Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



32 événements affichés, le premier en 1438 - le dernier en 1516



Naissance de Louis Malet de Graville

Louis Malet de Graville naît à Paris en 1438, fils de Jean VI Malet de Graville.

Ses parents étant morts jeunes, Louis reçoit un complément d'éducation de la part de ses oncles maternels après avoir fait ses humanités au collège de Montaigu à Paris.



Louis Malet de Graville Chambellan de Louis XI

En 1463, Louis XI choisit Louis Malet de Graville pour devenir son chambellan.



Louis Malet de Graville Prisonnier

Louis Malet de Graville est fait prisonnier en Angleterre en 1467. Il est très bien traité par ses anciens ennemis.

Édouard IV d'York le remet en liberté avec ses compagnons.


Vitrail des Célestins de Rouen sur lequel sont représentés - soit la belle-mère la femme et ja belle-sœur de Louis Malet de Graville - soit sa femme et deux de ses filles Louis Malet de Graville et ses fils

Mariage de Louis Malet de Graville avec Marie de Balsac

Louis Malet de Graville épouse dans les années 1470 Marie de Balsac. Leurs enfants sont :

Le Parlement de Paris reçoit des plaintes de Jeanne Malet de Graville, car René d'Illiers vend ses terres. Il est ordonné qu'elle reçoive par provision le château de Marcoussis et 3.000 livres de rente,

Marie de Balsac ou Balzac est la fille de Roffec ou Rossec II de Balsac, Seigneur de Glisenave, et peut-être de Jeanne d'Albon, descendante de Guigues IV d'Albon.

Rossec II de Balsac est sénéchal de Nîmes et Beaucaire, capitaine de 10 hommes d'armes et de 4.000 francs-archers, gouverneur du Pont-Saint-Esprit, chevalier de l'ordre de Saint-Michel, conseiller et chambellan du roi Louis XI.

Louis Malet de Graville est comblé de dons par Louis XI, qui lui accorde la seigneurie de Chastres en 1470.

La seigneurie de Chastres-Arpajon appartient au seigneur de Marcoussis.

Louis Malet de Graville autorise le marché et fait construire une halle au croisement des routes de Paris à Étampes et de Dourdan à Corbeil.



Louis Malet de Graville Seigneur de Graville

Louis XI accorde à Louis Malet de Graville la seigneurie de Graville en 1471.



Restitution à Louis Malet de Graville de Bernay et de Sées

En 1474, Louis XI restitue à Louis Malet de Graville les terres de Bernay et de Sées dans l'Eure confisquées à ses aïeux.

En 1474, Louis Malet de Graville est capitaine des Cent gentilshommes de l'Hôtel du roi, précurseurs de la Maison militaire du roi de France.



Louis Malet de Graville Seigneur de Vendeuil-en-Vermandois

Louis Malet de Graville reçoit la seigneurie de Vendeuil-en-Vermandois dans l'Aisne, en 1475.



Arrestation de René Ier d'Anjou

Louis XI emploie Louis Malet de Graville dans les négociations qui ont pour but de faire accepter au roi René la perte de l'Anjou, et de préparer sa renonciation au comté de Provence en faveur du roi.

Une procédure pour haute trahison a été ouverte par le Parlement de Paris contre René Ier d'Anjou. Il est arrêté le 16 avril 1476.

Le roi René choisit de négocier et renonce au Barrois et à l'Anjou contre une rente.



Prise de Carlat

Jacques d'Armagnac Prisonnier

Pierre II de Bourbon Comte de la Marche

Pierre II de Bourbon Lieutenant général du royaume

Ayant pu constater que tous les vassaux de Jacques d'Armagnac restent fidèles à la couronne et qu'aucun ne le suit dans ses trahisons, Louis XI le fait assiéger dans Carlat, pendant 18 mois par Pierre II de Bourbon

Pris en 1476, Jacques d'Armagnac est amené à la Bastille, où le roi le fait enfermer dans une cage de fer.

Louis XI donne le comté de la Marche en récompense à Pierre II de Bourbon et le fait lieutenant général du royaume.

Louis Malet de Graville instruit le procès de Jacques d'Armagnac.



Louis Malet de Graville Seigneur de Radeval

Louis Malet de Graville Capitaine de Pont-de-l'Arche

Louis Malet de Graville est conseiller de Louis XI.

En 1476, Louis Malet de Graville devient Seigneur de Radeval et capitaine de Pont-de-l'Arche.

Dans une lettre du 20 août 1476, Louis XI qualifie Louis Malet de Graville son amé et féal cousin.



Mort de Jacques d'Armagnac Duc de Nemours

Louis d'Armagnac prisonnier

Louis Malet de Graville Seigneur de Nemours

Condamné pour trahison par le parlement de Paris, Jacques d'Armagnac meurt à Paris le 4 août 1477, exécuté.

Louis d'Armagnac a 5 ans lors de l'exécution de son père et sera retenu à la Bastille, jusqu'à l'avènement de Charles VIII de France, en 1483.

Philippe de Commynes récupère une partie des dépouilles des Nemours.

Louis XI remercie Louis Malet de Graville en lui donnant une partie des biens du condamné.

Nemours échoit à Louis Malet de Graville avec plusieurs châtellenies.

Louis Malet de Graville ne se qualifie pas Duc de Nemours, mais seigneur de Nemours.

Le Parlement oppose une grande résistance à cette donation et met 13 mois à obéir.

Il restituera d'ailleurs aux héritiers de Jacques d'Armagnac leurs biens contre une somme dérisoire.



Louis Malet de Graville Capitaine de Dieppe

Louis Malet de Graville Chevalier de l'ordre de Saint-Michel

En 1480, Louis Malet de Graville devient Capitaine de Dieppe et Chevalier de l'ordre de Saint-Michel.


Château de Milly-la-Forêt

Mort de Jean VI Malet de Graville

Jean VI Malet de Graville meurt au Pont-de-Chamois en 1482.

Son corps est transporté par eau à Graville, moyennant 98 livres 2 sols et 6 deniers.

Louis Malet de Graville hérite de son père.

À cette époque, le comté de Milly-la-Forêt s'étend sur les châtellenies de Fleury, Achères, Nainville, Boutigny et Cély.

Louis Malet de Graville reconstruit et fortifie le château de Milly-la-Forêt.

Milly-la-Forêt est dotée d'une des plus importantes foires franciliennes.

Louis Malet de Graville entoure Milly-la-Forêt de fortifications, percées de :


Louis Malet de Graville - attribué à Léonard de Vinci, mais depuis peu, à Solario - musée du Louvre à Paris

Mort de Louis de Bourbon Comte de Roussillon en Dauphiné et de Ligny Amiral de France

Charles de Bourbon-Roussillon Comte de Roussillon et de Ligny

Louis Malet de Graville Amiral de France

Louis de Bourbon dit l'Amiral de Bourbon meurt à Valognes en 1487.

Charles de Bourbon-Roussillon, son fils, devient Comte de Roussillon et de Ligny, en 1487.

Louis Malet de Graville est nommé amiral de France.

Comme amiral, Louis Malet de Graville associe son nom aux premiers essais de création d'une marine nationale.

Louis Malet de Graville est un partisan dévoué d'Anne de France, la régente.


Tombeau de François II de Bretagne et de Marguerite de Foix - début du XVI siècle - par Michel Colombe et Jean Perréal

Louis II d'Orléans et François II de Bretagne rebelles au Parlement de Paris

Prise de Vannes, Auray et Ploërmel

Confiscation des biens de Louis II d'Orléans

Prise de Fougères et de Dinan

Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier

Jean de Châlon et Louis II d'Orléans Prisonniers

Traité du Verger

Fin de l'indépendance bretonne

Mort de François II de Bretagne Duc de Bretagne

Le 20 janvier 1488, Louis II d'Orléans, futur Louis XII, et François II de Bretagne sont déclarés rebelles au Parlement de Paris.

Eux et leurs complices ne sont plus considérés comme des vassaux rebelles, mais comme des sujets coupables de lèse-majesté.

Louis Malet de Graville est pendant la campagne de Bretagne, un véritable et habile ministre de la guerre.

Au printemps, Louis II d'Orléans reprend Vannes, Auray et Ploërmel pour François II de Bretagne.

Le vicomte de Rohan est forcé de capituler.

Le 24 avril 1488 suivant, un arrêt de confiscation est rendu contre tous les biens de Louis II d'Orléans.

Alain d'Albret obtient un subside de la cour d'Espagne, et rejoint la Bretagne avec 5 000 hommes.

Maximilien Ier de Habsbourg envoie lui aussi 1 500 hommes.

Pendant que Louis II de La Trémoïlle, Lieutenant général des armées royales, rassemble ses forces sur les limites du duché.

Jacques II de Chabannes fait partie de l'ost française;

Lord Scales débarque avec des renforts anglais.

Maximilien Ier de Habsbourg est occupé par une rébellion en Flandres, soutenue par le maréchal d'Esquerdes.

Les soutiens François II de Bretagne se disputent la main d'Anne de Bretagne : Louis II d'Orléans, Alain d'Albret et Maximilien Ier de Habsbourg étant tous candidats.

La guerre se poursuit avec notamment la prise de Fougères par les troupes royales le 12 juillet 1488, puis de Dinan.

L'armée française, commandée par Louis II de La Trémoïlle, bat les rebelles, commandés par Jean IV de Rieux, à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier le 28 juillet 1488, ce qui met fin à la guerre.

Louis Malet de Graville assiste à cette bataille.

François II de Bretagne et Louis II d'Orléans doivent se soumettre.

Cette bataille est suivie de la prise de plusieurs places fortes : Ancenis, Châteaubriant, et Saint-Malo.

Jean de Chalon, Prince d'Orange, et Louis II d'Orléans sont faits prisonniers à Saint-Aubin-du-Cormier.

Louis II d'Orléans est incarcéré en forteresse pendant 3 années, à Angers, Sablé, au château de Lusignan, à Poitiers, à Mehun-sur-Yèvre et à Bourges, dans des conditions très dures.

François II de Bretagne doit signer avec Charles VIII de France le traité du Verger le 19 août 1488.

François II de Bretagne :

Ce traité de paix met fin à l'indépendance bretonne.

François II reconnaît devoir l'hommage lige au roi de France et autorise l'appel des cours de justice au parlement de Paris.

Une amnistie est alors accordée à Jean de Lescun, François Ier d'Orléans-Longueville, et la plupart des conjurés.

Cette victoire française sur les bretons marque la fin de la Guerre Folle.

François II de Bretagne meurt à Couëron le 9 septembre 1488.

Son tombeau, initialement dans l'église des Carmes, a été transporté après la Révolution, dans la cathédrale Saint-Pierre de Nantes.

Le règne et la vie de François II de Bretagne montrent les efforts d'un duc persévérant pour assurer l'indépendance de sa principauté.

Ses échecs finaux sont essentiellement dus au renforcement considérable de la puissance du roi de France, diplomatiquement, financièrement et militairement, conséquence de la perte de tous ses alliés.



Siège de Brest

Louis Malet de Graville Gouverneur de Saint-Malo

Louis Malet de Graville devient capitaine Gouverneur de Saint-Malo le 10 juin 1489.

En septembre 1489, Brest est assiégée par les Anglais.

Louis Malet de Graville avec 25 vaisseaux disperse la flotte anglo-bretonne, forte de 60 voiles, et force l'armée de terre à battre en retraite et à laisser son artillerie.

Louis Malet de Graville est capitaine de 6 lances de la grande ordonnance et 3 000 archers de morte-paye en garnison à Saint-Malo.



Louis Malet de Graville Lieutenant général du Roi en Normandie

Louis Malet de Graville devient Lieutenant général du Roi en Normandie de 1490 à 1491.


Première guerre d'Italie L'Italie en 1494

Première guerre d'Italie

Conquête de la Savoie, du marquisat de Saluces et du Montferrat

Bataille de Rapallo

Bataille de Valenza

Bataille de Tortona

Bataille d'Alessandria

Prise de Mordano

Prise de Fivizzano

La première guerre d'Italie dure de 1494 à 1497.

Pour justifier son entrée dans la péninsule italienne, Charles VIII de France prétexte le soutien à Ludovic le More, Duc de Milan, pour mener une nouvelle croisade contre l'Empire ottoman afin de délivrer Jérusalem.

Même les contemporains ne croient pas à ce prétexte.

Charles VIII de France est à la tête d'une armée composée :

François II, Louis II d'Orléans, futur Louis XII, Gilbert de Bourbon-Montpensier, Jacques II de Chabannes, Guillaume Ier de Montmorency, Anne de Montmorency, Louis Malet de Graville, Jean de Ganay et Pierre de Rohan-Guémené participent à cette expédition.

Louis II de La Trémoïlle accompagne Charles VIII de France en tant que chambellan.

Charles VIII de France part le 25 janvier 1494.

Charles VIII de France arrive à Lyon le 6 mars 1494.

Charles VIII de France franchit le col de Montgenèvre le 2 septembre 1494 et arrive dans le Piémont.

L'expédition est d'abord une longue série de victoires, car le Roi de France apparaît en libérateur des villes italiennes, souvent soumises à de véritables tyrannies.

Parallèlement, le 6 septembre 1494, les troupes franco-milanaises commandées par Louis d'Orléans, futur Louis XII, appuyées par la marine française, mettent en déroute à Rapallo, près de Gênes, Alphonse II de Naples et une armée de 5 000 Aragonais, fraîchement débarqués dans le port de Gênes.

Charles VIII de France doit traverser les états de Charles II de Savoie pour mener sa campagne d'Italie.

Les Français avancent rapidement et atteignent la ville d'Asti le 9 septembre 1494.

Il conquiert facilement la Savoie et le marquisat de Saluces et du Montferrat.

Jacques II de Chabannes combat d'abord dans le duché d'Asti à Valenza, Tortona et Alessandria.

Le 21 septembre 1494, Louis II d'Orléans tombe malade, atteint de paludisme

En octobre 1494, Jacques II de Chabannes est dans le Milanais dont le duc Ludovic Sforza est allié du roi de France.

Charles VIII de France qui est malade de la petite vérole, ne peut pénétrer dans Gênes avant le 6 octobre 1494.

L'armée française continue alors en direction de Naples.

Le 20 octobre 1494, les Français prennent Mordano, en Romagne, et y massacrent civils et soldats

Le 26 octobre 1494, le bourg de Fivizzano subit le même sort.



Louis Malet de Graville Capitaine de Vincennes, de Beauté-sur-Marne et de Fontainebleau

Louis Malet de Graville est Capitaine de Vincennes, de Beauté-sur-Marne et de Fontainebleau en 1494.



Bataille de Fornoue

Après avoir quitté Naples, l'armée française fait plusieurs haltes prolongées, notamment à Sienne puis à Pise, ce qui donne le temps à l'armée ennemie de la devancer et de l'attendre au débouché des Apennins, à proximité de Parme.

Charles VIII de France fait traverser à grand-peine les Apennins à son artillerie qu'il ne peut se décider à abandonner.

Il arrive devant les coalisés menés par François II Gonzague à Fornoue près de Parme le 5 juillet 1495.

L'armée française comporte 9 000 hommes dont 2 500 Suisses et 1 000 cavaliers

L'armée des coalisés comporte 35 000 hommes dont 5 000 chevau-légers et 2 600 cavaliers.

Pierre II d'Urfé se trouve à Fornoue, ayant commandement de l'armée.

Le 6 juillet 1495, Charles VIII de France envoie Philippe de Commines proposer en vain aux coalisés de laisser l'armée française poursuivre son chemin vers la France.

En vain, les Français, à court de vivres, sont obligés d'accepter le combat.

Jacques de Trivulce et Pierre de Rohan-Guémené, Maréchal de Gyé, commandent l'avant-garde.

Louis II de La Trémoïlle commande le corps de bataille.

Le Vicomte de Narbonne commande l'arrière-garde.

Ils sont dans un vallon d'où ils ne peuvent déboucher qu'en prêtant le flanc à l'armée ennemie située sur une colline de l'autre côté d'un torrent guéable à cette période de l'année.

Voyant les Français en mouvement, l'ennemi passe le torrent et attaque simultanément l'avant et l'arrière-garde française.

La charge italienne menace par deux fois Charles VIII de France qui fait preuve de bravoure et est encerclé.

Le roi risque de se faire capturer ou blesser.

Il crie : À la rescousse Montoison.

Philibert de Clermont dit le brave Montoison, Chambellan du Roi, Lieutenant général des armées du Roi, gouverneur de Ferrare, sauve alors le Roi.

S'emparant du bagage de l'armée française, les coalisés se mettent à le piller plutôt que de combattre.

Les coalisés perdent la bataille et s'enfuit en déroute.

Le combat dure moins d'une heure.

Les troupes françaises montrent un courage et une fougue que les Italiens reconnaissent en lui donnant le nom de furia francese.

Jacques II de Chabannes s'illustre lors de cette bataille.

Les Français ont 1 000 morts et les coalisés 2 000.

Les Français n'osent pas poursuivre les coalisés jusqu'à Parme pour tenter de leur infliger une défaite plus nette.

C'est une victoire de la Ligue de Venise dans la mesure où le bagage et le trésor de guerre napolitain de l'armée française est repris par les troupes de François II Gonzague.

Menacés par la disette, les Français lèvent le camp en secret pendant la nuit et prennent une certaine avance sur les coalisés.

Après s'être regroupés et avoir pris conscience du départ des Français, les coalisés sont bloqués par le torrent dont le débit a brusquement augmenté.

L'armée française poursuit sa retraite pour arriver à Asti dans un état de délabrement certain.

François II Gonzague est remercié par une nomination au grade de capitaine général et ses appointements sont augmentés.

Pierre de Rohan-Guémené conclut une trêve avec les Vénitiens.

Charles VIII de France regagne la France où il arrive en octobre 1495.

Les Napolitains ne tardent pas à rappeler Ferdinand II de Naples, leur roi.

Au retour cette expédition, Louis Malet de Graville est remboursé par Charles VIII, d'une somme de 23 175 livres qu'il avait avancé de ses deniers.

Charles VIII de France revient en France, nourri de l'art italien, faisant ainsi entrer la Renaissance en France.

Il ramène de prodigieuses collections dérobées à Florence et à Rome, qui vont enrichir les collections françaises.

Il fait connaître en France, sous de nouveaux aspects, l'Antiquité et la Renaissance italienne.



Reconstruction de la collégiale Notre-Dame-de-l'Assomption de Milly-la-Forêt

Louis Malet de Graville engage la reconstruction de la collégiale Notre-Dame-de-l'Assomption de Milly-la-Forêt, dans un style gothique.

Le chœur et la nef sont inaugurés en 1495.


Château de Marcoussis – gravure de Sarrasin en 1779 - source http://www.montjoye.net/

Travaux au château de Marcoussis

Dès 1497, le château de Marcoussis devient la résidence favorite de Louis Malet de Graville.

Il y fait faire de nombreuses améliorations orientées vers la recherche de confort.

Il supprime le principal escalier qui est saillant dans la cour, au milieu du bâtiment formant l'aile droite, et le fait reconstruire plus commode.

Sur cette même aile, la tour semi-circulaire est abaissée d'un niveau, pour permettre l'aménagement d'un salon octogonal.

L'intérieur du château est décoré de sculptures, de peintures murales, de tentures et de tapisseries dont une suite de 112 pièces, représentant l'histoire de la destruction de Troie.

Il fait probablement construire le boulevard ou barbacane devant l'entrée du château pour renforcer l'entrée du château.

Ce boulevard se compose de 2 tours reliées au château par des hauts murs, et est défendu par son propre système de fossés d'eau vive et par la rivière au sud-ouest.

L'entrée à cette entrée fortifiée s'effectue par deux petits ponts-levis latéraux à l'est et à l'ouest.



Mort de Marie de Balsac

Marie de Balsac, épouse de Louis Malet de Graville, meurt le 23 mars ou mai 1503.



Mariage de Louis Malet de Graville avec Jeanne de Garlande

Louis Malet de Graville est veuf de Marie de Balsac

Louis Malet de Graville épouse Jeanne de Garlande, fille d'Amanieu, un riche seigneur, et petite-fille de Charles d'Allonville.

Elle lui apporte en dot, le fief de La Roue.



Mariage de Charles II d'Amboise avec Jeanne Malet de Graville

Charles II d'Amboise épouse Jeanne Malet de Graville, Dame de Viviers, fille de Louis Malet de Graville et de Marie de Balsac. Leurs enfants sont :


Germaine de Foix

Mariage de Ferdinand II d'Aragon avec Germaine de Foix

Ferdinand II d'Aragon est veuf d'Isabelle Ire la Catholique.

Au château de Blois, Louis II d'Amboise donne la dispense nécessaire pour le mariage le 17 octobre 1505

Ferdinand II d'Aragon épouse le 19 octobre 1505 Germaine de Foix, fille de Jean V de Foix et de Marie d'Orléans. Leur enfant est :

Louis Malet de Graville est témoin à ce mariage.

La noce est célébrée, au château de Blois conformément aux accords de paix signés entre Louis XII et Ferdinand II d'Aragon dans le traité de Blois.

Le roi de France cède à sa nièce les droits dynastiques sur le Royaume de Naples et lui concède le titre de roi de Jérusalem, droits qui doivent revenir à la France si le mariage reste sans descendance.

En échange, Ferdinand II d'Aragon s'engage à désigner comme héritier le possible fils de ce mariage.

La célébration de ces noces provoque la colère des nobles de Castille, qui le voit comme une manœuvre de Ferdinand II d'Aragon pour empêcher que Philippe Ier le Beau et Jeanne la Folle héritent de la Couronne d'Aragon.



Louis Malet de Graville Gouverneur de Paris

Louis Malet de Graville est gouverneur de Paris en 1505.



Charles II d'Amboise Amiral de France

Louis Malet de Graville tuteur des enfants deJacques de Vendôme

En 1508, Louis Malet de Graville cède à Charles II d'Amboise de Chaumont, son gendre, sa charge d'amiral de France.

Jacques de Vendôme, époux de Louise Malet de Graville, laisse en 1508 ses 3 enfants, Louis, Charles et Louise, sous la tutelle de l'amiral Louis Malet de Graville, leur grand-père.

Louis Malet de Graville se retire dans son château de Marcoussis.



Mort de Charles II d'Amboise seigneur de Chaumont, seigneur de Sagonne et de Meillant(Cher), baron de Charenton

Jacques II de Chabannes Grand maître de France

Concile de Pise

Prise de Bologne

Concile de Ravenne

Christopher Bainbridge Cardinal

Maladie de Jules II

Charles II d'Amboise meurt à Correggio en Lombardie le 11 février 1511.

Il est inhumé en la chapelle des Cordeliers d'Amboise.

Sa tombe est en cuivre émaillé.

Deux figures de chevaliers sont gravées dessus : l'une d'elles porte l'ancre d'amiral.

Le chroniqueur Jean d'Authon écrit : Mort le prit un peu bien tôt car il fut homme de bien toute sa vie, un sage, vertueux et avisé seigneur de grande vigilance et bien entendant les affaires.

Louis Malet de Graville est rétabli Amiral de France à la mort de Charles II d'Amboise, son gendre.

Après la mort de Charles II d'Amboise, son père, Michel d'Amboise, sans fortune, est pris en charge par Georges III d'Amboise, son frère.

En 1511, pendant le conflit contre les espagnols et le pape Jules II, Jacques II de Chabannes succède à Charles II d'Amboise à la tête des troupes françaises en Italie.

Jacques II de Chabannes obtient également la prestigieuse charge de Grand maître de France.

Gaston de Foix reçoit alors le commandement de l'armée royale en Italie.

Il méritera par ses hauts faits d'être surnommé le Foudre d'Italie.

Quand le jeune Gaston de Foix arrive en Italie pour prendre le commandement de l'armée française, Jacques II de Chabannes le seconde.

Un groupe de cardinaux pro-français convoque à Pise un concile destiné à destituer Jules II.

Sous les ordres de Gaston de Foix, Jacques II de Chabannes se porte aux secours des bolognais assiégés par les troupes espagnoles. Il réussit à faire lever le siège,

En mai 1511, Louis XII prend Bologne où Jules II est installé.

Il a quitté la ville quelques jours auparavant.

En réponse, Jules II convoque un autre concile à Ravenne.

Jules II riposte par sa bulle Sacrosanctæ en excommuniant les membres du concile de Pise.

Durant ce concile, il crée plusieurs nouveaux cardinaux, dont Christopher Bainbridge au titre de cardinal de Saint-Praxed.

La maladie de Jules II, en 1511, donne l'idée à Léon X de se porter candidat à sa succession.



Prêt de Louis Malet de Graville à Louis XII

L'amiral Louis Malet de Graville est un homme colossalement riche. Il prête à Louis XII 90 000 livres, en 1513.

Le roi lui dit que s'il ne lui rend pas l'argent prêté, il lui donnera plusieurs villes de France dont Orléans, mais finalement il ne lui engage à vie, par Lettres données à Blois le 17 mai 1513, que les domaines de Melun, de Corbeil et de Dourdan.



Retraite de Louis Malet de Graville

Louis Malet de Graville fait son testament le 22 mai 1514.

Il y abandonne les 90 000 livres prêtées au roi aux pauvres

Il ordonne que les domaines soient rendus au roi en considération des grands bienfaits qu'il a reçus de ses prédécesseurs, le suppliant de décharger de pareille somme les bailliages de son royaume les plus chargés d'impôts, afin que ce legs revint au soulagement du peuple.



Mort de Louis Malet de Graville

Louis Malet de Graville meurt au château de Marcoussis le 30 octobre 1516.

Il est inhumé en l'église des Cordeliers de Malesherbes dans le Loiret, qu'il a fondée.

Malesherbes signifie mauvaises herbes.

C'est une seigneurie autrefois nommé Bois-Malesherbes.

Avec lui s'éteint la branche ainée de la maison de Malet, en Normandie.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !