Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1152 - le dernier en 1435



Mariage d'Henri II Plantagenêt avec Aliénor d'Aquitaine

Henri II Plantagenêt Duc d'Aquitaine

Moins de 2 mois après la répudiation d'Aliénor, Henri II Plantagenêt épouse à Poitiers le 18 mai 1152 Aliénor d'Aquitaine à Poitiers. Leurs enfants sont :

Cette union fonde les bases de l'empire angevin et remet en cause l'union contre nature du nord et du sud du royaume de France.

Déjà Duc de Normandie et Comte d'Anjou, Henri II Plantagenêt s'empare ainsi du duché d'Aquitaine et de l'ensemble des fiefs d'Aliénor.

L'Aquitaine lie son destin au royaume d'Angleterre sans toutefois en faire jamais partie.

La vicomté de Thouars se retrouve enclavée au milieu de l'Empire angevin.

Bientôt les régions côtières les plus accessibles de ses domaines deviennent les portes d'entrée en France des troupes anglaises qui agissent alors en terrain conquis… les agents du fils britannique viennent collecter les impôts de plus en plus lourd dans ces régions côtières, Aunis Saintonge et les îles de l'Archipel charentais.

Cela amène très rapidement des révoltes locales puis plus généralisées… la destruction de villages et de châteaux par les troupes anglaise amène Aliénor a se rebiffer et à émettre des protestations qui sont très mal prise par son roi d'époux qui affirme qu'en fait elle veut favoriser son fils aîné et préféré Richard Cœur de Lion qui d'ailleurs prend un temps la tête de la révolte, soutenu par Louis VII le Jeune.

Henri II Plantagenêt a également comme enfants :



Mariage de Louis VII le Jeune avec Constance de Castille

Louis VII le Jeune épouse à Orléans au printemps 1154 Constance de Castille. Leurs enfants sont :

Constance de Castille est sacrée reine lors de la même cérémonie.



Naissance de Henri le Jeune

Henri le Jeune naît le 28 février 1155, fils d'Henri II Plantagenêt et d'Aliénor d'Aquitaine.



Promesse de mariage de Henri le Jeune avec Marguerite de France

En 1158, Thomas Becket négocie la promesse de mariage d'Henri le Jeune, fils d'Henri II Plantagenêt, avec Marguerite de France, fille de Louis VII le Jeune et de Constance de Castille.

Elle apportera en dot le Vexin avec Gisors.



Mariage de Henry Plantagenêt le Jeune avec Marguerite de France

Henri le Jeune épouse le 2 novembre 1160 Marguerite de France, fille de Louis VII le Jeune, après obtention d'une dispense du pape Alexandre III.

Henri le Jeune prête hommage pour la Normandie.



Nouvelle entrevue entre Henri II Plantagenêt et de Louis VII le Jeune

Henri le Jeune Comte d'Anjou et Duc de Bretagne

Richard Cœur de Lion Duc d'Aquitaine

Une nouvelle entrevue a lieu à Montmirail en 1169. Mais l'intransigeance de Thomas Becket empêche toute réconciliation, même lors du pèlerinage d'Henri II Plantagenêt à Saint-Denis.

Henri le Jeune prête hommage pour l'Anjou et la Bretagne.

Son frère Richard Cœur de Lion prête hommage pour l'Aquitaine.



Guillaume Ier le Maréchal chargé de l'éducation d'Henri le Jeune

Guillaume Ier le Maréchal est chargé de l'éducation d'Henri le Jeune.



Henry Plantagenêt le Jeune associé au trône d'Angleterre

L'assassinat de l'archevêque de Cantorbéry

Henri II Plantagenêt associe son fils Henri le Jeune au trône. Le 14 juin 1170, Henri le Jeune est sacré roi d'Angleterre à Westminster par Roger de Pont-l'Évêque, Archevêque d'York.

Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre seul habilité à sacrer le roi trouve matière à excommunier les évêques ayant assisté au sacre.

En juillet 1170, Henri II et Thomas Becket semblent se réconcilier à Fréteval, par l'entremise de Louis VII le Jeune. En novembre 1170: Becket regagne l'Angleterre.

Mais les querelles reprennent de plus belle. Un jour, comme l'archevêque a excommunié tous les évêques qui ont pris le parti du roi, celui-ci s'écrie :

Eh ! Quoi, parmi tous ces lâches que je nourris, aucun n'est donc capable de me venger de ce misérable clerc !

Quatre chevaliers normands ne se le font pas dire deux fois et courent assassiner l'archevêque dans sa cathédrale le 29 décembre 1170.

Devant le scandale national et international que soulève le crime, Henri II fait amende honorable.



Aliénor d'Aquitaine Prisonnière

Révolte de ses fils contre Henri II Plantagenêt

Bataille de Fornham

En 1173, Henri II Plantagenêt fait arrêter et enfermer Aliénor d'Aquitaine dans la forteresse de Winchester dans le Sud de l'Angleterre, sans la répudier pour ne pas perdre le bénéfice de la dot… l'héritage poitevin et aquitain. Elle y restera 16 ans.

Pendant plusieurs années, Guillaume Ier le Maréchal mène une bande de chevaliers réunis autour d'Henri le Jeune de tournoi en tournoi dans le nord de la France actuelle.

Guillaume Ier le Maréchal est l'un des plus grands tournoyeurs de son temps.

Henri II Plantagenêt ne partage pas le pouvoir.

En avril 1173, Henri II Plantagenêt donne des territoires à Jean-Sans-Terre à l'occasion de ses Fiançailles.

Henri le Jeune proteste publiquement et revendique le gouvernement direct d'une partie des états de son père.

Richard Cœur de Lion et Geoffroy II de Bretagne s'allient à Henri le Jeune et se rebellent contre leur père. Ils se réfugient à la cour de Louis VII de France

Aliénor d'Aquitaine les soutient en sous-main avec l'aide de Guillaume Ier d'Écosse, de Thibault V de Blois, de Mathieu d'Alsace et de Philippe Ier d'Alsace.

Louis VII le Jeune n'a de cesse d'attiser les ambitions d'Henri le Jeune son gendre en lui faisant remarquer que bien qu'associé au trône, c'est son père qui exerce le pouvoir.

Dès lors Henri Le Jeune se comporte comme un roi et commence à distribuer des terres à Philippe Ier d'Alsace comte de Flandre et à son frère Mathieu d'Alsace, comte de Boulogne.

Henri Le Jeune abroge les Constitutions de Clarendon qui libère le clergé du contrôle royal.

Une révolte féodale a lieu dans l'ensemble des possessions des Plantagenêts.

En 1173 et 1174, Robert III de Beaumont-le-Roger et Guillaume Ier le Maréchal supportent Henri le Jeune dans sa révolte.

Henri II Plantagenêt stoppe une double offensive des Flamands et de Louis VII le Jeune contre les frontières nord et est de la Normandie.

Une rencontre entre Henri II Plantagenêt et Louis VII le Jeune accompagné des fils de son adversaire ne donne aucun résultat.

Henri II Plantagenêt confisque les possessions de Robert III de Beaumont-le-Roger et brule Leicester le 28 juillet 1173.

Fin juillet 1173, avec Richard de Lucy, Réginald de Dunstanville assiège la ville de Leicester, quand Robert III de Beaumont-le-Roger se joint à la révolte. Le siège échoue toutefois.

Pendant qu'Henri II Plantagenêt bataille en France,

Henri le Jeune avec l'aide de Philippe Ier d'Alsace projette de porter la guerre en Angleterre.

Le retour rapide d'Henri II Plantagenêt en Angleterre les en empêche.

Robert III de Beaumont-le-Roger décide d'envahir l'Angleterre avec une force de mercenaires flamands.

Il débarque à Walton dans le Suffolk à fin septembre ou début octobre 1173.

Henri II Plantagenêt prend la forteresse de Breteuil le 25 septembre 1173.

Robert III de Beaumont-le-Roger tente de s'associer Hugh Bigod, Comte de Norfolk, qui est basé au château de Framlingham.

Après quelques combats concluants, Robert III de Beaumont-le-Roger décide de mener ses hommes chez lui à Leicester.

Ce mouvement est peut-être le résultat de frictions entre Robert III de Beaumont-le-Roger et Hugh Bigod et Gundreda, sa femme.

Les forces royales sont sous le commandement :

Les forces royales incluent au moins 300 chevaliers et leurs troupes ainsi que Roger Bigod, fils de Hugh Bigod, qui est restéfidèles au roi.

Les forces rebelles comportent 3 000 mercenaires.

La bataille a lieu le 17 octobre 1173 dans le Suffolk près des villes actuelles de :

au gué la rivière Lark à environ 6,4 km au nord de Bury St Edmunds.

La cavalerie de Robert III de Beaumont-le-Roger est capturée et ses mercenaires sont conduits dans les marécages à proximité, où les paysans locaux tuent la plupart d'entre eux.

Séparés de leurs forces, Robert III de Beaumont-le-Roger et Pétronille de Grandmesnil, son épouse qui a mis l'armure, sont capturés.

Vers la fin 1173, Henri II Plantagenêt et Louis VII le Jeune concluent une trêve provisoire.



Suite de la révolte des fils d'Henri II Plantagenêt

Henri II Plantagenêt retourne en France et force Louis VII le Jeune à une retraite précipitée devant Rouen, et rétablit l'ensemble de la situation en 1174 jusqu'à soumission de ses fils.

Louis VII le Jeune retire son soutien à Henri le Jeune. Celui-ci sollicite une trêve à son père qui est conclue à Montlouis.

Pendant un temps, Henri Le Jeune obéit à son père. Il l'aide notamment à réprimer une révolte de seigneur de Châteauroux en prenant Déols, Châteauroux et Issoudun.

Henri II Plantagenêt envahit l'Aquitaine deux fois, et à 17 ans, Richard Cœur de Lion est le dernier de ses frères à lui tenir tête. Finalement, il refuse un combat face-à-face et lui demande humblement son pardon.

En 1174, Richard Cœur de Lion renouvelle ses vœux de soumission à son père.

Après son échec, Richard Cœur de Lion s'occupe à mater les nobles mécontents d'Aquitaine, spécialement en Gascogne.

Richard Cœur de Lion se fait une affreuse réputation de cruauté, plus de nombreuses accusations de viols et de meurtres.



Retour de l'épouse d'Henri le Jeune à la cour de France

En 1177, Marguerite de France, l'épouse d'Henri le Jeune, lassée d'un mari capricieux et inconsistant le quitte et retourne à la cour de France.



Philippe Ier d'Alsace Tuteur de Philippe-Auguste

Couronnement de Philippe-Auguste associé au trône

Louis VII le Jeune, malade, nomme Philippe Ier d'Alsace tuteur de son jeune fils, Philippe-Auguste.

Comme ses prédécesseurs, Louis VII le Jeune associe son fils à la monarchie pour assurer la continuité dynastique. Il le fait sacre à Reims le 1er novembre 1179.

Ce dernier exerce le pouvoir à partir de ce jour car son père est épuisé par la maladie.

Henri le Jeune assiste au sacre en tant que vassal du roi de France et rejoint sa femme au grand plaisir de Philippe-Auguste, très inquiet de la puissance de Henri II Plantagenêt.

Henri Ier de Bar est cousin germain de Philippe-Auguste, par sa mère, assiste également au sacre.



Querelle entre Henri le Jeune et Richard Cœur de Lion

En 1182 Henri le Jeune, duc de Normandie depuis très longtemps, exige de son père en bien propre la Normandie mais celui-ci refuse. Richard Cœur de Lion réclame aussi des terres en propres et entre en conflit avec Henri le Jeune. Une jalousie très importante existe entre les deux frères, attisée par le soutien net de leur mère pour Richard. En raison du droit féodal cette querelle entre les deux frères risque de faire intervenir le roi de France, ce que ne veut à aucun prix Henri II mais il est obligé d'intervenir contre ses fils.


Guillaume Ier le Maréchal est l'un des plus grands tournoyeurs de son temps - Historia Major of Matthew Paris, Cambridge - Corpus Christi College Library - vol 2, p. 85

Mort de Henri le Jeune

Pendant plusieurs années, Guillaume Ier le Maréchal mène une bande de chevaliers réunis autour d'Henri le Jeune de tournoi en tournoi dans le Nord de la France actuelle.

Henri le Jeune meurt subitement à Martel le 11 juin 1183 d'une dysenterie alors qu'il défie ouvertement son père en refusant de lui céder Limoges.

Guillaume Ier le Maréchal escorte le corps d'Henri le Jeune à Rouen ou il va être enterré en la cathédrale Notre-Dame.

Richard Cœur de Lion revendique la succession au trône, mais Henri II Plantagenêt, fidèle à son habitude, fait la sourde oreille. Philippe-Auguste réclame le Vexin normand, dot de sa sœur Marguerite devenue veuve.



Mort de Jean de Lancastre Duc de Bedford

Henri Beaufort Régent du Royaume d'Angleterre

Jean de Lancastre meurt à Rouen le 14 ou le 19 septembre 1435 subitement. Il est inhumé dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen.

Son tombeau de marbre noir sera détruit en 1562 par les calvinistes, lors des guerres de religions. À cet emplacement, au pied du gisant d'Henri le Jeune, une plaque a été scellée.

L'échec final de Jean de Lancastre vient du fait qu'il ne peut réduire les résistances qui ne cessent de se manifester au nord de la Loire tout en ne parvenant pas à prendre pied au sud. Constamment sur la défensive, le maintien de ses troupes entraînent de lourdes charges financières.

Il doit faire appel au Trésor anglais tout en renforçant la fiscalité en France, ce qui lui vaut l'impopularité des deux côtés de la Manche.

Henri VI Plantagenêt étant toujours mineur, Humphrey de Lancastre, Duc de Gloucester, et Henri Beaufort se disputent la régence :

Le pays est exsangue et hors d'état de continuer un conflit extrêmement coûteux. Les récents échecs ont, de plus, découragé plusieurs ex-partisans de la guerre. Le Parlement prend parti pour Henri Beaufort.

Henri Beaufort envoie à Paris William de la Pole, Comte de Suffolk et petit-fils du chancelier de Richard II d'Angleterre, y négocier une trêve sur la base du statu quo. Elle sera entérinée à Tours en 1444.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !