Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



24 événements affichés, le premier en 1527 - le dernier en 1614



Mariage d'Anne de Montmorency avec Madeleine de Savoie

Cadeau du Château de la Fère-en-Tardenois à Anne de Montmorency

Anne de Montmorency épouse à Saint-Germain-en-Laye le 10 janvier 1527 Madeleine de Savoie, fille de René de Savoie et d'Anne de Lascaris-Vintimille. Leurs enfants sont :

Madeleine de Savoie est la cousine de François Ier de France.

Pour ces noces, François Ier offre à Anne de Montmorency le Château de la Fère-en-Tardenois en guise de remerciements. Il le fait transformer et fait construire en particulier son grand pont couvert.



Naissance d'Henri Ier de Montmorency

Henri Ier de Montmorency Comte de Damville

Henri Ier de Montmorency naît au château de Chantilly le 15 juin 1534, fils d'Anne de Montmorency et de Madeleine de Savoie.

Il est Seigneur de Damville à sa naissance.



Mariage de Robert IV de La Marck avec Françoise de Brézé

Robert IV de La Marck épouse en la chapelle du Louvre à Paris le 19 janvier 1538 Françoise de Brézé, Comtesse de Maulevrier. Leurs enfants sont :


Henri II de France remet sa propre écharpe de l'Ordre de Saint-Michel à Gaspard de Saulx - Peinture de Nicolas Guy Brenet - Musée de Versailles

Marche sur Bruxelles

Prise de Dinant

Bataille de Renty

En juin 1554, Anne de Montmorency reprend le projet avorté d'une marche sur Bruxelles, il dispose de 40 000 fantassins et de 1 200 cavaliers.

Gaspard II de Coligny prend Dinant, mais le connétable, vieilli et irrésolu se replie devant l'armée impérial vers Cambrai, Calais, Boulogne et enfin Renty, petit village doté d'un solide château aux mains des troupes impériales.

De part et d'autre, les effectifs sont importants : plus de 30 000 hommes.

Coté Français, les meilleurs chefs de guerre sont présents :

Albert de Gondi sert lors de cette bataille.

Charles de Bourbon-Montpensier et François Gouffier participe à cette bataille.

Guillaume V de Hautemer participe à cette bataille.

Claude de La Châtre prend part à cette bataille dans la cornette d'Henri Ier de Montmorency.

À midi le 13 août 1554, l'artillerie Française commence à tirer contre le château de Renty.

L'avant-garde impériale, au nombre de 12 000 hommes, attaque.

Le connétable Anne de Montmorency fait mettre ses troupes en bataille, au pied de la colline dominant Renty.

Les gens de pied, rangés en 3 bataillons carrés, sont encadrés par les gens d'armes.

En avant de cette infanterie, du coté des positions de François Ier de Lorraine-Guise, se trouvaient les chevau-légers de Claude II de Lorraine.

Un furieux combat s'engage, où meurent de nombreux gentilshommes français.

La cavalerie des seigneurs de Guise, de Gaspard de Saulx, de François II de Clèves et de Claude II de Lorraine repousse les soldats impériaux dans la ville de Bois-Guillaume, sans pouvoir eux-mêmes y pénétrer.

Il faut à tout prix les en déloger, car qui tient Bois-Guillaume emportera la victoire.

Devant le péril, l'Amiral Gaspard II de Coligny met pied à terre, et, prenant avec lui un bon millier de soldats parmi les meilleurs, entre dans le bois, pique au poing.

Là, ils se battent avec acharnement, infligeant de lourdes pertes à leurs ennemis, les passants par le fil de leurs épées. Ils s'emparent des pistolets de l'Empereur, sorte de gros canons sur 4 roues.

Gens d'armes et chevau-légers poursuivirent la victoire, et le connétable Anne de Montmorency peut placer son artillerie dans le bois.

Malgré cette victoire incontestable, faute de munitions, le siège du château est levé le 15 août 1554 et l'armée se retire à Compiègne.

Après l'action, Henri II de France ôte de son col le collier de l'ordre du Saint Esprit, et le met à celui de Gaspard de Saulx, en l'embrassant, et accompagnant cette grâce des plus grands éloges sur ses services qu'il lui a rendus dans cette journée.

Pendant ce temps, Maurice de Saxe se dirige vers Innsbruck où réside Charles Quint.

L'empereur s'enfuit de peur d'être fait prisonnier des français.



Mariage d'Henri Ier de Montmorency avec Antoinette de La Marck

Henri Ier de Montmorency épouse au château d'Écouen dans le Val-d'Oise en juin 1558 Antoinette de La Marck, fille de Robert IV de La Marck. Leurs enfants sont :



Henri Ier de Montmorency Gouverneur du Languedoc

Henri Ier de Montmorency devient Gouverneur du Languedoc en 1562 ou 1563.


Henri Ier de Montmorency

Henri Ier de Montmorency Maréchal de France

Henri Ier de Montmorency, Seigneur de Damville, Duc de Montmorency, Comte de Dammartin et d'Alais, Baron de Chateaubriant, Seigneur de Chantilly et d'Ecouen, est fait Maréchal de France le 10 février 1566 par Charles IX de France.



Henri Ier de Montmorency Lieutenant général du Dauphiné

Henri Ier de Montmorency est nommé Lieutenant général du Dauphiné en 1569.



Henri Ier de Montmorency opposant à la Ligue

Alliance de Henri Ier de Montmorency avec les protestants du Languedoc

De plus en plus proche des protestants, il devient l'un des chefs du parti des Politiques, opposé à la Ligue et à l'influence espagnole.

Ainsi, après le massacre de la Saint-Barthélemy, Henri Ier de Montmorency fait alliance avec les protestants du Languedoc, pour leur garantir la liberté de culte, et conserver sa place.

Il est protégé par sa garde albanaise.



Prise de Saint-Gilles et d'Aigues-Mortes

Lorsque Charles IX de France demande sa soumission, Henri Ier de Montmorency refuse, et prend Saint-Gilles et Aigues-Mortes le 12 janvier 1574.



Menace de Siège de Paris

Paris risque d'être assiégé par les troupes:

Henri Ier de Montmorency, gouverneur du Languedoc, catholique mais allié aux protestants de sa province, se tient en réserve.



Paix d'Étigny

Édit de Beaulieu

François d'Alençon Duc d'Anjou, de Touraine et de Berry

Henri III de France n'a ni troupes ni argent pour payer des mercenaires. Il envoie sa mère Catherine de Médicis pour négocier la paix. Celle-ci se fait accompagner d'un escadron volant de jolies demoiselles pour rendre les négociations moins longues.

La situation n'est guère meilleure du côté protestant :

Toute la France ou presque est à genoux, ravagée par les passages des mercenaires venus ou retournant en Allemagne, des bandes protestantes ou de l'armée royale, qui toutes vivent sur le pays.

François Alençon refuse de négocier tant que Marguerite de Valois, sa sœur sera captive. Elle est donc libérée et assiste avec sa mère aux pourparlers de paix.

La paix est signée le 6 mai 1576, à Étigny, entre Catherine de Médicis et son fils François d'Alençon.

Elle est confirmée le lendemain par l'édit signé à par Henri III de France à Beaulieu ou Beaulieu-lès-Loches, surnommé La paix de Monsieur, qui met fin à la cinquième guerre de Religion.

Les clauses sont favorables aux protestants :

Cet Édit prend plusieurs mesures pour satisfaire les princes :

Le roi renonce à poursuivre tous les pillards, qui peuvent garder leurs prises, tous ceux qui ont volé le domaine royal, et renonce à tous les arriérés d'impôt.

Diverses clauses sont prévues :

Enfin, l'on convint de convoquer les états généraux avant la fin de l'année

François d'Alençon se réconcilie avec le roi et reprend triomphalement sa place à la cour sous le titre de Monsieur.

Profondément catholique, Charles III de Lorraine a des bonnes relations avec les rois de France jusqu'à cette Paix.



Soulèvement de Montpellier

Réunion des États généraux à Blois

Ralliement de Henri Ier de Montmorency à Henri III de France

Siège de Montpellier

En 1576, Henri Ier de Montmorency rejoint le parti d'Henri III de France contre la promesse d'obtenir le marquisat de Saluces en Italie.

Montpellier se soulève alors contre cette trahison. Henri Ier de Montmorency l'assiège de 1576 à 1577, l'enlève, mais finit par accepter de négocier.

Les états généraux sont réunis à Blois de novembre 1576 à mars 1577. Louise de Lorraine-Vaudémont figure en bonne place à la séance d'ouverture.

Henri III de France charge Jean de Morvilliers de composer le discours d'ouverture.

Pourtant réclamés par les malcontents et les protestants, les états généraux tournent à l'avantage des catholiques intransigeants et contribuent en partie au renforcement du pouvoir royal.

Cela explique que, de nouveau, les protestants prennent les armes.

Cette fois, cependant, ils ne peuvent compter :

Henri III de France, qui voulut un temps la guerre, cherche à annuler les dispositions de l'édit de Beaulieu.



Naissance de Marguerite de Montmorency

Marguerite de Montmorency naît en 1577, fille d'Henri Ier de Montmorency et d'Antoinette de La Marck.



Mort de François de Montmorency

Henri Ier de Montmorency Duc de Montmorency

Henri Ier de Montmorency Comte de Dammartin et d'Alais

Henri Ier de Montmorency Baron de Châteaubriant, Seigneur de Chantilly et d'Écouen

François de Montmorency meurt au Château d'Écouen en 1578 ou le 6 mai 1579 sans postérité. Il est inhumé en l'église de Saint-Martin de Montmorency.

Son frère Henri Ier de Montmorency devient Duc de Montmorency, Comte de Dammartin et d'Alais, Baron de Châteaubriant, Seigneur de Chantilly et d'Écouen

Diane de France se fait construire à l'angle de la rue des Francs-Bourgeois et de la rue Pavée un bel hôtel connu de nos jours sous le nom d'hôtel Lamoignon. Veuve, ses moeurs sont irréprochables auprès de la Cour qui est corrompue.

Par méfiance du roi, Henri Ier de Montmorency reste éloigné de la cour de France et continue de résider en Languedoc.



Mariage de Charles d'Angoulême avec Charlotte de Montmorency

Par contrat signé à Pézenas dans l'Hérault, Charles d'Angoulême épouse le 5 mai 1591 Charlotte de Montmorency, Comtesse de Fleix, fille d'Henri Ier de Montmorency et d'Antoinette de La Marck. Leurs enfants sont :



Mariage d'Anne de Lévis-Ventadour avec Marguerite de Montmorency

Anne de Lévis-Ventadour épouse à Alès le 13 juin 1593 Marguerite de Montmorency, sa cousine germaine, fille d'Henri Ier de Montmorency et d'Antoinette de La Marck. Parmi leurs 12 ou 15 enfants, citons :



Mariage d'Henri Ier de Montmorency avec Louise de Budos

Henri Ier de Montmorency est veuf d'Antoinette de La Marck.

Henri Ier de Montmorency épouse le 19 mars 1593 Louise de Budos, fille du Marquis de Portes. Leurs enfants sont :


Henri Ier de Montmorency

Henri Ier de Montmorency Connétable de France

Henri Ier de Montmorency combat avec Henri IV de France. Henri Ier de Montmorency est fait Connétable de France le 8 décembre 1593 par Henri IV.



Naissance de Charlotte-Marguerite de Montmorency

Charlotte-Marguerite de Montmorency naît le 11 mai 1594, fille d'Henri Ier de Montmorency et de Louise de Budos.

Son enfance est relativement triste et solitaire. Elle voit peu son père et est élevée par une de ses tantes, qui en fait une princesse pieuse et cultivée.



Naissance d'Henri II de Montmorency

Henri II de Montmorency naît au château de Chantilly le 30 avril 1595, fils d'Henri Ier de Montmorency et de Louise de Budos.

Il est filleul de Henri IV de France.



Retraite de Charles Emmanuel de Savoie-Nemours

Mort de Charles Emmanuel de Savoie-Nemours

Henri Ier de Savoie-Nemours Duc de Genève et de Nemours

Charles Emmanuel de Savoie-Nemours se brouille avec Charles II de Mayenne, qui préconise la paix avec Henri IV de France.

Charles Emmanuel de Savoie-Nemours se retire dans son gouvernement du Lyonnais, qu'il tente de rendre indépendant de la Couronne.

Il est fait prisonnier dans le Château du quartier de Pierre Scize par l'Archevêque de Lyon.

Il réussit encore une fois à s'échapper et tente de prendre Lyon.

L'intervention d'Henri Ier de Montmorency contrecarre ses projets.

Charles Emmanuel de Savoie-Nemours meurt à Annecy le 13 août 1595 sans enfants.

Henri Ier de Savoie-Nemours, son frère, devient Duc de Genève et de Nemours.



Mariage d'Henri Ier de Montmorency avec Laurence de Clermont-Montoison

Henri Ier de Montmorency est veuf de Louise de Budos

Henri Ier de Montmorency épouse en 1601 Laurence de Clermont-Montoison (1571-1654).



Mort d'Henri Ier de Montmorency

Henri Ier de Montmorency meurt à Agde le 2 avril 1614.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !