Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



17 événements affichés, le premier en 1565 - le dernier en 1659



Mariage d'Albert de Gondi avec Claude Catherine de Clermont-Tonnerre

Albert de Gondi épouse le 4 septembre 1565 Claude Catherine de Clermont-Tonnerre, Baronne de Retz et de Dampierre, fille de Claude de Clermont-Tonnerre, Baron de Dampierre (mort en 1545).

Leurs enfants sont :


Antoinette d'Orléans-Longueville

Mariage de Charles de Gondi avec Antoinette d'Orléans-Longueville

Charles de Gondi épouse à Paris le 6 septembre 1587 Antoinette d'Orléans-Longueville. Leurs enfants sont :



Naissance d'Henri de Gondi

Henri de Gondi naît à Machecoul en 1590, fils de Charles de Gondi et d'Antoinette d'Orléans-Longueville.



Mort de Charles de Gondi Marquis de Belle-Île Gentilhomme de la Chambre Général des galères de France et Gouverneur de Fougères

Création du Couvent des Capucins de Machecoul

Henri de Gondi Héritier du duché de Retz

Charles de Gondi veut entrer au Mont-Saint-Michel par surprise pour le prendre.

Charles de Gondi meurt le 22 mai 1596, dans une échauffourée, dont les circonstances resteront mystérieuses.

Antoinette d'Orléans-Longueville, qui aime beaucoup son époux, après les cérémonies qui ont lieu à Nantes, fait rapatrier le corps de son mari à Machecoul et lui organise des obsèques dignes de son rang. Il est inhumé dans le caveau des Gondi.

Antoinette d'Orléans-Longueville décide de fonder à Machecoul le Couvent des Capucins dans lequel on priera spécialement pour le repos de l'âme de son époux. Le corps de Charles de Gondi y est transféré.

Henri de Gondi devient ainsi le nouvel héritier du duché de Retz, toujours détenu par ses grands parents paternels.



Antoinette d'Orléans-Longueville Sœur au Couvent des Feuillantines à Toulouse

Antoinette d'Orléans-Longueville passera encore 3 ans à Machecoul pour défendre les intérêts de ses deux fils, Henri de Gondi, héritier direct du duché de Retz, et Léonor de Gondi tout en laissant leur éducation à des gouvernantes et des précepteurs.

En 1599, Antoinette d'Orléans-Longueville décide d'entrer au Couvent des Feuillantines à Toulouse, devenant Sœur Antoinette de Sainte Scholastique.

Puis Antoinette d'Orléans-Longueville fait un passage par Fontevraud-l'Abbaye.


Henri de Gondi - Par Claude Duflos

Mort de Claude Catherine de Clermont-Tonnerre

Henri de Gondi Duc de Retz

Claude Catherine de Clermont-Tonnerre est Duchesse douairière de Retz, Dame de Machecoul, Baronne de Dampierre, Pair de France et salonnière.

Claude Catherine de Clermont-Tonnerre meurt à Paris le 18 février 1603.

Henri de Gondi, son petit-fils, devient de plein droit duc de Retz.


Françoise Marguerite de Silly

Mariage de Philippe-Emmanuel de Gondi avec Françoise Marguerite de Silly

Philippe-Emmanuel de Gondi épouse le 11 juin 1604 Françoise Marguerite de Silly (1584-1625), Dame de Commercy, fille d'Antoine de Silly et de Marie de Lannoy. Leurs enfants sont :



Mariage d'Henri de Gondi avec Jeanne de Scépeaux

Henri de Gondi épouse le 15 mai 1610 Jeanne de Scépeaux, Duchesse de Beaupréau, Comtesse de Chemillé. Leurs enfants sont :



Naissance de Françoise Catherine de Gondi

Françoise Catherine de Gondi naît le 28 décembre 1612, fille d'Henri de Gondi et de Jeanne de Scépeaux.



Traité de Sainte-Ménehould

Convocation des États généraux

Richelieu Député du clergé aux États généraux

En 1614, Henri II de Bourbon-Condé, César de Bourbon, Henri de Mayenne, Henri de Gondi se révoltent contre Concino Concini.

Henri II de Bourbon-Condé veut empêcher le mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche.

Henri II de Rohan conseille la Reine pour combattre cette révolte.

Les premières prises d'armes des grands se concluent avec le traité négocié par Henri II de Bourbon-Condé avec Marie de Médicis à Sainte-Menehould, le 15 mai 1614 :

Henri II de Bourbon-Condé ne parvient pas à structurer son opposition au pouvoir royal.

Marie de Médicis couvre d'or les nobles et leur promet la convocation des états généraux.

Les États généraux sont convoqués par Louis XIII en 1614.

Richelieu se fait élire député du clergé poitevin aux États généraux devant se tenir à Paris.

Léonor de Valençay, abbé de Bourgueil, est député du clergé.

Odet de La Noue assiste aux États généraux.

Gabriel de L'Aubespine est délégué par le clergé aux États Généraux.

Robert Ier Miron, Président du tiers état, s'y fait remarquer par son patriotisme, dénonçant avec véhémence, dès la séance d'ouverture et à nouveau lors de la clôture, les abus de la régence aux dépens du pauvre peuple.

Louis III de Lorraine participe à ces États généraux.

Jacques Davy du Perron soutient les doctrines ultramontaines contre le tiers état. II fait condamner le De ecclesiastica et politica potestate de Richer. Le pape lui en adresse des remerciements.

Marie de Médicis s'engage à concrétiser l'alliance avec l'Espagne et à faire respecter les thèses du concile de Trente.

Les réformes de la Paulette et de la taille restent lettre morte.

Le clergé joue le rôle d'arbitre entre le Tiers État et la noblesse qui ne parvenaient pas à s'entendre.

Le lieutenant civil Henri de Mesmes déclare que les ordres sont frères et enfants d'une mère commune, la France. Un des représentants de la noblesse lui répond qu'il se refuse à être le frère d'un enfant de cordonnier ou de savetier.

Cet antagonisme profite à la Cour qui prononce bientôt leur clôture.



Naissance de Marguerite-Françoise de Gondi

Marguerite-Françoise de Gondi naît le 18 avril 1615, fille d'Henri de Gondi et de Jeanne de Scépeaux.


Réconciliation de Marie de Médicis et Louis XIII - par Rubens - au palais du Luxembourg

Deuxième guerre entre Marie de Médicis et Louis XIII

Prise de Rouen

Siège du château de Caen

Bataille des Ponts-de-Cé

Traité d'Angers

Construction du Palais du Luxembourg

Une faction de grands seigneurs opposés au retour en grâce d'Henri II de Bourbon-Condé se forme autour de Marie de Médicis.

De la Normandie au Languedoc, ils arment leurs places fortes au nom de la reine mère :

Le 4 juillet 1620, Louis XIII prend le parti de la guerre.

Entre le 7 juillet et le 7 août 1620, Louis XIII mène lui-même l'armée royale.

Louis XIII reprend Rouen le 10 juillet 1620.

Henri II de Valois-Longueville, Gouverneur de Normandie, prend le parti de Marie de Médicis.

Le capitaine Prudent, fidèle au gouverneur qui lui a confié le commandant du château, braque les canons sur la ville qui demande au roi d'intervenir.

Du 14 ou 17 juillet 1620, Louis XIII, assisté par César de Choiseul du Plessis-Praslin, assiège le château qui finit par se rendre.

Jacques Rouxel suit sa véritable vocation, le métier des armes. Jacques Rouxel fait ses premières armes au siège de Caen.

Certains proposent alors de faire raser le château, mais le roi préfère garder la forteresse malgré son faible intérêt militaire. C'est le dernier fait d'armes important dans lequel le château joue un rôle direct.

Henri de Gondi participe à la bataille des Ponts-de-Cé du côté de Marie de Médicis le 7 août 1620. Il fait défection, entraînant avec lui ses 1 500 hommes ; l'armée amputée d'un tiers de ses hommes ne peut résister à l'assaut des troupes de Louis XIII qui écrasent l'armée de Marie de Médicis.

Charles d'Albert ne participe à aucun de ces affrontements.

Charles d'Albert favorise à nouveau la réconciliation entre la mère et le fils.

Par crainte de voir sa mère poursuivre des complots, tant qu'elle reste en exil, Louis XIII accepte son retour à la cour de France, et se réconcilie avec elle.

Richelieu qui fait conclure le traité d'Angers acquiert une réputation de fin négociateur.

Marie de Médicis revient alors à Paris, où elle s'attache à la Construction de son Palais du Luxembourg.


Jean-François de Gondi

Mort d'Henri de Gondi

Jean-François II de Gondi Archevêque de Paris

Henri de Gondi meurt en 1622.

Jean-François II de Gondi succède à Henri de Gondi, son frère, et devient Évêque de Paris en 1622.

L'évêché de Paris dépend alors de l'archidiocèse de Sens.

Le 22 octobre 1622, Grégoire XV élève le diocèse de Paris au rang d'archidiocèse métropolitain avec, pour suffragants, les diocèses de Chartres, d'Orléans et de Meaux.

Jean-François II de Gondi devient donc le premier archevêque de Paris.

L'érection est confirmée le 14 novembre 1622.



Mariage de Pierre de Gondi avec Françoise Catherine de Gondi

Henri de Gondi n'a que ses 2 filles pour héritières. Françoise Catherine de Gondi est promise à Louis II de Vendôme.

Mais Henri de Gondi arrange le mariage de son aînée de sorte que le duché de Retz ne sorte pas de la famille de Gondi.

Pierre de Gondi, Comte de Joigny, épouse à Machecoul le 3 août 1633 Françoise Catherine de Gondi, sa cousine. Leurs enfants sont :

Jean-François Paul de Gondi crée un scandale à Machecoul en courtisant en secret Marguerite-Françoise de Gondi rencontrée au mariage de Pierre de Gondi et de Françoise Catherine de Gondi.

Lorsque cela est découvert, Jean-François Paul de Gondi est renvoyé à Paris continuer ses études à la Sorbonne.



Pierre de Gondi Duc de Retz

Pierre de Gondi Pair de France

Dès 1634, Henri de Gondi se démet de son titre en faveur de son gendre et cousin Pierre de Gondi.

Pierre de Gondi devient le nouveau Duc de Retz et Seigneur de Machecoul.

Pierre de Gondi est fait pair de France.

On surnomme ce dernier le jeune duc, par opposition à son beau-père, le vieux duc.

Pierre de Gondi devient Marquis de La Garnache et Baron de Mortagne.

Pierre de Gondi est reçu au Parlement le 14 mars 1634.



Cession du château de Saint-Cloud

Henri de Gondi, Duc de Retz, neveu Philippe-Emmanuel de Gondi, vend le château de Saint-Cloud en 1655 à Barthélemy Hervart, financier d'origine allemande, intendant puis surintendant des Finances.

Barthélemy Hervart agrandit le parc jusqu'à 12 hectares et fait faire à Saint-Cloud des travaux considérables dont on ignore à peu près tout.

La maison est une juxtaposition hétéroclite de pavillons et de corps de bâtiments sans recherche de symétrie. Elle s'ouvre à l'est sur une cour, bordée par une galerie à arcades. La belle façade regarde le sud et s'ouvre sur une terrasse décorée de parterres de broderies.

Elle s'orne des portraits sculptés de Charles IX, d'Henri III, d'Henri IV et de Louis XIII.

À son extrémité s'élève un haut pavillon à quatre niveaux dominant la Seine. La propriété est entourée de 12 arpents soit 5 hectares de terrain.

Selon les témoignages contemporains, il est à l'italienne, c'est-à-dire couvert d'un toit plat, et les façades sont peintes de fresques.

Les jardins, qui descendent en terrasses jusqu'à la Seine, sont dotés de toutes les attractions alors à la mode en Italie : cascades, grottes, fontaines, etc.

En subsiste le grand jet, dans le bas du parc.



Mort d'Henri de Gondi

Henri de Gondi est Duc de Retz; de Beaupréau, Seigneur de Machecoul, de La Grange-l'Essart et de Versailles, Marquis de Belle-Île et des Îles d'Hyères, Comte de Chemillé, Baron du Plessis-le-Chastel, de Marly-le-Chastel et de Beaumanoir, Seigneur haut-justicier de Noisy-le-Roi et de Bailly, Chevalier des Ordres du roi et Pair de France.

Henri de Gondi meurt au château de Princé à Chéméré le 12 août 1659, où il s'était retiré depuis la démission de son titre.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !