Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



18 événements affichés, le premier en -89 - le dernier en -34



Naissance de Lépide

Marcus Æmilius Lepidus, dit Lépide, naît en 89 avant Jésus-Christ. Il appartient à la gens Æmilia qui a donné à la République romaine d'illustres hommes d'État.



La gens Æmilia,

Un consul, élu en 78 avant Jésus-Christ, appartenant à la gens Æmilia, voulut soulever le parti populaire à la mort du dictateur Sylla. En mourant, il laissait deux fils ;

l'un Paulus Æmilius, mort vers 40 avant Jésus-Christ, s'opposera à son frère Marcus Æmilius Lépide qui le fera mettre sur une liste de proscription, mais lui donnera l'autorisation de quitter secrètement l'Italie et de s'exiler à Milet.



Clodius tué par les troupes de Milon

A Rome l'anarchie s'empare des rues, en 53 avant Jésus Christ on assiste à de véritable batailles entre les troupes de Milon, un ami de Pompée, et de Clodius un ami de César, proche du peuple.

Clodius est tué en 52 avant Jésus Christ, et le peuple incendie la Curie. Lépide exerce alors les fonctions d'inter-roi.

Puis le Sénat donne les pleins pouvoirs à Pompée.

En février 52 avant Jésus Christ, en réaction aux désordres qu'il a lui même suscité, le Sénat nomme (au mépris du droit romain) Pompée consul unique et à vie, avec les pleins pouvoirs pour remettre de l'ordre.

César ne réagit pas, se trouvant dans une situation difficile avec Vercingétorix; Pompée lui promet la mort de Milon alors en fuite.

Pompée, bénéficiant du soutien des sénateurs (parmi lesquels l'orateur Cicéron), fait passer des lois peu favorables pour César, comme l'obligation pour ce dernier de se présenter à Rome pour poser sa candidature de Consul.

Pompée se fait couramment appeler "princeps", ce qui signifie le premier des citoyens (d'où nous vient le mot prince). Mais il n'ose pas intervenir avec ses troupes à l'intérieur de Rome pour imposer ses volontés au Sénat et mettre fin aux luttes de factions.

En 50 avant Jésus-Christ, Pompée convainc le Sénat de lancer un sénatus-consulte contre César, enjoignant à celui-ci de prendre congé de son armée !



Jules César franchissent le Rubicon

De Ravenne son quartier général, César envoie Cassius et Marc-Antoine lire une communication au Sénat qui s'empresse de déclarer César hors-la-loi en Janvier 49 avant Jésus Christ

César, fort de sa popularité, qu'il cultive avec soin, et de la gloire militaire qu'il s'est acquise en conquérant les Gaules, Jules César, avec la XIIIème Légion, traverse le Rubicon le 11 janvier 49 avant Jésus-Christ.

Petit fleuve côtier d'Italie centrale qui se jette dans l'Adriatique, le Rubicon sépare la Gaule cisalpine, une province romaine ordinaire, du territoire administré en direct par les magistrats romains.

La loi de Rome interdit à quiconque de franchir ce fleuve avec une armée, sauf autorisation expresse du Sénat.

En violant la loi, César lance un défi au Sénat qui dirige la République.

Anerrifthô Kubos" (Que soit jeté le dé !), aurait-il alors lancé... en grec, la langue des élites romaines de l'époque; cette formule traduite en latine donne "Iacta esto alea", ou, plus communément, "Alea jacta est".

César entre dans la Ville éternelle, les Sénateurs ont fui et Pompée aussi.

César dévalise le temple de Saturne où se trouve le trésor de la ville.

César entreprend la conquête du reste de l'Italie qu'il soumet en neuf semaines.

Lépide devient préteur.

En récompense de l'aide et de du loyalisme de Lépide, à son retour à Rome en novembre 49 avant Jésus-Christ, César le nomme propréteur de l'Espagne Citérieure.



Bataille d'Illerda

César part en Espagne ou se trouvent sept légions dévouées à Pompée. Il les met en déroute 2 août 49 avant Jésus-Christ à Illerda. Cette bataille fit 15000 morts du côté des Pompéiens.

De retour à Rome, César est nommé consul.

En récompense de l'aide et de du loyalisme de Lépide, en novembre 49 avant Jésus-Christ, César le nomme propréteur de l'Espagne Citérieure.

Tout dévoué à César, Lépide représente, en raison de ses origines, la caution de l'aristocratie.

En 48 avant Jésus-Christ, assisté de son fidèle lieutenant Antoine, il poursuit Pompée en Épire (Grèce)



Lépide consul

César ne cessera de couvrir Lépide d'honneurs : il lui demande d'être consul en 46 avant Jésus-Christ et la même année il le désigne comme maître de la cavalerie.

Tout dévoué à César, Lépide représente, en raison de ses origines, la caution de l'aristocratie.



César Imperator, Dictateur à vie

En février 44 avant Jésus-Christ, il devient Dictateur perpétuel.

Lépide n'hésite pas à soutenir la cause de l'imperator en le faisant nommer dictateur à vie, en vertu d'une loi soumise aux comices.

César obtient aussi les pouvoirs d'un tribun et ceux d'un censeur, avec le titre de préfet des mœurs...

Il a désormais partie gagnée contre ses adversaires et devrait pouvoir se reposer sur ses lauriers...

Sous l'empire, la magistrature est vidée de son pouvoir, et seuls subsistent des consuls dits suffects. Seul l'empereur exerce l'imperium lié au consulat.

En 44 avant Jésus-Christ une prédiction des livres sibyllins affirmant que seul un roi pourrait triompher des Parthes accrédite la rumeur d'aspiration de Jules César à la royauté



Cérémonie des Lupercales

Lépide se trouve aux côtés de l'imperator lors de la célèbre cérémonie des Lupercales, le 15 février 44 avant Jésus-Christ, qui devait avoir des conséquences capitales sur l'avenir de Rome.

Lorsque César reçoit de Marc Antoine le diadème des rois hellénistiques, le peuple crie à Lépide de le lui ôter.

Celui-ci fait semblant d'être sourd et César, devant le mécontentement populaire grandissant, est contraint de l'enlever lui-même de son front, en dépit de l'insistance de Marc Antoine qui lui offre ce diadème plusieurs fois.

On peut se demander s'il n'y a pas eu de la part des deux hommes une tentative concertée de provocation.



Lépide Grand Pontife

Marc Antoine se concilie Lépide en le faisant nommer grand pontife en mai 44 avant Jésus-Christ.



Mort d'Hirtius et Pansa.

Fin juillet 43, Octave décide de réclamer le consulat, auquel il n'a pas droit du fait de son jeune age. Les sénateurs républicains lui refusent.

Lorsque les gouverneurs d'Espagne et de Gaule, avec Lépide, viennent appuyer Antoine, Octave renverse la situation en leur proposant une alliance contre le Sénat, par une marche commune sur Rome. Lors de cette marche en juillet 43 avant Jésus-Christ, il rallie à lui sans combat les trois légions que lui oppose le sénat.

Il s'appuie sur le peuple de Rome et se fait élire consul le 19 août 43 avant Jésus-Christ et conférer des pouvoirs extraordinaires qui le rendent maître de Rome.

Octave fait condamner les meurtriers de César par un tribunal régulier.



Pacte pont sur l'Argens

Marc Antoine et Lépide commandants en Gaule Méridionale, réunissent leurs armées, plus de 40.000 hommes, au pont sur l'Argens à 23 kilomètres de Fréjus.

Elle compte les VIIème, VIIlème (dont les vétérans s'implanteront plus tard à Fréjus), IXème Légions, plus de trente cohortes de cavalerie gauloise et la fameuse Vème Légion des Alouettes.

Contre ces deux armées et face aux républicains Brutus et Cassius (qui veulent restaurer la République romaine), Octave forcé de s'associer au pacte passé entre Marc Antoine et Lépide.



Entrevue de Bologne

En octobre 43 avant Jésus-Christ, Lépide organise une rencontre entre Antoine et Octave lors de laquelle ils concluent une alliance qui aboutit au second triumvirat.

Lors de cette rencontre dans une île du Reno, au confluent de deux rivières, entre Pérouse et Bologne, ils joignirent leurs mains et saluèrent réciproquement leurs armées.

Tous avaient des vues différentes :



Triumvirat

Le 11 novembre 43 avant Jésus-Christ, ils sont nommés par le Sénat romain pour exercer un triumvirat, un gouvernement à trois.

Octave, Antoine et Lépide conviennent de se partager pour cinq années les possessions territoriales de Rome

Ils conviennent également d'exercer tous les pouvoirs qui sont ratifiés par la loi Titia du 27 novembre 43 avant Jésus-Christ.

Ces pouvoirs s'étendent non seulement au législatif mais encore à l'exécutif et ils comportent des annexes importantes, comme celle qui les autorise à battre monnaie.



Assassinat de Cicéron

Les triumvirs sacrifient sans crise de conscience leurs amis respectifs et les englobent dans une proscription générale. Antoine proscrit Lucius César, son oncle maternel et Lépide, Lucius Paulus, son frère.

Le 7 décembre 43 avant Jésus-Christ, le sénateur romain, Marcus Tullius Cicero, dit "Cicéron" est égorgé près de sa villa de Formia par les hommes de Marc-Antoine. Sa tête et ses mains furent exposées sur la tribune.

Quant à Octave, il n'a de cesse de punir ceux qui ont comploté contre César.

Une cent quarante sénateurs seront assassinés au même titre que Cicéron.



Conférences de Brindes

A l'été 40 avant Jésus-Christ, il est obligé de rentrer à Rome où s'affrontent ses partisans et ceux d'Octave.

En octobre 40 avant Jésus-Christ, lors des conférences de Brindes, les triumvirs s'accordent sur une nouvelle répartition du monde romain :

Lépide cède la Narbonnaise à Marc Antoine, l'Espagne à Octave et reçoit en échange l'Afrique déjà depuis longtemps conquise qui comporte peu de légions.



Lépide Consul

Marcus Æmilius Lepidus, est élu consul en 37 avant Jésus-Christ.



Prorogation du triumvirat

Dès lors Lépide, qui fut pourtant l'initiateur et le diplomate du triumvirat, est en fait éliminé de la compétition pour le pouvoir suprême.

En 37 avant Jésus-Christ, le triumvirat est renouvelé pour 5 ans.



Lépide dépossédé de ses terres

Lépide finit par être dépossédé de ses terres en 34 avant Jésus-Christ, sans qu'il proteste, et il va finir ses jours à Circei, pratiquement oublié d'Octave qui est devenu l'empereur Auguste et dont il a cependant facilité la carrière.

Il aura manqué à Lépide la force de caractère et surtout le goût véritable du pouvoir.

Cet aristocrate de vieille souche, dont tant d'ancêtres avaient servi la République romaine, a visiblement répugné à abattre les restes d'un régime que ses pères ont soutenu.

Lépide n'a jamais constitué un danger pour les deux autres triumvirs et jamais ceux-ci n'ont redouté qu'il ne prenne le pouvoir. Ce diplomate n'est pas un chef d'armée en un temps où le pouvoir ne procède plus du Sénat et des comices, mais est issu des victoires sur les champs de bataille.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !