Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



47 événements affichés, le premier en 1632 - le dernier en 1739


Filles de Gabriel de Rochechouart de Mortemart - De gauche à droite : Gabrielle de Rochechouart de Mortemart - Marie-Madeleine Gabrielle Adélaïde de Rochechouart de Mortemart - Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart - tableau au Chateau du Bouchet (Indre)

Mariage de Gabriel de Rochechouart de Mortemart avec Diane de Grandseigne

Gabriel de Rochechouart de Mortemart épouse en 1632 Diane de Grandseigne ou Grandsaigne. Leurs enfants sont :

Grâce à sa position, il offre à ses enfants des places de premier plan à la cour.



Naissance de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, plus connue comme Madame de Montespan, naît au château de Lussac-les-Châteaux le 5 octobre 1640, fille de Gabriel de Rochechouart de Mortemart et de Diane de Grandseigne.

Françoise prendra plus tard le nom d'Athénaïs sous l'influence de la préciosité.


Paul Scarron

Mariage de Paul Scarron avec Françoise d'Aubigné

Paul Scarron est le protégé de Madame de Neuillant, alors gouvernante des filles d'honneur de son amie, Anne d'Autriche.

Écrivain humoriste, fêtard et cultivé, ami de nombreux artistes, Paul Scarron propose à Françoise d'Aubigné, orpheline, de payer pour qu'elle puisse intégrer un couvent, ou de l'épouser.

Paul Scarron épouse en avril 1652 Françoise d'Aubigné, de vingt-cinq ans sa cadette.

Selon lui elle lui apporta deux grands yeux forts mutins, un très beau corsage, une paire de belles mains, et beaucoup d'esprit.

La belle Indienne influencera la deuxième partie de l'œuvre de Paul Scarron, qui fera ensuite fréquemment référence à la nécessité d'aller aux Indes et à la Martinique.

Pour faire plaisir à sa jeune épouse, Paul Scarron accepte d'enlever de son œuvre des répliques trop grivoises.

L'humoriste investi 3 000 livres dans une société commerçant avec la Martinique.

Françoise d'Aubigné, Madame Scarron, devient l'animatrice du salon ouvert par son mari, dans le quartier du Marais, très fréquenté par les écrivains de l'époque.

Dès lors, Françoise d'Aubigné se tisse un solide réseau de relations avec les beaux esprits du Marais parmi lesquels se trouvent :

Paul Scarron possède une propriété de campagne à Fontenay-aux-Roses.

À l'annonce de son mariage, la reine Anne s'écria: Une femme? C'est le meuble le plus inutile de sa maison!



Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart Mademoiselle de Tonnay-Charente

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart est d'abord élevée au sein de l'abbaye aux dames de Saintes.

En 1658, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart en sort sous le nom de Mademoiselle de Tonnay-Charente.



Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart au service d'Henriette-Anne Stuart

Anne de Rochechouart de Mortemart, tante de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, est une des camarades de jeu d'Anne d'Autriche

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart arrive à la Cour de France, grâce à l'intervention d'Anne d'Autriche. Elle est attachée au service d'Henriette-Anne Stuart, belle-sœur de Louis XIV.


Louis Henri de Pardaillan de Gondrin Madame de Montespan

Mariage de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin avec Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

La rencontre de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin avec Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart s'effectue suite à un duel où le frère du marquis se retrouve décapité et Louis Henri de Pardaillan de Gondrin s'enfuit en exil.

Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, Marquis de Montespan, épouse en février 1663 Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. Leurs enfants sont :

Elle devient Madame de Montespan. Cette alliance avec une assez obscure maison du Sud-Ouest est pour elle médiocre.

De plus, Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, toujours à court d'argent, est en permanence au bord de la saisie judiciaire.

S'ensuit alors une vie très pauvre mais passionnée entre les deux jeunes époux.



Liaison de Louis XIV avec Catherine Charlotte de Gramont

Louis XIV, qui commence à se désintéresser de Françoise Louise de La Baume Le Blanc entreprend alors une relation de quelques mois avec Catherine Charlotte de Gramont en 1665.

En vérité, Henriette-Anne Stuart espère que Louis XIV se détournera de Françoise Louise de La Baume Le Blanc pour qu'il lui revienne, et met en évidence la princesse de Catherine Charlotte de Gramont dans ce but.

Françoise Louise de La Baume Le Blanc ne reproche rien à son amant, qui lui en sait gré car le Roi-Soleil préfère les femmes dociles.

Louis Ier Grimaldi quitte la cour pour aller s'illustrer à la guerre.

Mais le roi, au tempérament décidément ardent, délaisse vite Catherine Charlotte de Gramont, au profit de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Certains affirment que pendant le peu de temps que dura la faveur de Catherine, la princesse aurait eu des relations intimes avec Henriette d'Angleterre.



Naissance de Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin naît le 5 septembre 1665, fils de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, Marquis de Montespan, et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Mort d'Anne d'Autriche

Anne d'Autriche meurt le 20 janvier 1666 à Paris d'un cancer du sein.

Françoise d'Aubigné et Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart se sont rencontré chez le maréchal d'Albret, cousin par alliance de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart et proche de Paul Scarron.

À la mort d'Anne d'Autriche, la pension de Françoise d'Aubigné est rétablie grâce à Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart qui n'est pas encore favorite.


Françoise Louise de La Baume Le Blanc ou Louise de La Vallière

Officialisation de la liaison entre Louis XIV et Françoise Louise de La Baume Le Blanc

Rencontre de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

Après la mort d'Anne d'Autriche en 1666, Louis XIV affiche publiquement sa liaison avec Françoise Louise de La Baume Le Blanc.

Cela déplaît beaucoup à Françoise Louise de La Baume Le Blanc qui, aux fastes d'une liaison publique avec le roi, préfère les démonstrations de tendresse en aparté.

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart se lie avec Françoise Louise de La Baume Le Blanc.

À partir de l'automne 1666, Louis XIV rencontre alors souvent Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart chez sa maîtresse et chez la reine.

Louis XIV ne fait tout d'abord pas attention à elle. Mais insensiblement, il remarque sa conversation piquante, naturelle et enjouée.

À la plus surprenante beauté, elle joint l'esprit le plus vif, le plus fin, le mieux cultivé, cet esprit héréditaire dans sa famille dira Mme de Sévigné.

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, Madame de Montespan, ridiculise beaucoup de gens, uniquement pour amuser le roi. Ses sarcasmes sont craints des courtisans.


Madame de Montespan et ses enfants

Liaison de Louis XIV avec Madame de Montespan

Exil de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart devient la maîtresse de Louis XIV, lors de la campagne des Flandres en mai 1667. Leurs enfants sont :

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart a un appartement à peu de distance de celui de Louis XIV.

Les courtisans clairvoyants n'ont pas de peine à expliquer pourquoi l'un et l'autre se dérobent en même temps au cercle de la reine.

Une longue période de cohabitation débute alors entre Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart et Françoise Louise de La Baume Le Blanc qui est à nouveau un paravent devant dissimuler au public les amours du roi avec une femme mariée.

Dans l'espoir de regagner le cœur du roi qu'elle ne cesse d'aimer, Françoise Louise de La Baume Le Blanc essuie toutes les humiliations que lui inflige Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, mari de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, fait un scandale à la cour lorsqu'il apprend la liaison de sa femme. Il est promptement enfermé au For-l'Évêque, puis exilé sur ses terres, en Gascogne, d'où il ne sortira presque plus jusqu'à sa mort.

Seule Marie-Thérèse d'Autriche, la reine ne veut pas se douter de la liaison du Roi. Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart a su la persuader de sa vertu.



Séjour de Louis XIV et d'Anne-Julie de Rohan-Chabot à Chambord

En 1669, Louis XIV séjourne à Chambord alors qu'Anne-Julie de Rohan-Chabot y est également présente.

Les rumeurs éclatent disant que le roi l'a enfin mis dans son lit.

Mais devant la beauté de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, il est peu vraisemblable qu'Anne-Julie de Rohan-Chabot détrône cette favorite du roi-Soleil.



Françoise d'Aubigné Gouvernante des enfants de Louis XIV et de Madame de Montespan

Françoise d'Aubigné refuse d'être la dame de compagnie de Marie Françoise de Savoie-Nemours, Reine du Portugal.

En 1669, sur la proposition de Mme d'Heudicourt, Françoise d'Aubigné accepte la charge de gouvernante des enfants illégitimes de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Françoise d'Aubigné s'installe à Vaugirard et y rencontre pour la première fois Louis XIV qui y vient pour voir ses enfants.



Françoise Louise de La Baume Le Blanc Supplantée par Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

En 1669, Françoise Louise de La Baume Le Blanc est supplantée par Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart dans la faveur de Louis XIV.

Le roi désire éloigner Jean-François de La Baume Le Blanc, ce frère imprévisible, si possible en province.



Voyage en Espagne de Louis XIV

Officialisation de la liaison avec Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

En 1670, la faveur de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart est officialisée.

Lors d'un voyage en Espagne, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. voyage dans la voiture de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Autriche.

Lorsqu'elle monte dans la sienne, 4 gardes du corps entourent les portières.



Naissance de Louis-Auguste de Bourbon

Mort de Louise-Françoise de Bourbon

Louis-Auguste de Bourbon naît secrètement au château de Saint-Germain-en-Laye le 31 mars 1670, fils de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

L'enfant nait infirme et boitera toute sa vie d'où le sobriquet de Gambillard qui lui sera attribué.

Les amants craignent la réaction de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, époux de la marquise de Montespan qui aurait pu faire reconnaître l'enfant comme sien.

Ils donnent Louis-Auguste de Bourbon dès sa naissance, en charge à Françoise d'Aubigné qui s'occupe déjà de Louise-Françoise de Bourbon, sa sœur aînée et se réfugie incognito dans le village de Vaugirard près de Paris.

Rapidement, Louis-Auguste de Bourbon devint l'enfant préféré du roi.

Louise-Françoise de Bourbon meurt la même année.



Mariage de Philippe-Julien Mancini avec Diane-Gabrielle Damas de Thianges

Philippe-Julien Mancini épouse en 1670 Diane-Gabrielle Damas de Thianges. Parmi leurs 6 enfants citons :

Diane-Gabrielle Damas de Thianges est la fille d'une sœur de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Françoise Louise de La Baume Le Blanc Carmélite

En 1670, après une longue maladie, peut-être une fausse couche, qui lui fait entrevoir la mort, Françoise Louise de La Baume Le Blanc se tourne vers la religion, rédigeant d'émouvantes "Réflexions sur la miséricorde de Dieu".

Sur les conseils de Bourdaloue, du Maréchal de Bellefonds, premier maître d'hôtel du roi, et de Jacques-Bénigne Bossuet, Françoise Louise de La Baume Le Blanc décide de quitter la Cour pour entrer au très strict couvent des Grandes-Carmélites du faubourg Saint-Jacques.

Obligée de solliciter l'autorisation de Louis XIV pour se retirer, Françoise Louise de La Baume Le Blanc rejette toute solution de couvent "plus douillet".

Afin de la dissuader, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart lui fait dépeindre, par Françoise d'Aubigné, les privations et les souffrances auxquelles elle s'expose en entrant au Carmel, ainsi que le scandale que ne manquera pas de susciter une telle décision.

Avant de se retirer, Françoise Louise de La Baume Le Blanc tient même à faire des excuses publiques à la reine Marie-Thérèse d'Autriche, ce qui fait grand bruit.

Peu de temps après, elle prononce ses vœux perpétuels, prenant le nom de Louise de la Miséricorde.

Françoise Louise de La Baume Le Blanc confie ses enfants à Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, la belle-sœur du roi, la princesse palatine, Duchesse d'Orléans.

Au couvent, Françoise Louise de La Baume Le Blanc reçoit plusieurs fois la visite de Marie-Thérèse d'Autriche, de Bossuet, de la marquise de Sévigné et d'Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz.

Quelque temps plus tard, Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz ayant amené Louis de Bourbon et Marie Anne de Bourbon visiter leur mère en son couvent, celle-ci, toute à ses pénitences, refuse d'embrasser Louis de Bourbon, son fils, qui veut se jeter dans ses bras.



Antonin Nompar de Caumont Prisonnier

Le 25 novembre 1671, Antonin Nompar de Caumont est arrêté sur ordre du roi par M. de Rochefort, capitaine des gardes du corps de service, accompagné par Louis de Forbin, major-général des compagnies de gardes du corps.

Les historiens ne sont pas certains des raisons de son arrestation :

Antonin Nompar de Caumont est alors conduit et emprisonné à Pignerol par d'Artagnan escorté de 100 mousquetaires.

Là, Antonin Nompar de Caumont retrouve Nicolas Fouquet, sous la garde de Bénigne Dauvergne de Saint-Mars.



Naissance de Louis César de Bourbon

Louis César de Bourbon naît au Génitoix en Seine-et-Marne en 1672, fils de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Naissance de Louise-Françoise de Bourbon

Louise-Françoise de Bourbon, dite Mademoiselle de Nantes, naît en 1673, fille de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Louis-Auguste de Bourbon Légitimé

Louis XIV légitime et titre en décembre 1673 :

les 3 enfants qu'il a eu de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. mais sans nommer cette dernière.

Françoise d'Aubigné apparaît à la cour à cette occasion.


Château de Clagny

Construction du château de Clagny

Entre 1674 et 1680, Louis XIV fait construire au nord-est du château de Versailles pour Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart le château de Clagny.

Les plans ont été dessinés par Jules Hardouin-Mansart.

Il devient célèbre pour son orangerie pavée de marbre.

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart développe autour d'elle une cour brillante où dominait le bel esprit.

Elle protège notamment La Fontaine, Molière, et Quinault.


Marie-Élisabeth de Ludres représentée en Marie-Madeleine

Liaison de Louis XIV avec Marie-Élisabeth de Ludres

Marie-Élisabeth de Ludres semble résister aux courtisans.

À Pâques 1675, suite à une disgrâce passagère de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, Louis XIV s'intéresse à Marie-Élisabeth de Ludres.

Leur liaison est assez discrète, mais pas suffisamment pour ne pas éveiller la jalousie de la favorite en titre.

Cette dernière fait courir le bruit que la belle de Ludres a le corps recouvert de dartres, ainsi que la gale, la lèpre, et toutes les maladies imaginables.

Le roi a beau jeu de vérifier par lui-même la fausseté de ces allégations et garde Marie-Élisabeth de Ludres auprès de lui.

Il est cependant contraint de se séparer d'elle, ou d'en faire mine, lors du retour de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart en cure à Bourbon l'Archambaut

En 1676, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart se rend en cure aux eaux de Bourbon l'Archambaut.

Jean-François de La Baume Le Blanc ordonne de l'accueillir par une harangue publiée dans les villes de son gouvernement.

Gabrielle Glé de la Cotarday l'accompagne.



Suite de la liaison de Louis XIV ave Marie-Élisabeth de Ludres

Volontiers moqueuse, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart s'évertue à critiquer Marie-Élisabeth de Ludres devant le roi.

Elle la traite de haillon.

Mais elle ne peut empêcher Louis XIV de fréquenter de nouveau Marie-Élisabeth de Ludres lorsqu'elle doit quitter la cour au printemps 1676, enceinte de Françoise-Marie de Bourbon, sixième enfant naturel qu'elle doit aux assiduités du roi.



Naissance de Françoise-Marie de Bourbon

Françoise-Marie de Bourbon, la seconde Mademoiselle de Blois, naît en 1677, fille de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Naissance de Louis-Alexandre de Bourbon

Louis-Alexandre de Bourbon naît à Versailles le 6 juin 1678, fils de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.


Marie Angélique de Scoraille - Duchesse de Fontanges

Liaison de Louis XIV avec Marie Angélique de Scoraille

César de Grollée, un cousin de Jean-Rigal de Scorailles, son père, introduit Marie Angélique de Scoraille à la Cour de Versailles en qualité de fille d'honneur de la Henriette-Anne Stuart, belle-sœur de Louis XIV.

Angélique de Scoraille a les cheveux châtain, clairs tirant sur le roux, un teint très clair et des yeux mélancoliques.

Marie Angélique de Scoraille est une protégée de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart qui la présente à Louis XIV.

Elle croit pouvoir retenir le roi en lui présentant une jeune oie blanche.

Louis XIV a une liaison en 1678 avec Marie Angélique de Scoraille.

Leur enfant est :



Messes noires célébrées à la demande de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart demande à Catherine Deshayes d'organiser une messe noire pour qu'elle puisse revenir dans les faveurs du roi en éliminant sa rivale, Marie Angélique de Scoraille.

Catherine Deshayes accepte et fait appel à l'abbé Étienne Guibourg pour l'aider.

Pour plus de résultats, la messe doit être récitée 3 fois.

La première fois, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart les rejoint à Villebouzin dans un châtelet isolé entre Paris et Orléans.

Elle se dévêt et se couche sur les dalles froides et humides du château, les bras en croix, un cierge dans chaque main.

L'abbé Étienne Guibourg déclame la messe sur son corps, un calice sur son ventre.

Puis, Étienne Guibourg soulève un nourrisson, lui tranche la gorge et récolte son sang dans le calice.

Étienne Guibourg et Catherine Deshayes récitent ces paroles :

Astaroth, Asmodée, princes d'amour, je vous conjure d'accepter le sacrifice de cet enfant.

En échange, je voudrais conserver l'affection du roi, la faveur des princes et des princesses de la cour et la satisfaction de tous mes désirs.

Le deuxième office a lieu de la même manière, mais dans les ruines d'une cabane retirée en pleine campagne.

La troisième se déroule dans une maison chic de la rue Beauregard, à Paris, la demeure de Catherine Deshayes en personne.

On a conservé le témoignage de la fille de Catherine Deshayes obtenu sous la torture, qui raconte comment elle aide sa mère à préparer la cérémonie.

Elle étend un matelas sur des sièges, un tabouret à chaque bout.

Catherine Deshayes accroche des tentures sur les fenêtres, rendant la pièce sombre.

Elle dispose 1 ou 2 chandeliers dans les coins.

Étienne Guibourg porte une chasuble blanche, brodée de pives noires.

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart entre nue et s'allonge sur le matelas.

On lui met un napperon sur le ventre, un crucifix et un calice dessus.

On raconte aussi que durant ce culte, le sang du nourrisson ne coule pas car il est né prématurément, et Étienne Guibourg doit transpercer son cœur pour recueillir un peu de son sang.

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart en rapporte un petit peu pour en mettre dans la nourriture du roi.



L'affaire des poisons

En 1679 éclate l'affaire des poisons.

Catherine Deshayes, épouse de Monvoisin, est arrêtée car soupçonnée de sorcellerie.

Louis XIV décide de créer une cour d'exception, la Chambre Ardente, pour juger des actes commis par Catherine Deshayes,et ses complices.

L'affaire est étouffée par le roi lorsqu'il apparaît que Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart a pris part à ces agissements.

La favorite du roi ne peut être compromise sans compromettre les enfants qu'elle a eus avec le Roi.

Toutefois, cette affaire consomme la disgrâce dans laquelle la favorite était tombée quelques mois auparavant.

Louvois prétexte les anciennes expériences d'alchimiste de François-Henri de Montmorency-Bouteville pour l'accuser d'assassinat et de pacte avec le diable.

Compromise dans l'Affaire des poisons, Marie-Anne Mancini rentrera en grâce contrairement à sa sœur.

Olympe Mancini est accusée d'avoir fréquenté Catherine Deshayes, et autres devineresses et est dite profonde en crimes et docteur en poisons.

La comtesse aurait résolu d'empoisonner Françoise Louise de La Baume Le Blanc, bien qu'elle soit au Carmel depuis plusieurs années, craignant que le roi la fasse revenir à la cour.

Olympe Mancini va jusqu'à menacer Louis XIV que s'il ne revenait pas à elle, il s'en repentirait.

Olympe Mancini est également soupçonnée d'avoir empoisonné, Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, son mari, pourtant complaisant, ainsi que Marie-Louise d'Orléans, fille d'Henriette-Anne Stuart et nièce de Louis XIV.

Antoinette Louise de Mesme est impliquée par Catherine Deshayes, mais ne sera pas inquiétée sur ordre de Louis XIV.


Catherine Deshayes - La Voisin - ses exploits - ses malheurs - gravure - provenant de la bibliothèque inter-universitaire de Santé

Mort de Catherine Deshayes

Jugée avec 36 complices, Catherine Deshayes raconte lors des interrogatoires qu'elle a :

brûlé dans le four, ou enterré dans son jardin, les corps de plus de 2500 enfants nés avant terme.

Catherine Deshayes est condamnée et meurt à Paris le 22 février 1680 brûlée vive en place de Grève à Paris.

Quant à Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, elle ne sera pas inquiétée, par protection de Louis XIV.

Madame de Sévigné témoignage à sa fille le 23 février 1680 :

Je ne vous parlerai que de Madame Voisin ; ce ne fut point mercredi, comme je vous l'avais dit, qu'elle fut brûlée, ce ne fut qu'hier.

Elle savait son arrêt dès lundi, chose fort extraordinaire.

Le soir elle dit à ses gardes : Quoi ? Nous ne faisons pas médianoche ? Elle mangea avec eux à minuit, par fantaisie, car ce n'était point jour maigre ; elle but beaucoup de vin, elle chanta 20 chansons à boire.

À 5 heures on la lia ; et, avec une torche à la main, elle parut dans le tombereau, habillée de blanc : c'est une sorte d'habit pour être brûlée.

Elle était fort rouge, et on voyait qu'elle repoussait le confesseur et le crucifix avec violence.

À Notre-Dame, elle ne voulut jamais prononcer l'amende honorable, et devant l'Hôtel-de-Ville elle se défendit autant qu'elle put pour sortir du tombereau : on l'en tira de force, on la mit sur le bûcher, assise et liée avec du fer.

On la couvrit de paille.

Elle jura beaucoup.

Elle repoussa la paille 5 ou 6 fois ; mais enfin le feu augmenta, et on l'a perdue de vue, et ses cendres sont en l'air actuellement.

Voilà la mort de Madame Voisin, célèbre par ses crimes et son impiété.



Mort de François VI de La Rochefoucauld

François VI de La Rochefoucauld meurt 17 mars 1680, après avoir reçu l'extrême-onction des mains de Jacques-Bénigne Bossuet.

Après sa mort paraissent ses Réflexions diverses, 19 textes assez longs :

Louis III de Rouvroy de Saint-Simon juge sévèrement La Rochefoucauld : courtisan ambitieux, avide de reconnaissance et de privilèges qu'il n'obtiendra pas.

Mais il reconnaît que le moraliste fait dans les salons parisiens les délices de l'esprit et de la compagnie la plus choisie.

C'est la définition de l'honnête homme.



Mort de Marie Angélique de Scoraille

Marie Angélique de Scoraille meurt le 28 juin 1681.

Cette mort précoce alimente alors des rumeurs d'empoisonnement en relation avec l'affaire des poisons. Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart est citée comme empoisonneuse.

Mais les médecins d'aujourd'hui qui ont étudié le rapport d'autopsie, ont établi qu'elle est morte naturellement d'une pleurésie.

Compromise dans cette sombre histoire, la marquise est délaissée par le roi.



Louis-Alexandre de Bourbon Légitimé

Louis-Alexandre de Bourbon Comte de Toulouse

Dernier des enfants naturels que Louis XIV a de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, Louis-Alexandre de Bourbon est légitimé et fait Comte de Toulouse en 1681.

Comme pour ses aînés le nom de sa mère, femme mariée, n'est pas mentionné dans l'acte de légitimation. Il est officiellement fils du seul roi.

Cette légitimation est la dernière grâce que reçoit Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart déjà en disgrâce.

Elle se retire de la cour dans son château de Clagny, près de Versailles, avec ses deux derniers enfants légitimés, Françoise-Marie de Bourbon et Louis-Alexandre de Bourbon.

Elle peut élever Louis-Alexandre de Bourbon et lui inculquer ses valeurs.

Après sa disgrâce, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart fait de séjours fréquents dans l'abbaye de Marie-Madeleine Gabrielle Adélaïde de Rochechouart de Mortemart, sa sœur, qu'elle chérit.



Mariage de Claude de Jussac avec Françoise Évrard de Saint-Just

Claude de Jussac veuf de Madeleine Baron.

Claude de Jussac épouse à Fontainebleau le 16 août 1683 Françoise Évrard de Saint-Just (vers 1663-1696). Leurs enfants sont :

Les témoins sont :



Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart privée de ces titres

À partir de 1683, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart n'a plus de titre mais elle demeure cependant à la Cour, ne pouvant se résoudre à s'éloigner du roi. Elle vit toujours sur un grand pied.



Louis Auguste de Bourbon Duc d'Aumale

En 1686, Marie Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours vend le duché d'Aumale à Louis Auguste de Bourbon, Duc du Maine, bâtard légitimé du roi Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Naissance de Louis de Pardaillan de Gondrin

Louis de Pardaillan de Gondrin naît en 1689, fils de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.



Retraite de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

En 1691, Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart finit par obtenir l'autorisation de quitter la Cour où le Roi ne manquait aucune occasion de lui marquer sa défaveur.

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart se retire à Paris où elle vit dans la dévotion, la générosité et la volonté d'expier ses torts passés.

Elle se dit toujours malade, sans l'être véritablement, et elle montre constamment la crainte la plus vive de mourir. Son appartement reste éclairé pendant la nuit, et on la veille toute la nuit au cas où son sommeil viendrait à s'interrompre.

Le château de Clagny n'est alors plus entretenu, On a peur de déplaire au Roi rien qu'en arrachant une touffe de pissenlit.



Mariage de Philippe II d'Orléans avec Françoise-Marie de Bourbon

Guillaume Dubois Abbé de Saint Just en Picardie

Louis XIV utilise l'influence de Philippe de Lorraine-Armagnac pour faire consentir Philippe Ier d'Orléans au mariage de Philippe II d'Orléans, son fils.

Au début de 1692, Louis XIV convoque Philippe II d'Orléans, son neveu, et lui déclare qu'il ne peut mieux lui témoigner son affection qu'en lui donnant sa propre fille en mariage, ce à quoi le jeune homme ne sait répondre qu'en balbutiant un remerciement embarrassé.

Élisabeth Charlotte Wittelsbach von Pfalz, la Princesse Palatine, apprenant l'issue de l'entrevue, jette de hauts cris mais ne peut affronter Louis XIV, d'autant qu'elle sait ne pouvoir compter sur le soutien de Philippe Ier d'Orléans, son mari. Elle borne l'expression de son mécontentement à tourner le dos au Roi après lui avoir fait une profonde révérence.

Le mariage n'en a pas moins lieu. Philippe II d'Orléans épouse le 9 janvier 1692 Françoise-Marie de Bourbon, fille bâtarde légitimée de Louis XIV et de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. Leurs enfants sont :

Ce mariage non désiré, n'est guère heureux. Philippe appellera sa femme Madame Lucifer.

Philippe II d'Orléans hérite du Palais-Royal.

Guillaume Dubois, son précepteur, obtient alors l'abbaye de Saint Just en Picardie.

Pierre de Villars devient chevalier d'honneur de Françoise-Marie de Bourbon, la duchesse de Chartres en 1692.


Françoise Charlotte Amable d'Aubigné vers 1694 avec sa tante Mme de Maintenon - par Louis Elle Ferdinand II (the elder) - 1688

Adrien Maurice de Noailles Gouverneur du Roussillon

Adrien Maurice de Noailles Gouverneur du Berry

Mariage d'Adrien Maurice de Noailles avec Françoise Charlotte Amable d'Aubigné

À la suite d'Anne Jules de Noailles, son père, Adrien Maurice de Noailles devient gouverneur du Roussillon le 6 mars 1698.

Parallèlement, Adrien Maurice de Noailles est gouverneur du Berry du 14 mars 1698 à 1715.

Louis XIV aurait souhaité marier Françoise Charlotte Amable d'Aubigné au prince de Marcillac, petit fils de Mr de la Rochefoucauld.

Mais Mme de Maintenon, détestant la Rochefoucauld (ami de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.), propose Adrien Maurice de Noailles.

Adrien Maurice de Noailles épouse à Paris et à Versailles les 30 et 31 mars 1698 Françoise Charlotte Amable d'Aubigné. Leurs enfants sont :

Françoise Charlotte d'Aubigné est la nièce et l'héritière de Mme de Maintenon.

Louis Antoine de Noailles (1651-1729), Duc de Saint-Cloud est témoin.

Mme de Maintenon donne 600 000 livres de dot.

Louis XIV donne :

Anne Jules de Noailles donne 38 000 livres de rente au soleil, plus 30 000 livres de rente.

Le ménage ne sera pas très heureux.



Mort de Marie-Madeleine Gabrielle Adélaïde de Rochechouart de Mortemart

Louise-Françoise de Rochechouart Abbesse de Fontevraud

Marie-Madeleine Gabrielle Adélaïde de Rochechouart de Mortemart meurt le 15 août 1704.

En apprenant la nouvelle, Louis XIV prononce lors de son souper une pensée émue pour la grande abbesse.

Louis III de Rouvroy de Saint-Simon écrit : il lui avait conservé, écrit, une estime et une amitié que ni l'éloignement de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, ni l'extrême faveur de Madame de Maintenon, ne purent émousser.

Elle est remplacée à la tête de l'abbaye de de Fontevraud par Louise-Françoise de Rochechouart, sa nièce, fille de Louis-Victor de Rochechouart.



Mort de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin Gouverneur d'Orléans

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart meurt à Bourbon-l'Archambault le 26 mai 1707, lors d'une cure à Bourbon-l'Archambault, après avoir fait une confession publique. Elle est inhumée dans la chapelle des Cordeliers de Poitiers.

Louis-Auguste de Bourbon hérite du château Clagny.

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin bénéficie enfin de la faveur royale. Il voit son marquisat d'Antin être érigé.

Il est nommé gouverneur d'Orléans.

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin fait casser les cornes en pierre de son portail.



Mort de Charles de Berry Duc de Berry

Édit relatif au droit de succession des bâtards

Charles de Berry, fils du Grand Dauphin, meurt à Marly le 4 ou 5 mai 1714, victime d'un accident de cheval.

Il en réclame la grâce de celui qui l'a blessé.

Il est inhumé à St Denis. Son cœur est transporté au Val de Grace.

Voyant Louis XV, son frêle arrière-petit-fils, Louis XIV, récemment encore patriarche d'une nombreuse lignée prometteuse, ne peut s'empêcher de soupirer en présence de ses courtisans :

Voilà tout ce qu'il me reste de ma famille.

En effet Hormis Philippe V d'Espagne, le seul descendant mâle légitime de Louis XIV est alors son arrière-petit-fils : Louis XV, fils cadet de Louis le Petit Dauphin.

Il ne reste qu'un petit nombre de princes du sang dans d'autres branches.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé passe en huitième rang dans l'ordre de succession, derrière :

Louis XIV promulgue un édit le 23 juillet 1714 qui donne le droit de succession au trône, au dernier rang :

fils illégitimes qu'il a eu de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Ils ont désormais de la qualité de princes du sang.

Louis III de Rouvroy de Saint-Simon, pourtant adversaire déclaré de Louis-Auguste de Bourbon, vient lui faire ses compliments au lendemain de l'enregistrement par le Parlement de Paris.


Marie Victoire Sophie de Noailles – Chantilly - Musée Condé

Mariage de Louis-Alexandre de Bourbon avec Marie Victoire Sophie de Noailles

Marie Victoire Sophie de Noailles est veuve de Louis de Pardaillan de Gondrin, petit-fils de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart.

Le mariage pourrait être considéré comme nul...

Louis-Alexandre de Bourbon épouse secrètement le 2 février 1723 Marie Victoire Sophie de Noailles. Leur enfant est :

Ce mariage d'amour ne sera rendu public qu'après la mort de Philippe II d'Orléans.



Mort de Marie Anne de Bourbon

Marie Anne de Bourbon aura été souvent en désaccord avec ses demi-sœurs, Louise-Françoise de Bourbon et Françoise-Marie de Bourbon, filles de Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart. Avant de mourir, elle obtient d'elles qu'elles se réconcilient.

Marie Anne de Bourbon meurt à Paris le 3 mai 1739.

Elle est enterrée à Paris dans la chapelle de la Vierge de l'église Saint-Roch.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !