Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



37 événements affichés, le premier en 213 - le dernier en 311



Naissance de Gallien

Publius Licinius Egnatius Gallienus dit Gallien naît en 213, fils de Valérien et de Egnatia Mariniana.



Époque des Trente Tyrans

Par exemple, les histoires suivantes de Censorinus et de Celsus sont sujettes à Caution.


Censorinus

269-270 Censorinus était un brillant homme de guerre. Il fut proclamé empereur par ses soldats alors qu'il atteignait l'âge de la retraite.

Une fois couronné, il se montra d'une sévérité si insupportable que ses légionnaires se mutinèrent contre lui et l'assassinèrent.

Censorinus fut enterré près de Bologne où son épitaphe rappelait toute sa glorieuse carrière militaire en indiquant "Qu'il avait été heureux en tout, mais malheureux en tant qu'empereur".


Celsus

Alors que les Barbares envahissaient la Gaule et les Balkans, et tandis que l'empereur Gallien se gobergeait dans tous les bouges de Rome, les habitants de l'Afrique (du Nord) voulurent, eux aussi se doter d'un souverain capable et énergique.

Sous la pression du proconsul d'Afrique et du commandant de l'armée de Libye, ils couronnèrent un certain Celsus, un homme qui en imposait plus par sa large carrure que par son intelligence foudroyante.

Celsus ne régna que six jours. Au septième, il fut assassiné par une femme nommée Galliena et qui n'était rien moins qu'une cousine de l'empereur Gallien. Comble d'horreur ! le cadavre de Celsus fut livré aux chiens, tandis que son effigie, attachée à une croix, était livrée aux lazzis de la populace.


Gallien Empereur

Gallien Empereur

Le 22 octobre 253, Valérien associe à l'Empire son fils Gallien, en le nommant Auguste. Il lui confie la défense de l'Occident et le charge des frontières rhénanes et danubiennes. Valérien, demeurant le premier empereur, se réserve les provinces orientales. C'est la première fois que l'Empire romain est divisé en deux unités politiques distinctes. Gallien limite drastiquement les pouvoirs de l'ordre sénatorial, interdisant aux sénateurs toute carrière militaire.



Gallien admirateur de la civilisation hellénique

Gallien est un admirateur inconditionnel de la civilisation hellénique, si corruptrice.

Gallien est un adepte convaincu du néo-platonisme. Ami personnel de Plotin et Porphyre, il prend la tête d'un mouvement de restauration de la philosophie païenne connue depuis sous le nom de Renaissance "Gallénique".

Il envisage de construire, en Campanie, une ville nommée Platonopolis, dirigée comme une république platonicienne.

Porphyre était un farouche adversaire des Chrétiens; il écrivit contre eux un traité perdu aujourd'hui.



Invasion des Francs et des Alamans

En 254, 255 et 256, les Francs et les Alamans envahissent la Gaule.

À grand-peine, Gallien parvient à les repousser au-delà du Rhin mais cela ne suffit pas à raffermir le limes.



Catastrophe financière

En 256, Gallien crée un atelier monétaire à Cologne. Le denier d'argent est si dévalué qu'il ne vaut guère plus de 1 % de sa valeur à l'époque de l'empereur Auguste.



Gallien à Rome

En janvier 258, Gallien revient à Rome pour inaugurer avec son père le consulat et célébrer sa victoire; il est Dacicus Maximus.



Mort de Valérien II le Jeune

Gallien envoie son fils aîné Valerianus Junior et un Légat, Ingenuus, pour organiser la défense sur le Danube : les Roxolans et les Sarmates se sont introduits dans les Pannonies.

Ingenuus était commandant en chef des légions de Pannonie (actuelle Yougoslavie) et de Mésie. Il était aussi chargé de la formation militaire du jeune Valérien II, fils et héritier de l'empereur Gallien.

En 258, Valérien, jeune Caesar, est assassiné par des généraux révoltés contre Gallien (peut être Ingenuus fait il partie du complot ?).



Gallien dégarnit le Rhin

L'empereur Gallien n'accepte ni la mort de son fils Valérien II, ni la trahison d'Ingenuus chargé de défendre une des frontières les plus menacées de l'Empire.

Gallien réquisitionne alors toutes les légions stationnées en Gaule, malgré le fait que cette province est très dangereusement menacée par les raids dévastateurs des Francs et des Alamans.

Cela laisse le champ libre aux Francs et aux Alamans qui, une nouvelle fois, envahissent la Gaule. Faute d'opposition romaine, même les Pyrénées n'endiguent pas leur flux dévastateur. De nombreuses provinces espagnoles sont pillées, incendiées, ruinées. L'importante ville espagnole de Tarragone est incendiée.



Bataille de Mursa

Mort d'Ingenuus

Gallien marche contre Ingenuus. En 258, les deux empereurs s'affrontent près de Mursa. Gallien qui l'emporte grâce à sa cavalerie commandée par le futur usurpateur Aureolus. Ingenuus prend la fuite et est assassiné par ses soldats peu de temps après.



Salonin nommé César

Saloninus dit Salonin, fils de Gallien, nommé César en 258, est installé à Cologne pour rassurer les populations.



Invasion des Alamans

Les Alamans profitent de l'absence de Gallien pour entrer en Gaule en 259.



Campagne contre les Perses

Valérien rassemble toutes les forces disponibles Dès les premiers beaux jours de 259, Valérien s'embarque à Samosate pour l'Orient.

Il n'avait laissé à son fils Gallien que les troupes indispensables pour garder la péninsule italienne à l'abri des invasions germaniques et des prétentions de l'usurpateur Ingenuus.

Au début de la campagne, le général Aurélien :

Le roi des Perses est peu désireux d'affronter le gros des forces impériales dans des provinces hellénisées depuis des siècles, romanisées depuis des décennies et donc peuplées d'habitants par nature hostiles à sa cause.

Le roi des Perses évacue Antioche et emmène dans ses bagages Démétrien, l'évêque chrétien d'Antioche. Les Perses effectuent une retraite stratégique, abandonnant leurs conquêtes des années précédentes.

Le Roi des Rois, avec ses forces intactes, se retranche à un endroit idéal pour attendre Valérien, à l'Est du Haut Euphrate, aux environs de la ville d'Édesse (Urfa, au Sud de la Turquie). Le royaume chrétien d'Édesse n'avait été que récemment annexé à l'Empire romain.

La nostalgie de la liberté perdue était encore vive chez les habitants de la région. En outre, l'irruption de l'armée romaine, composée de soldats païens, et placée sous le commandement d'un empereur précédé d'une fâcheuse réputation de persécuteur de l'Église, ne risquait pas de susciter l'enthousiasme chez cette population majoritairement chrétienne.



Édit de tolérance de Gallien

Denys Pape

Le siège pontifical reste vacance pendant 2 ans suite à la persécution engagée par l'empereur Valérien. Le nouvel empereur Gallien rassure les chrétiens par un édit de tolérance qui leur rend en particulier leurs lieux de culte. Le prêtre Denys, évêque d'Alexandrie, connu pour son zèle au sein de l'Église, est élu évêque de Rome et pape le 22 juillet 260.



Pression des barbares

Gallien fait front contre les barbares d'Europe :

Il est obligé d'évacuer une partie de la Dacie.



Défaite des Juthunges

Les Juthunges sont battus en 261 par Gallien.



Guerre contre les Perses

Profitant de la démoralisation des forces adverses après la capture de Valérien, le roi des Perses Shapuhr Ier, tente de s'emparer de la totalité de la Syrie et de l'Asie Mineure. Il reprend Antioche et entre en Cappadoce.

Mais Macrien, en Syrie, réorganise judicieusement les contingents qui avaient eu la chance d'échapper au désastre et les légionnaires vengent l'humiliation d'Édesse.

Shapuhr Ier subit une écrasante défaite. Macrien parvient, à repousser les Perses en Mésopotamie.

Odenath de Palmyre parachève la déroute de l'ennemi en le poursuivant, l'épée dans les reins, jusqu'aux murs de Ctésiphon, sa capitale.

Malgré ce triomphe qui vengeait l'orgueil national romain, le roi de Palmyre se considérait toujours comme le fidèle vassal de l'empereur Gallien qui, à Rome, avait succédé à son père Valérien.



Réformes de l'armée et de l'administration

Gallien entreprend de grandes réformes de l'armée et de l'administration.

Sous son règne apparaissent les militaires illyriens qui commandaient les principaux secteurs du limes danubien et qui seront amenés à prendre en main l'empire après lui.



Edit de Tolérance avec les Chrétiens

Les espérances des Chrétiens sont réduites à néant par la déconfiture de leurs amis Perses. Macrien, ennemi juré de la Foi chrétienne, récolte les lauriers du triomphe.

Gallien, fils de Valérien le persécuteur, et les Chrétiens, persécutés, se retrouvent dans le même camp unis par une communauté d'intérêts.

En 260, moins 2 ans après le terrible édit de Valérien qui condamnait les chefs chrétiens à la peine capitale, Gallien effectue un revirement complet de la politique religieuse impériale.

Gallien fait cesser immédiatement toute poursuite, leur rend leurs lieux de cultes et rouvre leurs cimetières. Plusieurs rescrits en ce sens, sont adressés aux évêques des provinces que contrôlait Gallien.

Les Chrétiens jouissent désormais de la plus complète liberté de culte et leur Église peut disposer de tous ses biens fonciers passés, présents et à venir.

L'édit est reconduit pendant 40 années pendant lesquelles le christianisme est à l'abri des persécutions, toléré mais pas encore légalisé (religio licita). Cettepériode est appelée "la Petite Paix de l'Église".



Mort de Salonin

Salonin, le plus jeune fils de Gallien, et le général Silvanus sont tué en 260 par des généraux révoltés contre Gallien (peut être Postume fait il partie du complot).



Postume Empereur des Gaules

Au moment où tombe la nouvelle de la capture de Valérien par les Perses, le gouverneur de Germanie Inférieure, le général Postumus dit Postume est acclamé Empereur en Gaule par l'armée du Rhin en juillet 260 et revêt la pourpre impériale à Cologne.

Il semble seul capable d'assurer le salut de la Gaule. Les Gaulois, les Espagnols et les Britanniques se rallient en masse en 261.

Postume met en place un empire calqué sur l'organisation romaine :

Il n'avait pas instauré de Sénat mais des Consuls, 1 préfet du prétoire, une capitale (Trêves) et un trésor public.

Postume renonce à attaquer Gallien, pensant que la défense des provinces gauloises est prioritaire.

Gallien refuse toute concession à Postume, en qui il ne voit qu'un usurpateur, peut être impliqué dans le meurtre de son fils Salonin.



Marche de Macrien sur Rome

Ancien ministre des finances de Valérien, Macrien dispose de considérables ressources financières, d'or en quantité suffisante pour fléchir les consciences les plus loyales. Il est à la tête de troupes victorieuses, au moral d'acier.

Toutes les provinces orientales de l'Empire reconnaissent son autorité, à l'exception du petit royaume de Palmyre.

Odenath considérait Gallien comme unique empereur romain car il représentait un suzerain beaucoup moins encombrant que les Macriens, père et fils.

Macrien gagne à sa cause Émilien (ne pas confondre avec l'empereur du même nom) le préfet de la si fertile province d'Égypte. Son ralliement assure un ravitaillement abondant et bon marché aux soldats de Macrien.

Macrien décide alors de renverser l'empereur Gallien. Accompagné de son fils aîné Macrien Junius, ils partent vers le Nord et marche sur Rome à la tête de la plus grande partie de leur armée.

En son absence, son autre fils Quietus est chargé de gouverner l'Orient avec l'aide du Préfet du Prétoire Ballista Callistus et de maigres troupes.



Valens et Pison

L'Histoire Auguste est un recueil tardif (fin du IVe - Ve siècle) souvent assez fantaisiste de biographies d'empereurs. Son auteur est anonyme.

L'Histoire Auguste fait figurer Valens et Pison, d'hypothétiques empereurs, dans la liste des "Trente tyrans".

Entre l'empereur de Rome et Macrien, se trouve Valens, sénateur affecté dans les Balkans come gouverneur d'Achaïe en Grèce, fidèle à Gallien. Valens et ses troupes peuvent barrer le passage du Bosphore.

Macrien charge Pison d'assassiner Valens. Le complot est éventé. Le tueur, dès qu'il a traversé les Détroits, est exécuté par les administrés de Valens.

Valens sachant qu'il n'a aucune aide à attendre de Gallien, toujours occupé à guerroyer, se résigne à revêtir, lui aussi, la pourpre impériale, pensant ainsi renforcer la loyauté de ses troupes. Mais la fidélité de ses soldats ne résiste pas à l'or de Macrien.

En 261, Valens est massacré par les légionnaires qui l'avaient acclamé.



Bataille sur le Danube

En automne 261, l'armée de Macrien et de Macrien Junius est écrasée sur le Danube en Illyrie par celle du général Aureolus au service de Gallien.



Mort de Quietus et Ballista Callistus

Après s'être concerté avec l'empereur Gallien, Odenath attaque Quietus et Ballista et leurs faibles troupes. Il leur inflige une grave défaite.

Quietus se replie alors dans la ville d'Émèse. Il y est assiégé par Odenath et est tué ainsi que Ballista Callistus (tué par la foule ou exécuté sur l'ordre du roi de Palmyre ?).


Royaume de Palmyre

Royaume de Palmyre

En automne 261, Libérés par Odenath :

se voyent maintenant annexés de facto au royaume de Palmyre et échappent au pouvoir de Rome.

Gallien doit accepter cette situation car le roi de Palmyre est un rival d'un autre acabit que les Macriens, Ingenuus et autre Regalianus.

Tant qu'Odenath ne remet pas gravement en cause l'unité théorique de l'Empire romain, mieux vaut le ménager, s'en faire un ami en le couvrant d'honneurs.

Dans l'espoir de le dissuader de revêtir la pourpre impériale, dès 261, le roi de Palmyre est nommé Dux Romanorum (chef des Romains).

Odenath lui-même s'octroie le titre oriental de Roi des Rois (en Grec Basileus basileon et en araméen mlk mlk, d'après une inscription bilingue gréco-araméenne trouvée à Palmyre).



Campagne militaire en Gaule

De 260 à 261, Gallien entreprend une première campagne militaire repousse les Barbares au-delà du Rhin, mais ne peut venir à bout de Postume.

Gallien doit tolérer l'usurpation de Postume qui le délivrait du souci de défendre la Gaule.



Bataille de Milan

En 262, les Alamans progressent vers l'Italie depuis la Rhétie, déjà envahie.

Les Alamans sont arrêtés in extremis près de Milan au printemps 262 par les troupes de Gallien commandées par Simplicinius Genialis.

En 262, Gallien revient à Rome fêter ses decennalia.



Campagne militaire contre Postume

De 263 ou 264, Gallien entreprend une seconde campagne militaire contre Postume interrompue par une révolte des Byzantins.

Postume perd le contrôle des cols alpins entre la Gaule et l'Italie en 263.



Campagne d'Odenath contre les Perses

En 263 puis en 266 et 267, Odenath donne encore aux Perses une leçon d'art militaire en allant, une nouvelle fois, ravager les environs de leur capitale mésopotamienne de Ctésiphon.

Gallien le promeut au rang de Corrector totius orientus. Il est "Corégent de tout l'Orient" c'est-à-dire commandant des troupes romaines de Syrie, de Palestine, d'Arabie, de Cilicie, de Cappadoce et de Mésopotamie avec droit de regard sur l'administration civile et financière des provinces



Bataille de Naissus

Gallien se rend en Illyrie. En 267, Gallien remporte une brillante victoire à Naissus en Thrace mais il ne peut en profiter, son général Aureolus s'étant allié à Postumus à Milan.



Bataille du Pontirole

Gallien, rassemblant ses troupes marche contre Aureolus et lui inflige une sévère défaite près d'un pont sur l'Adda, affluent du Pô (à mi-chemin de Milan et de Bergame, le lieu-dit Pontirole - Pons Aureoli).



Siège de Milan

Aureolus court s'enfermer dans la place forte de Milan avec les survivants de son armée. Gallien met aussitôt le siège devant la ville.



Mort de Gallien

Alors qu'il allait vaincre Aureolus, Gallien, suite à un nouveau complot, est assassiné.

Le complot vient de l'état-major de Gallien qui comporte :

Deux explications s'opposent :



Les Empereurs illyriens

Claude II le Gothique Empereur

À la fin de l'été 268, le général Claude revêt la pourpre impériale. L'armée, d'abord mécontente de la mort de Gallien, est calmée par une donation de 20 aureus par tête et par l'assurance que Gallien a désigné Claude II le Gothique pour lui succéder sur son lit de mort.

Le nouvel Empereur sait se faire accepter par le Sénat dont il se concilie les faveurs, sans que sa politique soit réellement différente de celle de Gallien.

La mort de Gallien incite l'Espagne et la Narbonnaise à reconnaître Claude II le Gothique.

C'était avant tout un soldat et il se prépara à combattre avec force, sans se préoccuper ni de la Gaule ni du royaume de Palmyre.



Saturninus Empereur à Antioche

Caius Julius Saturninus dit Saturninus, citoyen romain originaire d'Afrique du Nord (Maurétanie), était un ami proche de l'Empereur Probus. En raison de sa fidélité, Probus le nomme gouverneur de Syrie.

Saturninus, homme sage, pondéré et courageux, était l'un des meilleurs généraux de l'empereur Gallien.

En 281, Probus part rétablir l'ordre en Occident. Ayant remporté quelques victoires contre les Barbares, Saturninus en profite pour prendre le pouvoir et se fait proclamer Empereur par les légions stationnées à Antioche.

Vous avez perdu un bon chef et gagné un bien mauvais souverain", commente l'usurpateur, désabusé.

Une fois juché sur le trône, ses belles qualités s'estompent. Il se montre cassant, autoritaire et capricieux.



Promulgation de l'édit de tolérance

Galère comprit que l'heure n'était plus aux persécutions. Des révoltes chrétiennes ne manqueraient pas d'exploser sur ses arrières quand il serait contraint d'en découdre avec Constantin Ier le Grand ou Licinius Ier

C'est pourquoi, le 30 avril 311, Galère promulgue à Sardique (Sofia en Bulgarie) un édit de tolérance.

Par nos règlements visant à l'amélioration constante du bien public, nous avons jusqu'ici veillé à régler toutes choses en conformité avec les anciennes lois et la discipline civile des Romains.

Cela fut, d'une façon toute particulière, également notre objectif à l'égard de ces Chrétiens qui avaient renoncé à la religion de leurs ancêtres et furent contraints de revenir aux justes croyances.

Au lieu d'observer les institutions antiques que leurs propres ancêtres avaient probablement établies, ils avaient, par dieu sait quelle obstination et folie, suivi des lois qui leurs étaient propres et avaient rassemblé dans des sociétés distinctes beaucoup d'hommes de croyances très variées.

Suite à la publication de notre décret qui enjoignait aux Chrétiens de revenir d'eux-mêmes à l'observance des anciennes lois, beaucoup d'entre eux se sont soumis par peur de la contrainte et davantage encore en étant exposés à la répression.

Cependant, parce que beaucoup d'entre eux persistent encore dans leur croyance et parce que nous avons constaté qu'ils se refusent toujours à accomplir les actes prescrits de vénération et d'adoration des Dieux, et continuent d'adorer leur propre Divinité, nous avons donc estimé, par l'effet de notre clémence accoutumée dans le pardon accordé à tous, qu'il convient d'étendre notre indulgence à ces hommes, de leur permettre de redevenir Chrétiens et de les autoriser à rétablir les lieux de leurs assemblées religieuses ; si du moins cela ne trouble pas l'ordre public. (…)

Pour ce motif, suite à cette tolérance qui est nôtre, il sera du devoir des Chrétiens de prier leur Dieu pour notre conservation, pour celle du peuple, et pour la leur propre ; et ce afin que le bien commun puisse continuer à être garanti dans toutes les parties de notre Empire et qu'ils eux-mêmes puissent vivre tranquillement dans leurs demeures." (Lactance, De la Mort des Persécuteurs, XXXIV).

Par cet édit, non seulement Galère met fin à la persécution, mais, à la seule condition de ne pas troubler l'ordre public, il restitue aux Chrétiens la liberté de culte accordée par Gallien.

Il les autorise à reconstruire leurs lieux de culte et leur demande de prier pour la conservation de l'Empire et pour le salut des empereurs.

C'était la première fois que le Christianisme est reconnu, officiellement et explicitement, comme une religion "licite". Cet édit de tolérance est le dernier acte politique de Galère.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !