Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1180 - le dernier en 1250



Mariage de Philippe Ier de Lévis avec Élisabeth de Palaiseau

Philippe Ier de Lévis épouse Élisabeth de Palaiseau (1150-1210). Leur enfant est :



Naissance de Guy Ier de Lévis

Guy Ier de Lévis naît vers 1180, fils de Philippe Ier de Lévis et d'Élisabeth de Palaiseau.



Naissance de Jeanne de Lévis-Mirepoix

Jeanne de Lévis-Mirepoix naît vers 1205, fille de Guy Ier de Lévis et de Guiburge de Montfort.



Première campagne contre l'hérésie cathare

Siège de Béziers

Siège de Carcassonne

Hervé IV de Donzy participe à la croisade des Albigeois aux côtés d'Eudes III de Bourgogne, son voisin et rival.

Guy Ier de Lévis se place sous les ordres de Simon IV de Montfort et joue une part active dans la croisade des Albigeois.

L'armée :

Ils y arrivent, le 21 juillet 1209.

Raymond VIII de Toulouse les guide et se montre fort utile sur les terres de son neveu qui n'avait de cesse de lui faire la guerre.

Deux autres groupes se sont formés :

A l'arrivée des troupes croisées, les habitants de Béziers sortent sur les remparts pour narguer les croisés.

Arnaud Amaury, légat du pape, juge qu'une démonstration de force est nécessaire.

L'évêque de Béziers lui donne une liste de 223 hérétiques, mais la population refuse de livrer les hérétiques.

L'évêque quitte la ville avec seulement quelques catholiques.

Le 22 juillet 1209, une bande de ribauds donne alors l'assaut et massacre 7 000 personnes qui restent, catholiques compris, dans la ville qui sera totalement pillée et incendiée.

Arnaud Amaury aurait dit :

Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens.

Hervé IV de Donzy, Guillaume II de Genève, Guy Ier de Lévis et Humbert de Genève participent au sac de Béziers.

Selon la Chanson de la Croisade, Jean Ier de Brienne participe à la croisade des Albigeois et est présent au siège de Béziers.

Aimery le vicomte et Bérenger l'évêque apportent la soumission et le soutien des Narbonnais aux croisés ainsi que ceux de Montpellier et d'Arles.

Carcassonne reçoit une charte de coutume en 1209.

Le siège est mis devant Carcassonne le 1er août 1209. Sous le dur soleil d'été, les croisés se rendent mettre des points d'eau. En temps que vassal du roi d'Aragon, Raymond-Roger s'attend à ce que Pierre II le Catholique vienne le secourir, mais ce dernier, vassal direct du pape préfère la voie diplomatique et joue le médiateur. Les négociations échouent et Pierre II le Catholique repart.

Devant l'ultimatum de livrer les hérétiques, le comte Raymond-Roger Trencavel, pour négocier, sort de la ville et se retrouve prisonnier. L'eau vient à manquer dans la cité, ce qui provoqua sa reddition le 15 août 1209. Raymond VIII de Toulouse assiste à la chute de la ville en spectateur.

Hervé IV de Donzy participe à la chute de Carcassonne.

Bernard IV de Comminges est d'une prudente neutralité pendant les sièges de Béziers et de Carcassonne.

Suite à cela, Raymond-Roger de Foix se range alors du côté des Comtes de Toulouse.



Guy Ier de Lévis Seigneur de Mirepoix

Simon IV de Montfort, prodigue avec ses proches lieutenants, donne à Guy Ier de Lévis la seigneurie de Mirepoix, qui compte parmi les territoires conquis par les croisés dans le Languedoc.

Guy de Lévis prend le titre de maréchal de la foi ou encore de maréchal de la croisade.



Naissance de Guy II de Lévis-Mirepoix

Guy II de Lévis-Mirepoix naît vers 1210, fils de Guy Ier de Lévis et de Guiburge de Montfort.



Siège de Termes

Robert II de Dreux, Guy Ier de Lévis et Guillaume II Talvas participent à ce siège

Le siège de Termes commence début août 1210 par un duel de catapulte entre les assiégeants et les assiégés.

Simon IV de Montfort échouant dans son attaque par le flanc sud, reporte ses efforts au nord, investit le Termenet un fortin qui contrôle l'approche du château par le Nord, puis, de là, bombarde le donjon.

L'eau vient à manquer et la place va se rendre quand un violent orage reconstitue les réserves. Les assiégés attrapent la dysenterie en buvant l'eau des citernes. Ils fuient le château dans la nuit du 22 au 23 novembre1210. Raymond de Termes, resté sur place, est arrêté et finit ses jours en prison à Carcassonne.

Simon IV de Montfort dirige alors son armée par le col de Paradis et Arques vers le château de Coustaussa dont les défenseurs ont fui.



Bataille de Castelnaudary

À l'époque des "raisins mûrs", Raymond VIII de Toulouse, Raymond-Roger de Foix, Bernard IV de Comminges, des routiers et la milice toulousaine se mettent en marche en direction de Castel où Simon IV de Montfort s'est enfermé dans le château.

L'armée de Raymond VIII s'installe sur la colline du Pech, entoure son camp de palissades et attend.

Gaston VI de Béarn participe aux combats.

Guy Ier de Lévis participe aux combats.

En septembre 1211, Simon IV de Montfort a seulement avec lui une poignée de chevaliers et demande des renforts.

Un convoi de ravitaillement arrive depuis Carcassonne. Il est attaqué par le Comte de Foix, et ses hommes pillent les chariots.

Simon IV de Montfort en profite pour sortir du château avec une soixantaine de chevaliers, attaque et met en déroute les ariégeois du comte de Foix. Raymond VIII de Toulouse, lui, n'a pas bougé.

Simon IV de Montfort passe la Noël 1211 à Castres.



Simon IV de Montfort confirmé par Philippe-Auguste

Débarquement de Raymond VIII à Marseille

Prise de Beaucaire par Raymond IX

Siège de Beaucaire

Révolte de Toulouse

Siège du château de Lourdes

En janvier 1216, Simon IV de Montfort est en Île-de-France pour rendre hommage au roi Philippe-Auguste.

L'accord du roi de France pour la nomination de Simon IV de Montfort est acquis en avril 1216 à Pont-de-l'Arche dans l'Eure.

Simon IV de Montfort rend aveu du comté de Toulouse au roi de France en mai 1216.

En profitant, Raymond VIII de Toulouse et Raymond IX de Toulouse, son fils, débarquent à Marseille en mai 1216 pour se rendre à Avignon.

Raymond VIII de Toulouse part recruter des troupes en Aragon.

Raymond IX mène une attaque vigoureuse contre Beaucaire défendue par Guy de Montfort, frère de Simon IV de Montfort.

Beaucaire ouvre ses portes le 24 août 1216 et la garnison se retranche dans la citadelle.

Pour sauver la garnison du château, Simon IV de Montfort est obligé de livrer le château.

C'est la première défaite importante de Simon IV de Montfort en Occitanie.

Simon IV de Montfort revient de Paris à bride abattue mais ne parvient pas à prendre la ville qui résiste 13 semaines.

Guy Ier de Lévis participe à ce siège.

Toulouse se révolte. L'évêque Foulque de Toulouse promet la clémence.

Simon IV de Montfort abandonne le siège de Beaucaire. Dépité, il se retire vers Nîmes puis chevauche vers Toulouse.

Simon IV de Montfort, dans l'église Saint-Pierre des Cuisines, dénonce l'amnistie promise par Foulque et réprime les troubles avec une extrême sévérité.

Simon IV de Montfort se rend alors à Tarbes pour établir sa suzeraineté sur la Bigorre.

Simon IV de Montfort assiège le château de Lourdes sans succès, ne réussissant toujours pas à établir sa suzeraineté.



Soulèvement et prise de Toulouse

En septembre 1217, Raymond VIII de Toulouse, Raymond-Roger de Foix et Bernard IV de Comminges se rencontrent à Saint-Lizier et conviennent d'unir leurs forces.

Profitant d'un moment où Simon IV de Montfort guerroie dans le Valentinois, Raymond VIII de Toulouse, accompagné de ses alliés, franchit la Garonne à Cazères.

Le 12 septembre 1217, ils mettent en déroute la petite troupe envoyée par Jori, le seigneur croisé responsable du Comminges.

Toulouse sans défense se soulève contre la maigre garnison.

Raymond VIII de Toulouse fait une entrée triomphale dans sa ville par le gué du Bazacle le 13 septembre 1217.

Les croisés doivent se replier dans le Château Narbonnais, un donjon fortifié.

Raymond VIII de Toulouse confirme le consulat qu'avait aboli Simon IV de Montfort.

Raymond VIII de Toulouse ne tarde pas à être renforcé par :

Guy de Montfort réussit à informer Simon IV de Montfort de sa situation désespérée. Simon rebrousse chemin et met le siège devant la ville le 8 octobre 1217.

Guy Ier de Lévis participe à ce siège.

Guy de Montfort est blessé par Bernard IV de Comminges, son beau-père, au siège de Toulouse,

Mais les Toulousains ont déjà creusé des fossés et reconstruit les remparts qui se dressent hérissés d'hommes et de femmes en armes, bien décidés à se défendre. Les catapultes ont fleuri sur les tours. Il est difficile de cerner la ville car Simon IV de Montfort ne dispose pas de troupes en assez grand nombre.

Simon IV de Montfort appelle à son secours Géraud V d'Armagnac qui aurait bien voulu s'abstenir mais ne l'ose pas.

Leurs troupes font le siège de la ville et soumettent le pays environnant. l'Isle-Jourdain est mis sous séquestre entre les mains de Géraud V d'Armagnac.

Les assauts quotidiens ne font que réduire le nombre des effectifs de Simon IV de Montfort.

Pendant le même temps, les croisés doivent aussi mater un soulèvement à Montauban.



Mariage de Guy Ier de Lévis avec Guiburge de Montfort.

Guy Ier de Lévis épouse en 1220 Guiburge de Montfort. Leurs enfants sont :



Mariage de Guy Ier de Lévis avec Jeanne de Voisins

Guy Ier de Lévis épouse Jeanne de Voisins. Leur enfant est :



Traité de Meaux

Traité de Paris

Naissance de l'Université de Toulouse

Thibault IV de Champagne joue les médiateurs entre la monarchie et son cousin Raymond IX de Toulouse.

En janvier 1229, Raymond IX et Blanche de Castille signe le traité de Meaux.

Raymond IX de Toulouse abandonne toutes ses possessions en Bas-Languedoc et en Provence dont le duché de Narbonne.

Il s'engage à marier Jeanne de Toulouse à Alphonse II de France frère de Saint-Louis.

Raymond IX et les faidits non hérétiques retrouvent les terres concédées aux Montfort. Mais toutes les terres de Raymond IX de Toulouse reviendront naturellement au domaine royal à la mort de Jeanne de Toulouse. La Gascogne est ainsi rattachée à l'Aquitaine. Le comté d'Armagnac est alors le plus puissant de Gascogne.

Raymond IX de Toulouse s'engage à combattre l'hérésie sur ses terres et à faire pèlerinage en Terre sainte, ce qu'il ne fera jamais.

Les fortifications de 30 villes doivent être démantelées parmi lesquelles : Casseneuil, Avignonet, Auterive, Montauban. Une clause spéciale concerne le Château de Penne, nid d'aigle des gorges de l'Aveyron.

Le Château Narbonnais résidence de Raymond IX doit être occupé par une garnison royale.

Des conditions financières exorbitantes sont imposées à Raymond IX, l'empêchant de réorganiser une armée.

Jeanne de Toulouse n'a que 9 ans lorsque le traité la destine à épouser Alphonse II de France. Elle est élevée à la Cour de France et ne bénéficie pas de la culture occitane, ce qui fait qu'elle n'a aucune sympathie vis à vis du catharisme.

Par le traité de Paris d'avril 1229, Raymond IX signe une capitulation totale.

Il cède au roi de France la moitié des états qui allaient en gros d'Agen à Valence (territoires actuels du Gard, de l'Hérault, de la Drôme, du Vaucluse, de l'Aude).

La vicomté de Carcassonne est définitivement annexée à la couronne de France qui y instaure une sénéchaussée.

Le comte de Toulouse ne conserve qu'une partie actuelle de la haute Garonne, de l'Aveyron, du Tarn et du Tarn-et-Garonne).

Le jeudi saint 12 avril 1229, Raymond IX fait serment de respecter ce traité devant le portail de Notre Dame, en présence de Saint-Louis, de Blanche de Castille des pouvoirs civils et religieux français et méridionaux.

Le 25 avril 1229, pratiquement prisonnier au Louvre, il écrit à Roger-Bernard II de Foix afin de lui conseiller d'accepter la paix.

Le Traité de Paris confirme à Guy Ier de Lévis l'ensemble de ses possessions. L'article 15 prévoit que la Terre du Maréchal lui est laissée.

Guy Ier de Lévis se voit ainsi attribuer à nouveau la terre de Mirepoix et le pays d'Olmes pris sur le domaine du comté de Foix. S'appuyant sur cet acte, la maison de Lévis restera dans la région durant 7 siècles.

Une des clauses du traité de Paris prévoit la création de l'Université de Toulouse et l'entretien pendant 10 ans de 14 professeurs : théologiens, canonistes et dialecticiens. C'est une bulle du pape Grégoire IX qui consacre quelques années plus tard le studium de Toulouse à égalité avec celui de Paris.



Mort de Guy Ier de Lévis Seigneur de Mirepoix et Maréchal de la foi

Guy Ier de Lévis meurt en 1233. Il est inhumé dans l'abbaye de Notre-Dame de la Roche de Lévis-Saint-Nom qu'il a fondée.



Mariage de Philippe II de Montfort-Castres avec Jeanne de Lévis-Mirepoix

Philippe II de Montfort-Castres épouse en 1250 Jeanne de Lévis-Mirepoix, fille de Guy Ier de Lévis et Guiburge de Montfort.

Leurs enfants sont :


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !