Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



20 événements affichés, le premier en 1311 - le dernier en 1384



Mariage de Jean III de Brabant avec Marie d'Évreux

Jean III de Brabant épouse en 1311 ou vers 1314 Marie d'Évreux (1303-1335), fille de Louis de France, Comte d'Évreux et de Marguerite d'Artois.

Leurs enfants sont :

Il laisse également de nombreux enfants illégitimes.



Mariage de Louis Ier de Dampierre avec Marguerite Ire de France

Robert III de Flandre fait épouser à son petit-fils la fille de Philippe V le Long et de Jeanne II de Bourgogne.

Louis Ier de Dampierre épouse en 1317 ou en juillet 1320 Marguerite Ire de France.

Leur enfant est :

Louis Ier de Dampierre a également comme enfant :



Naissance de Louis II de Mâle

Louis de Dampierre, dit Louis II de Mâle ou de Maele naît au château de Mâle en Flandre-Occidentale en 1324 ou le 25 ou 29 novembre 1330, fils de Louis Ier de Dampierre et de Marguerite Ire de France. Il est baptisé par l'évêque d'Arras Pierre Roger, futur pape Clément VI.


Blason des Comtes de Flandre

Mort de Louis Ier de Dampierre

Louis II de Mâle Comte de Flandre, de Rethel et de Nevers

Louis Ier de Dampierre meurt le 26 août 1346, massacré comme tant d'autres chevaliers français au cours de la bataille de Crécy-en-Ponthieu. Son corps est enterré par Édouard III d'Angleterre à l'abbaye de Saint-Riquier.

Il sera plus tard ramené à Bruges par son fils et successeur Louis II de Mâle, qui lui fait édifier un mausolée dans l'église Saint-Donat.

Blessé, mais vivant à l'issue de la bataille de Crécy où il a assisté à la mort de son père, Louis II de Mâle est armé chevalier le jour même par Philippe VI de Valois, réfugié à Amiens. Louis II de Mâle devient :

Louis II de Mâle rompt avec sa politique systématiquement profrançaise, pour adopter une attitude plus proche de ses sujets, louvoyant cyniquement mais lucidement entre les intérêts contradictoires des rois de France et d'Angleterre.



Retour en Flandre de Louis II de Mâle

Révolte de Gand

Dès novembre 1346, Louis II de Mâle nouveau comte est en Flandre, permettant à la vieille dynastie comtale de renouer avec les Flamands. Mais les Gantois, dominés par la puissante corporation des tisserands, veulent imposer au comte un mariage anglais, garantie d'un approvisionnement des laines insulaires.

Retenu en garde courtoise dans sa capitale, Louis II de Mâle profite d'une chasse au faucon pour s'enfuir en France, puis au Brabant.



Mariage de Louis II de Mâle avec Marguerite de Brabant

Mariage de Renaud III de Gueldre avec Marie de Brabant

Jean III de Brabant s'éloigne de l'alliance anglaise, préférant s'allier à la France en mariant ses filles à des alliés du royaume de France.

Louis II de Mâle épouse le 6 juin 1347 Marguerite de Brabant, fille de Jean III le Triomphant (allié du roi de France), Duc de Brabant et Limbourg, et de Marie d'Évreux. Leur enfant est :

Renaud III de Gueldre épouse à Tervueren le 1er juillet 1347 Marie de Brabant, Dame de Turnhout, fille de Jean III de Brabant, Duc de Brabant et de Marie d'Évreux.

Renaud III de Gueldre a une fille illégitime :



Traité entre Louis II de Mâle et Édouard III d'Angleterre

Contre toute attente, Louis II de Mâle signe un traité de neutralité avec Édouard III d'Angleterre le 25 août 1348, et appuyé sur les petites villes (Grammont, Termonde, Audenarde), reprend pied victorieusement en Flandre.



Naissance de Marguerite de Mâle

Marguerite de Mâle ou de Maele, dite de Dampierre, naît à Mâle en Flandre-Occidentale le 13 avril 1350, fille de Louis II de Mâle, comte de Flandre et Rethel, et de Marguerite de Brabant.


Jean II le Bon - aurait été peint par Girard d'Orléans à Londres en 1359 -musée du Louvre - premier portrait connu de la peinture occidentale

Mort de Philippe VI de Valois

Jean II le Bon Roi de France

Philippe VI de Valois meurt à Nogent-le-Roi (Eure-et-Loir) le 22 août 1350.

Le pouvoir des Valois est largement contesté : Édouard III d'Angleterre et Charles II le Mauvais, tous deux descendants de Philippe IV le Bel par les femmes, peuvent revendiquer la couronne.

Fils aîné de Philippe VI de Valois et de Jeanne de Bourgogne, Jean II le Bon, Duc de Normandie, succède à Philippe VI et devient Roi.

Excellent chevalier, sa bravoure lui interdit la fuite qui avait sauvé son père à Crécy.

D'intelligence probablement médiocre, il ne peut éviter de graves maladresses qui lui aliènent le plus souvent le concours des états généraux, maîtres de lui refuser les ressources financières pourtant indispensables au gouvernement.

Hésitant entre la noblesse réformatrice, les bourgeois avides de promotion et les officiers au dévouement intéressé, il ne sait ni choisir ni jouer de leurs rivalités, et c'est à la faveur de sa captivité que la noblesse prit pour un temps le contrôle des rouages essentiels de l'État.

En 1350, Louis II de Mâle refuse l'hommage à Jean II le Bon, réclamant le retour des villes de Flandre wallonne au comté.

Cela lui permet de récupérer la suzeraineté directe sur la seigneurie de Termonde.


Wenceslas Ier de Luxembourg - Maison des Ducs de Brabant - Grand-Place de Bruxelles

Bataille de Scheut

Louis II de Mâle Duc de Brabant

Révolte des Brabançons

Prise de Bruxelles par les Flamands

Afin de garantir l'indivisibilité du duché de Brabant, Wenceslas Ier de Luxembourg signe en janvier 1356 le Blijde Inkomst afin d'éviter un partage entre les filles de Jean III.

Jeanne de Brabant, en tant qu'aînée, devient Duchesse de Brabant et de Limbourg.

Wenceslas Ier de Luxembourg, son époux, devient aussi Duc de Brabant et de Limbourg mais il doit se battre contre Louis II de Mâle, marié à Marguerite de Brabant, qui revendique sa part de duché.

Louis II de Mâle réclame les arriérés de paiement de la vente de Malines et le paiement de la dot de sa femme, ce qui lui est refusé.

Louis II de Mâle envahit alors le Brabant.

Après la bataille de Scheut, les Flamands de Louis II de Mâle prennent Bruxelles le 17 août 1356 et s'empare du duché de Brabant.

Mais les Brabançons, avec à leur tête un certain Everard t'Serclaes, se révoltent du 24 au 29 octobre 1356 et par un coup d'audace parviennent à chasser les Flamands de la ville.

Avec le soutien de l'empereur Charles Ier de Luxembourg, le frère aîné de Wenceslas, Wenceslas Ier de Luxembourg et Jeanne de Brabant réussissent à faire valoir leurs droits et à conserver le duché moyennant la cession de quelques seigneuries à la Flandre.

Par la suite, Wenceslas Ier de Luxembourg devra faire face à des troubles intérieurs.



Paix d'Ath

À la paix d'Ath le 4 juin 1357, Louis II de Mâle conserve à titre viager et honorifique le titre de duc de Brabant et ses droits à succéder, reprend Malines et gagne Anvers au comté de Flandre.



Ravage de la Bourgogne

En 1360, Arnaud de Cervole rassemble de nouveau ses Routiers, part ravager la Bourgogne et force Louis II de Mâle, Comte de Nevers, à traiter avec lui.


Marguerite de Mâle ou Marguerite III de Flandres

Retour au sein de la Flandre de la Flandre wallonne

Mariage de Philippe II le Hardi avec Marguerite de Mâle

Longtemps favorable au mariage anglais, Louis II de Mâle marie sa fille au plus jeune frère du roi Charles V le Sage, en échange de quoi la Flandre wallonne (Lille, Douai, Orchies) fait retour au comté le 25 avril 1369. Une vieille revendication flamande était enfin satisfaite.

Marguerite de Mâle est veuve de Philippe Ier de Rouvres.

Philippe II le Hardi épouse à Gand le 19 juin 1369 Marguerite de Mâle, fille de Louis II de Mâle, Leurs enfants sont :

Marguerite de Mâle est nommée Marguerite III de Flandres ou Marguerite III de Dampierre.

Cela n'empêche pas Louis II de Mâle de continuer une politique indépendante, recevant les alliés d'Édouard III d'Angleterre ou prenant parti contre le pape d'Avignon pendant le Grand Schisme, pourtant favori du roi de France.



Début de la révolte des Chaperons blancs

La révolte des Chaperons blancs, nommée ainsi à cause du signe de ralliement adopté par les Gantois, éclate en 1379. Les tisserands reprennent le pouvoir à Gand en août 1379, puis dans le reste de la Flandre septentrionale. Louis II de Mâle, se réfugie à Lille.



Exil de Louis II de Mâle à Bruges

Après la révolte des petits métiers de la ville contre les tisserands le 29 mai 1380, Louis II de Mâle se réfugie à Bruges.



Bataille de Nevele

Louis II de Mâle remporte la victoire à Nevele sur les Gantois en 1381.



Bataille de la plaine de Beeverhout

Les Gantois, menés par Philippe van Artevelde, attaquent Bruges le jour de la procession du Saint Sang le 3 mai 1382. La bataille a lieu dans la plaine de Beeverhout et Louis II de Mâle doit son salut à ses qualités de nageur. Il revient à Lille.



Mort de Marguerite Ire de France

Maison de Valois-Bourgogne

Louis II de Mâle Comte de Bourgogne et d'Artois

Louis II de Mâle Seigneur de Salins

Marguerite Ire de France meurt le 9 mai 1382. Louis II de Mâle, son fils, devient Comte de Bourgogne et Comte d'Artois, Seigneur de Salins sous le nom de Louis Ier.



Bataille de Roosebecque

Pierre Ier de Villiers est appelé à lever l'oriflamme avant la Guerre de Flandres par Charles VI le Fou en 1382.

Louis II de Mâle est finalement obligé de faire appel à l'ost royal commandée par Jean de Vienne pour mater la révolte des Gantois.

Olivier V de Clisson participe à cette bataille.

Guy II de Blois-Châtillon commande l'arrière garde.

Jean IV de Mauquenchy commande l'avant-garde de l'armée royale.

La bataille de Roosebecque ou Roosebeke près de Courtrai se révèle être une victoire éclatante pour l'armée française.

Charles VI le Fou écrase les révoltés le 27 novembre 1382.

Comme l'indique Jean Froissart, le ciel se dégage subitement alors que Pierre Ier de Villiers lève l'oriflamme, les Flamands, soudainement éblouis, sont massacrés.

Le prestige de la victoire revint à Philippe II le Hardi, qui commence dès lors à asseoir son autorité sur le comté.



Mort de Louis II de Mâle

Marguerite de Mâle Comtesse de Bourgogne, d'Artois, de Flandre, de Nevers, et de Rethel

Philippe II le Hardi Comte de Flandre, d'Artois, de Nevers et de Rethel

Philippe II le Hardi Seigneur de Salins

Louis II de Mâle meurt le 9 ou le 30 janvier 1384 à Saint-Omer. Il est enterré fastueusement avec Marguerite de Brabant (morte en 1380) en l'église Saint-Pierre à Lille par son gendre le 1er mars 1384.

L'œuvre administrative de Louis II de Mâle comte est considérable et prépare l'action future des dynastes bourguignons : afin d'équilibrer le pouvoir des villes, il associa aux trois "Membres" de Flandre une quatrième entité représentative émanant du Franc de Bruges, la campagne du plat pays environnant le port.

Il scinde le Conseil comtal (la Curie) en organes spécialisés (future Chambre du Conseil pour la surveillance des comptes des baillis, Audience du Conseil chargée de la haute juridiction,...), le Conseil se maintenant comme organe des affaires politiques, dissocié de la personne du comte.

Un souverain bailli, un receveur général et un procureur général furent également créés.

Le comte s'entoura de juristes spécialisés de noblesse récente.

Enfin le comte entreprit également une politique de grands travaux, décidant le percement du canal entre Bruges, dont il avait fait sa résidence principale, et la Lys.

Dans le domaine privé, Louis II de Mâle agit comme un prince de son temps. Il menait grand train, entretenait un zoo, s'entouraient d'une cour de saltimbanques et de bateleurs, organisaient des tournois, bref se ruinait en dépenses somptuaires. On lui comptait onze bâtards. Toujours à court d'argent, il obérait de plus en plus les villes flamandes, ce qui suscita des mécontentements, notamment à Ypres, Bruges et Gand.

Marguerite devient Comtesse de Bourgogne, d'Artois sous le nom de Marguerite II, de Flandre, de Nevers, et de Rethel en 1384.

Philippe II le Hardi devient Comte de Flandre et d'Artois et Seigneur de Salins en 1384.

Philippe II le Hardi devient également Comte de Nevers en 1384 jusqu'en 1385, Comte de Rethel jusqu'en 1393.

Philippe II le Hardi mène une double politique.

Il tente de détourner les Flamands de leur sympathie pour l'Angleterre, en veillant toutefois à sauvegarder les relations commerciales des marchands avec Londres.

Il étend son influence sur les autres principautés.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !