Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



18 événements affichés, le premier en 1428 - le dernier en 1510



Mariage de Pierre d'Amboise avec Anne de Bueil

Pierre d'Amboise épouse le 23 août 1428 Anne de Bueil, Dame d'Aubijoux, fille de Jean IV de Bueil et de Marguerite Dauphine d'Auvergne, Comtesse de Sancerre. Leurs enfants sont :



Naissance de Georges d'Amboise

Georges d'Amboise naît au château de Chaumont-sur-Loire en 1460, fils de Pierre d'Amboise et d'Anne de Bueil.



Georges d'Amboise Évêque de Montauban

Georges d'Amboise s'attache à la fortune de Louis II d'Orléans , futur Louis XII.

En 1474, Georges d'Amboise est ordonné Évêque de Montauban et devient l'un des aumôniers de Louis XII.



Georges d'Amboise Lieutenant-général de la Normandie

Georges d'Amboise devient lieutenant-général de la Normandie sous Charles VIII.



Invasion de la Bretagne

Charles VIII de France et Anne de Bretagne libéré de leurs engagements précédents

L'union de Maximilien Ier de Habsbourg et d'Anne de Bretagne mécontente Charles VIII de France car la France se retrouve cernée à l'Est et à l'Ouest par une telle alliance.

Louis II de La Trémoïlle est à nouveau lieutenant général des armées royales..

En 1491, la France envoie ses troupes contre la Bretagne et soumet la plupart des villes bretonnes, puis assiège Rennes ou s'est réfugiée Anne de Bretagne.

Le peuple supplie la Duchesse de rompre avec Maximilien et de consentir à l'union avec Charles VIII de France, Roi des français.

À l'initiative de Louis II d'Orléans, futur Louis XII, Anne de Bretagne rencontre Charles VIII de France, de cette rencontre naît une sympathie, à la surprise de tous. Les deux jeunes gens se fiancent à Rennes.

Georges d'Amboise négocie le mariage de Charles VIII et d'Anne de Bretagne.

Rome consent à libérer les deux fiancés de leurs précédents engagements.

En 1491, le contrat de mariage d'Anne de Bretagne et de Maximilien Ier de Habsbourg est annulé pour non-consommation.

À l'automne, Charles VIII de France, lié par un mariage blanc avec Marguerite d'Autriche, la renvoie. Il renonce ainsi à la dot de Marguerite : le Franche-Comté et l'Artois.

Il prend congé d'elle le 25 novembre 1491 à Baugé. Marguerite d'Autriche regagne alors les Pays-Bas où l'attend la veuve de son grand-père, Marguerite d'York (veuve de Charles le Téméraire). Marguerite d'Autriche, meurtrie, gardera toute sa vie une dent contre la France.

Maximilien Ier de Habsbourg, fâché de ces évènements, excite les rois alentours contre la France.



Georges d'Amboise Archevêque de Narbonne

En 1492 Georges d'Amboise est fait Archevêque de Narbonne par Louis XII.



Georges d'Amboise Archevêque de Rouen

Georges d'Amboise devient archevêque de Rouen en 1494.


Louis XII Louis XII Porc-épic - Symbole de Louis XI I- Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen

Mort de Charles VIII de France

Anne de Bretagne à nouveau Duchesse de Bretagne

Dynastie des Valois Orléans

Louis XII Roi de France

Georges d'Amboise Principal conseiller de Louis XII

Pierre de Rohan- Guémené Lieutenant-général en Bretagne et Chef du Conseil

Charles VIII de France projette une nouvelle expédition sur le royaume italien.

Alors qu'il est dans sa résidence favorite, le château d'Amboise, jouant à la paume, il heurte le linteau d'une porte assez basse.

Il tombe à la renverse et meurt presque aussitôt à l'âge de 28 ans le 8 avril 1498.

Ses enfants étant morts en bas âge, la branche des Valois s'éteint, laissant le trône vaquant.

Anne de Bretagne profite de ce deuil pour frapper sa monnaie, rétablir la chancellerie et réunir ses états généraux.

Elle reprend avec énergie les rênes de son duché.

La mort de Charles VIII de France, permet à Louis II d'Orléans, le rebelle à l'accession de Charles VIII de France, de monter sans opposition sur le trône de France le 8 avril 1498.

Il devient alors Louis XII.

Cette branche des Valois-Orléans ne donne qu'un Roi.

Il apparaît comme un Roi bienveillant soucieux de venir en aide aux déshérités et aux victimes de la soldatesque.

Il prend ainsi une série de mesures qui humanisent la justice et l'emprisonnement.

Il fait participer des conseillers à ses décisions et se montre très soucieux de sa notoriété.

Sous Louis XII, le pouvoir du Roi se renforce.

Guillaume Briçonnet participe avec son père au couronnement de Louis XII à Reims en 1498.

Louis XII prend pour Principal conseiller Georges d'Amboise qui, jusqu'à sa mort, restera à la tête des affaires.

Pierre de Rohan-Guémené est très aimé de Louis XII qui le fait lieutenant-général en Bretagne et Chef du Conseil.


Georges d'Amboise

Georges d'Amboise Archevêque de Rouen

Georges d'Amboise Principal ministre Louis XII

Georges d'Amboise Cardinal

Georges d'Amboise succède à Guillaume d'Estouteville et devient Archevêque de Rouen en 1498.

Georges d'Amboise s'attache à embellir la cathédrale de Rouen et à faire agrandir le palais épiscopal.

En 1498, Louis XII choisit Georges d'Amboise comme principal ministre.

Georges d'Amboise remplira avec habileté et intégrité ces fonctions, qu'il conserva jusqu'à sa mort.

Dès le début de son administration Georges d'Amboise se concilie les faveurs populaires en supprimant la taxe extraordinaire qu'on avait coutume de lever à l'avènement du roi.

Le 17 septembre 1498, Alexandre VI nomme Georges d'Amboise cardinal et fait de lui son légat en France.

Georges d'Amboise aspire un temps à se faire élire pape, mais ses ambitions se heurtent à l'opposition de Jules II.


César Borgia – par Altobello Melone - Galerie de l'Accademia Carrara - Bergamo

Deuxième guerre d'Italie

Traité de Blois

Traité de Lucerne

Accord de Genève

César Borgia Duc de Valentinois et Comte de Die

Mariage de César Borgia avec Charlotte d'Albret

La deuxième guerre d'Italie dure de 1499 à 1500.

Louis XII, hérite des droits des Valois sur le Royaume de Naples et estime en avoir sur le Duché de Milan, par Valentine Visconti, sa grand-mère.

Conseillé par Georges d'Amboise, Louis XII prépare minutieusement sa campagne en Italie.

Louis XII renouvelle le traité d'Étaples de 1492 avec l'Angleterre.

Il reçoit l'hommage de Philippe Ier le Beau pour l'Artois et le Charolais.

Louis XII se rapproche de la République de Venise avec qui il signe le traité de Blois le 2 février 1499 par lequel il promet la région de Crémone si elle intervient au côté de la France.

Louis XII conclut à Angers une alliance offensive et s'allie avec Venise et Florence contre Ludovic le More le 9 février 1499.

Louis XII signe le traité de Lucerne le 16 mars 1499 avec le Pape Alexandre VI, l'empereur Maximilien Ier de Habsbourg, et les suisses.

Les représentants des cantons suisses promettent leur appui et des soldats en échange d'une très confortable pension versée à la Confédération Helvétique.

Louis XII conclut un troisième accord à Genève en mai 1499 avec Philibert II de Savoie.

Celui-ci, moyennant pension, laisse libre accès aux cols des Alpes

Le 8 mai 1499, César Borgia prête hommage à Louis XII comme Duc de Valentinois et Comte de Die.

César Borgia épouse le 10 ou 12 mai 1499 Charlotte d'Albret, Dame de Chalus, fille d'Alain d'Albret et de Françoise de Blois-Châtillon, Comtesse de Périgord. Leur enfant est :

Charlotte d'Albret mène d'abord une vie brillante.


Jacques de Trivulce

Conquête du Duché de Milan

Fuite de Ludovic le More en Autriche

Prise de Milan

Jacques de Trivulce Maréchal de France

Le 10 juillet 1499, Louis XII, avec une puissante armée, 23 000 hommes dont 5 000 Suisses, dotée d'une forte artillerie, arrive à Lyon.

Dans sa suite, il y a César Borgia et le cardinal Julien delle Rovere, futur pape Jules II, momentanément réconciliés

Georges d'Amboise, Jacques II de Chabannes, Artus Gouffier de Boissy, Pierre de Rohan-Guémené et Jean de Poitiers participe à cette campagne.

Philibert II de Savoie participe aux guerres d'Italie au côté de Louis XII.

La coalition anti-milanaise est franco-vénitienne et François II Gonzague se met au service de Louis XII.

Les Français commandés par le condottiere Jacques de Trivulce attaquent le duché de Milan en juillet 1499.

L'avant-garde de l'armée française, dirigée par le condottiere Jacques de Trivulce, pénètre dans le Milanais le 18 juillet 1499.

À Lyon, l'artillerie et le reste de la cavalerie partent pour l'Italie

En août 1499, l'armée française quitte sa base d'Asti et prend une à une les places fortes détenues par Ludovic le More, dont Gênes.

Pendant qu'elle fonce sur Pavie, les Vénitiens passent l'Adda et les villes lombardes se soulèvent

Calculateur et violent, César Borgia tente grâce à l'appui de son père de se constituer une principauté en Romagne.

En 1499, César Borgia prend Imola et Forlì, dirigée par Catherine Sforza en 1499.

Le 2 septembre 1499, Ludovic le More attaqué sur deux fronts, quitte Milan pour le Tyrol où l'accueille l'empereur Maximilien Ier de Habsbourg.

Le 14 septembre 1499, les français prennent possession de Milan qui a négocié sa reddition.

Louis XII, qui n'a pas participé à l'expédition, quitte la France pour faire son entrée solennelle à Milan

Louis XII nomme Jacques de Trivulce Gouverneur de Milan, mais celui-ci se rend très impopulaire.

Jacques de Trivulce, Marquis de Vigevano, est fait Maréchal de France en 1499 par Louis XII.

Louis XII fait François II Gonzague chevalier de l'Ordre de Saint-Michel.

Louis XII quitte la ville au bout d'un mois.



Retour de Ludovic le More

Révolte des Milanais

Ludovic le More à nouveau Duc de Milan

Ludovic le More Prisonnier

Ludovic le More quitte l'Autriche et revient sur Milan avec une armée de 20 000 hommes.

L'annonce de ce retour provoque le 25 janvier 1500 des soulèvements à Milan et dans d'autres villes, durement opprimée par Jacques de Trivulce.

Les Français se replient prudemment sur Novare.

De février à mars 1500, Ludovic le More reprend Milan puis Pavie, Parme, Vigevano et Novare que les Français sont autorisés à quitter, et Saint Ambroise.

Ludovic le More reprendre son trône de Duc de Milan.

Louis XII désigne Louis II de La Trémoïlle comme son lieutenant-général en Milanais pour reconquérir le duché.

D'autres troupes françaises franchissent les alpes.

Louis XII envoie aussi Georges d'Amboise.

Jacques de Trivulce mène une nouvelle campagne.

Ludovic le More n'ayant pas soldé ses mercenaires, ces derniers refusent de combattre les Français.

Au siège de Novare, Louis II de La Trémoïlle réussit à défaire l'armée milanaise.

Ludovic le More tente de quitter la ville caché parmi les mercenaires suisses, mais est trahi par l'un d'entre eux qui le vend aux français le 8 avril 1500.

Livré au général français Louis II de La Trémoïlle le 10 avril 1500, Ludovic le More est envoyé en France et enfermé au château de Loches.

En juin 1500, Louis II de La Trémoïlle estime qu'il a rempli sa mission et il rentre en France, en déclinant les offres de Louis XII, qui lui propose de devenir vice-roi ou gouverneur de la nouvelle province de Milan.

Georges d'Amboise fait nommer son neveu Charles II d'Amboise de Chaumont comme gouverneur du duché de Milan.

À Milan, un Sénat mi-français, mi-italien est mis en place.

Avec l'aide de la France, César Borgia prend possession de la totalité de la Romagne pontificale.



François Guillaume de Clermont-Lodève

Archidiacre de l'église de Narbonne, François Guillaume de Clermont-Lodève devient Évêque de Saint-Pons-de-Thomières le 17 novembre 1501 avec dispense d'âge.

Catherine d'Amboise, mère de François Guillaume de Clermont-Lodève est la sœur du cardinal Georges d'Amboise.

Cela explique sa rapide ascension aux plus hautes dignités de l'Église.


Château de Gaillon

Travaux au château de Gaillon

Georges d'Amboise donne une forme concrète à l'éblouissement artistique qu'il a ressenti lors de ses séjours en Italie.

Il transforme le château de Gaillon, propriété de l'archevêché, en une somptueuse demeure.

Lors de 3 chantiers successifs, de 1502 à 1509, il fait appel à des architectes français pour la conception de l'ensemble, mais la quasi totalité des sculptures et décorations sont réalisées par des artistes italiens :

Il est à peu près établi que les ateliers italiens qui travaillent à Gaillon, interviennent également à Rouen au Parlement de Normandie et sans doute à l'hôtel de Bourgtheroulde.

En ce sens, Georges d'Amboise peut être considéré comme l'un des introducteurs de la Renaissance artistique non seulement en Normandie, mais en France.


Pie III Jules II par Raphaël

Mort du Pape Alexandre VI

Pie III Pape

Mort du Pape Pie III

Jules II Pape

César Borgia Prisonnier

Alexandre VI meurt brutalement le 18 août 1503 après une soirée de fête.

Certains prétendent que le poison en est la cause.

Alexandre VI est un mécène généreux et protecteur de nombreux artistes.

Incontestablement, Alexandre VI laisse dans la chrétienté un grave malaise qui s'amplifiera avec les années.

Même parmi les historiens chrétiens, il ne trouve pas de véritable défenseur.

L'armée française de secours s'arrête à Rome le 12 août 1503, à l'occasion de la mort du pape Alexandre VI.

L'armée française de secours repart vers le Sud de l'Italie.

Le 16 septembre 1503 s'ouvraient les délibérations du conclave pour l'élection de son successeur.

Deux candidats s'opposaient : le cardinal Georges d'Amboise (1460-1510), ministre de Louis XII, soutenu par César Borgia, et le cardinal Julien della Rovere, le futur Jules II.

Pour éviter de longues discussions, les électeurs se mettent d'accord et Francesco Todeschini Piccolomini, le vieil archevêque de Sienne, est élu pape le 22 septembre 1503 sous le nom de Pie III (en latin Pius III, en italien Pio III) en souvenir de son oncle maternel.

Il déclare aussitôt vouloir être le pape de la paix.

Il souhaite la réforme générale de l'Église et la pacification de tout l'Occident.

Mais Pie III meurt, 26 jours après son élection, le 18 octobre 1503.

Il est inhumé à la basilique Saint-Pierre, puis ses restes sont transférés à l'église San Andrea della Valle, aux côtés de ceux de Pie II.

Julien della Rovere, Archevêque d'Avignon, est élu pape le 1er novembre 1503, par 37 voix sur 38 votants, sous le nom de Jules II (en latin Julius II, en italien Giulio II)

Jules II veut faire de l'État pontifical une grande puissance, ce qui lui vaut le surnom de Jules César II pour ses admirateurs.

Dans un premier temps de 1503 à 1509, Jules II rétablit son autorité sur les États de l'Église

Jules II est un farouche adversaire des Borgia.

Après la mort d'Alexandre VI, son père, César Borgia est emprisonné par le pape Jules II qui le force à restituer toutes ses forteresses et à se réfugier en France.

À peine sorti de prison, César Borgia est arrêté de nouveau par Gonzalve de Cordoue et envoyé au roi d'Espagne qui a des griefs contre lui.


Château de Vigny

Château de Vigny

En 1504, Georges d'Amboise achète la seigneurie et de château de Vigny et entreprend la reconstruction du château sur l'emplacement de l'ancien manoir seigneurial.



Procès de Pierre de Rohan-Guémené

Des jalousies, une brouille avec Georges d'Amboise qui veut la régence en cas de mort de Louis XII, des difficultés avec le Parlement de Paris conduisent en 1504 Pierre de Pontbriant à accuser Pierre de Rohan-Guémené auprès de Louis XII.

Un procès pour lèse-majesté est fait à Pierre de Rohan-Guémené devant le Parlement de Toulouse qui passe alors pour le plus sévère du royaume.

Brantôme laisse entendre qu'il aurait été condamné à mort si Anne de Bretagne l'avait voulu mais elle préfère lui conserver la vie, "afin qu'il vécut en douleurs et tristesses".

Par arrêt du 9 février 1504, Pierre de Rohan-Guémené est condamné à la privation de l'exercice de toutes fonctions et à la privation de ses biens pendant 5 années.

Il est enfermé au château de Dreux, où il a beaucoup à souffrir de la part du gouverneur.

On conserve à la bibliothèque de Paris les pièces de ce procès.



Mort de Georges d'Amboise Archevêque de Rouen

Georges d'Amboise, conseiller de Louis XII, meurt à Lyon le 25 mai 1510.

Georges d'Amboise n'augmentera jamais les impôts, malgré les guerres conduites par Louis XII.

Georges d'Amboise fait des règlements utiles, abroge la durée des procès et cherche à mettre un terme à la corruption des juges qui vendent la justice au plus offrant.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !