Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1352 - le dernier en 1362


Innocent VI Abbaye de Montmajour

Mort de Clément VI Pape

Renoncement de Hugues Roger de Beaufort à la Tiare

Innocent VI Pape

Clément VI meurt le 6 décembre 1352.

Clément VI donne à la Curie romaine un rôle accru dans le gouvernement de l'Église et à la cour pontificale un lustre sans précédent.

Clément VI aime le faste.

Clément VI décide que l'année sainte n'aurait plus lieu tous les cent ans mais tous les cinquante.

Il annonça la suivante pour 1350.

Homme de goût et amoureux des arts, il attire les artistes, savants et hommes de lettres.

Il renforce l'administration pontificale et alourdit la fiscalité.

Le luxe et ses actions ruinent le trésor pontifical, néanmoins, il est très admiré par ses contemporains et son règne marque l'apogée de la papauté avignonnaise.

Clément VI est le dernier pape à jouer le rôle, déjà très contesté, d'un arbitre des affaires européennes.

Il tente vainement de ramener la paix entre la France et l'Angleterre, échoue dans une médiation entre l'Aragon et Majorque, se perd, après la mort de Robert Ier d'Anjou, dans l'imbroglio des querelles italiennes et notamment de la révolte romaine de Cola di Rienzo.

Hugues Roger de Beaufort, frère de Clément VI, élu pape en 1352, renonce à la tiare par humilité.

Étienne Aubert, futur Innocent VI, naît à Beyssac-en-Corrèze d'origine modeste.

Il reçoit une formation de juriste, et obtient un doctorat en droit canonique à la faculté de Toulouse.

Il est Évêque de Clermont et Conseiller du roi de France Jean II le Bon.

Hélie de Talleyrand-Périgord participe à ce conclave.

Le conclave désigne à l'unanimité Jean Birelle, Général des chartreux, comme nouveau pontife.

Il ne convient pas à Hélie de Talleyrand-Périgord et son éloquence fait le reste.

Un nouveau vote met Étienne Aubert sur le trône de Pierre en 1352 sous le nom d'Innocent VI.

Il est le seul pape à être barbu.

Dès son élection, Innocent VI offre à Jean Birel une place au Collège des cardinaux.

Mais le chartreux refuse, désirant plutôt monter en vertus qu'en dignités.

Innocent VI mène une politique d'économie après les fastes de la cour pontificale et du pape lui-même, sous Clément VI.

Innocent VI tente de ramener la papauté à Rome.

Il envoie le cardinal Albornoz, archevêque de Tolède, en Italie, afin de pacifier les États pontificaux, ce qu'il fait brillamment.

Innocent VI fait face à la menace des Grandes compagnies dans le sud du royaume de France, et plus particulièrement en Languedoc.

Pour cela, il fait fortifier Avignon, enceinte toujours visible de nos jours.

La tour de guet de l'abbaye de Montmajour est construite au XIVe siècle.

Les constructions des XIVe et XVe siècles sont édifiées pour résister aux grandes compagnies qui ravagent alors la Provence.

Le mur d'enceinte de l'époque est aujourd'hui totalement détruit.



Hugues de la Roche démis de sa charge de Recteur du Comtat Venaissin

Démis de sa charge de Recteur du Comtat, en 1353, par Innocent VI, Hugues de la Roche et Isabeau de Maumont, son épouse, s'installent en Auvergne.



Mort de Andrea Dandolo Doge de Venise

Marino Faliero Doge de Venise

Andrea Dandolo meurt le 7 septembre 1354.

Il est le dernier doge à avoir été enterré dans la Basilique St-Marc.

Ami de Pétrarque, qui a écrit de lui qu'il était "un homme juste, incorruptible, plein d'ardeur et d'amour pour son pays, érudit, éloquent, sage, affable et humain", il est un grand protecteur des arts.

Andrea Dandolo a écrit deux chroniques latines sur l'histoire de Venise que l'on peut retrouver au tome XII du recueil de Muratori, Rerum Italicarum Scriptores.

Marino Faliero devient le 55ème Doge de Venise élu au premier tour de scrutin le 11 septembre 1354.

Marino Faliero se trouve alors en Avignon, comme ambassadeur de Venise auprès du pape Innocent VI.

Faliero est particulièrement riche et dispose d'un pouvoir important sur sa famille, laquelle a déjà donné deux doges à Venise :

Marino Faliero arrive à Venise le 5 octobre 1354, sur le Bucentaure.

Son arrivée est marquée par un incident qui est qualifié de mauvais augure : perdu dans le brouillard, le navire accoste non pas devant la porte du palais des Doges mais devant les deux colonnes de Saint Marc et de Saint Théodore, entre lesquelles ont traditionnellement lieu les exécutions capitales.


Tombeau d'Otton Visconti et de Jean Visconti dans la cathédrale de Milan Mathieu II Visconti - illustration anonyme du XVIIIe siècle

Jean Visconti Seigneur de Bologne et de Novare

Mort de Jean Visconti Seigneur de Milan

Mathieu II Visconti, Galéas II Visconti et Barnabé Visconti Co-Seigneur de Milan

Indépendance de Bologne

En 1354, Jean Visconti devient Seigneur de Bologne et de Novare.

Jean Visconti meurt le 5 octobre 1354.

Ces neveux Mathieu II Visconti, Galéas II Visconti et Barnabé Visconti lui succèdent et deviennent co-seigneurs de Milan en se partageant les seigneuries affidées :

Les prétendues escapades amoureuses d'Isabelle Fieschi servent de motif aux neveux pour exclure Luchino Visconti dit Novello de la succession de Jean Visconti en 1354.

Dans la dotation de Mathieu II Visconti, la cité de Bologne pose un problème.

Giovanni Visconti d'Oleggio en a obtenu le gouvernement en récompense de services rendus.

Ce dernier proclame l'indépendance du fief.

Mathieu II Visconti limite sa réaction à une protestation auprès du pape Innocent VI mais son frère benjamin Barnabé Visconti appelle à la révolte contre Bologne.


Fresque du Rathaus de Cologne représentant Charles Ier de Luxembourg

Charles Ier de Luxembourg Roi des Lombards

Charles Ier de Luxembourg Empereur germanique

Charles Ier de Luxembourg reçoit à Pavie le 6 janvier 1355 la couronne des Lombards.

Charles Ier de Luxembourg poursuit sa route en évitant soigneusement de se mêler des affaires intérieures des cités et se contente de nommer moyennant finances des vicaires d'empire.

Aldobrandino III d'Este est parmi les premiers à lui rendre hommage, en échange de privilèges et de récompenses.

La puissance de Jean II de Montferrat s'accroit quand il accompagne Charles Ier de Luxembourg pour son couronnement.

Jean II de Montferrat reçoit le titre de Vicaire impérial.

En 1355, à Rome, grâce à l'aide du nouveau pape Innocent VI, après avoir prié comme un simple pèlerin dans les basiliques, Charles Ier de Luxembourg se fait couronner empereur au Latran par le cardinal d'Ostie le jour de Pâques.

Il peut désormais imposer aux électeurs son fils comme successeur.

Charles Ier de Luxembourg repart le soir même pour bien montrer qu'il ne considère pas Rome comme sa capitale.



Adolphe III de La Marck Évêque de Münster

Le pape Innocent VI nomme Adolphe III de La Marck Évêque de Münster le 16 novembre 1357.



Pillage de la Provence

Arnaud de Cervole lève plusieurs compagnies de Routiers qui traversent la Durance le 13 juillet 1357 et pillent la Provence et rançonne le pape Innocent VI à Avignon.

Philippe de Tarente est envoyé en Provence en tant que vicaire général pour lutter contre ces compagnies.

Il achète le concours des troupes de Jean Ier d'Armagnac et de Jean II d'Armagnac qui se montrent aussi redoutables pour les populations locales.

Finalement Innocent VI obtient l'éloignement des ces bandes contre rançon.

Ces dangers montrent clairement la sous administration de la Provence à partir de Naples.



Mort d'Hugues IV de Lusignan

Hugues IV de Lusignan meurt le 10 octobre 1359.

Hugues de Lusignan, mis à l'écart, porte l'affaire devant le pape Innocent VI, avec notamment l'appui de Charles V le Sage, son parent.

Le pape envoie une requête aux autorités chypriotes pour qu'elles s'expliquent sur la situation.



Tentative de prise de Bologne

En 1359, Barnabé Visconti tente de reprendre Bologne que Giovanni Visconti d'Oleggio a cédé au pape Innocent VI, déclenchant ainsi la colère de ce dernier.



Conflit entre Hugues de Lusignan Pierre Ier de Lusignan

En 1360 une ambassade de Pierre Ier de Lusignan menée par le maréchal de Chypre et l'auditeur du royaume ne parvient pas à trouver un compromis avec Hugues de Lusignan, fortement soutenu par Charles V le Sage.

Le pape Innocent VI finit par convoquer Pierre Ier de Lusignan devant sa cour pour qu'il règle en personne le différend avec Hugues de Lusignan.



Condamnation de Barnabé Visconti par Charles Ier de Luxembourg

Accusation d'hérésie contre Barnabé Visconti

En 1360, l'empereur Charles Ier de Luxembourg, en accord avec le pape Innocent VI, émet un décret de condamnation de Barnabé Visconti son vicaire impérial milanais.

En août 1360, le pape Innocent VI adresse une première accusation d'hérésie à Barnabé Visconti.


Paix de Brétigny

Paix de Brétigny

Libération de Jean II le Bon

Louis II de Bourbon, Louis d'Évreux et Jean Ier de Berry Otages

Comté de Ponthieu rendu aux Anglais

À l'initiative d'Innocent VI, Androin de la Roche, abbé de Cluny, fait accepter, le 4 mars 1360, le principe d'une négociation entre la France et l'Angleterre.

Sur le chemin du retour, se voyant en mauvaise position et craignant que sa chevauchée ne s'achève sur un désastre, Édouard III d'Angleterre consent à revenir sur les accords de Londres.

Les ennemis se retrouvent au début mai 1360 dans le village de Brétigny, un hameau qui est aujourd'hui situé sur la commune de Sours, près de Chartres.

Une stèle a été dressée à proximité des lieux présumés de la négociation.

Les négociations débutent sous la présidence de Raymond de Canillac.

Jean Chandos négocie pour Édouard III d'Angleterre, durant 7 jours, en présence d'Henry de Grosmont.

Parmi les négociateurs français Jean de Dormans, évêque de Beauvais, chancelier du royaume de France, et son frère Guillaume, deux éminents juristes, défendent âprement la cause royale.

Jean II de Melun est l'un des plénipotentiaires français

Louis II de Bourbon et Charles Ier de Montmorency sont négociateurs pour la France.

Jean Ier le Meingre, Maréchal Boucicaut, est l'un des signataires du côté français.

Le 8 mai 1360 des préliminaires de paix sont signés, mettant fin à plus de deux décennies de combats.

La rançon est ramenée à 3 millions d'écus d'or, ce qui reste un montant énorme.

Les Anglais obtiennent par ailleurs une pleine souveraineté, sans hommage féodal, sur une région côtière qui comprend :

Les vicomtés de Turenne et de Thouars deviennent notamment anglaises.

En échange, Édouard III d'Angleterre convient de ne plus revendiquer le trône de France et renonce à afficher les lys capétiens sur ses armoiries.

Jean II le Bon quitte sa prison, pour quelques mois seulement.

Louis II de Bourbon, Louis d'Évreux et Jean Ier de Berry sont donnés comme otage pour garantir le traité de Brétigny.

Enguerrand VII de Coucy, Guy II de Blois-Châtillon, Jean II de Melun et Pierre II d'Alençon font aussi partie des Seigneurs donnés en otages aux Anglais.

Jean VI d'Harcourt est donné en otage et pleige.

Suit une période où le Comté de Blois est occupé et traversé par des armées créant pillage et désolation.

En décembre 1360, les premiers francs sont frappés pour aider à payer la rançon du roi Jean II le Bon.

Dénommé le Franc à cheval, il s'agit en fait d'un écu qui va être tiré à 3 millions d'exemplaires.

Il pèse 3,82 grammes d'or fin et vaut une livre tournois ou 20 sols.

Le roi y est représenté sur un destrier, armé d'un écu à fleur de lys et brandissant l'épée, avec le terme "Francorum Rex" (Roi des Francs).

Jacques Ier de Bourbon perd le Ponthieu qui est rendu aux Anglais.

Après le traité, Robert Knolles retourne en Bretagne et assiste à nouveau Jean IV le Conquérant dans sa lutte pour la possession du duché.

La lutte contre les compagnies est l'un des enjeux majeurs du retour de Jean II le Bon.

Il tente d'utiliser les unes contres les Autres.



Giannino Baglioni non reconnu comme Jean Ier le Posthume

En 1360, Giannino Baglioni se rend à Avignon, mais le pape Innocent VI refuse de le recevoir.


Hugues de Saint-Martial

Hugues de Saint-Martial Cardinal-diacre de Sainte-Marie in Portico

Lors du consistoire du 17 septembre 1361, Innocent VI remet à Hugues de Saint-Martial le chapeau de cardinal-diacre de Sainte-Marie in Portico.


Urbain V

Mort d'Innocent VI Pape

Urbain V Pape

Innocent VI meurt le 13 septembre 1362.

Hélie de Talleyrand-Périgord participe à ce conclave.

Le premier tour du conclave désigne le cardinal Hugues Roger de Beaufort avec une majorité de 15 voix.

Le cardinal-camerlingue en est le premier surpris et refuse cette charge.

Au second tour 11 voix se portent sur Raymond de Canillac, cardinal-évêque de Palestrina, autre illustre membre du clan des Roger de Beaufort.

C'est insuffisant.

Finalement, Guillaume d'Aigrefeuille l'Ancien, cardinal de Saragosse, cousin d'Hugues Roger de Beaufort, propose son candidat Guillaume de Grimoard, abbé de Saint-Victor de Marseille.

Guillaume de Grimoard est élu Pape à Avignon le 28 septembre 1362 sous le nom de Urbain V (Urbain du latin urbanus qui signifie la ville).

À Avignon, Urbain V étend les jardins en faisant aménager un verger en contrebas et ajoute une galerie de repos, la Roma, aujourd'hui disparue.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !