Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



6 événements affichés, le premier en 1141 - le dernier en 1189



Naissance de Gérard de Ridefort

Gérard de Ridefort naît en Flandre vers 1141.


Fiançailles et mariage de Guy de Lusignan et de Sibylle de Jérusalem - Guillaume de Tyr - Historia et continuation (BNF - Mss Fr. 2628)

Mariage de Guy de Lusignan avec Sibylle de Jérusalem

Sibylle de Jérusalem est veuve de Guillaume Longue Épée de Montferrat.

La question du remariage de Sibylle de Jérusalem se repose à nouveau.

Sibylle de Jérusalem s'est fiancée à Baudouin d'Ibelin, seigneur de Rama, mais ce dernier est capturé par les musulmans, puis se rend à Byzance pour réunir sa rançon.

Amaury Ier de Lusignan vante les qualités de Guy de Lusignan, son frère, à Agnès de Courtenay et à Sibylle de Jérusalem, à tel point que cette dernière ne pense plus à son fiancé.

Baudouin IV de Jérusalem consent au mariage et une ambassade est envoyée dans le Poitou pour ramener Guy de Lusignan en Terre Sainte.

Guy de Lusignan est bel homme, et ne tarde pas à séduire Sibylle de Jérusalem.

Guy de Lusignan ne brille pas par son intelligence et les membres de sa famille le tiennent pour un peu niais. Apprenant la nouvelle, Geoffroy de Lusignan, un des frères aînés de Guy de Lusignan, se serait exclamé avec dérision "Si Guy devient roi, pourquoi ne deviendrais-je pas Dieu". Guy de Lusignan n'a aucun sens politique et est un militaire brouillon.

Guy de Lusignan épouse en avril 1180 Sibylle de Jérusalem fille d'Amaury Ier d'Anjou et d'Agnès de Courtenay. Leurs enfants sont :

Guy de Lusignan reçoit en fief de Baudouin IV de Jérusalem les comtés de Jaffa et d'Ascalon.

Sans connaître et comprendre la politique du royaume, Guy de Lusignan se rapproche à la cour :



Gérard de Ridefort Sénéchal de l'Ordre du Temple

Gérard de Ridefort arrive à entrer dans l'Ordre du Temple et à être nommé Sénéchal en 1183.



Gérard de Ridefort Maître de l'Ordre du Temple

À fin 1184, Gérard de Ridefort est élu Maître de l'Ordre du Temple à l'étonnement des barons de Terre Sainte.


Guy de Lusignan - François-Édouard Picot (c. 1843)

Mort de Baudouin V de Jérusalem

Guy de Lusignan Roi de Jérusalem.

Baudouin V de Jérusalem meurt à Saint-Jean-d'Acre à fin août 1186.

Le problème de succession du royaume se pose à nouveau. Même si la monarchie hiérosolomytaine se transmet depuis 3/4 de siècle dans la même famille, l'avènement d'un nouveau roi doit être approuvé par l'assemblée des barons.

Deux candidats à la succession se présentent :

De nombreux barons rejettent Guy de Lusignan, mais celui-ci dispose de soutiens de taille :

Josselin III de Courtenay persuade Raymond III de Tripoli de rejoindre ses partisans à Tibériade en attendant que l'assemblée des barons se réunisse, laissant les Templiers conduire à Jérusalem le corps de Baudouin V de Jérusalem.

Raymond III de Tripoli écarté, Josselin III de Courtenay en profite pour prendre le contrôle de Saint-Jean-d'Acre et de Beyrouth. Raymond III de Tripoli appelle les barons à s'assembler à Naplouse.

À Jérusalem, Sibylle de Jérusalem a le champ libre et persuade Héraclius de la sacrer reine, mais l'impopularité de Guy de Lusignan fait que le patriarche n'ose pas le couronner.

À l'issue de l'inhumation de Baudouin V de Jérusalem, Sibylle de Jérusalem prend la couronne pour la poser sur la tête de Guy de Lusignan, son mari, en annonçant qu'elle le veut pour son seigneur et son roi.

Le nouveau roi n'est toujours pas approuvé par l'assemblé des barons.

Apprenant la nouvelle du couronnement et conscient que s'entêter pourrait provoquer une guerre civile, Raymond III de Tripoli se désiste et propose comme alternative de sacrer Onfroy IV de Toron.

Onfroy IV de Toron, connu comme peu ambitieux et peu conflictuel, décrit comme calme et même efféminé, ne se pense pas fait pour le trône.

Onfroy IV de Toron s'enfuit de Naplouse, rejoint Jérusalem où il prête allégeance à Guy de Lusignan et à Sibylle de Jérusalem.

En juillet 1186, n'ayant pas d'autre choix, les barons, et même les Ibelin, doivent accepter l'avènement de Guy de Lusignan, à l'exception de quelques uns.

Baudouin d'Ibelin, seigneur de Rama, laisse toutes ses possessions à son fils Thomas d'Ibelin et s'exile à Antioche.

Il affirme qu'il ne veut pas encourir le blâme de la perdition du royaume et que Guy de Lusignan ne sera pas roi un an.

Le pouvoir effectif passe au parti de Renaud de Châtillon.



Siège de Saint-Jean-d'Acre

Mort d'André de Brienne Seigneur de Ramerupt

Mort de Gérard de Ridefort

Mort de Clérambeau de Noyers, Seigneur de Noyers et de Chamy

Durant la Troisième croisade, André de Brienne, Jacques d'Avesnes, Henri Ier des Barres, Robert II de Dreux et Philippe de Dreux arrive avec des premières troupes françaises le 28 août 1189 pour participer au Siège de Saint-Jean-d'Acre.

Le 4 octobre 1189, Saladin lance une attaque contre l'armée croisée qui assiège la ville.

Rapidement la victoire est à portée de main mais le camp des croisés sombre dans l'anarchie et les chrétiens commencent à s'enfuir.

André de Brienne, qui est chargé du commandement de l'arrière garde, tente de les retenir et de les renvoyer au combat. Il est alors renversé de son cheval. Étendu à terre et couvert de blessures, il crie son désespoir sans émouvoir ses compagnons d'armes, pas même Érard II de Brienne, son frère, qui fuient sans se retourner.

André de Brienne meurt sur place lors de ce combat.

7 000 croisés sont tués.

Gérard de Ridefort, grand maître des templiers, et Clérambeau de Noyers meurent dans cette bataille.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !