Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



10 événements affichés, le premier en 1150 - le dernier en 1213



Naissance de Geoffroi de Villehardouin

Geoffroi de Villehardouin naît entre 1150 et 1164 au château de Villehardouin à 30 kilomètres environ à l'Est de Troyes, entre Arcis-sur-Aube et Bar-sur-Aube.



Naissance de Geoffroi Ier de Villehardouin

Geoffroi Ier de Villehardouin naît vers 1167.

Il est le neveu de Geoffroi de Villehardouin.



Geoffroi de Villehardouin sénéchal de Champagne

Thibault III de Champagne nomme Geoffroi de Villehardouin sénéchal de Champagne en 1191.



Mort de Marie de France

Marie de France, veuve d'Henri Ier le Libéral, meurt le 11 mars 1198. Elle est inhumée dans la cathédrale de Meaux. Son tombeau sera détruit pendant les guerres de religion.

Marie de France tient elle-même une cour brillante et protège ou encourage plusieurs écrivains, dont Chrétien de Troyes, Gace Brulé, Gautier d'Arras, Guyot de Provins, Huon d'Oisy, Geoffroi de Villehardouin.



Tournoi d'Écry-sur-Aisne

Quatrième croisade

Geoffroi de Villehardouin commissaire auprès de la République de Venise

Philippe Régent de Flandre

Érard II de Brienne destine Jean Ier de Brienne, son fils, à une carrière ecclésiastique, mais Jean Ier de Brienne a la passion des armes et s'enfuit à Clervaux, où l'un de ses oncles le prend en charge.

Jean Ier de Brienne devient chevalier, se couvre d'honneur en participant à de nombreux tournois et est rapidement considéré comme le chevalier le plus valeureux de son époque.

Jean Ier de Brienne prend probablement part au tournoi d'Écry-sur-Aisne le 28 novembre 1199.

Le 22 novembre 1199, Thibault III de Champagne, Comte de Champagne, organise un tournoi à Écry-sur-Aisne. Suite à l'appel du pape Innocent III et au prêche de Foulques de Neuilly une nouvelle croisade y est décidé.

Simon IV de Montfort prend également la croix, accompagné par Pierre des Vaux-de-Cernay.

Gautier de Montbéliard est fils d'Amédée II de Montfaucon, Comte de Montbéliard, et de Béatrice de Grandson-Joinville.

Jean Ier de Brienne, Gautier de Montbéliard et Gautier III de Brienne se joignent la quatrième croisade.

Baudouin VI de Hainaut entend la prédication à la croisade d'Erluin et de Pierre de Roussy, envoyés en Flandre par le pape. Baudouin IX et son épouse Marie de Champagne prennent alors solennellement la Croix le 23 février 1200 en l'église St-Donat de Bruges, suivis par une foule de chevaliers flamands.

Baudouin IX prend, avec Thibault III de Champagne, Louis de Blois, Cousin de Thibaut, et Hugues IV de Saint-Pol la tête de l'expédition. Thibault III de Champagne nomme Geoffroi de Villehardouin commissaire auprès de la République de Venise chargé de préparer et négocier le transport des Croisés vers la Palestine.

Avant le départ, Baudouin VI de Hainaut confie à son frère Philippe, Comte de Namur, la régence de Flandre, assisté d'un conseil composé du chancelier Gérard, prévôt de St-Donat, son oncle, de Baudouin de Comines et des châtelains de Bruges, de Gand et de Lille.


Alexis IV Ange

Voyage de Zara à Constantinople

Prise de Corfou

Prise de Constantinople

Fuite d'Alexis III Ange

Isaac II Ange et Alexis IV Ange Empereurs Byzantin

Malgré l'opposition d'une partie de l'armée et du légat du Pape, les croisés se rendent aux sollicitations d'Alexis IV Ange qui vient lui-même au milieu d'eux et fait sur leurs vaisseaux le chemin de Zara à Constantinople à partir du 7 avril 1203.

Enrico Dandolo, Boniface Ier de Montferrat embarque en direction du gros de la flotte chrétienne qui se trouve encore à Corfou, avec l'objectif de se diriger vers Constantinople.

La croisade prend l'île de Corfou.

Le 24 juin 1203, une armée de près de 40 000 hommes, Français, Lombards, Vénitiens et Flamands parait devant Constantinople. La capitale de l'empire grec est protégée de 3 côtés par la mer, du quatrième, à l'Occident, par une double enceinte de fortifications. La flotte des croisés longe les murs de la cité, pour s'en éloigner dans la direction de Chalcédoine en Bithynie, en face duquel elle jette l'ancre.

Le 27 juin 1203, elle remet à la voile et remonte le Bosphore jusqu'à la hauteur de Chrysopolis (Scutari), tandis que l'armée se rend par terre aux environs de cette place.

Alexis III Ange, l'usurpateur du trône de Constantinople, est un Prince sans courage et sans caractère, livré à la débauche et ne possédant aucune des qualités d'un souverain. Son armée est sans discipline et sans généraux. Il l'a réduite pour employer à ses plaisirs l'argent qu'elle lui coûtait. Sa marine n'existe plus. Il tente néanmoins d'en imposer aux croisés et leur envoie un ambassadeur le 3 juillet 1203 pour les inviter à sortir de son territoire.

Le 6 juillet 1203, les Latins traversent le Bosphore et débarquent dans le voisinage de Péra, malgré la présence de l'empereur byzantin, accouru à la tête de 70 000 hommes. Alexis III Ange, frappé de terreur, se retire derrière les murs de Constantinople sans combattre, en laissant son camp à la merci des assaillants. Ceux-ci s'en emparent et passent la nuit dans le quartier de Stanor, habité par les Juifs.

Le 7 juillet 1203, les croisés s'emparèrent de la tour et des faubourgs de Galata, tandis qu'un gros vaisseau vénitien coupe, avec d'énormes ciseaux attachés à sa proue, la chaîne tendue à travers le port de la Corne d'Or. Les croisés entreprennent le siège de la ville.

Il est alors décidé que :

L'effort des troupes de terre se porte entre la porte des Blaquernes et le monastère des Saints-Cômes-et-Damien. L'armée est divisée en six corps commandés par les principaux barons : Baudouin VI de Hainaut, Henri de Hainaut, son frère, Hugues de Saint-Pol, Louis de Blois, Mathieu de Montmorency et Boniface Ier de Montferrat. Dix jours se passent en combats continuels, sans presque aucun progrès.

Le 17 juillet 1203, un assaut général est décidé. Les troupes de Baudouin VI de Hainaut, Louis de Blois et Hugues de Saint-Pol s'avancent contre les murailles, tandis que les trois autres restent à la garde du camp. Elles sont repoussées. Pendant ce temps, la flotte vénitienne s'approche du rivage sur une double Ligne :

Du haut de ces tours on crible les murailles de projectiles afin d'en éloigner les défenseurs puis les troupes de débarquement, Enrico Dandolo en tête, s'élancent à terre. À ce moment les gros vaisseaux viennent se placer entre les galères abaissent contre les remparts les ponts-levis de leurs tours. Les Grecs tentent d'incendier les navires avec le feu grégeois, font pleuvoir sur les assaillants d'énormes quartiers de pierre et combattent au haut des murs avec la lance et l'épée. Mais bientôt ils doivent céder et laisser les Vénitiens pénétrer dans la ville.

Alexis III Ange, qui jusqu'alors était resté immobile dans son palais, se résout à envoyer quelques troupes contre les Vénitiens et se porte lui-même avec 30 000 hommes contre les croisés retranchés près de la porte de Blaquernes. A son approche, les croisés quoique très inférieurs en nombre, se rangent en bataille. Enrico Dandolo, averti du danger, n'hésite pas à ramener ses troupes pour se porter à leur aide. Alexis III Ange n'ose pas engager le combat et après une heure, bat en retraite, et rentre dans la ville.

La nuit venue, Alexis III Ange s'enfuit avec ses trésors, ses courtisans et sa fille Irène, jusque chez le roi de Valachie.

Alexis III Ange s'enfuit en Thrace où il esquisse une résistance, puis passe en Asie mineure.

Le 18 juillet 1203, les Byzantins vont chercher Isaac II Ange dans sa prison, le conduisent au palais des Blaquernes et lui font ceindre la couronne impériale. Ensuite un grand nombre d'entre eux se rendent au camp des croisés, leur apprennent la fuite de l'usurpateur et demandent au jeune Alexis de venir partager avec Isaac le pouvoir impérial.

Le 19 juillet 1203, à la demande d'Isaac II Ange qui craint de voir éclater des querelles entre les Byzantins et les Latins, ces derniers s'établissent de l'autre côté de la Corne d'Or, dans le faubourg de Galata.

Les croisés envoient 4 ambassadeurs, parmi lesquels est Geoffroi de Villehardouin, pour demander au nouvel empereur la ratification du traité passé avec son fils et retiennent ce dernier en attendant.

Découvrant les clauses, Isaac II Ange exprimer sa surprise, mais juge prudent de ne point refuser et remet immédiatement aux ambassadeurs des lettres munies de son sceau, confirmant les promesses faites en son nom.

Alexis IV Ange est alors introduit en triomphe dans la ville, et, le 1er août 1203, il est couronné avec son père dans l'église de Sainte-Sophie.

Alexis IV Ange prie les croisés de ne point s'éloigner de Constantinople, afin de pouvoir le protéger contre l'inconstance de son peuple, ils s'engagent à rester jusqu'à la Pâque 1204, eux-mêmes ne tenant pas à s'en aller avant d'avoir été intégralement payés.


Empire latin de Constantinople

Partage général des terres de l'Empire byzantin

Le partage des terres, qu'elles soient régions conquises ou territoires où les Byzantins ont maintenu leur indépendance, a lieu à fin septembre 1204.

Chacun obtient un fief héréditaire suivant son rang, sa richesse ou les services rendus.


Territoires attribués à l'empereur Beaudouin VI de Hainaut

L'empereur est chargé de défendre ou de conquérir les provinces voisines de Constantinople en deçà et au delà du Bosphore : Constantinople, la Thrace et le nord-ouest de l'Asie Mineure.


Territoires attribués aux croisés français et flamands

Le reste des provinces byzantines, formant le territoire même de l'empire, est réparti entre les croisés français et flamands.


Territoires attribués aux Lombards

Les Lombards obtiennent leurs lots dans le royaume de Thessalonique.


Territoires attribués à aux Vénitiens

Venise devint une grande puissance européenne et maritime. Une fois la part faite à Baudouin VI de Hainautet à Boniface Ier de Montferrat, les Vénitiens reçoivent la moitié de ce qui reste au titre du traité de 1202. Ils ont :

Ces possessions sont toutes placées sous la suzeraineté de l'empereur de Constantinople :

Enrico Dandolo, doge de Venise, a pour son domaine particulier la moitié de la ville de Constantinople et est exempté de rendre foi et hommage à l'empereur.

Venise fait proclamer que tous ceux d'entre ses citoyens qui voudraient s'emparer de quelqu'une des îles de l'Archipel pourraient le faire et qu'ils tiendraient leurs acquisitions en fiefs de la république.

C'est ainsi que se formèrent le duché de Naxos et les seigneuries de Nègrepont, de Stampalia et Amorgos, d'Andros, de Théonon, Sciros et Micone, de Céa, de Lemmos.

Enrico Dandolo s'intitule dominator quarte et dimidie partis totius Imperii Romanie "souverain d'un quart et demi de l'Empire de Romanie". Ce titre sera porté jusqu'en 1356.

La ville de venise est alors réorganisée d'un point de vue urbanistique et s'enrichit de nouveaux bâtiments ainsi que d'oeuvres d'art provenant des villes conquises. Enrico Dandolo apporte à Venise les quatre chevaux de Saint-Marc, enlevés à l'empire grec.


Territoires attribués à Théodore Branas

Théodore Branas, un seigneur grec rallié aux Latins, reçoit en fief la ville d'Apres.


Blason des Comtes de Flandre

Bataille d'Andrinople

Mort de Louis de Blois

Mort de Baudouin VI de Hainaut Empereur Latin de Constantinople

Henri Ier de Constantinople Régent de l'empire

Jeanne de Constantinople Comtesse de Flandre et de Hainaut

Thibault VI de Blois Comte de Blois, de Chartres et de Clermont-en-Beauvaisis

Baudouin VI de Hainaut assiège Andrinople qui s'est soulevée et appelle à l'aide Joannice (Johannista), Roi des Bulgares.

Louis de Blois, désobéissant à Baudouin VI de Hainaut, se porte au devant d'eux, ce qui contraint Baudouin à lui prêter secours.

Le 14 ou 15 avril 1205, les Francs sont battus devant Andrinople. Louis de Blois est tué.

Geoffroi de Villehardouin montre ses talents de stratège en sauvant l'armée croisée.

Baudouin VI de Hainaut ne reparaît plus.

Les chroniqueurs Meyer et Raynaldi reconnaissent ignorer s'il est mort au champ d'honneur ou en prison. Baudouin est vraisemblablement fait prisonnier. Si l'on en croit un autre chroniqueur, Nicétas Khoniatès, Baudouin aurait été détenu à Ternobe en Bulgarie (Tribonis), puis aurait été abandonné dans une vallée pieds et mains coupées, et serait mort après une agonie de trois jours le 20 juillet 1205. Cette version est contestée, et il est plus probable que l'empereur flamand soit mort en prison l'année suivante.

Henri Ier de Constantinople est élu régent de l'Empire latin qui ne comprend plus que :

Jeanne de Flandre ou Jeanne de Hainaut ou Jeanne de Constantinople devient Comtesse de Flandre et de Hainaut en 1205. Jeanne est aussi Comtesse de Mons, de Valenciennes et d'Ostrevant.

Thibault VI de Blois devient Comte de Blois, de Chartres, de Clermont-en-Beauvaisis.

Nivelon de Chérisy rentre en France en 1205 pour recruter de nouveaux croisés.



Prise de Cyzique et de Nicomédie par Théodore Ier Lascaris

Trêve avec l'empire latin

Théodore Ier Lascaris s'allie à Kalojan et s'empare de Cyzique et de Nicomédie, que l'empereur latin d'orient Henri Ier de Constantinople lui abandonne, et conclut une trêve en juin 1207.

En 1207, Boniface Ier de Montferrat donne le fief de Messinople à Geoffroi de Villehardouin.



Mort de Geoffroi de Villehardouin

Geoffroi de Villehardouin est probablement mort en 1213, à Messinople (Mosynopolis), en Thrace. Son fils Erard prend alors le titre de seigneur de Villehardouin.

De 1207 à 1213, Geoffroi de Villehardouin rédige ses Mémoires intitulées Histoire de la conquête de Constantinople ou Chronique des empereurs Baudouin et Henri de Constantinople y décrivant les événements survenus entre 1198 et 1207. Il y expose en français et non en latin, les événements de la croisade dans un style remarquable. Néanmoins, son point de vue est partial car il a pour objectif de faire l'apologie des chefs croisés.

Geoffroi de Villehardouin aura un neveu et un petit neveu portant son prénom, respectivement Geoffroi Ier de Villehardouin et Geoffroi II de Villehardouin princes d'Achaïe.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !