Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



41 événements affichés, le premier en 1420 - le dernier en 1482



Mariage de René Ier d'Anjou avec d'Isabelle Ire de Lorraine

René Ier d'Anjou épouse à Nancy le 24 octobre 1420 Isabelle Ire de Lorraine. Leurs enfants sont :

Louis Ier de Bar désigne René Ier d'Anjou comme son successeur et lui confie le gouvernement du duché de Bar dès 1420.

Jeanne de Bar décide alors de revendiquer le Barrois.


Mariage d'Henri V et de Catherine de Valois

Mariage de Henri V de Lancastre avec Catherine de Valois

Comme cela est prévu dans le traité de Troyes, Henri V de Lancastre épouse dans la cathédrale de Troyes le 2 juin 1420 Catherine de Valois, fille de Charles VI le Fou et d'Isabeau de Bavière. Leur enfant est :



Naissance d'Henri VI Plantagenêt

Henri VI Plantagenêt naît le 6 décembre 1421, fils d'Henri V de Lancastre et de Catherine de Valois.



Jean de La Rochetaillée Évêque administrateur de Paris

Martin V nomme Jean de La Rochetaillée Évêque administrateur de Paris le 12 juin 1422.

Jean de La Rochetaillée devient pour 1 000 livres par an conseiller d'Henri VI Plantagenêt.


Henri VI Plantagenêt

Mort d'Henri V de Lancastre Roi d'Angleterre

Henri VI Plantagenêt Roi d'Angleterre

Henri VI Plantagenêt Duc de Guyenne

Jean de Lancastre Régent du royaume d'Angleterre

Jean de Lancastre Capitaine général en Normandie

Mariage d'Owen Tudor avec Catherine de Valois

Avant de mourir, Henri V de Lancastre demande à Jean de Lancastre, son frère duc de Bedford, de confier la régence du trône d'Angleterre, à Philippe III le Bon. Celui-ci refuse.

Henri V de Lancastre meurt d'une fistule ou de dysenterie à Vincennes le 31 août 1422. Deux mois lui manquent pour être couronné roi de France.

Henri V de Lancastre est inhumé à l'abbaye de Westminster.

Sa tombe est recouverte de jolis ornements durant la Réforme.

Le bouclier, le casque et la selle, qui forment une partie de l'équipement funéraire initial, pendent toujours au-dessus de sa tombe.

L'esprit politique d'Henri V de Lancastre est en avance sur son temps :

un gouvernement central puissant supporté par le parlement,

une réforme de l'Église dans un esprit conservateur,

un développement commercial,

le maintien d'un prestige national.

Son succès est dû au pouvoir de sa personnalité. La guerre, la diplomatie et l'administration civile dépendent toutes lui. Il peut entraîner les lieutenants derrière lui, mais, à sa mort, personne n'est disponible pour prendre sa place de leader.

Il est un des premiers à comprendre la véritable importance de la marine anglaise.

Henri V de Lancastre a un sens si aigu de ses propres droits et est sans merci face au manque de loyauté. Mais il est très attentif aux droits des autres, et il défend la justice.

L'exécution de Lollard durant son règne est plus sûrement un acte politique que religieux.

Être ferme est pour lui un devoir. Ainsi en temps de guerre, bien qu'il garde une stricte discipline et n'autorise pas de violence gratuite, il traite sévèrement tout ceux qui selon lui ont péché.

Dans sa conduite personnelle il est chaste, modéré, et sincèrement pieux. Il se détend en faisant du sport ou des exercices virils. En même temps il est cultivé, avec un goût pour la littérature, l'art et la musique."

Philippe III le Bon se retrouve en position d'arbitre entre Charles VII de France et Henri VI Plantagenêt qui n'est qu'un enfant.

Le 1er septembre ou le 11 novembre 1422, Henri VI Plantagenêt devient Roi d'Angleterre et Duc de Guyenne à l'âge de 10 mois.

Jean de Lancastre, son oncle Duc de Bedford devient régent du royaume d'Angleterre en attendant la majorité son neveu.

Pierre Cauchon trouve en Jean de Lancastre un nouveau protecteur et joue officieusement le rôle de conseiller ecclésiastique.

Jean de Lancastre devient Capitaine général en Normandie en 1422.

Catherine de Valois est immédiatement séparée de son enfant et écartée des affaires publiques par Jean de Lancastre.

Catherine de Valois est de toute façon peu intéressée par la politique en général et par l'éducation de son enfant-roi en particulier. Owen Tudor, un courtier gallois, est assigné à son service. Elle en devient l'amante dans les mois suivants.

Owen Tudor épouse en secret Catherine de Valois. Leurs enfants parvenus à l'âge adulte sont :

Arthur III de Bretagne recouvre une totale liberté, estimant ne plus rien devoir aux Anglais.


Carte de France vers 1422

Mort de Charles VI le Fou

Henri VI Plantagenêt Roi de France

Charles VII de France Roi de France

Jean de Lancastre Régent du royaume de France

Humphrey Duc de Gloucester Régent du royaume d'Angleterre

Charles VI le Fou meurt à l'Hôtel Saint-Pol à Paris le 21 octobre 1422 après un règne exceptionnellement long de 42 ans. Il est inhumé dans la basilique de Saint-Denis.

A la mort de Charles VI le Fou, Odinette de Champdivers regagne sa terre natale.

Comme prévu par le traité de Troyes, Henri VI Plantagenêt, à peine âgé de 10 mois, devient Roi de France. Il a le soutien de l'Église, de l'Université et du peuple de Paris. Il est également allié au puissant parti bourguignon.

La régence en France échoit à Jean de Lancastre. Mais Jean de Lancastre est alors occupé pendant des années à faire la guerre à Charles VII de France. Jean de Lancastre fait de John Fastolf le grand maître de sa maison en 1422.

Jean de Lancastre laisse son frère, Humphrey de Lancastre, Duc de Gloucester, assurer la régence en Angleterre. Humphrey, et son demi-frère, Henri Beaufort, évêque de Winchester, se partage le pouvoir. Les deux hommes ne s'entendent pas et gouvernent très mal le royaume. Humphrey jalouse Bedford et tente de contrecarrer sa politique amicale avec le Duc de Bourgogne.

Le Dauphin Charles réfugié à Bourges, d'où son surnom de "roi de Bourges", s'autoproclame Roi sous le nom de Charles VII.

La France se trouve donc avec deux rois aussi légitimes l'un que l'autre et est désormais divisée entre :

Charles VII de France ne croit guère en ses chances de survie. Il se remet mal de l'accusation de lèse-majesté et de parricide dans le crime de Montereau.

Il doute même de sa filiation du fait des rumeurs sur l'inconduite d'Isabeau avec Louis Ier d'Orléans.

Il n'a ni argent, ni beaucoup de soutiens, mis à part les redoutables Armagnacs et quelques mercenaires de toutes origines.

Dès 1422, Jean de Dunois embrasse la cause de Charles VII de France. Ses courtisans se déchirent en de vaines querelles. Ses possessions se racornissent de mois en mois.

Établi en Berry et en Touraine (notamment à Loches et à Chinon), Charles VII de France est fort de la fidélité des provinces du Centre et du Languedoc, d'où il tira l'essentiel de ses ressources.

Pour gouverner, il doit improviser avec un personnel généralement nouveau et peu au fait des affaires.

Le Parlement qu'il organise à Poitiers et la Chambre des comptes qui est établie à Bourges sont, pour l'essentiel, peuplés d'officiers naguère éliminés à Paris par les Bourguignons, de telle sorte que l'administration est plus facilement efficace que le gouvernement.



Brie-Comte-Robert douaire d'Isabeau de Bavière

Henri VI Plantagenêt donne Brie-Comte-Robert en douaire à Isabeau de Bavière en 1424.



Hommage de Jean IV d'Armagnac à Alphonse V le Grand pour l'Armagnac.

En 1425, Jean IV d'Armagnac rend hommage à Alphonse V le Grand, roi de Castille, pour l'Armagnac. Charles VII de France, occupé à combattre les Anglais, ne peut intervenir, mais n'oubliera pas l'affront.

Plus tard, Jean IV d'Armagnac négociera le mariage de sa fille Isabelle d'Armagnac avec Henri VI Plantagenêt, mais y renoncera après les menaces de Charles VII de France.



Pierre de Coimbra Chevalier de l'ordre de la Jarretière

En 1427, Henri VI Plantagenêt fait Pierre de Coimbra chevalier de l'ordre de la Jarretière.



Cession de la Seigneurie de Montfermeil

En mars 1428, Jean de Gannes vend la seigneurie de Montfermeil à Pierre Robin, maître des œuvres et réparations de maçonnerie d'Henri VI Plantagenêt.



Sacre de Henri VI Plantagenêt à Notre-Dame de Paris

Jean de Lancastre, soucieux d'opposer à l'image de Jeanne d'Arc celle d'Henri VI Plantagenêt, décide de ramener le jeune prétendant de Londres à Rouen.

Pierre Cauchon accompagne Henri Beaufort, en compagnie d'autres conseillers ecclésiastiques.

Jean de Lancastre fait sacrer, par Henri Beaufort, Henri VI Plantagenêt à Notre-Dame de Paris le 16 ou 17 décembre 1430 ou 1431 mais la Sainte Ampoule fait défaut et sans elle, le sacre n'a guère de signification.



Pierre Cauchon Évêché de Lisieux

Jean II Jouvenel des Ursins Évêque de Beauvais

Pierre Cauchon ne peut espérer retourner à Beauvais, tenue par les Armagnacs à la solde de Charles VII de France.

Coupé de son diocèse, Pierre Cauchon n'en perçoit plus les revenus.

En 1432, Pierre Cauchon obtient du pape Eugène IV l'évêché de Lisieux, ville tenue depuis une vingtaine d'années par les Anglais.

C'est un évêché secondaire, mais le siège présente toutefois quelques avantages : l'évêque est de droit comte de la ville et le diocèse possède une exemption dans Rouen même.

Pierre Cauchon perçoit une rente de 1000 livres en tant que conseiller d'Henri VI Plantagenêt et continue ses missions pour lui.

Jean II Jouvenel des Ursins succède à Pierre Cauchon et devient évêques de Beauvais.



Négociation manquée pour la libération de Charles Ier d'Orléans

En 1433 et 1434, Jean Chevrot fait partie des ambassades qui se rendent en Angleterre pour essayer de convaincre Henri VI Plantagenêt de conclure une paix générale et de rendre la liberté à Charles Ier d'Orléans.

En août 1433, Pierre Cauchon représente les Anglais à l'entrevue de Calais pour négocier la libération de Charles Ier d'Orléans. Cette négociation est un échec.



Mort de Jean de Lancastre Duc de Bedford

Henri Beaufort Régent du Royaume d'Angleterre

Jean de Lancastre meurt à Rouen le 14 ou le 19 septembre 1435 subitement. Il est inhumé dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen.

Son tombeau de marbre noir sera détruit en 1562 par les calvinistes, lors des guerres de religions. À cet emplacement, au pied du gisant d'Henri le Jeune, une plaque a été scellée.

L'échec final de Jean de Lancastre vient du fait qu'il ne peut réduire les résistances qui ne cessent de se manifester au nord de la Loire tout en ne parvenant pas à prendre pied au sud. Constamment sur la défensive, le maintien de ses troupes entraînent de lourdes charges financières.

Il doit faire appel au Trésor anglais tout en renforçant la fiscalité en France, ce qui lui vaut l'impopularité des deux côtés de la Manche.

Henri VI Plantagenêt étant toujours mineur, Humphrey de Lancastre, Duc de Gloucester, et Henri Beaufort se disputent la régence :

Le pays est exsangue et hors d'état de continuer un conflit extrêmement coûteux. Les récents échecs ont, de plus, découragé plusieurs ex-partisans de la guerre. Le Parlement prend parti pour Henri Beaufort.

Henri Beaufort envoie à Paris William de la Pole, Comte de Suffolk et petit-fils du chancelier de Richard II d'Angleterre, y négocier une trêve sur la base du statu quo. Elle sera entérinée à Tours en 1444.


Jean de Dunois en prière devant la Vierge - Heures de Dunois - vers 1436

Arthur III de Bretagne Lieutenant-général en Île-de-France, Normandie, Champagne et Brie

Prise de Paris

Reconquête de la Normandie par Charles VII

Début 1436, 4 évêques, dont Pierre Cauchon, sont chargés de gouverner Paris au nom d'Henri VI Plantagenêt.

Charles VII de France se sent désormais en mesure d'engager la contre-offensive contre les Anglais. Il a hâte de retrouver sa capitale.

Le 8 mars 1436, Charles VII nomme Arthur III de Bretagne lieutenant-général en Île-de-France, Normandie, Champagne et Brie, avec la charge de reprendre Paris.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam assiste Arthur III de Bretagne.

Ayant reçu le renfort de troupes bourguignonnes, les Anglais sont repoussés aux portes de la capitale.

Le 13 avril 1436, Arthur III de Bretagne se présente sous les murs de la cité.

La ville est en pleine effervescence.

Victimes de la fureur populaire des Parisiens, les Anglais doivent se réfugier dans la bastille Saint-Antoine.

Le 15 avril 1436, la garnison capitule.

Pierre Cauchon est contraint de fuir, non sans s'être acquitté d'une forte somme d'argent.

Henri VI Plantagenêt perd donc la capitale du royaume de France.

La prise de Paris renforce encore la position d'Arthur III de Bretagne auprès de Charles VII de France, d'autant que les Bretons du connétable s'illustrent en Île-de-France aux côtés de :

Le château de Vincennes est également libéré de la présence anglaise.

En 1436, Henri Beaufort envoie Edmond Beaufort seconder John Talbot en Normandie où il résiste difficilement à l'armée de Charles VII de France.

Charles VII de France revient à Fontainebleau après la libération de l'Île-de-France et de Paris en 1436, privilégiant le lieu pour sa salubrité.



Paix de Gravelines

En 1439, Philippe III le Bon et Henri VI Plantagenêt signe la Paix de Gravelines, permettant la reprise du commerce entre l'Angleterre et la Flandre.



Trêve de Tours entre Français et Anglais

William de La Pole Marquis

Henri VI Plantagenêt, le Roi anglais, prétend toujours régner sur la France mais il envoie William de la Pole et Edmond Beaufort négocier une trêve avec Charles VII de France.

Ils arrangent en même temps le mariage d'Henri VI Plantagenêt avec Marguerite d'Anjou, une nièce de Charles VII.

Le contrat de mariage est signé à Tours le 22 mai 1444.

La trêve est signée à Tours le 28 mai 1444.

Comme récompense, Henri VI Plantagenêt élève William de La Pole au rang de marquis.



John Talbot Connétable de France

John Talbot devient successivement 1er Comte de Shrewsbury, de Wexford, de Waterford en récompense de ses faits d'armes.

John Talbot est fait Connétable de France en 1445 par Henri VI Plantagenêt, en tant que roi de France.



Mariage de Henri VI Plantagenêt avec Marguerite d'Anjou

Marguerite d'Anjou couronnée Reine d'Angleterre

Henri VI Plantagenêt épouse à l'Abbaye de Titchfield dans le Hampshire le 8 ou le 23 avril 1445 Marguerite d'Anjou.

Leur enfant est :

Marguerite d'Anjou est couronnée Reine d'Angleterre le 30 mai 1445 à l'abbaye de Westminster à Londres.



Edmond Beaufort Comte de Somerset

Prise du pouvoir par William de la Pole Comte de Suffolk

Edmond Beaufort, devient Comte de Somerset à la mort de son frère en 1445, Il est nommé lieutenant de France.

Henri VI Plantagenêt, très influençable, laisse les rênes du pouvoir à William de la Pole, Comte de Suffolk.

Il remplace comme maître de facto de l'Angleterre Henri Beaufort qui s'est retiré.

William de la Pole et Edmond Beaufort tente d'éliminer Humphrey de Gloucester qui pourrait leur contester le pouvoir.

La deuxième femme d'Humphrey de Gloucester est condamnée pour sorcellerie et enfermée à vie.



Gilles de Bretagne Prisonnier

François Ier le Fratricide, Duc de Bretagne, est vassal du Roi de France comme du Roi d'Angleterre.

Son frère, Gilles de Bretagne, chef du parti pro-Anglais s'oppose à lui.

François Ier le Fratricide fait arrêter Gilles de Bretagne le 26 juin 1446.

Cet emprisonnement provoque l'indignation d'Henri VI Plantagenêt qui exige la libération du prisonnier.



Mort d'Henri Beaufort

Henri Beaufort meurt en 1447.

En avril 1447, après la mort d'Henri Beaufort, William de La Pole est le véritable maître du pouvoir, dirigeant l'Angleterre au nom du faible et influençable Henri VI Plantagenêt.

Henri VI Plantagenêt nomme William de La Pole chambellan, amiral d'Angleterre et son comté de Suffolk est érigé en duché.

Mais William de La Pole est déjà en perte de popularité auprès du Parlement et des autres barons.

Un traité secret cédant le Maine à la France met à dos à William de La Pole une bonne partie du public anglais.



Richard Woodville Baron Rivers

Richard Woodville est créé Baron Rivers par Henri VI Plantagenêt le 9 mai 1448.


Prise de Fougères par François de Surienne - enluminure par Martial d'Auvergne - ouvrage Vigiles de Charles VII Prise de Fougères par François de Surienne - enluminure par Jean Chartier - ouvrage Chronique

Prise de Fougères par les Anglais

Conférence aux Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen

Après 3 ans de négociations vaines, Henri VI Plantagenêt décide de tenter un coup de force en prenant une place forte bretonne afin d'exiger de François Ier le Fratricide la libération de Gilles de Bretagne en échange de la restitution de cette place.

François de Surienne convainc Henri VI Plantagenêt de rompre la trêve et d'attaquer Fougères, place frontalière à la Normandie, alors anglaise, et en outre la plus riche ville des marches de Bretagne.

François de Surienne, dit l'Aragonais, est un capitaine mercenaire spécialisé dans l'attaque-surprise des villes à l'échelle.

Il en a déjà prises 32.

Henri VI Plantagenêt nomme François de Surienne capitaine de Condé-sur-Noireau, Conseiller de son grand conseil, et le fait Chevalier de la Jarretière.

De retour en Normandie, François de Surienne rassemble 600 mercenaires à Condé-sur-Noireau.

Le 19 mars 1449, François de Surienne quitte Condé-sur-Noireau en direction de Fougères.

Dans la nuit du 23 au 24 mars 1449, les Anglais arrivent en vue de la ville.

François de Surienne connaît la place et ses forces, tenu informé par un espion depuis plusieurs mois.

Les Anglais s'approchent alors de murailles avec leurs échelles et sans être aperçus, escaladent les murs sur 2 points.

Le premier groupe s'empare de la ville, le deuxième prend le château.

La garnison qui, en période de paix, ne compte qu'une poignée d'hommes, est capturée.

À l'aube du 24 mars 1449, à 7 heures du matin, les Anglais ouvrent les portes au gros de l'armée, restée à l'extérieur.

Les mercenaires se répandent alors dans la ville.

Les habitants sont, pour beaucoup, massacrés, et la ville est pillée de fond en comble.

Le butin prélevé par les Anglais est extrêmement lourd, près de 2 000 000 d'écus.

La réaction de François Ier le Fratricide n'est pas celle souhaitée par Henri VI Plantagenêt.

Il tente bien d'abord d'ouvrir des négociations et envoie à Fougères Michel de Parthenay, Maréchal de Bretagne, pour traiter avec François de Surienne qui refuse de rendre la place, même lorsqu'on lui propose la libération de Gilles de Bretagne.

François Ier le Fratricide envoie alors un ambassadeur à Edmond Beaufort, Comte de Somerset, commandant de la Normandie mais sans succès.

Edmond Beaufort désapprouve l'action de François de Surienne, mais comme celui-ci a des ordres du Roi, il a laissé faire.

Les négociations ayant échouée, François Ier le Fratricide s'adresse alors à Charles VII de France.

Ce dernier envoie à son tour des ambassadeurs en Angleterre, mais Henri VI Plantagenêt refuse de céder la place, avançant qu'il s'agissait d'un juste punition contre son vassal, en représailles de l'emprisonnement de Gilles de Bretagne.

Une conférence se tient aux Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen, mais n'a aucun résultat.

Il n'y avait désormais plus d'autres issues que la voie des armes.


Portrait Charles VII en 1450 Bataille de Formigny

Bataille de Formigny

Pierre de Brézé Sénéchal de Normandie

Mort de William de la Pole

Prise de Domfront

Charles VII de France resserre l'alliance bretonne, précieuse pour la reconquête de la Normandie.

Le 15 avril 1450, Jean de Dunois et Jean II de Bourbon expulse entièrement les Anglais de la Normandie par la victoire de Formigny et peut reconquérir la basse vallée de la Seine.

Jean V de Bueil sert lors de cette reconquête.

Charles de Bourgogne participe cette campagne.

Pierre de Brézé est nommé Sénéchal de Normandie.

Jean II d'Anjou participe aux sièges de Falaise et de Cherbourg.

Après la reconquête française, le Château de Caen perd définitivement tout intérêt stratégique au plan national.

Edmond Beaufort, Comte de Somerset défend très mal la Normandie.

En quelques mois, il perd tout le comté et doit rentrer en Angleterre

Le Parlement et le Conseil du roi Henri VI Plantagenêt ne pardonnent pas la défaite à William de la Pole.

Le 28 janvier 1450, William de La Pole est arrêté et emprisonné à la Tour de Londres.

William de La Pole est banni pour 5 ans.

Le bateau l'emmenant en France est intercepté par une bande de soldats mécontents appartenant au Duc d'Exeter qui le condamnent à mort.

William de La Pole meurt le 2 mai 1450 décapité.

Les Français reprennent le château Domfront le 2 août 1450.



Edmond Beaufort Conseiller de Henri VI Plantagenêt

En avril 1450, Edmond Beaufort prend la place de William de La Pole comme conseiller du roi et favori de la reine Marguerite d'Anjou.

Cette nomination est cependant contestée par Richard d'York, qui commence à s'aviser que ses droits à la Couronne d'Angleterre sont mieux fondés que ceux de Henri VI Plantagenêt et qui se pose de plus en plus en rival.



Expédition anglaise en Aquitaine

Mais à Bordeaux et dans l'Aquitaine, les sujets de Charles VII de France regrettent très vite les Anglais qui ménageaient leurs droits communaux et leur autonomie. Ils s'en plaignent au Roi, à Bourges, mais celui-ci ne les écoute pas. Les Bordelais rappellent alors les Anglais.

Bien qu'empêtré dans la guerre dynastique des Deux Roses, le Roi Henri VI Plantagenêt expédie 3 000 hommes en Aquitaine sous le commandement de John Talbot, âgé d'environ 70 ans.

Le corps expéditionnaire débarque le 20 octobre 1452 près de Soulac, dans le Médoc, en un lieu encore appelé "l'Anse de l'Anglot". Il reçoit bientôt 2 000 hommes en renfort.

Il occupe rapidement toute la province.



Edmond Tudor Comte de Richmond

Edmond Tudor est le demi-frère d'Henri VI Plantagenêt, qui le reconnaît comme tel et le nomme Comte de Richmond en 1452.


Bataille de Castillon La France en 1453

Bataille de Castillon

Mort de John Talbot

Fin de la guerre de Cent Ans

Mort de Jacques Ier de Chabannes Seigneur de La Palice, Charlus, Curton, Madic, Montaigu-le-Blin, Rochefort et Châtel-Perron

Le 27 juin 1453, Jacques Ier de Chabannes prend Chalais.

Le 17 juillet 1453, l'armée de Charles VII de France se heurte au corps expéditionnaire anglais sur les bords de la Dordogne, à quelques centaines de mètres des murailles du village de Castillon.

Les Français ne comptent pas moins de 10.000 hommes et 300 bouches à feu, sous le commandement de Jean de Dunois et des frères Bureau.

Jacques Ier de Chabannes, Joachim Rouhault, Charles de Bourgogne, Jean V de Bueil, André de Montfort-Laval et Charles IV d'Anjou participent à cette campagne.

Jacques Ier de Chabannes est blessé.

Les Bretons servent à Castillon, non plus sous les ordres d'Arthur III de Bretagne mais commandés par François II de Bretagne, jeune Comte d'Étampes.


Première utilisation rationnelle de l'artillerie

Survenant quelques semaines après la chute de Constantinople aux mains des Turcs, la bataille de Castillon passe presque inaperçue des contemporains. Elle n'en marque pas moins l'Histoire militaire par le triomphe de l'artillerie. Employée pour la première fois de façon rationnelle et systématique en rase campagne, l'artillerie assure la victoire des troupes françaises. La chevalerie n'est plus la reine des batailles !

La bataille se solde par un total de 9.000 morts, blessés et prisonniers.

John Talbot est tué par un boulet et son fils meurt aussi durant ce combat.

Le nom de Talbot provoquait un sentiment de peur chez les Français. Le nom de Talbot fut prononcé par les mères de famille pour effrayer les enfants indociles.

A l'inverse de son rival John Fastolf, il fut un piètre tacticien. Selon Thomas Basin, il fut un homme courageux, mais si l'on étudie sa carrière militaire on se rend compte qu'il refusait tout combat avec l'ennemi. Les deux batailles qu'il a livré furent un désastre : la bataille de Patay et la bataille de Castillon.

Les Anglais sont obligés de rembarquer. Ils renoncent à jamais à l'Aquitaine et aux possessions continentales de la dynastie royale des Plantagenêt.

La bataille met un terme définitif à la guerre de Cent Ans. Charles VII de France a l'habileté de confirmer les privilèges et d'empêcher toute réaction contre les anciens fidèles d'Henri VI Plantagenêt. Rares sont ceux qui jugent opportun de fuir en Angleterre.

Le village de Castillon est depuis appelé Castillon-la-Bataille.



Folie de Henri VI Plantagenêt

Naissance d'Édouard de Lancastre

Le 10 août 1453, lors d'un accident, Henri VI Plantagenêt devient fou, incapable d'assumer ses fonctions. Marguerite d'Anjou détient le pouvoir après le début de la maladie mentale du roi.

Richard d'York prétend au trône et contesté l'autorité de Henri VI Plantagenêt.

Édouard de Lancastre naît au palais de Westminster à Londres le 13 octobre 1453, fils d'Henri VI Plantagenêt et de Marguerite d'Anjou.

Edmond Beaufort et James Butler sont tous deux suspectés d'être le père.

Finalement la légitimité de la paternité d'Henri VI Plantagenêt est publiquement reconnue.



Richard d'York Lord Protecteur

Édouard de LancastrePrince de Galles

En février 1454, du fait de la maladie d'Henri VI Plantagenêt, Richard d'York convoque un Parlement qui le nomme Lord Protecteur.

Richard d'York renonce à cette position après le rétablissement du roi.

Édouard de Lancastre est investi comme prince de Galles au château de Windsor en 1454.



Reprise du pouvoir par Henri VI Plantagenêt

Libération d'Edmond Beaufort

Première bataille de St-Albans

Début de la Guerre des Deux-Roses

Mort d'Edmond Beaufort

Richard d'York rassemble graduellement des forces prêtes à prendre son parti.

Au début de 1455, partiellement guéri, Henri VI Plantagenêt reprend le pouvoir et libère Edmond Beaufort, son ancien lieutenant. Celui-ci, appuyé par Marguerite d'Anjou, la reine, convoque aussitôt un grand conseil en vue de pourvoir à la sûreté du roi contre ses ennemis.

Se sentant menacé, Richard d'York marche sur Londres.

Le 22 mai 1455, les troupes royales, commandées par Edmond Beaufort, sont battues à la première bataille de St-Albans, première bataille de la Guerre des Deux-Roses.

Edmond Beaufort est tué pendant le combat et Henri VI Plantagenêt, blessé, est fait prisonnier.

Richard d'York est le maître de l'heure.

Au cours d'une discussion dans les jardins du Temple, Edmond Beaufort et Richard d'York auraient cueilli, l'un une rose rouge, l'autre une rose blanche. La Guerre des Deux-Roses tire son nom de cette histoire. La rose rouge devint l'emblème des Lancastre, la blanche celle des York.

Cependant, Richard d'York est bientôt forcé de faire marche-arrière et de se réconcilier avec le roi Henri V Plantagenêt I.

Quatre années passent ainsi dans un climat de paix extrêmement fragile.



Naissance d'Henri VII Tudor

Henri VII Tudor naît le 28 janvier 1457 au château de Pembroke, au Pays de Galles, deux mois après la mort de son père, fils d'Edmond Tudor, comte de Richmond, demi-frère du roi Henri VI Plantagenêt, et de Margaret Beaufort.



Bataille de Northampton

Act of Accord

Le 10 juillet 1460, dans le cadre de la guerre des Deux Rose, Henri VI Plantagenêt est capturé par les partisans de Richard d'York à la bataille de Northampton, et est emmené à Londres.

Richard d'York est dissuadé, notamment par Richard Neville, de réclamer le trône immédiatement.

Le Parlement juge la revendication des Yorks supérieure à celle des Lancastres passe l'Act of Accord qui stipule que :

Édouard de Lancastre est ainsi déshérité.

Marguerite d'Anjou et Édouard de Lancastre se réfugient dans le Cheshire, refusent l'Acte d'Accord et poursuivent la guerre.



Bataille de Wakefield

Mort de Richard d'York

Mort d'Edmond d'York

Mort de Richard Neville 5e Comte de Salisbury

Richard Neville 6e Comte de Salisbury

Dans le cadre de la guerre des Deux Rose, le 30 décembre 1460, la bataille de Wakefield oppose les partisans de Richard d'York aux troupes d'Henri VI Plantagenêt.

Richard d'York meurt durant ce combat. Richard d'York est inhumé à Pontefract.

Edmond d'York et Richard Neville sont capturés.

Edmond d'York et Richard Neville meurent le 31 décembre 1460 décapités.

Richard Neville, son fils, devient 6e Comte de Salisbury.

Les têtes Richard d'York, d'Edmond d'York et de Richard Neville sont plantées sur des pieux aux portes de la ville d'York, sur ordre de Marguerite d'Anjou.

Plus tard, le reste de la dépouille Richard d'York sera transporté à l'église de Fotheringhay.


Louis XI Louis XI

Mort de Charles VII de France Roi de France

Joachim Rouhault de Gamaches Maréchal de France

Louis XI de France Roi de France

Pierre de Brézé prisonnier

Jean de Montauban Amiral

Charles VII de France meurt à Mehun-sur-Yèvre le 22 juillet 1461.

Joachim Rouhault de Gamaches, Seigneur de Bois-menard, est fait Maréchal de France le 3 août 1461 par Louis XI de France.

Louis XI de France apprend la mort de son père au château de Genappe, propriété du duc de Bourgogne.

Il cache mal sa joie de devenir Roi.

Les obsèques royales de Charles VII de France sont célébrées le 8 août 1461 à Saint-Denis.

Louis XI n'y assiste pas.

Louis XI revient en France. Olivier Le Daim l'accompagne.

Le 15 août 1461, Jean II Jouvenel des Ursins sacre Louis XI de France Roi de France en la cathédrale de Reims.

Louis XI de France entre solennellement dans Paris le 30 août 1461.

Joachim Rouhault tient le rang de grand écuyer lors de cette l'entrée.

Philippe III le Bon est remarqué avec son escorte comptant pour la moitié du cortège, et comprenant une troupe en armes.

Le nouveau roi ne demeure pas longtemps à Paris. Dès le 25 septembre 1461, Louis XI de France s'installe à Tours, ville gagnée à sa cause.

A son arrivée au pouvoir, la France est un ensemble de fiefs qui doivent hommage au Roi.

Louis XI veut abattre les fiefs de Bretagne et de Bourgogne qui représentent des dangers pour l'unité française.

François II de Bretagne :

François II de Bretagne rend l'hommage simple - et non lige, au roi de France et Louis XI n'y voit étonnamment rien à redire.

Voulant restaurer le pouvoir royal, Louis prend rapidement ses distances avec le duc de Bourgogne.

Favori de Charles VII de France, Jean II de Bourbon doit subir la haine de Louis XI après l'avènement de ce dernier. Louis XI lui retire le gouvernement de la Guyenne.

Louis XI congédie les conseillers de son père comme Thomas Basin, et s'entoure de ses fidèles comme son conseiller Philippe de Commynes

Jean V de Bueil perd son titre d'amiral au profit de Jean de Montauban, et est forcé de se retirer de la Cour royale.

Pierre de Brézé prépare une expédition en faveur de Marguerite d'Anjou épouse de Henri VI Plantagenêt quand l'avènement de Louis XI le fait tomber en disgrâce

Pierre de Brézé est emprisonné pendant un moment.

Louis XI commence à tenir rigueur à Gaston IV de Foix-Béarn de sa fidélité à Charles VII de France mais renonce à son animosité, espérant utiliser Gaston pour retirer des avantages de la guerre civile ravageant le royaume d'Aragon.


Élisabeth Woodville - vers 1471 – Oxford - Ashmolean Museum

Mariage d'Édouard IV d'York avec Élisabeth Woodville

Élisabeth Woodville est veuve de John Grey of Groby, un chevalier lancastrien et mère de deux enfants.

Édouard IV d'York épouse le 1er mai 1464 Élisabeth Woodville, suivante de la maison de Lancastre. Leurs enfants sont :

Ce mariage est un désastre pour le royaume. Il est à l'origine d'un profond désaccord avec son ami, Richard Neville qui l'a pourtant aidé à arriver au trône.

Édouard IV d'York a tendance à favoriser la famille d'Élisabeth Woodville.

Élisabeth Woodville marie :

Anthony Woodville, le 2e Comte Rivers, frère d'Élisabeth Woodville, devient une personnalité très influente à la cour.

Richard Neville qui se retrouve sans amis à la cour, décide de donner son allégeance à Henri VI Plantagenêt, prisonnier à la Tour de Londres.



Henri VI Plantagenêt à nouveau Roi d'Angleterre

Richard Neville Lord High Admiral à la tête de la flotte

Exil d'Édouard IV d'York

Richard Neville et la reine Marguerite d'Anjou rentrent en Angleterre avec une armée. Henri VI Plantagenêt est restauré sur le trône le 30 octobre 1470.

Richard Neville exercera la fonction de Lord High Admiral à la tête de la flotte, à partir de ce moment jusqu'à sa mort.

Édouard IV d'York s'enfuit en Hollande.


Bataille de Tewkesbury

Bataille de Tewkesbury

Mort d'Édouard de Lancastre

Mort de Edmond Beaufort le jeune Duc de Somerset

Marguerite d'Anjou prisonnière

L'armée de Marguerite d'Anjou est commandée par Edmond Beaufort le Jeune, Duc de Somerset, son dernier commandant aguerri.

Le 4 mai 1471, il veut traverser la rivière Severn à Gloucester. L'accès lui est refusé par le gouverneur yorkiste de la ville et du château de Gloucester, Sir Richard Beauchamp.

Les yorkistes arrivent à marches forcées sur une position préparée pour les 6 000 hommes. Ils sont supérieurs en artillerie mais légèrement moins nombreux.

Somerset se trompe dans ses positions de bataille suffisamment pour permettre au jeune frère du roi, Richard III d'York, Duc de Gloucester, d'attaquer son flanc. La panique s'installe parmi les lancastriens qui battent en retraite.

Edmond Beaufort, Duc de Somerset, aurait tué l'un de ses propres commandants, le seigneur Wenlock, comme punition pour son manque d'initiative. Wenlock était un ancien capitaine yorkiste.

Dans un champ connu comme le "pré sanglant", environ la moitié des forces Edmond Beaufort est massacrée. D'autres se réfugièrent dans l'abbaye. L'abbé qui célèbre une messe demande leur grâce mais beaucoup sont traînés à l'extérieur et égorgés.

Tous les chefs, incluant Edmond Beaufort le Jeune, sont exécutés sommairement peu après. Marguerite d'Anjou et sa belle-fille Anne Neville sont enfermées à la Tour de Londres où Henri VI Plantagenêt est déjà emprisonné.

Édouard de Lancastre, fils d'Henri VI Plantagenêt, meurt durant la bataille.

Il est le seul héritier présomptif au trône anglais mort dans une bataille.



Mort d'Henri VI Plantagenêt Roi d'Angleterre

Édouard IV d'York à nouveau Roi d'Angleterre

Édouard V d'York Prince de Galles

Henri VI Plantagenêt et Édouard meurt à la tour de Londres le 27 mai 1471, mis à mort en secret.

Édouard IV d'York redevient Roi d'Angleterre en mai 1471.

Édouard V d'York devient prince de Galles en 1471.



Mort de Marguerite d'Anjou

Marguerite d'Anjou, veuve d'Henri VI Plantagenêt, meurt le 25 août 1482 au Château de Dampierre à Saumur.

Elle est inhumée à la Cathédrale d'Angers.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !