Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



40 événements affichés, le premier en 1380 - le dernier en 1437



Mariage d'Henri IV de Lancastre avec Marie de Bohun

Jean de Gand marie son fils. Henri de Bolingbroke épouse au château d'Arundel le 18 mars 1380 ou 1381 Marie de Bohun, fille d'Humphrey de Bohun, Comte de Hereford, d'Essex et de Northampton. Leurs enfants sont :


Mariage de Charles VI avec Isabeau de Bavière Isabeau de Bavière avec Christine de Pisan

Mariage de Charles VI le Fou avec Isabeau de Bavière

Charles VI le Fol épouse à la cathédrale d'Amiens le 17 juillet 1385 Isabeau de Bavière, fille d'Étienne III de Bavière et de Thadée Visconti. Leurs enfants sont :



Naissance d'Henri V de Lancastre

Henri V naît au château de Monmouth au Pays de Galles le 9 août ou 16 septembre 1387, fils du roi Henri IV de Lancastre et de Marie de Bohun. Henri Beaufort élève Henri V, son petit neveu.



Négociations pour le mariage d'Henri V de Lancastre avec Marie de Bretagne

En 1395, des négociations ont lieu en vue d'un éventuel mariage du jeune Henri V de Lancastre avec Marie, fille de Jean IV, Duc de Bretagne.



Exil d'Henri IV de Lancastre

Recherchant l'absolutisme, Richard II d'Angleterre confisque les possessions du duché de Lancastre et bannit à vie du royaume Henri IV de Lancastre, son cousin pour 10 ans. La peine est finalement ramenée à 6 ans. Il quitte Londres le 13 octobre 1398. Richard II d'Angleterre prend Henri V de Lancastre, fils d'Henri IV, à sa charge et le traite avec bienveillance.



Richard II d'Angleterre en l'Irlande

Fin mai 1399, Richard II d'Angleterre s'embarque pour l'Irlande. Il emmène avec lui le jeune Henri V de Lancastre. Richard II d'Angleterre l'emprisonne au château de Trim, à quelques 30 miles de Dublin.


Henri IV de Lancastre - anonyme - National Portrait Gallery

Retour d'exil de Henri IV de Lancastre

Retour Richard II d'Angleterre en Angleterre

Abdication de Richard II d'Angleterre Roi d'Angleterre

Henri IV de Lancastre Roi d'Angleterre

Henri V Prince de Galles, Duc de Cornouailles et de Guyenne et Comte de Chester,

Henri V de Lancastre Duc de Lancastre

Le 4 juillet 1399, Henri IV de Lancastre revient d'exil et débarque à Ravenspur en Angleterre.

Le 27 juillet 1399, Richard II d'Angleterre débarque dans le Pays de Galles.

Le 19 août 1399, Henri IV de Lancastre et Richard II d'Angleterre trouve un compromis. Lancastre sera le steward du royaume jusqu'à la mort de Richard.

Le 23 août 1399, Arundel, l'archevêque de Canterbury, est nommé chancelier.

Le 3 septembre 1399, John Norbury, Écuyer, est nommé trésorier.

Le 5 septembre 1399, Arundel est remplacé à la chancellerie par John Scarle, Archidiacre de Lincoln.

Abandonné par les siens, Richard II d'Angleterre doit abdiquer le 29 septembre 1399. Enfermé à la Tour de Londres, Richard II d'Angleterre est condamné à la détention perpétuelle.


Naissance de l'antagonisme entre la maison de Lancastre et la maison York

L'antagonisme entre la maison de Lancastre et la maison York naît en 1399. D'après les lois de succession la couronne aurait dû passer aux descendants mâles de Lionel d'Anvers, le deuxième fils d'Édouard III d'Angleterre. D'ailleurs, Richard II d'Angleterre avait désigné comme héritier présomptif Roger Mortimer, Comte de March, petit-fils de Lionel d'Anvers. Henri de Bolingbroke descend lui de Jean de Gand, le troisième fils d'Édouard III. Ses droits à la couronne sont donc discutables.

Le 30 septembre 1399. Henri IV de Lancastre, lors de la réunion du parlement, revendique la couronne d'Angleterre. Il est accepté car le gouvernement de Richard II d'Angleterre avait été extrêmement impopulaire.

En septembre 1399 le jeune Henri V de Lancastre revient d'Irlande.

Le 13 octobre 1399, Henri de Bolingbroke est couronné roi d'Angleterre à Londres sous le nom d'Henri IV de Lancastre.

Le 15 octobre 1399, le parlement accepte que Henri V de Lancastre soit crée Prince de Galles, Duc de Cornouailles et Comte de Chester.

Puis, les Communes l'acceptent comme héritier de son père, en cas de décès du roi.

Le 16 octobre 1399, sur la requête de Thomas Arundel, archevêque de Canterbury, le Prince est crée Duc de Guyenne.

Le 29 octobre 1399, Henry Percy est désigné Justiciar de Chester et du nord du Pays de Galles.

Le 10 novembre 1399, Henri IV de Lancastre propose que le titre de Duc de Lancastre, avec tous ses anciens privilèges, soit porté par le Prince de Galles, indépendamment de la couronne d'Angleterre.

Nombre de conseillers de Richard II sont arrêtés, parmi lesquels Thomas Holland.

Il doit renoncer aux terres et aux titres qu'il a acquis après les arrestations du duc de Gloucester et du comte d'Arundel, et redevint simplement comte de Kent.

Édouard de Norwich est aussi dépossédé de son titre de Comte Aumale.



Henri V de Lancastre Gouverneur du Pays de Galles

A partir d'octobre 1400, l'administration du Pays de Galles est conduite au nom d'Henri V de Lancastre.



Bataille de Glendower

Âgé de 14 ans, Henri V de Lancastre combat les Gallois à Glendower en 1401.



Bataille de Shrewsbury

En 1403, Henri IV de Lancastre vainc Henry Percy à la bataille de Shrewsbury.

Henri V de Lancastre, son fils, est de fait aux commandes des forces anglaises et combat contre Harry Hotspur à Shrewsbury. Le prince âgé de 16 ans est presque tué par une flèche reçue au visage. Un soldat ordinaire aurait été laissé pour mort avec une telle blessure, mais Henri peut bénéficier des meilleurs soins possibles et, pendant les jours qui suivent, le médecin royal conçoit un outil spécial pour extraire la pointe de la flèche sans causer de dommages supplémentaires. L'opération est couronnée de succès, et donne probablement au prince une cicatrice permanente.



Révolte galloise

La révolte galloise menée par Owen Glendower occupe Henri V de Lancastre jusqu'en 1408.



Henri V de Lancastre au pouvoir en Angleterre

À cause de la mauvaise santé du roi Henri IV de Lancastre, Henri V de Lancastre commence à jouer un rôle politique plus important. À partir de janvier 1410, aidé par ses oncles Henri Beaufort et Thomas Beaufort, fils légitimés de Jean de Gand (John of Gaunt), Henri V de Lancastre dirige de fait le pays.



Querelle entre Henri IV de Lancastre et Henri V de Lancastre

Les opinions d'Henri V de Lancastre, en politique étrangère et locale, différent de celles du roi Henri IV de Lancastre, qui le renvoie du conseil en novembre 1411.



Lutte pour le pouvoir en Angleterre

En 1412, profitant de la maladie d'Henri IV de Lancastre, deux factions se disputent le pouvoir :

C'est d'abord Henri V de Lancastre qui semble l'emporter mais, voulant écarter définitivement Henri IV Lancastre du trône, ce dernier l'écarte du pouvoir.

Pendant quelques mois, Thomas de Lancastre est maître de l'Angleterre.


Henri V de Lancastre Henri V de Lancastre

Mort d'Henri IV de Lancastre Roi d'Angleterre

Henri V de Lancastre Roi d'Angleterre

Henri IV de Lancastre meurt de la lèpre à l'abbaye de Westminster le 20 mars 1413. Son corps devait être transporté à Cantorbéry ou Canterbury mais le cercueil tombe à l'eau et est perdu.

Thomas de Lancastre est à Bordeaux lorsqu'il apprend la mort de son père.

Henri V devient Roi d'Angleterre le 20 mars 1413.

Thomas de Lancastre rentre aussitôt en Angleterre prêter allégeance à son frère Henri V de Lancastre.

Celui-ci ne semble pas lui en avoir voulu de sa récente prise du pouvoir et Thomas de Lancastre, désormais, lui sera d'une fidélité sans faille jusqu'à la fin.

Sans passé embarrassant, ni dangereux rivaux, Henri V de Lancastre peut mettre en œuvre son expérience. Il doit s'occuper :

Henri V de Lancastre s'attaque simultanément aux 3 fronts et fait immédiatement comprendre qu'il dirigera l'Angleterre comme un nation unie, et que les différences du passé doivent être oubliées.

Le roi Richard II d'Angleterre est enterré avec les honneurs dus à son rang. Le jeune Mortimer devient favori. Les héritiers des nobles qui ont pâti du règne précédent récupèrent graduellement leurs titres et propriétés.



Mécontentement des Lollards

La fermeté d'Henri V de Lancastre écrase dans l'œuf le mouvement de mécontentement des Lollard en janvier 1414, et conforte sa place sur le trône.



Reprise de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons

Dénonciation de la trêve avec la France

Henri V de Lancastre demande la main de Catherine

En 1414, la guerre reprend de plus belle.

Henri V de Lancastre profite de la folie du Roi Charles VI le Fou et des querelles entre les membres du Conseil de Régence, Armagnacs et Bourguignons, pour dénoncer la trêve conclue en 1396 entre Richard II d'Angleterre et Charles VI le Fou. En août 1414, il demande à Charles VI le Fou la main de sa fille Catherine et la succession du trône de France !



John Talbot Lieutenant en Irlande

En 1414, Henri V de Lancastre nomme John Talbot Lieutenant en Irlande, mais des différents l'opposent au duc d'Ormonde.



Jean de Lancastre Duc de Bedford et Comte de Richmond

Jean de Lancastre est nommé Duc de Bedford et Comte de Richmond par son frère Henri V de Lancastre en 1414 ou 1415.



Conspiration contre Henri V de Lancastre

Mort de Richard de Consiburgh Comte de Cambridge

En juin 1415, un complot contre Henri V de Lancastre, impliquant Henry Scrope et Richard de Consiburgh, Comte de Cambridge, fils d'Edmond de Langley, échoue.

Richard de Conisburgh meurt à Southampton, exécuté pour trahison.


Cheminement de Henri V – pointillés rouges

Prise d'Harfleur

William de La Pole Blessé

Jean de Lancastre Lieutenant général d'Angleterre

La demande d'Henri V de Lancastre à Charles VI le Fou de la main de Catherine et de la succession du trône de France n'a pas abouti.

Le mardi 13 août 1415, la flotte d'Henri V de Lancastre, forte de 1 600 navires, accoste en vue de Chef-de-Caux près de l'estuaire de la Seine.

Il débarque son armée et son artillerie le 14 août 1415.

Il entreprend le siège d'Harfleur le 18 août 1415 avec 6 000 hommes d'armes et 24 000 archers.

La ville d'Harfleur demande de l'aide à l'armée française stationnée à Vernon et essuie un refus.

Thomas Montaigu participe au siège.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam est fait prisonnier par les Anglais lors de ce siège après une défense courageuse.

Après un mois de siège, le 22 septembre 1415, la ville d'Harfleur se rend.

William de La Pole est sérieusement blessé lors du siège. Son père est tué.

Arthur III de Bretagne rejoint alors le dauphin Louis de France à la tête d'un fort contingent d'hommes d'armes bretons.

Jean de Lancastre est nommé Lieutenant général d'Angleterre pendant la campagne d'Henri V de Lancastre, son frère, en France.


Bataille d'Azincourt - miniature du XVe siècle

Bataille d'Azincourt

Mort de Philippe de Bourgogne Comte de Nevers et de Rethel

Mort d'Antoine de Bourgogne

Mort de Philippe de Bourgogne

Mort de Ferry Ier de Vaudémont

Mort de Guillaume IV de Melun

Mort de Jacques de Créqui

Mort de Jean de Créquy

Mort de Raoul de Créquy

Mort de Jean Ier d'Alençon Duc d'Alençon

Mort de Charles Ier d'Albret, Comte de Dreux

Mort de Charles de Montagu

Mort de Ferry Ier de Vaudémont

Mort de Robert de Bar

Mort de Jean de Tilly

Mort de Jean VI de Pierrepont

Mort de Jean de Craon

Mort de Philibert de Bauffremont Chambellan de Bourgogne

Mort de Jean de Bauffremont

Mort de Jean Ier de Garencières Seigneur de Massy, de Croisy et de Cierray

Mort de Jean IV de Bueil

Mort de Robert de Chabannes

Mort de Pierre II d'Orgemont

Mort d'Hugues VII du Bellay Seigneur de Langey, du Bellay et de Gizeux

William de La Pole Comte de Suffolk

Jean II le Meingre Prisonnier

Jean Ier de Bourbon Prisonnier

Charles Ier d'Orléans Prisonnier

Mort d'Édouard de Norwich

Richard d'York Duc d'York

Louis Ier de Bourbon-Vendôme Prisonnier

Robert de Willughby Comte de Vendôme

Henri V de Lancastre prévoit de transformer Harfleur en colonie anglaise. Il laisse une garnison.

Henri V de Lancastre quitte Harfleur le 7 octobre 1415 avec le reste de son armée chargés de butin en vue de gagner Calais en vue de s'y retrancher en attendant de prendre l'offensive au printemps suivant avec l'aide de son allié, Jean sans Peur, Duc de Bourgogne.

Philippe de Bourgogne refuse de suivre Jean sans Peur, son frère, quand celui-ci cherche à composer avec les Anglais qui envahissent le royaume.

Henri V de Lancastre remonte par la rive gauche de la Somme, en vue de trouver un pont ou un gué mal défendu.

Entre temps, Charles VI le Fou, Roi de France, a convoqué le ban et l'arrière-ban de son armée, selon la vieille coutume féodale. Charles II de Lorraine ne répond pas à l'appel du roi.

Les chevaliers français groupés autour de la faction des Armagnacs dont Charles Ier d'Orléans vont à la rencontre d'Henri V de Lancastre pour lui couper la route pendant que le Roi et son fils, le Dauphin, sont restés à Rouen par prudence.

Le Connétable Charles Ier d'Albret et le Maréchal Jean II Le Meingre sont commandant en titre de l'armée française. Mais ils ne peuvent exercer un contrôle effectif des opérations face à des nobles plus puissants.

Les Français, qui ont l'avantage du nombre (50.000 combattants contre 15.000 !), dédaignent d'écouter les conseils de Jean Ier de Berry, oncle du Roi. Ils décident d'attaquer les Anglais à Azincourt, au nord de la Somme, en un lieu très étroit où il leur est impossible de se déployer. Ils passent une nuit sur le dos de leur monture, faute de pouvoir dormir sur le sol détrempé par plusieurs jours de pluie.

Le 25 octobre 1415, ils chargent les lignes de pieux derrière lesquelles sont solidement retranchés les archers anglais. Ils ne daignent pas attendre la piétaille, en particulier les piqueurs et les arbalétriers génois.

Ils sont par ailleurs encombrés par des armures qui atteignent jusqu'à 20 kilos. Leurs chevaux, eux-mêmes caparaçonnés de plaques de fer et de cuir bouilli, peinent à se déplacer. Comme à Crécy, ils ont par ailleurs le soleil dans les yeux, preuve que l'expérience ne leur a pas servie. Dans la panique face aux volées de flèches, beaucoup de chevaliers chutent de cheval. Les archers anglais lâchent leurs grands arcs et se ruent sur les chevaliers, les frappant de leurs épées et de leurs haches. La plupart des prisonniers (1 700 environ) sont égorgés par les archers sur ordre d'Henri V de Lancastre qui veut ainsi décapiter la faction des Armagnacs. Il ne se soucie pas de garder vivants "la fleur de la chevalerie française" pour les échanger contre rançon selon l'ancienne coutume féodale.

Durant le Moyen Âge, beaucoup d'Anglais s'enrôlent de façon saisonnière, les campagnes se terminent à peu près à temps pour qu'ils puissent participer aux récoltes d'automne!

Seuls les archers et les chevaliers sont des soldats de métier, encore que les nobles voient d'un mauvais œil la présence de ce corps de roturiers, qu'ils considérent comme une atteinte à leurs privilèges de classe. Le corps des francs-archers anglais souffre de deux faiblesses :

Malgré le coût modique du longbow anglais (arc long), l'entraînement intensif des archers est en réalité extrêmement onéreux, car ces soldats de métier sont rémunérés en permanence.

Aussi aucun pays d'Europe n'a autant recours aux archers que l'Angleterre pendant le Moyen-Âge.

Les pertes, énormes du côté français, près de 10 000 hommes contre 1 600 du côté anglais, font d'Azincourt l'une des batailles les plus meurtrières du Moyen Âge occidental.

Participent à la bataille d'Azincourt :

Arrivé après le début de la bataille, mais voulant à tout prix se joindre aux combats, Antoine de Bourgogne passe une armure improvisée et utilise sa bannière comme vêtement à ses couleurs.

Jean Ier de Foix ne prend pas part à la bataille.

Meurent au combat :

Charles Ier d'Orléans, neveu du Roi Charles VI le Fou et chef des Armagnacs, n'est pas égorgé comme ses compagnons d'armes mais est fait prisonnier.

Jean II le Meingre, Jean Ier de Bourbon, Charles d'Artois et Jean VII d'Harcourt sont fait prisonnier.

Jacques II d'Harcourt est fait prisonnier

Jean Ier de Bourbon restera prisonnier à Londres jusqu'à sa mort.

Charles Ier de Bourbon a à gérer les domaines de son père.

Arthur III de Bretagne, prisonnier, est incarcéré au château de Fotheringay. Il restera 5 ans en Angleterre.

Louis Ier de Bourbon-Vendôme est fait prisonnier par les Anglais à la bataille d'Azincourt en 1415.

Sa troisième captivité dure 13 ans

Jean de Lancastre attribue le comté de Vendôme à Robert de Willughby un de ses capitaines,.

Thomas Montaigu participe à la bataille, ainsi que John Fastolf, commandement de 10 hommes d'armes et de 30 archers, en qualité de capitaine d'Harfleur.

Richard Woodville porte durant le combat attaché à sa lance, l'étendard Henri V de Lancastre, une queue d'écureuil. Après la Bataille, Richard Woodville est adoubé chevalier.

Michel, frère aîné de William de La Pole, meurt lors du combat. William de La Pole devient Comte de Suffolk.

Édouard de Norwich meurt durant la bataille d'Azincourt. Richard d'York hérite de son oncle et prend le titre de Duc d'York.

Le désastre d'Azincourt relance la guerre de Cent Ans et signe la mort de la chevalerie féodale.

Pierre de Bauffremont, neveu de Jean de Bauffremont, hérite du château de Montfort.



Conquête de la Normandie par Henri V de Lancastre

Prise de Caen

Siège de Rouen

John Fastolf Gouverneur de Condé-sur-Noireau

En 1417, Henri V de Lancastre avec Thomas de Lancastre conquiert Normandie avec l'appui d'Isabeau de Bavière et du duc de Bourgogne.

La domination maritime est assurée en chassant les Génois, alliés des Français, de la Manche.

La Basse-Normandie est rapidement conquise. Henri V de Lancastre prend de la ville et le château de Caen.

Le réaménagement du Château de Caen cesse alors totalement

Rouen coupée de Paris et assiégée.

Les Français sont paralysés par des conflits entre les Bourguignons et les Armagnacs.

Henri V de Lancastre joue habilement de ces dissensions pour les monter les uns contre les autres, sans relâcher son effort de guerre.

Jacques II d'Harcourt est fait encore prisonnier des Anglais en voulant secourir la ville de Rouen

Henri V de Lancastre remet aussi sur le tapis le projet d'épouser Catherine de Valois, fille du Roi de France Charles VI le Fou et d'Isabeau de Bavière.

En 1417, John Fastolf est nommé gouverneur de Condé-sur-Noireau.


Martin V Martin V

Fin du Grand Schisme d'Occident

Traité de Canterbury

Concile de Constance

Martin V Pape

Henri V de Lancastre partage avec Sigismond Ier de Luxembourg la responsabilité d'avoir mis fin au Grand Schisme en obtenant l'élection du Pape Martin V.

Le Traité de Canterbury ouvre la voie pour la fin du Schisme de l'Église.

Par son décret Frequens du 9 octobre 1417, le concile de Constance se déclare institution permanente de l'Église, devant se réunir périodiquement et chargé du contrôle de la papauté.

Jean Allarmet de Brogny fait campagne pour Martin V.

Jean de La Rochetaillée est un des 6 prélats français électeurs qui choisissent Martin V comme pape.

Oddone Colonna est élu 204e pape lors du concile de Constance le 11 novembre 1417 sous le nom de Martin V, en hommage à Martin de Tours, dont la fête était célébrée le jour de son élection.

Pierre de Foix a un rôle important, pendant et après le Concile de Constance auprès de Benoît XIII, réfugié à Peniscola, et auprès de ses partisans en particulier aragonais.

Pierre de Foix contribue à l'élection.

Consacré le 21 novembre 1417 par le président du Concile, le cardinal Jean Allarmet de Brogny, il met fin au grand schisme d'Occident, sans toutefois parvenir à contenir un schisme minoritaire de l'Église d'Avignon.



La Normandie occupée

Prise de Pontoise

John Talbot en France

Le 19 janvier 1419, les habitants de Rouen, après avoir longtemps attendu des secours, se résignent à livrer leur ville à Henri V de Lancastre.

Henri V de Lancastre met Pontoise sous sa domination.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam ne peut tenir Pontoise face aux anglais et doit quitter la ville.

L'armée d'Henri V de Lancastre menace Paris.

Le Mont Saint-Michel est alors la seule ville de Normandie qui résiste à l'occupant.

Craignant la puissance anglaise, Robert Jollivet offre ses services à Henri V de Lancastre.

En 1419, John Talbot débarque en France où il participe à de nombreux combats.



Tentative de réconciliation entre Jean sans Peur et le dauphin Charles

Prise de Poissy par les Anglais

Jean sans Peur, chef du parti bourguignon, et Charles VII de France, le dauphin, chef du parti armagnac, voudraient l'un et l'autre se défaire des Anglais qui se font de plus en plus envahissants.

Après de sanglantes querelles, ils semblent disposer à mettre fin à leur rivalité qui ruine la France et ne sert que les intérêts d'Henri V de Lancastre, Roi d'Angleterre,.

En 1419, Pierre II de Giac et Jeanne de Naillac, son épouse sont à la cour de Bourgogne. Jeanne de Naillac est la maîtresse de Jean sans Peur, Pierre II de Giac est conseiller.

Jean sans Peur et Charles VII de France se rencontrent une première fois le 8 juillet 1419 à Pouilly-le-Front.

Ils se rencontrent à nouveau le 11 juillet 1419.

Pierre II de Giac et Jeanne de Naillac sont présents aux entrevues de l'été avec le dauphin.

Le 19 juillet, un Te Deum célèbre à Paris la prochaine réconciliation.

Mais celle-ci est différée par une attaque des Anglais qui, progressant le long de la Seine, s'emparent de Poissy le 31 juillet 1419.

Les anglais menacent Paris en août 1419.

Jean sans Peur fait évacuer la famille royale sur Troyes, à l'Est.



Jean de Villiers de L'Isle-Adam Prisonnier à la Bastille

Ayant déplu à Henri V de Lancastre lors d'une entrevue, Jean de Villiers de L'Isle-Adam est arrêté par Thomas Beaufort en 1420 et enfermé à la Bastille.

Le peuple de Paris prend les armes pour exiger, sans succès, sa libération.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam est destitué de sa charge de maréchal.



Enlèvement de Jacqueline de Bavière

En 1420, Jean de Robersart, seigneur d'Escaillon et de Bruilles, enlève Jacqueline de Bavière, pour la conduire en Angleterre.

Henri V de Lancastre lui donne, entre autres, la ville de Saint-Sauveur-le-Vicomte.



Alliance des Bourguignons et des Anglais

Traité de Troyes

Charles VII de France déshérité

Henri V de Lancastre Héritier de la couronne de France

Charles VII de France, dauphin et régent en raison de la folie de son père, poursuit le combat contre les Anglais à la tête des Armagnacs.

Philippe III le Bon, animé par le désir de venger Jean sans Peur, son père, n'hésite plus à s'allier avec Henri V de Lancastre contre le Dauphin Charles VII de France.

L'empereur d'Allemagne, Sigismond Ier de Luxembourg, arbitre aussi en faveur de l'Anglais dans la rivalité dynastique qui partage la France.

Isabeau de Bavière et Charles VI le Fou négocient durant 6 mois avec les Anglais.

Philippe de Morvilliers est le principal artisan de la conclusion du traité de Troyes.

Pierre Cauchon participe aux pourparlers.

Le traité est signé le 21 mai 1420 dans la cathédrale de Troyes. Philippe III le Bon représente les intérêts de la France.

La légitimité à succéder du soi-disant dauphin est niée, en raison de ses crimes énormes.

Charles VII de France est déchu de tous ses titres.

Les rumeurs concernant une illégitimité liée à une infidélité de la reine Isabeau sont colportées par les Bourguignons, mais une telle affirmation ne peut être inscrite sans heurter le roi de France.

Les signataires du traité conviennent qu'Henri V de Lancastre épousera Catherine de Valois, la fille de Charles VI le Fou et d'Isabeau de Bavière.

Il sera à ce titre le seul héritier de la couronne et exercera immédiatement la régence.

Charles VI le Fou lègue donc sa couronne à son gendre puis éventuellement à un petit-fils à naître.

Ce traité ajoute à l'impopularité d'Isabeau de Bavière déjà due à ses goûts du luxe. Ce traité n'aura jamais cours que dans les régions occupées par le roi d'Angleterre et le duc de Bourgogne.

Charles VII de France, réfugié à Bourges, conserve de fait le gouvernement du Sud de la France.

Jean V le Sage mène une politique ménageant les deux partis anglais et français.

Jean V le Sage signe le traité de Troyes mais il autorise Arthur III de Bretagne, son frère, à combattre sous la bannière française.

Aussi, Arthur III de Bretagne combat-il les Anglais dès son plus jeune âge.



Pierre Cauchon Évêque de Beauvais

Le 30 août 1420, le pape Martin V nomme Pierre Cauchon Évêque de Beauvais après les vives recommandations de :

autant de personnages ou d'institutions auxquels il a rendu de multiples services.


Mariage d'Henri V et de Catherine de Valois

Mariage de Henri V de Lancastre avec Catherine de Valois

Comme cela est prévu dans le traité de Troyes, Henri V de Lancastre épouse dans la cathédrale de Troyes le 2 juin 1420 Catherine de Valois, fille de Charles VI le Fou et d'Isabeau de Bavière. Leur enfant est :



Henri V de Lancastre à Paris avec Charles VI le Fou

John Fastolf Gouverneur de la bastide de Saint-Antoine

Réunion des états généraux de langue d'oïl

Occupation du château de Vincennes par les Anglais

Le 1er décembre 1420, Henri V de Lancastre fait une entrée triomphale à Paris en compagnie du roi Charles VI le Fou et de Philippe III le Bon.

Henri V de Lancastre nomme John Fastolf Gouverneur de la bastide de Saint-Antoine à Paris.

L'Université de Paris, avec à sa tête le recteur Pierre Cauchon, et les états généraux de langue d'oïl enregistrent le traité de Troyes le 6 décembre 1420.

Henri V de Lancastre, Roi d'Angleterre et régent de France, arrive au château de Vincennes pour y établir sa résidence le 12 décembre 1420. Le château est vide. Les somptueux ameublements de Charles V le Sage ont été pillés quelques mois plus tôt par ses troupes. Henry V le fait remeubler.



Jean de La Baume Maréchal de France

Antoine de Vergy Maréchal de France

Henri V de Lancastre a pris le titre de régent de France.

Par lettres du 22 janvier 1421, il nomme Maréchal de France conjointement :


Bataille du Vieil Baugé - par Martial d'Auvergne - enluminure issue de l'ouvrage Vigiles de Charles VII - Paris - XVe siècle

Bataille de Baugé

Mort de Thomas de Lancastre

Mort du baron de Ros

Mort du comte de Tankerville

Gilbert Motier de La Fayette Maréchal de France

Edmond Beaufort et le Comte de Huntingdon Prisonniers

Henri V de Lancastre prend le chemin du retour auprès de ses sujets anglais laissant derrière lui Thomas de Lancastre, son jeune frère, à la tête de l'armée d'occupation avec pour mission de récupérer les territoires encore occupés par les Armagnacs et Charles VII de France, le dauphin déshérité.

De son côté Charles VII de France scelle une alliance avec les Écossais, il obtient des renforts importants et les emploie à tenter de reconquérir son royaume.

En 1421, 5 000 à 6 000 Écossais, menés par Jean Stuart de Buchan de Darnley, débarquent à La Rochelle pour prêter main forte aux Français.

Le 21 mars 1421, veille de Pâques, l'armée anglaise, menée par Thomas de Lancastre, forte de 3000 hommes se repose près de la ville de Baugé.

Après avoir échoué devant Angers, elle se dirige vers Tours en suivant l'antique voie romaine.

Les archers se sont éloignés pour piller les alentours.

Le 22 mars 1421, un chevalier écossais est capturé et amené à Thomas de Lancastre qui apprend ainsi qu'une force de 5 000 ou 6 000 Franco-Écossais se trouve non loin de là.

Environ une heure avant le coucher du soleil, Thomas de Lancastre décide de profiter de l'effet de surprise et d'attaquer avec sa seule cavalerie, 1 500 hommes, sans attendre le reste de son armée, principalement les archers.

L'armée franco-écossaise est menée :

Le premier affrontement se fait sur le pont au-dessous de Vieil-Baugé, celui-ci est solidement défendu par Jean de Fontaine, capitaine du Mans, ce qui oblige Thomas de Lancastre à faire demi-tour et à tenter de déborder l'ennemi par la vallée.

Guérin de Fontaine, frère Jean de Fontaine, écuyer, sera une des seules victimes côté franco-angevin durant cette bataille.

Trop impulsif, Thomas de Lancastre lance son attaque sur les troupes franco écossaises massées sur les hauteurs. Cette attaque est un échec.

Cette bataille est la première défaite anglaise en bataille rangée depuis 1415.

Le combat tourne au carnage pour les troupes anglaises. Thomas de Lancastre est tué tout comme le baron de Ros et le comte de Tankerville ou Tancarville.

Edmond Beaufort, Comte de Somerset, est entré très jeune comme commandant dans l'armée anglaise.

Il est un des grands capitaines anglais de la fin de la Guerre de Cent-Ans et du début de la Guerre des Deux-Roses.

Le comte d'Exeter, Edmond Beaufort et le Comte de Huntingdon sont capturés lors de la bataille.

Edmond Beaufort restera prisonnier de Charles VII de France pendant 10 ans.

Les Anglais ont perdu 1 000 hommes et 500 sont faits prisonniers. Les pertes franco-écossaises sont elles minimes.

Dans la nuit, le comte de Salisbury effectue la retraite vers la Normandie avec le reste de l'armée.

Suite à cette bataille, Charles VII de France reprend espoir et Jean V de Bretagne se rapproche de Charles VII de France.

Jean Stuart est récompensé de sa participation à cette bataille par la seigneurie de Concressault, près de Sancerre.

Gilbert Motier de la Fayette est fait Maréchal de France le 20 mai 1421, après la bataille de Baugé par Charles VI le Fou.



Naissance d'Henri VI Plantagenêt

Henri VI Plantagenêt naît le 6 décembre 1421, fils d'Henri V de Lancastre et de Catherine de Valois.



Capitulation de Meaux

Occupation de Meaux par les Anglais

Entrée d'Henri V de Lancastre à Paris

Prise de Compiègne et de Senlis

Les rigueurs du siège hivernal de Meaux détériorent la santé d'Henri V de Lancastre.

Meaux capitule le 10 mai 1422.

Toujours captif des Anglais, Arthur III de Bretagne assiste impuissant à la prise de Meaux.

Les travaux à la Cathédrale de Meaux s'arrêtent suite à l'occupation de Meaux par les Anglais de 1422 à 1439.

Quelques jours plus tard, Arthur III de Bretagne est témoin de l'entrée triomphale d'Henri V de Lancastre à Paris.

En juin 1422, les anglais prennent Compiègne et Senlis.

Pierre Cauchon est alors devenu conseiller d'Henri V de Lancastre.


Henri VI Plantagenêt

Mort d'Henri V de Lancastre Roi d'Angleterre

Henri VI Plantagenêt Roi d'Angleterre

Henri VI Plantagenêt Duc de Guyenne

Jean de Lancastre Régent du royaume d'Angleterre

Jean de Lancastre Capitaine général en Normandie

Mariage d'Owen Tudor avec Catherine de Valois

Avant de mourir, Henri V de Lancastre demande à Jean de Lancastre, son frère duc de Bedford, de confier la régence du trône d'Angleterre, à Philippe III le Bon. Celui-ci refuse.

Henri V de Lancastre meurt d'une fistule ou de dysenterie à Vincennes le 31 août 1422. Deux mois lui manquent pour être couronné roi de France.

Henri V de Lancastre est inhumé à l'abbaye de Westminster.

Sa tombe est recouverte de jolis ornements durant la Réforme.

Le bouclier, le casque et la selle, qui forment une partie de l'équipement funéraire initial, pendent toujours au-dessus de sa tombe.

L'esprit politique d'Henri V de Lancastre est en avance sur son temps :

un gouvernement central puissant supporté par le parlement,

une réforme de l'Église dans un esprit conservateur,

un développement commercial,

le maintien d'un prestige national.

Son succès est dû au pouvoir de sa personnalité. La guerre, la diplomatie et l'administration civile dépendent toutes lui. Il peut entraîner les lieutenants derrière lui, mais, à sa mort, personne n'est disponible pour prendre sa place de leader.

Il est un des premiers à comprendre la véritable importance de la marine anglaise.

Henri V de Lancastre a un sens si aigu de ses propres droits et est sans merci face au manque de loyauté. Mais il est très attentif aux droits des autres, et il défend la justice.

L'exécution de Lollard durant son règne est plus sûrement un acte politique que religieux.

Être ferme est pour lui un devoir. Ainsi en temps de guerre, bien qu'il garde une stricte discipline et n'autorise pas de violence gratuite, il traite sévèrement tout ceux qui selon lui ont péché.

Dans sa conduite personnelle il est chaste, modéré, et sincèrement pieux. Il se détend en faisant du sport ou des exercices virils. En même temps il est cultivé, avec un goût pour la littérature, l'art et la musique."

Philippe III le Bon se retrouve en position d'arbitre entre Charles VII de France et Henri VI Plantagenêt qui n'est qu'un enfant.

Le 1er septembre ou le 11 novembre 1422, Henri VI Plantagenêt devient Roi d'Angleterre et Duc de Guyenne à l'âge de 10 mois.

Jean de Lancastre, son oncle Duc de Bedford devient régent du royaume d'Angleterre en attendant la majorité son neveu.

Pierre Cauchon trouve en Jean de Lancastre un nouveau protecteur et joue officieusement le rôle de conseiller ecclésiastique.

Jean de Lancastre devient Capitaine général en Normandie en 1422.

Catherine de Valois est immédiatement séparée de son enfant et écartée des affaires publiques par Jean de Lancastre.

Catherine de Valois est de toute façon peu intéressée par la politique en général et par l'éducation de son enfant-roi en particulier. Owen Tudor, un courtier gallois, est assigné à son service. Elle en devient l'amante dans les mois suivants.

Owen Tudor épouse en secret Catherine de Valois. Leurs enfants parvenus à l'âge adulte sont :

Arthur III de Bretagne recouvre une totale liberté, estimant ne plus rien devoir aux Anglais.



Libération de Jean de Villiers de L'Isle-Adam

Jean de Villiers de L'Isle-Adam doit la vie à l'entremise de Philippe III le Bon est remis en liberté en 1422 après la mort d'Henri V de Lancastre.

Jean de Villiers de L'Isle-Adam reste fidèle aux anglo-bourguignons de Jean de Lancastre et de Philippe III le Bon.

Rétabli dans la charge de maréchal de France, Jean de Villiers de L'Isle-Adam devient conseiller et chambellan de Philippe III le Bon.

Celui-ci envoie Jean de Villiers de L'Isle-Adam en campagne en Hollande, à l'occasion de laquelle Jean de Villiers de L'Isle-Adam devient Sénéchal du Boulonnais.



Jean Ier de Foix à nouveau Lieutenant générale du Languedoc et de Guyenne

Après la mort d'Henri V de Lancastre, Jean Ier de Foix fait sa soumission à Charles VII de France. Il reçoit des lettres de rémission en mai 1423 et obtient à nouveau la lieutenance générale du Languedoc et de Guyenne.

Jean Ier de Foix rejoint l'ost royal de1423 à 1425, mais plutôt dans le but de ses faire des relations et des alliés.

Lors des combats contre les anglais, Jean Ier de Foix évite de prendre des risques, achète souvent le départ de ses ennemis.



Mort de Catherine de Valois

Catherine de Valois, veuve de Henri V de Lancastre, épouse d'Owen Tudor, meurt le 3 janvier 1437 en donnant naissance à un enfant.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !