Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



25 événements affichés, le premier en 1615 - le dernier en 1862



Mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche

Mariage de Philippe IV d'Espagne avec Élisabeth de France

Installation d'Anne d'Autriche au Louvre

Marie de Médicis et Philippe III d'Espagne se rapprochent par un double mariage.

Louis XIII épouse à Burgos le 18 octobre 1615 Anne d'Autriche. Louis XIII n'est pas physiquement présent, mais représenté par le Duc d'Uceda.

L'infant Philippe IV d'Espagne, frère d'Anne, épouse à Bordeaux le 18 octobre 1615 Élisabeth de France, fille d'Henri IV de France et de Marie de Médicis. Leurs enfants sont :

Par le dépit que lui cause l'attitude de la Régente, Henri II de Rohan prend brusquement le parti d'aider Henri II de Bourbon-Condé qui veut empêcher le duc Henri de Guise de ramener Anne d'Autriche à Bordeaux. Trahi par de nombreuses défections, Henri II de Rohan ne prend que quelques villes de Gascogne.

Les princesses sont échangées sur l'île des Faisans, située dans la Bidassoa, près d'Hendaye.

Charles II de Cossé accompagne en 1615 Louis XIII, qui va en Guyenne au-devant d'Anne d'Autriche.

Louis XIII épouse à la cathédrale Saint-André de Bordeaux le 21 ou le 28 novembre 1615 Anne d'Autriche, fille de Philippe III d'Espagne et de Marguerite d'Autriche-Styrie, Archiduchesse d'Autriche. Leurs enfants sont :

Bien que les jeunes mariés n'aient que 14 ans, le mariage est immédiatement consommé, pour des raisons politiques. Marie de Médicis, alors régente, ne veut pas qu'on puisse remettre en question cette union. Cependant, du fait de l'inexpérience des mariés, la nuit de noce semble s'être assez mal passée. Le petit roi la vit comme une véritable humiliation. Il en garde rancune contre sa mère, mais surtout, il ne s'approchera plus de son épouse pendant les années suivantes. Conformément au souvenir de son père, Louis XIII ne voit en Anne qu'une Espagnole et par conséquent une ennemie.

Installée dans les appartements du Louvre avec sa suite, Anne d'Autriche reçoit tous les égards dus à son rang. Marie de Médicis continue à porter avec hauteur le titre de Reine de France, sans la moindre déférence à l'égard de sa belle-fille.

Louis XIII a une nature complexe et sa timidité l'empêche de s'accorder avec Anne d'Autriche qui partage avec son époux une timidité et une inexpérience qui n'arrange pas la situation.

Entourée par une petite cour peuplée d'une centaine de dames espagnoles, elle continue à vivre à la mode espagnole et son français est encore très hésitant. Anne éprouve ainsi des difficultés à communiquer avec sa nouvelle famille.

La colère des grands reprend flamme et les protestants s'inquiètent du rapprochement avec l'Espagne.


Henriette-Marie de France par Antoine Van Dyck - 1632/35

Mariage de Charles Ier Stuart avec Henriette-Marie de France

Pierre de Bérulle obtient les dispenses nécessaires de Rome pour ce mariage.

Charles Ier Stuart épouse à la Cathédrale de Canterbury le 11 mai ou le 13 juin 1625 Henriette-Marie de France, fille d'Henri IV de France et de Marie de Médicis. Leurs enfants sont :

Gaspard de Rochechouart est Ambassadeur extraordinaire auprès du roi d'Angleterre au repas du mariage de Henriette-Marie de France.

Pierre de Bérulle est l'aumônier d'Henriette-Marie de France pendant la première année de son séjour en Angleterre.

George Villiers Ier de Buckingham fait barrage entre Charles Ier Stuart et Henriette-Marie de France. Leur mésentente devient très vite conflictuelle et Louis XIII prend fait et cause pour sa sœur.



Naissance d'Henriette-Anne Stuart

Exil d'Henriette-Marie de France

Henrietta ou Henriette-Anne Stuart naît à Exeter le 16 juin 1644, fille de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France au plus fort de la guerre civile.

Henriette-Marie de France, sa mère, dont cet accouchement a temporairement interrompu la fuite, se soucie peu d'elle et part se réfugier à Paris juste après la naissance.

Elle la laisse à la garde de sa gouvernante, Lady Dalkeith, comtesse de Morton.

Son père ordonne que la princesse soit rapidement baptisée selon le rite anglican.



Bataille de Naseby

Mort de William Laud Archevêque de Cantorbéry

La guerre civile anglaise se radicalise sous la pression de meneurs intransigeants tels Oliver Cromwell.

En 1645, le Parlement charge Oliver Cromwell de réorganiser l'armée sur le modèle de ses propres troupes (c'est la New Model Army).

William Laud est arrêté et meurt exécuté le 10 janvier 1645.

Oliver Cromwell bat les Cavaliers (les royalistes) à la bataille de Naseby le 14 juin 1645.

L'infanterie de l'armée de Charles Ier Stuart sous les ordres du Prince Rupert est détruite par celle des Parliamentarians, la New Model Army, dirigée par Thomas Fairfax.

Charles Ier Stuart perd aussi son artillerie.

Jeune officier, Édouard Montagu se distingue durant cette bataille

La modération d'Édouard Hyde lui vaut la défaveur du roi.

Lady Morton est transférée de force avec Henriette-Anne Stuart près de Londres, mais refuse de livrer l'enfant au Parlement.



Exil d'Henriette-Anne Stuart

Craignant pour la vie d'Henriette-Anne Stuart, Lady Morton s'échappe durant l'été 1646 pour rejoindre les réfugiés anglais à la cour de Louis XIV, déguisée en paysanne et faisant passer l'enfant pour son fils.

Elle est accueillie assez fraîchement par la reine Henriette-Marie de France, puis congédiée assez rapidement.

Henriette-Anne Stuart est élevée dans le catholicisme le plus strict au couvent de Chaillot par les Sœurs de la Visitation.

La princesse grandit dans le souvenir de Charles Ier Stuart, son père.

Elle est très liée avec son frère aîné Charles II Stuart.

Elle est entourée de beaucoup d'égards par sa tante, Anne d'Autriche, régente de France.



Liaison de Charles II Stuart avec Elizabeth Killigrew

Mort d'Élisabeth Stuart

Charles II Stuart a une liaison avec Elizabeth Killigrew (1622-1680). Leur enfant est :

Élisabeth Stuart, fille de Charles Ier Stuart et d'Henriette-Marie de France, prisonnière des puritains meurt en septembre 1650.

Henriette-Marie de France, veuve de Charles Ier Stuart, reste en France avec Henriette-Anne Stuart, sa fille, tandis que le cardinal Mazarin, voulant l'alliance de la république anglaise contre l'Espagne, oblige Charles II Stuart et Jacques II Stuart à quitter le royaume.


Henriette-Anne Stuart Portrait posthume - par Samuel Cooper à la demande de Charles II Stuart - frère d'Henriette Henriette-Anne Stuart- par Mignard

Mariage de Philippe Ier d'Orléans avec Henriette-Anne Stuart

Louis XIV souhaite resserrer les liens avec Angleterre. De retour en France, Henriette-Marie de France marie sa fille à son propre neveu Philippe Ier d'Orléans. Hugues de Lionne conclut ce mariage.

Philippe Ier d'Orléans épouse le 31 mars 1661 Henriette-Anne Stuart, sa cousine germaine. Leurs enfants sont :

Les relations du couple ne seront jamais bonnes. Henriette-Anne Stuart devient Madame et ne vit que de fêtes. Elle aura plusieurs amants, dont, selon les historiens, Louis XIV lui-même, ce qui irritera Philippe Ier d'Orléans.

Mais Philippe respectera sa belle-mère Henriette-Marie de France.



Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart au service d'Henriette-Anne Stuart

Anne de Rochechouart de Mortemart, tante de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, est une des camarades de jeu d'Anne d'Autriche

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart arrive à la Cour de France, grâce à l'intervention d'Anne d'Autriche. Elle est attachée au service d'Henriette-Anne Stuart, belle-sœur de Louis XIV.


Françoise Louise de La Baume Le Blanc et ses enfants

Françoise Louise de La Baume Le Blanc Demoiselle d'honneur d'Henriette-Anne Stuart

Liaison de Louis XIV avec Françoise Louise de La Baume Le Blanc

En 1661, Françoise Louise de La Baume Le Blanc entre comme demoiselle d'honneur dans la Maison d'Henriette-Anne Stuart, dite Madame.

Discrète, modeste, Françoise Louise de La Baume Le Blanc est une charmante jeune fille aux doux yeux clairs.

Olympe se lie d'amitié avec Henriette-Anne Stuart.

On soupçonne que Louis XIV et Henriette-Anne Stuart sont amants.

Ils font de longues promenades dans les bois pendant la nuit, en compagnie d'Olympe Mancini, ce qui fait jaser la cour et surtout la reine Marie-Thérèse d'Autriche.

Le rapprochement entre le roi et Mademoiselle de La Vallière se fait à travers la stratégie dite, à l'époque, du paravent ou du chandelier : le roi doit feindre de la courtiser afin que l'attention de la Cour ne se porte plus sur son idylle avec Henriette-Anne Stuart. Certains affirment qu'Olympe Mancini est à l'origine de ce stratagème.

François Honorat de Beauvilliers, Comte de Saint-Aignan, pousse Françoise Louise de La Baume Le Blanc dans les bras du jeune Louis XIV.

Françoise Louise de La Baume Le Blanc, qui est secrètement amoureuse de Louis XIV, est ravie.

Louis XIV tombe amoureux de Françoise Louise de La Baume Le Blanc et se détourne d'Henriette-Anne Stuart qui s'emploie alors, avec la complicité d'Olympe Mancini, à détrôner Françoise Louise de La Baume Le Blanc.

Rapidement, Louis XIV en fait sa maîtresse. Leurs enfants sont :

La liaison est rapidement connue et provoque la colère des dévots comme Jacques-Bénigne Bossuet.

Olympe Mancini révèle à la reine l'adultère de Louis XIV, mais Marie-Thérèse d'Autriche est impuissante contre son époux.


Louis Ier Grimaldi

Mort d'Honoré II Grimaldi

Louis Ier Grimaldi Prince de Monaco

Honoré II Grimaldi meurt le 10 janvier 1662.

Louis Ier Grimaldi, son petit-fils, devient Prince souverain de Monaco.

Louis Ier Grimaldi remet en vigueur le droit de péage sur les bateaux de commerce. Quiconque passe au large de Monaco doit payer un droit de 1 % sur la cargaison.

Louis Ier Grimaldi et Catherine Charlotte de Gramont sont rappelés à la cour de France.

Catherine Charlotte de Gramont devient alors surintendante de la maison d'Henriette-Anne Stuart, belle-sœur de Louis XIV.

Sa grande beauté attire alors de nombreux courtisans. La cour surnomme Catherine le Torrent et Madame de Sévigné la définit comme vorace de plaisirs.



Naissance de Marie-Louise d'Orléans

Marie-Louise d'Orléans, dite Mademoiselle, naît le 27 mars 1662, fille de Philippe Ier d'Orléans et d'Henriette-Anne Stuart.



Liaison de Louis XIV avec Catherine Charlotte de Gramont

Louis XIV, qui commence à se désintéresser de Françoise Louise de La Baume Le Blanc entreprend alors une relation de quelques mois avec Catherine Charlotte de Gramont en 1665.

En vérité, Henriette-Anne Stuart espère que Louis XIV se détournera de Françoise Louise de La Baume Le Blanc pour qu'il lui revienne, et met en évidence la princesse de Catherine Charlotte de Gramont dans ce but.

Françoise Louise de La Baume Le Blanc ne reproche rien à son amant, qui lui en sait gré car le Roi-Soleil préfère les femmes dociles.

Louis Ier Grimaldi quitte la cour pour aller s'illustrer à la guerre.

Mais le roi, au tempérament décidément ardent, délaisse vite Catherine Charlotte de Gramont, au profit de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Certains affirment que pendant le peu de temps que dura la faveur de Catherine, la princesse aurait eu des relations intimes avec Henriette d'Angleterre.



Marie-Élisabeth de Ludres Dame d'honneur d'Henriette-Anne Stuart

En 1666, Marie-Élisabeth de Ludres quitte Poussay pour la cour de France, en conservant son titre de chanoinesse. À son arrivée, elle reçoit une charge de Dame d'honneur d'Henriette-Anne Stuart.



Naissance d'Anne Marie d'Orléans

Anne Marie d'Orléans naît le 27 août 1669, fille de Philippe Ier d'Orléans et d'Henriette-Anne Stuart.



Exil du Chevalier de Lorraine

De son côté, Henriette-Anne Stuart ne supporte pas les favoris de Philippe Ier d'Orléans.

Henriette-Anne Stuart obtient de Louis XIV l'exil du Philippe de Lorraine-Armagnac.



Rupture de la triple alliance

Traité de Douvres

Traité de Londres

Suite à la Guerre de Dévolution, Henry Bennet, Comte d'Arlington, principal ministre de Charles II Stuart est partisan d'une alliance avec la Suède et les Provinces-Unies pour s'opposer aux ambitions de Louis XIV.

Mais Charles II Stuart qui admire l'autorité de Louis XIV, cherche à résoudre ses ennuis financiers.

Charles II Stuart rompt la Triple alliance contre la France et promet à Louis XIV d'apporter son aide pour la campagne qui se prépare.

Louis XIV envoie à Londres sa belle-sœur Henriette-Anne Stuart qui négocie avec son frère Charles II Stuart.

Probablement en raison de ses liens avec l'Angleterre, Louis XIV missionne Henri de Massue pour les négociations secrètes du Traité de Douvres avec Charles II Stuart.

Henri de Massue s'acquitte avec brio de cette mission difficile.

Le traité de Douvres est signé en juin 1670.

La France, l'Angleterre, la Principauté de Munster et l'Électorat de Cologne s'unissent contre les Provinces-Unies.

Les Anglais s'engouffrent ainsi dans la Troisième Guerre anglo-néerlandaise.

Le traité de Londres est signé en décembre 1670 :

Charles II Stuart essaie de s'assurer que le Traité, particulièrement la clause de conversion, reste secret car il n'a pas réellement l'intention de se convertir.



Mort d'Henriette-Anne Stuart

Deux semaines après son retour de Londres, Henriette-Anne Stuart est saisie de violentes douleurs au côté après avoir bu un verre de chicorée.

Son agonie dure quelques heures.

Henriette-Anne Stuart meurt au château de Saint-Cloud le 30 juin 1670, à 2 heures 1/2 du matin environ.

La cause probable serait une porphyrie aiguë intermittente ou une péritonite biliaire.

Exilé à Rome, Philippe de Lorraine-Armagnac est soupçonné de l'avoir fait empoisonner.

Toutefois ce soupçon est écarté, car l'autopsie, exigée par Louis XIV ne révèle rien de tel.

Le soupçon restera toutefois entretenu par les mémoires de la princesse Palatine.

Jacques-Bénigne Bossuet compose pour Henriette-Anne Stuart la célèbre oraison funèbre:

Madame se meurt, Madame est morte.



Marie-Élisabeth de Ludres au service de Marie-Thérèse d'Autriche

En 1670, à la mort d'Henriette-Anne Stuart, Marie-Élisabeth de Ludres passe au service de Marie-Thérèse d'Autriche.



Mariage de Philippe Ier d'Orléans avec Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz

Philippe Ier d'Orléans est veuf d'Henriette-Anne Stuart.

Monsieur ne consent à se remarier qu'en échange de la rentrée en grâce de Philippe de Lorraine-Armagnac, son favori.

Ce mariage doit protéger le Palatinat des menées expansionnistes de Louis XIV.

Philippe Ier d'Orléans épouse à Châlons-en-Champagne le 19 novembre 1671 ou le 21 décembre 1671 Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, la Princesse Palatine. Leurs enfants sont :

Elle devient la duchesse d'Orléans ou Madame.

La princesse Palatine doit rapidement à contrecœur se convertir au catholicisme à Metz.

Philippe Ier d'Orléans ne s'intéresse pas beaucoup à elle, si ce n'est pour obtenir un héritier mâle.

Il n'y a pas d'amour entre eux mais un respect mutuel, Philippe Ier d'Orléans étant un mari plutôt conciliant.

Après avoir eu leurs enfants, ils se mettent d'accord pour s'épargner réciproquement le devoir conjugal.

Elle souffrira des avanies et des intrigues de l'entourage de Philippe Ier d'Orléans, son mari.


Marie Angélique de Scoraille - Duchesse de Fontanges

Liaison de Louis XIV avec Marie Angélique de Scoraille

César de Grollée, un cousin de Jean-Rigal de Scorailles, son père, introduit Marie Angélique de Scoraille à la Cour de Versailles en qualité de fille d'honneur de la Henriette-Anne Stuart, belle-sœur de Louis XIV.

Angélique de Scoraille a les cheveux châtain, clairs tirant sur le roux, un teint très clair et des yeux mélancoliques.

Marie Angélique de Scoraille est une protégée de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart qui la présente à Louis XIV.

Elle croit pouvoir retenir le roi en lui présentant une jeune oie blanche.

Louis XIV a une liaison en 1678 avec Marie Angélique de Scoraille.

Leur enfant est :



L'affaire des poisons

En 1679 éclate l'affaire des poisons.

Catherine Deshayes, épouse de Monvoisin, est arrêtée car soupçonnée de sorcellerie.

Louis XIV décide de créer une cour d'exception, la Chambre Ardente, pour juger des actes commis par Catherine Deshayes,et ses complices.

L'affaire est étouffée par le roi lorsqu'il apparaît que Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart a pris part à ces agissements.

La favorite du roi ne peut être compromise sans compromettre les enfants qu'elle a eus avec le Roi.

Toutefois, cette affaire consomme la disgrâce dans laquelle la favorite était tombée quelques mois auparavant.

Louvois prétexte les anciennes expériences d'alchimiste de François-Henri de Montmorency-Bouteville pour l'accuser d'assassinat et de pacte avec le diable.

Compromise dans l'Affaire des poisons, Marie-Anne Mancini rentrera en grâce contrairement à sa sœur.

Olympe Mancini est accusée d'avoir fréquenté Catherine Deshayes, et autres devineresses et est dite profonde en crimes et docteur en poisons.

La comtesse aurait résolu d'empoisonner Françoise Louise de La Baume Le Blanc, bien qu'elle soit au Carmel depuis plusieurs années, craignant que le roi la fasse revenir à la cour.

Olympe Mancini va jusqu'à menacer Louis XIV que s'il ne revenait pas à elle, il s'en repentirait.

Olympe Mancini est également soupçonnée d'avoir empoisonné, Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, son mari, pourtant complaisant, ainsi que Marie-Louise d'Orléans, fille d'Henriette-Anne Stuart et nièce de Louis XIV.

Antoinette Louise de Mesme est impliquée par Catherine Deshayes, mais ne sera pas inquiétée sur ordre de Louis XIV.



Mariage de Charles II d'Espagne avec Marie-Louise d'Orléans

Marie-Anne d'Autriche ne peut empêcher le mariage de Charles II d'Espagne, son fils, avec une nièce de Louis XIV.

Charles II d'Espagne épouse dans la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau par procuration le 31 août 1679 Marie-Louise d'Orléans, fille de Philippe Ier d'Orléans et d'Henriette-Anne Stuart.

Marie-Louise d'Orléans se fait la championne de la politique impérialiste de la France, inclinant Charles II d'Espagne à demeurer neutre.



Mariage de Victor-Amédée II de Savoie avec Anne Marie d'Orléans

Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours met un terme à sa régence en mariant son fils avec une nièce du roi de France.

Victor-Amédée II de Savoie épouse à Versailles le 10 avril 1684 et à Chambéry le 6 mai 1684 Anne Marie d'Orléans (1666 ou 27 août 1669-26 août 1728), fille de Philippe Ier d'Orléans et d'Henriette-Anne Stuart. Leurs enfants sont :

Anne Marie d'Orléans devient ainsi reine de Sardaigne.



Mort de Jacques-Bénigne Bossuet

Après une lente et douloureuse agonie, Jacques-Bénigne Bossuet meurt à Paris le 12 avril 1704, de la maladie de la pierre.

L'autopsie eut lieu le lendemain. On trouva dans sa vessie qui était toute gâtée, une pierre grosse comme un œuf écrit l'abbé Ledieu.

Dans le chœur de la cathédrale de Meaux, se trouve sa dalle funéraire de marbre noir entouré de belles grilles en fer forgé.

Dans cette cathédrale se trouvent aussi 2 statues de Bossuet :



Travaux au château de Saint-Cloud

Au château de Saint-Cloud, Napoléon III fait démolir l'orangerie en 1862.

Eugénie de Montijo fait transformer en un salon de style Louis XVI l'ancienne chambre d'Henriette-Anne Stuart.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !