Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



66 événements affichés, le premier en 1160 - le dernier en 1891



Naissance d'Innocent III

Giovanni Lotario, futur Innocent III, naît à Gavignano en 1160, issu par son père de la puissante famille de Segni et par sa mère de la noblesse romaine.

Innocent III étudie d'abord à Rome puis à Paris, où il reçoit l'enseignement de Pierre de Corbeil en même temps qu'Étienne Langton et Robert de Courson, qu'il élèvera plus tard à la dignité de cardinal.

Innocent III effectue ensuite un bref passage par Bologne, où il est l'élève du canoniste Uguccio de Pise, qui lui inspirera un programme politique, la théocratie pontificale.



Innocent III Antipape

Lando, né à Sezze en Italie, est mis en place comme antipape le 29 septembre 1179 sous le nom d'Innocent III



Déposition d'Innocent III Antipape

L'Antipape Innocent III est déposé en juin 1179.



Innocent III Sous-diacre

En 1186, Innocent III retourne à Rome, où Grégoire VIII l'ordonne sous-diacre.



Innocent III cardinal-diacre des Saints-Serge-et-Bacchus

Sous Clément III, Innocent III est créé cardinal-diacre des Saints-Serge-et-Bacchus.



Mort de Henri VI le Sévère Empereur Germanique

Honorius III Tuteur de Frédéric II de Hohenstaufen

Henri VI le Sévère meurt le 28 septembre 1197 à Messine en Sicile avant de pouvoir embarquer vers la Terre Sainte.

Constance de Hauteville renvoie un certain nombre de seigneurs germaniques installés dans le royaume de Sicile. Une période d'anarchie s'en suit.

En 1197, Honorius III devient un tuteur du futur empereur Frédéric II de Hohenstaufen, qui est confié à la garde d'Innocent III par l'impératrice Constance de Hauteville.

Innocent III réaffirme l'autorité papale dans le choix des prétendants à la couronne impériale et dans l'arbitrage des candidats.

La succession de Henri VI le Sévère est disputée entre :

Les deux sont candidats auprès d'Innocent III pour la couronne impériale.

Ferry II de Lorraine soutient la candidature de Philippe Ier de Souabe.

Henri III de Limbourg se rallie à Othon IV de Brunswick.

Mathilde de Boulogne soutient d'Othon IV de Brunswick, et Henri Ier de Brabant est un de ses fidèles, comme la plupart des seigneurs de Basse-Allemagne, alors que la Haute-Allemagne soutient Philippe Ier de Souabe.



Iaroslav d'Opole Évêque de Wroclaw

En 1198, afin de protéger son duché de la convoitise des autres Piasts, Boleslas Ier le Long s'adresse au pape Innocent III pour lui demander sa protection.

En 1198, Iaroslav d'Opole devient évêque de Wroclaw, sans doute poussé par Boleslas Ier le Long, son père, avec lequel il se serait réconcilié.



Mort de Guillaume III de Sicile

Revendication de la couronne de Sicile par Gautier III de Brienne

Frédéric II de Hohenstaufen Roi de Sicile

Innocent III tuteur de Frédéric II de Hohenstaufen

Guillaume III de Sicile meurt en 1198.

Elvire de Hauteville, sa sœur, est l'héritière de Guillaume III de Sicile, Roi de Sicile. Gautier son époux revendique la couronne de Sicile.

La succession est également revendiquée Frédéric II de Hohenstaufen, mineur.

Gautier III de Brienne en appelle au pape pour faire valoir ses droits, mais le pape ne l'investit que de la principauté de Tarente et du comté de Lecce, qu'Henri VI le Sévère avait promis à Elvire de Hauteville, et lui recommande de rester fidèle à Frédéric II de Hohenstaufen.

Le pape donne la Sicile à Frédéric II de Hohenstaufen à condition qu'il paye tribut au Saint-Siège.

Mais Gautier III de Brienne engage sa terre de Brienne pour financer la guerre, et entreprend la conquête du royaume de Sicile.

Frédéric II de Hohenstaufen est roi de Sicile en 1198 sous la tutelle du pape jusqu'à sa majorité.

Transféré à la cour royale de Sicile, Frédéric II de Hohenstaufen y rencontre de nombreux étrangers, en particulier des maures, et y apprend : l'arabe, l'italien, l'allemand...


Innocent III Pape Innocent III Pape

Mort de Célestin III Pape

Innocent III Pape

Célestin III meurt le 8 janvier 1198. Il est inhumé dans la basilique Saint-Jean-de-Latran.

Il reste de lui 17 lettres dans les Epistolae Romanorum Pontificum de Pierre Coustant.

Giovanni Lotario est élu pape le 8 janvier 1198 sous le nom de Innocent III.

À noter qu'un antipape porte aussi le nom d'Innocent III.



Honorius III Cardinal de Saints-Pierre-et-Paul

Innocent III fait Honorius III Cardinal-prêtre le 13 mars 1198 qui devient plus tard cardinal de Saints-Pierre-et-Paul.



Prêche de la quatrième croisade

En 1198, Innocent III prêche la quatrième croisade pour reprendre Jérusalem. Le commandement de l'expédition est confié au marquis Boniface Ier de Montferrat.


Philippe Ier de Souabe

Philippe Ier de Souabe Roi des Romains

Othon IV de Brunswick Roi des Romains

En mars 1198 au cours de la diète tenue à Mühlhausen, certains électeurs germaniques élisent Philippe Ier de Souabe Roi des Romains ce qui déplait au pape Innocent III.

Otton Ier de Gueldre soutient Philippe Ier de Souabe.

Otton IV de Brunswick fait des promesses exorbitantes à Innocent III :

Innocent III prend le parti d'Othon IV de Brunswick, Comte de Poitou.

Le 9 juin 1198, Innocent III fait élire roi des Romains à Cologne.

Innocent III fait couronner Othon IV de Brunswick le 12 juillet 1198.

Une guerre les opposera jusqu'à la mort de Philippe Ier de Souabe.

Louis Ier de Wittelsbach reconnait le prétendant Othon IV de Brunswick.



Bataille de Cosne-sur-Loire

Pierre Augustus II de Courtenay Prisonnier

Hervé IV de Donzy Comte de Nevers

Mariage d'Hervé IV de Donzy avec Mathilde de Courtenay

En 1199, une guerre pour la possession du château de Gien oppose Pierre Augustus II de Courtenay à l'un de ses vassaux, Hervé IV de Donzy.

Battu à Cosne-sur-Loire, Pierre Augustus II de Courtenay est fait prisonnier.

Pierre Augustus II de Courtenay n'est libéré qu'en échange du mariage d'Hervé IV de Donzy avec Mathilde de Courtenay, fille de Pierre Augustus II de Courtenay, et de la cession du comté de Nevers.

Hervé IV de Donzy devient donc Comte de Nevers.

Pierre Augustus II de Courtenay garde à titre viager les comtés d'Auxerre et de Tonnerre.

Hervé IV de Donzy épouse en octobre 1199 Mathilde de Courtenay, fille de Pierre Augustus II de Courtenay et d'Agnès Ire de Nevers. Leurs enfants sont :

Le pape Innocent III refuse d'abord d'accorder la dispense de consanguinité pour le mariage, et ne la délivrera qu'au bout de plusieurs années, en imposant à Hervé de participer à plusieurs croisades.



Naissance d'Alexandre IV

Rinaldo Conti, futur Alexandre IV, naît vers 1199 de la famille des comtes de Segni, comme Innocent III et Grégoire IX.



Décret de Viterbe

Innocent III fait appel à l'archevêque d'Auch et son clergé qui collaborent peu. Il dépêche en Languedoc son confesseur Rainier secondé par Pierre de Castelnau. Il signe en 1199 la décrétale de Viterbe qui entérine le principe de dépossession des biens des fauteurs d'hérésie.



Autorité de l'Archevêché de Tours sur les évêchés bretons

En 1199, le pape Innocent III met fin à la polémique, en affirmant l'autorité de Tours sur les évêchés bretons.



Interdiction au peuple la lecture de la Bible

En 1199, Innocent III interdit la lecture de la Bible au peuple.



Tournoi d'Écry-sur-Aisne

Quatrième croisade

Geoffroi de Villehardouin commissaire auprès de la République de Venise

Philippe Régent de Flandre

Érard II de Brienne destine Jean Ier de Brienne, son fils, à une carrière ecclésiastique, mais Jean Ier de Brienne a la passion des armes et s'enfuit à Clervaux, où l'un de ses oncles le prend en charge.

Jean Ier de Brienne devient chevalier, se couvre d'honneur en participant à de nombreux tournois et est rapidement considéré comme le chevalier le plus valeureux de son époque.

Jean Ier de Brienne prend probablement part au tournoi d'Écry-sur-Aisne le 28 novembre 1199.

Le 22 novembre 1199, Thibault III de Champagne, Comte de Champagne, organise un tournoi à Écry-sur-Aisne. Suite à l'appel du pape Innocent III et au prêche de Foulques de Neuilly une nouvelle croisade y est décidé.

Simon IV de Montfort prend également la croix, accompagné par Pierre des Vaux-de-Cernay.

Gautier de Montbéliard est fils d'Amédée II de Montfaucon, Comte de Montbéliard, et de Béatrice de Grandson-Joinville.

Jean Ier de Brienne, Gautier de Montbéliard et Gautier III de Brienne se joignent la quatrième croisade.

Baudouin VI de Hainaut entend la prédication à la croisade d'Erluin et de Pierre de Roussy, envoyés en Flandre par le pape. Baudouin IX et son épouse Marie de Champagne prennent alors solennellement la Croix le 23 février 1200 en l'église St-Donat de Bruges, suivis par une foule de chevaliers flamands.

Baudouin IX prend, avec Thibault III de Champagne, Louis de Blois, Cousin de Thibaut, et Hugues IV de Saint-Pol la tête de l'expédition. Thibault III de Champagne nomme Geoffroi de Villehardouin commissaire auprès de la République de Venise chargé de préparer et négocier le transport des Croisés vers la Palestine.

Avant le départ, Baudouin VI de Hainaut confie à son frère Philippe, Comte de Namur, la régence de Flandre, assisté d'un conseil composé du chancelier Gérard, prévôt de St-Donat, son oncle, de Baudouin de Comines et des châtelains de Bruges, de Gand et de Lille.



Soutien d'Ottokar Ier de Bohême à Othon IV de Brunswick

En 1200, Ottokar Ier de Bohême abandonne Philippe Ier de Souabe et prend le parti d'Othon IV de Brunswick.

Ottokar Ier de Bohême est soutenu par le pape Innocent III et confirmé dans son titre de Roi héréditaire de Bohême.

Mais l'invasion de la Bohême par Philippe Ier de Souabe est couronnée de succès et Ottokar Ier de Bohême se voit contraint de payer un lourd tribut.


Carte de l'Europe en 1200

Situation vers 1200

Interdit sur le royaume de France

Naissance de Philippe Hurepel

Cérémonie de réconciliation entre Philippe-Auguste et Ingeburge de Danemark

Souhaitant affirmer son autorité, Innocent III entend confirmer la condamnation de l'annulation du mariage de Philippe-Auguste et Ingeburge de Danemark.

Il enjoint à Philippe-Auguste de renvoyer Agnès de Méranie et de rendre sa place à Ingeburge de Danemark.

En l'absence de réaction de Philippe-Auguste, l'interdit est lancé sur le royaume de France à partir du 13 janvier 1200, entraînant la suspension de toutes les activités du clergé.

Philippe-Auguste laisse toutefois la cause en suspens, Ingeburge de Danemark reste captive, désormais dans la tour d'Étampes.

Philippe Hurepel naît à Poissy en juillet 1200, fils de Philippe-Auguste, Roi de France, et d'Agnès de Méranie.

Philippe-Auguste finit par se soumettre et fait mine de faire revenir Ingeburge de Danemark à la cour. Il organise finalement une cérémonie de réconciliation.

Lors d'une assemblée tenue le 7 septembre 1200 au château de Saint-Léger à Nesle, il annonce que l'interdit est levé.

Mais il enferme Ingeburge de Danemark à Dourdan et reste auprès d'Agnès de Méranie.

La procédure d'annulation du mariage se poursuit, Philippe-Auguste étant désormais bigame.



Prononciation de l'interdit sur le royaume de France

Le Pape Innocent III jette l'interdit sur le royaume en 1200. Pourtant, à l'intérieur du royaume, Philippe-Auguste a de très bons rapports avec le clergé, intervenant peu dans les élections épiscopales et favorisant les ordres monastiques.



Appel à l'aide au Pape de Alexis IV Ange

Alexis IV Ange demande sans succès l'aide au pape Innocent III en juin-juillet 1202.


Enrico Dandolo prêchant la croisade par Gustave Doré

Prise de Zara

L'armée croisée est très endettée auprès de la République de Venise qui a accepté de fournir les navires.

Enrico Dandolo, Doge de Venise, accorde un moratoire à condition que les croisés aident Venise à reprendre au Roi de Hongrie les cités rebelles de Trieste, Moglie, et Zadar, Zara en italien.

Boniface Ier de Montferrat accepte mais ne participe pas à la prise de Zara, première ville à subir l'attaque des croisés.

Boniface Ier de Montferrat probablement resté à Venise pour négocier avec Philippe de Souabe et Alexis IV Ange.

La prise de la ville chrétienne a lieu en novembre 1202 et suscite des protestations dans l'armée.

Nivelon de Chérisy va à Rome demander de l'aide au Pape Innocent III et tenter d'expliquer la position des croisés.

Le pape, courroucé, excommunie Vénitiens et croisés, mais lève aussitôt la peine pour ces derniers.

Il devient alors évident que le véritable chef de la croisade est Enrico Dandolo.



Pierre de Castelnau légat du pape

Originaire de la région de Montpellier, Pierre de Castelnau est archidiacre de Maguelonne où il a à lutter contre l'hérésie naissante des Albigeois.

Pierre de Castelnau et frère Raoul, tous deux moines de Fontfroide, sont nommés en 1203 légats du pape Innocent III auprès de Raymond VIII de Toulouse afin de l'inviter à mener une croisade sur ses terres. Ils remplacent le cistercien Raynier. Pierre de Castelnau parcourt la province de Toulouse, connaît des relations orageuses avec Raymond VIII de Toulouse et se désole des piètres résultats qu'il obtient.



Alexis V Doukas Murzuphle Empereur Byzantin

Mariage de Alexis V Doukas Murzuphle avec Eudoxie Ange

Mort d'Alexis IV Ange Empereur byzantin

Traité de répartition des provinces de l'Empire

L'union ne dure pas longtemps entre les nouveaux souverains : Isaac II Ange et Alexis IV Ange, et leurs sujets.

Le peuple de Constantinople ne voit pas sans une profonde amertume ses prêtres obligés de se soumettre à l'Église de Rome.

Devant l'état du Trésor, Alexis IV Ange doit lever de nouveaux impôts et faire réduire en monnaie les images des saints et les vases sacrés, pour fournir aux croisés les sommes stipulées.

Les byzantins sont scandalisés et quelques-uns d'entre eux en profitent pour allumer un incendie dans le quartier sarrasin de Constantinople : l'incendie se propage et ravage la quasi-totalité de la ville.

La multitude se précipite vers le palais des empereurs pour exiger d'eux qu'ils rétractent leurs engagements et délivrent l'empire de la présence de l'étranger.

Parmi ceux qui l'excitent se fait remarquer Alexis Dukas, surnommé Murzufle, parce qu'il a les sourcils joints l'un à l'autre, un jeune prince de la maison impériale qui occupe à la Cour la charge de protovestiaire.

À fin janvier 1204, il s'introduit nuitamment dans les appartements d'Alexis IV Ange, le fait charger de chaînes et l'enferme dans un cachot. Le lendemain le peuple de Constantinople le proclame empereur.

Alexis V Murzuphle épouse Eudocie ou Eudoxie Ange, troisième fille d'Alexis III Ange.

Aussitôt Alexis V Doukas Murzufle se rend dans la prison d'Alexis IV Ange, lui fait prendre un breuvage empoisonné, puis, la mort ne venant point, il l'étrangle de ses propres mains 1er février 1204.

Le vieil Isaac II Ange, en apprenant le meurtre de son fils, tombe malade.

Le 7 mars 1204, les Latins décident de répartir entre eux les provinces du nouvel empire.

Le texte du traité de partage qui se trouve dans les Gestes d'Innocent III est conclu :

Il stipule notamment :



Arnaud Amaury adjoint aux deux légats

En 1204, Innocent III adjoint Arnaud Amalric ou Amaury, abbé de Cîteaux, aux deux légats. En 1204, Arnaud Amaury invite Philippe-Auguste à intervenir contre les hérétiques cathares.



Mariage de Pierre II le Catholique avec Marie de Montpellier

Rédaction des Charte des Coutumes et Libertés de Montpellier

Pierre II le Catholique Vassal de la papauté

Couronnement de Pierre le Catholique

Colloque de Carcassonne

Fortification de Montségur

Pacte d'assistance mutuelle entre Pierre II le Catholique et Raymond VIII de Toulouse

Ce mariage n'est que prétexte pour Pierre II le Catholique pour rattacher Montpellier à son royaume.

Pierre II le Catholique devient ainsi Seigneur de Montpellier.

Pierre II le Catholique se marie pour mettre fin aux intrigues des nobles catalans qui réclament un héritier.

Pierre II le Catholique épouse à Montpellier dans la maison de la milice du Temple le 15 juin 1204 Marie de Montpellier. Leurs enfants sont :

Ce même 15 juin 1204, Pierre II le Catholique et Marie de Montpellier promettent de respecter les coutumes de la ville dans un texte de 123 articles la Charte des Coutumes et Libertés.

Pierre II le Catholique répudiera rapidement Marie de Montpellier après qu'il soit parvenu à assoir son pouvoir sur la seigneurie de Montpellier.

Pierre II le Catholique se reconnaît comme vassal de la papauté.

Pierre II le Catholique est couronné par le pape Innocent III à Rome en 1204, jurant de défendre la foi catholique, ce qui est à l'origine de son surnom. Il est le premier roi d'Aragon à être couronné des mains du souverain pontife. Cette reconnaissance de la suzeraineté pontificale ne semble pas avoir été appréciée par tous en Aragon.

Pierre II le Catholique nuance sa position sur l'hérésie cathare. Il organise à Carcassonne un colloque entre cathares, vaudois et catholiques en 1204 en présence des légats du Pape et de l'évêque cathare du Carcassès.

Pierre II le Catholique signe à Millau un pacte d'assistance mutuelle avec son beau-frère Raymond VIII de Toulouse qui a toujours adopté une attitude tolérante vis-à-vis des hérétiques.



Confiscation des biens de la couronne d'Angleterre en France

En 1205, le pape Innocent III frappe Jean-Sans-Terre de déchéance et charge Philippe-Auguste d'exécuter sa sentence et de s'emparer de la personne du criminel.

Jean-Sans-Terre fait acte de soumission envers le pape, qui ordonne à Philippe-Auguste de s'en tenir là. Mais des troupes anglaises, en France, n'en continuent pas moins à désoler les campagnes.



Iwo Odrowaz chancelier de Lech Ier le Blanc

En 1206, Iwo Odrowaz devient le chancelier de Lech Ier le Blanc.

Iwo Odrowaz encourage les réformes du pape Innocent III.



Tentative de renversement de Ladislas III aux Jambes Grêles

Anathème sur Ladislas III aux Jambes Grêles

Ladislas III aux Jambes Grêles cède la région de Kalisz qui doit revenir à Ladislas Odonic, son neveu, à la Silésie.

En 1206, Ladislas Odonic entre en conflit avec Ladislas III aux Jambes Grêles, son oncle et tuteur.

Le jeune Ladislas Odonic n'accepte pas de voir une partie de ses terres quitter la Grande-Pologne.

Ladislas Odonic rallie à sa cause une partie de la noblesse de Grande-Pologne ainsi que Henri Kietlicz, archevêque de Gniezno.

Henryk Kietlicz y voit une bonne occasion d'obliger le duc de Grande-Pologne à accorder des privilèges à l'Église.

Henryk Kietlicz jette l'anathème sur Ladislas III aux Jambes Grêles qui conteste la légitimité de Lech Ier le Blanc.

Mal préparée et malgré l'anathème lancé par Henri Kietlicz, la tentative de renverser Ladislas III aux Jambes Grêles est un échec.

Ladislas Odonic et Henri Kietlicz doivent s'enfuir et se réfugier à la cour d'Henri Ier le Barbu de Silésie qui les accueille à bras ouverts.

Henri Ier le Barbu installe Ladislas Odonic sur le trône de Kalisz alors que l'archevêque Henri Kietlicz se rend à Rome pour demander l'aide du pape Innocent III.

Celui-ci réagit en confirmant l'excommunication de Ladislas III aux Jambes Grêles et lance un appel à la noblesse polonaise pour permettre à l'archevêque de rentrer en Grande-Pologne.



Mort d'Hartwig II d'Utlede

Valdemar de Danemark Archevêque de Brême

Hartwig II d'Utlede meurt le 3 novembre 1207.

Il est inhumé dans la Cathédrale de Brême.

En 1207 Valdemar de Danemark se fait élire archevêque de Brême malgré la volonté du Pape Innocent III



Wincenty Kadlubek Évêque de Cracovie

La Pologne sous la protection du Saint-Siège

En 1207, Lech Ier le Blanc applique les réformes du pape Innocent III, soutenues par l'archevêque de Gniezno et par son chancelier.

Lech Ier le Blanc renonce également au droit d'investiture épiscopale ce qui permet à Wincenty Kadlubek d'être élu évêque de Cracovie par le Chapitre le 11 septembre 1207.

En échange, une bulle du pape Innocent III confirme la légitimité de Lech Ier le Blanc et place la Pologne sous la protection du Saint-Siège.

La Pologne rejoint les États vassaux de l'Église faisant contrepoids au Saint-Empire.



Colloque de Pamiers

Navarrus d'Acqs, légat du pape Innocent III, prend part aux querelles religieuses entre Catholiques et Cathares à Montréal (Aude) et au Colloque de Pamiers en 1207.

Raymond-Roger de Foix assiste au Colloque de Pamiers, dernier grand débat contradictoire entre Cathares et Catholiques, en 1207.



Excommunication de Raymond VIII de Toulouse

En 1207, Innocent III excommunie Raymond VIII de Toulouse lui reprochant l'emploi de routiers, le non-respect de la paix de Dieux, l'expulsion de l'évêque de Carpentras et la protection des hérétiques.

Innocent III demande une nouvelle fois sans succès à Philippe-Auguste d'intervenir.



Mort de Pierre de Castelnau

Appel à la croisade contre les catahares

Arnaud Amaury légat du pape

Raymond VIII de Toulouse, fervent chrétien, se heurte :

Raymond a jusque là fermé les yeux, espérant que cela va se passer. Son inaction rend le Pape furieux.

Raymond VIII convoque Pierre de Castelnau, le légat du pape, à Saint-Gilles du Gard afin de se réconcilier avec l'Église. La réunion se solde par un échec.

Pierre de Castelnau est assassiné d'un coup de lance par un inconnu qui prend ensuite la fuite le 14 ou 15 janvier 1208 alors qu'il traversait le Rhône non loin de Saint-Gilles. Raymond VIII est suspecté d'être l'instigateur.

L'assassinat de Castelnau, le janvier 1208, par un écuyer du comte, provoque le courroux du pape qui accusé d'être pour le moins l'instigateur du crime.

Le Pape Innocent III confirme l'excommunication de Raymond VIII de Toulouse, prononce la déshérence de tous les fiefs méridionaux et appelle à la croisade les nobles du Nord.

Innocent III lance alors un appel à la croisade auprès de Philippe-Auguste, suzerain théorique Raymond VIII de Toulouse, mais le roi de France se dérobe.

Arnaud Amaury est nommé légat du pape en 1208 pour lever la troupe des croisés.

Raymond VIII rencontre Arnaud Amaury à Aubenas et envoie en fin 1208 une ambassade à Rome confiée à l'archevêque d'Auch.



Bataille de Kungslena

Mort d'Ebbe Sunesen

Éric X de Suède Roi de Suède

Éric X de Suède revient d'exil.

Ebbe Sunesen est le gendre Sverker II de Suède.

Ebbe Sunesen et Lars Sunesen, fils de Sune Ebbesen, soutiennent Sverker II de Suède et conduisent une armée danoise.

Éric X de Suède les bat avec ses partisans, le 31 janvier 1208 à Lena ou Kungslena en Västergötland.

Ebbe Sunesen, Lars Sunesen, et peut-être un autre frère, meurent lors de cette bataille.

Éric X de Suède devient Roi de Suède en 1208.

Sverker II de Suède doit alors s'exiler au Danemark avec l'archevêque Valerius d'Upsal et les évêques de Skara et de Linköping qui font appel au Pape Innocent III.

Malgré l'excommunication fulminée contre lui Éric X de Suède refuse de s'incliner.



Fondation de l'archevêché d'Athènes

En 1208, le pape Innocent III fonde l'archevêché d'Athènes.



Interdit du Pape sur le royaume d'Angleterre

Innocent III jette l'interdit sur le royaume d'Angleterre le 23 mars 1208, car Jean-Sans-Terre refuse la nomination d'Étienne Langdon comme archevêque de Cantorbéry.



Projet de mariage de Jean Ier de Brienne avec Marie de Montferrat

En 1209, la régence doit bientôt prendre fin et le conseil de régence sous la houlette de Jean d'Ibelin, oncle de Marie de Montferrat, considère que la présence d'un roi devient nécessaire au coté de Marie de Montferrat.

Après en avoir délibéré à Saint-Jean-d'Acre, l'assemblée des barons et des prélats décide de demander conseil à Philippe-Auguste.

Gautier de Florence, Évêque d'Acre, et Aymar de Lairon, Seigneur de Césarée, sont envoyés auprès de Philippe-Auguste.

Il propose Jean Ier de Brienne, un de ses fidèles, un cadet d'une famille champenoise.

L'Estoire d'Eraclée suggère que le roi veut se séparer d'un chevalier dont Blanche de Castille, épouse du prince héritier, est éprise.

Doué d'une grande bravoure, rappelant celle des premiers croisés, et d'une grande sagesse, ce chevalier est cependant impécunieux et âgé de 60 ans.

Pour remédier à son manque de fortune et pour lui permettre de financer ses obligations de souverain (cour et ost), Philippe-Auguste et le pape Innocent III lui versent chacun la somme de 40 000 livres tournois.


Othon IV de Brunswick et le pape Innocent III, manuscrit du XVe siècle

Othon IV de Brunswick Empereur germanique

Gervais de Tilbury Maréchal de la cour impériale pour le royaume d'Arles

Othon IV de Brunswick est alors reconnu et couronné empereur germanique le 4 ou le 15 octobre 1209 par le pape Innocent III à Rome.

Ferry II de Lorraine se rallie à Othon IV de Brunswick.

Suzerain de la Provence, Othon IV de Brunswick nomme en novembre 1209 l'anglais Gervais de Tilbury maréchal de la cour impériale pour le royaume d'Arles avec obligation de résider à Arles, alors siège de nombreuses ambitions.



Appel à la croisade contre les musulmans d'Espagne

En 1209, Innocent III décrète la croisade contre les musulmans d'Espagne : les Almohades, avec les mêmes indulgences pour les croisés que celles accordées aux combattants de Terre sainte.



Synode de Borzykowa

Confirmation des privilèges obtenus par l'Église à Leczyca

Mieszko IV Jambes Mêlées Duc de Cracovie et princeps ou senior

Un synode se tient à Borzykowa en même temps qu'une assemblée des ducs polonais le 9 juin 1210.

Henryk Kietlicz, archevêque de Gniezno, arrive à faire confirmer les nombreux privilèges obtenus par l'Église à Leczyca en 1180.

L'Église obtient le privilège d'immunité ce qui signifie qu'elle pourra avoir ses propres tribunaux.

Tous ces privilèges sont reconnus par Lech Ier le Blanc, Conrad Ier de Mazovie et Ladislas Odonic.

Mieszko IV Jambes Mêlées demande l'application de la volonté de Boleslas III Bouche-Torse, selon laquelle l'aîné des représentants mâles de la dynastie Piast doit être le princeps (ou senior) et à ce titre occuper le trône de Cracovie. Le 9 juin 1210, le pape Innocent III promulgue une bulle demandant à ce que l'on revienne à cette règle de succession.

Ladislas III aux Jambes Grêles soutient Mieszko IV Jambes Mêlées, assez âgé, car espère lui succéder rapidement après sa mort.

En juillet 1210, fort du soutien papal et de celui de Ladislas III aux Jambes Grêles, profitant de l'absence de Lech Ier le Blanc, Mieszko IV Jambes Mêlées s'empare de Cracovie et s'installe sur le trône.



Guichard IV de Beaujeu est Ambassadeur de France :

Vers 1210, Guichard IV de Beaujeu est Ambassadeur de France :

À son retour par Assise, il obtient de Saint-François 3 religieux de son ordre.

Les franciscains, sous la conduite de Guichard IV, seigneur de Beaujeu, s'installent en 1210

Guichard IV de Beaujeu les amène à à Pouilly-le-Monial, où il fonde pour eux un couvent, le 1er que cet ordre ait eu en France. Ils demeurèrent 6 ans.



Alliance de Michel Ier Ange Comnène Doukas avec la République de Venise

Prise de Thessalonique

Excommunication de Michel Ier Ange Comnène Doukas

Les successeurs de Boniface Ier de Montferrat demandent de l'aide pour soumettre enfin l'Épire.

Mais Michel Ier Ange Comnène Doukas s'allie en 1210 avec la République de Venise et attaque Thessalonique.

Il est attesté que Michel Ier Ange Comnène Doukas fait preuve de cruauté envers ses prisonniers avec notamment des cas de crucifixion sur des prêtres latins.

Devant ces faits, le pape Innocent III l'excommunie.

Henri Ier de Constantinople récupère ensuite Thessalonique et oblige Michel Ier Ange Comnène Doukas à signer une nouvelle alliance.



Reconnaissance de l'université de Paris

En 1210, Innocent III reconnaît l'université de Paris.



Voyage de Raymond VIII de Toulouse

En janvier 1210, Raymond VIII de Toulouse entreprend un long voyage pour défendre sa position auprès de Philippe-Auguste, d'Innocent III et de l'empereur Othon IV, son suzerain pour le marquisat de Provence.



Excommunication de Othon IV de Brunswick

Mais au lieu de respecter ses accords avec Rome, Othon IV de Brunswick entreprend la conquête du royaume de Sicile, raison pour laquelle il est excommunié en 1210 par le pape Innocent III qui l'avait installé empereur.



Conférence de Narbonne et de Montpellier

Projet de mariage de Jacques Ier d'Aragon avec Amicie de Montfort

Excommunication de Raymond VIII de Toulouse

En janvier 1211, a lieu une conférence successivement à Narbonne et à Montpellier réunissant les légats du Pape, Arnaud Amaury, Thédise, Raymond d'Uzès, les seigneurs du midi et Simon IV de Montfort.

À cette occasion Pierre II le Catholique se porte garant de la neutralité de Raymond-Roger de Foix, Comte de Foix, et finit par accepter l'hommage de Simon IV de Montfort.

Il convient du mariage de son fils Jacques Ier d'Aragon avec Amicie de Montfort, fille de Simon IV de Montfort.

Raymond VIII de Toulouse refuse les conditions inacceptables imposées par les Légats du Pape. Il est de nouveau excommunié le 6 février 1211 par le concile de Montpellier et le restera jusqu'à sa mort.

La sentence est confirmée en avril 1211 par le pape Innocent III. Il essaie d'organiser la résistance contre les croisés.



Diète de Nuremberg

En 1211, à la Diète de Nuremberg, Innocent III soutient la candidature de Frédéric II de Hohenstaufen comme roi d'Allemagne.

Ferry II de Lorraine se rallie alors à Frédéric II de Hohenstaufen.



Mariage de Bouchard IV d'Avesnes avec Marguerite de Constantinople

Condamnation par le Pape de ce mariage

Bouchard IV d'Avesnes, seigneur d'Avesnes et Bailli de Hainaut et sous-diacre de l'Église de Laon, épouse le 23 juillet 1212 Marguerite de Constantinople. Leurs enfants sont :

Concernant la part de succession de Marguerite, les deux sœurs se déchirent, Jeanne tentant de dissoudre le mariage, alléguant qu'il est inadmissible. Sans beaucoup d'instruction des faits, le pape Innocent III se contente de condamner le mariage, sans pour autant formellement l'annuler. Bouchard et Marguerite continuent de mener leur vie familiale, ayant deux enfants. Tant et si bien que leurs conflits avec Jeanne se développent.



Interdit sur le royaume d'Angleterre

Convention de Douvres

Soumission de Jean-Sans-Terre

En janvier 1213, Innocent III excommunie Jean-Sans-Terre pour ses crimes contre l'église.

Jean-Sans-Terre menace les romains de leur crever les yeux et de leur couper le nez.

Philippe-Auguste profite de la situation pour se réconcilier avec Innocent III.

Innocent III confie l'Angleterre à Philippe-Auguste. Celui-ci se prépare à envahir ce royaume.

Ranulph de Blundeville contribue à trouver un accord avec le pape en 1213-1214.

À la Convention de Douvres, Jean-Sans-Terre capitule et se déclare vassal de la papauté et retrouve son fief.



Mort de Marie de Montpellier

Jacques Ier d'Aragon Seigneur de Montpellier

N'ayant plus besoin de Montpellier qu'il a complètement hypothéqué, Pierre II le Catholique décide de se séparer de Marie de Montpellier.

Marie de Montpellier décide d'aller à Rome pour obtenir du pape, Innocent III, l'assurance que son union ne sera pas dissoute.

Marie de Montpellier obtient gain de cause mais malade, Marie de Montpellier meurt à Rome le 18 avril 1213 peut-être empoisonnée.

Elle est inhumée dans la chapelle Sainte-Petronille, aujourd'hui détruite, à Saint Pierre de Rome.

Jacques Ier d'Aragon hérite de la Seigneurie de Montpellier.


Bataille de Muret - Grandes Chroniques de France - BNF Jacques Ier d'Aragon

Bataille de Muret

Mort de Pierre II le Catholique Roi d'Aragon

Mort de Raymond de Termes

Jacques Ier d'Aragon Roi d'Aragon

Jacques Ier d'Aragon Comte de Barcelone et du Gévaudan

Jacques Ier d'Aragon Seigneur de Montpellier

Le Comte Sanche régent de la couronne d'Aragon

Nuno Sanche puis Gersende II de Sabran Régent de la Provence

Pierre II le Catholique, par excès de confiance, ne laisse pas le temps à tous ses vassaux de se joindre aux troupes. Ainsi Gaston VI de Béarn ne peut se joindre à lui.

Le 30 août 1213, Pierre II le Catholique et Raymond VIII de Toulouse se lancent à l'assaut des troupes de Simon IV de Montfort et de Guy de Montfort.

Le 12 septembre 1213, Simon IV de Montfort est encerclé à Muret, au sud de Toulouse, avec 300 chevaliers et 500 hommes de troupes aguerris, des vétérans de la croisade et des soldats professionnels endurcis par des mois de guerre.

Baudouin de Toulouse est aux côtés des croisés.

Les armées de Pierre II le Catholique, de Raymond VIII de Toulouse et de Raymond-Roger de Foix alignent plus de 2 000 chevaliers en armes et 20 000 hommes de troupes, hallebardiers, piquiers, archers. L'Ost toulousaine est une armée populaire.

Bernard IV de Comminges participe aux combats.

Raymond VIII de Toulouse comme a l'accoutumé se montre prudent et prône le siège de la place.

Raymond-Roger de Foix demande l'assaut.

Le nombre joue en leur faveur. Pierre II le Catholique décide de donner l'assaut. Il commande lui-même ses troupes à la tête de sa puissante cavalerie.

Raymond-Roger de Foix et ses cavaliers seront de la deuxième vague et Raymond VIII de Toulouse commande l'arrière garde et les réserves.

Pierre II le Catholique charge un escadron de 100 chevaliers croisés. Le choc est violent, Simon IV de Montfort s'engage alors avec un deuxième escadron pour essayer de soutenir le premier.

La Mêlée est terrible et Simon IV de Montfort décide de lancer ses réserves pour prendre à revers les Toulousains.

Les Toulousains surpris sont massacrés et fuient. Le fleuve leur barre la retraite et nombreux périssent noyés.

Dans la mêlée, Pierre II le Catholique se bat comme un lion mais est reconnu et tué par les hommes de Simon IV de Montfort. Ses troupes, sans commandement fuient prises de panique.

Nuno Sanche de Roussillon arrive trop tard pour le sauver.

Simon IV de Montfort lance alors ses soldats aux trousses des fuyards.

Le bilan est terrible. Pierre II le Catholique gît mort sur le champ de bataille, à ses côtes plus de 18 000 tués, la fine fleur de ses chevaliers.

L'armée toulousaine est battue, démoralisée, sans chef réel.

Raymond VIII de Toulouse s'enferme dans Toulouse, puis fuit en Aragon puis en Angleterre.

Simon IV de Montfort part mater des troubles en Provence.

Raymond de Termes meurt dans sa prison de Carcassonne en 1213.

Jacques Ier d'Aragon devient Roi d'Aragon, Comte de Barcelone et Seigneur de Montpellier en 1213.

Jacques Ier d'Aragon devient le prisonnier de Simon IV de Montfort et restera reclus au château de Carcassonne.

Durant toute son enfance, la régence de la couronne d'Aragon est assurée par Sanche d'Aragon, son grand-oncle.

Les notables aragonais, emmenés par Sanche d'Aragon, envoient une supplique au pape Innocent III pour que Jacques Ier d'Aragon leur soit rendu.

Sanche d'Aragon laisse la régence de la Provence à Nuno Sanche de Roussillon, son fils.

Des dissensions éclatent au sein des Catalans de Provence, entre :

La noblesse provençale en profite pour s'agiter.

Elle prend finalement le parti de Gersende II de Sabran, évince Nuno sanche de Roussillon, place Raymond-Bérenger V de Provence sous la tutelle de sa mère et créent un conseil de régence.



Pardon du Pape pour Gaston VI de Béarn et Bernard IV de Comminges

Récupération de la vicomté de Brulhois.

Peu après la bataille de Muret, Innocent III accorde publiquement son pardon à Gaston VI de Béarn et à Bernard IV de Comminges.

La pénitence de Gaston VI de Béarn est légère : donner à l'évêque d'Oloron les seigneuries de deux quartiers de la ville.

Gaston VI de Béarn récupère la vicomté de Brulhois.



Convention de Douvres

Soumission de Jean-Sans-Terre

En 1213, Innocent III enlève la souveraineté sur l'Angleterre à Jean-Sans-Terre et la confie à Philippe-Auguste. Celui-ci se prépare à envahir le royaume. À la Convention de Douvres, Jean-Sans-Terre capitule et se déclare vassal de la papauté et retrouve son fief.



Nouveau légat du Pape

En janvier 1214, Innocent III nomme un nouveau légat, Pierre de Bénévent, en remplacement d'Arnaud Amaury qui s'est écarté des instructions pontificales. Il est muni des pleins pouvoirs mais il doit appliquer strictement les principes définis en 1209 et ne faire aucun tort à celui qui rejette spontanément la cause hérétique pour reprendre la religion catholique.

De telles mesures ne vont pas dans le sens des intérêts de Simon IV de Montfort, obligé ainsi de rendre les terres aux hérétiques qui renient leur foi.



Restitution de Jacques Ier d'Aragon aux Catalans

Jacques Ier d'Aragon, enfant est depuis quelque temps aux mains de Simon IV de Montfort.

En 1214, Simon IV de Montfort se résigne à le libérer sous la pression du pape Innocent III de le rendre aux Catalans.



Déposition d'Othon IV de Brunswick

Frédéric II de Hohenstaufen Roi d'Allemagne

Othon IV de Brunswick empereur romain germanique est déposé.

Les princes allemands, soutenus par Innocent III, élisent à nouveau Frédéric II de Hohenstaufen Roi d'Allemagne en 1215.

Le pape Innocent III vient porter à Frédéric II de Hohenstaufen la couronne à Aix la Chapelle alors qu'il parvient à sa majorité.

Henri Ier de Brabant se rallie à Frédéric II de Hohenstaufen.

En 1215, Frédéric II de Hohenstaufen accorde des privilèges aux ducs polonais qui rendent ceux-ci plus indépendants du Saint-Empire.

Manfred II de Saluces abandonne son parti et se rallie immédiatement à celui de Frédéric II du Saint-Empire. Cette politique prudente lui permet de consolider ses états



IVe Concile de Latran

Appel à la cinquième croisade

En novembre 1215, le IVe Concile de Latran est présidé par Innocent III.

Iwo Odrowaz et Henri Kietlicz participent à ce Concile.

Il est resté célèbre

Le Concile entérine les dispositions antihérétiques des conciles locaux antérieurs : les hérétiques voient leurs biens confisqués, perdent leur citoyenneté et sont déclarés inaptes aux charges publiques.

Raymond VIII de Toulouse est à Rome, où le concile du Latran débat du sort de son comté.

Il est déchu de ses droits au profit de Simon IV de Montfort, mais le pape préserve le marquisat de Provence au profit de son fils, le futur Raymond IX de Toulouse.

Le concile de Latran rend à Bernard IV de Comminges son comté.

En échange, Guy de Montfort doit épouser la fille de Bernard IV de Comminges.

Après discussion, l'église de Chypre garde son indépendance.

Lors de ce concile Innocent III prêcha la cinquième Croisade générale dans le pays de l'Europe de l'ouest vers l'Égypte.

De nombreux norvégiens prennent la croix et Inge II de Norvège qui est trop malade pour y participer promet d'envoyer des bateaux et des guerriers à l'aide des croisés.


Honorius III Pape par Giotto

Mort d'Innocent III Pape

Honorius III Pape

Innocent III meurt à Pérouse le 16 juillet 1216. Il est inhumé d'abord à la cathédrale San Lorenzo de Pérouse.

Innocent III, juriste hors pair, est le plus puissant des papes du Moyen Âge, proclamant l'indépendance et la suprématie du Saint-Siège par rapport aux souverains.

Innocent III développe une importante administration ecclésiastique et fait progresser la fiscalité pontificale.

Innocent III encourage la conquête et la christianisation des régions d'Occident restées aux mains des Infidèles (Espagne) ou des païens (Prusse).

Innocent III établit son autorité temporelle sur Rome (un sénateur unique remplace les organismes municipaux) et accroît les États de l'Église du duché de Spolète et de la marche d'Ancône.

Tuteur de Frédéric II de Hohenstaufen, jeune Roi de Sicile, Innocent III obtient la réduction des pouvoirs régaliens sur l'Église de Sicile et la vassalité du prince pour son royaume.

Innocent III distingue la pleine souveraineté (auctoritas) que seul le pape détient, de la puissance politique (potestas) que les souverains reçoivent directement de Dieu.

La primauté romaine est d'origine divine, le Christ ayant conféré à saint Pierre la plénitude du pouvoir.

Toutes les Églises nationales sont donc subordonnées au Saint-Siège qui les contrôle par ses légats.

Les États et leurs souverains, par leurs devoirs envers Dieu, se placent sous l'autorité spirituelle du pape.

Dans le domaine temporel, le pape n'intervient qu'en cas de péché grave des princes, de nécessité urgente (pour trancher un problème que nulle juridiction n'a pu régler), défense du domaine ecclésiastique contre les usurpations des souverains.

Le pape Innocent III essaye d'interdire tout trafic avec les Sarrasins mais doit renoncer sous la pression de Venise. Il interdit l'usage de l'arbalète, mais n'est pas écouté. Il interdit tout mauvais traitement contre les Juifs de Rome, mais proscrit aussi toutes relations amicales avec eux, qui sont parmi les premiers à porter la rouelle.

Le 18 juillet 1216, 19 cardinaux se rassemblent à Pérouse, où vient de mourir Innocent III, pour élire son successeur. Cencio Savelli devient Pape sous le nom ou d'Honoré ou Honorius III et est consacré le 24 juillet 1216.

La famille Savelli est ainsi nommée d'après la forteresse de Sabellum, près d'Albano.

Honorius III a pour projets principaux de relancer la Cinquième croisade, commencée en vain par son prédécesseur, et la réforme de l'Église.



Mariage de Bohémond IV d'Antioche avec Mélisende de Lusignan

Mort d'Hugues Ier de Lusignan

Henri Ier de Lusignan Roi de Chypre

Alix de Champagne-Jérusalem et Philippe d'Ibelin régents du royaume de Chypre

Bohémond IV d'Antioche est veuf de Plaisance du Giblet.

Bohémond IV d'Antioche épouse au début de 1218 Mélisende de Lusignan, fille d'Amaury Ier de Lusignan et d'Isabelle Ire d'Anjou. Leurs enfants sont :

Peu après les festivités, Hugues Ier de Lusignan tombe malade.

Hugues Ier de Lusignan meurt le 10 janvier ou le 1er octobre 1218.

Un conflit oppose Hugues Ier de Lusignan au pape Innocent III à propos de la nomination des évêques.

Hugues Ier de Lusignan doit consentir à laisser le libre choix aux chapitres.

Afin d'assurer une défense militaire de son île, Hugues Ier de Lusignan favorise l'implantation des ordres du Temple et de Saint-Jean de l'Hôpital.

Henri Ier de Lusignan, son fils, devient Roi de Chypre.

Alix de Champagne-Jérusalem est nommée régente.

Princesse assez fantasque, et n'ayant ni le sens, ni le goût du pouvoir, elle laisse la régence à son oncle Philippe d'Ibelin.


Le Pape Grégoire IX -manuscrit du XIIIe siècle

Mort d'Honorius III

Grégoire IX Pape

Honorius III meurt à Rome le 18 mars 1227 sans avoir vu ses projets de croisade menés à bien.

Honorius III accorde des privilèges aux Universités de Paris et de Bologne, les deux plus grands centres d'études à cette époque. Il ordonne dans sa bulle Super specula Domini de soutenir des étudiants en théologie dans chaque diocèse.

Les plus importants des écrits de cet ancien Trésorier de l'Église pour les historiens sont le "Liber censuum Romanæ ecclesiæ", qui donne une liste de tous les revenus et propriétés du Saint-Siège, toutes les donations, les privilèges et les contrats avec les villes et les souverains.

Le registre est commencé sous Clément III et achevé en 1192 sous Célestin III. Le manuscrit original est toujours au Vatican (Vaticanus, 8486).

Honoré écrivit aussi une vie de Célestin III, une vie de Grégoire VII, un Ordo Romanus, qui décrit le cérémonial et les rites pour diverses occasions et 34 sermons.

Ugolino di Conti devient Pape en 1227 sous le nom de Grégoire IX.

Grégoire IX reprend les théories théocratiques d'Innocent III, justifiant par la fausse donation de Constantin:



Mariage de Bohémond V d'Antioche avec Lucienne de Segni

Ce mariage est voulu par le pape dans le but d'augmenter son influence en Orient, mais aussi de favoriser une réconciliation entre les églises de Rome et d'Orient.

Bohémond V d'Antioche épouse en 1235 Lucienne de Segni, fille de Paolo de Segni et petite-nièce du pape Innocent III. Leurs enfants sont :

Sous l'influence de Lucienne de Segni, l'influence romaine augmente à Antioche et à Tripoli, au détriment des éléments latins et arméniens, ce qui inaugure une période de troubles.


Le siège de Constantinople. Peint en 1499 Les Turcs sous les murailles de Constantinople Siège de Constantinople - à gauche, la Corne d'Or - au fond à gauche le détroit du Bosphore à droite la mer de Marmara - manuscrit français de 1455

Siège et Prise de Constantinople

Mort de Constantin XI Paléologue Empereur byzantin

Fin de l'empire byzantin

Après deux ans de préparatifs, Mehmet II est prêt et part d'Edirne le 23 mars 1453.

Mehmet II arrive sous les murs de la ville le 5 avril 1453, précédé par son armée et met le siège.

À part quelques centaines de soldats vénitiens et génois venus défendre leurs intérêts, Constantinople est abandonnée par l'Occident à son sort.

Constantinople n'est plus défendue que par quelques milliers d'hommes valides aidés par quelques centaines hommes venus d'occident avant le début du blocus. Le lendemain, l'armée turque commence le pilonnage du mur de Théodose avec le fameux canon. Le feu de l'artillerie dure plusieurs jours.

Le soir du 20 avril 1453, une flotte de trois navires envoyés par le pape Innocent III avec vivres et munitions parvient à forcer le blocus maritime. Cette aide providentielle est cependant insuffisante. Venise tergiverse à envoyer en renfort 15 bateaux qui arriveront trop tard.

Le 22 avril 1453 au matin, une flotte d'une vingtaine de navires turcs mouille dans la Corne d'Or. Les constantinopolitains sont consternés car le passage vers ce havre naturel, situé à l'est de la ville, est commandé par une lourde chaîne dont les byzantins ont encore le contrôle. Les navires ont en fait été hissés sur terre par des centaines de bœufs durant la nuit.

L'assaut final est lancé dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 mai 1453. La bataille, acharnée, dure toute la nuit. Au petit matin, une escouade turque découvre une poterne, la Kerkoporta, près du palais des Blachernes, laissée ouverte par mégarde. Ils peuvent ainsi pénétrer dans la ville.

Constantin XI Paléologue meurt le 29 mai 1453 sur les murailles de Constantinople.

La légende entretient l'image d'un souverain ayant combattu héroïquement jusqu'aux dernières heures de Byzance, et mort l'épée à la main. Constantin XI Paléologue entouré de fidèles, se serait débarrassé des insignes impériaux et se serait jette dans la masse des janissaires dans une ultime charge héroïque.

Il est possible que le cadavre Constantin XI Paléologue ait été retrouvé et inhumé en secret dans ce qui est aujourd'hui l'hagiasma de Aydabir dans le quartier d'Unkapani par les rares habitants chrétiens demeurés à Constantinople. Mais il est plus probable que son corps n'ait jamais été identifié et qu'il soit enterré anonymement, avec ses compagnons de lutte, dans une fosse commune.

Constantin XI Paléologue est le dernier Empereur Romain de l'Histoire, au terme de presque 1500 ans pendant lesquels le titre fut porté. Mort sans héritier, Constantin XI Paléologue transmet les droits sur l'Empire à son frère Thomas Paléologue, despote de Morée.

La chute de Constantinople marque la fin de l'empire byzantin et une nouvelle ère d'expansion pour l'empire ottoman.

Les historiens considèrent quelques fois que cette date marque aussi la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance.


Innocent XIII

Mort de Clément XI

Innocent XIII Pape

Clément XI meurt à Rome le 19 mars 1721.

Clément XI rend obligatoire la fête de la conception de la Vierge Marie

Michelangelo Conti est élu pape le 8 mai 1721.

En mémoire d'Innocent III, l'un de ses ancêtres, il prit le nom d'Innocent XIII, en latin Innocentius XIII, en italien Innocenzo XIII.



Transfert des restes d'Innocent III, d'Urbain IV et Martin IV à la basilique Saint-Jean de Latran

Les restes d'Innocent III, mêlés à ceux d'Urbain IV et Martin IV, sont transférés en 1891 à la basilique Saint-Jean de Latran.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !