Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



101 événements affichés, le premier en 960 - le dernier en 1863



Naissance de Guy Ier de Laval

Guido de Danazeio ou Guy Ier de Laval ou de Dénéré qualifié de Conditor naît en 960 ou vers 980 ou 990, fils de Geofroy de Laval et de Berthe de Blois.

L'origine de Guy Ier de Laval est l'objet de débat historique entre :

Arthur-Bertrand de Boussillon et Robert Latouche s'appuient, pour identifier Guy de Danazeio avec Guy Ier de Laval, sur deux chartes de la Couture.

Les moines ayant établi ces chartes, faussaires ou non, pouvaient avoir un texte plus ou moins intact dont ils auraient pris la trame historique et modifié les passages intéressant leurs droits, et qu'ils auraient complété par l'adjonction de formules et de noms propres, sans se soucier des anachronismes.

Un jugement qui n'est pas contesté, rendu en 1064 par Guillaume le Conquérant nous apprend que :

Les relations de Laval et de ses seigneurs avec Auvers continueront longtemps après la fondation du prieuré d'Auvers.

La mention du moine Guérin dans la charte des religieux de la Couture est, de son côté, la preuve qu'ils étaient renseignés sur les origines de leurs possessions.

L'abbé Angot développe une raison positive pour identifier Guy de Laval avec Guido de Danazeio :

Ce sont aussi les noms des enfants qu'on donne à Guido de Danazeio.

Pour lui, Guy Ier de Laval est originaire de la Champagne du Maine.



Robert le Danois Comte d'Évreux

Mariage de Robert le Danois avec Herlève

Probablement juste après la mort de Richard Ier Sans Peur, son père, en 996, Robert le Danois reçoit la charge du comté d'Évreux.

La double fonction de Robert le Danois, Archevêque de Rouen et Comte d'Évreux, fait de lui le plus puissant personnage de Normandie après le Duc.

Au titre de comte d'Évreux, il le Danois se donne le droit de se marier.

La réforme grégorienne n'interviendra que plus tard pour imposer le célibat mais les cas de mariage chez les hauts dignitaires ecclésiastiques sont déjà rares à cette époque.

Robert le Danois épouse Herlève, probablement la fille de Turstin le Riche.

Leurs enfants sont :



Mariage de Roger Ier de Montgommery avec Josceline de Crépon

Roger Ier de Montgommery épouse Josceline de Crépon, fille de Sainsfrida de Crépon. Leurs enfants sont :



Mariage d'Ethelred II le Mal Conseillé avec Emma de Normandie

Richard II l'Irascible retisse bientôt une alliance avec l'Angleterre lorsqu'il donne sa sœur, à Ethelred II le Mal Conseillé.

Ethelred II le Mal Conseillé épouse en 1002 Emma de Normandie (985-1052), fille de Richard Ier Sans Peur et de Gunnor de Crépon. Leurs enfants sont :

Le petit-neveu d'Emma de Normandie, Guillaume le Conquérant, utilisera plus tard cette union comme argument lui permettant de prétendre au trône.



Liaison de Robert le Magnifique avec Herléva de Falaise

Robert le Magnifique a une liaison avec Arlette ou Herlève ou Herleva ou Herléva de Falaise. Leurs enfants sont :



Naissance de Guillaume le Conquérant

Guillaume Ier, dit le Bâtard ou le Conquérant (William I the Conqueror), naît à Falaise vers 1028 des amours illégitimes de Robert le Magnifique avec Herlève, fille d'un peaussier de Falaise.



Mariage de Baudouin V de Flandre avec Adèle de France

Baudouin IV de Flandre fait épouser Adèle de France, fille du roi Robert II, à son fils. Baudouin V de Flandre épouse à Lille en 1028 Adèle de France. Leurs enfants sont :



Lutte d'Henri Ier de France contre les princes territoriaux

Henri Ier de France soutient d'incessants combats contre les princes territoriaux qui entouraient et menaçaient facilement le domaine royal :

Vaincu à plusieurs reprises, Henri Ier de France réussit seulement à assurer la survie de la monarchie capétienne, sans pouvoir empêcher l'autonomie féodale.

Certains vassaux, comme les ducs de Bretagne, de Bourgogne ou d'Aquitaine, se considèrent comme indépendants.

Le Roi entretient cependant une politique extérieure active, rencontrant deux fois l'empereur Henri III le Noir et manifestant les prétentions capétiennes sur la Lorraine, tenant tête au pape.



Pèlerinage à Jérusalem de Robert le Magnifique

Mort de Drogon de Vexin Comte d'Amiens et de Vexin

Gautier III de Vexin Comte de Vexin, d'Amiens et du Maine

Mort de Robert le Magnifique

Guillaume le Conquérant Duc de Normandie

Turquetil d'Harcourt Gouverneur de Guillaume le Conquérant

Robert le Magnifique s'apprête à partir en pèlerinage à Jérusalem peut être par repentir d'avoir empoisonné son frère Richard III de Normandie.

Le départ du duc est un risque car la Normandie va se retrouver sans maître et on ne revient pas toujours vivant de ce voyage.

Avant de partir, Robert le Magnifique rassemble les grands du duché à Fécamp.

Il leur demande de reconnaître comme hériter son jeune fils Guillaume le Conquérant.

Les barons qui reprochent à Guillaume le Conquérant de ne pas être issu d'une union légitime, semblent accepter la décision ducale sur le moment mais sûrement avec réticence.

Mais Robert le Magnifique n'a pas le choix : c'est son seul enfant masculin.

Guillaume le Conquérant est placé sous la garde d'Henri Ier de France.

Robert le Magnifique part au début 1035 et prend la route terrestre pour rejoindre Rome.

L'empereur byzantin Michel IV le Paphlagonien l'accueille à Byzance.

En 1035, Drogon de Vexin accompagne Robert le Magnifique, Duc de Normandie, en pèlerinage à Jérusalem.

Drogon de Vexin meurt à Nicée en juin 1035 au retour.

Gautier III de Vexin devient Comte de Vexin, d'Amiens et du Maine.

Robert le Magnifique parvient jusqu'à Jérusalem.

Robert le Magnifique meurt à Nicée le 22 juillet 1035 sur le chemin du retour.

Robert le Magnifique semble avoir une personnalité violente et difficile.

Sa mauvaise réputation provient en partie des conditions douteuses qui lui permirent d'accéder au trône de Normandie.

Il est parfois considéré comme l'inspirateur du personnage légendaire de Robert le Diable.

Robert le Magnifique laisse comme héritier Guillaume le Conquérant, un enfant.

Profitant de sa minorité, les Richardides dirigent le duché :

Le duché sombre dans l'anarchie mais Guillaume le Conquérant, avec une force de caractère remarquable, rétablira son autorité par les armes sur la Normandie.

Turquetil d'Harcourt est gouverneur de Guillaume le Conquérant durant sa minorité.



Roger Ier de Montgommery exilé à la cour de France

Après la mort de Robert le Magnifique en 1035, Roger Ier de Montgommery ne semble plus en faveur.

Guillaume de Jumièges explique qu'il est exilé à la cour d'Henri Ier de France, à cause de sa perfidie.

On suppose qu'il a dû se rebeller contre l'autorité Guillaume le Conquérant.



Mort de Turquetil d'Harcourt

Anquetil d'Harcourt Seigneur d'Harcourt

Turquetil d'Harcourt est Seigneur de Tourville, de Turqueville et de Turqueray, possesseur de la terre d'Harcourt

Turquetil d'Harcourt meurt en 1036 tué par les ennemis de Guillaume le Conquérant, le parti richardide.

Anquetil d'Harcourt devient Seigneur d'Harcourt.



Mort d'Osbern de Crépon

Une tentative d'assassinat a lieu contre Guillaume le Conquérant vers 1040.

Osbern de Crépon le protège.

Osbern de Crépon meurt tué par Guillaume de Montgommery.

Guillaume de Crépon, qui a à peu près le même âge que Guillaume le Conquérant, est élevé auprès de lui. Ils deviennent de très proches amis.



Mort de Roger Ier de Tosny

Mort d'Helbert de Tosny

Mort d'Élinand de Tosny

Raoul II de Tosny Seigneurie d'Acquigny

Roger Ier de Tosny refuse de servir Guillaume le Conquérant, en raison de sa bâtardise.

Roger Ier de Tosny profite de la faiblesse du pouvoir de Guillaume le Conquérant pour ravager les terres de ses voisins, notamment celles d'Onfroy de Vieilles.

Onfroy de Vieilles envoie Roger de Beaumont, son fils, combattre le remuant voisin.

Roger Ier de Tosny meurt en 1040 dans une bataille, alors que Helbert de Tosny et Élinand de Tosny ses deux fils aînés, meurent quelques semaines après des suites de leurs blessures.

La paix est rétablie entre la famille de Tosny et ses voisins.

Raoul II de Tosny devient Seigneurie d'Acquigny en 1040.



Mort d'Alain III le Refru Duc de Bretagne

Conan II de Bretagne Duc de Bretagne

Eudes Ier de Penthièvre Régent du duché de Bretagne

Alain III le Refru meurt à Vimoutiers le 1er octobre 1040, peut-être victime d'un empoisonnement.

Conan II de Bretagne, fils mineur d'Alain III le Refru, devient Duc de Bretagne en 1040.

Conan II de Bretagne est d'abord confié à la garde de sa mère Berthe de Blois.

Eudes Ier de Penthièvre assure la régence et possède la réalité du pouvoir.

Gilbert de Brionne est nommé tuteur de Guillaume le Conquérant.



Mort de Gilbert de Brionne

Raoul de Gacé Connétable de Normandie

Mariage de Richard d'Évreux avec Godehilde

Robert de Torigni place la cession du comté d'Eu à Gilbert de Brionne peu de temps avant sa mort.

Gilbert de Brionne est peut-être comte de Brionne. Orderic Vital l'atteste mais l'histoire de ce comté apparaît obscure.

Sans prendre part ouvertement à la révolte, Raoul de Gacé, avec Robert de Vitot, organise le meurtre de Gilbert de Brionne, le tuteur de Guillaume le Conquérant.

Gilbert de Brionne meurt fin 1040 ou début 1041 assassiné par Robert Ier Giroie.

Richard Ier de Clare et Baudoin de Brionne, fils de Gilbert de Brionne, trouvent refuge en Flandre.

Sans détrôner le jeune Guillaume le Conquérant, Raoul de Gacé s'impose comme nouveau tuteur du duc et prend la charge de connétable de Normandie.

Les deux frères, Richard d'Évreux et Raoul de Gacé, profitent de leur position dominante dans le duché pour accroître leurs biens, défaire le clan des Tosny et se partager les dépouilles de leurs ennemis vaincus.

Richard d'Évreux épouse après 1040 Godehilde, veuve de Roger Ier de Tosny. Leurs enfants sont :



Rébellion contre Henri Ier de France

De 1041 à 1044, Étienne Ier de Blois et Thibault III de Blois participent à la rébellion contre Henri Ier de France menée par Raoul III de Valois (Raoul IV de Vexin) et Galéran III de Meulan.

Galéran III de Meulan est vaincu et ne conserve ses terres que par le soutien de Guillaume le Conquérant.

Capturé par l'armée royale en 1041, Raoul III de Valois change de camp et se rallie au capétien, favorisant sa politique en Champagne.



Révolte de Turstin Goz

Siège de Falaise

En 1042, Raoul de Gacé, avec Guillaume le Conquérant, contre la révolte de Turstin Goz, vicomte d'Hiémois, et l'assiègent à Falaise.

Fort de sa légitimité, Raoul de Gacé profite de sa position pour s'étendre dans l'Hiémois, tandis que son frère Richard d'Évreux s'étend dans l'Évrecin.



Tentative d'assassinat de Guillaume le Conquérant à Valognes

En 1046, Guillaume le Conquérant échappe de peu à une tentative d'assassinat à Valognes organisée par des barons rebelles du Bessin et du Cotentin qui ont choisi comme chef Gui de Bourgogne, normand par Adélaïde de Normandie, sa mère et propre cousin de Guillaume le Conquérant.

Guillaume le Conquérant s'empresse de demander l'aide de son suzerain, Henri Ier de France.



Naissance d'Hugues Ier d'Avranches

Hugues Ier d'Avranches dit le Loup naît en 1047, fils de Richard Goz, Vicomte d'Avranches, et d'Emma de Conteville.

Emma de Conteville est peut-être la demi-sœur de Guillaume le Conquérant.


Bataille de Val-ès-Dunes Colonne érigée à Vimont par Arcisse de Caumont en 1846 en souvenir de la bataille du Val-ès-Dunes

Bataille de Vals-ès-Dunes

Mort de Grimoult du Plessis

En 1047, Gui de Bourgogne veut prendre la succession du duché de Normandie à son cousin Guillaume le Conquérant.

Henri Ier de France, protecteur du jeune Guillaume le Conquérant, lève en hâte une armée d'environ 10 000 hommes. Guillaume le Conquérant aligne quelque 350 chevaliers et un millier de gens d'armes.

Les troupes rebelles, fortes d'environ 25 000 combattants, sont dirigées par Gui de Bourgogne et, entre autres, par les puissants barons :

Thury, aujourd'hui Thury-Harcourt, est le nom d'un des fiefs de Raoul Taisson.

Pour son soutien, Néel II de Saint-Sauveur reçoit l'Isle-Adam de Gui de Bourgogne.

Le 10 août 1047, ils se rencontrent dans la plaine du Val-ès-Dunes, située à 12 km au sud-est de Caen et au sud-ouest de Chicheboville.

À la toute dernière minute, Raoul Taisson, un des seigneurs rebelles, pousse son fameux cri "Thury" et change de camp pour se rallier à Guillaume le Conquérant.

La bataille est un véritable désastre pour les conjurés.

Dans leur fuite, beaucoup de chevaliers se noient en tentant de traverser l'Orne au gué d'Athis, entre Fontenay et Allemagnes c'est-à-dire entre Saint-André-sur-Orne et Fleury-sur-Orne.

Au XIIe siècle, longtemps après les faits, Roman de Rou de Wace écrit un récit de la bataille.

Gui de Bourgogne doit se séparer de ses comtés de Brionne et de Vernon en Normandie. Il trouve refuge auprès de Geoffroy II Martel, son oncle, Comte d'Anjou.

Néel II de Saint-Sauveur fuit le champ de bataille mais est rattrapé. Guillaume le Conquérant le prive de ses biens et fonction et l'exile.

Beaucoup de conjurés survivants, leurs forteresses démantelées, sont bannis ou s'exilent volontairement en Italie méridionale, où vivent de nombreux compatriotes.

Un seul conjuré, Grimoult du Plessis qui se distingue par ses origines plus modestes, est emprisonné et exécuté par le Guillaume le Conquérant, exception car le plus souvent Guillaume le Conquérant.

Ce succès assoit l'autorité du jeune Guillaume le Conquérant.

La Normandie retrouve pour un temps la paix et la prospérité.



Libération de Conan II de Bretagne

Couronnement de Conan II de Bretagne Duc de Bretagne

Eudes Ier de Penthièvre fait partie des adversaires de Guillaume le Conquérant.

En 1047, après la bataille de Val-ès-Dunes, Eudes Ier de Penthièvre son oncle, affaibli par sa défaite, accepte la fin de la minorité. Les barons bretons libèrent Conan II de Bretagne et le font couronner Duc de Bretagne

Eudes Ier de Penthièvre continue de régner sur une grande partie du territoire.



Naissance de Simon de Valois

Simon de Crépy ou Simon de Valois naît à Crépy-en-Valois en 1048, fils de Raoul III de Valois et d'Adèle de Bar-sur-Aube.

Simon de Valois est élevé à la cour de Guillaume le Conquérant.



Mariage de Guillaume de Crépon avec Adelize de Tosny

Guillaume de Crépon épouse Adelize de Tosny, fille de Roger Ier de Tosny et de Godechilde. Leurs enfants sont :

C. P. Lewis situe ce mariage aux alentours de 1049.

Impliqué dans le processus de pacification de cette région, ce mariage sert de " monnaie d'échange " entre les Tosny et les Crépon.



Interdiction du mariage de Guillaume le Conquérant avec Mathilde de Flandre

En 1049, Léon IX interdit le mariage de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre pour consanguinité.

Malgré cela, le mariage aura bien lieu.



Siège de Domfront

En 1049, le château de Domfront, propriété de Guillaume II de Bellême, seigneur de Bellême, est assiégé par Guillaume le Conquérant.



Disgrâce de Raoul de Gacé

Guillaume le Conquérant élimine Raoul de Gacé du pouvoir, sans toutefois confisquer ses biens.

Raoul de Gacé doit se retirer sur ses terres.



Roger II de Montgommery Conseiller de Guillaume le Conquérant

Roger II de Montgommery Vicomte d'Hiémois

En 1050, Roger II de Montgommery qui fait partie des principaux conseillers de Guillaume le Conquérant, contresigne une charte du duc en faveur de l'abbaye d'Ouche aux côtés des grands barons et évêques de Normandie.

Guillaume le Conquérant nomme Roger II de Montgommery Vicomte d'Hiémois ou d'Exmes, une fonction qu'occupait autrefois son père Roger Ier de Montgomery.



Mort de Raoul de Gacé Seigneur de Gacé, d'Écouché, de Bavent, de Varenguebec et de Noyon-sur-Andelle

Raoul de Gacé meurt en 1051.

Il avait nommé comme héritier Richard d'Évreux, frère aîné de son père, mais Guillaume le Conquérant, encore vindicatif envers les meurtriers de Gilbert de Brionne, réunit ses fiefs au domaine ducal.



Mort d'Hugues IV du Maine

Herbert II du Maine Comte du Maine

Occupation du Maine par Geoffroy II Martel

Hugues IV du Maine meurt le 26 mars 1051.

Herbert II du Maine, son fils, devient Comte du Maine.

Geoffroy II Martel, comte d'Anjou occupe le Maine, chasse Berthe de Blois et Gervais de Château-du-Loir, évêque du Mans, qui se réfugie à la cour de Guillaume le Conquérant.


Nord de la France vers 1050

Flandre, Vermandois et Artois vers 1050

En 1051, Geoffroy II Martel s'empare du Mans, de Domfront et d'Alençon au dépend du seigneur de Bellême qui les tenaient du roi de France.

Pendant qu'Henri Ier de France menace les arrières de Geoffroy III d'Anjou, Guillaume le Conquérant assiège Domfront et prend Alençon qui est incendié. La garnison de Domfront se rend avec la promesse d'être épargnée.



Siège de la motte castrale d'Arques-la-Bataille

En 1052, Guillaume le Conquérant fait le siège de la motte castrale d'Arques-la-Bataille tenue par Guillaume d'Arques, son oncle, en révolte contre lui.



Mariage de Guillaume le Conquérant avec Mathilde de Flandre

Guillaume a du mal à conquérir les faveurs d'une bien-aimée cousine, Mathilde de Flandre, qui hésite à convoler avec un bâtard. Il use de violence pour s'emparer de la jeune fille et il semble que celle-ci ne lui en tient pas longtemps rigueur...

Guillaume Ier le Conquérant épouse en 1053 Mathilde de Flandre. Leurs enfants sont :

Mais ce mariage fait apparaître Guillaume le Conquérant trop puissant aux yeux d'Henri Ier de France qui inverse son alliance et prend le parti :

et des barons normands rebelles à Guillaume le Conquérant.



Mort d'Enguerrand II de Ponthieu

Guy de Ponthieu Comte de Ponthieu

Mariage de Lambert II de Boulogne avec Adélaïde de Normandie

Lambert II de Boulogne devient ainsi comte d'Aumale

Au début 1053, Guillaume d'Arques se révolte contre Guillaume le Conquérant, son neveu, soutenu par Henri Ier de France.

Enguerrand II de Ponthieu, alors opposé à Guillaume le Conquérant, et Eustache II de Boulogne, son cousin, choisissent le camp de Guillaume d'Arques.

Une des sœurs d'Enguerrand II de Ponthieu a épousé Guillaume d'Arques.

Baudouin V de Flandre se range du côté de Guillaume le Conquérant, son gendre.

Lambert II de Boulogne ou de Lens, fils d'Eustache Ier de Boulogne et de Mathilde de Louvain, est fidèle à Baudouin V de Flandre, son suzerain.

Enguerrand II de Ponthieu meurt le 25 octobre 1053 lors de combats livrés à Saint-Aubin-sur-Scie, dans le Comté d'Arques en Seine-Maritime.

Guillaume d'Arques parvient à s'enfuir et à se réfugier à Boulogne.

Guillaume le Conquérant confisque le domaine d'Aumale, qu'il donne à Adèle de Normandie, sa sœur Adèle, veuve d'Enguerrand.

Le Ponthieu revient à Guy de Ponthieu, frère d'Enguerrand II de Ponthieu.

En récompense de sa fidélité, Lambert II de Boulogne épouse Adélaïde de Normandie. Leur enfant est :

Lambert II de Boulogne devient ainsi comte d'Aumale.



Prise de la motte castrale d'Arques-la-Bataille

Victimes de la famine, les défenseurs de la motte castrale d'Arques-la-Bataille capitulent, en 1053, après avoir résisté durant une année aux troupes de Guillaume le Conquérant.



Retour de Richard Ier de Clare et Baudoin de Brionne en Normandie

Guillaume le Conquérant, sur intervention de Baudouin V de Flandre, rappelle Richard Ier de Clare et Baudoin de Brionne, et leur restaure leur héritage.

Richard Ier de Clare reçoit Bienfaite et Orbec dans le Calvados.



Naissance de Robert II Courteheuse

Robert II, dit Courteheuse, naît en Normandie en 1054

fils de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre. Robert est appelé Courteheuse en raison de sa taille râblée.

Dans sa jeunesse Robert II Courteheuse s'avère courageux et habile dans les exercices militaires. Il a, cependant, aussi des tendances à la paresse et à la faiblesse de caractère qui mécontentent les nobles. Le roi de France l'exploite pour augmenter son désaccord avec son père Guillaume le Conquérant.



Bataille de Mortemer

À la fin de l'hiver 1053-1054, deux armées franco-angevines envahissent la Normandie :

Le projet est de réunir les deux armées devant Rouen, la capitale du duché de Normandie.

En face Guillaume le Conquérant choisit une attitude défensive, il constitue également deux armées : l'une dirigée par lui-même contre l'armée du roi et l'autre commandée par Gautier Giffard et Robert d'Eu en pays de Bray. Les deux armées ont pour ordres d'éviter l'affrontement et de surveiller les corps adverses, pour n'agir qu'au moment le plus propice.

La bataille de Mortemer a lieu sur le territoire de la commune de Mortemer, dans le pays de Bray en Seine-Maritime.

Profitant de la négligence des Français, les Normands attaquent pendant la nuit le camp français, mettant le feu au village. Surpris dans leur sommeil les Français sont anéantis et les Normands remportent une victoire facile.

Henri Ier de France, Thibault III de Blois et Eudes Ier de Penthièvre, sont vaincus.

Raoul III de Valois participe à la bataille et est fait prisonnier. Roger de Mortemer, Seigneur de Mortemer-en-Bray (Seine-Maritime), son vassal, à qui on l'a confié, le libère.

Guillaume le conquérant, un autre suzerain de Roger de Mortemer, lui retire ses fiefs en représailles et le bannit. Roger se réfugie à la cour de Valois.

Roger de Mortemer se réconciliera avec Guillaume le Conquérant un peu plus tard, et il retrouvera ses possessions à l'exception du château de Mortemer qui est confié à Guillaume de Warenne.



Mort de Geoffroy II de Thouars

Amaury IV de Thouars Vicomte de Thouars

Geoffroy II de Thouars meurt vers 1055.

Amaury IV de Thouars devient 11e Vicomte de Thouars en 1055 ou 1058.

En 1055 Amaury IV de Thouars commence par s'allier à Geoffroy II Martel, contre Guillaume le Conquérant.



Exil d'Herbert II du Maine

Guillaume le Conquérant suzerain et héritier d'Herbert II du Maine

En 1056, Herbert II du Maine s'échappe du Mans et se réfugie à la cour de Guillaume le Conquérant.

Sa sœur Marguerite du Maine est fiancée à Robert II Courteheuse, le fils aîné de Guillaume le Conquérant, et Herbert prête hommage à Guillaume le Conquérant pour le Maine et le déclare son héritier.



Naissance de Guillaume II le Roux

Guillaume II le Roux (William II Rufus) naît entre 1056 et 1060, fils de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre.



Rapprochement de Gautier III de Vexin avec Henri Ier de France

Gautier III de Vexin tente d'abord la neutralité entre Henri Ier de France et Guillaume le Conquérant mais finit par rejoindre le camp d'Henri Ier de France en 1057.



Bataille de Varaville

En 1057, Henri Ier de France est en lutte contre Guillaume le Conquérant. Il est assisté de :

L'armée d'Henri Ier de France remonte la vallée de l'Orne. Elle est interceptée au gué de Varaville près de Caen dans le marais de la Dives. Guillaume le Conquérant remporte la victoire.

Guillaume le Conquérant reprend alors Domfront et Alençon à Geoffroy II Martel.

Guillaume le Conquérant construit la forteresse d'Ambrières en Mayenne pour surveiller son adversaire.



Siège d'Ambrières

Amaury IV de Thouars participe au siège d'Ambrières, un château construit par Guillaume le Conquérant à la frontière du comté du Maine.



Siège de Thimert

Contre Henri Ier de France et Thibault III de Blois, Guillaume le Conquérant est vainqueur au siège de Thimert en 1058.

Raoul III de Valois participe aux côtés d'Henri Ier de France à ce siège.


L'abbaye aux Dames à Caen

Construction de l'abbaye aux Hommes et l'abbaye aux Dames à Caen

Pour que le pape León IX agrée leur mariage, Guillaume le Conquérant et Mathilde de Flandre les deux époux s'engagent en 1059 à construire à Caen l'abbaye aux Hommes et l'abbaye aux Dames. Ces deux monuments font encore la fierté de la cité.


Château de Caen

Construction du château de Caen

Marqué par la rébellion des barons du Cotentin pendant sa jeunesse, Guillaume le Conquérant souhaite disposer d'un point d'appui sûr en Basse-Normandie.

Le site de Caen, à proximité de la mer et à équidistance de Rouen et du Cotentin, est donc choisi.

Vers 1060, Guillaume le Conquérant fait construire un palais résidentiel sur un éperon rocheux dominant la basse vallée de l'Orne

Ce Château, aujourd'hui encore, possède une des plus grandes enceintes fortifiées d'Europe, l'ensemble couvrant 5,5 hectares.

La construction du château, au même titre que la fondation des deux abbayes, montre la volonté du souverain d'établir une deuxième capitale dans la partie occidentale du duché.

Le château est davantage une résidence princière qu'une forteresse au rôle militaire affirmé.

Le palais, situé dans le secteur nord-ouest de l'enceinte, est constitué :

La partie sud est du site est occupée par la paroisse Saint-Georges avec son église.

Le château assurera un rôle de refuge tout au long du moyen-âge.

Le château est protégé par les fossés et par la falaise, retaillée pour être plus abrupte. Une palissade ceinture le plateau.

L'entrée principale est une puissante tour-porte située au nord de l'enceinte qui renforce le secteur le plus vulnérable du rempart.

Dès la fin du règne de Guillaume le Conquérant la palissade sera remplacée par une muraille de pierre.

Du Vieux Palais ducal, ne subsistent plus que ses fondations mises au jour par des fouilles.



Naissance de Constance de Normandie

Constance de Normandie naît en 1061, fille de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre.



Mort d'Herbert II du Maine Comte du Maine

Gautier III de Vexin Comte du Maine

Herbert II du Maine meurt le 9 mars 1062 en léguant le Maine à Guillaume le Conquérant.

Mais les seigneurs du Maine le refusent, se révoltent et choisissent Gautier III de Vexin comme Comte du Maine, avec le soutien du comte d'Anjou Geoffroy III le Barbu.

Guillaume le conquérant entreprend la conquête du comté de Maine, prenant les forteresses une par une.



Répudiation d'Aliénor ou Hannequezn par Raoul III de Valois

Mariage de Raoul III de Valois avec Anne de Kiev

Excommunication de Raoul III de Valois

Baudouin V de Flandre seul Régent de France.

En 1062, Raoul III de Valois répudie Aliénor ou Hannequezn, sa femme.

Raoul III de Valois enlève Anne de Kiev, veuve d'Henri Ier de France et l'épouse.

Ce mariage fait scandale, car la veuve d'un roi de France issue d'une famille régnante ne saurait épouser un vassal, et la reine doit quitter la cour.

Refusant de se séparer d'Anne, Raoul III de Valois est excommunié.

Baudouin V de Flandre reste seul régent de France.

Thibault III de Blois fait la guerre à Raoul III de Valois sans remettre en cause la position de celui-ci.

Durant cette période, la Normandie prend de l'importance face aux capétiens, et Raoul III de Valois, isolé préfère s'allier à Guillaume le Conquérant.



Prise du Mans

Mort de Gautier III de Vexin

Mort de Biota du Maine

Raoul III de Valois Comte de Vexin et d'Amiens

Robert II Courteheuse Comte du Maine

Mariage de Robert II Courteheuse avec Margaret du Maine

En 1063, Guillaume le Conquérant finalement enlève le Maine à Geoffroy III le Barbu et s'empare du Mans et capture Gautier III de Vexin et Biota du Maine. Ils sont détenus à Falaise.

Gautier III de Vexin meurt en 1063.

La mort de Gautier III de Vexin arrange Guillaume le Conquérant. Gautier III de Vexin, dernier enfant survivant de Godjifu, aurait pu prétendre au trône d'Angleterre à la mort d'Édouard le Confesseur 3 ans plus tard.

Biota du Maine meurt en 1063.

Raoul III de Valois devient Comte de Vexin et d'Amiens en 1063 sous le nom de Raoul IV de Vexin.

Raoul III de Valois reconstitue à son profit l'union des 3 comtés, séparés par la mort de son aïeul Gautier II de Vexin. Il hérite à l'exception des villes de Pontoise et de Chaumont-en-Vexin, dont s'est emparé Philippe Ier de France.

Robert II Courteheuse, jeune fils de Guillaume le Conquérant, épouse vers 1063 Margaret du Maine, fille d'Hugues IV du Maine et de Berthe de Blois.

Robert II Courteheuse devient Comte du Maine.



Prise du château du Ballon

Guillaume Le Conquérant occupe le château du Ballon en 1064.


Tapisserie de Bayeux

Serment de vassalité d'Harold II Godwinson à Guillaume le Conquérant

Selon des sources normandes qui restent disputées, dont la Tapisserie de Bayeux, Édouard II le Confesseur envoie Harold en Normandie en 1064 ou 1065 pour offrir la succession à Guillaume le Conquérant. Harold s'embarque à Bosham en Sussex mais une tempête l'emporte vers les terres du comte de Ponthieu où il fait naufrage. Le comte de Ponthieu le capture. Guillaume de Normandie se fait remettre le prisonnier.

Harold II Godwinson accompagne le duc dans sa campagne contre les Bretons.

Guillaume le Conquérant obtient d'Harold II Godwinson le serment de lui fournir son appui à la couronne d'Angleterre. Harold II Godwinson aurait ainsi prêté serment de vassalité à Guillaume pour le royaume d'Angleterre. Sans le savoir, il jure au-dessus d'un coffre rempli de saintes reliques.



Excommunication d'Harold II Godwinson

Harold II Godwinson s'estime dégagé de ce serment, fait par la ruse, mais Guillaume le Conquérant obtient du pape son excommunication. Alexandre II permit le mariage de Mathilde de Flandre avec Guillaume le Conquérant. Alexandre II appuya ce dernier dans la conquête normande de la Grande-Bretagne, politiquement et en lui fournissant un étendard consacré ainsi que des reliques sacrées.



Mariage d'Eudes III de Champagne avec Adélaïde de Normandie

Eudes III de Champagne Comte d'Aumale

Adélaïde de Normandie, sœur de Guillaume le Conquérant, est veuve de Lambert de Lens.

Quelque temps après son arrivée en Normandie, Eudes III de Champagne épouse entre 1065 et 1070 Adélaïde de Normandie, fille de Robert II dit le Diable ou le Magnifique, Duc de Normandie, et d'Herleva de Falaise. Leur enfant est :

Après leur mariage, Eudes III de Champagne obtient de Guillaume le Conquérant de ne pas retourner en Champagne, où la situation est trop dangereuse pour lui.

Eudes III de Champagne devient Comte d'Aumale sous le nom d'Eudes Ier d'Aumale.

Eudes III de Champagne obtient, en droit de sa femme, la cité d'Aumale avec 10 chevaliers de l'archevêque de Rouen, charge à lui de porter l'étendard de l'archevêque lorsqu'il utilise ces hommes.


L'abbaye de Westminster Harold II Godwinson

Mort d'Édouard II le Confesseur

Harold II Godwinson Roi d'Angleterre

Édouard le Confesseur meurt, sans descendance, le 5 janvier 1066, 8 jours après la dédicace de l'abbaye de Westminster qu'il a fondée sur les ruines d'un ancien monastère.

Édouard II le Confesseur est plus soucieux de son salut personnel que de son royaume, sur lequel il est incapable d'établir un pouvoir fort.

La tradition veut qu'il ait été très aimé du peuple, notamment des plus pauvres.

Sa grande piété, il n'aurait jamais consommé son mariage avec Edith de Wessex, lui vaut son surnom et le fait d'être ensuite sanctifié.

Une autre raison de sa canonisation est le fait que, trente-six ans après sa mort, on aurait ouvert son tombeau sans constater la moindre trace de corruption du corps.

Édouard le Confesseur semble avoir promis sa succession à Guillaume le Conquérant quand celui-ci a voyagé en Angleterre.

Mais Harold II Godwinson déclare qu'Édouard le Confesseur lui a promis la Couronne sur son lit de mort.

Le Witenagemot (l'assemblée des notables anglo-saxons qui dirige le royaume) élisent Harold II Godwinson qui se fait couronner roi d'Angleterre à Westminster le 6 janvier 1066 à la cathédrale Saint-Paul de Londres.

Harold II Godwinson offre à son frère Tostig Godwinson un tiers du royaume.

Selon Henri de Huntingdon (auteur d'une Histoire des invasions en Angleterre en 1135), Tostig demande à Harold ce que recevrait Harald III de Norvège, Roi de Norvège.

Harold répond à "Six pieds de terre, ou même autant qu'il lui sera nécessaire, étant donné qu'il est plus grand que la moyenne".

La succession controversée réveille les ambitions guerrières d'Harald III de Norvège qui s'allie à Guillaume le Conquérant et à Tostig, frère d'Harold, pour déposer Harold du trône.

Harald III de Norvège brigue la couronne, peut-être à la suggestion de Tostig.

Canut III de Danemark étant mort sans héritier avant Magnus Ier de Norvège, la promesse de 1038 sert de prétexte à Harald III de Norvège pour réclamer la couronne d'Angleterre.


Bataille d'Hastings Tombe d'Harold II Godwinson Tapisserie de Bayeux - Eustache de Boulogne

Bataille d'Hastings

Mort d'Harold II Godwinson Roi d'Angleterre

Mort de Gyrth Godwinson

Mort de Leofwine Godwinson

Edgar II Atheling Roi d'Angleterre

Guillaume le Conquérant conteste avec force l'élection d'Harold II Godwinson.

Il plaide ses droits auprès des cours d'Europe.

Le pape Alexandre II lui donne raison et, pour preuve de son appui, lui fait envoyer un étendard consacré et des reliques.

En tant que Régent de France, Baudouin V de Flandre s'interdit d'accorder l'aide de la France à Guillaume le Conquérant qui projette de conquérir l'Angleterre, mais lui accorde celle des Flamands, le futur Conquérant ayant épousé sa fille Mathilde de Flandre.

Sans attendre, Guillaume le Conquérant lance la construction d'une flotte de débarquement à l'embouchure de la Dive, près de Cabourg.

Roger II de Montgommery ne l'accompagnera pas mais fournit 60 navires pour l'expédition.

Richard d'Évreux est présent à l'assemblée des barons normands qui décide de la conquête de l'Angleterre.

Trop âgé, il ne participera pas à l'expédition, mais la finance une partie, et envoie 80 navires ainsi que son fils Guillaume d'Évreux.

Richard Ier de Clare fait partie des barons qui sont consultés sur l'opportunité de l'invasion de l'Angleterre. Il n'y a néanmoins pas de preuves formelles de sa participation à la phase initiale de la conquête de l'Angleterre.

La flotte se dirige vers Saint-Valéry-sur-Somme et attend les vents favorables.

La duchesse Mathilde de Flandre, assistée de Roger II de Montgommery, de l'Archevêque Lanfranc et de Roger de Beaumont, reste pour gouverner et défendre la Normandie.

À Bayeux, en Normandie, on peut la célèbre "tapisserie de la reine Mathilde".

Elle raconte l'histoire de la Conquête sur 70 mètres de long et environ 50 centimètres de haut.

Cette broderie avait été commandée à des artisans saxons par l'évêque de Bayeux, Otton de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant, pour orner le chœur de sa cathédrale.

C'est la première bande dessinée connue.

Elle constitue un inestimable témoignage sur les mœurs et la mode vestimentaire de l'époque.

Eustache de Boulogne, représenté sur la Tapisserie de Bayeux, et reconnaissable par ses moustaches.

Son nom (EUSTATIVS), écrit au dessus, et n'apparaît que partiellement à cause d'une déchirure de la tapisserie

Guillaume le Conquérant quitte la Normandie pour l'Angleterre.

Le 29 septembre 1066, Guillaume le Conquérant débarque sur la plage de Pevensey dans le Sussex, là même où Jules César débarqua avec ses légions 11 siècles plus tôt.

Après le débarquement de Guillaume, toutes les tentatives ultérieures de conquête de l'Angleterre échoueront.

Guillaume a 2 500 chevaliers, 4 500 fantassins, 1 000 archers, parmi eux des Bretons.

Robert Ier Bertrand de Bricquebec figure au rang des barons qui, accompagnent Guillaume le Conquérant.

Amaury IV de Thouars fait partie de l'armée que Guillaume le Conquérant.

En 3 jours après la bataille de Stamford Bridge, Harold II Godwinson force son armée fourbue, constituée des Housecarls, une infanterie réputée, à marcher 240 lieues pour intercepter Guillaume le Conquérant, met en toute hâte son armée en garnison près de Hastings et fait construire des fortifications.

Harold attend l'assaut de Guillaume sur la colline de Senhac, dans les environs de Hastings, près de la ville de Battle.

Amaury IV de Thouars commande un corps d'armée composé de Poitevins, de Bretons et d'Angevins.

Le 14 octobre 1066, après un début de combat indécis, les Normands prennent le dessus sur les troupes d'Harold grâce à leur chevalerie.

Harold II Godwinson, blessé à l'œil par la flèche d'un archer normand, est tué par des cavaliers.

Ses frères Gyrth et Leofwine sont également tués.

La mort d'Harold entraîne la dispersion de ses troupes et la victoire définitive de Guillaume le Conquérant.

Le visage d'Harold étant détruit, on fait venir Edith Swanneck, maîtresse d'Harold, pour identifier le corps, ce qu'elle fait à l'aide d'une marque de naissance connue d'elle seule.

Qu'Harold II Godwinson ait effectivement été tué de cette façon reste incertain, car la mort d'une flèche dans l'œil est traditionnellement associée, au Moyen-Âge, avec le parjure.

Geoffroy III de Bellême, Robert Ier de Beaumont-le-Roger, Eudes III de Champagne et Robert Ier d'Eu, Eustache de Picquigny et Guillaume d'Évreux participent à la victoire d'Hastings

Selon Guillaume de Poitiers, Robert Ier de Beaumont-le-Roger, pour sa première bataille, commande un groupe de chevaliers sur l'aile droite et signe de nombreux exploits.

Il n'obtient pas d'importantes concessions de terres en Angleterre.

Warren Hollister propose comme explication que la conquête intervient à un changement de génération dans la famille de Beaumont.

Roger était âgé et peu intéressé par l'Angleterre, et Robert a été armé chevalier peu de temps avant l'invasion.

Guillaume le Conquérant n'est pas prêt à confier à un jeune homme un territoire important, alors que l'Angleterre n'est pas encore sous contrôle.

Eustache II de Boulogne est le porte-étendard de Guillaume le Conquérant.

Il en obtient de nombreux fiefs sur l'île.

Hamon de Laval suit Guillaume le Conquérant et le sert en Angleterre.

Il obtient de belles terres en Angleterre.

Selon une source normande, le corps d'Harold II Godwinson est enterré sur une falaise surplombant les plages saxonnes mais il est plus probable qu'il soit inhumé dans l'abbaye de Waltham Holy Cross.

La candidature d'Edgar II Atheling au trône est prise sérieusement.

À Londres, les citoyens et l'archevêque Ealdred d'York souhaitent qu'il soit couronné. Mais il n'arrive pas à obtenir le soutien ferme des deux plus puissants comtes survivants du royaume :

Edgar II Atheling devient Roi d'Angleterre en octobre 1066.


Château de Berkhamsted

Abdication d'Edgar II Roi d'Angleterre

Guillaume le Conquérant Roi d'Angleterre

En décembre1066, à Berkhamsted, Edgar II Atheling se soumet à Guillaume le Conquérant en même temps que d'autres évêques et comtes.

Edgar II Atheling abdique le 25 décembre 1066.

Le 25 décembre 1066, Guillaume le Conquérant est couronné à Westminster sous le nom de Guillaume Ier.

On dispose autour de Westminster des troupes normandes pour veiller à la sûreté générale.

Aeldred, Archevêque d'York, demande aux Anglais, et Geoffroi, Évêque de Coutances, demande aux Normands s'ils consentent à ce que Guillaume le Conquérant règne sur eux.

Stigand, Archevêque de Canterbury, a été interdit par le pape Alexandre II, pour quelques crimes.

Tout le monde donne avec joie son consentement.

Les troupes placées au-dehors ayant entendu les acclamations dans l'église croient qu'il arrive quelque chose de sinistre.

Elles mettent imprudemment le feu aux maisons voisines.

L'incendie s'étend rapidement.

Une multitude d'hommes et de femmes sortent en toute hâte de la basilique.

Les prélats et un petit nombre de clercs et de moines restent et ont à peine le temps de terminer la consécration du roi.

Presque tout le monde court au feu violent :

Après ces événements, les Normands seront toujours suspects aux yeux des Anglais.



Hugues Ier d'Avranches en Angleterre

Peu après la bataille d'Hastings, Hugues Ier d'Avranches gagne l'Angleterre et se met au service de Guillaume le Conquérant.

Hugues Ier d'Avranches s'installe au château de Tutbury (Staffordshire) et pacifie la région.



Naissance d'Adèle de Normandie

Adèle d'Angleterre ou Adèle de Normandie naît vers 1066, fille de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre.



Maison de Cornouaille

Mort de Conan II de Bretagne Duc de Bretagne

Hoël II de Cornouaille Duc de Bretagne

Geoffroy Grenonat Comte de Rennes

Conan II de Bretagne désir probablement rétablir les limites de la Bretagne à celles portées par Erispoë de la Mayenne au-dessus de Bazouges, à la Seiche en face des Availles.

Conan II de Bretagne cherche à profiter de l'affaiblissement temporaire des comtes d'Anjou.

Vers fin 1066, Conan II de Bretagne occupe Pouancé qui appartient à Sylvestre de la Guerche, puis prend Segré.

Conan II de Bretagne s'avance jusqu'à Château-Gontier qu'il assiège.

Conan II de Bretagne meurt devant Château-Gontier le 11 décembre 1066 empoisonné, dit-on, par un traître sur l'ordre de Guillaume le Conquérant, soupçonné d'avoir commandité cet assassinat.

Conan II de Bretagne est inhumé soit :

Conan II de Bretagne est mort sans avoir pris d'épouse en vue d'assurer sa descendance légitime;

Toutefois un certain Alanus nothus filius Conani comitis qui figure en 1075 parmi les témoins d'une chartes de donation de Berthe de Blois pourrait être son fils bâtard.

Hoël II de Cornouaille par son mariage devient Duc de Bretagne en 1066.

La maison de Rennes laisse la place à la maison de Cornouaille à la tête du duché de Bretagne.

Geoffroy Grenonat ou le Moustachu, fils naturel d'Alain III le Refru, devient Comte de Rennes au détriment d'Havoise de Bretagne, l'héritière légitime, sans doute avec l'appui de Berthe de Blois.



Mort de Copsi de Northumbrie

En mars 1067, Copsi de Northumbrie se soumet à Guillaume le Conquérant.

Guillaume le Conquérant nomme Copsi de Northumbrie comte de Northumbrie et l'envoie à York.

Copsi de Northumbrie meurt en 1067 assassiné par Osulf, descendant de l'ancienne famille royale de Bamburgh.


Château de Chepstow Château de Chepstow

Construction du château de Chepstow

Guillaume le Conquérant charge Guillaume de Crépon de défendre les frontières occidentales de son territoire.

En 1067, Guillaume de Crépon construit en pierre le château de Chepstow, originellement appelé château de Striguil.

Il choisit un site bénéficiant d'excellentes défenses naturelles :

Le château de Chepstow est le plus vieil édifice post-roman encore en état.

Guillaume de Crépon construira d'autres places fortes, notamment Monmouth, Clifford, Berkeley,

Guillaume de Crépon utilise ces châteaux pour s'aventurer dans le Pays de Galles, et il remporte des victoires sur au moins 3 rois gallois, ce qui lui permet d'étendre ses possessions dans le Gwent et le Brycheiniog (dit aussi Brecon).

Il semble que Guillaume de Crépon conseille à Guillaume le Conquérant de fouiller les monastères pour s'emparer des trésors mis à l'abri par les Anglo-Saxons, et de saisir les terres ecclésiastiques pour les donner à ses hommes.



Roger II de Montgommery en Angleterre

En décembre 1067, Roger II de Montgommery rejoint Guillaume le Conquérant en Angleterre.

Roger II de Montgommery reçoit d'abord le rape d'Arundel, comprenant la ville de Chichester, deux lieux essentiels à la défense du sud de l'Angleterre.

Ce secteur se révèle particulièrement calme.



Edgar II Atheling otage en Normandie

Guillaume le Conquérant rembarque en mars 1067 pour la Normandie.

Il laisse l'administration du pays conquis à son demi-frère Odon de Bayeux et à Guillaume de Crépon qui, par leur refus de rendre justice aux Anglais opprimés par les officiers normands, provoquent des révoltes qui seront très difficiles à réprimer.

Pour mater les rébellions et contrôler le pays Guillaume de Crépon et Odon de Bayeux édifient des châteaux-forts à partir desquels d'autres Normands pacifient la région environnante.

Edgar II Atheling est emmené en tant qu'otage en Normandie par Guillaume le Conquérant avec entre autres les comtes :

Edgar II Atheling est de retour en Angleterre à fin 1067, libre et accepté à la cour royale.



Querelle de Eustache II de Boulogne avec Guillaume le Conquérant

Les possessions d'Eustache II de Boulogne lui sont confisquées pour un temps après qu'il se soit querellé avec Guillaume le Conquérant en 1067.

Il entreprit de prendre Douvres sans succès.

Elles lui sont rendues après leur réconciliation.



Dotation de Richard Ier de Clare

Richard Ier de Clare est présent dans les premières années du règne de Guillaume le Conquérant, et est un témoin récurrent de ses chartes.

Richard Ier de Clare reçoit 176 seigneuries principalement dans le Suffolk, et dans 7 autres comtés.

95 d'entre elles, dans le Suffolk, forment l'honneur de Clare, un vaste domaine de terres d'un seul tenant, inhabituel pour l'époque.

Dans le Kent et le Surrey, Richard Ier de Clare détient un autre domaine important centré sur une place forte, la motte castrale de Tonbridge.



Fuite de la cour d'Edgar II Atheling

Edgar II Atheling s'enfuit de la cour avec sa famille en 1068, en même temps que les comtes Edwin de Mercie et Morcar de Northumbrie.

Ils tentent de soulever la Mercie, mais ils sont rapidement mis au pas par Guillaume le Conquérant.

Ils reçoivent son pardon.



Naissance d'Henri Ier Beauclerc

Henri Ier Beauclerc naît à Selby dans le Yorkshire en 1068, fils de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre.

En qualité de benjamin de la famille, on le destine à la prêtrise, et il reçoit une éducation scolaire importante pour un jeune noble de cette période.

Il est probablement le premier chef normand à parler l'anglais.

Il est surnommé Beauclerc pour son goût pour les études.



Tentative de soumission du nord de l'Angleterre

En 1069 et 1070, Guillaume le Conquérant mène une campagne sanglante et dévastatrice dans le nord de l'Angleterre afin de le soumettre, mais la région n'est toujours pas pacifiée.

Guillaume de Crépon participe un temps à cette campagne.



Hugues Ier d'Avranches Comte de Chester

Vers 1070, Hugues Ier d'Avranches reçoit le comté de Chester et le titre qui va avec, en échange des terres de Tutbury.

Guillaume le Conquérant lui est reconnaissant de ses services et lui donne de nombreux domaines.



Roger II de Montgommery Seigneur de Shrewsbury

En novembre 1071, Guillaume le Conquérant confie, avec des pouvoirs palatins, à Roger II de Montgommery, son fidèle compagnon, une région plus troublée : le Shropshire dont la ville principale est Shrewsbury.



Exil de Robert Ier de Flandre

Prise de Lille

Bataille de Cassel

Mort de Guillaume de Crépon

Mort de Drogon de Boves Seigneur de Boves Vicomte de Corbie

Mort Arnould III de Flandre

Robert Ier de Flandre Prisonnier puis libéré

Pillage de Saint-Omer

Invasion du Hainaut

Bataille de Broqueroie

Depuis la mort de Baudouin VI de Flandre, sa veuve Richilde d'Egisheim suscite le mécontentement des Flamands.

Robert Ier de Flandre se réfugie avec Gertrude de Saxe et ses enfants auprès de Bernard de Saxe.

C'est là que Robert Ier de Flandre reçoit l'appel à l'aide de la noblesse des villes de Flandre révoltée contre Richilde d'Egisheim.

De 1071 à 1072, Albert III de Namur et Henri II de Louvain aident Richilde d'Egisheim.

Bernard de Saxe fournit des troupes à Robert Ier de Flandre qui paraît en Flandre.

Gand, puis Ypres et les villes flamandes le reconnaissent.

Robert Ier de Flandre défait Richilde d'Egisheim et Arnoul III de Flandre, son fils, et prend Lille.

Richilde d'Egisheim appelle à son secours Philippe Ier de France, qui accourt, en plein hiver, et prend position au pied du Mont-Cassel où Robert Ier de Flandre s'est retranché.

Guillaume de Crépon mène une petite force (environ 10 hommes) pour aider Arnould III de Flandre.

Alors qu'ils vont rejoindre l'armée française, Robert Ier de Flandre les surprend dans une embuscade à Cassel entre Dunkerque et Hazebrouck.

Guillaume de Crépon meurt 20 ou 21 février 1071 au combat.

Drogon de Boves meurt le 22 février 1071 lors de cette bataille.

Guillaume le Conquérant perd l'un de ses meilleurs barons mais aussi, selon l'historien François Neveux, son seul ami ou pour le moins son plus fidèle et loyal collaborateur.

Il est inhumé dans son abbaye de Cormeilles.

Guillaume de Breteuil succède à Guillaume de Crépon, son père, en Normandie,

Roger de Breteuil succède à Guillaume de Crépon en Angleterre.

Le 22 février 1071, Robert Ier de Flandre et les piquiers flamands mettent en déroute les Français près de Bavinche ou Bavinckhove ou Bavinchove, près du mont Cassel.

Guy Ier de Campdavaine assiste à cette bataille.

Arnould III de Flandre est tué durant la bataille.

Il est inhumé par son oncle qui lui édifie un mausolée à St-Bertin.

La mort précoce de ce Comte est à l'origine de la légende de Gerbodon, homme lige d'Arnould, qui l'aurait tué et, pris de remords, aurait demandé au pape de lui couper les mains; celui-ci aurait ordonné à son cuisinier d'exécuter la besogne, sauf si elles ne tremblaient pas, ce qui se serait produit.

Pardonné, Gerbodon aurait terminé sa vie à Cluny, en odeur de sainteté.

En poursuivant les fuyards, Robert Ier de Flandre est capturé par le Comte de Boulogne, enfermé à Saint-Omer, mais il est délivré par les propres habitants de la cité.

Saint-Omer est alors ravagée et pillée par Philippe Ier de France, qui s'enfuit cependant, craignant l'arrivée de Bernard de Saxe.

Pour sa première action militaire, Philippe Ier de France est vaincu par un vassal révolté.

Les troupes royales n'ont guère montré de qualités militaires, il ne reste qu'à sauver par habile négociation la dynastie, l'honneur et le prestige.

Richilde d'Egisheim entre-temps reconnaît la suzeraineté de l'Évêque de Liège sur le Hainaut.

Robert Ier de Flandre envahie le Hainaut.

Richilde est définitivement vaincue à la bataille de Broqueroie près de Mons.



Mort d'Edwin de Mercie

Morcar de Northumbrie Prisonnier

Edwin de Mercie et Morcar de Northumbrie se tournent à nouveau contre Guillaume le Conquérant début 1071.

Edwin de Mercie est trahi par sa propre escorte.

Edwin de Mercie meurt en 1071.

Morcar de Northumbrie rejoint la rébellion de l'île d'Ely, lancée par l'abbé d'Ely et organisée par Hereward l'Exilé.

Lorsque l'île d'Ely est ouverte aux Normands, Morcar de Northumbrie est capturé et emprisonné.



Roger de Beaumont gardien de Morcar de Northumbrie

Morcar de Northumbrie, Comte de Northumbrie, se rebelle et est capturé.

En 1071, Roger de Beaumont reçoit sa garde.

Il le gardera jusqu'à la mort de Guillaume le Conquérant.



Reconnaissance Guillaume le Conquérant par Malcolm III d'Écosse

Malcolm III d'Écosse tente sans grand succès de lutter contre Guillaume le Conquérant, dont il doit reconnaître la suprématie en 1072.



Fiançailles d'Alphonse VI de Castille avec Agathe

Alphonse VI de Castille est fiancé avec Agathe, fille de Guillaume le Conquérant.



Hommage de Malcolm III d'Écosse à Guillaume Ier le Conquérant

Malcolm III d'Écosse tente sans grand succès de lutter contre Guillaume le Conquérant.

En 1072, Guillaume le Conquérant force Malcolm III, Roi d'Écosse, à lui rendre hommage.



Reprise du Mans par Guillaume le Conquérant

Guillaume le Conquérant rétablit Robert II Courteheuse, son fils, au Mans en 1073.



La réforme grégorienne

Le pontificat de Grégoire VII est dominé par la réforme dite grégorienne qui a été lancée par Nicolas II et Alexandre II.

Elle vise à rendre indépendante la papauté des pouvoirs temporels et comporte deux volets :

L'Église se retrouve ainsi en confrontation avec l'Empereur, gardien du temporel.

S'appuyant sur des princes pourtant simoniaques comme Philippe Ier de France ou Guillaume le Conquérant, Grégoire VII parvient à réduire les prérogatives de la féodalité et à mettre en place un épiscopat moins étroitement tenu dans le réseau des fidélités séculières.

Même s'il paraît bien que Hildebrand n'a pas été lui-même moine de Cluny, il trouve dans l'ordre de Cluny, étendu sur l'ensemble de la chrétienté latine par-delà les frontières politiques, l'allié nécessaire à une telle entreprise.

Le conflit de Grégoire VII de l'empereur Henri IV de Franconie, la Querelle des Investitures, détourne une bonne part des dynamismes du Saint-Siège, et réduit sa capacité d'intervention en France.



Mariage de Simon de Vexin

Simon de Valois Moines

Herbert V de Vermandois Comte de Valois

Amiens réuni à la Couronne de France

Partage du Vexin

Thibault III de Blois Comte de Bar-sur-Aube et de Vitry

Sur les conseils du pape Grégoire VII, Simon de Valois renonce à la guerre contre Philippe Ier de France.

Simon de Vexin épouse la fille du comte d'Auvergne.

Plus tard, en accord avec elle, Simon de Valois remet ses domaines à Adèle de Valois, sa sœur, et les deux époux entrent chacun dans la vie religieuse.

En 1077, Simon de Valois prend l'habit des Moines de l'Abbaye de Saint Claude dans le Jura, ses biens sont répartis par Philippe Ier de France.

Herbert V de Vermandois, époux d'Adèle de Valois, hérite d'une partie des fiefs de son beau-frère Simon de Valois et devient Comte de Valois.

Amiens est réuni à la Couronne de France.

Le Vexin est partagé entre Guillaume le Conquérant et Philippe Ier de France.

Thibault III de Blois, époux d'Adélaide de Valois, reçoit le Comté de Bar sur Aube.

Le Comté de Vitry lui est restitué ainsi que le château de Bussy.

Le comté de Champagne s'ouvre sur la Bourgogne et prend le contrôle d'une partie de la grande voie commerciale entre les Flandres et l'Italie.

Thibault III de Blois maintient de bonnes relations avec Philippe Ier de France.



Première révolte de Robert II Courteheuse contre Guillaume le Conquérant

En 1077, Robert II Courteheuse fomente sa première insurrection contre son père comme résultat d'un canular joué par ses plus jeunes frères Guillaume II Le Roux et Henri Ier Beauclerc, qui ont versé de l'eau à travers le plancher dans la chambre de Robert.

Comme résultat de l'insulte, Robert essaie de prendre le château de Rouen et après passe plusieurs années à vagabonder dans des luttes sans but avant de se réconcilier avec son père.

Robert de Montbray est l'un des compagnons de Robert II Courteheuse durant cette rébellion.

Philippe Ier de France, s'efforçant de développer les dissensions à l'intérieur de la famille de Guillaume le Conquérant, appuie le fils, Robert II Courteheuse, contre son père en 1078.



Confirmation d'Even de Dol-de-Bretagne comme Archevêque de Dol-de-Bretagne

Fondation d'un prieuré à l'Abbaye-sous-Dol

Mort de Gilduin de Dol-de-Bretagne

Juhel fait appel à Guillaume le Conquérant. Grégoire VII doit envoyer :

À cette époque que Jean Ier de Dol-de-Bretagne, Guillaume de Dol-de-Bretagne et Gilduin de Dol-de-Bretagne fondent le prieuré de l'Abbaye-sous-Dol sous le patronage de Geoffroy Grenonat, comte de Rennes.

Gilduin de Dol-de-Bretagne meurt le 27 janvier 1078.



Mariage de Guy II de Laval avec Denise de Mortain

Guy II de Laval épouse en 1078 Denise de Mortain, fille de Robert de Mortain et de Matilda de Montgommery. Leurs enfants sont :

Robert de Mortain est un demi-frère de Guillaume le Conquérant par sa mère Arlette de Falaise.



Construction de la Tour de Londres

En 1078, Guillaume le Conquérant ordonne la construction de la tour Blanche à l'intérieur de l'angle sud-est formé par les remparts de la ville face à la Tamise.

Il s'agit de protéger les envahisseurs Normands des habitants de Londres tout en protégeant la ville d'attaques extérieures.

Pour la construction de la Tour, il fait importer des pierres de Caen en Normandie et nomme Gundulf, Évêque de Rochester, responsable des travaux.

Le château d'Ivry-la-Bataille aurait servit de modèle pour la Tour de Londres.


Une enluminure d'un manuscript du XIe siècle représentant Guillaume de Saint-Calais avec à ses pieds un auto-portrait du scribe

Mort de Guillaume Walcher

Guillaume de Saint-Calais Évêque de Durham

L'évêché de Durham est d'une importance particulière dans le Royaume d'Angleterre, car 15 ans après la conquête normande, le nord du royaume est toujours plus ou moins hors du contrôle royal.

Guillaume Walcher, Évêque de Durham, meurt le 14 mai 1080 assassiné.

Guillaume le Conquérant choisit de nommer à la tête de cet évêché un homme plus diplomate, qui a l'expérience des régions de marches.

Guillaume de Saint-Calais a déjà eu à intervenir dans les affaires séculières, dans une région où l'emprise normande est souvent remise en question.

Guillaume de Saint-Calais devient Évêque de Durham le 9 novembre 1080.

Il passe donc des marches de l'Anjou aux marches d'Écosse, avec une ville et son château entre ses mains.

Pour Frank Barlow, cela montre à quel point le roi a confiance en lui.

Sous son gouvernement, le comté est pacifié, et il débute la réforme de son église et de son diocèse.



Mariage d'Étienne-Henri de Blois avec Adèle de Normandie

Étienne-Henri de Blois épouse à la cathédrale de Chartres en 1080 ou 1081 Adèle de Normandie, fille de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre. Leurs enfants sont :

Étienne-Henri se trouve ainsi de plein pied partie prenante des affaires du Royaume d'Angleterre.

Adèle de Normandie est 15 ans plus jeune que lui.



Mort d'Adeline de Meulan Comtesse de Meulan

Robert Ier de Beaumont-le-Roger Comte de Meulan.

Adeline de Meulan meurt le 8 avril 1081.

Robert Ier de Beaumont-le-Roger devient Comte de Meulan.

En dépit de sa taille modeste, le comté de Meulan revêt une importance stratégique par sa situation entre Paris et le duché de Normandie. Cet héritage renforce la position de Robert Ier de Beaumont-le-Roger à la cour de Guillaume le Conquérant qui, dans sa lutte contre Philippe Ier de France, sait toute l'importance de compter le comte de Meulan parmi ses fidèles.



Prise de La Flèche par Foulques IV le Réchin

Foulques IV le Réchin aide les Seigneurs Bretons assiégés dans Dol par Guillaume le Conquérant Duc de Normandie et après succès et revers finit par s'emparer de La Flèche en 1081.

Un modus vivendi est trouvé grâce à l'intervention de l'Église, Robert II Courteheuse accepte de rendre hommage à Foulques IV le Réchin pour le Maine.

Pourtant Foulques soutient en sous main les Seigneurs du Maine, conduits par Élie Ier deBeaugency, révoltés contre le Duc de Normandie.



Eudes III de Champagne Comte d'Holderness

En 1086 Guillaume le Conquérant attribue à Eudes III de Champagne le Comté d'Holderness dans le Yorkshire en Angleterre.



Alliance contre Guillaume le Conquérant

Le vassal le plus redoutable de Philippe Ier de France est Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie devenu Roi d'Angleterre. Philippe trouve l'appui des Comtes d'Anjou et de Flandre qui se sentent aussi menacés par ce trop puissant voisin.



Invasion de la Bretagne par Guillaume le Conquérant

Guillaume le Conquérant envahit la Bretagne, mais doit s'enfuir en 1086.



Cadastrage de l'Angleterre

En 1086, Guillaume le Conquérant fait établir le cadastre de l'Angleterre : le Domesday Book.

Hugues de Montgomery y figure comme tenant la lucrative seigneurie de Worfield dans le Staffordshire près des bases arrières de Roger II de Montgommery, dans le Shropshire.

La date à laquelle Robert de Montbray succède formellement à Aubrey de Coucy comme Comte de Northumbrie est estimée à 1086-1087 suivant les indices relevés dans le Domesday Book.

Hugues Ier d'Avranches est l'un des 12 plus riches barons du royaume : Hugues Ier d'Avranches possède 72 seigneuries situées dans douze provinces et un grand nombre de manoirs.



Mort de Guillaume le Conquérant Roi d'Angleterre et Duc de Normandie

Guillaume II le Roux Roi d'Angleterre

Robert II Courteheuse Duc de Normandie

Libération d'Ulf

Libération de Morcar de Northumbrie

Guillaume le Conquérant fait une chute de cheval durant le pillage et l'incendie de Mantes. Il a blessure interne au foie ou au péritoine et meurt près de Rouen le 7 septembre 1087.

Guillaume le Conquérant divise ses possessions entre ses deux fils les plus âgés et attribue :

Guillaume II le Roux et Robert II Courteheuse font un pacte : si l'un deux décède sans héritier, son territoire revient au survivant. La part de l'héritage d'Henri Ier Beauclerc est d'environ 2 500 kg d'argent.

Guillaume II le Roux devient roi d'Angleterre le 9 septembre 1087.

Robert II Courteheuse est couronné Duc de Normandie le 12 septembre 1087.

Des deux fils, Robert II Courteheuse est considéré comme étant le plus faible et il est généralement préféré par les nobles qui ont des terres de chaque côté de la Manche. Ils peuvent ainsi plus facilement contourner son autorité.

Robert II Courteheuse prend comme proche conseiller Rainulf Flambard, qui avait été auparavant le secrétaire de son père.

Morcar de Northumbrie resta captif jusqu'à la mort de Guillaume, en 1087, lorsque le roi mourant.

Guillaume le Conquérant, sur son lit de mort, ordonne la libération de tous ses prisonniers, notamment :

Ulf rejoint Robert II Courteheuse, qui l'adoube. On ignore son devenir après ce dernier événement.



Henri de Beaumont Comte de Warwick

Dès les années 1080, Robert Ier de Beaumont-le-Roger et son jeune frère Henri de Beaumont font partie de l'entourage du deuxième fils de Guillaume le Conquérant, Guillaume II le Roux. Robert Ier de Beaumont-le-Roger et Henri de Beaumont peuvent attendre beaucoup du changement de souverain.

C'est surtout le frère cadet qui profite des largesses royales puisqu'il reçoit un comté centré sur Warwick.

Parmi les domaines concédés, beaucoup appartiennent à Robert Ier de Beaumont-le-Roger qui semble avoir accepté, au terme d'un arrangement familial, de renoncer à certaines terres au profit de son cadet.



Rébellion des barons en Angleterre

Destruction de Tonbridge

Siège d'Ilchester

À la mort de Guillaume le Conquérant, ses possessions se retrouvent dirigées par deux maîtres différents :

Cette situation pose problème aux barons normands qui ont des possessions des 2 côtés de la Manche.

En mars-avril 1088, Gilbert de Clare et Odon de Bayeux entre en rébellion contre Guillaume II le Roux, afin de placer Robert II Courteheuse sur le trône d'Angleterre.

Un des meneurs est Odon de Bayeux, oncle du roi, ancien tuteur de Guillaume de Saint-Calais.

Il est envisageable que la participation de Robert de Montbray à la rébellion de 1088 soit due au refus de Guillaume II le Roux de le confirmer à la tête du comté de Northumbrie.

Guillaume de Saint-Calais se réfugie dans le donjon du château de Durham.

Pour Frank Barlow, Guillaume de Saint-Calais a très probablement été approché pour se joindre au mouvement.

Guillaume de Saint-Calais adresse une pétition à Guillaume II le Roux.

Il l'informe du complot et affirme que c'est grâce à lui que les villes de Douvres, Hastings et Londres restent fidèles à Guillaume II le Roux alors qu'elles étaient pratiquement perdues.

Guillaume II le Roux lui ordonne de l'accompagner dans sa campagne contre ses ennemis.

Guillaume de Saint-Calais part de la cour sous le prétexte d'aller lever de nouvelles troupes, mais il ne revient pas.

Guillaume II le Roux assiège Gilbert de Clare dans son château de Tonbridge. La ville est détruite.

Après un combat acharné qui dure 2 jours, Guillaume II le Roux force Gilbert de Clare, qui est blessé, et Roger de Clare, son frère, à se rendre.

Par la suite, Gilbert de Clare sera pardonné.

Durant cette rébellion, il est vraisemblable que Robert de Montbray soit le commandant militaire de Geoffroy de Montbray son oncle, contre Guillaume II le Roux.

Ensemble, Geoffroy de Montbray et Robert de Montbray mettent à sac Bristol, Bath, Berkeley, et une grande partie du Wiltshire.

Geoffroy de Montbray et Robert de Montbray sont repoussés dans leur siège d'Ilchester.

La rébellion est un terrible échec pour tous les barons impliqués dans ce complot.

Mais le roi, écoutant les barons qui lui sont restés fidèles, est clément avec eux, et Robert de Montbray ne semble pas subir de représailles.



Suite de l'intervention en Normandie

Traité de Caen

Guillaume II le Roux traverse la Manche le 2 février 1091, depuis Douvres ou Hastings.

Il débarque à Saint-Valery-en-Caux ou au Tréport, ports contrôlés par ses partisans, puis s'installe dans les environs d'Eu, dans l'est du duché de Normandie.

Toutefois, Guillaume II le Roux et Robert II Courteheuse préférent régler leurs différends pacifiquement, et aucun affrontement armé sérieux n'a lieu.

Il est possible que Guillaume de Saint-Calais, l'évêque exilé de Durham, soit intervenu comme intermédiaire durant le conflit puis dans les négociations de paix.

Le traité de Caen ou traité de Rouen est un traité conclu vers la fin février 1091, entre Guillaume II le Roux et Robert II Courteheuse.

Il met fin à une tentative d'intervention de Guillaume II le Roux en Normandie.

Guillaume II le Roux doit aider Robert II Courteheuse à régler les différents conflits auxquels il fait face et à reconquérir toutes les terres héritées de Guillaume le Conquérant qui ont été perdues, notamment le comté du Maine.

Guillaume II le Roux reçoit des terres, châteaux et droits:

Guillaume II le Roux donne des terres en Angleterre à Robert II Courteheuse, et doit rétablir dans leurs terres les barons déchus suite à la rébellion de 1088.

Il est aussi conclu que :

Ils se mettent aussi d'accord pour régler d'autres affaires en suspens.

N'appréciant visiblement pas son indépendance, Guillaume II le Roux obtient de Robert II Courteheuse qu'Edgar II Atheling soit dépouillé de ses terres et expulsé. Edgar II Atheling doit à nouveau se réfugier en Écosse.

Ils décident aussi de reprendre à leur plus jeune frère, Henri Ier Beauclerc, l'apanage normand qu'il a acheté avec son héritage.

En effet, la ville de Cherbourg, que Guillaume II le Roux a obtenue, appartient à ce moment-là à Henri Ier Beauclerc.

Les deux hommes marchent sur lui, et Henri Ier Beauclerc n'a d'autre choix que de se réfugier au Mont-Saint-Michel, qu'il fortifie.

Piégé avec des réserves d'eau insuffisantes, Henri Ier Beauclerc doit finalement se rendre en avril 1091. Il part alors pour un court exil en France.

Pour l'historien britannique Frank Barlow, les termes du traité sont plutôt équilibrés.

Robert II Courteheuse est gagnant à court terme puisqu'il reçoit de l'argent et une aide militaire immédiate.

Guillaume II le Roux est gagnant à moyen terme puisqu'il lui est concédé un avantageux apanage normand.

Il faut cependant noter que la constitution de cet apanage ne coûte rien à Robert II Courteheuse, puisque dans le même temps il récupère les terres vendues à leur frère Henri Ier Beauclerc.

Le traité entraîne une période d'entente cordiale entre les deux frères et ramène la paix dans le duché. Cela ne durera pas longtemps.

Guillaume II le Roux restaure Guillaume de Saint-Calais dans ses possessions anglaises.



Mariage d'Alain IV Fergent avec Ermengarde d'Anjou

Veuf de Constance de Normandie, Alain IV Fergent épouse en 1093 Ermengarde d'Anjou, fille Foulques IV le Réchin. Leurs enfants sont :

Foulques fait ainsi alliance avec la Bretagne contre Robert II Courteheuse, fils de Guillaume le Conquérant.

Alain IV Fergent préfère séjourner dans la partie bretonnante du duché dont il est originaire et habite volontiers dans ses châteaux d'Auray et surtout de Carnoët non loin de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé régie par son oncle Binidic (Benoît).



Nouveau départ en croisade d'Étienne-Henri de Blois et d'Hugues Ier de Vermandois

La prise de Jérusalem couvre Hugues Ier de Vermandois de honte et, pour réparer son manquement, Hugues Ier de Vermandois repart vers la Palestine.

De retour à Blois, Étienne-Henri de Blois est fraîchement accueilli par Adèle de Normandie, sa femme qui se dit offusquée. Elle, fille de Guillaume le Conquérant, est mariée à un lâche. Après une campagne de harcèlement moral, elle le persuade de penser à sa réputation, et de retourner en Terre sainte.

Étienne-Henri de Blois rejoint la seconde vague de participants à la première croisade qui part au printemps 1101. La chevauchée est terrible. Étienne-Henri de Blois ne rejoint Baudouin de Boulogne, Roi de Jérusalem, qu'avec une poignée d'hommes.

Hugues VI de Lusignan participe également à la croisade de secours en 1101

Welf IV Welf joint la croisade de 1101.



Mariage de Raoul III de Tosny avec Adelise de Northumbrie

Le ralliement de Raoul III de Tosny à Henri Ier Beauclerc lui permet d'abord d'obtenir un beau mariage.

Raoul III de Tosny épouse Adelise de Northumbrie, fille et héritière de Waltheof de Northumbrie et de Judith, nièce de Guillaume le Conquérant. Leurs enfants sont :

et plusieurs filles



Raynald de Warenne Prisonnier

Bataille de Tinchebray

Henri Ier Beauclerc Duc de Normandie

Robert II Courteheuse Prisonnier

Robert Ier de Beaumont-le-Roger Comte de Leicester

En 1106, Edgar II Atheling traverse la Manche pour soutenir Robert II Courteheuse contre Henri Ier Beauclerc.

Raynald de Warenne supporte Robert II Courteheuse contre Henri Ier Beauclerc.

Raynald de Warenne est capturé juste avant la bataille de Tinchebray, puis relâché.

Le 28 septembre 1106, Henri Ier Beauclerc, grâce à l'intervention Élie Ier de Beaugency, vainc l'armée normande de son frère Robert II Courteheuse à la bataille de Tinchebray.

Participent à cette bataille pour Henri Ier Beauclerc :

D'origine peut-être Normande, Waldric ou Gaudri ou Gaudry de Roye figure parmi ceux qui entourent Henri Ier Beauclerc.

Gaudry de Roye devient son chapelain, voire l'officier de la Chancellerie d'Angleterre.

Gaudry de Roye fait personnellement prisonnier Robert II Courteheuse après la bataille.

Robert II Courteheuse est emprisonné au château de Cardiff probablement sous la garde de Roger de Salisbury.

Il y restera emprisonné jusqu'à sa mort.

Edgar II Atheling est aussi fait prisonnier lors de cette bataille.

Edgar II Atheling sera rapidement libéré par Henri Ier Beauclerc et se retirera définitivement dans ses domaines, et ne laissera plus de trace dans l'histoire.

Henri Ier Beauclerc s'approprie le duché de Normandie comme possession de la couronne anglaise, une situation qui allait durer pendant plus d'un siècle.

Angleterre et Normandie se retrouvent sous le même maître comme au temps de Guillaume le Conquérant.

Le jeune Guillaume Cliton tombe dans les mains d'Henri Ier Beauclerc qui en confie la garde à Hélias de Saint-Saens, qui a épousé une fille naturelle de Robert II Courteheuse.

Alain IV Fergent devient le vassal d'Henri Ier Beauclerc.

C'est probablement à la suite de cette bataille que Robert Ier de Beaumont-le-Roger est nommé 1er Comte de Leicester.

Ayant prouvé sa loyauté, la position de Guillaume II de Warenne à la cour d'Henri Ier Beauclerc s'en trouve renforcée.


Château de Caumont à Houlgate

Échec de Louis-Alexandre Foucher de Careil aux élections législatives

Construction du château de Caumont à Houlgate

Louis-Alexandre Foucher de Careil se présente aux élections législatives dans la 1re circonscription du Calvados, contre Germiny, candidat officiel en 1863. C'est un échec.

Le château Foucher de Careil, ou château de Caumont est construit au sommet de la falaise, dans le vent, à Hougate en 1863 pour Louis Alex Foucher de Careil à l'endroit même où Guillaume le Conquérant campa avec son armée en 1066 avant d'envahir l'Angleterre.

Un portique surmonté d'un balcon régnant au niveau du premier étage, adoucit l'austérité de cet édifice classique, composé d'un corps central entre 2 pavillons saillants.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !