri III de France, le roi n'exercera aucunes représailles contre Catherine-Marie de Lorraine.



Mort de Louise de Lorraine-Vaudémont

Louise de Lorraine-Vaudémont meurt à Moulins le 29 janvier 1601.

Tous ses biens sont distribués ou servent à payer ses dettes.

Le château de Chenonceau étant couvert de créances et Louise de Lorraine-Vaudémont n'ayant pas une énorme pension, elle le lègue à Françoise de Lorraine-Mercœur, sa nièce.



Construction d'un couvent de Capucines à Paris

En septembre 1603, une bulle pontificale ordonne la construction d'un couvent de Capucines à Paris afin d'y inhumer Louise de Lorraine-Vaudémont, ce qui sera fait le 20 mars 1608.

Les restes de Louise de Lorraine-Vaudémont se trouvent aujourd'hui dans la crypte de la basilique de Saint-Denis.



Mariage de César de Bourbon avec Françoise de Lorraine-Mercœur

Marie de Luxembourg, duchesse-douairière de Mercœur, s'oppose longtemps à ce mariage, ne pouvant se résoudre à confondre son noble sang avec celui d'un bâtard, fût-il de sang royal mais les sommes payées par Henri IV de France pour la soumission (4 295 350 livres, évaluées par Maximilien de Béthune) et l'absence de soutien qu'elle trouve parmi ses proches ont sans doute raison de ses résistances

Pour conclure la paix entre Henri IV de France et Philippe-Emmanuel de Lorraine, qui dirige la Sainte-Ligue en Bretagne, César de Bourbon épouse en 1609 Françoise de Lorraine-Mercœur, fille de Philippe-Emmanuel de Lorraine et de Marie de Luxembourg. Leurs enfants sont :

Françoise de Lorraine-Mercœur, nièce de Louise de Lorraine-Vaudémont est la plus riche héritière du royaume.

Françoise de Lorraine-Mercœur est surtout connue pour sa grande piété. Françoise de Lorraine-Mercœur protège Vincent de Paul, et aidée de Élisabeth de Bourbon-Vendôme, sa fille, n'hésite pas à payer de sa personne pour aider les miséreux de Paris et de ses domaines.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !