Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



791 événements affichés, le premier en 771 - le dernier en 1914


Hildegarde de Souabe

Prise de Rome par Didier de Lombardie

Répudiation de Désirée de Lombardie par Charlemagne

Mariage de Charlemagne avec Hildegarde de Souabe

En 771, Didier de Lombardie marche vers Rome et pénètre la ville. Étienne III implore alors Charlemagne.

Désirée de Lombardie est répudiée en 771 sous la pression du pape. Charlemagne fait ainsi comprendre à Didier de Lombardie qu'il le condamne.

Charlemagne épouse à Aix-la-Chapelle en 771 Hildegarde de Souabe. Leurs enfants sont :



Naissance de Lothaire

Naissance de Louis Ier Le Pieux

Mort de Lothaire

Lothaire et Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire, frères jumeaux, naissent à la villa Cassino­gilum à Chasseneuil-du-Poitou (dans la Vienne) le 16 avril 778, fils de Charlemagne et d'Hildegarde de Souabe.

Débonnaire signifie le faible ou le Sot.

Charlemagne est absent car en expédition militaire vers l'Espagne.



Louis Ier le Pieux Roi d'Aquitaine

Arnold précepteur de Louis Ier le Pieux

En 781, Charlemagne fait aussi sacrer roi d'Aquitaine son autre fils, Louis Ier le Pieux.

L'Aquitaine est un royaume subordonné à Charlemagne.

Ce nouvel état comprend l'Aquitaine proprement dite ainsi que la Vasconie et a pour capitale Toulouse.

Son précepteur, Arnold, est un fidèle serviteur de Charlemagne, si bien que c'est encore Charlemagne qui dirige, sous couvert de son fils. L'administration est assurée :



Mariage de Louis Ier le Pieux avec Theudelinde de Sens

Louis Ier dit le Pieux épouse en 793 Theudelinde de Sens, fille de Gainfroy de Sens et de Theudelinde de Bliesgau. Leurs enfants sont :



Naissance d'Alpaïde de Francie

Alpaïs ou Alpaïde de Francie naît en 793 ou 794, fille de Louis Ier le Pieux et de Theudelinde de Sens.



Naissance d'Arnulf de Francie

Arnulf de Francie naît vers 794, fils de Louis Ier le Pieux et de Theudelinde de Sens. Il sera comte de Sens.



Mariage de Welf Ier de Bavière avec Heilwige de Saxe

Welf Ier de Bavière épouse vers 794 Heilwige de Saxe, fille de Widukind Ier de Saxe et de Théodrade de Herstal. Leurs enfants sont :



Mort de Theudelinde de Sens

Mariage de Louis Ier le Pieux avec Ermengarde de Hesbaye

Theudelinde de Sens meurt en 794.

Louis Ier le Pieux épouse en 794 Ermengarde de Hesbaye. Leurs enfants sont :



Naissance de Lothaire Ier

Lothaire Ier naît en 795, fils de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye.



Naissance de Pépin Ier d'Aquitaine

Pépin Ier d'Aquitaine naît en 797, fils de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye.



Pillage de la Saxe par Charlemagne

Intégration de la Saxe au royaume

À partir de mi 798, Charlemagne met à sac la Saxe entre l'Elbe et Weser. Ce pillage systématique va durer jusqu'en 799, date à laquelle les derniers rebelles se rendront.

Charlemagne intègre dès lors la Saxe à son royaume, sans en faire un véritable état.

En 798, il substitue le "Capitulare saxonixum" au précédent, en remplaçant la peine de mort par des amendes. Il ne modifie rien à la société saxe, y laissant les nobles à la tête, en nommant même quelques uns comtes, et en les chargeant du commandement des armées. Les Saxons, païens ou chrétiens, servent dès lors fidèlement Charlemagne et les Francs, malgré quelques nids de résistance. Charlemagne envisage toujours de christianiser la Saxe mais comprend et accepte que cela prenne du temps et que la violence ne serve à rien. La Saxe ne sera totalement christianisée que sous Louis Ier le Pieux.



Naissance de Rotrude

Rotrude naît vers 800, fille de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye.



Assemblée à Toulouse

Siège de Barcelone

Charlemagne convoque une Assemblée à Toulouse au printemps de 800.

Charlemagne y décide l'envoi vers Barcelone de son fils Louis Ier le Pieux.

Une armée sous le commandement de plusieurs nobles, dont :

part dans la région en espérant la soumission de la cité et sa prise de contrôle.

Contre son sentiment mais par fidélité, Sanche Ier-Loup, Comte de Gascogne, prend part à l'expédition.

Sa'dun al-Ruayni trahit sa promesse, se refuse à remettre la cité. Les francs sont contraints d'assiéger la ville.

Un long siège commence probablement pendant l'automne 800.

Sa'dun al-Ruayni essaie de s'échapper vers Cordoue pour demander de l'aide mais est capturé.

Harun prend sa place.



Liaison de Charlemagne avec Regina

Charlemagne prend pour concubine. vers 800 ou vers 801 avec Régina ou Regina. Leurs enfants sont :


Domaines de Bera et de Gaucelme de Roussillon

Fin du siège de Barcelone

Guillaume Ier de Gellone Comte de la marche d'Espagne

Bera de Barcelone Comte de Barcelone

La population est affectée par la faim et les souffrances du siège et les goths chrétiens, finalement, décident de livrer Harun et de remettre la cité, probablement le samedi 3 avril 801.

Louis Ier le Pieux entre le jour suivant dans Barcelone.

Guillaume Ier de Gellone devient Comte de la marche d'Espagne.

Bera de Barcelone, le fils de Guillaume Ier de Gellone, qui a participé à la conquête avec son père, est investi premier Comte de Barcelone.

On pense que Bera de Barcelone, sous l'influence de sa mère goth, prend la tête de la tendance partisane d'une paix avec les musulmans, tendance qui doit être majoritaire parmi les goths influents de Barcelone.



Naissance d'Hildegarde Carolingien

Hildegarde Carolingien naît en 802 ou 803, fille de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye.



Expédition au sud de Barcelone

Vers 804, une première expédition au sud de Barcelone est dirigée par Louis Ier le Pieux qui gouverne alors l'Aquitaine. Elle a pour but d'établir les limites du comté de Barcelone sur l'Èbre qui aurait ainsi constitué une défense naturelle.

Elle arrive à Tarragone où, à Santa Coloma. L'armée franque se divise en deux :

La troupe de Bera de Barcelone traverse l'Èbre, près du confluent avec le Cinca, arrivant jusqu'à Vila Rubea, mais les attaques des musulmans les obligent à se retirer jusqu'à Vallis Ibana (peut-être Vallibona), près de Morella.

Là il retrouve Louis Ier le Pieux et, durant 8 jours, ils assaillent Tortosa sans obtenir aucun résultat, et s'en retournent vers le nord.



Naissance de Louis II le Germanique

Louis II le Germanique, dit aussi le Pieux ou le Vieil, naît en 805 ou 806, fils de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye..



Préparation de la division de l'empire de Charlemagne

Charlemagne ne croyait pas que la dignité impériale lui survivrait et ne voyait pas d'inconvénient à se soumettre à la coutume germanique du partage de l'héritage entre tous les fils.

Le 6 février 806, à Thionville, Charlemagne prépare donc la division de son empire entre ses fils, nommés consorts du royaume et de l'Empire :



Mariage de Bégon Ier de Paris avec Alpaïde de Francie

Bégon Ier de Paris épouse en 806 ou 808 Alpaïs ou Alpaïde de Francie, fille de Louis Ier le Pieux et de Theudelinde de Sens. Leurs enfants sont :



Nouvelle Expédition au sud de Barcelone

En 808, Charlemagne envoie Ingobert, son légat, à Toulouse dans le but que Louis Ier le Pieux, son fils, qui réside en Aquitaine, l'envoie en expédition au sud de Barcelone.

Comme lors de l'expédition précédente, Ingobert divise l'armée franque :

Selon Astrónom, chroniqueur officiel du royaume des francs, dans sa Vita Ludovici :

Les forces de Bera de Barcelone et Adhemar de Narbonne traversent l'Èbre avec les barques qu'ils ont préparées. Les chevaux traversent à la nage. Leurs défécations sont entrainées par le courant et détectées par les habitants de Tortosa.

Le wali de cette cité, attaque Bera de Barcelone et Adhemar qui réussissent à échapper avec peu de pertes dans leur armée. Ils rejoignent Ingobert et se retirent une nouvelle fois de la zone.



Troisième Expédition au sud de Barcelone

Siège de Tortosa

Une troisième expédition au sud de Barcelone a lieu en 809. Louis Ier le Pieux reprend le commandement de l'armée franque, accompagné par divers propriétaires terriens francs :

et des forces locales.

Les machines de siège sont transportées jusqu'à Tortosa et, durant 40 jours, on assiège la cité.

Le siège doit être levé à l'arrivée d'une armée cordouane commandée par Abd el Rahman, fils de l'émir Al Hakam Ier, qui peut-être (selon l'historien Al Maqqari) a pu mettre en déroute les francs.

Astrónom évite le mot déroute en expliquant que les musulmans de Tortosa, désespérés par le siège, offrent les clés de la cité à Louis Ier le Pieux, qui se déclare satisfait et lève le siège, chose qui parait réellement invraisemblable.



Mort de Sanche-Loup Ier de Gascogne Duc de Vasconie

Mort de Centulle-Loup de Gascogne

Semen-Loup de Gascogne Duc de Vasconie

Mariage de Semen-Loup de Gascogne avec Onneca

Révolte des Vascons

Sanche-Loup Ier de Gascogne, Duc de Vasconie, meurt en 812.

Semen-Loup de Gascogne, frère aîné de Sanche-Loup Ier de Gascogne, le remplace comme Duc de Gascogne.

Centulle-Loup de Gascogne, autre fils de Loup II de Gascogne, meurt en 812.

En 812, après une révolte menée par Semen-Loup de Gascogne, une nouvelle expédition de Louis Ier le Pieux arrive, en passant par Dax jusqu'à Pampelune.

Louis Ier le Pieux prend la précaution, au retour par Roncevaux de s'emparer d'otages qu'il ne libère qu'une fois arrivé dans une zone sûre où son armée ne risque plus d'embuscade.


Charlemagne et Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux ou le Débonnaire Empereur

Deux des fils de Charlemagne sont disparus prématurément.

Louis Ier le Pieux, son 3ème fils, est son seul héritier.

Charlemagne réunit évêques, abbés, comtes, prêtres, diacres et notables Francs venant de tout son empire à Aix-la-Chapelle.

Ils élaborent 46 chapitres sur ce qui est nécessaire à l'Église de Dieu et au peuple chrétien.

Devant cette assemblée, Louis Ier le Pieux est nommé empereur le 11 septembre 813 du vivant de son père.

L'empire n'est donc pas découpé, comme il est coutume de le faire à l'époque.

A l'avènement de Louis Ier Le Pieux, son frère, Berthe Carolingien est bannie de la cour .


Miniature représentant Louis dit le Pieux se détachant sur un texte sacré - école de Fulda

Mort de Charlemagne

Louis Ier le Pieux Roi des Francs

Louis Ier le Pieux Roi des Lombards

Bernard de Vermandois Roi d'Italie

Charlemagne meurt à Aix-la-Chapelle le 28 janvier 814, à 71 ans d'une pleurésie.

Il est inhumé à Aix-la-Chapelle dans la chapelle de son palais.

Rampon de Barcelone est chargé d'annoncer à Louis Ier le Pieux la mort de Charlemagne, son père, à Doué-la-Fontaine (Anjou).

En 814, Louis Ier le Pieux récupère l'intégralité de l'héritage de Charlemagne.

Il reste entouré de conseillers aquitains, comme le chancelier Helisachar ou le moine Benoît d'Aniane.

Les envoyés du basileus, Léon V, venant confirmer le titre impérial de Charlemagne le remettent à Louis Ier le Pieux

Dès lors, Louis Ier le Pieux se fait titrer Empereur auguste.

Louis Ier pousse la piété à l'extrême, devenant un véritable dévot.

Il donne des terres à des humbles, diminuant ainsi son propre patrimoine.

Louis Ier le Pieux confirme Bernard de Vermandois Roi d'Italie.



Installation de Benoît d'Aniane à Inden

Devenu empereur, Louis Ier le Pieux, s'empresse d'installer Benoît d'Aniane, qui est son ami et son conseiller, dans un monastère qu'il vient de fonder à son intention à Inden, à une dizaine de kilomètres d'Aix-la-Chapelle, proche du palais impérial pour le mettre à la tête de tous les moines de son empire.

Louis Ier le Pieux cherche à imposer l'unité religieuse de l'Empire pour constituer un cadre à son territoire.

Soutenu par Louis Ier le Pieux, par l'abbé de Saint-Martin de Tours et l'Évêque d'Orléans, Benoît d'Aniane fait appliquer avec beaucoup d'intelligence la règle bénédictine dans plus de 20 monastères en Aquitaine, dont principalement Gellone, Saint-Savin et Massay.

Le sud de la Loire va aussi progressivement profiter peu à peu de cette réforme.

Après l'Aquitaine et la Gothie, c'est au tour de la Francie de bénéficier de la règle du salut.

La vie bénédictine va s'imposer en Europe.

Les changements apportés se diffuseront très vite en Saxe et Italie de 820 à 830.

Outre cela, Benoît d'Aniane diffuse la liturgie romano-franque, et l'écriture minuscule.



Lothaire Ier Gouverneur de la Bavière

Pépin Ier d'Aquitaine Gouverneur d'Aquitaine

En 814, Louis Ier le Pieux confie à ses fils :



Mort de Reginfred de Danemark

En 814 :

échouent à reconquérir le pouvoir au Danemark .

Reginfred de Danemark et le fils aîné de Godfried de Danemark meurent en 814.

Harald Klak se réfugie auprès de Louis Ier le Pieux, et se recommande dans ses mains.

Louis Ier le Pieux lui promet son aide, que Harald Klak va attendre en Saxe.



Révolte contre Léon III

Les ennemis du pape Léon III se révoltent.

Léon III mate la révolte mais tombe malade.

Louis Ier le Pieux est obligé d'envoyer Bernard de Vermandois et une armée.



Mort de Léon III Pape

Étienne IV ou V Pape

Léon III Pape meurt le 11 juin 816 à Rome.

Il est inhumé le 12 juin à Saint-Pierre, aux côtés de Léon Ier et Léon II.

Il sera canonisé en 1673 par Clément X.

Léon III fonde l'école palatine, le premier noyau de l'université de Paris.

Léon III combattit l'adoptianisme en Espagne.


Querelle du Filioque

La "querelle du Filioque" est la querelle théologique entre l'Église catholique romaine et l'Église orientale, à propos du dogme de la Trinité.

Le mot Filioque est ajouté unilatéralement dans le credo occidental: "ex Patre Filióque procedit" "Il procède du Père et du Fils".

Ce mot était déjà employé notamment en Espagne, afin de réfuter l'arianisme.

Léon III accepte le Filioque comme une vérité de foi mais, malgré la pression des évêques de France et d'Espagne, refuse de l'insérer dans la liturgie.

C'est Charlemagne qui l'ajoute au symbole de Nicée.

Le pape proteste en faisant apposer, sur les portes de sa cathédrale, gravés sur des plaques métalliques, les textes latin et grec du credo original.

Étienne IV, né à Rome, est élu pape le 12 juin 816 sans attendre que Louis Ier le Pieux approuve cette élection.

Pour ne pas offenser l'empereur, Étienne IV ordonne aux Romains de prêter fidélité au roi des Francs puis envoie à Louis des ambassadeurs afin d'expliquer cet hommage.



Couronnement de Louis Ier le Pieux

Indépendance de l'État de Rome

Le Pape Étienne IV se rend lui-même à la cour des Francs.

Le 5 octobre 816, il procède à Reims au couronnement comme empereur et impératrice de Louis Ier le Pieux et d'Ermengarde de Hesbaye.

Le pape obtient de Louis Ier le Pieux que l'État de Rome redevienne indépendant, ce que Charlemagne avait toujours refusé.

Le roi des Francs est désormais le vassal du pape en Francie, chose que n'acceptera pas Lothaire Ier, fils de Louis Ier le Pieux.



Réorganisation du pouvoir carolingien dans le sud de la France

Au début de son règne Louis Ier le Pieux, réorganise le gouvernement du sud de la France et des marches d'Espagne.

Les 3 plus grands personnages de ces régions sont alors :

En mars 817, dans le cadre de cette réorganisation Leibulf de Provence reçoit le comté de Septimanie



Ordinatio Imperii

Lothaire Ier Roi des Francs

Pépin Ier d'Aquitaine Roi d'Aquitaine

Louis II le Germanique Roi de Bavière et de l'Ostmark.

Louis Ier le Pieux tente dans un premier temps de préserver l'essentiel de son héritage.

Par un texte connu sous le nom d'Ordinatio imperii, en juillet 817, Louis Ier le Pieux associe ses 3 fils en partageant l'héritage entre eux:

En cas de décès des 2 rois, leurs fils hériteraient.

En cas de décès de Lothaire Ier, l'un de ses frères lui succèderait.

Pépin Ier d'Aquitaine assisté de ses parents Gérard, Comte d'Auvergne, et de Bernard de Septimanie, Comte de Toulouse, commet rapidement de nombreuses maladresses, écartant et disgraciant des seigneurs locaux.



Révolte de Bernard de Vermandois

A la suite de l'Ordinatio Imperii, Bernard de Vermandois, craint pour son royaume.

Bernard de Vermandois se révolte contre Louis Ier le Pieux à l'automne 817.

Aussi fait-il renforcer les frontières et prêter fidélité à son peuple.

Louis Ier le Pieux décide de mâter Bernard de Vermandois.

Il prend la tête d'une armée et marche vers l'Italie en 817.

Bernard de Vermandois demande la clémence de Louis Ier le Pieux mais est condamné à mort.

Les Lombards conservent leurs lois nationales et s'accommodent tant bien que mal du pouvoir carolingien.

Le nom de Langobardorum pour désigner l'ancien royaume lombard reste en vigueur jusqu'en 817, date à laquelle on proteste pour que la péninsule retrouve son nom d'Italie pour devenir le royaume d'Italie du Nord.

Théodulf d'Orléans est accusé, à tort selon Egon Boshof, d'intelligence avec le rebelle.

La même accusation est portée contre Adalhard, Wala et Leidrade, mais Théodulf d'Orléans est traité plus durement que ceux-ci :

Théodulf d'Orléans est déposé de son siège épiscopal.



Application de la règle de Saint Benoît aux Monastères

Capitulum monasticum

Les monastères ne respectent plus la règle de Saint Benoît : pour obliger les monastères à respecter ses principes fondamentaux, Louis Ier le Pieux impose par le capitulaire de 817 la règle bénédictine à tous les monastères.

Louis Ier le Pieux réunit à Aix-la-Chapelle tous les abbés de l'Empire pour faire accepter le capitulum monasticum, préparé par Benoît d'Aniane.

Le but de cette constitution est de réglementer et surtout d'unifier les différents styles de vie monastique.

Saint Augustin et Benoît de Nursie sont à cette époque les meilleures références pour vivre une vie religieuse à la fois exigeante et raisonnable.

L'empereur qui est en accord parfait avec ce mouvement de purification en proclame l'application dans tout l'Empire.

Ainsi, la politique culturelle mis en place par Charlemagne trouve-t-elle ici toute l'ampleur d'une brillante renaissance artistique, spirituelle, intellectuelle dans beaucoup de monastères, devenus des lieux privilégiés de transmission de la culture.

Toutefois, à partir de cette règle unique vont se créer des traditions propres à chaque abbaye.



Les demi-frères de Louis Ier le Pieux tonsurés

En 818, Louis Ier le Pieux fait tonsurer et enfermer ses demi-frères Drogon, Hugues et Thierry.



Berthmond et Ithier Comtes d'Auvergne

Guérin Ier de Vergy Comte d'Auvergne, de Chalon, de Mâcon et de Bourgogne.

Berthmond et Ithier sont Comte d'Auvergne sous Charlemagne.

Guérin Ier de Vergy est "comte de Chalon de son estoc", c'est-à-dire par héritage.

Guérin Ier de Vergy devient Comte d'Auvergne en 818, par un don de Louis Ier le Pieux, ce qui fait supposer qu'Alba d'Autun est la fille d'Ithier, Comte d'Auvergne.



Rébellion des Bretons

Morman Roi des Bretons

Mort de Morman Roi de Bretagne

Les Bretons nomme roi Morman, et refuse de se soumettre.

Louis Ier le Pieux réunit en septembre 818 son armée à Vannes (Veneda ou Venedia) avant de la lancer à l'assaut des forces du roi Murman ou Morman ou Morvan Lez Breiz qui l'avait défié.

Lambert Ier de Nantes participe à l'expédition.

Louis Ier le Pieux dévaste tout ce qu'il rencontre, jusqu'à ce que Morman soit tué à Merlevenez au milieu par un écuyer du roi, nommé Choslon.

La Bretagne vaincue se rend aux conditions de l'empereur et livre autant d'otages nobles qu'on leur en demande.

Louis Ier le Pieux convoque à Priziac l'abbé de Landévennec, Matmonoc, et impose la règle de Saint Benoît à l'Église bretonne.



Rorgon Ier du Maine Comte de Rennes

Rorgon Ier du Maine vit à la cour de l'empereur Charlemagne.

Louis Ier le Pieux confie à Rorgon Ier du Maine le comté de Rennes en 819.



Mariage de Louis Ier le Pieux avec Judith de Bavière

Louis Ier le Pieux est veuf d'Ermengarde de Hesbaye.

Louis Ier le Pieux épouse à Aix-la-Chapelle le 3 février 819 Judith de Bavière. Leurs enfants sont :

Judith de Bavière est choisie par l'empereur parmi les plus belles héritières de l'empire.

Ambitieuse, beaucoup plus jeune que son époux, elle prend vite une grande influence.

Elle le rend encore plus dévot.



Naissance de Gisèle de France

Gisèle de France naît entre 819 et 822, fille de Louis Ier le Pieux et de Judith de Bavière.



Don de la Corse et la Sardaigne au pape

Pascal Ier Pape reçoit en don de la part de Louis Ier le Pieux, la Corse et la Sardaigne.



Mariage de Gérard Ier de Vergy avec Hildegarde Carolingien

Gérard Ier de Vergy épouse en 819 Hildegarde Carolingien, fille de Louis Ier le Pieux et Ermengarde de Hesbaye.

Leurs enfants sont :



Imputation des échecs francs à Pampelune à Bera de Barcelone

Exil de Bera de Barcelone

Rampon de Barcelone Comte de Barcelone, Gérone, Osona et Besalú

Guilhem Comte de Razès et de Conflent

Bera de Barcelone défenseur de la trêve avec les musulmans est accusé d'être responsable des échecs francs à Pampelune.

Le parti belliciste emmené :

qualifie la trêve de contraire aux intérêts nationaux.

En février 820 est convoquée à Aix-la-Chapelle une Assemblée générale.

Bera de Barcelone s'y rend.

Gaucelme de Roussillon y envoie son lieutenant Sanila, qui formule contre Bera de Barcelone une accusation d'infidélité et de trahison.

Le litige, comme il est habituel à l'époque, se règle par un duel judiciaire dans le Palais lui-même.

Bera de Barcelone s'il veut être considéré comme le leader du parti goth, n'a pas d'autre option que d'accepter le défi.

Le duel (à l'origine des futurs tournois médiévaux) se fait à cheval, avec des javelots et des armes légères.

Ce système utilisé par les goths, est quasi inconnu des francs.

Bera de Barcelone qui n'est pas aussi habile que son rival, est battu par Sanila.

Sa déroute entraine la reconnaissance des charges dont il est accusé et, par conséquent, la peine de mort.

L'Empereur Louis Ier le Pieux, qui ne considère pas le comte comme un traitre, commue la peine de mort et l'envoie en exil à Rouen.

Bera de Barcelone résidera dans cette ville jusqu'à sa mort.

Les domaines de Bera de Barcelone sont divisés:



Aléran de Troyes Missus dominicus à Nurcie

Aléran de Troyes Comte de Troyes

Louis Ier le Pieux envoie Aléran de Troyes comme missus dominicus à Nurcie en 820.

Aléran de Troyes devient Comte de Troyes en 820.



Naissance de Ramnulf Ier de Poitou

Renaud ou Renoul ou Rannoux ou Ramnulf Ier de Poitou vers 815 ou en 820, fils de Gérard Ier de Vergy, Comte d'Auvergne, et



Bernard de Septimanie Duc de Septimanie

Bernard de Septimanie est investi du duché de Septimanie en 820 par Louis Ier le Pieux sous le nom de Bernard Ier de Septimanie.



Pénitence publique de Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux, accablé de remords, pour expier sa cruauté envers Bernard de Vermandois, se sent obligé de faire pénitence publique en 822.

Cet acte ébranle fortement son prestige.



Hilduin de Saint-Denis Archichapelain de Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux fait d'Hilduin de Saint-Denis son archichapelain vers 819, ou, plus probablement, après 822.


L'empereur Lothaire Ier L'empereur Lothaire Ier

Lothaire Ier Co-empereur

Le 5 avril 823 à Rome, Lothaire Ier est couronné co-empereur par le pape Pascal Ier, celui-ci se soumettant à son autorité.

Il espère ainsi protéger son royaume du futur enfant de Louis Ier le Pieux, Charles II le Chauve.

Lothaire Ier envisage de récupérer les territoires de l'Église, cédés par son père.

La papauté se soumet à son autorité.

Lothaire Ier reprend Rome.

Hilduin de Saint-Denis accompagne Lothaire Ier lors de l'expédition à Rome.



Naissance de Charles II le Chauve

Charles II le Chauve ou the Bald ou Carolingien naît à Francfort-sur-le-Main le 13 juin 823, fils de Louis Ier le Pieux et de Judith de Bavière.

Il est le filleul de Lothaire Ier.

Dès lors, Judith de Bavière fait tout pour détruire l'Ordinatio.

Elle pousse Louis Ier le Pieux à revenir sur les avantages qu'il avait faits à ses premiers enfants et à former un royaume pour Charles II le Chauve, ce qui produisit une révolte générale.

Lothaire Ier, pour la contrer, fait appel à des partisans, recruté en partie dans l'épiscopat.



Mort de Pascal Ier Pape

Eugène II Pape

Négociation de la Constitutio romana

Pascal Ier Pape meurt en 824.

Il sera fait saint.

Eugène II, né à Rome, devient 99e Pape en 824.

Eugène II négocie avec Louis Ier le Pieux la Constitutio romana.

Eugène II tient un concile à Rome pour la réforme du clergé.

À cette occasion Hilduin de Saint-Denis prend part à la controverse accompagnant l'élection du pape Eugène II.

Hilduin de Saint-Denis rapporte de Rome quelques reliques de saint Sébastien qu'il remet à l'abbaye Saint-Médard.



Défaite de Louis Ier le Pieux contre les basques

En 824, les Basques, alliés aux musulmans, tendent une seconde embuscade à Ronceveaux contre Louis Ier le Pieux, qui revient d'une expédition à Pampelune.

Cette deuxième victoire de Ronceveaux assure l'indépendance des Basques.



Défaite de Wiomarc'h devant Louis Ier le Pieux

Wiomarc'h est vaincu par Louis Ier le Pieux vers 824.



Fondation de l'hospice du lac du Mont Cenis

Dès 825, l'empereur Lothaire Ier permet à son père Louis Ier le Pieux de créer un hospice en bordure du lac du Mont Cenis.


Possessions de Bernard de Septimanie

Bernard de Septimanie Comte de Barcelone, de Toulouse et d'Autun

Siège de Barcelone

À l'assemblée de février 826 à Aix-la-Chapelle, l'empereur Louis Ier le Pieux désigne comme Comte de Barcelone, le chef du parti de la guerre, Bernard de Septimanie, frère puiné de Bera de Barcelone.

Bernard de Septimanie devient aussi Comte de Toulouse et d'Autun en 826.

En 826, l'émir de Cordoue, Abd Al-Rahman II assiège Barcelone, défendue par Bernard de Septimanie, Comte de Toulouse.

Louis Ier le Pieux demande aux comtes Hugues III d'Alsace, beau-père de Lothaire Ier, et Matfrid ou Matfried ou Mainfroi d'Orléans d'aider le Comte de Toulouse, ce qu'ils refusent.

C'est à partir de ce moment qu'Hugues est surnommé le Peureux.

Bernard de Septimanie vainc l'émir.



Expédition en Espagne

En 827, Louis Ier le Pieux envoie Childebrand III, l'abbé Hélisachar et le comte Donatus en Espagne pour ramener un comte local à l'obéissance.



Destitution de Hugues de Tour et de Mainfroi d'Orléans

Eudes Ier d'Orléans Comte d'Orléans

En février 828, Hugues III d'Alsace tarde à porter secours à Bernard de Septimanie qui combat les Sarrazins commandés par Abou Marvan au sud de l'Aquitaine.

Hugues III d'Alsace et Mainfroi d'Orléans sont sévèrement réprimandés par Louis Ier le Pieux qui les destitue de leurs titres.

Louis Ier le Pieux destitue Hugues III d'Alsace de la fonction d'ambassadeur à Constantinople.

À la suite de cet épisode, Hugues III d'Alsace est affublé du nom d'Hugues le Peureux.

Mainfroi d'Orléans est remplacé à Orléans par Eudes Ier d'Orléans, dont le frère Guillaume est déjà Comte à Blois et Chartres.

Eudes Ier d'Orléans et Guillaume sont cousins de Bernard de Septimanie et alliés au clan des Aquitains.

Ils sont issus de la famille des Gérold de Bavière.

De cette famille est issue Hildegarde la femme de Charlemagne.



Émenon de Poitiers Comte de Poitou

Émenon de Poitiers porte le titre de Comte de Poitou dès 828.

Émenon de Poitiers est aussi appelé Eménon ou Imon ou Iminon.

Émenon de Poitiers est le fils de Thierry II d'Autun ou d'Adalelme d'Autun, son frère.

Émenon de Poitiers, Turpion et Bernard de Poitiers sont frères.

On ignore qui nomme Émenon de Poitiers à son poste de Comte.

Il s'agit probablement de Pépin Ier d'Aquitaine, aux côtés de qui il se range contre Louis Ier le Pieux, qui doit à cette époque affronter tous ses fils.


Partage du royaume de 829

Nouveau partage

Charles II le Chauve Duc de Souabe

En 829, Louis Ier le Pieux change l'Ordinatio en donnant des territoires de Lothaire Ier à Charles II le Chauve, âgé de 7 ans :

Charles II le Chauve est fait Duc de Souabe en 829.



Bernard de Septimanie Chambellan

En 829, Bernard de Septimanie, reçu à la cour, s'attire les bonnes grâces de Judith de Bavière, et donc de Louis Ier le Pieux puisque celui-ci subit l'influence de sa femme.

Bernard de Septimanie devient chambellan, maître de la politique.

Les évêques ont de plus en plus de pouvoir puisque Louis Ier le Pieux leur accorde de plus en plus de liberté, ce que Charlemagne avait toujours évité…


Lothaire Ier chef de la résistance

Rébellion de Lothaire Ier, Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique contre Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux prisonnier

Judith de Bavière et Charles II le Chauve otages

La Loire moyenne est le principal théâtre des guerres durant 5 ans à partir de 830.

Lothaire Ier s'instaure chef de la résistance, soutenu par son frère Pépin Ier d'Aquitaine.

Hugues III d'Alsace et son frère Mainfroi d'Orléans (Les Etichonides) sont pour Lothaire Ier.

Lothaire Ier est marié à Ermengarde de Tours, fille d'Hugues III d'Alsace.

Leurs adversaires, soutenant l'Empereur Louis Ier le Pieux, sont les fils de Guillaume Ier le Grand :

En 830, Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique capturent leur père qui promet de ne plus rien faire sans l'accord de ses fils.

Ils veulent tonsurer leur père mais Lothaire Ier s'y oppose.

Heribert ou Herbert, fils de Guillaume Ier le Grand, est aveuglé sur ordre de Lothaire Ier en 830.

Lambert Ier de Nantes prend en otage Judith de Bavière, ainsi que Charles II le Chauve, et les enferme à l'abbaye de Sainte-Croix de Poitiers.

Bernard de Septimanie s'enfuit à Barcelone.

Lothaire Ier entreprend de restaurer le gouvernement et annule le partage qui favorisait Charles II le Chauve.

Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique sont lésés.

Hilduin de Saint-Denis prend le parti des princes, en particulier de Charles II le Chauve contre Louis Ier le Pieux.

Hilduin de Saint-Denis perd le bénéfice de ses abbayes et est banni.

Il s'enfuit d'abord à Paderborn puis rejoint l'abbaye de Corvey (près d'Höxter sur la Weser), où il est enfermé sur ordre de Louis Ier le Pieux.

En réalité, l'abbé Warin le reçoit généreusement.

En retour, Hilduin de Saint-Denis lui remet des reliques de Saint Vit, qui feront par la suite l'objet d'une vénération particulière à Corvey.

Avant 831, Hilduin de Saint-Denis regagne la faveur de Louis Ier le Pieux.

Hilduin de Saint-Denis retrouve la direction de l'abbaye de Saint-Denis, qu'il réforme.



Reprise du pouvoir par Louis Ier le Pieux

En 831, Louis Ier le Pieux reprend le pouvoir en utilisant Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique qui trahissent Lothaire Ier pour mieux hériter.

Judith de Bavière et Charles II le Chauve sont rendus à Louis Ier le Pieux.



Paix de Chouzy sur Cisse

Lothaire Ier est exilé en Italie dans le duché de Spolète.

Lors de la rébellion du fils aîné de l'empereur Louis Ier le Pieux, il prend le parti de Lothaire Ier et est exilé au début de 831 avec ce dernier en Italie où il devient duc de Spolète.

Lothaire est obligé de signer la paix à Chouzy sur Cisse, près de Blois, il est exilé en Italie avec Hugues III d'Alsace, Mainfroi d'Orléans et Lambert Ier de Nantes.


Nominoë

Nominoë Comte de Vannes, Marquis de Bretagne

Gui II de Vannes, comte de Vannes, n'a pas suivi son cousin Lambert Ier de Nantes dans sa rébellion contre Louis Ier le Pieux.

Néanmoins, en mai 831, Louis Ier le Pieux transfère le comté de Vannes de Gui II à Nominoë.

Le choix de ce Breton qui a prêté serment à l'empereur, traduit une recherche d'apaisement.

Nominoë fait comprendre à ses administrés qu'une bonne paix leur est plus profitable que les luttes incessantes qui les ont opposés aux Francs durant les dernières décennies.

Il tempère leur ardeur et les fait bénéficier de quelques années de quiétude qui vont leur permettre de se réorganiser.

Vannes et toute la Bretagne retrouvent leur statut antérieur aux expéditions franques, mais avec une administration renforcée et unifiée.



Bernard de Septimanie dépouillé

Bérenger de Toulouse Comte de Barcelone et de Girona

On accuse Bernard de Septimanie d'adultère avec l'impératrice Judith de Bavière.

Louis Ier le Pieux dépouille Bernard de Septimanie de son duché de Septimanie en 832.

Bérenger de Toulouse devient Comte de Barcelone et de Girona en 832.



Aldric du Mans Évêque du Mans

Aldric du Mans débuté sa carrière ecclésiastique comme prêtre au chapitre de la cathédrale de Metz, sous l'évêque Gondoul de Metz.

Il est aumônier de Louis Ier le Pieux.

Aldric du Mans devient Évêque du Mans le 11 janvier 832.

Il fait défricher la forêt de la Charnie en y créant 5 établissements agricoles.



Le Champ du Mensonge

Louis Ier le Pieux déposé

Louis Ier le Pieux, Charles II le Chauve et Judith de Bavière prisonniers

Hugues III d'Alsace a pour adversaire Bernard de Septimanie, Gaucelme de Roussillon et leur parent Bernard de Gothie.

Tandis que tous les 3 soutiennent Louis Ier le Pieux, Hugues III d'Alsace soutient son gendre Lothaire Ier.

Lothaire Ier se révolte.

Ses frères se rallient à lui.

Ils sont mécontents du partage successoral.

Lothaire Ier demande au Pape Grégoire IV d'arbitrer le conflit entre son père et lui.

Près de Colmar, en un lieu qui sera appelé Le Champ du Mensonge (Lügenfeld), Louis Ier le Pieux, en mauvaise posture, est déposé par ses fils :

En 833, devant l'assemblée de Soissons, Louis Ier le Pieux est enfermé avec Charles II le Chauve.

Judith de Bavière est enfermée à Tortona en Italie.

Grégoire IV séjourne à Colmar en juillet 833.



Révolte de Eudes Ier d'Orléans et de Guillaume de Blois

Mort d'Eudes Ier d'Orléans

Mort de Guillaume de Blois

Guillaume d'Orléans Comte d'Orléans

Après la seconde déposition de Louis Ier le Pieux en 834, Eudes Ier d'Orléans et Guillaume de Blois soulèvent les contrées de la Loire en faveur de Louis Ier le Pieux et marchent contre Mainfroi d'Orléans et Lambert II de Nantes.

Ces derniers sont vainqueurs quelque part en Touraine.

Eudes Ier d'Orléans et Guillaume de Blois sont tués ainsi que l'Abbé de Marmoutiers et de nombreux fidèles de l'Empereur.

Guillaume d'Orléans devient Comte d'Orléans.

Louis Ier le Pieux est replacé sur le trône le 1er mars 834.

L'Empereur lève une nouvelle armée et ses deux fils Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique se rallient à lui.



Exil d'Agobard de Lyon

Agobard de Lyon s'oppose au statut accordé aux Juifs à Lyon, et prend partie pour Lotaire Ier contre Louis Ier le Pieux.

Cette dernière prise de position lui vaut d'être disgracié en 835.

Agobard de Lyon part alors en exil en Italie, où il s'oppose aux réformes liturgiques d'Amalaire.



Paix de Chouzy-sur-Cisse

Exil de Lothaire Ier et d'Hugues III d'Alsace

En 835, Louis Ier le Pieux est remis sur son trône et vient à Thionville pour tenir la diète qu'il a convoquée pour le mois de février.

Lothaire Ier se rend aux invitations de son père avec Hugues III d'Alsace qui l'a soutenu.

Lothaire Ier et Hugues III d'Alsace implorent leur grâce.

Lothaire Ier est obligé de signer la paix à Chouzy-sur-Cisse, près de Blois.

C'est grâce à l'intervention de Wala de Corbie, ancien précepteur de Charlemagne, et conseiller de Lothaire Ier que les deux personnages sont graciés.

Ils perdent toutefois leur comté et une partie de leurs biens.

Hugues III d'Alsace est contraint de s'exiler en Italie et Wala de Corbie doit s'exiler à l'abbaye de Corbie.



Lutte contre les pirates en Provence

Vers 835, pour lutter contre les pirates Louis Ier le Pieux regroupe l'ensemble des comtés provençaux sous l'autorité d'un duc résidant à Arles, certainement Leibulf de Provence.



Mariage d'Éberhard de Frioul avec Gisèle de France

Fondation de l'abbaye Saint-Calixte de Cysoing

Éberhard de Frioul épouse vers 836 Gisèle de France, fille de Louis Ier le Pieux et de Judith de Bavière.

Leurs enfants sont :

En 836, Louis Ier le Pieux donne le domaine royal d'Annapes à sa fille Gisèle de France.

Évrard et Gisèle fondent l'abbaye Saint-Calixte de Cysoing, près de Lille.



Destitution de Robert le Fort

Destitution de Guérin II d'Auvergne

Nouveau couronnement de Louis Ier le Pieux

Lors des luttes de pouvoir entre les fils de Louis Ier le Pieux, Robert le Fort, cité dès 836, prend parti pour Charles II le Chauve, qui était le gendre d'Eudes Ier d'Orléans.

Robert IV de Hesbaye doit abandonner ses terres, incorporées dans le royaume de Lothaire Ier, pour se réfugier à l'Ouest, dans sa famille maternelle.

Ayant pris le parti de Lothaire Ier, Guérin II d'Auvergne est destitué de ses titres par Louis Ier le Pieux vers 836.

Louis Ier le Pieux est couronné de nouveau.



Bernard de Septimanie à nouveau Duc de Septimanie

Louis Ier le Pieux rend à Bernard de Septimanie son duché de Septimanie en 836 parce qu'il l'a soutenu contre ses fils révoltés.



Échard de Mâcon fidèle de Louis Ier le Pieux

Échard de Mâcon Seigneur de Perrecy et de Baugy

Échard de Mâcon apparait dans une charte de 836 où l'empereur Louis Ier le Pieux et son fils le roi Pépin Ier d'Aquitaine le qualifient de fidèle.

Échard de Mâcon devient Seigneur de Perrecy et de Baugy en 836.



Pouvoir de Charles II le Chauve sur la Frise et le territoire entre Meuse et Seine

En 837, sous l'influence de Judith de Bavière, Louis Ier le Pieux accorde à Charles II le Chauve, la Frise et le territoire entre Meuse et Seine.



Expédition Louis Ier le Pieux en Bretagne.

En 837, Louis Ier le Pieux mène une expédition en Bretagne.



Mort de Pépin Ier d'Aquitaine

Pépin II d'Aquitaine Roi d'Aquitaine

Pépin Ier d'Aquitaine meurt le 13 décembre 838.

Pépin II d'Aquitaine devient Roi d'Aquitaine.

En 838, Pépin II d'Aquitaine est destitué par Louis Ier le Pieux au profit de son demi-frère Charles II le Chauve.

Émenon de Poitiers, Comte de Poitou, ainsi que de nombreux autres Comtes, se range aux cotés de Pépin II d'Aquitaine contre Louis Ier le Pieux.



Assemblée de Worms

En 839, Louis Ier le Pieux se réconcilie avec Lothaire Ier.

Le royaume est de nouveau partagé :

Louis II le Germanique, se sentant lésé, tente de se rebeller mais s'enfuit rapidement.



Échard de Mâcon fidèle de Louis Ier le Pieux

Échard de Mâcon Seigneur de Perrecy

Échard de Mâcon apparait dans une charte de 839 où l'empereur Louis Ier le Pieux et son fils le roi Pépin Ier d'Aquitaine le qualifient de fidèle.

Échard de Mâcon hérite de la Seigneurie de Perrecy dans le Charolais, dont il se fait confirmer la possession par Louis Ier le Pieux.

Il est aussi chargé de la forêt de Marnay, dans le Morvois.

En juin 839, Pépin II d'Aquitaine confirme à Échard la possession des terres de Perrecy.



Turpion Comte d'Angoulême

Turpion est établi Comte d'Angoulême, en 839, par Louis Ier le Pieux.

Il est le premier comte que l'on connaisse de l'Angoumois.



Destitution d'Émenon de Poitiers

Ramnulf Ier de Poitou Comte de Poitou

Louis Ier le Pieux arrive à Poitiers où il passe Noël 839, il destitue Émenon de Poitiers qui se réfugie à Angoulême auprès de son frère Turpion ainsi que leur frère Bernard.

Louis Ier le Pieux installe Ramnulf Ier de Poitou comme nouveau Comte de Poitou en 839 à 866.

Ramnulf Ier de Poitou est le beau-frère de Bernard, frère d'Émenon de Poitiers (ils avaient épousé des sœurs rorgonides).

Ramnulf Ier de Poitou est en réalité un chef de guerre du Roi Charles II le Chauve, toujours en mouvement.



Gérard Ier de Vergy Comte d'Auvergne

Gérard Ier de Vergy, probable fils de Théodoric de Vergy, est nommé Comte d'Auvergne par Louis Ier le Pieux en 839.



Prise de la Germanie par Louis II le Germanique

Mort de Louis Ier le Pieux

Lothaire Ier Empereur d'Occident

Louis II le Germanique, voyant Judith de Bavière se rapprocher de l'ambitieux Lothaire Ier, pense que ce rapprochement entre deux ennemis mortels a pour but de l'exclure de l'héritage.

Il se saisit donc de ce qui devait lui revenir et prend les armes contre Louis Ier le Pieux et s'empare, en 840 :

Ainsi on ne lui objectera pas plus tard les prétendues dispositions que l'empereur aurait faites à sa mort.

Il se crée lui-même Roi de Germanie.

Louis II le Germanique hâte ainsi la mort de son père.

Louis Ier le Pieux meurt à sur une île du Rhin à Ingelheim-Am-Rhein près de Mayence le 20 juin 840.

Lothaire Ier devient Empereur d'Occident en 840.

Louis II le Germanique et Charles II le Chauve refusent de reconnaître Lothaire Ier comme suzerain.

Lothaire Ier désire subordonner :

Il envisage de les combattre et de les vaincre séparément.

Hilduin de Saint-Denis rejoint le camp de Lothaire Ier, l'aîné, qu'il suit à Cologne et à Prüm.

Dès juillet 840, Lothaire Ier arrive en Francie avec une véritable armée et s'enfonce dans les terres de Charles II le Chauve : Reims, la Meuse.

Lothaire Ier essaie de soudoyer les vassaux de Charles II le Chauve et reçoit l'appui des Grands, dont les Bretons et les Aquitains.

Nominoë entre en rébellion contre Charles II le Chauve, Roi de Francie.

Charles II le Chauve revenant d'Aquitaine sillonne son royaume : Tours, Orléans, Quierzy...

Avant l'hiver la situation est telle que Charles II le Chauve négocie avec Lothaire Ier une trêve.

Il lui envoie une assemblée l'exhortant à respecter les dernières volontés de Louis Ier le Pieux.

Charles II le Chauve en profite pour se rapprocher de Lambert II de Nantes et de ses partisans au Mans.



Affaiblissement du pouvoir des Carolingiens

Les nobles, las de mourir pour les querelles des héritiers de Louis Ier le Pieux font passer en loi qu'ils ne sont obligés de les assister que contre les ennemis de l'Etat.

Les nobles peuvent ainsi décider eux-mêmes de l'obéissance et des secours qu'ils doivent à leur souverain.



Mort d'Adalbert de Metz

Adalbert de Metz, missi dominici de Louis Ier le Pieux, meurt le 18 mai 841 tué pendant une bataille après avoir passé le Rhin à la demande de Lothaire Ier.


Serment de Strasbourg

Serment de Strasbourg

Le 14 février 842, à Strasbourg, probablement dans la Cathédrale carolingienne de Strasbourg, Louis II le Germanique et Charles II le Chauve s'allient contre leur frère aîné Lothaire Ier et se prêtent serment d'assistance mutuelle :

En prêtant un double serment devant leurs armées, Charles II le Chauve et Louis II le Germanique, sans s'en rendre compte, renforcent le pouvoir des Grands, en ayant associé les troupes et les nobles à leur victoire sur Lothaire Ier.

Le serment est repris par les soldats présents dans leur langue habituelle.

C'est que les habitants du "Regnum francorum" (le royaume des Francs) ont pratiquement oublié le latin et commencent à se distinguer par leurs idiomes selon qu'ils se trouvent à l'ouest ou à l'est de la Meuse.

Ce grand moment de l'Histoire occidentale, qui voit l'émergence des langues européennes, nous a été rapporté par e chroniqueur Nithard, mort en 844, dans son Histoire des fils de Louis Ier le Pieux.

Cette miniature montre Charles II le Chauve béni par la main de Dieu, avec à ses pieds la personnification des principales provinces de son royaume.

Elle est extraite du Codex aureus ou Évangile de saint Emmeran de Rastibonne (Bibliothèque de Munich).

Une assemblée d'évêques décide que Lothaire Ier n'est plus apte à régner et partage son royaume entre Charles II le Chauve et Louis II le Germanique.

Pendant ce temps :

Les Grands sont mécontents.

Les deux frères regrettent d'avoir spolié Lothaire Ier alors que Louis Ier le Pieux avait partagé son royaume entre tous.



Colloque de Meerssen

Devant les menaces des raids vikings et sarrasins, le colloque de Meerssen se réunit à l'instigation de Lothaire Ier, en 847.

Charles II le Chauve et Louis Ier le Pieux, cherche à rétablir l'unité de l'empire mais leur refus de reconnaître la prééminence de Lothaire Ier en se reconnaissant vassal de se dernier sanctionne au contraire la division.

Ce colloque permet à tout homme libre de pouvoir choisir le suzerain de son choix autre que le roi et libère les hommes d'armes de l'obligation de suivre le roi à la guerre, sauf en cas de guerre contre un ennemi étranger du royaume.

Ainsi le colloque favorise le développement de la féodalité et amoindri le pouvoir militaire du souverain.

Charles II le Chauve nomme 4 évêques, dont l'évêque de Vannes Susan.

Bientôt en guerre ouverte avec Charles II le Chauve, Nominoë les chasse pour cause de simonie vers 847 à Coetlouh.



Naissance d'Adélaïde de Frioul

Aélis de Paris ou Adélaïde de Frioul naît entre 850 et 853, fille :

Elle est l'arrière petite-fille du comte Bégon de Paris et d'Alpaïs.

Alpaïs pourrait être fille du roi Louis Ier le Pieux ou selon certaines sources beaucoup plus sûres une fille illégitime de Charlemagne et de l'une de ses nombreuses concubines.

Si Alpaïs n'est ainsi pas la fille de Louis Ier le Pieux, Adélaïde de Frioul est nièce de Charles II le Chauve et cousine de son fils, Louis II le Bègue.

Si Alpaïs est une fille illégitime de Charlemagne, Adélaïde de Frioul est une demi-sœur de Charles II le Chauve et tante de Louis II le Bègue.



Tranfert des restes de Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux est inhumé le 1er juillet 874 auprès d'Hildegarde de Souabe, sa mère, dans l'abbaye de Saint-Arnould de Metz.


L'Europe vers 875

Mort de Louis II le Jeune Roi d'Italie

Charles II le Chauve Empereur d'Occident

Charles II le Chauve Roi d'Italie

Boson V de Provence Duc d'Italie et de Provence

Louis II le Jeune retourne en Lombardie, où il meurt à Brescia le 12 août 875.

Il ne laisse qu'une fille nommée Ermengarde d'Italie.

Charles II le Chauve, accompagné de Richard le Justicier et de son frère Boson V de Provence, se rend à Rome.

Charles II le Chauve séjourne quelques jours à Besançon en 875, en attendant la succession de son neveu l'empereur Louis II le Jeune.

En 875, face aux appétits de Louis Ier le Germanique et de Charles II le Chauve et se défendant de l'aristocratie romaine, pour éviter toute guerre civile, le pape Jean VIII s'arroge le droit de choisir le nouvel empereur.

Son choix se porte sur Charles II le Chauve, le prince qui lui paraît le plus apte à défendre la papauté contre les raids des sarrasins.

Le 25 décembre 875, le pape Jean VIII consacre Charles II le Chauve et Richilde d'Ardennes du titre d'empereur et d'impératrice.

Charles II le Chauve est couronné roi d'Italie à Pavie.

Charles II réunit une partie de l'Empire carolingien sous son sceptre.

Louis Ier de Germanie refuse le fait accomplit et envahit le royaume jusqu'à l'Aisne mais ne recevant pas l'appuis des Grands qui demeurent fidèle à Charles II, Louis Ier doit battre en retraite.

Charles II le Chauve, nomme son beau-frère Boson V de Provence, Duc d'Italie et Duc de Provence.



Bataille d'Andernach

Charles II le Chauve, méconnaissant les droits du sang, combat ses neveux, les fils de Louis II le Germanique, pour essayer de conquérir la partie orientale de la Lorraine (Lotharii Regnum).

Mais les fils de Louis Ier refusent de se laisser déshériter par Charles II.

Louis III le Jeune est prêt à prouver, par 30 témoins, qu'il n'a pas contrevenu à l'accord passé avec son père.

Charles II le Chauve, feignant d'être disposé à écouter ses justifications, lui accorde une suspension d'armes pendant laquelle il jure de ne rien entreprendre mais il continue sa marche secrètement.

Charles II le Chauve s'avance près d'Andernach pour surprendre Louis III le Jeune et lui crever les yeux.

Mais Louis III le Jeune est averti de cette perfidie par l'archevêque de Cologne.

Le 8 octobre 876, Charles II le Chauve est vaincu par Louis III le Jeune à Andernach.

Charles II accepte de reconnaître la légitimité de ses neveux sur le trône de Germanie et retire ses prétentions.



Mariage d'Othon Ier de Chiny avec Ermengarde de Namur

Othon Ier de Chiny épouse en 975 Ermengarde de Namur, fille de Robert Ier de Namur et d'Ermengarde de Lorraine. Leur enfant est :



Naissance de Louis Ier de Chiny

Louis Ier de Chiny ou de Warcq naît en 975, fils d'Othon Ier de Chiny, Seigneur de Warcq et d'Ermengarde de Namur.



Louis Ier de Chiny Comte de Chiny

Louis Ier de Chiny devient Comte de Chiny vers 987.



Mariage de Louis Ier de Chiny avec Adélaïde de Saint-Varne

Louis Ier de Chiny épouse en 1004 Adélaïde de Saint-Varne (née en 975). Leurs enfants sont :



Naissance de Louis II de Chiny

Louis II de Chiny ou de Chigny naît en 1005, fils de Louis Ier de Chiny et d'Adélaïde de Saint-Varne.



Naissance de Louis II de Montbéliard

Louis II de Montbéliard ou de Mousson ou de Scarpone naît à Mousson en Meurthe-et-Moselle en 1010 ou vers 1015 ou vers 1019, fils de Richwin de Charpeigne ou Louis Ier de Mousson ou de Sundgau (vers 995-1028), Comte en Scarponnois et de Lutzelbourg, et de Mathilde de Nordgau ou d'Eguisheim (née vers 1003 à Eguisheim dans le Haut-Rhin).



Mort d'Othon II de Basse-Lotharingie

Godefroy II de Verdun Duc de Basse-Lotharingie

Frédéric de Verdun Comte de Verdun

Othon II de Basse-Lotharingie meurt en 1006 (Selon les Chronica de Sigebert de Gembloux) ou en 1012.

Il est le dernier des carolingiens mâles issus de Louis Ier le Pieux.

Les seuls caroligiens encore vivant sont les Herbertiens de Vermandois, issu de Bernard, fils illégitime de Pépin, le fils aîné de Charlemagne.

Il est possible que Lambert Ier de Louvain revendique le duché de Basse-Lotharingie à la mort d'Othon II de Basse-Lotharingie, son beau-frère, mais rien ne permet de le certifier.

L'empereur Henri II le Saint nomme Godefroy II de Verdun Duc de Basse-Lotharingie sur la recommandation de Gerhard Ie, Évêque de Cambrai.

Il prend le nom de Godefroy Ier de Basse-Lotharingie.

Ce choix est conduit par diverses considérations :

Il bénéficie en outre du soutient de ses frères :

Godefroy II de Verdun confie alors le comté de Verdun à Frédéric de Verdun, son frère.



Mariage de Louis Ier de Chiny

Louis Ier de Chiny épouse après 1014 Catherine.



Raimbert de Verdun Évêque de Verdun

Louis Ier de Chiny Comte de Verdun

Raimbert de Verdun devient Évêque de Verdun en 1024.

En 1024, Herman de Verdun se retire à l'abbaye de Saint-Vanne.

Raimbert de Verdun reprend le comté de Verdun et le donne à Louis Ier de Chiny, fils de Othon Ier de Chiny.



Mort de Louis Ier de Chiny Comte de Chiny et d'Ivoix

Godefroy II d'Ardenne convoite la ville et l'envahit

Louis Ier de Chiny meurt le 28 septembre 1025 assassiné par Godefroy II d'Ardenne.



Naissance de Louis Ier de Faucigny

Louis Ier de Faucigny naît vers 1030, fils d'Ermenrad de Faucigny, Seigneur de Faucigny et d'Algert.


Amédée Ier de Savoie

Mort d'Humbert Ier de Savoie

Amédée Ier de Savoie Comte de Savoie et de Maurienne

Mariage d'Amédée Ier de Savoie avec Adélaïde

Liaison d'Amédée Ier de Savoie

Humbert Ier de Savoie meurt à Hermillon le 19 juillet 1047 ou le 1er juillet 1048, regretté de son peuple.

Amédée Ier de Savoie devient le 2e Comte de Savoie et de Maurienne, d'Aoste (ou de Lenzbourg).

Amédée Ier de Savoie épouse une princesse nommée Adalgide, Adèle ou Adélaïde.

Ils n'ont pas d'enfants.

Amédée Ier de Savoie a une liaison.

Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier de Faucigny avec Thetberge de Rheinfelden

Thietburge ou Thetberge de Rheinfelden est la fille de Rodolphe II de Rheinfelden et de Thetberge.

Louis Ier de Faucigny épouse en 1053 Thetberge de Rheinfelden. Leurs enfants sont :



Mariage de Gui Ier de Senlis

Gui Ier de Senlis dit de La Tour épouse Berthe. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Senlis

Louis Ier de Senlis naît vers 1070, fils de Gui Ier de Senlis et de Berthe.



Mariage de Louis Ier de Faucigny

Louis Ier de Faucigny épouse X de Glane. Leur enfant est :



Naissance d'Ida de Faucigny

Ida de Faucigny naît en 1075, fille de Louis Ier de Faucigny, Seigneur de Faucigny, et de X Glane.



Mort de Louis Ier de Faucigny Seigneur du Faucigny et de Glane

Louis Ier de Faucigny meurt vers 1080.



Mariage de Louis le sauteur avec Adélaïde de Stade

Adélaïde de Stade est veuve du comte palatin Frédéric III de Goseck.

Louis le sauteur épouse Adélaïde de Stade. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Thuringe

Louis Ier de Thuringe naît en 1090, fils de Louis le Sauteur et d'Adélaïde de Stade.



Mariage d'Aymon Ier de Genève avec Ida de Faucigny

Aymon Ier de Genève épouse en 1095 Ida de Faucigny, fille de Louis Ier de Faucigny, Seigneur de Faucigny et de Glane. Leurs enfants sont :



Mariage d'Arnoul II de Looz

Arnoul II de Looz épouse en 1110 une Agnès. Leurs enfants sont :

Son épouse n'est pas connue avec certitude. Certain parlent d'une Agnès de Mayence ou de Reineck (née en 1080), mais c'est probablement une confusion avec sa mère. D'autre parlent d'une Agnès de Bavière, par ailleurs inconnue.



Naissance de Louis Ier de Looz

Louis Ier de Looz naît en 1110, fils d'Arnoul II de Looz et d'Agnès.



Mariage de Frédéric Ier de Montbéliard avec Stéphanie de Vaudémont

Frédéric Ier de Montbéliard est veuf de Petrissa de Zähringen.

Frédéric Ier de Montbéliard épouse Stéphanie de Vaudémont, fille de Gérard Ier de Vaudémont et d'Hedwige de Dagsbourg.

Leur enfant est :



Mariage de Jean de Wurtemberg

Jean de Wurtemberg épouse Hadelwig X.

Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Wurtemberg

Louis Ier de Wurtemberg naît vers 1119, fils de Jean de Wurtemberg et de Hadelwig X.



Mort de Louis le sauteur

Louis Ier de Thuringe Premier Landgrave de Thuringe

Louis le sauteur meurt à Reinhardsbrunn en 1123.

Louis Ier de Thuringe, son fils, lui succède comme comte de Thuringe.

Il est le premier à porter le titre de Landgrave de Thuringe.

3e personnage de sa lignée à se nommer Louis, il est nommé Louis Ier par l'historiographie.



Siège de Pont-Audemer

Henri Ier Beauclerc assiège Pont-Audemer en 1124.

Louis Ier de Senlis fait partie des défenseurs.


Sobeslav Ier de Bohême à Chlumec le 18 février 1126 - par Adolf Liebscher

Bataille de Chlumec

Mort d'Othon II de Moravie Duc d'Olomouc et de Brno

Venceslas Heinrich Duc d'Olomouc

Mort d'Hartung de Holstein

Au moment du dégel, le 18 février 1126, Lothaire II de Supplinbourg et Othon II de Moravie et leur armée traversent la frontière avec la Bohême près du défilé de Naklérov.

Ils rencontrent les troupes de Sobeslav Ier de Bohême près de la forteresse frontalière de Chlumec, en allemand Kulm ou Kuln, ou dans les environs du Lotaruv vrch, le Mont de Lothaire, près Jílové.

Chlumec se situe près de Chabarovice dans les contreforts sud des monts Métallifères.

La localisation exacte du lieu de la bataille est inconnue.

L'avant-garde d'environ 200 chevaliers lourdement armés commandés par Othon II de Moravie est immédiatement attaquée par les forces bohémiennes dans une vallée voisine.

Le corps d'arme principal, avec Lothaire II de Supplinbourg à sa tête, se trouve pris au piège sans possibilité de battre en retraite dans le passage montagneux.

Sobeslav Ier de Bohême remporte une victoire décisive sur les troupes impériales.

Othon II de Moravie meurt pendant ce combat.

Othon III de Moravie, fils d'Othon II de Moravie, passe sa jeunesse en exil dans la principauté de Kiev.

Venceslas Henri d'Olomouc devient Duc d'Olomouc en 1126.

Hartung de Holstein, fils d'Adolphe Ier de Holstein, meurt lors de cette bataille.

Lothaire II de Supplinbourg avec plusieurs de ses hommes liges dont Albert Ier de Brandebourg et Louis Ier de Thuringe sont capturés.

Sobeslav Ier de Bohême ne relâche ses captifs qu'à la condition de son investiture.

L'inféodation de Sobeslav Ier de Bohême par Lothaire II de Supplinbourg met fin à l'état de guerre.

La paix est négociée par Henri de Groitzsch.

Bien que le vainqueur rende formellement l'hommage féodal au vaincu, la position de Sobeslav Ier de Bohême se trouve fortement renforcée.

Afin de commémorer sa victoire, Sobeslav Ier de Bohême fait édifier rotonde sur le sommet du Ríp et la fait consacrer par Jindrich Zdík, l'évêque d'Olomouc.

Elle constitue l'un des plus anciens monuments nationaux Tchèque.



Mariage de Louis Ier de Thuringe avec Edwige de Gudensberg

Louis Ier de Thuringe épouse en 1127 Hedwige ou Edwige de Gudensberg (1110 ou1113-vers 1148 ou 1149), Dame d'Hessen, héritière de la Hesse, fille de Gison IV de Gudensberg et d'Hedwige. Leurs enfants sont :



Mort de Gison IV de Gudensberg

Union de la Thuringe et de la Hesse

Après la mort de Gison IV de Gudensberg, son beau-père, Louis Ier de Thuringe obtient la totalité de son héritage ce qui lui permet de réaliser l'union de la Thuringe et de la Hesse.



Naissance de Louis II de Thuringe

Louis II de Thuringe, dit de Fer, naît vers 1128, fils de Louis Ier de Thuringe et d'Hedwige de Gudensberg, Dame d'Hessen.



Louis Ier de Thuringe Landgrave de Thuringe

Favori de Lothaire II de Supplinbourg, Louis Ier de Thuringe devient Landgrave de Thuringe en 1131 en remplacement d'Hermann Ier de Winzenbourg.



Mort de Jean de Wurtemberg

Louis Ier de Wurtemberg et Emich de Wurtemberg Co-seigneurs du Wurtemberg

Naissance de Louis II de Wurtemberg

Jean de Wurtemberg meurt en 1137.

Louis Ier de Wurtemberg et Emich de Wurtemberg partagent le pouvoir et deviennent co-seigneurs du Wurtemberg.

Ludwig ou Louis II de Wurtemberg ou von Württemberg naît vers 1137, fils de Louis Ier de Wurtemberg.



Louis Ier de Thuringe Landgrave de Hesse-Gudensberg

En 1137, Louis Ier de Thuringe devient également Landgrave de Hesse-Gudensberg.

Ses relations étroites avec Lothaire II de Supplinbourg favorisent son accession à ce rang quasi princier.


Conrad III de Hohenstaufen

Dynastie des Hohenstaufen

Conrad III de Hohenstaufen Roi des Romains

Perte des les terres à l'est du Jura par Renaud III de Bourgogne

Conrad III de Hohenstaufen a pour compétiteur Henri X de Bavière, Duc de Saxe et de Bavière, chef de la maison des Welf-Este.

Les électeurs, redoutant un tel maître, lui préfèrent Conrad III de Hohenstaufen, duc de Franconie, ex-roi des Lombards de par les Milanais.

Waléran II de Limbourg soutient l'élection de Conrad III de Hohenstaufen et lui restera fidèle.

Thierry VI de Hollande soutient l'élection de Conrad III de Hohenstaufen qui favorise la nomination du candidat de Thierry VI de Hollande sur le siège épiscopal d'Utrecht.

Louis Ier de Thuringe devient alors un ardent partisan des Hohenstaufen qu'il appuie dans leur combat pour la prise de contrôle de l'empire contre les Welfs descendants de Lothaire.

Puisque le siège archiépiscopal de Mayence est vacant et que l'archevêque de Cologne n'est pas encore consacré, Albéron de Montreuil est nommé par le Pape Innocent II pour présider à l'élection.

Albéron de Montreuil s'allie avec un groupe de princes pour élire roi Conrad III de Hohenstaufen en 1138 à Coblence.

C'est finalement Henri X de Bavière, puissant prince de l'Empire, qui le supplante.

Conrad III de Hohenstaufen réussit néanmoins assez vite à obtenir l'adhésion à sa royauté de princes qui n'auront pas participé à l'élection de Coblence.

Conrad III de Hohenstaufen devient Roi d'Italie et est couronné à Aix-la-Chapelle par un légat du Saint-Siège le 6 mars 1138.

Il est le fondateur de la dynastie des Hohenstaufen.

Albéron de Montreuil a de bonnes relations avec Conrad III de Hohenstaufen, qui de fait lui portait la plus haute estime et l'appelait la force et l'âme du Royaume (eum regni videbat robur et mentem existere).

Soutenu par les gibelins, Conrad III de Hohenstaufen soutient une longue guerre contre Henri X de Bavière, duc de Saxe et de Bavière,

L'élection à l'empire de Conrad III de Hohenstaufen se fait au détriment Renaud III de Bourgogne.

Conrad III de Hohenstaufen confisque ses états et les donne à Conrad de Zahringen, avec le titre de recteur de Bourgogne.

Renaud III de Bourgogne soutient la guerre contre le recteur, mais il est battu, fait prisonnier et amené devant l'empereur.

Renaud III de Bourgogne doit abandonner les terres à l'est du Jura. Il se maintient sur les terres à l'ouest du massif jurassien.



Mort d'Arnoul II de Looz

Louis Ier de Looz Comte de Looz

Arnoul II de Looz meurt en 1139 ou en 1147.

Louis Ier de Looz devient Comte de Looz en 1139.



Mort de Louis Ier de Thuringe

Louis Ier de Thuringe meurt le 12 janvier 1140.

Il est inhumé dans l'abbaye de Reinhardsbrunn fondée par sa famille.

Louis Ier de Thuringe laisse la tutelle de son fils à Conrad III de Hohenstaufen.



Mort de Louis Ier de Senlis Seigneur de Chantilly

Louis Ier de Senlis meurt le 30 juillet 1140.



Mariage de Louis Ier de Looz avec Agnès de Metz

Louis Ier de Looz épouse en 1140 Agnès de Metz, Dame de Longwy, fille de Folmar V de Metz, Comte de Metz, et de Mathilde de Dagsbourg. Leurs enfants sont :

Ce mariage lui apporte des droits sur le Luxembourg, revendiqué par les comtes de Metz mais ils ne peuvent obtenir le comté.

Louis de Looz ne peut que récupérer la bannière des comtes de Luxembourg pour créer son écu.



Naissance d'Imagina de Looz

Imagine ou Imagina de Looz naît en 1140, fille de Louis Ier de Looz et d'Agnès de Metz.



Louis Ier de Wurtemberg et Emich de Wurtemberg co-comtes de Wurtemberg

Louis Ier de Wurtemberg et Emich de Wurtemberg sont co-comtes du Wurtemberg à partir de 1143.



Naissance de Gérard II de Looz

Gérard II de Looz naît en 1145, fils de Louis Ier de Looz et d'Agnès de Metz.



Naissance d'Agnès de Looz

Agnès de Looz naît en 1150, fille de Louis Ier de Looz et d'Agnès de Metz.



Mariage de Josselin II de Melun avec Alpaïs de Marolles

Josselin II de Melun épouse en 1152 Alpaïs de Marolles, Dame de Blandy-les-Tours.

Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Melun

Louis Ier de Melun naît en 1153, fils de Josselin II de Melun et d'Alpaïs de Marolles.



Mort d'Emich de Wurtemberg

Emich de Wurtemberg meurt en 1154.

Louis Ier de Wurtemberg devient seul Comte de Wurtemberg.



Mariage de Vladislav II de Bohême avec Judith de Thuringe

Vladislav II de Bohême épouse en 1155 Judith de Thuringe, fille de Louis Ier de Thuringe.

Leurs enfants sont :



Louis Ier de Looz Comte de Rieneck

Louis Ier de Looz devient Comte de Rieneck en 1155.



Naissance de Sophie de Looz

Sophie de Looz naît en 1155, fille de Louis Ier de Looz et d'Agnès de Metz.



Mariage de Frédéric Ier de Bohême avec Élisabeth Arpad

Frédéric Ier de Bohême épouse Élisabeth Arpad, fille de Géza II Arpad. Leurs enfants sont :



Mort de Louis Ier de Wurtemberg

Louis II de Wurtemberg Comte de Wurtemberg

Louis Ier de Wurtemberg meurt en 1158.

Louis II de Wurtemberg, son fils, lui succède et devient Comte de Wurtemberg.



Naissance de Laurette de Looz

Laurette de Looz naît en 1158, fille de Louis Ier de Looz et d'Agnès de Metz.



Mariage d'Otton V de Wittelsbach avec Agnès de Looz

Otton V de Wittelsbach épouse en 1170 Agnès de Looz, fille de Louis Ier de Looz, Comte de Looz et Rieneck, et d'Agnès de Metz, Dame de Longwy. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier de Melun avec Gisle

Louis Ier de Melun épouse en 1170 Gisèle ou Gisle. Leur enfant est :



Mort de Louis Ier de Looz Comte de Looz et Rieneck

Gérard II de Looz Comte de Looz

Louis Ier de Looz meurt le 11 août 1171.

Il est avoué de l'abbaye d'Averbode et fait bâtir la citadelle de Brustem.

Gérard II de Looz devient Comte de Looz.



Naissance d'Adam II de Melun

Adam II de Melun naît en 1172, fils de Louis Ier de Melun et de Gisle.



Mort de Marguerite de Limbourg

Mariage de Godefroy III de Louvain avec Imagina de Looz

Marguerite de Limbourg meurt en 1172.

Veuf, Godefroy III de Louvain épouse vers 1172 ou en 1180 Imagina de Looz (morte en 1214), fille de Louis Ier de Looz, Comte de Looz et de Rieneck, et d'Agnès de Metz, Dame de Longwy. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Wittelsbach

Louis de Kelheim ou Louis Ier de Wittelsbach naît à Kelheim en 1173 ou 1174, fils d'Otton V de Wittelsbach dit le Grand, et d'Agnès de Looz ou de Mayence.



Mariage de Thiébaut Ier de Bar avec Laurette de Looz

Thiébaut Ier de Bar épouse en 1176 Laurette de Looz, fille de Louis Ier de Looz, Comte de Looz et de Rieneck, et d'Agnès de Metz, Dame de Longwy. Leur enfant est :



Mariage de Godefroid III de Louvain avec Imaine de Looz

Godefroid III de Louvain est veuf de Marguerite de Limbourg.

Godefroid III de Louvain épouse vers 1180 Imagina ou Imagine de Looz (1140-5 juin 1214), fille de Louis Ier de Looz et d'Agnès de Metz. Leurs enfants sont :



Mort d'Otton V de Wittelsbach

Louis Ier de Wittelsbach Duc de Bavière

Otton V de Wittelsbach meurt à Pfullendorf en Allemagne le 11 juillet 1183.

Il est inhumé à l'abbaye de Scheyern.

Louis Ier de Wittelsbach succède à son père et devient Duc de Bavière.

Son oncle et Agnès de Looz, sa mère, assurent la direction des affaires jusqu'à sa majorité.



Mort de Louis Ier de Melun Vicomte de Melun

Louis Ier de Melun meurt un 20 août vers 1184.



Mariage de Juhel III de Mayenne avec Gervaise de Vitré

Juhel III de Mayenne épouse avant 1189 Gervaise de Vitré, Vicomtesse de Dinan, fille d'Alain Ier de Vitré et de Clémence de Fougères. Leurs enfants sont :



Mariage de Guillaume Ier de Sancerre avec Marie de Charenton-du-Cher

Guillaume Ier de Sancerre épouse vers 1190 Marie de Charenton-du-Cher. Leurs enfants sont :


Philippe Ier de Souabe

Philippe Ier de Souabe Roi des Romains

Othon IV de Brunswick Roi des Romains

Othon IV de Brunswick Roi des Romains

En 1198, Berthold V de Zähringen est désigné à Cologne comme successeur d'Henri VI le Sévère

Berthold V de Zähringen renonce au profit de Philippe Ier de Souabe qui lui donne en échange des territoires au sud de l'Allemagne et au nord de la Suisse (Ortenau, Brisgau, Schaffhouse et Vieux-Brisach)

En mars 1198 au cours de la diète tenue à Mühlhausen, certains électeurs germaniques élisent Philippe Ier de Souabe Roi des Romains ce qui déplait au pape Innocent III.

Otton Ier de Gueldre soutient Philippe Ier de Souabe.

Othon IV de Brunswick fait des promesses exorbitantes à Innocent III :

Innocent III prend le parti d'Othon IV de Brunswick, Comte de Poitou.

Le 9 juin 1198, Innocent III fait élire Othon IV de Brunswick roi des Romains à Cologne.

Innocent III fait couronner Othon IV de Brunswick le 12 juillet 1198.

Une guerre les opposera jusqu'à la mort de Philippe Ier de Souabe.

Louis Ier de Wittelsbach reconnait le prétendant Othon IV de Brunswick.



Naissance de Louis Ier de Sancerre

Louis Ier de Sancerre naît en 1200, fils de Guillaume Ier de Sancerre et de Marie de Charenton-du-Cher.


Château Trausnitz à Landshut

Instauration d'un octroi sur l'Isar à Landshut

Construction du Château Trausnitz

Louis Ier de Wittelsbach a un conflit d'influence avec l'évêque de Ratisbonne.

Louis Ier de Wittelsbach fait détruire la Strassburg épiscopale située au nord-est de l'actuelle Landshut.

En 1204, Louis Ier de Wittelsbach décide de jeter un pont sur l'Isar, d'y instaure un octroi et de fonder une ville quelques kilomètres en amont.

Château Trausnitz est probablement construit pour surveiller le pont.

Landshut est la première ville fondée par Louis Ier de Wittelsbach en Basse-Bavière.



Mariage de Louis Ier de Wittelsbach avec Ludmilla de Bohême

Louis Ier de Wittelsbach épouse en 1204 Ludmilla de Bohême, fille de Frédéric Ier de Bohême et d'Élisabeth Arpad. Leur enfant est :

Par une politique habile et un mariage avantageux, Louis Ier de Wittelsbach renforce la position de la lignée des Wittelsbach.



Naissance d'Otton II de Wittelsbach

Othon ou Otton II de Wittelsbach, dit le Grand ou l'Illustre, naît à Kelheim en Bavière le 7 avril 1206, fils de Louis Ier de Wittelsbach et de Ludmilla Przemyslide.



Louis Ier de Wittelsbach partisan de Frédéric II de Hohenstaufen

Louis Ier de Wittelsbach devint partisan à partir de 1211 de Frédéric II de Hohenstaufen.



Louis Ier de Wittelsbach Comte palatin du Rhin

Frédéric II de Hohenstaufen récompense Louis Ier de Wittelsbach du titre de Comte palatin du Rhin de 1214 à 1227. Le Palatinat devient ainsi bavarois.

Les puissants évêques de Freising, Ratisbonne, Salzbourg, Passau et Augsbourg tirent leur opulence du commerce du sel. En instaurant de nouveaux octrois concurrents sur l'Isar, Louis Ier de Wittelsbach les amène à traiter avec lui.



Mariage de Robert Ier de Courtenay-Champignelles avec Mahaut de Mehun-sur-Yèvre

Robert Ier de Courtenay-Champignelles épouse le 10 décembre 1216 Mahaut de Mehun-sur-Yèvre, fille de Philippe Mehun-sur-Yèvre, Seigneur de Mehun-sur-Yèvre et de Selles-en-Berry. Leurs enfants sont :



Instauration d'un octroi sur l'Isar à Landau

Louis Ier de Wittelsbach instaure un octroi sur l'Isar à Landau en 1218.



Mariage de Louis Ier de Sancerre avec Blanche de Courtenay

Louis Ier de Sancerre épouse entre 1219 et 1223 Blanche de Courtenay (1218-vers 1240), Dame de Bléneau. Leurs enfants sont :


Princes-électeurs de Henri VII de Hohenstaufen - Identifiés à leur blasons, de gauche à droite : l'archevêque de Cologne - l'archevêque de Mayence - l'archevêque de Trèves - le Comte palatin du Rhin - le duc de Saxe - le margrave de Brandebourg - le roi de Bohême

Henri VII de Hohenstaufen Roi des Romains

Henri de Hohenstaufen, fils de Frédéric II de Hohenstaufen, devient Roi des Romains sous le nom d'Henri VII en 1220.

Les princes électeurs sont :



Perte de Damiette

Départ de Louis Ier de Wittelsbach à la croisade d'Égypte

Louis Ier de Wittelsbach prisonnier

La campagne d'Égypte échoue avec la perte de Damiette le 8 septembre 1221.

André II Arpad de Hongrie et d'autres croisés allemands viennent reprendre Damiette mais cette victoire ne dure pas.

Louis Ier de Wittelsbach s'engage en 1221 dans la croisade d'Égypte, mais est fait prisonnier et doit payer rançon pour sa libération.



Instauration d'un octroi sur l'Isar à Straubinger-Neustadt

Louis Ier de Wittelsbach instaure un octroi sur l'Isar à Straubinger-Neustadt en 1224.



Mariage de Jean Ier de Brienne avec Bérengère de León

Jean Ier de Brienne est veuf d'Étiennette d'Arménie.

Jean Ier de Brienne épouse à Tolède en 1222 ou en 1224 Bérengère de León, fille d'Alphonse IX de Léon et de Bérengère de Castille. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Brienne

Louis Ier de Brienne dit d'Acre naît en 1225, fils de Jean Ier de Brienne et de Bérengère de León.



Mariage de Mathieu II de Lorraine avec Catherine de Limbourg

Mathieu II de Lorraine épouse en 1225 Catherine de Limbourg (mort en 1255), fille de Waléran III, Comte de Limbourg et de Luxembourg, et d'Ermesinde, Comtesse de Luxembourg. Leurs enfants sont :



Confirmation de la donation concernant le prieuré de Charnes

La donation concernant le prieuré de Charnes est confirmée par Louis Ier de Sancerre en 1230.


Abbaye de Seligenthal

Mort de Louis Ier de Wittelsbach

Fondation du monastère du Seligenthal

Otton II de Wittelsbach Duc de Bavière

Louis Ier de Wittelsbach meurt en 1231 victime d'un attentat sur le pont de Kelheim, savville natale. Il est inhumé au monastère bénédictin de Scheyern.

À la mort de son mari, Ludmilla de Bohême fonde le monastère cistercien du Seligenthal à Landshut.

Otton II de Wittelsbach, son fils, devient Duc de Bavière en 1231, sous le nom d'Otton II de Bavière.

Otton II de Wittelsbach fait couper le pont de Kelheim en 1232 et convertit la porte de garde commandant le pont en chapelle votive.



Naissance de Jean Ier de Sancerre

Jean Ier de Sancerre naît vers 1235, fils de Louis Ier de Sancerre et de Blanche de Courtenay.



Mariage de Louis Ier de Sancerre avec Isabelle de Mayenne

Louis Ier de Sancerre est veuf de Blanche de Courtenay.

Louis Ier de Sancerre épouse Isabelle de Mayenne (morte en 1256), dame de Loches.



Mariage de Thomas II de Savoie avec Béatrice Fieschi

Thomas II de Savoie est veuf de Jeanne de Constantinople.

Thomas II de Savoie épouse avant 1245 ou en 1251 Béatrice Fieschi, fille Tedisio III Fieschia et de Simona de Volta di Capo Corso. Leurs enfants sont :

Béatrice Fieschi est la nièce du pape Innocent IV.

Le pape la surnomme dans une lettre la comtesse Fleskyna.



Mariage de Renaud Ier de Forez avec Isabelle de Beaujeu

Isabelle de Beaujeu est veuve de Simon II de Semur-en-Brionnais.

Renaud Ier de Forez épouse en novembre 1247 Isabelle de Beaujeu.

Leurs enfants sont :



Mariage de Philippe II de Montfort-Castres avec Jeanne de Lévis-Mirepoix

Philippe II de Montfort-Castres épouse en 1250 Jeanne de Lévis-Mirepoix, fille de Guy Ier de Lévis et Guiburge de Montfort. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Savoie

Louis Ier de Savoie naît en 1250 ou vers 1254, fils de Thomas II de Savoie et de Béatrice Fieschi.

Thomas de Savoie, comte de Maurienne 1199-1259

Beatrice Fieschi +1283



Mariage de Louis Ier de Brienne avec Agnès de Beaumont

Louis Ier de Brienne, Vicomte de Beaumont-au-Maine, Prince de Jérusalem, Baron de Saint-Suzanne, Seigneur de la Guerche, de Pouancé et de Château-Gontier, épouse le 12 février 1253 Agnès de Beaumont, fille de Raoul VIII de Beaumont, Vicomte de Beaumont et de Sainte-Suzanne, et d'Agnès de La Flèche. Leurs enfants sont :



Naissance de Jean Ier de Beaumont-Brienne

Jean Ier de Beaumont-Brienne naît en 1255, fils de Louis Ier de Brienne, Vicomte de Beaumont-au-Maine, et d'Agnès de Beaumont.



Naissance de Marie de Brienne

Marie de Brienne naît en 1262, fille de Louis Ier de Brienne et d'Agnès de Beaumont.



Mort de Louis Ier de Sancerre

Louis Ier de Sancerre meurt en 1267 ou 1268



Naissance de Louis Ier Gonzague

Louis Ier Gonzague, en italien Luigi Corradi da Gonzaga, naît en 1268.



Mort de Renaud Ier de Forez

Louis Ier d'Albon Seigneur de Beaujeu

Mariage de Louis Ier d'Albon avec Éléonore de Savoie

Renaud Ier de Forez meurt en 1270.

Louis Ier d'Albon devient Seigneur de Beaujeu.

Louis Ier d'Albon épouse en 1270 Éléonore de Savoie, fille de Thomas II de Savoie et de Béatrice Fieschi. Leurs enfants sont :



Mariage de Jean Ier de Hainaut avec Philippine de Luxembourg

Jean Ier de Hainaut épouse vers 1270 Philippa ou Philippine de Luxembourg (1252-1311), fille d'Henri V de Luxembourg, et de Marguerite de Bar.

Leurs enfants sont :



Mariage d'Aymar IV de Poitiers-Valentinois avec Hippolyte de Bourgogne-Comté

Aymar IV de Poitiers-Valentinois épouse le 4 décembre 1270 Hippolyte de Bourgogne-Comté, Dame de Saint-Vallier, fille d'Hugues III de Chalon et d'Adélaïde de Méranie. Leurs enfants sont :



Mariage de Robert III de Flandre avec Yolande de Bourgogne

Robert III de Flandre Seigneur de Nevers

Yolande de Bourgogne est veuve de Jean-Tristan de Damiette.

Robert III de Flandre épouse à Auxerre en mars 1272 Yolande de Bourgogne, fille d'Eudes de Bourgogne et de Mathilde II de Bourbon. Leurs enfants sont :

Yolande de Bourgogne apporte Robert III de Flandre le Comté de Nevers.



Mariage de Robert de France avec Béatrice de Bourgogne

Robert de France épouse à Clermont-en-Beauvaisis en 1272 Béatrice de Bourgogne (1257-1310), fille de Jean de Bourgogne et d'Agnès de Bourbon. Leurs enfants sont :

Ils sont les ancêtres de la branche capétienne de Bourbon.



Naissance de Louis Ier de Nevers

Louis Ier de Nevers naît en 1272 ou 1273, fils de Robert III de Flandre et de Yolande de Bourgogne.



Mariage de Louis Ier de Savoie avec Adèle de Lorraine

Louis Ier de Savoie épouse Adèle de Lorraine, fille de Mathieu II de Lorraine et de Catherine de Limbourg.



Mort de Guigues VI de Forez Comte de Forez

Mariage de Louis Ier de Savoie avec Jeanne de Montfort

Guigues VI de Forez meurt le 19 janvier ou le 2 février 1278.

Louis Ier de Savoie est veuf d'Adeline de Lorraine.

Louis Ier de Savoie épouse en 1278 Jeanne de Montfort, fille de Philippe II de Montfort-Castres et de Jeanne de Lévis-Mirepoix. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Bourbon

Louis Ier de Bourbon, dit le Grand ou le Boiteux, naît à Clermont-en-Beauvais en 1279 ou 1280, fils de Robert de France et de Béatrice de Bourgogne.

Du vivant de son père, il est appelé Louis-Monsieur.



Naissance de Béatrix de Savoie-Vaud

Béatrix de Savoie-Vaud naît en 1280, fille de Louis Ier de Savoie et de Jeanne de Montfort.


Gisant de Yolande de Bourgogne - Cathédrale de Nevers

Mort d'Yolande de Bourgogne Comtesse de Nevers

Louis Ier de Nevers Comte de Nevers

Yolande de Bourgogne meurt le 2 juin 1280. Elle est inhumée dans l'église Saint-François de Nevers.

Robert III de Flandre aurait étranglé Yolande de Bourgogne pour avoir assassiné son fils Charles, issu d'un premier mariage avec Blanche de Sicile.

Louis Ier de Nevers, son fils, devient Comte de Nevers.



Naissance de Guichard VI de Beaujeu

Guichard VI de Beaujeu, dit le Grand, naît en 1280, fils de Louis Ier de Beaujeu et d'Éléonore de Savoie, Dame de Cordon.



Mariage d'Aymar IV de Poitiers avec Sibylle des Baux

Aymar IV de Poitiers-Valentinois est veuf d'Hippolyte de Bourgogne-Comté.

Aymar IV de Poitiers-Valentinois, Valet du Roi, épouse en 1284 Sibylle des Baux, fille de Bertrand II des Baux, et de Philippine de Poitiers-Valentinois. Leurs enfants sont :



Mariage de Philippe IV le Bel avec Jeanne Ire de Navarre

Philippe IV le Bel Roi de Navarre

Philippe IV le Bel Comte de Champagne

Rattachement de la Champagne et la Navarre à la France

Philippe IV le Bel épouse à Paris le 16 août 1284 Jeanne Ire de Navarre, fille d'Henri III de Champagne. Leurs enfants sont :

Jeanne Ire de Navarre apporte la Navarre et la Champagne à Philippe IV le Bel qui devient Roi consort de Navarre, sous le nom de Philippe Ier de Navarre, et Comte de Champagne.

La Champagne et la Navarre sont ainsi définitivement rattachées au royaume de France.

Cela place le Barrois dans le voisinage immédiat du domaine royal.

Philippe IV le Bel devient propriétaire du fief de Château-Porcien par son mariage.



Louis Ier de Savoie Seigneur de Vaud

Louis Ier de Savoie devient Seigneur de Vaud en 1285.



Robert de France Membre du Conseil royal

Robert de France est membre du Conseil royal de Philippe IV le Bel, mais il n'y joue sans doute aucun rôle à cause de son état mental.

Robert de Clermont a quelques périodes de rémission. Philippe IV le Bel, son neveu, lui confie plusieurs missions diplomatiques.

Philippe IV le Bel accorde en effet une grande confiance à Louis Ier de Bourbon.

Robert de France et Louis Ier de Bourbon, son fils, négocient un traité avec l'empereur Henri VII de Luxembourg.

A cette même époque, Louis Ier de Bourbon doit faire face à de nombreuses dettes, ce qui oblige ses parents à engager quelques châtellenies du Bourbonnais pour le renflouer.



Mariage de Guy VIII de Montmorency-Laval avec Jeanne de Brienne

Guy VIII de Montmorency-Laval est veuf d'Isabelle de Beaumont-en-Gâtinais.

Guy VIII de Montmorency-Laval épouse le 11 novembre 1286 Jeanne de Brienne (morte en 1323), Dame de Loué, fille de Louis Ier de Brienne et d'Agnès de Beaumont. Leurs enfants sont :

Ils sont à l'origine de la branche des Laval-Roix.



Mariage de Louis Ier Gonzague avec Richilde Ramberti

Louis Ier Gonzague épouse Richilde Ramberti (morte en 1318). Leurs enfants sont :



Mariage de Jean Ier de Chalon-Auxerre avec Marguerite de Beaujeu

Jean Ier de Chalon-Auxerre épouse le 5 septembre 1290 Marguerite de Beaujeu, fille de Louis Ier d'Albon et d'Éléonore de Savoie.



Naissance de Guy Gonzague

Guy Gonzague, en italien Guido Gonzaga, naît en 1290, fils de Louis Ier Gonzague et de Richilde Ramberti.



Mariage de Louis Ier de Nevers avec Jeanne de Rethel

Louis Ier de Nevers Comte de Rethel

Louis Ier de Nevers épouse en décembre 1290 Jeanne de Rethel (morte en 1328), fille d'Hugues IV de Rethel, Comte de Rethel, et d'Isabelle de Grandpré. Leurs enfants sont :

Louis Ier de Nevers devient Comte de Rethel.



Naissance de Louis Ier de Dampierre

Louis Ier de Dampierre, dit Louis de Nevers ou Louis de Crécy, naît à Nevers en 1293 ou 1304, fils de Louis Ier de Nevers, et de Jeanne de Rethel. Il est élevé au Louvre.



Mort de Louis Ier d'Albon Sire de Beaujeu

Louis Ier d'Albon meurt le 23 août 1295.



Naissance de Jeanne la Flamme

Jeanne de Dampierre ou de Flandre dite Jeanne la Flamme naît en 1295, fille de Louis Ier de Nevers et de Jeanne de Rethel.


Bataille de Furnes

Siège de Lille

Prise de Béthune

Bataille de Furnes

Prise de Nieuport et Dixmude

Mort de Walram de Juliers

Mort de Jean de Gavre

À l'été 1297, Philippe IV le Bel entre en Flandre à la tête d'une puissante armée.

Philippe IV le Bel met le siège devant Lille en juin 1297.

Guy III de Dampierre-sur-Aube trop âgé pour combattre a donné pour consigne de ne pas affronter les Français en rase campagne et de les arrêter devant ses villes fortes, le temps que des renforts soit envoyés.

Philippe IV le Bel scinde son armée et en confie une partie à Robert II d'Artois avec charge de se diriger vers la Flandre maritime.

Béthune se soumet rapidement.

Robert II d'Artois se dirige sur Saint-Omer, Cassel puis Bergues.

Robert II d'Artois y apprend qu'un contingent allemand soutien du comte de Flandres :

fortifie Furnes afin d'y résister.

Robert II d'Artois se dirige donc vers Furnes.

La bataille de Furnes, aussi appelée bataille de Bulscamp, une section de la ville actuelle de Furnes, oppose les troupes françaises aux troupes flamandes le 20 août 1297.

Robert II d'Artois est rejoint par le châtelain de Bergues qui appartient avec d'autres nobles au mouvement des Léliarts.

Les autorités de Furnes : le vicomte de Furnes, le magistrat de la ville, le bailli, soutiennent également le mouvement.

Alors que la bataille fait rage, le bailli de Furnes qui commande les gens d'armes de la ville se range sous la bannière du châtelain de Bergues.

Cette action, cette trahison selon certains, déstabilise l'armée des Allemands.

Selon une autre source le " traître " fut le vicomte de Furnes Arthur de Bretagne, fils du comte de Richemont, frère d'Arthur, duc de Bretagne.

Les Français, conduits par Robert II d'Artois, gagne la bataille

Walram de Juliers et Jean de Gavre meurent durant ou à la suite de ces combats.

Philippe d'Artois, fils Robert II d'Artois, est grièvement blessé.

La ville de Furnes est fort mal récompensée : elle est pillée et brûlée par les Français.

Si l'action du bailli (ou du vicomte) visait à obtenir que la ville soit sauve, elle échoua.

Robert II d'Artois prend Nieuport et Dixmude puis rejoint Philippe IV le Bel devant Lille.

Édouard de Savoie et Louis Ier de Bourbon font leurs premières armes lors de cette bataille.

Le siège de Lille se termine par la prise de la ville le 1er septembre 1297.

Édouard Ier d'Angleterre a débarqué mais avec une armée trop faible et ne combat pas.

La bataille de Furnes a donné lieu à une eau forte réalisée par Nicholas Cochin l'Ancien représentant Philippe IV le Bel en son lit de justice entouré de son armée victorieuse, auquel les Flamands présentent les clés de leurs villes en implorant sa grâce.

Très vite, Édouard Ier d'Angleterre et Philippe IV le Bel concluent un armistice.

==========================

Philippe IV le Bel envoie Robert II d'Artois et Louis de France combattre en Flandre.

Les Français sous le commandement de Charles Ier de Valois, sont victorieux sur les Anglais à Furnes le 20 août 1297.

Il y fait preuve d'une grande bravoure, contribuant à la victoire Philippe IV le Bel tout en arrachant à l'ennemi le corps de son cousin Philippe d'Artois, fils de Robert II d'Artois, mortellement blessé.

Guy III de Dampierre-sur-Aube qui a pris le parti de ses tisserands, foulons et autres drapiers, est attiré et emprisonné à Paris.

Jean Ier de Namur est retenu captif à Paris avec Guy III de Dampierre-sur-Aube son père.

Quand il apprend l'évolution inquiétante de la situation en Écosse, Édouard Ier d'Angleterre signe une trêve avec la France et repasse la mer.



Liaison de Louis Ier de Bourbon avec Jeanne de Bourbon-Lancy

Louis Ier de Bourbon a une liaison avec Jeanne de Bourbon-Lancy, Dame de Clessy. Leurs enfants sont :



Louis Ier de Bourbon Armé chevalier

Louis Ier de Bourbon est armé chevalier par Philippe IV le Bel en 1297.



Naissance de Guy de Bourbon

Guy de Bourbon naît en 1298 ou vers 1299, fils de Jean de Bourbon, Seigneur de Vitry-sur-Loire (mort en 1294) et d'Agnès de Semur, Dame d'Arcy, de Vitry-sur-Loire, de Clessy et de Chassey.

Certaines sources le font par erreur fils illégitime de Louis Ier de Bourbon.



Mariage d'Henri IV d'Avaugour avec Jeanne d'Harcourt

Henri IV d'Avaugour épouse en 1298 ou en 1300 ou 1305 Jeanne d'Harcourt. Leurs enfants sont :



Mariage de Guichard VI de Beaujeu avec Jeanne de Genève

Guichard VI de Beaujeu, Seigneur de Beaujeu et de Dombes dit le Grand, fils de Louis Ier de Beaujeu et d'Éléonore de Savoie, Dame de Cordon, épouse en 1300 Jeanne de Genève. Leur enfant est :



Mariage de Louis Ier de Savoie avec Isabelle d'Aulnay

Louis Ier de Savoie épouse Isabelle d'Aulnay.



Mariage de Pierre Ier de Brosse avec Blanche de Sancerre

Pierre Ier de Brosse épouse en 1301 Blanche de Sancerre, fille de Jean Ier de Sancerre, Comte de Sancerre, et de Marie de Vierzon, Dame de Menetou-Salon et Soesmes. Leurs enfants sont :

Selon Thaumas de la Thaumassière, le généalogiste berrichon, la seigneurie de Boussac est alors érigée en vicomté.



Mort de Louis Ier de Brienne Vicomte de Beaumont-au-Maine

Louis Ier de Brienne meurt le 9 mai 1301. Il est inhumé dans la Chartreuse du Parc d'Orques dans la Sarthe.



Mort de Louis Ier de Savoie Baron de Vaud

Louis Ier de Savoie meurt le 13 janvier 1302 ou en 1303.


Soldats flamands à la Bataille de Courtrai - détails de la Malle de Courtrai Bataille des Éperons d'Or par le peintre Nicaise de Keyser- 1836

Bataille de Courtrai

Mort de Robert II d'Artois

Mahaut d'Artois Comtesse d'Artois

Mort de Raoul II de Clermont-Nesle

Mort de Guy Ier de Clermont de Nesle

Mort de Simon de Melun Maréchal de France

Mort de Godefroy de Brabant Seigneur d'Aerschot et de Vierzon

Mort de Jean de Brabant

Mort de Guillaume II de Fiennes Baron de Fiennes et de Tingry

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne Connétable de France

Après les Matines de Bruges les rebelles tiennent le pays sauf deux places fortes importantes, Cassel et Courtrai. La ville de Courtrai est prise par Gui de Dampierre dans les premiers jours de juillet 1302 et la garnison française se réfugie dans le château.

Entre-temps le roi Philipe IV le Bel lève une armée à la tête de laquelle se trouve le comte Robert II d'Artois.

Guillaume V de Juliers, neveu de Gui de Dampierre, rejoint alors son oncle au siège de Courtrai ainsi que Jean Ier de Namur, le frère de celui-ci.

Le 8 juillet 1302, les deux armées se font face. Les forces en présence sont déséquilibrées.

Les troupes flamandes, les "Klauwaerts", la "piétaille flamande", sont composées de 20 000 combattants, des hommes à pied munis du goedendag, lourde lance hérissée d'une pointe métallique. Ils prennent position sur un plateau bordé par la Lys d'une part et des marécages d'autre part, le long d'un fossé en demi-lune. Derrière eux se trouvent les murailles du château de Courtrai.

Les troupes françaises, environ 50 000 hommes, constituée d'archers italiens, de fantassins et de chevaliers, s'amassent dans la plaine de Groeninghe. Elle se partage en 3 corps :

Combattent également lors de cette bataille :

Robert II d'Artois, sûr de la victoire, rejette la suggestion de contourner l'armée flamande.

Le 11 juillet 1302 au matin, les archers italiens entament les hostilités avec un certain succès.

Après un échange de flèches et de carreaux d'arbalètes, les Français font avancer leurs fantassins jusqu'au fossé.

Les chevaliers français, impatients de récolter les fruits d'une victoire qu'ils jugent facile, s'élancent et dans la précipitation s'embourbent dans les marécages.

Le corps d'armée de Raoul II de Clermont-Nesle puis celui de Robert d'Artois s'engouffrent dans ce piège.

Les chevaliers trop lourdement armés ne peuvent s'extirper du bourbier. Le fossé en arc de cercle les empêche de contourner l'obstacle.

Louis Ier de Bourbon commande l'arrière garde française. Il y évite le massacre de ses troupes et sa propre porte perte en se repliant sur Lille une fois la défaite devenue certaine. Étienne II de Sancerre s'enferme dans Lille avec les restes de l'armée française.

L'arrière-garde, commandée par Hugues II de Blois-Châtillon, décide de rebrousser chemin.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne se bat en héros.

Les combattants flamands, peu au fait des us et coutumes de la guerre, massacrent les chevaliers à terre sans chercher à faire de prisonnier. Périssent ainsi dans la bataille un grand nombre de chevaliers français dont :

Les biens de Godefroy de Brabant sont partagés entre ses 4 filles.

Les troupes victorieuses ramènent comme trophées les éperons d'or de tous les chevaliers tombés dans la bataille. Ces trophées orneront l'église Notre-Dame de Courtrai avant d'être récupérés par la France et installés à Dijon.

On trouve des détails de cette bataille sur les panneaux en bois d'une malle : la malle de Courtrai.

Robert II d'Artois est inhumé le 12 août dans l'abbaye de Maubuisson de Saint-Ouen-l'Aumône

Mahaut d'Artois, l'héritière directe de Robert II d'Artois, lui succède comme Comtesse d'Artois en occultant son neveu Robert III d'Artois qui ne songe pas alors à faire valoir une représentation des droits de son père qu'ignore la coutume d'Artois.

En compensation Robert III d'Artois reçoit les héritages et apanages normands de Robert II d'Artois.

Pour les Flamands, cette victoire sonne le début de leur indépendance.

Cet événement a acquis une valeur symbolique puisque le jour de la bataille a été choisi comme date de la fête annuelle de la communauté flamande en Belgique.

Il est à noter que les milices flamandes ont bénéficié d'une aide appréciable des Brabançons et des Namurois. Cet aspect semble quelque peu effacé aujourd'hui, dans le but de nourrir le combat pour l'émancipation de la culture flamande.

Guy III de Dampierre-sur-Aube, bientôt de retour à la tête de son comté, organise le mouvement de libération qui gagne plusieurs grandes villes de Flandre.

Le roi Philippe IV le Bel sort très affaibli par cette défaite. Il y a perdu une grande partie de sa chevalerie et de son prestige. Il est contraint de lever des impôts pour reconstituer une armée. Il gardera par la suite une grande méfiance vis à vis de la capacité de résistance des troupes flamandes.

Après la mort de Raoul II de Clermont-Nesle, Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, Comte de Porcéan, est fait Connétable de France en 1302 par Philippe IV le Bel.



Mariage de Frédéric II de Sicile avec Éléonore d'Anjou

Frédéric II de Sicile épouse en 1302 Éléonore d'Anjou, fille de Charles II d'Anjou et de Marie Arpad de Hongrie. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Brosse

Louis Ier de Brosse naît vers 1304, fils de Pierre de Brosse (mort vers 1305), Seigneur de Boussac, et de Blanche de Sancerre.


Bataille de Mons-en-Pévèle - par Charles-Philippe Larivière - Château de Versailles

Trêve entre la Flandre et la France

Bataille de Zierikzee

Gui de Dampierre Prisonnier

Bataille de Mons-en-Pévèle

Mort de Guillaume Ier de Chalon-Auxerre

Jean II de Chalon-Auxerre Comte d'Auxerre

Humilié, Philippe IV le Bel décide d'en finir coûte que coûte avec ses sujets rebelles en Flandre.

D'abord allié à Édouard Ier d'Angleterre, Amédée V de Savoie se rallie en 1304 à Philippe IV le Bel, et participe aux luttes contre les Flamands.

L'armée, sous les ordres de Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, obtient quelques succès pendant l'hiver.

Jean de Charny est convoqué à l'ost de Flandres parmi 28 barons et chevaliers bourguignons.

Louis Ier de Bourbon remporte quelques escarmouches.

Une trêve est conclue au printemps 1304.

Le siège de Tournai est levé suite à la trêve.

Philippe IV le Bel cherche un commandant pour sa marine, appelle Reynier Ier Grimaldi auprès de lui.

À l'été 1304 il se trouve à Calais.

À l'été 1304, les troupes flamandes, commandées par Guy III de Dampierre-sur-Aube, mettent le siège devant Zierikzee ou Zierikzée, un port de Zélande, qui fait par ailleurs l'objet d'un blocus naval.

Les 10 et 11 août 1304, une flotte franco-hollando-génoise, commandée par Reynier Ier Grimaldi, attaque l'escadre flamande. La flotte Flamande est totalement anéantie après 2 jours de lutte.

Guy III de Dampierre-sur-Aube, qui a pris le commandement de ses navires, est capturé.

Des troupes fanco-hollandaises débarquent et dégagent définitivement Zierikzee de son étau.

Une semaine plus tard, le 18 août 1304, l'armée de Philippe IV le Bel bat les milices flamandes de Jean Ier de Namur à Mons-en-Pévèle ou Mons-en-Puelle.

Armand VII de Polignac se bat en Flandres.

Bernard VI d'Armagnac contribue à la victoire avec 400 cents hommes d'armes et 1 000 sergents à pied.

Jean II de Bretagne, allié de la France, est cité lors de cette bataille de Mons-en-Pévèle, et aux deux sièges de Lille,…

Participent à cette bataille :

Louis Ier de Bourbon se signale lors de cette bataille.

On doit à Gaucher V de Châtillon-sur-Marne en grande partie cette victoire.

Jean IV de Pierrepont meurt lors de cette bataille

Guillaume Ier de Chalon-Auxerre meurt lors de cette bataille. Jean II de Chalon-Auxerre, son fils, devient Comte d'Auxerre.

Les villes du comte de Foix se révoltent contre les agents royaux qui veulent lever une aide pour financer la poursuite des guerres flamandes.

Gaston Ier de Foix soutient ses administrés et refusent de livrer les meneurs. Après une saisie partielle du comté de Foix par le sénéchal de Carcassonne, Gaston Ier de Foix rentre en grâce.



Mariage d'Aymar V de Poitiers-Valentinois avec Sybille des Baux

Aymar V de Poitiers-Valentinois épouse Sybille des Baux (morte en 1360), Dame de La Voulte, fille de Bertrand II des Baux (1240-vers 1305), Comte d'Avellino, et d'Agathe de Mévouillon. Leurs enfants sont :



Mort de Jeanne Ire Reine de Navarre

Fondation du collège de Navarre

Louis Ier le Hutin Roi de Navarre

Louis X le Hutin Comte de Champagne et de Brie

Jeanne Ire de Navarre meurt à Vincennes le 2 ou le 4 avril 1305.

Elle est inhumée à Paris.

Par son testament, Jeanne fonde le collège de Navarre à Paris. Elle lègue son hôtel de la rue Saint-André-des-Arts pour y établir un collège destiné à recevoir des étudiants de sa province. L'entrée pouvait en être ouverte, sans condition de naissance, de famille ou d'âge, à tout français pauvre qui se destinait à l'étude de la grammaire, de la logique ou de la théologie.

Louis Louis X le Hutin hérite des possessions personnelles de Jeanne.

Louis X le Hutin devient Roi de Navarre sous le nom de Louis Ier de Navarre et Comte de Champagne et de Brie.

Pour l'heure, l'héritage maternel doit rester sous la tutelle de son père, le roi Philippe IV le Bel, conformément à une clause du testament prévoyant qu'il ne peut en disposer que lorsqu'il aura atteint l'âge de la majorité, fixé à 21 ans.

De fait, Philippe IV le Bel exerce le pouvoir effectif en Champagne et en Brie jusqu'en 1308.

Mais, en Navarre, les villes n'entendent pas se soumettre à son autorité !

Les villes de Navarre commencent à s'agiter : elles veulent conserver leurs fueros, leurs coutumes particulières, et se défaire de règlements institués par le gouverneur qui représentait la reine défunte.

Dans cette lutte, elles comptent obtenir une aide précieuse du prince Louis (un souverain si jeune doit être facilement influençable) et réclament sa venue pour qu'il prête le traditionnel serment coutumier.

Elles espèrent rétablir une sorte de conseil de 12 membres chargé d'assurer le gouvernement jusqu'à la majorité du roi.

Un certain nombre de villes se lient au sein d'une Hermandad juramentada, se jurant de préserver leurs coutumes, privilèges et franchises et de se porter une assistance mutuelle.

A la fin juin 1305, elles envoient leurs chartes à Philippe IV le Bel et au prince Louis, dont elles requièrent la présence en Navarre afin qu'elles le reçoivent et le reconnaissent pour seigneur et roi.

Mais Philippe IV le Bel entend bien continuer à gouverner comme du vivant de son épouse.

Aussi répond-il aux Navarrais qu'ils doivent obéissance au gouverneur Alphonse de Rouvray, toujours en place.



Mort d'Aldebert de Peyre

Louis Ier de Poitiers Évêque de Viviers

Aldebert de Peyre acquiert :

Dans son testament Aldebert de Peyre institue la tradition familiale. Le cadet des Peyre doit hériter de la seigneurie de Marchastel, et se nommer Aldebert.

Il ne doit parler ni français, ni auvergnat, ni autrement, mais comme il parle lui Aldebert et comme son père parlait.

Aldebert de Peyre meurt à Viviers en 1306.

Louis Ier de Poitiers, fils d'Aymar IV de Poitiers-Valentinois et d'Hippolyte de Bourgogne-Comté, devient Évêque de Viviers en 1306.



Enguerrand III de Marigny président de la Chambre des Comptes de Normandie

En 1306, Enguerrand III de Marigny est envoyé pour présider la Chambre des Comptes de Normandie.

Enguerrand III de Marigny reçoit de Philippe IV le Bel de nombreux présents, mais aussi une pension d'Édouard II Carnavon.

Cultivé et adroit, Enguerrand III de Marigny est l'homme qu'il faut pour servir les plans de Philippe IV le Bel, dont il a la confiance. Enguerrand III de Marigny partage la haine que s'attire le roi dans l'opinion publique en dévaluant la monnaie.

Enguerrand III de Marigny est l'agent de Philippe IV le Bel dans le conflit qu'il a avec Louis Ier de Nevers, fils de Robert III de Flandre, emprisonnant Louis et forçant Robert à abandonner Lille, Douai et Béthune.



Mariage de Philippe V le Long avec Jeanne II de Bourgogne

Philippe de France, le futur Philippe V le Long, épouse à Corbeil en janvier 1307 Jeanne II de Bourgogne, fille d'Othon IV de Bourgogne et de Mahaut d'Artois. Leurs enfants sont :

Malgré ce mariage, Philippe IV le Bel continue de gouverner la province.



Mort de Raymond II de Vogüé Seigneur de Vogüé, de Rochecolombe, Saint-Maurice et Lanas

Hommage de Raymond III de Vogüé à Louis Ier de Poitiers

Raymond II de Vogüé meurt en 1307.

Raymond III de Vogüé, fils de Raymond II de Vogüé et de Guilhelme de Laudun, renouvelle l'hommage à Louis Ier de Poitiers le 10 novembre 1307.



Voyage de Louis X le Hutin en Navarre

Sacre de Louis X le Hutin

Les Navarrais menace de se révolter si leur souverain refuse de rejoindre son royaume. Prenant la mise en garde au sérieux, Philippe IV le Bel autorise son fils à se rendre en Navarre.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, était jusqu'alors chargé de l'éducation de Louis X le Hutin. Comme la ville de Pampelune, est divisée en deux partis, on craint quelque soulèvement. Gaucher V de Châtillon-sur-Marne accompagne Louis dans son voyage, avec le comte de Boulogne et une foule de noblesse.

En août 1307, Louis le Hutin est à Toulouse.

Fin septembre1307, il fait son entrée dans le royaume de Navarre et prie ses sujets d'obéir au gouverneur désigné en son nom. Les Navarrais répliquent qu'ils ne l'accueillent qu'en tant qu'héritier et qu'ils ne l'accepteront comme roi que quand il aura prêté le serment traditionnel garantissant la préservation de leurs coutumes.

Le 1er octobre1307, à Pampelune, le prince Louis X le Hutin est couronné Roi de Navarre sous le nom de Louis Ier de Navarre et jure de garder les fueros.

À la mi-octobre octobre1307, une Cour générale est convoquée, cette fois-ci avec les représentants des villes, qui prêtent serment de fidélité au fils aîné du roi de France et de par la grâce de Dieu roi de Navarre et Comte de Champagne et de Brie.

Le roi Louis Ier de Navarre s'installe à Estella pour un mois, avant d'entreprendre une tournée de reconnaissance dans son royaume. Il confirme les privilèges et les possessions des institutions religieuses, les coutumes des bonnes villes, ainsi que celles de la plupart des communes qui ne se sont pas manifestées.

Par ailleurs, il maintient les Juifs dans tous leurs droits, compagnies et biens, se démarquant ainsi de la politique de son père. Cet acte suscite l'installation en Navarre de nombreux Juifs chassés de France.

La nombreuse suite de Louis X le Hutin inquiète d'abord Jacques II le Juste, le Roi d'Aragon. Il craint que Louis n'entreprenne de lui faire la guerre, mais voyant que ce Prince se contente de visiter ses terres, il se rassure.

Le jeune roi séjourne encore une semaine dans sa capitale de Pampelune puis, en décembre 1307, par Roncevaux et Saint Jean Pied de Port, il quitte la Navarre.

À son retour, Gaucher V de Châtillon-sur-Marne est blâmé, car il n'a pas attaqué les Aragonais.



Liaison de Louis Ier de Bourbon avec Jeanne de Rochefort

Louis Ier de Bourbon a une liaison avec Jeanne de Rochefort. Leur enfant est :



Mariage d'Édouard II Carnavon avec Isabelle de France

Tournoi de Boulogne-sur-Mer

Après de longues négociations, en vertu du traité de Montreuil-sur-Mer, Édouard II Carnavon épouse à Boulogne-sur-Mer le 25 janvier 1308 Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel et de Jeanne Ire de Navarre. Leurs enfants sont :

Amédée V de Savoie assiste à ce mariage.

Louis Ier de Bourbon se fait remarquer en remportant avec Jean Ier de Clermont, son frère, Comte de Charolais, les prix du tournoi de Boulogne-sur-Mer organisé en l'honneur de ce mariage.

Louis Ier de Bourbon est choisi peu après pour accompagner Isabelle de France à son couronnement, en compagnie de Charles Ier de Valois.



Louis Ier de Bourbon Grand chambrier de France

A son retour d'Angleterre, Philippe IV le Bel confie à Louis Ier de Bourbon la charge de Grand chambrier de France.

Cette charge restera dans la Maison de Bourbon jusqu'en 1523.



Naissance de Louis Ier de Thouars

Louis Ier de Thouars naît vers 1310, fils de Jean Ier de Thouars et de Blanche de Brabant.



Mariage de Louis Ier de Bourbon avec Marie de Hainaut

Le contrat de mariage est signé en juin 1310.

Louis Ier de Bourbon épouse :

Marie de Hainaut, Dame de Hollande. Leurs enfants sont :



Naissance de Jeanne de Bourbon

Jeanne de Bourbon naît en 1310 ou 1312, fille de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut.



Mort de Béatrice de Bourgogne Dame de Bourbon, Comtesse de Charollais

Louis Ier de Bourbon Seigneur de Bourbon

Louis Ier de Bourbon Comte de Clermont-en-Beauvaisis

Béatrice de Bourgogne meurt au Château de Murat dans le Cantal le 1er octobre 1310.

Louis Ier de Bourbon devient Seigneur de Bourbon.

Son père lui cède alors la plupart de ses biens, ne gardant que quelques usufruits.



Mariage de Guy Ier de Blois-Châtillon avec Marguerite de Valois

Guy Ier de Blois-Châtillon épouse le 16 octobre 1310 Marguerite de Valois, fille de Charles Ier de Valois et de Marguerite de Sicile.

Leurs enfants sont :



Naissance de Pierre Ier de Bourbon

Pierre Ier de Bourbon naît en 1311, fils de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut.



Louis Ier de Bourbon médiateur entre Flandre et Hainaut

En 1311, Louis Ier de Bourbon utilise de nouveau ses talents de diplomate pour empêcher l'éclatement d'un conflit entre les comtés de Flandre et de Hainaut.



Mariage de Guillaume de Coucy avec Isabeau de Châtillon-sur-Marne

Guillaume de Coucy épouse à Pontoile en mai 1311 Isabeau de Châtillon-sur-Marne, fille de Guy III de Châtillon-Saint-Pol et de Marie de Bretagne. Leurs enfants sont :

Le contrat de mariage est signé en mai 1311 à Pontoile dans l'abbaye de Notre-Dame la Royale, avec comme témoins :



Concile de Vienne

Appel à la Croisade

Le Concile de Vienne dure de 1311 à 1312.

Il appelle à la Croisade.

Dragonnet de Montauban est présent à ce Concile.

Louis Ier de Bourbon est nommé commandant suprême de cette future expédition.

Louis Ier de Bourbon part pour Lyon afin de réunir les Croisés, mais ces derniers se font si discrets que l'entreprise est assez rapidement abandonnée.



Louis Ier de Bourbon Grand chambrier de France

Charles IV le Bel investit Louis Ier de Bourbon de la charge de grand chambrier en 1312.



Naissance de Marguerite de Bourbon

Marguerite de Bourbon naît en 1313, fille de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut.



Louis Ier Gonzague Podestat de Modène

Louis Ier Gonzague est d'abord podestat de Modène en 1313.



Naissance de Marie de Bourbon

Marie de Bourbon ou de Clermont naît en 1315, fille de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut.



Mort de Louis X le Hutin Roi de France

Philippe V le Long Régent du royaume de France

Louis X le Hutin meurt à Vincennes le 4 ou le 5 juin 1316, pour avoir bu du vin glacé, après s'être échauffé au jeu de paume.

Il est inhumé le 7 juin dans la basilique de Saint-Denis.

Mahaut d'Artois et de Bourgogne, est accusée d'avoir empoisonné le roi pour faciliter à ses enfants l'accès du trône de France.

L'œuvre de Philippe IV le Bel est compromise par Louis X le Hutin, son fils.

Son gouvernement est avant tout le gouvernement de Charles Ier de Valois

Louis X, aux yeux de l'opinion largement informée, apparaît plutôt comme un roi fragile et malchanceux.

Son avènement favorise une recrudescence de l'agitation.

En fait, face à une situation économique et politique difficile, l'apparente résignation du roi le sert.

Période de réaction violente sur un arrière-plan de crise, le règne de Louis X le Hutin marque le pas dans les progrès de la monarchie.

L'expansion de la société féodale atteint alors ses limites.

Le dialogue du roi et de la nation est devenu nécessaire.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne a été nommé exécuteur testamentaire par le roi décédé et Régent.

Philippe V le Long ne revient à Paris que le 28 juin 1316.

A peine arrivé, Philippe V le Long fait célébrer les obsèques du roi à basilique de Saint Denis le 12 juillet 1316.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, lors du Conseil de Régence, réuni quelques semaines après la mort du roi propose alors de décréter l'impossibilité pour les filles d'accéder à la couronne, bien qu'aucune coutume du passé ne semble légitimer cette solution.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne déclare alors :

En vérité, ce serait folie que de laisser fille monter au trône ! Voyez-vous dame ou donzelle commander les armées, impure chaque mois, grosse chaque année ? Et tenir tête aux vassaux, alors qu'elle ne sont point capables de faire taire les chaleurs de leur nature ? Non, moi je ne vois point cela, et je vous le dis, la France est trop noble royaume pour tomber en quenouille et être remis à femelle.

Les lis ne filent pas !

Son oncle, Charles Ier de Valois, soutenu par le parti féodal, veut s'emparer de la régence, mais le connétable Gaucher V de Chatillon arme les bourgeois de Paris qui n'aiment pas Charles et avec eux chasse du Louvre ses gens d'armes.

Alors, Philippe V le Long se saisit du palais, agit en maître.

Clémence de Hongrie, la reine, qui retirée au château de Vincennes, lui annonce sa grossesse.

Il est décidé dans une assemblée de barons que si la reine accouche d'un fils, Philippe V le Long sera gouverneur du royaume jusqu'à ce que son neveu atteigne ses 18 ans.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne défend les intérêts de la reine, quand Philippe V le Long veut abuser de ses pouvoirs.

Philippe V le Long prend le titre de fils du roi des Français, régent des royaumes de France et de Navarre et prépare son avènement au trône.

Robert de France intervint une dernière fois sur la scène politique en se ralliant à Philippe V le Long, son neveu, pour l'obtention de la régence.

Louis Ier de Bourbon prend également le parti Philippe V le Long contre les menées de Charles IV Le Bel et d'Eudes IV de Bourgogne qui soutiennent la candidature au trône de Jeanne II de France.

Louis Ier de Bourbon vend à Philippe V le Long ses droits de battre monnaies d'or et d'argent sur ses terres pour 15 000 livres.

Très bien en cour, Louis Ier de Bourbon fait son entrée au Conseil du Roi.



Louis Ier de Bourbon Comte de Clermont-en-Beauvaisis

Louis Ier de Bourbon devient Comte de Clermont-en-Beauvaisis en 1317.



Mariage de Jean de Hainaut avec Marguerite de Nesle

Jean de Hainaut épouse peu avant le 23 janvier 1317 Marguerite de Nesle, Comtesse de Soissons (1306-1350), Dame de Chimay, fille d'Hugues de Nesle, Comte de Soissons.

Leur enfant est :

Jean de Hainaut devient alors comte de Soissons du droit de sa femme.



Mariage de Louis Ier de Dampierre avec Marguerite Ire de France

Robert III de Flandre fait épouser à son petit-fils la fille de Philippe V le Long et de Jeanne II de Bourgogne.

Louis Ier de Dampierre épouse en 1317 ou en juillet 1320 Marguerite Ire de France.

Leur enfant est :

Louis Ier de Dampierre a également comme enfant :



Louis Ier de Poitiers Évêque de Langres

Louis Ier de Poitiers devient Évêque de Langres en 1318.

Des chanoines ayant refusé l'accès de leur église à son procureur qui venait en prendre possession, Louis Ier de Poitiers en aurait fait enfoncer les portes.



Louis Ier de Bourbon Roi de Thessalonique

En 1318, Eudes IV de Bourgogne cède à Louis Ier de Bourbon le titre fictif de Roi de Thessalonique dont il ne pourra jamais réellement se prévaloir.



Mariage de Guigues VII de Forez avec Jeanne de Bourbon

Guigues VII de Forez épouse à Avignon le 14 février 1318 Jeanne de Bourbon, fille de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut. Leur enfant est :



Louis Ier Gonzague Podestat de Mantoue

Louis Ier Gonzague devient podestat de Mantoue en 1318.



Louis Ier Gonzague Podestat de Parme

Louis Ier Gonzague devient podestat de Parme en 1319.



Mariage de Louis Ier de Poitiers-Valentinois avec Marguerite de Vergy

Louis Ier de Poitiers-Valentinois épouse le 20 mai 1319 ou en 1321 Marguerite de Vergy (morte en 1357), Dame de Vadans, fille d'Henri II de Vergy (mort en 1333) et de Mahaut de Trie (morte en 1319). Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier Gonzague avec Caterina Malatesta

Louis Ier Gonzague épouse Caterina Malatesta, fille de Pandolfo, Seigneur de Rimini. Leurs enfants sont :



Naissance de Jacques Ier de Bourbon

Jacques Ier de Bourbon naît en 1319, fils de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut.



Mariage de Jean II de Sully avec Marguerite de Bourbon

Jean II de Sully épouse le 6 juillet 1320 Marguerite de Bourbon. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles Robert de Hongrie avec Élisabeth Piast

Charles Robert de Hongrie épouse le 6 juillet 1320 Élisabeth Piast, fille de Ladislas Ier de Pologne et d'Hedwige de Kalisz. Leurs enfants sont :



Mariage de Bertrand III de La Tour d'Auvergne avec Isabelle de Lévis-Mirepoix

Bertrand III de La Tour d'Auvergne épouse le 20 octobre 1320 Isabelle de Lévis-Mirepoix. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier de Brosse avec Jeanne de Saint-Verain

Louis Ier de Brosse épouse après le 31 janvier 1322 Jeanne de Saint-Verain et de Cessy (morte en 1339), Dame de Cesi, fille de Gibaud de Saint-Verain, Seigneur de la Celle-sur-Loire, et de Jeanne de Lignières. Leurs enfants sont :



Naissance d'Aymar VI de Poitiers-Valentinois

Aymar VI de Poitiers-Valentinois dit le Gros naît en 1322, fils de Louis Ier de Poitiers-Valentinois et de Marie de Vergy.



Condamnation de Louis Ier de Poitiers

Le 17 juin 1322, Louis Ier de Poitiers est condamné à une amende de 26 000 livres par le parlement.


Philippe V le Long - Jeanne d'Évreux - Charles IV le Bel - Gisants dans la basilique Saint-Denis Charles IV le Bel

Mort de Philippe V le Long Roi de France

Charles IV le Bel Roi de France

Charles IV le Bel Roi de Navarre

Après 5 mois de souffrance, Philippe V le Long meurt à l'abbaye de Longchamp près de Paris dans la nuit du 2 au 3 janvier 1322, ne laissant que des filles de son mariage avec Jeanne II de Bourgogne.

Il est inhumé dans la basilique Saint-Denis.

Tout en confirmant les chartes provinciales accordées par son frère, Philippe V le Long centralise les institutions pour les rendre plus efficaces. L'Hôtel du roi, le Parlement, la Chambre des comptes sont réorganisés. Au Trésor, à Paris, convergent les recettes. Le roi tente, malgré l'opposition des seigneurs du Midi, d'imposer une monnaie commune dans l'ensemble du royaume. Philippe V le Long tente de normaliser les poids et mesures.

Bureaucratisation galopante, train de vie accru, hausse vertigineuse des prix : les revenus tirés du domaine royal ne suffisent plus. La crise économique se résorbe lentement.

Le pays connaît les révoltes de la misère, celle des pastoureaux, notamment, paysans déracinés et jeunes qui se font tailler en pièces dans une répression violente, comme les juifs et les lépreux qui sont autant de boucs émissaires.

Philippe V, plus que ses prédécesseurs, est obligé de demander le consentement de ses sujets pour mettre en place une politique de revenus extraordinaires. Ces procédés, nourris aux idées démocratiques, favorisent le développement de l'opinion publique.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne se charge de la succession.

Nul ne songe à Charles Ier de Valois pour la succession.

Selon le précédent créé en 1317, le plus jeune des fils de Philippe IV le Bel, Charles de la Marche, prend la succession du trône de France sous le nom de Charles IV le Bel.

Charles IV de France devient Roi de Navarre sous le nom de Charles Ier de Navarre.

Louis Ier de Bourbon soutient les droits de Charles IV le Bel qui est sacré Roi de France à Reims le 21 février 1322.

Gaucher V de Châtillon-sur-Marne assiste au sacre.

Pour gouverner, Charles IV le Bel doit, comme ses frères, consentir aux exigences de réformes soutenues par la noblesse et le clergé. Les réformateurs généraux pour l'ensemble du royaume et surtout ceux de la ville et vicomté de Paris poursuivent leur tâche. Les charges financières et judiciaires accordées gratuitement sont restituées. Les officiers de la Chambre des comptes, du Parlement, des Requêtes de l'hôtel, de la Chancellerie et du Châtelet sont surveillés, leur office réformé. Mais l'action des réformateurs ne freine ni la bureaucratisation, ni l'intrusion des bourgeois parisiens et auvergnats et, surtout, des compagnies italiennes dans les mouvements de fonds royaux.

La recherche de moyens financiers reste un problème majeur. On a recours à des expédients :



Mariage de Pierre II de Sicile avec Élisabeth de Carinthie

Pierre II de Sicile épouse le 23 avril 1322 Élisabeth de Carinthie. Leurs enfants sont :



Louis Ier de Bourbon Comte de la Marche et de Castres

Louis Ier de Bourbon devient Comte de la Marche et de Castres en 1322.


Blason des Comtes de Flandre Louis Ier de Dampierre

Réconciliation de Robert III de Flandre et de Louis Ier de Nevers

Mort de Louis Ier de Nevers

Mort de Robert III de Flandre

Louis Ier de Dampierre Comte de Flandre, de Nevers et de Rethel

Les déboires avec son fils Louis Ier de Nevers s'achèvent par une réconciliation peu avant les morts successives du fils et du père.

Louis Ier de Nevers meurt à Paris le 22 juillet 1322.

Robert III de Flandre meurt à Ypres le 17 septembre 1322.

Louis Ier de Dampierre devient Comte de Flandre, sous le nom de Louis Ier de Flandre.

Il devient également Comte de Nevers et de Rethel, sous le nom de Louis II.



Louis Ier de Dampierre Prisonnier

Sans attendre l'aval de Charles IV le Bel, Louis Ier de Dampierre se précipite en Flandre pour s'y faire proclamer Comte afin de devancer les ambitions de son oncle Robert de Dampierre.

Cela déplaît à Charles IV le Bel qui le fait provisoirement enfermé en janvier 1323.

Le Parlement de Paris finit par le reconnaître formellement comme nouveau comte.

Toute sa vie, Louis Ier de Dampierre allait rester un étranger pour les Flamands. À cela plusieurs raisons :

Louis Ier de Dampierre préfère d'ailleurs vivre encore quelques années dans le Nivernais, où la notion de féodalité correspondait mieux à la perception qu'il en a, que celle qu'il trouve à son avènement en Flandre, où les libertés des villes sont primordiales pour les artisans et les marchands.

Prince avant tout français, fidèle par idéal chevaleresque à son suzerain naturel, Louis Ier de Dampierre refuse obstinément l'alliance anglaise, pourtant vitale à l'industrie drapière flamande, ce que ne peuvent admettre les Flamands, qui ont combattu et même battu les élites féodales tant flamandes que françaises dans un passé récent, à Courtrai en 1302.

Alors que tous ses prédécesseurs avaient été proches des intérêts économiques du comté, Louis Ier de Dampierre s'en dissocie par vanité ou incompréhension.

Louis Ier de Dampierre laisse gouverner dans un premier temps ses conseillers français mais Louis Ier de Dampierre finit par ménager la noblesse flamande.



Cession et mise à sac du port de l'Écluse

Louis Ier de Dampierre cède le port de Sluis (port de l'Écluse) à son grand-oncle Jean de Namur au grand mécontentement des Brugeois, qui se soulèvent et mettent à sac ce port rival en 1323.



Mariage de Maurice VII de Craon avec Marguerite de Mello

Maurice VII de Craon épouse en 1324 Marguerite de Mello, Dame de Sainte-Hermine. Leurs enfants sont :



Guerre du Saint-Sardos

Ralph Basset est rappelé en mars 1324.

En avril 1324, une ambassade, menée par Edmond de Woodstock, Comte de Kent, et l'archevêque de Dublin, est envoyée en France avec instructions de négocier un arrangement aussi paisible que possible.

Charles IV le Bel rassemble son armée aux frontières de l'Aquitaine en juin 1324.

Les ambassadeurs sont reçus fraîchement à Paris et promettent que Raymond-Bernard de Montpezat sera livré.

Ils vont alors à Bordeaux pour exécuter l'accord.

Là ils apprennent que l'affaire provoque beaucoup d'indignation dans la noblesse locale. Edmond de Woodstock change d'avis et décide de résister.

Les fonctionnaires français s'en retourne les mains vides.

De nouveaux ambassadeurs anglais sont envoyés, mais trop tard.

Charles IV Le Bel prononce la confiscation de la Guyenne.

En août 1324, Charles Ier de Valois, à a tête de 7 000 hommes, envahit l'Aquitaine.

Louis Ier de Bourbon et Ferry IV de Lorraine participent à cette expédition. Ils sont aidés de nobles locaux tel Gaston II de Foix.

Charles II d'Alençon y fait ses premières armes sous les ordres de Charles Ier de Valois, son père, et montre à son premier siège un grand courage qu'il poussa jusqu'à une aveugle témérité.

Les garnisons anglaises sont squelettiques voire inexistantes.

Charles de Valois balaye la région et finit la guerre en moins de 6 semaines.

La plupart des villes se rendent immédiatement.

Louis Ier de Bourbon prend ainsi aux Anglais Montségur, Sauveterre, Cour-Saint-Maurice et Agen.

La résistance la plus forte vient d'Edmond de Woodstock, à La Réole, qui parvient à résister quelques semaines avant de se rendre.

Une trêve est négociée qui se transforme rapidement en fin du conflit.

Hugh le Despenser est forcé d'envoyer Isabelle de France, Reine d'Angleterre, pour conclure la paix avec Charles IV le Bel, son frère.

Elle emmène Édouard III d'Angleterre, son fils, à qui Édouard II Carnavon a transmis l'Aquitaine et le Ponthieu.

Les Français se satisfont du détachement de l'Agenais de l'Aquitaine, plutôt que de la confiscation du duché entier.



Louis Ier de Poitiers Évêque de Metz

Louis Ier de Poitiers est transféré à l'éveché de Metz le 3 avril 1324.



Naissance de Louis II de Mâle

Louis de Dampierre, dit Louis II de Mâle ou de Maele naît au château de Mâle en Flandre-Occidentale en 1324 ou le 25 ou 29 novembre 1330, fils de Louis Ier de Dampierre et de Marguerite Ire de France. Il est baptisé par l'évêque d'Arras Pierre Roger, futur pape Clément VI.



Entrée solennelle de Louis Ier de Poitiers à Metz

Louis Ier de Poitiers fait son entrée solennelle à Metz le 1er février 1325.



Révolte en Flandre

Incendie de Courtrai

Louis Ier de Dampierre prisonnier

Libération de Louis Ier de Dampierre

La noblesse flamande qui est pour l'essentiel profrançaise est tellement méprisée par le peuple qu'une partie du comté : Courtrai, Bruges,... se soulève menée par Nicolas Zanekin.

Louis Ier de Dampierre est même capturé et ses compagnons exécutés lors de l'incendie de Courtrai le 19 juin 1325.

Louis Ier de Dampierre est relâché en novembre 1325.



Naissance de Louis Ier de Hongrie

Louis Ier de Hongrie (en hongrois Nagy Lajos, en polonais Ludwik Wegierski, Andegawenski - d'Anjou) dit le Grand naît le 5 mars 1326, fils de Charles Robert de Hongrie et d'Élisabeth Piast.



Libération de Louis Ier de Dampierre

Louis Ier de Dampierre est relâché en décembre 1326.



Mort de Louis Ier de Poitiers

Adhémar de Monteil Évêque de Metz

Louis Ier de Poitiers meurt en 1327 à Montélimar.

Adhémar de Monteil, son neveu, lui succède, et devient Évêque de Metz.


Louis Ier de Bourbon Louis Ier de Bourbon

Louis Ier de Bourbon Duc de Bourbon

Louis Ier de Bourbon Pair de France

Charles IV le Bel, étant né dans comté de Clermont-en-Beauvaisis, souhaite rattacher ce comté au domaine royal.

Par un traité conclu à la fin 1327, Charles IV le Bel échange le comté de la Marche, constituant précédemment son apanage, contre le comté de Clermont-en-Beauvaisis que Louis Ier de Bourbon a hérité de son père.

Louis Ier de Bourbon reçoit de plus les villes d'Issoudun, de Saint-Pierre-le-Moûtier et de Montferrand.

À cette occasion, le 27 décembre 1327, la seigneurie de Bourbon est élevée en duché.

Louis Ier de Bourbon devient ainsi Premier duc de Bourbon et Pair de France.



Émeute à Mantoue

Mort de Rinaldo Bonacolsi et de François Bonacolsi

Louis Ier Gonzague Capitaine général du peuple de Mantoue

Rinaldo Bonacossi a pour beau-frère Louis Ier Gonzague, qui tient alors le premier rang parmi la noblesse de Mantoue. Les Gonzague sont fortement implantés dans les places importantes des rouages du pouvoir : juges, administrateurs, ambassadeurs...

Filippino ou Philippino, Guy et Feltrino, les 3 fils de Louis Ier Gonzague, et François, fils de Rinaldo Bonacossi, sont liés, non par l'amitié, mais par l'habitude des mêmes débauches.

François, quelque peu jaloux de Philippino Gonzague, lui déclare, dans un accès de colère, qu'il se vengera de lui en violant sa femme sous ses propres yeux. Philippino Gonzague appelle ses frères au secours, rassemble les mécontents et obtient l'assistance de Cosme de la Scala, qui ne pardonne pas à Rinaldo Bonacossi d'occuper le premier rang dans le parti gibelin.

Le 14 août 1328, Philippino Gonzague introduit dans la ville ses vassaux qu'il a armés, et les soldats de Cosme de la Scala. Rinaldo Bonacossi, alarmé par les cris dans les rues, accourt à cheval pour calmer la sédition. Il est renversé par le comte Albert Saviola qui le tue d'un coup d'épée aux portes mêmes de son palais.

Ses fils naturels Giovanni et Francesco, enfermés à Castellaro près de Trente, mourront de faim dans leur cellule comme Rinaldo Bonacolsi avait fait mourir de faim François Pic de la Mirandole.

Plusieurs partisans des Rinaldo Bonacossi sont massacrés. Les autres s'étant enfui, leurs biens sont confisqués.

Rinaldo Bonacossi aura été le dernier membre de la puissante famille des Bonacossi à diriger la ville de Mantoue.

Louis Ier Gonzague, âgé de 60 ans, est proclamé le surlendemain, le 16 août 1328, par le peuple, sauveur et seigneur de Mantoue et prend le titre de capitaine général du peuple (capitano generale del popolo)

Louis Ier Gonzague devient le premier capitaine du peuple (capitano del Popolo) de la ville de Mantoue.

Dans les décennies suivantes, les Gonzague vont faire en sorte d'enrichir la ville. La région de Mantoue devient une sorte de grenier à blé du nord de l'Italie. Bien sûr, les Gonzague vont également s'enrichir en augmentant leurs possessions (terres, demeures ou moulins par exemple) et ils iront jusqu'à détenir le dixième de la ville et de ses richesses.

Pour pallier toute surprise, les Gonzague vont tisser un véritable réseau relationnel avec bon nombre d'habitants, ce qui leur permettra d'instaurer une seigneurie héréditaire.


Philippe VI de Valois Philippe VI de Valois Philippe VI de Valois

Les Valois directs

Philippe VI de Valois Roi de France

Jeanne II de France Reine de Navarre

Philippe III le Bon Roi consort de Navarre

Incorporation au domaine royal des comtés de Champagne et de Brie

Jeanne II de France Comtesse d'Angoulême et de Mortain

Plusieurs prétendants ont des droits équivalents à la couronne :

Le père de Philippe VI de Valois, Charles Ier de Valois, est le frère cadet de Philippe IV le Bel. Ferry IV de Lorraine se rallie au Comte de Valois.

Édouard III descend en ligne directe de Philippe IV le Bel par sa mère, Isabelle de France, sœur des précédents rois. Il est encouragé par Robert III d'Artois, et appuyé par les ducs de Bourgogne.

Charles II le Mauvais descend en ligne directe de Saint-Louis et de Philippe III le Hardi.

Après moult délibérations, les Grands du royaume, dont Gaucher V de Châtillon-sur-Marne, se décident à laisser la couronne au régent Philippe VI de Valois en 1328.

Philippe, qui plus est, s'il est Valois, descend de Philippe III le Hardi, puisque c'est celui-ci qui donne à Charles, son fils puîné, le comté de Valois en apanage.

Aux yeux des féodaux et des juristes qui les assistent, Philippe VI de Valois a pour principal avantage de n'être ni Anglais ni Navarrais!

Beaucoup plus tard, les juristes tenteront de justifier l'élection de Philippe VI de Valois en invoquant une prétendue "loi salique" qui prohibe la transmission de la couronne par les femmes dans la tribu des Francs Saliens dont sont issus Clovis et ses descendants.

En fait de "loi salique", ils exhibent un vieux document où il est simplement dit à propos de contrats de droit privé : "femme ne peut servir de pont et de planche" !

Un accord intervient en 1328 entre Philippe VI de Valois et Philippe III d'Évreux, époux de Jeanne II de France, l'héritière de Navarre.

Après la mort de ses deux oncles Philippe V le Long et Charles IV le Bel, les droits de Jeanne à la couronne de Navarre sont reconnus en échange de la renonciation aux droits sur la couronne de France et de l'abandon au domaine royal de France des comtés de Champagne et de Brie.

Jeanne II de France devient reine de Navarre. Philippe d'Évreux devient Roi de Navarre à titre consort sous le nom de Philippe III de Navarre.

Jeanne II de France reçoit également le comté d'Angoulême et le comté de Mortain. Poursuivant ses tractations Jeanne II de France obtient Longueville dans le Cotentin. Enfin Jeanne II de France ne tarde pas à échanger le comté d'Angoulême contre des places dans le Vexin : Pontoise, Beaumont-sur-Oise et Asnières-sur-Oise.

En 1328, William Montacute participe à une campagne diplomatique auprès du roi de France et du Pape.

Toujours partisan de l'exclusion des femmes du trône de France, Louis Ier de Bourbon se rallie à Philippe VI de Valois.

Louis Ier de Bourbon est fait pair de France par le nouveau souverain.


Effigie de Raoul de Lorraine - sur la Porte de le Craffe, à Nancy

Bataille du Mont Cassel

Mort de Ferry IV de Lorraine

Raoul de Lorraine Duc de Lorraine

Élisabeth de Habsbourg Régente du duché de Lorraine

Mauvais privilège accordé aux villes de Flandre

Les tisserands flamands de Gand se révoltent contre Louis Ier de Dampierre, leur Comte, qui fait appel à Philippe VI de Valois, à peine élu Roi de France.

Philippe VI de Valois, à la tête de la chevalerie française, écrase les révoltés au Mont Cassel, près de Lille, le 23 août 1328.

Philippe III d'Évreux combat lors de cette bataille. Philippe VI de Valois confesse qu'il lui doit la victoire et la vie.

Malgré ses 80 ans, Gaucher V de Châtillon-sur-Marne se distingue lors de cette bataille.

Jean de Hainaut, Édouard de Savoie, Henri III de Vaudémont et Jean IV d'Harcourt participent à cette bataille pour Philippe VI de Valois.

Guy X de Montmorency-Laval participe à cette bataille pour Philippe VI de Valois à la tête d'une compagnie d'hommes d'armes.

Louis Ier de Bourbon se signale lors de cette bataille.

Charles II d'Alençon prend part à cette bataille.

Guigues VIII du Viennois, accompagné d'Henri de la Tour-du-Pin, commande le Septième Corps de bataille comprenant 12 bannières. Pour le récompenser de sa bravoure, le roi lui cède la Maison aux Piliers en place de Grève à Paris.

Ferry IV de Lorraine combat à la bataille de Cassel où il meurt.

Raoul de Lorraine, âgé de 9 ans, devient Duc de Lorraine en 1328.

Élisabeth de Habsbourg, sa mère, est régente du duché jusqu'en 1334.

Après cette bataille, Louis Ier de Dampierre peut provisoirement renforcer son pouvoir et accorder aux villes des libertés plus restrictives, que les Brugeois qualifient de "Mauvais privilège".

Jean III d'Aumont obtient une gratification pour l'indemniser des pertes et dommages causés par cette bataille.



Louis Ier Gonzague Vicaire impérial de Mantoue

En 1329, Louis Ier Gonzague est confirmé par l'empereur Louis IV de Wittelsbach qui le nomme vicaire impérial de Mantoue.


Charles Ier de Luxembourg et Blanche de Valois

Mariage de Charles Ier de Luxembourg avec Blanche de Valois

Charles Ier de Luxembourg épouse en 1329 Blanche de Valois (1316 ou 1317-1348). Leurs enfants sont :


Hommage d'Édouard III à Philippe VI La France en 1330

Hommage d'Édouard III d'Angleterre à Philippe VI de Valois

En 1329, Jean de Marigny fait échouer les prétentions d'Édouard III d'Angleterre à la régence de France.

En 1329, Louis Ier de Bourbon est envoyé à Londres pour rappeler à Édouard III d'Angleterre qu'il doit hommage au Roi de France pour ses possessions de Guyenne et de Gascogne.

Selon les règles féodales, ces provinces relèvent de la monarchie française, qui est censée les avoir confiées aux Plantagenets en qualité de fiefs.

Après la réussite de sa mission, Louis Ier de Bourbon est récompensé en récupérant le comté de Clermont, érigé par ailleurs en pairie.

Le roi de France confisque la Guyenne et met en place une stratégie de blocus maritime pour faire plier Édouard III d'Angleterre.

L'Angleterre est très dépendante du commerce des vins du sud de la France, des importations de sel de Bretagne et de Poitou et des exportations de laine vers les Flandres.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le 6 juin 1329, dans la cathédrale d'Amiens, Édouard III, Roi d'Angleterre, rend l'hommage féodal à Philippe VI de Valois. Il se reconnaît vassal du Roi de France pour la Guyenne, qu'il tient de lui. Philippe III d'Évreux et Jean Ier de Luxembourg accompagnent le roi de France à cette occasion.

Jean de Hainaut s'interpose comme arbitre entre les deux monarques et est présent à Amiens, lors de cet hommage.



Mariage de Louis Ier de Thouars avec Jeanne de Dreux

Louis Ier de Thouars épouse en 1330 Jeanne de Dreux, fille de Jean de Dreux et de Perronnelle de Sully. Leurs enfants sont :

Louis Ier de Thouars devient ainsi Comte de Dreux.



Naissance de Péronnelle de Thouars

Péronnelle de Thouars naît vers 1330, fille de Louis Ier de Thouars et de Jeanne de Dreux.



Naissance de Louis Ier de Sully

Louis Ier de Sully naît vers 1330, fils de Jean II de Sully et de Marguerite de Bourbon.



Ambassade à Londres

Durant l'hiver de 1331 à 1332, Philippe VI de Valois envoie à Londres une ambassade afin de négocier l'hommage d'Édouard III d'Angleterre pour la Guyenne.

En font partie :



Mariage de Jean II le Bon avec Bonne de Luxembourg

Très lié aux Valois et à la cour de France, Jean Ier de Luxembourg donne sa fille en mariage au fils de Philippe VI de Valois.

En janvier 1332, le contrat de mariage entre Jean II le Bon et Bonne de Luxembourg est signé à Fontainebleau.

Jean II le Bon épouse à Melun le 28 juillet 1332 Bonne de Luxembourg. Leurs enfants sont :

Bonne de Luxembourg est la sœur aînée de l'Empereur Charles Ier de Luxembourg



Louis Ier de Thouars Vicomte de Thouars

Louis Ier de Thouars succède à son oncle Hugues II de Thouars et devient 29e vicomte de Thouars en 1333.



Projets de croisade

En 1333, réapparaissent des projets de croisade à la Cour de France. Louis Ier de Bourbon pense être en mesure de réussir là où il avait échoué 20 ans plus tôt.

Mais le début de la guerre de Cent ans entre la France et l'Angleterre met un terme à ses ambitions.


Villes de Flandre

Cession de la seigneurie de Malines

En 1333, Liège cède à Louis Ier de Dampierre les droits féodaux sur le la seigneurie de Malines.



Mariage d'Azzon Visconti avec Catherine de Savoie-Vaud

Azzon Visconti épouse le 1er octobre 1333, Catherine de Savoie-Vaud (morte en 1388), fille de Louis Ier de Savoie, Baron de Vaud.



Mariage de Jean Ier de Luxembourg avec Béatrice de Bourbon

Jean Ier de Luxembourg épouse en décembre 1334 Béatrice de Bourbon (1320-1383), fille de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut. Leur enfant est :



Entrée en guerre des navires flamands contre l'Angleterre

Crise économique en Flandre

Louis Ier de Dampierre qui siège dorénavant à Gand mécontente les Gantois en 1335 en obligeant, selon la volonté du roi Philippe VI de Valois, les navires flamands à guerroyer contre les navires anglais d'Édouard III d'Angleterre.

Privée de laine anglaise, la Flandre entre immédiatement en crise économique, et la haine tant des ouvriers que des artisans se focalise sur le comte Louis Ier de Dampierre.



Interdiction de l'exportation des laines anglaises vers la Flandre

Louis Ier de Dampierre, Comte de Flandre, prend le parti de Philippe VI de Valois.

Or, les bourgeois flamands tirent leur prospérité de la laine anglaise qu'ils importent en abondance et dont ils font des draps qu'ils vendent dans toute l'Europe.

En 1336, Édouard III d'Angleterre punit la Flandre en interdisant l'exportation des laines anglaises vers la Flandre. Cette provocation économique de défi de l'Angleterre à la France va être l'une des principales causes profondes du déclenchement de la guerre de Cent Ans.

À partir de 1336, Guy Ier de Blois-Châtillon assiste Philippe VI de Valois contre Édouard III d'Angleterre.

En 1336, Hugues Quiéret va au secours de Louis Ier de Dampierre avec ses galères du Levant.

Jean III de Brabant se brouille avec Philippe VI de Valois, qui veut isoler commercialement la Flandre, ce qui va à l'encontre des intérêts économiques du Brabant.



Cession de la chastellenie de Ruplemonde à Louis Ier de Dampierre

Philippe Villain, Seigneur de Saint-Jean-Steene, vend la chastellenie de Ruplemonde à Louis Ier de Dampierre le 24 janvier 1337.



Mariage de Jean III de Chalon-Auxerre avec Marie Crespin

Jean III de Chalon-Auxerre épouse Marie Crespin, fille de Guillaume VI Crespin, Seigneur d'Etrapagny. et de Mahaut de Bommiers. Leur enfant est :



Naissance de Louis Ier de Sicile

Louis Ier de Sicile naît à Catane en 1337, fils de Pierre II de Sicile et d'Élisabeth de Carinthie.



Révolte de Gand

Défi d'Édouard III d'Angleterre à Philippe VI de Valois

L'arrestation d'un patriote gantois, Siger le Courtraisien, met le feu aux poudres.

Les Gantois se soulèvent contre Louis Ier de Dampierre en prenant pour chef un noble très populaire, Jacob ou Jacques Van Artevelde en 1337.

Jacques van Artevelde suggère au Roi d'Angleterre de revendiquer pour lui-même la couronne de France en sa qualité de petit-fils de Philippe IV le Bel par Isabelle de France, sa mère.

Le 7 octobre 1337, à l'abbaye de Westminster, Édouard III d'Angleterre lance publiquement un défi à son cousin Philippe VI de Valois, le Roi de France.

Édouard III d'Angleterre prend solennellement le titre de roi de France et conteste la légitimité de Philippe VI de Valois. Il déclare en outre qu'il fera tout pour récupérer le trône du France.

Le 1er novembre 1337, Édouard III d'Angleterre envoie une lettre de défi à Philippe VI de Valois.



Mariage de Charles de Blois-Châtillon avec Jeanne Ire de Penthièvre

Charles de Blois-Châtillon, neveu de Philippe VI de Valois, épouse à Paris le 4 juin 1337 Jeanne Ire de Penthièvre. Leurs enfants sont :



Louis Ier de Thouars Seigneur banneret

Louis Ier de Thouars, fidèle à Philippe VI de Valois, sert en qualité de seigneur banneret de 1338 à 1341.



Bataille de Gand

Reprise du commerce entre la Flandre et L'Angleterre

Les Gantois, sous la conduite de Jacques van Artevelde, repoussent l'avant-garde de l'armée de Philippe VI de Valois à Gand le 11 avril 1338.

Jacques van Artevelde défait la chevalerie de Louis Ier de Dampierre devant le château de Biervliet le 13 avril 1338. C'en est définitivement fait de l'autorité comtale de Louis Ier de Dampierre.

Louis Ier de Bourbon participe aux côtés de Philippe VI de Valois à cette campagne militaire.

Jacques Van Artevelde devient le véritable maître de la Flandre et négocie la reprise du commerce avec Édouard III d'Angleterre.



Fuite de Louis Ier de Dampierre

Louis Ier de Dampierre s'enfuit de Gand à l'été 1338 et se réfugie à la Cour de Philippe VI de Valois.



Participation à l'ost d'Henri IV de Bar

Campagne d'Amiens

Henri IV de Bar rejoint l'ost de Philippe VI de Valois en 1339 lorsqu'Édouard III d'Angleterre menace d'envahir le royaume de France,

Jean III d'Aumont paraît à l'Ost de Tournai sous la canne de Raoul Ier de Brienne, Connétable d'Eu.

Louis Ier de Bourbon participe aux côtés de Philippe VI de Valois à la campagne militaire de 1339.

Jean IV d'Harcourt et Jean V d'Harcourt, son fils, accompagné de 8 chevaliers bannerets, 13 chevaliers bacheliers et de 37 écuyers, participent à la campagne d'Amiens en 1339.

En 1339, Jean IV d'Harcourt et Geoffroy d'Harcourt font partie des 50 principaux barons normands qui s'engagent à aider le roi Philippe VI de Valois dans une future conquête de l'Angleterre.



Naissance de Louis Ier de Chalon-Auxerre

Louis Ier de Chalon-Auxerre, dit le Chevalier vert, naît en 1339, fils de Jean III de Chalon-Auxerre et de Marie de Crespin.



Mort de Jeanne de Saint-Vérain

Mariage de Louis Ier de Brosse avec Constance de la Tour-d'Auvergne

Jeanne de Saint-Vérain meurt en 1339.

Louis Ier de Brosse est veuf de Jeanne de Saint-Vérain.

Louis Ier de Brosse épouse le 17 mars selon Chénon ou le 7 mars ou le 27 mars 1339 Constance de La Tour-d'Auvergne (1324-1392), fille de Bertand III de la Tour-d'Auvergne et d'Isabelle de Lévis. Leurs enfants sont :



Mort d'Aymar V de Poitiers-Valentinois Comte de Valentinois et de Diois

Louis Ier de Poitiers-Valentinois Comte de Valentinois et de Diois

Aymar V de Poitiers-Valentinois meurt à Baix-en-Vivarais en 1339 ou 1340.

Louis Ier de Poitiers-Valentinois, son fils, devient Comte de Valentinois et de Diois en 1339.



Naissance de Louis Ier d'Anjou

Louis Ier d'Anjou naît à Vincennes le 23 juillet 1339, fils de Jean II le Bon et de Bonne ou Judith de Luxembourg.



Louis Ier d'Anjou

Louis Ier d'Anjou devient Duc de Calabre.



Mariage de Louis Ier de Blois-Châtillon avec Jeanne de Hainaut

Louis Ier de Blois-Châtillon fils de Guy Ier de Blois-Châtillon et de Marguerite de Valois, épouse à Soissons en 1336 ou en 1340 Jeanne de Hainaut, Comtesse de Soissons, Dame de Chimay, fille de Jean de Hainaut et de Marguerite de Nesle. Leurs enfants sont :



Siège de Tournai

Trêve entre Édouard III d'Angleterre et Philippe VI de Valois

Congrès d'Arras

Le 21 ou le 31 juillet 1340, les Anglais viennent mettre le siège devant Tournai pour s'emparer de cette tête de pont de la monarchie française sur les rives de l'Escaut.

Geoffroy d'Harcourt, avec 6 chevaliers et 30 écuyers, Henri IV de Bar, Louis Ier de Bourbon, rejoignent l'ost de Philippe VI de Valois pour la campagne de Flandre en 1340.

Jean II le Bon, Jean III de Bretagne, Guy X de Montmorency-Laval et Charles II d'Alençon interviennent à Tournai.

Jean II de Châtillon accompagne Jean II le Bon lors de ce voyage.

Raoul de Lorraine envoie des troupes pour aider Philippe VI de Valois à lever le siège de Tournai.

Rogues de Hangest et Enguerrand VI de Coucy prennent part à l'ost qui se porte au secours de la ville de Tournai

Les anglo-flamands abandonnent le siège de Tournai le 25 septembre ou le 12 octobre 1340.

Les forces anglo-flamandes effectue un retrait stratégique.

Louis Ier de Bourbon est envoyé comme plénipotentiaire au congrès d'Arras qui conclut une trêve pour 2 ans entre les deux royaumes.

Une trêve est signée entre Édouard III d'Angleterre et Philippe VI de Valois fin 1340.

L'inaction des troupes qui s'ensuit est la cause de nouveaux affrontements entre Henri IV de Bar et Raoul de Lorraine, autour de la ville de Neufchâteau.

Philippe VI de Valois doit de nouveau intervenir pour y mettre fin.



Mariage de Louis Ier Gonzague avec Novela Malaspina

Mariage de Guy Gonzague avec Camilla Beccaria

Louis Ier Gonzague épouse en 1340 Novela Malaspina, fille du Marquis Spinetta.

Guy Gonzague épouse en 1340 Camilla Beccaria de la famille des seigneurs de Pavie.



Luttes entre français et anglais en Bretagne

Mort de Robert III d'Artois

Olivier IV de Clisson Prisonnier

En janvier 1342, le château de Blain appartenant à Olivier IV de Clisson est choisi comme quartier-général par Robert Bertrand, lieutenant du roi envoyé par Philippe VI de Valois pour aider à ramener les partisans Jean de Montfort à l'obéissance envers Jeanne Ire de Penthièvre, la duchesse légitime.

Début mai 1342, Charles de Blois-Châtillon, Louis Ier de Blois-Châtillon, Louis de La Cerda prennent Rennes après quelques jours de siège.

En 1342, le château de Jugon est repris par Charles de Blois-Châtillon.

En mai 1342, l'armée Charles de Blois-Châtillon s'empare d'Auray de Vannes, de Guérande et du Croisic.

En mai 1342, Walter Mauny arrive à Brest et s'attaque à Tregarantec, où il s'empare d'Hervé de Léon.

Jeanne la Flammes, épouse de Jean de Montfort, est assiégée à Hennebont par Charles de Blois-Châtillon dès fin mai 1342.

Fin juin 1342, Jeanne la Flammes reçoit un secours anglais de 6 000 hommes amenés Walter Mauny.

Début juillet 1342, les français mène un raid sur Portsmouth, port que vient de quitter l'escadre de Guillaume de Bohun, Comte de Northampton, composée de 260 nefs, 1350 hommes, destinée à la sauvegarde de Brest.

De juillet à août 1342, l'armée de Charles de Blois-Châtillon, qui a reçu des renforts, prend Auray, Vannes, Guérande, Guémené mais échoue devant Quimperlé.

À la mi août 1342, ils mettent le siège devant Brest où s'est réfugiée Jeanne la Flammes, par terre. Les Génois pour Charles de Blois-Châtillon tiennent la mer.

Le 18 août 1342, Guillaume de Bohun arrive en vue de Brest, attaque et détruit les génois.

Sur terre, les assiégeants quittent leurs positions, pensant que les 260 nefs contiennent une trop forte armée.

Guillaume de Bohun bat les troupes de Charles de Blois-Châtillon près de Lanmeur le 29 septembre 1342, où Geoffroy de Charny est fait prisonnier;

Début octobre 1342, Marigny prend Sainte-Bazeille.

En octobre 1342, Édouard III d'Angleterre est en Bretagne avec Pembroke, Salisbury, Suffolk et Robert III d'Artois.

Henry de Grosmont combat en Bretagne.

Robert III d'Artois commande une flotte anglaise.

Ils prennent Vannes et doivent ensuite l'abandonner car ils sont aussitôt assiégés par les partisans de Charles de Blois-Châtillon.

Robert III d'Artois est battu à Beauvoir par une escadre hispano-génoise, puis est blessé mortellement sous les remparts de Vannes.

Robert III d'Artois meurt en octobre 1342 de ses blessures. Il est inhumé en la cathédrale Saint-Paul à Londres.

Pris dans un combat, Olivier IV de Clisson demeure quelque temps prisonnier des Anglais, auxiliaires Jean de Montfort.

En novembre 1342, les anglais prennent Roche-Periou, Redon, Malestroit, Ploërmel, Pontivy. Casseneuil se donne aux anglais.

En décembre 1342, les anglais saccagent les faubourgs de Dinan, et la région de Dol-de-Bretagne.

Édouard III d'Angleterre est repoussé à Vannes et à Rennes. Il bloque Charles de Blois-Châtillon à Nantes. C'est alors le statu quo.


Louis Ier de Hongrie

Mort de Charles Robert de Hongrie

Louis Ier de Hongrie Roi de Hongrie.

Charles Robert de Hongrie meurt à Visegrad le 16 juillet 1342.

Ses campagnes militaires portent sur l'agrandissement de son royaume. À la fin de son règne, il contrôle la plupart des états frontaliers : la Dalmatie, la Croatie, la Serbie, ...

Louis Ier de Hongrie, son fils, est couronné Roi de Hongrie le 21 juillet 1342.

Il passe la plus grande partie de son règne à combattre Venise et Naples.

Il fait du domaine royal le plus vaste ensemble du pays et s'appuie sur les villes et la petite noblesse contre les barons.

Il restaure l'autorité royale aux dépens des Magnats et donne un éclat brillant à sa cour élégante et lettrée.



Mariage de Louis Ier de Hongrie avec Marguerite de Luxembourg

Louis Ier de Hongrie épouse le 3 août 1342 Marguerite de Luxembourg (1335-1349), fille de Charles Ier de Luxembourg et de Blanche de Valois.



Mort de Guy Ier de Blois-Châtillon

Louis Ier de Blois-Châtillon Comte de Blois et de Châteaudun

Guy Ier de Blois-Châtillon meurt le 12 août 1342. Il est inhumé dans l'abbaye de La Guiches de Blois.

Louis Ier de Blois-Châtillon devient Comte de Blois et de Châteaudun.



Mort de Pierre II de Sicile

Louis Ier de Sicile Roi de Sicile

Élisabeth de Carinthie et Jean de Sicile régents du royaume de Sicile

Les troubles étant calmés, Pierre II de Sicile commence un voyage en Sicile mais tombe subitement malade.

Pierre II de Sicile meurt à Calascibetta le 15 août 1342.

Louis Ier de Sicile succède à son père, Pierre II de Sicile, et devient Roi de Sicile en 1342 sous la régence conjointe d'Élisabeth de Carinthie, sa mère, et de Jean de Sicile, son oncle, Duc de Randazzo.


Pierre Ier de Bourbon - par Louis-Eugène Bion - Galerie des batailles du château de Versailles

Mort de Louis Ier de Bourbon

Pierre Ier de Bourbon Duc de Bourbon

Jacques Ier de Bourbon Comte de la Marche

Louis Ier de Bourbon meurt le 22 ou le 29 janvier 1341 ou 1342.

Il est inhumé au Couvent des Jacobins de Paris.

Considéré comme le Prince le plus honnête de son temps, il est l'initiateur de la puissance future de la Maison de Bourbon.

Pierre Ier de Bourbon devient deuxième Duc de Bourbon en 1342.

Jacques Ier de Bourbon devient Comte de la Marche en 1342.


Catapultage d'un messager anglais avec une baliste

Prise de Bergerac

Bataille d'Auberoche

Mort de Louis Ier de Poitiers-Valentinois

Aymar VI de Poitiers-Valentinois Comte de Valentinois et de Diois

En juin 1345, Henry de Grosmont débarque depuis l'Angleterre à Bayonne avec 500 chevaliers et 2 000 archers, se dirige vers le nord par Bordeaux et voit son armée grossir avec l'arrivée de Gascons dans ses rangs.

Henry de Grosmont conduit un raid de vaste envergure le long de la frontière gasconne avec la France, s'emparant de la ville de Bergerac en août 1345.

Avant de rentrer à Bordeaux afin de se réapprovisionner en troupes et en vivres, Henry de Grosmont prend le village et le château d'Auberoche.

En octobre 1345, les Français décident de contrattaquer en plaçant 7 000 hommes sous les ordres de Louis Ier de Poitiers-Valentinois.

Jean II le Bon doit s'emparer de La Réole.

Jean II le Bon donne l'ordre à Louis Ier de Poitiers de reprendre Auberoche afin de le soulager.

Les Français bloquent l'accès au château d'Auberoche, empêchant toute aide anglaise depuis l'ouest.

Pendant le siège, un messager cherche à rejoindre les lignes anglaises afin de demander de l'aide.

Il est capturé et renvoyé au château d'Auberoche par les Français, qui le catapultent avec leur baliste.

Cette anecdote est probablement apocryphe (fausse).

Le soldat anglais est grièvement blessé.

Le 21 octobre 1345, les Anglais commandés par Henry de Grosmont avancent depuis Périgueux pendant la nuit, traversant la rivière à 2 reprises, et s'installent à l'aube sur une colline surplombant l'armée française.

Conscient de son infériorité numérique, Henry de Grosmont attend pendant plusieurs jours l'arrivée en renfort de Lawrence Hastings mais perd patience.

À l'aube du 21 octobre 1345, Henry de Grosmont convoque ses officiers, dont Wauthier de Masny, et décide de passer à l'attaque, capitalisant sur un effet de surprise qui sèmerait la confusion dans les rangs français et empêcherait une défense efficace.

Henry de Grosmont espionne lui-même les Français et décide d'organiser un assaut en 3 corps d'armée :

L'attaque est conduite alors que les Français s'apprêtent à déjeuner, ce qui les plonge dans la panique et le désarroi.

Les unités françaises qui s'échappent forment une masse compacte et sont des proies faciles pour les archers anglais qui font de nombreuses victimes.

Les Français décident de battre en retraite.

À ce moment-là, Frank Halle, le commandant anglais d'Auberoche, décide de faire une sortie qui bouscule l'arrière de l'armée française.

Cette nouvelle attaque, additionnée à une nouvelle charge de la cavalerie de Henry de Grosmont, précipite une déroute totale chez les Français.

Louis Ier de Poitiers-Valentinois, le commandant français, meurt le 23 octobre 1345 de ses blessures.

Aymar VI de Poitiers-Valentinois, fils de Louis Ier de Poitiers-Valentinois, devient Comte de Valentinois et de Diois.



Mort de Jacques Van Artevelde

Tentative de retour de Louis Ier de Dampierre en Flandre

Cession de la seigneurie de Malines

Jacques Van Artevelde meurt assassiné en 1345.

Louis Ier de Dampierre tente de reprendre pied en Flandre, s'installe à Termonde, mais en est chassé par les Gantois.

Louis Ier de Dampierre refuse de reconnaître la suzeraineté d'Édouard III d'Angleterre déclarant qu'il ne ferait hommage à Édouard que quand ce monarque aura pris possession de la France.

Louis Ier de Dampierre vend alors à Henri II, Duc de Brabant, la seigneurie de Malines qu'il avait difficilement acquise contre le père de celui-ci.

Louis Ier de Dampierre revient auprès de Philippe VI de Valois, qu'il suit dans ses campagnes contre les Anglais.



Mariage d'Arnoul de Rumigny avec Élisabeth de Flandre

Arnoul de Rumigny épouse vers 1346 Élisabeth de Flandre, fille illégitime de Louis Ier de Dampierre.



Mariage de Guillaume VII Larchevêque avec Jeanne de Mathefelon

Guillaume VII Larchevêque est le fils de Jean Ier Larchevêque et de Marie de Beaujeu.

Guillaume VII Larchevêque épouse le 6 mars 1346 Jeanne de Mathefelon, Dame de Durtal, d'Azé, de La Cropte et de Saint-Ouen, fille de Thibault V de Mathefelon (mort en 135) et de Luce de Goulaine. Leurs enfants sont :


Bataille de Crécy-en-Ponthieu Bataille de Crécy-en-Ponthieu - les Français à droite (fleur de lys), les Anglais à gauche (lion)

Bataille de Crécy-en-Ponthieu

Mort de Jean II d'Auxy

Mort de Louis Ier de Dampierre Comte de Dampierre et de Nevers et de Flandre

Mort de Jean V de Roucy Comte de Roucy dans l'Aisne, de Braine, de Rochefort en Yvelynes, Seigneur de Pierrepont dans l'Aisne

Mort de Jean IV d'Harcourt

Mort de Jean IV de Ghistelles

Mort de Jean Ier de Luxembourg Comte de Luxembourg et Roi de Bohême

Mort de Charles II d'Alençon

Mort de Henri IV de Vaudémont

Mort de Louis de La Cerda

Mort de Louis II de Sancerre

Mort de Louis Ier de Blois-Châtillon

Mort de Raoul de Lorraine Duc de Lorraine

Mort d'Enguerrand VI de Coucy Sire de Coucy, de Marle, de la Fère, d'Oisy, d'Havrincourt

Édouard III d'Angleterre traverse le gué de la Blanquetade.

Le 24 août 1346, l'armée anglaise, sous le commandement d'Édouard III d'Angleterre et de son fils, le futur Prince Noir, alors à peine âgé de 15 ans, dresse ses tentes sur la rive droite de la Somme, en bordure de la forêt de Crécy-en-Ponthieu.

Les Anglais s'établissent sur une hauteur et creusent des fossés en prévision des assauts de la cavalerie ennemie.

Guillaume de Bohun commande des troupes anglaises avec succès.

Les Français arrivent en provenance d'Abbeville.

Le choc survient au matin du samedi 26 août 1346.

Le capitaine Le Moine de Bâle, envoyé en reconnaissance, rapporte au Roi de France que les Anglais sont affamés et ne pourront longtemps tenir derrière leurs fossés.

La piétaille française est elle-même épuisée par sa marche.

La sagesse voudrait que l'on diffère l'attaque...

mais la chevalerie française ne l'entend pas de cette oreille.

Du fait de leur infériorité numérique, Édouard III d'Angleterre et son fils ne vont pas hésiter à bousculer les règles traditionnelles du combat.

Ce sont d'abord les arbalétriers génois du Roi de France qui tirent leurs carreaux.

Mais si l'on en croit la chronique, un orage survient, qui détend les cordes des arbalètes et celles-ci perdent une bonne partie de leur efficacité.

C'est au tour des archers anglais de tirer.

Ceux-là ont pris soin de protéger leurs arcs dans des sacs pendant l'orage.

De leur ligne située en hauteur, ils arrosent de traits les troupes françaises.

Le Roi anglais et ses chevaliers, en arrière, les laissent tirer sans discontinuer et ne se soucient pas de les déranger.

Thomas de Beauchamp se distingue lors de cette bataille, côté anglais.

Les chevaliers français, quant à eux, constatant l'impuissance des arbalétriers génois, les bousculent sans ménagement pour monter eux-mêmes à l'assaut malgré le sol boueux.

Qui plus est, au cours de la bataille, les cavaliers du Roi de France déciment leurs alliés génois, lorsqu'ils entendent le cri du Roi : "Tuez la piétaille."

Mais ces chevaliers se montrent aussi inefficaces.

Ils montent à l'assaut des lignes ennemies avec le soleil dans les yeux et sont en peine de répliquer aux flèches des archers.

La journée durant, les coutiliers gallois s'en donnent à cœur joie.

Ils coupent les jarrets des chevaux, désarçonnant et égorgeant les orgueilleux chevaliers embarrassés par leurs armures et leurs caparaçons; négligeant de les capturer et d'en tirer rançon.

De nombreux piétons et pas moins de 1 500 chevaliers restent sur le terrain.

Participent à la bataille :

Tous périssent ainsi que le raconte le chroniqueur Jean Froissart :

Jean V de Roucy est inhumé en l'abbaye de La Valroy à Quentin-le-Petit dans les Ardennes.

Li vaillans et gentilz rois de Behagne, qui s'appeloit messires Jehans de Lussembourch, car il fu filz a l'empereour Henri de Lussembourch, entendi par ses gens que li bataille estoit commencie; car quoique il fust la armés et en grant arroy, il ne veoit goutes et estoit aveules...

Adonc dist li vaillans rois a ses gens une grant vaillandise : "Signeur, vous estes mi homme et mi ami et mi compagnon.

A le journee d'ui, je vous pri et requier tres especialement que vous me menés si avant que je puisse ferir un cop d'espee." Et cil qui dalès lui estoient, et qui se honneur et leur avancement amoient, li accorderent : si ques, pour yous acquitter, et que il ne le perdesissent en le presse, il s'alloierent par les frains de leurs chevaus tous ensamble; et missent le roy leur signeur tout devant, pour mieulz acomplir son desirier.

Et ensi s'en alerent il sus leur ennemis...

Ne onques nulz ne s'en parti, et furent trouvé a l'endemain, sus le place, autour dou roy leur signeur et leurs chevaus tous alloiiés ensamble."

Enguerrand VI de Coucy meurt au cours de la bataille de Crécy.

Enguerrand VII de Coucy, son fils, lui succède et devient Seigneur de Coucy.

Louis II de Sancerre aurait été l'un des seuls capitaines français à être rentré dans les lignes anglaises.

Son corps ayant été relevé par ordre du roi Édouard III, il aurait été inhumé au monastère de Maintenay près Crécy.

Pierre Ier de Bourbon et Jacques Ier de Bourbon sont également présent et ils sont blessés.

Charles Ier de Montmorency se distingue lors de cette bataille.

Philippe VI de Valois lui-même se jette dans la mêlée avec une témérité inconséquente.

Il est blessé d'une flèche au visage et voit deux chevaux mourir sous lui.

Il ne doit qu'à l'insistance de ses proches de ne pas être pris ou tué.

Finalement, il s'enfuit avec quelques chevaliers et une quarantaine de sergents d'armes.

Jean de Hainaut réussit à sortir Philippe VI de Valois de la mêlée et du champ de bataille.

Après la défaite, Philippe heurte à la porte d'un château et crie, lorsqu'on lui demande qui il est, qu'il est "l'infortuné Roi de France".

Les historiens modernes ont longtemps insisté sur la présence de canons à Crécy, pour la première fois dans l'histoire militaire.

Ces bouches à feu rudimentaires et très lourdes (appelées "bombardes" à partir des années 1375) auraient été employées par Édouard III d'Angleterre pour semer la panique dans les rangs ennemis et effrayer les chevaux.

Mais les chroniqueurs anglais n'en disent mot.

Le fait est rapporté seulement par un chroniqueur italien qui n'assista pas à la bataille et par le célèbre chroniqueur Froissart qui y fait allusion au détour d'une phrase (d'une certaine manière pour ajouter des excuses à la défaite inqualifiable de la chevalerie française).

Au début du XIVe siècle, à l'époque de la bataille de Crécy, les canons ne sont encore employés que de façon accessoire, notamment sur des bateaux.

C'est un siècle plus tard, à la bataille de Castillon, que l'artillerie sera pour la première fois employée à grande échelle et avec efficacité...

Philippe VI de Valois fait de Bernard VI de Moreuil son lieutenant après la journée de Crécy.

Thomas de Montmorin participe à la bataille de Crécy sous la bannière de Béraud II Dauphin, dont il est le vassal.

Robert IX Bertrand de Bricquebec meurt lors de cette bataille.


Blason des Comtes de Flandre

Mort de Louis Ier de Dampierre

Louis II de Mâle Comte de Flandre, de Rethel et de Nevers

Louis Ier de Dampierre meurt le 26 août 1346, massacré comme tant d'autres chevaliers français au cours de la bataille de Crécy-en-Ponthieu. Son corps est enterré par Édouard III d'Angleterre à l'abbaye de Saint-Riquier.

Il sera plus tard ramené à Bruges par son fils et successeur Louis II de Mâle, qui lui fait édifier un mausolée dans l'église Saint-Donat.

Blessé, mais vivant à l'issue de la bataille de Crécy où il a assisté à la mort de son père, Louis II de Mâle est armé chevalier le jour même par Philippe VI de Valois, réfugié à Amiens.

Louis II de Mâle devient :

Louis II de Mâle rompt avec sa politique systématiquement profrançaise, pour adopter une attitude plus proche de ses sujets, louvoyant cyniquement mais lucidement entre les intérêts contradictoires des rois de France et d'Angleterre.



Louis II de Blois-Châtillon Comte de Blois et de Châteaudun

Louis Ier de Blois-Châtillon meurt à la bataille de Crécy le 26 août 1346.

Ses 3 fils se partage les immenses domaines des seigneurs de Blois

Louis II de Blois-Châtillon, son fils ainé, devient Comte de Blois et de Châteaudun en 1346. Il est sous la tutelle de sa mère Jeanne de Hainaut.

Guy II de Blois-Châtillon, son fils cadet, reçoit les terres de Soissons, Dargies et Beaumont.



Bataille de Zara

Louis Ier de Hongrie est battu par Venise en 1346 à Zara.



Invasion hongrois du royaume de Naples

Robert de Morée Prisonnier

Louis Ier de Hongrie, sous le prétexte de venger André de Hongrie, son frère aîné, organise une expédition militaire contre Naples.

Les premières troupes font leur entrée à Aquila le 10 mai 1347.



Mariage de Robert de Tarente avec Marie de Bourbon

Marie de Bourbon est veuve de Guy de Lusignan, Connétable de Chypre.

Robert de Tarente épouse à Naples le 9 septembre 1347 Marie de Bourbon, fille de Louis Ier de Bourbon et de Marie de Hainaut.

Hugues de Lusignan suit Marie de Bourbon, sa mère, dans ses pérégrinations.



La Grande Peste

Le terrible virus de la peste, appelée la Mort noire, s'est installé en Europe à la faveur de l'accostage d'une nef en provenance d'Asie dans les ports de Marseille et de Gênes en 1347.

Il va frapper en quelques mois la plupart des régions d'Europe et tuer jusqu'à 40% de la population de certaines d'entre elles.

Louis Ier de Sicile grandit à Randazzo, qu'il est contraint de quitter en 1347, au moment du déferlement de l'épidémie de peste.



Fuite en Provence de Jeanne Ire d'Anjou et de Louis de Tarente

Le 11 janvier 1348 Louis Ier de Hongrie est à Bénévent prêt à envahir le royaume de Naples.

Devant cette menace, Jeanne Ire d'Anjou se retire au Châteauneuf.

Confiante en la fidélité de Marseille, elle prépare son évasion afin d'échapper à la vengeance de Louis Ier de Hongrie.

Sans attendre le retour de son mari Louis de Tarente, Jeanne Ire d'Anjou s'embarque le 15 janvier 1348 sur deux galères du marseillais Jacques de Gaubert à destination de la Provence, emmenant avec elle son trop dévoué Enrico Caracciolo.

Louis de Tarente arrive à Naples le lendemain et part sur une autre galère.

Après une escale à Brégançon, Jeanne Ire d'Anjou arrive à Marseille le 20 janvier 1348 où elle reçoit un accueil chaleureux.

Elle jure d'observer les privilèges de la ville et reçoit le serment de fidélité de ses habitants.

Elle signe les lettres patentes qui unissent la ville haute et la ville basse, assurant ainsi l'unité administrative.



Occupation de Naples

Mort de Charles Ier de Durazzo

Philippe de Tarente et Robert de Tarente Prisonniers

Louis d'Anjou-Durazzo et Robert de Morée Prisonniers

Les troupes napolitaines, peu confiantes, désertent.

Louis Ier de Hongrie investi facilement la ville de Naples.

Charles Ier de Durazzo rejoint Louis Ier de Hongrie mais ce dernier le croit complice du meurtre d'André de Hongrie.

Le 23 janvier 1348, Louis Ier de Hongrie fait décapiter Charles Ier de Durazzo à Aversa, sur les lieux même où son André de Hongrie a été assassiné.

Louis Ier de Hongrie fait prisonnier :

Hugues de Lusignan accompagne Marie de Bourbon à Avignon, puis en France.

Une épidémie de peste et les révoltes des barons napolitains obligent Louis Ier de Hongrie à se retirer.

Charles III de Durazzo, fils de Louis d'Anjou-Durazzo, est élevé à la cour de Louis Ier de Hongrie, dans l'amour de la guerre et la haine de Jeanne Ire de Naples.



Mariage de Guillaume Ier de Namur avec Jeanne de Hainaut

Jeanne de Beaumont est veuve de Louis Ier de Blois-Châtillon.

Guillaume Ier de Namur épouse avant le 13 février 1348 Jeanne de Hainaut ou de Beaumont (1323-1350), Comtesse de Soissons, fille de Jean de Hainaut et de Marguerite de Nesle



Mort de Jean de Sicile

Guerre civile en Sicile

Jean de Sicile meurt en 1348.

En 1348, Jean de Sicile nomme Blasco II d'Alagona, un Catalan, régent du Royaume de Sicile.

Un temps apaisée par Jean de Sicile, la rivalité entre:

dégénère en guerre civile.

Louis Ier de Sicile, d'ascendance catalane, envoie l'armée royale de Chiaramonti jusqu'à Milazzo.



Retour à Naples de Jeanne Ire d'Anjou et de Louis de Tarente

Révocation de Raymond d'Agoult

Mort d'Enrico Caracciolo

Ayant appris que Louis Ier de Hongrie est parti de Naples, Jeanne Ire d'Anjou et de Louis de Tarente quitte Avignon le 21 juillet 1348.

Ils rentrent à Naples le 17 août 1348 après avoir fait escale à Sanary et Brégançon.

Ils entreprennent de reconquérir le royaume, occupé par les soldats hongrois.

Un mois après son arrivée Jeanne Ire d'Anjou viole ses promesses en révoquant le sénéchal Raymond d'Agoult et nommant à sa place le napolitain Giovanni Barrili.

Devant le mécontentement, Jeanne Ire d'Anjou doit rendre le pouvoir à Raymond D'Agoult.

Très vite Louis de Tarente ne se préoccupe que de sa prise de pouvoir au détriment de la reine Jeanne Ire d'Anjou.

A la faveur des troubles provoqués par les combats avec les troupes hongroises restées dans différentes places, Louis de Tarente réussit un véritable coup d'État : Enrico Caracciolo, le protégé de la reine, est arrêté et mis à mort.



Mariage de Guillaume III de Chalençon avec Valpurge de Polignac

Guillaume III de Chalençon épouse en 1349 Valpurge de Polignac, Vicomtesse de Polignac, Dame de Randon, fille de Jean Ier de Polignac (1315-1341), Vicomte de Polignac, et de Marguerite de Roquefeuil (née vers 1310). Leurs enfants sont :

La branche aînée de la maison de Polignac est relevée à la suite de ce mariage, devenant ainsi la deuxième maison de Polignac.


Jean Visconti

Mort de Lucien Visconti

Jean Visconti Seigneur de Milan et Vicaire impérial

La dernière entreprise de Lucien Visconti est une guerre contre le marquisat de Montferrat de Jean II Paléologue et la seigneurie de Mantoue de Louis Ier Gonzague, guerre qui avorte en raison de sa mort.

Lucien Visconti meurt le 24 janvier ou en mars 1349.

Jean Visconti succède à son frère Lucien Visconti et devient seul seigneur et vicaire impérial de Milan.

Jean Visconti rappelle à Milan Barnabé Visconti, Mathieu II Visconti et Galéas II Visconti de l'exil dans lequel Luchino les avait confinés.

Il les fait participer au gouvernement et les reconnaît comme ses successeurs.

Les prétendues escapades amoureuses d'Isabelle Fieschi servent de motif aux neveux pour exclure Luchino Visconti dit Novello de la succession de Lucien Visconti.



Mariage de Charles V le Sage avec Jeanne de Bourbon

Charles V le Sage épouse à Tain-l'Hermitage le 8 avril 1350 Jeanne de Bourbon, fille de Pierre Ier Bourbon, et d'Isabelle de Valois. Leurs enfants sont :



Louis Ier d'Anjou Comte de Poitiers

Louis Ier d'Anjou devient comte de Poitiers en 1350.



Fin de la guerre entre la Hongrie et Naples

La guerre entre la Hongrie et Naples s'éternise jusqu'au moment où le litige est porté devant le pape.

Après une nouvelle offensive de Louis Ier de Hongrie qui l'amène sous les murs de Naples, Clément VI envoie un légat Raymond Saquet, Évêque de Saint-Omer, avec une flotte commandée par Hugues des Baux.

Louis de Tarente promet de rendre à la reine son indépendance.

Clément VI tranche en faveur de Jeanne Ire d'Anjou en 1350.

Peu après Louis de Hongrie, grièvement blessé, rentre dans son pays.



Bulle d'or

En 1351, Louis Ier de Hongrie confirme la Bulle d'or lui assurant une indépendance financière.



Louis Ier Comte d'Anjou

Louis Ier d'Anjou devient Comte d'Anjou en 1351.



Première cour plénière de l'ordre de l'Étoile

La première cour plénière de l'ordre de l'Étoile se réunit à Saint-Ouen, le 6 janvier 1352.

Sont présents :



Hugues de Saint-Martial Nonce pontifical à Naples

Paix entre Naples et la Hongrie

Couronnement de Jeanne Ire d'Anjou et de Louis de Tarente

Création de l'ordre du Saint Esprit au Droit Désir

Hugues de Saint-Martial est jeune docteur en loi.

Le 14 janvier 1352, Clément VI fait d'Hugues de Saint-Martial son nonce pontifical à Naples, lors du traité de paix entre Jeanne Ire d'Anjou et Louis Ier de Hongrie, son cousin.

Le 23 mars 1352, la paix est proclamée entre Naples et la Hongrie.

Le 23 mai 1352, jour de la Pentecôte, Louis de Tarente et Jeanne Ire d'Anjou sont couronnés à Naples souverains du Royaume de Sicile.

Pour assoir son pouvoir, Louis de Tarente crée ce même jour, L'Ordre chevaleresque du Saint Esprit au Droit Désir, appelé aussi Ordre du Nœud

L'exercice du pouvoir commun entre la reine et Louis de Tarente est réglé par un édit qui laisse ce dernier gouverner à son gré.

Mais en fait le véritable maître est son conseiller, Niccolo Acciaiuoli.



Mariage de Louis Ier de Hongrie avec Élisabeth de Bosnie

Louis Ier de Hongrie est veuf de Marguerite de Luxembourg.

Louis Ier de Hongrie épouse à Cracovie le 20 juin 1353 Élisabeth de Bosnie (1340-1387), fille d'Étienne II Kotromanic, Ban de Bosnie, et d'Élisabeth de Cujave.

Leurs enfants sont :

Louis Ier de Hongrie étend sa domination jusqu'à l'Adriatique : laDalmatie, une partie de la Bosnie et de la Bulgarie.



Mariage de Louis Ier de Sully avec Isabeau de Craon

Isabeau de Craon est veuve de Jean Bertrand de Bricquebec.

Louis Ier de Sully épouse en 1354 Isabeau de Craon, fille de Maurice VII de Craon et de Marguerite de Mello. Leur enfant est :



Louis Ier Gonzague et Guy Gonzague Prisonniers

En février 1354, Louis Ier Gonzague et Guy Gonzague soutiennent un "bâtard Visconti" qui s'est emparé de Vérone.

Louis Ier Gonzague et Guy Gonzague sont faits prisonniers et incarcérés jusqu'à ce que les Vénitiens les libèrent, un mois plus tard.



Accord de succession au trône Pologne

Un accord de succession au trône de Pologne est signé par Casimir III de Pologne en faveur de Louis Ier de Hongrie en 1355.



Naissance de Louis Ier de Beaumont-Bressuire

Louis Ier de Beaumont-Bressuire naît en 1355, fils de Jean de Beaumont-Bressuire et de Jeanne de Maillé.



Mort de Frédéric d'Aci

Mort de Louis Ier de Sicile

Frédéric III de Sicile Roi de Sicile

Frédéric d'Aci, Seigneur d'Aci, fils de Jean de Sicile, meurt en 1355.

Louis Ier de Sicile, son cousin, tente d'échapper à l'épidémie et quitte la forteresse d'Agira pour se réfugier au château d'Aci.

Louis Ier de Sicile meurt au Château d'Aci le 16 octobre 1355, de la peste.

Il est inhumé dans la cathédrale de Catane, aux côtés de Frédéric II de Sicile et de Jean de Sicile, le vieux régent.

Frédéric III de Sicile devient Roi de Sicile en 1355.


Arrestation de Charles II le Mauvais et de Jean V d'Harcourt lors du banquet de Rouen

Arrestation de Charles II le Mauvais

Arrestation de Jean V d'Harcourt

Jean II le Bon est averti des projets de partage du pays, ourdis par Charles II le Mauvais et les Anglais à Avignon, et se décide à le mettre hors d'état de nuire.

Le 5 avril 1356, Charles V le Sage, dauphin et duc de Normandie, convie en son château de Rouen toute la noblesse de la province, dont Charles II le Mauvais et Jean V d'Harcourt qui prennent place à sa table d'honneur.

La fête bat son plein lorsque surgit Jean II le Bon, coiffé d'un casque et l'épée à la main, en hurlant :

Que nul ne bouge s'il ne veut être mort de cette épée !

À ses côtés, Philippe de Valois, son frère, Louis Ier d'Anjou, son fils cadet, et ses cousins d'Artois forment une escorte menaçante.

À l'extérieur, une centaine de cavaliers en armes tiennent le château.

Jean II le Bon se dirige vers la table d'honneur, agrippe Charles II le Mauvais par le cou et l'arrache violemment de son siège en hurlant :

Traître, tu n'es pas digne de t'asseoir à la table de mon fils !

Colin Doublet, écuyer de Charles II le Mauvais, tire alors son couteau pour protéger son maître, et menace le souverain.

Il est aussitôt appréhendé par l'escorte royale qui s'empare également de Charles II le Mauvais.

Excédé par les complots de son cousin avec les Anglais, le roi laisse éclater sa colère qui couve depuis la mort de Charles de La Cerda.

Charles V le Sage, à genoux, implore Jean II le Bon de ne point le déshonorer.

Le roi se tourne vers Jean V d'Harcourt et lui assène un violent coup de masse d'armes sur l'épaule avant d'ordonner son arrestation.

Charles II le Mauvais emprisonné dans le château d'Arleux, près de Cambrai.



Louis Ier Comte du Maine

Louis Ier devient Comte du Maine et lieutenant du royaume en 1356.



Testament de Louis Ier de Brosse

Louis Ier de Brosse teste le 31 août 1356 au château de Boussac par la plume de Pierre Robinet, du diocèse de Limoges, notaire public et tabellion, chapelain de Creyssac près d'Ahun dans la Creuse.

L'original de ce testament sur parchemin a été retrouvé par Antoine Thomas chez un libraire ; il l'a publié dans les Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse en 1907.

Le testament comprend un préambule et 33 articles.

Il demande à être enterré à Saint-Martin d'Huriel, à côté de Pierre Ier de Brosse, son père, et de Blanche de Sancerre, sa mère.

Louis II de Brosse est héritier seul et pour le tout,

La châtellenie de La Pérouse ne comprend que 4 paroisses :

La châtellenie de La Pérouse est nettement plus petite que


Bataille de Poitiers

Bataille de Poitiers

Jean II le Bon prisonnier

Charles V Régent du Royaume de France

Mort de Gautier VI de Brienne

Mort de Geoffroy Marcel de Longueil

Mort de Louis Ier de Brosse Seigneur de Boussac, de Sainte-Sévère, d'Huriel et de La Pérouse

Mort de Pierre Ier de Bourbon

Mort de Pierre de Vendôme,

Louis II de Bourbon Duc de Bourbon et Grand chambrier de France

Mort de Robert de Morée

Mort de Geoffroy Ier de Charny

Mort d'Hugues III de Castelnau-Calmont

Henri V de Joinville Prisonnier

Jacques Ier de Bourbon Prisonnier

Tandis que les Anglais remontent de leur possession de Bordeaux vers la Loire pour une nouvelle chevauchée, le Roi de France peut enfin lever une armée pour se porter à leur rencontre.

L'armée anglaise compte à peine 7 000 hommes mais elle est solidement retranchée sur le plateau de Maupertuis.

Archambaud de Grailly combat aux côtés du Prince Noir.

Thomas de Beauchamp participe à cette bataille, côté anglais.

Le Roi de France, de son côté, aligne pas moins de 15 000 hommes.

Participent à la bataille :

Thomas de Montmorin est fait prisonnier par les Anglais lors de la bataille de Poitiers

Libéré par Louis Ier de Hongrie, Robert de Morée combat pour Jean II le Bon.

Arnaud de Cervole participe à la bataille où il est fait prisonnier et discrètement libéré.

Amaury IV de Craon participe à la bataille et est fait prisonnier.

Henri V de Joinville est fait prisonnier.

Jean II de Melun et Guillaume II de Melun sont fait prisonniers.

Le 19 septembre 1356, l'armée française est écrasée par les archers anglais près du bourg de Nouaillé à une dizaine de kilomètres au sud-est de Poitiers.

Placé à la tête d'un corps d'armée, Jean Chandos, capitaine anglais, joue un rôle décisif dans la victoire anglaise.

Malgré la charge folle des chevaliers, la bataille tourne très vite à la déroute française.

Beaucoup de chevaliers sont faits prisonniers.

D'autres se replient lâchement et abandonnent leur Roi à son sort.

Le Roi Jean II le Bon, surnommé ainsi en raison de sa bravoure, ose se lancer à la poursuite du Prince Noir mais il est lui-même fait prisonnier.

Une belle légende garde le souvenir du dévouement légendaire de Philippe II le Hardi, jeune fils de Jean II le Bon.

Au cœur de la bataille, lorsque les chances de vaincre sont quasiment anéanties, Jean II le Bon ordonne à ses 3 fils aînés, Charles V le Sage, Louis Ier d'Anjou et Jean Ier de Berry, de prendre la fuite.

Le Roi veut protéger sa descendance, et donc sa succession.

Seul Philippe II le Hardi, âgé de 14 ans, reste auprès de son père, pour le soutenir jusqu'au bout, non par les armes, mais par les paroles :

Père, gardez-vous à droite, père, gardez-vous à gauche !"

Il en gardera son surnom.

Le pouvoir est laissé à Charles V le Sage, lieutenant du Roi, qui assume la régence du royaume dès 1356, à 18 ans. Il doit défendre une position considérablement affaiblie.

Pierre Ier de Bourbon meurt durant la bataille, en faisant rempart de son corps devant son Roi.

Louis II de Bourbon devient Duc de Bourbon et reçoit la charge de Grand chambrier de France.

Meurt durant la bataille :

Philippe de Chambly est inhumé au couvent des Cordeliers de Poitiers.

Jacques Ier de Bourbon est blessé et fait prisonnier.

Isabeau de Brienne hérite des titres et revendications de la famille de Brienne après la mort de Gautier VI de Brienne, son frère, les transmettant à la famille de Gauthier III d'Enghien, son époux,

Le corps de Louis Ier de Brosse est d'abord déposé au couvent des Frères mineurs de Poitiers.

Il est ensuite ramené et inhumé dans l'église Saint-Martin à Huriel dans l'Allier.

Enguerrand VII de Coucy est désigné, parmi d'autres seigneurs de son rang pour servir de caution à la rançon de Jean II le Bon, retenu prisonnier par le Prince noir.



Usurpation de l'identité de Jean Ier le Posthume par Giannino Baglioni

Cola di Rienzo rencontre Giannino Baglioni en 1354, Cola di Rienzo fait fabriquer des faux qui attestent que Giannino Baglioni est Jean Ier le Posthume, puis tente de le placer sur le trône de France afin de renforcer son pouvoir à Rome.

Cola di Rienzo est assassiné.

Giannino Baglioni attend 1356 avant de faire état de ses prétentions.

Giannino Baglioni se rend à la cour de Hongrie où le roi Louis Ier de Hongrie, neveu de Clémence de Hongrie, le reconnaît comme le fils de Louis X le Hutin et de Clémence de Hongrie.



Seconde guerre contre Venise

Traité de Zara

La seconde guerre contre Venise dure de 1357 à 1358.

Par le Traité de Zara, en 1358, Louis Ier de Hongrie reçoit les possessions vénitiennes de la Dalmatie.



Mort de Louis Ier Gonzague

Guy Gonzague Capitaine du peuple de Mantoue

Louis Ier Gonzague meurt à Mantoue le 18 janvier 1360, dans sa 92e année, une longévité réellement remarquable pour l'époque !

Guy Gonzague, âgé de 70 ans, succède à son père et devient 2e capitaine du peuple (capitano del Popolo) de la ville de Mantoue.

Guy Gonzague a un visage plutôt blême et peu incisif.

Son aspect cache un homme d'expérience formé aux affaires politiques depuis longtemps sous la houlette de son père.



Mariage de Jean-Galéas Ier Visconti avec Isabelle de France de Valois

Jean-Galéas Ier Visconti Comte de Vertus

Galéas II Visconti se lie avec la famille royale française en organisant le mariage de son fils.

Jean-Galéas Ier Visconti épouse en juin 1360 Isabelle de France de Valois, fille de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg. Leurs enfants sont :

Jean Galéas Ier Visconti devient Comte de Vertus en Champagne, titre créé par Jean II le Bon et apporté en dot par Isabelle de France.


Blason des Ducs d'Anjou

Louis Ier d'Anjou Duc d'Anjou

Mariage de Louis Ier d'Anjou avec Marie de Blois-Châtillon

L'Anjou est érigé en duché.

Louis Ier d'Anjou devient Duc d'Anjou en 1360.

Louis Ier d'Anjou épouse le 9 juillet 1360 Marie de Blois-Châtillon de Guise (1343 ou 1345-12 novembre 1404), Dame de Mayenne-la-Juhel, de Longjumeau en août 1360, Comtesse de Guise, fille de Charles de Blois-Châtillon, Comte de Blois. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier de Thouars avec Isabeau d'Avaugour

Isabeau d'Avaugour est veuve de Geoffroy VIII de Chateaubriand (1314-1347).

Louis Ier de Thouars épouse en juillet 1361 Isabeau d'Avaugour, fille d'Henri IV d'Avaugour et de Jeanne d'Harcourt.



Libération de Louis d'Anjou-Durazzo

Mort de Louis d'Anjou-Durazzo

Charles III de Durazzo Duc de Durazzo

Louis d'Anjou-Durazzo recouvre sa liberté mais montre ses sympathies pour Louis Ier de Hongrie.

Il est arrêté et emprisonné par Jeanne Ire d'Anjou sous prétexte de conspiration.

Louis d'Anjou-Durazzo meurt en 1362 empoisonné à l'instigation de ses cousins Philippe de Tarente et Robert de Tarente.

Charles III de Durazzo devient Duc de Durazzo ou de Duras,



Fuite de Louis Ier d'Anjou

Louis Ier d'Anjou, prisonnier sur parole des Anglais à Calais, compromet la paix franco-anglaise en rompant son engagement d'otage pour rejoindre sa jeune femme, Marie de Blois-Châtillon.

À l'approche de l'hiver, on parle toujours de la croisade quand Jean II le Bon apprend cette fuite de Louis Ier d'Anjou, son fils.

Jean II le Bon quitte de toute urgence l'Hôtel du Dauphin à Villeneuve-lès-Avignon.

Le 14 novembre 1363, Jean II le Bon fait étape dans la ville du Saint-Esprit et regagne les pays de langue d'Oïl.

Le 1er décembre 1363 une vague de froid s'abat sur tout le pays.

Jean II le Bon est surpris par ce froid glacial à Amiens où il a réuni les États Généraux de langue d'Oïl.

À leur clôture, Jean II le Bon annonce qu'il va retourner en Angleterre se constituer prisonnier en lieu et place de Louis Ier d'Anjou, son fils.



Seconde captivité de Jean II le Bon

En janvier 1364, Jean II le Bon retourne en Angleterre prendre la place de Louis Ier d'Anjou.



Naissance de Marie de Sully

Marie de Sully ou de Craon naît en 1364, fille de Louis Ier de Sully et d'Isabeau de Craon.



Mariage de Robert Ier de Bar avec Marie de France

Robert Ier de Bar épouse en 1364 Marie de France, fille de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg.

Leurs enfants sont :


Charles V le Sage Charles V le Sage

Mort de Jean II le Bon Roi de France

Charles V le Sage Roi de France

Jean II le Bon meurt le 8 avril 1364, dans sa prison à Londres.

Il est inhumé à Saint-Paul à Londres puis à Saint-Denis.

Charles V le Sage est couronné Roi de France le 19 mai 1364 à Reims.

Robert de Fiennes est présent à ce sacre.

Jean Ier de Lorraine et Robert Ier de Bar assistent à ce sacre.

Charles V le Sage n'aura de cesse de lutter contre les Anglais mais aussi :

Peu adepte de la guerre, Charles V le Sage n'en gère pas moins le royaume avec une énergie et une intelligence qui lui vaudront le qualificatif très mérité de Sage.

Pendant le sacre du jeune roi, Louis Ier d'Anjou, duc d'Anjou, s'empare du trésor gardé à Melun.

De nouvelles taxes et la révolte des Maillotins sont la conséquence de ce vol.


Jean Ier de Bourbon-La Marche et Catherine de Vendôme

Mariage de Jean Ier de Bourbon-La Marche avec Catherine de Vendôme

Jean Ier de Bourbon-La Marche épouse à Paris le 28 septembre 1364 Catherine de Vendôme.

Leurs enfants sont :



Louis Ier d'Anjou Lieutenant du Roi en Languedoc

Louis Ier d'Anjou est l'un des principaux acteurs de la politique de son frère Charles V le Sage.

Louis Ier d'Anjou commande l'armée, devient lieutenant du Roi en Languedoc en 1365 et conduit une grande partie de la reconquête de l'Aquitaine.



Jean IV de Chalon-Auxerre Administrateur du comté d'Auxerre

Louis Ier de Chalon-Auxerre Comte de Tonnerre

Jean III de Chalon-Auxerre étant sénile, Jean IV de Chalon-Auxerre, son fils, administre le comté d'Auxerre à partir de 1366.

Louis Ier de Chalon-Auxerre devient Comte de Tonnerre, Seigneur de Rochefort et Seigneur de Montaigu et Seigneur de Châtelbelin, Seigneur d'Arinthod.



Siège de Tarascon

Bataille d'Arles

Bataille de Céreste

Excommunication de Bertrand Du Guesclin

Louis Ier d'Anjou, lieutenant du Languedoc, affirme des prétentions sur la Provence.

Il se lance avec l'aide des compagnies de Bertrand du Guesclin à l'attaque de la Provence.

Raymond VIII de Turenne fait ses premières armes, en mars 1368, contre Bertrand du Guesclin au siège de Tarascon,

Tarascon est prise le 22 mai 1368.

Une autre bataille a lieu à Arles,

Les troupes du sénéchal Raymond d'Agoult sont battues à Céreste, près d'Apt où les routiers du Breton écrasent l'ost de Provence.

L'intervention d'Urbain V auprès de Charles V le Sage, l'excommunication de Bertrand du Guesclin le 1er septembre 1368 amènent la retraite de Bertrand du Guesclin.

Raymond VIII de Turenne participe ensuite à la répression des laborieux qui se sont révoltés contre les exactions des deux armées.



Adoption de Casimir IV de Poméranie par Casimir III de Pologne

En 1368, Casimir III de Pologne adopte Casimir IV de Poméranie, voulant sans doute en faire son successeur sur le trône de Pologne, malgré un accord de succession qui a été conclu avec Louis Ier de Hongrie.



Traité de paix entre Jeanne Ire d'Anjou et Louis Ier d'Anjou

Jeanne Ire d'Anjou signe un traité de paix avec Louis Ier d'Anjou le 13 avril 1369.



Naissance de Charles de Tarente

Charles de Tarente naît en 1369, fils de Louis Ier d'Anjou, et de Marie de Blois-Châtillon.



Trêve entre Jeanne Ire d'Anjou et Louis Ier d'Anjou

Suite au traité de paix, Jeanne Ire d'Anjou signe une trêve avec Louis Ier d'Anjou le 2 janvier 1370.



Mort de Louis Ier de Thouars

Amaury IV de Craon Vicomte de Thouars

Louis Ier de Thouars meurt à Talmont le 7 avril 1370.

Amaury IV de Craon, époux de Péronnelle de Thouars qui est l'héritière de Thouars, devient Vicomte de Thouars en 1370.

Amaury IV de Craon est fortement influencé par les seigneurs Poitevins qui l'entourent et qui sont favorables au Roi d'Angleterre.



Naissance de Louis Ier de Bar

Louis Ier de Bar naît entre 1370 et 1375, fils de Robert Ier de Bar et de Marie de France.

Il est destiné à une carrière ecclésiastique.


Tombeau de Casimir III le Grand dans la basilique-cathédrale Saints-Stanislas-et-Venceslas de Cracovie

Mort de Casimir III de Pologne

Louis Ier de Hongrie Roi de Pologne

Casimir III de Pologne meurt le 5 novembre 1370.

Au terme du règne de Casimir III de Pologne, la Pologne a vu son territoire plus que doubler et acquérir une véritable importance sur la scène européenne.

La célèbre formule selon laquelle " Casimir a trouvé un pays fait de bois et a laissé un pays fait de pierres " marque l'importance de ses 37 années de règne dans l'histoire de la Pologne.

Aucun des 4 mariages de Casimir III de Pologne ne lui a permis d'enfanter un fils.

Avec lui s'éteint la dynastie des Piast.

Une branche de la dynastie Piast, détenant la Silésie, subsistera encore jusqu'en 1675.

Ladislas le Blanc est candidat à la succession de Casimir III de Pologne.

Louis Ier de Hongrie, neveu de Casimir III de Pologne, est élu et couronné Roi de Pologne le 17 novembre 1370.

Malgré le soutien de la noblesse de Grande-Pologne, Casimir IV de Poméranie doit renoncer à la couronne de Pologne.

Casimir IV de Poméranie se déclare vassal de Louis Ier de Hongrie en échange des régions de Dobrzyn, Bydgoszcz, Kruszwica, Walcz et Zlotów qui deviennent ses fiefs.



Louis Ier d'Anjou Duc de Touraine

En 1370, Louis Ier d'Anjou devient Duc de Touraine.

Louis Ier d'Anjou dirige la répression des routiers, et fait face à des insurrections urbaines en Languedoc.



Traité de paix définitive

Grâce à la médiation de Grégoire XI, Jeanne Ire d'Anjou signe le traité de paix définitive du 11 avril 1371 avec Louis Ier d'Anjou qui abandonne ses prétentions sur Tarascon.


Charles V le Sage recevant l'hommage de Louis II de Bourbon, son beau-frère pour le comté de Clermont

Louis II de Bourbon Comte de Clermont

Louis II de Bourbon devient Comte de Clermont-en-Beauvaisis en 1371.

Aux côtés de Charles V le Sage, on aperçoit ses fils :

À l'extrême-droite de la miniature, l'un au dessus de l'autre, les trois frères de Charles V le Sage, chacun reconnaissable également à ses armes sur sa tunique :

Derrière les deux jeunes fils du roi, la main sur le dossier du trône, Philippe de Valois, oncle du roi.

Jean V de Mauquenchy est troisième en bas à droite



Hommage de Louis de Beaumont-Bressuire aux Anglais

Allégeance de Louis de Beaumont-Bressuire à Bertrand du Guesclin

En 1371, Louis de Beaumont-Bressuire se rend à Poitiers, rendre hommage aux Anglais. Le château de Bressuire est alors occupé par des garnisons anglaises.

En 1371, les frères de Charles V le Sage, en premier lieu Louis Ier d'Anjou qui est en première ligne pour les opérations militaires, Jean Ier de Berry et le cousin Louis II de Bourbon ont commencé la reconquête du Poitou.

La Guerre de Cent ans repart. La population se soulève contre les taxes et impôts imposé par le Prince de Galles.

En 1371, le connétable Bertrand du Guesclin assiège le fief de Bressuire.

Le château capitule. Bertrand du Guesclin prend possession du fief au nom du roi de France et y laisse une garnison. Louis de Beaumont-Bressuire fait allégeance à Bertrand du Guesclin.



Naissance de Marie Ire de Hongrie

Marie Ire de Hongrie naît en 1371, fille de Louis Ier de Hongrie et d'Élisabeth de Bosnie.



Naissance d'Hedwige Ire de Hongrie

Jadwiga ou Hedwige Ire de Hongrie naît à Buda le 15 février 1372, fille de Louis Ier de Hongrie et d'Élisabeth de Bosnie.



Mariage de Guillaume II de Craon avec Jeanne Savary de Montbazon

Guillaume II de Craon épouse en 1372 Jeanne Savary de Montbazon, sa cousine, fille de Renaud Savary et d'Eustache d'Anthenaise. Leurs enfants sont :



Mort de Louis II de Blois-Châtillon

Jean II de Blois-Châtillon Comte de Blois et de Châteaudun

Mariage de Jean II de Blois-Châtillon avec Mathilde de Gueldre

Louis II de Blois-Châtillon meurt en 1372, sans postérité. Il est inhumé dans l'Église Saint Sauveur de Blois.

Jean II de Blois-Châtillon succède à son frère et devient Comte de Blois et de Châteaudun.

Il hérite de Blois, d'Avesnes, de Nouvion, de Chimay, de Fumay et de Revin.

Mathilde de Gueldre est veuve de Jean de Clèves.

Jean II de Blois-Châtillon, fils de Louis Ier de Blois-Châtillon et de Jeanne de Hainaut, épouse en 1372 Mathilde de Gueldre.

Jean II de Blois-Châtillon passe alors son temps à faire la guerre pour le Duché de Gueldre.



Naissance de Louis Ier d'Orléans

Louys ou Louis Ier de Beaumont ou Louis Ier d'Orléans, naît à Poitiers le 13 mars 1372, fils de Charles V le Sage et de Jeanne de Bourbon.



Conquête de la Bretagne par Bertrand du Guesclin

Occupation du château Montmuran

Exil de Jean IV de Bretagne

En 1373, Robert Knolles sort de sa retraite pour aider Jean IV de Bretagne, de nouveau en lutte contre Charles V le Sage.

Le château Montmuran est occupé par les Anglais puis repris par Bertrand du Guesclin.

En 1373, Louis Ier d'Anjou et Bertrand du Guesclin, rentrent en Bretagne avec de grandes forces, dans la vue de punir Jean IV de Bretagne de ses pratiques secrètes avec l'Angleterre.

Bertrand du Guesclin délivre les villes de haute Bretagne entre mars et juin 1373.

Pierre II d'Alençon combat avec Bertrand du Guesclin, et est blessé durant l'assaut d'Hennebont.

Du Guesclin rend Fougères à son seigneur Pierre II d'Alençon en 1373.

Guy XII de Montmorency-Laval se joint aux seigneurs bretons soulevés contre Jean IV de Bretagne.

Jean Ier de Rohan s'empare de Vannes, et Olivier V de Clisson d'autres villes.

Guy XII de Montmorency-Laval marche contre Rennes dont il se rend maître.

Ces échecs obligent Jean IV de Bretagne à s'exiler en Angleterre

Robert Knolles doit rentrer en Angleterre.

Charles V le Sage souhaite en faite dépouiller Jean IV de Bretagne de ses états et réunir le duché de Bretagne à la couronne, pensant ainsi établir la tranquillité du royaume.

Il en fait la confidence à Jean Ier de Rohan, à Olivier V de Clisson et à Guy XII de Montmorency-Laval, leur promettant leur part. Il leur demande les places et forteresses qu'ils y possèdent

Les 3 seigneurs quittent alors la cour sans dire adieu, et se retirent dans leurs places, sous prétexte de les garder et de pourvoir aux besoins de la Bretagne menacée par les Anglais.



Mariage de Louis Ier de Beaumont-Bressuire avec Louise de Thouars

La paix revenue, Louis Ier de Beaumont-Bressuire épouse Louise de Thouars. Leur enfant est :



Naissance de Guy de Beaumont-Bressuire

Guy de Beaumont-Bressuire naît en 1375, fils de Louis Ier de Beaumont-Bressuire et de Louise de Thouars.



Mort de Jacques V de Majorque

Isabelle Ire de Majorque prétendante à la couronne de Majorque

Jacques IV de Majorque meurt en février 1375.

La dynastie de Majorque s'éteint.

Jacques IV de Majorque lègue la principauté d'Achaïe à Jeanne Ire d'Anjou.

Isabelle Ire de Majorque, sa sœur, hérite de sa prétention à la couronne de Majorque.

Incapable de les faire valoir, Isabelle Ire de Majorque transmet ses prétentions au royaume de Majorque à Louis Ier d'Anjou.



Mariage d'Othon IV de Brunswick-Grubenhagen avec Jeanne Ire d'Anjou

Jeanne Ire de Naples cherche en Othon IV de Brunswick-Grubenhagen un appui contre les ennemis qui la menassent.

Jeanne Ire de Naples est veuve de Jacques IV de Majorque.

Avec l'accord du pape Grégoire XI, Othon IV de Brunswick-Grubenhagen épouse le 25 mars 1376 Jeanne Ire de Naples.

Othon IV de Brunswick-Grubenhagen devient Roi consort de Naples.

Charles III de Durazzo s'irrite de ce mariage et se rapproche de Louis Ier de Hongrie, ennemi de la Jeanne Ire de Naples.

Jeanne Ire d'Anjou retrouve son domaine piémontais grâce aux succès d'Othon IV de Brunswick-Grubenhagen.



Naissance de Louis Ier de Bourbon-Vendôme

Louis Ier de Bourbon-Vendôme naît en 1376, fils de Jean Ier de Bourbon-La Marche et de Catherine de Vendôme.



Fiançailles d'Hedwige Ire de Pologne à Guillaume d'Autriche

En 1376, Hedwige Ire de Pologne est fiancée par Louis Ier de Hongrie, son père, à Guillaume Ier d'Autriche.



Naissance de Louis II d'Anjou

Louis II d'Anjou naît à Toulouse en 1377, fils de Louis Ier d'Anjou et de Marie de Blois-Châtillon.



Cessions de L'hôtel du Petit-Musc

L'hôtel du Petit-Musc est acheté par Charles VI de France en 1378.

L'hôtel du Petit-Musc est donné à Louis Ier d'Orléans, son frère.


Urbain VI Pape Clément VII Anti Pape Grand Schisme d'Occident

Mort de Grégoire XI

Siège du château Saint-Ange

Urbain VI Pape romain

Clément VII Anti Pape d'Avignon

Installation de Clément VII à Avignon

Début du Grand Schisme d'Occident

Des négociations en vue d'un processus de paix débutent à Sarzano avec Barnabé Visconti et les Florentins.

Gravement malade, se sentant menacé dans son palais même, Grégoire XI finit cependant par prendre Rome en aversion et seule la mort l'empêche de retourner à Avignon.

Peu avant sa mort, Grégoire XI désigne son cher Hugues de Saint-Martial comme son exécuteur testamentaire.

Grégoire XI meurt le 27 mars 1378 à Rome avant d'avoir pu expédier les bulles d'approbation de l'élection de Venceslas Ier du Saint-Empire.

Grégoire XI est le dernier pape de nationalité française. Il est instruit et pieux, mais a cependant une certaine tendance au népotisme.

Grégoire XI réussit à pacifier la Castille, l'Aragon, la Navarre, la Sicile et Naples.

Grégoire XI déploie également beaucoup d'efforts pour réunir les églises grecque et romaine, pour entreprendre une nouvelle croisade, et pour réformer le clergé.

En mai 1378, avec son fils Gérald, Hugues de la Roche défend le château Saint-Ange que lui a confié Raymond VIII de Turenne. Ils tiennent cette forteresse pendant 14 mois.

Bartolemeo Prignano, archevêque de Bari, est élu pape le 2 août 1378 sous le nom de Urbain VI.

Il est le premier pape italien, élu à Rome, depuis le retour du Saint-Siège dans cette ville.

Rentré chez lui, Charles Ier de Luxembourg apprend, au cours de l'été 1378, que les cardinaux considèrent l'élection d'Urbain VI comme nulle.

Il écrit aussitôt à Jeanne Ire d'Anjou, Reine de Naples et la prie de raisonner le Sacré Collège.

Urbain VI se rend tellement odieux auprès des cardinaux français que ceux-ci élisent Robert de Genève, cardinal de Genève, un prélat français, le 20 septembre 1378 sous le nom de Clément VII.

Il est élu notamment par son successeur Benoît XIII qui met à son profit ses compétences juridiques.

Clément VII est le premier pape qui s'installe en Avignon.

C'est le début du Grand Schisme d'Occident, qui verra 2 (et même parfois 3) papes sur le trône de Saint-Pierre.

Pierre de Sortenac participe aux 2 conclaves de 1378.

Pierre de Sortenac rejoint l'obédience d'Avignon de l'antipape Clément VII.

Jean Allarmet de Brogny rejoint Clément VII à Avignon.

Après avoir hésité, Jeanne Ire d'Anjou se prononce pour Clément VII et lui avance 64.000 florins.

Urbain VI de son coté encourage les ennemis de Jeanne Ire d'Anjou :

Pierre III de Genève, frère de Clément VII, passe les dernières années de sa vie auprès de lui à Avignon à combattre pour asseoir son pouvoir.



Louis Ier d'Anjou Roi d'Adria

Louis Ier d'Anjou devient Roi d'Adria le 17 avril 1379.



Mariage de Louis Ier de Chalon-Auxerre avec Marie de Parthenay

Louis Ier de Chalon-Auxerre épouse Marie de Parthenay, fille de Guillaume de Parthenay et de Jeanne de Mathefelon. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis II de Chalon-Auxerre

Louis II de Chalon-Auxerre naît en 1380, fils de Louis Ier de Chalon-Auxerre et de Marie de Parthenay.



Louis Ier d'Anjou destitué de son titre de Lieutenant du Roi en Languedoc

Devenu impopulaire, Louis Ier d'Anjou est destitué de sa lieutenance à la suite d'une plainte des villes de Languedoc en mai 1380.



Adoption de Louis Ier d'Anjou

Départ de Charles III de Durazzo pour Naples

Se trouvant dans une situation critique, Jeanne Ire d'Anjou fait appel à Clément VII qui lui conseille d'avoir recours à Louis Ier d'Anjou. Le 29 juin 1380, en échange de son aide, Jeanne Ire d'Anjou l'adopte et en fait son successeur, à la place de Charles III de Durazzo.

Cet accord réalise les ambitions que le duc d'Anjou nourrit depuis longtemps.

À l'automne 1380, cette adoption coupe la Provence en deux :

Le pape Urbain VI, désirant détrôner Jeanne Ire de Naples, incite Charles III de Durazzo à négocier la paix avec Venise et à marcher sur Naples. Charles III de Durazzo n'hésite alors plus et en novembre 1380 descend vers Naples à la tête d'une armée composée surtout de hongrois.

Louis Ier d'Anjou, ne mesurant peut-être pas la gravité de la situation du royaume de Naples, n'intervient pas immédiatement.


Charles VI le Bien-aimé et le Fou Charles VI de France

Mort de Charles V Le Sage Roi de France

Charles VI de France Roi de France

Louis Ier d'Anjou, Jean Ier de Berry, Louis de Bourbon et Philippe II le Hardi Régents

Charles V le Sage meurt à Beauté-sur-Marne le 16 septembre 1380.

Il est inhumé le 26 septembre 1380 dans la basilique de Saint-Denis.

La France a retrouvé la paix grâce à Charles V le Sage et à son connétable, le breton Bertrand du Guesclin. Elle a été débarrassée :

C'est le début d'une longue embellie dont témoignent les enluminures des Très riches Heures du duc de Berry. Le conflit entre les monarchies anglaise et française pourrait s'arrêter là.

Charles VI de France n'a pas tout à fait 12 ans quand il succède à son père.

Charles VI de France réside à Melun où les fêtes et les parties de chasses se succédèrent.

Pendant la minorité de Charles VI de France, ses puissants oncles :

assurent la régence.

Ils profitent de leur situation pour dilapider les ressources du royaume et instaurer de nouveaux impôts pour leur profit personnel.

Charles VI de France n'est qu'un simple figurant durant son enfance.

Louis Ier d'Anjou est président du conseil de régence de Charles VI de France.

Jehan Pastoret est toujours Avocat royal et Président du Parlement de Paris.



Louis Ier d'Orléans propriétaire de Brie-Comte-Robert

Louis Ier d'Orléans reçoit Brie-Comte-Robert en apanage en 1380 dont Blanche de France à toujours l'usufruit



Olivier V de Clisson Connétable de France

Enguerrand VII de Coucy se voit proposer l'épée de connétable de Bertrand du Guesclin.

Enguerrand VII de Coucy la refuse.

Olivier V de Clisson, Seigneur de Clisson, Comte de Porhoët, est fait Connétable de France le 23 ou le 28 novembre 1380 par Charles VI de France, peu après son sacre.

Les oncles du roi, Louis Ier d'Anjou, Jean Ier de Berry et Philippe II le Hardi y sont opposés du fait de l'appartenance d'Olivier V de Clisson au premier cercle des conseillers de Charles VI, les Marmousets.



Jean Ier de Berry Lieutenant Général du Languedoc

Développement de la révolte des tuchins

Louis Ier d'Anjou, Régent de France, révoque Gaston III Phébus et nomme à sa place Jean Ier de Berry comme Lieutenant Général du Languedoc le 19 novembre 1380.

Jean Ier de Berry est un avaricieux, violent et pressure le bas peuple.

Le Tuchinat est une véritable révolte sociale.

Des bandes armées s'organisent sur la touche, c'est à dire la lande, auxquelles on donne le nom de Tuchins ou Coquins. Les artisans se plaignent de l'injuste répartition des charges, des impôts nouveaux, en particulier par la gabelle. Ils s'indignent en outre d'être abandonnés sans défense aux routiers anglais. Aussi, se joignent-ils aux Tuchins qui sont soutenus par la population y compris les bourgeois.

L'insurrection commence dans la sénéchaussée de Beaucaire, passant par Blauzac et ses environs, elle se répand rapidement dans celles de Béziers et de Carcassonne, dans le Toulousain, le Rouergue, jusqu'en Auvergne, en Limousin et en Poitou.

Ils s'attaquent aux châteaux, qu'ils détruisent en grand nombre, aux nobles, aux clercs, aux riches qu'ils massacrent, exaspérés par les impôts.

Les échauffourées se multiplient et la population ne tarde pas à tailler en pièces tout ce qui ressemble à un officier royal.

Les insurgés ont parfois à leur tête des nobles :

Bien vite, ils reçoivent le renfort de routiers, des mercenaires des compagnies démembrées qui vivent de rapines et de pillage. C'est désormais contre des soldats aguerris que le Jean Ier de Berry va devoir mener une véritable guerre.

Les villes font connaître leurs plaintes à Charles VI de France et lui suggèrent de remplacer Jean Ier de Berry Gaston III Phébus. Ce dernier, tout en assurant le jeune souverain de son indéfectible fidélité, affirme qu'il n'a aucunement l'intention de se soumettre aux humeurs de Jean Ier de Berry.

Pour les conseillers de Charles VI de France, confier le Languedoc au comte de Foix c'est courir le risque de provoquer la sécession de la province. Aussi on préfère confirmer Jean Ier de Berry dans ses fonctions.

Jean Ier de Berry se montre fort maladroit en considérant les Languedociens comme de véritables ennemis que seule une sévère répression peut mater.

Les excès des Tuchins sont dépassés par les violences des lieutenants de Jean Ier de Berry dont les plus cruels sont :

Grinaud qui commande les troupes de Jean Ier de Berry s'avance jusqu'à Serviers et ne peut s'emparer du château se heurtant à sa position élevée et à ses remparts. Furieux, ayant surpris 3 paysans dans les champs voisins, il les fait tuer de sang-froid sous ses yeux.



Guerre entre la Hongrie et Venise

Traité de Turin

Une troisième guerre entre la Hongrie et Venise est déclenchée.

Louis Ier de Hongrie conquiert toute la Dalmatie et la guerre se termine par le Traité de Turin le 18 août 1381.



Louis Ier d'Anjou Comte de Provence et de Forcalquier

Louis Ier d'Anjou devient 28ème Comte de Provence et de Forcalquier en 1381.



Mariage de Guy VI de La Trémoïlle avec Marie de Sully

Guy VI de La Trémoïlle épouse en 1382 Marie de Sully, Princesse de Boisbelle, fille de Louis Ier de Sully et d'Isabeau de Craon. Leurs enfants sont :



Mort de Louis Ier de Sully Seigneur de Sully et de Boisbelle

Louis Ier de Sully meurt en 1382.



Demande de canonisation de Delphine de Signe

Le procès de canonisation de Delphine de Signe est ouvert en 1363.

Entre 1372 et 1376, Louis Ier d'Anjou décide de financer de ses propres deniers les frais de procès en canonisation de Delphine de Signe, époux d'Elzéar de Sabran. C'est un échec.

À leur tour, les États de Provence, réunis à Apt, le 18 avril 1382, demandent à Clément VII la canonisation de Delphine de Signe. Le pontife accueilli leur demande et classa le dossier.

Le culte de Delphine de Signe est approuvé par le pape Innocent VII en 1694, mais son procès n'a jamais été achevé.



Mort de Marguerite Ire de France

Maison de Valois-Bourgogne

Louis II de Mâle Comte de Bourgogne et d'Artois

Louis II de Mâle Seigneur de Salins

Marguerite Ire de France meurt le 9 mai 1382. Louis II de Mâle, son fils, devient Comte de Bourgogne et Comte d'Artois, Seigneur de Salins sous le nom de Louis Ier.



Mouvement de Louis Ier d'Anjou vers Naples

Mort de Jeanne Ire d'Anjou Reine de Jérusalem et de Sicile, Duchesse de Pouille et Princesse de Capoue, Comtesse de Provence et de Forcalquier

Louis Ier d'Anjou Roi de Naples

Louis Ier d'Anjou Roi titulaire de Jérusalem

Louis Ier d'Anjou se décide enfin à agir et se lance dans les préparatifs d'une action conjointe avec Clément VII en Italie mettre la main sur son double héritage de Naples et de Provence.

Louis Ier d'Anjou abandonne la présidence du conseil de régence du Roi Charles VI de France.

Il part d'Avignon pour Naples à la tête d'une puissante armée le 30 mai 1382. Il passe par Turin et Milan.

Amédée VII de Savoie envoie une troupe pour aider Louis Ier d'Anjou.

Amédée VI de Savoie et Pierre III de Genève accompagne Louis Ier d'Anjou.

Charles III de Durazzo pense qu'il ne pourra résister à Louis Ier d'Anjou. Il fait transférer la reine au Château de Muro Lucano où il la fait assassiner le 22 mai ou le 27 juillet 1382. Il venge ainsi les meurtres d'André de Hongrie et de Louis d'Anjou-Durazzo. Elle est étouffée sous des oreillers afin de faire croire à une mort naturelle. Ainsi se termine la première maison d'Anjou.

Louis Ier d'Anjou hérite des titres Roi de Naples et de Roi titulaire de Jérusalem.

Début septembre 1382, Louis Ier d'Anjou se trouve à Amatrice, proche de Rome.

Charles III de Durazzo garnit ses places, évite le combat et laisse l'armée ennemie s'épuiser par les fatigues et le climat.



Guerre de l'Union d'Aix

Guerre de succession en Provence

De 1382 à 1387, la mort de Jeanne Ire d'Anjou ouvre une guerre de succession en Provence, appelée guerre de l'Union d'Aix, entre les partisans de Charles III de Durazzo et ceux de Louis Ier d'Anjou.

Les Tuchins prennent le parti de Charles III de Durazzo.

Gantonnet d'Abzac lutte contre les partisans Charles III de Durazzo.

Cette guerre ne s'arrêtera en Provence qu'à la mort de Charles III de Durazzo.


Marie Ire de Hongrie

Mort de Louis Ier de Hongrie

Marie Ire de Hongrie Reine de Hongrie

Louis Ier de Hongrie meurt à Trnava (Slovaquie) le 10 septembre 1382.

Louis Ier de Hongrie ne laisse que des filles.

Marie Ire de Hongrie, élue par la Diète, succède à son père en Hongrie.

Marie Ire de Hongrie voit son trône de Hongrie contesté.

Charles III de Durazzo, en tant que fils adoptif, revendique le trône de Hongrie.



Mariage de Jacques des Baux avec Agnès de Durazzo

Jacques des Baux s'empare de la principauté de Tarente, dans l'espérance de disputer un jour le trône de Naples à Louis Ier d'Anjou.

Jacques des Baux épouse en 1382 Agnès de Durazzo.



Spoliation des fiefs provençaux de Guillaume III Roger de Beaufort par Louis Ier d'Anjou

Le 8 mars 1383, Guillaume III Roger de Beaufort, en dépit de son allégeance à Louis Ier d'Anjou et à son épouse Marie de Blois-Châtillon, se voit contester par la seconde maison d'Anjou, ses fiefs provençaux en particulier Saint-Rémy-de-Provence et les Baux. Guillaume III Roger de Beaufort quitte sa charge de Capitaine Général de la Sénéchaussée de Beaucaire.

Guillaume III Roger de Beaufort laisse Raymond VIII de Turenne, son fils, contester, les armes à la main, la spoliation de ses fiefs de Provence.



Charles III de Durazzo Roi de Hongrie

Charles III de Durazzo prétend avoir été adopté par Louis Ier de Hongrie. Il devient Roi de Hongrie en 1383 sous le nom de Charles II de Hongrie. Il écarte ainsi du trône sa cousine Marie Ire de Hongrie.



Sacre de Louis Ier d'Anjou comme Roi de Sicile

Louis Ier d'Anjou Empereur titulaire de Constantinople

Le titre royal de Naples étant Roi de Sicile et de Jérusalem.

Louis Ier d'Anjou se fait couronner par le pape Roi de Sicile le 30 août 1383, sans pouvoir chasser Charles III de Durazzo.

Louis Ier d'Anjou est Empereur titulaire de Constantinople en 1383.


Louis II d'Anjou

Mort de Louis Ier d'Anjou

Louis II d'Anjou Roi de Naples et de Sicile

Louis II d'Anjou Roi titulaire de Jérusalem

Louis II d'Anjou Duc d'Anjou et Comte du Maine

Louis II d'Anjou Comte de Provence et de Forcalquier

Charles de Tarente Prince de Tarente, Duc de Calabre, Comte de Guise de Maine

Marie de Blois-Châtillon Régente

Louis Ier d'Anjou meurt le 20 septembre 1384 en son château de Biseglia, près de Bari sans avoir obtenu de résultat décisif contre son compétiteur Charles III de Durazzo , qui conserve le pouvoir effectif.

Louis Ier d'Anjou laisse ses domaines à son fils Louis, âgé de 7 ans.

Louis II d'Anjou est proclamé Roi titulaire de Naples et de Sicile dans la cathédrale de Bari en 1384.

Louis II d'Anjou devient Duc d'Anjou et Comte du Maine.

Louis II d'Anjou devient Comte de Provence et de Forcalquier.

Charles de Tarente devient Prince de Tarente, Duc de Calabre, Comte de Guise et Comte du Maine.

Marie de Blois-Châtillon assure la régence.



Actions de Philippe II le Hardi

Philippe II le Hardi veille dans la conduite des affaires du Grand Schisme d'Occident, aux intérêts économiques des villes drapantes.

Philippe II le Hardi bénéficie à ce sujet des conseils d'hommes d'affaires parmi lesquels les Rapondi tiennent le premier rang.

Très actif à la cour de France, Philippe II le Hardi veille au gouvernement de Charles VI de France.

Philippe II le Hardi prend une part d'autant plus importante au gouvernement des oncles de Charles VI de France :



Mariage de Sigismond Ier de Luxembourg avec Marie Ire de Hongrie

Sigismond Ier de Luxembourg épouse le 15 novembre 1385 Marie Ire de Hongrie, fille de Louis Ier de Hongrie et d'Élisabeth de Bosnie.

Elle lui apporte en dot la couronne de Hongrie.



Mariage de Jean III de Chalon-Arlay avec Marie des Baux

Jean III de Chalon-Arlay Prince d'Orange

Jean III de Chalon-Arlay, fils de Louis Ier de Chalon et de Marguerite de Vienne, épouse en 1386 Marie des Baux, fille de Raymond V des Baux et de Jeanne de Genève. Leur enfant est :

Marie des Baux est héritière de la principauté d'Orange.

Jean III de Chalon-Arlay devient Prince d'Orange.



Louis Ier d'Orléans Duc de Touraine

Louis Ier d'Orléans devient Duc de Touraine en 1386.



Soumission de la Provence

Prise de Naples

Après la mort des deux protagonistes Louis Ier d'Anjou et Charles III de Durazzo, le conflit est poursuivi par leurs épouses Marguerite de Durazzo et Marie de Blois-Châtillon en qualité de régentes de leurs fils mineurs Ladislas Ier de Durazzo et Louis II d'Anjou.

La Provence est déchirée entre les deux parties :

La majorité des communes, dont Nice, est également favorables aux Durazzo.

À ces troubles politiques viennent s'ajouter encore le Grand Schisme de l'Église catholique :

Clément VII confie à Gantonnet d'Abzac la charge de protéger militairement l'archevêque Jean d'Agoult.

En 1387, suite à un retournement de situation, Aix-en-Provence se rallie à la maison d'Anjou.

Louis II d'Anjou obtient la soumission de la Provence en 1387.

D'une façon inattendue, la Provence à l'est du Var, c'est-à-dire le pays niçois, se retrouve seule face aux partisans des Anjou, maintenant très nombreux grâce aux avantages substantiels distribués généreusement par ces derniers.

Othon IV de Brunswick-Grubenhagen prend Naples en 1387 et punit ceux qui s'étaient déclarés contre Jeanne Ire d'Anjou.

Ladislas Ier de Durazzo chassé de sa capitale, se révèle incapable d'aider ce qui reste de ses partisans.

Plusieurs seigneurs des montagnes niçoises rendent hommages à Louis II d'Anjou.

Louis II d'Anjou fait face aux divagations des routiers, soutient le pape d'Avignon Clément VII avant d'adhérer à la soustraction d'obédience, puis d'assurer à Benoît XIII fugitif une relative protection.



Mort de Louis Ier de Beaumont-Bressuire Seigneur de Bressuire

Louis Ier de Beaumont-Bressuire meurt en 1388.


Louis Ier d'Orléans dévoilant une maîtresse - Eugène Delacroix

Charles VI de France seul au pouvoir

Retour des Marmousets

Louis Ier d'Orléans proche de Charles VI de France

En 1388, majeur, Charles VI de France décide de gouverner par lui-même et prend en main les affaires du royaume.

Il chasse ses oncles prévaricateurs :

Louis II de Bourbon est le seul de ses oncles à ne pas tomber en disgrâce.

Charles VI de France rappelle les sages conseillers de son père, que les princes surnomment avec mépris les Marmousets :

Ils font le serment de rester unis, solidaires l'un envers l'autre.

Louis II de Bourbon apparaît à leurs yeux comme le Prince idéal, serviteur de l'État, en opposition aux seigneurs ambitieux et tapageurs comme Philippe II le Hardi et Jean Ier de Berry.

Charles VI de France, Le jeune Roi est alors appelé par ses sujets Charles VI le Bien-Aimé.

Intime de Charles VI de France, son frère, Louis Ier d'Orléans devient, la folie du roi se confirmant, le rival du duc de Bourgogne : Philippe II le Hardi

Louis Ier d'Orléans montre son goût pour la fête et les plaisirs en faisant édifier à Paris de coûteux hôtels.

C'est un séducteur dont ses ennemis diront qu'il "hennissait comme un étalon après presque toutes les belles femmes".


Valentine Visconti - Jardin du Luxembourg - Paris

Mariage de Louis Ier d'Orléans avec Valentine Visconti

Louis Ier d'Orléans épouse le 17 août 1389 Valentine Visconti, Comtesse de Vertus, fille de Jean-Galéas Ier Visconti et d'Isabelle de Valois.

Leurs enfants sont :

ainsi que 6 autres enfants morts très jeunes.

Ce mariage sera à l'origine des prétentions des rois Louis XII et François Ier de France sur le duché de Milan.



Mariage de Louis Ier de Chalon-Auxerre avec Jeanne de la Baume

Louis Ier de Chalon-Auxerre épouse Jeanne de la Baume, fille de Guillaume de la Baume, Seigneur de l'Abergement, et de Constance Aleman.



Rapprochement de Jean Ier de Lorraine avec Philippe II le Hardi

Mort de Jean Ier de Lorraine

Charles II de Lorraine Duc de Lorraine

Mais, à la fin de son règne, Jean Ier de Lorraine prend ses distances avec la cour de France, d'abord parce qu'il devait lutter contre les grandes compagnies qui pillent, entre autres, son duché, et d'autre part parce que les officiers royaux, en réglant des litiges entre le duc et la noblesse lorraine, tentaient de renforcer l'influence du roi.

Jean Ier de Lorraine se rapproche de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne.

Jean Ier de Lorraine meurt à Paris le 22 ou le 23 septembre 1390 où il se trouve pour défendre sa cause devant le Parlement de Paris, suite à une accusation des habitants de Neufchâteau, soutenus par Louis Ier d'Orléans pour abus de pouvoir.

Charles II de Lorraine devient Duc de Lorraine en 1390.

Dans sa jeunesse, Charles II de Lorraine est très lié avec Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne.

Ils sont compagnons d'armes à plusieurs reprises.

Charles II de Lorraine continue d'abord la politique initiée par son père, s'éloignant de la cour de France pour se rapprocher de la Bourgogne.

Charles II de Lorraine a en plus une défiance vis à vis de Louis Ier d'Orléans qui soutient l'empereur Venceslas Ier du Saint-Empire.



Louis Ier de Bar Évêque de Poitiers

Louis Ier de Bar devient Évêque de Poitiers de 1391 à 1395.



Mort de Louis III de Blois-Châtillon Comte de Châteaudun

Cession du Comté de Blois à Louis Ier d'Orléans

Louis Ier d'Orléans Duc d'Orléans

Louis III de Blois-Châtillon meurt le 15 juillet 1391, avant Guy II de Blois-Châtillon, son père.

Guy II de Blois-Châtillon, sans autre héritier, vend le Comté de Blois à Louis Ier d'Orléans.

Désormais ce comté appartiendra toujours à la famille Royale et ne sera plus attribué que comme apanage.



Louis Ier d'Orléans Comte de Valois

En 1392, Louis Ier d'Orléans reçoit en apanage le comté de Valois, plusieurs châtellenies, dont Pierrefonds.


Charles VI saisi de folie Charles VI saisi de folie non loin du Mans - enluminure du XVe siècle - Chroniques de Jean Froissart Philippe II le Hardi plus âgé

Tentative d'assassinat d'Olivier V de Clisson

Charles VI de France saisi de folie

Retour de Philippe II le Hardi au pouvoir

Dans la nuit du 13 au 14 juin 1392, Pierre de Craon fait attaquer Olivier V de Clisson par plusieurs hommes armés, au sortir de l'hôtel Saint-Pol à deux pas de chez lui.

Laissé pour mort, Olivier V de Clisson guérit de ses blessures.

Pierre de Craon se dit son ennemi personnel mais il est probable que Jean IV le Conquérant soit l'ordonnateur de cet attentat.

Jean IV le Conquérant ayant refusé de livrer Pierre de Craon au Roi, le 5 août 1392, Charles VI de France, âgé de 24 ans, prend la tête d'une armée pour une expédition contre le duc de Bretagne Jean IV, allié aux Anglais.

Lorsque le Roi traverse la forêt du Mans à la tête de ses troupes, un illuminé surgit soudain et saisit la bride de son cheval et lui crie :

Arrête, noble Roi, tu es trahi !".

La lance d'un soldat heurte alors un bouclier.

Au bruit, le Roi qui s'était assoupi sous l'effet de la chaleur, tire son épée et frappe ses compagnons.

Six chevaliers sont tués avant qu'on ait pu le maîtriser !

Désormais les crises de folie ne vont plus quitter le jeune souverain mais seul son entourage immédiat est dans la confidence et ses retours intermittents à la raison empêchent la constitution d'une régence en bonne et due forme.

Isabeau de Bavière affectionne les grandes réceptions.

À partir du début de la folie de Charles VI de France, sa vie devient plus difficile, le Roi se montrant violent envers elle.

Malgré sa position au conseil de régence, Louis II de Bourbon ne peut empêcher l'anarchie qui s'installe à cause de la folie de Charles VI de France et des luttes entre Philippe II le Hardi et Louis Ier d'Orléans.

Robert Ier de Bar, dont les états sont frontaliers de la France et de la Bourgogne, soutient Louis Ier d'Orléans.

La maladie du Roi ramène au pouvoir Philippe II le Hardi qui entre alors en rivalité avec Louis Ier d'Orléans, le frère du Roi, dont les dépenses s'opposent aux convoitises de Philippe II le Hardi obligé de compter sur les ressources fiscales de la royauté pour faire face aux nécessités de son train de vie et du gouvernement de sa principauté.

Contre la prodigalité du duc d'Orléans, Philippe II le Hardi fait figure de prince réformateur et acquiert ainsi une réelle popularité à Paris.



Bal des Sauvages

Une fête, dite Bal des Sauvages ou Bal des Ardents, est donnée le 28 janvier 1393 à l'hôtel Saint-Pol (ou Saint-Paul), résidence habituelle du souverain.

Les princes et le Roi lui-même se déguisent avec un masque et un costume de toile cirée recouvert d'une épaisse couche de poix sur laquelle est collée de l'étoupe de lin.

Louis Ier d'Orléans, frère cadet du Roi, n'a pas été averti.

Il entre dans la salle tandis que la fête bat son plein et s'irrite de cette mascarade qui peut aggraver la folie du Roi.

Il cherche Philippe II le Hardi pour lui demander de l'interrompre.

Comme Louis Ier d'Orléans tente de reconnaître un Sauvage, un valet s'approche avec une torche.

Celle-ci met le feu à l'étoupe et à la poix.

Plusieurs jeunes gens sont brûlés dans d'atroces douleurs.

Le Roi lui-même, qui se tient à l'écart, échappe à la mort mais il voit tout et en reste commotionné.

Les Parisiens, plus ou moins informés du drame, manifestent autour de l'hôtel.

Autant ils aiment le Roi, autant ils détestent ses oncles et appréhendent leur retour au pouvoir.

Le Roi tente de les rassurer en se montrant à la cathédrale Notre-Dame pour une messe d'actions de grâces.

Mais sa folie est désormais de notoriété publique de même que la mainmise des grands seigneurs sur le pouvoir.

Les crises de démence du souverain sont toutefois passagères et entrecoupées de plusieurs semaines ou plusieurs mois durant lesquels le Roi recouvre tout son discernement et gouverne avec sagesse.

Personne ne songe donc à placer le Roi sous tutelle.

Cette situation malsaine va perdurer jusqu'à la mort du souverain.

Le Conseil de Régence gouverne le pays, présidé par Isabeau de Bavière.

Y participe :

Ces princes du sang profitaient de la maladie du Roi pour mettre le pays en coupe réglée.


Blanche de France

Mort de Blanche de France

Blanche de France meurt à Vincennes le 8 février 1393.

Elle est inhumée en la chapelle Notre-Dame la Blanche de l'église de l'abbaye royale de Saint-Denis.

Son cœur est déposé dans la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans et ses entrailles en l'abbaye de Pont-aux-Dames.

Louis Ier d'Orléans prend alors possession de Brie-Comte-Robert.



Création de l'ordre du Porc-épic

Louis Ier d'Orléans institue en 1393 un ordre de chevalerie dit du "Porc-épic" accompagné de la devise "de près et de loin".

D'après la légende, le porc-épic, protégé par ses piquants se servait de ceux-ci comme des flèches pour se défendre contre ses ennemis.



Mort de Jean Ier de Bourbon-La Marche

Jacques II de Bourbon-La Marche Comte de la Marche

Jean Ier de Bourbon-La Marche meurt le 11 juin 1393.

Jean Ier de Bourbon-La Marche est pair de France.

Dans le Vendômois, Jean Ier de Bourbon-La Marche fait reconstruire les châteaux de Vendôme et de Lavardin.

Jacques II de Bourbon-La Marche devient Comte de La Marche.

Catherine de Vendôme, sa mère, associe Louis Ier de Bourbon-Vendôme au gouvernement du comté de Vendôme


Amédée VIII de Savoie

Mariage d'Amédée VIII de Savoie avec Marie de Bourgogne

Prise du pouvoir Amédée VIII de Savoie

Amédée VIII de Savoie épouse le 30 octobre 1393 ou en en mai 1401 Marie de Bourgogne, fille de Philippe II le Hardi et de Marguerite de Mâle. Leurs enfants sont :

En 1393, Amédée VIII de Savoie est déclaré majeur et est armé chevalier.

Bonne de Bourbon est dessaisie de la régence.

Amédée VIII reçoit le pouvoir effectif mais il reste longtemps sous influence de Bonne de Bourbon, sa grand-mère, et fidèle à l'alliance française.

La place de Thonon s'accroît avec la nouvelle comtesse.



Naissance de Charles Ier d'Orléans

Charles Ier d'Orléans, dit le Poète, naît à l'hôtel de Saint-Pol à Paris le 24 novembre 1394 fils de Louis Ier d'Orléans, et de Valentine Visconti, Comtesse de Vertus, fille du duc de Milan.

Son enfance est marquée par les rivalités qui opposent Louis Ier d'Orléans, son père, à Jean sans Peur, Duc de Bourgogne, rivalités à l'origine de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.


Château de Sully-sur-Loire

Construction du château de Sully-sur-Loire

En 1396, Guy VI de la Trémouille lance la construction de l'actuel château de Sully-sur-Loire.

Raymond du Temple (architecte de Charles V le Sage et de Louis Ier d'Orléans) en dresse les plans.

Le château est situé dans le centre de Sully-sur-Loire, sur la rive gauche de la Loire, à proximité du pont, à l'angle du chemin de la Salle verte, de l'avenue de Béthune et de la promenade des douves.

L'eau qui l'entoure est issue de l'étang de Marcon.



Naissance de Philippe d'Orléans

Philippe d'Orléans naît en 1396, fils de Louis Ier d'Orléans et de Valentine Visconti.



Construction du Château de Pierrefonds

Louis Ier d'Orléans fait rebâtir quasi totalement le Château de Pierrefonds en 1396.

L'architecte de l'édifice qui n'est pas connu, est probablement Raymond du Temple.

Le chantier est dirigé par Jean le Noir, le maître des œuvres de la châtellenie de Senlis.



Louis Ier de Bar Cardinal

Louis Ier de Bar Évêque de Langres

Louis Ier de Bar devient Cardinal en 1397 au titre de Sant'Agata dei Goti.

Louis Ier de Bar devient Évêque de Langres de 1397 à 1413.



Mort de Louis Ier de Chalon-Auxerre

Louis II de Chalon-Auxerre Comte de Tonnerre

Louis II de Chalon-Auxerre Seigneur de Rochefort, de Montaigu, de Châtelbelin et d'Arinthod

Louis Ier de Chalon-Auxerre meurt en 1398.

Louis II de Chalon-Auxerre devient Comte de Tonnerre en 1398 jusqu'à 1410.

Louis II de Chalon-Auxerre devient Seigneur de Rochefort, de Montaigu, de Châtelbelin et d'Arinthod en 1398 jusqu'à 1424.



Naissance de Jean d'Orléans

Jean d'Orléans, dit le Bon, naît en 1400 ou en 1404, fils de Louis Ier d'Orléans et de Valentine Visconti.



Cession du Château de Coucy et ses dépendances

Après la mort de son époux Henri de Bar, seigneur de Marle,

Le 15 novembre 1400, Marie de Coucy, Dame d'Oisy et de Marle, vend, pour 400 000 livres :

à Louis Ier de d'Orléans qui renforce ainsi son duché de Valois.

La seconde maison de Coucy disparait.



Mariage de Charles Ier d'Albret avec Marie de Sully

Marie de Sully est veuve de Guy VI de La Trémoïlle dit le Vaillant.

Charles Ier d'Albret épouse le 27 janvier ou février 1400 ou 1401 Marie de Sully, fille de Louis Ier de Sully, Seigneur de Sully, et d'Isabeau Dame de Craon, Mareuil et Noirmoutiers.

Leurs enfants sont :



Accrochage entre Philippe II le Hardi et Louis Ier d'Orléans

En 1401, lors du premier accrochage entre Philippe II le Hardi et Louis Ier d'Orléans, Louis II de Bourbon et Jean Ier de Berry obtiennent leur réconciliation.



Mariage de Jean Ier de Bourbon avec Marie de Berry

Jean Ier de Bourbon épouse à Paris le 21 juin 1401 Marie de Berry.

Leurs enfants sont :

Il eut également plusieurs enfants illégitimes :



Liaison de Louis Ier d'Orléans avec Yolande d'Enghien

Louis Ier d'Orléans a une liaison avec Yolande d'Enghien.

Leur enfant est

Selon les écrits de l'époque, elle est ravissante et élégante.

De plus c'est elle qui danse le mieux.



Louis Ier d'Orléans Duc du Luxembourg

Ayant des besoins financiers, Jobst de Moravie cède en 1402 ses droits sur le Luxembourg à Louis Ier d'Orléans, contre la somme de 100 000 ducats d'or et une rente viagère de 10 000 ducats.

Louis Ier d'Orléans acquiert le duché en gagère pour empêcher les États de Bourgogne (qui incluent le comté de Flandre) de réaliser une continuité territoriale.



Naissance de Jean de Dunois

Jean de Dunois, dit le bâtard d'Orléans, naît à Paris le 23 novembre 1402, fils de Louis Ier d'Orléans et de Yolande d'Enghien.

Jean de Dunois est élevé dans la famille légitime de son père, et notamment, dans les premières années, sous la direction de l'épouse de celui-ci, Valentine Visconti.

Cette pratique était à l'époque d'usage courant dans les familles nobles ou de lignage royal.



Louis Ier de Bourbon-Vendôme Comte de Vendôme

Louis Ier de Bourbon-Vendôme devient seul Comte de Vendôme en 1403.



Naissance de Louis Ier de Bourbon-Montpensier

Louis Ier de Bourbon-Montpensier, dit le Bon, naît vers 1403 fils de Jean Ier Bourbon et de Marie de Berry.


Guy XIII de Laval - Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Mariage de Guy XIII de Laval avec Anne de Laval

Guy XIII de Laval épouse à Vitré le 22 janvier 1404 Anne de Laval, fille de Guy XII de Montmorency-Laval. Leurs enfants sont :

Anne de Laval est Dame héritière de Laval, baronne héritière de Vitré, Vicomtesse héritière de Rennes, de Châtillon, de Gavre, d'Acquigny, d'Aubigné, Courbeveille, Dame héritière de Tinténiac, de Bécherel et de Romillé

À ce mariage sont présents plusieurs évêques et les plus grands seigneurs de Bretagne.

Une des conditions est que les enfants à naître de ce mariage portent les nom et armes de Laval.

Après son mariage, Guy XIII de Laval sert dans les armées de France, sous le nom de comte de Gavre, avec titre d'écuyer banneret.

Il parait à la cour sous ce titre et suit Charles VII de France dans la Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

Guy XIII de Laval a le commandement de 600 hommes d'armes, dont 7 bacheliers, et de 180 écuyers qui forment sa compagnie.



Don de Melun à Isabeau de Bavière

Par lettres patentes du 5 juin 1404, Charles VI de France donne la ville et la châtellenie de Melun avec leurs dépendances à Isabeau de Bavière, son épouse.

Isabeau de Bavière et Louis Ier d'Orléans, son beau-frère, y résident avec une cour nombreuse et brillante.

En 1404, le couvent des Carmes est fondé dans le quartier du Vieux Marché à Melun grâce au soutien d'Isabeau de Bavière

C'est le site de l'actuel tribunal administratif.


Tombeau de Philippe II Le Hardi au palais des Ducs de Bourgogne de Dijon Jean sans Peur Blason de Jean sans Peur

Mort de Philippe II le Hardi

Jean sans Peur Duc de Bourgogne

Philippe de Bourgogne Comte de Nevers et de Charolais

Philippe II le Hardi meurt à l'Hôtel du Cerf à Halle en Belgique le 26 ou le 27 avril 1404.

Le corps de Philippe II le Hardi est éviscéré et embaumé, puis placé dans un cercueil de plomb.

Il est déposé dans le chœur de la Chartreuse de Champmol le 16 juin 1404.

Ses viscères sont expédiés à Notre-Dame de Hal.

Dès 1378, Philippe II le Hardi acquiert le domaine de Champmol pour y faire construire une chartreuse (1383-1388) destinée à accueillir sa dépouille après son décès.

Ce bâtiment est devenu depuis un hôpital de Dijon.

Son tombeau et son gisant sont réalisé par Jean de Marville (1381-1389), Claus Sluter (1389-1406) et Claus de Werve (1406-1410).

Jean Malouel, peintre officiel du duc, s'est chargé de la polychromie et des dorures.

En 1792, son corps est transféré à la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon.

Son tombeau est remonté un peu plus tard et endommagé par les révolutionnaires en 1793.

Il est restauré dans la première moitié du XIXe siècle et se trouve aujourd'hui au musée des Beaux-arts de Dijon dans le Palais des Ducs de Bourgogne

Philippe II le Hardi renforce le pouvoir central de la maison de Bourgogne.

Tout en maintenant les institutions locales, il leur impose une autorité de tutelle.

Le cadre institutionnel ainsi mis en place limite les pouvoirs régionaux.

Le duché de Bourgogne est à l'apogée de son pouvoir politique au sein du conseil.

Mais Philippe II le Hardi lègue à son fils Jean sans Peur des caisses vides et une obligation de démagogie s'il veut garder un parti.

En 1404, Jean Ier de Bourgogne, dit Jean sans Peur succède à son père et devient Duc de Bourgogne.

Philippe de Bourgogne reçoit en apanage le comté de Nevers en 1404 (jusqu'en 1419), par renonciation de ses frères Jean sans Peur et Antoine de Bourgogne.

Jean sans Peur prend le contrôle du conseil mais est politiquement moins puissant que son père.

Louis Ier d'Orléans sait qu'il doit profiter de la disparition de Philippe II le Hardi pour reprendre les rênes du pouvoir.

Des rumeurs font état d'une liaison entre Isabeau de Bavière et Louis Ier d'Orléans.

En raison des intrigues à la cour de Charles VI de France et de l'inimitié d'Isabeau de Bavière, Valentine Visconti doit quitter Paris et partir en exil à Saint-Pol.

Par sa prodigalité, Louis Ier d'Orléans s'attire une croissante impopularité, soigneusement exploitée par Jean sans Peur.

Il est accusé d'avoir voulu séduire ou, pis, violer la duchesse de Bourgogne.

Jean Sans Peur est nommé lieutenant général en Picardie en 1404.



Mariage de Charles Ier de Rohan-Guémené avec Catherine du Guesclin

Charles Ier de Rohan-Guémené épouse vers 1405 Catherine du Guesclin (morte en 1461), Dame du Verger. Leur enfant est :

Le contrat de mariage est du 10 mars 1405.



Guy Gourle Premier écuyer tranchant de Louis Ier d'Orléans

En 1405, Guy Gourle, dit Guiot, est premier écuyer tranchant de Louis Ier d'Orléans.



Mariage de Pierre Ier de Luxembourg avec Marguerite des Baux

Pierre Ier de Luxembourg épouse le 8 mai 1405 Marguerite des Baux (1394-1469), fille de François des Baux, Duc d'Andria, et de Sueva Orsini. Leurs enfants sont :



Louis II de Bourbon pour Louis Ier d'Orléans

A partir de 1405, Louis II de Bourbon prend parti pour Louis Ier d'Orléans car il désapprouve la volonté de Jean sans Peur de partager le pouvoir avec les États provinciaux.



Antagonisme entre Charles II de Lorraine et Louis Ier d'Orléans

Charles II de Lorraine, et Ferry Ier de Vaudémont prennent ensuite le parti des Bourguignons face aux Orléans.

De multiples incidents en 1405 et 1406 opposent les sergents de Charles II de Lorraine aux officiers royaux dans les fiefs français enclavés dans le duché de Lorraine. Louis Ier d'Orléans, qui a reçu en gage le duché de Luxembourg veut se créer un principauté dans la région.



Prises de Saint-Denis et de Saint-Cloud

Jean Ier d'Alençon soutient Louis Ier d'Orléans et ravage les terres de partisans des Bourguignons dans le Vermandois, puis participe aux prises de Saint-Denis et Saint-Cloud.



Cession de Mondoubleau

En 1406, Louis Ier de Bourbon-Vendôme rachète Mondoubleau qu'il rattache au comté de Vendôme.



Siège de Blaye

Siège du Bourg

Jean Ier de Foix participe avec une compagnie de Béarnais, contre les troupes anglaises, au siège de Blaye en 1406 et au siège du Bourg en 1406 et 1407.

Fin 1406, Édouard III de Bar participe à la campagne de Guyenne sous les ordres de Louis Ier d'Orléans mais la dysenterie décime l'armée française.



Louis Ier d'Orléans Duc de Valois

En 1406, Charles VI de France érige le comté de Valois en duché, y incluant entre autres le Château de Pierrefonds.

Louis Ier d' Orléans devient Duc de Valois en 1406.



Naissance de Marguerite d'Orléans

Marguerite d'Orléans naît à Paris en 1406, fille de Louis Ier d'Orléans et Valentine Visconti.



Alliance de Renaud IV de Gueldre avec Robert Ier du Saint-Empire et Louis Ier d'Orléans

Renaud IV de Gueldre s'allie ensuite à Robert Ier du Saint-Empire, roi des Romains et à Louis d'Orléans.



Mort de Jeanne de Brabant

Antoine de Bourgogne Duc de Brabant, du Lothier et de Limbourg

Philippe de Bourgogne Comte de Rethel

Jeanne de Brabant, sans enfant de ses deux mariages, désigne pour lui succéder Antoine de Bourgogne, son petit-neveu.

Jeanne de Brabant meurt à Bruxelles le 1er novembre 1406.

Jeanne est inhumée dans un mausolée situé dans le chœur de l'église des Carmes à Bruxelles.

Antoine de Bourgogne hérite et devient Duc de Brabant, du Lothier et de Limbourg.

L'Escaut est désormais un fleuve bourguignon. Antoine réorganise sa cour selon le modèle bourguignon et établit également une cour des comtes centralisatrice à Bruxelles.

Antoine de Bourgogne transmet le comté de Rethel à Philippe de Bourgogne, son frère.

Renaud IV de Gueldre échoue à empêcher la succession du duché de Brabant en faveur d'Antoine de Bourgogne et se brouille avec les Wittelsbach.

Lors des luttes entre Louis Ier d'Orléans et Jean sans Peur, Antoine de Bourgogne soutient Jean sans Peur, son frère, mais intervient plusieurs fois comme conciliateur.



Louis Ier de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est fait prisonnier en 1407 par les Bourguignons.


Eberhard IV de Wurtemberg et Henriette de Montfaucon Eberhard IV de Wurtemberg - Vitrail du chœur de l'Église Saint-Georges de Tubingen - par F.B. Briès Henriette de Montfaucon

Mariage d'Eberhard IV de Wurtemberg avec Henriette de Montfaucon

Eberhard IV de Wurtemberg épouse vers 1407 Henriette de Montfaucon, Comtesse de Montbéliard (vers 1387-1444). Leurs enfants sont :

Ce mariage renforce le lien du pays de Montbéliard avec le Saint-Empire romain germanique.

Henriette de Montfaucon apporte :

Certaines de ces seigneuries relèvent du comté de Bourgogne, mais Henriette de Montfaucon les administre de droit régalien, en vertu de l'héritage qu'elle tient d'Étienne de Montfaucon, son grand-père, et par l'hommage qu'elle rendit elle-même au duc de Bourgogne Jean sans Peur.

Par ce mariage, l'héritage du comté de Montbéliard et ses dépendances s'ajoute à celui du Wurtemberg qui comprennent les Seigneuries de Riquewihr, de Ferrette, et le Comté d'Horbourg en Alsace.

De facto, le comté de Montbéliard conserver tous ses droits, ses us et coutumes, ainsi que sa langue comme il est de coutume dans le vaste Empire germanique.

L'allemand ne sera pas imposé à Montbéliard.



Rivalité entre Jean sans Peur et Louis Ier d'Orléans

Jean sans Peur et Louis Ier d'Orléans, tous deux âgés de 35 ans, se haïssent ouvertement.

Jean sans Peur a ajouté une ortie au houblon qui figure sur ses armoiries.

Au porc-épic qui illustrait les siennes, Louis Ier d'Orléans ajoute alors un bâton pour battre son adversaire.

Et Jean derechef introduit...un rabot dans ses armoiries !

Louis Ier d'Orléans semble vouloir faire rompre la trêve franco-anglaise, allant jusqu'à provoquer Henri IV de Lancastre en duel, ce que Jean Sans Peur ne peut admettre, car les industriels flamands dépendent totalement des importations de laine d'outre-manche et auraient été ruinés par un embargo.

Louis Ier d'Orléans parvient à conforter sa position et celle de ses partisans au sein du Conseil du roi en 1406 et en 1407, en faisant évincer ceux du duc de Bourgogne grâce au soutien d'Isabeau de Bavière.



Prise de Lagny-sur-Marne

À l'appel des parisiens révoltés, Jean sans peur s'avance vers Paris à la tête de 2 000 hommes.

Il prend Lagny-sur-Marne.

Il ravage la région alentour qui est favorable à Louis Ier d'Orléans.



Bataille de Corny-sur-Moselle

Bataille de Champigneulles

A la tête d'une coalition formée par les ducs de Bar, de Luxembourg et de Namur, Louis Ier d'Orléans attaque le duché de Lorraine, mais est vaincu par Charles II de Lorraine au printemps 1407 à Corny-sur-Moselle.

Louis Ier d'Orléans est à nouveau vaincu en juillet 1407 à Champigneulles.


Assassinat de Louis Ier d'Orléans Charles Ier d'Orléans Valentine Visconti pleurant la mort de Louis Ier d'Orléans - Musée de l'Ermitage

Mort de Louis Ier d'Orléans

Charles Ier d'Orléans Duc d'Orléans

Charles Ier d'Orléans Comte de Valois et de Blois

Charles Ier d'Orléans Seigneur de Coucy et de Chauny

Jean d'Orléans Comte d'Angoulême et de Périgord

Le 23 novembre 1407, Louis Ier d'Orléans sort de l'hôtel Barbette où réside la reine Isabeau de Bavière, sa belle-sœur.

Il est situé à Paris, rue Vieille du Temple, dans le quartier du Marais où sont situés les hôtels et les palais des Grands du royaume et du Roi lui-même.

Isabeau de Bavière est encore alerte et séduisante à 39 ans malgré une douzaine de grossesses. La connivence des grands est troublée par la complicité de Louis Ier d'Orléans avec la reine, qui fait craindre à certains que le frère du Roi ne prenne le dessus au Conseil.

Les rivaux du duc d'Orléans ne se font pas faute de répandre des rumeurs sur l'inconduite d'Isabeau de Bavière et sur ses relations coupables avec le séduisant Louis Ier d'Orléans.

Les historiens du XIXe siècle, reprochant à la reine son origine allemande, sont allés jusqu'à imaginer une conception adultérine du dauphin Charles VII de France avec le duc d'Orléans.

Louis Ier d'Orléans est assassiné par une bande de malfrats masqués.

Ses valets et ses gardes, qui l'escortent, sont impuissants à le protéger.

Il est inhumé le 24 novembre 1407.

On découvre que les meurtriers ont agi sur ordre de Jean sans Peur qui voit le pouvoir lui échapper.

Le commanditaire du crime se fait d'abord discret car la population parisienne, forte de 300 000 âmes, est secouée par le drame et est portée à la révolte.

Puis des rumeurs circulent et le vent tourne...

C'est que la veuve du duc d'Orléans, Valentine Visconti, fille du duc de Milan, n'inspire guère de confiance aux Parisiens.

Le duc de Bourgogne est d'autre part très puissant et capable de beaucoup de choses imprévisibles.

La ville, peu à peu, en arrive à pardonner aux assassins par crainte de plus graves ennuis.

L'assassinat du duc d'Orléans met fin à la guerre entre Louis Ier d'Orléans et Charles II de Lorraine.

Charles II de Lorraine se rallie aux Bourguignons.

En sa qualité d'aîné, Charles Ier d'Orléans recueille la plus grande part de l'héritage dont le duché d'Orléans, les comtés de Valois et de Blois, et les seigneuries de Coucy et de Chauny.

Jean d'Orléans devient Comte d'Angoulême et de Périgord en 1407.

Bernard VII d'Armagnac reste attaché au parti d'Orléans.

D'abord partisan de Jean sans Peur, Jean Ier de Bourbon le désavoue après le meurtre de Louis Ier d'Orléans et se rapproche des Armagnacs, devenant un farouche adversaire du Duc de Bourgogne.

Louis II de Bourbon décide de se retirer dans ses terres et envisage de s'établir dans un couvent de Célestins.

Guillaume Cousinot devient Chancelier de Charles Ier d'Orléans. Sa position de premier plan du côté des Armagnacs, fait perdre à Guillaume Cousinot tous ses biens en France, qui sont confisqués par le parti des Bourguignons.

Après l'assassinat de Louis Ier d'Orléans en 1407, Isabeau de Bavière revient seule à Melun fuyant la guerre civile qui ensanglante Paris.



Interruption des travaux du Château de Pierrefonds

Après l'assassinat de Louis Ier d'Orléans en 1407, les travaux du Château de Pierrefonds s'interrompent alors que les logis bordant la cour ne comportent encore que leurs 2 niveaux gigantesques de caves.

Ils ne seront jamais achevés.



Jobst de Moravie Duc du Luxembourg

A la mort de Louis Ier d'Orléans, Jobst de Moravie récupère le Luxembourg en 1407.



Louis Ier de Bourbon-Vendôme Ambassadeur grand chambellan

À la cour, Louis Ier de Bourbon-Vendôme est un proche de Charles Ier d'Orléans.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est nommé ambassadeur grand chambellan en 1408.



Isabeau de Bavière Régente

Le 8 mars 1408, dans la grande salle de l'hôtel Saint-Pol, au cœur du Marais, un docteur en Sorbonne justifie hypocritement le meurtre de Louis Ier d'Orléans, rangé au rang des tyrans et des adeptes en sorcellerie ! Jean sans Peur peut ensuite avouer tranquillement son crime.

En 1408, Isabeau de Bavière dirige le conseil de Régence.

Le meurtre de Louis Ier d'Orléans transforme en guerre ouverte les rivalités entre les factions de la victime Louis Ier d'Orléans et du commanditaire de son crime, le duc de Bourgogne.



Querelle à Volti

Mort de Guy de Roye

Concile de Pise

Alexandre V Antipape de Pise

En 1409, Louis Ier de Bar se rend au concile de Pise avec Guy de Roye, archevêque de Reims, et Pierre d'Ailly, évêque de Cambrai.

À Volti, près de Gênes, une querelle entre les maréchaux de la ville et de l'archevêque de Reims dégénère et tourne à l'émeute.

Guy de Roye meurt à Voltri le 8 juin 1409 tué d'un coup d'arbalète.

Louis Ier de Bar manque de peu d'être tué.

Jean de La Rochetaillée est délégué du chapitre d'Amiens au concile de Pise.

Arrivé à Pise, les cardinaux prononcent la déchéance des papes Benoît XIII d'Avignon et Grégoire XII de Rome.

Alexandre V est élu Antipape en 1409.

Martin V pend part au concile de Pise.

Alexandre V confirme Jean Allarmet de Brogny :

Official et chanoine de la cathédrale de Rouen, Jean de La Rochetaillée devient correcteur des lettres apostoliques à la cour de l'antipape Alexandre V.



Mariage de Béraud III Dauphin d'Auvergne avec Jeanne de La Tour d'Auvergne

Béraud III Dauphin d'Auvergne épouse en 1409 Jeanne de la Tour d'Auvergne, fille de Bertrand IV de La Tour et de Marie Ire d'Auvergne. Leur enfant est :



Mariage de Robert de Bar avec Jeanne de Béthune

Robert de Bar épouse le 16 février 1409 Jeanne de Béthune. Leur enfant est :


Janus de Lusignan et Charlotte de Bourbon

Mariage de Janus de Lusignan avec Charlotte de Bourbon

Janus de Lusignan épouse dans la cathédrale Sainte Sophie de Nicosie le 25 août 1411 Charlotte de Bourbon. Leurs enfants sont :



Louis Ier de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est fait prisonnier en 1412 par les Bourguignons.



Naissance de Louis Ier de Savoie

Louis Ier de Savoie naît en Suisse le 21 février 1413 ou le 24 février 1414, fils d'Amédée VIII de Savoie et de Marie de Bourgogne.



Louis Ier de Bar Évêque de Châlons-en-Champagne

Louis Ier de Bar devient Évêque de Châlons-en-Champagne de 1413 à 1420.



Louis Ier de Bourbon-Vendôme Souverain maître de l'Hôtel du roi

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est nommé Souverain maître de l'Hôtel du roi en 1413.


Louis Ier de Bourbon-Vendôme et Blanche de Roucy - vitrail - Chartres

Mariage de Louis Ier de Bourbon-Vendôme avec Blanche de Roucy

Louis Ier de Bourbon-Vendôme épouse le 21 décembre 1414 Blanche de Roucy, fille d'Hugues II de Pierrepont, Comte de Roucy, et de Blanche de Coucy.


Bataille d'Azincourt - miniature du XVe siècle

Bataille d'Azincourt

Mort de Philippe de Bourgogne Comte de Nevers et de Rethel

Mort d'Antoine de Bourgogne

Mort d'Antoine Ier de Sassenage Seigneur de Saint-André en Royans, Vicomte de Tallard

Mort de Philippe de Bourgogne

Mort de Ferry Ier de Vaudémont

Mort de Guillaume IV de Melun

Mort de Jacques de Créqui

Mort de Jean de Créquy

Mort de Raoul de Créquy

Mort de Jean Ier d'Alençon Duc d'Alençon

Mort de Charles Ier d'Albret, Comte de Dreux

Mort de Charles de Montagu

Mort de Ferry Ier de Vaudémont

Mort de Robert de Bar

Mort de Jean de Tilly

Mort de Jean VI de Pierrepont

Mort de Jean de Bonnebault Seigneur de Bonnebault et de La Condamine

Mort de Jean de Craon

Mort de Philibert de Bauffremont Chambellan de Bourgogne

Mort de Jean de Bauffremont

Mort de Jean Ier de Garencières Seigneur de Massy, de Croisy et de Cierray

Mort de Jean IV de Bueil

Mort de Robert de Chabannes

Mort de Pierre II d'Orgemont

Mort d'Hugues VII du Bellay Seigneur de Langey, du Bellay et de Gizeux

Mort de Guichard V de Comborn Vicomte de Comborn Seigneur de Treignac , Chamberet et Chirac

Mort de Simon III de Lalaing Seigneur de Quiévrain et d'Escaussines

William de La Pole Comte de Suffolk

Jean II le Meingre Prisonnier

Jean Ier de Bourbon Prisonnier

Charles Ier d'Orléans Prisonnier

Mort d'Édouard de Norwich

Richard d'York Duc d'York

Louis Ier de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Robert de Willughby Comte de Vendôme

Henri V de Lancastre prévoit de transformer Harfleur en colonie anglaise. Il laisse une garnison.

Henri V de Lancastre quitte Harfleur le 7 octobre 1415 avec le reste de son armée chargés de butin en vue de gagner Calais en vue de s'y retrancher en attendant de prendre l'offensive au printemps suivant avec l'aide de son allié, Jean sans Peur, Duc de Bourgogne.

Philippe de Bourgogne refuse de suivre Jean sans Peur, son frère, quand celui-ci cherche à composer avec les Anglais qui envahissent le royaume.

Henri V de Lancastre remonte par la rive gauche de la Somme, en vue de trouver un pont ou un gué mal défendu.

Entre temps, Charles VI de France, Roi de France, a convoqué le ban et l'arrière-ban de son armée, selon la vieille coutume féodale. Charles II de Lorraine ne répond pas à l'appel du roi.

Les chevaliers français groupés autour de la faction des Armagnacs dont Charles Ier d'Orléans vont à la rencontre d'Henri V de Lancastre pour lui couper la route pendant que le Roi et son fils, le Dauphin, sont restés à Rouen par prudence.

Le Connétable Charles Ier d'Albret et le Maréchal Jean II Le Meingre sont commandant en titre de l'armée française. Mais ils ne peuvent exercer un contrôle effectif des opérations face à des nobles plus puissants.

Les Français, qui ont l'avantage du nombre (50.000 combattants contre 15.000 !), dédaignent d'écouter les conseils de Jean Ier de Berry, oncle du Roi. Ils décident d'attaquer les Anglais à Azincourt, au nord de la Somme, en un lieu très étroit où il leur est impossible de se déployer. Ils passent une nuit sur le dos de leur monture, faute de pouvoir dormir sur le sol détrempé par plusieurs jours de pluie.

Le 25 octobre 1415, ils chargent les lignes de pieux derrière lesquelles sont solidement retranchés les archers anglais.

Ils ne daignent pas attendre la piétaille, en particulier les piqueurs et les arbalétriers génois.

Ils sont par ailleurs encombrés par des armures qui atteignent jusqu'à 20 kilos.

Leurs chevaux, eux-mêmes caparaçonnés de plaques de fer et de cuir bouilli, peinent à se déplacer.

Comme à Crécy, ils ont par ailleurs le soleil dans les yeux, preuve que l'expérience ne leur a pas servie.

Dans la panique face aux volées de flèches, beaucoup de chevaliers chutent de cheval.

Les archers anglais lâchent leurs grands arcs et se ruent sur les chevaliers, les frappant de leurs épées et de leurs haches.

La plupart des prisonniers (1 700 environ) sont égorgés par les archers sur ordre d'Henri V de Lancastre qui veut ainsi décapiter la faction des Armagnacs.

Il ne se soucie pas de garder vivants la fleur de la chevalerie française pour les échanger contre rançon selon l'ancienne coutume féodale.

Durant le Moyen Âge, beaucoup d'Anglais s'enrôlent de façon saisonnière, les campagnes se terminent à peu près à temps pour qu'ils puissent participer aux récoltes d'automne !

Seuls les archers et les chevaliers sont des soldats de métier, encore que les nobles voient d'un mauvais œil la présence de ce corps de roturiers, qu'ils considérent comme une atteinte à leurs privilèges de classe. Le corps des francs-archers anglais souffre de deux faiblesses :

Malgré le coût modique du longbow anglais (arc long), l'entraînement intensif des archers est en réalité extrêmement onéreux, car ces soldats de métier sont rémunérés en permanence.

Aussi aucun pays d'Europe n'a autant recours aux archers que l'Angleterre pendant le Moyen-Âge.

Les pertes, énormes du côté français, près de 10 000 hommes contre 1 600 du côté anglais, font d'Azincourt l'une des batailles les plus meurtrières du Moyen Âge occidental.

Participent à la bataille d'Azincourt :

Arrivé après le début de la bataille, mais voulant à tout prix se joindre aux combats, Antoine de Bourgogne passe une armure improvisée et utilise sa bannière comme vêtement à ses couleurs.

Jean Ier de Foix ne prend pas part à la bataille.

Meurent au combat :

Charles Ier d'Orléans, neveu du Roi Charles VI de France et chef des Armagnacs, n'est pas égorgé comme ses compagnons d'armes mais est fait prisonnier.

Jean II le Meingre, Jean Ier de Bourbon, Charles d'Artois et Jean VII d'Harcourt sont fait prisonnier.

Jacques II d'Harcourt est fait prisonnier

Jean Ier de Bourbon restera prisonnier à Londres jusqu'à sa mort.

Charles Ier de Bourbon a à gérer les domaines de son père.

Arthur III de Bretagne, prisonnier, est incarcéré au château de Fotheringay. Il restera 5 ans en Angleterre.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est fait prisonnier par les Anglais à la bataille d'Azincourt en 1415.

Sa troisième captivité dure 13 ans

Jean de Lancastre attribue le comté de Vendôme à Robert de Willughby un de ses capitaines,.

Thomas Montaigu participe à la bataille, ainsi que John Fastolf, commandement de 10 hommes d'armes et de 30 archers, en qualité de capitaine d'Harfleur.

Richard Woodville porte durant le combat attaché à sa lance, l'étendard Henri V de Lancastre, une queue d'écureuil. Après la Bataille, Richard Woodville est adoubé chevalier.

Michel, frère aîné de William de La Pole, meurt lors du combat. William de La Pole devient Comte de Suffolk.

Édouard de Norwich meurt durant la bataille d'Azincourt. Richard d'York hérite de son oncle et prend le titre de Duc d'York.

Le désastre d'Azincourt relance la guerre de Cent Ans et signe la mort de la chevalerie féodale.

Pierre de Bauffremont, neveu de Jean de Bauffremont, hérite du château de Montfort.



Louis Ier de Bar Duc de Bar

Louis Ier de Bar, seul fils de Robert Ier de Bar survivant, succède à Édouard III de Bar, son frère, et devient Duc de Bar.

Adolphe Ier de Juliers, son beau-frère, Duc de Juliers et de Berg, considère que Louis Ier de Bar, en tant que clerc, n'est pas apte à hériter du duché de Bar et le revendique.

Louis Ier de Bar réussit à vaincre Adolphe Ier de Juliers.

Louis Ier de Bar, trop âgé pour renoncer à l'état ecclésiastique qu'il a embrassé dans sa jeunesse, accepte la couronne ducale du Barrois, tout en conservant le titre de cardinal, et la crosse épiscopale de Châlons-en-Champagne.

Louis Ier de Bar que son âge et son état éloignent des habitudes guerrières, recherche la paix et l'amitié du duc de Lorraine.

Louis Ier de Bar et Charles II de Lorraine signent, le 4 décembre 1415, un traité qui met fin aux événements désastreux dont les deux duchés avaient été le théâtre sur la fin du règne de Robert Ier de Bar et sous celui d'Édouard III de Bar.



Création de l'Ordre du Lévrier

Après avoir assuré la paix au dehors de ses états, Louis Ier de Bar s'occupe de la rétablir dans le duché de Bar et le marquisat du Pont. Il crée de l'Ordre du Lévrier, ou de la Fidélité, qui deviendra l'Ordre de Saint-Hubert. Les statuts sont arrêtés en sa présence, le 31 mai 1416.


Très Riches heures du duc de Berry - mois de décembre - scène de chasse près du au château de Vincennes

Mort de Jean Ier de Berry

Marie de Berry Duchesse d'Auvergne et Comtesse de Montpensier

Jean de Bourgogne Comte d'Étampes

Jean Ier de Berry meurt à Paris le 15 juin 1416.

Jean Ier de Berry et ses deux frères Louis Ier d'Anjou et Philippe II le Hardi, sont un soutien indéfectible de Charles V le Sage et de sa politique audacieuse contre l'ennemi anglais.

Jean Ier de Berry se sent plus proche de Charles V le Sage que de ses autres frères : en effet, comme lui, il aime les arts, la littérature, les beaux objets. Cependant, contrairement à Charles V le Sage, Jean Ier de Berry est plus un collectionneur qu'un créateur.

Mécène fastueux, Jean Ier de Berry protège les arts et les lettres et possède les plus beaux manuscrits de l'époque (Psautier).

Il commande les Très Riches heures du duc de Berry aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourg qui ne l'achèveront que bien après sa mort.

Ce manuscrit est composé d'une collection de textes illustrés, calendriers, psaumes, messes pour chaque heure liturgique de la journée. Il permet de suivre le rituel de la piété quotidienne établi par l'église. Il est conservé au musée Condé à Chantilly.

Jean Ier de Berry fait également exécuter les Petites Heures de Jean de Berry

Jean Ier de Berry se fait construire plusieurs palais :

À Poitiers, il fait de plus réaménager le donjon comtal en tour de résidence.

L'architecte de la plupart de ces constructions était Guy de Dammartin.

Sur le modèle de la Sainte-Chapelle de Paris, Jean Ier de Berry fait, comme ses frères, édifier une chapelle dans ses domaines, pour bien montrer sa filiation avec le roi Saint-Louis.

Marie de Berry devient Duchesse d'Auvergne et Comtesse de Montpensier en 1416.

Robert Ier d'Estampes est exécuteur testamentaire de Jean Ier de Berry.

Jean Ier de Bourbon, prisonnier à Londres, devient Duc d'Auvergne en 1416 sous le nom de Jean II.

D'abord, Comte de Clermont, Charles Ier de Bourbon a à gérer les domaines de Jean Ier de Bourbon, son père.

Charles Ier de Bourbon préside le conseil de régence.

Étant fils cadet, Jean IV de Bourgogne ne peut prétendre à recevoir un gros héritage.

Son arrière grand-père Jean Ier de Berry lui lègue le comté d'Étampes.

Jean IV de Bourgogne devient Comte d'Étampes.



Mariage de Bertrand V de la Tour d'Auvergne avec Jacquette du Peschin

Bertrand V de la Tour épouse le 11 octobre 1416 Jeanette ou Jacquette du Peschin, Dame de Crocq et d'Artonne, fille de Louis du Peschin, Seigneur du Peschin, de Leroux, de Montcel et d'Artonne, et d'Ysoul ou Iseult de Sully dite de Beaujeu. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Luxembourg

Louys ou Louis Ier de Luxembourg naît en 1418, fils de Pierre Ier de Luxembourg, Comte de Saint-Pol, de Brienne et de Conversano, et de Marguerite des Baux.

Louis Ier de Luxembourg est élevé par son oncle Jean II de Luxembourg-Ligny.



Louis Ier de Bar Évêque de Verdun

Négociation du mariage de René Ier d'Anjou avec Isabelle Ire de Lorraine

Louis Ier de Bar échange l'évêché de Châlons-en-Champagne avec celui Verdun, plus rapproché de Bar, de 1419 à 1423.

En 1419, pour mettre fin au différent entre les duchés de Bar et de Lorraine, qui dure depuis plusieurs siècles, Louis Ier de Bar négocie le mariage de son petit-neveu René Ier d'Anjou avec Isabelle Ire de Lorraine, fille et héritière de Charles II de Lorraine.

René Ier d'Anjou est le petit-fils de Yolande de Bar, sœur de Louis Ier de Bar.


Blason de Philippe III le Bon Assassinat de Jean sans Peur par Tanguy du Chastel- Bibliothèque de l'arsenal à Paris Jean sans Peur

Rencontre de Jean sans Peur et de Charles VII de France

Mort de Jean sans Peur Duc de Bourgogne

Philippe III le Bon Duc de Bourgogne

Philippe III le Bon Comte d'Artois, de Boulogne, de Bourgogne de Flandre, et de Tonnerre

Enfin, Jean sans Peur et Charles VII de France conviennent de sceller leur alliance sur le pont qui traverse l'Yonne à Montereau-Fault-Yonne, le 10 ou 19 septembre 1419.

Mais la volonté de réconciliation n'est que de façade.

Les compagnons du dauphin gardent rancune au Duc pour l'assassinat de Louis Ier d'Orléans, 12 ans auparavant.

Il semblerait que Charles VII de France lui-même ait projeté la mort du duc de Bourgogne avec ses proches conseillers, Tanguy du Chastel et Jean Louvet.

Guillaume II de Narbonne participe, dans la suite de Charles VII de France, à l'entrevue de Montereau.

Imprudent ou téméraire, Jean sans Peur se rend sans protection armée au rendez-vous.

Au milieu du pont, des charpentiers ont élevé un enclos avec une porte de chaque côté.

Il est convenu que les deux rivaux entrent dans l'enclos avec chacun une escorte de 10 personnes et que les portes soient fermées pendant toute la durée de l'entrevue.

L'atmosphère est tendue.

Jean sans Peur s'agenouille avec respect devant Charles VII de France, qui feint l'indifférence.

Se relevant, Jean sans Peur cherche un appui en posant la main sur le pommeau de son épée. "Mettez-vous la main à votre épée en présence de Monseigneur le Dauphin ?" questionne l'un des compagnons de celui-ci, messire Robert de Loire.

Tanguy III du Chastel serait, avec Jean Louvet, autre favori de Charles VII de France, l'un des principaux instigateurs de l'assassinat de Jean sans Peur, duc de Bourgogne ;

Tanguy III du Chastel n'attend que ce prétexte pour porter un coup de hache au visage du duc en criant "Tuez, tuez !".

Par la porte du côté de Charles VII de France, qui a été maintenue ouverte, des hommes en armes s'engouffrent dans l'enclos.

Jean sans Peur est lardé de coups cependant que Charles VII de France, conduit à l'écart, reste impassible.

Antoine de Vergy est blessé.

Jean de La Trémoïlle signe la capitulation de la forteresse après l'assassinat.

L'assassinat horrifie le pays et ravive la querelle des Armagnacs et des Bourguignons, au grand dam des Français loyalistes.

Pierre Cauchon perd son protecteur.

Philippe III le Bon, fils de Jean sans Peur, lui succède et devient Duc de Bourgogne, Comte d'Artois, de Boulogne, de Bourgogne, et de Flandre. Il devient également Comte de Tonnerre jusqu'en 1435.

Charles II de Lorraine modifie sa politique pour adopter une position de neutralité entre la France et la Bourgogne.

En effet, Philippe III le Bon, le nouveau duc de Bourgogne, unifie les Pays-Bas ce qui correspond à l'actuel Benelux.

Ses possessions se composent en deux ensembles territoriaux, séparés par la Champagne et la Lorraine.

Suite à l'attentat de Montereau-Fault-Yonne, les Bourguignons s'allient aux Anglais ce qui permet à ceux-ci d'envisager d'achever la conquête du royaume de France.

Pierre II de Giac qui fait partie de l'escorte de Jean sans Peur, est arrêté et est envoyé à Bourges. Charles VII de France qui s'y trouve s'assure sa fidélité.



Liaison de Louis Ier de Bourbon-Vendôme avec Sybille Bostun

Pendant sa captivité, Louis Ier de Bourbon-Vendôme a une liaison avec Sybille Bostun ou Boston, une Anglaise. Leur enfant est :



Mariage de René Ier d'Anjou avec d'Isabelle Ire de Lorraine

René Ier d'Anjou épouse à Nancy le 24 octobre 1420 Isabelle Ire de Lorraine. Leurs enfants sont :

Ce mariage met fin à la rivalité entre les comtes de Bar et les ducs de Lorraine datant de 1070.

Louis Ier de Bar désigne René Ier d'Anjou comme son successeur et lui confie le gouvernement du duché de Bar dès 1420.

Jeanne de Bar décide alors de revendiquer le Barrois.


Carte de France vers 1422

Mort de Charles VI de France

Henri VI Plantagenêt Roi de France

Charles VII de France Roi de France

Jean de Lancastre Régent du royaume de France

Humphrey Duc de Gloucester Régent du royaume d'Angleterre

Charles VI de France meurt à l'Hôtel Saint-Pol à Paris le 21 octobre 1422 après un règne exceptionnellement long de 42 ans.

Il est inhumé dans la basilique de Saint-Denis.

A la mort de Charles VI de France, Odinette de Champdivers regagne sa terre natale.

Comme prévu par le traité de Troyes, Henri VI Plantagenêt, à peine âgé de 10 mois, devient Roi de France. Il a le soutien de l'Église, de l'Université et du peuple de Paris. Il est également allié au puissant parti bourguignon.

La régence en France échoit à Jean de Lancastre. Mais Jean de Lancastre est alors occupé pendant des années à faire la guerre à Charles VII de France. Jean de Lancastre fait de John Fastolf le grand maître de sa maison en 1422.

Jean de Lancastre laisse son frère, Humphrey de Lancastre, Duc de Gloucester, assurer la régence en Angleterre. Humphrey, et son demi-frère, Henri Beaufort, évêque de Winchester, se partage le pouvoir. Les deux hommes ne s'entendent pas et gouvernent très mal le royaume. Humphrey jalouse Bedford et tente de contrecarrer sa politique amicale avec le Duc de Bourgogne.

Le Dauphin Charles réfugié à Bourges, d'où son surnom de "roi de Bourges", s'autoproclame Roi sous le nom de Charles VII.

La France se trouve donc avec deux rois aussi légitimes l'un que l'autre et est désormais divisée entre :

Charles VII de France ne croit guère en ses chances de survie. Il se remet mal de l'accusation de lèse-majesté et de parricide dans le crime de Montereau.

Il doute même de sa filiation du fait des rumeurs sur l'inconduite d'Isabeau avec Louis Ier d'Orléans.

Il n'a ni argent, ni beaucoup de soutiens, mis à part les redoutables Armagnacs et quelques mercenaires de toutes origines.

Dès 1422, Jean de Dunois embrasse la cause de Charles VII de France. Ses courtisans se déchirent en de vaines querelles. Ses possessions se racornissent de mois en mois.

Établi en Berry et en Touraine (notamment à Loches et à Chinon), Charles VII de France est fort de la fidélité des provinces du Centre et du Languedoc, d'où il tira l'essentiel de ses ressources.

Pour gouverner, il doit improviser avec un personnel généralement nouveau et peu au fait des affaires.

Le Parlement qu'il organise à Poitiers et la Chambre des comptes qui est établie à Bourges sont, pour l'essentiel, peuplés d'officiers naguère éliminés à Paris par les Bourguignons, de telle sorte que l'administration est plus facilement efficace que le gouvernement.



Confiscation des biens de Louise de Craon

Louise de Craon vit avec son époux Jean de Mailly, Seigneur d'Auvilliers et de Maurez, qui est du parti Anglo-Bourguigon.

Les biens de Louise de Craon sont confisqués le 8 août 1423 par Charles VII de France pour avoir pris le parti des Anglais.

Ils sont donnés en compensation à Thibault IV Chabot, son neveu, fils de Louis Ier Chabot et de Marie de Craon, Seigneur de la Grève et de Pressigné, pour tous les dégâts et dépenses que lui et sa famille ont subi au cours de la guerre contre les Anglais.

Il s'agit des terres, châteaux et châtellenies de Colombiers, de Savonières, de Montsoreau, de Montcontour, de Marnes, de Jarnac-sur-Charente, de Montbazon, de Sainte-Maure, de Nouatre, de La Pierre de Faou, du Brandon et de La Masquière.



Louis Ier de Bar à nouveau Évêque de Verdun

Louis Ier de Bar devient à nouveau Évêque de Verdun en 1424.



Mariage de Louis Ier de Bourbon-Vendôme avec Jeanne de Montfort-Laval

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est veuf de Blanche de Roucy.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme épouse à Rennes le 24 août 1424 Jeanne de Montfort-Laval, Dame de Campzillon, fille de Guy XIII de Laval et d'Anne de Laval. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis d'Amboise avec Louise-Marie de Rieux

Louis d'Amboise épouse Louise-Marie de Rieux. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles Ier de Ventadour avec Marie de Pierre-Buffière

Charles Ier de Ventadour épouse le 15 juin 1427 Marie de Pierre-Buffière (née vers 1410), Comtesse de Pardiac, de Fezensac et de Fezensaquet. Leur enfant est :



Mariage de Georges Ier de la Trémoïlle avec Catherine de l'Isle-Bouchard

Catherine de l'Isle-Bouchard est veuve de Pierre II de Giac.

Georges Ier de la Trémoïlle est veuf de Jeanne II d'Auvergne.

Georges Ier de la Trémoïlle épouse à Sully-sur-Loire le 2 juillet 1427 Catherine de l'Isle-Bouchard. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier de Bourbon-Montpensier avec Jeanne Ire Dauphine

Louis Ier de Bourbon-Montpensier Dauphin d'Auvergne

Louis Ier de Bourbon-Montpensier épouse le 8 février 1428 Jeanne Ire Dauphine d'Auvergne, Comtesse de Clermont et Sancerre.

Louis Ier de Bourbon-Montpensier devient ainsi Dauphin d'Auvergne.



Naissance de Louis Ier de Ventadour

Louis Ier de Ventadour naît vers 1428, fils de Charles Ier de Ventadour et de Marie de Pierre-Buffière.



Mariage de Pierre d'Amboise avec Anne de Bueil

Pierre d'Amboise épouse le 23 août 1428 Anne de Bueil, Dame d'Aubijoux, fille de Jean IV de Bueil et de Marguerite Dauphine d'Auvergne, Comtesse de Sancerre. Leurs enfants sont :



Naissance de Jean II de Bourbon-Vendôme

Jean II de Bourbon-Vendôme naît en 1428 ou en 1429, fils de Louis Ier de Bourbon-Vendôme et de Jeanne de Montfort-Laval.



Naissance de Louis Ier de la Trémoïlle

Louis Ier de la Trémoïlle naît en 1429 ou 1431, fils de Georges Ier de la Trémoïlle et de Catherine de l'Isle-Bouchard.


Jeanne d'Arc au siège d'Orléans par Lenepveu Liberation d'Orleans - Vigiles de Charles VII

Libération d'Orléans

Jean Ier de Brosse, Jacques Ier de Chabannes et Jean de Dunois prêtent main-forte au gouverneur de la ville, Raoul de Goncourt.

Ils défendent au mieux Orléans. Ils sont rejoints par le cousin de Jean, Louis de Culan.

La ville subit depuis 7 mois déjà un blocus de la part des généraux anglais. Jean de Dunois assure le commandement de la défense de la ville. Louis de Culan était chargé du commandement en second.

Jean Ier de Brosse repousse les Anglais les 1er et 2 février 1429.

La capitulation semble n'être plus qu'une question de jours.

Charles VII de France accepte de confier à Jeanne d'Arc un important corps d'armée composé de 4 000 hommes.

Jean d'Aulon, un écuyer qui lui restera toujours fidèle, fait l'éducation militaire de Jeanne.

Jean Ier de Brosse se retire, le 16 mars 1429, pour aller chercher des secours par devers le roi.

En allant demander des renforts à Charles VII de France, Jean Ier de Brosse rencontre Jeanne d'Arc.

Jean Ier de Brosse et Louis de Culan (son cousin) sont désignés pour escorter Jeanne d'Arc à la tête d'une troupe qui rejoint le gros des forces royales.

Devenue Chef de guerre, Jeanne d'Arc se fait donner une épée trouvée dans l'église Sainte-Catherine de Fierbois.

De Blois, Jeanne d'Arc part pour Orléans.

Guy III de Chauvigny, Pierre de Rieux, Pierre d'Amboise et Louis d'Amboise combattent avec Jeanne d'Arc au siège d'Orléans.

De retour en France, Louis Ier de Bourbon-Vendôme participe à la libération d'Orléans avec Jeanne d'Arc.

Quand Jeanne se présente le 29 avril 1429 devant les chefs de l'armée royale dans son armure de capitaine avec la prétention de libérer Orléans, ceux-ci la tournent d'abord en dérision. Mais son énergie et sa foi ont vite fait de lui rallier ces énergiques capitaines :

Les rudes soldats acceptent même de mettre un bémol à leurs jurons et de renvoyer les ribaudes et prostituées qui s'attachent d'ordinaire à leurs pas.

Le 29 avril 1429, Jeanne d'Arc fait habilement entrer son armée et des vivres dans Orléans en évitant les Anglais et défile avec Jean de Dunois, qui défend la cité depuis plusieurs mois.

Les vivres, malgré ce secours, vont manquer.

On décide d'aller en chercher à Blois. Ambroise II de Loré est chargé de cette mission.

Jean Ier de Brosse repart chercher le gros de l'armée de renfort qui arrive le 4 mai 1429.

Sa compagnie personnelle comprend alors 73 hommes d'armes et 42 hommes de traits.

Ambroise II de Loré revient à Orléans le 4 mai 1429 et est assez heureux pour introduire, dans la ville, vivres et troupes, sans combat, sous les yeux de l'ennemi.

Jacques Ier de Chabannes revient avec cette armée.

Orléans sur la rive nord de la Loire est cernée au nord et à l'ouest par un réseau de fortifications, et l'accès par l'est est verrouillé par le fort de Saint Lou. Le pont sur la Loire au sud de la ville est tenu par les Anglais; son accès sud est fortifié. Enfin l'accès fluvial est verrouillé en amont par le fort de Saint Jean le Blanc qui est le pendant de Saint Lou sur la rive sud.

Le 4 mai 1429, une escarmouche oppose des français aux défenseurs de Saint Lou.

Jeanne d'Arc, réveillée en pleine sieste, charge la bastille avec un fort parti de miliciens orléanais.

Pour contrer cette sortie, John Talbot envoie des troupes de ses fortifications au nord pour prendre Jeanne d'Arc à revers et soutenir Saint Lou.

Jean de Dunois voyant la manœuvre sort à son tour et attaque la bastille de Saint Pouair qui marque l'extrémité nord de son réseau de fortifications.

John Talbot doit alors rapatrier ses hommes pour ne pas être pris de flanc et perdre Saint Pouair.

Jean de Dunois se replie et Saint Lou est prise par Jeanne d'Arc.

Le 6 mai 1429, Ambroise II de Loré participe avec fougue à l'assaut de la bastille des Augustins.

L'accès fluvial par l'est n'étant plus verrouillé, les anglais transfèrent des troupes de Saint Jean le Blanc vers la bastide de la Tourelle qui permet de tenir le pont. Malgré les difficultés dues aux bancs de sable qui encombrent le lit du fleuve à Orléans, Jeanne d'Arc réussit à traverser la Loire en bateau à l'est de la ville avec un fort contingent, jusqu'à l'île aux toiles.

Voyant l'importance de ces troupes, la garnison de Saint Jean le Blanc abandonne la bastille qu'elle tenait et se replie vers la Tourelle. Les sapeurs français construisent un pont au dessus du petit bras de Loire qui sépare l'île aux toiles de la rive sud, et Jeanne d'Arc prend facilement possession de la bastide de Saint Jean le Blanc.

L'attaque de la dernière bastille, le fort des Tourelles, commence le samedi 7 mai 1429, au petit matin, après la messe habituelle. La Pucelle paye de sa personne en montant elle-même à l'assaut des murs. Elle est blessée d'une flèche à l'épaule.

Quand le soir tombe, les assaillants français sont épuisés et Jean de Dunois s'apprête à donner le signal de la retraite. Jeanne d'Arc, qui s'est retirée à l'écart pour se reposer et prier, voit cela. Elle agite sa bannière, donnant le signal d'un ultime assaut. Le capitaine anglais Glasdale, qui commande la bastille, tombe des murailles et se noie dans le fleuve. La bastille est prise.

Les liaisons sont rétablies entre Orléans et le sud de la Loire.

Le lendemain 8 mai 1429, l'armée anglaise se met en ordre de bataille dans la plaine.

Mais Jeanne d'Arc refuse le combat car ce jour est un dimanche. Incontinent, John Talbot, qui commande l'armée anglaise, comprend qu'il n'a plus rien à gagner à rester. Il lève le siège et se retire.

À Orléans, les Français prouvent qu'ils peuvent désormais surpasser leurs adversaires dans l'art des engins de siège.


Étienne de Vignolles (La Hire) et Jean Poton de Xaintrailles - enluminure du XVe siècle

Campagne de la vallée de la Loire

Bataille de Jargeau

William de La Pole Prisonnier

Pour aller à Reims où Charles VII de France doit être sacré, Jeanne d'Arc veut une route libre et sûre.

Dans cette logique elle s'emploie à chasser définitivement les troupes anglaises encore en place dans la vallée de la Loire.

Jean V de Bueil combat sous la bannière de Jeanne d'Arc pendant la campagne de 1429 sur la vallée de la Loire.

Sur ordre de Charles VII de France, 200 livres-tournois sont payées à Jean V de Bueil par le trésorier dans les mois d'avril et de mai 1429, pour le dédommager, ainsi que ses 30 gens d'armes et 40 gens de traict, des dépenses effectuées durant l'escorte des marchandises pour le réapprovisionnement de la ville assiégée d'Orléans.

Jeanne d'Arc veut savoir dans quelle direction se replient les différents corps de l'armée anglaise : elle détache en éclaireurs Ambroise II de Loré et Étienne de Vignolles, avec une centaine de cavaliers, pour suivre et observer l'ennemi pendant près de 8 lieues.

À une quinzaine de kilomètres d'Orléans, dans la petite bourgade de Jargeau, subsiste alors toujours une partie des troupes anglaises, commandée par William de La Pole, Duc de Suffolk. Il s'apprête à recevoir Jean de Lancastre accompagné de renforts.

L'armée française forte de 2 000 hommes, commandée par Jean II d'Alençon, est bientôt rejointe par les compagnies de Jean de Dunois et Florent d'Illiers, alors capitaine de Châteaudun. Il se retrouve ainsi doté d'une force deux fois plus importante qu'à son origine.

Antoine de Chabannes, Jean Poton de Xaintrailles, Gilles de Rais, Guy III de Chauvigny et Jean Ier de Brosse, Louis Ier de Bourbon-Vendôme combattent à Jargeau.

Jeanne d'Arc pousse les capitaines à la marche sur Jargeau, voyant leur hésitation face à la probable multitude des Anglais réfugiés là-bas. L'armée royale, se met alors en route vers la petite cité, dans l'idée de s'arrêter pour la nuit aux portes de la ville. Cependant, l'armée anglaise vient à la rencontre des troupes françaises les contraignant au combat.

Jeanne, prenant son étendard, va à l'attaque, exhortant les soldats qui font tant que, cette nuit là, ils sont logés dans les faubourgs de Jargeau. Si les Anglais étaient sortis de la ville, les soldats du roi auraient été en grand péril.

Le lendemain, le 12 juin 1429, la bataille s'engage de nouveau, et Jeanne d'Arc insuffle la volonté de Dieu aux troupes françaises, leur assurant la victoire : "Agissez et Dieu agira". Peu après le début de la bataille, Jeanne d'Arc monte aux remparts en brandissant son étendard. Cependant, une pierre vient la frapper à la tête et provoque sa chute dans le fossé. Portée par sa détermination, à nouveau son étendard en main, elle se relève et exhorte ses compagnons.

En plein combat, William de La Pole demande à être entendu afin d'obtenir une trêve, mais ce n'est plus l'heure des demandes. Dans un irrésistible élan, les Français s'emparent de Jargeau puis se lancent à la poursuite des Anglais.

William de La Pole est fait prisonnier et restera prisonnier de Charles VII de France pendant 3 ans.

Les troupes anglaises se replient en désordre sur Meung-sur-Loire et Beaugency.


Voyage vers Reims – pointillés bleus Jeanne d'Arc au sacre de Charles VII dans la cathédrale de Reims - par Ingres - 1851 Gilles de Rais - Huile sur toile - galerie des maréchaux de France - château de Versailles - par Éloi Firmin Féron - 1835

Prise d'Auxerre, Troyes et Chalons

Voyage de Charles VII de France à Reims

Gilles de Rais Maréchal de France

Sacre de Charles VII de France

Jean Poton de Xaintrailles Écuyer d'écurie du roi

Après son succès à Orléans, Jeanne d'Arc va voir le Roi au château de Loches et le convainc d'aller à Reims recevoir l'onction du sacre.

Ce nouveau défi paraît aussi fou que le précédent, la ville des sacres royaux étant cernée par les possessions anglaises et bourguignonnes.

La marche vers la ville du sacre commença à Gien, le 29 juin 1429.

La facilité de la chevauchée montra à la fois la fragilité de la domination anglo-bourguignonne et la restauration de la confiance en la cause de Charles VII de France. Les populations manifestent leur fidélité et parfois leur enthousiasme reconnaissant ainsi la légitimité de l'héritier.

Au cours de la chevauchée, Auxerre reste neutre, Troyes capitule et Châlons-en-Champagne ouvre ses portes.

Le samedi 16 juillet 1429, Charles VII de France, Jeanne d'Arc, Jean Ier de Brosse, Jacques Ier de Chabannes, Guy III de Chauvigny, les seigneurs et les troupes entrent dans Reims.

Gilles de Rais, Seigneur d'Ingrande et de Champtocé, est fait Maréchal de France le 16 juillet 1429 par Charles VII en récompense pour ses valeureux services.

Gilles de Rais est de plus conseiller et chambellan du roi.

Quatre seigneurs doivent escorter la Sainte Ampoule entre l'abbaye de Saint-Rémi où elle est gardée jusqu'à la cathédrale de Reims.

Le nom d'otages de la Sainte Ampoule est dû au fait qu'ils doivent défendre jusqu'à la mort le saint-Chrême ayant servi pour le sacre de Clovis par Saint-Rémi, contenu dans une fiole de cristal en forme de colombe.

C'est un honneur considérable qui permet, le jour du sacre, d'entrer à cheval dans la cathédrale pour remettre l'ampoule à l'archevêque.

Pour le sacre du Charles VII les otages reçoivent l'ampoule de l'abbé de Saint-Rémy, Jean Canard. Ils sont :

Le 17 juillet 1429, Charles VII de France, héritier de la branche capétienne des Valois, est sacré Roi dans la cathédrale de Reims selon un rituel traditionnel depuis 4 siècles.

La cérémonie, vu les circonstances, se déroule dans la simplicité. La couronne, le sceptre, le globe, sont à Saint-Denis, entre les mains des Anglais. Seuls, parmi les pairs, sont présents les 3 pairs spirituels. Charles reçoit le Saint Chrême des mains de l'archevêque Renault de Chartres. Le huitième sacrement, qui fait les rois et les marque du signe sacré du pouvoir légitime, est conféré à Charles VII. Or est exécuté le plaisir de Dieu, déclare Jeanne d'Arc en rendant hommage à son roi.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme assiste à ce sacre.

Pierre Ier de Beauvau assiste au sacre puisqu'il en fait une relation dans une lettre adressée aux reines Marie d'Anjou et Yolande d'Aragon.

Pierre Cauchon est parti de Reims.

Grâce à Jeanne d'Arc, celui que l'on surnommait le "petit Roi de Bourges" devient le seul Roi légitime des Français, au grand dam de son rival anglais.

Jeanne d'Arc se tient à ses côtés avec son étendard sur lequel figurent le Christ en majesté et les mots Jhesus Maria.

Il avait été à la peine, c'était bien raison qu'il fût à l'honneur

déclare-t-elle plus tard. Dans les faits, sa mission est achevée.

Jean Poton de Xaintrailles devient Écuyer d'écurie du roi le 17 juillet 1429, puis premier écuyer du corps, et enfin maître de l'écurie royale.

La libération d'Orléans et le sacre ont transformé la lutte de factions en une guerre de libération nationale.

Charles VII et ses partisans retrouvent une pleine confiance en leur cause et se rallient le petit peuple des campagnes.

Pour consolider ses acquis, le Roi se dispose à signer une trêve avec son ennemi intime, Philippe III le Bon, Pair de France, qui est notoirement absent du sacre. Jeanne d'Arc envoie une lettre à Philippe III le Bon le jour même du sacre pour lui demander la paix.



René Ier d'Anjou Duc de Bar

Mort de Louis Ier de Bar

Louis Ier de Bar cède à René Ier d'Anjou son duché en 1430.

Louis Ier de Bar meurt le 26 juin 1430 ou en 1431



Jean Ier de Brosse Lieutenant-général des régions situées au-delà de la Seine, de la Somme et de la Marne

Prise de Compiègne

Jean Ier de Brosse demande des secours auprès de Charles VII de France, sans résultat.

Il se ruine définitivement pour réunir une armée.

Jean Ier de Brosse part vers Compiègne aidé de Jean Poton de Xaintrailles et Étienne de Vignolles secourir Jeanne à la tête d'une armée de 2 000 soldats et de nombreux paysans.

Le 11 septembre 1430, Jean Ier de Brosse est nommé lieutenant-général des régions situées au-delà de la Seine, de la Somme et de la Marne.

Le 28 octobre 1430, Jean Ier de Brosse, Jean Poton de Xaintrailles et Étienne de Vignolles entrent et libèrent Compiègne qui est toujours sous le siège des Bourguignons.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme participe à cette bataille.

Continuant sur sa lancée, Jean Ier de Brosse bât Philippe III le Bon.

Sa victoire favorisera la rupture entre les Bourguignons et les Anglais.

Pour ces faits de guerre, Charles VII de France donne plus de pouvoirs à Jean Ier de Brosse.



Louis Ier de Bourbon-Montpensier à Beauvais

Louis Ier de Bourbon-Montpensier prend peu part aux conflits de son temps, et ne combat qu'en 1430, contre les Anglais près de Beauvais. Il vit le plus souvent dans ses domaines.



Louis Ier de Savoie Prince de Piémont

Louis Ier de Savoie devient Prince de Piémont en 1431.


Jean II de Lusignan

Mort de Janus de Lusignan

Jean II de Lusignan Roi de Chypre

Janus de Lusignan meurt à Nicosie le 29 juin 1432 affaibli et malade.

Anne de Lusignan, sa fille, rejoint Louis Ier de Savoie, son futur époux, en Savoie.

Jean II de Lusignan devient Roi de Chypre en 1432.



Liaison de Louis Ier de Savoie

Louis Ier de Savoie a une liaison. Leur enfant est :



Mariage de Louis Ier de Savoie avec Anne de Lusignan

Louis Ier de Savoie épouse à Chambéry le 1er novembre 1433 ou le 12 février 1434 Anne de Lusignan. Leurs enfants dont 5 moururent en bas âge, sont :

Les épousailles durent 6 jours et coûtent très cher. Le mariage est célébré par l'archevêque de Tarentaise et les réjouissances se déroulent au château de Chambéry.

Pour le mari sont invités:

Pour l'épouse :

Les mets consistent uniquement de plats de viande faisandées et assaisonnées, essentiellement de la venaison. Le festin est coupé d'intermèdes fastueux, de merveilles et de scènes de spectacle. Les 12 provinces, possessions de la maison de Savoie sont représentées ainsi que le royaume de Chypre par des délégations, ainsi que les Ordres chevaleresques de la Toison d'or pour la Savoie, la Bourgogne et l'Autriche. Le bal de la première journée dure toute la première nuit jusqu'à l'aube. La fête ne se termine qu'à l'aube du septième jour.



Mort de Pierre Ier de Luxembourg

Louis Ier de Luxembourg Comte de Brienne, de Conversano et de Saint-Pol

Pierre Ier de Luxembourg meurt à Rambures le 31 août 1433 de la peste.

Louis Ier de Luxembourg devient Comte de Brienne, de Conversano et de Saint-Pol en 1433.



Retraite d'Amédée VIII de Savoie

Louis Ier de Savoie Lieutenant générale du duché de Savoie

Création de l'ordre de Saint-Maurice

Philippe de Savoie Comte apanagiste de Genève

Après son veuvage, Amédée VIII de Savoie abandonne ses fonctions ducales pour se tourner vers la religion.

Amédée VIII de Savoie se retire 6 de ses compagnons au château de Ripaille

L'un d'eux, Louis de Chevelu y fonde l'ordre des chevaliers de Saint-Maurice.

En 1434, Amédée VIII de Savoie laisse la régence du duché de Savoie à son fils Louis Ier de Savoie, Prince de Piémont.

Afin qu'il se forme, Amédée VIII de Savoie lui confie la lieutenance générale du duché de Savoie sous le titre de Prince de Piémont.

Louis Ier de Savoie est moins doué pour les affaires qu'Amédée de Piémont, son frère aîné.

Malgré sa retraite Amédée VIII de Savoie va encadrer son fils dans la direction du duché en lui adressant régulièrement des consignes.

La régence qu'exerce Louis Ier de Savoie est à l'origine d'une nouvelle tradition au sein de la Maison de Savoie : celle d'octroyer systématiquement ce titre de Prince de Piémont au prince héritier.

Philippe de Savoie devient Comte apanagiste de Genève.



Naissance de Louis Ier d'Amboise

Louis Ier d'Amboise naît vers 1435, fils de Pierre d'Amboise et d'Anne de Bueil.



Naissance d'Amédée IX de Savoie

Amédée IX de Savoie, dit le Bienheureux, naît à Thonon-les-Bains le 1er février 1435, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Mariage de Louis Ier de Luxembourg avec Jeanne de Bar

Louis Ier de Luxembourg Comte de Marle et de Soissons

Jean II de Luxembourg-Ligny, étant sans fils, arrange le mariage de Louis Ier de Luxembourg son neveu et son successeur désigné.

Louis Ier de Luxembourg épouse le 16 juillet 1435 Jeanne de Bar, Comtesse de Marle et de Soissons. Leurs enfants sont :

Louis Ier de Luxembourg a été élevé au château de Beaurevoir à la demande de son oncle. Le jeune couple se connait donc bien.

Louis Ier de Luxembourg devient Comte de Marle et de Soissons en 1435.



Naissance de Jacqueline de Luxembourg

Jacqueline de Luxembourg naît vers 1435, fille de Louis Ier de Luxembourg et de Jeanne de Bar.



Marguerite de Chalon-Auxerre Comtesse de Tonnerre

Marguerite de Chalon-Auxerre, fille de Louis Ier de Chalon-Auxerre et de Marie de Parthenay, devient Comtesse de Tonnerre en 1435.



Traité d'Arras

Opposition de Jean II d'Alençon à Charles VII de France

En 1435, à Arras s'ouvrent des discussions sur la fin de la Guerre de Cent Ans et le rétablissement de la paix entre la France et l'Angleterre.

Le chancelier Nicolas Rolin est l'âme et le cerveau de ces négociations.

Pierre, Seigneur de Boufflers est ambassadeur de Philippe III le Bon à Arras.

La conférence d'Arras est la première conférence européenne.

La délégation française est menée par :

Jean Chevrot accompagne Philippe III le Bon à Nevers, puis à Paris, aux préliminaires de paix.

La délégation bourguignonne est menée par Philippe III le Bon en personne, accompagné d'Isabelle de Portugal son épouse.

Sont présents :

Le congrès s'ouvre le 5 août 1435.

Les Anglais refusent l'annulation du traité de Troyes et quittent la négociation.

Pris dans l'étau franco-allemand, Philippe III le Bon, Duc de Bourgogne, se réconcilie avec Charles VII de France.

La traité d'Arras est signée le 20 ou le 21 septembre 1435 et met officiellement fin à la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est présent à la signature de ce traité.

Charles VII de France obtient la reconnaissance de son titre de roi de France.

Philippe III le Bon se voit contraint, de soutenir les Français face aux Anglais. Il reste Vassal du roi de France mais est exempté, à titre personnel, de tout hommage au Roi de France, obligation qui incombe à tout vassal.

La puissance européenne de Philippe est explicitement reconnue

Il est Grand-duc d'Occident. Le traité donne une indépendance de fait au duché de Bourgogne

Charles VII de France confirme les territoires conquis par Philippe III le Bon avec l'aide des Anglais et lui cède :

pour compenser l'assassinat de Jean sans Peur à Montereau.

Charles VII de France fait amende honorable pour ce meurtre et jure de punir les coupables.

Les villes de la Somme sont :

ainsi que les châtellenies de Roye-en-Vermandois, Péronne et Montdidier.

Le titre de Comte d'Étampes est reconnu à nouveau à Jean de Bourgogne.

La réconciliation de Charles VII de France et de Philippe III le Bon facilite la reprise des villes où l'adhésion au parti bourguignon ne soutenait plus la résistance militaire de garnisons anglaises souvent insuffisantes.

Le traité d'Arras jette Jean II d'Alençon dans l'opposition à Charles VII de France.

Jean II d'Alençon attendait de la victoire le dédommagement aux dépens des Bourguignons des pertes subies pendant la guerre, de sa rançon à la confiscation de son duché par Philippe III le Bon, et il s'estime joué.

Jean II d'Alençon entre alors dans tous les complots contre un gouvernement royal qui lui paraît faire la part très petite aux princes.

Jean II de Luxembourg-Ligny refuse de signer le traité d'Arras et donc de prêter serment à Charles VII de France.

Ce refus obstiné le mène à se brouiller avec Philippe III le Bon.

Au lendemain du traité d'Arras, Louis II de Chalon-Arlay renonce à la vie politique pour se consacrer à l'administration de ses vastes domaines.



Naissance de Louis de Savoie

Louis de Savoie naît le 5 juin 1436, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Mariage de Jean VI Malet de Graville avec Marie de Montauban

Jean VI Malet de Graville est le fils de Jean V Malet de Graville (1390-1449), Seigneur de Graville, Maître des arbalestriers de France, et de Jacqueline de Montagu (1398-1436), Héritière de Marcoussis.

Jean VI Malet de Graville épouse Marie de Montauban, fille de Guillaume de Montauban (mort en 1432), Seigneur de Landal et de Bona Visconti (1385-1469), Dame de Landal. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis II de Saluces

Lodovico ou Louis II de Saluces ou di Saluzzo naît le 29 mars 1438, fils de Louis Ier de Saluces (1406-8 avril 1475), Marquis de Saluces, et d'Isabelle Paléologue ou Isabella Palaiologina.



Naissance de Philippe II de Savoie

Philippe II de Savoie ou de Bresse, dit Sans Terre, naît à Chambéry le 5 février 1438 ou le 29 novembre 1443, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.


Antipape Félix V Louis Ier de Savoie

Tentative de déposition Eugène IV

Décrets du concile de Bâle

Félix V Antipape

Abdication d'Amédée VIII de Savoie

Louis Ier de Savoie Duc de Savoie, Comte d'Aoste et de Maurienne

En 1439, Louis Aleman obtient le soutien de l'empereur Sigismond Ier de Luxembourg et de Philippe Marie Visconti.

Le concile de Bâle prétend déposer Eugène IV le 25 février 1439.

Louis Aleman, Archevêque d'Arles et Cardinal, joue souvent un rôle décisif au sein du concile mais les maîtres des universités y font le gros des assemblées.

Le 16 mai 1439, Louis Aleman préside la 33e session du concile de Bâle, soutenu par les archevêques de Tours et de Lyon, et par le docteur parisien Thomas de Courcelles. Ils font publier 3 décrets déjà minutés dans les congrégations précédentes. C'est l'évêque de Marseille, Louis de Glandève qui les prononce :

Le 30 octobre 1439, s'appuyant de manière erronée sur le décret Haec sancta du concile de Constance, le concile de Bâle prétend déposer Eugène IV.

Quelques évêques et 300 ecclésiastiques élise le 5 novembre 1439 comme antipape Amédée VIII de Savoie, alors âgé de 56 ans, sous le nom de Félix V.

Il n'est même pas cardinal, et n'est reconnu que par la Lituanie et la Pologne.

Amédée VIII de Savoie est le dernier antipape officiellement reconnu comme tel par l'Église catholique.

Il prend comme secrétaire Enea Silvio Piccolomini, qui deviendra le futur pape Pie II, et qui prend rapidement ses distances avec Bâle.

Amédée VIII de Savoie abdique du duché de Savoie.

Louis Ier de Savoie devient deuxième Duc de Savoie, Prince de Piémont, Comte d'Aoste et de Maurienne en 1439.

Thonon est maintenue capitale du duché avec Louis Ier de Savoie.

Louis Ier de Savoie subit les intrigues de l'entourage chypriote de son épouse mais aussi les ambitions de ses voisins français et milanais.

Louis Ier de Savoie doit ainsi renoncer au Valentinois et ne peut s'emparer du duché de Milan à la mort du dernier Visconti.

Eugène IV réagit en excommuniant Amédée VIII de Savoie et Louis Aleman qu'il en prive de toutes ses charges ecclésiastiques.



Naissance de Marguerite de Savoie

Marguerite de Savoie naît en 1439, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Naissance de Pierre de Savoie

Pierre de Savoie naît en 1440, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Mort de Jean II de Luxembourg-Ligny Comte de Guise et de Ligny, Seigneur de Beaurevoir

Louis Ier de Luxembourg Comte de Ligny et de Guise

Charles VII de France est sur le point de monter une opération pour mettre au pas Jean II de Luxembourg-Ligny.

Jean II de Luxembourg-Ligny désigne Louis Ier de Luxembourg comme héritier.

Jean II de Luxembourg-Ligny meurt au château de Guise le 5 janvier 1441.

Il est inhumé dans la cathédrale de Cambrai.

Charles VII de France met ses biens sous séquestre.

Louis Ier de Luxembourg se rapproche de la France et peut ainsi les récupérer.

Charles VII de France finit par les rendre à titre viager.

Louis Ier de Luxembourg devient Comte de Ligny et de Guise.

Mais Charles IV d'Anjou lui intente un procès pour la possession de Guise.



Naissance de Jean de Savoie

Janus di Savoia ou Jean de Savoie naît en 1438 ou en 1441, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Naissance de Charlotte de Savoie

Charlotte de Savoie naît en 1441 ou 1443, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.


Marie de Montauban

Mariage de Louis Ier de Rohan-Guémené avec Marie de Montauban

Louis Ier de Rohan-Guémené est le fils de Charles Ier de Rohan-Guémené et de Catherine du Guesclin.

Marie de Montauban est la fille de Jean de Montauban (mort en 1466) et d'Anne de Keranrais (vers 1410-vers 1499)

Louis Ier de Rohan-Guémené épouse le 24 avril 1443 Marie de Montauban.

Leurs enfants sont :

Marie de Montauban apporte le fief de Keranrais dans la maison de Rohan Guémené.



Mariage de Louis Ier de Bourbon-Montpensier avec Gabrielle de La Tour d'Auvergne

Louis Ier de Bourbon-Montpensier est veuf de Jeanne Ire Dauphine.

Louis Ier de Bourbon-Montpensier épouse le 15 ou le 16 février 1443 Gabrielle de La Tour d'Auvergne, fille de Bertrand V de La Tour et de Jacquette du Peschin.

Leurs enfants sont :

Gabrielle de La Tour est cousine germaine de Jeanne Ire Dauphine.



Naissance de Gilbert de Bourbon-Montpensier

Gilbert de Bourbon-Montpensier naît en 1443, fils de Louis Ier de Bourbon-Montpensier et de Gabrielle de la Tour d'Auvergne.



Naissance de Louis II de Rohan-Guémené

Louis II de Rohan-Guémené naît vers 1444, fils de Louis Ier de Rohan-Guémené et de Marie de Montauban.



Charles IV d'Anjou Comte de Guise

Finalement, Charles VII de France donne en dot Guise à Isabelle de Luxembourg, sœur de Louis Ier de Luxembourg.

Charles IV d'Anjou, son époux, devient ainsi Comte de Guise en mai 1444.

Louis Ier de Luxembourg devient l'ami de Louis XI et combat les Anglais en Flandre et en Normandie.



Mort de Philippe de Savoie

Louis Ier de Savoie Comte de Genève

Philippe de Savoie meurt en 1444.

Louis Ier de Savoie devient Comte de Genève.



Naissance d'Agnès de Savoie

Agnès de Savoie naît en 1445, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Mariage de Louis Ier de Ventadour avec Catherine Rogier de Beaufort

Louis Ier de Ventadour épouse le 23 septembre 1445 Catherine Roger ou Catherine Rogier de Beaufort (vers 1429- 1506). Leur enfant est :



Mariage de Louis Ier de la Trémoïlle avec Marguerite d'Amboise

Louis Ier de la Trémoïlle épouse le 22 août 1446 Marguerite d'Amboise. Leur enfant est :


Jean II de Bourbon-Vendôme

Mort de Louis Ier de Bourbon-Vendôme

Jean II de Bourbon-Vendôme Comte de Vendôme

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est Comte de Vendôme et de Chartres, Seigneur de Montdoubleau, d'Épernon, de Préaux et de Romalart.

Il est Grand Chambellan et Grand Maitre de France - Gouverneur de Picardie, Champagne et Brie.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme meurt à Vendôme le 21 décembre 1446.

Il est inhumé à Vendôme.

Jean II de Bourbon-Vendôme devient Comte de Vendôme en 1446 sous le nom de Jean VIII de Bourbon.



Naissance de Jean-Louis de Savoie

Jean-Louis de Savoie naît en 1447, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Mort de Philippe Marie Visconti

Instauration de la République Ambrosienne

Indépendance de Pavie et de Parme

Cession de Lodi et Plaisance à Vénise

Reconquête de Lodi et Plaisance

Cession de Brescia et Crema à Vénise

Le 6 août 1447, Philippe Marie Visconti renonce aux soins.

Le 11 août 1447, son état empire.

Dans la nuit du 12 au 13 août 1447, Philippe Marie Visconti demande à être tourné dans son lit avec le visage face au mur et, peu après, il meurt à Milan, isolé et indigné comme il avait vécu.

Les prétendants sérieux se multiplient :

D'habiles juristes, parmi lesquels Piccolomini, qui soutient que le titre doit être rendu à l'Empereur.

Les Milanais font fi de tout ce beau monde.

Un groupe de nobles et de juristes de l'université de Pavie instaure, alors un gouvernement républicain qui est nommé République Ambrosienne (Aurea Repubblica Ambrosiana).

Cela entraîne, malheureusement pour elle, la défection des principales cités du duché :

Voulant éviter la division du duché, la République fait appel à François Ier Sforza.

François Ier Sforza reconquiert Lodi et Plaisance et s'impose Seigneur de Pavie.

Charles de Gonzague, son frère s'engage d'abord aux côtés de François Ier Sforza dans la défense de Milan contre Venise.

Louis III de Gonzague reste relativement en dehors de ces conflits.



Naissance de Marie de Savoie

Marie de Savoie naît en 1448, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Naissance de Bonne de Savoie

Bonne de Savoie naît en 1449, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Travaux au château de Ventadour

École militaire pour la formation des pages au service du Roi

En 1450, Charles Ier de Ventadour construit une nouvelle résidence dans l'enceinte du château de Ventadour.

De 1450 à 1500 Charles Ier de Ventadour et Louis Ier de Ventadour, son fils, organisent une école militaire à Ventadour pour la formation des pages au service du Roi.



Naissance de Jacques de Savoie

Jacques de Savoie naît en 1450, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan.



Naissance de Pierre de Rohan-Guémené

Pierre de Rohan-Guémené naît au château de Mortiercrolles à Saint-Quentin-les-Anges en 1450 ou 1451, fils de Louis Ier de Rohan-Guémenée et de Marie de Montauban.

Il naît hors de Bretagne car sa famille est en disgrâce pour avoir trempé dans l'assassinat de Gilles de Bretagne.

Il est le cadet de la famille de Rohan-Guémenée, elle-même branche cadette des Rohan en Bretagne.

Il descend de deux des plus anciennes et des plus puissantes maisons du royaume :


François Ier Sforza - par Bonifacio Bembo vers 1460 - Pinacothèque de Brera à Milan Sforza

François Ier Sforza Duc de Milan

François Ier Sforza s'empare de Pavie, Novare et d'Alexandrie.

Survient une ultime révolte populaire milanaise due à la famine.

François Ier Sforza assiège et de prend Milan le 26 février 1450.

Il y entre triomphalement avec des vivres en mars 1450.

La population milanaise le proclame Seigneur et Duc de la ville.

Une paix précaire revient.

Les Vénitiens cherchent cependant à détrôner François Ier Sforza parce qu'il n'a pas respecté le pacte de partage de Milan de 1448, et se liguent avec :

Une coalition est créée entre :

François Ier Sforza consacre ses premières années de gouvernement à négocier une paix à long terme avec ses voisins.



Pierre de Savoie Évêque de Genève

Louis Ier de Savoie obtient du pape le pouvoir de contrôler la nomination des évêques de Genève.

Pierre de Savoie devient Évêque de Genève en 1451.


Charlotte de Savoie

Mariage de Louis XI avec Charlotte de Savoie

Louis XI est veuf de Marguerite Stuart.

Sans le consentement de son père, Louis XI épouse à Chambéry le 2 ou le 14 février 1451 Charlotte de Savoie, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan. Leurs enfants sont :

Par-delà ce mariage apparaît pour la première fois le mirage italien.

Louis XI passant peu de temps avec elle, elle restera souvent seule à Amboise ou à Tours.

La princesse est somptueusement dotée de 200 000 écus, dont 12 000 comptant.

Néanmoins, Louis XI rencontra par la suite des difficultés pour entrer en possession de toute la dot.

Parallèlement au mariage, Louis XI et Louis Ier de Savoie signe une alliance exclusive.



Achat du Saint Suaire

Le 13 septembre 1452, Louis Ier de Savoie et Anne de Lusignan, sa femme, achètent la relique du Saint Suaire à Jeanne de Charny contre le château de Varambon.



Naissance de François de Savoie

François de Savoie naît en 1454, fils de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Chypre.



Mort de Louis Ier de Rohan-Guémenée Seigneur de Guémené et de Guincamp

Louis Ier de Rohan-Guémené meurt en 1457 empoisonné par Marie de Montauban, son épouse.

Louis Ier de Rohan-Guémenée laisse un testament dans lequel il refuse à sa femme la tutelle de leurs enfants.

Marie de Montauban échappe à la justice.

Pierre de Rohan-Guémené, leur fils, a alors pour tuteur Tanneguy du Chatel.



Mort de Jean II de Lusignan

Charlotte de Lusignan Reine de Chypre

Divorce de Louis de Savoie et d'Annabelle Stuart

Mariage de Louis de Savoie avec Charlotte de Lusignan

Louis de Savoie de Lusignan Reinede Chypre

Jean II de Lusignan meurt le 28 juillet 1458.

Louis de Savoie et Annabelle Stuart d'Écosse se séparent en 1458.

Charlotte de Lusignan est veuve de Jean de Coimbra.

Louis de Savoie épouse en 1458 ou 1459 Charlotte de Lusignan, sa cousine, Reine de Chypre, fille de Jean II de Lusignan et d'Hélène Paléologue.

Avec ce mariage, Louis de Savoie réalise le rêve de Louis Ier de Savoie, son père, en allant régner sur le royaume de Chypre.



Naissance de Louis II de La Trémoïlle

Louis II de La Trémoïlle ou de La Trimouille naît à Bommiers le 20 ou le 29 septembre 1460, fils de Louis Ier de la Trémoïlle et de Marguerite d'Amboise

Louis II de La Trémoïlle passe son enfance au château de Bommiers en Berry, où son père, Louis Ier, et sa mère, Marguerite d'Amboise, vivent dans un semi-exil.



Liaison de Frédéric Ier du Palatinat avec Klara Tott

Frédéric Ier du Palatinat a une liaison avec Klara Tott, une roturière. Leurs enfants sont :



Mort de Jeanne de Bar

Jeanne de Bar, épouse de Louis Ier de Luxembourg, meurt en 1462. Louis Ier de Luxembourg hérite de la seigneurie de Ham dans la Somme.



Révolte de Philippe II de Savoie

Philippe II de Savoie Prisonnier

Philippe II de Savoie commence par se révolter contre Louis Ier de Savoie, son père, mais est vaincu.

Louis XI, sur le demande de son père, le retient prisonnier au château de Loches de 1463 à 1466



Mort de Louis Ier de Savoie

Amédée IX de Savoie Duc de Savoie Comte d'Aoste et de Maurienne

Louis Ier de Savoie meurt à Lyon dans le Rhône le 29 janvier 1465.

Amédée IX de Savoie devient troisième Duc de Savoie, Comte d'Aoste et de Maurienne en 1465.

Épileptique, Amédée IX de Savoie est peu disposé à régner et préfère s'adonner à la piété.

Amédée IX de Savoie laisse gouverner Yolande de France, son épouse vive et énergique, et son frère Philippe, Comte de Bresse. Ils doivent faire face aux barons savoyards en opposition ouverte.


Bataille de Montlhéry

Bataille de Montlhéry

Mort de Jean Fourquet

Mort de Pierre de Brézé Comte de Maulévrier

Le 10 mars 1465, Charles de France frère de Louis XI prend la tête de la Ligue du Bien public.

Odet d'Aydie le Vieux est le confident de Charles de France. Il est de tous les complots contre le Roi.

Jean de Dunois participe à la Ligue du Bien public.

Jean V de Bueil rejoint la Ligue du Bien public.

Jean III de Bourbon prend part à la ligue du Bien public aux côtés de Jean II de Bourbon, son neveu.

François II de Bretagne n'apporte qu'une adhésion tardive et insuffisante.

Jean de Bourgogne est un partisan et un soutien de Louis XI contre la Ligue du Bien public.

Pierre de Laval choisit la fidélité à Louis XI.

Jean II de Bourbon-Vendôme se rallie à Louis XI et combat pour lui à la bataille de Montlhéry.

Louis Ier de Luxembourg entre dans la Ligue du Bien public et commande l'avant garde de Charles le Téméraire.

Louis XI nomme Charles d'Artois lieutenant général pour l'Île-de-France, la Brie, le bailliage de Senlis et le duché de Normandie, ainsi que gouverneur de Paris.

Pour se défendre, Louis XI de France fait appel à François Ier Sforza et aux Liégeois.

Louis XI se met personnellement à la tête d'une grande offensive. Après la chute de Moulins, les Bourbons se soumettent.

Louis XI fait volte-face vers Paris, menacée par les Bretons et les Bourguignons.

Les armées se rencontrent à Montlhéry le 16 juillet 1465.

La bataille est pleine de confusion et de sang et sans réel vainqueur, mais le siège de Paris est brisé.

La désobéissance de Louis Ier de Luxembourg provoque la bataille de Montlhéry, et sa fuite manque d'entraîner une déroute bourguignonne.

Jean Fourquet, officier supérieur des gardes du palais de Louis XI, meurt lors de la bataille. Jeanne Hachette, sa fille, est adoptée par une dame Laisné, qui l'élève jusqu'à ses 18 ans.

Pierre de Brézé et Geoffroy de Saint-Belin meurt lors de cette bataille.


Louis Ier de Luxembourg par Charles de Steuben (1788-1856)

Traité de Conflans

Traité de Saint-Maur-des-Fossés

Charles de France Duc de Normandie

Louis Ier de Luxembourg Connétable de France

Jean de Dunois négocie le traité de Conflans, et, rentré en grâce, préside le conseil de réformation pour le bien public.

Le 5 octobre 1465, Charles le Téméraire contraint le Roi à signer les traités de Conflans (Conflans-l'Archevêque aujourd'hui section de la commune de Charenton-le-Pont) et de Saint-Maur-des-Fossés.

Ces traités mettent fin à la ligue du Bien public.

Louis XI rend à la Bourgogne la Picardie et les villes de la Somme : Boulogne Péronne, Montdidier et Roye.

En échange du Duché de Berry, Louis XI cède le duché de Normandie en apanage à son frère Charles de France.

Il est le dernier Duc effectif de Normandie.

François II de Bretagne obtient par le traité de Saint-Maur la renonciation de Louis XI à sa suzeraineté prétendue sur les évêchés bretons.

Louis XI n'honorera jamais ces accords. Il garde une rancune vis-à-vis des rebelles, et en fera exécuter plusieurs.

Antoine de Chabannes est nommé Grand Maître d'Hôtel de France et recouvre ses biens. La paix est signée entre Antoine de Chabannes et Louis XI : l'un se met à servir avec zèle son ancien ennemi, et l'autre récompense le féal à l'aune des services rendus.

Louis Ier de Luxembourg, Comte de Saint-Pol, est fait Connétable de France par Louis XI.



Mariage de François Ier d'Orléans-Longueville avec Agnès de Savoie

François Ier d'Orléans-Longueville épouse à Montargis dans le Loiret le 2 juillet 1466 Agnès de Savoie. Leurs enfants sont :



Mariage de Louis Ier de Luxembourg avec Marie de Savoie

Louis Ier de Luxembourg Comte de Guise

Louis Ier de Luxembourg est veuf de Jeanne de Bar.

Louis Ier de Luxembourg épouse en 1466 Marie de Savoie, fille de Louis Ier de Savoie et d'Anne de Lusignan. Leurs enfants sont :

Louis Ier de Luxembourg se fait donner les seigneuries de Guise et du Nouvion-en-Thiérache.



Naissance de Louis de Luxembourg

Louis de Luxembourg naît en 1467, fils de Louis Ier de Luxembourg et de Marie de Savoie.


Louis XI préside le chapitre de Saint-Michel - enluminure de Jean Fouquet, 1470 - BNF Paris

Création de l'Ordre de Saint-Michel

Louis XI nomme chevalier de l'Ordre de Saint-Michel:

lors de la première promotion de ce nouvel ordre royal, le 1er août 1469.

Jean II de Bourbon est également, comme son père, grand chambrier de France.



Guerre entre Louis XI et Charles le Téméraire

Le 3 décembre 1470, Louis XI déclare la guerre à Charles le Téméraire.

Richard Neville, Comte de Warwick, accepte d'aider Louis XI de France.

Malgré des marques apparentes d'hostilité Charles le Téméraire (prise de Saint-Quentin, 1470), Louis Ier de Luxembourg a des intelligences secrètes avec lui.



Mariage de Louis II de Lévis avec Blanche de Ventadour

Loys ou Louis II de Lévis est le fils de Brémond de Lévis (mort en 1487), Seigneur de La Voulte, et d'Agnès de Châteaumorand (morte en 1476), Dame de Charlus.

Louis II de Lévis, Baron de la Voulte, épouse le 12 juillet 1472 Blanche de Ventadour, fille de Louis Ier de Ventadour et de Catherine Rogier de Beaufort. Leur enfant est :



Louis Ier d'Amboise

Jacques d'Amboise Abbé de Jumièges

Avant de prendre les ordres, Jacques d'Amboise tue un homme en duel sous l'arbitrage prud'homme de Louis II d'Amboise.

Jacques d'Amboise entre chez les Bénédictins.

Louis Ier d'Amboise est nommé évêque d'Albi.

Jacques d'Amboise est élu abbé de Jumièges en janvier 1474.

Il y remplace Louis Ier d'Amboise, son frère.

Jacques d'Amboise prête serment de fidélité à Louis XI de France le 20 février 1474.

Jacques d'Amboise prend possession de sa charge le 28 mai 1474.



Mariage de Charles de Husson avec Antoinette de la Trémouille

Charles de Husson épouse Antoinette de la Trémouille, fille de Louis Ier de la Trémouille et de Marguerite d'Amboise. Leurs enfants sont :



Débarquement d'Édouard IV d'York à Calais

Traité de Picquigny

Le 6 juillet 1475, Édouard IV d'York débarque à Calais pour aider Charles le Téméraire contre la France.

La conduite de Louis Ier de Luxembourg est alors équivoque.

Louis XI convainc l'émissaire d'Édouard IV d'York qu'il est temps de mettre fin à ce long conflit commencé en 1337.

Les négociations commencent en août 1475.

Charles II de Bourbon est à l'abbaye de la Victoire près de Senlis pendant la négociation avec Édouard IV d'Angleterre et François II de Bretagne.

Avec Louis XI et Jean II de Bourbon, Charles II de Bourbon arrive à Picquigny le 29 août 1475 pour le traité de Picquigny.

Le traité est signé à Picquigny le 29 août 1475, mettant un terme à la guerre de cent ans.

Louis XI achète le départ Édouard IV d'York qui confirme la renonciation à la couronne de France.

Ce traité met Charles le Téméraire dans une rage folle.

Édouard IV d'York livre à Louis XI la correspondance de Louis Ier de Luxembourg.

Le 16 octobre 1475, Charles II de Bourbon signe ensuite dans l'abbaye une lettre patente royale pour rétablir la paix avec François II de Bretagne.



Mort de Louis Ier de Luxembourg

Louis Ier de Luxembourg est condamné à mort par le Parlement.

Ses terres sont confisquées par Louis XI qui les donnent à ses fidèles.

Louis Ier de Luxembourg meurt à Paris le 19 décembre 1475, décapité sur la place de Grève, scellant une réconciliation éphémère entre Louis XI et Charles le Téméraire.



Traité entre Louis XI et Marie de Bourgogne

En 1477, des clauses d'un traité entre Louis XI et Marie de Bourgogne permet à Pierre II de Luxembourg de récupérer quelques biens de Louis Ier de Luxembourg, son père : Saint-Pol-sur-Ternoise, Brienne et Roussy.



Naissance de Louis Ier d'Orléans-Longueville

Louis Ier de d'Orléans-Longueville naît en 1480, fils de François Ier d'Orléans-Longueville et d'Agnès de Savoie.



Mort de Louis Ier de la Trémoïlle

Louis Ier de la Trémoïlle meurt en 1483.

Le jeune Louis II de La Trémoïlle se retrouve chef du clan familial. Bien placé à la cour de France, il apparaît comme l'un des familiers de la régente Anne de France.



Mariage de Louis II de La Trémoïlle avec Gabrielle de Bourbon-Montpensier

Louis II de La Trémoïlle épouse en Auvergne le 9 ou le 28 juillet 1484 Gabrielle de Bourbon-Montpensier, fille de Louis Ier de Bourbon-Montpensier (1402-1486) et de Gabrielle de La Tour-d'Auvergne. Leur enfant est :

Durant les trente années de son mariage, Gabrielle de Bourbon-Montpensier est le plus souvent seule pour représenter la toute-puissance des La Trémoïlle.

Princesse d'un château dont la bibliothèque, la collection d'œuvres d'art, la chapelle qu'elle fait construire à Thouars, sont les marques d'une grandeur aristocratique en même temps que d'un idéal spirituel.



Mort de Charles Ier de Ventadour

Louis Ier de Ventadour Vicomte de Ventadour

Charles Ier de Ventadour meurt en 1486. Louis Ier de Ventadour devient Vicomte de Ventadour.



Mort de Louis Ier de Bourbon-Montpensier

Gilbert de Bourbon-Montpensier Dauphin d'Auvergne

Louis Ier de Bourbon-Montpensier meurt en mai 1486. Gilbert de Bourbon-Montpensier devient Dauphin d'Auvergne.



Mort de Charles de Husson

Louis Ier de Husson Comte de Tonnerre

Charles de Husson meurt en 1492.

Louis Ier de Husson, son fils, devient Comte de Tonnerre.



Mariage de Louis Ier de Husson avec Françoise de Rohan

Louis Ier de Husson épouse Françoise de Rohan (née vers 1470), fille de Louis de Rohan, Baron de Lanvaux.

Leur enfant est :



Louis II d'Amboise coadjuteur de Louis Ier d'Amboise

Louis II d'Amboise est coadjuteur de Louis Ier d'Amboise, son oncle, évêque d'Albi, dès 1496



Louis II d'Amboise désigné pour succéder à Louis Ier d'Amboise

Louis II d'Amboise est désigné pour succéder Louis Ier d'Amboise le 22 mai 1497.



Mort de Louis Ier de Ventadour

Louis Ier de Ventadour meurt en 1500.



Mort de Louis Ier d'Amboise

Louis II d'Amboise Évêque d'Albi

Louis Ier d'Amboise meurt en 1503 ou 1505.

Il est inhumé dans la cathédrale d'Albi.

Louis II d'Amboise devient Évêque d'Albi de 1503 à 1510.



Mariage de Louis Ier d'Orléans-Longueville avec Jeanne de Baden-Hochberg

Louis Ier de d'Orléans-Longueville épouse en 1504 Jeanne de Baden-Hochberg.

Leurs enfants sont :



Naissance de Claude de Longueville

Claude de Longueville naît en 1508, fils de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg.



Mort de Louis Ier de Husson Comte de Tonnerre

Claude de Husson Comte de Tonnerre

Louis Ier de Husson meurt en 1508.

Claude de Husson devient Comte de Tonnerre.



Mort de Charles de Bourbon-Roussillon

Antoine de Luxembourg Comte de Ligny en Barrois

Charles de Bourbon-Roussillon meurt en 1510, sans fils ni frère.

Ligny en Barrois est rendu à Antoine de Luxembourg, fils cadet de Louis Ier de Luxembourg



Naissance de Louis II d'Orléans-Longueville

Louis II d'Orléans-Longueville naît à Blandy-les-Tours le 5 juin 1510, fils de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg.



Naissance de Charlotte d'Orléans-Longueville

Charlotte d'Orléans-Longueville naît en 1512, fille de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg.



Jean-François de Savoie Évêque de Genève

Jean-François de Savoie, bâtard de Louis Ier de Savoie, devient Évêque de Genève en 1513.



Naissance de François d'Orléans-Longueville

François d'Orléans-Longueville naît le 2 mars 1513, fils de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg.


Françoise d'Alençon

Mariage de Charles IV de Bourbon-Vendôme avec Françoise d'Alençon

Françoise d'Alençon est veuve de François II d'Orléans-Longueville.

Charles IV de Bourbon-Vendôme épouse à Châteaudun le 18 mai 1513 Françoise d'Alençon, fille de René d'Alençon, et de Marguerite de Lorraine-Vaudémont. Leurs enfants sont :



Débarquement de Calais

Sièges de Thérouanne et de Tournai

Deuxième bataille de Guinegatte

Louis Ier de d'Orléans-Longueville, Jacques II de Chabannes, Bayard et Jean IV d'Amboise Prisonniers

Dans le cadre de la Ligue de Malines, Henri VIII Tudor débarque le 30 juin 1513 à Calais et se joint aux troupes menées par l'empereur Maximilien Ier de Habsbourg.

Charles Brandon illustre lors des sièges de Thérouanne et de Tournai.

Charles de Rohan-Gié effectue la campagne de Picardie en 1513.

Sans avoir le temps de conclure dans les Pyrénées, Jacques II de Chabannes est envoyé à Thérouanne.

La cavalerie française commandées par Louis Ier de d'Orléans-Longueville et par Jacques II de Chabannes se laissent surprendre par les armées de la Sainte Ligue commandées par Thomas Wolsey à Guinegatte (aujourd'hui Enguinegatte, près de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais), et sont écrasés le 6 ou le 16 août 1513.

Cette bataille est surnommée Journée des éperons car la cavalerie française se serait servi plus de ses éperons pour manœuvrer que de ses armes pour combattre.

Guillaume Gouffier participe à cette bataille.

Jacques II de Chabannes est blessé.

Louis Ier de d'Orléans-Longueville, Jacques II de Chabannes, Bayard et Jean IV d'Amboise sont faits prisonniers par les anglais et retenus à Londres.

Thérouanne est finalement prise par les Anglais.



Mort de Louis Ier de d'Orléans-Longueville Duc de Longueville

Louis Ier de d'Orléans-Longueville meurt à Beaugency dans le Loiret en 1516.



Mariage de Philippe de Savoie-Nemours avec Charlotte d'Orléans-Longueville

Philippe de Savoie-Nemours Duc de Nemours

Philippe de Savoie-Nemours épouse en septembre 1528 Charlotte d'Orléans-Longueville, fille de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg. Leurs enfants sont :

François Ier donne le duché de Nemours à Philippe de Savoie-Nemours.



Naissance de Louis Ier de Bourbon-Condé

Louis Ier de Bourbon-Condé naît à Vendôme le 7 mai 1530, fils de Charles IV de Bourbon-Vendôme et de Françoise d'Alençon.


Jacqueline de Rohan-Gyé Portrait par François Clouet

Mariage de François d'Orléans-Longueville avec Jacqueline de Rohan-Gyé

François d'Orléans-Longueville, fils de Louis Ier de d'Orléans-Longueville et de Jeanne de Baden-Hochberg, épouse à Lyon le 19 juillet 1536 Jacqueline de Rohan-Gyé. Leurs enfants sont :



Siège de Montmélian

Siège de Marseille

Prise du pays de Vaud par les Bernois

Les deux parties n'ont plus d'argent pour financer leurs ambitions.

Les troupes françaises de François Ier de France mettent le siège devant Montmélian en 1536.

Elles prennent la cité à la suite de la soumission rapide de son gouverneur.

Arrivé à Turin, François Ier de France ne souhaite pas utiliser les armes pour obtenir le Milanais, pensant l'obtenir de droit, par héritage.

Louis Ier de Bourbon-Condé et Armand de Gontaut-Biron font leurs premières armes en Piémont sous Charles Ier de Cossé.

Jean VI d'Aumont fait ses premières armes en Piémont comme capitaine de cavalerie sous Charles Ier de Cossé.

Blaise de Lasseran participe à la campagne de Piémont

Anne de Montmorency encourage la paix avec Charles Quint et persuade François Ier de France de pouvoir obtenir le milanais en unissant sa fille Marguerite au fils de l'empereur, Philippe.

Charles Quint reprend les armes, pour secourir son allié, le duc de Savoie, attaqué par François Ier de France.

Charles Quint porte les combats sur le territoire français et envahit la Provence avec une armée nombreuse en juin 1536. Il vient assiéger Marseille.

François Ier de France laisse à Paris Jean du Bellay, avec le titre de lieutenant général, et le commandement de la Picardie et de la Champagne.

Anne de Montmorency défend la Provence.

Robert Stuart d'Aubigny sert en Provence.

Sous ses ordres, Louis III de Bourbon-Vendôme et Charles de Bourbon-Montpensier défendent la Provence contre Charles Quint.

René de Montejean est défait à Brignolles en 1536 face aux troupes de Charles Quint qui envahissent la Provence et est de nouveau prisonnier.

Claude Gouffier est fait de nouveau prisonnier par les troupes de Ferrante de Gonzague près de Brignolles.

Anne de Montmorency inaugure la politique de la terre brûlée.

Gaspard de Saulx participe à l'expédition de Monluc visant à détruire le moulin d'Auriol, principale source d'approvisionnement de l'armée impériale et dont le camp se trouve à 4 lieues (13 km) de là.

Ce coup de main, mené avec 200 hommes, réussit.

En juillet 1536, les soldats de Charles Quint n'ont que peu à manger et sont atteints de dysenterie. Charles Quint est obligé de se retirer.

En septembre 1536, les Espagnols doivent également quitter le Nord de la France sans avoir livré la moindre bataille.

En 1536, les Bernois enlèvent au duc de Savoie le pays de Vaud.

Jean Caracciolo sert dignement la France dans la guerre de Provence du 18 août au 14 septembre 1536 contre Charles Quint.



Nicolas d'Aumale Chancelier de Louis Ier de Bourbon-Condé

Vers 1542, Nicolas d'Aumale, seigneur de Haucourt, Chignoles et Marcelcave est gouverneur et premier chancelier de Louis Ier de Bourbon-Condé.


Éléonore de Roye

Mariage de Louis Ier de Bourbon-Condé avec Éléonore de Roye

Louis Ier de Bourbon-Condé Prince de Condé

Louis Ier de Bourbon-Condé épouse le 22 juin 1551 Éléonore de Roye, Dame de Conti, fille de Charles de Roye et de Madeleine de Mailly. Leurs enfants sont :

Le Cardinal de Bourbon Vendôme donne Condé-en-Brie à son neveu Louis pour son mariage.

C'est précisément à dater de la mort du Cardinal que son neveu et héritier, Louis Ier de Bourbon, Comte de Soissons, prend le nom de Condé (si l'on en croit le Père Anselme, Louis se dit Prince de Condé dans un acte de 1556).

Ainsi l'adoption du nom de Condé par ce prince du sang coïncide avec sa prise de possession de la seigneurie de Condé-en-Brie et aucun doute ne peut s'élever sur l'origine de ce nom de famille.

Dès 1556, dans les actes féodaux, on n'hésite pas à donner à la terre de Condé-en-Brie le titre de Principauté.

Rappelons qu'à cette époque, Condé sur l'Escaut (Château de l'Hermitage) n'est plus en possession des Bourbon-Montpensier (cousins issus de germains de Louis Ier de Bourbon, Comte de Soissons).



Naissance d'Henri Ier de Bourbon-Condé

Henri Ier de Bourbon-Condé naît à La Ferté-sous-Jouarre en 1552, fils de Louis Ier de Bourbon-Condé, premier Prince de Condé, et d'Éléonore de Roye.



Siège de Metz

Claude II de Lorraine Prisonnier

Artus de Cossé-Brissac Gouverneur de Metz.

Charles Quint a fait la paix avec les Princes allemands.

Irrité des conquêtes d'Henri II de France, il vient attaquer Metz.

Henri II de France fait fortifier la ville de Metz et nomme François Ier de Lorraine-Guise, gouverneur.

Le 10 novembre 1552, l'armée de Charles Quint, forte de 100 000 hommes, met le siège devant la ville. Emmanuel-Philibert de Savoie combat pour Charles Quint.

Metz est défendue par François Ier de Lorraine-Guise avec l'élite de la noblesse dont Claude II de Lorraine, René II de Lorraine-Guise, Jacques de Savoie-Nemours, Artus de Cossé-Brissac, Louis Ier de Bourbon-Condé, François Gouffier le Jeune, René de Rochechouart et François de Montmorency.

Antoine van Halewijn est l'un des seigneurs qui s'enferme dans Metz.

Libéré, Charles de Bourbon-Montpensier fait partie de l'expédition chargé de défendre Metz.

Claude II de Lorraine est fait prisonnier.

Anne de Montmorency ne réussit pas à faire lever le siège.

Alors Henri II de France s'oppose au ravitaillement des soldats de Charles Quint.

La disette, la fatigue et l'humidité pousse l'empereur à lever piteusement le siège le 26 décembre 1552.

Artus de Cossé-Brissac est fait gouverneur de Metz.



Siège Saint-Quentin

Anne de Montmorency, Jacques II de Goyon, Jacques d'Albon et Louis III de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Construction du Palais de l'Escurial

Mort de François III de La Tour d'Auvergne

Mort de Jean de Bourbon Duc d'Estouteville

Mort de René II de Laval Seigneur du Bois-Dauphin, Vicomte de Bresteau, Seigneur de Précigné et de Saint Mars

En 1557, après la rupture de la trêve de Vaucelles passée avec Charles Quint, Philippe II d'Espagne fait ligue avec les Anglais et accompagne son cousin Emmanuel-Philibert de Savoie, sur le sol français avec 40 à 60 000 hommes.

Les espagnols assiègent la ville de Saint-Quentin.

Lamoral d'Egmont sert dans l'armée espagnole.

Peter Ernest Ier von Mansfeld-Vorderort prend part à cette bataille.

Philippe II d'Espagne se montre plus dévot que brave et passe en prière le temps de la bataille.

Les 8 000 habitants résistent 17 jours et 17 nuits.

Gaspard II de Coligny parvient dans la ville dans la nuit du 2 au 3 août 1557, avec 500 hommes armés et avec l'aide :

Chargé de conduire des secours à Gaspard II de Coligny, François Ier de Coligny-d'Andelot se trouve enfermé dans la place, contribue à en prolonger le siège.

Il ne se rendra que lorsqu'accablé par le nombre des ennemis qui pénétraient dans la ville par les brèches faites aux remparts, toute résistance aurait été inutile.

Honorat II de Savoie est blessé lors de ce siège.

Lors de cette bataille, François Gouffier le Jeune voit son cheval tué sous lui

François Gouffier le Jeune est fait prisonnier mais réussit à s'échapper.

Le 10 août 1557, le jour de la Saint Laurent, la ville est emportée d'assaut par les Espagnols de Emmanuel-Philibert de Savoie.

Gaspard II de Coligny doit se rendre. La ville s'abîme dans le sang et dans les flammes. Il y a plus de 9 000 morts.

Ferdinand Ier Gonzague fait une chute de cheval lors de la bataille de Saint Quentin.

Albert de Gondi, François de Montmorency et Louis Ier de Bourbon-Condé participent à ce combat.

Jean VI d'Aumont est blessé et fait prisonnier.

Guillaume V de Hautemer participe à cette bataille.

Louis III de Bourbon-Vendôme combat à Saint-Quentin en 1557 où son cheval est tué sous lui.

Philippe II de Montmorency-Nivelle commande l'aile droite de l'infanterie avec le comte de Mansfeld lors de l'assaut final contre Anne de Montmorency.

François Ier de Coligny-d'Andelot, Anne de Montmorency, Jacques II de Goyon, Louis III de Bourbon-Vendôme, Léonor d'Orléans-Longueville et Jacques d'Albon sont fait prisonnier.

Louis de Gonzague est fait prisonnier et ne sera libéré que contre une forte rançon.

René II de Laval meurt lors de cette bataille.

François III de La Tour d'Auvergne et Jean de Bourbon meurent tué lors de cette bataille.

Henri Ier de La Tour d'Auvergne est orphelin à l'âge de 2 ans.

Henri II de France qui est son parrain fait nommer un curateur pour s'occuper de ses biens.

L'armée espagnole de Philippe II d'Espagne s'empare de Hamm, du Câtelet, …, déferle jusqu'à Noyon mais elle ne remporte pas de victoire décisive et ne peut pas marcher sur Paris faute de ravitaillement.

Philippe II d'Espagne fait ériger le magnifique palais de l'Escurial en l'honneur de la victoire de Saint-Quentin.

François de Clèves se retrouve à la bataille de St Quentin et combat avec vaillance, rallie les débris de l'armée française et ne néglige rien pour faire perdre à l'ennemi le fruit de sa victoire.

Ses qualités guerrières et de cœur le rendent cher à ses troupes.

Charles Ier de Cossé bat partout les ennemis lorsqu'il apprend la défaite des Français à Saint-Quentin.

Il reçoit l'ordre de faire partir 5 000 Suisses, 4 compagnies de gendarmerie, autant de cavalerie légère, et de se tenir en Piémont sur la défensive.

Henri II de France a perdu ses meilleurs capitaines et la route de Paris est ouverte à l'invasion.



Naissance de François de Bourbon-Condé

François de Bourbon-Condé naît au château de la Ferté-sous-Jouarre en 1558, fils de Louis Ier de Bourbon-Condé et d'Éléonore de Roye.



Grâce accordée à Bienheuré de Musset

De passage à Vendôme en 1559, Antoine de Créquy gracie le jeune Bienheuré de Musset que Louis Ier de Bourbon-Condé, a fait condamner à mort.



Mariage de Jean VI de Nassau-Dillenbourg avec Élisabeth de Leuchtenberg

Jean VI de Nassau-Dillenbourg épouse le 16 juin 1559 Élisabeth de Leuchtenberg, fille de Georges III de Leuchtenberg. Leurs enfants sont :


Exécution des conjurés d'Amboise

Siège de Pertuis

Conjuration d'Amboise ou Tumulte d'Amboise

À partir de 1560, en France, les tensions politiques, religieuses et militaires se font de plus en plus dures entre catholiques et protestants. Les protestants sont plus que jamais confiants dans leur avenir et espèrent obtenir enfin leur émancipation. Ils attendent du nouveau roi, le jeune François II de France, un retournement en leur faveur.

Plusieurs protestants souhaitent dès lors soustraire le roi à l'influence des Guise et organisent un complot pour enlever le roi et la reine mère, Catherine de Médicis, et placer au pouvoir le prince Louis Ier de Bourbon-Condé.

Le chef de la conjuration est Godefroy de Barry, Seigneur de La Renaudie, gentilhomme du Périgord, qui réunit d'autres gentilshommes venus de toute la France comme :

Sont également complices des marchands des villes d'Orléans, Tours et Lyon. Louis Ier de Bourbon-Condé, qui attend à Orléans de recueillir les fruits du complot, est désigné par le terme de capitaine muet dans les courriers des conjurés.

Gaspard II de Coligny, nouveau chef des huguenots, refuse cette voie de la violence, et empêche qu'une partie de la noblesse protestante de Normandie s'associe au complot.

Jurant de venger son frère Antoine, Paulon de Mauvans rallie les églises protestantes de Provence à la conjuration à Mérindol, et lève 2000 hommes et en envoie 100 à Nantes.

Le 1er février 1560, les conjurés se réunirent à Nantes pour décider d'un plan.

Quelques jours plus tard, le 12 février 1560, les Guise sont informés par Pierre des Avenelle, un avocat parisien.

En 1560, François Ier de Clèves est le premier à donner l'éveil de la conjuration d'Amboise à François II de France. François de Clèves restera fidèle à la famille royale

Le 22 février 1560, les Guise décident de transférer François II de France et la cour, du château de Blois à celui d'Amboise, bien mieux protégé. Les gardes sont changés et les défenses renforcées. Les Guise s'attendent à tout.

Avec sa troupe, Paulon de Mauvans fait le siège de Pertuis en mars 1560, puis s'en détourne.

Le 8 mars 1560, l'édit d'Amboise rapporte l'édit d'Écouen et accorde le pardon royal aux protestants.

Les conjurés ont prévu leur action principale pour le 1er mars mais la remettent au 16 mars 1560.

Grâce à des complicités sur place, certains conjurés arrivés en avance doivent préparer l'arrivée du gros des troupes protestantes. Mais les Guise font fouiller les alentours d'Amboise, et les premiers conjurés sont arrêtés le 10 mars. Jusqu'au 16 mars, les arrestations se multiplient.

À partir du 17 mars 1560 commencent les exécutions :

Le 19 mars 1560, La Renaudie est capturé. Il est écartelé et les parties de son corps sont exposées aux portes de la ville. La répression fait 1200 à 1500 morts.

Jacques d'Albon et François Ier de Clèves participent à la répression.

Louis Ier de Bourbon-Condé combat finalement la conjuration pour donner le change.

Louis Ier de Bourbon-Condé est mis en arrestation mais est libéré quelques semaines plus tard parce que les Guise n'ont pas de preuve de sa participation à la conjuration.

Les rois de France ne séjournent plus vraiment à Amboise ensuite.

Les enfants de France continuent cependant à y être élevés.



Louis Ier de Bourbon-Condé Prisonnier

Au cours de l'été 1560, Louis Ier de Bourbon-Condé prépare une seconde conjuration mais elle n'a pas lieu du fait de la nouvelle arrestation du prince.

Condamné à mort en novembre 1560, l'exécution est ajournée par le chancelier Michel de l'Hospital.


Charles IX Charles IX

Mort de François II de France Roi de France

Charles IX de France Roi de France

Catherine de Médicis Régente

Libération de Louis Ier de Bourbon-Condé

Le règne de François II de France qui ne dure que quelques mois est l'un des plus brefs de l'histoire des rois de France. Sa frêle constitution ne lui permet pas de supporter longtemps les excès sportifs auxquels il tente de se livrer. François II de France meurt à Orléans, des suites d'une méningite, le 5 décembre 1560.

En 1560, Charles IX de France, son frère, devient Roi.

Sa mère, Catherine de Médicis, reste régente du royaume pendant la minorité de Charles IX de France.

Elle manifeste d'éminentes qualités politiques tout en se montrant entièrement dénuée de scrupules.

François de Montmorency assiste aux États généraux tenus à Orléans, que François II de France avait convoqués, se déclarent incompétents et se dispersent.

François Ier de Lorraine-Guise, Charles Ier Cardinal de Lorraine et leur parti sont écartes de la cour et du pouvoir, assistant alors impuissant à l'introduction du protestantisme à la cour.

Jacques d'Albon parvient à rester en place.

Louis Ier de Bourbon-Condé est libéré par Catherine de Médicis, qui a besoin du contrepoids que représente un prince du sang face aux Guise.

François d'Alençon, initialement prénommé Hercule, reçoit le prénom de François.

Marguerite de Valois vit à la cour au côté d'Henri III de France et de François d'Alençon, ses deux frères ainés ainsi que du jeune Henri IV de France.

Jean II Babou de La Bourdaisière se retire la cour.


Louis Ier de Bourbon Prince de Condé

Louis Ier de Bourbon-Condé Chef du parti protestant

Proche de la Réforme, Antoine de Bourbon participe aux cérémonies protestantes mais sans véritables convictions religieuses, il oscille plusieurs fois, entre le catholicisme et le protestantisme.

Les désaccords conjugaux d'Antoine de Bourbon avec la très rigoureuse Jeanne III d'Albret et l'appel du pouvoir auprès de Catherine de Médicis l'amène à choisir le camp catholique en 1560.

Son frère cadet Louis Ier de Bourbon-Condé, prince de Condé devient alors le chef du parti protestant.

François Ier de Coligny-d'Andelot est parmi les premiers à rejoindre Louis Ier de Bourbon-Condé.

François Ier de Coligny-d'Andelot voit sa place de colonel-général confisquée au profit du Duc de Randari.



Naissance de Charles II de Bourbon

Charles II de Bourbon naît à Gandelu-en-Brie en 1562, fils de Louis Ier de Bourbon-Condé et d"Éléonore de Roye.

Son éducation est prise en charge par son oncle, le cardinal Charles de Bourbon.


Statue de Gaspard II de Coligny, oratoire du Louvre - contrairement à ce qu'indique la statue, il est bien né en 1519

Gaspard II de Coligny Lieutenant général protestant

Prise de Lyon, d'Orléans et de Rouen par les huguenots

Échec des huguenots à prendre Toulouse et à Bordeaux

Les huguenots prennent les armes sous la direction de Louis Ier de Bourbon-Condé.

Louis Ier de Bourbon-Condé obtient des promesses d'aide d'Allemagne.

Gaspard II de Coligny est nommé par le parti protestant lieutenant général.

En l'honneur de Gaspard II de Coligny a été bâti, en 1802, l'oratoire du Louvre, situé actuellement au croisement de la rue de l'Oratoire et de la rue de Rivoli, non loin du palais du Louvre.

Ils passent les premiers à l'offensive et l'attaque protestante est fulgurante.

Au bout d'un mois, les protestants parviennent à s'emparer d'un grand nombre de villes dont Lyon, Orléans ou Rouen la deuxième ville du pays.

À chaque prise, les protestants procèdent méthodiquement au saccage des églises, voire à leur destruction. Les pertes sont immenses mais les protestants échouent à Toulouse et à Bordeaux.

En mai 1562, Gabriel Ier de Montgomery prend la ville de Bourges que ses troupes saccagent.

René de Rochechouart est la prise de Bourges.

En Normandie, les protestants entrent de force dans l'hôtel de ville de Rouen et en chassent le bailli.

Le 10 mai 1562, les parlementaires catholiques quittent Rouen.

De retour en France, Nicolas Durand de Villegagnon poursuit sa polémique avec les calvinistes et prend part aux Guerres de Religion dans le camp catholique.

Nicolas Durand de Villegagnon est blessé au siège de Rouen en 1562.

En 1562, la Tour des pins de Montpellier sert de refuge aux catholiques assiégés par les protestants.


Jacques d'Albon Maréchal de Saint-André vers 1562 - Musée national du château et des Trianons à Versailles

Siège de Rouen

Prise de Blois

Prise de Poitiers

Prise de Bourges

À la fin mai 1562, Rouen est assiégée par les troupes catholiques.

Dès juin 1562, l'armée catholique commandée par Anne de Montmorency, forte d'une infanterie de 22 000 hommes et 6 000 cavaliers marche sur Rouen.

Charles de Bourbon-Montpensier, dans l'armée royale, prend part aux sièges de Bourges et de Rouen.

Gaspard II de Coligny et Louis Ier de Bourbon-Condé sont confrontés à la nécessité de protéger Rouen sans pouvoir quitter Orléans où ils sont bloqués par la nécessité de défendre cette ville.

Jacques d'Albon prend Blois aux protestants le 4 juillet 1562.

René de Rochechouart est la prise de Blois.

Jacques d'Albon prend Poitiers le 29 juillet 1562.

René de Rochechouart est la prise de Poitiers.

Jacques d'Albon prend Bourges le 31 août 1562, réprimant toute résistance avec une extrême brutalité.

La position centrale de Bourges empêche les protestants du sud de la France de joindre ceux du Nord.

Le 7 août 1562, Jacques d'Albon fait pendre Jacques Herbert, sieur de l'Isle, maire calviniste de Poitiers, et quelques autres protestants.

Louis Ier de Bourbon-Condé publie en août 1562 un manifeste où il proclame sa volonté de délivrer Charles IX de France et Catherine de Médicis des Guise.



Traité d'Hampton Court

Débarquement des Anglais au Havre

Siège de Dieppe

Briquemault (1502-1572), puis Jean II de Ferrière (1520-1586), Seigneur de Maligny et Vidame de Chartres et R. de la Haye sont chargés de négocier avec Cecil, Ministre d'Élisabeth Ire Tudor, l'aide de l'Angleterre protestante.

François de Scépeaux fait une infructueuse démarche auprès d'Élisabeth Ire Tudor pour empêcher son intervention en faveur des protestants.

Le traité d'Hampton Court est signé entre les Huguenots et Élisabeth Ire Tudor le 20 septembre 1562.

Selon les termes du traité :

Le jour même, Élisabeth Ire Tudor fait publier une déclaration justifiant ce traité par la nécessité de :

Aux mains des Anglais, Le Havre devient alors un redoutable foyer de guerre de course où s'illustrent nombre de corsaires huguenots pourchassant les vaisseaux catholiques, dont Sores, Bontemps, et surtout Leclerc, dit Pié de Palo (jambe de bois) qui rendent dangereuse la navigation dans la Manche.

Les 3000 hommes débarqués à la mi-octobre 1562 à Dieppe, d'où ils comptent rallier Rouen, y sont bientôt assiégés avant d'être autorisés à repasser la Manche.



Bataille de Vergt

Siège de Sarlat

N'ayant pas assez d'infanterie pour tenir une campagne contre l'armée royale, l'armée des réformés du midi, est attendue, avec impatience, par le prince Louis Ier de Bourbon-Condé et Gaspard II de Coligny.

Le recrutement se fait tout au long de la route, notamment dans la vallée de la Dordogne. Duras lève 10 000 ou 12 000 Gascons. Le comte de La Rochefoucauld est rejoint par Duras.

Louis III de Bourbon-Vendôme, croyant être attaqué, demande Blaise de Lasseran de le rejoindre à Barbezieux.

Le 11 octobre 1562, Blaise de Lasseran joint Mussidan, en passant par Grignols.

Le 15 octobre 1562, le hasard fait que les deux armées se rencontrent dans la vallée du Vern, près de Vergt, au lieu-dit Ponromieu (pont des Romains).

La bataille est comme une tornade ravageant tout sur son passage faisant près de 2000 morts.

Blaise de Lasseran bat les protestants.

Épilogue macabre: Il a été retrouvé, au siècle dernier, un squelette avec une hallebarde dans un arbre creux: un des soldats ayant cru pouvoir y trouver refuge contre ses agresseurs, s'y était retrouvé coincé. Preuve que cette bataille de Vergt fut d'une sauvagerie extrême.

Des troupes commandées par le chevalier de Turenne font pendant ce temps le siège de Sarlat et n'arrivent que le 16 octobre 1562 à Vergt pour s'emparer de la ville, une sorte de revanche.

Une fois le pays à peu près pacifié, on retire à Blaise de Lasseran la charge de Gouverneur de Guyenne.



Prise de Pithiviers par les Huguenots

Attaque de Corbeil

Pendant ces événements, Gaspard II de Coligny est parti recruter des mercenaires en Allemagne : 3 500 reîtres et 4 000 lansquenets.

Le 6 novembre 1562, l'armée huguenote fait sa jonction avec les mercenaires vers Pithiviers qui est assiégée.

Le 11 novembre 1562, Pithiviers se rend.

Les protestants attaquent ensuite Corbeil à la mi-novembre 1562, mais la ville défendue par Jacques d'Albon résiste.

En 1562, Timoléon de Cossé sert à la défense de Paris.

L'armée protestante ne peut assiéger la capitale faute d'effectifs suffisants.

Devant la menace d'une contre-attaque de l'armée royale, Louis Ier de Bourbon-Condé et Gaspard II de Coligny lèvent le camp. Ils pensent se replier au sud et attaquer Chartres.

Mais Faute de moyen, l'armée protestante est victime de désertion et d'indiscipline. Le 7 décembre 1562, les huguenots avec 7 000 fantassins, 5 000 cavaliers et une dizaine de pièces d'artillerie, remontent sur Le Havre où se trouve le fonds anglais promis par Élisabeth Ire Tudor destiné à payer les mercenaires allemands.


Bataille de Dreux

Bataille de Dreux

Anne de Montmorency et Louis Ier de Bourbon-Condé Prisonnier

Mort de Jacques d'Albon Maréchal de Saint-André

Mort de René d'Anglure

Mort de François II de Clèves

Mort de Jean d'Annebault Baron de Retz, Seigneur de Machecoul, d'Annebault et de La Hunaudaye

Jacques de Clèves Duc de Nevers

L'armée royale commandée par le connétable Anne de Montmorency constituée de 20 000 fantassins, 2 000 cavaliers et de 30 pièces d'artillerie, marche sur Dreux pour intercepter l'armée protestante et passe l'Eure sans être repérée le 18 décembre 1562.

À l'aube du 19 décembre 1562, les protestants commandés par Gaspard II de Coligny se retrouvent au sud-est de Dreux face à l'armée royale avec 3 fois moins d'infanterie et 2 fois plus de cavaliers ainsi que 3 fois moins de canons.

Armand de Gontaut-Biron et François de Montmorency prennent part à cette bataille dans l'armée catholique.

Claude de La Châtre, dans le camp catholique, se distingue à cette bataille.

Passé maréchal de camp, François II de Saint-Nectaire sert à cette bataille.

François de La Noue et Guillaume V de Hautemer sont du coté protestant.

Jean VI d'Aumont participe à cette bataille.

François Gouffier le Jeune participe à cette bataille.

Bien que souffrant de la fièvre, François Ier de Coligny-d'Andelot participe à cette bataille

Gaspard II de Coligny, conscient de son infériorité numérique veut se replier sur le village de Tréon, mais pendant la manœuvre, il présente le flanc aux troupes catholiques qui avancent et, se servant de leur artillerie, provoque la panique chez les lansquenets.

Louis Ier de Bourbon-Condé, avec ses cavaliers et 4 régiments de reîtres enfonce les suisses, mais ils se reforment et repoussent une deuxième attaque.

Gaspard II de Coligny s'élance successivement sur la gendarmerie, les vieilles bandes françaises et l'infanterie bretonne.

Anne de Montmorency, blessé à la mâchoire, est fait prisonnier au début de la bataille.

Les suisses réagissent devant les lansquenets qu'ils haïssent et les battent.

Lors de cette bataille, on remarqua la lenteur des reîtres allemands dans l'action, car ils devaient attendre la traduction des ordres.

François Ier de Lorraine-Guise jusqu'alors en réserve attaque à son tour Gaspard II de Coligny et Louis Ier de Bourbon-Condé. Celui-ci, occupé à rallier les allemands est fait prisonnier.

Gaspard II de Coligny rallie les gendarmes de Condé et 1 000 reîtres, et attaque la cavalerie catholique.

François Ier de Lorraine-Guise lance dans la bataille les vieilles bandes du Piémont. Gaspard II de Coligny, contraint de battre en retraite, le fait en ordre

Le bilan est lourd : 7 000 à 8 000 hommes sont hors de combat.

Du coté catholique sont tués :

Côté protestants sont morts :

René d'Anglure et François II de Clèves meurent lors de cette bataille.

Jacques de Clèves devient Duc de Nevers.

Louis Ier de Bourbon-Condé est traité courtoisement par François Ier de Lorraine-Guise, de même que Anne de Montmorency par Gaspard II de Coligny.

C'est surtout Catherine de Médicis qui tire profit de la bataille : le triumvirat est rompu, avec la mort Jacques d'Albon et la captivité d'Anne de Montmorency.



Édit de tolérance d'Amboise

Libération de Louis Ier de Bourbon-Condé

Catherine de Médicis signe le 19 mars 1563 l'édit de tolérance d'Amboise ou édit de pacification qui réconcilie pour un temps les 2 parties.

Il garantit aux huguenots la liberté de conscience et une autorisation du culte, soigneusement limitée toutefois, l'édit faisait des conditions plus favorables aux gentilshommes réformés qu'aux roturiers.

Louis Ier de Bourbon-Condé accepte l'édit et est libéré.

Anne de Montmorency se rapproche après la paix de son neveu protestant, Gaspard II de Coligny, ayant contribué à la signature de la paix d'Amboise.

Plusieurs facteurs semblent amener à la construction du château de Maulnes en tant qu'investissement politique dans ce territoire. L'une des premières années importantes est 1563.

Elle marque la fin de la première guerre de religion (1560-1563), dans laquelle était engagé militairement.



Siège du Havre

L'Angleterre a fait insérer dans le traité d'Hampton Court la clause :

sans que ce présent traité puisse préjudicier au droit de la reine d'Angleterre sur Calais

et tente de profiter de sa présence au Havre pour récupérer Calais en refusant de quitter Le Havre tant que Calais ne lui aura pas été restitué.

La cour, en paix avec les calvinistes, entreprend de chasser les Anglais de la Normandie.

En 1563 Florimond III Robertet est envoyé en Angleterre, pour engager Élisabeth Ire Tudor à rendre Le Havre.

Élisabeth Ire Tudor ne se refuse pas à la restitution, mais ne demande rien de moins que Calais en échange.

Florimond III Robertet est bien reçu et mal écouté.

En mai 1563, Catherine de Médicis déclare le Traité d'Hampton Court invalide et demande résolument le retour immédiat du Havre à la France.

Le refus d'Élisabeth Ire Tudor amène des préparations militaires.

La garnison anglaise est décimée par la maladie à raison d'environ 60 hommes par jour.

À l'été 1563, les troupes françaises où catholiques et protestants joignent leurs forces assiègent le Havre.

Charles Ier de Cossé commande sous le roi et Anne de Montmorency au siège du Havre: c'est sa dernière expédition.

François de Scépeaux participe à ce siège, sous les ordres d'Anne de Montmorency.

Malade, François Ier de Coligny-d'Andelot ne peut participer à ce siège.

François de Montmorency prend part à ce combat.

Le 27 juillet 1563, au bout de 8 jours, Anne de Montmorency, accompagné de son neveu Gaspard II de Coligny et de Louis Ier de Bourbon-Condé, obtient au nom de Charles IX de France la reddition d'Ambrose Dudley, 3e comte de Warwick.

Catherine de Médicis qui avait, jusque alors, cherché des arrangements avec l'amiral Gaspard II de Coligny et Louis Ier de Bourbon-Condé perd définitivement confiance en eux, bien qu'ils aient dénoncé le traité d'Hampton Court.

Les troupes anglaises ramènent la maladie à Londres où elle fait 21 000 morts.

Ce désastre détermine par la suite la réticence de l'Angleterre à s'engager dans des conflits étrangers.


Château de Vallery

Mort d'Éléonore de Roye

Liaison de Louis Ier de Bourbon-Condé avec Marguerite de Lustrac

Liaison de Louis Ier de Bourbon-Condé avec Isabeau de la Tour d'Auvergne

Éléonore de Roye meurt le 23 juillet 1564.

Louis Ier de Bourbon-Condé est veuf d' Éléonore de Roye.

Marguerite de Lustrac est devenue protestante.

Louis Ier de Bourbon-Condé a une liaison avec Marguerite de Lustrac.

Dans l'espoir de l'épouser, Marguerite de Lustrac lui donne sa terre de Vallery et le château.

Louis Ier de Bourbon-Condé trompe Marguerite de Lustrac avec Isabeau de la Tour d'Auvergne, la belle Limeuil, une des demoiselles de l'Escadron Volant de la reine Catherine de Médicis.



Mariage de Louis Ier de Bourbon-Condé avec Françoise-Éléonore d'Orléans-Longueville

Louis Ier de Bourbon-Condé est veuf d'Éléonore de Roye.

Louis Ier de Bourbon-Condé épouse au château de Vendôme le 8 novembre 1565 Françoise-Éléonore d'Orléans-Longueville. Leurs enfants sont :

La maison de Savoie-Carignan est issue de ce mariage.



Maison de Bourbon-Condé

Changement de nom de Nogent-le-Rotrou

Enghien Duché-pairie

Lorsque le comté d'Enghien est inclus dans l'apanage constitué au profit de la maison de Condé.

Louis Ier de Bourbon-Condé,petit-fils de Marie de Luxembourg, transporte le nom d'Enghien-sur-l'Escaut sur sa seigneurie de Nogent-le-Rotrou qu'il fait renommer Enghien-le-Français, puis ériger en duché-pairie en 1566.



Naissance de Charles de Bourbon-Soissons

Charles de Bourbon-Soissons naît à Nogent-le-Rotrou le 3 novembre 1566, fils de Louis Ier de Bourbon-Condé et de Françoise-Éléonore d'Orléans-Longueville.


Michelade de Nîmes

Deuxième guerre de religion

La surprise de Meaux

Michelade de Nîmes

Bataille de Saint-Denis

Mort d'Anne de Montmorency

Mort de François Artaud de Montauban d'Agoult Gouverneur du Lyonnais, Forez et Beaujolais

François de Montmorency Duc de Montmorency

Henri III de France Lieutenant général

Sentant monter les périls, Louis Ier de Bourbon-Condé décide de monter une action préventive malgré les réserves de Gaspard II de Coligny.

Prenant prétexte que le roi de France est menacé par les Italiens qui envisagent de le capturer, Louis Ier de Bourbon-Condé, François Ier de Coligny-d'Andelot et Renée de Rieux font investir, le 28 septembre 1567 le château de Monceaux en Brie ou Montceaux-les-Meaux, près de Meaux pour s'emparer de la personne de Charles IX de France.

Celui-ci et Catherine de Médicis, sa mère, ne parviennent à échapper aux protestants que d'extrême justesse et peuvent s'enfuir à Meaux puis gagner Paris.

Jacques de Savoie-Nemours commande les Suisses qui ramènent Charles IX de France à Paris.

Cette opération extravagante que l'histoire a retenue sous le nom de Surprise de Meaux ou Poursuite de Meaux est de nouveau le prétexte au déclenchement de nouvelles violences.

On range toute l'infanterie française en 6 régiments dont 3 sous les ordres de Timoléon de Cossé, colonel général de là les monts.

Dans le Midi, les protestants s'emparent de plusieurs villes, notamment Nîmes, où une vingtaine de catholiques sont tués le 30 septembre 1567, lors de la Saint-Michel, d'où le nom de "Michelade" donné à ce massacre.

L'armée de Louis Ier de Bourbon-Condé avec Gaspard II de Coligny assiège la capitale.

Le connétable Anne de Montmorency tente une sortie à Saint-Denis, le 10 novembre 1567, combat au cours duquel il est mortellement blessé d'un coup de fusil dans le dos.

Participent à cette bataille :

Odet de Coligny combat pour les protestants lors de cette bataille.

René de Rochechouart participe à cette bataille.

Antoine de Clermont d'Amboise signale sa valeur dans le parti protestant dans cette bataille.

François Artaud de Montauban d'Agoult meurt tué les armes à la main lors de cette la bataille dans la cavalerie du prince de Condé.

Artus de Cossé-Brissac se distingue dans l'armée catholique lors de cette bataille, à la tête d'un corps de cavalerie.

Timoléon de Cossé sert à la tête de ses 3 régiments lors de cette bataille.

Participent à cette bataille dans l'armée catholique :

Guillaume V de Hautemer obtient une compagnie d'ordonnance et devient chevalier de l'ordre de Saint-Michel.

Anne de Montmorency meurt le 12 novembre 1567.

Henri III de France, alors duc d'Anjou, lui succède à la tête de l'armée royale dont il est nommé lieutenant général.

François de Montmorency devient Duc de Montmorency.

Les protestants se replient alors et se portent vers Chartres.

François de Montmorency participe à ce combat coté catholique et François III de la Noue coté protestant.

Jacques de Savoie-Nemours est chargé de s'opposer à l'entrée des troupes que Wolfgang de Bavière, duc de Deux-Ponts, envoie aux protestants.

Jacques de Savoie-Nemours échoue dans cette expédition par la faute du duc d'Aumale, son rival, et se retire dans son duché de Genève, où il se livre à la culture des lettres et des arts.



Prise d'Orléans

François III de la Noue s'empare d'Orléans et de Saumur à la tête de seulement 50 cavaliers en 1567.

Orléans devient le quartier général des huguenots.

Les protestants qui s'acharnent bientôt sur les églises.

Déplorant ces excès, Louis Ier de Bourbon-Condé, à la tête des protestants, fait murer les portes de la Cathédrale d'Orléans pour éviter de nouveaux saccages.



Construction du grand Château de Tanlay

François Ier de Coligny-d'Andelot entreprend la construction du grand château de Tanlay de 1550 à 1568.

Il reçoit pour cela le soutien financier de Gaspard II de Coligny, son frère.

Pendant les heures sombres des guerres de religion Gaspard II de Coligny choisit Tanlay pour réunir les chefs protestants.

Louis Ier de Bourbon-Condé y séjourne fréquemment, son château de Noyers étant voisin de Tanlay.



Destruction de la Cathédrale d'Orléans par les Huguenots

Cependant, un petit groupe de huguenots fanatiques, déçus de voir Louis Ier de Bourbon-Condé prêt à traiter avec les catholiques, s'introduit dans la cathédrale d'Orléans dans la nuit du 23 au 24 février 1568 et font sauter les 4 piliers de la croisée du transept.

Les piliers s'effondrent, entraînant :

Seules restent intactes les chapelles rayonnant autour du chœur, ainsi que les deux premières travées de la grande nef.



Siège de Tonnerre

En février 1568, l'armée de Louis Ier de Bourbon-Condé occupe les faubourgs de Tonnerre et assiège la ville, qui doit finalement payer une rançon.



Paix de Longjumeau

Disgrâce du chancelier Michel de L'Hospital

Ruinés, les deux partis doivent se résoudre une nouvelle fois à entamer des négociations.

Armand de Gontaut-Biron négocie la paix de Longjumeau.

La paix de Longjumeau est signée le 23 mars 1568 entre Charles IX de France et Louis Ier de Bourbon-Condé mettant fin à la deuxième guerre de religion.

Méchante petite paix " écrit François III de la Noue.

Le traité confirme les droits accordés aux protestants par la paix d'Amboise.

Ce n'est en fait qu'une simple trêve mise à profit pour reconstituer les forces militaires.

Pendant cette trêve, Louis Ier de Bourbon-Condé se retire à Noyers.

Cette paix entraîne la disgrâce du chancelier Michel de L'Hospital, et marque la fin des tentatives de tolérance religieuse.

Haï des Guise, Michel de l'Hospital est renvoyé et se retire alors dans son château de Vignay en Essonne.



Troisième guerre de religion

Édit de Saint-Maur

Siège de La Rochelle

Mais la trêve de Longjumeau est de courte durée.

Les réformés, envahis de craintes, cherchent des alliances extérieures.

En août 1568, les réformés concluent un accord avec les gueux en révolte aux Pays-Bas espagnols contre le roi d'Espagne Philippe II d'Espagne qui les réprime de façon terrible.

Gaspard II de Coligny et Louis Ier de Bourbon-Condé s'accordent avec Guillaume Ier d'Orange-Nassau et Louis de Nassau-Dillenbourg pour s'aider réciproquement.

On a parlé alors d'une internationalisation du conflit.

Ravie de cette mission, elle s'en acquitte consciencieusement mais, à son retour, il ne lui en témoigne aucune gratitude.

C'est du moins ce qu'elle raconte dans ses mémoires.

Charles IX de France prend la tête des factions catholiques intransigeantes, et veut faire arrêter en août 1568 Louis Ier de Bourbon-Condé rejoint avec Gaspard II de Coligny, alors en Bourgogne.

Gaspard de Saulx, chargé de cette mission, ne peut se saisir des chefs protestants.

Louis Ier de Bourbon-Condé fuit de Noyers le 23 août 1568, menacé par les troupes royales et rallume une troisième guerre de religion par un manifeste du 25 août 1568.

Louis Ier de Bourbon-Condé et Gaspard II de Coligny rejoignent La Rochelle le 19 septembre 1568.

Ils y retrouvent Jeanne d'Albret et ses Gascons, accompagnée du sieur de Piles et ses gentilshommes périgourdins, et des cavaliers du sénéchal de Poitou Fonteraille.

François III de Bricqueville prend la tête des Réformés normands aux côtés de Gabriel Ier de Montgomery, et se présente à leurs côtés à La Rochelle.

Le roi publie alors l'édit de Saint-Maur le 23 septembre 1568, qui interdit le culte réformé.

En 1568, Jeanne III d'Albret prend la tête du mouvement protestant et emmène son fils âgé de 15 ans participer au siège de La Rochelle.

Jeanne III d'Albret administre La Rochelle dans tous les domaines, à l'exception des affaires militaires.

Jeanne III d'Albret fait traduire en béarnais du Psautier de Marot, par Arnaud de Salette en 1568.



François III de la Noue Gouverneur de La Rochelle, du Poitou, d'Aunis et Saintonge

Bataille de Tonnay-Charente

Charles II de Quélennec Blessé

Le 20 février 1569, Louis Ier de Bourbon-Condé nomme François III de la Noue gouverneur de La Rochelle, du Poitou, d'Aunis et Saintonge.

Henri IV de France n'étant pas encore majeur, Jeanne III d'Albret adjoint Charles II de Quélennec à René II de Rohan, pour diriger les troupes huguenotes de l'Angoumois.

Les troupes de René II de Rohan et de Charles II de Quélennec triomphent à Tonnay-Charente, puis s'emparent de tout le littoral de la Saintonge.

Saintes se rend à eux.

Charles II de Quélennec est blessé à la mâchoire.


Henri Ier de Bourbon-Condé

Henri III de France Lieutenant général du royaume

Bataille de Jarnac

Mort de Louis Ier de Bourbon-Condé

Henri Ier de Bourbon-Condé Prince de Condé

Henri Ier de Bourbon-Condé Duc d'Enghien

Lorsqu'Henri III de France part en 1568 prendre le commandement des armées royales, il confie à Marguerite de Valois, sa sœur, la défense de ses intérêts auprès de Catherine de Médicis, leur mère.

François Ier de Coligny-d'Andelot passe la Loire, pénètre dans la Saintonge, s'empare de plusieurs villes.

Henri III de France est lieutenant général du royaume avec mission de vaincre les huguenots.

Il est secondé par Gaspard de Saulx.

Claude de La Châtre rejoint l'armée d'Henri III de France et participe à la bataille de Jarnac

Timoléon de Cossé sert à la tête de ses 3 régiments à la bataille de Jarnac.

François III de la Noue commande l'arrière garde huguenote lors de cette bataille.

Jacques II de Goyon s'illustre lors de cette bataille.

René de Rochechouart participe à cette bataille.

Louis III de Bourbon-Vendôme et Albert de Gondi participe à cette bataille.

Philippe Hurault assiste à à cette bataille.

Antoine de La Rochefoucauld assiste à à cette bataille après la quelle il se retire à Cognac.

François II de Saint-Nectaire sert à cette bataille.

Charles II de Quélennec est fait prisonnier.

Charles II de Quélennec parvient à s'échapper alors qu'il est prisonnier sur parole.

Le 27 février 1569, les éclaireurs royaux, aux ordres d'Henri Ier de Guise, parviennent à Jarnac et occupent la ville et le château sans avoir à combattre.

De son côté, l'avant-garde huguenote parvient au bourg voisin de Cognac.

S'étant découverts, les huguenots occupent Jarnac le 3 mars 1569.

Les royaux se replient sur la rive gauche de la Charente.

Le 12 mars 1569, Louis Ier de Bourbon-Condé vient à Jarnac pour protéger ses arrières dans le déplacement prévu de ses troupes vers Saint-Jean-d'Angély et le nord de la Saintonge.

Dans la nuit du 12 au 13 mars 1569, Henri III de France fait restaurer et doubler le pont de Châteauneuf sur la Charente et passe sur la rive droite.

Surpris, Gaspard II de Coligny peine, pendant 3 heures, à rassembler ses forces éparpillées.

Le 13 mars 1569, les royaux prennent le village de Bassac.

Gaspard II de Coligny le fait reprendre par François Ier de Coligny-d'Andelot qui doit vite replier devant les reîtres du Rhingrave et un millier d'arquebusiers sur le village de Triac.

Gaspard II de Coligny fait alors donner la cavalerie de Louis Ier de Bourbon-Condé.

L'ordre est annulé mais ne parvient pas au destinataire.

Ayant eu une jambe brisée par un coup de pied du cheval de son beau-frère La Rochefoucauld, Louis Ier de Bourbon-Condé n'envisage pas un instant de quitter le combat.

Après une première charge victorieuse, ses 300 cavaliers inférieurs en nombre aux 800 lances d'Henri III de France, sont pris à revers par les reîtres allemands payés par le trésor royal.

Son cheval est tué et sa jambe brisée l'empêche d'enfourcher une autre monture.

Gabriel Ier de Montgomery tente sans succès de dégager Louis Ier de Bourbon-Condé.

A terre, isolé, Louis Ier de Bourbon-Condé se résout enfin à rendre ses gantelets à deux gentilshommes catholiques qu'il connaît et qui essaient de le sauver.

Mais survient Roland de Montesquieu, l'un des capitaines des manteaux rouges d'Henri III de France qui sachant la haine de son maître et voyant le Prince à terre, s'approche au galop en criant "Tue, tue mordious" et lui tire, par derrière, un coup de pistolet dans la tête.

Théodore Agrippa d'Aubigné est témoin de la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé dont le cadavre est promené sur un âne et est la risée de toute l'armée catholique, puis exposé pendant 2 jours sur une table de marbre rouge au château de Jarnac.

Une partie de cette table est visible de nos jours à la mairie de Jarnac.

Son cadavre est finalement rendu à Léonor d'Orléans-Longueville, son beau-frère, frère de Françoise-Éléonore d'Orléans-Longueville, qui le fait inhumer à Vendôme dans la sépulture de ses ancêtres.

L'infanterie et l'artillerie huguenotes, qui n'ont pas participé au combat se replient sur Cognac.

La bataille n'a d'autre conséquence significative que la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé et le rôle accru de Gaspard II de Coligny.

S'ils n'ont pas remporté à Jarnac une bataille décisive, les catholiques n'en sont pas moins fort satisfaits.

Leur armée reconstituée vient de faire ses preuves sur le terrain : depuis le siège d'Orléans, jamais elle ne s'est aussi bien comportée.

En outre, la victoire vaut à Henri III de France d'être salué, en France et dans toutes les Cours européennes, comme un héros et un génie militaire.

Henri Ier de Bourbon-Condé, fils de Louis Ier de Bourbon-Condé, âgé de 17 ans et son cousin Henri de Navarre, le futur Henri IV de France âgé de 16 ans, sont présents à la bataille de Jarnac où ils font leurs premières armes sous la direction de Louis Ier de Bourbon-Condé.

À la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé, les lettres patentes érigeant Enghien en duché-pairie ne sont pas encore enregistrées.

Le titre de duc de Bourbon s'éteint avec lui.

Le titre de Duc d'Enghien aurait donc dû s'éteindre, mais son fils Henri Ier de Bourbon-Condé continue de le porter conjointement avec le titre de prince de Condé.

Après la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé, Jeanne III d'Albret assure la communication avec les princes étrangers alliés, dont elle tente de conserver le soutien.

Charles IX fait chanter un Te Deum à la cathédrale de Metz où il se trouve alors.

Pie V fait placer dans une chapelle de Saint-Pierre de Rome 26 des drapeaux pris aux huguenots à Jarnac.

Philippe II d'Espagne ordonne des fêtes pour célébrer cette grande victoire.


Philippe-Louis de Wittelsbach

Mort de Wolfgang de Bavière

Bataille de La Roche-l'Abeille

Philippe Strozzi Prisonnier

Philippe-Louis de Wittelsbach Duc du Palatinat-Neubourg

En 1569, à la tête d'une armée de mercenaires, Wolfgang de Bavière conduit une expédition destinée à venir en aide aux protestants français.

Cette armée traverse la Bourgogne et les provinces du centre de la France, détruisant sur son passage beaucoup d'églises et d'abbayes.

Gaspard II de Coligny prend le commandement de l'armée des protestants et la mène vers le Limousin afin d'y rejoindre Wolfgang de Bavière.

Après un bref combat contre un détachement de l'armée royale, Wolfgang de Bavière peut franchir la Vienne à Aixe.

La jonction entre troupes protestantes se fait en juin 1569 à Châlus, pour un total d'environ 25 000 hommes.

Wolfgang de Bavière meurt à Nexon le 11 ou le 18 juin 1569.

Sa tombe est érigée sur l'actuelle place de l'Église.

Ses entrailles sont déposées dans un tombeau qui sera retrouvé au XIXe siècle dans le jardin de la demeure ancestrale de Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau, Co-seigneurs de Nexon depuis 1600.

Henri III de France campe en avant de Saint-Yrieix pour protéger la ville, avec une armée sensiblement équivalente.

Claude de La Châtre participe à cette bataille dans l'armée d'Henri III de France

L'arrivée des protestants surprend Henri III de France, ce qui leur donne l'avantage au début de la bataille le 25 juin 1569.

Philippe Strozzi, colonel général de l'infanterie royale, réussit cependant à rétablir la situation.

Une manœuvre de Gaspard II de Coligny menace d'envelopper l'armée royale, qui doit battre en retraite et céder le passage aux protestants.

La victoire de Gaspard II de Coligny est loin d'être décisive, mais lui permet de s'ouvrir une route vers le Périgord.

L'armée protestante fait peu de prisonniers : le plus fameux est Philippe Strozzi.

Théodore Agrippa d'Aubigné et Charles-Louis de Téligny participent à ce combat.

Dans les jours qui suivent, l'armée protestante massacre des centaines de paysans, notamment :

en représailles de la mort de Louis Ier de Bourbon-Condé, et de Paulon de Mauvans.

Les possessions de Wolfgang de Bavière sont partagées entre ses fils :



Naissance de Louis Ier de La Trémoïlle

Louis Ier de La Trémoïlle naît en 1586, fils de François II de La Trémoïlle (vers 1560-1608), Marquis de Noirmoutier, et de Charlotte de Beaune (1551-1617), vicomtesse de Tours.



Mariage de Raymond Phélypeaux d'Herbault avec Claude Gobelin

Raymond Phélypeaux d'Herbault épouse en 1594 Claude Gobelin, fille de Balthazard Ier Gobelin. Parmi leurs 3 fils et 4 filles citons :



Naissance de Jean Louis II de Nassau

Johann Ludwig ou Jean Louis II de Nassau ou von Nassau naît en 1596, fils de Jean Louis Ier de Nassau et de Marie de Nassau-Dillenbourg.



Mariage de Paul Phélypeaux de Pontchartrain avec Anne de Beauharnais

Anne de Beauharnais est la fille de François de Beauharnais (mort en 1587), Seigneur de Miramion, et de Madeleine Bourdineau (morte en 1599).

Paul Phélypeaux de Pontchartrain épouse le 11 juin 1605 Anne de Beauharnais (morte le 20 janvier 1653). Leurs enfants sont :



Louis Ier de La Trémoïlle Seigneur de la Roche d'Irée

Louis Ier de La Trémoïlle devient Seigneur de la Roche d'Irée en 1608.



Mariage de Louis Ier de La Trémoïlle avec Lucrèce Bouhier

Louis Ier de La Trémoïlle épouse à Paris le 13 mars 1610 Lucrèce Bouhier.

Leurs enfants sont :



Naissance de Louis II de La Trémoïlle

Louis II de La Trémoïlle naît le 25 décembre 1612, fils de Louis Ier de La Trémoïlle (1586-1613), Marquis de Noirmoutier, et de Lucrèce Bouhier (1596-1666), Baronne du Plessis-aux-Tournelles.



Naissance de Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain

Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain naît en 1613, fils de Paul Phélypeaux de Pontchartrain et d'Anne de Beauharnais.



Mort de Louis Ier de La Trémoïlle Marquis de Noirmoutier, Baron de Châteauneuf, Vicomte de Tours, Seigneur de La Carte

Louis II de La Trémoïlle Seigneur de la Roche d'Iré

Louis Ier de La Trémoïlle meurt à Paris le 23 septembre 1613.

Il est inhumé en la chapelle de la Magdelaine aux Célestins à Paris.

Louis II de La Trémoïlle devient Seigneur de la Roche d'Iré en 1613.

Le tuteur de Louis II de La Trémoïlle est son grand-père Vincent Bouhier.



Mariage de Nicolas de L'Hospital avec Lucrèce Bouhier

Lucrèce Bouhier de Beaumarchais est veuve de Louis Ier de La Trémoille.

Nicolas de L'Hospital épouse en 1617 Lucrèce Bouhier. Leurs enfants sont :


Louis-Frédéric de Wurtemberg Louis-Frédéric de Wurtemberg Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt

Traité des cinq frères

Louis-Frédéric de Wurtemberg Comte de Montbéliard

Mariage de Louis-Frédéric de Wurtemberg avec Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt

Au cours de 1617 :

concluent entre frères une convention connue sous le nom de Traité des cinq frères.

Le comté de Montbéliard et toutes ses dépendances sont cédés à Louis-Frédéric de Wurtemberg.

Jules-Frédéric de Wurtemberg-Weiltingen reçoit les biens de Brenz et de Weiltingen et continue de régner sur le Wurtemberg jusqu'à sa mort.

C'est ainsi que naquirent les 2 branches parallèles :

Frédéric-Achille de Wurtemberg-Neuenstadt reçoit le château de Neuenstadt.

Magnus de Wurtemberg-Neuenbourg reçoit le château de Neuenbürg.

En 1617, Louis-Frédéric de Wurtemberg confirme les Franchises de la ville de Montbéliard aux bourgeois

Louis-Frédéric de Wurtemberg épouse à Stuttgart le 13 juillet 1617 Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt, fille de Louis Ier de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :

Le couple se rend pour la première fois à Montbéliard en octobre 1617.

Ils reçoivent un excellent accueil de la population.



Mariage de Nicolas V de Neufville de Villeroy avec Madeleine de Blanchefort

Nicolas V de Neufville de Villeroy épouse le 11 juillet 1617 Madeleine de Blanchefort de Créquy. Leurs enfants sont :



Mort de Paul Phélypeaux de Pontchartrain Seigneur de Pontchartrain et de Villesavin

Paul Phélypeaux de Pontchartrain tombe malade au siège de Montauban où il accompagne le roi.

Transporté à Castelsarrasin, Paul Phélypeaux de Pontchartrain y meurt le 12 ou le 21 octobre 1621.

Son corps est rapporté à Paris et inhumé à Saint-Germain de l'Auxerrois dans la chapelle de Saint Laurent par les soins de Anne de Beauharnais, sa veuve.

Les papiers personnels de Paul Phélypeaux de Pontchartrain et de sa famille sont conservés aux Archives nationales sous la cote 257AP22.

Trop jeune à la mort de Paul Phélypeaux de Pontchartrain, son père, Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain est dépouillé par Raymond Phélipeaux, son oncle, de sa charge de secrétaire d'État de la Religion Présumé Réformée.


Françoise-Marguerite du Plessis de Chivré - par Daniel Dumonstier

Mariage d'Antoine III de Gramont avec Françoise-Marguerite du Plessis de Chivré

Antoine III de Gramont épouse à Paris le 28 novembre 1634 Françoise-Marguerite du Plessis de Chivré, nièce de Richelieu. Leurs enfants sont :



Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain Conseiller au Parlement de Paris

Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain est reçu conseiller au Parlement de Paris le 13 mars 1637.



Mariage de Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain avec Marie Suzanne Talon

Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain épouse en 1639 Marie Suzanne Talon (morte en 1653). Leurs enfants sont :


Marguerite-Philippe du Cambout

Mariage d'Henri de Lorraine-Harcourt avec Marguerite-Philippe du Cambout

Henri de Lorraine-Harcourt épouse en février 1639 Marguerite-Philippe du Cambout. Leurs enfants sont :


Hercule Grimaldi

Mariage d'Hercule Grimaldi avec Aurélie Spinola

Hercule Grimaldi épouse le 4 juillet 1641 Aurelia ou Aurélie Spinola (morte en 1670), fille de Luca ou Luc Spinola, Seigneur de Molietta.

Leurs enfants sont :

Aurélie Spinola appartient à une riche et puissante famille de la République de Gênes.



Naissance de Louis Ier de Lorraine-Guise

Louis Ier de Lorraine-Guise dit Monsieur le Grand naît à Paris le 17 décembre 1641, fils d'Henri de Lorraine-Harcourt et de Marguerite-Philippe du Cambout.



Naissance de Louis Ier Grimaldi

Lodovico ou Louis Ier Grimaldi naît à Monaco le 25 juillet 1642, fils d'Hercule Ier Grimaldi et d'Aurélie Spinola.



Naissance de Louis II Phélypeaux de Pontchartrain

Louis II Phélypeaux de Pontchartrain, dit le chancelier de Pontchartrain, naît rue Pierre Sarrasin à Paris le 29 mars 1643, fils de Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain.



Baptême de Louis Ier de Lorraine-Guise

Louis Ier de Lorraine-Guise est baptisé en la chapelle du Palais Royal à Paris le 6 juin 1644.


Marguerite de Rohan

Mariage d'Henri de Chabot avec Marguerite de Rohan

Henri de Chabot Duc de Rohan et Pair de France

Les prétendants de Marguerite de Rohan sont nombreux, convoitant l'héritière et son riche domaine.

Elle fait un mariage d'inclination.

Bien que huguenote, elle arrête son choix sur un seigneur catholique.

Le contrat de mariage est signé à Paris le 6 juin 1645.

Henri de Chabot, Seigneur de Jarnac et d'Apremont, épouse à Sully dans le Loiret le 13 juin 1645 Marguerite de Rohan (1617-1684). Leurs enfants sont :

Louis XIV permet cette union à la condition que les enfants soient élevés dans la religion catholique.

Malgré l'opposition de ses cousins Rohan de la branche cadette, la plus illustre, Marguerite obtient du roi que les enfants du couple prennent le nom de Rohan-Chabot.

Ils fondent la branche des Rohan-Chabot.

Les deux époux habitent Paris, dans leur hôtel de la rue du Temple.

Les titres et possessions d'Henri II de Rohan passent dans la Maison de Chabot.

Le titre de Duc de Rohan est recréé pour Henri de Chabot qui devient Pair de France.

Il devient également Prince de Léon, Comte de Porhoët et de Lorges, Marquis de Blain et de la Garnache, Baron de Mouchamps, Seigneur de Héric et de Fresnay (terre en Plessé), Premier baron de la noblesse et président-né des États de Bretagne.



Mariage de Jean-Baptiste Colbert avec Marie Charron de Ménars

Jean-Baptiste Colbert épouse le 13 décembre 1648 ou 1649 Marie Charron de Menars, fille d'un membre du conseil royal, cousine par alliance d'Alexandre Bontemps. Leurs enfants sont :

Sa dot est de 100 000 livres.



Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain Président de la Chambre des comptes de Paris

Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain devient Président de la Chambre des comptes de Paris le 23 août 1650.



Naissance de Louis Ier de Rohan-Chabot

Louis Ier de Rohan-Chabot naît à Paris le 3 novembre 1652, fils d'Henri de Chabot et de Marguerite de Rohan.



Mariage de Louis Victor de Rochechouart avec Antoinette Louise de Mesme

Louis Victor de Rochechouart épouse le jeudi 9 septembre 1655 Antoinette Louise de Mesme, fille du président du Parlement, Henri de Mesmes.

Leurs enfants sont :


Catherine Charlotte de Gramont par Charles Beaubrun

Mariage de Louis Ier Grimaldi avec Catherine Charlotte de Gramont

Avec la bénédiction de Louis XIV, Louis Ier Grimaldi, Duc de Valentinois, épouse le 30 mars 1660 Catherine Charlotte de Gramont.

Parmi leurs 6 enfants citons :

Louis Ier Grimaldi est un Italien glorieux et avare.

Catherine Charlotte de Gramont est réputée belle, fraîche comme un sorbet et ayant beaucoup d'esprit.



Liaison d'Antonin Nompar de Caumont avec Catherine Charlotte de Gramont

À la cour de France, les méchantes langues affirment que Catherine Charlotte de Gramont, épouse de Louis Ier de Monaco, entretient une liaison avec Antonin Nompar de Caumont, son cousin.

Une disgrâce relègue Louis Ier Grimaldi et Catherine Charlotte de Gramont dans la principauté monégasque où Louis serait appelé un jour à régner.

Antonin Nompar de Caumont déguisé en serviteur la suit.


Catherine de Neufville, comtesse d'Armagnac - vers 1670

Mariage de Louis Ier de Lorraine-Guise avec Catherine de Neufville de Villeroy

Louis Ier de Lorraine-Guise épouse à Paris le 7 octobre 1660 Catherine de Neufville de Villeroy, fille de Nicolas V de Neufville de Villeroy et de Madeleine de Blanchefort. Leurs enfants sont :



Mariage de François Aimé du Bec avec Catherine de Nicolaï

François Aimé du Bec épouse Catherine de Nicolaï.

Leur enfant est :



Naissance d'Antoine Ier Grimaldi

Antoine Ier Grimaldi naît à Paris le 25 janvier 1661, fils de Louis Ier Grimaldi et de Catherine Charlotte de Gramont.



Naissance d'Henri de Lorraine-Guise

Henri de Lorraine-Guise naît en 1661, fils de Louis Ier de Lorraine-Guise.



Naissance d'Henri de Lorraine-Brionne

Henri de Lorraine-Brionne naît le 15 novembre 1661, fils de Louis Ier de Lorraine-Guise et de Catherine de Neufville de Villeroy.


Louis Ier Grimaldi

Mort d'Honoré II Grimaldi

Louis Ier Grimaldi Prince de Monaco

Honoré II Grimaldi meurt le 10 janvier 1662.

Louis Ier Grimaldi, son petit-fils, devient Prince souverain de Monaco.

Louis Ier Grimaldi remet en vigueur le droit de péage sur les bateaux de commerce.

Quiconque passe au large de Monaco doit payer un droit de 1 % sur la cargaison.

Louis Ier Grimaldi et Catherine Charlotte de Gramont sont rappelés à la cour de France.

Catherine Charlotte de Gramont devient alors surintendante de la maison d'Henriette-Anne Stuart, belle-sœur de Louis XIV.

Sa grande beauté attire alors de nombreux courtisans.

La cour surnomme Catherine le Torrent et Madame de Sévigné la définit comme vorace de plaisirs.



Naissance de Louis Ier de Rochechouart de Mortemart

Louis Ier de Rochechouart de Mortemart naît à Paris en 1663, fils de Louis Victor de Rochechouart (1636-1688), Duc de Mortemart, et d'Antoinette Louise de Mesmes (vers 1641-1709).



Liaison de Louis XIV avec Catherine Charlotte de Gramont

Louis XIV, qui commence à se désintéresser de Françoise Louise de La Baume Le Blanc entreprend alors une relation de quelques mois avec Catherine Charlotte de Gramont en 1665.

En vérité, Henriette-Anne Stuart espère que Louis XIV se détournera de Françoise Louise de La Baume Le Blanc pour qu'il lui revienne, et met en évidence la princesse de Catherine Charlotte de Gramont dans ce but.

Françoise Louise de La Baume Le Blanc ne reproche rien à son amant, qui lui en sait gré car le Roi-Soleil préfère les femmes dociles.

Louis Ier Grimaldi quitte la cour pour aller s'illustrer à la guerre.

Mais le roi, au tempérament décidément ardent, délaisse vite Catherine Charlotte de Gramont, au profit de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Certains affirment que pendant le peu de temps que dura la faveur de Catherine, la princesse aurait eu des relations intimes avec Henriette d'Angleterre.


Tombeau d'Henri de Lorraine-Harcourt - Église Saint-Roch à Paris Louis Ier de Lorraine-Guise

Mort d'Henri de Lorraine-Harcourt

Louis Ier de Lorraine-Guise Comte d'Armagnac

Henri de Lorraine-Harcourt meurt à l'Abbaye de Royaumont le 25 juillet 1666.

Il est inhumé en l'église Saint-Roch à Paris.

Louis Ier de Lorraine-Guise devient Comte d'Armagnac sous le nom de Louis Ier d'Armagnac.



Naissance d'Anna Ippolita Grimaldi

Anne ou Anna Ippolita Grimaldi naît en 1667, fille de Louis Ier Grimaldi et de Catherine Charlotte de Gramont.


Louis XIV visitant une tranchée pendant la guerre de Dévolution

Prise Binche

Prise d'Ath

Prise de Charleroi

Siège de Tournai

Siège de Douai

Déclaration de guerre de l'Espagne à la France

Siège de Lille

Prise d'Alost

Rattachement de la Flandre à la France

Charles-Paris d'Orléans-Longueville accompagne Louis XIV à la campagne de Flandre.

Louis XIV prend Binche et Ath.

Louis Victor de Rochechouart se distingue au siège d'Ath.

Henri Louis d'Aloigny participe au siège d'Ath.

En juin 1667 après l'abandon de Charleroi par le gouverneur Castel-Rodriguo, celle-ci est prise par les Français.

Victor-Maurice de Broglie participe à ce siège.

Le roi veut alors s'emparer de Bruxelles alors qu'Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon préfère que ses troupes s'aguerrissent en assiégeant les principales villes flamandes.

Antoine d'Aumont de Rochebaron rejoint Louis XIV durant le siège de Tournai qui tombe le 25 juin 1667.

Louis Victor de Rochechouart se distingue lors de ce siège.

Henri Louis d'Aloigny participe au siège de Tournai.

Louis Ier de Rohan-Chabot participe, Nicolas Auguste de La Baume et Victor-Maurice de Broglie, Claude de Choiseul participent à ce siège.

Douai est assiégée et tombe en juillet 1667.

Louis Ier de Rohan-Chabot, Claude de Choiseul participent à ce siège.

Louis Victor de Rochechouart se distingue à ce siège.

Nicolas Auguste de La Baume commence à être remarqué à ce siège.

Henri Louis d'Aloigny participe au siège de Douai,

Un mois après le début de la campagne, la régente d'Espagne déclare la guerre à la France.

Louis XIV s'empare Audenarde.

Nicolas Auguste de La Baume participe au siège d'Audenarde.

Après 15 jours de siège, Lille capitule le 17 août 1667.

Jean-François de La Baume Le Blanc prend part à ce siège.

Louis Victor de Rochechouart se distingue lors de ce siège.

Nicolas Auguste de La Baume, Louis Ier de Rohan-Chabot, François VI de La Rochefoucauld, Claude de Choiseul et Victor-Maurice de Broglie y participent.

François VI de La Rochefoucauld met un terme à sa carrière militaire.

Jean-Gaspard-Ferdinand de Marsin commande les troupes espagnoles au nord de la France.

Jean-Gaspard-Ferdinand de Marsin est battu par le François de Blanchefort de Créquy.

Entré jeune dans l'armée, Charles-Auguste de Goyon-Matignon se distingue au siège de Lille en 1667 comme capitaine de cavalerie au régiment de Longueville.

Alost près de Bruxelles donne sa reddition à fin août 1667.

La Flandre, possession espagnole, est devenue française.

La campagne en Flandre se termine, la cour revient à Paris.

Jean-Gaspard-Ferdinand de Marsin se retire ensuite au château de Modave.

Il dépense toute sa fortune à sa restauration, qui durera 15 ans.



Mariage d'Alexandre Guillaume de Melun avec Jeanne Pélagie de Rohan-Chabot

Alexandre Guillaume de Melun épouse en 1668 Jeanne Pélagie de Rohan-Chabot (1651-1698), Dame de Montlieu, fille d'Henri de Chabot (1616-1655), 2e duc de Rohan. Leurs enfants sont :

Le contrat est signé le 15 avril 1668 devant Le Souyn et Bouzet, notaires.



Mariage de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg avec Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg est veuf de Louise-Henriette d'Orange-Nassau.

Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg épouse en 1668 Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg (1636-1689), fille de Philippe de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg. Leurs enfants sont :



Séparation de Louis Ier Grimaldi et de Catherine Charlotte de Gramont

Louis Ier Grimaldi et de Catherine Charlotte de Gramont se séparèrent en 1672.



Naissance de Louis Ier de Melun

Louis Ier de Melun naît le 27 octobre 1673, fils d'Alexandre Guillaume de Melun, Prince d'Épinoy, et de Jeanne Pélagie de Rohan-Chabot, Dame de Montlieu.



Liaison de Gilbert Colbert

Gilbert Colbert a une liaison. Leur enfant est :



Naissance de Marie de Lorraine-Guise

Marie de Lorraine-Guise naît à Paris le 12 août 1674, fille de Louis Ier de Lorraine-Guise et Catherine de Neufville de Villeroy.



Baptême de Louis Ier de Melun

Louis Ier de Melun est baptisé à Versailles le 3 mai 1675 Jacques Benigne Bossuet, Évêque de Condom, Précepteur du Dauphin.

Louis Ier de Melun a pour parrain Louis XIV et pour marraine Marie-Thérèse d'Autriche.



Naissance de Louis Alphonse Ignace de Lorraine-Guise

Louis Alphonse Ignace de Lorraine-Guise naît le 24 août 1675, fils de Louis Ier de Lorraine-Guise et de Catherine de Neufville de Villeroy.



Construction de l'hôtel d'Armagnac

Vers 1676, Louis Ier de Lorraine-Guise fait construire, à Paris, l'hôtel d'Armagnacdit aussi de Brionne.



Mariage de Louis Ier de Rohan-Chabot avec Marie Élisabeth du Bec-Crespin de Grimaldi

Louis Ier de Rohan-Chabot épouse le 18 juillet 1678 Marie du Bec-Crespin de Grimaldi (1661-1743).

leur enfant est :



Mariage de Louis Ier de Rochechouart avec Marie-Anne Colbert

Louis Ier de Rochechouart épouse à Versailles le 14 février 1679 Marie-Anne Colbert, fille de Jean-Baptiste Colbert et de Marie Charron de Ménars. Leur enfant est :

Sont témoin à ce mariage :



Naissance de Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot

Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot naît le 26 septembre 1679, fils de Louis Ier de Rohan-Chabot et de Marie du Bec-Crespin de Grimaldi.



Naissance de Jean Baptiste de Rochechouart

Jean Baptiste de Rochechouart naît le 25 novembre 1682, fils de Louis Ier de Rochechouart et de Marie-Anne Colbert.



Mort de Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain

Louis Ier Phélypeaux de Pontchartrain meurt le 29 ou 30 avril 1685.

Il est inhumé à Saint-Germain l'Auxerrois à Paris.



Naissance de Marie Françoise de Rochechouart de Mortemart

Marie Françoise de Rochechouart de Mortemart naît le 1er janvier 1686, fille de Louis Ier de Rochechouart et de Marie-Anne Colbert.



Mariage de Michel Ier de Chamillart avec Élisabeth-Thérèse Le Rebours

Michel Ier de Chamillart épouse Élisabeth-Thérèse Le Rebours (1657-1731), fille d'un maître des comptes. Leurs enfants sont :



Mariage d'Antoine Ier Grimaldi avec Marie de Lorraine-Guise

Sur l'ordre de Louis XIV, Antoine Ier Grimaldi épouse à Versailles le 13 ou le 14 juin 1688 Marie de Lorraine-Guise, fille de Louis Ier de Lorraine-Guise et de Catherine de Neufville de Villeroy. Leurs enfants sont :

Galante, sans esprit ni conduite mais ravissante, Marie de Lorraine-Guise est issue d'une famille souveraine étrangère et reçoit à la cour de France les égards dus à son rang.

Les époux ne s'entendent guère.

La princesse tient une place brillante à la Cour de France et elle ne fait que de rares apparitions à Monaco.

Au contraire, Antoine Ier Grimaldi ne quitte guère la principauté à cause de sa santé.

Seules deux filles parviennent à l'âge adulte.



Louis Ier de Rochechouart de Mortemart Duc de Mortemart et Prince de Tonnay-Charente

Mort de Louis Ier de Rochechouart de Mortemart

Mort de Louis Victor de Rochechouart

Louis Victor de Rochechouart est parvenu au comble des richesses.

Louis Ier de Rochechouart de Mortemart devient 3e duc de Mortemart et 3e prince de Tonnay-Charente en 1688.

Louis Ier de Rochechouart de Mortemart est Général des galères de France.

Louis Ier de Rochechouart de Mortemart meurt à Paris le 3 avril 1688.

Louis Victor de Rochechouart, son père en est très affecté.

Louis Victor de Rochechouart ne tardepas à le suivre au tombeau et meurt à Chaillot le 15 septembre 1688.



Louis Ier de Rohan-Chabot Pair de France

Louis Ier de Rohan-Chabot est admis au serment de duc et pair de France le 12 mai 1689.


Louis-Guillaume de Bade-Bade - margrave de Bade Franziska Sibylla Augusta de Saxe-Lauenbourg

Mariage de Louis-Guillaume Ier de Bade-Bade avec Franziska Sibylla Augusta de Saxe-Lauenbourg

Louis-Guillaume Ier de Bade-Bade épouse le 27 mars 1690 Sibylle Augusta von Sachsen-Lauenburg ou Franziska Sibylla Augusta de Saxe-Lauenbourg. Leurs enfants sont :


Louis Ier de Melun Marie Élisabeth de Lorraine

Mariage de Louis Ier de Melun avec Marie Élisabeth de Lorraine

Louis Ier de Melun épouse le 7 octobre 1691 Élisabeth de Lorraine (vers 1664-1748), Princesse de Lillebonne. Leurs enfants sont :

La protection de Marie Anne de Bourbon permet à Marie Élisabeth de Lorraine, sa dame d'honneur, de devenir alors princesse d'Épinoy (dans l'Artois).


Françoise-Marie de Bourbon

Mariage de Philippe II d'Orléans avec Françoise-Marie de Bourbon

Guillaume Dubois Abbé de Saint Just en Picardie

Louis XIV utilise l'influence de Philippe de Lorraine-Armagnac pour faire consentir Philippe Ier d'Orléans au mariage de Philippe II d'Orléans, son fils.

Au début de 1692, Louis XIV convoque Philippe II d'Orléans, son neveu, et lui déclare qu'il ne peut mieux lui témoigner son affection qu'en lui donnant sa propre fille en mariage, ce à quoi le jeune homme ne sait répondre qu'en balbutiant un remerciement embarrassé.

Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, la Princesse Palatine, apprenant l'issue de l'entrevue, jette de hauts cris mais ne peut affronter Louis XIV, d'autant qu'elle sait ne pouvoir compter sur le soutien de Philippe Ier d'Orléans, son mari. Elle borne l'expression de son mécontentement à tourner le dos au Roi après lui avoir fait une profonde révérence.

Le mariage n'en a pas moins lieu. Philippe II d'Orléans épouse le 9 janvier 1692 Françoise-Marie de Bourbon, fille bâtarde légitimée de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. Leurs enfants sont :

Ce mariage non désiré, n'est guère heureux. Philippe appellera sa femme Madame Lucifer.

Philippe II d'Orléans hérite du Palais-Royal.

Guillaume Dubois, son précepteur, obtient alors l'abbaye de Saint Just en Picardie.

Pierre de Villars devient chevalier d'honneur de Françoise-Marie de Bourbon, la duchesse de Chartres en 1692.



Naissance de Louis II de Lorraine-Brionne

Louis II de Lorraine-Brionne naît à la Grande Écurie, Versailles le 13 février 1692, fils d'Henri de Lorraine (1661-1712), Comte de Brionne, et de Marie-Madeleine d'Espinay, marquise de Broons (vers 1662-1714)

Il est baptisé à Notre Dame à Versailles le 18 novembre 1692

Ses parrain et marraine sont Louis Ier de Lorraine (1641-1718), Comte d'Armagnac, et Catherine de Neufville (vers 1639-1707).



Naissance de Louis II de Melun

Louis II de Melun naît en octobre 1694, fils de Louis Ier de Melun et de Marie Élisabeth de Lorraine.



Naissance d'Anne-Julie-Adélaïde de Melun

Anne-Julie-Adélaïde de Melun naît en 1698, fille de Louis Ier de Melun (1673-1704) , Prince d'Épinoy? et de Marie Élisabeth de Lorraine (1664-1748), Princesse de Lillebonne.



Louis Ier Grimaldi Ambassadeur du roi de France auprès du Saint-Siège

Louis Ier Grimaldi est envoyé en 1699 par Louis XIV comme ambassadeur du roi de France auprès du Saint-Siège, demeurant au Palais Corsini alla Lungara.

Charles François de Vintimille conduit en grande pompe à Civitavecchia, avec 4 galères, Louis Ier Grimaldi.


Antoine Ier Grimaldi par Hyacinthe Rigaud en 1706

Mort de Louis Ier Grimaldi

Antoine Ier Grimaldi Prince Monaco

Louis Ier Grimaldi meurt à Rome le 2 ou 3 janvier 1701.

Antoine Ier Grimaldi succède à son père Louis Ier Grimaldi et devient le 3e prince de Monaco sous le nom d'Antoine II de Monaco.

Louis Ier Grimaldi a, lors de son ambassade auprès du Saint-Siège, dépensé des sommes immenses. Antoine Ier Grimaldi doit réduire son train de vie et quitte la cour de Versailles.

Louis XIV le voit partir avec regret. Adieu, monsieur de Monaco, lui dit-il, comptez que vous emportez mon estime, mon amitié et ma confiance.


Philippe V d'Espagne - par Jean Ranc - musée du Prado - Madrid Marie-Louise Gabrielle de Savoie

Mariage de Philippe V d'Espagne avec Marie-Louise Gabrielle de Savoie

Philippe V d'Espagne épouse à Figueras, à la frontière franco-espagnole en Catalogne, le 3 novembre 1701 Marie-Louise Gabrielle de Savoie. Leurs enfants sont :

Les trois premiers fils reçoivent des prénoms d'origine française inusités à la cour d'Espagne, le quatrième un prénom remontant à l'époque d'avant les Habsbourgs, en hommage au premier Prince espagnol canonisé par l'Église.

Par ce mariage, Marie-Louise Gabrielle de Savoie est :

Marie-Louise Gabrielle de Savoie est Surnommée par ses sujets La Savoyana.

Elle sera très aimée en Espagne.



Louis Ier de Melun Colonel du régiment de Picardie et Maréchal de Camp

Louis Ier de Melun devient Colonel du régiment de Picardie, et est fait maréchal des camps et armées du roi en février 1702.



Combat d'Eckeren

Louis Ier de Melun sert en Flandre en 1703

Louis Ier de Melun se trouve au combat d'Eckeren, le 30 juin 1703



Naissance de Louis Ier d'Orléans

Louis Ier d'Orléans Duc de Chartres

Louis Ier d'Orléans dit le Pieux ou le Génovéfain naît à Versailles le 4 août 1703, fils de Philippe II d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon.

Louis Ier d'Orléans est élevé par Françoise-Marie de Bourbon, sa mère, par Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, sa grand-mère, et surtout par son précepteur, le sage abbé Nicolas-Hubert Mongault.

Louis Ier d'Orléans est titré Duc de Chartres.



Mort de Louis Ier de Melun Prince d'Epinoy, Marquis de Roubaix, Baron d'Antoing, Seigneur de Franleu

Louis II de Melun Seigneur de Roubaix

Marie Élisabeth de Lorraine Comtesse de Saint-Pol

Louis Ier de Melun meurt à Strasbourg le 24 septembre 1704 de la petite vérole.

Son cœur est rapporté à Lille dans l'église des Dominicains.

Louis II de Melun succède à Louis Ier de Melun, son père, comme Seigneur de Roubaix et Prince d'Épinoy.

Marie Élisabeth de Lorraine, son épouse, acquiert de Marie Anne d'Orléans le titre de comtesse de Saint-Pol.

Cette vente occasionne un long débat entre :

pour les droits de relief, car les uns soutenaient que le comté de Saint-Pol releve de Boulogne, les autres qu'il est mouvant de l'Artois, comme étant dans la gouvernance d'Arras.



Louis Ier de Rohan-Chabot Duc de Rohan

Louis Ier de Rohan-Chabot, est troisième Duc de Rohan, Marquis de Blain, Comte de Porhoët et de Moret, Baron de La Garnache et de Beauvoir-sur-Mer.

Par arrêt du Conseil du Roi de 1706, Louis Ier de Rohan-Chabot est confirmé dans les noms et armes et titres de Rohan, contre :



Naissance de Louis Ier d'Espagne

Louis Ier d'Espagne naît au Palacio del Buen Retiro à Madrid le 25 août 1707, fils de Philippe V d'Espagne et de Marie-Louise Gabrielle de Savoie.

Louis Ier d'Espagne, héritier présomptif du trône de son père, est fait prince des Asturies.



Mariage de Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot avec Françoise de Roquelaure

Françoise de Roquelaure est promise à Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot.

La rumeur de la cour donne Françoise de Roquelaure pour une bâtarde de Louis XIV.

Selon Louis III de Rouvroy de Saint-Simon :

Sur le point de signer, la duchesse de Roquelaure exige que Louis Ier de Rohan-Chabot donne plus à son fils.

Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot enlève Mlle de Roquelaure.

Le mariage a lieu à Ménilmontant, dans une petite maison appartenant au Duc de Lorge.

Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot épouse le 6 mars 1708 Françoise de Roquelaure. Leurs enfants sont :

La duchesse de Roquelaure se précipite à Marly pour demander l'intervention du Roi. Tout rentre finalement dans l'ordre par la volonté du Roi. En revanche, les deux familles en profitent pour diminuer considérablement les dots des jeunes mariés, qui passent les premières années de leur union dans une perpétuelle gêne financière.

Cette aventure romanesque, rapporte le président Hénault, continua de l'être par la singularité dont le mari et la femme vécurent ensemble.

Leur maison, où tout Paris abondait, qui avait le plus grand air du monde pour la compagnie dont elle était remplie, était fondée sur quinze mille livres de rente tout au plus dont ils jouissaient. Il y a loin de là à cent mille francs au moins qu'il leur aurait fallu pour leurs dépenses, car ils ne se refusaient rien dans ce genre.

Toute la matinée se passait entre eux à chercher les moyens. Il fallait amuser quelques marchands, en embarquer d'autres, fournir des inventions au cuisinier pour faire de rien quelque chose, caresser le maître d'hôtel pour l'engager à tirer des fournisseurs sur sa parole.

Le mari et la femme étaient remplis d'expédients sur lesquels ils ne s'accordaient pas.

On les entendait se disputer avec la plus grande violence de toutes les maisons voisines.

À six heures du soir, tout cessait. La cour, pleine de créanciers le matin, se remplissait de carrosses. On soupait gaiement et l'on jouait toute la nuit.


Louis III de Bourbon-Condé

Mort d'Henri Jules de Bourbon-Condé

Louis Ier d'Orléans Premier prince du sang

Louis III de Bourbon-Condé Prince de Condé

Louis III de Bourbon-Condé Comte de Sancerre et de Charolais

Henri Jules de Bourbon-Condé meurt à Paris le 1er avril 1709.

Louis III de Bourbon-Condé garde les charges héritées de son père, mais doit lutter avec Louis Ier d'Orléans pour conserver son titre de Monsieur le Prince.

Louis III de Bourbon-Condé devient 6e prince de Condé, Comte de Sancerre et de Charolais.

Louis Ier d'Orléans est alors titré premier prince du sang.

Louis III de Bourbon-Condé est d'une constitution maladive, laid et malfaisant.



Mort de Charles de Berry Duc de Berry

Édit relatif au droit de succession des bâtards

Charles de Berry, fils du Grand Dauphin, meurt à Marly le 4 ou 5 mai 1714, victime d'un accident de cheval.

Il en réclame la grâce de celui qui l'a blessé.

Il est inhumé à St Denis. Son cœur est transporté au Val de Grace.

Voyant Louis XV, son frêle arrière-petit-fils, Louis XIV, récemment encore patriarche d'une nombreuse lignée prometteuse, ne peut s'empêcher de soupirer en présence de ses courtisans :

Voilà tout ce qu'il me reste de ma famille.

En effet Hormis Philippe V d'Espagne, le seul descendant mâle légitime de Louis XIV est alors son arrière-petit-fils : Louis XV, fils cadet de Louis le Petit Dauphin.

Il ne reste qu'un petit nombre de princes du sang dans d'autres branches.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé passe en huitième rang dans l'ordre de succession, derrière :

Louis XIV promulgue un édit le 23 juillet 1714 qui donne le droit de succession au trône, au dernier rang :

fils illégitimes qu'il a eu de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Ils ont désormais de la qualité de princes du sang.

Louis III de Rouvroy de Saint-Simon, pourtant adversaire déclaré de Louis-Auguste de Bourbon, vient lui faire ses compliments au lendemain de l'enregistrement par le Parlement de Paris.



Louis Ier d'Orléans au Conseil de Régence et au Conseil de la Guerre

Louis Ier d'Orléans est admis au Conseil de Régence le 30 janvier 1718 et le lendemain à celui de la Guerre.

Louis Ier d'Orléans n'hésite pas à s'opposer à certaines décisions de Philippe II d'Orléans, son père, et à Guillaume Dubois, son principal ministre.

À cette époque-là, selon le baron de Besenval, Louis Ier d'Orléans entretient une fille de la comédie.



Mort de Louis Ier de Lorraine-Guise Comte d'Armagnac, de Charny et de Brionne, Vicomte de Marsan

Louis Ier de Lorraine-Guise meurt à Royaumont le 13 juin 1718.

Il est inhumé à l'abbaye de Royaumont près d'Asnières-sur-Oise dans le Val-d'Oise.



Louis Ier d'Orléans Gouverneur du Dauphiné

En 1719, Louis Ier d'Orléans est nommé gouverneur du Dauphiné. Il ne résidera pas dans sa province, comme il était alors d'usage, mais il s'acquittera de sa tâche avec beaucoup d'application.


Louise Élisabeth d'Orléans - par Gobert

Projets de mariage

En 1720, Philippe V d'Espagne souhaite mettre un terme à la Guerre de la Quadruple-Alliance.

Philippe V d'Espagne propose un double mariage :

Les filles aînées du du Régent sont mariées.

Il ne reste que :

Il est décidé que :

En tant qu'héritier du vaste empire espagnol, mais aussi d'une nouvelle dynastie, Louis Ier d'Espagne se doit de prendre une épouse dès que possible.



Louis Ier d'Orléans Grand-maître de l'ordre de Saint-Lazare et de Jérusalem

En 1720, Louis Ier d'Orléans est nommé grand-maître de l'ordre de Saint-Lazare et de Jérusalem, et cherche à lui rendre son lustre passé.



Louis Ier d'Orléans Colonel général de l'Infanterie

Projet de mariage de Louis Ier d'Orléans

En 1721, Louis Ier d'Orléans devient Colonel général de l'Infanterie.

À fin 1721, l'ambassadeur de France en Russie essaie de conclure une alliance entre Louis Ier d'Orléans et Élisabeth Ire de Russie, une fille de Pierre Ier de Russie, la future impératrice Élisabeth.

Outre l'obstacle de la religion, une telle union peut passer pour une mésalliance, même pour un arrière-petit-fils de France qui, en cette qualité, doit se contenter du prédicat d'Altesse Sérénissime.

Catherine Ire de Russie, entre en pourparlers avec la Cour de Versailles pour marier Élisabeth Ire de Russie à Louis XV, mais André Hercule de Fleury est hostile à un rapprochement avec la Russie.



Baptême de Louise-Élisabeth d'Orléans

Le 22 octobre 1721, Louise-Élisabeth d'Orléans est baptisée en la chapelle du Palais-Royal à Paris par Louis de la Vergne de Tressan.

Louis Ier d'Orléans, son frère, est son parrain.

Élisabeth Charlotte Wittelsbach sa grand-mère paternelle est sa marraine.



Mariage de Louis Ier d'Espagne avec Louise Élisabeth d'Orléans

Louis Ier d'Espagne épouse par procuration à Paris en novembre 1721 Louise Élisabeth d'Orléans.


Louise-Élisabeth d'Orléans - par Jean Ranc - 1724 - musée du Prado

Mariage de Louis Ier d'Espagne avec Louise Élisabeth d'Orléans

Louis Ier d'Espagne épouse à Lerma le 20 janvier 1722 Louise-Élisabeth d'Orléans.

Louise-Élisabeth d'Orléans apporte une dot énorme de 4 000 000 de livres

On surveille Louise-Élisabeth d'Orléans, on l'espionne, on la soupçonne de tous les maux.

La princesse des Asturies se renferme sur elle-même.

Louise-Élisabeth d'Orléans se venge en faisant mille espiègleries et caprices, se moque de ses dames de compagnie et, dit-on, les entraîne à des jeux contre nature.

Louise-Élisabeth d'Orléans refuse de paraître à la cour d'Espagne et même de parler à son mari.

La famille royale espagnole accueil plutôt froidement ce mariage.

En particulier, Élisabeth Farnèse voit la couronne d'Espagne s'éloigner de la tête de ses propres enfants.


Louis IV Henri de Bourbon-Condé Louis Ier d'Orléans

Mort de Philippe II d'Orléans

Louis IV Henri de Bourbon-Condé Premier ministre de Louis XV

Louis Ier d'Orléans Duc d'Orléans, de Valois, de Nemours et de Montpensier

Philippe II d'Orléans n'est pas en bonne santé.

Il a beaucoup grossi et est sujet à de fréquentes somnolences.

Philippe II d'Orléans meurt à Versailles le 2 décembre 1723.

Philippe II d'Orléans :

Il achète pour sa couronne le Régent, le diamant réputé le plus beau d'Europe.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé demande immédiatement au roi sa succession comme premier ministre.

Sur l'approbation d'André Hercule de Fleury, Louis XV accepte mais s'engage néanmoins à ne jamais consulter Louis IV Henri de Bourbon-Condé en l'absence de Fleury.

Laid, grand et borgne, Louis IV Henri de Bourbon-Condé passe pour "peu esprité", selon l'expression de l'époque. Il est de caractère inconstant et emporté.

Le cardinal de Bernis écrivit dans ses Mémoires au sujet du premier ministre : Si la probité et les bonnes intentions avaient suffi pour remplir ce poste important, M. le Duc aurait pu espérer d'y réussir mais les grands talents lui manquaient, et souvent les bons conseils.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé s'est enrichi de plus de 20 millions de livres grâce au système de Law. Cela lui permet de mener grand train à Chantilly où il entretient un magnifique équipage de vénerie.

Louis Ier d'Orléans devient Duc d'Orléans, de Valois, de Nemours et de Montpensier.

Louis Ier d'Orléans et Philippe V d'Espagne, sont concurremment héritier présomptif du trône de France.

En effet la question de la validité des renonciations des Bourbons d'Espagne au moment du traité d'Utrecht de 1713 n'est pas définitivement tranchée.

Écarté du gouvernement par son cousin le duc de Bourbon, Louis Ier d'Orléans s'efforce de restaurer la puissance de la maison d'Orléans en s'appuyant sur son fidèle ami le comte d'Argenson, nommé chancelier de la maison d'Orléans en 1723.

Comme premier prince du sang, Louis Ier d'Orléans siège dans tous les conseils et n'hésite pas à opiner sur les affaires de politique.

Ses relations avec Louis XV, ils ont presque le même âge, sont cordiales même s'il reproche au roi ses mœurs dissolues.

Marie Leszczynska, la reine lui manifeste une grande sympathie, de même qu'André Hercule de Fleury.

La mort de Philippe II d'Orléans arrête l'ascension de Marc-Pierre de Voyer de Paulmy pour une quinzaine d'années.


Louis Ier d'Espagne - Prince des Asturies - par Jean Ranc - en 1723

Louis Ier d'Espagne Roi d'Espagne

Le 15 janvier 1724, Philippe V abdique en faveur de son fils aîné,

Louis Ier d'Espagne devient Roi d'Espagne.

Plus préoccupé par les fêtes et à placer ses amis, le règne de Louis Ier d'Espagne est de courte durée.

Louise Élisabeth d'Orléans devient donc reines, mais le couple immature ne s'entend pas.



Mariage de Louis Ier d'Orléans avec Augusta Marie Jeanne de Bade

Marie Thomas Auguste Goyon de Matignon est envoyé par Louis XV de France en mai 1724 pour faire la demande en mariage d'Augusta Marie Jeanne de Bade pour Louis Ier d'Orléans, fils de Philippe II d'Orléans.

Louis Ier d'Orléans épouse par procuration à Rastatt le 18 juin 1724 puis en personne à Sarri près de Châlons en Champagne le 13 juillet 1724 Augusta Marie Jeanne de Bade. Leurs enfants sont :

Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes bénit ce mariage.

Augusta Marie Jeanne de Bade a une généalogie sans tache et ses parents sont au surplus catholiques.

Ceci compense une dot misérable de 80 000 livres seulement.



Mort de Louis Ier d'Espagne

Philippe V d'Espagne à nouveau roi d'Espagne

Louis Ier d'Espagne meurt à Madrid le 31 août 1724 de la variole et sans enfant.

Louis est inhumé dans la crypte du monastère du palais de l'Escurial.

Louise Élisabeth d'Orléans est renvoyée à Paris

René III de Froulay persuade Philippe V d'Espagne de remonter sur le trône.

Philippe V d'Espagne reprend alors les rênes du royaume.



Naissance de Louis-Philippe Ier d'Orléans

Louis-Philippe Ier d'Orléans Duc de Chartres

Louis-Philippe Ier d'Orléans, dit le Gros, naît à Versailles le 12 mai 1725, fils de Louis Ier d'Orléans et d'Augusta Marie Jeanne de Bade.

Il reçoit le titre de Duc de Chartres.


Marie Leszczynska

Rupture des fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne-Victoire de Bourbon

Retraite de Marie Anne de Bourbon

Mariage de Louis XV de France avec Marie Leszczynska

Le roi devenant adulte est apte à procréer. Se pose alors la question de l'héritier du trône.

Marie-Anne-Victoire de Bourbon n'a que 6 ans et Louis IV Henri de Bourbon-Condé redoute de perdre le pouvoir au cas où le jeune roi, de santé fragile, viendrait à disparaître.

En 1725, on prend la décision de rompre les fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne-Victoire de Bourbon et de la renvoyer dans son pays.

Marie Anne de Bourbon se retire alors dans ses châteaux où elle mène une vie de plus en plus recluse.

On chercher une nouvelle fiancée. Fleuriau de Morville, l'un des secrétaires d'État, dresse une liste des partis possibles. Cent noms de Princesses européennes sont présentés et l'on n'en retint que 8.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé ne peut imposer une de ses sœurs. Aussi refuse-t-il toutes les princesses alliées à la branche rivale des Orléans en dépit des intérêts du Royaume, notamment les filles du Duc et de la Duchesse de Lorraine.

On prête un rôle à Jeanne Agnès Berthelot de Pléneuf dans ces manœuvres.

Le 31 mars 1725, faute de mieux et à la grande déception de la cour et de la nation toute entière, Marie Leszczynska, fille du roi détrôné de Pologne est choisie par Luis XV et André Hercule de Fleury.

Elle vit alors chichement en Alsace d'une pension que lui verse la France. Elle est de 7 ans plus âgée que le roi.

Le 2 avril 1725, Louis IV Henri de Bourbon-Condé demande à Stanislas Ier Leszczynski sa fille en mariage au nom de Louis XV.

Néanmoins, le 15 août 1725, Louis Ier d'Orléans épouse Marie Leszczynska par procuration dans la cathédrale de Strasbourg, devant le cardinal de Rohan, grand aumônier de France.

Le 4 septembre 1725, Marie Leszczynska rencontre Louis XV.

Louis XV de France épouse à la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau le 5 septembre 1725 Marie Leszczynska. Leurs enfants sont :

Seule l'aînée des sœurs se mariera, les autres resteront à la cour, auprès de leurs mères et frères.

Le mariage est consommé le soir même, et le roi fera durer la lune de miel à Fontainebleau jusqu'en décembre. Marie tombe aussitôt amoureuse du roi, qui lui-même en est très épris.

On donne à la nouvelle reine, André Hercule de Fleury comme grand aumônier, et des serviteurs qui ont veillé sur Louis XV enfant, afin de lui permettre de mieux connaître son mari.

Elle se fait instruire dans les questions de cérémonial et d'étiquette et assume ses devoirs de représentation lors des fréquentes absences de Louis XV, à la chasse ou ailleurs.

Grande amatrice de musique et de peinture, elle peint elle-même des aquarelles, c'est elle la véritable mécène de la culture à la cour.

Jeanne Agnès Berthelot de Pléneuf noue une amitié de 2 années qui en fait, pendant un temps, la femme la plus puissante de la cour.

Charles VII Albert de Bavière est à Versailles pour ce mariage.



Naissance de Louise Marie d'Orléans

Mort d'Augusta Marie Jeanne de Bade

Louise Marie d'Orléans, dite Mademoiselle, naît à Paris le 5 août 1726, fille de Louis Ier d'Orléans et d'Augusta Marie Jeanne de Bade.

Augusta Marie Jeanne de Bade meurt en couches le 8 août 1726.



Mort de Louis Ier de Rohan-Chabot

Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot Duc de Rohan

Louis Ier de Rohan-Chabot meurt à Paris le 17 août 1727.

Louis Ier de Rohan-Chabot retire de la chapelle du château de Blain les restes des membres calvinistes de sa famille pour les placer dans un nouvel enfeu, et fait bénir la chapelle par M. Louis Guilhard, recteur.

Louis II Bretagne Alain de Rohan-Chabot succède à son père et devient quatrième Duc de Rohan.



Mariage de Frédéric III de Saxe-Gotha-Altenbourg avec Louise Dorothée de Saxe-Meiningen

Frédéric III de Saxe-Gotha-Altenbourg épouse le 17 septembre 1729 Louise Dorothée de Saxe-Meiningen (1710-1767), sa cousine, fille d'Ernest-Louis Ier de Saxe-Meiningen. Leurs enfants sont :



Retraite de Louis Ier d'Orléans

En 1742, Louis Ier d'Orléans, dont la dévotion n'a cessé de grandir depuis un veuvage qui l'a laissé inconsolable, se retire à l'abbaye Sainte-Geneviève.

Il passe les 10 dernières années de sa vie et continue de se tenir au courant des affaires, gère son apanage, reçoit et protège les savants et se consacre à des œuvres charitables.



Projet de mariage de Louis-Philippe Ier d'Orléans et d'Anne-Henriette de France

Très jeune, Louis-Philippe Ier d'Orléans se prend d'une passion partagée pour Anne-Henriette de France, une des filles de Louis XV, et veut l'épouser.

Louis XV de France pose d'abord sur cette idylle un regard bienveillant.

André Hercule de Fleury qui cherche à ménager l'Espagne, voit dans ce projet la source possible de graves complications diplomatiques.

En effet, Louis XV n'a qu'un fils. En cas de disparition de celui-ci, le trône de France serait revendiqué à la fois :

Marier une fille de Louis XV de France au fils de Louis Ier d'Orléans donnerait l'avantage à ce dernier.

Louis XV de France refuse donc d'accorder à Louis-Philippe Ier d'Orléans, fils de Louis Ier d'Orléans la main de sa fille qui finira ses jours célibataire.



Projet de mariage de Louis-Philippe Ier d'Orléans et d'une fille de Charles VII Albert de Bavière

Louis Ier d'Orléans songe alors à une fille de Charles VII Albert de Bavière, Électeur de Bavière.

Officiellement, Louis XV et André Hercule de Fleury font mine de soutenir sa démarche. Charles VII Albert de Bavière fait traîner l'affaire qui ne sera pas conclue.


Louise Henriette de Bourbon-Conti – 1744 - par Jean-Marc Nattier - New York - Metropolitan Museum of Art

Mariage de Louis-Philippe Ier d'Orléans avec Louise Henriette de Bourbon-Conti

Louis Ier d'Orléans doit se rabattre pour son fils sur une cousine éloignée.

Louis-Philippe Ier d'Orléans épouse en 1743 Louise Henriette de Bourbon-Conti. Leurs enfants sont :

Ce choix désespéré ne rehausse en rien le prestige de la maison d'Orléans. Au contraire, y fait entrer encore plus du sang des bâtards de Louis XIV.

Le duc d'Orléans pense du moins que la jeune fille, élevée dans un couvent, serait un modèle de vertus chrétiennes. Au contraire, elle s'avérera un modèle de dévergondage. Elle le trompera outrageusement et son inconduite suscitera un scandale permanent.



Mort de Françoise-Marie de Bourbon

Françoise-Marie de Bourbon meurt en février 1749.

Le château de Bagnolet passe à Louis Ier d'Orléans, son fils.

Entre 1724 et 1749, Françoise-Marie de Bourbon a dépensé 662 545 livres en constructions et autre ouvrages, sans compter le coût des acquisitions de terrain.

Louis Ier d'Orléans ne profite guère du château de Bagnolet vivant une vie recluse et studieuse à l'abbaye de Sainte-Geneviève.

Il vend une partie du mobilier, en particulier les tableaux galants.

Il fait probablement blanchir les grisailles du pavillon de l'Ermitage.


Caroline-Louise de Hesse-Darmstadt

Mariage de Charles Ier Frédéric de Bade avec Caroline-Louise de Hesse-Darmstadt

Charles Ier Frédéric de Bade épouse le 28 janvier 1751 Caroline-Louise de Hesse-Darmstadt, fille de Louis VIII de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :


Louis-Philippe Ier d'Orléans - d'après Louis Michel Van Loo

Mort de Louis Ier d'Orléans

Louis-Philippe Ier d'Orléans Premier prince du sang

Louis-Philippe Ier d'Orléans Duc d'Orléans, de Valois, de Nemours et de Montpensier

Louis-Philippe Ier d'Orléans Gouverneur du Dauphiné

Louis Philippe II Joseph d'Orléans Duc de Chartres

Sur la fin de ses jours, ayant l'esprit un peu dérangé, Louis Ier d'Orléans refuse de croire que l'on peut mourir. Il refuse aussi de croire aux naissances qu'on lui annonce, de ses petits-enfants. Ne croyant pas à leur légitimité, il refuse de les reconnaître.

Selon le baron de Besenval, le prêtre chargé de l'assister lui refuse de ce fait les derniers sacrements.

Louis Ier d'Orléans meurt à Paris le 4 février 1752.

Louis Ier d'Orléans a de la réputation comme hébraïsant.

Il a formé un cabinet d'histoire naturelle et un riche médailler.

Il laisse des ouvrages d'érudition et de piété qui sont restés manuscrits.

On l'a soupçonné de jansénisme, mais sans preuve suffisante.

Louis-Philippe Ier d'Orléans, Premier prince du sang, devient Duc d'Orléans, de Valois, de Nemours et de Montpensier.

Louis-Philippe Ier d'Orléans est nommé Gouverneur du Dauphiné.

À la mort de son grand-père, Louis Philippe II Joseph d'Orléans porte le titre de Duc de Chartres.

En 1752, dans l'inventaire après décès de Louis Ier d'Orléans, la valeur du domaine de Bagnolet est estimée à 261 754 livres.



Naissance de Louis X de Hesse-Darmstadt

Louis Ier de Hesse ou Louis X de Hesse-Darmstadt naît en 1753, fils de Louis IX de Hesse-Darmstadt et de Caroline-Henriette de Deux-Ponts-Birkenfeld.



Naissance de Louis Ier de Bade

Louis Ier de Bade naît le 9 février 1763, fils de Charles Ier Frédéric de Bade et de Caroline-Louise de Hesse-Darmstadt.


Charlotte Georgine Louise de Mecklembourg-Strelitz

Mariage de Frédéric Ier de Saxe-Hildburghausen avec Charlotte Georgine Louise de Mecklembourg-Strelitz

Frédéric Ier de Saxe-Hildburghausen épouse le 3 septembre 1785 Charlotte Georgine Louise de Mecklembourg-Strelitz, fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz. Leurs enfants sont :


Wilhelmine de Hesse-Darmstadt

Mariage de Maximilien Ier Joseph de Bavière avec Wilhelmine de Hesse-Darmstadt

Maximilien Ier Joseph de Bavière épouse en 1785 Wilhelmine de Hesse-Darmstadt, fille de Georges-Guillaume de Hesse-Darmstadt et de Louise de Linange ou Leiningen. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Bavière

Louis Ier de Bavière naît à Strasbourg le 25 août 1786, fils de Maximilien Ier Joseph de Bavière et de Wilhelmine de Hesse-Darmstadt.

Son père est alors officier au service de la France.

Louis XVI de France est son parrain.


Louise Caroline Geyer von Geyersberg

Mariage de Charles Ier Frédéric de Bade avec Louise-Caroline Geyer von Geyersberg

Charles Ier Frédéric de Bade est veuf de Caroline-Louise de Hesse-Darmstadt.

Toujours ardent, Charles-Frédéric de Bade cherche à se remarier.

Charles Louis de Bade est connu pour son avarice qui l'aurait poussé à empêcher Charles Ier Frédéric de Bade, son père, de se remarier avec une princesse de sang royal.

Charles Louis de Bade, son fils aîné, et Amélie de Hesse-Darmstadt, sa belle-fille, n'ayant pas alors de descendance mâle et craignant de perdre leur prérogatives au profit de demi-frère plus jeunes, incitent le vieux margrave à prendre une maîtresse.

Leur choix se porte sur une ravissante jeune fille de leur entourage, Louise-Caroline. La jeune fille refuse de devenir une favorite et réclame le mariage.

Charles Ier Frédéric de Bade épouse morganatiquement en 1788 Louise-Caroline Geyer von Geyersberg, fille du baron Louis Henri Geyer de Geyersberg ou von Geyersberg. Leurs enfants sont :

Louise-Caroline Geyer von Geyersberg est créée Comtesse von Hochberg.

Les enfants de ce second lit sont non dynastes, ils portent le nom et le titre de leur mère.

Cependant, d'aucuns prétendent que les plus jeunes enfants seraient issus de la relation adultérine de Louise-Caroline Geyer von Geyersberg et de Louis Ier de Bade, son beau-fils, un débauché notoire.



Louis Ier de Bade Officier dans l'armée prussienne

Louis Ier de Bade n'est pas destiné à régner.

Orienté vers la carrière des armes, il devient officier dans l'armée prussienne.

Il participe aux batailles de la première coalition contre la France révolutionnaire.



Louis Ier de Bade Ministre de l'intérieur en Bade

En 1793, Louis Ier de Bade revient en Bade. Conseiller très écouté de Charles Ier Frédéric de Bade, son père, il devient ministre de l'intérieur.



Mort de Charles Louis de Bade

Charles II Frédéric de Bade Prince héritier

Charles Louis de Bade rend visite à Frédérique de Bade, sa fille, reine de Suède,

Charles Louis de Bade meurt à Arboga en Suède le 16 décembre 1801 d'une chute de traîneau.

Charles II Frédéric de Bade, son fils, devient prince héritier.

Charles Ier Frédéric de Bade se repose beaucoup sur Louis Ier de Bade, frère de Charles Louis de Bade.

Louis Ier de Bade, peut être complice de Louise-Caroline Geyer von Geyersberg, désirant conserver le pouvoir, met sous son influence Charles II Frédéric de Bade, son neveu, et l'entraîne dans des débauches qui poussent le jeune homme vers une fin prématurée.


Stéphanie de Beauharnais

Mariage d'Eugène de Beauharnais avec Augusta-Amélie de Bavière

Eugène de Beauharnais Prince de Venise

Stéphanie de Beauharnais Princesse impériale

Mariage de Charles II Frédéric de Bade avec Stéphanie de Beauharnais

Napoléon Ier veut marier Augusta-Amélie de Bavière à Eugène de Beauharnais, son fils adoptif.

Les fiançailles de Charles II Frédéric de Bade avec Augusta-Amélie de Bavière sont rompues sur les instances de Napoléon Ier.

En compensation, Napoléon Ier adopte Stéphanie de Beauharnais, une cousine d'Eugène de Beauharnais.

Napoléon Ier fait Stéphanie de Beauharnais princesse impériale en 1806.

Eugène de Beauharnais épouse le 14 janvier 1806 Augusta-Amélie de Bavière, fille de Maximilien Ier Joseph de Bavière. Leurs enfants sont :

Cette union est particulièrement heureuse.

Napoléon Ier investit Eugène de Beauharnais du titre de Prince de Venise, le déclare son fils adoptif et l'héritier présomptif de la couronne d'Italie.

Napoléon Ier donne à Claude de Beauharnais, père de Stéphanie de Beauharnais, la sénatorerie d'Amiens le 16 mars 1806.

Charles II Frédéric de Bade épouse le 8 avril 1806 Stéphanie de Beauharnais, fille de Claude de Beauharnais et de Claudine Françoise Adrienne Gabrielle de Lézay-Marnézia. Leurs enfants sont :

Aux commencements, le mariage n'est pas heureux, les deux époux étant plutôt immatures.

De plus Charles II Frédéric de Bade subit l'influence de son oncle Louis Ier de Bade, un débauché notoire qui l'entraîne dans ses excès.

Charles II Frédéric de Bade délaisse pendant 6 ans une épouse coquette.



Ferdinand III de Toscane Duc de Franconie

Établissement de la Confédération du Rhin

Charles Ier Frédéric de Bade Grand-Duc de Bade

Louis Ier de Bade Ministre des finances

Ferdinand III de Toscane renonce à Salzbourg, annexé par François Ier d'Autriche, son frère.

Lors de l'établissement de la Confédération du Rhin le 12 juillet 1806, François Ier d'Autriche doit renoncer au titre d'empereur germanique.

Ferdinand III de Toscane accepte de Napoléon Ier le duché de Franconie, nouvel État créé pour lui avec les possessions de l'évêché de Wurtzbourg et rejoint la confédération du Rhin.

Le margraviat de Bade est élevé au rang de grand-duché.

Charles Ier Frédéric de Bade est élevé à la dignité grand-ducale par Napoléon Ier en 1806.

En 1806, le margraviat de Bade entre dans la Confédération du Rhin sous la protection de Napoléon Ier.

Louis Ier de Bade devient alors ministre des finances.

Napoléon Ier n'ayant pas confiance en ce prince prussophile, débauché et manipulateur, le fait disgracier et écarter des affaires.

En 1806, Frédéric Ier de Saxe-Hildburghausen rejoint la Confédération du Rhin.

La principauté d'Hechingen adhère à la Confédération du Rhin. Frédéric Hermann Othon de Hohenzollern-Hechingen sert comme officier dans l'armée napoléonienne.


Thérèse de Saxe-Hildburghausen

Mariage de Louis Ier de Bavière avec Thérèse de Saxe-Hildburghausen

Il acquiert très jeune un goût pour les arts, et effectue de nombreux voyages en Italie.

Louis Ier de Bavière prend part aux guerres napoléoniennes d'abord dans les troupes de Napoléon Ier.

Maximilien Ier Joseph de Bavière, son père, ne désire pas mésallier Louis Ier de Bavière avec une "napoléonide".

Louis Ier de Bavière épouse en 1810 Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Leurs enfants sont :

Les festivités à l'occasion de ces noces sont à l'origine de la première Oktoberfest.


Charles II Frédéric de Bade

Mort de Charles Ier Frédéric de Bade

Charles II Frédéric de Bade Grand-duc de Bade

Charles Ier Frédéric de Bade meurt à Karlsruhe le 10 juin 1811 après un règne de 73 ans.

Charles-Frédéric de Bade est cité comme le type même du despote éclairé de l'ère des Lumières pour sa juste conduite dans ses États de Bade.

Charles Ier Frédéric de Bade crée des universités, fait développer l'urbanisme.

Charles II Frédéric de Bade succède à Charles Ier Frédéric de Bade, son grand-père, et devient Grand-duc de Bade en 1811.

Louis Ier de Bade ne peut revenir à la cour de Karlsruhe qu'après la mort de Charles Ier Frédéric de Bade, son père.

Louis Ier de Bade est très proche de Charles II Frédéric de Bade, son neveu, qu'il a entraîné très jeune dans ses débauches.



Naissance de Maximilien II de Bavière

Maximilien II de Bavière naît à Munich le 28 novembre 1811, fils de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen.



Traité de Ried

Le traité de Ried est signé le 8 octobre 1813 entre la Bavière représentée par le prince Karl Philipp von Wrede et l'Autriche représentée par Louis Ier de Bavière.

Par ce traité, la Bavière abandonne la confédération du Rhin et accepte de se joindre à la sixième coalition opposée à Napoléon Ier en échange de la garantie du maintien de son statut d'état souverain et indépendant.

Le 14 octobre 1813, la Bavière déclare formellement la guerre contre la France napoléonienne.



Naissance d'Othon Ier de Grèce

Othon Ier de Grèce naît au Schloss Mirabell de Salzbourg en actuelle Autriche le 1er juin 1815, fils de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen.

Il appartient à la maison de Wittelsbach.


Louis Ier de Bade - en 1820 Palais de Mannheim

Mort de Charles II Frédéric de Bade

Louis Ier de Bade Grand-duc de Bade

Victime de ses excès, Charles II Frédéric de Bade meurt à Rastatt le 8 décembre 1818 apparemment sans héritier masculin.

Maximilien Ier Joseph de Bavière réclame au nom de Frederica Caroline Wilhelmina de Bade, son épouse, l'héritage du grand-duché de Bade.

Louis Ier de Bade devient Grand-duc de Bade en 1818.

Louis Ier de Bade, son oncle, lui succède et devient Grand-duc de Bade.

Charles II Frédéric de Bade laisse Stéphanie de Beauharnais, Grande-duchesse douairière de Bade, seule, sans appui au milieu d'une cour et d'une Europe hostile aux Napoléonides, avec 3 filles en bas âge.

Stéphanie de Beauharnais se réfugie à Mannheim, terre catholique, où sa conduite irréprochable, et puisée dans une foi profonde, lui attire le respect puis la sympathie de toutes les cours d'Europe.

Elle bénéficie notamment de la sympathie :

Lors de la création de la constitution de 1818, les droits à la succession des enfants de Louise-Caroline Geyer von Geyersberg et de Charles Ier Frédéric de Bade sont consolidés.

Ils portent le titre de princes et princesses de Bade avec le titre d'altesse grand-ducale de Bade.



Naissance de Léopold de Wittelsbach

Luitpold ou Léopold de Wittelsbach ou de Bavière naît à Würzburg le 12 mars 1821, fils de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen.



Naissance d'Aldegonde de Bavière

Aldegonde de Bavière naît en 1823, fille de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen.



Création de l'École polytechnique de Karlsruhe

En 1825, Louis Ier de Bade crée l'École polytechnique de Karlsruhe.



Naissance d'Hildegarde de Wittelsbach

Hildegarde de Wittelsbach naît en 1825, fille de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen.


Louis Ier de Bavière par Joseph Karl Stieler, 1826

Mort de Maximilien Ier Joseph de Bavière

Louis Ier de Bavière Roi de Bavière

Maximilien Ier Joseph de Bavière meurt à Munich le 13 octobre 1825.

Louis Ier de Bavière devient Roi de Bavière.


Léopold Ier de Bade

Mort de Louis Ier de Bade

Léopold Ier de Bade Grand-duc de Bade

Louis Ier de Bade meurt le 30 mars 1830.

Sa mort semble suspecte à ses contemporains.

La branche directe de Bade-Durlach s'éteint.

Léopold Ier de Bade, son demi-frère, devient Grand-duc de Bade en 1830.

Léopold Ier de Bade annonce ouvertement qu'il déteste régner et qu'il souhaite abdiquer, mais Sophie de Suède, son épouse met tout en œuvre pour l'en empêcher.



Mort de Louis Ier de Bade

Léopold Ier de Bade Grand-duc de Bade

Louis Ier de Bade meurt le 30 mars 1830, dernier des Bade.

Léopold von Hochberg devient le grand-duc Léopold Ier de Bade.



Mariage de Ferdinand II de Portugal avec Marie II de Portugal

Marie II de Portugal est veuve d'Auguste Charles Eugène Napoléon de Beauharnais.

Ferdinand II de Portugal épouse en 1836 Marie II de Portugal. Leurs enfants sont :



Naissance de Louis Ier de Portugal

Louis Ier de Portugal ou Luís I naît à Lisbonne en 1838, fils de Ferdinand II de Portugal et de Marie II de Portugal.



Mariage de François V de Modène avec Aldegonde de Bavière

François V de Modène épouse à Munich le 30 mars 1842 Aldegonde de Bavière, fille de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Leur enfant est :


Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine

Mariage de Victor-Emmanuel II de Savoie avec Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine

L'alliance entre la Sardaigne et l'Autriche est consolidée.

Victor-Emmanuel II de Savoie épouse à Stupinigi (Turin) le 12 avril 1842 Marie Adélaïde de Habsbourg-Lorraine, sa cousine. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert d'Autriche avec Hildegarde de Wittelsbach

Albert d'Autriche épouse en 1844 Hildegarde de Wittelsbach, fille de Louis Ier de Bavière et de Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Leur enfant est :



Mariage de Charles-Louis-Josselin de Rohan-Chabot avec Octavie Rouillé de Boissy

Charles-Louis-Josselin de Rohan-Chabot épouse Octavie Rouillé de Boissy. Leur enfant est :



Naissance d'Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot

Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot naît à Paris 1er décembre 1844, fils de Charles-Louis-Josselin de Rohan-Chabot et d'Octavie Rouillé de Boissy.


Maximilien II de Bavière

Liaison de Louis Ier de Bavière avec Lola Montez

Abdication de Louis Ier de Bavière

Maximilien II de Bavière Roi de Bavière

Devenu impopulaire à cause de sa liaison avec Lola Montez, Louis Ier de Bavière est contraint d'abdiquer le 20 mars 1848 en faveur de Maximilien II de Bavière, son fils.

Maximilien II de Bavière devient Roi de Bavière en 1848.


Louis Ier de Portugal

Mort de Pierre V de Portugal

Louis Ier de Portugal Roi de Portugal

Pierre V de Portugal meurt en 1861.

Louis Ier de Portugal, succède à Pierre V de Portugal, son frère et devient Roi de Portugal en 1861.

La mort en 1861 de Jean de Bragance et de Fernando de Portugal, ses frères cadets, l'oblige à accepter la couronne.

Louis Ier de Portugal n'est pas du tout préparé à son rôle politique, c'est un jeune-homme versé dans la littérature et la poésie.



Mort de Pierre V de Portugal

Louis Ier de Portugal Roi de Portugal

Pierre V de Portugal meurt à Lisbonne en 1861, de maladie.

Pendant son règne, Pierre V de Portugal s'applique à moderniser son royaume.

Louis Ier de Portugal devient Roi de Portugal.


Maria-Pia de Savoie - par Carolus-Duran (1880)

Mariage de Louis Ier de Portugal avec Maria-Pia de Savoie

Louis Ier de Portugal est refusé par Sophie Charlotte Augustine de Wittelsbach.

Louis Ier de Portugal épouse le 6 octobre 1862 Maria-Pia de Savoie. Leurs enfants sont :

Maria-Pia se fait remarquer autant par son extravagance que par sa charité.

Son goût du luxe, de la mode et des fêtes lui vaut quelques remarques des parlementaires auxquels elle répond avec hauteur.

Elle ne se mêle pas de politique. Elle est surnommée l'ange des pauvres.



Naissance de Charles Ier de Portugal

Charles Ier de Portugal en portugais Carlos I naît au palais d'Ajuda à Lisbonne le 28 septembre 1863, fils de Louis Ier de Portugal et de Maria-Pia de Savoie.



Mort de Louis Ier de Bavière

Louis Ier de Bavière meurt à Nice le 29 février 1868. Louis Ier de Bavière est inhumé à l'abbaye Saint-Boniface à Munich.



Révolution espagnole

Exil d'Antoine Marie d'Orléans

Exil de François d'Assise de Bourbon

Charles Marie Jean Isidore Joseph François Quirin Antoine Michel Gabriel Raphaël de Bourbon Prétendant carliste au trône d'Espagne

Le 7 juillet 1868 commence la révolution espagnole du général Juan Prim y Prats.

Parmi les principaux financeurs de cet événement se trouve Antoine Marie d'Orléans, son beau-frère.

Le nouveau gouvernement de Gonzalez Bravo demande à Antoine Marie d'Orléans et à sa famille de quitter l'Espagne.

Le 16 juillet 1868, Antoine Marie d'Orléans s'exécute et s'installe pour un an au Portugal.

Le 30 septembre 1868, Isabelle II d'Espagne est renversée.

Isabelle II d'Espagne rejoint Marie-Christine Ferdinande de Bourbon-Siciles, sa mère, à Paris.

François d'Assise de Bourbon est contraint à l'exil.

Il prend le titre de courtoisie de Comte de Moratalla.

Ferdinand Philippe Marie d'Orléans est obligé à démissionner de l'armée espagnole.

Le nouveau gouvernement espagnol songe à Ferdinand Philippe Marie d'Orléans pour succéder à la souveraine.

Par loyauté envers Isabelle II d'Espagne mais aussi pour ne pas contrarier les ambitions d'Antoine Marie d'Orléans, son oncle, Ferdinand Philippe Marie d'Orléans décline la proposition.

Louis Ier de Portugal se voit proposer la couronne d'Espagne mais il la refuse.

Alphonse XII d'Espagne est encore un enfant. À Paris, sa première école est le collège Stanislas.

La période de 1868 à 1874 est connue sous le nom de Sexenio Democrático, les six années démocratiques.

La cause royale y est représentée au Parlement par Antonio Cánovas del Castillo.

Jean de Bourbon abdique en faveur de Charles Marie Jean Isidore Joseph François Quirin Antoine Michel Gabriel Raphaël de Bourbon, son fils, qui prend le nom de Don Carlos ou Charles VII d'Espagne.



Fondation de la Caixa Geral de Depósitos

Sous le règne de Louis Ier de Portugal, en 1876, est fondée la Caixa Geral de Depósitos : la première banque publique portugaise.



Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot Député du Morbihan

Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot devient Député du Morbihan en 1876.



Naissance de Josselin-Charles-Marie-Joseph-Gabriel-Henri de Rohan-Chabot

Josselin-Charles-Marie-Joseph-Gabriel-Henri de Rohan-Chabot naît à Paris le 1er avril 1879, fils d'Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot.


Charles Ier de Portugal Serment de Charles Ier de Portugal

Mort de Louis Ier de Portugal

Charles Ier de Portugal Roi de Portugal

Louis Ier de Portugal meurt à Cascais en 1889.

Charles Ier de Portugal devient Roi de Portugal le 19 octobre 1889.

Maria-Pia de Savoie conserve le même train de vie et assure la régence durant les déplacements de Charles Ier de Portugal et de Marie Amélie Louise Hélène d'Orléans.



Mort de Charles-Louis-Josselin de Rohan-Chabot

Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot Duc de Rohan

Charles-Louis-Josselin de Rohan-Chabot meurt à Josselin le 6 août 1893.

Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot devient onzième Duc de Rohan.



Mort d'Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot

Josselin-Charles-Marie-Joseph-Gabriel-Henri de Rohan-Chabot Duc de Rohan

Alain-Charles-Louis Ier de Rohan-Chabot meurt à Paris le 6 janvier 1914.

Josselin-Charles-Marie-Joseph-Gabriel-Henri de Rohan-Chabot devient 12e Duc de Rohan.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !