Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



29 événements affichés, le premier en 1766 - le dernier en 1896



Mariage de Melchior-Cérice François de Vogüé avec Catherine Louise Bouhier de Versailleux

Melchior-Cérice François de Vogüé est veuf de Jeanne Marie Thérèse du Bouchet de Sourches.

Melchior-Cérice François de Vogüé épouse en 1766 Catherine Louise Bouhier de Versailleux ou Versalieu (1749-1783). Leurs enfants sont :



Mariage de Charles-François-Elzéar de Vogüé avec Adélaïde Louise Zéphirine de Damas d'Antigny

Charles-François-Elzéar de Vogüé épouse le 24 mai 1802 Adélaïde Louise Zéphirine de Damas d'Antigny (1784-1838). Leurs enfants sont :

Ce mariage est à l'origine des attaches territoriales que sa famille, dépossédée de ses biens en Vivarais, reconstituera :



Naissance de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé naît à Paris le 4 mai 1805, fils de Charles-François-Elzéar de Vogüé et de Adélaïde Louise Zéphirine de Damas d'Antigny.


Léonce-Louis-Melchior de Vogüé

Mort de Charles-François-Elzéar de Vogüé

Mariage de César Laurent de Chastellux avec Adélaïde Louise Zéphirine de Damas d'Antigny

Charles-François-Elzéar de Vogüé meurt à Paris le 8 octobre 1807 accidentellement.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé devient 5e marquis de Vogüé.

La tutelle de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé et de Charles-Jean-Melchior de Vogüé est confiée à Zéphirine de Damas d'Antigny, leur mère.

César Laurent de Chastellux épouse Adélaïde Louise Zéphirine de Damas d'Antigny.



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé Page du Roi

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé entre en 1821 au Corps des Pages du Roi à Versailles.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé est nommé sous-lieutenant aux hussards de la Garde.



Expédition d'Espagne

Prise de Pampelune

En 1823, une expédition est organisée pour réduire la rébellion des libéraux espagnols

Charles-Albert de Savoie-Carignan y participe pour faire oublier ses actions libérales.

Achille Baraguey d'Hilliers prend part à cette campagne d'Espagne de 1823 à 1825.

Charles Louis Constant d'Agoult et Léonce-Louis-Melchior de Vogüé participent à cette campagne.

Gaston François Félix Christophe Victor de Lévis prend part à cette expédition, comme chef de bataillon.

Jacques Jean Alexandre Bernard Law commande le 2e corps de réserve de l'armée des Pyrénées.

Alexandre Gaulthier de Rigny a un commandement dans l'armée d'Espagne et s'y distingue par son courage et par son humanité.

Jacques Jean Alexandre Bernard Law assiège et prend Pampelune le 17 septembre 1823.

Jacques Jean Alexandre Bernard Law est nommé chevalier du Saint-Esprit et de l'ordre espagnol de la Toison d'Or.

À son retour de France, Jacques Jean Alexandre Bernard Law est nommé grand veneur.



Mariage de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé avec Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé épouse en 1826 Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville (1808-1864), fille d'Eugène Charles de Machault d'Arnouville (1783-1867). Leurs enfants sont :



Naissance de Charles-Jean-Melchior de Vogüé

Charles-Jean-Melchior de Vogüé naît à Paris le 18 octobre 1829, fils de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé et d'Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville.


Attaque d'Alger par mer - le 29 juin 1830 - par Théodore Gudin - 1831

Expédition d'Alger

Bataille de Staoueli

Prise d'Alger

Le dey d'Alger aurait offensé le consul de France.

En 1830, Charles-Marie Denys de Damrémont fait partie de l'expédition d'Afrique commandée par Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont.

L'expédition coloniale française débarque à Sidi Fredj le 14 juin 1830.

Charles-Marie Denys de Damrémont commande une brigade d'infanterie et est ainsi l'un des premiers à prendre possession de cette terre.

Patrice de Mac Mahon sert d'abord lors de cette expédition d'Alger. Il se fait remarquer par sa capacité et sa bravoure.

Joseph Vinoy participe et Léonce-Louis-Melchior de Vogüé participent à cette expédition.

Les troupes françaises attendent du matériel de siège, qui tarde à arriver.

Les troupes de la Régence d'Alger se renforcent, s'établissent au campement de Staoueli et consolident leurs lignes face aux Français avec quelques batteries au centre de leurs positions.

L'attaque qu'ils déclenchent le 19 juin 1830 au point du jour, est repoussée au bout de quelques heures par les français qui s'emparent de l'artillerie algérienne et du campement de Staoueli, où ils s'établissent.

Joseph Vinoy est blessé.

Joseph Vinoy est nommé sous-lieutenant et conquiert successivement au sein de la Légion étrangère tous ses grades dans la colonie, jusqu'à celui de colonel du 2e Zouaves.

Achille Baraguey d'Hilliers commande le 1er régiment d'infanterie légère lors de la prise d'Alger.

Alger est prise le 6 juillet 1830.

Élie-Frédéric Forey prend part cette prise d'Alger et est nommé lieutenant pour s'y être distingué.



Retraite de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé

En 1830, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé quitte le service, par fidélité aux Bourbons.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé et Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville, son épouse, s'installe en Berri ou Berry (au Peseau près de Cosne ainsi qu'à la Verrerie près d'Aubigny).

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé consacre l'essentiel de ses activités à la vie économique.



Cession d'Ivoy-le-Pré

À l'automne 1834, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé acquiert les propriétés d'Ivoy-le-Pré, comprenant 3 000 arpents de bois et une forge.



Naissance de Charles-Robert de Vogüé

Charles-Robert de Vogüé naît à Paris le 16 décembre 1835, fils de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé et d'Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville.



Entrée en politique de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé entre en politique dans le Cher en 1836.



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé Conseiller général du Cher

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé est élu Conseiller général du Cher en 1839.



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé à Vogüé

En juin 1840, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé se rend pour la première fois à Vogüé sur les traces de ses ancêtres.

Le château de Vogüé est en partie en ruine.

Arrivant d'Aubenas, il est accueilli par une escorte de cavaliers venant au-devant de lui.

Il est ensuite attendu par 60 hommes armés qui l'invitent à passer le pont en fil de fer sous des arcs de triomphe de verdure.

Il est reçu par le curé, le maire, le conseil municipal et l'ensemble de la population du village.

Les discours et allocutions s'enchaînent.

Enfin, un grand dîner lui est offert par les notables avec en dessert un grand château de Vogüé avec ses 4 tours en pâtisserie.

L'accueil qu'il reçoit marquera Léonce-Louis-Melchior de Vogüé à jamais et cette journée renforcera un peu plus ses attaches avec le Vivarais et plus particulièrement Vogüé.

En 1840, suite à cette visite, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé rachète le château Vogüé auprès de la commune et celui de Rochecolombe.

Il y entreprend d'importants travaux de réparations : toitures, escalier, plafonds, planchers.

Il le met alors à la disposition des religieuses de Saint-Joseph d'Aubenas qui y tiendront une école 0.

Ces travaux donnent encore aujourd'hui au château un caractère rustique qui n'était pas le sien au moment de sa splendeur.

Il effectue aussi des travaux de conservation dans la chapelle du vieux Rochecolombe.

Cet attachement au berceau familial sera entretenu par les Vogüé jusqu'à aujourd'hui.



Cession du château de la Verrerie

En 1842, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé achète le château de la Verrerie dans le Cher où il s'installe avec sa nombreuse famille.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé échoue à la députation dans l'arrondissement de Sancerre en 1842.



Construction de l'usine métallurgique de Mazières

En 1846, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé fonde l'usine de Mazières, près de Bourges, implantée le long du canal du Berry et destinée à fabriquer le gros matériel nécessaire au chemin de fer.

L'usine qui fonctionne au coke, emploie rapidement plusieurs centaines d'ouvriers.

Deux hauts-fourneaux du type Thomas et Laurens, divers ateliers et bâtiments de magasinage, sont construits à partir de 1848.


Napoléon III en 1848

Suppression de la Chambre des pairs

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé Représentant du Cher à l'assemblée constituante

Napoléon III Député

Journées insurrectionnelles de Juin

La Chambre des pairs est supprimée en 1848 lors de la mise en place de l'Assemblée nationale constituante de la Seconde République,

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé accueille favorablement la République et est élu à l'assemblée constituante de 1848 comme représentant du Cher.

Napoléon III se présente aux élections de l'Assemblée constituante.

Le 4 juin 1848, Napoléon III est élu député dans 4 départements.

Cette élection est validée le 13 juin 1848 suivant par l'Assemblée.

Craignant le vote d'une nouvelle loi d'exil, le prince renonce à siéger vers le 15 juin 1848.

Des ouvriers parisiens se révoltent lors des journées insurrectionnelles du 22 au 26 juin 1848.

Napoléon III n'est pas être compromis dans leur répression sanglante.

Édouard-Léon Roger du Nord ne se rallie pas à la république : ardent à soutenir les intérêts du parti conservateur contre le gouvernement provisoire et contre les insurgés de juin, qu'il combat sur les barricades.

Napoléon III se représente de nouveau, et est de nouveau élu, aux élections partielles des 17 et 18 septembre 1848.

Le 9 octobre 1848 un amendement est proposé, tendant à interdire la candidature des membres des anciennes familles régnantes à la présidence.

L'amendement est repoussé et, le 14 octobre 1848, les lois d'exil concernant la famille Bonaparte sont abrogées.



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé Président Conseiller général du Cher

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé préside Conseiller général du Cher en 1849.



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé à l'Assemblée législative

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé est réélu à l'Assemblée législative en mars 1850.


Napoléon III - Président des Français en 1851

Coup d'État du 2 décembre 1851

Élie-Frédéric Forey Général de division

Harriet Howard soutient les aspirations de Napoléon III à devenir empereur et finance en grande partie son coup d'État du 2 décembre 1851.

En violation de la légitimité constitutionnelle, Napoléon III, président de la République française, conserve le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat, alors que la Constitution de la Deuxième République lui interdit de se représenter.

Le matin du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte édicte 6 décrets proclamant :

Ce coup d'État marque la victoire des bonapartistes autoritaires.

Élie-Frédéric Forey adhère au coup d'État.

Esprit Victor Élisabeth Boniface de Castellane soutient le coup d'État.

Élie-Frédéric Forey est nommé général de division le 22 décembre 1851.

Alfred Émilien O'Hara van Nieuwerkerke, colonel d'état-major de la Garde nationale, soutient le coup d'État.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé s'oppose au coup d'État du 2 décembre 1851 et est arrêté.

Frédéric Alfred Pierre de Falloux se joint aux protestataires et est arrêté un court temps.

Frédéric Alfred Pierre de Falloux n'occupera aucun poste pendant le Second Empire.



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé à l'Académie d'agriculture

Les recherches et expériences agricoles dans le Cher de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé lui donnent accès à l'Académie d'agriculture en 1863.



Mort d'Eugène Charles de Machault d'Arnouville

Eugène Charles de Machault d'Arnouville meurt en 1867.

Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville apporte à Léonce-Louis-Melchior de Vogüé :



Léonce-Louis-Melchior de Vogüé à Paris

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé s'installe à Paris, en 1868 dans un très bel hôtel particulier nouvellement bâti 2, rue Fabert où il habitera jusqu'à sa mort.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé partage les dernières années de sa vie entre cet hôtel et le domaine de Thoiry, en Seine-et-Oise.

Ses positions intellectuelles et religieuses rapprochent Léonce-Louis-Melchior de Vogüé de la revue le Correspondant dont il est un des fondateurs avec son ami E. Casalès.



Cession de la fonderie de Rosières

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé rachète la fonderie de Rosières à Lunery au marquis de Boissy.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé la revend en 1869 à un autre entrepreneur Jules Roussel.



Bataille de Frœschwiller-Wœrth

Charges de Reichshoffen

Mort de Charles-Robert de Vogüé

François Achille Bazaine Commandant en chef des armées françaises

Patrice de Mac Mahon se replie dans la région des villages de Woerth, Froeschwiller et Reichshoffen, où il est résolu à venger son premier échec.

Le 6 août 1870 lors de la Bataille de Frœschwiller-Wœrth la IIIe armée allemande du Kronprinz Frédéric III de Prusse tourne sur leur droite, près de Morsbronn, les troupes françaises de Patrice de Mac Mahon et les menace d'encerclement.

Patrice de Mac Mahon sacrifie sa cavalerie pour dégager un axe de retraite vers Metz et Verdun.

Les cuirassiers du général Michel et les lanciers chargent pour enrayer l'éventuel encerclement.

Ils vont jusqu'à s'engager dans la grand-rue de Morsbronn où ils sont littéralement exterminés par les Prussiens embusqués dans les maisons.

Patrice de Mac Mahon se décide alors à la retraite.

Pour couvrir son armée, plus au nord, il envoie les cuirassiers du général Bonnemain sur Woerth.

Les cuirassiers sont aussi décimés au milieu des champs de houblon.

Ces 2 charges inutiles, menées sur des terrains peu propices aux cavaliers, ne retarde même pas l'avance prussienne.

Les troupes françaises de Patrice de Mac Mahon sont mise en déroute.

Charles-Robert de Vogüé meurt lors de cette bataille, d'une balle en plein front.

Enterré dans une fosse commune, Léonce-Louis-Melchior de Vogüé, son père, devra faire des recherches pour retrouver son corps et lui donner une sépulture individuelle.

Louis Charles Auguste Morand se distingue brillamment le 6 aout 1870 à Froeschwiller.

Au lendemain de cette bataille, François Achille Bazaine est substitué à Patrice de Mac Mahon comme commandant en chef des armées françaises.

Napoléon III, malade et discuté, rejoint Châlons-sur-Marne et abandonne le commandement à François Achille Bazaine le 12 août 1870.

Il lui ordonne au préalable de s'occuper du repli de l'armée française sur Châlons.

Mais François Achille Bazaine n'est pas de l'avis de Napoléon III.

Il souhaite en effet livrer bataille rapidement, car il a confiance en la puissance de la place de Metz et omet l'incapacité de celle-ci à tenir un siège.

Il ne met donc aucun empressement à exécuter l'ordre reçu et emprunte lentement la route de Verdun.



Élections législatives en France

Otto von Bismarck accepte, en février 1871, l'organisation d'élections législatives en France, sous strict contrôle prussien, afin de disposer d'une assemblée entérinant le traité de Francfort.

Cette assemblée majoritairement royaliste est divisée entre légitimistes et orléanistes.

Pour permettre la restauration monarchique souhaitée par cette assemblée, un accord intervient entre les deux partis sur la prééminence d'Henri d'Artois, petit-fils de Charles X, sur Louis Philippe Albert d'Orléans, petit-fils de Louis-Philippe Ier de France.

Louis Philippe Albert d'Orléans est reconnu par les orléanistes et une grande majorité des légitimistes comme héritier d'Henri d'Artois, sans enfant

Selon la loi salique, il est le cousin le plus proche d'Henri d'Artois.

Jean de Bourbon, Comte de Montizon, est exclu de la succession au trône, notamment en raison :

Louis-Jules Trochu est Président du gouvernement de la Défense nationale jusqu'au 17 février 1871.

Louis-Jules Trochu est élu député en février 1871.

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé est réélu à l'assemblée nationale.


Charles-Jean-Melchior de Vogüé

Mort de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé Marquis de Vogüé

Charles-Jean-Melchior de Vogüé Marquis de Vogüé

Léonce-Louis-Melchior de Vogüé meurt à Paris le 25 juin 1877.

Il est inhumé à Thoiry.

Charles-Jean-Melchior de Vogüé prend devient 6e marquis de Vogüé.



Charles-Jean-Melchior de Vogüé Président la Société des agriculteurs de France

Poursuivant les travaux agricoles de Léonce-Louis-Melchior de Vogüé, son père, Charles-Jean-Melchior de Vogüé devient Président la Société des agriculteurs de France en 1896.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !