Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



9 événements affichés, le premier en 1551 - le dernier en 1639



Mariage de Jean de Nogaret de La Valette avec Jeanne de Saint-Lary de Bellegarde

Jean de Nogaret épouse le 15 septembre 1551 Jeanne de Saint-Lary de Bellegarde (morte en 1611), fille de Pierre de Saint-Lary (mort en 1570) et de Marguerite d'Orbessan. Leurs enfants sont :



Mariage de Jean-Louis de Nogaret avec Marguerite de Foix-Candale

Jean-Louis de Nogaret épouse en 1587 Marguerite de Foix-Candale (1567-1593). Leurs enfants sont :

Suivant une pratique courante dans la noblesse, cette héritière d'une duché-pairie dans le Sud Ouest accepte d'épouser un homme d'une moindre condition que la sienne pour que leur fils aîné, Henri, reprenne et perpétue le nom et les titres de sa mère.



Naissance de Louis de Nogaret de La Valette

Louis de Nogaret de La Valette naît à Angoulême en 1593, fils de Jean-Louis de Nogaret et de Marguerite de Foix-Candale.


Louis de Nogaret de La Valette Cardinal de la valette

Louis de Nogaret de La Valette Archevêque de Toulouse

Louis de Nogaret de La Valette devient Archevêque de Toulouse en 1614 et le reste jusqu'à 1628.



Liaison de Louis de Nogaret de la Valette avec Marguerite de Rohan

Louis de Nogaret de la Valette, Duc de Candal, a une liaison avec Marguerite de Rohan. Leur enfant est :


Carte de la Guerre de Trente Ans

Période française de la guerre de Trente Ans

Occupation de Philippsburg, Spire, Landau et Trèves par les Espagnols

Guerre de dix ans

Déclaration de guerre de la France à l'Espagne

Courrier d'Anne d'Autriche avec Philippe IV

La période française de la guerre de Trente Ans dure de 1635 à 1648.

Depuis le début de la guerre, la France s'est toujours soigneusement tenue à l'écart des combats, tout en appuyant les opposants à l'empereur et au Roi d'Espagne par sa diplomatie et ses subsides.

Cette politique n'est pas sans contradictions car Richelieu, cardinal de l'Église catholique est :

Les considérations religieuses s'opposent donc aux considérations politiques et à la volonté de contenir la puissance des Habsbourg. Or ceux-ci finissent par l'emporter sur leurs divers adversaires. Pour maintenir l'équilibre désiré, la France n'a plus d'autre solution que de s'engager directement dans le conflit.

Cet engagement est précédé d'une intense activité diplomatique et de la négociation de multiples traités avec les ennemis de l'empereur et du roi d'Espagne (ce dernier est d'ailleurs, plus que l'empereur, le principal adversaire).

Avec les Hollandais est notamment prévu le partage des Pays-Bas espagnols (grosso modo l'actuelle Belgique).

Contrairement aux Danois quelques années plus tôt, les Suédois ont subi un revers, mais ne sont pas anéantis. Leur présence en Allemagne va en fait se perpétuer jusqu'à la fin de la guerre, sous des généraux de valeur tels que Johan Banér ou Lennart Torstenson qui ne vont jamais laisser les impériaux libres de se retourner complètement contre la France. Au contraire les armées française et suédoise vont souvent se coordonner ou tenter de se rejoindre pour forcer l'ennemi commun.

Par précaution, les Espagnols occupent Philippsburg, Spire, Landau et enfin Trèves dont l'archevêque Philipp Christoph von Sötern, l'un des Princes-Électeurs, s'est mis sous la protection de la France :

Richelieu prend ce prétexte pour déclarer ouvertement la guerre à l'Espagne, adversaire le plus direct des intérêts français, le 19 mai 1635.

La Guerre de dix ans commence le 19 mai 1635.

Les armées françaises, fortes de 120 000 hommes, vont intervenir dans 4 grands secteurs :

Cela place Anne d'Autriche dans une position encore plus délicate. En effet, la correspondance secrète qu'elle entretient avec Philippe IV d'Espagne, son frère, va au-delà des nécessités de la simple affection fraternelle.

Anne d'Autriche tente de renseigner secrètement l'Espagne sur les dispositions militaires et politiques françaises, bien qu'elle soit tenue à l'écart de toutes les décisions de Louis XIII.

François-Marie de Broglie fait parti des principaux commandants en chef lors de la Guerre de Trente ans.


Bernard de Saxe-Weimar

Prise de Mayence

Écarté par les Suédois à la suite du revers de Nördlingen, Bernard de Saxe-Weimar se met au service de la France, qui est entrée dans la ligue protestante.

Louis de Nogaret de La Valette délivrent ou prennent diverses villes, entre autres Mayence en 1635.

Bernard de Saxe-Weimar et Louis de Nogaret de La Valette prennent de Bingen, font levée le siège de Mayence, prennent Deux-Ponts. Puis l'armée fait retraite de d'auprès de Mayence.



Prise de Landrecies

Landrecies est reprise en 1637 par Louis de Nogaret de La Valette.

Philippe de Clérembault se trouve au siège de Landrecies.



Mort de Louis de Nogaret de La Valette

Philippe de La Mothe-Houdancourt Commandement de l'armée d'Italie

Prise de Quiers

Louis de Nogaret de La Valette, Cardinal de la Valette, meurt à Rivoli en 1639.

Philippe de La Mothe-Houdancourt passe en Piémont et prend le commandement de l'armée en attendant l'arrivée d'Henri de Lorraine-Harcourt.

Sur l'ordre de ce nouveau chef, Philippe de La Mothe-Houdancourt s'empare de Quiers à la vue de l'armée espagnole, dans la nuit du 24 octobre 1639.

Cependant Henri de Lorraine-Harcourt éprouve quelques défaites et l'armée, obligée de battre en retraite, aurait essuyé de grandes pertes si Philippe de La Mothe-Houdancourt et l'arrière-garde n'avaient soutenu seuls pendant 2 heures les attaques du marquis de Léganez, dont les troupes triomphantes étaient bien plus nombreuses.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !