Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



27 événements affichés, le premier en 1629 - le dernier en 1715



Mariage de Pons de Salignac avec Isabelle d'Esparbès de Lussan

Pons de Salignac épouse au château d'Aubeterre le 20 février 1629 Isabelle d'Esparbès de Lussan (vers 1609-1641). Leurs enfants sont :



Mariage de Pons de Salignac avec Louise de La Cropte de Chantérac

Pons de Salignac est veuf d'Isabelle d'Esparbès de Lussan.

Pons de Salignac épouse le 1er octobre 1647 Louise de La Cropte de Chantérac. Leurs enfants sont :

Le remariage de Pons de Salignac contrarie vivement les enfants du premier lit qui trouvent que Louise de la Cropte de Chantérac n'est pas assez richement dotée,

Antoine de Fénelon sait ramener le calme en écrivant à ses neveux de se soumettre à la Providence.



Naissance de François de Salignac de La Mothe-Fénelon

François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon naît au château de Fénelon à Sainte-Mondane dans le Quercy le 6 août 1651, fils de Pons de Salignac (1601-1663), marquis de La Mothe-Fénelon, et de Louise de La Cropte de Chantérac.

Il est issu d'une famille noble du Périgord, ancienne mais appauvrie.

Dans son enfance Fénelon reçoit l'enseignement d'un tuteur au château de Fénelon, qui lui donne une solide connaissance du grec ancien et des classiques.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon au collège du Plessis

Quand François de Salignac de La Mothe-Fénelon exprime son attirance pour une carrière dans l'Église, Antoine de Fénelon, son oncle, l'envoie étudier au collège du Plessis à Paris, dont les étudiants en théologie reçoivent le même enseignement que ceux de la Sorbonne.

Louis Antoine de Noailles étudie la théologie au collège du Plessis à Paris, où il a François de Salignac de La Mothe-Fénelon pour condisciple et ami.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon montre un tel talent au collège du Plessis qu'il y prêche avec succès dès 1666.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon à l'université de Cahors

En 1667, François de Salignac de La Mothe-Fénelon est envoyé à l'université de Cahors où il étudie la rhétorique et la philosophie.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon Au séminaire Saint-Sulpice

À partir de 1672, François de Salignac de La Mothe-Fénelon étudié au séminaire Saint-Sulpice, également proche des jésuites.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon Docteur en théologie

François de Salignac de La Mothe-Fénelon Prêtre

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est reçu docteur en théologie à l'université de Cahors le 26 mars 1677.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est ordonné prêtre à Sarlat, le 17 avril 1677.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon Supérieur de l'Institut des nouvelles catholique

Attirant l'attention sur lui par de belles prédications, François de Salignac de La Mothe-Fénelon est nommé en juin 1679 Supérieur de l'Institut des nouvelles catholique par François Harlay de Champvallon, archevêque de Paris.

L'Institut des nouvelles catholique estun internat parisien consacré à la rééducation de jeunes filles de bonne famille dont les parents, d'abord protestants, ont été convertis au catholicisme.



Écriture du Traité de l'éducation des filles

Dès 1681, François de Salignac de La Mothe-Fénelon consigne son expérience pédagogique dans son Traité de l'éducation des filles, initialement pour l'usage de Paul de Beauvilliers et d'Henriette-Louise Colbert.



Naissance de Louis le Petit Dauphin

Louis de France ou Louis le Petit Dauphin naît à Versailles le 6 août 1682, fils de Louis le Grand Dauphin et de Marie-Anne-Christine de Bavière.

Jeune prince violent et arrogant qui ne respecte personne, Louis le Petit Dauphin devient un homme d'une grande dévotion grâce aux longs efforts de son tuteur François de Salignac de La Mothe-Fénelon.

Louis de Duras est envoyé par Charles II Stuart pour féliciter Louis XIV pour la naissance de Louis le Petit Dauphin, son petit-fils.



Mission en Aunis et Saintonge de François de Salignac de La Mothe-Fénelon

Après la révocation de l'Édit de Nantes, sur la recommandation de Jacques-Bénigne Bossuet, Louis XIV confie à François de Salignac de La Mothe-Fénelon la direction d'une mission en Aunis et Saintonge : convertir les protestants.

Pendant cette période, François de Salignac de La Mothe-Fénelon fait partie du cercle qui entoure Jacques-Bénigne Bossuet, le fougueux porte-parole de l'épiscopat français.



Publication du Traité de l'éducation des filles

Le Traité de l'éducation des filles de François de Salignac de La Mothe-Fénelon est publié en 1687.



Rencontre de François de Salignac de La Mothe-Fénelon et de Françoise d'Aubigné

En 1688 François de Salignac de La Mothe-Fénelon est présenté à Françoise d'Aubigné.

Elle l'impressionne profondément quand ils font connaissance.

À l'époque; Françoise d'Aubigné sympathise avec Madame Guyon, femme mystique et pieuse, et avec son quiétisme.


Fénelon et Louis le Petit Dauphin - par Alphonse de Neuville (1835-1885) - dans le livre de François Pierre Guillaume Guizot - A Popular History of France From The Earliest Times

François de Salignac de La Mothe-Fénelon Précepteur de Louis le Petit Dauphin

François de Salignac de La Mothe-Fénelon devient le conseiller spirituel Françoise d'Aubigné.

Dans l'été 1689, sur la proposition de Françoise d'Aubigné, François de Salignac de La Mothe-Fénelon est nommé Précepteur de Louis le Petit Dauphin.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon sait enseigner à son élève " toutes les vertus d'un chrétien et d'un prince ", et lui inspire pour sa personne une affection qui ne se démentira jamais.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon Précepteur des deux frères de Louis le Petit Dauphin

En 1690, François de Salignac de La Mothe-Fénelon est également chargé de l'éducation des 2 frères du Louis le Petit Dauphin :

François de Salignac de La Mothe-Fénelon acquiert ainsi une position influente à la cour


Louis II Phélypeaux de Pontchartrain

Louis II Phélypeaux de Pontchartrain Secrétaire d'État de la Marine

Louis II Phélypeaux de Pontchartrain Secrétaire d'État de la Maison du Roi

Louis II Phélypeaux de Pontchartrain devient secrétaire d'État de la Marine le 7 novembre 1690.

Louis II Phélypeaux de Pontchartrain devient aussi secrétaire d'État de la Maison du Roi.

Louis II Phélypeaux de Pontchartrain combat l'influence à la Cour du quiétisme, propagé par François de Salignac de La Mothe-Fénelon et Mme Guyon.

Sa gestion de son département, longtemps décriée, a été réévaluée par l'historiographie récente qui montre que, dans une période difficile, il administra avec compétence un immense département qui réunissait la marine, le commerce, les colonies, le Clergé, Paris, la maison du Roi et les finances de l'État.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon à l'Académie française

Pour Louis le Petit Dauphin, François de Salignac de La Mothe-Fénelon écrit plusieurs œuvres amusantes et en même temps instructives :

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est admis à l'Académie française en 1693 comme les autres précepteurs princiers.



Écriture des Aventures de Télémaque

Entre 1694 et 1696, pour Louis le Petit Dauphin, François de Salignac de La Mothe-Fénelon écrit un roman éducatif d'aventures et de voyages Les Aventures de Télémaque.

Dans ce roman à la fois pseudo-historique et utopique, il conduit le jeune Télémaque, fils d'Ulysse, flanqué de son précepteur Mentor (manifestement le porte-parole de Fénelon) à travers différents États de l'Antiquité, qui la plupart du temps, par la faute des mauvais conseillers qui entourent les dirigeants, connaissent des problèmes semblables à ceux de la France des années 1690, plongée dans des guerres qui l'appauvrissent, problèmes qui cependant peuvent se résoudre (au moins dans le roman) grâce aux conseils de Mentor par le moyen d'une entente pacifique avec les voisins, de réformes économiques qui permettraient la croissance, et surtout de la promotion de l'agriculture et l'arrêt de la production d'objets de luxe.


François de Salignac de La Mothe-Fénelon - par Joseph Vivien - XVIIIe siècle

François de Salignac de La Mothe-Fénelon Archevêque de Cambrai

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est écarté de l'éducation princière.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est nommé le 4 février 1695 Archevêque de Cambrai.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est confirmé Archevêque de Cambrai le 30 mai 1695.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est ordonné Archevêque de Cambrai le 10 juillet 1695.



Circulation à la cour les Aventures de Télémaque

À partir de 1698, les Aventures de Télémaque commence à circuler à la cour sous forme de copies, et on y voit tout de suite une critique à peine voilée :

Cet ouvrage, que François de Salignac de La Mothe-Fénelon n'avait pas voulu rendre public, lui a été soustrait par un domestique infidèle.



Controverse entre Jacques-Bénigne Bossuet et François de Salignac de La Mothe-Fénelon

En 1699, Innocent XII se prononce en faveur de Jacques-Bénigne Bossuet dans la controverse entre ce prélat et François de Salignac de La Mothe-Fénelon sur l'Explication des maximes des Saints sur la vie intérieure que ce dernier avait écrite pour soutenir Madame Guyon



François de Salignac de La Mothe-Fénelon Banni de la cour

Au début de 1699, François de Salignac de La Mothe-Fénelon perd son poste de précepteur

En avril 1699, les Aventures de Télémaque sont publiées, anonymement et sans son autorisation.

Louis XIV y voit une satire de son règne, arrête l'impression et disgracie l'auteur.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon est banni de la cour.



François de Salignac de La Mothe-Fénelon en Belgique

Vers 1700, François de Salignac de La Mothe-Fénelon habite quelque temps en Belgique dans une demeure, longtemps appelée la Belle Maison, se trouvant aux limites des communes de Pâturages et d'Eugies.



Disgrace de Nicolas de Catinat

Nicolas de Catinat est disgracié en 1701 à la suite d'une conspiration.

Nicolas de Catinat se retire dans son château de Saint-Gratien et y vit avec sa sœur et son frère.

Nicolas de Catinat partage son existence entre la culture des arbres fruitiers et la gestion de son domaine qui s'étend depuis Orgemont jusqu'aux rives du lac actuel d'Enghien.

Nicolas de Catinat y reçoit Jacques-Bénigne Bossuet, François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Sébastien Le Prestre, Mme de Sévigné, Mme de Coulanges, François VII de La Rochefoucauld.

Voltaire dit de lui : Catinat réunit par un rare assemblage les talents du guerrier et les vertus du Sage.



Tables de Chaulnes

Charles-Honoré d'Albert d'Ailly est conseiller de Louis XIV, à titre privé et sans faire partie du conseil royal. Il tente de préparer la succession du roi.

Aidé de François de Salignac de La Mothe-Fénelon et Paul de Beauvilliers, Charles-Honoré d'Albert d'Ailly élabore un projet de monarchie où les aristocrates joueraient un rôle accru face au roi.

Le projet est proposé en novembre 1711 sous le nom des Tables de Chaulnes, mais il avorte.



La faction de Bourgogne

Mort de Louis le Petit Dauphin Duc de Bourgogne

Mort de Marie-Adélaïde de Savoie

Mort de Louis de France

Louis XV Dauphin de France

Sous l'influence du parti dévot, Louis le Petit Dauphin est entouré d'un cercle de personnes, connu comme la faction de Bourgogne, constitué :

Ces aristocrates de rang élevé sont des réformateurs qui souhaitent un retour à une monarchie moins absolue.

Des conseils et des organismes intermédiaires de pouvoirs entre le roi et le peuple constitués d'aristocrates (et non plus de bourgeois comme ceux qu'avaient nommés Louis XIV) assisteraient le roi dans l'exercice du pouvoir gouvernemental.

Il y a là cet idéal utopique d'une monarchie contrôlée par l'aristocratie (dans laquelle on voit la représentante du peuple) et décentralisée (de larges pouvoirs seraient accordés aux provinces).

Marie-Adélaïde de Savoie meurt le 12 février 1712 de la même épidémie.

Louis le Petit Dauphin meurt au château de Marly le 18 février 1712 d'une épidémie. On crut à tort qu'il a été empoisonné.

La mort de Louis le Petit Dauphin ruine les espoirs de sa faction. La plupart de ceux qui en font partie mourront bientôt à leur tour de mort naturelle.

En mars 1712, leurs deux enfants, Louis de France, le Dauphin, et le futur Louis XV, contractent une forme de rougeole.

Les médecins s'acharnent sur Louis de France, le frère aîné l'héritier du trône, qui meurt le 8 mars 1712 âgé de 5 ans.

Louis XV, Duc d'Anjou, est sauvé par Charlotte-Éléonore Magdeleine de la Mothe-Houdancourt qui l'arrache aux médecins et refuse énergiquement qu'on le saigne. À 2 ans, Louis XV devient le nouveau dauphin.


Le tombeau de François de Salignac de La Mothe-Fénelon - par David d'Angers (1826) - dans la cathédrale de Cambrai

Mort de François de Salignac de La Mothe-Fénelon

François de Salignac de La Mothe-Fénelon meurt à Cambrai le 7 janvier 1715.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !