Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



29 événements affichés, le premier en 1180 - le dernier en 1522



Naissance d'Innocent IV

Sinibaldo de Fieschi, futur Innocent IV, naît vers 1180 ou 1190 d'une des principales familles de Gênes. Formé à Parme et Bologne, il passait pour l'un des meilleurs canonistes de son époque.


L'inquisition

L'inquisition contre l'hérésie cathare

En avril 1233, le Pape Grégoire IX confie l'Inquisition chargée de poursuivre les erreurs contre la foi catholique aux ordres religieux, les dominicains et les franciscains. Ils n'ont de comptes à rendre ni aux évêques ni au pouvoir civil.

Le 4ème concile de Latran a fixé les règles de l'Inquisition.

Le mot "Inquisition" vient du latin "inquirere" qui veut dire s'enquérir.

La procédure est très expéditive, le tribunal annonce son arrivée dans la ville, proclame le tempus gratiae permettant aux hérétiques de se repentirent puis interpelle sur dénonciation. Il suffit qu'un témoin ait vaguement vu ou entendu, on arrête immédiatement l'accusé qui n'a pas le droit d'être assisté d'un avocat.

À partir de 1252, avec l'accord d'Innocent IV les tribunaux ont recours à l'Ordalie, la torture pour les aveux, ingestion d'eau, pieds brûlés, torsion des membres.

A la fin du procès, la sentence est rendue et le condamné est remis au pouvoir civil pour exécuter la condamnation, très souvent la peine perpétuelle de prison que l'on appelle les Murs ou la "Mure".

On exhume également des cadavres de suspect pour les brûler. Le tribunal est simplement composé d'un prêtre et de deux laïcs.

Les excès de l'Inquisition lui valent l'opposition ferme de Raymond IX et l'hostilité des populations comme à Albi, Narbonne, Toulouse ou Cordes où les frères sont jetés dans un puit.

Les hérétiques se réfugient à Puilaurens, Peyrepertuse, Quéribus et Montségur.



Henri de Suse Diplomate

En 1236, Henri de Suse commence une activité diplomatique au service d'Innocent IV et d'Henri III Plantagenêt.



Fondation d'une communauté religieuse à Amilly

Vers 1242, Amicie de Montfort émet le vœu de fonder une communauté religieuse à Amilly, sur des terres qui seront ensuite annexées à Montargis.

Cette communauté sera rattachée à l'ordre des Prêcheurs, ordre du futur Saint Dominique, en 1245, grâce à une bulle du pape Innocent IV.


Innocent IV Pape

Innocent IV Pape

L'Église demeure plus d'un an sans pape.

Le nouveau conclave a lieu à Anagni.

Sinibaldo de Fieschi, évêque d'Albenga, devient Pape le 25 juin 1243 sous le nom d'Innocent IV

L'empereur Frédéric II de Hohenstaufen, avec qui il a eu de bons rapports, dit qu'il perd l'amitié d'un cardinal et gagne l'inimité d'un pape.

L'empereur commence des négociations pour mettre fin à l'excommunication et au conflit qui dure depuis Grégoire IX.



Exil d'Innocent IV

Les différends entre Innocent IV et Frédéric II de Hohenstaufen ne se règlent pas et Innocent IV fuit Rome et se retire à l'été 1244 dans sa ville de Gênes.


Innocent IV et Saint-Louis à Cluny, enluminure

Décision d'entreprendre la septième croisade

Décision de Jean de Joinville de partie en croisade

En 1244, quand Saint-Louis de France décide d'entreprendre une septième croisade, Innocent IV l'encourage, mais se désintéresse par la suite du cours des événements.

Jean Joinville décide de se joindre aux chevaliers chrétiens tout comme son père l'avait fait 35 ans plus tôt contre les Albigeois.



Premier concile de Lyon

Déposition de Frédéric II de Hohenstaufen

Grand Interrègne

Innocent IV se retire vers Lyon où il appelle un Concile général qui se réunit en 1245.

Innocent IV excommunie et dépose Frédéric II de Hohenstaufen, accordant même à ceux qui partent en guerre contre lui le statut de croisés.

Innocent IV appelle les électeurs à choisir un autre empereur.

La querelle ne s'arrêtera plus avant le décès de l'empereur.

Mathieu II de Lorraine commence à prendre ses distances par rapport à Frédéric II de Hohenstaufen.

On ignore si Henri de Suse assiste au premier concile de Lyon car bien que la chose soit probable, son nom n'apparaît dans aucun des rôles de présence et n'est cité dans aucun des récits qui nous sont parvenus de cet événement.

Watt estime qu'un pamphlet demandant la déposition de l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen ayant circulé au cours du concile pourrait bien être de sa main.

La déposition de Frédéric II de Hohenstaufen et la fin de la dynastie des Hohenstaufen est suivie d'une grande période d'anarchie nommée : le Grand Interrègne.



Mariage de Thomas II de Savoie avec Béatrice Fieschi

Thomas II de Savoie est veuf de Jeanne de Constantinople.

Thomas II de Savoie épouse avant 1245 ou en 1251 Béatrice Fieschi (1225-1283), fille de Tedisio ou Tedisio III Fieschi, Comte de Lavagna, Patrice de Genève, et de Simona de Volta di Capo Corso. Leurs enfants sont :

Béatrice Fieschi est la nièce du pape Innocent IV.

Le pape la surnomme dans une lettre la comtesse Fleskyna.



Excommunication de Sanche II le Capuce Roi de Portugal

Sanche II le Capuce fait poursuivre les enquêtes relatives aux usurpations des biens de la Couronne et n'hésite pas à s'en prendre à l'Église en s'appuyant sur la noblesse.

En 1246, comme la situation de l'Église est très difficile, l'archevêque de Porto se plaint formellement au Pape Innocent IV.

Sanche signe un traité en 10 points avec le Pape, mais ne met pas beaucoup de zèle à le mettre en pratique.

Le Pape Innocent IV excommunie Sanche II et publie une bulle où il délie ses sujets de leur devoir d'obéissance et ordonne aux Portugais de choisir un nouveau roi pour remplacer l'hérétique.



Ralliement de Mathieu II de Lorraine au pape Innocent IV

Mathieu II de Lorraine se rallie au pape Innocent IV en 1247.



Chypre placé sous la protection pontificale

En 1247, le pape Innocent IV place le royaume de Chypre sous la protection pontificale et dégage Chypre de la suzeraineté impériale.



Prise d'Ascalon

En 1247, sur la demande des Hospitaliers, Innocent IV envoie une escadre pour défendre Ascalon assiégée par le sultan d'Égypte, mais une tempête l'empêche de défendre efficacement la ville.

Ascalon est repris par les Mamelouks en 1247.



Prise de Feltre

Excommunication d'Ezzelino III da Romano

Ezzelino III da Romano conquiert Feltre en 1248.

On trouve deux sources d'opposition à la politique menée par Ezzelino III da Romano.

La famille rivale des Este en est la première source.

Le pouvoir religieux est aussi une source d'opposition à son pouvoir.

Ezzelino III da Romano est excommunié par le pape Innocent IV en 1248 comme partisan de l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen.


Mont Granier Sanctuaire de Myans

Éboulement du Mont Granier

Le Mont Granier est un sommet situé entre Chapareillan en Isère et Entremont-le-Vieux en Savoie, limitant le massif de la Chartreuse.

C'est une montagne calcaire, karstique; elle possède un réseau de grottes et de galeries creusées par l'eau, jusqu'à 500 milligrammes de calcaire par litre d'eau de pluie.

Il est recensé 341 gouffres de 10 à 560 m de profondeur, correspondant à 66 km de galeries.

Ces réseaux constituent le point de faiblesse de la montagne.

Dans la nuit du 24 au 25 novembre 1248, une partie de la corniche cède, et tombe sur un terrain composé de strates de marnes, gorgées d'eau des pluies abondantes de l'automne.

Cette chute déclenche un glissement du terrain.

Le frottement des strates l'une contre l'autre crée une élévation de la température qui provoque la vaporisation de l'eau présente dans les interstices qui accélère le glissement et génère des coulées de boue.

Tout un pan de la montagne perd ainsi une partie de la base sur laquelle elle était posée.

La largeur de la falaise, l'actuelle face nord, ainsi créée est de 700 à 800 m, sa hauteur est d'environ 900 m.

Le volume des éboulis est estimé à 500 millions de m³, les roches de la corniche ayant déclenché l'éboulement ne composant que 1 % du total.

Les éboulis suivent la pente naturelle vers le nord-est et sont été stoppés par les moraines des Marches, de Murs et de Seloge.

La zone d'épandage fait environ 23 km², avec une longueur et une largeur maximales de, respectivement, 7,5 km et 6,5 km.

Il y a une accumulation sur certaines zones de plus de 40 m d'éboulis.

Cette zone, la Diluvium Granerii, est appelée les abymes de Myans à cause de la forme bosselée qu'a pris le terrain.

Elle est utilisée depuis le début du XIVe siècle pour la culture des vignes d'où provient le vin d'Apremont.

Le nombre de victimes est habituellement estimé à 5 000 personnes, mais ce chiffre a été récemment revu à la baisse, avec une estimation d'un peu plus de 1 000 de morts.

Cinq paroisses ont été entièrement détruites par ensevelissement :

et 16 hameaux.

Deux paroisses ont été partiellement détruites :

Le mont Granier s'appelait auparavant le mont Apremont, et a été rebaptisé suite à cette catastrophe avec le nom d'un des villages engloutis.

Réciproquement, le village d'Apremont, construit sur les éboulis, a pris l'ancien nom de la montagne.

Il y a plusieurs textes relatifs à cette catastrophe :

Les textes complets, en latin et traduits, sont présentés et commentés dans un livre de Jacques Berlioz.

Matthieu Paris, moine bénédictin anglais, considère qu'il s'agit d'une punition divine et rejette la faute sur les Savoyards, qu'il accuse de trois péchés : ce sont des usuriers hypocrites, ils pratiquent la simonie et ils abusent les voyageurs de passage.

Son jugement est sans doute influencé par la haine qu'il porte aux Savoyards, suite aux épousailles en 1236 d'Henri III Plantagenêt avec Éléonore de Provence dont l'entourage savoyard prend trop d'importance, selon lui, dans les affaires du royaume d'Angleterre.

Étienne de Bourbon considère lui aussi qu'il s'agit d'une punition divine, mais sur la faute d'un seul homme.

Jacques Benevais ou Bonivard est Conseiller d'Amédée IV de Savoie et intrigue auprès du pape Innocent IV pour obtenir la jouissance d'un prieuré sous la promesse de détourner son maître de l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen et le ramener sous l'influence papale.

L'éboulement a lieu la nuit même du jour où il expulse sans ménagement les moines du prieuré.

Une légende dit que les moines expulsés du prieuré se réfugièrent dans l'église Notre-Dame de Myans, et prièrent la Vierge, qui arrêta les diables et leur œuvre destructrice au pied de l'édifice religieux.



Reconnaissance de la légitimé de Jean Ier d'Avesnes et de Baudouin Ier d'Avesnes

La légitimé de Jean Ier d'Avesnes et Baudouin Ier d'Avesnes est reconnue par le pape Innocent IV en 1250.



Hostilité de Frédéric II de Hohenstaufen envers Innocent IV

Saint-Louis tente de mettre fin à l'hostilité de Frédéric II de Hohenstaufen envers Innocent IV.

Saint-Louis fait céder plusieurs fois Frédéric II et protège le Pape sans adhérer pour autant à la politique guelfe.



Mort de Frédéric II de Hohenstaufen

Conrad IV de Hohenstaufen Empereur germanique

Conrad IV de Hohenstaufen Roi de Sicile

Frédéric II de Hohenstaufen meurt le 13 décembre 1250 au château de Fiorentino près de San Severo et de Lucera dans les Pouilles avant d'avoir vu la conclusion de la guerre civile qui déchire l'Allemagne et la Sicile.

Il est le dernier empereur de la famille des Hohenstaufen.

Après sa mort, Frédéric II Hohenstaufen devient légendaire et est surnommé Stupor Mundi, "l'émerveillement du monde", au point qu'on attendait même son retour (son personnage était alors confondu avec celui de son grand-père Frédéric Ier Barberousse).

Frédéric II de Hohenstaufen gère son État d'une manière radicalement nouvelle.

Il met en place un système centralisé d'administration en Sicile et tente de le généraliser (avec moins de succès) dans les États allemands, où il doit octroyer de plus en plus d'indépendance aux princes allemands, au fur et à mesure que son conflit en Lombardie se détériore.

Il montre parfois une extrême cruauté envers ses ennemis.

Cultivé, Frédéric II de Hohenstaufen lit et parle 9 langues: le latin, le grec, le sicilien, l'arabe, le normand, l'allemand, l'hébreu, le yiddish et le slave.

Il est un mécène des sciences, portant un grand intérêt aux sciences et aux arts, accueillant à sa cour des savants du monde entier.

Il écrit un manuel de fauconnerie "De arte venandi cum avibus" (De l'art de chasser au moyen des oiseaux) dont la préface contient un éloge de l'expérience contre les théories de l'École.

L'ouvrage déborde largement la simple fauconnerie et contient aussi une partie sur l'anatomie des oiseaux.

Ainsi les différentes positions des ailes durant le vol sont remarquablement décrites.

Les illustrations situées dans les marges sont d'une grande qualité pour l'époque.

Ce livre, du fait des opinions de Frédéric II de Hohenstaufen, est mis à l'index par l'Église et ne reparaît qu'à la fin du XVIe siècle.

Les ornithologues n'en découvrent son intérêt qu'au XVIIIe siècle.

Très critiqué par l'Église qui le surnomme : l'Antéchrist, cela ne l'empêche pas d'être le défenseur de l'orthodoxie chrétienne et d'autres religions comme le judaïsme et l'Islam.

Frédéric II de Hohenstaufen indigne son époque en adoptant les moeurs de l'Islam en s'habillant parfois en tenue orientale.

Pour imiter les princes musulmans, il a même un harem et une ménagerie à sa cour de Sicile où il se plait à résider habituellement.

Il écrit qu'il envie les califes qui sont à la fois dirigeants spirituels et terrestres.

Par contre il se montre sévère contre les sectes accusées d'hérésies surtout en Allemagne où il laisse l'Inquisition brûler de nombreux Juifs, Vaudois, Cathares ou autres dissidents contestataires...

Conrad IV de Hohenstaufen, Duc de Souabe, est élu Empereur germanique en 1250.

Le pape Innocent IV combat son élection, lui oppose Guillaume Ier du Saint-Empire, et fait prêcher une croisade contre lui.

Durant les deux premières années, Conrad IV de Hohenstaufen oriente sa politique vers l'Allemagne.

Son absence du Royaume de Sicile profite momentanément à Manfred Ier de Hohenstaufen, qui tente alors de rallier les barons siciliens à sa cause afin d'usurper le titre de roi de Sicile.

Pour éviter que leurs fiefs ne subissent les troubles liés à l'anarchie qui suit la mort de Frédéric II de Hohenstaufen, Henri de Gueldre, l'évêque de Liège, Henri III de Brabant et Otton II de Gueldre concluent une confédération chargée d'assurer leur défense commune.

La mort de Frédéric II de Hohenstaufen donne un bref sursis à Boniface II de Montferrat et calme ses velléités politiques.



Levée de l'excommunication de Thomas II de Savoie

En juin 1251, l'excommunication de Thomas II de Savoie est relevée par le pape Innocent IV, lui accordant une lettre de non-préjudice.



Nomination d'un archevêque grec dans l'île de Chypre

Innocent IV autorise en 1251 la nomination d'un archevêque grec dans l'île de Chypre.



Autorisation de la torture contre les hérétiques

En 1252 Innocent IV autorise les autorités civiles à utiliser la torture contre les hérétiques avec la bulle "Ad extirpandam".



Retour d'Innocent IV à Rome

Innocent IV peut alors revenir à Rome en 1253.

La fin de son pontificat est consacrée à la lutte contre Manfred Ier de Hohenstaufen, fils naturel de Frédéric II de Hohenstaufen, qui est soutenu comme successeur légitime du royaume de Sicile par les villes et les nobles.



Nouvelle excommunication d'Ezzelino III da Romano

Ezzelino III da Romano est excommunié par le pape Innocent IV le 9 avril 1254, comme hérétique et persécuteur de l'Église dans sa seigneurie.



Mort de Conrad IV de Hohenstaufen

Conradin de Hohenstaufen Roi de Sicile

Conradin de Hohenstaufen Roi de Jérusalem

Manfred Ier de Hohenstaufen Régent du Royaume de Sicile

Conrad IV de Hohenstaufen meurt au milieu de ses conquêtes en 1254 à Lavello.

On accuse son frère naturel Manfred Ier de Hohenstaufen, qui convoite sa succession, de l'avoir empoisonné.

Plusieurs princes européens revendiquent le titre d'empereur et Conradin de Hohenstaufen, tout juste âgé de deux ans, est écarté de ce titre.

Mais Conradin de Hohenstaufen devient Roi de Sicile, sous le nom de Conrad II, et de Jérusalem, sous le nom de Conrad III, sous la régence de Berthold de Hohenbourg, un capitaine allemand.

Après avoir refusé de rendre la Sicile au pape Innocent IV, suzerain nominal de Sicile, Manfred Ier de Hohenstaufen usurpe la régence.

La force des partisans du pape rend la position du régent si périlleuse qu'il décide d'ouvrir des négociations avec Innocent IV.

Par un traité signé en septembre 1254, la Pouille passe sous l'autorité du pape, que Manfred Ier de Sicile conduit personnellement dans sa nouvelle possession.


Alexandre IV Pape Alexandre IV Pape

Bataille de Foggia

Mort d'Innocent IV Pape

Alexandre IV Pape

Sur son lit de mort à Naples, le pape entend la nouvelle de la victoire de Manfred Ier de Hohenstaufen à Foggia.

Innocent IV meurt le 7 décembre 1254.

Son érudition en droit canonique a laissé un Apparatus in quinque libros decretalium.

Il a la réputation d'un homme savant et intelligent, mais avare, mesquin, couard et vindicatif.

Rinaldo Conti est élu pape à Naples le 12 décembre 1254 sous le nom de Alexandre IV.

Il est décrit comme un homme ferme, accueillant et bon mais sans être particulièrement brillant.



Alexandre IV Gardien de Conradin de Hohenstaufen

Alexandre IV succède à Innocent IV en tant que garde de Conradin de Hohenstaufen, le dernier descendant des Hohenstaufen, lui promettant sa protection bienveillante.

Mais Alexandre IV conspire aussitôt contre lui et s'oppose à son oncle Manfred Ier de Hohenstaufen.

Alexandre IV menace en vain Manfred Ier de Hohenstaufen d'excommunication et d'interdit.

Alexandre IV ne réussit pas non plus à entraîner les rois d'Angleterre et de Norvège dans une croisade contre la dynastie des Hohenstaufen.


Florent V de Hollande

Bataille de Hoogwoud

Mort de Guillaume Ier du Saint-Empire

Florent V de Hollande Comte de Hollande

Adélaïde de Hollande Régente du comté de Hollande

Durant une bataille contre les Frisons près de Hoogwoud le 28 janvier 1256, le cheval de Guillaume Ier du Saint-Empire tombe dans la glace.

Guillaume est tué dans cette position vulnérable.

Cette mort l'empêche d'être sacré empereur par le pape Innocent IV.

Florent V de Hollande, âgé de 2 ans, devient Comte de Hollande en 1256.

La régence est d'abord assurée par son oncle Florent (mort en 1258), qui gouverne le comté de Hollande depuis l'élection de Guillaume à l'Empire, puis par sa tante Adélaïde de Hollande, épouse de Jean d'Avesnes.



Mariage d'Obizzo II d'Este avec Giacomina Fieschi de Lavagna

Obizzo II d'Este épouse en 1263 Jacopina ou Giacomina Fieschi de Lavagna, fille de Niccolò ou Nicolas Fieschi de Lavagna. Leurs enfants sont :

Giacomina Fieschi de Lavagna est la nièce des papes Innocent IV et Adrien V.



Naissance de Gian Luigi Fieschi

Giovanni ou Gian Luigi Fieschi naît vers 1522, fils de Sinibaldo Fieschi, dans une des plus grandes familles de Ligurie.

Parmi ses ancêtres il y a 2 papes : Innocent IV et Adrien V, des cardinaux, un roi de Sicile, 3 saints, et de nombreux amiraux et généraux de Gênes.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !