Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



164 événements affichés, le premier en 655 - le dernier en 1870



Naissance de Martin de Laon

Hardrad ou Herbert ou Martijn ou Martin de Laon naît vers 647en 655, fils d'Anségisel de Metz et de Begga de Landen.



Mariage de Guillaume Ier de Gellone avec Witburge de Herbauges

Guillaume Ier de Gellone épouse en 785 Guibourg ou Witburge de Herbauges. Leurs enfants sont :


Lothaire Ier chef de la résistance

Rébellion de Lothaire Ier, Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique contre Louis Ier le Pieux

Louis Ier le Pieux prisonnier

Judith de Bavière et Charles II le Chauve otages

La Loire moyenne est le principal théâtre des guerres durant 5 ans à partir de 830.

Lothaire Ier s'instaure chef de la résistance, soutenu par son frère Pépin Ier d'Aquitaine.

Hugues le Peureux et son frère Mainfroi d'Orléans (Les Etichonides) sont pour Lothaire Ier.

Lothaire Ier est marié à Ermengarde de Tours, fille d'Hugues le Peureux.

Leurs adversaires, soutenant l'Empereur Louis Ier le Pieux, sont les fils de Guillaume Ier le Grand :

En 830, Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique capturent leur père qui promet de ne plus rien faire sans l'accord de ses fils.

Ils veulent tonsurer leur père mais Lothaire Ier s'y oppose.

Heribert ou Herbert, fils de Guillaume Ier le Grand, est aveuglé sur ordre de Lothaire Ier en 830.

Lambert Ier de Nantes prend en otage Judith de Bavière, ainsi que Charles II le Chauve, et les enferme à l'abbaye de Sainte-Croix de Poitiers.

Bernard de Septimanie s'enfuit à Barcelone.

Lothaire Ier entreprend de restaurer le gouvernement et annule le partage qui favorisait Charles II le Chauve.

Pépin Ier d'Aquitaine et Louis II le Germanique sont lésés.

Hilduin de Saint-Denis prend le parti des princes, en particulier de Charles II le Chauve contre Louis Ier le Pieux.

Hilduin de Saint-Denis perd le bénéfice de ses abbayes et est banni.

Il s'enfuit d'abord à Paderborn puis rejoint l'abbaye de Corvey (près d'Höxter sur la Weser), où il est enfermé sur ordre de Louis Ier le Pieux.

En réalité, l'abbé Warin le reçoit généreusement.

En retour, Hilduin de Saint-Denis lui remet des reliques de Saint Vit, qui feront par la suite l'objet d'une vénération particulière à Corvey.

Avant 831, Hilduin de Saint-Denis regagne la faveur de Louis Ier le Pieux.

Hilduin de Saint-Denis retrouve la direction de l'abbaye de Saint-Denis, qu'il réforme.



Mariage de Pépin II de Péronne avec Rothaïde de Bobbio

Pépin II de Péronne épouse vers 838 Rothaïde de Bobbio.

Leurs enfants sont :



Naissance de Herbert Ier de Vermandois

Charibert ou Héribert ou Herbert Ier de Vermandois naît dans le Vermandois en 839 ou entre 840 et 850 fils de Pépin II de Péronne ou de Vermandois (entre 815et 817-vers 855), Comte de Péronne, et de Rothaeide ou Rothaïde de Bobbio (812-858).



Mariage de Robert IV de Hesbaye avec Adélaïde de Tours

Adélaïde de Tours est veuve de Conrad Ier de Bavière.

Robert IV de Hesbaye épouse en 864 peut-être Adélaïde de Tours, fille Hugues le Peureux et d'Ava de Morvois d'Alsace. Leurs enfants sont :



Mariage de Herbert Ier de Vermandois avec Adèle de France

Herbert Ier de Vermandois épouse Adèle de France, fille de Robert IV de Hesbaye, Duc de Neustrie, et d'Adélaïde de Tours.



Mariage de Herbert Ier de Vermandois avec Béatrice de Morvois

Herbert Ier de Vermandois épouse vers 872 Liétgarde ou Béatrice de Morvois fille d'Aleran. Leurs enfants sont :



Mariage de Herbert Ier de Vermandois avec Berthe de Paris

Herbert Ier de Vermandois épouse Berthe de Paris, fille de Girard II de Paris, Comte de Roussillon, et d'Ève d'Auxerre. Leurs enfants sont :



Naissance de Béatrice de Vermandois

Béatrice de Vermandois naît en 872, fille d'Herbert Ier de Vermandois et de Béatrice de Morvois.



Capitulaire de Quierzy ou Quiersy-sur-Oise

Avec la fin de la "paix romaine", les rois et empereurs, qui ne pouvaient être partout à la fois, avaient délégué à chacun de leurs meilleurs guerriers la défense d'une portion du territoire.

Au fil du temps, la plupart des terres de l'empire étaient ainsi passées sous la tutelle d'un seigneur.

En échange des services rendus à leur souverain, ceux-ci pouvaient pleinement jouir des revenus de leurs terres.

Les compagnons d'armes de Charles II le Chauve rechignent à une nouvelle expédition.

Ils appréhendent de quitter les terres qu'ils ont reçu mission de défendre.

Pour rassurer ses compagnons (en latin, comitis, dont nous avons fait comtes), les fidéliser et surtout les inciter à partir avec lui, Charles II le Chauve les réunit à Quiersy ou Quierzy-sur-Oise avant leur départ pour l'Italie.

Le 16 juin 877, il leur présente un capitulaire par lequel il les assure que les droits de leurs fils (leurs biens et titres) sur leurs terres seront préservés au cas où ils viendraient à mourir pendant l'expédition.

Ce capitulaire est une étape significative vers la constitution d'une noblesse héréditaire et ce que les historiens modernes appellent la "société féodale".

Les comtes ne dépendent plus des nominations du souverain et de fonctionnaires, ils deviennent des personnes disposant de pouvoirs administratifs, policiers et fiscaux sur une région de manière relativement autonome donc de moins en moins subordonné au pouvoir royal.

La riche Aquitaine, pillée par les Francs, les Sarrasins et les Normands, rentre dans le régime féodal héréditaire.

Herbert Ier de Vermandois apparaît en 877 à la cour du roi Charles II le Chauve.



Naissance de Herbert II de Vermandois

Herbert II de Vermandois naît en 880 ou 884, fils d'Herbert Ier de Vermandois et de Béatrice de Morvois.


Eudes Ier de France Eudes Ier de France

Mort de Charles III le Gros

Guy III de Spolète Roi de Francie occidentale

Eudes Ier de France Roi de Francie occidentale

Retour de Guy III de Spolète en Italie

Accord avec Ramnulf II de Poitou

Manassès Ier de Chalon-sur-Saône Comte d'Oscheret

Anschaire Ier d'Ivrée Marquis d'Ivrée en Italie

En Francie occidentale, Charles III le Gros est sur le point d'être déposé par les Grands pour avoir essayé d'acheter les envahisseurs normands au lieu de les combattre.

Vers les derniers jours de sa vie, Charles III le Gros est tombé dans un tel dénuement, qu'il vit des aumônes de l'archevêque de Mayence.

Charles III le Gros meurt au cloitre de Neudingen situé en bordure du Danube le 12 ou le 13 janvier 888.

Il est inhumé dans l'abbaye de Reichenau, située dans une île du lac de Constance, en, Souabe.

On prétend que se sont ses propres domestiques qui l'ont étranglé.

Foulques le Vénérable, Archevêque de Reims, demande à Guy III de Spolète, Duc de Spolète de venir d'Italie pour se faire sacrer roi.

Gui traverse les Alpes, et arrive à Langres où se trouvent ses partisans bourguignons tous proches de Foulques le Vénérable :

L'évêque Gîlon de Langres, le sacre roi début 888.

Les seigneurs de Francie occidentale se refusent à élire Charles III le simple, écarté en raison de sa jeunesse.

Ils lui préfèrent l'un des leurs Eudes Ier de France, Comte de Paris et de Troyes, héros du siège de Paris par les Vikings.

Le 29 février 888, Eudes Ier de France est élu Roi de Francie occidentale et couronné en l'abbaye Saint-Corneille de Compiègne par Gautier de Sens, Archevêque de Sens.

L'autorité du nouveau roi est purement nominale.

Elle s'étend sur les territoires occupés par les Francs et situés à l'Ouest de la Meuse.

Ils recouvrent à peu près le nord de l'actuelle France.

Herbert Ier de Vermandois trahit la cause de Charles III le Simple et reconnaît Eudes Ier de France comme souverain.

Audoin Ier d'Angoulême et Guillaume Ier de Périgueux prennent le parti d'Eudes Ier de France, contre Charles III le Simple.

Audoin Ier d'Angoulême a un en grand crédit auprès d'Eudes Ier de France.

Ramnulf II de Poitou, qui est le gardien du Carolingien Charles III le Simple, ne reconnaît pas Eudes Ier de France.

Il est suivi en cela :

Mais Foulques le Vénérable abandonne son favori suite au couronnement d'Eudes Ier de France.

Eudes Ier de France se dirige alors vers Poitiers accompagné des deux frères de Ramnulf II de Poitou, Gauzbert et Èbles devenu Évêque de Paris et Chancelier du nouveau Roi.

Ramnulf II de Poitou va à sa rencontre et trouve un accord à minima avec Eudes Ier de France.

Guy III de Spolète repart en Italie et emmène ses partisans.

Guy III de Spolète remercie Anschaire Ier d'Ivrée en fondant le marquisat d'Ivrée.

Anschaire Ier d'Ivrée devient le premier margrave ou marquis d'Ivrée.

Il est le fondateur de la maison d'Ivrée.

Le comté d'Oscheret est donné à Manassès Ier de Chalon-sur-Saône.



Bataille de Montfaucon-en-Argonne

Deuxième couronnement Eudes Ier de France

Sous Eudes Ier de France, la défense du territoire contre les invasions se fait au niveau régional, afin d'être plus efficace, aussi les comtes et ducs ont de plus en plus de pouvoir.

Grâce à ce remaniement, les Normands subissent d'importantes défaites.

En 888, Eudes Ier de France se met à la poursuite des Normands.

Aymar de Poitou combat aux cotés d'Eudes Ier de France contre les Normands.

Le 24 juin 888, Eudes Ier de France les rejoint entre Verdun, Stenay et Montmédy et leur tue 19 000 hommes dans les bois de Montfaucon-en-Argonne à l'entrée des défilés de l'Argonne.

Après cette défaite, les Normands cesseront de menacer Paris pendant une vingtaine d'années.

Cette victoire lui vaut d'être reconnu Roi des Francs par Arnulf de Carinthie, Roi de Francie orientale et de recevoir un deuxième couronnement à Reims en novembre 888.

Herbert Ier de Vermandois est cité en 889 comme un fidèle du roi Eudes Ier de France.



Naissance de Cunégonde de Vermandois

Cunégonde de Vermandois naît en 890, fille d'Herbert Ier de Vermandois et de Berthe de Paris.



Restauration du Palais de Péronne

En 890, Herbert Ier de Vermandois fait réparer les dommages du Palais de Péronne et fait établir des remparts en grès autour de la ville.



Mariage de Robert Ier de France avec Aélis d'Alsace

Robert Ier de France épouse en 890 Aélis d'Alsace (vers 870-avant 893).

Leur enfant est :



Naissance d'Adèle de Vermandois

Adèle de Vermandois naît en 892, fille d'Herbert Ier de Vermandois et de Béatrice de Morvois.



Comtes carolingiens ou Herbertiens

Herbert Ier de Vermandois Comte de Vermandois et de Meaux

Herbert Ier de Vermandois devient Comte de Vermandois, Seigneur de Péronne et de Saint-Quentin en 896, succédant à Théodoric Nibelung le Jeune.

Dans les années qui suivent, il hérite des comtés de Soissons, de Meaux, de Mézerais et de Vexin, tenus par d'autres Nibelungides.

La transmission devient héréditaire. Il est donc le premier de la lignée des Comtes du Vermandois.



Prise de Péronne et de Saint-Quentin

Mort de Rodolphe de Cambrai

Rodolphe de Cambrai, le frère de Baudouin II de Flandre, pénètre en Vermandois, s'empare de Péronne et de Saint-Quentin, mais ces villes sont reprises par Herbert Ier de Vermandois.

Rodolphe meurt le 17 juin 896 dans un guet-apens.



Fiancailles de Arnould et d'Alix de Vermandois

Conflit entre Baudouin II de Flandre et Charles III le Simple

Alix de Vermandois est fiancée au fils aîné de Baudouin II de Flandre, Arnould. Malgré cette réconciliation passagère, les hostilités reprennent, Baudouin II de Flandre s'opposant cette fois au roi Charles III le Simple, qui avait favorisé Herbert Ier.

Charles III le Simple reprend Péronne qui avait été occupée une nouvelle fois, et s'empare de Saint-Omer, du château de St-Vaast, et de son abbaye. Le roi en donne alors bénéfice à l'archevêque de Reims, Foulques le Vénérable, qui l'échange bientôt contre Saint-Médard près de Soissons. Ce qui n'empêche pas la rancœur de Baudouin II de Flandre.

Après la mort de Raoul, abbé de Saint-Bertin, Baudouin II de Flandre demande la gestion temporelle de l'abbaye, mais les moines, craignant les exactions du comte, font appel à Foulques le Vénérable, qui est finalement élu abbé.

Cette nomination sera confirmée à la mort d'Eudes Ier de France par Charles III le Simple.



Herbert Ier de Vermandois Comte de Soissons

Herbert Ier de Vermandois devient Comte de Soissons en 898.



Mariage d'Édouard Ier l'Ancien avec Elflèda de Bernicie

Édouard Ier l'Ancien épouse Elflèda ou Aelflaeda ou Aelflede, fille d'Ethelhelm de Bernicie (vers 874-920). Leurs enfants sont :



Mariage de Gérard Ier de Metz avec Oda de Saxe

Oda de Saxe est veuve de Zwentibold.

Gérard Ier de Metz épouse en 902 Oda de Saxe. Leurs enfants sont :



Mort d'Herbert Ier de Vermandois Seigneur de Péronne et de Saint-Quentin, Comte de Soissons, de Vermandois et de Meaux

Herbert II de Vermandois Comte de Vermandois, de Meaux et Troyes

Herbert Ier de Vermandois meurt le 6 novembre 902 assassiné.

Baudouin II de Flandre aurait commandité son meurtre.

Herbert II de Vermandois hérite des biens de son père et augmente sa puissance territoriale vers le Vexin et la Champagne.



Mariage de Herbert II de Vermandois avec Hildebrande de France

Herbert II de Vermandois épouse en 906 Hildebrande de France, fille de Robert Ier de France et d'Aélis d'Alsace. Leurs enfants sont :



Naissance de Herbert III de Vermandois le Vieux

Herbert III de Vermandois, dit le Vieux, naît en 907, fils d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Naissance d'Eudes de Vermandois

Eudes de Vermandois naît en 910 ou vers 915, fils d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Naissance de Robert Ier de Vermandois

Robert Ier de Vermandois naît en 911, fils d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Naissance de Alix de Vermandois

Adèle ou Alix de Vermandois naît en 911, fille d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Naissance de Luitgarde de Vermandois

Leutgarde ou Liutgarde ou Luitgarde de Vermandois naît vers 915, fille d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Naissance d'Albert Ier de Vermandois

Albert Ier de Vermandois, dit le Pieux, naît en 916 ou entre 931 et 934, fils d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France



Naissance d'Hugues de Vermandois

Hugues de Vermandois naît vers 920, fils d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Mariage d'Hugues Ier du Maine avec Nbilihildis du Maine

Hugues Ier du Maine épouse en 920 Nbilihildis du Maine, fille de Godefroi III du Maine, Comte du Maine, et de Godehilde de France. Leurs enfants sont :


Robert Ier de France

Haganon titulaire des bénéfices de l'abbaye de Chelles

Mort d'Hérivée de Châtillon-sur-Marne

Déposition de Charles III le Simple

Robert Ier de France Roi de France

Charles III le Simple est impuissant contre les dynasties féodales qui se constituent, à l'abri des nombreux donjons.

En 922, Charles III le Simple retire à Rothilde de France les bénéfices d'Abbesse de Chelles. Il les donne à son favori Haganon.

Jamais un roi n'avait auparavant privé un de ses fidèles de ses honneurs, sauf en cas de trahison.

Cet outrage rejaillit sur l'entourage de Rothilde de France, notamment sur Hugues Ier du Maine, son fils, et Hugues le Grand, son gendre, les poussant à la révolte

Robert Ier de France, Duc des Francs, se met à la tête des seigneurs et du Clergé de France contre Charles III le Simple.

Participent à cette révolte :

Hérivée, Archevêque de Reims, et tous les vassaux de la seigneurie ecclésiastique de Reims prennent les armes pour la famille capétienne.

Hérivée de Châtillon-sur-Marne est Prisonnier à Paris en 922 comme rebelle contre Robert Ier, roi de France.

Hérivée de Châtillon-sur-Marne est révoqué en 922 de son titre honorifique d'archichancelier.

Hérivée de Châtillon-sur-Marne inféode plusieurs terres de son Église à Eudes de Châtillon-sur-Marne, son frère : Châtillon-sur-Marne, Basoches,...

Hérivée de Châtillon-sur-Marne meurt à Reims le 2 juillet 922 sur son siège épiscopal.

Désormais les successeurs métropolitains d'Hérivée de Châtillon-sur-Marne, renseignés sur l'attitude royale, ne viendront plus au secours du souverain.

Charles III le Simple se réfugie à Laon.

Charles III le Simple envahit les terres de l'archevêque de Reims, mais est forcé de se retirer devant Robert Ier de France et Raoul Ier de France, qui l'attaquent entre Épernay et Tours-sur-Marne.

Charles III le Simple se réfugie en Lorraine.

Robert Ier de France envoie son fils Hugues le Blanc avec une petite armée prêter appui à Giselbert, Duc de Lorraine, pour combattre Charles III le Simple en Lorraine.

Les Grands de Francie occidentale déposent Charles III le Simple.

Le 29 juin 922, ils offrent la couronne à Robert Ier de France, fils de Robert IV de Hesbaye et frère d'Eudes, en récompense de ses services.

Il est sacré à Saint-Remy de Reims le 30 juin 922 par Gautier, archevêque de Sens selon le rituel inauguré par Pépin III le Bref.

Èbles Manzer reste fidèle à Charles III le Simple.


Bataille de Soissons Raoul Ier Raoul Ier

Bataille de Soissons

Mort de Robert Ier Roi de France

Raoul Ier de France Roi de France

Charles III le Simple refuse la destitution et rassemble une armée considérable en Lorraine. Il rentre en France et marche sur Laon.

Robert Ier de France établit son camp près de Soissons, sur les bords de l'Aisne.

Charles III le Simple attaque Robert Ier de France à l'improviste, le dimanche 15 juin 923, et lui livre une bataille acharnée. Charles III le Simple fait preuve d'une grande bravoure.

Arnould Ier de Flandre soutient Charles III le Simple lors de la bataille de Soissons.

Robert Ier de France est tué.

La tradition raconte qu'il périt dans un duel légendaire, soit avec Charles III le Simple lui-même, soit avec le comte lorrain Fulbert, porte-étendard de l'armée carolingienne.

Mais Hugues le Grand, fils de Robert de France, aidé d'Herbert II de Vermandois, galvanise les soldats en montrant le cadavre de son père.

Malgré la mort de Robert Ier de France, Charles III le Simple est défait et est forcé de battre en retraite.

D'après Richer, qui était du parti des Carolingiens, les troupes françaises fortes de 20 000 hommes en perdent 11 000 et l'armée carolingienne au nombre de 10 000 en perdent 7 118.

Robert Ier de France est inhumé à Sainte-Colombe de Sens.

Les grands du royaume, ne voulant pas rendre la couronne à Charles III le Simple, choisissent pour roi Raoul Ier de France. Son beau-frère Hugues le Grand a refusé le titre de crainte d'abandonner ses comtés et de perdre ainsi son influence sur les grands.

Le 13 juillet 923, Raoul Ier de France est couronné Roi de France à Saint-Médard de Soissons, par l'archevêque Gautier de Sens. Raoul Ier de France conserve ses domaines bourguignons, mais également ses autres honneurs dans les provinces de Reims, Troyes, Laon et Berry qu'il administre en même temps que le royaume.

Pendant les premières années de son règne l'anarchie va régner dans tout le royaume. Malgré de réelles qualités, Raoul Ier de France va avoir du mal à se faire reconnaître comme roi par les grands vassaux.

Raoul Ier de France se bat contre le pillage des Vikings mais il intervient également en Lorraine et en Alsace à la demande de l'évêque de Metz.

Èbles Manzer reconnaît Raoul Ier de France.

Mais Guillaume le Jeune, héritier de Guillaume Ier le Pieux, refuse de le reconnaître.



Herbert II de Vermandois Comte de Meaux

Herbert II de Vermandois devient Comte de Meaux en 923 jusqu'en 942.



Charles III le Simple prisonnier

Exil d'Edwige de Wessex et de Louis IV d'Outremer

Henri Ier l'Oiseleur Roi de Lotharingie

Charles III le Simple, devenu un roi sans couronne, appelle à la rescousse les Normands de Rollon et trouve refuge chez son vassal, Herbert II de Vermandois, Comte d'Omois. Mais ce dernier le fait prisonnier le 17 juillet 923 car sa sœur était l'épouse de Robert Ier de France.

Herbert II de Vermandois le garde prisonnier dans un premier temps à Château-Thierry

L'épouse de Charles III le Simple, Edwige de Wessex s'enfuit et trouve refuge en Angleterre avec son fils, le futur Louis IV d'Outremer (d'où son surnom).

En 923, la féodalité Lotharingienne offre la souveraineté de la Lotharingie au roi de Germanie Henri Ier l'Oiseleur.

Henri Ier l'Oiseleur entre en Lotharingie.

Gislebert II de Hainaut conduit les armées d'Henri Ier l'Oiseleur, contre Raoul Ier de France qui est obligé de lui céder le territoire.



Transfert de Charles III le Simple au château de Péronne

Herbert II de Vermandois transfère Charles III le Simple en 924 dans une tour du château de Péronne.



Assemblée d'Autun

Hommage de Louis III l'Aveugle à Raoul Ier de France

Mariage de Boson avec Berthe de Toscane

Accord sur le comté de Lyon

Raoul Ier de France tient plusieurs assemblées, en 924, à Autun, à Chalon, pour neutraliser les seigneurs bourguignons, notamment Gilbert de Chalon-sur-Saône.

Lors de l'assemblée d'Autun, les grands du royaume sont présents :

Hugues d'Arles, régent du royaume de Provence, également présent à Autun, consent hommage au nom du roi Louis III l'Aveugle.

Boson, fils de Richard le Justicier, épouse en 924 Berthe de Toscane, nièce du régent Hugues d'Arles.

Ce mariage la scelle l'alliance entre les princes.

Un accord est passé entre Guillaume le Jeune, duc d'Aquitaine, et héritier de Guillaume Ier le Pieux, avec Raoul Ier de France, sur la possession du comté de Lyon. Hugues le Noir, exerce en toute intégrité ses fonctions sur ce comté.



Mort de Séulf

Hugues de Vermandois Comte et Archevêque de Reims

Séulf meurt le 7 août 925.

Herbert II de Vermandois se sert de Charles III le Simple comme moyen de pression vis-à-vis de Raoul Ier de France et il obtient de ce dernier le siège archiépiscopal de Reims pour son fils Hugues de Vermandois. Hugues de Vermandois devient Comte et Archevêque de Reims en 925.



Bataille d'Eu

De 925 à 926, Raoul Ier de France combat les Normands.

Au cours de l'été 925, Raoul Ier de France réussit à rassembler une grande armée pour combattre les Normands qui ont une nouvelle fois rompu la paix. Avec l'aide d'Herbert II de Vermandois, d'Helgaud de Ponthieu, d'Arnoul Ier de Flandre et de son frère Adalolphe de Boulogne, Raoul Ier de France obtient à Eu une grande victoire qui fait de nombreuses victimes parmi l'envahisseur.



Bataille de Fauquembergues

Mort d'Helgaud III de Ponthieu Comte de Ponthieu et de Montreuil-sur-Mer et avoué de Saint-Riquier

Blessure de Raoul Ier

Herbouin II de Ponthieu Comte de Montreuil-sur-Mer et Abbé de Saint-Riquier

En 926, les Normands de Rollon mettent à mal l'ost de Raoul Ier de France à la bataille de Fauquembergues sur l'Aa, près de Thérouanne, entre Saint-Omer et Montreuil-sur-Mer.

Herbert II de Vermandois participe à cette bataille. Helgaud III de Ponthieu est tué. Raoul Ier de France est grièvement blessé et est contraint de fuir les combats et de regagner Laon.

Les vainqueurs ont le champ libre pour piller le pays jusqu'aux frontières de la Lorraine.

Herbouin II de Ponthieu devient Comte de Montreuil-sur-Mer et Abbé de Saint-Riquier.



Mort de Roger Ier de Laon

Roger II de Laon Comte de Laon

Roger Ier de Laon meurt en 926.

Herbert II de Vermandois revendique le comté de Laon pour Eudes de Vermandois. Raoul Ier de France refuse et investit Roger II de Laon du comté de Laon.



Prise d'Amiens par Herbert II de Vermandois

En 926, Herbert II de Vermandois s'empare d'Amiens.



Mort de Louis III l'Aveugle

Hugues d'Arles Roi de Provence et de Bourgogne cisjurane

Boson de Toscane Comte d'Arles

Lyonnais, Viennois et Vivarais dans la dépendance du royaume des Francs

Louis III l'Aveugle meurt le 28 juin 928 à Vienne (Isère) sans enfant.

Hugues d'Arles succède à Louis III l'Aveugle sur le royaume de Provence, Bourgogne cisjurane en 928. Hugues d'Arles laisse le pouvoir effectif à Boson de Toscane, son frère, à qui il confère le titre de comte d'Arles. Hugues d'Arles est très occupé à se maintenir dans son royaume d'Italie, en combattant le marquis d'Ivrée, petit fils de Béranger de Frioul.

En 928, Raoul Ier de France s'intéresse au royaume de Provence ou Bourgogne Cisjurane, et à la mort de son cousin Louis III l'Aveugle, il rencontre Hugues d'Arles, Roi d'Italie Régent de la Provence. Ce dernier cède le Viennois à Raoul Ier de France qui lui-même le concède à Eudes, fils de Herbert II de Vermandois, afin d'éloigner ce dernier du domaine royal.



Herbert II de Vermandois Comte de Laon

Construction du château Gaillot à Laon

Destruction du château de Mortagne

En 928, Raoul Ier de France craint qu'Herbert II de Vermandois ne libère Charles III le Simple qu'il retient toujours prisonnier à Péronne.

Contre sa volonté initiale, Roger II de Laon doit donner Laon à Herbert II de Vermandois.

Herbert II de Vermandois construisit une citadelle, le château Gaillot, à Laon.

Roger II de Laon, lésé de son comté, combat Herbert II de Vermandois, qui fait raser son château de Mortagne.



Guerre entre Raoul Ier de France et Herbert II de Vermandois

En 929, la guerre reprend entre Raoul Ier de France et Herbert II de Vermandois. Le roi octroie alors le Viennois, à Charles-Constantin de Vienne.



Conflit d'Herbouin II de Ponthieu avec Herbert II de Vermandois et Hugues le Grand

En 929, Herbouin II de Ponthieu se retrouve en conflit avec Herbert II de Vermandois et Hugues le Grand. Ils assiègent Montreuil-sur-Mer la principale place-forte du Ponthieu mais Hugues le Grand finit par faire volte-face.



Conflit de Raoul Ier de France et Hugues le Grand contre Herbert II de Vermandois

En 930, Herbert II de Vermandois s'empare du château de Vitry-en-Perthois appartenant à Boson, frère cadet de Raoul Ier de France. Ce dernier s'allie alors avec son beau-frère Hugues le Grand pour combattre Herbert II de Vermandois.



Roger II de Laon Comte de Douai et Abbé laïc de Saint-Amand

En 931, Hugues le Grand, Duc des Francs, reprend la ville de Laon à Herbert II de Vermandois qui reste cependant maître de le château Gaillot, sa citadelle.

Hugues le Grand s'empare aussi du comté de Douai appartenant à Ernaud, un vassal d' Herbert II de Vermandois, et le donne à Roger II de Laon en compensation de la perte de Laon.

Roger II de Laon devient Abbé laïc de Saint-Amand en 931



Mariage d'Herbert III de Vermandois Le Vieux avec Edwige de Wessex

Edwige de Wessex est veuve de Charles III le Simple.

Herbert III de Vermandois Le Vieux épouse à Saint-Quentin dans l'Aisne en 931 Edwige de Wessex. Leur enfant est :



Prise de Reims et Laon par Raoul Ier de France

Déposition d'Hugues de Vermandois comme Archevêque

Artaud de Reims Archevêque de Reims

En 931, Artald ou Artauld ou Artaud de Reims est moine.

Ses parents ne sont pas connus,

En 931, Raoul Ier de France et Hugues le Grand reprennent à Herbert II de Vermandois, les villes de Reims et Laon qu'il a occupé.

Ils chassent Hugues de Vermandois, Archevêque de Reims, fils d'Herbert II de Vermandois.

Raoul Ier de France nomme Artaud de Reims Archevêque de Reims.

En 931, Herbert II de Vermandois se rapproche d'Henri Ier l'Oiseleur.

Herbert II de Vermandois est obligé dans un premier temps de rendre :

Recevant de l'aide d'Henri Ier l'Oiseleur, Herbert II de Vermandois ravage la région autour de Reims et de Laon.



Prise d'Ham

Évrard d'Ham Prisonnier

En 932, Herbouin II de Ponthieu parvient à battre Herbert II de Vermandois qui se venge en prenant par surprise le château d'Ham appartenant à Évrard Ier d'Ham, frère d' Herbouin II de Ponthieu, lequel est également capturé.



Mariage d'Arnould Ier de Flandre avec Alix de Vermandois

Baudouin II de Flandre fait épouser à son fils la fille d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France, scellant sa réconciliation avec Herbert II de Vermandois.

Arnould Ier de Flandre épouse en 934 Alix de Vermandois. Leurs enfants sont :



Mariage d'Amaury II de Thouars

Amaury II de Thouars épouse en 935 Aliénor. Leur enfant est :



Naissance d'Herbert Ier de Thouars

Arbert ou Hervé ou Herbert Ier de Thouars naît en 935, fils d'Amaury II de Thouars et d'Aliénor.



Soumission de Herbert II de Vermandois à Raoul Ier de France

Herbert II de Vermandois se soumet à Raoul Ier de France en 935.

Raoul Ier de France rend à Herbert II de Vermandois ses domaines, sauf Reims, Château-Thierry et Laon.


Louis IV d'Outremer Louis IV d'Outremer

Mort de Raoul Ier de France

Louis IV d'Outremer Roi de Francie occidentale

Hugues le Grand Régent du Royaume de Francie occidentale

Hugues le Grand Duc des Francs

Raoul Ier de France multiplie les fiefs et réduit ainsi le domaine royal au comté de Laon.

Dans la consternation générale, Raoul Ier de France meurt le 15 janvier 936 (le 2 des ides) à Auxerre, atteint de pédiculose corporelle, "prolifération de poux, de morpions et de vermines sur tout le corps".

Il est inhumé dans l'église abbatiale de Sainte-Colombe près de Sens, à côté de son père.

La succession se dispute entre :

Hugues le Grand, fils de Robert Ier de France, ne souhaite toujours pas régner car il craint de perdre ses comtés de Neustrie.

Hugues le Grand fait accepter par les grands, la restauration carolingienne.

Il fait élire Louis IV d'Outremer, fils de Charles III le Simple.

Par cette élection, Hugues le Grand neutralise les ambitions d'Herbert II de Vermandois.

Le soutien normand se révèle décisif pour Louis IV d'Outremer.

Hugues le Grand accueille à Boulogne Louis IV d'Outremer qui était jusqu'alors auprès de son grand-père le roi de Wessex.

Le dimanche 19 juin 936, Louis IV d'Outremer est couronné et sacré Roi par Artaud de Reims, Archevêque de Reims, dans l'église abbatiale de Saint-Vincent de Laon, sa ville natale et place forte de la famille carolingienne.

Herbert II de Vermandois et Hugues le Grand rendent l'hommage au nouveau roi.

Louis IV d'Outremer concède à Hugues le Grand le titre pompeux de Duc des Francs (Francorum dux) et lui rétrocède ses possessions de Francie occidentale, ne conservant que les territoires entre Rhin et Meuse.

Les domaines propres du roi sont essentiellement la région de Laon.

Hugues le Grand, régent, règne sur la Francie Occidentale et la Bourgogne où Louis IV d'Outremer n'a aucune autorité.



Mariage de Guillaume Ier Longue-Épée avec Liutgarde de Vermandois

Guillaume Ier Longue-Épée épouse chrétiennement en 937 Luitgarde de Vermandois, fille d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France.



Restitution du château Gaillot de Laon

Herbert II de Vermandois doit rendre le château Gaillot de Laon en 938.



Bataille de Trans

Il reste quelques poches où les Vikings sont encore présents. Le 1er Aout 939, un fort parti de Normands capitule au camp de Trans, en Ille-et-Vilaine, devant Juhel-Bérenger aidé d'Herbert Comte du Mans.



Prise et reprise de Montreuil-sur-Mer

En 939, Herbert II de Vermandois allié à Arnould Ier de Flandre occupent Montreuil-sur-Mer et y capturent la famille d'Herluin.

Herbouin II de Ponthieu obtient l'alliance de Guillaume Ier Longue-Épée qui lui fournit des troupes. Il reprend Montreuil-sur-Mer. Herbouin II de Ponthieu négocie l'échange de la garnison capturée contre ses proches. Herbouin II de Ponthieu fait alors passer le Ponthieu dans la vassalité de la Normandie.



Liaison d'Hugues le Grand avec Raingarde de Dijon

Hugues le Grand a une liaison avec Raingarde de Dijon. Leur enfant est :



Naissance d'Herbert

Herbert ou Héribert naît vers 940, fils Hugues le Grand et de Raingarde de Dijon.



Naissance d'Héribert d'Auxerre

Herbert ou Héribert d'Auxerre naît en 940, fils illégitime d'Hugues le Grand et de Raingarde de Dijon.



Naissance d'Agnès de Meaux

Adélaïde ou Agnès de Meaux naît en 940, fille d'Herbert III de Vermandois le Vieux et d'Edwige de Wessex.



Sièges de Reims et de Laon

Hugues de Vermandois de nouveau Archevêque de Reims

En 940, Hugues le Grand, Duc des Francs, Herbert II de Vermandois, Guillaume Longue Épée, Duc de Normandie s'allient.

Hugues le Grand, et Herbert II de Vermandois assiègent Laon, ville royale, et font hommage à Othon Ier le Grand, Roi de Germanie.

Avec l'accord d'Othon Ier le Grand, ils entrent dans Reims en juillet 940, chasse Artaud de Reims, l'archevêque de Reims.

Ils réinstallent Hugues de Vermandois comme Archevêque de Reims.

Artaud de Reims et Dodon ou Dudon, frère d'Artaud de Reims, continuent la lutte contreHugues de Vermandois.

Louis IV d'Outremer et Hugues le Noir accourent, et reprennent Laon.

Avec le renfort des troupes d'Othon Ier le Grand, Hugues le Grand et Herbert II de Vermandois repoussent la contre attaque de Louis IV d'Outremer.

Hugues de Vermandois reçoit les ordres mineurs et est ordonné prêtre en septembre 940 par Gui, Évêque d'Auxerre.



Serment d'Hugues le Noir

En 941, Othon Ier le grand poursuit Hugues le Noir qui consent à livrer des otages et jure de ne plus nuire à Hugues le Grand et Herbert II de Vermandois.



Aide de Guillaume Ier Longue-Épée à Herluin II Comte de Ponthieu

Herluin II, Comte de Ponthieu, est vaincu dans une guerre privée contre Herbert II de Vermandois, allié à Arnoul Ier, Comte de Flandre et d'Artois. Herluin en appelle à Guillaume Ier Longue-Épée . Ayant récupéré son bien, Herluin rend hommage de fidélité à la Normandie pour le Ponthieu.



Lutte de Louis IV d'Outremer contre Herbert II de Vermandois

Probablement d'origine viking, ainsi que son nom le laisse penser, Ragenold ou Renaud de Roucy apparaît en 943 aux côtés du Louis IV d'Outremer et l'assiste dans la lutte que ce dernier mène contre Herbert II de Vermandois


Herbert II de Vermandois pendu sur ordre de Louis IV d'Outremer

Mort d'Herbert II de Vermandois Comte de Vermandois

Herbert II de Vermandois meurt à Saint-Quentin le 23 février 943.

Selon Raoul Glaber et Dom Le long, il aurait été pendu sur ordre de Louis IV d'Outremer.

Hugues le Grand, beau-frère d'Herbert II de Vermandois, prend en tutelle ses enfants trop jeunes pour lui succéder :



Mort de Raoul II de Vexin

Gautier Ier de Vexin Comte d'Amiens, de Vexin et de Valois

Raoul II de Vexin attaque Eudes de Vermandois pour lui reprendre Amiens.

Raoul II de Vexin meurt en 943 tué au cours d'une bataille.

Selon d'autres sources, Raoul II de Vexin tente de profiter de la mort du Comte Herbert II de Vermandois pour s'emparer de Saint-Quentin, mais est tué par les 4 fils d'Herbert.

Son personnage aurait inspiré le héros de chanson de geste Raoul de Cambrai

Gautier Ier de Vexin, assez jeune, devient Comte d'Amiens, de Vexin et de Valois.



Mariage de Thibault Ier le Tricheur avec Luitgarde de Vermandois

Luitgarde de Vermandois est récente veuve de Guillaume Ier Longue-Épée .

Thibault Ier le Tricheur épouse en 943 Luitgarde de Vermandois, fille d'Herbert II de Vermandois et d'Hildebrande de France. Leurs enfants sont :

Luitgarde de Vermandois apporte à Thibault Ier le Tricheur le comté de Provins et procure à sa descendance la succession du comté de Champagne.



Louis IV d'Outremer Prisonnier d'Harald Ier de Danemark

Mort d'Herbouin II de Ponthieu Comte de Ponthieu et de Montreuil-sur-Mer et Avoué de Saint-Riquier

En avril 945, Thibault Ier le Tricheur est associé aux Comtes Herbert III de Vermandois le Vieux pour prendre un château royal à Montigny près de Soissons.

Bernard le Danois, régent du duché de Normandie, qui a gardé des contacts avec sa Scandinavie natale, s'allie à Harald Ier de Danemark.

À l'appel du normand, Harald Ier de Danemark intervient avec des troupes pour aider Richard Ier Sans Peur en difficulté.

Harald Ier de Danemark est probablement le Aigrold des chroniqueurs normands.

Invité par Harold de Bayeux, Louis IV d'Outremer tombe dans un guet-apens. Sa suite est massacrée. Il est fait prisonnier à Rouen le 13 juillet 945.

Cette capture assure dans les mains normandes un atout d'importance pour négocier le retour de Richard Ier en Normandie.

Les Normands considèrent Herbouin II de Ponthieu indirectement responsable de la mort de Guillaume Ier Longue-Épée .

Herbouin II de Ponthieu meurt à Bayeux le 13 juillet 945 lors de ce guet-apens.

Roger Ier de Montreuil-sur-Mer, son fils, devient Comte de Ponthieu et de Montreuil-sur-Mer.



Mariage de Robert Ier de Vermandois avec Adélaïde de Chalon

Robert Ier de Vermandois épouse en 945 Adélaïde de Chalon, fille de Gilbert de Chalon-sur-Saône et d'Ermengarde de Bourgogne. Leurs enfants sont :



Naissance d'Herbert IV de Vermandois le Jeune

Herbert IV de Vermandois, dit le Jeune, naît en 945 ou vers 950, fils de Robert Ier de Vermandois, Comte de Meaux et de Troyes, et d'Adélaïde de Chalon.



Partage des biens d'Herbert II de Vermandois

Herbert III de Vermandois le Vieux Comte d'Omois

Albert Ier Comte de Vermandois et de Beaune

Robert Ier de Vermandois Comte de Meaux

En 946, afin de mettre fin à la puissance vermandoise, Hugues le Grand partage les biens d'Herbert II de Vermandois, 3 ans après sa mort, entre les différents fils d'Herbert II, qui sont aussi les neveux d'Hugues :



Mariage d'Herbert Ier de Thouars avec Aldegarde d'Aunay

Herbert Ier de Thouars épouse en 950 ou en 956 Aldéarde ou Hildegarde ou Aldegarde d'Aulnay ou d'Aunay (en 940-988), fille de Cadelon III d'Aunay, Vicomte d'Aunay, et de Sénégonde de Marcillac. Leurs enfants sont :



Mariage d'Hugues II du Maine

Hugues II du Maine épouse en 950 une fille d'Herbert III de Vermandois Le Vieux et d'Edwige de Wessex. Leurs enfants sont :



Mariage d'Albert Ier de Vermandois avec Gerberge de Lorraine

Albert Ier de Vermandois épouse peu avant 950 Gerberge de Lorraine, fille de Gislebert II de Hainaut et de Gerberge de Saxe. Leurs enfants sont :



Naissance d'Aimery III de Thouars

Aimery III de Thouars naît en 955, fils d'Herbert Ier de Thouars et d'Aldegarde d'Aunay .



Naissance d'Aymery III de Thouars

Aymery III de Thouars naît en 955, fils d'Herbert Ier de Thouars et d'Aldegarde d'Aunay.



Naissance de Herbert III de Vermandois le Jeune

Herbert III de Vermandois le Jeune naît vers 954 ou 955, fils d'Albert Ier de Vermandois et de Gerberge de Lorraine.



Mort d'Amaury II de Thouars Vicomte de Thouars

Herbert Ier de Thouars Vicomte de Thouars

Amaury II de Thouars meurt en 956 ou vers 960.

Herbert Ier de Thouars devient cinquième Vicomte de Thouars en 956 ou en 960.



Naissance de Savary III de Thouars

Savary III de Thouars naît en 960, fils d'Herbert Ier de Thouars et d'Aldegarde d'Aunay.



Herbert Ier de Thouars Vicomte de Thouars

Herbert Ier de Thouars devient 6e Vicomte de Thouars en 956 ou en 960.



Naissance de Raoul Ier de Thouars

Raoul Ier de Thouars naît en 965, fils d'Herbert Ier de Thouars et d'Aldegarde d'Aunay.



Mort de Robert Ier de Vermandois

Herbert IV de Vermandois Comte de Meaux et de Troyes

Robert Ier de Vermandois meurt en 966 ou août 967. Herbert IV de Vermandois hérite des domaines de son père et devient :



Naissance d'Adèle de Vermandois

Adèle de Vermandois, dite de Senlis, Comtesse de Crespu et de Valois, naît en 967, fille d'Herbert IV de Vermandois le Jeune.



Herbert Évêque d'Auxerre

Herbert devient évêque d'Auxerre en 971.



Geoffroy Ier Grisegonelle maître de Loudun et de Mirebeau

Vers 973, Geoffroy Ier Grisegonelle prend possession des points forts de Loudun et Mirebeau et enserre les domaines d'Herbert Ier de Thouars.



Mariage de Herbert III de Vermandois le Jeune avec Ermengarde de Bar

Herbert III de Vermandois le Jeune épouse en 977 Hermengarde ou Ermengearde ou Ermengarde de Bar, fille de Renaud ou Renard de Bar-sur-Seine. Leurs enfants sont :



Naissance d'Albert II de Vermandois

Albert II de Vermandois naît en 978, fils d'Herbert III de Vermandois le Jeune et d'Ermengarde de Bar.



Naissance d'Eudes Ier de Vermandois

Otton ou Othon ou Eudes Ier de Vermandois naît en 979, fils d'Herbert III de Vermandois le Jeune et d'Ermengarde de Bar.



Naissance d'Eudes Ier de Vermandois

Otton ou Othon ou Eudes Ier de Vermandois naît en 979, fils d'Herbert III de Vermandois le Jeune et d'Ermengarde de Bar.



Mort de Othon II le Roux Empereur germanique

Othon III du Saint-Empire Roi de Germanie

Othon III du Saint-Empire Empereur romain germanique

Libération d'Henri II le Querelleur

Enlèvement d'Othon III du Saint-Empire par Henri le Querelleur

Théophano Skleros et Adélaïde de Bourgogne Régentes de Germanie et de L'empire

Othon II Le Roux meurt prématurément d'un accès de fièvre à Rome le 7 décembre 983. Il laisse Othon III du Saint-Empire, un très jeune fils, qui lui succède.

Othon III du Saint-Empire, fils d'Othon II le Roux devient Roi de Germanie et est sacré empereur à Aix-la-Chapelle en décembre 983.

Henri II le Querelleur obtient d'être libéré.

Henri II le Querelleur réussit à s'emparer du jeune Othon III du Saint-Empire, dont il compte exercer la tutelle, et des insignes royaux. Il revendique la royauté qu'il l'obtient des grands mais il n'est pas sacré.

Henri II le Querelleur s'allie un temps avec le roi Lothaire II de France.

Herbert IV de Vermandois le Jeune et Eudes Ier de Blois sont les alliés de Lothaire II de France et l'assiste dans les querelles entourant la succession de l'Empereur Othon II en 983.

Les évêques, croient eux aussi, dans un premier temps, que.

Mais l'archevêque de Mayence et les évêques avec à leur tête l'archichapelain Willigis, soutenu par d'autres grands, condamne cette usurpation mais pensent que le choix d'un chef capable d'agir tout de suite s'impose.

Ils reconnaissent que, si Othon III du Saint-Empire ne peut évidemment régner par lui-même, Théophano Skleros, sa mère et Adélaïde de Bourgogne, sa grand-mère, ont les qualités requises pour assurer la régence et gouverner à sa place.

Ces deux femmes d'une exceptionnelle personnalité lui donnent une parfaite éducation et une immense culture gréco-latine.



Mort de Herbert III de Vermandois le Vieux Comte d'Omois

Eudes Ier de Blois Comte de de Reims

Herbert IV de Vermandois le Jeune Comte d'Omois

Herbert III de Vermandois le Vieux, Comte d'Omois, meurt en 984.

Eudes Ier de Blois hérite :

Eudes Ier de Blois devient Co-Comte de Provins.

Herbert IV de Vermandois reçoit les domaines de son oncle Herbert III de Vermandois le Vieux et devient Comte d'Omois en 984.



Expédition de Lothaire II de France contre Verdun

Godefroy Ier de Limbourg prisonnier

Thierry Ier de Lorraine Prisonnier

Afin de s'assurer d'une Lotharingie qui pourrait être la base d'une reconquête du pouvoir aux dépens des grands de Francie occidentale, Lothaire II de France lance une expédition contre Verdun à laquelle s'oppose l'archevêque de Reims Adalbéron, hostile à un nouveau conflit au sein du royaume franc.

Il s'empare de Verdun en mars 985.

Partisan du roi Lothaire II de France, Herbert IV de Vermandois le Jeune le seconde lors de la conquête de la Haute-Lotharingie.

Au côté de l'empereur germanique Othon II le Roux, Godefroy Ier de Limbourg et Thierry Ier de Lorraine combattent Lothaire II de France, mais ils sont capturés près de Verdun en 985.

Godefroy Ier de Limbourg restera prisonnier d'Herbert IV de Vermandois deux années.



Naissance d'Herbert Ier Éveille-Chien

Herbert Ier Éveille-Chien naît vers 985, fils d'Hugues III du Maine, Comte du Maine.

Son surnom peut évoquer celui qui se lève tôt, pour partir à la chasse avec sa meute. Selon Orderic Vital, ce surnom provient de la nécessité permanente de résister aux dévastations de ses voisins angevins.



Mort d'Herbert Ier de Thouars

Aymery III de Thouars

Herbert Ier de Thouars meurt avant 987.

Aymery III de Thouars devient vicomte de Thouars en 987.

Vassal de Guillaume IV Fièrebrace, Comte Poitiers, Aymery III de Thouars se reconnait aussi vassal de Foulques III Nerra, comte d'Anjou, qui est très présent dans cette partie du Poitou.


Hugues Ier Capet Hugues Ier Capet

Accusation de trahison contre Adalbéron

Mort de Louis V le Fainéant Roi des Francs

Hugues Capet Roi de France

Sacre d'Hugues Capet

Louis V le Fainéant assiège Reims en mars 987.

Louis V le Fainéant convoque un plaid, une assemblée de Francs, à Compiègne pour le 18 mai 987 pour juger Aldalbéron, l'archevêque de Reims.

Il l'accuse d'avoir soutenu l'empereur Otton II le Roux dans sa querelle contre Lothaire II de France.

Après seulement 15 mois sur le trône, la veille de la réunion, Louis V le Fainéant meurt sur les terres d'Hugues Capet dans la forêt de Cuise près de Compiègne le 18 ou le 21 ou le 22 mai 987 d'une chute de cheval durant une chasse.

Il est inhumé dans l'abbaye Sainte-Corneille de Compiègne.

Louis V, dernier roi Carolingien, n'a pas de descendance male.

Son plus proche parent est Charles Ier le Gros, Duc de Basse-Lotharingie, son oncle qui n'a pas été associé au règne de son frère Lothaire II de France.

L'assemblée des Grands se réunit en juin 987 à Senlis pour discuter de la succession au trône de France.

Allié au comté de Nantes contre celui de Rennes, Geoffroy Ier Grisegonelle, par crainte des entreprises du Comte de Blois, est porté à l'alliance avec Hugues Capet.

Il est un des artisans de son avènement.

Eudes Ier de Blois soutient en coulisse Charles Ier le Gros et agit en liaison étroite avec son cousin Herbert IV de Vermandois le Jeune.

La situation se retourne en faveur d'Adalbéron.

L'archevêque de Reims prononce un discours rapporté par Richer en défaveur du Carolingien.

Il plaide en faveur de la candidature d'Hugues, Duc des Francs, issu du lignage des Robertides.

Conseiller d'Adalbéron, l'archevêque de Reims, Gerbert, futur Sylvestre II, soutient également la candidature d'Hugues Capet.

Les Grands élisent Hugues Capet le 1 juillet 987.

Albert Ier de Vermandois s'oppose à l'élection d'Hugues Capet, mais doit se soumettre.

Par solidarité carolingienne, Arnould II de Flandre soutient Charles Ier le Gros et son fils Othon face à Hugues Capet, et ne reconnaît pas le roi élu.

Le 3 juillet 987, dans la vieille cathédrale de Noyon, Hugues Capet devient Roi des Francs sous le nom d'Hugues Ier.

Il est sacré par l'évêque de Reims, Adalbéron, selon un rituel germanique inauguré par Pépin III le Bref en 751.

L'avènement d'Hugues Capet marque la vraie naissance de la France.

Au moment de son sacre, Hugues Ier est un homme mûr de 47 ans, issu de la famille des Robertiens qui domine la Francie (région entre Meuse et Loire) depuis un siècle.

Il est :

Le surnom de Capet vient du mot cappa , " chape ", et désigne le porteur d'un petit manteau.

Hugues et son père étant abbés laïques de nombreuses abbayes, peut-être le surnom fait-il allusion à ses nombreuses chapes d'abbés, dont celle, prestigieuse entre toutes, de Saint-Martin-de-Tours.

Au XIIe siècle, la chape étant devenue un chaperon ou chapeau, Hugues Capet fut considéré comme "l'homme au chapeau" et la légende, appuyée sur cette fausse étymologie, naquit, selon laquelle il n'avait pas pu ou voulu recevoir la couronne.

Le surnom fait sa première apparition vers 1030 dans la chronique d'Adémar de Chabanne, il s'applique alors au père d'Hugues Capet, le Duc Hugues Ier.

Il ne qualifie Hugues Capet qu'au début du XIIe siècle et le terme " capétien " apparaît pour la première fois chez le chroniqueur anglais Raoul de Diceto (Mort en 1202).

Les révolutionnaires le donnèrent par dérision à Louis XVI détrôné (le " citoyen Capet ") et à sa famille.



Travaux de reconstruction du monastère de Lagny-sur-Marne

En 987, Herbert IV de Vermandois est impressionné par les ruines du monastère de Lagny-sur-Marne et décide avec l'aide d'Hugues Capet de les relever.

Les bénédictins de Saint-Maur et de Cluny dirigent les travaux.



Mort de Albert Ier de Vermandois

Herbert III de Vermandois le Jeune Comte de Vermandois et de Beaune

Albert Ier de Vermandois meurt à Saint-Quentin le 8 septembre 987.

Il est inhumé à Saint-Quentin.

Herbert III de Vermandois le Jeune devient Comte de Vermandois et de Beaune.



Godefroy Ier de Limbourg à nouveau prisonnier

En 989, Godefroy Ier de Limbourg est de nouveau fait prisonnier par Herbert III de Vermandois le Jeune.



Fondation de la Collégiale de Saint-Florent à Roye

En 990, Herbert III de Vermandois le Jeune et Ermengarde de Bar-sur-Seine, son épouse, fonde le Chapitre de la Collégiale de Saint-Florent à Roye, sous le titre de Saint Georges pour 25 chanoines.



Mort de Herbert III de Vermandois le Jeune

Albert II de Vermandois Comte de Vermandois

Herbert III de Vermandois le Jeune meurt entre 993 et 1002.

Albert II de Vermandois devient Comte de Vermandois.



Mariage de Miles IV de Tonnerre avec Ermengarde de Bar

Ermengarde de Bar est veuve d'Herbert III de Vermandois le Jeune

Le décès d'Herbert doit être antérieur à 998, date de la dernière mention de Miles.

Miles IV de Tonnerre épouse Ermengarde de Bar-sur-Seine.



Mort d'Herbert IV de Vermandois le Jeune

Mariage de Étienne Ier de Troyes avec Adélaïde

Étienne Ier de Troyes Comte de Meaux, de Troyes, d'Omois et de Vitry

Herbert IV de Vermandois le Jeune meurt en 995.

Il est inhumé dans l'abbatiale de Lagny-sur-Marne.

Étienne Ier de Troyes épouse une Adélaïde.

Ils n'ont pas d'enfant.

Étienne de Vermandois, fils d'Herbert IV de Vermandois le Jeune, devient Comte de Meaux et de Troyes, d'Omois et de Vitry en 995 sous le nom d'Étienne Ier de Troyes.

Étienne Ier de Troyes, fils d'Herbert de Vermandois le Jeune, achève la reconstruction du monastère de Lagny-sur-Marne.



Mort d'Herbert

Herbert, Évêque d'Auxerre, meurt le 23 août 996.



Naissance d'Otton Ier de Hammerstein

Otton Ier de Hammerstein est le fils d'Herbert, Comte dans le Kinziggau, et d'Ermentrude.

Herbert est fils de Conrad, un seigneur conradien possessionné en Alsace, tandis qu'Ermentrude est fille de Mégingoz.



Herbert Ier Éveille-Chien

Herbert Ier Éveille-Chien devient Comte du Maine en 1014.

Dès son accession au trône comtale, Foulques III Nerra lui demande de le soutenir dans sa lutte contre Eudes II de Blois.



Bataille de Pontlevoy

Eudes II de Blois tente de dégager à son profit la Touraine et veut obtenir les rives du Cher.

Eudes II de Blois se lance à l'attaque de Montrichard qui commande la navigation sur la rivière.

La bataille entre Blésois et Angevins se déroule à Pontlevoy dans la plaine entre Loire et Cher le 6 juillet 1016.

Elle tourne d'abord à l'avantage du Comte de Blois.

L'arrivée d'Herbert Ier Éveille-Chien, à la tête d'un contingent de Manceaux, redresse la situation.

Foulques III Nerra inflige une défaite à Eudes II de Blois qui est vaincu malgré des forces supérieures en nombre.

Les fantassins du Comte de Blois sont exterminés.

Près de 5 000 morts restent sur le terrain.

Ce massacre a un retentissement jusqu'en Allemagne.

Les prisonniers sont égorgés sur place.

Pour autant Foulques III Nerra ne peut prendre Tours.

Cette défaite n'est pas décisive, elle établit un équilibre qui ramène la paix dans la région.



Naissance d'Hervé Ier de Gallardon

Hervé Ier de Gallardon naît à Gallardon vers 1018, fils d'Herbert de Gallardon dit Le Riche (mort en 1067), Seigneur de Paris, et d'Hildeburge.



Guy Ier de Laval Seigneur de Laval

Herbert Ier du Maine confie vers 1020 le territoire de Laval à Guy Ier de Laval pour y établir un château.

Cette nomination apparait dans une chartre du prieuré de Saint Martin de Laval de 1050.

Ce territoire est situé à la proximité des frontières de 3 provinces importantes

Les vestiges les plus anciens retrouvés dans l'enceinte du château de Laval remontent à cette première moitié du XIe siècle.



Mariage d'Herbert Ier Éveille-Chien avec Paule de Preuilly

Herbert Ier Éveille-Chien épouse en 1020 Paule de Preuilly. Leurs enfants sont :



Mariage d'Eudes Ier de Vermandois avec Pavie d'Ham

Eudes Ier de Vermandois épouse en 1020 Pavie d'Ham.

Leurs enfants sont :



Naissance de Gersende du Maine

Gersende du Maine naît en 1020, fils d'Herbert Ier Éveille-Chien et de Paule de Preuilly.



Naissance d'Herbert V de Vermandois

Herbert V de Vermandois naît en 1020 ou 1032, fils Eudes Ier de Vermandois et de Pavie d'Ham.



Naissance de Paule du Maine

Paule du Maine naît en 1022, fille d'Herbert Ier Éveille-Chien et de Paule de Preuilly.



Naissance d'Hugues IV du Maine

Hugues IV du Maine naît en 1023, fils d'Herbert Ier Éveille-Chien et de Paule de Preuilly.



Mariage de Drogon de Vexin avec Edgive de Wessex

Outre l'alliance capétienne, Gautier II de Vexin entretient de bonnes relations avec la Normandie, à l'image de ses prédécesseurs.

Les enfants d'Ethelred II le Mal Conseillé et d'Emma de Normandie sont réfugiés à Rouen.

Pour renforcer l'alliance avec la Normandie, Drogon de Vexin épouse le 7 avril 1024 Edgive de Wessex, fille d'Ethelred II le Mal Conseillé et d'Elfgiva Gunnarsson de Northumberland. Leurs enfants sont :



Lutte d'Herbert Ier Éveille-Chien contre Foulques III Nerra et Robert II Le Pieux

Herbert Ier Éveille-Chien Prisonnier

L'affaiblissement du pouvoir royal permet à Herbert Ier Éveille-Chien un accroissement de son pouvoir personnel.

Il commence à faire battre sa propre monnaie.

Il confie des terres à ses fidèles, en les autorisant la construction de châteaux.

Le Maine ainsi défendu, Herbert Ier Éveille-Chien se tourne vers les comtes de Blois et de Rennes pour lutter contre Foulques III Nerra et Robert II Le Pieux.

Avesgaud de Bellême est un partisan de l'Anjou.

Herbert Ier Éveille-Chien, à la tête d'une poignée de chevaliers, prend et détruit le château de Duneau qu'Avesgaud de Bellême a fait construire sur les bords de l'Huisne.

L'évêque se réfugie alors dans son château de La Ferté-Bernard, où il est assiégé par Herbert Ier Éveille-Chien.

Avesgaud de Bellême fait appel à Fulbert, évêque de Chartres qui excommunie Herbert Ier Éveille-Chien.

Herbert Ier Éveille-Chien se venge en dévastant les terres des Bellême.

En 1025, au cours d'une entrevue à Saintes, Herbert Ier Éveille-Chien est capturé par Foulques III Nerra et doit renoncer à ses velléités d'indépendance.



Conflit de Guillaume Ier de Bellême contre Herbert Ier Éveille-Chien

Avant 1026, Guillaume Ier de Bellême, fidèle de Richard II l'Irascible, combat Herbert Ier Éveille-Chien, son seigneur, afin de conserver le Saosnois (le pays de Mamers).

Grâce à l'aide de Giroie, il le bat.



Herbert Ier Éveille-Chien Comte du Maine prisonnier de Foulques III Nerra

En 1026, une trahison fait tomber Herbert Ier Éveille-Chien entre les mains de Foulques III Nerra.

Il le garde prisonnier pendant deux ans mais une coalition de ses ennemis l'oblige à le relâcher.

Pour autant la position des Comtes d'Anjou s'est trouvée renforcée dans le Maine.



Nouvelle attaque d'Herbert Ier Éveille-Chien contre Avesgaud de Bellême

Fondation de La Ferté-Bernard

En 1027, Herbert Ier Éveille-Chien envahit une fois encore les domaines d'Avesgaud de Bellême qui, obligé de fuir Le Mans.

Avergaud de Bellême s'établit sur une île, au milieu des marais formés par les bras de l'Huisne, dans un castrum firmitate, château-fort ou ferté. Il entreprend alors la construction de Château de la Ferté-sur-Huisne.

Avesgaud de Bellême fonde ainsi La Ferté-Bernard.



Mariage de Raoul III de Valois avec Adèle de Bar-sur-Aube

Adèle de Bar-sur-Aube est veuve de Renaud de Semur, de Renaud de Joigny et de Roger de Vignory.

Raoul III de Valois épouse Adèle de Bar-sur-Aube, fille et héritière de Nocher III, Comte de Bar-sur-Aube. Leurs enfants sont :



Mariage d'Eudes Ier de Vermandois

Eudes Ier de Vermandois épouse Pavia. Leurs enfants sont :



Prise et reprise du château de Ballon

Robert Ier de Bellême Prisonnier

Robert Ier de Bellême entre en guerre contre Herbert Ier Éveille-Chien et s'empare du château de Ballon.

Herbert Ier Éveille-Chien le lui reprend en 1031 et y enferme Robert Ier de Bellême qu'il a fait prisonnier.



Mort d'Herbert Ier Éveille-Chien Comte du Maine

Herbert Baco Régent du comté du Maine

Herbert Ier Éveille-Chien meurt un 15 février entre 1032 et 1035 ou le 13 avril 1036.

Hugues IV du Maine est mineur, la régence du comté du Maine est assurée par son grand-oncle, le pro-angevin Herbert Baco.

Gervais de Château-du-Loir, évêque du Mans, est un partisan blésois, et le régent et l'évêque entrent bientôt en lutte.



Le mal des Ardents

En 1033, sévit dans de nombreuses contrées, dont Lagny-sur-Marne, une grande famine.

On pétrit du pain contenant du seigle mal bluté. C'est l'origine du mal des ardents. On parle aussi de Peste noire, de feu infernal, feu de Saint-Antoine.

Cette maladie est probablement l'ergotisme dont la cause est le développement d'un champignon en forme d'ergot de coq qui parasite les épis de seigle.

Cette maladie provoque des états convulsifs, gangrène le corps qui semble brûler de l'intérieur. Aucun remède ! L'issue est la mort.

L'abbé Herbert Lagny-sur-Marne sacrifie de nombreux biens pour soulager la misère. Le tiers de la population, dont l'abbé Herbert, est emporté par le fléau.



Hugues IV du Maine Comte du Maine

En 1036, Gervais de Château-du-Loir, Évêque du Mans, par un concile populaire, réussit à faire chasser Herbert Baco et proclame la majorité d'Hugues IV du Maine qui devient Comte du Maine.

L'anarchie féodale s'installe dans le Maine, alors en proie aux ambitions angevines, blésoises et bientôt normandes.



Mariage de Thibault III de Blois avec Gersende du Maine

Thibault III de Blois épouse en 1044 Gersent ou Gersende du Maine du Mans, fille d'Herbert Ier Éveille-chien, Comte du Maine, et de Paule de Preuilly. Leurs enfants sont :



Mort d'Eudes Ier de Vermandois

Herbert V de Vermandois Comte de Vermandois

Eudes Ier de Vermandois meurt le 25 mai 1045.

Herbert V de Vermandois, son fils, devient Comte de Vermandois.



Mariage d'Hugues IV du Maine avec Berthe de Blois

Eudes Ier de Penthièvre Comte de Bretagne

Berthe de Blois est veuve d'Alain III le Refru, Duc de Bretagne

Gervais de Château-du-Loir, évêque du Mans, arrange le mariage d'Hugues IV du Maine avec Berthe de Blois, mais Geoffroy II Martel, comte d'Anjou réplique en envahissant le Maine.

Hugues IV du Maine épouse vers 1046 Berthe de Blois, fille d'Eudes II de Blois, Comte de Blois, et d'Irmengarde d'Auvergne.

Leurs enfants sont :

Eudes Ier de Penthièvre, son frère, s'empare de la garde de son neveu Conan II de Bretagne et se proclame Comte de Bretagne.



Henri Ier de France à Saint-Quentin

Henri Ier de France revenant de sa conférence avec Henri III le Noir, en 1047, est reçu avec solennité par Herbert V de Vermandois qui lui abandonne pendant son séjour toute son autorité, comme devoir du vassal envers le suzerain.

Henri Ier de France, enchanté, prodigue ses bienfaits à la ville de Saint-Quentin et à son église.


Remise de la charte communale de Saint-Quentin par Herbert V de Vermandois -Tableau de Benoît DESPREY – peint en 1958 pour remplacer la toile disparue de U. BUTIN.

Charte communale de Saint-Quentin

Herbert V de Vermandois est le premier à doter Saint-Quentin de libertés communales qui sont la confirmation de libertés antérieures dont l'origine serait les coutumes d'autonomie de la cité gallo-romaine.

Elles permettent aux habitants et bourgeois de Saint-Quentin de former un corps, une commune, elle leur donne des lois civiles et politiques, avec pouvoir et autorité sur les choses qui concernent le bien et le gouvernement de la ville.

La Ville conservera une partie de ces libertés jusqu'à la Révolution.

La charte sera confirmée plus tard par Éléonore de Vermandois et Philippe-Auguste.

Elle servira de modèle à la rédaction d'autres chartes pour d'autres communes.



Mariage d'Azzon II d'Este avec Gersende du Maine

Azzon II d'Este épouse en 1050 Gersende du Maine, fille d'Herbert Ier Éveille-Chien et de Paule de Preuilly.

Leurs enfants sont :



Mort d'Hugues IV du Maine

Herbert II du Maine Comte du Maine

Occupation du Maine par Geoffroy II Martel

Hugues IV du Maine meurt le 26 mars 1051.

Herbert II du Maine, son fils, devient Comte du Maine.

Geoffroy II Martel, comte d'Anjou occupe le Maine, chasse Berthe de Blois et Gervais de Château-du-Loir, évêque du Mans, qui se réfugie à la cour de Guillaume le Conquérant.



Exil d'Herbert II du Maine

Guillaume le Conquérant suzerain et héritier d'Herbert II du Maine

En 1056, Herbert II du Maine s'échappe du Mans et se réfugie à la cour de Guillaume le Conquérant.

Sa sœur Marguerite du Maine est fiancée à Robert II Courteheuse, le fils aîné de Guillaume le Conquérant, et Herbert prête hommage à Guillaume le Conquérant pour le Maine et le déclare son héritier.



Naissance d'Évrard de Roye

Girard ou Évrard de Roye naît en 1060, fils d'Herbert de Roye.

Herbert de Roye est le neveu et le filleul d'Herbert IV de Vermandois



Mariage de Herbert V de Vermandois avec Adèle de Valois

Herbert V de Vermandois épouse en 1060 Adèle de Valois, fille de Raoul III de Valois et d'Adèle de Bar-sur-Aube. Leurs enfants sont :


Philippe Ier Roi de France

Mort de Henri Ier Roi de France

Philippe Ier de France Roi de France

Régence d'Anne de Kiev, de Baudouin V de Flandre et de Gervais

Henri Ier de France meurt à Vitry-aux-Loges près d'Orléans le 4 août 1060.

Philippe Ier de France devient Roi en 1060.

Herbert V de Vermandois est cité lors du sacre du roi Philippe Ier.

Guillaume V d'Auvergne assiste au couronnement du roi Philippe Ier de France.

En 1060, Philippe Ier de France étant mineur, Anne de Kiev, sa mère, assistée de Baudouin V de Flandre, son oncle, et de Gervais de Château-du-Loir, archevêque de Reims, exercent la régence.



Naissance d'Adélaïde de Vermandois

Adélaïde de Vermandois naît en 1062, fille d'Herbert V de Vermandois et d'Adèle de Valois.

Descendante en ligne masculine illégitime de Charlemagne, Adélaïde de Vermandois est le dernier membre connu de la dynastie carolingienne.



Mort d'Herbert II du Maine Comte du Maine

Gautier III de Vexin Comte du Maine

Herbert II du Maine meurt le 9 mars 1062 en léguant le Maine à Guillaume le Conquérant.

Mais les seigneurs du Maine le refusent, se révoltent et choisissent Gautier III de Vexin comme Comte du Maine, avec le soutien du comte d'Anjou Geoffroy III le Barbu.

Guillaume le conquérant entreprend la conquête du comté de Maine, prenant les forteresses une par une.



Mort d'Aremgarde de Mauléon

Mariage d'Amaury IV de Thouars

Aremgarde de Mauléon meurt vers 1070.

Amaury IV de Thouars esf veuf d'Aremgarde de Mauléon.

Amaury IV de Thouars épouse en 1070 Ameline. Leurs enfants sont :



Mariage de Simon de Vexin

Simon de Valois Moines

Herbert V de Vermandois Comte de Valois

Amiens réuni à la Couronne de France

Partage du Vexin

Thibault III de Blois Comte de Bar-sur-Aube et de Vitry

Sur les conseils du pape Grégoire VII, Simon de Valois renonce à la guerre contre Philippe Ier de France.

Simon de Vexin épouse la fille du comte d'Auvergne.

Plus tard, en accord avec elle, Simon de Valois remet ses domaines à Adèle de Valois, sa sœur, et les deux époux entrent chacun dans la vie religieuse.

En 1077, Simon de Valois prend l'habit des Moines de l'Abbaye de Saint Claude dans le Jura, ses biens sont répartis par Philippe Ier de France.

Herbert V de Vermandois, époux d'Adèle de Valois, hérite d'une partie des fiefs de son beau-frère Simon de Valois et devient Comte de Valois.

Amiens est réuni à la Couronne de France.

Le Vexin est partagé entre Guillaume le Conquérant et Philippe Ier de France.

Thibault III de Blois, époux d'Adélaide de Valois, reçoit le Comté de Bar sur Aube.

Le Comté de Vitry lui est restitué ainsi que le château de Bussy.

Le comté de Champagne s'ouvre sur la Bourgogne et prend le contrôle d'une partie de la grande voie commerciale entre les Flandres et l'Italie.

Thibault III de Blois maintient de bonnes relations avec Philippe Ier de France.



Mariage d'Hugues Ier de Vermandois avec Adélaïde de Vermandois

Hugues Ier de Vermandois épouse vers 1080 Adélaïde de Vermandois, fille d'Herbert V de Vermandois et d'Adèle de Valois. Leurs enfants sont :


Adélaïde de Vermandois

Mort de Herbert V de Vermandois

Maison capétienne

Hugues Ier de Vermandois Comte de Vermandois et de Valois

Herbert V de Vermandois meurt en 1080 ou 1081.

Eudes l'Insensé est déshérité par le conseil des barons de France parce que faible d'esprit.

Adélaïde de Vermandois, l'autre enfant d'Herbert V de Vermandois, hérite de ses possessions.

Hugues Ier de Vermandois succède à son beau-père et devient Comte de Vermandois et de Valois.

Hugues Ier est ainsi le fondateur de la lignée des comtes de Vermandois capétiens.



Mort d'Amaury IV de Thouars

Herbert II de Thouars Vicomte de Thouars

Amaury IV de Thouars meurt en 1093 assassiné par 2 de ses chevaliers.

Il est inhumé dans l'église Saint Nicolas de La Chaize.

Amaury IV de Thouars est un homme de guerre, mais aussi un homme de culture et de savoir, ce qui est rare à cette époque brutale.

Herbert II de Thouars succède à Amaury IV de Thouars, son père, et devient 12e Vicomte de Thouars en 1093.



Mariage d'Herbert II de Thouars

Herbert II de Thouars épouse vers 1095 Agnès. Leurs enfants sont :



Restauration de l'abbaye d'Airvault

Le 10 février 1096, Pierre, Évêque de Poitiers, restaure l'abbaye d'Airvault, avec l'accord d'Herbert II de Thouars.



Dédicace de l'église Saint-Nicolas de la Chaise

Le 7 décembre 1099, Herbert II de Thouars assiste à la dédicace de l'église Saint-Nicolas de la Chaise, commencée par Amaury IV de Thouars, son père, et qu'il a achevée.

On trouve auprès de lui :

À cette époque on peut mesurer l'étendue de la Vicomté de Thouars par les fiefs qui relèvent d'elle :



Mort d'Herbert II de Thouars

En 1102, Herbert II de Thouars et Geoffroy III de Thouars repartent dans le cadre de la croisade conduite par Guillaume IX le Troubadour.

Beaucoup de pèlerins meurent pendant le trajet de Constantinople à Jérusalem.

Geoffroy III de Thouars est en croisade avec son frère.

Herbert II de Thouars veut repartir en France.

Herbert II de Thouars meurt à Jaffa le 28 mai 1102 ou en 1104.

Il est inhumé près de l'église Saint-Nicolas de Jaffa.

Geoffroy III de Thouars revient le plus vite possible à Thouars.



Mariage de Renaud II de Clermont-en-Beauvaisis avec Adélaïde de Vermandois

Adélaïde de Vermandois est veuve d'Hugues Ier de Vermandois.

Renaud II de Clermont-en-Beauvaisis épouse en 1103 ou vers 1104 Adélaïde de Vermandois, Comtesse de Vermandois et de Valois, fille d'Herbert V de Vermandois et d'Adèle de Valois. Leurs enfants sont :



Mariage de Richard Woodville avec Jacquette de Luxembourg

Jacquette de Luxembourg est veuve de Jean de Lancastre.

Richard Woodville épouse secrètement en 1435 Jacquette de Luxembourg. Leurs enfants sont :


Élisabeth Woodville - vers 1471 – Oxford - Ashmolean Museum

Mariage d'Édouard IV d'York avec Élisabeth Woodville

Élisabeth Woodville est veuve de John Grey of Groby, un chevalier lancastrien et mère de deux enfants.

Édouard IV d'York épouse le 1er mai 1464 Élisabeth Woodville, suivante de la maison de Lancastre. Leurs enfants sont :

Ce mariage est un désastre pour le royaume. Il est à l'origine d'un profond désaccord avec son ami, Richard Neville qui l'a pourtant aidé à arriver au trône.

Édouard IV d'York a tendance à favoriser la famille d'Élisabeth Woodville.

Élisabeth Woodville marie :

Anthony Woodville, le 2e Comte Rivers, frère d'Élisabeth Woodville, devient une personnalité très influente à la cour.

Richard Neville qui se retrouve sans amis à la cour, décide de donner son allégeance à Henri VI Plantagenêt, prisonnier à la Tour de Londres.



Mariage d'Henry Grey avec Frances Brandon

Avec l'accord d'Henri VIII Tudor, Henry Grey épouse en 1533 Frances Brandon, fille de Charles Brandon et de Mary Tudor. Leurs enfants sont :



Mariage de Guilford Dudley avec Jeanne Grey

Mariage d'Henry Herbert avec Catherine Grey

Jeanne Grey souhaite se fiancer à Edward Seymour le Jeune.

Mais, Frances Brandon, sa mère, est en pourparlers avec John Dudley désireux de marier son propre fils Guilford Dudley.

Jeanne Grey exècre les Dudley. Frances Brandon parvient à persuader Jeanne Grey, sa fille, qu'elle n'hésite pas à frapper pour l'occasion.

Guilford Dudley épouse le 21 ou le 25 mai 1553 Jeanne Grey.

Henry Herbert, fils de William Herbert, 1er Comte de Pembroke, épouse le 25 mai 1553 Catherine Grey. Ils vivent alors au château de Baynard, sur la Tamise.


Jeanne Grey - Streatham Portrait - découvert dans les années 2000- considéré comme premier portrait posthume - National Portrait Gallery à Londres Marie Ire Tudor

Mort d'Édouard VI Tudor Roi d'Angleterre

Jeanne Grey Reine d'Angleterre

Marie Ire Tudor Reine d'Angleterre

Jeanne Grey et Guilford Dudley Prisonniers

Mort de John Dudley

Divorce Henry Herbert et de Catherine Grey

Édouard VI Tudor meurt au Palais de Greenwich le 6 juillet 1553.

Selon la tradition, ses dernières paroles sont : " Mon Seigneur Dieu, défendez ce royaume du papisme et maintenez Votre vraie religion. "

Sa dépouille mortelle repose en l'Abbaye de Westminster à Londres.

Le règne d'Édouard est marqué par la réforme religieuse. La faction protestante devient forte, et Thomas Cranmer, l'archevêque de Cantorbéry, détient beaucoup de pouvoir.

Pendant ce règne, beaucoup de lycées (grammar school) sont établis dans les grandes villes du royaume.

Quatre jours après le décès d'Édouard VI, le 10 juillet 1553, John Dudley proclame Jeanne Grey Reine d'Angleterre.

Ce délai entre la mort du souverain et sa publication entraîne des rumeurs quant à la possible survie d'Édouard, plusieurs imposteurs se faisant passer pour le défunt durant le règne de Marie Ire Tudor, puis celui d'Élisabeth Ire Tudor.

Jeanne Grey élit domicile à la tour de Londres, où les monarques anglais séjournent habituellement de leur accession au pouvoir jusqu'à leur couronnement.

Jeanne Grey refuse de conférer le titre de roi à Guilford Dudley, son époux. Elle propose de le créer Duc de Clarence.

John Dudley, pour consolider le pouvoir acquis par les protestants, souhaite arrêter et mettre au secret Marie Ire Tudor avant qu'elle ne récolte suffisamment d'appuis pour la cause qu'elle défend.

Informée, Marie Ire Tudor s'enferme derrière les murs du château de Framlingham dans le Suffolk.

En seulement 9 jours, Marie Ire Tudor réussit à mobiliser assez de membres de la noblesse pour retourner à Londres le 19 juillet 1553, à la tête d'une procession triomphale.

Le Parlement est alors contraint de reconnaître Marie Ire Tudor en tant que reine légitime.

Jeanne Grey n'aura règne sur l'Angleterre qu'à peine plus d'une semaine ce qui lui vaudra le surnom de "reine de neuf jours".

Marie Ire Tudor fait emprisonner Jeanne Grey et Guilford Dudley à la tour de Londres sous l'inculpation de haute trahison.

Marie Ire Tudor commande l'exécution de John Dudley. John Dudley meurt entre le 21 et le 23août 1553.

Henry Herbert veut alors se distancier de la famille Grey. Il jette Catherine Grey hors de sa maison, et divorce d'elle, affirmant que leur mariage n'a pas été consommé.


Jacques d'Albon Maréchal de Saint-André vers 1562 - Musée national du château et des Trianons à Versailles

Siège de Rouen

Prise de Blois

Prise de Poitiers

Prise de Bourges

À la fin mai 1562, Rouen est assiégée par les troupes catholiques.

Dès juin 1562, l'armée catholique commandée par Anne de Montmorency, forte d'une infanterie de 22 000 hommes et 6 000 cavaliers marche sur Rouen.

Charles de Bourbon-Montpensier, dans l'armée royale, prend part aux sièges de Bourges et de Rouen.

Gaspard II de Coligny et Louis Ier de Bourbon-Condé sont confrontés à la nécessité de protéger Rouen sans pouvoir quitter Orléans où ils sont bloqués par la nécessité de défendre cette ville.

Jacques d'Albon prend Blois aux protestants le 4 juillet 1562.

René de Rochechouart est la prise de Blois.

Jacques d'Albon prend Poitiers le 29 juillet 1562.

René de Rochechouart est la prise de Poitiers.

Jacques d'Albon prend Bourges le 31 août 1562, réprimant toute résistance avec une extrême brutalité.

La position centrale de Bourges empêche les protestants du sud de la France de joindre ceux du Nord.

Le 7 août 1562, Jacques d'Albon fait pendre Jacques Herbert, sieur de l'Isle, maire calviniste de Poitiers, et quelques autres protestants.

Louis Ier de Bourbon-Condé publie en août 1562 un manifeste où il proclame sa volonté de délivrer Charles IX de France et Catherine de Médicis des Guise.



Mariage de François Ier Goyon avec Anne Malon de Bercy

François Ier Goyon épouse le 13 octobre 1631 Anne Malon de Bercy (vers 1610-2 avril 1688), fille de Claude Malon, Seigneur de Bercy, Maître des requêtes et président au Grand Conseil, et de Catherine Herbert de Montmort. Leurs enfants sont :

Anne Malon de Bercy apporte de grands bien à François Goyon qui augmente le patrimoine familial du fief de la Chapelle-du-Fest, de la baronnie de Guilberville, de la seigneurie de Brectouville, etc


Bataille de la baie de Bantry Bataille de la baie de Bantry

Bataille navale de la baie de Bantry

Débarquement en Irlande de Jacques II Stuart

Pour contrer la Ligue d'Augsbourg, Louis XIV envoie un corps expéditionnaire en Irlande pour aider Jacques II Stuart à reconquérir le trône et ainsi déplacer la guerre en Angleterre.

Antonin Nompar de Caumont commande cette expédition.

La flotte française, commandée par François-Louis Rousselet, part de Brest le 6 mai 1689 et amène en Irlande le corps expéditionnaire de 8 000 hommes.

La flotte anglaise de l'amiral Herbert navigue près des côtes irlandaises pour l'intercepter.

Le 11 mai 1689, la flotte française bat la flotte anglaise dans la baie de Bantry.

L'armée franco-jacobite peut ainsi débarquer et commencer l'expédition d'Irlande.

Capitaine du HMS Edgar, Cloudesley Shovell est présent lors de cette combat.

À l'issue de la bataille, Cloudesley Shovell et le capitaine John Ashby sont fait chevaliers par Guillaume III d'Orange-Nassau.

François de Bricqueville prend part au combat à Bantry.


Bataille de Mars-la-Tour Plan allemand de la Bataille de Mars-la-Tour

Bataille de Mars-la-Tour

Frédéric-Charles de Prusse franchit la Moselle le 15 août 1870 à Novéant.

En fin d'après-midi, les avant-gardes de son armée atteignent Mars-la-Tour, village situé à une 15 de kilomètres au sud de Metz, et barrent la route de Verdun.

Les Français sont contraints de livrer bataille le 16 août 1870.

La bataille de Mars-la-Tour est également appelée bataille de Rezonville ou bataille de Vionville.

Une patrouille de cavalerie, le 1er escadron du 1er Régiment de Dragons hanovrien, sous les ordres du capitaine Oskar von Blumenthal, repère les 127 000 hommes de François Achille Bazaine en route vers Verdun.

Frédéric-Charles de Prusse demande à l'avant-garde du général von Alvensleben de couper la route du repli français.

Les 30 000 hommes du IIIe Corps prussien d'Alvensleben rencontrent par hasard l'armée française près de Vionville, à l'est de Mars-la-Tour.

Le 16 août 1870, la bataille de Mars-la-Tour débute.

Vers 10 heures, le corps du général François Certain de Canrobert est attaqué à Vionville par le IIIe Corps prussien commandé par Von Alvensleben.

Le corps du général Edmond Le Bœuf est engagé à son tour vers midi.

Les Français se regroupent et font face aux unités prussiennes.

La bataille tourne alors en mêlée confuse.

Les assauts prussiens sont contenus par l'artillerie adverse.

Au début de l'après-midi, le 2e corps français est relayé par le 6e corps et par des éléments de la Garde impériale du général Charles-Denis Bourbaki.

Les troupes prussiennes sont à bout et la bataille semble tourner à l'avantage des Français.

Mais des renforts allemands arrivent en fin d'après-midi.

Ces derniers lancent alors dans la bataille :

de la 12e brigade de cavalerie (Friedrich Wilhelm Adalbert von Bredow), dans le but de faire taire l'artillerie de François Certain de Canrobert.

Dans ce qui allait devenir la chevauchée de la mort de von Bredow, les cavaliers qui se lancent des lignes prussiennes à 14 heures profitent de l'état du terrain ainsi que de la fumée pour dissimuler leur progression aux observateurs français.

Apparaissant alors à moins de 1 000 mètres des lignes françaises, la cavalerie prussienne perce à 2 reprises les lignes françaises, y causant un vent de panique dispersant les soldats de François Certain de Canrobert.

Charles Auguste Frossard lance à son tour les cuirassiers de la Garde impériale sur la partie gauche du champ de bataille.

Dans la confusion, les cuirassiers français sont partiellement dispersés par l'infanterie de François Certain de Canrobert qui fait feu sur tout cavalier à portée de tir.

Il s'agit là du dernier grand affrontement de cavalerie d'Europe marqué par de célèbres charges comme celle de la brigade du général Joseph Bachelier.

La charge fantastique de Friedrich Wilhelm Adalbert von Bredow sonne néanmoins le glas d'une grande partie de l'élite de la cavalerie prussienne.

Bien qu'ayant fait taire l'artillerie de l'adversaire, neutralisé sa cavalerie et semé un vent de panique dans son infanterie, la brigade de Friedrich Wilhelm Adalbert von Bredow, après être parvenue à se retirer derrière ses lignes ne compte plus que 420 cavaliers sur les 800 ayant pris part à l'assaut.

Herbert von Bismarck, le propre fils du chancelier prussien Otto von Bismarck, fait partie des blessés.

Dans ce cadre, les Français gardent l'avantage et gagnent du terrain.

Comprenant qu'ils sont désormais sur le point d'être battus, les Allemands lancent une dernière offensive sur leur flanc droit, pour éviter l'encerclement.

Piégés par le relief et par la présence de renforts français insoupçonnables derrière la crête, leurs troupes sont décimées et battent finalement en retraite désordonnée, à la merci de la chasse lancée par les Français.

Ces derniers capturent alors leur premier drapeau ennemi de cette guerre.

À la fin de la journée, les 2 armées bivouaquent à quelques centaines de mètres l'une de l'autre.

L'attaque allemande a été repoussée.

L'armée française reste maîtresse du champ de bataille et dispose d'un avantage numérique.

François Achille Bazaine peut alors choisir :

Mais contre toute attente, il ordonne le repli de tous les corps sur le flanc ouest de Metz entre la Moselle et l'Orne, prétextant un manque de vivres et de munitions.

Il laisse ainsi aux Prussiens la possibilité de continuer vers le nord-ouest et de barrer la route de Verdun.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !