Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



10 événements affichés, le premier en -540 - le dernier en -479



Mariage d'Anaxandridas II

Anaxandridas II d'un premier mariage a pour enfants :

Ils naissent après Cléomène Ier de la première épouse Anaxandridas II,.



Naissance de Léonidas Ier

Léonidas Ier naît vers 540 avant Jésus-Christ, fils d'Anaxandridas II.



Cléomène Ier Roi de Sparte

L'accession au trône de Cléomène Ier n'est pas sans difficultés. Ses demi-frères Dorieus, Léonidas Ier et Cléombrote Ier.

Selon Hérodote, Dorieus a davantage de mérites, mais les Spartiates préfèrent respecter la règle et nommer roi l'aîné, Cléomène Ier qui succède à Anaxandridas II, son père, et devient Roi Agiade de Sparte en 520 avant Jésus-Christ.



Mort de Cléomène Ier

Léonidas Ier Roi de Sparte

Aux alentours de 490 avant Jésus-Christ, Cléomène Ier est contraint à l'exil quand son complot contre Démarate est dévoilé.

Cléomène Ier est rapidement autorisé à revenir à Sparte lorsque ses pairs s'aperçoivent qu'il rassemble une armée dans les territoires avoisinants.

À son retour, il est considéré comme fou et envoyé en prison par ses demi-frères, Léonidas Ier et Cléombrote Ier.

Cléomène Ier est retrouvé mort en prison. Il se serait suicidé !

Léonidas Ier succède à Cléomène Ier et devient Roi Agiade de Sparte.



Mariage de Léonidas Ier avec Gorgô

Léonidas Ier épouse Gorgô, fille de Cléomène Ier. Leur enfant est :


Hoplite casqué dit Léonidas - Ve siècle avant Jésus-Christ - Musée archéologique de Sparte

Réunion de la Ligue panhellénique

Thémistocle réussit à convaincre les Grecs : Athéniens, Spartiates, Corinthiens, Péloponnésiens, de se regrouper dans la ligue panhellénique.

Les Athéniens consultent l'oracle d'Apollon à Delphes. La pythie de Delphes leur conseille en premier lieu de partir aux extrémités du monde. Cela effraie encore plus les Athéniens, de plus abandonner Athènes sans se battre est presque inimaginable pour eux.

Ils décident donc de la consulter une deuxième fois. Elle leur conseille de se réfugier derrière une barrière de bois. Les Athéniens sont divisés et une partie pense alors à se protéger grâce aux fortifications en bois de l'Acropole.

Thémistocle pense plutôt que cette muraille de bois signifie la flotte.

Aristide le Juste est rappelé lors de l'invasion de la Grèce par Xerxès Ier.

À l'automne 481 avant Jésus-Christ, la Ligue panhellénique se réunit sur l'isthme de Corinthe. C'est à Sparte qu'est naturellement confiée la tête de la ligue panhellénique, y compris pour la flotte, et ce malgré l'hégémonie maritime d'Athènes

La Ligue décide l'envoi d'une force armée sous le commandement de Léonidas Ier pour défendre le défilé des Thermopyles, afin de retenir les Perses et de laisser à la flotte grecque le temps de se replier au-delà du détroit que forme l'Eubée avec le continent.

Selon Hérodote, les forces grecques envoyées aux Thermopyles représentent en tout 6 000 soldats :

D'autres sources montrent que le contingent lacédémonien comprend également 900 ou 1000 Périèques, sans oublier les Hilotes qui servent de valets d'armes.

Pour Léonidas Ier, il s'agit clairement d'une mission suicide. Il ne choisit parmi les 300 hoplites qui constituent sa garde personnelle que des citoyens ayant déjà donné naissance à des fils.

Par conséquent, il ne s'agit pas seulement d'Hippeis, corps d'élite composé parmi les 10 premières classes d'âges mobilisables, mais d'un mélange d''Hippeis et de soldats ordinaires.


Léonidas Ier se préparant au combat aux Thermopyles - Jacques-Louis David – 1814 - Musée du Louvre

Bataille des Thermopyles

Mort de Léonidas Ier

Après avoir pris position aux Thermopyles, en 480 avant Jésus-Christ, Léonidas Ier et les Grecs repoussent victorieusement plusieurs attaques perses : situés à l'endroit le plus resserré du défilé, ils se battent en rangs très serrés et sont bien protégés par leurs grands boucliers.

Après quelques jours, les Grecs sont trahis par un certain Éphialtès : Léonidas Ier se retrouve encerclé par les troupes du satrape Hydarnès.

Hérodote rapporte que pour certains, les Grecs ne parviennent à se mettre d'accord sur l'attitude à prendre : certains abandonnent leur poste pour rentrer dans leurs cités respectives, alors que Léonidas Ier décide de rester.

Léonidas Ier renvoie la majorité de ses troupes pour épargner leurs vies, mais juge inapproprié pour un Spartiate d'abandonner sa position. Il garde auprès de lui les Lacédémoniens, les Thébains et Thespiens volontaires.

La fin de la bataille varie suivant la source :

Léonidas Ier meurt donc lors de ce combat. Plus tard, sa dépouille sera transférée à Sparte où un magnifique mausolée lui est consacré.

Xerxès Ier ne franchit le défilé des Thermopyles qu'au bout de 7 jours après avoir perdu 20 000 hommes.



Cléombrote Ier Roi de Sparte

Cléombrote Ier succède à Léonidas Ier, son frère, et devient Roi Agiade de Sparte en 480 avant Jésus-Christ.



Mort de Cléombrote Ier

Pleistarchos Roi de Sparte

Pausanias Régent

Cléombrote Ier meurt en 479 avant Jésus-Christ. Pleistarchos, fils de Léonidas Ier, lui succède et devient Roi Agiade de Sparte.

N'étant pas en âge de régner, Pausanias, son cousin assure la régence au début de son règne.



Bataille de Platées

Mort de Mardonios

Prise de Thèbes

En 479 avant Jésus-Christ, Cimon fait partie de l'ambassade qu'Athènes envoie à Sparte.

Au printemps 479 avant Jésus-Christ, Mardonios :

Une coalition des forces du Péloponnèse se crée dirigée par Pausanias, régent de Sparte et neveu de Léonidas Ier. Elle comprend :

Les Grecs alignent au total 3 fois moins d'hommes que les Perses. Mais la troupe grecque constitue la plus considérable jamais réunie, même s'il faut sans doute minorer fortement les effectifs réels.

Le roi Léotychidas II est envoyé détruire le pont de bateaux établi par les Perses sur le Bosphore, pour empêcher un retour perse, mais une tempête accomplit cette tâche pour lui.

Les Grecs franchissent l'Isthme de Corinthe, arrivent près d'Éleusis afin de passer en Béotie.

Mardonios choisit un emplacement qui doit favoriser sa cavalerie, au sud de Thèbes, près de Platées.

En face, les Spartiates tiennent l'aile droite et les Athéniens l'aile gauche.

Pausanias passe pour un général avisé, apte à déceler les points faibles de l'adversaire, mais Mardonios est considéré lui aussi comme un excellent tacticien et le meilleur général perse.

De plus, le départ de Xerxès Ier lui laisse les mains libres pour mener la bataille à sa guise.

Chacun des deux généraux souhaite, à Platées, amener l'adversaire à se lancer contre ses propres positions.

Dans un premier temps, Pausanias prend position sur les contreforts du mont Cithère, tandis que Mardonios installe son camp fortifié sur l'autre rive du fleuve Asopus.

Une attaque de la cavalerie perse sur les positions grecques échoue, mais Mardonios fait harceler les lignes de ravitaillement de ses adversaires et les points d'eau.

Pausanias change alors de position et s'installe dans la plaine, où un petit massif de collines protège son armée d'une attaque frontale des cavaliers ennemis.

Mais au bout de 10 jours, le manque d'eau et de vivres le contraint à se retirer, en pleine nuit, vers une position plus proche des ses anciennes lignes, où le ravitaillement est plus facile.

Cette retraite se fait dans une certaine confusion et les différentes unités grecques perdent le contact. Mardonios estime que la désorganisation chez les Grecs lui permet de lancer un assaut, au lieu d'attendre que les querelles entre les divers contingents grecs ne divisent ses adversaires.

Le 27 août 479 avant Jésus-Christ, l'attaque perse se heurte à une farouche résistance, surtout de la part des Spartiates qui, bien que coupés du reste de l'armée, occupent une position de surplomb les protégeant de la cavalerie adverse.

Mardonios est tué dans ce combat.

La mort de leur chef, puis l'assaut donné contre leur camp retranché et l'arrivée des autres unités grecques qui viennent de vaincre les Béotiens, alliés des Perses, entraînent la défaite des troupes Perses et leur massacre en grand nombre.

Bien peu parviennent à s'enfuir et à rejoindre un autre corps de l'armée perse dont le chef, Artabaze, en conflit avec Mardonios, fait déjà demi-tour vers l'Hellespont avec environ 40 000 hommes.

Thèbes, qui a collaboré avec les Perses, est prise rapidement et ses chefs sont exécutés.

Les pertes grecques sont estimées à environ 3 000 morts. Il est par contre impossible d'évaluer celles du camp perse.

Un énorme butin est pris dans le camp de Mardonios.

Cette bataille de Platées est la dernière grande bataille terrestre des Guerres médiques.

Aristide le Juste institue une fête, les Eleuthéries, en l'honneur de cette victoire.

Des habitants de Naxos sont présents à la bataille de Platées. Le nom de Naxos est sur le trépied offert à Delphes. Après la victoire, l'Île de Naxos fait partie de la ligue de Délos.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !