Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



33 événements affichés, le premier en 1465 - le dernier en 1554



Mariage de Jacques II de Tournon avec Jeanne de Polignac

Jacques II de Tournon épouse le 21 janvier 1465 Jeanne de Polignac (née vers 1445), Dame de Vervent, fille de Guillaume Armand Ier de Polignac (1420-1473) et d'Amedea di Saluzzo (née en 1430). Leurs enfants sont :



Naissance de François de Tournon

François de Tournon naît à Tournon-sur-Rhône en 1489, fils de Jacques II de Tournon et de Jeanne de Polignac.



Entrée de François de Tournon à l'abbaye de Saint-Antoine-de-Viennois

François de Tournon est destiné à embrasser l'état ecclésiastique.

En 1501, François de Tournon entre dans l'ordre hospitalier de Saint-Antoine à l'abbaye de Saint-Antoine-de-Viennois.

François de Tournon y fait profession, en devient chanoine régulier et y fait ses études ecclésiastiques.



Mariage d'Antoine de Tournon avec Marie de Clavière

Antoine de Tournon épouse le 6 mai 1502 Marie de Clavière.

Leurs enfants sont :



François de Tournon Abbé de l'abbaye Saint-Léger d'Ébreuil

François de Tournon devient abbé de l'abbaye Saint-Léger d'Ébreuil en succédant à un de ses oncles en 1509.

Il le restera jusqu'en 1526.



Entrée de Louis XII à Lyon

François de Tournon est présent à l'entrée de Louis XII à Lyon, le 12 juillet 1512.

C'est probablement à cette occasion qu'il rencontre pour la première fois François Ier de France.



François de Tournon Commandeur de la commanderie de Saint-Antoine

François de Tournon est nommé Commandeur de la commanderie de Saint-Antoine en Forez en 1514.



François de Tournon Archevêque d'Embrun

François de Tournon est nommé Archevêque d'Embrun en 1517.



François de Tournon Abbé commendataire de la Chaise-Dieu

François de Tournon succède à Adrien Gouffier de Boisy comme Abbé commendataire de la Chaise-Dieu, en 1519.

Cette abbaye est pourvue de bénéfices considérables.

François de Tournon doit cette promotion à la famille Gouffier.



Rencontre de François de Tournon avec Guillaume Gouffier de Bonnivet

En juillet 1521, François de Tournon rencontre à Autun Guillaume Gouffier de Bonnivet et le suit en Guyenne.



Rencontre de François de Tournon avec Érasme

À fin 1521, François de Tournon est à Bâle où il rencontre Érasme qui le qualifie de iuvenis humanissimus.



Obtention d'un passeport pour Érasme

François de Tournon obtient un passeport pour la venue en France d'Érasme, en novembre 1522.



Louise de Savoie Régente de France

Quand François Ier de France quitte la France, en 1524, Louise de Savoie est Régente de France.

François de Tournon est nommé à son Conseil.

Ses qualités de négociateur sont remarquées par Louise de Savoie.



Gabriel de Gramont et François de Tournon Ambassadeurs en Espagne

Gabriel de Gramont et François de Tournon sont ambassadeurs en Espagne en 1525 pour traiter la délivrance de François Ier de France.



Traité de Madrid

François Ier de France libéré

François III de Bretagne et Henri II de France Otages de Charles Quint

On confie à François de Tournon et à Jean de Selve les négociations en Espagne.

Gabriel de La Guiche négocie la délivrance de François Ier de France.

Le 14 janvier 1526, François Ier de France, n'ayant qu'une idée en tête, celle d'être libre, signe le traité de Madrid qui met fin à la première guerre de François Ier de France et de Charles Quint.

Anne de Montmorency est négociateur dans ce traité.

En échange de sa libération, François Ier de France :

La libération de Philibert de Châlon-Arlay est un des enjeux de ce traité.

Charles III de Bourbon retrouve ses biens.

François Ier de France est libéré le 21 janvier 1526.

Ces deux fils, François III de Bretagne et Henri II de France, sont échangés contre François Ier de France, et resteront les otages de Charles Quint de 1526 à 1530.

René de Cossé, gouverneur des enfants de France, et les accompagne en captivité en Espagne.

Charles II d'Orléans, dernier fils du Roi, peut rester en France.

La première rencontre entre Diane de Poitiers et Henri II de France, à eu lieu le 15 mars 1526 à Bayonne lors du départ pour l'Espagne.

Les princes de France connaissent en premier lieu des conditions de détention privilégiées dues à leur rang.

Robert II de La Marck, chassé de ses terres par Charles Quint est rétablit par François Ier de France.



François de Tournon Archevêque de Bourges

François de Tournon devient un membre régulier du Conseil de François Ier de France et reçoit de nombreuses récompenses.

En 1526, François de Tournon devient ainsi archevêque de Bourges.



François de Tournon Chancelier de l'ordre de Saint-Michel

En 1527, François de Tournon est fait chancelier de l'ordre de Saint-Michel.



Traité de Cambrai Paix des dames

François de Tournon est un des négociateurs qui va aboutir au traité d'Amiens ou Paix des Dames.

Louise de Savoie, mère de François Ier de France, Marie de Luxembourg, et Marguerite d'Autriche, gouvernante des Pays-Bas, tante de Charles Quint, signent cette paix le 3 ou le 5 août 1529.

Elle est signée à Cambrai.

La guerre s'achève sur la constatation d'un équilibre des forces :

Toutefois ce n'est qu'une accalmie dans l'affrontement entre François Ier de France et Charles Quint.


François de Tournon

François de Tournon Cardinal

En 1530, François de Tournon est créé cardinal-prêtre du titre cardinalice Santi Marcellino e Pietro par le pape Clément VII grâce à l'activité de Gabriel de Gramont au Saint-Siège.



Testament de Blanche de Tournon

Le 16 juillet 1532, Blanche de Tournon fait son testament instituant comme héritier François de Tournon, son frère.



François de Tournon et Gabriel de Gramont à Rome

François de Tournon sont à Rome entre janvier et septembre 1533 pour discuter de l'annulation du mariage d'Henri VIII Tudor avec Catherine d'Aragon.

François de Tournon et Gabriel de Gramont négocient aussi le mariage entre Catherine de Médicis, nièce du pape, avec Henri II de France, le deuxième fils du roi.

À cette occasion, Gabriel de Gramont détermine le pape Clément VII à se rendre à Marseille pour y rencontrer François Ier de France le 1er août 1533.



François de Tournon Abbé de Saint-Germain-des-Prés

François Ier de France nomme François de Tournon Abbé de Saint-Germain-des-Prés en janvier 1534.


Paul III par Le Titien

Mort du Pape Clément VII

Paul III Pape

Clément VII meurt le 25 septembre 1534.

Clément VII est un grand pape mécène.

Paul III porte la pourpre pendant plus de 40 ans, traversant tous les grades jusqu'à devenir doyen du Sacré Collège.

Paul III est déjà, en deux occasions précédentes, passé à deux doigts de la tiare.

Hippolyte de Médicis ET François de Tournon participent au conclave.

Antoine Duprat veut lui succéder, et offre à François Ier de France de subvenir par lui seul aux frais de son élection; mais le roi ne soutient pas sa candidature.

Alexandre Farnèse est plébiscité Pape le 12 octobre 1534 sous le nom de Paul III (en latin Paulus III, en italien Paolo III).

Grâce à sa réputation, les factions qui divisent le Sacré Collège s'entendent sur son élection. Il est universellement reconnu comme l'homme du moment. La piété et le zèle qui le caractérise depuis qu'il est devenu prêtre permettent d'oublier les extravagances de ses jeunes années.

Le peuple de Rome se réjouit de l'élection à la tiare du premier citoyen de leur ville depuis Martin V.

Paul III est couronné le 3 novembre 1534 et ne perd pas de temps à s'atteler aux indispensables réformes.

Personne, après avoir vu son portrait par Le Titien, ne peut oublier la merveilleuse expression de réserve de cette figure usée et émaciée. Ces petits yeux perçants, et cette attitude particulière de quelqu'un prêt à bondir ou à reculer en disent long sur ce diplomate aguerri, qu'on aurait en vain cherché à abuser ou à faire baisser sa garde.

Paul III délaisse les français au profit des Habsbourg.

Paul III s'occupe de la réforme de la cour papale avec vigueur. Il nomme des commissions pour relever les abus de toute sorte. Il réforme :

Paul III renforce le prestige de la papauté en faisant lui-même ce que ses prédécesseurs confiaient à un conseil.



Fondation du collège de Tournon

En 1536, François de Tournon fonde le collège de Tournon.



François de Tournon Intendant

En 1537, François de Tournon assure l'intendance pendant la huitième guerre d'Italie en Piémont.



Échange de l'archevêché de Bourges contre l'archevêché d'Auch

En 1538, François de Tournon obtient l'échange avec François Guillaume de Clermont-Lodève de l'archevêché de Bourges contre l'archevêché d'Auch, plus riche.

François de Tournon cède à son neveu les abbayes de Saint-Florent et de Chandeil.

À la même époque, François de Tournon devient abbé de Tournus et entre en possession de la commanderie des antonistes de Bailleul.

Les bénéfices que François de Tournon obtient de François Ier de France lui permettent d'avoir un revenu de 60 000 livres tournois.



François de Tournon Archevêque d'Auch

François de Tournon devient Archevêque d'Auch en 1538.


Lieu où fut signé la Paix de Nice

Conférence de Nice

Paix d'Aigues-Mortes

Anne de Montmorency profite de son crédit auprès de François Ier de France pour l'amener à négocier.

François de Tournon participe aux négociations de la paix de Nice.

Le Pape Paul III parvient à convaincre François Ier de France et Charles Quint de tenir avec lui une conférence à Nizza aujourd'hui Nice en juin 1538.

La Paix de Nice également appelé Trêve ou Congrès de Nice est signé le 18 juin 1538 dans le couvent des Franciscains de la Sainte-Croix, situé hors les murs de la forteresse niçoise pour mettre fin à la huitième guerre d'Italie.

Ce traité prévoit:

Une trêve de 10 ans au moins est alors décrétée entre les deux belligérants.

Comme gage de bonne volonté :

Du 14 au 16 juillet 1538, François Ier de France et Charles Quint se réconcilient officiellement à Aigues-Mortes :

À l'emplacement de l'ancien couvent, aujourd'hui disparu, à hauteur du n 27 de la rue de France à Nice, s'élève un monument protégeant une grande croix sur lequel on peut lire l'inscription :

Signum. Hoc. Crucis. Dedicarunt. Nibilis. Melchio. Maletus. Marius Baldoinus. Manuel. Gerbonus. iac. Rus. Cigia. Coss.e.n. Dnlshoronatus Grimaldus. Richerus. Assesor. Anno 1558 Die 4 Martis.e.e.



Mort d'Henri de Foix

Henri de Foix laisse un testament, fait à Évreux le 1er août 1540.

Par ce testament, il choisit comme exécuteurs :

Henri de Foix meurt le 29 septembre 1540, sans enfants.

Claude de Foix reste la dernière de la branche de Foix-Lautrec.

Guy XVII de Laval et Claude de Foix réunissent sur leurs têtes le patrimoine de leurs deux maisons.

Cette alliance fait entrer dans la maison de Laval tous les biens de celle de Lautrec, savoir :

Cette immense succession, rend la maison de Laval l'une des plus opulentes du royaume.



Disgrâce d'Anne de Montmorency

Le chancelier Poyet emprisonné

Réhabilitation de l'amiral Chabot

Dans les dernières années de règne de François Ier de France renonce à une politique pacifique. Deux factions se forment dans l'entourage du Roi :

En 1541, Anne de Pisseleu pousse le roi à disgracier Anne de Montmorency à la politique duquel son parti est opposé.

Les amis d'Anne de Pisseleu reviennent à la Cour.

Cette dernière fait chasser le chancelier Poyet qui est emprisonné.

L'amiral Philippe Chabot est réhabilité.

François de Tournon se rallie à Anne de Pisseleu.

Le Conseil du roi subit un changement radical avec le passage du triumvirat Anne de Montmorency-Lorraine- Guillaume Poyet à celui de Philippe Chabot-Claude Annebault-François de Tournon.

François de Tournon est un des principaux interlocuteurs des agents étrangers à la cour et un des concepteurs de la diplomatie française et va intervenir dans les discussions avec Rome et dans les rapports avec Charles Quint et les princes allemands.



Traité de Fontainebleau

François de Tournon négocie le traité de Fontainebleau avec le roi de Danemark Christian III, signé le 29 novembre 1541.



Traité d'Anet

François de Tournon négocie le traité d'Anet avec Guillaume de Clèves.



Mort de Sebastiano Serlio

Sebastiano Serlio meurt à Fontainebleau en 1554.

Sa plus grande contribution est son traité sur l'architecture en 8 volumes, écrit dans l'optique de servir de manuel illustré pour les architectes.

Les œuvres tardives de Sebastiano Serlio sont :

À la fin de sa vie, il se consacrera à la construction de théâtres.

Il est resté dans la mémoire des architectes pour la serlienne, un groupement de 3 baies. Il s'agit en fait d'une déclinaison des arcs de triomphe romains antiques.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !