Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



12 événements affichés, le premier en 1520 - le dernier en 1592



Naissance de Guillaume II de Joyeuse

Guillaume II de Joyeuse dit le Jeune, naît en 1520, fils de Jean de Joyeuse et de Françoise de Voisins, Dame d'Arques.

Guillaume II de Joyeuse se destine d'abord à l'Église.



Mort de Guillaume V d'Alet

Guillaume II de Joyeuse Évêque d'Alet

Guillaume V d'Alet meurt en 1540.

Guillaume II de Joyeuse dit le jeune, son frère, devient Évêque d'Alet en 1541.

N'ayant pas encore prononcé ses vœux, Guillaume II de Joyeuse, devenu chef de la famille, renonce à l'état ecclésiastique et embrasse la carrière des armes.



Mariage de Guillaume II de Joyeuse avec Marie de Batarnay

Guillaume II de Joyeuse épouse Marie de Batarnay (1539-1595). Leurs enfants sont :



Naissance d'Anne de Joyeuse

Anne de Joyeuse naît au château de Joyeuse en 1560 ou en 1561, fils de Guillaume II de Joyeuse et de Marie de Batarnay.

Il étudié au collège de Toulouse et suit les cours de Théodore Marsile et Georges Critton.



Naissance de François de Joyeuse

François de Joyeuse naît à Carcassonne le 24 juin 1562, fils de Guillaume II de Joyeuse et de Marie de Batarnay.



Naissance d'Henri de Joyeuse

Henri de Joyeuse naît à Toulouse le 21 septembre 1563 ou en 1567, fils de Guillaume II de Joyeuse et de Marie de Batarnay.



Naissance d'Antoine Scipion de Joyeuse

Antoine Scipion de Joyeuse naît vers 1565, fils de Guillaume II de Joyeuse et de Marie de Batarnay.



La saison des Saint-Barthélemy

Le massacre de la Saint-Barthélemy s'étend les semaines suivantes à plus d'une vingtaine de villes de province.

Il dure toute une saison, selon l'expression de Michelet.

Averties par des témoins, des courriers de commerçants, encouragées par des agitateurs comme le Comte de Montsoreau dans le val de Loire, les villes de province déclenchent leurs propres massacres.

Louis III de Bourbon-Vendôme participe au massacre de la Saint-Barthélemy.

La réaction des autorités est variable.

Parfois elles encouragent les massacres :

Assez souvent, les autorités tentent de protéger les huguenots, en les mettant en prison comme au Mans et à Tours.

Cela ne marche pas toujours, les prisons sont forcées et les protestants y sont massacrés comme à Lyon, Rouen, Albi.

Les gouverneurs militaires contredisent ceux qui prétendent que le roi ordonne et approuve les massacres, ce qui ne suffit pas toujours à les empêcher.

Jacques II de Goyon est l'un des rares gouverneurs à avoir exécuté avec fidélité les ordres de Charles IX de France en protégeant les protestants à Saint-Lô et à Alençon.

Au total, le nombre de morts est estimé à 2 000 à Paris, et de 5 000 à 10 000 dans toute la France.

Le pape Grégoire XIII fait chanter un Te Deum en apprenant la nouvelle.

Il fait frapper une médaille pour célébrer l'évènement et commande à Vasari une série de fresques racontant le massacre.

Philippe II d'Espagne fait part de sa satisfaction et aurait déclaré : C'est le plus beau jour de ma vie.

Élisabeth Ire Tudor prend le deuil et fait faire le pied de grue à l'ambassadeur français avant de paraître accepter la thèse du complot.

Le massacre de la Saint-Barthélemy déclencha la quatrième guerre de religion.



Campagne contre les huguenots en Languedoc et en Auvergne

À partir de 1577, Anne de Joyeuse accompagne Guillaume II de Joyeuse, son père, en campagne contre les huguenots en Languedoc et en Auvergne.



Guillaume II de Joyeuse Maréchal de France

Guillaume II de Joyeuse, Vicomte de Joyeuse, Seigneur de Saint-Didier, de Laudun, de Puyvert et d'Arques, est fait Maréchal de France en 1582 par Henri III de France.



Antoine Scipion de Joyeuse Duc de Joyeuse

Pendant les guerres de religion, Antoine Scipion de Joyeuse seconde Guillaume II de Joyeuse, son père.

Chevalier de l'Ordre de Malte et grand-prieur de Toulouse, Antoine Scipion de Joyeuse devient Duc de Joyeuse en 1590.

Chef de guerre habile, mais brutal, il est secondé par un certain Barudel, un ancien boucher.

Antoine Scipion de Joyeuse fait exécuter des blessés à Montastruc le 10 mai 1590 et est réputé pour tuer "sans distinction d'âge ny sexe".



Mort de Guillaume II de Joyeuse Maréchal de France

Antoine Scipion de Joyeuse Lieutenant général du Languedoc

Guillaume II de Joyeuse meurt en 1592, ayant vu mourir avant lui quatre de ses fils.

Antoine Scipion de Joyeuse succède à son père comme lieutenant général du Languedoc, le 17 mars 1592.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !