Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



14 événements affichés, le premier en 1191 - le dernier en 1313



Guillaume de Nogaret Seigneur de Nogaret

Alphonse-Raymond II le Chaste fait don de la seigneurie de Nogaret à Guillaume de Nogaret (fils d'Ermeniard) en 1191, ancêtre du célèbre autre Guillaume de Nogaret, ministre de Philippe IV le Bel.



Naissance de Guillaume de Nogaret

Guillaume de Nogaret naît vers 1260 à Saint-Félix-de-Caraman (aujourd'hui Saint-Félix-Lauragais).

Le père de Guillaume de Nogaret, toulousain, a été condamné comme hérétique lors de la Croisade des Albigeois.



Guillaume de Nogaret Juge mage de la sénéchaussée de Beaucaire Nîmes

En 1293, Guillaume de Nogaret entre au service du roi de France Philippe IV le Bel et devient juge mage de la sénéchaussée de Beaucaire Nîmes pendant deux ans, fonction à responsabilité dans l'une des sénéchaussées les plus importantes du royaume.



Guillaume de Nogaret au service du Roi

Guillaume de Nogaret est engagé au service du Roi à Paris à fin 1295 en tant qu'enquêteur en Champagne et dans les provinces orientales du royaume.



Guillaume de Nogaret au Parlement

Guillaume de Nogaret siège au Parlement à partir de 1298.



Guillaume de Nogaret au Conseil du Roi

Guillaume de Nogaret siège au Conseil du roi à partir de 1300. Il est envoyé en ambassade auprès du Pape.



Projet contre Boniface VIII

En février 1303, Guillaume de Nogaret persuade Philippe IV de s'emparer du Pape pour le ramener en France où un concile réuni pour l'occasion le déposera.

Le 7 mars 1303, il reçoit l'ordre d'agir. Le 12 mars, lors d'une assemblée royale solennelle tenue au Louvre, Guillaume de Nogaret prononce un discours au cours duquel il lance une série d'accusations contre Boniface VIII, et réclame la convocation d'un concile général pour faire son procès.

Aussitôt après, Guillaume de Nogaret part pour l'Italie il engage une bande d'aventuriers, le clan Colonna, ennemis de la famille Gaetani, la famille du Pape.


Benoît XI Pape

Mort de Boniface VIII Pape

Benoît XI Pape

Boniface VIII tombe malade par suites des mauvais traitements qu'il a subis. Boniface VIII meurt à Rome, un mois plus tard, le 11 octobre 1303 sauvant la mission de Nogaret.

A son retour, lorsque Guillaume de Nogaret rend compte au roi de sa mission, il est chaleureusement remercié par l'attribution de terres et reçoit une grosse somme d'argent.

Nicolas Boccasini est élu pape le 22 octobre 1303 sous le nom de Benoît XI. Cette élection marque le début du triomphe de la France sur la Papauté.

Par amour de la paix, Benoît XI cherche à réconcilier la papauté avec Philippe IV le Bel en annulant les bulles lancées par son prédécesseur.

Benoît XI rappela les frères Jacques Colonna et Pierre Colonna.



Absolution générale pour Attentat d'Anagni

Philippe IV le Bel envoie Guillaume de Nogaret en ambassade auprès de Benoît XI afin de demander l'absolution pour tous les participants à la querelle avec Boniface VIII. Le Pape refuse de le recevoir et l'exclut de l'absolution générale qu'il accorde le 12 mai 1304.

Le 7 juin 1304, il fulmine contre lui et ses alliés d'Anagni dans la bulle "Flagitiosum scelus".



Guillaume de Nogaret Garde du Sceau

En 1307, Guillaume de Nogaret obtient le poste de Garde du Sceau, auquel il succède à Pierre de Belleperche.


Baphomet

Les Templiers

Les richesses des templiers, leur pouvoir presque illimité, l'orgueil des chevaliers, l'inconduite scandaleuse de certains frères lais avaient suscité l'envie et la malveillance. Les Templiers étaient redoutés et détestés.

On les accusait de pactiser en Orient avec les Sarrasins. Des légendes sinistres couraient sur les criminels mystères qui avaient lieu dans le secret de leurs Maisons, où nul autre qu'eux n'entrait jamais. Des renseignements, qui révoltaient le peuple en ces temps d'universelle foi, étaient chuchotés sur les rites étranges et sacrilèges qui s'accomplissaient dans les Commanderies si rigoureusement fermées aux profanes.

Eux qui ouvertement, s'engageaient à combattre jusqu'à la mort pour le tombeau du Christ, on les accusait, de se livrer à des cérémonies cultuelles bizarres, maléfiques, démoniaques, au cours desquelles ils reniaient Dieu et pratiquaient la magie noire en même temps qu'ils se livraient entre eux à des débauches contre nature et à des impuretés abominables. Hérétiques, ils avaient une doctrine et des pratiques secrètes qu'ils ne pouvaient, sous peine de mort, divulguer aux profanes. Des chevaliers, ayant menacé l'Ordre de révélations publiques, avaient, prétendait-on, disparus mystérieusement.

Jules Garinet dans son Histoire de la Magie écrit :

On disait, qu'à la réception dans l'Ordre on conduisait le récipiendaire dans une chambre obscure où il reniait Jésus-Christ en crachant trois fois sur le crucifix ; que celui qui était reçu baisait celui qui le recevait à la bouche, ensuite in fine spinae dorsi et in virga virili ; que les Templiers dans leurs chapitres généraux adoraient une tête de bois doré, qui avait une longue barbe, des moustaches touffues et pendantes ; à la place des yeux brillaient deux grosses escarboucles étincelantes cornme du feu..." Cette idole s'appelait le "Baphomet".

Henri Martin, à ce sujet, dit :

Chaque chapitre en possédait une image : c'était une tête humaine à longue barbe blanche, ayant en la place des yeux escarboucles reluisantes comme la clarté du ciel, avec un crâne humain et une peau humaine ; certaines de ces idoles les étaient à trois faces et montées sur quatre pieds ; on en avait saisi une au Temple de Paris"

A ces accusations, d'autres s'ajoutaient :

Ces accusations se précisèrent en dénonciations formelles faites, notamment, par deux Templiers apostats.

Philippe IV le Bel, conseillé par Guillaume de Nogaret, peut enfin agir ce qu'il attendait depuis l'avènement du Pape Clément V.



Procès de Guichard Évêque de Troyes

Guillaume de Nogaret est encore l'avocat du diable à l'occasion du procès de Guichard, évêque de Troyes, d'avoir fait mourir la reine par sorcellerie, qui débute en 1308 et durera jusqu'en 1313.



Absolution de Guillaume de Nogaret pour l'attentat d'Anagni

Le 27 avril 1311, Guillaume de Nogaret obtient de Clément V l'absolution que Benoît XI lui avait refusée.

Il doit en échange s'engager à partir pour la prochaine croisade, et se rendre dans un certain nombre de lieux de pèlerinage en France et en Espagne, mais il ne le fit jamais.



Mort de Guillaume de Nogaret

Guillaume de Nogaret meurt à fin mars 1313.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !