Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



14 événements affichés, le premier en 1656 - le dernier en 1723



Naissance de Guillaume Dubois

Guillaume Dubois naît à Brive-la-Gaillarde le 6 septembre 1656 fils d'un docteur en médecine.

Éduqué par les frères de la Doctrine Chrétienne, Guillaume Dubois reçoit la tonsure à l'âge de 13 ans.



Guillaume Dubois à Paris

En 1672, Guillaume Dubois obtient une bourse. Sans doute par protection de Jean de Pompadour, Marquis de Pompadour, lieutenant-général du Limousin. Il part, pour Paris, poursuivre sa formation au collège Saint-Michel.

Il en reste aujourd'hui rue de Bièvre dans le Vème arrondissement quelques vestiges.



Guillaume Dubois précepteur de Philippe II d'Orléans

Guillaume Dubois est vite remarqué par l'abbé Antoine Faure, directeur de l'établissement, qui obtient pour son compatriote le poste envié de précepteur de Philippe II d'Orléans.



Mariage de Philippe II d'Orléans avec Françoise-Marie de Bourbon

Guillaume Dubois Abbé de Saint Just en Picardie

Louis XIV utilise l'influence de Philippe de Lorraine-Armagnac pour faire consentir Philippe Ier d'Orléans au mariage de Philippe II d'Orléans, son fils.

Au début de 1692, Louis XIV convoque Philippe II d'Orléans, son neveu, et lui déclare qu'il ne peut mieux lui témoigner son affection qu'en lui donnant sa propre fille en mariage, ce à quoi le jeune homme ne sait répondre qu'en balbutiant un remerciement embarrassé.

Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, la Princesse Palatine, apprenant l'issue de l'entrevue, jette de hauts cris mais ne peut affronter Louis XIV, d'autant qu'elle sait ne pouvoir compter sur le soutien de Philippe Ier d'Orléans, son mari. Elle borne l'expression de son mécontentement à tourner le dos au Roi après lui avoir fait une profonde révérence.

Le mariage n'en a pas moins lieu. Philippe II d'Orléans épouse le 9 janvier 1692 Françoise-Marie de Bourbon, fille bâtarde légitimée de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. Leurs enfants sont :

Ce mariage non désiré, n'est guère heureux. Philippe appellera sa femme Madame Lucifer.

Philippe II d'Orléans hérite du Palais-Royal.

Guillaume Dubois, son précepteur, obtient alors l'abbaye de Saint Just en Picardie.

Pierre de Villars devient chevalier d'honneur de Françoise-Marie de Bourbon, la duchesse de Chartres en 1692.



Mission diplomatique en Angleterre de Guillaume Dubois

En 1698, membre de la maison d'Orléans au même titre que l'abbé de Saint-Pierre, Guillaume Dubois effectue une mission diplomatique en Angleterre. Il y découvre une nation capitaliste et libérale en plein essor, visite Oxford, rencontre les exilés français tels Saint-Évremond et noue sans doute d'utiles relations dans l'entourage de la Cour de Saint-James.

De retour au Palais-Royal, Guillaume Dubois devient dans l'entourage des Orléans un spécialiste de la diplomatie secrète. Il y croise l'abbé de Saint-Pierre, théoricien de la paix universelle.



Liaison de Guillaume Dubois avec Madame de Tencin

Guillaume Dubois Conseiller du régent

Guillaume Dubois, qui n'a pas encore prononcé ses vœux, a une liaison avec Madame de Tencin.

Devenu conseiller du régent, Guillaume Dubois exerce une influence croissante. Il oriente la France vers l'alliance britannique, aidé en cela des renseignements de sa maîtresse en titre.

Madame de Tencin, par son fameux salon littéraire et politique, est au fait du dessous des cartes de la politique anglaise

Les Orléans et les Hanovre devant faire face à de vives oppositions intérieures, Guillaume Dubois s'efforce de maintenir la paix qui seule peut permettre de maintenir la stabilité du régime et l'économie française, bien malmenée par la longue guerre de succession d'Espagne qui vient à peine de se terminer.



Triple Alliance

Face aux projets du Cardinal Alberoni en Espagne, George Ier de Grande-Bretagne qui s'intéresse de très près à la politique étrangère, signe la troisième Triple-Alliance avec les Pays-Bas et la France, en 1717.

Guillaume Dubois négocie cette la Triple Alliance pour la France.



Louis Ier d'Orléans au Conseil de Régence et au Conseil de la Guerre

Louis Ier d'Orléans est admis au Conseil de Régence le 30 janvier 1718 et le lendemain à celui de la Guerre.

Louis Ier d'Orléans n'hésite pas à s'opposer à certaines décisions de Philippe II d'Orléans, son père, et à Guillaume Dubois, son principal ministre.

À cette époque-là, selon le baron de Besenval, Louis Ier d'Orléans entretient une fille de la comédie.



Guillaume Dubois Archevêque de Cambrai

Guillaume Dubois obtient en 1720 l'archevêché de Cambrai, un des plus riches du pays lui fournissant également le titre prestigieux de prince du Saint-Empire romain germanique. Il ne mettra jamais les pieds dans son diocèse.


Le cardinal Guillaume Dubois par Hyacinthe Rigaud - 1723 Le cardinal Guillaume Dubois

Guillaume Dubois Cardinal

Innocent XIII concède à Guillaume Dubois le cardinalat le 16 juillet 1721 alors qu'il ne sait même pas célébrer la messe.

Doté de 7 abbayes, Guillaume Dubois amasse, comme la plupart des cardinaux de l'époque, une certaine fortune (10 000 000 de livres) et tente de promouvoir sa famille.



Guillaume Dubois Principal ministre

Louis XV confirme le cardinal Guillaume Dubois comme principal ministre.

Il entre à l'Académie française et assure la présidence de l'assemblée du clergé.

Durant son bref ministère, il tente de relancer l'économie par la réduction des droits, de rétablir la situation des finances après les errements du système de Law et ralentit la persécution des protestants.


François-Victor Le Tonnelier de Breteuil

Cabale contre Claude Le Blanc et Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle

François-Victor Le Tonnelier de Breteuil Secrétaire d'État du département de la guerre

Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle souhaite se consacrer à ses affaires domestiques, notamment à la construction d'un très bel hôtel particulier à Paris qui deviendra l'hôtel de Belle Isle.

Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle est très lié à Claude Le Blanc, le trésorier de l'Extraordinaire des guerres.

En 1723, Gérard Michel de La Jonchère, un proche collaborateur de Claude le Blanc, fait banqueroute.

Il est accusé de concussion par les frères Paris, en particulier par Antoine Paris.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé suscite une cabale et accuse Claude Le Blanc d'avoir détourné les fonds du ministère de la guerre.

Claude Le Blanc n'est pas soutenu par le Guillaume Dubois, le premier ministre, et doit démissionner le 1er juillet 1723.

Claude Le Blanc est emprisonné à la Bastille.

François-Victor Le Tonnelier de Breteuil remplace Claude Le Blanc, pendant sa détention comme secrétaire d'État du département de la guerre du 1er juillet 1723.

François-Victor Le Tonnelier de Breteuil prête serment entre les mains du roi le 4 juillet 1723 et au conseil tenu au Louvre le 13 août suivant.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé n'aime pas Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle ni son frère.

Charles Louis Auguste Fouquet de Belle-Isle est aussi accusé d'avoir diverti une partie des fonds de la caisse et d'y avoir substitué des billets de banque dans le temps de leur discrédit.


Philippe II d'Orléans

Mort de de Guillaume Dubois

Philippe II d'Orléans Principal ministre

Guillaume Dubois meurt à Versailles le 10 août 1723.

On lui prête une vie dissipée, peut-être à cause d'une maîtresse en titre, mais elle semble plutôt avoir été consacrée au travail et à la relève de la France.

Louis XV a pour Philippe II d'Orléans la plus vive affection. Philippe II d'Orléans lui demande alors à la place de principal ministre. Louis XV lui accorde sans hésiter.

C'est la première fois dans l'histoire de la monarchie qu'un petit-fils de France est investi de telles fonctions.

Philippe II d'Orléans se plonge dans les affaires avec ardeur.



Fleuriau de Morville aux Affaires étrangères

Jean Frédéric Phélypeaux Secrétaire d'État à la Marine

Fleuriau de Morville est nommé aux Affaires étrangères en remplacement du Guillaume Dubois.

Jean Frédéric Phélypeaux devient également Secrétaire d'État à la Marine le 16 août 1723, à la place de Fleuriau de Morville.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !